Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vannerie dans l'Antiquité romaine

 | 
Magali Cullin-Mingaud

Introduction

Texte intégral

1Peu d’artisanats peuvent se targuer d’une existence dans la longue durée de l’histoire humaine. La vannerie en fait précisément partie. Objets modestes et familiers, objets d’un faible coût — uirgea uilisque supellex, selon Virgile — leur omniprésence atteste leur importance dans la vie quotidienne. Cette banalité même fonde la dimension anthropologique et culturelle de la vannerie comme le témoignage de l’habileté des hommes à réunir, dans le milieu qui le fait croître, le matériau et la main qui le façonnera. C’est pourquoi Claude Lévi-Strauss a considéré à juste titre ces réalisations artisanales comme des « symboles de la culture au même titre que le foyer domestique » (Lévi-Strauss 1971, p. 415). De fait, les ouvrages de vannerie occupent une place fondamentale dans les cultures dès la Préhistoire. La grande diversité des plantes que l’on pouvait mettre en œuvre, selon les régions, pour confectionner des ustensiles variés stimula très tôt l’imagination des hommes pour la réalisation de tout ce qui pouvait leur être nécessaire à moindre frais. Toutes les techniques en usage aujourd’hui sont connues dès le Néolithique, certaines pouvant même remonter au Paléolithique. Comme l’a écrit Claude Lévi-Strauss, la vannerie est donc une « activité technique qui intéresse le règne végétal » (Lévi-Strauss 1971, p. 327) et c’est bien là toute son originalité qui, liée au caractère immuable de ses techniques, est sans doute la cause même de sa longévité. Dans cette perspective, on a l’habitude de définir la vannerie comme l’assemblage de récipients ou de nattes par l’imbrication d’éléments longs et souples, le plus souvent végétaux. La nature du matériau employé contribue, en général, à déterminer la technique d’assemblage qui aboutit à la création d’ouvrages qualifiés de « solides souples » et dont la propriété essentielle est la flexibilité permanente. À la différence du tissage nécessitant de tendre l’étoffe sur un cadre — le métier à tisser —, l’assemblage d’une vannerie est généralement réalisé à main nue, bien que parfois une série de brins soit tendue sur un cadre comme la chaîne sur le métier, et que d’autres fois intervienne un outillage sommaire rustique, poinçon ou aiguille, pour ouvrir le passage des brins, ou encore baguette pour calibrer les mailles (Balfet 1964, p. 1033-1036 ; Leroi-Gourhan 1971, p. 234-235). Cependant, les traits élémentaires de la technique sont similaires entre les deux activités, puisque « l’enchevêtrement des fibres d’un panier ou celui d’une étoffe peuvent être identiques sans qu’on les considère comme appartenant à la même catégorie technique » (Leroi-Gourhan 1971, p. 268-269). Distinguer ainsi la vannerie à l’époque romaine n’aurait a priori qu’un intérêt restreint, si ce n’est qu’en étudiant cet artisanat à cette période, on ne peut qu’être frappé par la continuité dans la transmission des techniques et par la pérennité des processus de fabrication, de même que par le haut degré de savoir-faire acquis et transmis dès les origines. C’est cette ingéniosité qui, traversant le temps et les aires géographiques et culturelles, permet de comparer, pour les identifier, les réalisations antiques à des réalisations émanant d’autres cultures. Ce point suffirait à lui seul pour justifier une étude de cet artisanat. Mais, aussi modeste soit-il, pour l’époque romaine qui nous intéresse ici, l’abondance des données textuelles, les nombreuses représentations figurées tout comme l’exceptionnel apport archéologique des sites ensevelis par l’éruption du Vésuve continuent d’éclairer la dimension originale de cet artisanat. Tous les documents présentés ici témoignent d’une production diffuse et variée, parfois de la grande qualité d’exécution d’objets dont l’usage était amplement répandu dans la vie quotidienne. Néanmoins, si l’iconographie est relativement abondante pour le sujet d’étude, les traces matérielles, elles, sont rares. Non seulement la vannerie fait partie des artisanats qui ne peuvent être abordés qu’à partir du seul objet produit, mais encore l’approche des modes de production et de diffusion peut être problématique parce que cette activité manuelle ne laisse, à la différence du textile, quasiment aucun témoignage indirect en matériau non périssable comme fusaïoles ou pesons. Les réalisations du vannier, périssables par nature, sont condamnées à disparaître sauf en des lieux où les vestiges ont été conservés dans des conditions extrêmes de sécheresse ou d’humidité. La rareté du matériel d’étude constitue assurément un obstacle, raison pour laquelle la vannerie a sans doute été l’une des productions les plus délaissées des études socio-économiques mais aussi artistiques. Alors que les recherches sur le monde artisanal dans l’Antiquité se sont multipliées depuis une trentaine d’années, les travaux portant sur la fabrication et le commerce de produits finis non pérennes demeurent peu nombreux. Donner une orientation bibliographique sur l’activité vannière à l’époque romaine consiste essentiellement à citer de rares travaux ponctuels ou quelques pages d’ouvrages généraux, parfois assez anciens, traitant de l’artisanat et des techniques. À la fin du XIXe siècle, dans le premier de ses quatre volumes concernant les techniques et la terminologie du travail aux époques grecque et romaine, H. Blümner (1875) réserva quelques pages au travail des vanniers dans le chapitre consacré aux artisanats dédiés au tressage des végétaux (Die Fabrication geflochtener Waaren). En une démarche rigoureuse, l’auteur exploitait des sources et documents de nature diverse (littéraires, épigraphiques et iconographiques). Par la suite, la vannerie fut sommairement étudiée, à partir des sources littéraires, dans un ouvrage anglais couvrant un très large arc temporel, ainsi que l’indique son titre : Basketwork through the Ages (Bobart 1936). Vers le milieu du XXe siècle et de façon plus large, plusieurs ouvrages généraux anglo-saxons consacrés à l’histoire des techniques ont vu le jour, dans lesquels un chapitre — ou une partie d’un chapitre — concernait les techniques de vannerie. Les découvertes archéologiques d’Égypte avaient révélé des savoir-faire très avancés : on peut citer notamment les travaux de G. M. Crowfoot (1954), R. J. Forbes (1964) ou H. Hodges (1964). En revanche, la période romaine était rarement abordée. Enfin, des ouvrages portant sur des thématiques bien définies ont aussi, à l’occasion, évoqué des aspects de cet artisanat. Ainsi K. D. White, dans le cadre d’une recherche sur l’équipement rural dans le monde romain, étudia longuement les vanneries employées dans le domaine agricole (White 1975, p. 56-104). Son travail est d’importance car il est le premier à avoir rapproché les textes et l’iconographie pour dresser une typologie des vanneries mentionnées dans les traités d’agriculture, en même temps qu’il se livrait à une étude critique des travaux plus anciens, en particulier ceux des auteurs de dictionnaires d’antiquités. Dans les années 1980 se sont véritablement développées les études sur l’artisanat des matériaux non pérennes, notamment le tissage, la corderie et la vannerie. En témoignent d’abord une monographie relative au tissage et à la vannerie dans la péninsule Ibérique de la Préhistoire à l’époque romaine due à C. Alfaro Giner (1984), œuvre pionnière essentiellement tournée vers l’aspect archéologique et l’analyse technique de vestiges, puis un petit ouvrage illustrant une exposition sur la vannerie et la corderie centré sur la présentation de quelques vestiges mobiliers (Gaitzsch 1986). L’organisation, en 1988, d’un colloque autour du thème « Tissage, corderie, vannerie » consacra un ensemble de recherches menées sur les activités manuelles liées au travail des végétaux (Tissage 1989). Dans les années qui précédèrent et suivirent ce colloque, des analyses iconographiques des vanneries d’époque romaine furent présentés par N. Blanc et F. Gury (Blanc 1989 ; 1990a ; 1990b). Depuis cette date, l’engouement paraît être retombé, comme si le sujet avait été exploré dans sa totalité, comme si le « filon » avait été épuisé … À moins que, comme le suggère le titre provocateur d’un guide dédié à l’enregistrement des vanneries découvertes en fouille en Égypte, Who is afraid of basketry (Wendrich 1991), le caractère épars et lacunaire de la documentation joint à la difficulté à analyser et conserver les découvertes archéologiques ait dissuadé les chercheurs d’aller plus avant dans leur enquête, hormis pour de rares publications concernant des vestiges sporadiques livrés par des fouilles ayant atteint des niveaux immergés.

2Pourtant, il semble possible d’appréhender un peu plus précisément ces biens et leurs producteurs qui ont laissé peu de traces mais dont l’importance n’était pas moindre par le biais de documents multiples, disparates et épars : sources écrites (littérature et épigraphie), documentation iconographique et (rares) vestiges archéologiques. Seule la conjonction de ces sources connexes, dispersées à la fois dans le temps et dans l’espace, est à même de livrer des indications sur les modes de production et de diffusion d’un secteur de l’artisanat romain longtemps resté en marge des recherches scientifiques. Dans le cadre chronologique large de l’Antiquité romaine, mais dans le cadre géographique plus restreint de l’Occident seront ainsi présentés à la fois les artisans, avec leurs techniques de travail, les matériaux qu’ils employaient ainsi que les lieux de production, et les différents types d’ouvrages réalisés, en faisant appel aux sources littéraires, mais aussi en mettant en valeur les remarquables vestiges mobiliers découverts dans les cités détruites par l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère. Pour suivre l’ensemble de la chaîne opératoire depuis la culture de certaines espèces ou la récolte de végétaux spontanés jusqu’à l’obtention d’un produit fini, le premier chapitre est consacré aux plantes. Si les témoignages directs apportés par l’analyse des découvertes archéologiques sont rares en raison du faible nombre d’analyses réalisées sur les objets et de l’impossibilité, bien souvent, de déterminer l’espèce d’un végétal, les textes littéraires, en revanche, sont prolixes à leur sujet, même si les problèmes d’identification demeurent récurrents. On se rend compte de la grande diversité des matériaux végétaux entrant en jeu, diversité dépendant des zones géographiques, des terroirs et des sols. La transformation de la matière première végétale en un objet fini implique l’adaptation de celui qui le fabrique au milieu qui l’environne, puisqu’il privilégie le plus souvent les plantes locales (il est rare qu’un vannier utilise un végétal allogène) et que les techniques de tressage sont étroitement liées au choix du matériau. Activité essentiellement manuelle, la vannerie ne nécessite pas un outillage spécifique, à l’exception de quelques rares instruments qui lui sont dévolus en propre : épluchoir, batte, fer à clore, fendoir. Cependant, deux stèles de vanniers d’époque romaine donnent à voir certains de ces outils dont il est intéressant de suivre l’évolution à travers les siècles pour les comparer à ceux aujourd’hui utilisés. Les différents modes d’assemblage connus à l’époque antique sont présentés ensuite. Ils peuvent être identifiés grâce aux documents figurés, où la matérialisation des techniques de tressage permet parfois de savoir si l’on a affaire à une vannerie rigide ou souple. Mais l’analyse des pièces, fragmentaires ou non, mises au jour dans les sites vésuviens offre l’opportunité de les appréhender de façon directe. Leur identification s’appuie sur la classification réalisée par l’ethnologue Hélène Balfet, classification reposant sur l’examen des différents moyens employés pour lier les brins. Faisant preuve d’un savoir-faire certain, avec parfois des techniques très élaborées pour obtenir des produits de qualité, les vanniers restent mal connus quant à leur statut, quant à leur spécialisation, quant aux conditions mêmes de l’exercice de leur métier. Quelques images les montrent au travail. L’épigraphie, qui constitue une importante source d’informations sur le monde de l’artisanat, est ici bien peu conséquente. On ne peut citer qu’un faible nombre d’inscriptions recensées dans les territoires de langue latine. Elles ont une grande valeur documentaire, bien que les interrogations demeurent nombreuses. D’abord, de manière directe, elles livrent plusieurs noms de métier en latin, paraissant indiquer tantôt la polyvalence (uitor, uiminarius), tantôt une spécialisation dans un produit particulier (tegetarius). Elles renseignent également sur la diversité des statuts des personnages (esclaves, affranchis et hommes libres) ainsi que sur la condition sociale qui pouvait être celle de certains producteurs et commerçants de vanneries (suffisamment riches pour avoir recours aux services d’un lapicide), de même que sur les conditions d’une production organisée en milieu urbain. De manière indirecte, la rareté de ces inscriptions est révélatrice de ce qu’a pu être ce milieu artisanal : un monde d’esclaves ou d’hommes libres anonymes, trop pauvres pour s’offrir une stèle, employés dans des officines urbaines mais aussi, et sans doute en majorité, travaillant dans le cadre domestique, subvenant aux besoins de la maison urbaine ou du domaine rural de manière occasionnelle, en fonction de la demande du moment, comme le soulignent bon nombre de sources littéraires. La difficulté à identifier archéologiquement des installations artisanales propres à cette activité, à la ville comme à la campagne, semble confirmer ce point. Outre que la polyvalence d’une partie des outils du vannier empêche d’attribuer formellement les découvertes archéologiques à cette activité et, de là, d’en reconnaître des traces sur les sites, cet artisanat ne nécessite pas d’infrastructures particulières, excepté un bassin de trempage rempli d’eau, installation fondamentale mais polyvalente elle aussi.

3Dans un tel contexte, Pompéi offre un champ d’investigation privilégié. La cité, qui a livré l’unique inscription latine mentionnant des tegetarii, est également le seul site urbain où ont pu être reconnus des ateliers de tressage de nattes. Ils sont au nombre de deux : l’un, installé sur la via dell’Abbondanza, est une découverte ancienne pour laquelle manquent malheureusement de nombreuses informations ; l’autre, identifié plus récemment, concerne une maison réoccupée par un fabricant de nattes sur la via di Nocera, maison dans laquelle ont été mises au jour à la fois les structures bâties nécessaires à l’artisan (aménagements hydrauliques et bassin de trempage) et la matière première végétale prête à être travaillée. Pour la première fois, cette découverte unique donne l’occasion d’examiner des structures spécifiquement dédiées à ce type d’artisanat en milieu urbain. La deuxième partie du volume est consacrée à ces ateliers pompéiens. La troisième et dernière partie traite des produits finis, des ouvrages de vannerie eux-mêmes. Cette production d’objets du quotidien dont peu de traces archéologiques subsistent était pourtant très diversifiée et répandue. En témoigne notamment la littérature latine où il est particulièrement remarquable de relever le grand nombre de termes usités pour désigner paniers et corbeilles. Les récipients de vannerie font ainsi l’objet d’une présentation sous la forme d’un lexique, cette richesse du vocabulaire l’imposant. Il montre combien la terminologie des types de récipients de vannerie s’est appauvrie avec les siècles. La grande quantité des représentations de paniers ou corbeilles, reflet de l’abondance et de la variété des usages, peut être confrontée avec la littérature et la compléter. Les différents supports, qu’il s’agisse de sculptures — où l’osier est un des rares matériaux dont l’aspect puisse être rendu —, de peintures ou de mosaïques, de figurines, voire de vaisselle ou autres objets décorés, présentent — dans des reproductions plus ou moins fidèles à la réalité — une grande diversité d’ustensiles aux formes variées, replacés dans différents contextes de la vie quotidienne. Toutefois, la confrontation des textes et des images (très rarement des vestiges) montre, en définitive et dans la plupart des cas, la difficulté et les hésitations à associer un nom à une forme ou à un usage particulier. Outre les paniers et les corbeilles, de nombreuses autres pièces de vannerie étaient en usage à la ville comme à la campagne, dans le monde militaire, dans le monde religieux et dans des contextes très divers. Ces objets variés sont essentiellement abordés par le biais de la littérature car ils sont moins présents dans l’iconographie. Ils peuvent cependant, occasionnellement, être illustrés par des documents archéologiques, comme c’est le cas, de façon exceptionnelle, pour les sites vésuviens.

4Pour appréhender la production de vanneries à l’époque romaine, la confrontation de documents de nature diverse s’impose donc. Elle permet, à défaut de donner une vue d’ensemble de ce secteur de l’artisanat fort diffus mais paradoxalement peu documenté, de souligner son inscription profonde dans la vie quotidienne et d’esquisser une approche de sa place économique mais aussi de sa dimension artistique. Même si, selon André Leroi-Gourhan (1973), « l’état du milieu technique n’est saisissable que dans les objets qui en émanent » et même si, pour l’Antiquité romaine, peu d’objets sont conservés, ceux qui le sont, comme les nombreuses représentations figurées parvenues jusqu’à nous, constituent, dans leur ensemble, le témoignage avéré d’une production abondante et techniquement très élaborée.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540