Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alun de Méditerranée

 | 
Philippe Borgard
, 
Jean-Pierre Brun
, 
Maurice Picon

Le cuir de Hongrie en France entre les XIVe et XVIIIe siècles

Histoire et problématique d’un transfert technique basé sur l’usage de l’alun

Eva Halasz Csiba

Texte intégral

1Il arrive rarement qu’un produit nouveau, issu d’une technique innovante, fasse, à quelques siècles d’intervalle, deux fois son apparition dans un même pays d’accueil. Pourtant c’est le cas du cuir de Hongrie en France.

2Dès la deuxième moitié du XIVe s., la mention d’un « cuir fort et grand de couleur blanchâtre » fait son apparition dans les Inventaires et les Comptes royaux, où il est expressément désigné comme cuir de Hongrie.

  • 1 L’article d’Alice Gaborjan : La problématique du tannage à la hongroise, Revue ethnographique hong (...)

3L’attestation de ce type de cuir, réputé pour sa résistance incomparable, ne se limite d’ailleurs pas au territoire français. Son émergence en France correspond à sa période d’arrivée dans plusieurs autres pays occidentaux. En Angleterre, vers 1393, des inventaires comme celui du duc de Lancaster, ou du duc de Derby (Gaborjan 1962 citant Kropf 1898), mentionnent des courroies et diverses pièces vestimentaires faites de cuir de Hongrie (corei de Hungaria). Chez les Allemands, dès 1350, la voie fluviale du Danube apporte régulièrement le cuir de Hongrie, déjà désigné comme produit fort réputé (Gáborján 1962)1, sous une forme manufacturée- surtout des courroies et harnachements.

4En France, on le trouve parmi les cuirs de luxe de la cour royale (1380, Inventaire du mobilier de Charles V), à côté des cordouans d’Espagne, et plus tard des maroquins, matériaux également importés, et qui servent à réaliser des ouvrages raffinés pour les milieux princiers. Mais hors de l’usage de prestige, favorisé par les commandes de plus en plus régulières par les Cours, le cuir de Hongrie aurait été également utilisé dès le XVe s. dans la production industrielle française.

5L’intérêt grandissant pour ce type de cuir fort, doté de qualités avantageuses pour les ouvrages élaborés aussi bien dans les arts que dans les métiers, était intimement lié à sa technologie basée sur l’usage de l’alun, innovante dans le milieu technique d’Europe occidentale dominé par le tannage végétal quand il s’agissait de fabriquer des cuirs de fatigue, produits résistants, solides, et très demandés.

6Reconnu en tant que matière première « fort utile », le cuir de Hongrie a été formellement recommandé dans les Statuts des Selliers-Bourreliers-Harnacheurs de chevaux et bêtes de somme (à Abbeville, en 1458). Il n’est pas rare que ces registres du XVe s. livrent également quelques indications technologiques, comme l’usage de l’alun et de la graisse, preuves indirectes d’une fabrication locale du cuir hongroyé.

7Au vu de ces données, on peut être surpris de trouver à la fin du XVIe s. l’attestation d’un “espionnage industriel” pour percer le secret de la préparation du « véritable cuir de Hongrie· ». Pourtant, les auteurs savants du XVIIIe siècle (Savary 1730 et Diderot 1780) concordent dans leurs affirmations, selon lesquelles « ce fut un tanneur fort habile, nommé Rose (ou Larose) qui fut chargé par le roi Henri IV [régnant de 1589 à 1610] de découvrir le secret de la fabrication de cette espèce de cuir en Hongrie ». Et dès le retour de Larose, la première manufacture de cuirs hongroyés fut établie par ordonnance royale.

8Cette entreprise « ne paraît pas avoir survécu au règne de Henri IV, comme beaucoup d’autres créations de ce genre à l’époque » (Franklin 1906). Franklin affirme de plus que la mission de Larose consistait non pas à découvrir, mais à retrouver le secret de ce procédé, « qui sans doute avait été perdu ». Cette remarque corrobore l’hypothèse selon laquelle on savait faire le hongroyage avant le XVIe s.

9Quoi qu’il en soit, il faut attendre encore plus d’un demi-siècle pour trouver le privilège que Louis XIV accorde par lettres patentes en 1666 à un sieur Bonnet, « ... qui fut chargé de faire des apprentis, pour rendre le secret public, après douze années ». La nouvelle communauté des Hongroyeurs obtenait ses statuts au mois de novembre 1680 ; et le premier article de cette création officielle déclarait : « Les douze maîtres hongrieurs élabourreront, appareilleront et passeront les cuirs en la véritable manière de Hongrie ».

10Vu l’histoire peu ordinaire du transfert technique du cuir de Hongrie en France – puisque ce processus s’est déroulé sur trois siècles, avec des redécouvertes successives, depuis la première mention vers 1380, jusqu’à la reconnaissance officielle du métier en 1680 – des questions surgissent en nombre.

11Comment concilier cette fondation tardive avec les données des textes des XIVe et XVe s., qui non seulement prouvent un usage fort varié de ce type de cuir, mais aussi fournissent des signes probants de sa préparation par les selliers-bourreliers ?

12Quels étaient les intérêts technologiques et sociaux qui justifiaient ce souci, renouvelé constamment, d’emprunter et d’adopter une technique innovante dans le secteur des cuirs forts ?

13D’une manière plus générale, on doit s’interroger sur l’importance de l’application de l’alun dans l’industrie française, en recherchant les traces d’une permanence de son usage technologique.

14Enfin, lors de l’adoption officielle de la technique du hongroyage au XVIIe s., sommes-nous confrontés à un changement technologique radical, sorte de mutation provoquée par les nécessités économiques et politiques de l’heure, ou bien suivons-nous l’évolution intrinsèque d’une industrie liée aux modifications structurelles de la demande sociale de consommation ?

15Des problèmes méthodologiques s’ajoutent à nos interrogations dans ce domaine de l’histoire des techniques qu’est celui du tannage, encore peu exploré.

  • 2 Les XXIIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (2001, voir Bibliograph (...)

16Si les études systématiques sur ce sujet sont rares, et si les documents écrits concernant les différentes méthodes de la transformation de la peau en cuir sont plutôt lacunaires jusqu’au XVIIIe s.2, cette situation est encore aggravée par le fait que les fouilles archéologiques ne livrent qu’exceptionnellement des vestiges de l’activité des tanneurs, et plus particulièrement des vestiges de peaux traitées à l’alun ; de même, les objets issus de cette technique sont relativement rares dans le milieu muséographique.

17Dans ces conditions, une étude qui situe les problèmes posés dans la longue durée historique repose essentiellement sur le dépouillement des textes en appliquant une méthode comparative afin de dégager les éléments techniques de leur contexte hétérogène et à les rendre lisibles par une grille de lecture systématique.

Le cuir de Hongrie selon les témoignages des inventaires des XIVe –XVIe siècles

18La première attestation de cuir de Hongrie apparaît dans l’Inventaire du mobilier de Charles V (1364-1380) (A. N. n° d’inv. 3788), en 1380, qui mentionne « quatre grans cuirs de Hongrie, bleuz, brodez aux quatre cuignez (coins) et ou mylieu de fueillages enlevez, et ou mylieu dudit fueillage les armes de France ».

19De telles tentures en cuir, peintes, armoyées, brodées et enlevées en relief, faisaient partie intégrante des parements intérieurs des châteaux et des demeures seigneuriales au cours des XIVe et XVe siècles. Elles tapissaient les chambres et recouvraient le sol, garnissaient le lit ou enveloppaient les pièces de mobilier en bois. Le cuir constituait un matériau de luxe, fort estimé, et importé des pays étrangers.

20On trouve ainsi dans l’Inventaire de Charles V en 1380 (A. N. n° 3340) mention de cuirs très semblables à celui de Hongrie, mais en provenance d’Aragon : « (six loges) (des carreaulx) de cuir azuré d’Arragon, lesquelles sont brodées à rondeaulx, ou mylieu à une lozange de France et feuillages entour »...

21L’usage de ces matériaux raffinés qui ornaient les intérieurs obéissait à de grandes occasions, deuils ou fêtes, ou bien suivait le rythme des saisons qui les faisait alterner. « Toutes salles, chambres et cabinets estoyent tapissez a divert sort, selon les saisons de l’année », prescrivait Rabelais pour l’abbaye de Thélème au XVIe siècle (Rabelais 1534). En été, les grandes tentures de cuir, plus fraîches et plus résistantes à la lumière et à la poussière que la laine et le drap d’or, remplaçaient entièrement les tapisseries. L’Inventaire du duc de Normandie (A. N. n° 953) mentionne en 1363 « une chambre qui est de cuir, et est environ de veluiau azuré, à fleurs de lis d’or, sans tapisserie et sans quarreaux ». C’est ainsi qu’on peut comprendre et situer la mention de cuir hongroyé figurant dans les Comptes du duc d’Orléans en 1427 (Gay 1887) : « Deux grans cuyrs blanchastres, ouvrez à tainture... (de soie et de diverses couleurs),... cuir à estendre ès chambres en temps d’esté », et dans le quatrième Compte royal de Ch. Poupart, f° 174 : « pour avoir fait rappareiller et mettre à point 12 cuirs à mettre par tene, en la chambre du roy N. S. » ; de même que des tapis « en cuir d’Arragon » pour mettre à terre en été qui figuraient déjà dans les Comptes de Charles V.

22Parmi les mobiliers énumérés dans les inventaires, c’est le lit qui revient le plus souvent, suivi par les coffres, petits ou grands, régulièrement couverts de cuir ouvragé, qui conservaient garde-robe, argenterie, ou les papiers les plus importants, et qui sont associés aux « chambres de parement ».

23Ces mobiliers de valeur firent l’objet de commandes royales ou princières adressées à des artisans, fournisseurs désignés par leur nom dans ces documents. Ainsi, dans les Comptes de l’Argenterie de la reine Isabeau de Bavière, en 1393, nous avons trouvé « une male de cuir de Honguerie, exécutée par Robin Garnier, coffrier (pour la somme de 6 francs) pour y mettre ses robes et autres choses nécessaires » (premier compte d’Hémon Raquier, f° 19).

24Décors mobiles et portatifs, les tentures murales, les rideaux et couvertures de lit constituaient l’ornementation assortie de la “chambre”, dont les éléments se démontaient et se mettaient dans des coffres lors des déplacements incessants et des voyages des seigneurs à l’époque médiévale. En 1480, les Comptes de l’hôtel de Louis XI font état d’une dépense de 60 s. t. « pour avoir fait apporter de Tours jusques à Bray-Conte-Robert [ung grant cuir de Ongrie] pour mectre sur le lit dud. Sgr » (Gay 1887). Le couvre-lit (souvent doublé de fourrure) faisait partie de l’ensemble de peausseries ou de cuirs qui était disposé tout autour et au-dessus du lit, en forme de tente, de pavillon, ou de ciel. Le lit de parement, muni de piliers, de colonnes, de tout un échafaudage de bois destiné à soutenir le ciel de lit, trônait majestueusement au milieu de la chambre officielle (Contamine 1985).

25Tous ces détails de “l’aménagement de l’espace privé” donnent un éclairage particulier à notre recherche sur l’usage de cuir de Hongrie, quand on peut lire dans un Compte royal de 1496 : « A Jehan Gamier, sellier demourant à Tours, somme de 4 l. 15 s. t. à luy ordonnée pour ung grant [cuir de] bueuf, blanc passé par alung de glaz, par luy baillée et livrée à ung paintre que le roy avoit faict venir d’Italie, auquel lad. dame [la reine] a faict faire et paindre parement de son lict, 4 l. 15 s. » (Laborde 1872). Il s’agit d’une commande royale de Charles VIII.

26Ce document nous livre des informations précieuses aussi bien sur l’usage technique de l’alun, que sur l’organisation du travail, réparti entre artisans pour réaliser un ouvrage raffiné. Car Jehan Garnier était un sellier, demeurant à Tours, et c’est lui qui fut chargé de passer le grand cuir à l’alun. Cette attestation de mise en œuvre d’un grand cuir blanc comme support susceptible de recevoir la peinture d’un artiste italien nous fournit des renseignements très importants sur deux points.

27Premièrement, en ce qui concerne le procédé de « passer à l’alun », ou « passer en blanc », l’emploi de ces termes pour le traitement de peaux de bovins signifie implicitement l’application de la méthode du hongroyage, la seule technique retenue comme traitement à l’alun des peaux lourdes, bovidés ou équidés, par les historiens des techniques du cuir (Gansser 1951).

28Deuxièmement, c’est le genre de l’ouvrage, la peinture sur cuir blanc, pour faire une tenture décorant un intérieur, qui doit retenir notre attention. Sommes-nous en présence d’un objet précurseur des fameuses tentures en “cuir doré et peint” qui se sont répandues dans toute l’Europe au XVIe siècle, et que les Espagnols appellent Guadamacil, les Français Cuir de Cordoue, et les Italiens Corami d’oro ? Assistons-nous, malheureusement sans l’approbation d’objets – témoins, à l’une des premières manifestations d’un large mouvement artistique qui s’est matérialisé dans le cuir ?

29Sans entrer dans une problématique complexe concernant l’histoire de l’art, nous souhaitons examiner à présent la question posée par le support matériel de ces œuvres peintes, le cuir.

Cuir de Hongrie et cordouans d’Espagne : similitude ou opposition ?

30L’apparition du cuir de Hongrie dans le cadre de l’application des cuirs de luxe à l’ameublement, domaine en principe privilégié des peaux d’Espagne importées en quantité, révèle des aspects techniques et culturels inattendus de ce cuir fort « passé à l’alun » et classé dès le XVIe s. comme la matière première spécifique des bourreliers-harnacheurs. Grâce aux données des textes que nous avons examinés, on peut remettre en cause une classification fonctionnelle trop sommaire de ce type de cuir, et ouvrir, d’une façon plus générale, un champ d’investigation de l’identité historique et technique des cuirs traités à l’alun.

  • 3 Nous tenons à souligner le caractère polysémique du mot “cordouan”, désignation générique d’un typ (...)

31Les mentions quasi régulières des cuirs blancs ou blanchâtres, et de ceux mis en couleur dans des tons prestigieux –vermillon ou bleu d’azur par exemple – quand on les répertorie dans les inventaires des XIVe-XVIe siècles, situent le cuir de Hongrie à côté des cordouans3. Nous avons trouvé surprenant le parallèle qui s’établit dans les comptes royaux, sur le plan chronologique, mais aussi en fonction d’une utilisation similaire, puisque ces deux types de cuirs sont classés –dans la typologie des tanneurs-de façon très distincte.

32L’un est un cuir « lourd et grand » (cuir de bovins ou d’équidés), difficile à traiter ; et l’autre est léger et de « petite taille » (cuir de caprins ou d’ovins), ce qui permet une transformation chimique plus rapide et plus aisée. Ces paramètres pèsent en principe de façon déterminante sur le choix de la technologie appliquée par les tanneurs (Halasz 2002), en confinant les cuirs lourds dans le domaine du tannage végétal, et en réservant l’usage de l’alun aux peausseries légères.

33En effet les peaux des ovins et des caprins furent traitées à l’alun sur le pourtour méditerranéen dès l’époque antique, et désignées par le terme aluta dans la période gallo-romaine (Borgard 2002), puis le même usage répandu de l’alun pour apprêter (et pour “mordancer”, fixer, la teinture des peaux) est attesté abondamment dans les textes techniques médiévaux –comme le Manuscrit de Bologne du XVe siècle (Cordoba 2002). Par contre, en ce qui concerne les peaux lourdes, nous ne possédons aucun document technique descriptif antérieur au XVIIIe siècle qui confirme l’application de l’alun au tannage.

34Le cuir de Hongrie « qui a passé dans l’alun et le sel et qui a été imbibé de suif » selon la définition de Jérôme de Lalande (1764), constituait-il alors une méthode de fabrication qui suppose une “exception” dans le milieu technique occidental basé sur le tannage végétal ?

35Ou bien au contraire, l’usage de l’alun crée-t-il un lien technologique déterminant entre deux espèces de cuirs aussi différents que le cordouan d’Espagne et le cuir de Hongrie, et qui serve de fil conducteur pour faciliter la lecture analytique des textes médiévaux, et par là l’orientation de la recherche en histoire des techniques ?

Cordouaniers-Alutarii et Selliers-peintres

36Le cordouan (ou cordewan, cordoban, cordovanes) qui se définit comme la peau de chèvre traitée à l’alun et au sumac, est certainement le cuir de luxe le plus convoité sur les grands marchés et foires du Midi, Montpellier, Nîmes, Toulouse, dès la fin du XIIIe, et au début du XIVe siècle. Très apprécié pour sa solidité et hautement valorisé par ses qualités esthétiques (grain fin et naturel, couleurs blanche, rouge, jaune, et surface brillante), il fut importé de Valence et de Barcelone (Pegolotti, 1340).

37Cependant, parallèlement à cette importation toujours élargie, sa fabrication industrielle a commencé dès le début du XIIIe siècle en France. Le Dictionarius de Jean de Garlande atteste de façon explicite de l’activité des cordewaners alutarii, et il glose le cordouan en expliquant que les Français l’ont nommé d’après la ville où il est apparu. (De même, dans la même période, en Hongrie, on a appelé l’artisan fabricant alutarins-cordovaner). Le métier de cordouannier fut réglementé dès 1260 à Paris sous l’égide d’Etienne Boileau.

38Dès lors, on peut observer une distinction qui s’opère entre un usage “quotidien” du cordouan en tant que matériau de base constamment utilisé par divers artisans, et qui est préparé sur place, et le matériau de luxe qui a continué d’être importé pour les milieux princiers. Désigné comme cordouan vermeil (en 1393) ou cuir vermeil (en 1420), il figure avec une belle régularité dans les inventaires, dès la fin du XIVe siècle, pour réaliser des objets commandés par les rois, tels que des tentures, tapis, et meubles en cuir ouvragé.

39La commande de ces œuvres précieuses d’ameublement s’adresse aux artisans de renom, comme c’était le cas pour Jehan de Troyes, sellier du roi Charles VI. Il a reçu l’ordre d’exécuter en 1393 une « chaière de salle, painte de fin vermeil, de laquelle les acoustoires, le siege et le dossier sont de cordouan vermeil escorchie de la devise du roy... ». En 1399, une commande similaire fut adressée à Perrin Baloches, « paintre demerant a Paris ».

40Si l’on compare ces mentions avec celles du cuir de Hongrie, et plus particulièrement avec le parement de lit répertorié en 1496, une remarque s’impose sur les artisans réalisateurs des ouvrages. La coordination entre le Sellier et le Peintre, qui contribuent par un travail en commun à un ouvrage de prestige, ne fut pas un cas isolé, bien au contraire semble-t-il.

41Le rôle des Selliers revêt une importance considérable, quand on examine les données textuelles concernant la réalisation de mobilier en cuir de Hongrie ou en cordouan. L’analyse de leur travail peut fournir une clé à la question du parallèle qui s’est établi entre ces cuirs.

42Les Selliers formaient l’une des plus aisées et riches corporations de la ville de Paris, exerçant une industrie de grand luxe, qui a connu son apogée au XIIIe, voire au XIVe siècle. Ils appartenaient à une communauté de cinq métiers connexes, selliers, bourreliers, blasonniers, chapuiseurs et lormiers. Ils ont reçu des statuts distincts en 1268, quand Etienne Boileau a désigné les selliers sous le titre de Paintres et Selliers dans les registres du Livre des Métiers.

43Cordouan et cuir de Hongrie se retrouvent également en parallèle dans les ouvrages qu’on pense d’habitude propres aux selliers, les deux cuirs étant souvent associés dans le harnois. En 1382, Jehan de Troyes préparait « deux selles de roncin avec hernoois » (pour le roi)... avec « les arçons houssez de cordouan noir... cousues d’or », et « les harnois desdites selles de cuir de Honguerie noir clouez à deux rans » ; et la commande reprécise : « lesdites selles garnies de tasse de Honquerie », d’après l’article “Selles” du Glossaire de Victor Gay. Les selliers préparaient toutes sortes de selles, « nues ou paintes », souligne Jean de Garlande vers 1250. Les selles blanches, garnies de clous étamés, étaient réservés aux religieux. Les autres selles recevaient sur commande des ornements riches, utilisant l’or, l’argent, l’étain,... et la peinture de couleurs fines. Les blasonniers, nommés aussi « cuireurs » (ou « quiriers de selles ») avaient la charge de recouvrir de cuir les selles (établies par les lormiers), les arçons et les écus ; tandis que les armoyeurs (armeatores), devenaient peintres et brodeurs des boucliers et armoiries (Franklin, 1906). Un exemple remarquable d’application de cette activité est fourni par la targe hongroise (Cl. 2384) conservée au musée de Cluny : dans la description qui a accompagné sa récente restauration, le cuir polychrome qui revêt les deux faces, a été identifié formellement comme cuir de Hongrie (ICOM 1999).

44Quand on voit les ramifications multiples et la richesse de savoir-faire de ce métier-clé, on comprend mieux pourquoi les Comptes royaux s’adressent régulièrement aux Selliers.

45En effet, les tentures en cuir de Hongrie, ou celles en cordouan vermeil étaient en majorité peintes, brodées et armoyées, et sollicitaient donc la compétence de ces maîtres dans une période qui ne connaissait pas encore le métier des Doreurs sur cuir, ces créateurs de tentures dorées, peintes et gaufrées, dont la corporation a été constituée par Henri II en 1558.

46En concluant cette enquête, qui avait pour objectif d’essayer de situer le cuir de Hongrie par rapport aux cordouans, je serais tentée de formuler une hypothèse sur les niveaux de production de ces produits de luxe importés : lorsqu’une fabrication locale se développe, comme on l’a vu à propos du cordouan (matériau beaucoup plus richement documenté que le cuir de Hongrie), on peut observer une distinction nette qui s’opère entre les cuirs, selon leur lieu de préparation (étranger ou local), et selon leur fonction sociale et culturelle.

47Se pose alors une question pertinente : sommes-nous également confrontés à une double démarche au niveau technologique ? Plus concrètement, peut-on envisager que se soient produites des modifications de procédés dues aux adaptations locales ? Alors, tout en gardant la dénomination du cuir original, on aurait changé la méthode de production, créant une ou des variantes techniques. Le cuir de Hongrie fabriqué par les bourreliers-harnacheurs pour leur usage ne serait-il alors plus identique au cuir ouvragé dans les milieux des cours ?

48Pour amorcer une réponse, je me propose premièrement d’examiner les traces identifiables de l’usage de l’alun dans les documents écrits des XIVe- XVIe siècles ; ensuite, d’analyser la chaîne opératoire du hongroyage pour la période des XVIIe-XVIIIe siècles, où l’on dispose enfin de descriptions techniques détaillées.

Les cuirs blancs et l’usage de l’alun

49Trouver des indices fiables et pertinents qui prouvent que les différents cuirs ont été traités à l’alun s’avère un exercice périlleux quand on dépouille des textes médiévaux fragmentés et hétéroclites, et soulève des problèmes méthodologiques à prendre en considération. Pourtant l’intérêt des études comparées de textes reçoit tout son poids quand on connaît les difficultés rencontrées dans le domaine archéologique pour détecter les traces de tannage à l’alun, et pour conserver les objets traités à l’alun. C’est dans cette perspective que je me propose d’examiner une série de mentions susceptibles d’alimenter la réflexion.

50La couleur blanche, blanchâtre ou blanc d’ivoire, serait-elle un signe distinctif fiable pour identifier les cuirs ainsi qualifiés comme passés à l’alun ? Voyons les « Cuirs d’yvoire », ou « blanc cuir d’ivoir ». Le compte d’Étienne de La Fontaine (portef. LXX-VII) mentionne pour l’année 1349-50 « deux brayers de cuir d’yvoire, ouvrez de soye, garniz de boucles d’argent ». Il mentionne également « deux cuirs d’yvoire (...) pour ensevelir le corps [du roi] ». Le même compte indique pour l’année 1351 : « (pour) 6 courroies de blanc cuir d’ivoir, délivrées pour nos seigneurs qui furent fais chevaliers... et pour les garnir de boucle d’argent par l’orfèvre Pierre des Barres... 32 s. p. ». « Cuirs blanchastres » : le compte de Mgr. le duc d’Orléans, en 1427, indique « 2 grands cuirs blanchastres pour les tentures de temps d’été » de son château. Pegolotti signale en 1340 que sur les marchés de Montpellier et de Nîmes, on peut trouver abondance de « cordouan bianco », en provenance de Valence et de Barcelone.

51Au vu de l’étendue de la gamme fonctionnelle des cuirs blancs, on peut conclure que leur préparation supposait la compétence de professions et métiers divers, premièrement, celle des mégissiers, dits blanchers, traitant les petites peaux « légères et fines », mais aussi les peaussiers-pareurs-teinturiers, qui corroyaient ce même type de matériau ; puis les cordouanniers, fabriquant des cordouans blancs ; ou encore les préparateurs des « grands cuirs blanchâtres » (des bovins surtout), maîtres qui appliquaient la méthode du hongroyage ou une de ses variantes techniques, et qui ne formaient pas une corporation distincte en cette période.

Indications directes et indirectes de l’usage de l’alun dans les réglementations des métiers

52Les mentions qui indiquent expressément l’usage de l’alun deviennent de plus en plus fréquentes au XVe siècle ; elles figurent dans les ordonnances, les réglementations des métiers, dans les comptes ou dans divers tarifs. Ainsi on a trouvé dans les Comptes des orgues de Troyes, en 1420, « 6 cuirs de vache tannés en alun par Thiébaut Lopin, tanneur, pour faire les soufflets des orgues ».

53Le statut des gorreliers (ou bourreliers) d’Abbeville, posant règlement en l’année 1458, fournit la preuve irréfutable de la préparation des cuirs lourds de bœuf et de cheval par utilisation de l’alun et de la graisse, c’est-à-dire en appliquant la méthode du hongroyage. Article 10 : « Que nul gorliers ne facent brides, règnes, ni poitraux ne cavechure de noir cuir, s’il n’est de cuir de bœuf de Hongrie ; mais facent de cuir blans de queval (cheval) sans noirchir et courer d’alun et de craisse bien et suffisamment ».

54Quelquefois c’est l’interdiction formelle de l’usage de « cuir tanné » (au tannage végétal, et au sens exact du terme) stipulée par un règlement, qui sert d’indication indirecte de l’usage du tannage à l’alun. Les statuts des Selliers d’Amiens datant de 1393 nous fournissent un exemple : « que nulz ne puist en ouvrage de harnais mectre cuir tanné ». Cette interdiction est confirmée par les statuts des cordouanniers de Paris, en 1398, à l’article 6 : « Nul cordouannier de Paris ne peut œuvrer de cordouan qui soit tanné car l’œuvre sera fausse et devra être arse ».

55La mise en opposition des deux technologies principales du tannage en France, l’une basée sur l’alun, et l’autre sur le tan, peut être ainsi être détectée quand on dépouille les textes des deux derniers siècles de l’époque médiévale.

56On parvient à opposer de façon assez systématique les produits issus du tannage végétal, dits « cuirs tannés », aux cuirs « passés en blanc » par usage de l’alun, et désignés par leur couleur. Le mot tanné implique la gamme des bruns et marron, qui reste implicite en général. En revanche, l’accent mis sur la blancheur, et/ou les couleurs vives et brillantes, me semble constituer une qualification exclusivement réservée aux préparations à l’alun.

57Je propose quelques exemples pour étayer l’idée que la dénomination des cuirs est distinctive. Un Compte royal de l’année 1487-88 énumère une série de commandes de cuirs provenant de Catalogne, pour confectionner des brodequins, souliers et patins : « 2 peaux de cuir de Catheloigne, l’une rouge et l’autre tannée » ; « 2 peaux blanches, une peau jaune pour faire une paire de brodequins ». En 1495, Le Vergier d’honneur établit une liste de différents cuirs, et oppose nettement « d’un cuir de cheval, blanc et corroyé » à des « cuirs tannés de toute sorte ». Le Tarif du Comtat venaissin, en 1593, cite les cuirs de bœuf « habillés en rusque » (tannés), et les cuirs de vaches blanches « accoustrées pour Bourreliers... ».

58Ainsi l’opposition entre les produits tannés et teintés en couleur recoupe la distinction des deux grands courants technologiques coexistant dans l’industrie du cuir : le “tannage végétal” (pratiqué par les tanneurs) et le “tannage minéral” à l’alun (utilisé par plusieurs corps de métiers).

59La tannerie, du fait qu’elle produit des cuirs forts et résistants, indispensables à de nombreux secteurs de l’économie, est depuis longtemps considérée comme la branche prépondérante. Elle tend même à se confondre avec la totalité de cette industrie, comme le prouve aussi l’usage linguistique, qui généralise le mot tannage comme signifiant quasi exclusif de tout traitement de la peau, et éclipse ainsi les autres techniques dans l’industrie du cuir.

60Or nous avons trouvé, en analysant les textes, ainsi qu’en étudiant la répartition des métiers transformateurs de la peau animale (Halasz 2001), que l’usage de l’alun et des techniques associées, devait être comparable –en volume et en intérêt – à celui du tannage végétal.

61Les deux emprunts techniques marquants de la France médiévale, celui du cuir de Hongrie et celui du cordouan –tous les deux basés sur l’application de l’alun – fournissent une preuve pertinente de la « perméabilité du milieu technique » du cuir c’est-à-dire de l’existence d’un environnement qui favorisait l’accueil d’acquisitions nouvelles, qui ont pu « s’accrocher à quelque chose de préexistant » dans une « continuité technique » (Leroi-Gourhan 1973).

62Continuité ou innovation technique ? Cette question de fond s’impose-comme un repère ou comme un filtre – quand on essaye d’évaluer l’importance technologique que prenait la méthode du hongroyage dans le contexte industriel français.

63Pour examiner l’intérêt de ce transfert technique, nous allons effectuer une analyse de la chaîne opératoire suivie par les hongroyeurs en la comparant avec celle des tanneurs (nous nous appuierons sur les documents techniques du XVIIIe siècle). Ces deux méthodes de production se sont en effet trouvées en concurrence dès la fin du XVIIe siècle.

Avantages et privilèges du cuir de Hongrie (XVIIe –XVIIIe siècles)

  • 4 Désigné par l’Académie des sciences en 1758, l’astronome Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande, a re (...)

64J. de Lalande, chargé par l’Académie des sciences au XVIIIe siècle de faire la description de l’Art de l’Hongroyeur4, ainsi que des autres méthodes de préparation des cuirs et peaux, souligne : « Le cuir de Hongrie parut mériter d’être favorisé... [car] malgré la promptitude de l’opération ce cuir a des avantages considérables sur le cuir fort tanné ».

65Les avantages liés aux qualités physiques de ce type de cuir étaient largement reconnus « pour tous les ouvrages qui exigent beaucoup de force et de souplesse ». Sa solidité et sa longévité sous l’effort le rendaient irremplaçable dans le travail des bourreliers (ainsi que des carrossiers-harnacheurs). Il n’est pas rare, rapporte J. de Lalande, qu’« après avoir servi cinq à six ans..., le cuir de Hongrie conserve encore presque toute sa force... qui prouve sa supériorité sur toutes les autres manières de préparer le cuir ».

66L’intérêt du développement de la technologie nouvelle du hongroyage –processus de fabrication moins coûteux et beaucoup plus rapide que le tannage végétal traditionnel – est allé en grandissant rapidement en France dans les années 1672-1679 où les guerres sont quasi incessantes. Soutenues par la politique économique de Colbert, les industries innovantes, et surtout celles qui intéressent la guerre et l’exportation des produits français, furent privilégiées par l’exemption fiscale et par le monopole de fabrication dans les manufactures royales. (Le cuir de Hongrie avait encore l’avantage d’économiser l’écorce de chêne, à une période où Colbert instaurait la forêt de Tronçais pour développer la flotte de guerre).

67La Manufacture royale de cuir de Hongrie, fondée en 1702 à Saint-Denis, bénéficia de ces mesures économiques, et d’encore davantage de privilèges, comme, dans l’Édit de janvier 1705, créé par Louis XIV, des offices héréditaires de « Jurés Hongrieurs » (qui coûtaient d’ailleurs une somme considérable –50 000 écus selon Lalande – « qu’ils furent obligés de porter au Trésor royal », note Savary à l’article Hongrieur).

68Or ces « faveurs excessives », dont jouissaient les hongroyeurs, surtout dans la période 1702-1713, pendant la guerre de succession d’Espagne, blessaient l’intérêt vital des autres corporations. C’est ce que mettent en lumière plusieurs documents concernant des litiges. En premier lieu, c’était les maîtres bourreliers qui subissaient des préjudices considérables. Utilisant beaucoup de cuir hongroyé, les bourreliers de Paris bénéficiaient du droit, reconnu en 1576 et renouvelé en 1666, d’« habiller les cuir de Hongrie à leur usage et pour servir en leur métier » (article 31 du Statut de 1666).

69Mais l’Édit de 1705 suspendit ce droit des bourreliers. Ils ont manqué de cuir, « soit par la négligence des Privilégiés, soit par le dessein peut-être formé d’en causer l’augmentation par la rareté ». Car « les cuirs des hongroyeurs de Paris sont recherchés de l’Etranger, ils sont exportés en Suisse, en Flandre et ailleurs... En Flandre, les selliers ne connaissent pas la méthode du hongroyage –insiste Jérôme de Lalande–, ils y substituent des cuirs tannés, qui n’ont point la même flexibilité, qui cassent et durent beaucoup moins ».

  • 5 J. de Lalande recueille des éléments révélateurs à propos du droit de « faire hongroyer des cuirs  (...)

70Les bourreliers ont porté leur plainte à ce sujet devant M. d’Argenson, lieutenant de Police, dit Lalande. Et en 1715, tanneurs et bourreliers ont présenté une requête au Conseil du Roi, exposant « qu’il était temps de remettre les choses dans leur premier état »5.

Tannage et hongroyage : analyse d’un changement technique

71Le tannage végétal pratiqué dans les fosses devient une technologie particulièrement complexe au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, alourdie par la durée excessivement longue des étapes de fabrication, et figée dans un immobilisme dû aux réglementations corporatives, mais aussi aux ordonnances royales.

72La devise des tanneurs français proclamait : « Pour avoir du bon cuir, il faut du tan et du temps », sobre expression de tout un programme professionnel qui désigne les vecteurs déterminants de la qualité des produits.

73Le facteur temps jouait un rôle essentiel dans le processus lent du tannage végétal. Pour obtenir des cuirs forts, il fallait attendre en moyenne trois à quatre ans, afin que les peaux épaisses des bovins (pesant trente à soixante kilos à l’unité) fussent « tannées à cœur », tandis que la technique nouvelle, celle des hongroyeurs, supposait pour le même type de produits quelques semaines à peine.

74« Il n’y pas de cuir plus tôt fait que le cuir de Hongrie. Dans certaines provinces, on le fait en été dans l’espace de huit jours ; mais c’est précipiter les opérations ; on doit y mettre au moins quinze jours, souvent il faut – même – deux mois pour l’amener à sa perfection », souligne J. de Lalande au quatrième paragraphe de l’Art du Hongroyeur, pour conclure que malgré cette rapidité extrême (avec laquelle le tannage ne soutient pas la comparaison), « ce cuir a des avantages sur le cuir fort tanné ». Ces remarques du savant académicien nous introduisent au cœur du problème crucial du tannage végétal : le temps investi dans les opérations.

  • 6 Pour satisfaire les besoins accrus de cuirs forts et résistants de l’armée française (devenue nati (...)

75Désigné, dès l’époque médiévale, comme garant de la qualité du cuir, et même critère de « bon et loyal » travail des tanneurs, ce temps abondamment investi dans la fabrication avait été dès le XVIIe s. identifié comme la principale cause de l’improductivité de ce secteur-clé, et donc comme le premier vecteur technologique à renouveler par des emprunts et des innovations6.

76L’implantation volontariste du hongroyage dans l’industrie du cuir français, dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, répondait alors à une exigence économique clairement définie.

77Cependant, pour saisir la dimension réelle de ce changement technologique, il faut attendre que la description détaillée des opérations du tannage et du hongroyage soit réalisée par les études méthodiques de J. de Lalande. Selon la préface de l’Art du Tanneur (1762-64), il a souhaité « pénétrer dans cette obscurité mystérieuse » dont se voilaient les méthodes artisanales de ce métier, et « y porter le flambeau de la physique » et du progrès, pour trouver « la principale cause de la lenteur qui règne dans cet art », et pour présenter une « infinité de pratiques pleines d’esprit et d’invention, mais... inconnues ».

Chaînes opératoires comparées du tannage et du hongroyage.

78Dès le point de départ, nous pouvons constater une différence substantielle entre les deux méthodes de travail : les grandes peaux étaient utilisées exclusivement à l’état frais par les hongroyeurs, tandis que les tanneurs travaillaient généralement les peaux brutes conservées, séchées et/ou salées. Cette différence de traitement se répercutait sur la qualité intrinsèque du matériau.

79Aussitôt que les peaux sont arrivées de la boucherie chez les hongroyeurs, « on les passe » dans l’eau de rivière pour les rincer, on les nettoie, puis on les fend en deux bandes ; et on commence immédiatement l’écharnage sur le chevalet.

80Les tanneurs, au contraire, sont obligés d’effectuer une longue série d’opérations mécaniques (foulage, étirage, craminage, tordage), alternées avec les trempage dans l’eau de rivière, pour reverdir et ramollir les peaux déshydratées. Il faut ramener ces peaux desséchées et rigides, fragilisées, à un état analogue à la peau fraîche (à 70 % de teneur en humidité). Il faut éliminer les impuretés, mais aussi les matériaux conservateurs, sel, cendre...

81Les tanneurs laissaient tremper ces peaux « jusqu’au point où l’on commence à craindre la corruption » [c’est-à-dire le début de putréfaction], car l’eau pénètre difficilement ce matériau compact. La durée de cette opération complexe variait de quatre à sept jours selon la saison, la qualité de l’eau et l’état du matériau de base.

82Pour les hongroyeurs, quelques heures de travail de rivière suffisaient : « C’est l’avantage bien considérable pour les hongroyeurs », souligne J. de Lalande, que leurs cuirs doivent « être travaillés tout frais ; ils n’attendent point, ils n’ont pas le temps de fermenter et de s’échauffer » avec les actions bio-chimiques et mécaniques variées qui assouplissent, mais aussi affaiblissent la structure dermique.

83« Dans le cuir de Hongrie, tout contribue à raffermir la fleur... qui reste ferme et entière », et par conséquent « les cuirs conservent toute leur force ».

84Les prochaines étapes préliminaires au tannage ou à l’alunage accentuent encore davantage les divergences technologiques entre les méthodes de travail des tanneurs et celles des hongroyeurs.

85Afin d’éliminer les parties non-utilisables de la peau brute – l’épiderme, les poils et l’hypoderme – pour ne conserver que le derme (tissu conjonctif dense et fibreux, et la seule partie de la peau qui sera transformée en cuir), les tanneurs employaient une longue chaîne opératoire, aux composantes physico-chimiques complexes et risquées, pour effectuer l’épilage-pelanage, puis l’ébourrage-écharnage, enfin le confitage-déchaulage (Halasz 2002).

86Les hongroyeurs, par contre, n’utilisaient aucun produit chimique qui pourrait modifier par son « action caustique » la structure originelle de la peau. Ils procédaient à une opération purement mécanique, le rasage, à l’aide d’un couteau spécial – la faux – aussi bien pour l’épilage que pour l’écharnage des peaux.

87Pour saisir la véritable dimension de cette différence technologique fondamentale entre les deux types de productions, qui se situe à cette première phase de la transformation, un article serait nécessaire pour effectuer une analyse détaillée de tous les facteurs de risque et évaluer les enjeux économiques auxquels se confrontaient les tanneurs qui utilisaient l’épilage à la chaux.

88Quelques phrases critiques de Jérôme de Lalande permettent d’effleurer ce sujet, déclencheur d’une série d’emprunts et innovations techniques au XVIIIe s. « L’usage de la chaux est certainement une des causes du discrédit de nos manufactures... La chaux est corrosive, elle brûle la substance du cuir au point qu’on le voit souvent se déchirer... Le tan ne saurait réparer des fibres à moitié détruites, il ne peut que fortifier celles qui sont entières ».

  • 7 Remplacer l’opération lourde et onéreuse de l’épilage à la chaux (dit pelanage), désignée comme la (...)

89Malgré cet inconvénient majeur, cette méthode de l’épilage à la chaux était la plus répandue « dans tous les pays où on fait les cuirs forts », souligne J. de Lalande. Et la durée de cette opération oscillait entre huit et douze mois, pour aller même jusqu’à quinze7.

90De plus, après le pelanage, il fallait éliminer les produits alcalins qui s’étaient combinés au collagène, pour neutraliser les effets de la chaux, par le confitage-déchaulage : on utilisait des substances végétales ou animales qui provoquaient des fermentations en présence de produits enzymatiques.

91Nous devons mettre l’accent sur les “seuils critiques” de ces opérations chimiques puissantes appliquées dans le milieu pré-industriel – que les artisans essaient de maîtriser par leurs méthodes progressives et lentes.

92Par contre, l’epilation et l’écharnage purement mécaniques pratiqués par les hongroyeurs conservaient toute la qualité initiale du tissu dermique, et explique en grande partie la résistance jugée extraordinaire du cuir hongroyé à la traction, à l’allongement et au déchirement.

93Pendant que les tanneurs poursuivaient tout au long de l’année leur long et périlleux processus du travail préliminaire au tannage, les hongroyeurs, eux, avaient commencé au bout de quelques jours “l’habillage” dé leurs cuirs, opération qu’on appelle alunage.

94À ce niveau décisif de transformation de la peau en cuir, nous pouvons observer une nouvelle opposition substantielle entre les deux technologies. Mais cette fois, l’opposition s’inverse : ce sont les hongroyeurs qui font un travail complexe, mais toujours rapide, alors que le tannage végétal lent gardait un caractère archaïque et immuable.

95Chez les tanneurs, les grosses peaux des bovins étaient “couchées” dans des fosses creusées dans la terre ; elles étaient recouvertes de l’écorce broyée du chêne, et “abreuvées” d’eau, avant d’être « abandonnées au tan et au temps », dans un processus analogue à ceux de la nature. La durée recommandée pour le tannage était de deux à trois ans ; mais « les tanneurs qui me paraissent les plus sincères et les plus instruits (dit J. de Lalande) conviennent qu’il faudrait laisser les cuirs dans l’écorce beaucoup plus longtemps qu’on ne fait en France [de trois à cinq ans]. Ils y prendraient plus de qualité et plus de force ».

96La méthode de tannage à l’alun des hongroyeurs n’était pas seulement une opération incomparablement plus rapide que le tannage dans les fosses –quelques semaines au lieu de quelques années – mais aussi beaucoup plus dynamique. Car le processus chimique de transformation des peaux était accéléré par de forts mouvements mécaniques.

97Le “tannage” des hongroyeurs se divisait en quatre étapes distinctes, l’alunage, le travail de grenier, la mise en suif, et le flambage des cuirs.

98Au cours de l’alunage, les hongroyeurs préparaient une solution d’alun de Rome et de sel ordinaire, solution appelée étoffe ; ils diluaient dans l’eau chaude 3,5 livres de sel pour 6 livres d’alun, « pour adoucir l’âpreté ou la stipticité de l’alun ». Un ouvrier entrait dans la cuve remplie d’étoffe, pour fouler les peaux « à grands coups de talon ». « Ce foulage est très nécessaire au cuir de Hongrie, pour faire pénétrer le sel et l’alun ». Il était répété trois fois (« on donne trois tours ») dans chaque encuvage, puis on laissait les cuirs « boire l’étoffe » ; et on recommençait quatre fois.

99Les cuirs alunés étaient mis à sécher au grenier, puis redressés·, étendus par terre, roulés, piétinés, pour s’ouvrir et ramollir (car l’alunage rend le tissu dermique très rigide), afin de les « disposer à recevoir le suif ».

100« La mise en suif est la partie essentielle du hongroyage », souligne Jérôme de Lalande, « parce que la souplesse qu’elle assure au cuir est sa qualité principale. ». L’opération se fait dans une chambre hermétiquement close, appelée étuve, pour garder la chaleur nécessaire à « échauffer les cuirs... pour qu’ils jettent leur humidité ». L’eau interfibrillaire s’évaporait sous l’effet de la chaleur, et laissait sa place au suif qui assurait la lubrification des fibres. Les cuirs étaient « mis en suif » à l’aide d’un gipon (paquet de grosse laine traversé par une poignée de bois), sur une table ; puis on les laissait « reposer et boire leur suif », empilés sur la table.

101Pour flamber les cuirs, on allumait un feu de charbon sur une grille au milieu de l’étuve. Deux ouvriers prenaient les bandes de cuir une à une, et les passaient sur la flamme pendant une minute environ. Cette opération achevait le processus de pénétration et de fixation du suif dans toute l’épaisseur du derme des cuirs hongroyés. On laissait refroidir en pile à l’air libre pendant deux ou trois jours, et la préparation du cuir de Hongrie était terminée.

102La méthode pratiquée par les hongroyeurs constituait une innovation technique remarquable par rapport au tannage végétal, dans la mesure où leur technologie mettait à contribution les effets combinés de deux principaux types de “tannage”, le traitement minéral à l’alun, et le traitement à la graisse, par l’emploi de suif flambé. Ils préfiguraient ainsi une méthode développée au XXe s. dans l’industrie moderne du cuir, le tannage mixte ou combiné.

103Le hongroyage répondait aussi de façon pleinement satisfaisante au problème capital posé par l’extrême lenteur du tannage végétal (cause de pénuries chroniques de cuirs lourds) par une rapidité qui se doublait d’une économie du travail physique des manipulations.

104Enfin, le hongroyage offrait une solution technique efficace dès la fin du XVIIe siècle dans l’industrie du cuir restructurée par Colbert, ouvrant une perspective innovante qui favorisait l’accélération de la productivité de ce secteur-clé de l’économie française.

Conclusion

105Dans cette étude, nous avons entamé une recherche sur l’intérêt et la continuité technique de l’utilisation de l’alun dans l’industrie du cuir français sur une longue période allant du XIVe au XVIIIe siècle.

106Par une enquête basée sur la confrontation des textes médiévaux, nous avons essayé de reconstituer la place occupée par le cuir de Hongrie par rapport au cordouan d’Espagne, et de montrer comment ces deux emprunts techniques peuvent étayer notre hypothèse sur l’ampleur de l’usage de l’alun dans le milieu artisanal des mégissiers, peaussiers-teinturiers, parcheminiers, cordouaniers et hongroyeurs.

107Attestée par l’existence d’un grand nombre de métiers utilisateurs de l’alun, par des textes techniques médiévaux, puis par les descriptions précises du XVIIIe siècle, l’importance de l’emploi de l’alun semble être un fait pertinent voire marquant dans la continuité technique de la période examinée.

108Comme l’alun relève d’emprunts technologiques, il crée un lien entre des produits et des savoir-faire des pays du pourtour méditerranéen, qui suppose le prolongement de la recherche sur le plan international.

Bibliographie

Bibliographie

Boileau 1268 : BOILEAU (E.), Livre des Métiers, Paris, 1268, Édition établie par Lespinasse (R. de) et Bonnardot (F.). Paris, 1879.

Borgard 2002 : BORGARD (Ph.), FOREST (V.), BIOUL-PELLETIER (C.), « Passer les peaux en blanc » : une pratique gallo-romaine, in : Le travail du cuir de la préhistoire à nos jours, Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. 18-20 octobre 2001 (Dir. F. Audoin-Rouzeau, S. Beyries), Antibes, 2002, p. 231-249.

Contamine 1985 : CONTAMINE (Ph.), Histoire de la vie privée (dir. Ariès et Duby), T. 2. De l’Europe féodale à la Renaissance Paris, 1985, 1999, p. 496.

Cordoba 2002 : CORDOBA DE LA LLAVE (R.), Textes techniques médiévaux sur le tannage et la teinture du cuir, in : Le Travail du cuir de la préhistoire à nos jours, Actes du colloque d’Antibes, 2002.

Diderot 1780 : DIDEROT (D.) et alii, Dictionnaire raisonné des arts, des sciences et des techniques, dit l’Encyclopédie. Paris-Amsterdam, 1777-1780.

Franklin 1906 : FRANKLIN (Α.), Dictionnaire historique des Arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le XIIIe s., Paris-Leipzig, 1905-1906.

Gâborjân 1962 : GÂBORJÂN (Α.), La problématique du tannage à la hongroise, Revue ethnographique hongroise, XLIV, 1962, p. 87-138.

Gansser 1951 : GANSSER (Α.), L’évolution du tannage primitif, in : Cahiers Ciba, 34, 1951, p. 1153-1184.

Gay 1887 : GAY (V.), Glossaire archéologique du Moyen Age et de la Renaissance, Paris, 1887.

Halasz 2001 : HALASZ (E.), Le tan et le temps, changements techniques et dimension historique du tannage

en France, XIVe-XVIIIe s., in : Techniques et culture, 38, 2001, p. 147-174.

Halasz 2002 : HALASZ (E.), Peaux et cuirs, méthode d’investigation de la dimension historique du tannage en France (XIVe-XVIIIe s.), in : Le travail du cuir de la préhistoire à nos jours, Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes. 18-20 octobre 2001 (Dir. F. Audoin-Rouzeau, S. Beyries), Antibes, 2002, p. 387-398.

ICOM 1999 : Leather and related materials, Actes du colloque de Lyon, 1999.

Kropf 1898 : KROPF (L.), Le cuir de Hongrie en Angleterre à la fin du XIVe s., Revue d’histoire économique, V, Budapest, 1898, p. 237.

Laborde 1872 : LABORDE (L.), Glossaire français du Moyen Age, à l’usage de l’archéologie et de l’amateur des Arts, Paris, 1872.

Lalande 1764 : LALANDE (J. de), L’Art du Tanneur, l’Art du Hongroyeur, Paris, 1762-1764.

Leroi-Gourhan 1973 : LEROI-GOURHAN (Α.), Milieu et technique. Paris, 1973.

Pegolotti 1340 : PEGOLOTTI (F. –B.), La pratica della mer-catura, éd. A. Evans, Cambridge Mass., réimp. 1936 (The Medieval Academy of America, n° 24). Florence, circa 1340).

Rabelais 1534 : RABELAIS (F.), Gargantua, Paris, 1534, chap. LV. Édité par Raoul Morçay chez Droz-Giard, 1949.

Savary 1730 : SAVARY (des Bruslons, J.), Dictionnaire universel de commerce, Paris, 1723-1730.

Wylie 1898 : WYLIE (J. H.), History of England under Henri IV. vol. 4 : Duchy of Lancaster. Relevé par Kropf, lui-même cité par Gâborjân (London, 1898).

Notes

1 L’article d’Alice Gaborjan : La problématique du tannage à la hongroise, Revue ethnographique hongroise, XLIV, 1962, constitue la seule étude historique et lexicographique hongroise qui soulève le problème complexe de l’origine et de l’identité technique du “cuir de Hongrie”. L’auteur définit la spécificité de cette méthode de fabrication par des “influences techniques orientales”, notamment byzantine (usage de l’alun) et d’Asie Mineure (usage du feu au cours du tannage), transmises aux IXe et Xe siècles.

2 Les XXIIe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (2001, voir Bibliographie) ont offert une première occasion en France de présenter –dans le cadre d’un colloque interdisciplinaire – des études scientifiques consacrées aux problèmes techniques et méthodologiques du travail du cuir. La fouille archéologique du gisement de Sainte-Anne à Dijon daté de la fin du Ier siècle de notre ère, présentée par l’article de Ph. Bogard, V. Forest, C. Bioul-Pelletier, L. Pelletier, Passer les peaux en blanc : une pratique gallo-romaine ?, a révélé des « preuves concrètes que le tannage à l’alun était réellement une technique employée par les artisans gallo-romains ». Trois documents techniques du Moyen Âge et de la Renaissance (les Compositiones Variae de Lucques datées du VIIIe siècle, le Manuscrit de Bologne du XVe siècle et le Plictho dell’arte dei tintori de G. Rosetti publié à Venise en 1548) sont analysés par Ricardo Cordoba de la Llave dans son article “Textes techniques médiévaux sur le tannage et la teinture du cuir” mettant en relief l’importance de l’utilisation de l’alun dans les processus techniques analysées dans la longue période entre les VIIIe et XIVe siècles.

3 Nous tenons à souligner le caractère polysémique du mot “cordouan”, désignation générique d’un type de cuir de chèvre (fabriqué à l’origine dans la ville de Cordoue dès les XIe-XIIe s.), produit qui s’est différencié du point de vue technique par suite d’une diffusion commerciale très élargie dès le XIVe siècle. En 1575, Ambrosio Moralès, dans son ouvrage Las Antiquedads de las Ciutades de Espana, caractérisait ainsi l’industrie de sa ville natale, Cordoue : « le commerce du cuir est très important, et l’avantage que tire Cordoue de la bonne préparation de ses cue-ros est telle qu’aujourd’hui dans l’Espagne entière, toutes sortes de cuirs de chèvre, quel que soit l’endroit où ils ont été préparés, sont connus sous le nom de cordovanes... » En France, le cordouan fut également appelé cuir de Cordoue, cuir vermeil ou même peau d’Espagne selon l’époque ou le type de produit, pratique linguistique qui est devenue la source de confusions taxinomiques considérables. L’appellation des teintures dorées et peintes, dites cuir de Cordoue en France, prête encore plus à la confusion dans la mesure où le matériau de base n’en a jamais été le cordouan mais une peau de mouton tannée : la basane.

4 Désigné par l’Académie des sciences en 1758, l’astronome Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande, a repris les anciens manuscrits de l’Académie (datés de la fin du XVIIe s.) et réalisé une vaste enquête sur le savoir-faire des métiers du cuir en France mais également à l’étranger. J. de Lalande a rédigé une série de mémoires consacrés non seulement à l’Art du tanneur mais également à celui du corroyeur, du mégissier, du chamoiseur, du hongroyeur, du maroquinier et du parcheminier, parus entre 1762-1767 en dix fascicules. Grâce à l’observation méthodique et à la description détaillée des opérations techniques par J. de Lalande (parallèlement aux entreprises similaires des encyclopédistes 1748-1765), nous possédons des recueils systématiques sur l’état des métiers de cuir et la connaissance technique pour la période de la fin du XVIIe s. à la première moitié du XVIIIe s. Notre analyse comparative de la chaîne opératoire des tanneurs et des hongroyeurs s’appuie sur les descriptions de l’Art de l’hongroyeur et de l’Art du tanneur de J. de Lalande.

5 J. de Lalande recueille des éléments révélateurs à propos du droit de « faire hongroyer des cuirs » par les tanneurs parisiens : « Les tanneurs offraient de donner, à 12 sols la livre, le cuir que les Privilégiés vendaient 16 sols. Ils exposaient que les Traitants avaient perçu 390 000 livres jusqu’à l’année 1714 inclusivement, pour le produit de leur Privilège, et qu’ainsi on ne leur devait aucune indemnité ». Enfin, J. de Lalande conclut : « Ce privilège odieux fut en effet supprimé. Les Tanneurs font aujourd’hui librement le cuir de Hongrie, et les Bourreliers peuvent le faire, mais on ne voit pas, à Paris, qu’ils usent de ce droit ».

6 Pour satisfaire les besoins accrus de cuirs forts et résistants de l’armée française (devenue nationale et permanente : 120 000 hommes en 1672, 380 000 en 1702), la politique industrielle de Colbert favorisait l’implantation des méthodes nouvelles de production par l’emprunt technologique. La préparation de la buffleterie (peau épaisse de buffle tannée à l’huile, matériau indispensable à l’équipement de la cavalerie), introduite en France par un expert hollandais, M. la Haye, bénéficiait de la fondation d’une manufacture royale à Corbeil. De Lalande rapportait que « cette établissement considérable fournissait de buffles toute la cavalerie de France, et en exportait même chez l’étranger ».

7 Remplacer l’opération lourde et onéreuse de l’épilage à la chaux (dit pelanage), désignée comme la « cause principale du discrédit des manufactures françaises », fait partie intégrante de la politique économique du milieu du XVIIIe siècle. Des processus innovants, servant d’alternatives à la technique du chaulage, arrivent des pays étrangers (Angleterre, Flandre, etc.) et sont expérimentés dans les manufactures. Notons que deux solutions techniques proposant des changements radicaux par l’accélération du processus d’épilage (30 heures environ par la fermentation acide des céréales) sont arrivées en France des pays de l’Est de l’Europe, notamment de la Valachie et de la Transylvanie.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540