Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vannerie dans l'Antiquité romaine

 | 
Magali Cullin-Mingaud

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est le résultat de plusieurs années de travail et nombreuses sont les personnes que j’ai eu l’occasion de rencontrer et avec qui j’ai eu de fructueux échanges. Je voudrais les remercier ici.

2Le professeur Jean-Paul Morel est le premier à m’avoir orientée sur la piste d’un artisanat mal connu et très peu étudié. Les études du mobilier de vannerie conservé sur les sites vésuviens et de l’atelier de Pompéi n’auraient pas été possibles sans le support du Centre Jean Bérard de Naples (USR 3133 du CNRS) : Jean-Pierre Brun, son directeur, non seulement m’a donné l’occasion de venir travailler sur place plusieurs années de suite en m’associant au programme de recherche du Centre sur l’artisanat à Pompéi, mais encore a accepté de publier mes résultats dans sa collection sur l’artisanat nouvellement créée ; son prédécesseur, Michel Bats, me permit d’accéder aux réserves du Musée archéologique de Naples ; Maria Francesca Buonaiuto et Tonia Brangi par leur dévouement, leur efficacité et leur gentillesse ont toujours fait en sorte que mes séjours se déroulent dans les meilleures conditions ; Marina Pierobon et Richard Bertaux ont œuvré avec compétence pour la publication de ce livre. Le programme de recherche sur « L’artisanat antique en Italie méridionale » conjointement développé par le Centre Jean Bérard (CNRS-école française de Rome) et le Centre Camille Jullian (CNRS-Université de Provence) et financé par le ministère des Affaires étrangères a offert le cadre dans lequel cet ouvrage a vu le jour. Les membres de la Surintendance de Pompéi m’ont toujours accueillie avec bienveillance et m’ont toujours grandement facilité le travail de recherche et d’enquête dans les différents dépôts archéologiques et sur les sites : messieurs Pier Giovanni Guzzo, ancien Surintendant de Pompéi, Herculanum et Stabies, et Antonio D’Ambrosio, directeur du site de Pompéi, en particulier, m’ont accordé toutes les autorisations de circulation nécessaires et m’ont donné accès aux archives des fouilles de la maison I 14, 2. Madame Mariarosaria Salvatore, Surintendante de Naples et Pompéi, m’a autorisée à publier de nombreuses photographies du site, de peintures conservées au Musée archéologique national de Naples, d’objets et de documents d’archives inédits. Monsieur Lorenzo Fergola, directeur du site d’Oplontis, mesdames Maria-Paola Guidobaldi, directrice du site d’Herculanum, Grete Stefani, directrice de l’Antiquarium de Boscoreale ainsi que de la photothèque et des archives de Pompéi, et Annamaria Ciarallo, directrice du Laboratoire de recherches appliquées de Pompéi, m’ont permis de rassembler une documentation unique.

3Monsieur Michele Borgongino, documentaliste de la photothèque de Pompéi, les gestionnaires des dépôts archéologiques de Pompéi, Herculanum et Oplontis m’ont toujours reçue avec une grande gentillesse et une grande disponibilité lorsque j’étais en quête de photographies, de vestiges de vannerie et de sparterie : messieurs Giuseppe Cesarano, Ciro Sicignano puis Giovanni Gallo, au dépôt de Pompéi, Casa Bacco ; monsieur Luigi Sirano et madame Anna Cozzolino, au dépôt d’Herculanum ; monsieur Giovanni Masullo, au dépôt d’Oplontis.

4Ma dette est également immense envers Philippe Borgard, collègue et ami qui, par ses suggestions éclairées, m’a permis de consolider mes hypothèses sur l’occupation des ateliers de vannerie de Pompéi. Elle n’est pas moins grande à l’égard de Christine Durand, auteur de beaucoup des photographies illustrant ce livre, et à l’égard de la formidable équipe pompéienne qui a réuni, sur plusieurs années consécutives et toujours dans la bonne humeur : Véronique Blanc-Bijon, Emmanuel Botte, Marie-Brigitte Carre, Francis Chardon, Camille Damon, Mauricette Deschaume, Isabel Figueiral, Florence Monier, Jacques Mouraret, Tomoo Mukaï, David Ollivier. Certains d’entre eux ont participé à cet ouvrage en rédigeant des annexes, mais tous m’ont apporté leur amical soutien. Je dois aussi vivement remercier Véronique Gémonet, du Centre Camille Jullian, et Guilhem Chapelin pour la mise au net du plan et les restitutions architecturales de l’atelier I 14, 2. J’ai à maintes reprises eu des discussions avec des collègues et amis qui m’ont fait part de leurs réflexions ou communiqué d’intéressants documents. Il m’est agréable de leur dire ma reconnaissance : Maria-Luisa Bonsangue, Isabelle Fauduet, Yves Manniez, Fabienne Médard, Nicolas Monteix. Je dois une reconnaissance particulière à des personnes dont l’enthousiasme, la générosité et le désir de partager leurs connaissances techniques sont pour beaucoup dans ce travail : Ginet Godeau, vannier à Villaines-les-Rochers (Indre-et-Loire), et surtout Guy Barbier et Michèle Pichonnet (Les Brins d’Osier). Guy est vannier, meilleur ouvrier de France, au Ponttien-Chrétien (Indre). Je lui dois, ainsi qu’à Michèle, une aide inestimable. Une grande partie des analyses et précisions techniques sur les vestiges archéologiques que nous avons examinés ensemble en 2008 leur sont dues, de même que de multiples suggestions sur les documents figurés. L’implication de Guy est allée jusqu’à expérimenter les gestes techniques pour reproduire avec succès certains des objets. Ces moments ont été très précieux.

5Enfin, je ne remercierai jamais assez mon cher Olivier pour son soutien constant, sa patience et ses encouragements. Je lui dédie ce livre, ainsi qu’à Raymond, Artiom et Denis.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable