Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Euboica

 | 
Bruno D'Agostino
, 
Michel Bats

Erétrie géométrique et archaïque

Délimitation des espaces construits : zones d'habitat et zones religieuses

Claude Bérard

Texte intégral

  • 1 Edité par H. Damgaard Andersen et al., Copenhagen 1997 (= Acta Hyperborea 7); plusieurs articles c (...)
  • 2 Parmi les ouvrages récents, je citerai celui de F. Lang, Archaische Siedlungen in Griechenland : S (...)
  • 3 On peut faire le point avec le beau catalogue édité par G. Pugliese Carratelli, I Greci in Occiden (...)
  • 4 Mais il y a Dark Age et Dark Age ! Cf. New Light on a Dark Age. Exploring the Culture of Geometric (...)

1Depuis les Problèmes de la terre en Grèce ancienne (1973 !) jusqu'à, par exemple, Urbanisation in the Mediterranean in the 9th to 6th Centuries1, les ouvrages sur l'organisation spatiale des cités, villes et sanctuaires forains, se succèdent à un rythme accéléré2. Dans le phénomène de poléogenèse, pour parler comme François de Polignac, la répartition et la délimitation des espaces politiques, religieux, funéraires, agonistiques, résidentiels, etc., ne sont pas faciles à préciser, notamment pour les hautes époques, dans lesquelles la documentation est très incomplète pour des raisons multiples. Si les interrogations résonnent de façon particulièrement aiguë dans des villes comme Corinthe, Mégare ou Erétrie, c'est bien sûr qu'elles ont fondé des apoikiai en occident3. Quelles étaient donc leurs expériences de l'organisation des espaces avant d'implanter de nouvelles fondations en Italie ou en Sicile ? Au vu des données archéologiques actuelles, la réponse est, paradoxalement, négative, en précisant que nous ne devons pas être victimes du déséquilibre considérable qui existe entre les fouilles des sanctuaires forains et celles des villes comme telles, même si aujourd'hui on devine des agglomérations urbaines (ou proto-urbaines) d'époque protogéométrique, ce qu'on appelait naguère le Dark Age4.

2Erétrie est une des seules (la seule ?) villes ayant joué un rôle clef et dans le développement des comptoirs et des échanges avec le moyen-orient et dans la (pré) “colonisation” en occident que l'on puisse encore explorer systématiquement malgré une urbanisation contemporaine délirante. Elle offre en tout cas le seul sanctuaire urbain d'époque géométrique où l'on puisse conduire une prospection à loisir.

3Je prendrai deux exemples que j'ai eu la chance de fouiller personnellement et qui stimulent mes recherches depuis quelque 30 ans, le quartier de l'hérôon à la porte de l'ouest et le noyau du sanctuaire d'Apollon Daphnéphoros. Deux postulats nous aideront à progresser.

  • 5 C. Bérard, ‘Urbanisation à Mégara Nisaea et urbanisme à Mégara Hyblaea. Espace politique, espace r (...)

4En premier lieu, il y a le plus souvent continuité verticale, c'est-à-dire stratigraphique, et donc historique, dans la superposition des zones et de leurs constructions, de leurs monuments. Par exemple, sur l'Acropole d'Athènes, à l'emplacement de “l'Erechteion”, il y a continuité entre la tradition des palais mycéniens, de l'hérôon d'Erechthée, palais funéraire, et celle du (nouveau) temple d'Athéna poliade – alors que le Parthénon, “trésor”, repose sur le “vide”. On voit très clairement que les édifices de l'agora de Mégare, découpée dans une nécropole, sont marqués idéologiquement par une tradition funéraire toujours vivante5.

5En second lieu il y a le plus souvent continuité horizontale, je veux dire permanence des contiguïtés, c'est-à-dire continuité archéologique, entre les différentes zones et leurs constructions. Par exemple, pour en rester à Athènes, il y a continuité sur une large plage archéologique horizontale, entre l'espace de l'agora et les quartiers artisanaux limitrophes, entre le Céramique et la nécropole du même nom, et volonté de souligner et de faire respecter ces limites, d'où le recours aux bornes par exemple.

Fig. 1 - Erétrie : le quartier de l'hérôon.

Le quartier de l'hérôon (fig. 1)

  • 6 Voir aujourd'hui K. Reber, Die klassischen und hellenistischen Wohnhäuser im Westquartier, Lausann (...)

6Je commencerai par relever combien il est exceptionnel d'avoir pu mettre au jour un quartier archaïque et repérer ses transformations durant à peu près deux siècles. Ce qui frappe au premier regard, c'est la forme triangulaire de cet espace; elle est due non pas tellement à la rue qui conduit à la porte de l'ouest qu'à un cheminement primitif qui permettait de partir en direction des collines de l'arrière-pays, et surtout de Lefkandi, la plaine lélantine et Chalcis. Tout le quartier, jusqu'à la fin de son existence, est resté bordé par cette limite (un millénaire !?)6. A l'ouest, c'est la rivière, endiguée et bordée par une muraille qui remonte en tout cas à l'époque archaïque, qui ferme la zone. Au nord, la construction d'une porte monumentale, au début du VIIème siècle, bloque toute extension; son développement repoussera même certaines constructions au sud. Enfin, le dernier côté est marqué par un micro-analemma que l'on se risquera à appeler péribole, un mur de limite de propriété percé d'une canal pour l'écoulement des eaux. Nous sommes donc en présence d'une propriété, d'un lotissement, tout irrégulier qu'il soit, résultat d'un processus d'urbanisation lente conditionnée par des axes de passage traditionnel. Sur ce terrain, les constructions principales sont orientées, durant deux siècles, sur la rue aboutissant à la porte. Plus extraordinaire, mais très signigicatif dans la perpective où je me suis placé, est le respect et le maintien de cette limite à l'époque classique. Le plan des maisons s'oriente alors non plus sur la rue mais sur la nouvelle muraille ouest, ce qui entraîne pour conséquence la multiplication de petites pièces triangulaires malcommodes. Cela signifie que le cadastre était intouchable; qu'il était impossible de remodeler le quartier selon des principes orthogonaux modernes; que les limites des propriétés archaïques étaient toujours respectées; que la contiguïté entre l'espace “privé”, le quartier, et l'espace public, la rue, était fixée à jamais jusqu'à l'abandon de la zone.

7Cette permanence des limites, cette stabilité des structures archaïques est d'autant plus remarquable qu'immédiatement au nord, au nord de la grande artère est-ouest qui relie la porte de l'ouest à la porte de l'est, un audacieux plan de zonage articule un nouveau sanctuaire de Dionysos à un théâtre masse et à un ensemble ludico-agonistique avec gymnase et bains. Que les Erétriens n'aient pas hésité à creuser une orchestra et à élever une cavea en terres rapportées, travail colossal, montre à l'évidence la volonté d'en choisir l'emplacement dans le cadre d'un plan de zonage moderne. En revanche, le quartier de l'hérôon, ses limites en tout cas, restent identiques.

8Ne faut-il pas maintenant s'interroger sur le sens de cette différence d'évolution entre deux zones voisines et se demander pourquoi la rue archaïque oblique continue de border l'habitat ? La réponse ne serait-elle pas à chercher dans le fait qu'à continuité archéologique correspond aussi continuité historique ? Karl Schefold avait proposé une solution qui allait dans cette direction, mais en s'enfermant dans un cercle vicieux insoutenable : les tombes constituaient un hérôon parce qu'elles étaient sous un “palais”, et palais il y avait parce qu'il était posé sur un hérôon !

9Je n'entrerai pas dans cette logique, mais j'ai signalé en entrée les connotations funéraires, héroïques, de certains édifices publics de l'agora de Mégare; et si nous parlons de l'Erechteion comme palais funéraire du héros c'est bien par rapport au palais du roi mycénien. Mémoire est ici invoquée ! Il faut alors peut-être maintenant, sans tomber dans l'erreur schefoldienne, apprécier un peu différemment ces permanences archaïques. Certes la rue donne l'axe du quartier; mais ce quartier est limité au sud par ce que j'ai appelé un péribole, et je n'aurais pas dû employer, dans la description, un terme aussi engagé ! Disons que ce quartier n'est pas simplement juxtaposé à un autre quartier, comme une maison à une autre maison dans une relation d'ordre contigu. Je tente donc ici d'interpréter ces particularités. En aucune façon elles ne peuvent constituer une expérience de l'aménagement de l'espace susceptible d'être exportée. Il ne s'agit donc pas d'urbanisme, mais d'urbanisation dans laquelle des facteurs sociologiques, peut-être politiques, religieux et funéraires, pèsent d'un grand poids.

Le sanctuaire d'Apollon (fig. 2)

  • 7 Le Colloque de Lyon, L'espace sacrificiel dans les civilisations méditerranéennes de l'Antiquité, (...)

10A la différence des sanctuaires forains, le problème de la délimitation entre l'espace religieux, sacré, et le reste de l'habitat se pose à Erétrie avec d'autant plus d'amitié que nous sommes en laine et non sur l'acropole7. A Athènes, la question ne se pose pas : on passe les Propylées et on pénètre dans le sanctuaire. Mais à Erétrie, et à Erétrie au VIIIème siècle ? Autant les choses semblent être claires dans l'hérôon, autant ici, et à ce stade des fouilles, nous devons rester prudents. Un coup d'oeil sur le plan révèle une prolifération de murs dont la fonction est loin d'être évidente.

  • 8 Sur tout cela on se référera maintenant à la somme que A, Mazarakis Ainian a publiée : From Rulers (...)

11Je partirai d'une objection qu'avait formulée Alexandre Mazarakis Ainian8. Si, disait-il, le Daphnéphoréion, la chapelle première d'Apollon, n'était en fait qu'une maison mono-cellulaire ? Après tout il y en a d'autres. Nous sommes donc dans un quartier d'habitat qui sera désaffecté et transformé en sanctuaire. Sandrine Huber a mis au jour, à l'est, un atelier de bronzier. Si ces maisons paraissent grandes, c'est qu'elles appartiennent à des personnages d'envergure. Les archéologues suisses eux-mêmes se demandent où habitait la famille “princière” de l'hérôon; voilà la réponse ! La chronologie joue parfaitement : on enterre le “prince”, le futur héros, et l'on construit le premier “hécatompédon”.

Fig. 2 - Erétrie : le Sanctuaire d’Appollon Daphnéphoros (da S. Huber, in questo volume a p. 110)

12Selon cette interprétation, mon postulat sur la continuité historique stratigraphique est balayé définitivement. Ouvert à toute proposition, je pose la question. Dans le processus de poléogenèse, est-il concevable, dans ce moment historique si particulier qui voit émerger la polis et ses institutions, de n'avoir pas prévu une zone religieuse, pire, de devoir exproprier une zone habitée, et par des aristrocrates ? On sait bien que les liturgies sont aux mains de ces mêmes aristocrates, et donc qu'un conflit entre princes politiques et prêtres n'a aucune pertinence. De surcroît nous venons de constater l'extraordinaire stabilité des lotissements archaïques, au mépris d'un aménagement rationnel de l'habitat. Comment ne pas faire place, c'est le cas de le dire, dès l'origine, à la divinité poliade de la cité ? Où aurait-elle habité avant ? Et sur quel autel lui aurait-on sacrifié ?

  • 9 M. R. Popham et al., Lefkandi II. The Protogeometric Building at Toumha. Part 2 : The Excavations, (...)
  • 10 C. Bérard, ‘Apollon Porte-Laurier. I Architecture : d'où vient le temple grec ?’, in Desmos , ‘Bul (...)
  • 11 Voir Mazarakis cité supra note 8; cf. K. Fagerström, Greek Iron Age Architecture. Developments thr (...)

13La tombe monumentale de Lefkandi n'a pas contribué à éclaircir le débat9. On se rappelle, et sans doute par comparaison, au moins inconsciemment, avec l'hécatompédon d'Erétrie, que les archéologues avaient d'abord parlé de “temple” avant de découvrir les tombes à l'intérieur. Le terme hérôon est ensuite venu dans la discussion, ce qui est impossible pour des raisons historiques, compte tenu de la spécificité fonctionnelle de l'hérôon dans la poléogenèse du VIIIème siècle. Clemens Krause avait immédiatement avancé la solution du palais funéraire, que j'ai adoptée avec enthousiasme10. Le modèle de la construction funéraire (éphémère) de Lefkandi ne peut en effet que ressortir à une architecture “palatiale”; la multiplication des découvertes de ce type d'habitat à l'époque protogéométrique permet de vérifier l'interprétation11. Dans la perspective de Mazarakis, on pourrait même se demander si “l'hécatompédon” lui-même n'est pas un palais ? La question est peut-être moins absurde qu'elle n'en a l'air. Qu'est-ce qu'un palais à Erétrie au VIIIème siècle, compte tenu des trouvailles de Lefkandi ? Qu'est-ce qu'un “temple” ? Ce qui est certain, c'est que l'architecture du temple géométrique dérive en ligne directe du palais. Nous nous sommes placés cependant dans une problématique d'organisation des espaces et de délimitations des zones. Continuer dans cette voie me semble s'exposer à toutes sortes de confusions, et de fusions, peu compatibles avec les structures grecques.

  • 12 Pour Argos, et Samos d'ailleurs, voir Héra, Images, espaces, cultes, ‘Actes du colloque de Lille’ (...)
  • 13 J'essaie de faire valoir, en vain, mon point de vue depuis 1978 : Topographie et urbanisme de l'Er (...)

14Pour en revenir à l'image que donne le plan, le moins qu'on puisse dire est qu'elle est brouillée et qu'il paraît impossible d'y repérer quelqu'organisation de l'espace que ce soit. Si l'on peut effectivement reconnaître plusieurs constructions de formes ovales ou absidiales, elles sont loin de pouvoir se constituer en quartier. Bien au contraire, elles sont entourées et isolées les unes des autres par des murets, des murs, des périboles ( ?), certains très longs; l'un d'entre eux semble même muni d'une porte avec un seuil à montant central, car il est impossible qu'il s'inscrive dans un plan barlong. Les sanctuaires forains suivent des modèles bien différents, que ce soit les terrasses de l’Héraion d'Argos ou les stoai de Samos12. Est-ce alors dire que l'espace du sanctuaire poliade n'arrive pas à se dégager du tissu urbain dans lequel il serait étroitement imbriqué et dont il devrait se défendre, s'isoler par tout un réseau de murs ? Un des problèmes majeurs de l'urbanisation d'Erétrie réside dans la lutte qu'il a fallu mener contre les inondations ponctuelles, mais souvent catastrophiques, qui ont déversé dans la ville d'énormes quantités de sable et de gravier; mais tous ces murets ne peuvent être réduits à la maîtrise de phénomènes hydrauliques dont on a exagéré l'importance, et surtout la périodicité, et qu'on retrouve d'ailleurs dans de nombreux sanctuaires, à l'Héraion de Samos, mais aussi en plein coeur d'Athènes13. Il faudrait donc admettre qu'il n'y a pas d'urbanisme comme telle dans l'Erétrie du VlIIème siècle puisque même Apollon ne dispose pas d'un téménos. Cette situation ne laisse pas de surprendre. Si l'on parle de polis, quelles en sont les autorités ? De quel pouvoir disposent-elles ? Une ou deux générations après le départ des “colons” pour l'ouest, aucune organisation de l'espace n'est repérable. Si l'on connaît une agora archaïque, celle de l'époque géométrique n'a pas été découverte; a-t-elle seulement existé ? Mais alors qu'est-ce qu'une ville sans zone religieuse, sans zone politique, avec un habitat dispersé et peut-être des tombes un peu partout, les seules limites consistant finalement dans ces grandes murailles qui semblent avoir servi aussi bien à la protection contre les eaux en furie que contre d'éventuels ennemis ? Alors que les villes d'occident peuvent se livrer ex nihilo è des expériences d'urbanisme proprement dit, les cités mères mettent au point des solutions architecturales dont les grands temples, issus des palais, constituent les éléments les plus spectaculaires.

15On se gardera ici de généraliser et la poursuite des fouilles permettra, espérons-le, de mieux comprendre la mise en place des espaces érétriens. On peut rêver aussi d'un sanctuaire géométrique d'Artémis à Amarynthos dont l'organisation ferait contraste avec celui d'Apollon.

  • 14 On me permettra d'ajouter une dernière note. A l'invitation d'A. Schnapp, A. Altherr-Charon et moi (...)

16Artémis précisément : n'a-t-elle pas sa place à côté d'Apollon et l'une de ces constructions ovales ne serait-elle pas une chapelle artémisiaque, point de départ de la procession vers Amarynthos ? Celle qui apparaît dans l'angle nord est du temple du VIème siècle est de dimensions comparables à celles du Daphnéphoréion. Mieux encore elle est fondée très profondément dans un terrain en pente, ce qui est la preuve du choix réfléchi de son emplacement; je ne connais pas, à Erétrie en tout cas, de simples maisons qui possèdent des fondations d'une telle importance. Il n'est pas inconcevable qu'un petit sanctuaire artémisiaque jouxte un téménos de la divinité poliade, l'Apollon Daphnéphoros, et qu'il en soit séparé par un muret de délimitation. Cette solution peut expliquer une certaine confusion apparente, mais elle ne parvient pas à dissimuler l'absence de plan directeur. Un parcours cérémoniel, dans ces espaces fractionnés, le déroulement d'un rituel sacrificiel mettant en scène l'ensemble de la collectivité censée y célébrer aussi l'homogénéité de son identité, paraissent quasiment impossibles. Quelle figure a donc l'Erétrie des voyages en orient, des établissements en occident, l'Erétrie de la thalassocratie, voire l'Erétrie de la guerre lélantine, l'Erétrie des tombes “princières”14 ?

Notes

1 Edité par H. Damgaard Andersen et al., Copenhagen 1997 (= Acta Hyperborea 7); plusieurs articles concernent très directement notre sujet.

2 Parmi les ouvrages récents, je citerai celui de F. Lang, Archaische Siedlungen in Griechenland : Struktur und Entwicklung, Berlin 1996, dans lequel et l'hérôon d'Erétrie et le Daphnéphoréion figurent en bonne place.

3 On peut faire le point avec le beau catalogue édité par G. Pugliese Carratelli, I Greci in Occidente, Milano 1996.

4 Mais il y a Dark Age et Dark Age ! Cf. New Light on a Dark Age. Exploring the Culture of Geometric Greece èd. par S. Langdon, Columbia, Univ. of Missouri, 1997.

5 C. Bérard, ‘Urbanisation à Mégara Nisaea et urbanisme à Mégara Hyblaea. Espace politique, espace religieux, espace funéraire’, in MEFRA 95, 1983, 2, pp. 634 ss.

6 Voir aujourd'hui K. Reber, Die klassischen und hellenistischen Wohnhäuser im Westquartier, Lausanne 1998 ( = Eretria 10).

7 Le Colloque de Lyon, L'espace sacrificiel dans les civilisations méditerranéennes de l'Antiquité, Paris 1991, dont les Actes ont été publiés par R. Etienne et M.-T. Le Dinahet a permis de faire le point. Le cas d'Erétrie, cependant, n'est pas éclairé pour autant.

8 Sur tout cela on se référera maintenant à la somme que A, Mazarakis Ainian a publiée : From Rulers’ Dwellings to Temples. Architecture, Religion and Society in early Iron Age Greece (1100-700 B. C.), Jonsered 1997 (= SIMA n. 121), notamment pp. 102 ss.

9 M. R. Popham et al., Lefkandi II. The Protogeometric Building at Toumha. Part 2 : The Excavations, Architecture and Finds, Athens 1993.

10 C. Bérard, ‘Apollon Porte-Laurier. I Architecture : d'où vient le temple grec ?’, in Desmos , ‘Bulletin des Amitiés grécosuisses’, 11-12, 1986, pp. 7 ss.

11 Voir Mazarakis cité supra note 8; cf. K. Fagerström, Greek Iron Age Architecture. Developments through Changing Times, Göteborg 1988.

12 Pour Argos, et Samos d'ailleurs, voir Héra, Images, espaces, cultes, ‘Actes du colloque de Lille’ édités par J. de La Genière, Naples 1997. A Argos, il y a d'abord une chapelle du type du Daphnéphoréion sur la terrasse qui ouvre sur un espace sacrificiel; mais dès que le premier temple a été édifié, l'espace a manqué (CB).

13 J'essaie de faire valoir, en vain, mon point de vue depuis 1978 : Topographie et urbanisme de l'Erétrie archaïque, Eretria 6, Berne 1978, pp. 89 ss. Toutes mes recherches depuis cette date n'ont fait que renforcer ma position.

14 On me permettra d'ajouter une dernière note. A l'invitation d'A. Schnapp, A. Altherr-Charon et moi-même avions écrit, dans Larchéologie aujourd'hui, Paris 1980, un article qui posait le problème de l'espace : ‘Erétrie. L'organisation de l'espace et la formation d'une cité grecque’, pp. 229 - 249. Il me semble que, quelque 20 ans plus tard, on n'a pas beaucoup avancé ! Quelle est le faciès d'une cité grecque à l'heure de la colonisation, une génération après, deux générations après ? Et quelle est l'adéquation entre le discours tenu par les historiens et les découvertes archéologiques ? Ce dont je suis certain, c'est que ce n'est pas la céramique qui permettra de répondre.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Erétrie : le quartier de l'hérôon.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/648/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 2 - Erétrie : le Sanctuaire d’Appollon Daphnéphoros (da S. Huber, in questo volume a p. 110)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/648/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications du Centre Jean Bérard, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540