Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Euboica

 | 
Bruno D'Agostino
, 
Michel Bats

Recherches sur les tombes à inhumation de l’Hérôon d’Erétrie*

Béatrice Blandin

Texte intégral

  • * Cette recherche a été effectuée dans le cadre d'un mémoire de licence à l'Université de Lausanne, (...)
  • 1 Pour les rapports de fouilles, voir AntK 9, 1966, pp. 106 et 120-124; AntK 11, 1968, pp. 92-94; Ar (...)
  • 2 II n’est pas possible de savoir si cette organisation est propre à la nécropole de l’Hérôon ou si (...)

1En 1965 et 1966, les archéologues suisses actifs à Erétrie entreprirent d’explorer la région de la Porte de l’Ouest de la cité. Ces fouilles firent apparaître, à une dizaine de mètres au sud de ce monument, une petite nécropole datant de la fin du VIIIème siècle av. J.-C1. (fig. 1.1). Ce cimetière, dit de l’Hérôon ou de la Porte de l’Ouest, comprend sept incinérations d’adultes regroupées dans sa partie est et neuf tombes d’enfants, des inhumations en fosse, qui occupent la zone ouest (fig. 2)2.

  • 3 Ce cimetière a été fouillé de 1897 à 1903 par K. Kourouniotis. Voir pour les trouvailles d’époque (...)
  • 4 Pour la description et le commentaire de ces tombes, voir Bérard 1970, pp. 13-32.
    Les sépultures d’ (...)

2Cette découverte eut un grand retentissement, tout d’abord parce que les seules sépultures d’époque géométrique connues alors consistaient en huit incinérations d’adultes et en une cinquantaine d’enchytrismes d’enfants mises au jour beaucoup plus au sud, près du rivage, dans la nécropole dite de l’Hygionomeion ou de la mer3, et d’autre part, parce que les tombes d’adultes du cimetière de l’Hérôon, particulièrement spectaculaires, se distinguaient par l’adoption d’un rituel de type homérique. Ces sépultures consistent en effet en de grands chaudrons de bronze qui contenaient les cendres du défunt enveloppées dans un tissu. Dans la plupart des cas, les urnes étaient protégées par des pierres. Le mobilier de ces sept sépultures ne comportait pas de céramique, mais des éléments de parure en métal précieux ainsi qu’un grand nombre d’armes4.

  • 5 Voir plus particulièrement Bérard 1970, ainsi que la bibliographie citée supra, note 1.

3La richesse des urnes cinéraires des adultes, le caractère épique du rituel pratiqué lors des funérailles, l’érection d’un monument triangulaire et vraisemblablement d’un tumulus au-dessus des tombes, ainsi que la position occupée par ce cimetière dans la cité d’Erétrie, sont autant d’éléments qui ont conduit C. Bérard – auteur des fouilles et de leur publication – à identifier ce complexe tombal comme un Hérôon5.

Fig. 1. Erétrie. Plan de la cité à l’époque géométrique et archaïque (plan établi par Th. Theurillat à partir de Mazarakis Ainian 1987, Fig. 12, p. 19).

  • 6 Le mobilier des inhumations fera l’objet d’une publication ultérieure.

4Si les incinérations du cimetière de la Porte de l’Ouest ont particulièrement retenu l’attention des archéologues, les sépultures d’enfants sont en revanche restées un peu dans l’ombre. Cet article leur est donc plus particulièrement consacré : il y sera question du type des tombes, de l’âge des défunts, ainsi que du mobilier céramique et des informations que celui-ci peut livrer sur le rituel funéraire6. Toutefois, avant d’aborder ces thèmes, il est opportun de faire quelques remarques sur la position de la nécropole de l’Hérôon dans la cité d’Erétrie. En effet, des découvertes récentes amènent à reconsidérer certaines affirmations et hypothèses qui paraissaient s’imposer jusqu’ici.

Position de la nécropole de l’Hérôon

  • 7 Bérard 1978, p. 89.

5Lorsque l’on examine, sur le plan d’ensemble des vestiges d’époque géométrique, la position des deux nécropoles bien connues d’Erétrie – celle de l’Hygionomeion et celle de l’Hérôon – on ne peut qu’être frappé par la distance les séparant : environ 700 mètres (fig. 1. 1 et 2). C. Bérard a déjà souligné ce fait et attiré l’attention sur l’emplacement choisi pour implanter la nécropole de la Porte de l’Ouest, qui est plus récente que l’autre : « Il est en effet anormal qu’un petit groupe social choisisse d’installer ses morts à l’écart du cimetière public; il est plus singulier encore que cette dérogation lui soit accordée, ou peut-être imposée »7.

  • 8 Kourouniotis 1903, p. 9; Bérard 1970, pp. 66-67 et Bérard 1978, p. 90.
  • 9 K. Schefold situe cette sépulture sur la rive droite du cours d’eau qui longe la nécropole de l’Hé (...)
  • 10 Bérard 1970, p. 67. La fosse 22 contenait du mobilier céramique dont quelques fragments brûlés, ai (...)

6La position des tombes de l’Hérôon paraissait, alors, d’autant plus significative que les fouilles entreprises à proximité de la petite nécropole n’avaient révélé la présence d’aucune autre sépulture d’époque géométrique. La seule exception consistait en une incinération mentionnée dans un rapport de fouille de 19038 : K. Kourouniotis y signale la découverte d’une urne de bronze, protégée par une niche de pierre, qu’accompagnaient un diadème en or, deux fers de lance, une épée, ainsi qu’un petit couteau, non loin de la Porte Ouest de la cité. La localisation exacte de cette trouvaille est malheureusement inconnue9. Relevant la similitude frappante du mode de sépulture et du mobilier de cette incinération avec les tombes d’adultes de l’Hérôon, C. Bérard propose d’y reconnaître la tombe 22 ou 23 de cette nécropole, car ces deux fosses n’avaient livré lors de la fouille que de maigres vestiges et portaient des traces de perturbation postérieure10. Cette conjecture conservait au cimetière sa position isolée.

Fig. 2. Plan de la nécropole de l’Hérôon près de la Porte de l’Ouest (plan établi par Th. Theurillat à partir de Bérard 1970, plan II).

  • 11 R. Martin, ‘Problèmes de topographie et d’évolution urbaine’, in Contribution à l’étude de la soci (...)
  • 12 Bérard 1978, p. 90.

7R. Martin a contesté cette interprétation, déclarant qu’il existe une nécropole du VIIIème siècle av. J. C. située à 10 ou 15 mètres des sépultures de l’Hérôon, de l’autre côté de la rivière, près de l’emplacement du pont qui mène à la Porte de l’Ouest11. C. Bérard répond : « D’une part, on n’a trouvé aucune tombe à l’emplacement même du pont, d’autre part, la datation des tombes mises au jour dans la zone avoisinante, extra muros, ne remonte pas au-delà de la fin du Vème siècle. Il n’y a donc aucun rapport entre celles-ci et celles-là », réaffirmant ainsi que la nécropole de l’Hérôon occupe un emplacement particulier dans la cité12.

  • 13 Il ne sera question ici que du problème de la position de la nécropole de la Porte de l’Ouest. Les (...)

8Or, la découverte, au cours de ces dernières années, de plusieurs tombes – aussi bien à incinération, à inhumation, qu’à enchytrisme – en des lieux distincts de ceux occupés par les nécropoles de l’Hérôon et de l’Hygionomeion, relance, sur des bases nouvelles, la problématique de la position du cimetière de la Porte de l’Ouest et conduit en outre à s’interroger sur le nombre, la localisation et l’extension des cimetières d’Erétrie au VIIIème siècle13.

  • 14 Voir Reber 1993, pp. 130-131.

9La présence d’une tombe à quelque quatre-vingt mètres au sud du cimetière familial est capitale dans ce débat (fig. 1. 3). La sépulture en question est une inhumation d’enfant dans une simple fosse, qui contenait un collier de 29 perles d’ambre, trois récipients céramiques et une perle de terre cuite14. D’après son contenu, elle a été datée du Géométrique Moyen II; elle est donc antérieure au complexe tombal de la Porte de l’Ouest.

  • 15 K. Reber qui a mis au jour l’inhumation d’enfant a déjà formulé cette question, voir Reber 1993, p (...)

10S’agit-il d’une inhumation isolée ou se rattachant à un groupe de tombes ?15 Et s’il y a effectivement plusieurs sépultures, quelle est la durée d’utilisation de cette aire funéraire ? Seules de nouvelles fouilles permettront d’apporter des réponses précises à ces interrogations. Néanmoins, quelques indices laissent supposer l’existence d’autres sépultures non loin de l’Hérôon :

  • Au VIIIème siècle, la région dans laquelle fut aménagée la nécropole de la Porte de l’Ouest était sujette aux inondations provoquées par le torrent voisin16 Si cela rendait les lieux impropres à l’implantation d’édifices – des constructions n’y sont attestées qu’à partir du VIIème siècle, lorsque la rivière est canalisée17 – ce terrain se prêtait en revanche à l’implantation de tombes : il était visiblement en marge de l’habitat, mais pas trop éloigné de celui-ci; une route partant en direction de Chalcis passait probablement non loin de là18 D’autres nécropoles géométriques se sont développées près de cours d’eau19
  • La sépulture mise au jour au sud de l’Hérôon – qui ressemble étonnamment aux inhumations de ce cimetière, même si elle leur est antérieure de quelques dizaines d’années – se distingue par la présence d’un mobilier relativement riche pour une tombe d’enfant20 Il serait étonnant que le défunt ait donc été délibérément enseveli en dehors des zones funéraires traditionnelles21 La présence d’autres sépultures dans son voisinage paraît d’autant plus probable que de petits groupes de tombes ont été mis au jour ailleurs dans la cité22
  • Il faut relever de plus que, si le mode de sépulture des adultes ensevelis dans le cimetière de l’Hérôon a permis de les identifier comme des membres de l’élite de la cité, ceux-ci ne sont que six. Or, il ne fait aucun doute que l’aristocratie de la cité était bien plus nombreuse ! C. Bérard l’affirme lorsqu’il écrit : « Nous éviterons de parler de ‘roi’, malgré les références faites au mot βασιλεύς, parce que nous ignorons la position de notre· prince dans l’ensemble de la noblesse érétrienne et que nous privilégierions sans doute par trop ses fonctions »23 Dès lors se pose la question de savoir où sont ensevelis les autres nobles Erétriens. Si la nécropole de la mer est effectivement la nécropole commune de la cité, il est probable que les nobles ne s’y soient pas fait enterrer : ils auront cherché à affirmer jusque dans la mort leur statut social élevé24 Alors, ne peut-on pas suggérer qu’ils sont ensevelis dans la région entre la nécropole

11de l’Hygionomeion et l’Hérôon, plutôt du côté de ce dernier ?

12A nouveau, le débat reste ouvert. Seules de nouvelles fouilles nous permettront de trancher.

Les tombes d’enfants

  • 25 Pour la description et le commentaire de ces tombes, voir Bérard 1970, pp. 33-55.
    Sur la simplicité (...)
  • 26 Tombes avec argile : 12, 14 et 20, voir : Bérard 1970, pp. 34-35, 46, 49. Pour les autres sépultur (...)

13Les tombes d’enfants de la nécropole de l’Hérôon s’opposent aux sépultures voisines des adultes par le recours à la pratique de l’inhumation et par la simplicité du rituel. Ce sont en effet de simples fosses creusées dans les couches d’alluvions et le terrain naturel25. Trois d’entre elles avaient leurs parois tapissées d’argile, tandis que les autres étaient peut-être coffrées à l’aide de planches de bois26.

  • 27 Les fosses des incinérations d’adultes étaient en revanche fermées au moyen de dalles de pierre.
  • 28 Voir Lefkandi I, p. 199. Pour le cimetière de Palia Perivolia : P16 (p. 147, Pl. 117, 119c); P28 ( (...)

14Le système de couverture de ces sépultures, de nature périssable, a totalement disparu27. Il est toutefois vraisemblable que les planches ou branchages qui fermaient les inhumations 12, 14 et 20, aient reposé au sommet des couches d’argile qui tapissaient les fosses. La largeur des briques aurait joué le rôle de ressaut. Un système de fermeture de ce genre a été mis en évidence dans des tombes à Lefkandi28.

  • 29 La hauteur de la fosse de la tombe 14 est de 100 cm, celle de la tombe 12 de 90 cm environ.
  • 30 Voir Lefkandi I, pp. 145-146 et 199 et Pl. 116 et 124d.

15Pour les autres sépultures, il est difficile de déterminer comment et à quelle hauteur étaient placées les planches ou branchages qui les fermaient, car les fosses ne présentent aucune trace de décrochement. Il est clair cependant que les couvercles ne pouvaient se situer au sommet des fosses qui atteignent parfois un mètre de profondeur29. Le risque d’effondrement des parois aurait été trop élevé et le couvercle ne serait probablement pas resté longtemps en place. Il est donc probable que, si système de coffrage il y avait, celui-ci se soit apparenté à celui de la sépulture Ρ 12 de la nécropole de Palia Perivolia à Lefkandi30.

Age des enfants

  • 31 La tombe 12 mesure 1. 40 mètres de long et la sépulture 15 atteint 1. 70 mètres. Dans cette derniè (...)
  • 32 La proposition émise par C. Bérard de la limite d’âge pour le passage de l’inhumation à l’incinéra (...)
  • 33 Nous remercions Ch. Kramar du département d’Ecologie et Anthropologie de l’Université de Genève de (...)

16L’âge des enfants avait été estimé jusqu’ici sur la base de trois critères : l’absence d’enchytrisme parmi les tombes de la nécropole, la longueur maximum de deux sépultures d’enfants31 et la constatation de la présence simultanée dans les tombes 15 et 16 de dents de lait et de dents définitives. Il avait ainsi été établi qu’aucun bébé n’était enseveli dans la nécropole de l’Hérôon et que l’inhumation avait dû être pratiquée jusqu’au seuil de l’adolescence. Une fourchette indicative de 6 à 16 ans avait été proposée32. Or, des estimations récentes établies par l’étude des dentitions trouvées dans cinq tombes démentent en partie ces hypothèses33. L’éventail des âges des enfants est étonnement plus bas que ce que l’on supposait. L’enfant le plus jeune, celui de la tombe 14, n’avait que 9-12 mois et le plus âgé, celui enseveli dans la tombe 15, est un adolescent de 12 à 14 ans. Les trois autres enfants dont l’âge a pu être déterminé avaient respectivement, 2 1/2 ans et entre 4-5 ans (tombes 11, 12 et 16). Ces résultats, non seulement contredisent l’affirmation – fondée sur l’absence d’enchytrisme – selon laquelle aucun nourrisson n’est enseveli dans la nécropole de l’Hérôon, mais font aussi apparaître que l’ensevelissement dans des vases n’était pas nécessairement pratiqué à Erétrie pour tous les enfants décédés en bas âge.

Le mobilier funéraire

  • 34 Le passage concernant la répartition du mobilier, dans les tombes d’enfants de l’Hérôon in Kurtz - (...)
  • 35 Voir Bérard 1970, p. 31. La diversité de composition des trousseaux funéraires n’est évidemment pa (...)

17Les tombes à inhumation de la nécropole de l’Hérôon ont livré un mobilier relativement abondant : 34 vases, des jetons en céramique, des bijoux et un couteau. La répartition de ces objets auprès des défunts est inégale. Trois tombes sont dépourvues de mobilier, alors que les six restantes se partagent inégalement les objets découverts34. Les sépultures d’adultes présentent aussi des variations dans la composition de leur mobilier, qui sont apparemment à mettre au compte du rang du défunt. Il est ainsi vraisemblable que le statut des parents ait eu des répercussions sur la richesse du mobilier funéraire de leur progéniture35.

18Le mobilier céramique se compose d’une nette majorité de récipients tournés (29/34) et consiste essentiellement en vases à boire (skyphoi et tasses, 20/34).

  • 36 Tombes 11, 12, 14, 19.
  • 37 A propos des difficultés d’interprétation du mobilier funéraire, voir Kurtz - Boardman 1971, pp. 6 (...)

19La céramique déposée dans les tombes à inhumation présente une particularité : les vases figurant dans une même sépulture sont de factures souvent complètement diverses et leurs dimensions sont sujettes à de très importantes variations. Cette hétérogénéité des récipients – qui ne peut être fortuite puisqu’elle se répète dans plusieurs inhumations36 – conduit naturellement à s’interroger sur les raisons de la présence de vases si différents dans les tombes37.

  • 38 Position du vase, éventuel contenu par exemple.

20Les indices à disposition pour tenter de déterminer pourquoi un récipient a été déposé dans une sépulture sont ténus. Ils consistent essentiellement dans les informations que livre le vase par sa forme, sa taille, sa facture, parfois son état de conservation, mais aussi par d’éventuelles traces d’utilisation, dans les données de fouilles38, dans les associations de matériel, ainsi que dans la récurrence de certaines formes de vases dans les sépultures.

21Dans le cas des tombes à inhumation de l’Hérôon, nous avons un indice supplémentaire très précieux : il s’agit de l’âge de certains enfants. Celui-ci permet en effet de mieux appréhender quel pouvait être le rapport du jeune défunt avec les objets déposés dans sa tombe. En tenant donc compte des divers paramètres à disposition, il a été possible de classer les vases déposés auprès des enfants en trois catégories, qui donnent des indices intéressants sur la fonction des récipients.

22Le premier groupe comprend les vases fonctionnels inadaptés à l’âge de l’enfant.

Fig. 3. Eretrie - Skyphos de la tombe 11 (photographie d’A. Skiadaressis).

  • 39 Haut. 8.0 cm; diam. embouchure 13. 6 cm; diam. fond 4. 8 cm.
  • 40 La hauteur des récipients céramiques n’est pas très révélatrice de leur fonctionnalité puisque deu (...)

23Prenons comme exemple le skyphos de la tombe 11 (fig. 3)39. C’est un récipient de très bonne qualité par comparaison avec la facture et le décor des autres vases à boire déposés dans les tombes de l’Hérôon. Il s’en distingue aussi par ses dimensions et son volume : ce vase est deux fois plus grand que les autres skyphoi et a une capacité de plus d’un demi-litre40.

24La comparaison de l’âge de l’enfant enseveli dans la tombe, qui est de deux ans et demi, avec la taille, le volume et la qualité de ce skyphos, indique clairement que ce récipient n’a pu être utilisé par l’enfant défunt.

25Les vases de cette première catégorie, à l’image du skyphos, ne présentent pas de défaut de fabrication et ont des proportions adéquates pour être employés, mais pas par un jeune enfant; ils ont donc probablement été déposés en offrande auprès du défunt, ou auront servi à l’accomplissement du rituel avant d’être placés dans la sépulture.

26La seconde catégorie réunit les récipients fonctionnels, dont les proportions sont telles qu’ils ont pu être utilisés par l’enfant auprès duquel ils ont été placés.

  • 41 Canthare : haut. 4. 8 cm; diam. embouchure 7. 2 cm; diam. fond 4. 0 cm; Tasse : haut. 4. 2 cm; dia (...)
  • 42 Il n’est question ici que des petits vases ouverts, munis d’un bec verseur dont l’embouchure n’est (...)
  • 43 Voir notamment P. Courbin, La céramique géométrique de l’Argolide, Paris 1966, p. 264, note 4 et p (...)
  • 44 Voir : U. Jantzen - R. Tölle, ‘Beleuchtungsgerät’, dans ArchHom III, 1968, Ρ 83-98; Agora IV, p. 7 (...)

27C’est le cas notamment de deux vases retrouvés dans la tombe 12. Il s’agit d’un canthare et d’une tasse qui ont, fixé sur la panse, un bec verseur tubulaire41 (fig. 4 a-b). Leur bec n’est pas très long (env 2. 5 cm), il est effilé et percé d’un petit trou. Les vases de ce type sont habituellement qualifiés de biberons, bien que cette fonction ne fasse pas l’unanimité des archéologues42. D’aucuns ont proposé d’y voir des burettes pour remplir les lampes à huile ou des compte-gouttes43. A l’encontre de la première hypothèse, on relèvera que la lampe à huile n’est pas un moyen d’éclairage dont il est fait mention dans la poésie homérique et que, si des lampes sont attestées archéologiquement aux époques crétoise et mycénienne ainsi qu’au VIIème siècle, elles semblent disparaître dans l’intervalle44. Les exemplaires du début du VIIème siècle ont de plus une forme très ouverte. Le recours à un vase à bec tubulaire pour les remplir ne se justifie donc pas : une simple cruche pouvait aisément être employée. Enfin, plusieurs vases à bec dont le contexte de trouvaille est connu proviennent de tombes qui ne renfermaient pas de lampe; pourquoi y aurait-on alors déposé une burette ?

28Quant à la fonction de compte-gouttes, elle ne semble pas convaincante en raison du contexte de découverte de ces récipients.

Fig. 4a-b. Eretrie - Canthare et tasse à bec de la tombe 12; 4c. Tasse de la tombe 11 (photographie d’A. Skiadaressis).

  • 45 Les petits vases ouverts munis d’un bec verseur étaient peut-être utilisés par des enfants en âge (...)
  • 46 Dans la recherche de la provenance des vases à bec, on se heurte à deux difficultés : l’absence to (...)

29Ces petits vases à bec ont, par contre, des caractéristiques morphologiques adaptées pour servir de biberon : ils sont de petite taille et donc aisément manipulables par de petites mains, leur bec est suffisamment long et effilé pour pouvoir être tété sans difficulté et le trou qui perce le bec a un petit diamètre qui ne laisse s’échapper qu’une petite quantité de liquide45. En outre, certains d’entre eux, comme les deux exemplaires de la tombe 12 de l’Hérôon, ont été mis au jour dans des sépultures abritant indubitablement un enfant46.

  • 47 Voir D. Gourevitch - J. Chamay,’Femme nourrissant son enfant au biberon’, dans AntK 35, 1992, pp. (...)

30Une terre cuite, datant du début du Vème siècle, apporte la confirmation de l’emploi de petits vases à bec verseur pour donner à boire aux enfants. Cette statuette représente une femme assise, qui tient un petit garçon sur ses genoux (fig. 5)47. Dans sa main gauche, elle tient un objet qui a été interprété comme un linge, tandis que dans sa main droite se trouve un petit vase ouvert à anse dépassante, muni d’un petit bec tubulaire. La femme approche attentivement l’extrémité du bec de la bouche ouverte de l’enfant.

  • 48 Cette terre cuite est de provenance inconnue. Il faut également préciser qu’elle a été restaurée à (...)
  • 49 Des récipients de forme fermée, munis d’un bec tubulaire existent bien avant l’époque géométrique. (...)

31L’existence de biberons paraît assurée au travers de ce document48, au moins pour le début du Vème siècle. Mais la similitude frappante entre les récipients à bec d’époque géométrique et le petit vase de la statuette, la découverte de plusieurs des vases à bec dans des sépultures enfantines et les caractéristiques morphologiques de ces récipients semblent être des arguments en faveur de l’existence de biberons à l’époque géométrique déjà49.

32Revenons maintenant à la tombe 12 de l’Hérôon et à ses deux vases à bec. Nous savons que l’enfant qui y fut enseveli avait entre quatre et cinq ans. Il est donc probable qu’il se soit servi de ces récipients.

33Cette deuxième catégorie de récipients comprend donc des vases fonctionnels de petites dimensions. Il s’agit selon toute vraisemblance de vases dont l’enfant s’est servi de son vivant.

34Le troisième et dernier groupe réunit des vases non fonctionnels par leur taille ou par leur facture.

  • 50 Haut. 4. 4 cm; diam. embouchure 4. 4 cm; diam. fond 3. 4 cm.
  • 51 La participation des enfants aux funérailles est assurée grâce aux représentations de prothésis de (...)

35C’est le cas d’une tasse trouvée dans l’inhumation 11 (fig. 4c). Ce vase de petites proportions50, non tourné et sans vernis, a les parois épaisses, sa silhouette est lourde et dissymétrique. Son fond est instable. La qualité du récipient, ses petites dimensions et l’absence de vernis en font un vase inutilisable pour la consommation de boissons ou d’aliments. Il s’agit certainement d’un jouet ou d’une offrande déposée près du petit défunt âgé de deux ans et demi, peut-être par un autre enfant51.

Fig. 5. Genève, Musée d’Art et d’Histoire. Statuette de femme, terre cuite (inv. HM 2218).

36En résumé, la diversité de taille et de facture des récipients déposés dans une même tombe d’enfant semble être le reflet de leurs fonctions diverses : offrandes, vases employés pour le rituel, récipients ayant appartenu au défunt et jouets, et la petite taille des récipients déposés dans les sépultures enfantines s’explique tant par le dépôt de vases conçus expressément pour servir à l’enfant que par le dépôt d’offrandes modestes.

  • 52 Les objets d’importation trouvés dans les tombes de l’Hérôon consistent en : un scarabée provenant (...)
  • 53 Pour la description de ces objets, voir Bérard 1970, pp. 33 et 35-45. Pour les illustrations, voir (...)

37Les éléments de parure se concentrent dans deux tombes : les inhumations 11 et 14. Dans la première se trouvaient une bague de bronze ainsi qu’une petite perle d’ambre. La sépulture 14 renfermait en comparaison de riches parures : un diadème estampé en or, une petite épingle du même métal, un grand collier de cinquante perles de verre52 et deux bracelets formés chacun d’un anneau de bronze plaqué d’une feuille d’or53.

  • 54 C’est ce que soupçonnait déjà Bérard 1970, pp. 35 et 53. Le diadème est un cas particulier puisqu’ (...)

38L’âge des enfants ensevelis avec ces bijoux – deux ans et demi pour celui de la tombe 11 et neuf à douze mois pour celui de l’inhumation 14 – confirme que ceux-ci, compte tenu de leur richesse et de leurs dimensions, appartenaient à des adultes. Ce sont très probablement les parents qui les ont placés là en offrande pour leur enfant54. Ce geste exprime à la fois l’attachement, la tendresse à l’égard de l’enfant défunt et la douleur causée par sa disparition.

39Théoriquement donc, la présence de bijoux dans une tombe n’est pas à elle seule révélatrice du sexe de l’enfant défunt. Une mère a pu aussi bien déposer certains de ses bijoux en offrande pour son fils que pour sa fille.

40En conclusion, les inhumations d’enfants de la nécropole de l’Hérôon sont d’une grande simplicité comparées aux sépultures d’adultes, à tel point que, si ces tombes n’avaient pas été découvertes à proximité immédiate des chaudrons, nous n’aurions aucun moyen de reconnaître en ces jeunes défunts les fils et filles de membres influents de l’élite érétrienne. Seule la tombe 14 fait exception : le bébé âgé de quelques mois qui y fut enseveli a été entouré d’offrandes particulièrement précieuses qui témoignent de l’importance de la famille dont il est issu.

  • 55 Voir notamment Sourvinou-Inwood 1983, pp. 35, 39ss.; V. Siurla-Theodoridou, Die Familie in der gri (...)
  • 56 Bérard 1970, p. 69.

41Comment expliquer ce phénomène ? Il faut tout d’abord rappeler le caractère social fondamentalement différent des funérailles selon la classe d’âge du défunt. Les cérémonies des adultes sont en effet Γ “occasion” pour la famille d’honorer le défunt et de faire reconnaître en lui, par le reste de la communauté, un membre influent et digne de respect, issu de son sein55. Le rôle du mobilier est, dans ce cas, capital. Le choix des objets est un moyen d’afficher et d’affirmer l’importance du défunt. Les honneurs rendus au mort rejaillissent indirectement sur la famille à laquelle il appartient56.

  • 57 Sourvinou-Inwood 1983, p. 44; Ridgway 1984, p. 66.
  • 58 Le fait que ces images soient pour la plupart attiques ne porte pas à conséquence.
  • 59 Voir supra note 51.
  • 60 Voir supra note 51.

42Les funérailles d’enfants n’ont pas ce caractère public et ostentatoire du fait de l’organisation de la communauté, qui ne leur confère une importance sociale que vers la fin de l’adolescence. Les cérémonies sont donc plus modestes et strictement familiales57. La simplicité récurrente des tombes et des offrandes en témoignent, tout comme l’absence de représentation de prothésis ou d’ekphora d’enfant sur les vases58. Cette omission en effet n’est pas le résultat de contraintes dues au style géométrique puisque des enfants, reconnaissables à leur petite taille, apparaissent relativement fréquemment dans les scènes de prothésis d’adultes auprès du lit du mort59. Elle n’est pas non plus à mettre au compte de l’absence de déploration d’enfants : les diadèmes retrouvés dans les sépultures enfantines, comme dans l’inhumation 14 de l’Hérôon, attestent l’existence de cette pratique. Cette carence s’explique plutôt par la destination des récipients. Ces vases de qualité et de grande taille étaient destinés à servir de sêma sur les tombes de membres de l’aristocratie. Leur iconographie illustre d’ailleurs les cérémonies funèbres dans tout leur apparat, le nombre des acteurs devant témoigner, bien au-delà de l’ensevelissement, de la munificence des honneurs rendus au défunt60.

43Revenons encore brièvement sur le cas de la tombe à inhumation 14 de l’Hérôon, qui se distingue par la présence de plusieurs objets en or.

  • 61 Voir entre autres R. Hägg, ‘Burial customs and social differentiation in the 8th century Argos’, i (...)

44Au cours de la deuxième moitié du VIIIème siècle, on observe une tendance toujours plus marquée au regroupement des sépultures de membres d’une même famille, à la signalisation des tombes; des “collections” d’armes apparaissent dans certaines sépultures d’adultes et un mobilier plus riche figure dans certaines tombes d’enfants. Ces changements sont probablement à mettre en relation avec les bouleversements socio-politiques profonds qui accompagnent l’avènement des poleis61. Dans cette période de mutation où les statuts sont redéfinis, l’extraction sociale semble prendre une importance particulière et, comme le fait remarquer Ch. Sourvinou-Inwood, « Also in these circumstances, small aristocratic children acquired an important social persona as members of aristocratic families (...) ». Le collier de perles de verre, les bracelets, le diadème et l’épingle d’or déposés auprès du bébé de la tombe 14 en sont probablement un reflet.

Annexes

Références bibliographiques

Ahlberg 1971 = G. Ahlberg, Prothesis and Ekphora in Greek Geometric Art (Studies in Mediterranean Archaeology XXXII), Goteborg 1971.

Altherr-Charon Bérard 1978 = A. Altherr-Charon - C. Bérard, ‘Erétrie : l’organisation de l’espace et la formation d’une cité grecque’, in A. Schnapp (éd.), L’archéologie aujourd’hui, Paris 1982, pp. 229-249.

Andreiomenou 1981 = A. Andreiomenou, ‘Αψιδωτά οἰϰοδομήματα ϰαί ϰεραμεική τοῦ 8ου ϰαί 7ου αἰ. π. χ.’εν ’Eρετρία’, in ASAtene 43 (Ν.S.), 1981, pp. 187-236.

Bérard 1970 = C. Bérard, L’Hérôon à la Porte de l’Ouest (Eretria. Fouilles et recherches. III), Bern-Lausanne 1970.

Bérard 1972 = C. Bérard, ‘Le sceptre du prince’, in MusHelv 29, 1972, pp. 219-227.

Bérard 1978 = C. Bérard, ‘Topographie et urbanisme de l’Erétrie archaïque : l’Hérôon’, in Eretria. Fouilles et recherches. VI, Bern-Lausanne 1978, pp. 89-95.

Bérard 1985 = C. Bérard, ‘Entre temples et tombes : l’urbanisation d’une cité grecque’, in Histoire et Archéologie Les Dossiers 94, 1985, pp. 26-31.

Bérard 19902 = C. Bérard, ‘Récupérer la mort du prince : héroïsation et formation d’une cité grecque’, in G. Gnoli - J.-P. Vernant (édd.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Cambridge-Paris 19902 (19821), pp. 89-105.

Coldstream 1977 = J. N. Coldstream, Geometric Greece, London 1977.

Hägg 1974 = R. Hägg, Die Gräher der Argolis in submykenischer, protogeometrischer und geometrischer Zeit (Boreas 7. 1), Uppsala 1974.

Kerameikos V.1 = K. Kübler, Die Nekropole des 10. bis 8. Jahrhunderts (Kerameikos V. 1), Berlin 1954.

Kourouniotis 1903 = K. Kourouniotis, ‘’Αγγεῖα ’Ερετρίας‘’, in ArchEph 1903, pp. 1-38.

Kourouniotis 1913 = K. Kourouniotis, ‘Goldschmuck aus Eretria’, in AM 38, 1913, pp. 289- 328.

Krause 1972 = C. Krause, Das Westtor. Ergebnisse der Ausgrabungen 1964-1968 (Eretria. Ausgrabungen und Forschungen. IV), Bern 1972.

Krause 1982 = C. Krause, ‘Zur städtebaulichen Entwicklung Eretrias’, in AntK 25, 1982, pp. 137-144.

Krause 1985 = C. Krause, ‘Naissance et formation d’une ville’, in Histoire et Archéologie Les Dossiers 94, 1985, pp. 19-25.

Kurtz - Boardman 1971 = D.C. Kurtz - J. Boardman, Greek Burial Customs, London 1971.

Lefkandi I = M.R. Popham - L.H. Sackett - P. G. Themelis, Lefkandi I. The Iron Age : the Settlement, the Cemeteries (BSA Suppl. 11), London 1980.

Mazarakis Ainian 1987 = A. Mazarakis Ainian, ‘Geometric Eretria’, in AntK 30, 1987, pp. 3-24.

Popham - Touloupa Sackett 1982 = M. R. Popham - E. Touloupa - L. H. Sackett, ‘Further Excavation of the Toumba Cemetery at Lefkandi’, in BSA 77, 1982, pp. 213-250.

Reber 1993 = K. Reber, ‘Die Grabungen in Haus IV von Eretria. Kampagne 1992’, in AntK 36, 1993, pp. 126-131.

Ridgway 1984 = D. Ridgway, L’alba della Magna Grecia, Milano 1984.

Sourvinou-Inwood 1983 = Ch. Sourvinou-Inwood, ‘Ά Trauma in Flux : Death in the 8th Century and After’, in R. Hägg (éd.), The Greek Renaissance of the Eigth Century B.C : Tradition and Innovation, Stockholm 1983, pp. 33-49.

Tuor 1981 = A. Tuor, ‘Die prähistorische Grabung in G 10’, in AntK 24, 1981, pp. 83-84.

Themelis 1969 = P. Themelis, ‘Έρετριακά’, in Arch Eph 1969, pp. 143-178.

Themelis 1979 = P. Themelis, ‘’Ανασκαφή ’Ερέτρίας’, in Prakt 1979, pp. 40-55.

Themelis 1980 = P. Themelis, ‘’Ανασκαφή ’Ερετρίας’, in Prakt 1980, pp. 78-102.

Themelis 1981 = P. Themelis, ‘’Ανασκαφή ’Ερετρίας’, in Prakt 1981, pp. 141-153.

Notes

1 Pour les rapports de fouilles, voir AntK 9, 1966, pp. 106 et 120-124; AntK 11, 1968, pp. 92-94; Arch Delt 22B, 1967, pp. 273-277. Pour la publication de ce cimetière, voir Bérard 1970; Bérard 1972, pp. 219-227; Bérard 1978, pp. 89-95; Altherr-Charon-Bérard 1978, pp. 229-249; Bérard 1985, pp. 26-31; Bérard 19902, pp. 89-105; Kurtz - Boardman 1971, pp. 183 et 298; Coldstream 1977, pp. 196-197 et 201.

2 II n’est pas possible de savoir si cette organisation est propre à la nécropole de l’Hérôon ou si elle se répète dans l’autre cimetière géométrique d’Erétrie, celui de l’Hygionomeion, situé plus au sud près du rivage. Les compte-rendus qui nous sont parvenus sur ces anciennes fouilles sont trop imprécis à ce sujet. Pour la nécropole de l’Hygionomeion, voir infra.
A Lefkandi, les tombes d’enfants sont placées au milieu de celles des adultes, voir Lefkandi I, passim. Dans la nécropole de la Valle di San Montano à Pithekoussai, où les tombes sont groupées par famille, les enchytrismes et inhumations d’enfants se trouvent dans le voisinage des tumuli marquant l’emplacement des incinérations des adultes, voir Ridgway 1984, p. 70 et fig. 6, p. 65.
Concernant l’emplacement des sépultures d’enfants au cours du VIIIème siècle à Athènes, voir Sourvinou-Inwood 1983, pp. 43-45.

3 Ce cimetière a été fouillé de 1897 à 1903 par K. Kourouniotis. Voir pour les trouvailles d’époque géométrique K. Kourouniotis, dans Prakt 1897, pp. 21-23; idem, dans Prakt 1898, pp. 97-98; idem, dans Prakt 1899, p. 37; Kourouniotis 1903, pp. 1-38; Kourouniotis 1913, pp. 289-328; Coldstream 1977, pp. 88 et 196.
Pour les tombes plus tardives de ce cimetière, voir K. Gex, Rotfigurige und Weissgrundige Keramik (Eretria. Fouilles et recherches. IX), Lausanne 1993, p. 14, avec bibliographie.

4 Pour la description et le commentaire de ces tombes, voir Bérard 1970, pp. 13-32.
Les sépultures d’adultes de la nécropole de la mer sont en revanche des incinérations primaires en fosses, qui contenaient des tessons brûlés, dans certains cas des éléments de parure en métal précieux (fibules, diadèmes..), et des armes (fers de lance), voir Kourouniotis 1903, pp. 5-8. Sur l’opposition entre les tombes d’adultes de la nécropole de l’Hygionomeion et de l’Hérôon, voir Bérard 1970, pp. 28 ss. et 66; Bérard 1972, p. 220 et Coldstream 1977, pp. 196-197.

5 Voir plus particulièrement Bérard 1970, ainsi que la bibliographie citée supra, note 1.

6 Le mobilier des inhumations fera l’objet d’une publication ultérieure.

7 Bérard 1978, p. 89.

8 Kourouniotis 1903, p. 9; Bérard 1970, pp. 66-67 et Bérard 1978, p. 90.

9 K. Schefold situe cette sépulture sur la rive droite du cours d’eau qui longe la nécropole de l’Hérôon (AntK 9, 1966, pp. 120 et 123), tandis que C. Bérard la situe sur la rive gauche, du côté des autres tombes (Bérard 1970, p. 66).

10 Bérard 1970, p. 67. La fosse 22 contenait du mobilier céramique dont quelques fragments brûlés, ainsi que des fragments d’armes. Seuls quelques ossements et tessons mêlés figuraient dans la fosse 23.

11 R. Martin, ‘Problèmes de topographie et d’évolution urbaine’, in Contribution à l’étude de la société et de la colonisation eubéennes (Cahier du Centre Jean Bérard 2), Naples 1975, pp. 48-52 et plus spécialement pp. 49-50. Celui-ci conteste également le fait que la nécropole de l’Hérôon ait été incorporée intentionnellement dans le territoire de la cité au début du VIIème siècle av. J.-C.

12 Bérard 1978, p. 90.

13 Il ne sera question ici que du problème de la position de la nécropole de la Porte de l’Ouest. Les interrogations soulevées ci-dessus, qui touchent de près à l’organisation du territoire de la cité, nécessitent en effet une étude approfondie qui dépasse le cadre du présent article.
Pour les tombes découvertes en dehors des cimetières de l’Hérôon et de l’Hygionomeion, voir Mazarakis Ainian 1987, passim et infra, note 22.

14 Voir Reber 1993, pp. 130-131.

15 K. Reber qui a mis au jour l’inhumation d’enfant a déjà formulé cette question, voir Reber 1993, p. 131.

16 Au VIIIème siècle, la rivière se divisait en deux bras principaux à quelques mètres en amont de l’emplacement de la nécropole de l’Hérôon, voir Krause 1972, pp. 13-21; Krause 1982, pp. 139 ss. ; Krause 1985, pp. 19-21. Les tombes du cimetière de la Porte de l’Ouest sont elles-mêmes implantées dans les couches d’alluvions charriées par le cours d’eau, voir Bérard 1970, pp. 13 ss., 33 ss., 57 et 67; Bérard 1985, p. 29.

17 Les vestiges d’époque géométrique repérés jusqu’ici entre l’Hérôon et les sépultures du bord de mer consistent en :
– au nord de l’Hérôon, une importante couche de céramique d’époque géométrique, qui n’a pu être mise en relation avec aucune structure géométrique. Ce matériel est antérieur à l’implantation de la nécropole (Krause 1972, p. 16, note 25 et p. 19),
– un petit tronçon de mur, au nord du triangle de l’Hérôon, antérieur selon toute vraisemblance à celui-ci, mais dont la datation précise n’a pu être établie (Bérard 1970, pp. 45 et 56, plan II),
– au sud de l’Hérôon, la tombe d’enfant du GM II et, à environ 25 mètres de celle-ci, un puits comblé en partie avec de la céramique datant de la seconde moitié du VIIIème siècle (Reber 1993, pp. 130-131) (fig. 1, 3),
– un important dépôt contenant de la céramique qui s’échelonne de 800 à 700 av. J.-C. (BCH 96, 1972, p. 764; BCH 97, 1973, pp. 365 et 368; BCH 98, 1974, p. 687; L. Kahil, ‘Erétrie à l’époque géométrique’, in ASAtene 43 (N. S.), 1981, p. 167). Nous ne partageons pas la thèse de la présence d’un antique sanctuaire d’Aphrodite situé à cet endroit. La solution de continuité invoquée nous semble par trop invraisemblable (fig. 1, 4),
– une structure absidale (AntK 17, 1974, p. 69) (fig. 1,5).
Les travaux de canalisation du cours d’eau sont entrepris durant la première moitié du VIIème siècle, voir Krause 1972 pp.18 ss.; Krause 1982, pp. 141 ss. ; Krause 1985, p. 21

18 Voir Bérard 1970, p. 67. Un axe de communication passait peut-être à proximité de la nécropole de l’Hygionomeion, voir Altherr-Charon-Bérard 1978, p. 232. Sur la présence de routes à proximité des nécropoles géométriques, voir entre autres Kurtz - Boardman 1971, pp. 49 ss. et 189; Kerameikos V. 1, pp. 15-16; C. W. Blegen - H. Palmer - R. S. Young, The North Cemetery (Corinth XIII), Princeton 1964, p. 13 et note 5; Lefkandi I, p. 105 et pl. 76b; Popham – Touloupa - Sackett 1982, pp. 213 et 246; Hägg 1974, p. 94.

19 Par exemple le Céramique à Athènes, voir Kerameikos V.1, pp. 3-5.
Sur le choix de l’emplacement des nécropoles en général, voir Kurtz-Boardman 1971, p. 188 ss. où il est rappelé que Platon préconise dans ses Lois d’ensevelir les morts en des terres inutilisables à d’autres fins (ibidem, p. 201). Or, on constate que, selon la topographie du site, des cimetières se développent aussi dans des zones bonnes pour l’agriculture ou la construction, voir à ce propos Hägg 1974, pp. 92-99.
P. Thémélis a émis l’hypothèse que la région de la Porte de l’Ouest correspondait, dès l’époque géométrique, au quartier des aristocrates, voir Thémélis 1969, p. 163.
Rappelons par ailleurs que C. Krause pense en revanche que, dans l’habitat qui se développe à partir de la côte, l’aristocratie de la cité avait ses quartiers dans la région du temple d’Apollon Daphnéphoros, voir Krause 1985, p. 21. Quant à A. Mazarakis Ainian, il place la classe des propriétaires terriens et des aristocrates dans la partie nord de la cité et suppose que la demeure du chef de la communauté occupait le bâtiment absidal dit Daphnéphoreion de la région du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros, voir Mazarakis Ainian 1987, pp. 20-21.

20 L’ambre dont est constitué le collier découvert dans l’inhumation du GM II est, semble-t-il, un matériau rare dans les sépultures d’Eubée. Voir à ce propos Reber 1993, pp. 130-131 avec références. L’aire sacrificielle au nord du temple d’Apollon Daphnéphoros à Erétrie a en revanche livré plusieurs objets de cette matière, voir Altherr-Charon - Bérard 1978, p. 233 et AntK 34, 1991, p. 129.
Il faut ajouter que les sépultures d’enfants mises au jour jusqu’ici à Erétrie consistent essentiellement en enchytrismes sans mobilier, voir Kourouniotis 1903, p. 5 (avec le cas exceptionnel de deux enchytrismes en pithoi qui renfermaient quelques petits vases); Andreiomenou 1981, passim et Mazarakis Ainian 1987, passim avec bibliographie.
Pour les quelques tombes pourvues de mobilier (exclusivement céramique), voir en outre Tuor 1981, p. 84; BCH 105, 1981, pp. 847-850 et BCH 106, 1982, p. 597; Thémélis 1979, p. 52; Thémélis 1980, p. 97; Thémélis 1981, p. 150.

21 Le fait que cette tombe se trouve au fond d’une grande fosse et que cette dernière ait été comblée au cours de la deuxième moitié du VIIIème siècle n’est pas nécessairement un argument en faveur de l’isolement de cet sépulture. L’emplacement de l’inhumation a dû tomber dans l’oubli, vu l’absence probable de sêma.

22 Voir pour le nord de la cité Thémélis 1979, pp. 50 ss. ; Thémélis 1980, pp. 97 ss. ; Thémélis 1981, p. 150; P. Thémélis, dans Ergon 1979, pp. 4-5; idem, dans Ergon 1981, p. 44; pour la région centre-est, Tuor 1981, p. 84; BCH 105, 1981, pp. 847-850; BCH 106, 1982, p. 597 et Andreiomenou 1981, passim pour des découvertes clairsemées.

23 Bérard 1972, p. 220.

24 Rappelons pour comparaison le cas de la nécropole de la Valle di San Montano à Pithekoussai où toutes les sépultures découvertes jusqu’à présent appartiennent à une classe de population moyenne. Comme l’écrit G. Buchner à propos des tombes de l’aristocratie : «Che queste tombe non siano state ancora trovate, dipende dalla circostanza casuale di aver incontrato, nelle aree relativamente molto limitate che sono state finora esplorate della necropoli di San Montano, soltanto appezzamenti appartenenti a famiglie di ceto medio, entro i quali, come è ovvio, non possono essere frammischiate tombe di individui del ceto nobile», voir G. Buchner,’Articolazione sociale, differenze di rituale e composizione dei corredi nella necropoli di Pithecousa’in G. Gnoli - J.-P. Vernant (édd.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris 19902, pp. 279-280. Voir également Ridgway 1984, pp. 85-95.
A Lefkandi d’autre part, les tombes qui possèdent les trousseaux funéraires les plus riches se trouvent regroupées dans la nécropole de Toumba. Cela rend d’ailleurs l’identification des tombes d’enfants particulièrement difficile, voir Lefkandi I, p. 205 et Popham - Touloupa - Sackett 1982, pp. 235-237 et 247.

25 Pour la description et le commentaire de ces tombes, voir Bérard 1970, pp. 33-55.
Sur la simplicité des sépultures d’enfants en comparaison des tombes d’adultes, voir R. Garland, The Greek Way of Death, London 1985, p. 78. Pour les distinctions entre tombes d’adultes et tombes d’enfants, voir Kurtz - Boardman 1971, pp. 36, 71-74 et 189-190.
Contrairement à Erétrie, mais aussi à la majorité des autres cimetières grecs, il n’y a apparemment pas à Lefkandi de rituel différencié selon la classe d’âge du défunt. Les tombes submycéniennes, protogéométriques et subprotogéométriques I-III montrent qu’adultes et enfants étaient tous incinérés. Voir Lefkandi I, pp. 202-212.

26 Tombes avec argile : 12, 14 et 20, voir : Bérard 1970, pp. 34-35, 46, 49. Pour les autres sépultures, ibidem, p. 49.

27 Les fosses des incinérations d’adultes étaient en revanche fermées au moyen de dalles de pierre.

28 Voir Lefkandi I, p. 199. Pour le cimetière de Palia Perivolia : P16 (p. 147, Pl. 117, 119c); P28 (p. 154, Pl. 120, 124f); P29 (p. 154, Pl. 124, 200a). Pour le cimetière de Toumba : T7 (p. 172, Pl. 158); T30 (p. 185); T34 (p. 189, Pl. 165-166). Voir également Popham - Touloupa - Sackett 1982, Tombe Τ 43, p. 224 et Fig. 5.
Quelques sépultures ont un système de couverture reposant, d’un côté, sur un ressaut taillé dans le sol, et de l’autre, sur de l’argile : à Palia Perivolia : Ρ 44 (p. 158, Pl. 122, 124), à Toumba : T 9 (p. 173, Pl. 158); Τ 31 (p. 185, Pl. 163, 200d). Le couvercle de ces sépultures était en bois ou de dalles de pierre.
Signalons de plus qu’une sépulture à incinération datant du IXème siècle av. J.-C., mise au jour dans la région du sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros avait, elle aussi, les parois tapissées d’argile (mais rubéfiée), voir AntK 36, 1993, p. 122. P. Thémélis a par ailleurs découvert une tombe en briques crues d’époque géométrique, un peu plus au nord, voir Thémélis 1981, p. 150.

29 La hauteur de la fosse de la tombe 14 est de 100 cm, celle de la tombe 12 de 90 cm environ.

30 Voir Lefkandi I, pp. 145-146 et 199 et Pl. 116 et 124d.

31 La tombe 12 mesure 1. 40 mètres de long et la sépulture 15 atteint 1. 70 mètres. Dans cette dernière, le squelette mieux conservé occupait semble-t-il tout l’espace, voir Bérard 1970, p. 50.

32 La proposition émise par C. Bérard de la limite d’âge pour le passage de l’inhumation à l’incinération aux alentours de seize ans (Bérard 1970, p. 53) a parfois été comprise comme si les enfants ensevelis dans le cimetière de l’Hérôon étaient âgés de six à seize ans environ, voir Coldstream 1977, p. 196 et Mazarakis Ainian 1987, p. 14.

33 Nous remercions Ch. Kramar du département d’Ecologie et Anthropologie de l’Université de Genève de sa précieuse collaboration.
Les estimations en question ont été faites à partir de documents photographiques, ce qui ne permet pas une aussi grande précision qu’une étude directe des dentitions. Il faut relever, comme l’a bien précisé Ch. Kramar, la difficulté, voire l’impossibilité, de faire la part entre les détériorations post-mortem (surtout au niveau des racines dentaires) et le réel degré de calcification des racines. Les résultats obtenus sont néanmoins très révélateurs.

34 Le passage concernant la répartition du mobilier, dans les tombes d’enfants de l’Hérôon in Kurtz - Boardman 1971, p. 183, est erroné.
Inhumations avec mobilier : tombe 11 : 28 objets dont 11 vases; tombe 12 : 10 objets dont 9 vases; tombe 14 : 8 objets dont 3 vases; tombe 16 : 1 vase; tombe 19 : 8 vases.
L’absence de céramique ou d’autres objets semblables à ceux découverts dans les six autres sépultures d’enfant nous autorise à considérer les tombes 17 et 20 comme théoriquement vides (des objets de nature périssable ont pu disparaître sans laisser de trace). Il en est de même pour l’inhumation 15, malgré le petit fragment de lamelle d’obsidienne mentionné dans la publication (Bérard 1970, p. 45, no 15. 1, fig. 8 p. 20). L’état plus que fragmentaire de cette pierre importée nous fait douter qu’il s’agisse d’un dépôt volontaire. Cet éclat a d’ailleurs été découvert dans la couche de remblai de la fosse et non à proximité du corps du défunt, endroit où étaient placées les offrandes dans les autres tombes. Nous avons donc de la peine à reconnaître dans ce fragment une pointe de flèche "bricolée" comme le suggère C. Bérard, voir Bérard 1972, p. 222, note 21.
L’emplacement périphérique des trois tombes sans trousseau funéraire s’explique vraisemblablement par des facteurs d’ordre chronologique.

35 Voir Bérard 1970, p. 31. La diversité de composition des trousseaux funéraires n’est évidemment pas une particularité de la nécropole de l’Hérôon, voir Kurtz - Boardman 1971, pp. 61-67 et 203.

36 Tombes 11, 12, 14, 19.

37 A propos des difficultés d’interprétation du mobilier funéraire, voir Kurtz - Boardman 1971, pp. 64 et 206 ss.

38 Position du vase, éventuel contenu par exemple.

39 Haut. 8.0 cm; diam. embouchure 13. 6 cm; diam. fond 4. 8 cm.

40 La hauteur des récipients céramiques n’est pas très révélatrice de leur fonctionnalité puisque deux vases de taille identique peuvent avoir une capacité très différente selon leur morphologie. Cette constatation nous a amené à mesurer le volume des récipients.
Les autres skyphoi déposés dans les sépultures à inhumation ont un volume variant de 1.39 dl à 0.59 dl (Un verre à eau moderne contient environ 1 dl.).

41 Canthare : haut. 4. 8 cm; diam. embouchure 7. 2 cm; diam. fond 4. 0 cm; Tasse : haut. 4. 2 cm; diam. embouchure 8. 0 cm; diam. fond 4. 2 cm.

42 Il n’est question ici que des petits vases ouverts, munis d’un bec verseur dont l’embouchure n’est pas fermée d’une sorte de passoire. En effet, quelques rares tasses et canthares à bec possèdent un genre de filtre qui clôt leur embouchure. Cette particularité a évidemment des répercussions sur la fonction des récipients, mais elle ne concerne en rien l’utilisation des petits vases à bec qui ne sont pas pourvus de filtre. Sur les récipients avec passoire, voir par exemple W. Müller - F. Ölmann, ‘Die “geometrische” Nekropole’, in Die Ergebnisse der Ausgrabungen des Instituts (Tiryns I), Athen 1912, p. 132, tombe 30, vase f et Pl. XVIII. 9 et J. Bingen, ‘La nécropole géométrique ouest 4 (1971 et 1975)’, in Rapport préliminaire sur les 9e, 10e, 11e et 12e campagnes de fouilles (Thorikos VIII, 1972/1976), Gent 1984, pp. 107-108, tombe 113, n. 37 et p. 110, Fig 61. 37. Il est intéressant de noter que ces exemplaires proviennent tous de sépultures d’enfant (enchytrisme).

43 Voir notamment P. Courbin, La céramique géométrique de l’Argolide, Paris 1966, p. 264, note 4 et p. 470.

44 Voir : U. Jantzen - R. Tölle, ‘Beleuchtungsgerät’, dans ArchHom III, 1968, Ρ 83-98; Agora IV, p. 7; D. M. Bailey, A Catalogue of the Lamps in the British Museum, 1, London 1975, p. 12; Kerameikos XI, p. 13; C. Pavolini, ‘Ambiente e illuminazione. Grecia e Italia fra il VII e il III secolo a. C.’, dans Opus 1, 1982, pp. 291-313.

45 Les petits vases ouverts munis d’un bec verseur étaient peut-être utilisés par des enfants en âge de manipuler eux-mêmes un tel objet. Celui-ci leur servait probablement de premier vase à boire. Les nourrissons étaient plus probablement allaités au moyen de vases à bec fermés s’apparentant à des cruches. Leur morphologie permet en effet de mieux incliner le vase et donc de donner plus aisément à boire au bébé que l’on tient dans les bras.

46 Dans la recherche de la provenance des vases à bec, on se heurte à deux difficultés : l’absence totale de contexte archéologique de plusieurs récipients et d’autre part, le petit nombre de tombes attribuables sans conteste à de jeunes défunts.

47 Voir D. Gourevitch - J. Chamay,’Femme nourrissant son enfant au biberon’, dans AntK 35, 1992, pp. 78-81, pl. 19. Le premier témoignage littéraire concernant les biberons antiques est bien postérieur. Il s’agit d’un passage des Maladies des Femmes de Soranos d’Ephèse, ibidem, p. 80.

48 Cette terre cuite est de provenance inconnue. Il faut également préciser qu’elle a été restaurée à l’époque moderne : le récipient tenu par la femme a été recollé.

49 Des récipients de forme fermée, munis d’un bec tubulaire existent bien avant l’époque géométrique. Leur fonction est également sujette à controverse. Voir par exemple F. H. Stubbings, ‘The Mycenaean Pottery of Attica’, dans BSA 42, 1947, pp. 53-54 et pl. 17.

50 Haut. 4. 4 cm; diam. embouchure 4. 4 cm; diam. fond 3. 4 cm.

51 La participation des enfants aux funérailles est assurée grâce aux représentations de prothésis des vases attiques. Ils prenaient certainement une part active aux cérémonies comme en témoigne leur position récurrente aux côtés du corps du défunt, voir Ahlberg 1971, pp. 97-101, 107, 126 et 131 et J. Boardman,’Attic Geometric Vase Scenes, Old and New’, dans JHS 86, 1966, pp. 1 et 3. Il n’est pas invraisemblable qu’ils aient déposé des offrandes auprès du défunt, surtout si celui-ci était également un jeune enfant, peut-être un frère ou une soeur.

52 Les objets d’importation trouvés dans les tombes de l’Hérôon consistent en : un scarabée provenant de l’incinération 6, une perle d’ambre de l’inhumation 11 et un collier de l’inhumation 14.
La nécropole de la Valle di San Montano à Pithekoussai a fourni une grande variété d’objets d’importation bien que les tombes aristocratiques n’y aient pas encore été mises au jour. De nombreuses sépultures d’enfants renfermaient des scarabées et scaraboïdes, coutume qui n’est pas attestée à Erétrie, voir Ridgway 1984, pp. 80-82 et J. Boardman,’Orientalia and Orientals on Ischia’, in AION ArchStAnt 1 (N. S.), 1994, pp. 95-100.

53 Pour la description de ces objets, voir Bérard 1970, pp. 33 et 35-45. Pour les illustrations, voir fig. 8, p. 20; fig. 13, p. 36; pl. Β 1-2; pl. 11. 45; 12. 51; 12. 52; 12. 53 (en haut à droite) et 13. 54-57.

54 C’est ce que soupçonnait déjà Bérard 1970, pp. 35 et 53. Le diadème est un cas particulier puisqu’il s’agit d’un objet de circonstance.
A Lefkandi, les bijoux figurent aussi bien dans les tombes d’hommes, de femmes que d’enfants, Lefkandi I, p. 206. Il n’en découle pas nécessairement que les éléments de parure déposés dans les sépultures enfantines aient appartenu aux petits défunts.
Dans la nécropole eubéenne de la Valle di San Montano, les tombes d’enfants renfermaient pour l’essentiel des bijoux en bronze. Comme le fait remarquer D. Ridgway, «... c’è una netta prevalenza di ornamenti personali in argento nelle cremazioni (adulti), e di ornamenti di bronzo nelle inumazioni (bambini). Sul piano umano, questo potrebbe indicare l’esistenza di un limite di età qualificante per l’uso di metallo prezioso a scopo personale». Ridgway 1984, p. 95 et fig. 19-20 pp. 92-93 et tableau p. 94.

55 Voir notamment Sourvinou-Inwood 1983, pp. 35, 39ss.; V. Siurla-Theodoridou, Die Familie in der griechischen Kunst und Literatur des 8. bis 6. Jahrhunderts v. Cbr., Miinchen 1989, pp. 144-175.

56 Bérard 1970, p. 69.

57 Sourvinou-Inwood 1983, p. 44; Ridgway 1984, p. 66.

58 Le fait que ces images soient pour la plupart attiques ne porte pas à conséquence.

59 Voir supra note 51.

60 Voir supra note 51.

61 Voir entre autres R. Hägg, ‘Burial customs and social differentiation in the 8th century Argos’, in R. Hägg (éd.), The Greek Renaissance of the Eigth Century B. C. Tradition and Innovation, Stockholm 1983, p. 31; Sourvinou-Inwood 1983, p. 44 ss. ; F. de Polignac, La naissance de la cité grecque, Paris 1984, pp. 143-144.

Notes de fin

* Cette recherche a été effectuée dans le cadre d'un mémoire de licence à l'Université de Lausanne, sous la direction du Prof. C. Bérard, auquel j'exprime toute ma reconnaissance pour son appui. Mes remerciements vont également au Prof. P. Ducrey, directeur de l'Ecole suisse d'archéologie en Grèce, qui a bien voulu me confier l'étude d'un dossier érétrien, à S. Huber pour ses conseils et aux collaborateurs de l'ESAG.
Je sais gré également aux organisateurs de ce colloque de m'avoir offert la possibilité d'exposer le résultat de ces travaux.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Erétrie. Plan de la cité à l’époque géométrique et archaïque (plan établi par Th. Theurillat à partir de Mazarakis Ainian 1987, Fig. 12, p. 19).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Légende Fig. 2. Plan de la nécropole de l’Hérôon près de la Porte de l’Ouest (plan établi par Th. Theurillat à partir de Bérard 1970, plan II).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Légende Fig. 3. Eretrie - Skyphos de la tombe 11 (photographie d’A. Skiadaressis).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/646/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 4a-b. Eretrie - Canthare et tasse à bec de la tombe 12; 4c. Tasse de la tombe 11 (photographie d’A. Skiadaressis).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/646/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 5. Genève, Musée d’Art et d’Histoire. Statuette de femme, terre cuite (inv. HM 2218).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/646/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540