Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alun de Méditerranée

 | 
Philippe Borgard
, 
Jean-Pierre Brun
, 
Maurice Picon

Alun et artisanat en Gaule romaine

Frédéric Berthault

Texte intégral

1P. André, D. Barraud, A. Bocquet, P. Caillat, Chr. Chabrié, P. Chardron-Picault, V. Forest, M.-A. Gaidon-Bunuel, J.-F. Garnier, Cl. Girardy-Caillat, Ph. Jacques, H. Kérébel, F. Labaune, M. Mortreau, J. Naveau, L. Pelletier, M. Pernot, L. Simon, Chr. Sireix, A. Triste

  • 1 Ph. Borgard, L’alun de l’Occident romain. Production et distribution des amphores romaines de Lipa (...)

2Les recherches entreprises par Philippe Borgard depuis quelques années à propos de l’alun dans l’Antiquité1 sont à l’origine de la création de programmes d’études plus détaillés, mis en place par des équipes qui travaillent sur le territoire de l’ancienne Gaule, afin de poursuivre et approfondir ces premières recherches.

  • 2 Le PCR intitulé “Alun et artisans en Aquitaine à l’époque romaine” était coordonné par F. Berthaul (...)

3Ainsi se sont constitués, dans différentes régions, plusieurs groupes structurés autour de Projets collectifs de recherche susceptibles de recevoir une aide financière du Ministère de la Culture pour la réalisation de leurs programmes d’études2.

  • 3 B. W. Pearce, Roman coarse ware, in : Β. W. Cunliffe, Fifth report on the excavations of the roman (...)
  • 4 M. Cavalier, Les amphores Richborough 527. Découverte d’un atelier à Portinenti (Lipari, Italie), (...)

4C’est la présence d’amphores, anciennement dénommées Richborough 527 depuis leur mise en évidence dans cette ville anglaise3, et que l’on sait maintenant provenir de Lipari et avoir très certainement transporté l’alun réputé de cette île pendant l’Antiquité4, qui a donné lieu, dans les régions de Gaule concernées dans cette communication, à l’étude des types d’artisanat éventuellement liés à l’utilisation de ce produit.

5L’existence des amphores de Lipari était, certes, attestée sur différents sites du territoire gaulois ; encore fallait-il préciser celle-ci en utilisant, par ailleurs, des méthodes de recensement et de représentation qui seraient, dans la mesure du possible, identiques entre les différents groupes de travail pour tenter de parvenir à des résultats comparables.

6Ces méthodes avaient pour but d’arriver à déterminer, dans les différentes régions où ces amphores avaient été mises au jour, la présence et l’absence de ces conteneurs en milieu rural comme à l’intérieur des villes. Il était nécessaire, également, de préciser, dans les agglomérations, les quartiers concernés par leur existence. Bref, il s’agissait de les situer spatialement.

7Il convenait, ensuite, de replacer ces amphores dans un cadre chronologique pour savoir à quel moment l’alun liparote avait été utilisé sur notre territoire. Il fallait, enfin, pour chaque chantier, situer les amphores du point de vue stratigraphique pour, en dernier lieu, étudier leur éventuelle relation avec des structures artisanales, ou des artéfacts caractéristiques, contemporains des niveaux dans lesquels elles avaient été découvertes.

8La présente recherche porte sur dix villes gauloises (Agen, Autun, Bordeaux, Corseul, Dijon, Jublains, Périgueux, Rennes, Vannes et Villeneuve sur Lot) réparties entre quatre régions françaises : la Bretagne, les Pays de Loire, la Bourgogne et l’Aquitaine, pour laquelle tous les sites fouillés ces vingt dernières années, ont été étudiés (fig. 1). Il ne faut pas tirer de cette constatation de quelconques conclusions quant à l’arrivée des amphores liparotes sur la totalité du territoire national, mais considérer que cela représente l’état actuel des études en cours sur les amphores Richborough 527 et leur contenu.

Fig. 1-Carte des sites étudiés (J. Naveau).

9Les recherches, au moment de ce colloque, font que les projets collectifs, montés pour répondre aux questions sur l’alun en Gaule, portent sur un nombre limité de sites et non sur tous les sites sur lesquels on a identifié des amphores de Lipari.

10Ce sont, seulement, les résultats des études sur ces dix villes de la Gaule que nous présentons ci-après. Ce bilan sera donc forcément partiel et ne reflètera que l’état provisoire des études sur les amphores de Lipari et leur contenu.

11Les îles Lipari commencent à produire les amphores qui nous intéressent à partir du 2e tiers du Ier siècle avant notre ère et poursuivent cette fabrication jusque dans la première moitié du IIIe siècle après.

  • 5 Ph. Borgard, L’origine liparote..., op. cit., p. 197.

12Ces amphores se présentent sous des formes qui évoluent au cours du temps et sont, par conséquent, identifiées diversement. Ainsi, distingue-t-on d’abord les amphores de type dit Lipari 1a qui se développe du commencement de la production jusqu’au tournant de l’ère. À ce type succède le type Lipari 1b qui connaît une diffusion du début du 1er siècle jusqu’à l’époque flavienne. Le type Lipari 2a apparaît à cette dernière période et se poursuit dans le courant du IIe siècle. Le type suivant, Lipari 2b, voit le jour dans le dernier tiers du IIe siècle et se termine dans la 1ère moitié du IIIe5.

13En Gaule, ces amphores n’apparaissent pas toutes à la même époque et leur période de grande diffusion ne se situe pas toujours au même moment (fig ; 2).

Fig. 2-Types d’amphores de Lipari trouvées en Gaule.

14À Corseul, le type le plus ancien et, par ailleurs largement majoritaire sur toute l’agglomération, est le type 1b. On ne trouve, en effet, pratiquement pas d’éléments de type 2a.

15Rennes présente, sur le site du Collège Échange, une amphore de Lipari, presque entière, de type 1b qui porte une inscription peinte. Cette dernière, malheureusement, n’apporte aucun complément d’information particulier.

16Les amphores liparotes cessent de parvenir dans la capitale des Riedones à la fin du IIe siècle sur le site de la rue de Saint-Malo.

17Le nombre de fragments d’amphore de Lipari 1b retrouvé à Jublains est peu important puisqu’il ne s’agit que de 15 individus sur les 214 mis au jour sur cette agglomération. La majorité des tessons appartient à des Lipari 2a et les 6 bords individualisés font partie de ce type. Enfin, il n’est pas possible de préciser si certains tessons retrouvés dans des couches tardives proviennent d’individus de type 2b ou s’il s’agit seulement de tessons en position résiduelle.

18À Vannes, les premiers éléments appartiennent à des amphores de type1b retrouvées sur le site de la ruelle du Recteur et de la rue du Four. On trouve également des éléments de type 2a et 2b.

19Le site de Sainte-Anne, le seul, jusqu’à présent, qui a livré des conteneurs de Lipari à Dijon, a fourni des amphores de type 2a.

20C’est à Bibracte, ancien oppidum des Éduens que l’on a découvert l’élément liparote le plus ancien, à ce jour, retrouvé sur le territoire gaulois. Il a été mis au jour dans un contexte daté du 3e quart du Ier siècle avant J. –C. et se rattache au premier type d’amphore de Lipari, le type 1a.

21À Autun, les amphores de Lipari découvertes se rapportent au type 2a.

22On ne rencontre pas à Bordeaux les premières amphores liparotes de type 1a malgré la mise en évidence de niveaux protohistoriques d’époque gauloise dans cette ville. Les premières importations sont constituées par des conteneurs qui se rattachent au type 1b. On rencontre ensuite des amphores de type 2a en grand nombre, mais on remarque également l’absence du type 2b.

23Enfin, à Villeneuve-sur-Lot, les deux individus repérés dans la zone artisanale proche du forum sont des amphores de Lipari de type 2 a.

24Ce rapide inventaire des types d’amphores de Lipari rencontrés montre qu’hormis la présence exceptionnelle d’un individu de type 1a retrouvé sur le célèbre oppidum des Éduens à Bibracte, on ne trouve pas, sur les sites de notre étude, d’amphores liparotes de la première génération ; celle qui correspond à la fin de l’époque républicaine et à la période augustéenne.

25Les exemplaires mis au jour correspondent, pratiquement en totalité, aux types 1b et 2a qui sont actuellement attestés (type lb) à partir du règne de Tibère et disparaissent (type 2a) dans le courant du IIe siècle.

26On ne rencontre, ainsi, pas franchement le type 2b sur le territoire qui correspond à celui de notre étude. Certains fragments de panse évoquent la présence de ce type sur certains sites, mais aucune forme de lèvre significative ne vient confirmer cette impression.

27Si l’on peut très bien comprendre l’absence des premières amphores liparotes, mis à part, encore une fois, l’exemplaire de Bibracte, il est, en revanche, plus difficile d’expliquer la quasi absence du dernier sous-type, Lipari 2b, qui pose, par conséquent, problème.

28Peut-on imaginer que le produit liparote transporté, dans un premier temps en amphore, aurait pu, par la suite, être acheminé à l’aide d’un autre type de conteneur que l’on ne saurait pas identifier ou qui aurait été fabriqué en matière périssable, comme le tonneau ? L’existence même du type 2b, modèle d’amphore de Lipari postérieur à ceux que nous avons rencontrés en grand nombre, semble pourtant plaider en défaveur de cette hypothèse.

  • 6 Cette dernière hypothèse avait été pressentie et proposée au tout début de nos travaux alors que n (...)

29Peut-on, également, penser que si les produits éoliens intéressent moins, ou n’intéressent plus, les populations de notre territoire, c’est, tout simplement, parce que ces dernières ont trouvé, plus proche et moins chère, une autre source d’approvisionnement du produit, qui parviendrait alors dans un autre conteneur ?6.

30Jusqu’à présent, nous avons montré l’importance que représentait l’alun en Gaule par la mise en évidence du nombre important de sites qui ont fourni des amphores liparotes sur tout le territoire.

31Il nous faut, toutefois, et nous allons le voir, relativiser cette première impression ; car si le nombre des amphores de Lipari retrouvées sur le territoire de l’ancienne Gaule est conséquent, il est partie prenante d’un commerce en amphore particulièrement développé au début de l’Empire qui réduit d’autant, en pourcentage, la place des amphores liparotes que l’on pouvait de prime abord juger d’une certaine importance.

32Nous ne sommes pas en mesure de posséder, sur tous les sites de notre étude, les pourcentages d’amphores de Lipari par rapport à la totalité des amphores retrouvées à l’occasion des fouilles. Il n’a pas été non plus possible d’être, systématiquement, en possession du nombre total des amphores retrouvées sur chaque agglomération ou région étudiée.

33Néanmoins, quand il a été possible d’effectuer des calculs, nous avons obtenu les résultats suivants (fig. 3).

Fig. 3-Poucentage des amphores de Lipari retrouvées.

  • 7 F. Olmer, Les amphores romaines en Bourgogne. Contribution à l’histoire économique de la région da (...)

34En 1997, Fabienne Olmer dans sa thèse sur les amphores de Bourgogne7 relève pour cette région dans son ensemble, toutes périodes confondues, la présence de 25 amphores Richborough 527 pour un total d’amphores de 7430 individus ; ce qui correspond à un pourcentage de 0,3 % d’amphores de Lipari. En revanche, si l’on comptabilise le nombre des amphores liparotes situées dans la phase Ier-IIIe siècle, nous arrivons à un total de 24 amphores de Lipari pour un total de 1923 amphores retrouvées pour la même phase, soit un pourcentage des amphores éoliennes de 1,2 %. En ce qui concerne les amphores liparotes d’Autun, ces dernières représentent 1 % du total des amphores mises au jour dans cette ville.

35À Rennes, entre l’époque d’Auguste et le IVe siècle, le pourcentage entre les tessons éoliens mis au jour et le reste des tessons, représente 1,6 %. Le nombre total des amphores de Lipari (16) comparé au nombre total des amphores (1062) nous amène à un pourcentage de 1,5 %, pratiquement identique au précédent.

36Périgueux a connu, ces vingt dernières années, un total de 16 chantiers pour lesquels on n’a identifié que 4 amphores de Lipari sur les 480 amphores décomptées ; ce qui correspond à un pourcentage d’amphores éoliennes de 0,8 %.

37Quatre grands chantiers seulement ont été réalisés à Agen. Le nombre des éléments liparotes mis au jour correspond à 2 individus pour un total d’amphores de 114 individus, soit 1,7 %.

38À Villeneuve-sur-Lot, on a identifié sur le site d’Eysses, qui correspond à l’agglomération antique, 3 amphores de Lipari pour un total de 198 amphores (étude en cours) ; ce qui représente un pourcentage de 1,5 %.

39Enfin, les comptages effectués sur la quasi totalité des sites de la ville de Vannes, hormis le cas particulier de la rue du Four, font apparaître la présence de 54 tessons liparotes pour 2535 tessons d’amphores ; soit un pourcentage de 2,1 %, qu’il convient, toutefois, de manier avec prudence compte tenu du nombre peu important de tessons sur lequel il porte.

40On notera, cependant, le cas particulier de la ville de Bordeaux pour laquelle, sur les 11 grands chantiers de fouille de ces vingt dernières années, on a mis au jour 41 amphores liparotes pour un total de 1232 amphores, soit 3,3 % du total de ces amphores.

41Les autres comptages portaient sur les seuls sites qui présentaient des amphores de Lipari et on a remarqué, ce qui est logique, que les pourcentages étaient plus importants ; mais on a aussi pu noter que certains sites offraient des concentrations particulières qui pouvaient porter le pourcentage des amphores liparotes entre le quart et le tiers du nombre total des amphores du site.

42Cela dit, si l’on tient compte des chiffres que nous offrent les agglomérations qui ont connu de nombreux chantiers, afin que les résultats ne soient pas faussés par un site où les amphores de Lipari sont, soit sur-représentées, soit sous-représentées, on aura constaté que la proportion du commerce de l’alun sur les sites ici étudiés représente entre 1 et 2 % du total des amphores mises au jour. Ce pourcentage, même s’il n’est pas négligeable, compte tenu de la nature particulière que renferment les amphores éoliennes, apparaît, malgré tout, bien faible comparé, par exemple à celui des amphores vinaires retrouvées qui constituent souvent plus de la moitié du reste des amphores mises au jour à l’occasion des fouilles.

43Il convient, en plus, de garder à l’esprit que certains produits, comme le blé ou l’huile, peuvent voyager dans des sacs ou des outres ; tous conteneurs qui n’ont pas laissé de traces et, partant, nous donnent une vision déformée du commerce antique dans son ensemble à partir de l’étude du seul matériel amphorique.

  • 8 Un seul cas, à notre connaissance, avec la présence de 2 tessons dans la villa de Court-Balent dan (...)

44Si, maintenant, on observe la répartition des sites sur lesquels on a relevé la présence d’amphores de Lipari, on constate, tout d’abord, qu’à une seule exception près, aucun de ceux-ci se trouve hors d’une agglomération. Nous n’avons, en effet, pratiquement pas recensé d’amphore de Lipari dans des villae8 ; ce qui semblerait, alors, indiquer que les activités effectuées à l’aide d’alun ne sont pas réalisées au sein d’un domaine ; soit que celui-ci ne dispose pas des infrastructures et de l’environnement nécessaires à l’accomplissement de ces travaux soit qu’il ne possède pas la main d’œuvre qualifiée exigée pour les réaliser.

  • 9 Ptolémée, Geographia, II, 7,7, Ch. Muller (éd.), tome 1, Paris, Firmin Didot, 1883, p. 203.

45En ce qui concerne les agglomérations secondaires, on relève par exemple, qu’à Saint-Germain d’Esteuil considérée comme la Noviomagus citée par Ptolémée9 et, par conséquent, comme la seconde ville des Bituriges Vivisques, il n’y a pas d’amphores de Lipari parmi les 140 amphores que ce site a, pour le moment, révélé. En revanche, le site d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot, ancienne Excisum des Nitiobriges, mentionnée sur la Carte de Peutinger et sur l’Itinéraire d’Antonin, présente actuellement (étude en cours) 3 exemplaires de ces amphores.

46Dans le cadre de notre étude, c’est, finalement, dans les chefs-lieux de cité que l’on rencontre le plus souvent les amphores liparotes et, de ce fait, l’emploi de l’alun à la période antique paraît lié à un artisanat à caractère urbain, même si, par ailleurs, le produit final est utilisé aussi bien à la ville qu’à la campagne.

47On constate également que dans une même agglomération, certains sites ne présentent aucune amphore à alun, d’autres en possèdent en petites quantités, d’autres, enfin, en recèlent un nombre important. La concentration d’amphores de Lipari en certains endroits semble ainsi indiquer l’existence de quartiers ou secteurs spécialisés ; et on constate, enfin, en ce qui concerne la répartition de ces sites à amphores de Lipari, que la disparité entre ces derniers porte sur leur nature.

48Les amphores liparotes sont, en effet, généralement absentes des sites à caractère monumental. On n’en trouve qu’un seul exemplaire, pour un nombre total d’amphores de 457 individus, sur le site des Allées de Tourny à Bordeaux, proche du monument dédié à la Tutelle de la ville. De même, toujours dans cette ville, le site de l’UGC sur lequel a été mis au jour un fanum, n’a-t-il livré, lui aussi, qu’un seul fragment d’amphore éolienne.

49En revanche, lorsque l’on a retrouvé des amphores de Lipari dans des proportions nettement supérieures à la moyenne, c’était toujours dans des secteurs, voire même des quartiers, à caractère artisanal, quand on a pu déterminer le caractère de ces quartiers (fig. 4).

50Le fait est avéré à Corseul sur le site de Monterfil II, dans le cadre de l’étude d’un ensemble réduit au sein duquel on a retrouvé 9 amphores de Lipari qui représentent 9 % du total des 101 amphores mises au jour. Il l’est également à Dijon-Sainte-Anne avec un nombre de vaisseaux liparotes qui constitue 9 % des amphores. On constate la même chose à Bordeaux pour les sites de la rue des Frères-Bonie et de la Cité judiciaire qui se trouvent en bordure d’un cours d’eau autour duquel se sont multipliées les découvertes de vestiges d’activités artisanales et qui fournissent un pourcentage de Lipari de 4 % ; il en est de même pour les sites de la rue Huguerie et de la rue du Palais-Gallien qui révèlent un pourcentage d’amphores de Lipari de 24 % du total des amphores retrouvées.

51En l’état actuel des recherches, il apparaît donc que les amphores de Lipari se rencontrent plus souvent et en nombre plus important dans les sites et secteurs à caractère artisanal des agglomérations.

52On notera, peut-être, une exception en ce qui concerne la ville de Corseul qui présente, en plus ou moins grande quantité, des amphores de Lipari sur presque tous les sites fouillés de la ville. Cette remarque pourrait, éventuellement, faire penser que c’est l’ensemble de la ville qui faisait, alors, l’objet d’une spécialisation dans laquelle l’alun tenait une place importante.

53Puisque nous venons de dire que les plus fortes concentrations d’amphores de Lipari se trouvaient dans les secteurs artisanaux des agglomérations, il convient, à présent, de tenter de préciser avec quelles activités il est possible de mettre en relation ces amphores liparotes découvertes.

  • 10 Nous traduisons par « alun », les termes « alumen » et « στυπτηρία », cf. Ph. Borgard, L’alun de l (...)

54Les textes grecs et latins, toujours concis, nous ouvrent déjà quelques perspectives. Plusieurs usages de l’alun10 y sont mentionnés, parmi lesquels les utilisations médicales. D’autres utilisations, plus intéressantes pour notre propos, concernent essentiellement le travail du textile, celui du cuir, le travail du métal et un aspect particulier du travail du bois : son ignifugation. Dans quelle mesure les données de terrain vont-elles confirmer ces informations fournies par les auteurs anciens ?

Fig. 4-Répartition des sites et pourcentage des Lipari dans les agglomérations : l’exemple de Bordeaux (d’après D. Barraud).

55Nous venons d’évoquer Corseul, l’un, sans doute, des sites les plus riches du point de vue des amphores de Lipari mises au jour en Gaule, dans lequel on trouve d’importantes quantités de ces vaisseaux réparties sur à peu près toute la superficie de la ville.

56Le site du Courtil Saint-Antoine atteste l’existence d’une métallurgie du fer et du bronze à cet endroit mais la relation qui pourrait exister avec l’unique individu liparote n’est pas démontrée.

  • 11 H. Kérébel, Corseul, Côtes d’Armor : un quartier de la ville antique, in : Documents d’Archéologie (...)

57Le site de Monterfil II met en rapport les nombreuses Lipari retrouvées avec un grand bâtiment que le fouilleur interprète comme un bâtiment artisanal et commercial11 ; mais sans que l’on puisse préciser le type d’activité auquel cet ensemble était voué. On touche ici à la principale difficulté que notre enquête a rencontrée : dès lors que l’on retrouve des amphores de Lipari sur un site, peut-on, sans ambiguïté, rattacher celles-ci à un type d’artisanat bien précis ?

  • 12 L. Langouet, G. Jumel, Les campagnes gallo-romaines de la civitas des Coriosolites, Revue archéolo (...)

58Il faut, en la circonstance, pour tenter d’identifier le (ou les) artisanats qui étaient en possible relation avec les Lipari, se référer à d’autres études qui portent sur les ressources du terroir, comme celle qui montre que la région alentour possède de vastes secteurs granitiques et devait, de ce fait, constituer une zone importante pour l’élevage des ovins12. La découverte de nombreux pesons de tisserands au cours des fouilles réalisées vient, dès lors, confirmer l’importance de cet élevage pour le tissage de la laine. Cela ne résout pas totalement la question de l’utilisation de l’alun liparote dans la ville de Corseul, puisqu’il pouvait aussi bien servir pour teindre la laine des ovins que pour conserver et assouplir, dans le cadre d’un atelier de mégissier, les peaux de ces moutons.

59Il est, de même, difficile, à Vannes, de mettre franchement en association l’alun avec un artisanat particulier. Les 15 amphores de Lipari mises au jour sur le site de la rue du Four sont davantage en liaison avec un bâtiment qui présente plutôt les caractères d’un entrepôt que ceux d’une structure à vocation artisanale. La ZAC de l’étang, deuxième site, qui a fourni un nombre important de Lipari, a livré ces dernières dans des couches d’abandon et il n’a pas été possible de leur associer une quelconque forme d’artisanat.

60Enfin, le site de la Ruelle du Recteur, présente un certain nombre d’aménagements tels que : bâtiments en infrastructures légères prolongés d’arrière-cours pourvues de puits et structures excavées. Malheureusement, la fonction de ces aménagements est difficile, là encore, à déterminer même si, à n’en pas douter, ils correspondent à une vocation artisanale des lieux.

  • 13 D. Pouille, Les fouilles archéologiques du parking de la place Hoche, D. F. S., S. R. A. Bretagne, (...)

61À Rennes, lors des fouilles du Parking de la place Hoche, on a retrouvé les tessons d’amphores de Lipari dans des Unités stratigraphiques en relation directe avec des activités métallurgiques du fer et du bronze que ce site présente13.

  • 14 G. Le Cloirec, 3-5 rue de Saint-Malo, D. F. S., S. R. A. Bretagne, Rennes, 1994-1995 ; B. S. R. Br (...)

62Sur le site de la rue de Saint-Malo (anciens établissements Picard), les restes d’amphore de Lipari sont également en liaison directe (mêmes dépotoirs et mêmes niveaux de sol) avec les ateliers de bronzier mis en évidence sur ce chantier14 (fig. 5).

Fig. 5 – Rennes-Rue de Saint-Malo : fosse dépotoir avec un lot de creusets de bronzier et des restes d’amphores de Lipari (Cliché : J.-L. Hillairet).

  • 15 A. Bocquet, La Grande Boissières, B. S. R. Pays de Loire 1997, Nantes, 1999, p. 48 ; A. Bocquet, K (...)
  • 16 A. Bocquet, Jublains, Le Taillis des Boissières, B. S. R. Pays de Loire 1998, p. 48-49 ; B. S. R. (...)

63À Jublains, les sites de La grande Boissière15 et du Taillis des Boissières16 montrent, en ce qui concerne la première occupation du site, que des liens directs existent aussi entre les amphores liparotes et des contextes de forge (fig. 6). Pour la seconde période d’occupation, les relations entre les restes de Lipari et un artisanat sont plus lâches, mais permettent de relever que le matériel amphorique se trouve cependant situé dans la même zone que les vestiges d’une nouvelle activité métallurgique du fer. Les niveaux d’abandon, enfin, mettent seulement en évidence de possibles rapports entre les tessons d’amphores liparotes et des vestiges de cuir qui évoquent l’artisanat de la tannerie, mais aussi celui de la cordonnerie.

Fig. 6-Jublains-Grande Boissiere : traces de rubéfaction à haute température en liaison avec des amphores liparotes (Cliché : A. Bocquet).

64Le site de Sainte-Anne, l’unique site étudié à Dijon, révèle une activité importante d’abattage et d’apprêt des pièces de viande, si l’on se fonde sur les rejets osseux de bovins et de porcins retrouvés en bordure du site. Mais ce qui distingue ce site, et qui est de la première importance pour notre propos en ce qui concerne l’utilisation de l’alun, c’est la découverte d’une cave abandonnée qui a été utilisée dans un second temps comme dépotoir (fig. 7). Or dans cette cave on n’a mis au jour que des restes osseux d’ovicaprins, des scapulas de bovins et des amphores de Lipari. Par ailleurs, il s’avère que les restes retrouvés des ovicaprins ne sont constitués pratiquement que de cornillons, de phalanges et de vertèbres caudales ; reliquats osseux qui sont ceux laissés en place lorsque l’on dépèce les bêtes pour envoyer les peaux à la tannerie. De même les scapulas présentent-elles des traces d’utilisation qui indiquent qu’elles ont servi de racloir. L’alliance des amphores liparotes et de ces restes particuliers de chèvre, ou de mouton, et de bovins, nous ont fait penser que nous nous trouvions ainsi, sur ce site, en présence des vestiges issus de l’atelier d’un mégissier.

Fig. 7 – Dijon-Sainte-Anne : cave dans laquelle se trouvaient les amphores de Lipari, les restes osseux d’ovicaprins et les scapulas de bœuf (Cliché : L. Pelletier).

  • 17 Chardron-Picault, M. Pernot (éd.), Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun. Le site (...)

65La fouille du Lycée militaire à Autun, n’a livré que les témoins d’une seule amphore éolienne. Néanmoins, il nous est apparu intéressant de signaler que les tessons de Lipari mis au jour, l’avait été dans des couches d’occupation dans lesquelles se trouvaient, par ailleurs, les vestiges d’un important artisanat du bronze qui pouvait, de ce fait, être mis en relation avec les restes de l’amphore17.

66À Bordeaux, les sites de la rue des Frères-Bonie et de la Cité judiciaire se trouvent dans le prolongement l’un de l’autre, en bordure d’un ruisseau. Le second a fourni de nombreux poids de tisserand et des aiguilles en métal en nombre, lui aussi, élevé. Ils renfermaient, l’un et l’autre, un grand nombre de chevilles osseuses de bovins, en excédent par rapport aux autres restes de ces mêmes animaux et des chutes de cuir. Certaines de ces chevilles osseuses ont été retrouvées dans une fosse avec les restes de deux amphores de Lipari, dont l’une pratiquement entière. Le travail de tanneurs à cet emplacement de la ville paraît évident. Mais on peut se demander si un artisanat de la corne aurait pu également se trouver à cet endroit. En revanche, si l’on peut, sans difficulté, proposer l’existence d’un rapport entre les amphores de Lipari et une activité de tannage, voire aussi de tissage, aucun texte d’un auteur ancien, n’indique la possible relation entre l’alun et l’artisanat de la corne.

  • 18 M.-A. Gaidon et alii, Clinique Tourny-Les Bons Livres, Chronique d’Archéologie bordelaise, Bulleti (...)
  • 19 Idem, p. 5-6.

67Les site associés de la rue Huguerie et de la rue du Palais-Gallien (clinique Tourny-Les Bons Livres) ont révélé la présence d’une activité liée à la métallurgie de métaux non précieux (alliages à base de cuivre, fer et plomb tels que bronze, laiton...)18. Les très nombreuses amphores de Lipari retrouvées se trouvent dans la couche de remblai immédiatement supérieure à un atelier ; remblai sur lequel on a édifié aussitôt un nouvel atelier qui fonctionnera jusqu’au Bas-Empire19. Cette situation particulière est peut-être l’indication que le contenu de ces amphores étaient en relation avec cet artisanat des métaux non précieux.

68Comme il s’agissait d’un artisanat de petits objets, on s’est posé la question, sans prendre, bien sûr, position, de savoir si celui-ci ne pouvait pas correspondre à un atelier de bourrelier qui aurait confectionné des courroies, des harnais, des colliers.

  • 20 P. Caillat, Archéozoologie ; fosse de la fin du Ier siècle av. J. –C., in : L. Martin, Cité de Cam (...)

69Le site de Campniac 1 à Périgueux présentait une fosse qui recelait un abondant mobilier. Parmi celui-ci, trois vertèbres de lynx attestaient des traces de désarticulation, preuves qu’il avait été dépecé. Par ailleurs, la répartition anatomique des restes de boeuf montrait un nombre important de phalanges qui ne portaient aucune trace de boucherie. On sait que ces parties sont particulièrement riches en corps gras dont on extrait 1’« huile de pied de boeuf » pour l’entretien du cuir. Ces deux éléments ont ainsi conduit l’auteur de l’étude à proposer l’existence, en ce lieu, d’un artisanat de la pelleterie et du cuir20 qui pourrait, éventuellement, expliquer la présence d’une amphore de Lipari à cet endroit.

  • 21 Cl. Girardy, Périgueux-Domus des Bouquets, D. F. S., Bordeaux, 1992, p. 44.

70Dans cette même agglomération, le site de la Domus des Bouquets a révélé, aux abords de cette demeure urbaine, les vestiges de toute la chaîne opératoire de la métallurgie du fer : bas-fourneau, foyer d’affinage, zone de forge et décharge de foyer de forge21. C’est dans cette zone que l’on a retrouvé 3 tessons d’amphores liparotes qui se rattachent, peut-être, à cette activité.

  • 22 J.-F. Garnier, A. Leclerc, Chr. Chabrié, D. Chabrot, J. Depoid, Villeneuve-sur-Lot ; l’urbanisatio (...)

71Le secteur artisanal d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot a, entre autres, livré les vestiges d’un artisanat du bronze22. C’est au moment de l’arasement de ce quartier, pour procéder à l’agrandissement du secteur monumental, que l’on trouve, dans la couche de destruction et de remblai de cette officine, les restes de trois amphores de Lipari qui sont, ainsi, peut-être à mettre en rapport avec l’existence de l’atelier immédiatement sous-jacent.

72Si l’on reprend les diverses relations que nous venons de mettre en évidence et que l’on tente de faire une synthèse de ces rapports que nous avons identifiés, ou plus ou moins soupçonnés, entre les amphores de Lipari et un certain nombre d’activités à caractère artisanal, nous parvenons à plusieurs constatations.

73Comme nous l’avons dit plus haut, les auteurs anciens nous ont fait connaître différentes manières d’utiliser l’alun dans la vie de tous les jours à l’époque antique. Nous en avons peut-être, au cours de notre étude, retrouvé et identifié certaines à travers les vestiges mis au jour à l’occasion des fouilles effectuées sur les différents sites de Gaule qui ont servi de base à notre travail.

74Toujours au vu de notre étude, il semble que l’on puisse également, rattacher l’alun à certaines autres activités artisanales, si l’on se fonde sur la répétition de certaines liaisons possibles que nous avons établies entre celles-ci et les amphores de Lipari retrouvées ; même si, ces rapports n’apparaissent pas toujours évidents lorsque les sites sont pris individuellement.

  • 23 Ph. Borgard, À propos des teintureries de Pompéi : l’exemple de l’officina infectoria V, 1,4, in :(...)

75En ce qui concerne la mise en évidence de l’artisanat de la teinturerie, nous ne nous sommes prononcés qu’une fois en faveur de celle-ci, pour la ville de Corseul, alors même que les fouilles n’ont pas révélé de teinturerie stricto sensu du type de celle retrouvée à Pompéi dans l’îlot V, 1,423. C’est seulement la présence vraisemblable d’un important élevage de mouton dans la région à l’époque antique qui suggère l’existence d’une industrie de la laine conséquente et, partant, le possible artisanat de la teinturerie dans cette agglomération.

76Il est vrai que les vestiges d’un tel artisanat peuvent ne pas avoir laissé de traces, aujourd’hui, identifiables. C’est une activité qui ne nécessite pas un grand emploi de l’eau. Les bains sont effectués dans des cuves assez peu importantes et posées sur des foyers. Que peut-il rester de ces aménagements, ceux-ci une fois détruits et abandonnés, sinon pratiquement les seules traces de rubéfaction laissées au sol par les foyers ? traces qu’il est, par conséquent, difficile d’interpréter comme appartenant, sans ambiguïté, à un artisanat de la teinture.

77La tannerie, elle aussi, mise en avant par les auteurs anciens pour l’utilisation de l’alun, n’a pas trouvé, à l’issue de notre étude, la place que l’on était en droit d’attendre de cette activité à la lecture des textes.

78Hormis le site de Dijon-Sainte-Anne, pour lequel les activités de mégisserie ne peuvent, pratiquement, pas faire de doute avec la découverte, dans une même fosse, d’amphores liparotes, de restes osseux d’ovicaprins particuliers et de scapulas de bovins réutilisées comme racloirs, on constate le peu d’endroits auxquels on peut rattacher, sans équivoque, ce type d’artisanat aux amphores de Lipari.

79On a, bien sûr, proposé que l’agglomération de Corseul ait connu cette activité de mégisserie. Mais dans ce cas, comme dans celui de la teinturerie, c’est la présence de l’élevage des moutons dans la campagne environnante qui nous pousse à formuler cette hypothèse qui ne se fonde, par ailleurs, sur aucun autre élément.

80La présence d’un cours d’eau, de nombreuses chutes de cuir et de restes de bovins permettent de proposer cette activité de tannerie pour les sites de la rue des Frères-Bonie et de la Cité judiciaire à Bordeaux. Mais on peut, dès lors, se poser la question de l’utilisation de l’alun dans ce contexte. L’alun servait au tannage des peaux fines pour les assouplir et, peut-être, permettre, par ses qualités de mordant, de les teindre plus facilement. Dans ces conditions, l’utilisation de l’alun dans le tannage des peaux de bovins n’est pas évidente.

81La découverte de pieds de bœuf, qui ne portent pas de traces de boucherie, et dont on peut extraire l’« huile de pied de bœuf », utilisée pour l’assouplissement et l’entretien du cuir, peut faire, éventuellement, penser à une activité de tannage sur le site de Campniac 1 à Périgueux. La présence des vertèbres d’un Lynx qui a été dépecé, nous a même conduit à envisager la possible existence d’un atelier de pelleterie à cet endroit.

82Les textes des auteurs anciens font également état de l’utilisation de l’alun associée à des activités métallurgiques. C’est finalement ces relations entre divers artisanats du métal et les amphores destinées au transport de l’alun que nous avons, croyons-nous, le mieux mises en évidence lors de notre étude des sites de Gaule.

83Il est vrai que les traces laissées par les métallurgistes sont importantes. L’emploi de très hautes températures et l’utilisation de structures bâties, dont les parties basses sont creusées à même le sol, ont obligatoirement marqué de leur empreinte les zones qui ont servi à ces artisans pour réaliser leurs activités. Il reste également, dans ces secteurs, des vestiges métalliques qui se sont relativement bien conservés comparés à d’autres artéfacts, faits de matière périssable. Les cendriers, les creusets, les moules, les battitures sont autant de marques restées en place qui mettent en évidence, sans contestation possible, la présence de ces artisanats des métaux.

84C’est ainsi que l’on a pu relever des relations directes entre des tessons d’amphores de Lipari et des traces de métallurgie du fer à Rennes sur le site du Parking de la place Hoche où les amphores se trouvent dans des fosses en association avec des rejets de forge.

85Le site de la Grande Boissiere à Jublains ou le site de la Domus des Bouquets à Périgueux présentent, eux aussi, les traces d’un artisanat du fer. Cela dit, les rapports entre les amphores liparotes et les vestiges de cet artisanat sont, ici, moins évidents. Dans le cas de Jublains, les tessons de Lipari se trouvent dans les zones d’activité métallurgique mais sans que l’on puisse déterminer s’il peut y avoir des rapports directs entre la céramique éolienne et cette activité. À Périgueux, les tessons liparotes se trouvent dans la couche de remblai immédiatement supérieure au niveau de forge, ce qui montre que les uns et les autres auraient pu avoir été en relation ; sans que cela fournisse une certitude, bien entendu.

86En ce qui concerne l’artisanat du bronze, nous sommes à peu près sûrs que les amphores de Lipari sont en rapport direct à Rennes pour les sites de la rue de Saint-Malo et pour celui du Parking de la place Hoche. Pour le premier, les amphores se trouvaient dans des fosses avec des restes de creusets et des fragments de moules ; pour le second, les restes d’amphores proviennent de dépotoirs et de niveaux de sol d’occupation des ateliers de bronziers.

87Sur le site du Lycée militaire à Autun, les tessons d’amphores éoliennes se trouvaient également dans des niveaux d’occupation de structures liées à l’artisanat d’alliages à base de cuivre.

88Le site de la rue Huguerie présente les mêmes types d’artisanats fondés sur les alliages cuivreux (bronze, laiton...) qu’à Autun. Mais les amphores de Lipari de ce site ont été mises au jour dans la couche d’abandon de l’atelier ; et, même s’il s’agit de la couche immédiatement supérieure, on est en droit de se demander si l’on peut, ou non, les mettre formellement en relation avec les vestiges d’activités métallurgiques sous-jacents. En faveur de la première hypothèse, on fera toutefois remarquer que le nombre de ces amphores est important.

89Comme pour la rue Huguerie, les amphores mises au jour sur le site d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot, l’ont été dans la couche de remblai de l’atelier de bronzier.

90Finalement, c’est la répétition de tels faits sur ces deux derniers sites, ajoutée aux constatations plus solides réalisées sur les sites précédents, qui conforte, en dernière analyse, les hypothèses que nous n’aurions pu que proposer à la seule étude d’un chantier, et nous autorise, dès lors, à penser que les liens, qui n’apparaîtraient que possibles entre les amphores de Lipari et les activités artisanales identifiées, doivent, cependant, bien exister.

91Au cours de cet exposé, nous avons ainsi montré que les amphores de Lipari, qui transportaient l’alun de cette île, n’étaient pas parvenues, sur le territoire concerné par notre étude, avant l’époque de Tibère et avaient cessé d’arriver dans ce même territoire à la fin de l’époque antonine, avant donc leur disparition complète ; ce qui nous a amené à nous demander par quel type de conteneur les amphores de Lipari avaient été remplacées ou quel produit s’était substitué à l’alun liparote à partir du IIIe siècle de notre ère.

  • 24 « Lipara, la plus grande des sept îles, possède, indépendamment d’une terre fertile, une mine d’al (...)

92Ce commerce de l’alun, qui nous semblait, dans une première approche, important sur le territoire de la Gaule, si l’on se fondait sur les nombreux lieux de découverte qui existent chez nous, se relativise, toutefois, si l’on prend en considération les pourcentages, compris en moyenne entre 1 et 2 %, que nous avons relevés pour les amphores de Lipari, comparés à ceux des autres types d’amphores mis au jour à l’occasion des fouilles. A contrario, il ne faut pas que cette relative rareté atténue l’importance de ce commerce qui possédait une haute valeur ajoutée, si l’on en croit ce que nous rapportent les auteurs anciens24.

93L’étude du nombre de ces amphores met en évidence, également, que ces conteneurs ne sont pas présents partout, sur le territoire, et qu’on ne les trouve pratiquement pas dans les campagnes mais dans les grandes villes et, par conséquent, qu’il faut rattacher l’alun à des activités, essentiellement, de type urbain.

94Ces activités apparaissent, là encore, bien spécialisées, puisque c’est surtout dans les quartiers et secteurs artisanaux des chefs-lieux de cité que l’on retrouve les amphores liparotes et rarement dans les quartiers monumentaux ou résidentiels.

95Enfin, il ne nous a pas été permis d’identifier certaines utilisations qui étaient faites de l’alun pendant l’Antiquité et que nous rapportent les textes antiques.

96Pour que les activités puissent avoir été relevées, il a fallu qu’elles présentent une importance certaine en volume et surtout qu’elles aient été en mesure de laisser des traces directes de leur existence (traces au sol : structures ou rejets).

97C’est le cas surtout des activités métallurgiques au sens large du terme, quelles que soient, par ailleurs les métaux travaillés, pour lesquelles les traces des structures et les rejets sont bien conservés sur les sites.

  • 25 Ph. Borgard, V. Forest, L. Pelletier, « Passer les peaux en blanc » : une pratique gallo-romaine ? (...)

98C’est le cas, mais dans une moindre mesure, des activités de tannerie, qui n’ont ainsi pas trouvé, à l’issue de notre, étude la place qu’on était en droit d’attendre25, ou celles du textile, pourtant illustrées par de multiples documents d’époque médiévale et moderne ; activités que l’on a, toutefois, vraisemblablement identifiées en plusieurs endroits grâce aux rejets supposés de ces artisanats, mais sans que l’on ait pu mettre en évidence les vestiges de structures qui leur étaient liées.

99On remarquera cependant qu’il a été, tout de même, possible de préciser l’utilisation de l’alun parmi ces types d’activité et de déterminer la nature d’artisanats plus particuliers qui avaient des liens directs avec ce produit, comme celui de la mégisserie, voire de la pelleterie.

Notes

1 Ph. Borgard, L’alun de l’Occident romain. Production et distribution des amphores romaines de Lipari, Thèse de doctorat, Aix-en –Provence, 2001, dact.

2 Le PCR intitulé “Alun et artisans en Aquitaine à l’époque romaine” était coordonné par F. Berthault et Ph. Borgard.

3 B. W. Pearce, Roman coarse ware, in : Β. W. Cunliffe, Fifth report on the excavations of the roman fort at Richborough, Kent, London (Report research committee society Antiquaries, 23), 1968, p. 117-124.

4 M. Cavalier, Les amphores Richborough 527. Découverte d’un atelier à Portinenti (Lipari, Italie), S. F. E. C. A. G. (Millau, 1994), Marseille, 1994, p. 189-196. Ph. Borgard, L’origine liparote des amphores Richborough 527 et la détermination de leur contenu, S. F. E. C. A. G. (Millau, 1994), Marseille, 1994, p. 197-203.

5 Ph. Borgard, L’origine liparote..., op. cit., p. 197.

6 Cette dernière hypothèse avait été pressentie et proposée au tout début de nos travaux alors que nous ignorions encore que des recherches étaient en cours sur ces questions. La tenue du colloque et la publication de l’article de M. Picon, La préparation de l’alun à partir de l’alunite aux époques antique et médiévale, in : Pétraquin et al., Arts du feu et productions artisanales, Actes des 20e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, 2000, p. 519-530, répondent maintenant aux questions que l’on se posait. On se reportera aussi à la communication de M. Picon, Des aluns naturels aux aluns artificiels et aux aluns de synthèse : matières premières, gisements et procédés, et à celle d’Aglaia Archontidou, Un atelier de préparation de l’alun à partir de l’alunite dans l’île de Lesbos à l’époque romaine, dans ce même volume (p. 13-38 et p. 85-88). Toutes ces études montrent que l’on a su très tôt obtenir de l’alun et se passer d’alun natif, jusqu’alors, seul utilisé.

7 F. Olmer, Les amphores romaines en Bourgogne. Contribution à l’histoire économique de la région dans l’Antiquité, depuis la Tène finale jusqu’au Haut-Empire, thèse de doctorat, Dijon, 1997.

8 Un seul cas, à notre connaissance, avec la présence de 2 tessons dans la villa de Court-Balent dans les Deux-Sèvres : F. Laubenheimer, les amphores, in : O. Nillesse, Court-Balent ; établissements ruraux, gaulois et gallo-romains, nécropole médiévale, Saint-Pompain, (Deux-Sèvres), D. F. S., vol. 1, SRA Poitou-Charentes, 2001, p. 52-54.

9 Ptolémée, Geographia, II, 7,7, Ch. Muller (éd.), tome 1, Paris, Firmin Didot, 1883, p. 203.

10 Nous traduisons par « alun », les termes « alumen » et « στυπτηρία », cf. Ph. Borgard, L’alun de l’Occident romain, op. cit., p. 39 ss.

11 H. Kérébel, Corseul, Côtes d’Armor : un quartier de la ville antique, in : Documents d’Archéologie Française, 88, 2001, p. 138.

12 L. Langouet, G. Jumel, Les campagnes gallo-romaines de la civitas des Coriosolites, Revue archéologique de l’Ouest, supplément n°4, 1991, p. 127-134.

13 D. Pouille, Les fouilles archéologiques du parking de la place Hoche, D. F. S., S. R. A. Bretagne, Rennes, 1995 ; Rennes-Parking de la place Hoche, BSR Bretagne, 1994, p. 56-57.

14 G. Le Cloirec, 3-5 rue de Saint-Malo, D. F. S., S. R. A. Bretagne, Rennes, 1994-1995 ; B. S. R. Bretagne, 1995, p. 61.

15 A. Bocquet, La Grande Boissières, B. S. R. Pays de Loire 1997, Nantes, 1999, p. 48 ; A. Bocquet, K. Chuniaud, J. Naveau et coll., Le quartier antique de la Grande Boissière à Jublains (Mayenne), R. A. O., 21, 2004, p. 131-174.

16 A. Bocquet, Jublains, Le Taillis des Boissières, B. S. R. Pays de Loire 1998, p. 48-49 ; B. S. R. Pays de Loire 1999, p. 73 ; B. S. R. Pays de Loire 2000, p. 46-47.

17 Chardron-Picault, M. Pernot (éd.), Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun. Le site du Lycée militaire, Documents d’Archéologie française, n°76, Paris, 1999.

18 M.-A. Gaidon et alii, Clinique Tourny-Les Bons Livres, Chronique d’Archéologie bordelaise, Bulletin de la Société archéologique de Bordeaux, 78, 1987, p. 3-8.

19 Idem, p. 5-6.

20 P. Caillat, Archéozoologie ; fosse de la fin du Ier siècle av. J. –C., in : L. Martin, Cité de Campniac-Périgueux, D. F. S., Bordeaux, 1992, p. 72-73.

21 Cl. Girardy, Périgueux-Domus des Bouquets, D. F. S., Bordeaux, 1992, p. 44.

22 J.-F. Garnier, A. Leclerc, Chr. Chabrié, D. Chabrot, J. Depoid, Villeneuve-sur-Lot ; l’urbanisation gallo-romaine, Villes et agglomérations urbaines antiques de la Gaule ; histoire et archéologie (Bordeaux, 1990), 6ème supplément à Aquitania, Bordeaux, 1992, p. 168 et 172.

23 Ph. Borgard, À propos des teintureries de Pompéi : l’exemple de l’officina infectoria V, 1,4, in : J. –Cl. Béal, J.-Cl. Goyon (dir.), Les artisans dans la ville antique (Lyon, 2000), Lyon, 2002, p. 54-74.

24 « Lipara, la plus grande des sept îles, possède, indépendamment d’une terre fertile, une mine d’alun d’un excellent rapport » Strabon, Géographie, VI, 2,10, Lasserre F. (éd.) tome 3, Paris, Belles-Lettres (C. U. F.), 1967, p. 168 ; « Les Lipariens et les Romains tirent de grands revenus des célèbres mines d’alun qui sont dans cette île. Car comme l’alun ne se trouve en aucun autre endroit de la terre et qu’il est d’un grand usage, les Lipariens qui en exercent le monopole, élèvent le prix arbitrairement et gagnent nécessairement de grandes richesses » Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, V, 10,2, HoeferF., (éd.), tome 2, Paris, 1851, p. 11.

25 Ph. Borgard, V. Forest, L. Pelletier, « Passer les peaux en blanc » : une pratique gallo-romaine ?, in : S. Beyriès, Fr. Audoin-Rouzeau (dir.), Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, XXIIe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, 2002, p. 231-250.

Table des illustrations

Légende Fig. 1-Carte des sites étudiés (J. Naveau).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Légende Fig. 2-Types d’amphores de Lipari trouvées en Gaule.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 3-Poucentage des amphores de Lipari retrouvées.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/614/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 4-Répartition des sites et pourcentage des Lipari dans les agglomérations : l’exemple de Bordeaux (d’après D. Barraud).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/614/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Légende Fig. 5 – Rennes-Rue de Saint-Malo : fosse dépotoir avec un lot de creusets de bronzier et des restes d’amphores de Lipari (Cliché : J.-L. Hillairet).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/614/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Légende Fig. 6-Jublains-Grande Boissiere : traces de rubéfaction à haute température en liaison avec des amphores liparotes (Cliché : A. Bocquet).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/614/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Légende Fig. 7 – Dijon-Sainte-Anne : cave dans laquelle se trouvaient les amphores de Lipari, les restes osseux d’ovicaprins et les scapulas de bœuf (Cliché : L. Pelletier).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/614/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

© Publications du Centre Jean Bérard, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540