Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alun de Méditerranée

 | 
Philippe Borgard
, 
Jean-Pierre Brun
, 
Maurice Picon

Production et commerce de l’alun oriental en Méditerranée, XIe-XVe siècles

David Jacoby

Texte intégral

  • 1 Aux textes anciens couramment cités on peut ajouter une inscription funéraire non datée, trouvée à (...)
  • 2 Cf. aussi l’étude de R. Halleux, dans ce volume, p. 9-11.
  • 3 L’exploitation des gisements minéraux dans l’Empire byzantin a été traitée récemment dans l’étude (...)

1La production, le commerce et les multiples utilisations de l’alun étaient connues du monde grec et romain. Certains auteurs anciens mentionnent les régions orientales dont l’alun provenait, notamment la Lybie, l’Egypte, l’île de Mélos en mer Égée, la Macédoine, la Phrygie au centre et le Pont dans le nord de l’Asie Mineure, enfin l’Arménie (Pline l’Ancien XXXV, 183-190 ; Singer 1948, p. 19-25 ; Ciusa 1978, p. 115-117, n. 1 ; Picon 2000, p. 520-521, 526-527)1. En revanche, ils omettent de citer d’autres régions de l’Asie Mineure et l’île de Mytilène, dans lesquelles on fabriquait l’alun artificiel à partir de l’alunite (Picon 2000, p. 521-523 ; Cardon 2003, p. 30-31) à l’époque médiévale tardive. L’alun figure également dans des textes grecs, arabes et latins rédigés jusqu’au XIIe siècle qui traitent de minéralogie, d’alchimie, de médecine, de pharmacie ou des arts et métiers (Singer 1948, p. 37-68)2, sans qu’on puisse toujours déterminer dans quelle mesure sa mention repose sur une tradition livresque ou reflète des activités réelles. Il est en tout cas exclu que ces activités aient cessé dans les états qui succédèrent à l’Empire romain, notamment Byzance et les pays de l’Islam, bien qu’elles ne soient pas directement documentées pendant plusieurs siècles3.

  • 4 J. Nord (éd.), Vitae duae antiquae sancti Athanasii Atho-nitae, Turnhout, 1982 (Corpus Christianor (...)

2On a envisagé la possibilité que Phocée, située au nord de l’entrée du golfe de Smyrne en Asie Mineure, fabriquait l’alun artificiel aux Ve et VIe siècles de notre ère, soit à la haute époque byzantine. Cette hypothèse, basée sur la diffusion d’un certain type de céramique en Méditerranée, nécessite des recherches supplémentaires (Picon 2000, p. 526-529). Deux versions de la Vita de St. Athanase de l’Athos, qui dérivent apparemment d’une même source, semblent fournir des indications plus sûres au sujet de l’alun à Byzance4. Ces deux versions, rédigées au XIe siècle, emploient le verbe grec στύφω, teindre avec un caustique fixant les couleurs ou mordancer, dérivé du substantif στυπτήρια (styptèria) ou alun, en faisant état du mordançage et du foulage des textiles. Ces utilisations de l’alun étaient connues depuis l’Antiquité (Picon 2000, p. 520-521, 528). Elles devaient être fort répandues et bien connues du public auquel les deux textes s’adressaient, puisqu’elles y figurent dans des métaphores. Il est donc probable que ces textes se réfèrent à l’alun. On ne peut toutefois pas en avoir la certitude absolue, puisque le mordançage pouvait également être pratiqué à l’aide d’autres substances (Lombard 1978, p. 147-148 ; Cardon 2003, p. 20-21, 27, 44-46, 50-51). Il faut attendre le XIIIe siècle pour trouver des témoignages irréfutables au sujet de la production et du commerce de l’alun dans l’Empire byzantin.

  • 5 Ibn Hawqal, Kitâb surat al-ard2, éd. J. H. Kramers. Leyde, 1938-1939, p. 68 ; Ibn Hawqal, Configur (...)
  • 6 La géographie d’Édrisi, traduction P. –A. Jaubert, Paris, 1836-1840, II, p. 80.

3Les sources concernant l’alun dans les pays de l’Islam oriental se multiplient à partir de la seconde moitié du IXe siècle. L’auteur persan al-Râzî (vers 854-925 ou 935) (EI, III, 781-782) connaissait l’alun jaune d’Égypte et le blanc du Yémen. En outre, il cite sans précision un alun de Syrie verdâtre et impur, mélangé à l’argile et des cailloux, inconnu d’auteurs postérieurs, et l’alun appelé mingâni, provenant peut-être de Mindjan dans la région d’Ispahan en Iran ou de la Macédoine (Singer 1948, p. 51 ; Cahen 1963, p. 442 et n. 41). Le géographe arabe Ibn Hawqal, qui composa la seconde version de son traité vers 988, rapporte que « l’alun dit de Surt s’y trouve en grande quantité » et est exporté par cette localité, située sur le golfe de la Sidre (actuellement en Libye)5. Il devait provenir du Kâwâr (Lombard 1978, p. 149), un groupe d’oasis du Sahara méridional actuellement compris dans la République du Niger. Le géographe Idrîsî, qui rédigea son traité Kitâb Rudjar (Livre de Roger) entre 1139 and 1154, signale que « c’est de là qu’on tire l’alun si estimé pour sa qualité et si connu sous le nom de kawary »6. Son commerce continuait apparemment sans solution de continuité depuis le Xe siècle. On se souviendra que selon les auteurs anciens la Libye, par laquelle on l’exportait, figure parmi les régions dont on tirait l’alun. Curieusement, les grands géographes arabes du Xe siècle semblent ignorer l’alun égyptien. Al-Muqaddasî, qui écrivait vers 985, était particulièrement bien informé des ressources de l’Egypte, mais ne le cite pas parmi elles. Seule une exploitation fort restreinte, destinée principalement au marché intérieur égyptien, peut expliquer le mutisme de ces sources (Cahen 1963, p. 440). N’empêche que l’Egypte devint le plus gros producteur d’alun oriental au XIe siècle et maintint cette position jusque dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

4Avant d’aborder l’examen des témoignages relatifs à la production, au commerce et à l’utilisation de cet alun, une remarque d’ordre général s’impose. L’alun oriental acquiert une importance croissante dans le commerce méditerranéen à partir du XIe siècle et, dès lors, assume une des caractéristiques principales qui lui sont propres à l’époque suivante : il figure parmi le petit nombre de denrées qui, au Moyen Âge, donnèrent lieu à l’instauration de monopoles. Les modalités de ceux-ci diffèrent selon les conditions politiques et économiques et selon les circonstances. Il s’agit parfois de monopole d’exploitation des gisements d’alun ou d’alunite et, dans ce dernier cas, également de la fabrication de l’alun. Ailleurs, le monopole concerne la commercialisation ou seulement l’exportation. Tous ces monopoles pouvaient aussi être combinés. Leur établissement s’explique par la convergence de trois facteurs : le principe juridique selon lequel le sol, ainsi que les minerais qui en sont extraits, appartiennent à l’État, voire au seigneur du lieu ; la rareté des gisements, qui facilite le contrôle de l’exploitation de ceux-ci, de l’acheminement du produit vers les marchés et de sa commercialisation ; enfin, la conjoncture économique, qui incite l’État ou le seigneur à exercer pleinement ses droits, soit directement, soit en contrepartie d’une rétribution s’il en cède l’exercice à autrui, que ce soient des individus ou des sociétés commerciales.

***

5Le premier monopole médiéval sur l’alun fut instauré en Egypte à l’époque fatimide (969-1171). Le Matdjar ou “Office du commerce” de l’État, établi en 1052/1053, détenait le monopole de l’achat et de la vente de denrées rares importées « nécessaires à l’Office et au bien de la communauté ». Les denrées visées comprenaient entre autres le fer, le plomb, le bois et la poix, que le Matdjar revendait sur le marché libre une fois les besoins de l’État assurés (Cahen 1964, p. 257-258 ; Rabie 1972, p. 92-94). Il y avait également un monopole d’État sur l’alun, dont la nature était différente, puisque ce dernier provenait de l’Égypte elle-même. On ne peut malheureusement pas établir à quel moment il a été instauré.

  • 7 Il y a quelques divergences importantes entre les traductions et les interprétations de Cahen et d (...)
  • 8 Le nom Wâhât est appliqué jusqu’à nos jours à une vaste région désertique à l’ouest du Nil s’étend (...)
  • 9 Ces similarités pourraient expliquer une certaine confusion au sujet de son origine chez un des au (...)

6Ibn Mammâtî, à la tête du Fisc égyptien en 1192, rédigea un traité sur l’administration de l’État égyptien pour le sultan al-’Azîz ’Uthmân (1193-1198), intitulé Kitâb qawânîn al-dawâwîn (Rabie 1972, p. 14). Cet écrivain-fonctionnaire fournit de précieux renseignements sur l’exploitation, l’acheminement, ainsi que sur les modalités d’achat et de vente de l’alun en Egypte, pour la plupart valables également pour l’époque antérieure (Ibn Mammâtî 1943, p. 327-329 ; Cahen 1963, p. 434-435 ; Cooper 1973, p. 278-279)7. Selon ses indications, complétées par celles tirées d’autres sources et des prospections archéologiques, des gisements d’alun étaient exploités dans le désert occidental de l’Egypte, entre autres dans les oasis de Dakhla et de Khârga en Haute-Égypte (fig. 1, p. 261). Des trous de “rattage” destinés à vérifier la présence d’alun se comptent par dizaines de milliers sur une grande étendue dans la zone entourant le Djebel Tarif et d’autres zones de l’oasis de Khârga, l’exploitation ayant été pratiquée à l’aide de travaux souterrains de grande ampleur, probablement d’époque romaine. Des conditions géologiques différentes existent dans les autres oasis (Communication de M. Picon). On récoltait également de l’alun blanc dans la région située entre l’oasis de Khârga et Idfû sur le Nil (Maqrîzî 2002, I, p. 639). Enfin, on exploitait des gisements d’alun dans le Wâhât septentrional, ainsi qu’il ressort de l’endroit où il était livré8. Cet alun, appelée kâwâri, arrivait à Bahnasâ, située au N.-O. d’Asyût sur le Bahr Yûsuf, un affluent du Nil. Il est exclu que cette variété ait été amenée des oasis de Kâwâr, comme on l’a affirmé (Lombard 1978, p. 149). Ibn Mammâtî n’aurait pas manqué d’en faire état et précise d’ailleurs fort bien l’origine de cet alun. En outre, l’endroit où l’alun kâwâri parvenait au bord du Nil était situé au nord de tous les autres postes de concentration, dont il sera question plus loin, alors que s’il arrivait de Kâwâr la route la plus courte l’aurait mené vers la Haute-Égypte. Enfin, il n’y avait aucune raison de transporter l’alun de Kâwâr jusqu’en Egypte pour l’exporter par la voie maritime, alors qu’on pouvait rejoindre beaucoup plus rapidement Surt, sur la côte de la Libye, où on l’embarquait sur des navires, ainsi qu’on l’a vu plus haut. Force est de conclure que la variété kâwâri mentionnée par Ibn Mammâtî provenait bel et bien d’Égypte et portait ce nom parce qu’elle avait l’aspect et les propriétés de l’alun des oasis de Kâwâr9. Dans tous les sites égyptiens, il s’agissait d’alun natif (Picon 2000, p. 526-527 ; Cardon 2003, p. 29).

  • 10 Arnoldi Chronica Slavorum, lib. VII, 8, éd. I. M. Lappenberg, Monumenta Germaniae Historica, Scrip (...)
  • 11 Cahen 1963, p. 434, traduit « la dernière vente a été de 12 000 [qintârs] ». Cette traduction, acc (...)
  • 12 On utilisait des unités poids différentes pour l’achat et la vente, le poids de ces unités variant (...)

7Des exploitations médiévales d’alun n’ont pas été identifiées jusqu’à présent sur le terrain. Il est toutefois clair qu’elles devaient s’étendre sur des centaines de km2. Pour des raisons pratiques il était donc impossible de les contrôler sur place. C’est d’ailleurs pourquoi la récolte de l’alun était laissée à l’inititiative des “Arabes” ou Bédouins, ainsi qu’il ressort d’Ibn Mammâtî. Ils l’acheminaient ensuite jusqu’à la rive du Nil à Qûs, Akhmîm et Asyût. Celui du Wâhât septentrional parvenait à Bahnasâ, mentionnée plus haut. L’exploitation des gisements égyptiens était donc libre, mais tout l’alun devait être obligatoirement livré au Matdjar. En 1173 l’évêque Burchard de Strasbourg, envoyé par l’empereur Frédéric 1er Barberousse auprès du sultan Saladin, rédigea un rapport sur son ambassade dans lequel il souligna que l’alun était récolté « pour l’usage du roi ». Il avait donc connaissance du monopole sultanal10. Ibn Mammâtî rapporte qu’en 1193 les acquisitions du Matdjar s’élevaient à 12 000 qintârs d’alun, soit quelques 720 tonnes, dont on attendait le transport et la livraison aux dépôts de cette institution11. L’unité de poids utilisée pour l’achat de l’alun était le qintâr laythî d’environ 60 kg.12. Le Matdjar avait donc connaissance du volume total des livraisons qui lui étaient destinées avant la crue du Nil, qui permettait leur transport vers le nord de l’Egypte. La première intervention de cet office se situait par conséquent après l’arrivée de l’alun à un des quatre endroits indiqués plus haut, où les fonctionnaires de l’État le prenaient en charge. Il était généralement acheté aux producteurs, mais il semble que certains lots étaient livrés à titre d’impôt. Il en sera question plus loin.

  • 13 Ni Cahen 1964, ni Rabie 1972, ne le signalent. La traduction de Cooper 1973, p. 227, selon laquell (...)

8L’enregistrement des chargements par les fonctionnaires de l’État était vérifié au moment de la livraison aux dépôts du Matdjar, par prudence, ajoute Ibn Mammâtî, afin d’empêcher que l’alun ne soit porté ailleurs en cours de route ou ne soit perdu par négligence en cas de débordement du Nil. Ces fonctionnaires étaient d’ailleurs tenus responsables des écarts entre les quantités qu’ils avaient enregistrées et celles qui arrivaient dans les dépôts. Il s’ensuit qu’ils en organisaient le transport sur le Nil aux frais du Matdjar13. Le trajet jusqu’à Alexandrie depuis Qûs, le point de départ le plus méridional, était long d’environ 1 000 km. Notons que des dispositions d’achat et de livraison semblables étaient de règle pour le natron, denrée soumise elle aussi à un monopole d’État, et ceci dès 864. En revanche, à l’époque fatimide et ayyubide ce monopole était géré par un office autre que le Matdjar et les modalités de transport et de pesage différaient de celles qui étaient appliquées à l’alun (Ibn Mammâtî 1943, p. 335-336 ; Serjeant 1972, p. 163-164 ; Cooper 1973, p. 282-283 ; Rabie 1972, p. 85 ; Lombard 1978, p. 146-147).

  • 14 Cahen 1963, p. 435, n. 16, a cru à tort que l’alun était à nouveau exporté de Tinnis et de Damiett (...)
  • 15 Sur cet usage, cf. infra, p. 224.

9Al-Makhzûmî, haut fonctionnaire égyptien comme Ibn Mammâtî, rapporte dans son traité Kitâb al-Minhâdj, rédigé vers 1170 (Cahen 1964, p. 220-221 ; Rabie 1972, p. 11-12), que l’alun était vendu par le Matdjar aussi bien à Alexandrie qu’à Damiette, ce qui reflète la pratique de l’époque fatimide qui prit fin en 1171. Il fournit d’ailleurs des indications au sujet de l’enregistrement de l’alun à son arrivée dans les dépôts du Matdjar de ces deux villes (Cahen 1964, p. 301-303, 310-311). En revanche, Ibn Mammâtî, qui rédigea son traité vers 1190, mentionne uniquement Alexandrie. Cette limitation reflète la concentration du commerce des Occidentaux à Alexandrie, ordonnée sans nul doute par Saladin tant pour des motifs économiques que pour des raisons de sécurité, à la suite des invasions de l’Égypte par le roi Amaury de Jérusalem dans les années soixante du XIIe siècle (Cahen 1963, p. 435 et n. 16 ; Jacoby 2000, p. 61-62)14. La concentration de l’alun dans un ou deux ports méditerranéens était manifestement dictée par sa destination principale, qui était l’exportation. On peut toutefois se demander s’il existait des dépôts du Matdjar ailleurs. Il est en effet difficile d’imaginer que l’alun consommé au Caire devait passer par Alexandrie. Selon Maqrîzî, sous les règnes des sultans al-Kâmil et son fils al-Sâlih (1218-1238 et 1240-1249) des notables du Wâhât étaient autorisés exceptionnellement à percevoir la capitation des dhimmis ou non-Musulmans de cette région, en échange de la livraison annuelle au Caire de 1 000 qintârs ou 60 tonnes environ d’alun blanc provenant de la région d’Idfû (Maqrîzî 2002, I, p. 639 ; Cahen 1963, p. 444 ; Rabie 1972, p. 84). On peut se demander pourquoi on devait transporter au Caire une telle quantité d’alun, de loin supérieure à la consommation locale, ainsi qu’on le verra bientôt, à moins qu’il n’y ait été utilisé comme ignifuge dans les chantiers navals de l’État15.

  • 16 Ibn Mammâtî mentionne al-Misr, nom appliqué aussi bien au Caire qu’à l’Égypte. Ahmad b. Ali al-Qal (...)
  • 17 Cf. Y. Lev, Tinnis : An Industrial Medieval Town, in : L’Égypte fatimide, son art et son histoire (...)

10On possède peu d’informations sur le volume des livraisons obligatoires d’alun au Matdjar et sur leur évolution depuis l’instauration du monopole d’État. En 1121 les autorités renonçaient à des arriérés en taxes dus par certains habitants du pays jusqu’en 1117, qui comprenaient 913 1/3 qintârs d’alun dont l’origine n’est pas spécifiée (Rabie 1972, p. 83). On ne peut pas en déduire un chiffre de production annuel pour l’Égypte, faute de savoir pendant quelle période les livraisons avaient été suspendues. On a vu que 1 000 qintârs d’alun blanc de la région d’Idfû étaient livrés chaque année au Caire entre 1218 et 1249, sans qu’on puisse établir s’il passait par le Matdjar. Heureusement, Ibn Mammâtî fournit des données précises et fiables sur les ventes annuelles de cet office vers la fin du XIIe siècle. Il rapporte qu’elles s’élevaient généralement à 5 000 qintârs djarwî, soit environ 465 tonnes. La quantité d’alun vendue annuellement aux feutriers, nattiers et teinturiers du Caire était de 80 qintârs, soit près de 7,4 tonnes à peine (Cahen 1964, p. 435)16. Même en tenant compte des besoins d’autres villes égyptiennes, dont les grands centres de manufacture textile tels que Tinnis17, la consommation égyptienne intérieure devait somme toute être modique par rapport à la production totale. Elle s’explique en partie par la gamme des couleurs utilisées dans la teinture des tissus, la nature de ceux-ci, et l’usage du natron.

  • 18 Sur les documents de la Geniza, découverts vers la fin du XIXe siècle dans une synagogue du Caire, (...)
  • 19 Cooper 1974, p. 278, fait erreur en traduisant le terme Rûms par « Byzantins », alors qu’il s’agit (...)

11Les documents juifs de la Geniza du Caire fournissent d’importantes informations à ce sujet18. Chacune des couleurs apparaît en plusieurs variations dans les inventaires des trousseaux des mariées juives d’Égypte et d’autres sources de même nature des XIe et XIIe siècles. Le blanc et le bleu sont les plus cités (Goitein 1967-1993, IV, p. 166, 172-177, en particulier p. 174). Un texte arabe antérieur à 1175 souligne d’ailleurs que le blanc pur était la couleur la plus appréciée pour les tissus de lin de haute qualité (Serjeant 1972, p. 140). Le lin était le textile le plus répandu en Egypte médiévale (Lombard 1978, p. 47-50 ; Goitein 1967-1993, IV, p. 164-167, 305-307), et on utilisait le natron pour son dégraissage et son blanchiment (Lombard 1978, p. 146). Le bleu était obtenu avec l’indigo, substance largement utilisée dans le monde islamique du Moyen Âge et fréquemment mentionnée dans les sources de cette époque relatives à l’Egypte (Cardon 2003, p. 13, 257-269 ; Lombard 1978, p. 139-143 ; Goitein 1967-1993,I, p. 155, 210, 216, 219, 333-335, 361). Or l’indigo n’exige pas de mordançage. Les mentions du blanc et du bleu dépassent de loin celles d’autres couleurs dans les textiles, dont le noir, en quatrième position, qui pouvait être obtenu et fixé sur les fibres avec la noix de galle ou des mordants de fer (Cardon 2003, p. 43-46, 311, 321-325). Le rouge n’arrive qu’en cinquième position. Le peu de faveur dont il jouissait en Egypte, contrairement à l’Occident chrétien, est indirectement confirmé par Ibn Mammâtî, qui affirme que cette couleur était précisément celle qui motivait les gros achats d’alun effectués par les Rûms ou Occidentaux19.

12Il est vrai que la documentation de la Geniza reflète des familles juives passablement aisées, qui ne constituaient pas un échantillon représentatif de l’ensemble de la population égyptienne. Il faut toutefois tenir compte du fait que les tissus égyptiens n’étaient pas toujours teints (Goitein 1967-1993, IV, p. 166) et que les couches pauvres se contentaient généralement de tissus incolores. En outre, le natron pouvait également servir de mordant (Lombard 1978, p. 148). D’un prix inférieur à celui de l’alun, ainsi qu’on le verra plus loin, il était sans doute préféré quand cet usage était possible, ce qui expliquerait partiellement sa grande consommation en Egypte. Vers la fin du XIIe siècle celle-ci atteignait annuellement 30 000 qintârs et, par conséquent, dépassait de loin celle de l’alun (Ibn Mammâtî 1943, p. 335-336 ; Cooper 1974, p. 282 ; Rabie 1972, p. 85).

  • 20 Cf. D. Jacoby, Conrad, Marquis of Montferrat, and the Kingdom of Jerusalem (1 187-1192), in : Atti (...)

13Le gros de la production égyptienne d’alun était donc destiné à l’exportation, et le Matdjar tirait le gros de ses bénéfices des ventes d’alun aux marchands italiens. La demande croissante de l’industrie drapière occidentale, relayée par ces marchands qui servaient d’intermédiaires, stimula sans nul doute l’exploitation des gisements, en particulier à partir du XIIe siècle. On a vu que les ventes annuelles du Matdjar s’élevait à 5 000 quintârs vers 1190. Toutefois, en 1192 elles atteignaient 13 000 quintârs ou 1210 tonnes environ. Cette vente massive intervenait à la suite de la guerre entre Saladin et les Chrétiens au Levant, qui avait provoqué une interruption du commerce occidental avec l’Egypte depuis l’automne de 1187 jusqu’au printemps de 1192, soit pendant plus de quatre années20. Par conséquent, les grosses ventes de 1192 ne reflétaient pas une intensification de la production, mais l’accumulation de gros stocks en Egypte et une demande occidentale restée inassouvie pendant les années précédentes. Comme l’arrivée de l’alun à Alexandrie dépendait de la crue du Nil, les livraisons de 1187 ne pouvaient pas y être disponibles pour l’exportation avant l’automne de cette année, quand le commerce avec l’Occident avait déjà été interrompu. À raison de 5 000 qintârs d’alun par an, le Matdjar en aurait accumulé 25 000 de 1187 à 1191, dont 13 000 vendus en 1192. Aux 12 000 restants il faudrait ajouter les livraisons de l’année 1192, soit 5 000 qintârs. On arrive ainsi à un total de 17 000 qintârs, alors que le Matdjar en attendait 12 000 seulement en 1193. Il faut donc envisager un ralentissement de l’exploitation des gisements et des livraisons pendant les années précédentes, l’alun accumulé n’ayant pu être exporté jusqu’en 1192.

14Les livraisons d’alun aux dépôts du Matdjar dans le Nord de l’Egypte ne reflétaient pas l’ensemble de la production égyptienne vers la fin du XIIe siècle.

  • 21 Traduction par E. Blochet, Histoire d’Égypte de Makrîzî. Revue de l’Orient latin, 8, 1900-1901, p. (...)

15En effet, en 1181 Saladin acheva la construction d’un fortin à Suez et y plaça une garnison, afin de protéger les caravanes transportant l’alun directement à partir du Sâ’id vers les pays francs du Levant (Maqrîzî 1934-1958, I, 72)21. Or le Sâ’id était la région de la Haute – Egypte comprenant Qûs, Akhmîm et Asyût, trois localités le long du Nil d’où l’alun était expédié au Matdjar. Les mesures prises par Saladin impliquent que les envois d’alun passant par Suez étaient à la fois réguliers et abondants. Il faut croire que cet alun était également livré par les Bédouins aux officiers du Matdjar, avant d’être séparé des chargements envoyés sur le Nil. Par la suite son transport et sa vente devaient être gérés par un office sultanal autre que le Matdjar. Il n’est pas exclu que les envois d’alun aux pays des Francs aient été faits directement pour le compte du sultan, pratique connue en Egypte depuis le XIe siècle, sinon plus tôt (Udovitch 1988, p. 57-65). On verra d’ailleurs plus loin qu’un frère de Saladin exportait de l’alun vers l’Italie en 1173. À l’alun envoyé par caravanes il y a lieu d’ajouter une certaine quantité qui, elle non plus, ne parvenait pas aux dépôts du Matdjar. Il s’agit d’alun utilisé par l’État comme ignifuge dans la construction de navires et de machines de guerre, usage connu dans l’Antiquité (Ciusa 1978, p. 120 et n. 6, p. 125).

16Ibn Mammâtî cite des données chiffrées fort précieuses au sujet des prix de l’alun égyptien. Vers 1190 le Matdjar payait 30 dirhems, parfois moins, pour le qintâr laythî d’environ 60 kg et, davantage, notamment 1 dinar 1/12, pour l’alun blanc appelé kâwâri. Il revendait l’alun au qintâr djarwî de 93 kg environ, unité de poids d’environ 50 % plus lourde que le laythî utilisé à l’achat. Le prix calculé pour les étrangers était de 5 à 5 et 5/12 dinars ou, d’après une autre version, de 4 à 6 dinars (Rabie 1972, p. 84). Il n’est pas clair si ces prix reflétaient uniquement les différentes qualités d’alun ou, en outre, des fluctuations liées au rapport entre l’offre et la demande. Notons que le Matdjar tenait compte de ce rapport quand il fixait le prix payé aux importateurs étrangers de bois et de fer (Jacoby 2001a, p. 103, 106 et n. 27). Une vente d’alun égyptien effectuée à Tyr en 1176, dont il sera question bientôt, semble plus ou moins confirmer les montants indiqués par Ibn Mammâtî. Le prix auquel le Matdjar vendait l’alun sur le marché intérieur était de 7 1/2 dinars. Bien qu’il soit mentionné pour le Caire, il y a toutes les raisons de croire qu’il était de règle pour l’Egypte entière. Il ne devait pas être appliqué à l’alun kâwâri, que le Matdjar achetait à un prix plus élevé et qu’il devait revendre plus cher. Ibn Mammâtî se réfère sans nul doute au marché intérieur quand il affirme qu’il y avait peu de demande pour cette variété, vraisemblablement pour cette raison. Il s’avère donc que le prix payé par le consommateur égyptien pour l’alun ordinaire pouvait atteindre jusqu’à 50 % de plus que le montant payé par les étrangers.

  • 22 Le prix de deux dirhems pour l’achat, extrêmement bas, et l’écart considérable entre ce chiffre et (...)

17Au cours du XIIe siècle et dans les deux décennies suivantes le rapport entre dinar et dirhem monnayé varia de 1 : 35 à 1 : 40 (Goitein 1967-1993, I, p. 379-383). En tenant compte de l’écart entre poids d’achat et poids de vente, le bénéfice brut du Matdjar atteignait quelques 4 1/2 dinars au minimum par qintâr laythî vendu aux étrangers, et davantage sur le marché intérieur. Il faut en déduire les frais de gestion et de transport qui étaient à sa charge, dont le montant est inconnu. L’écart entre prix d’achat et prix de vente du natron était beaucoup plus grand. Selon Ibn Mammâtî, l’office gérant le monopole de cette denrée l’achetait à deux dirhems le qintâr, mais la demande à Alexandrie et au Caire était telle, probablement juste avant la crue du Nil et l’arrivée des nouvelles livraisons, que le prix de vente atteignait 70 dirhems dans ces deux villes (Ibn Mammâtî, 334-336 ; Cooper 1973, 282-283 ; Rabie 1972, 85)22. En tenant compte du rapport entre dinar et dirhem monnayé mentionné plus haut, ce prix était de deux dinars environ, donc beaucoup plus bas que celui de l’alun.

18Ibn Mammâtî souligne que nul autre que l’État n’a le droit d’acheter ou de vendre l’alun, et que les individus enfreignant cette règle sont sévèrement punis. Le traité d’al-Makhzûmî, rédigé vers 1170, comporte une rubrique intitulée « Rôles quotidiens de l’alun mis en vente » par le Matdjar à Damiette, qui implique la vente de petits lots (Cahen 1964, p. 311). Pourtant, divers documents juifs de la Geniza du Caire révèlent que l’alun circulait sur le marché libre. Vers 1050 un marchand en vendait à 15 dirhems le qintâr à Alexandrie (Ben Sasson 1991, p. 602-606, doc. 122, ligne Β 3 ; Simonsohn 1997, p. 121-123, doc. 70). L’écart nominal considérable entre ce prix de vente et celui de 30 dirhems que le Matdjar payait à l’achat vers 1190 ne peut pas s’expliquer uniquement par une qualité inférieure d’alun, ni par la dépréciation de la monnaie égyptienne entre le milieu du XIe et la fin du XIIe siècle. Il devait être largement dû à un renchérissement sensible de l’alun, suite à l’établissement du monopole d’État à une date postérieure à 1050 environ.

  • 23 Gil 1997 traduit par « Byzantin » le terme Rûm mentionné dans ces quatre lettres, mais cf. supra, (...)

19Ce monopole existait-il vers 1080 ? Trois lettres de marchands juifs rédigées à Alexandrie à cette époque et une autre de 1096 font ressortir que les Rûms ou Occidentaux achetaient l’alun à des marchands locaux. Selon deux de ces lettres, ils ne voulaient pas s’engager à acquérir celui qu’on leur offrait avant que “la caravane”, soit le convoi sur le Nil, n’arrive à Alexandrie et que le prix de l’alun ne soit connu (Gil 1997, III, p. 444-447, doc. 432, II. A 13-14 ; III, p. 456-459, doc. 437,II Β 14-15 ; III, p. 459-461, doc. 438,II. A 10-11 ; IV, p. 539-542, doc. 777, II. A 21-23)23. Les hésitations des marchands occidentaux se situaient à l’époque de l’année où les prix de l’alun étaient les plus élevés. On pourrait déduire de ces lettres que le monopole d’État n’avait pas encore été instauré vers la fin du XIe siècle, si un contrat génois de 1161 ne jetait quelque doute sur cette conclusion. Ce contrat prévoyait l’achat d’alun à Alexandrie uniquement s’il pouvait être obtenu bon marché (Chiaudano 1935, II, p. 39, doc. 882), sans qu’on puisse déterminer s’il faisait allusion aux prix imposés par le Matdjar qui variaient, on l’a vu, ou à ceux du marché libre. Or du traité d’al-Makhzûmî il ressort qu’en 1161 le monopole d’État sur l’alun était déjà en place. Les lettres juives de la fin du XIe siècle ne permettent donc pas de trancher si tel était le cas à cette époque.

  • 24 La contrebande d’alun était très répandue dans l’Empire ottoman du XVIIIe siècle dans des circonst (...)

20Les documents mentionnés ci-dessus permettent de conclure que l’interdiction d’achat et de vente rapportée par Ibn Mammâtî concernait l’achat direct aux producteurs, le détournement de chargements pendant leur acheminement vers les dépôts du Matdjar, et leur vente avant qu’ils n’arrivent dans ces derniers. Le système du monopole entraînait forcément la contrebande, pratiquée par les Bédouins exploitant les gisements, les caravaniers, les bateliers sur le Nil et ceux qui leur achetaient l’alun24. En revanche, une fois que l’alun était passé par le Matdjar, il pouvait faire l’objet de transactions commerciales sur le marché libre, comme les autres denrées soumises au monopole d’État telles que le fer et le bois. Il est d’ailleurs difficile d’imaginer que tous les consommateurs d’alun l’aient acheté uniquement aux dépôts gérés par le Matdjar, qui ne devaient d’ailleurs exister que dans quelques villes tout au plus. Si cette interprétation est correcte, il s’avère que dans certaines circonstances les marchands occidentaux étaient disposés à payer le prix fort du marché libre, supérieur à celui qui était calculé ou imposé par le Matdjar. Une telle éventualité se présentait en particulier quand les chargements conduits sur le Nil tardaient à arriver dans les dépôts de cet office et les marchands ne pouvaient pas obtenir suffisamment d’alun avant de quitter l’Egypte, leur départ étant déterminé par le système des vents méditerranéens. Ils ne procédaient à des achats sur le marché libre que s’ils étaient convaincus de s’assurer un bénéfice substantiel lors de la vente de l’alun en Occident.

  • 25 De nombreux termes reflétant la grande spécialisation des métiers et des occupations dans les pays (...)

21Les transactions des marchands égyptiens mentionnées plus haut portaient sur de petites quantités d’alun, ce que suggère également le traité d’al-Makhzûmî qui, on l’a vu, comporte une rubrique pour les ventes quotidiennes de cette denrée. L’achat de petits lots était également motivé par la nature du commerce des marchands égyptiens, qui était fort diversifié, ainsi que le révèlent les documents de la Geniza. Cette caractéristique, la faible consommation intérieure, examinée plus haut, et surtout l’emprise de l’État sur le circuit de l’alun expliquent sans nul doute l’absence de marchands spécialisés dans son commerce en Egypte. En effet, on n’y trouve pas de terme qui les désigne, contrairement à ceux qui étaient appliqués aux marchands pratiquant le commerce d’une denrée spécifique25.

22Un document de la Geniza du Caire rédigé entre 1060 et 1070 fait état de sept qintârs ou 650 kg environ d’alun kâwâri entreposés en Sicile à une époque quelque peu antérieure (Ben Sasson 1991, p. 24-28, doc. 6, fol. 1, marge droite ; Simonsohn 1997, p. 278-281, doc. 131). Cet alun provenait-il des oasis de Kâwâr via Surt en Libye ou du Wâhât égyptien via Alexandrie ? On ne peut le savoir. Son prix ne fournit aucune indication à ce sujet. La valeur du lot était estimée à dix pièces d’un quart de dinar sicilien, mais il est impossible de comparer ce prix avec celui de l’alun en Egypte, faute de données contemporaines sur le rapport entre les monnaies respectives de la Sicile et de ce pays. Le premier témoignage indiscutable sur l’exportation d’alun égyptien au Moyen Âge apparaît dans un acte notarié vénitien de 1072, donc contemporain du précédent (Morozzo della Rocca 1940, I, p. 10, doc. 11). Il rapporte que l’année précédente neuf sporte d’alun, sans précision sur sa nature, avaient été achetées à Alexandrie et entreposées à Modon, port dans le S. –O. du Péloponnèse, dans l’attente d’un navire pouvant les transporter à Venise. Comme le poids de la sporta variait entre 217 et 225 kg (Ashtor 1982, p. 475), le poids total du lot atteignait entre 1 953 et 2 025 kg. Il est évident que ce n’était pas l’unique chargement d’alun égyptien exporté vers l’Italie à cette époque. Les témoignages de ce genre se multiplient par la suite.

23Pline l’Ancien affirmait dans son Historia natu-ralis que l’alun le plus apprécié était celui d’Egypte (Pline l’Ancien XXXV, 184). Ce n’est toutefois pas uniquement l’alun, ni sa qualité qui attiraient les marchands italiens vers ce pays. Au XIe siècle l’Egypte était devenue le principal débouché méditerranéen des épices, matières colorantes et substances aromatiques, définies en tant qu’épices tout court au Moyen Âge, originaires d’une vaste région s’étendant depuis le Levant et la péninsule arabique jusqu’à l’Indonésie. Par conséquent, le commerce avec l’Égypte présentait un double intérêt pour les marchands italiens, malgré l’existence d’autres sources d’alun autour de la Méditerranée. Ils pouvaient y acquérir des épices et y bénéficiaient d’un prix préférentiel pour l’alun, inférieur à celui que le Matdjar exigeait des consommateurs locaux. Ce prix avait manifestement été établi afin de les d’induire à acheter l’alun en Égypte. Quant aux souverains égyptiens, la vente des épices orientaux et de l’alun aux marchands italiens constituait pour eux une importante source de revenus financiers et fiscaux. Mais, au delà, elle leur fournissait également un moyen de pression pour obtenir des marchands italiens la livraison de matières premières faisant cruellement défaut à l’Egypte, notamment le fer pour la fabrication d’armes et le bois de construction navale, voire celle d’armes et de navires. C’est pourquoi au XIIe siècle ils conditionnaient souvent l’octroi de privilèges commerciaux aux puissances maritimes italiennes à la livraison de ces matériaux (Jacoby 2001a, p. 102-110). Depuis une date qu’on ne peut point préciser, le Matdjar acquittait en alun les deux tiers du montant dû pour ses achats aux Italiens, après déduction des taxes qui leur étaient imposées au titre de leurs transactions commerciales (Cahen 1964, p. 259-261 ; Jacoby 2001a, p. 105). On a suggéré que ce mode de paiement avait été adopté afin d’éviter la fuite d’or (Cahen 1963, p. 436), mais comme la balance commerciale des Italiens avec l’Egypte était déficitaire, cette hypothèse doit être écartée. Tout or remis aux marchands occidentaux aurait donc dû être converti en monnaie égyptienne, s’il ne l’était déjà, pour financer leurs achats.

24Le transport maritime de grosses quantités d’alun, matière pondéreuse et volumineuse, s’accommodait parfaitement avec celui du bois et du fer exigés par les souverains égyptiens. Le rôle d’Amalfi, qui fut la première ville maritime italienne à jouir de la faveur des Fatimides, diminua rapidement dans le commerce maritime de l’Egypte au cours du XIIe siècle (Jacoby 2000, p. 47-50). Seules ses concurrentes, Pise, Gênes et Venise, étaient en mesure de fournir de grosses quantités de matériaux “stratégiques” et de construire des navires de plus grand tonnage permettant leur transport et l’abaissement des taux de fret. Par conséquent ces trois puissances accaparèrent le gros des exportations et de la distribution d’alun égyptien en Occident (Jacoby 2001a, p. 105-110). Leur rôle croissant dans ce domaine au cours du XIIe siècle reflète également une augmentation sensible du volume des exportations. Encore faut-il souligner que Pise et Gênes diversifièrent leur approvisionnement, grâce à leurs rapports commerciaux avec l’Espagne, le Maghreb et la Sicile, tant pour éviter des pénuries temporaires que pour profiter au mieux de la conjoncture économique. Le réseau commercial et maritime de l’alun qu’elles établirent en devint extrêmement complexe.

  • 26 Nouvelle datation justifiée dans l’introduction au document.
  • 27 Cf. R.-H. Bautier, Les relations commerciales entre l’Europe et l’Afrique du Nord et l’équilibre é (...)

25L’alun figure dans le tarif génois pour le pesage des marchandises, établi au plus tard en 1139. Son origine n’est pas spécifiée, mais comme il figure aux côtés du coton d’Alexandrie et d’Antioche et des épices orientaux, il y a tout lieu de croire qu’il provenait d’Égypte (Rovere 1992, p. 14-15, doc. 6)26. L’alun d’Alexandrie apparaît fréquemment dans des contrats commerciaux conclus à Gênes de 1160 à 1163 (Chiaudano 1935, I, p. 354, doc. 658 ; II, p. 39, doc. 882 ; II, p. 153-154, doc. 1106-1108 ; Schaube 1906, p. 168). Entre 1200 et 1203 il était réexporté de Savone vers Marseille et même vers le port marocain de Ceuta27. Mais, par ailleurs, Gênes importait également l’alun africain. En 1137 elle conclut un accord avec l’Almoravide Ali Ibn Yûsuf, qui régnait sur Marrakech et Tlemcen. Son contenu n’est pas connu, mais il devait sans nul doute faciliter l’achat d’alun africain, en particulier celui du site marocain de Sidjilmâsa. De son côté Pise, dont les industries du cuir et de la laine consommaient l’alun, conclut un traité avec le même Ali Ibn Yûsuf en 1133 et un autre en 1157 avec l’émir de Tunis, qui mentionne explicitement l’exportation de l’alun, évidemment africain (Schaube 1906, p. 275-279 ; Herlihy 1958, p. 137-142, 155-156 ; Gourdin 2002, p. 235-237). Il n’est pas exclu que, dans ce dernier cas, l’alun provenait des oasis de Kâwâr.

  • 28 Dans un acte de 1243 ou 1249 en faveur de l’évêque de Patti (Sicile), Frédéric II se réfère à l’ex (...)
  • 29 Il ne s’agit pas d’alun de Mazarrón de Lorca, près de Carthagène en Espagne, comme on le croit gén (...)
  • 30 Cf. G. Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale (fin XIème –début XIVème siècle). Ébauche d’u (...)

26Les échanges commerciaux entre les deux villes italiennes et les territoires du Maghreb se multiplièrent après la mainmise des Almoravides sur toute cette région, accomplie en 1160 (Gourdin 2002, p. 237-240). Entre autres, ils avaient pour objet l’alun africain. En 1161 un contrat génois envisageait un investissement en alun au retour de Bougie (Chiaudano 1935, II, p. 4, doc. 812). Un accord conclu à Gênes en 1192 enregistre la vente de 250 cantares de bel alun “de sucre” (Heyd 1885-1886, II, p. 569-570 ; Pegolotti 1936, p. 412) importé de Ceuta et, par conséquent, originaire de Sidjilmâsa (Hall 1938, II, p. 289, doc. 1857). Pise importait également des aluns de qualité médiocre pour le traitement des peaux de l’île d’Ischia, située à l’entrée du golfe de Naples, et de Vulcano, dans l’archipel des îles Lipari au nord de la Sicile28, celui de Majorque, port de transit, vers 1200, enfin, l’alun de “Castille” en 1222 (Herlihy 1958, p. 26, 31, 156, n. 85)29. Il en était de même de Gênes, dont les importations d’alun de “Castille” sont attestées dès le milieu du XIIe siècle, de Monte Argentario en 1227 (Lopez 1933, p. 24, 51, n. 9) et qui, avant 1254, réexportait l’alun de Vulcano à Narbonne (Mouynès 1871, p. 74). Au XIIIe siècle, Gênes continuait à servir de centre de distribution des aluns importés d’Afrique et les réexportait vers la Lombardie, la Provence et le Languedoc, Aigues-Mortes servant de relais important vers ces deux dernières régions30.

  • 31 Selon le testament inédit d’un marchand rédigé à Constantinople, préservé dans une copie de 1177 : (...)

27Venise était plus constante dans son approvisionnement en alun égyptien. En 1148 un navire vénitien de passage à Constantinople en avait six sporte à bord, destinées à Venise31. La mention de la sporta, unité de poids utilisée en Egypte, révèle l’origine de cet alun. En 1173 le Vénitien Romano Mairano, qui possédait un des plus gros navires naviguant en Méditerranée à cette époque, s’engageait à transporter de Venise en Egypte une cargaison de bois atteignant 450 tonnes. Il aurait donc pu rentrer avec un chargement d’alun de cet ordre, mais le voyage fut annullé (Jacoby 2001a, p. 110). En 1175 il revenait d’Alexandrie, entre autres avec un chargement d’alun pesant 33 1/3 milliaria vénitiens, soit 15,8 tonnes, pour le compte de Sebastiano Ziani, le doge de Venise en personne (Morozzo della Rocca 1940, I, p. 260-261, doc. 266). Le commerce de l’alun devait donc être lucratif. En 1184 le même Mairano conclut un contrat prévoyant l’acheminement vers Venise de 105 cantares, des qintârs djarwî, soit au total 9,7 tonnes d’alun de bonne qualité livré par la “douane” d’Alexandrie (extrada de tercia doane) (Morozzo della Rocca 1940, I, p. 341-342, doc. 345). Il s’agit évidemment du diwan ou office de l’État effectuant les paiements en alun pour le compte du Matdjar. En 1224 Venise interdit à ses propres sujets et à ceux des villes de l’Adriatique sous sa domination ou son contrôle de livrer des matériaux “stratégiques” à l’Égypte, et menaça les contrevenants de la confiscation des marchandises qu’ils en ramèneraient (Jacoby 2001a, p. 111-112). L’application de cette mesure est attestée en février 1226 aux dépens d’un marchand de Venise rentré d’Alexandrie avec une quantité non spécifiée d’alun, un autre de Zara avec deux sporte d’un poids variant de 217 à 225 kg (Ashtor 1982, p. 475), et un troisième de Vérone avec quatre sporte (Cessi 1931-1950, I, p. 95-96, 97-98, § 165, 166, 170). En novembre 1226 un citoyen de Pola en Istrie tentait de récupérer une cargaison d’alun d’Alexandrie séquestrée par les autorités vénitiennes (Cessi 1931-1950, I, p. 169, § 15). Il semble donc que de nombreux marchands faisant le voyage d’Alexandrie en ramenaient de l’alun.

  • 32 Cf. J.-M. Mouton, Saladin et les Pisans, in : Tous azimuts. Mélanges de recherches en l’honneur du (...)

28L’alun était parfois exporté d’Égypte par des dignitaires du pays. Un cas connu, qui ne devait pas être isolé, est celui de Tûrânshâh, frère aîné de Saladin. En 1173 il envoya un chargement d’alun pesant 225 qintârs djarwî ou 21 tonnes environ avec un marchand génois qui lui servait d’intermédiaire et qu’il avait chargé de rapporter diverses marchandises en échange. Le navire et l’alun à bord furent toutefois saisis en mer par des Pisans. L’affaire donna lieu à un échange de lettres entre Saladin et son neveu Taqî al-Dîn, gouverneur d’Alexandrie à ce moment, d’une part, et les autorités de Pise de l’autre (Amari 1863, p. 262-263, doc. VIII-IX). On a proposé que Tûrânshâh avait obtenu l’alun dans le cadre d’une vaste concession couvrant toute la Haute-Égypte et comprenant les oasis du désert occidental égyptien, avec les gisements d’alun exploités jusque là par l’État32. Plusieurs facteurs militent contre cette hypothèse. Ainsi qu’on l’a constaté plus haut, les gisements n’étaient pas exploités par l’État, mais par des Bédouins à titre privé. Si l’alun qu’ils récoltaient avait été cédé directement au bénéficiaire, celui-ci aurait eu à sa charge les formalités, l’organisation et les frais d’achat et de transport jusqu’à Alexandrie, assumés généralement par le Matdjar. Il semble donc beaucoup plus plausible que l’alun cédé par Saladin provenait des dépôts de cet office à Alexandrie, d’où il fut expédié à Gênes. Depuis le XIe siècle, sinon plus tôt, les sultans et dignitaires égyptiens engageaient parfois des opérations commerciales par l’intermédiaire de marchands ou en conjonction avec eux. Gràce à leurs fonctions ils pouvaient exercer de fortes pressions sur les marchands autochtones, soumis à leur autorité, ainsi que sur les étrangers, dont les opérations commerciales en Egypte dépendaient dans une grande mesure de leur bonne volonté (Udovitch 1988, p. 57-65).

  • 33 Cahen, qui calcule le prix en monnaie égyptienne, n’a toutefois pas remarqué que la vente avait eu (...)
  • 34 A. A. Beugnot (éd.), Livre des Assises de la Cour des Bourgeois, in : idem, Recueil des Historiens (...)

29Les ports occidentaux n’étaient pas les seules destinations de l’alun égyptien. On a vu plus haut qu’au XIIe siècle il était également exporté vers les territoires francs du Levant. En 1176 un chargement dont le poids reste inconnu était vendu à Tyr pour l’équivalent de 8 dinars égyptiens le qintâr djarwî, prix comprenant les frais de transport maritime à partir d’Alexandrie et le bénéfice du vendeur (Morozzo della Rocca 1940, I, p. 444-445, nos 454- 454-455 ; Cahen 1963, p. 436, n. 20)33. La première section du tarif d’Acre, rédigée avant 1187, cite l’alun parmi les denrées taxées lors de leur passage à la fonde, le péage douanier contrôlant le commerce de la ville avec son arrière-pays34. Il y était donc acheminé par voie de terre, ce qui concorde avec le témoignage mentionné plus haut au sujet des caravanes d’alun passant vers 1181 par Suez en direction des territoires francs. Acre était manifestement une de leurs destinations principales, sinon la seule. Une partie de cet alun devait être consommé sur place, mais en majeure partie il était sans nul doute exporté vers l’Occident.

  • 35 Correction de la datation par Heyd 1885-1886, I, p. 401-404.
  • 36 C. Froux Otten, Les Pisans en Égypte et à Acre dans la seconde moitié du XIIIe siècle : documents (...)

30Dès le début du XIIIe siècle on perçoit un relâchement de la politique égyptienne contraignant les marchands italiens à accepter des paiements de l’État en alun. Le traité de 1208 entre Venise et l’Égypte stipula que les marchands vénitiens seraient libres d’acquérir les marchandises qu’ils désiraient et qu’on ne pourrait pas leur imposer d’en acheter ou d’en recevoir contre leur gré (Tafel 1856-1857, II, p. 188)35. Cette règle fut confirmée dans les traités de 1238 et de 1254, qui mentionnent à ce propos la doana (Tafel 1856-1857, II, p. 341, 485). On a vu plus haut que cet office effectuait les paiements en alun pour le compte du Matdjar. Le traité de 1215 entre l’Égypte et Pise cite l’alun dans un contexte semblable à ceux conclus avec Venise (Amari, Diplomi, p. 285, doc. XXIV, § 7, et p. 288, doc. XXV, § 7). Un paiement en alun par la dugana ou “douane” d’Alexandrie à un Pisan est encore attesté en 1252, mais il faut croire qu’il n’avait pas été imposé36. Les raisons conduisant au changement de pratique en faveur des Vénitiens et des Pisans dans les deux premières décennies du XIIIe siècle restent obscures. Il n’est toutefois pas exclu qu’elles aient été partiellement liées au commerce croissant d’alun africain, dont il a été question plus haut, et surtout à la diffusion des aluns d’Alep et d’Asie Mineure sur les marchés méditerranéens. Ces derniers ne sont pas encore attestés dans les deux premières décennies du XIIIe siècle, mais les grosses lacunes de notre documentation pourraient en être responsables.

  • 37 Le qualificatif “provençal” est appliqué à cinq villes du Midi de la France et de la Catalogne dan (...)
  • 38 Cf. M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, 1098-1150, Paris, 1988 (Institut français d’archéologie (...)

31Les marchands de Marseille, Montpellier et autres villes dites “provençales”37, qui ne jouissaient pas de privilèges commerciaux en Egypte, se tournèrent dans la première moitié du XIIIe siècle vers la Syrie et l’Asie Mineure pour s’y approvisionner en alun. Ils mirent ainsi fin au quasi-monopole acquis par Gênes dans la distribution de l’alun oriental en Provence, au Languedoc et aux foires de Champagne. Tant le lieu d’extraction que la qualité de l’alun d’Alep restent inconnus. On a proposé la région d’Édesse, mais sans aucune source à l’appui (Heyd 1885-1886, II, p. 568). Cette suggestion a néanmoins été reprise par divers auteurs. Notons que l’alun ne figure pas parmi les ressources minérales documentées dans cette région au XIIe siècle38. L’alun d’Alep pourrait être identique à la variété verdâtre de Syrie, mélangée à l’argile et des cailloux, signalée par al-Râzî, auteur des IXe-Xe siècles mentionné plus haut (Singer 1948, p. 55). Cet alun aurait donc été de qualité médiocre et relativement bon marché. Le manuel de commerce du Florentin Francesco Balducci Pegolotti, rédigé entre 1330 et 1345 (Pegolotti 1936, Introduction, p. XX-XXXIV) précise en effet, au sujet de la qualité de l’alun, que quanto è (...) più netto di pietree di sabbione, tanto è meglioe più vale (Pegolotti 1936, p. 369-370).

32L’identification de l’alun dit d’Alep proposée ici exclut l’hypothèse selon laquelle il aurait été un produit d’excellente qualité (Heers 1961, p. 395, n. 4). On a même suggéré qu’il venait de Koloneia (Sebinka-rahisar), site d’Asie Mineure dans la vallée du Lycus au S. –O. de Trébizonde produisant le meilleur alun connu à l’époque médiévale tardive, ainsi qu’on le verra plus loin, et qu’il était amené à Alep par caravane (Cahen 1963, p. 443). Un trajet aussi long et difficile à travers la chaîne du Taurus n’est guère plausible, vu que l’alun de Koloneia pouvait être exporté plus rapidement et à moindre frais par des ports de Mer Noire beaucoup plus proches du lieu de production. D’ailleurs, à l’époque ottomane l’alun de Koloneia expédié à Alep empruntait sur la plus grande partie de son parcours la voie maritime, depuis un port de la Mer Noire jusqu’à la région d’Antioche (Faroqhi 1979, p. 165, 168, n. 59 ; Edwards 1985, p. 36). Deux documents fournissent les prix payés en 1248 à Marseille pour l’alun d’Alep (Blancard 1884-1885, II, p. 119-120, doc. Π/614 ; II, p. 267-268, doc. II/946), mais il est impossible d’en déduire quoi que ce soit au sujet de sa qualité, faute de données contemporaines de même type concernant d’autres variétés d’alun.

  • 39 Cf. L. Méry et F. Guindon, Histoire analytique et chronologique des actes et des délibérations de (...)
  • 40 M. Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857, I, p. 84, 91, (...)
  • 41 G. Rosso (éd.), Documenti sulle relazioni commerciali fra Asti e Genova (1182-1310) con appendice (...)

33L’alun d’Alep est documenté dans le tarif douanier de Marseille datant de 1229 et aux foires de Champagne dès 123439. Il y était donc importé depuis quelque temps déjà. Un contrat pour le transport d’alun d’Alep et de gingembre pesant de 70 à 80 “charges”, soit de 8 736 à 9 984 kg, sans nul doute en majorité d’alun, fut conclu à Marseille en 1248. Notons que la marchandise appartenait à un marchand d’Acre ou originaire de cette ville (Blancard 1884-1885, II, p. 145-146, doc. II/681). Or celle-ci était à cette époque le port principal de l’Orient latin, par lequel transitaient des marchandises acquises entre autres à Alep par des habitants d’Acre même, ainsi que par des marchands occidentaux de passage (Jacoby 2001b, p. 234-237, 255). Des chargements d’alun d’Alep pesant respectivement 2648 kg et 3 744 kg sont attestés à Marseille en 1248, ce dernier étant vendu par un Placentin à un Marseillais, avec paiement à Montpellier (Blancard 1884-1885, II, p. 119-120, doc. II/614 ; II, p. 267-268, doc. II/946). Cet alun est également mentionné à Marseille en 125040. En 1262 le roi Jayme Ier d’Aragon, seigneur de Montpellier, confirmait qu’un marchand de cette ville lui avait livré quinze balles d’alun d’Alep pesant chacune 89,5 kg environ (Germain 1861, I, p. 248-249, doc. XXXVI). Cet alun est qualifié de « bon » et « pur », ce qui implique qu’il avait été débarrassé de ses impuretés et confirme indirectement sa qualité médiocre, suggérée plus haut. L’alun d’Alep est également signalé à Narbonne en 1273 (Mouynès 1871, p. 130), ainsi qu’à Gênes en 1250 et 127441.

34Il apparaît également dans les territoires des rois d’Aragon situés au sud de Montpellier, y compris dans la péninsule ibérique, où il était importé par leurs sujets provençaux, du moins en partie. Il figure dans les tarifs douaniers de Collioure en 1252 et 1297 ( ?) (Gual 1968, p. 105, doc. IX, 71 ; p. 164, doc. XXIV, 59), Valence en 1258 et 1271 ( ?) (Gual 1968, p. 97, doc. VIII, 67 ; p. 117, doc. XII, 105 ; p. 124, doc. XIII, 113), Barcelone en 1271 (Gual 1968, p. 128, doc. XIV, 13), et Tortose en 1298 (Gual 1968, p. 170, doc. XXV, 62). Notons que ces villes utilisaient également l’alun de “Castille”, notamment Valence en 1252 (Gual 1968, p. 95, doc. VIII, 8 ; p. 202) et ceux de Bougie et de Tlemcen, comme Barcelone en 1271 (Gual 1968, p. 128, doc. XIV, 13), enfin, celui de Vulcano. L’alun d’Alep n’est plus mentionné au XIVe siècle, selon toute vraisemblance parce que sa commercialisation en Occident a progressivement diminué, puis complètement cessé, suite à la diffusion croissante de grosses quantités d’aluns orientaux de meilleure qualité et celle d’aluns africains. Si l’alun importé par les Génois de Beyrouth au XIVe siècle avait été identique à celui d’Alep, comme on l’a avancé (Heers 1961, p. 395), pourquoi n’aurait-il pas été désigné comme tel ? Cet alun devait par conséquent provenir d’une autre région. Il en sera question plus loin.

  • 42 Cf. J. –Cl. Cheynet, Chypre à la veille de la conquête franque, in : Les Lusignans et l’Outremer ( (...)
  • 43 Cf. K. Erdmann, Das anatolische Karavansaray des 13. Jahrhunderts, Berlin, 1961, I, et carte à la (...)

35À l’époque où ils achetaient l’alun d’Alep, les Provençaux acquéraient également celui du sultanat seldjukide de Rûm en Asie Mineure. La production et l’exportation de cet alun, stimulées par la demande occidentale, étaient vraisemblablement pratiquées sur assez grande échelle dès avant 1236. À cette date les Provençaux devaient en exporter de grosses quantités, puisqu’ils l’inclurent explicitement parmi les marchandises provenant du sultanat pour lesquelles ils demandèrent une réduction des taxes d’importation à Chypre. La charte du roi Henri Ier de Lusignan en faveur des Provençaux, octroyée en cette même année, ne précise pas le site dont provenait l’alun du sultanat, mais on peut aisément l’identifier. L’alun seldjukide expédié vers Chypre devait transiter par Antalya (ancienne Attaleia, Satalia dans les documents occidentaux). Ce port, situé sur la côte méridionale de l’Asie Mineure, entretenait des rapports commerciaux suivis avec Chypre dès le XIIe siècle42. À partir de 1207, il constituait le principal débouché méditerranéen du sultanat (Cahen 1953, p. 93, 96-98). Pegolotti, qui séjourna en Chypre de 1324 à 1329 et à nouveau en 1336 (Pegolotti 1936, Introduction, p. XX-XXII), rapporte qu’Antalya exportait une partie de l’alun de Kutahya, qui y parvenait après un trajet de quatorze jours. On a toutes les raisons de croire qu’il en était ainsi dès la première moitié du XIIIe siècle. Fait significatif, la route très fréquentée reliant les deux villes était jalonnée de caravansérails construits au cours de ce même siècle43. C’est donc à l’alun de Kutahya que fait allusion le texte de 1236. La région était occupée par les Turcs dès 1180 environ (Cahen 1963, p. 441, n. 38), mais l’exploitation sur grande échelle des gisements, qui se trouvaient à Gediz, à quelques 60 km au S. –O. de cette ville (Faroqhi 1979, p. 156, 160), ne dut commencer que quelques décennies plus tard (fig. 2, p. 262). De qualité moyenne, l’alun de Kutahya était vendu dans un mélange de gros et de petits cristaux, dans une proportion qui n’est pas précisée. Ces derniers, de moindre qualité, étaient ramassés au fond des cuves servant à la fabrication de l’alun (Pegolotti 1936, p. 368, 370).

  • 44 Cf. D. Jacoby, Silk crosses the Mediterranean, in : Le vie del Mediterraneo. Idee, uomini, oggetti (...)
  • 45 Texte réédité par H. E. Mayer, Marseilles Levantehandel und ein akkonensisches Fälscheratelier des (...)
  • 46 L. Balletto (éd.), Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Laiazzo da Federico di Piazzalunga ( (...)

36Les Provençaux n’étaient apparemment pas les seuls marchands occidentaux à exporter l’alun du sultanat seldjukide à cette époque. La présence de Génois à Antalya est attestée dans les deux premières décennies du XIIIe siècle44, et leur activité commerciale dans le sultanat continua tout au long de ce siècle (Bautier 1970, p. 281-282). On y trouvait également des Vénitiens et des Pisans (Predelli 1903, p. 60-61, § 27, et p. 134-135, § 70 ; Cahen 1953, p. 96-97). La charte de 1236 du roi Henri Ier de Lusignan distingue entre alun vendu en Chypre et celui qui est de passage, ce qui implique le transbordement et le groupement de chargements dans un port chypriote, afin d’assurer leur transport vers les ports occidentaux sur de plus gros navires à des taux de fret plus avantageux. La référence aux importations d’autres pays du Levant en Chypre suggère que l’alun d’Alep et peut-être même celui d’Egypte, amené via Acre, passaient également par l’île45. Notons un contrat de 1274 prévoyant l’embarquement d’alun appartenant à deux Barcelonais à Palli, port du royaume arménien de Cilicie sur le golfe d’Alexandrette, en vue de son transfert à Barcelone. Le poids de cet alun est énoncé en cantares d’Acre, ce qui suppose qu’il avait transité par cette ville et que, par conséquent, il provenait d’Égypte46. On a vu plus haut que l’alun égyptien parvenait à Acre par caravane.

  • 47 Les dates mentionnées sont respectivement celles du début du voyage de Simon de Saint-Quentin et d (...)

37La production d’alun dans le sultanat seldjukide n’était pas limitée à la région de Kütahya. Le missionaire Simon de Saint-Quentin apprit entre juillet 1246 et 1248 qu’une alunière fort riche « valant une mine d’argent » était exploitée à proximité de Sebasteia ou Sivas (Simon de Saint-Quentin 1965, 69)47. Il faut l’identifier avec le site de Koloneia, peut-être exploité dès le 1er siècle de n. è, puisque Pline mentionne le Pont parmi les régions produisant l’alun (Pline l’Ancien XXXV, 184) (fig. 2). On ne peut toutefois pas déterminer dans quelle mesure sa fabrication y continua jusqu’à la première moitié du XIIIe siècle. Toujours est-il qu’il faut situer l’expansion de la production à cette époque. Pegolotti considérait que l’alun de roche de Koloneia était le meilleur alun produit au Levant et en Romanie, ce dernier terme désignant l’ensemble des régions byzantines et autrefois byzantines. Cet alun était vendu soit à l’état pur, soit mélangé à la source, allume di sorta della buona allumiera. Le mélange était composé de 2/5 de gros et 3/5 de petits cristaux de même origine. L’imposante forteresse de Sebinka-rahisar surplombant le site de Koloneia a été construite par les Seldjukides, qui dominèrent la région de 1202 à 1325 environ (Edwards 1985, p. 45-53). Elle témoigne de l’importance qu’ils attachaient aux alunières du site et aux revenus qu’ils en tiraient.

38Pegolotti rapporte que l’alun de Koloneia, parfois qualifié d’« alun de Trébizonde », était exporté par Kerasous (Giresun), port de la Mer Noire situé à 75 km environ à l’ouest de Trébizonde et compris dans l’empire grec de ce nom, où il arrivait après sept jours de transport (Pegolotti 1936, p. 43, 306, 368, 369). C’était probablement le cas dès avant 1261. Les ruines d’au moins cinq caravansérails ont été retrouvées entre Koloneia et Kerasous (Bryer 1982, p. 148). L’alun de Koloneia était transféré par cette route jusqu’au XIXe siècle (Edwards 1985, p. 36, 37, n. 55). Il n’y a aucune raison de penser que vers la fin du XIIIe siècle il était détourné vers Trébizonde ou que, vers 1340, il transitait en majeure partie par Sivas et Konya vers un port méditerranéen, ou encore vers la Mer Égée par Phocée, ainsi qu’on l’a affirmé (Bryer 1982, p. 148-149). Des parcours aussi longs par voie de terre auraient été extrêmement coûteux et doivent donc être écartés. Même si les Turcs empêchèrent le transport de l’alun le long de la route Koloneia-Kerasous dans les années quarante du XIVe siècle (Edwards 1985, p. 37), ce qui n’est guère certain, les interruptions ont dû être de courte durée. En outre, la qualité supérieure de l’alun de Koloneia exclut totalement l’hypothèse qu’il arrivait à Phocée et y était vendu sous le nom de ce site.

39Simon de Saint-Quentin mentionne la découverte d’une autre alunière (invenitur [...] alumnis minera) en territoire seldjukide près de Hacsar (Simon de Saint-Quentin 1965, p. 69). Elle ne peut donc pas être identique à celle de Kütahya, dèjà exploitée antérieurement. Il faut probablement l’identifier avec Karacahisar, située dans le S.-O. de l’Asie Mineure.

40Notons qu’au XIVe siècle l’alun était vendu dans deux localités situées à une vingtaine de km de Karacahisar, Mylasa au N. et Asinkalesi (l’ancienne lassos) sur le golfe de Mandalya au N. –O. (Zachariadou 1983, p. 168, 199-200, doc. III, § 28, et p. 223, doc. VIII, § 28) (fig. 2). Nous y reviendrons plus loin.

  • 48 Itinerarium Willelmi de Rubruc, in : A. Van den Wyngaert (éd.), Sinica Franciscana. I, Itinera et (...)

41Peu après la visite de Simon de Saint-Quentin en 1245, en tout cas avant celle d’un autre missionnaire, Guillaume de Rubrouck, en 1253, le sultan Kay-Khusraw II (1235-1246) ou son successeur Izz al-Dîn Kay-Kâûs II (1246-1261) établit un monopole sur l’alun. Guillaume de Rubrouck rapporte que deux Latins le détenaient conjointement, de toute évidence en contrepartie d’un paiement, et fournit d’importantes précisions à son sujet. Les bénéficiaires étaient Niccolò de San Siro, un Génois d’Acre, et Bonifacio de Molino, un Vénitien résidant dès 1243 à Konya, capitale du sultanat (Cahen 1953, p. 99 ; Cahen 1963, p. 443 ; Jacoby 2001b, p. 250). Le sultan ne pouvait vendre l’alun qu’aux deux associés, ce qui suggère qu’il exploitait directement les alunières ou qu’il les affermait. En tout cas, leur produit devait lui être obligatoirement livré, ce qui rappelle le régime en vigueur en Egypte à la même époque. Seuls les concessionnaires étaient autorisés à vendre l’alun de Turquia, terme désignant le territoire seldjukide dans ce contexte. Nous ne savons point s’ils détenaient le monopole sur la vente à l’intérieur du sultanat. La consommation devait en tout cas y être inférieure à la demande extérieure, comme en Egypte. L’objet principal de la concession était manifestement l’exportation, dont le sultan espérait tirer le plus de revenus. La création du monopole, dont la durée est inconnue, avait entraîné un renchérissement considérable de l’alun, dont le prix avait plus que triplé par rapport à l’époque antérieure48. Cette dernière affirmation ne doit pas être prise à la lettre, mais il ne peut faire de doute qu’une hausse sensible du prix était intervenue. Elle s’explique par le taux de la ferme que les deux associés devaient acquitter au sultan, ainsi que par les bénéfices substantiels qu’ils recherchaient. N’empêche que le prix auquel ils vendaient l’alun du sultanat devait rester compétitif, ce qui suppose un accroissement de la demande occidentale à cette époque.

  • 49 La graphie du terme désignant l’alun de roche diffère selon la langue ou le dialecte utilisés. On (...)
  • 50 Sur le système de fret appliqué, cf. J. E. Dotson, A Problem of Cotton and Lead in Medieval Italia (...)
  • 51 Β. Boncompagni (éd.), Scritti di Leonardo Pisano, I. Il Liber abbaci di Leonardo Pisano, Rome, 185 (...)

42On trouve confirmation indirecte de cet accroissement dans deux séries de statuts maritimes vénitiens du XIIIe siècle traitant entre autres du transport d’alun oriental vers Venise. Le statut de 1233 mentionne l’alun sans indication de provenance ou de nature. En revanche, celui de 1255 cite l’alun blanc d’Alexandrie (alumen album de Alexandria) et l’alun de roche (alumen de roza) sans préciser son origine (Predelli 1903, p. 73, § 2 et p. 160, § 104)49. Il est possible que l’alun blanc égyptien provenait de la région d’Idfû. On a vu plus haut qu’une partie de cet alun était livré au Caire entre 1218 et 1248, donc précisément à la même époque. Il devait être très apprécié des marchands occidentaux. L’alun de roche pouvait être originaire d’Égypte ou d’Asie Mineure. Dans ce dernier cas, il devait être embarqué à Antalya, port fréquenté par les navires vénitiens, ainsi qu’en témoignent les mêmes statuts maritimes et, indirectement, d’autres sources (Predelli 1903, p. 60-61, § 27 et p. 134-135, § 70 ; Cahen 1953, p. 96-97). La comparaison des statuts de 1233 et de 1255 révèle un développement significatif au sujet de l’alun. En 1233, il était inclus parmi les denrées astreintes à un taux de fret moyen, tandis qu’en 1255 il figurait parmi les marchandises pouvant servir de lest à bord des navires rentrant à Venise et, en tant que tel, il était entièrement dispensé du fret50. Cette utilisation de l’alun, matière pondéreuse, n’était pas nouvelle, puisque le manuel de mathématique du Pisan Leonardo Fibonacci, rédigé en 1202, la mentionne comme très ancienne51. Le fait le plus important pour notre propos est que la disposition de 1255 reflète une augmentation sensible des cargaisons d’alun oriental à destination de Venise en l’espace d’une vingtaine d’années. Venise encourageait manifestement son importation et assurait ainsi la stabilité des navires en mer. L’État, les importateurs et les armateurs y trouvaient leur compte.

  • 52 Au sujet de ce manuel, que je compte éditer prochainement, cf. pour le moment D. Jacoby, A Venetia (...)
  • 53 G. Monticolo et Ε. Besta (éd.), I capitolari delle arti veneziane sottoposte alla Giustizia e poi (...)
  • 54 Cf. R. Lopez/G. Airaldi (éd.), Il piu antico manuale italiano di pratica della mercatura, in : Mis (...)

43Un manuel de commerce vénitien rédigé à Acre vers 1270 fournit des indications supplémentaires concernant le commerce de l’alun52. L’alun de roche, dont l’origine n’est pas précisée, était vendu à Montpellier et à Venise, qui importait également l’alun de “Castille” et celui de l’île de Vulcano. Des édits vénitiens de 1271 stipulent que ce dernier alun ne doit pas être mélangé à d’autres et qu’il faut obligatoirement déclarer à la vente avec quel alun les peaux et les cuirs ont été traités53. Venise avait donc diversifié son approvisionnement au cours du XIIIe siècle, ce qui est confirmé pour les premières décennies du XIVe siècle par un autre manuel de commerce vénitien, le Zibaldone da Canal, qui mentionne lui aussi l’alun de Vulcano (Stussi 1967, p. 71). Notons qu’à Venise on utilisait deux systèmes de poids pour l’alun, la livre légère de 301 gr pour l’alun de roche et la livre lourde de 477 gr pour les autres qualités (Stussi 1967, p. 57, 71 ; Pegolotti 1936, p. 138, 141). Fait curieux, on ne trouve aucune mention d’alun dans le manuel de commerce rédigé à Pise en 1278, donc contemporain de celui d’Acre, bien qu’il traite également du commerce méditerranéen avec une attention particulière à Alexandrie et à Acre54.

44La demande croissante d’alun stimula sans nul doute l’intensification de la production sur les sites de Kütahya et de Koloneia et conduisit à la mise en exploitation de nouvelles alunières en Asie Mineure, en premier lieu dans le voisinage de Phocée (fig. 2). La production et le commerce de l’alun de ce site sont particulièrement bien documentés, mais il existe beaucoup d’inexactitudes et de confusions à leur propos, même dans des publications récentes. On a d’ailleurs accordé une importance démesurée à l’alun de Phocée dans le cadre du commerce de l’alun oriental, ainsi qu’on le verra plus loin.

  • 55 Nouvelle édition par M. Pozza et G. Ravegnani, I trattati con Bisanzio, 992-1198 (Pacta veneta, 4) (...)
  • 56 H. Ahrweiler, L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turque (...)

45Phocée figure parmi les localités énumérées dans la charte de privilège octroyée par l’empereur Alexis Ier Comnène à Venise en 108255. Elle était donc fréquentée par les marchands vénitiens dès avant cette date. À la suite du traité de Nymphée, conclu entre l’empereur Michel VIII Paléologue et Gênes en 1261, des Génois résidaient à Smyrne, port principal du littoral égéen situé non loin de Phocée56. On ne trouve toutefois aucun témoignage relatif à l’alun de cette région pendant la période intermédiaire. Même si on l’y avait produit, ce ne pouvait être qu’à une échelle fort réduite et dans le cadre d’une entreprise ayant tout au plus un caractère artisanal. L’hypothèse d’un monopole impérial sur l’exploitation d’alunières, qui supposerait une production importante d’alun, doit donc être résolument écartée. Il en est de même de la suggestion que les empereurs byzantins interdisaient le commerce de l’alun dans l’Empire byzantin (Cahen 1963, p. 441, 445).

  • 57 Selon Pachymérès 1984, II, p. 535, c’était Manuele, le seul dont il fait état, qui obtint la conce (...)

46Il y a toutes les raisons de croire que le monopole sur l’exportation de l’alun du sultanat seldjukide, mentionné plus haut, existait toujours vers 1260. Il induisit les frères Manuele et Benedetto Zaccaria à rechercher l’alun dans d’autres régions. Les conditions étaient particulièrement propices dans l’Empire byzantin, compte tenu de l’absence de monopole impérial et des bons rapports de l’un d’entre eux avec Michel VIII. Après avoir appris l’existence de gisements d’alunite à proximité de Phocée, ils firent sans nul doute prospecter la région afin de pouvoir évaluer son potentiel de production, puis en obtinrent la concession57. Selon toute vraisemblance, c’est en 1264 (Lopez 1933, p. 11-13 ; Lopez 1975, p. 331 et n. 7) que Michel VIII octroya à Manuele ou Benedetto Zaccaria les régions montagneuses dans le voisinage de Phocée en contrepartie d’un paiement annuel, dont le montant reste inconnu (Pachymérès 1984, II, p. 535 ; Ducas 1958, p. 207, chap. XXV, § 5). Le site comportait deux avantages importants. Les alunières qui furent exploitées étaient proches de Phocée et, par conséquent, les frais de transport terrestre étaient minimes. En outre, l’embarquement de l’alun à Phocée pouvait se faire sur de gros navires. Au début du XXe siècle des embarcations de 600 à 800 tonnes venaient y charger du sel (Hasluck 1908-1909, p. 257), tonnage qui correspond à celui des navires génois transportant l’alun dans la première moitié du XVe siècle, ainsi qu’on le verra plus loin.

47La concession que les Zaccaria obtinrent était plus restreinte sur le plan géographique que celle dont jouissaient les deux Italiens dans le sultanat seldjukide en 1253, puisqu’elle n’avait trait qu’à un seul site. En revanche, sur le plan économique leur monopole dépassait de loin celui des deux associés, limité à la vente, voire à l’exportation, puisqu’il comprenait aussi bien l’exploitation du site de Phocée que la commercialisation exclusive et sans restriction de son produit. On peut se demander si l’empereur Michel VIII avait évalué l’ampleur des revenus qui pouvaient être réalisés par la fabrication et la vente de grosses quantités d’alun, puisque ces opérations n’avaient jamais été effectuées auparavant sur grande échelle en territoire byzantin. Quoiqu’il en soit, il est probable que sa concession de Phocée aux Zaccaria fut motivée en premier lieu par des considérations d’ordre stratégique. Afin d’exploiter Phocée et d’écouler son produit, les Zaccaria devaient appuyer l’empereur à contenir les Turcs d’Asie Mineure et contribuer à la police de la Mer Égée, infestée de pirates (Lopez 1933, p. 12-13, 27-28).

  • 58 Ramon Muntaner, Crônica, chap. 234, in : F. Soldevilla (éd.), Les quatres grans cròniques, Barcelo (...)

48En juillet 1268 Benedetto Zaccaria établit à Gênes une procuration concernant 201 sacs d’alun pesant environ 350 cantares génois ou 16,6 tonnes, dont certains étaient déposés à Gênes et d’autres à Aigues-Mortes. L’origine de cet alun n’est pas précisée, mais il est probable qu’il provenait en partie de Phocée, où l’exploitation des gisements et la fabrication de l’alun avaient été intensifiées avec l’apport de main-d’œuvre grecque et latine (Lopez 1975, p. 351-352, doc. XVII ; Balard 1978, II, p. 771). Le site prit un essor considérable sous la gestion conjointe des deux frères, malgré certains différends entre eux (Lopez 1975, p. 329-338 ; Balard 1978, II, p. 777-778). Ce fut probablement Benedetto qui construisit entre 1286 et 1296 la Nouvelle Phocée, à une douzaine de km environ au N.-E. de ce qu’on appellera désormais l’Ancienne Phocée (Lopez 1933, p. 221-223). En 1305 il occupa l’île de Chio, qui lui fut cédée après coup par l’empereur Andronic II pour dix années, puis à nouveau pour deux périodes de cinq années, toujours sous souveraineté byzantine. L’occupation de Chio avait entre autres objectifs de protéger la voie maritime permettant l’écoulement de l’alun de Phocée vers Gênes (Laiou 1972, p. 152-153, 261). Selon Muntaner, quand des membres de la Compagnie catalane attaquèrent le site en 1307, il s’y trouvaient trois mille Grecs occupés à produire l’alun, auxquels il faut ajouter le personnel latin qui les encadrait58. Le chiffre avancé par Muntaner est nettement exagéré puisqu’en 1557, avec la même technologie, 711 ouvriers directement engagés dans l’exploitation des gisements d’alunite et dans la fabrication de l’alun à Tolfa, dans les territoires pontificaux en Italie, produisaient quelques 34 000 cantares (Delumeau 1962, p. 76-77, 125), alors que Phocée n’en fournissait que 14 000 environ vers 1340 (Pegolotti, 1936, p. 369). Toujours est-il que Phocée devint une grande entreprise industrielle entre 1264 et 1307. À la mort de Benedetto en cette dernière année son frère Manuele lui succéda, mais il mourut à son tour deux années plus tard (Lopez 1933, p. 223-225, 228-231).

  • 59 Au XIIIe siècle ces deux variétés, sans mention d’origine, apparaissent dans les tarifs douaniers (...)
  • 60 Balard 1978, II, p. 773, semble suggérer l’exploitation des mines par des Génois, ce qui est exclu

49Dès le début de leur exploitation de Phocée, les Zaccaria durent faire face à la concurrence de Koloneia. Les deux variétés d’alun de ce site, à l’état pur ou en mélange, étaient les meilleures parmi les aluns orientaux. Elles n’auront donc jamais été vendues en tant qu’ “alun de Phocée”, comme on l’a suggéré (Bryer 1982, p. 149), puisque ce dernier était de qualité inférieure. Selon Pegolotti, donc entre 1330 et 1345, il était commercialisé uniquement dans un mélange identique à l’allume di sorta de Koloneia (Pegolotti 1936, p. 43, 293, 369). Des contrats postérieurs à cette date font pourtant état de chargements séparés d’alun de roche et de petit alun de Phocée, ce dernier attesté en 1414 dans deux variétés, l’une blanche et l’autre rouge (Doehaerd 1952, p. 160-163, doc. 168)59. Les deux variétés de Koloneia étaient également fort compétitives, malgré les frais de transport élevés par voie de terre jusqu’à Kera-sous, où les Génois l’achetaient60. Un chargement d’alun de Koloneia appartenant à un Génois est signalé à Constantinople à une date antérieure à mars 1274 (Balard 1978, II, p. 773). Le volume des exportations de ce site devait être appréciable, puisqu’il inquiétait les Zaccaria au point de les inciter à demander à Michel VIII d’interdire aux Génois le passage de l’alun de la Mer Noire en Méditerranée, ce que l’empereur leur accorda au printemps de 1275 (Pachymérès 1984, p. 535-537).

  • 61 G. Bertolotto (éd.), Nuova serie di documenti sulle rela-zioni di Genova con l’Impero bizantino, A (...)

50Cette mesure ne mit pas immédiatement fin à l’activité des concurrents génois. Au printemps de 1276 (Pachymérès 1984, p. 538, n. 3) des Génois de la métropole à bord d’une grande nef s’emparèrent d’un chargement d’alun en Mer Noire, sans nul doute destiné à Gênes. Décidés à enfreindre l’interdiction impériale, ils tentèrent ensuite de franchir les Détroits, mais furent capturés et aveuglés sur l’ordre de Michel VIII. Les sources byzantines rapportant l’incident attribuent cette mesure uniquement au refus des Génois de reconnaître la souveraineté impériale, ce qui ne reflète certainement pas la réalité. Gênes répliqua au mois de mai suivant par le boycottage des ports byzantins, qui ne fut levé qu’en 1278, sans nul doute en contrepartie de l’annulation de l’édit de 1275. La tentative des Zaccaria de bloquer les exportations à partir de la Mer Noire, qui lésait les intérêts d’autres Génois, avait donc échoué (Balard 1978, II, p. 776-777). Un navire génois transportant de l’alun de Koloneia appartenant à Manuele de Marini et ses associés fut néanmoins capturé en Mer Egée par la flotte impériale dans les années suivantes et la cargaison fut confisquée à Thessalonique, probablement entre 1278 et 1282. La compensation de 2 000 hyperpères d’or promise par Michel VIII, mort en 1282, n’avait pas encore été payée en 129461.

  • 62 Sur les diverses catégories de Génois, cf. D. Jacoby, Les Génois dans l’Empire byzantin : citoyens (...)
  • 63 Document signalé par Β. Z. Kedar, Segurano-Sakran Sai-vaygo : un mercante genovese al servizio dei (...)

51Un acte notarié établi en 1281 à Péra, le quartier génois de Constantinople, énonce le poids de l’alun en livres de Trébizonde, ce qui indique clairement son origine de Koloneia (Bratianu 1927, p. 88, doc. XXV). Une procuration rédigée en 1289 à Caffa, port de Crimée, mentionne 500 cantares d’alun du même site appartenant à Giorgio Doria, qui devait encore en livrer 1 000 autres à Paolino Doria, ancien consul de Gênes à Trébizonde et beau-fils de Benedetto Zaccaria (Balard 1973, p. 105, doc. 200 ; cf. aussi ibid., p. 102, doc. 180). Le rapport entre cette fonction, attestée dans un acte de 1290 (Bratianu 1927, p. 274, doc. CCCI) et l’intérêt pour l’alun de Koloneia est évident. Un acte de l’année suivante fait état d’une vente à Sinope, port de la Mer Noire dans lequel l’alun devait être en transit (Balard 1973, p. 246-247, doc. 652). Des contrats de nolisement de 1290, dont certains mentionnent l’alun de Trébizonde, prévoient le transport à Gênes de quelques 9 000 cantares à partir du port de Caffa, où les chargements étaient groupés (Balard 1973, p. 205, 244-245, 253-254, 256-257, 329-330, respectivement doc. 574, 647, 666, 671, 813). Il est impossible d’évaluer la production annuelle de Koloneia à partir des chiffres cités en 1289 et 1290. Ces derniers confirment néanmoins son gros volume, qui allait encore augmenter à l’époque suivante, ainsi qu’on le verra bientôt. Le commerce génois de l’alun de Koloneia est confirmé par un privilège de l’empereur Andronic II, délivré en mars 1304 en faveur des citoyens et sujets de Gênes, ainsi qu’aux naturalisés génois (Ianuenses et qui ut Ianuenses tenentur). Il leur accorda le droit d’exporter librement de la Mer Noire, sans paiement de taxes, l’alun et d’autres denrées originaires de terres étrangères, soit l’empire de Trébizonde et les régions turques (Pallavicino 2002, p. 73, doc. 1266)62. En avril 1311 un groupe de marchands vendait à Gênes 1 145 cantares d’alun de Koloneia, chargés sur un navire en partance vers Bruges (Doehaerd 1941, III, p. 1029-1030, doc. 1723)63. L’alun du même site est attesté l’année suivante dans la ville flamande (Liagre 1955, p. 187).

  • 64 C. Imperiale di Sant’Angelo (éd.), Annali Genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori dal MCCLXXX a (...)

52Après 1278 les Zaccaria parvinrent à contrôler le commerce de l’alun de Koloneia et à assurer celui de Phocée par le biais d’alliances matrimoniales, d’associations avec d’autres marchands, d’un système de mandats et de procurations, ainsi que des filiales. Benedetto Zaccaria établit une vaste entreprise dans une aire géographique s’étendant de la Mer Noire à la Mer du Nord, dont la structure verticale combinait l’exploitation, le transport, la commercialisation, ainsi que l’utilisation de l’alun dans une teinturerie à Gênes, outre le commerce et le transport d’autres denrées. Ses rapports avec divers princes lui conférèrent un avantage supplémentaire par rapport à ses concurrents (Lopez 1933, p. 39-50 ; Lopez 1975, p. 329-338 ; Balard 1978, II, p. 777). Notons toutefois qu’en 1286 un navire catalan chargeait de l’alun à Phocée64. Fait autrement plus important : on n’a pas souligné que la commercialisation de l’alun des sites d’Asie Mineure autres que Koloneia et Phocée échappait aux Zaccaria. La documentation génoise concernant l’alun de ces sites, relativement restreinte par rapport à celle qui traite de Phocée, le prouve amplement. Nous y reviendrons plus loin.

  • 65 Vente d’alun de Phocée par Paleologo et Benedetto Zaccaria en 1298 : Doehaerd 1941, III, p. 868-87 (...)

53L’entreprise construite par Benedetto et Manuele Zaccaria ne survécut pas à leur mort. En 1314, après celle de Paleologo, dernier des Zaccaria65, Andreolo Cattaneo della Volta, son gendre ou beau-frère et successeur, obtint d’Andronic II le gouvernement de la Nouvelle Phocée après avoir reconnu la souveraineté byzantine sur le site. Il lui fut confirmé en 1329 par Andronic III. La ville parvint sous la domination directe de l’Empire entre 1339 et 1341, suite à une révolte de ses habitants. L’Ancienne Phocée se trouvait apparemment aux mains de Byzance dès 1329, et Andronic III rétablit l’autorité byzantine sur Chio la même année (Lemerle 1957, p. 52, n. 2, p. 66, n. 3, p. 108-113). La domination byzantine sur les trois territoires fut de courte durée, puisqu’en 1346 des Génois, après avoir occupé Chio sous le commandement de Simone Vignoso, s’emparèrent de l’Ancienne et de la Nouvelle Phocée. Toutefois, la Nouvelle Phocée fut à nouveau aux mains de Byzance de février 1347 à juillet 1349 et l’Ancienne Phocée jusqu’en 1358. La production d’alun continua sur les deux sites pendant les années de domination byzantine, ainsi qu’il ressort de références à des exportations de Phocée figurant dans des édits vénitiens de 1332 et 1333 (Cessi 1961, p. 99, doc. 356, et p. 268, doc. 331). On ne sait rien du régime gouvernant leurs alunières ou de la commercialisation de l’alun pendant ces années, ni de la part de chacun des deux sites dans la production totale d’alun dans la période suivante.

  • 66 Sur l’Ancienne Phocée, cf. aussi F. Tinnefeld, Kaiser Ioannes V. Palaiologos und der Gouverneur vo (...)
  • 67 La liste des fermiers de 1395 à 1455, établie sur la base de manuscrits tardifs, n’est pas tout à (...)
  • 68 Il n’est nullement question de propriété des alunières, ni de leur vente, comme dans Fleet 1999, p (...)

54Une convention passée en 1347 entre la Commune de Gênes et la Mahone de Chio, association groupant des créanciers de celle-ci, établit les rapports entre les deux parties. La Mahone reconnut la souveraineté de Gênes sur les trois places, mais en obtint la propriété, la gestion et les revenus, et détint par conséquent le monopole d’exploitation et de vente de l’alun de Phocée. Une fois qu’elle réussit à rétablir son autorité sur les alunières de ce site, elle en assura l’exploitation par des Génois jusqu’à leur conquête par les Ottomans en 1455 (Balard 1978, I, p. 69-77, 119-126, 168-169 ; II, p. 778-779)66. Environ toutes les dix années elle mettait aux enchères la ferme des mines de la Nouvelle Phocée, qu’elle cédait à des sociétés67. Les membres de celles-ci pouvaient se partager l’exploitation et les revenus des gisements. C’est bien ce qui ressort d’un arbitrage de 1394, qui prévoyait la solution d’un contentieux financier lié à la restitution d’une alunière de la Nouvelle Phocée à un des membres de la société qui l’affermait (Balard 1988, p. 45-46, doc. 10)68. Curieusement, les concessionnaires de la Nouvelle Phocée achetaient parfois de l’alun provenant d’autres sites, ce que révèle un autre cas d’arbitrage de la même année. Cent cantares avaient été acquis pour 40 à 50 ducats de Chio d’un Turc, qui refusa toutefois de les livrer après avoir obtenu cette somme parce que des esclaves échappés de “Turquie” avaient trouvé refuge à la Nouvelle Phocée et, de toute évidence, ne lui avaient pas été restitués (Balard 1988, p. 26-31, doc. 2). Le Turc en question, dont l’identité n’est pas précisée, ne pouvait être que le seigneur ou un haut dignitaire de l’émirat turc voisin de Saruhan, qui faisait pression sur les Génois afin de récupérer les esclaves fugitifs. L’alun qu’il vendait devait être celui de Kütahya. On verra plus loin pourquoi. En revanche, les Gattilusio de Mytilène semblent avoir détenu la ferme de l’Ancienne Phocée depuis 1402 jusqu’en 1455 (Miller 1921, p. 326-327, 330, 337, 353 ; Heyd 1885-1886, II, p. 278 et n. 3). Néanmoins, dans une inscription retrouvée sur le site Dorino Ier Gattilusio s’intitule αὐθέντης ou “seigneur” de l’Ancienne Phocée (Hasluck 1908-1909, p. 258-259).

55Pegolotti fournit des indications du plus grand intérêt au sujet de la fabrication et du commerce de l’alun dans son manuel de commerce, rédigé entre 1330 et 1345. Il accorde une attention particulière aux aluns d’Asie Mineure, dont il énumère les sites de fabrication, et les classe selon leur qualité. Ses données chiffrées sur les volumes de production, énoncées en cantares génois, étaient manifestement des estimations d’origine génoise. Elles paraissent tout à fait fiables, compte tenu des cargaisons d’alun transportées par les navires génois. Pegolotti cite également les ports par lesquels les aluns transitaient et permet ainsi de reconstituer dans une certaine mesure leurs réseaux de distribution (Pegolotti 1936, p. 43, 243-244, 293, 306, 367-370). Sa liste des alunières comprend les sites que nous avons déjà rencontrés : Koloneia, située dans l’émirat d’Eretna depuis 1335, Phocée, enfin Kûtahya, comprise dans l’émirat de Germyan peut-être dès 1277 (Vryonis 1971, p. 138). Les deux premiers sites produisaient annuellement quelques 14 000 cantares ou 666 tonnes et le troisième 12 000 cantares ou 571 tonnes environ. Kütahya exportait les deux tiers de sa production vers la Mer Égée par Altoluogo (l’ancienne Éphèse ou Théologo) dans l’émirat d’Aydin et par Palatia (l’ancienne Milet) dans l’émirat de Menteshe, et un tiers par Antalya, dans l’émirat de Hamid (Pegolotti 1936, p. 56, 369, 370). Diverses sources confirment les indications de Pegolotti sur l’acheminement de l’alun de Kütahya. Il est mentionné à Gênes d’après le nom du site en 1343, mais aussi comme originaire des ports d’embarquement, notamment Antalya en 1349 et Altoluogo en 1350, 1353 et 1376 (Liagre-de Sturler 1969, I, p. 155-158, doc. 127 ; I, p. 314-315, doc. 245 ; I, p. 335-336, doc. 261 ; II, p. 363-364, doc. 282 ; Day 1963, p. 273).

  • 69 Le langage de Pegolotti 1936, p. 369, pourrait prêter à confusion et jeter le doute sur cette iden (...)
  • 70 Il n’est pas question de la péninsule elle-même, interprétation erronée, fréquente même dans des p (...)

56Pegolotti révèle l’existence de trois autres alunières. Ulubat (l’ancienne Lopadion), à une soixantaine de km à l’O. de Brousse, fabriquait l’alun dénommé allume lupai ou lupaio, embarqué après quatre jours de transport à Triglia (Trigleia), au N.-O. de Brousse sur la côte méridionale de la mer de Marmara. Cet alun est attesté à Bruges entre 1330 et 1345 (Pegolotti 1936, p. 243). L’alun appelé giachile était apparemment originaire de Diaschilo (Eskel Lima-ni), à une trentaine de km au N.-O. de Brousse, non loin de Triglia sur la Mer de Marmara69. L’allume cas-sico ou chisicco provenait d’une des îles des Princes dans cette mer, proche de Cyzique (Kapi Dag), d’où son nom (Pegolotti 1936, p. 369, 411-412) (fig. 2)70.

57Selon Pegolotti, Ulubat fabriquait annuellement quelques 476 tonnes d’alun de qualité moyenne. On peut supposer à bon droit qu’il n’aurait pas mentionné les deux autres nouveaux sites, si le volume de leur production n’avait pas également été important. Le chiffre qu’il avait cité pour l’allume cassico manque malheureusement dans le manuscrit qui nous est parvenu, mais un autre manuel de commerce, quelque peu antérieur, affirme qu’on en exportait de grosses quantités, bien qu’il cite à tort Altoluogo à ce propos (Bautier 1970, 313). Les aluns de Diaschilo et de l’île des Princes étaient de qualité médiocre. Leur commercialisation sur grande échelle suppose une demande occidentale accrue, mais surtout plus diversifiée, ainsi que des prix avantageux pour des variétés d’alun utilisées en particulier dans des processus industriels autres que le mordançage. Il en était ainsi du traitement des peaux, que Pegolotti mentionne explicitement au sujet de l’allume cassico (Pegolotti 1936, p. 369). En définitive, on constate que, même entre 1330 et 1345, Phocée était loin de fournir le gros de l’alun d’Asie Mineure, comme on l’affirme généralement.

  • 71 Sur le rapport de 1 :24 entre hyperpère de monnaie réelle et carats, cf. T. Bertelè, Numismatique (...)
  • 72 Fleet 1999, p. 150-152, présente une liste de prix d’alun dans plusieurs localités qui, pour plusi (...)

58Le classement des aluns vendus à Constantinople selon leur qualité, fourni par Pegolotti, fait bien ressortir l’importance du rapport entre prix et diffusion des aluns de qualité médiocre. Il est évident que les prix comprenaient les coûts de transport jusqu’à la capitale byzantine, relativement bas pour les aluns de la région toute proche de la Mer de Marmara. Ils dépendaient également de la conjoncture, ce qui explique qu’à chaque qualité d’alun correspondait non pas un prix, mais une gamme de prix différents. L’écart entre le coût de la première et de la dernière qualité oscillait de 34 à 45 carats byzantins par cantare (Pegolotti 1936, p. 43). Nous ne connaissons pas les prix des diverses qualités d’alun à Constantinople à la même époque, mais d’autres données peuvent être de quelque secours. Selon une mercuriale de 1394 le qintâr d’alun de roche se vendait à Damas à 160 dirhems et le petit alun à 110 dirhems, soit à 68 % environ du prix précédent (Melis 1962, p. 384). Un contrat de 1398 précise que l’alun de roche embarqué à Phocée coûtera 11 1/2 et le petit alun blanc 7 1/2 gigliati par cantare. À raison de 10 gigliati par ducat, la qualité inférieure revenait à 65 % de la supérieure (Gioffrè 1962, p. 356-360). En 1408 on enregistre à Péra une vente d’alun de roche à 2 hyperpères 12 carats, soit 60 carats, et de petit alun à 1 hyperpère et 9 carats, soit 33 carats ou à 55 % du prix précédent (Fleet 1999, p. 151)71. En 1437 une vente conclue à Constantinople prévoyait le chargement à la Nouvelle Phocée d’alun de roche au taux de 7 et celui de petit alun à 4 hyperpères d’argent de Péra le cantare, soit à 57 % du prix précédent (Muller 1879, p. 169-171). Le même rapport se retrouve à Constantinople l’année suivante, mais cette fois entre alun de roche et alun de sorta ou en mélange de Koloneia, à nouveau tous frais d’embarquement compris (Badoer 1956, p. 524, lignes 27, 30-33). L’écart entre les prix signalés par Pegolotti devait être plus ou moins du même ordre de grandeur72. On ne peut donc pas parler de prix moyen de l’alun.

59Le gros volume de la production d’Ulubat entre 1330 et 1345, quand Pegolotti composait son manuel, ainsi que celui qu’on peut attribuer aux deux autres sites de la région de la Mer de Marmara ne peut avoir été atteint qu’après de nombreuses années. Il suggère que la mise en exploitation de leurs alunières doit avoir commencé alors que les trois sites étaient encore sous domination byzantine. Brousse tomba aux mains des Ottomans en 1326 (ODB, III, p. 1750, s. v. Prousa), Cyzique peu après 1335 (ODB, II, p. 1164-1165, s. v. Kyzikos) et Triglia avant 1337 (Zachariadou 1993, p. 228, 230). Ce fut donc également le cas d’Ulubat et de Diaschilo, situées entre ces localités, dans les années intermédiaires, ce qui explique pourquoi Pegolotti place Ulubat en “Turquie”. En revanche, les îles des Princes restèrent byzantines jusqu’en 1453. Il s’avère donc que le commerce lucratif de l’alun provenant de Koloneia, Phocée et Kutahya avait incité des entrepreneurs byzantins ou italiens à commencer ou à intensifier l’exploitation d’alunières dans la région byzantine de la Mer de Marmara au début du XIVe siècle. On ne sait malheureusement rien du régime gouvernant ces sites.

  • 73 Staatsbibliothek Berlin, Ms. Ham. 446, fol. 29v-30r, Des- Des-crittione del la geografia moderna d (...)
  • 74 Cf. la reproduction en fac-similé et le livre qui l’accompagne, Els Atlas Catalan de Cresques Abra (...)
  • 75 Elle exclut la localisation au N.-O. d’Altoluogo, proposée par Balard, II, p. 773, n. 21, d’autant (...)

60À partir de la seconde moitié du XIVe siècle de nouveaux points d’embarquement d’alun s’ajoutèrent le long du littoral égéen de l’Asie Mineure à ceux qui étaient fréquentés jusque là par les marchands et les navires. Un acte de janvier 1353 se réfère à un chargement de l’année précédente à Castro (Liagre-de Sturler 1969, II, p. 363-364, doc. 282). Le portolan du Vénitien Antonio Millo, qui date de 1586, place cette localité sur la côte du golfe de Çandarli, au S.-E. de Mytilène et au N. de Phocée73. Le fameux Atlas catalan de 1375 situe Cristo exactement au même endroit74. Il s’agit apparemment du même site, identifié par deux noms. Cette localisation convient fort bien à l’inclusion de Cristo dans une région soumise à l’autorité de l’archevêque de Smyrne en 1354 et comprise dans l’émirat de Saruhan en 1382 (Balard, II, p. 773, n. 21)75. On se souviendra qu’un Turc identifié plus haut avec le seigneur ou un haut dignitaire de cet émirat vendit en 1393 de l’alun, dont l’origine n’est pas spécifiée, à un concessionnaire de la Nouvelle Phocée. Cet alun devait provenir de Kutahya et, plus exactement, des alunières de Gediz, les plus proches de l’émirat. Le long de la côte égéenne l’alun de Kutahya était généralement exporté par Altoluogo et Palatia. Seules des considérations économiques et fiscales pourraient expliquer son passage par l’émirat de Saruhan et son embarquement à Cristo dès 1352, sinon plus tôt. On peut supposer à bon droit que les seigneurs de l’émirat avaient réussi à détourner une partie du trafic de cet alun vers leur propre territoire, en abaissant le taux des taxes grevant son transit au dessous de celui qui était de règle dans les émirats d’Aydin et de Menteshe. Ce trafic continuait toujours en 1393, puisque l’alun que le Turc vendait ne provenait pas de l’émirat de Saruhan même, sur le territoire duquel il n’y avait pas d’alunières. Mais, en outre, compte tenu de la condition sociale qu’on peut attribuer à ce Turc, la vente à laquelle il s’était engagé suggère l’existence d’un monopole sur l’alun traversant l’émirat de Saruhan. En d’autres termes, il n’est pas exclu que l’émir ou un de ses sujets ait été le seul intermédiaire commercial entre l’émirat de Germyan, qui exportait l’alun de Kutahya sans avoir accès à la mer, et les marchands occidentaux qui l’achetaient sur le territoire de Saruhan.

  • 76 Cf. supra, p. 238.

61Les autres nouveaux sites sur lesquels on embarquait l’alun, mais aussi du grain, s’appelaient Camali et Scorpiata (Balard 1978, II, p. 752 et n. 84, p. 774). Camali doit être identifiée avec Camare, Kamarai, de nos jours Kemer (l’ancienne Parion), sur le littoral asiatique de la Mer de Marmara à l’ouest de Cyzique et, par conséquent, sous domination ottomane depuis 1335 environ76. La localisation de Scorpiata sur la côte occidentale de la Troade, à l’est de l’île de Ténédos (Balard 1978, II, 774), est confirmée par le portolan du Vénitien Antonio Millo, déjà mentionné plus haut. Scorpiata était par conséquent en territoire ottoman depuis la disparition de l’émirat de Karasi en 1345/1346 (Zachariadou 1993, p. 230). Elle n’avait qu’une plage, au large de laquelle le chargement de grands navires était difficile. Un contrat de 1393 prévoyait l’embarquement d’alun en “Turquie”, y compris dans l’île de Mytilène (sic !) mais à l’exclusion de Scorpiata (Liagre-de Sturler 1969, II, p. 746-751, doc. 565). On y prenait pourtant à bord de grosses quantités d’alun, ainsi 10 000 cantares ou 476 tonnes sur un seul bateau en 1404 (Piana 1995, p. 182-185, doc. 133). Faute de port, les navires devaient chercher refuge ailleurs en cas de danger. En 1408 l’un d’eux interrompit le chargement d’alun au large de Scorpiata par crainte de pirates et se réfugia à Chio (Ferrer 2003b, p. 290-291, 301-305, doc. 1-2).

  • 77 Il ne s’agit toutefois pas d’un port franc, comme le pense Fleet. Dans le texte qu’elle cite, lire(...)

62L’alun embarqué à Camali et à Scorpiata provenait-il d’alunières inexploitées avant la seconde moitié du XIVe siècle ? On l’a affirmé (Balard 1978, II, p. 774), mais c’est peu probable. Le gros volume des chargements à Scorpiata implique l’acheminement à partir d’un ou de plusieurs sites exploités de longue date et produisant l’alun sur grande échelle. Ceux de la région de la Mer de Marmara entrent en ligne de compte pour Camali. Encore faudrait-il expliquer pourquoi on aurait préféré ou ajouté cet endroit à Triglia, où on embarquait l’alun vers 1335, selon Pegolotti, alors que tous deux étaient en territoire ottoman. On a suggéré que l’alun de roche, parfois de mauvaise qualité, ainsi que le petit alun signalés à Scorpiata provenaient d’Ulubat, de la péninsule de Cyzique, qu’il faut remplacer par une île toute proche de la Mer de Marmara, enfin de Kutahya, ou de tous ces sites à la fois (Fleet 1999, p. 86-89). Kütahya semble le site le plus plausible, mais pas nécessairement unique, compte tenu de sa relative proximité géographique et surtout de considérations économiques et fiscales. Comme l’émirat de Saruhan pour Cristo, les Ottomans avaient intérêt à favoriser le passage de l’alun de l’émirat de Germyan à travers leur territoire vers Scorpiata. Cette politique semble confirmée par un document de 1408, qui fait état du régime fiscal favorable régnant dans cette localité (Fleet 1999, p. 94 et n. 106)77. Les mêmes considérations n’existaient pas pour l’alun d’Ulubat et de Diaschilo, puisque ces deux localités étaient sous domination ottomane dès 1335 environ.

  • 78 Les armes des Gattilusio et des Paléologue figurent sur le couvercle de leur sarcophage : Hasluck (...)

63Fait digne d’attention, Pegolotti ne fait aucune mention des alunières de Mytilène ou de Thrace. En 1355, l’empereur Jean V Paléologue offrit sa sœur Maria en mariage à Francesco Gattilusio, avec Mytilène comme dot (Dennis 1965, p. 11)78. Celui-ci obtint Ainos, dans l’estuaire de la Maritza, ainsi que la région avoisinante pour son frère Niccolô, apparemment pendant le court règne de l’empereur Andronic IV (1376-1379). Niccolô est attesté en tant que seigneur du lieu à partir de 1384 (Dennis 1965, p. 15 ; Hasluck 1908-1909, p. 249, carte). Il y a tout lieu de croire que des exploitations d’alunite de caractère artisanal existaient auparavant dans ces territoires et que Francesco et son frère Niccolo, Génois attentifs au commerce de l’alun, avaient précisément demandé leur cession pour cette raison. C’est manifestement eux qui prirent l’initiative d’y développer la production sur grande échelle, sans pour autant être impliqués directement dans l’exploitation des alu-nières. Divers indices examinés plus loin suggèrent en effet qu’ils s’inspirèrent des modalités en vigueur à Phocée pour l’affermage de leurs propres sites et la commercialisation de l’alun qui y était produit.

  • 79 Au Moyen Âge le terme portus, utilisé dans ce document, avait souvent le sens général de mouillage (...)

64La documentation concernant Mytilène fournit diverses indications sur les alunières, le volume de leur production et celui de leurs exportations (fig. 3, p. 263). Une déposition de 1398, qui se réfère à l’année précédente, rapporte le chargement extrêmement rapide de 2 500 cantares ou 119 tonnes en trois jours à bord d’un navire ancrant près de Kalloni, au fond du golfe de ce nom coupant l’île en son milieu. Le navire, parti de Péra, était en route vers Gênes (Gioffrè 1962, p. 370-372). Dans le nord de l’île il existe une localité du nom de Stypse, le vocable grec stypsis signifiant l’action de fixer la teinture par une substance astringente. Au sud du village il existe une zone d’altération riche en alunite, plus facile d’accès à partir du golfe de Kalloni que de Mithymna dans le nord de l’île (Communication de M. Picon). Si ce site était effectivement exploité dans la seconde moitié du XIVe et au XVe siècle, son alun aura probablement été exporté par Kalloni. Trois contrats de 1404 prévoyaient l’embarquement de 3 000 cantares ou 1 428 tonnes de petit alun, fournis par Michele Lomellini, dans l’ancrage de cette localité (Piana 1995, p. 126-129, doc. 76-78). Celui-ci est également mentionné en 1412 et 1416 (Doehaerd 1952, p. 118,227-230, doc. 126, 213), tandis que des contrats d’assurance de 1424 et de 1431 rapportent l’embarquement d’alun dans le golfe de Kalloni, sans autre précision (Doehaerd 1952, p. 345, 514, 520, doc. 319, 677, 688). Dans tous ces cas l’origine de l’alun n’est pas mentionnée. En 1412 Michele Lomellini concluait un accord avec un Grec de l’île, qui s’engagea à lui livrer tous les six mois, pendant trois années, 3 500 cantares d’alun de roche dans le mouillage proche de Parakila, sur la côte occidentale du golfe de Kalloni79. Ce Grec était soit fermier des alunières du site, soit un intermédiaire qui se chargeait de la commercialisation de sa production. Un autre contrat, conclu en 1413, concernait 18 000 cantares de petit alun de Marassi, qu’on peut identifier avec Eressos, localité située dans le N.-O. de l’île. Selon certains, l’alunière devait se trouver entre ce lieu et l’entrée du golfe de Kalloni, dans une région où les altérations pouvant générer des gisements d’alunite sont très importantes (Communication de M. Picon). Le contrat de 1413 stipulait que l’alun serait livré pendant trois années dans le mouillage de Marassi, soit dans la baie d’Eressos. Un autre contrat de la même année y envisageait l’embarquement de 6 000 cantares, ce qui suppose un alun de même origine, dont la nature n’est toutefois pas spécifée (Balletto 1996, p. 309-313).

  • 80 M. Jimenez de la Espada (éd.), Andançes é viages de Pero Tafur por diversas partes del mundo avido (...)

65Le volume des livraisons mentionnées dans les contrats que nous venons d’examiner permet de conclure que le site de Parakila à lui seul produisait annuellement au moins 7 000 cantares ou 333 tonnes environ d’alun de bonne qualité, et celui de Marassi au moins 6 000 cantares ou 285 tonnes environ de petit alun. En 1449 trois Génois, dont Marco Doria, détenaient la ferme de l’alunière de Condicie, en plus de celle déjà connue de Parakila. Il s’agit donc de deux sites distincts, et non d’un seul comme on l’a proposé. Leurs concessionnaires devaient contribuer environ 48 000 cantares au cartel de l’alun établi la même année, qui sera examiné plus loin. Curieusement, ni Marassi ni aucun autre site de Mytilène n’est mentionné dans ce contexte, sans qu’on puisse déterminer s’ils étaient encore actifs (Olgiati 1996, p. 374 et n. 6, 390). Des ateliers pour la fabrication de l’alun ont été trouvés à Apothiki, sur le versant N. du golfe de Kalloni, à environ 5 km de son entrée. Ils n’ont pas pu être datés pour le moment (Communication de M. Picon). À première vue Apothiki ne semble correspondre à aucun des sites médiévaux mentionnés ci-dessus. Le voyageur espagnol Pero Tafur, qui visita Mytilène en 1438, souligne la grosse production d’alun dans l’île et rapporte que le navire sur lequel il voyageait en chargea80.

66On trouve peu de renseignements sur les alunières comprises dans la région d’Ainos cédée à Niccolo Gattilusio, qui s’étendait jusqu’à une quarantaine de km au N. –O. de cette localité (fig. 4, p. 263).

  • 81 Le chiffre est de 11 760 kantars. Faroqhi 1979, p. 163, n. 41, adopte le poids de 54,6 kg par kant (...)

67L’exploitation dans le voisinage de Komotini (nom turc Gümülcine) et de Maroneia continua à l’époque ottomane (Faroqhi 1979, p. 156-157, 159, 163-166, 169). L’alun était embarqué dans la baie de Maroneia, ce dont témoignent des documents génois et vénitiens mentionnés plus loin. Il est probable qu’on exploitait également des gisements dans le voisinage de Péristéria, située à l’O. –Ν.-O. de Pherrai (actuellement Phèrès, en turc Ferecik) quelque peu à l’O. de la Maritza, localité habitée à l’époque ottomane par des ouvriers travaillant dans les alunières (Faroqhi 1979, p. 159, 163). L’extraction de l’alun était toujours pratiquée près de Péristéria au XIXe siècle, selon un voyageur français (Lemerle 1957, p. 147, carte, p. 214 et n. 2). Au début du XVIe siècle, sinon avant, la production des alunières de Macédoine s’élevait à quelques 560 tonnes (Faroqhi 1979, p. 163)81. On peut se demander si ce niveau avait déjà été atteint sous les Gattilusio, ou seulement à l’époque ottomane. Il n’est pas clair si Kypsèla (actuellement Ipsila), en Thrace au N.-E. d’Ainos, était comprise dans le territoire des Gattilusio. Le site était en tout cas exploité à l’époque ottomane. Le voyageur français Belon du Mans, qui le visita peu avant 1550, en donne une description. Ainos, dans l’estuaire de la Maritza, servait seulement de port d’embarquement (Heyd 1885-1886, II, p. 567 ; Faroqhi 1979, p. 159 ; Delumeau 1962, p. 65).

  • 82 Cahen 1963, p. 435, n. 16 et 444, n. 54, a cru qu’un édit vénitien de 1308 (republié dans Cessi 19 (...)

68L’intensification de l’exploitation des gisements d’Asie Mineure et de leurs exportations ne mit pas fin à celles de l’alun égyptien82. L’historien Maqrîzî en fournit une confirmation indirecte. Il relate qu’en 1304, lors de sa visite en Egypte, le roi de Nubie apporta divers cadeaux, dont une quantité non spécifiée d’alun (Maqrîzî 1934-1958, II/1, p. 7-8 ; Labib 1965, p. 96). Il est évident que le sultan égyptien al-Mâlik al-Nâsir Muhammad n’aurait apprécié un tel cadeau que si l’alun pouvait être vendu et, plus précisément exporté, puisque la consommation intérieure était modeste. Or l’exportation rapide de l’alun n’était possible que si elle était pratiquée régulièrement, ce qui suppose une production continue en Egypte même. Deux manuels de commerce, le Zibaldone da Canal et celui de Pegolotti, rédigés respectivement vers 1320 et entre 1330 et 1345, fournissent des témoignages plus probants à ce propos. Ils citent l’alun parmi les marchandises pesées à Alexandrie avec le cantare gerui ou qintâr djarwî (Stussi 1967, p. 66 ; Pegolotti 1936, p. 70), ce qui concorde avec les indications d’Ibn Mammâtî sur sa vente et son exportation vers 1190. Un édit vénitien de 1334 inclut Alexandrie parmi les places et régions dont on exportait l’alun (Noiret 1892, p. 20). À ces témoignages on peut ajouter celui de l’Égyptien Ibn Fadl Allah al-’Umarî (1301-1349) (EI, VIII, p. 490-493), qui vers 1340 mentionna l’exploitation de l’alun en Egypte. Il ne s’agit donc pas seulement d’une réminiscence livresque, comme on l’a suggéré (Cahen 1963, p. 444, n. 55).

69Curieusement, Pegolotti ne traite pas de l’alun égyptien en tant que tel et ne fait pas état de sa qualité, comme pour les aluns d’Asie Mineure, bien qu’il ait été parfaitement au courant des denrées disponibles sur le marché d’Alexandrie. Ce silence doit avoir quelque rapport avec l’embargo pontifical sur le commerce avec les territoires mameluks d’Égypte et de Syrie, en vigueur depuis 1291 et renforcé en 1323 (Ashtor 1983, p. 44-48). L’embargo limita le commerce occidental direct avec l’Egypte et renforça la fonction d’intermédiaires assumée par Chypre et la Crète. Les exportations d’Alexandrie, souvent illicites, étaient centrées sur les épices et autres denrées précieuses et étaient effectuées surtout à l’aide de petites embarcations transférant les marchandises du port égyptien vers les deux îles (Jacoby 1998, p. 95-99). Pour être rentable, le transport de l’alun, matière pondéreuse et volumineuse, devait se faire en grandes quantités à bord de navires de gros tonnage. Or ceux-ci ne semblent pas avoir participé au transport de marchandises d’Égypte vers Chypre et la Crète. Ces conditions ont apparemment réduit les chargements d’alun égyptien passant par Chypre, ce qui pourrait expliquer la concision de Pegolotti à son sujet. L’alun sans indication d’origine figure parmi les marchandises d’importation grevées en Chypre d’un impôt spécial, levé pour financer le respect de l’embargo (Pegolotti 1936, p. 85). Il est probable qu’il provenait surtout d’Antalya.

  • 83 Mille grosses livres de Candie étaient égales à 1 100 grosses livres de Venise (Pegolotti 1936, p. (...)
  • 84 Ashtor mentionne à tort le qintâr laythî.
  • 85 Éd. G. Mira, Taluni aspetti dell’economia medioevale peru-gina secondo una tariffa daziaria del se (...)
  • 86 On ne connaît pas le poids de ces unités d’alun. Le poids de la cassa variait selon la denrée. Cel (...)

70La levée de l’embargo en 1344 permit la reprise sur grande échelle des échanges commerciaux directs entre l’Occident et l’Egypte, sans pour autant évincer complètement les intermédiaires chypriotes et crétois (Jacoby 1998, p. 99-102). En 1346 le marchand siennois Francesco Bartolomei, installé à Candie, capitale de la Crète vénitienne, expédiait à Venise 18 tonneaux et une balle d’alun, sans nul doute égyptien, pesant au total 17 257 grosses livres de Candie, soit près de 9,1 tonnes (Morozzo della Rocca 1957, p. 56, doc. 25, p. 58, doc.83. Un édit vénitien de 1388 mentionne l’exportation d’alun d’Alexandrie (Noiret 1892, p. 19-20). Plusieurs documents de la fin du XIVe siècle signalent son chargement à bord de navires génois dans le port égyptien. En 1395 deux d’entre eux en transportaient respectivement 1 307 et 3 000 qintârs djarwî, soit 121 et 279 tonnes (Ashtor 1978, p. 423-424)84. C’est probablement à bord de navires génois que l’alun d’Alexandrie arrivait par un port italien à Pérouse. Il y est signalé dans les tarifs douaniers de 1379 et 1391 et, curieusement, était grevé d’une taxe trois fois plus lourde que l’alun de roche ou le petit alun85. Une cargaison de 2 300 casse de petit alun et de 400 carichi ou “charges” d’alun de roche est signalée à bord d’un autre navire génois en 1398 (Heers 1955, p. 171)86. Un document non daté de la même période mentionne 606 qintârs djarwî (Ashtor 1978, p. 431). On assiste ensuite au déclin du commerce de Gênes avec l’Egypte et la Syrie, corollaire de son déclin politique (Ashtor 1983, p. 331-333). En revanche, Venise continua pour quelque temps à importer régulièrement des quantités appréciables d’alun égyptien. En effet, en 1404, le Sénat de Venise fixait le taux de fret pour le transport d’alun d’Alexandrie à Venise à bord de “coques”, navires de gros tonnage (Noiret 1892, p. 150).

  • 87 M. Balard (éd.), Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (11 ott (...)
  • 88 Cf. P. Edbury, The Kingdom of Cyprus and the Crusades, 1191-1374. Cambridge, 1991, p. 163.

71Outre ces témoignages directs sur l’alun égyptien, il y a lieu d’envisager son transit par Chypre, la Crète et la Syrie, sans que son origine soit spécifiée. L’alun compris dans une cargaison expédiée de la Crète à Venise en 1317 provenait selon toute vraisemblance d’Égypte, comme l’encens et le gingembre qui l’accompagnaient (Thiriet 1966-1971, I, p. 174, doc. 390). On ne peut pas être aussi affirmatif à propos d’un petit chargement d’alun atteignant huit cantares à peine, expédié en 1297 de Famagouste à Venise à bord d’un navire sicilien87. Les mêmes incertitudes existent au sujet de l’alun envoyé de Chypre à Venise, auquel se réfèrent des décisions des autorités vénitiennes adoptées en 1316, 1334 et 1368 (Cessi 1960, p. 169-170, doc. 275 ; Cessi 1961, p. 378, doc. 696, résumé ; Thiriet, 1966-1971, II, p. 41, doc. 806). Il est probable que pendant l’occupation d’Antalya par les rois de Chypre, de 1361 à 137388, le volume de l’alun de Kutahya arrivant par ce port en Chypre et exporté de l’île ait augmenté, sans pour autant évincer celui d’Égypte. L’origine de l’alun expédié à partir de la Syrie suscite des problèmes identiques. En 1303 le Sénat vénitien limita la période pendant laquelle les navires embarquant l’alun de roche, le coton, la soie, le poivre et d’autres épices dans cette région pouvaient arriver à Venise (Cessi 1960, p. 93, doc. 318). Un document non daté de la fin du XIVe siècle fait état d’une grosse quantité d’alun, 11 800 cantares d’alun de roche, 700 de petit alun et 26 sacs, dont le poids n’est pas indiqué, à bord de deux vaisseaux génois rentrant de Syrie (Heers 1955, p. 172). L’alun de roche auquels se réfèrent ces documents n’était évidemment pas identique à l’alun d’Alep qui, on l’a vu, était de qualité médiocre. En revanche, il pouvait provenir aussi bien d’Egypte que de Kütahya. C’est vraisemblablement de ce site qu’était acheminé l’alun de roche vendu dans le premier quart du XIVe siècle à Laiazzo, port du royaume arménien de Cilicie (Stussi 1967, p. 109), ainsi que celui qu’on trouvait à Damas en 1394 (Melis 1962, p. 384). Bref, il n’est pas toujours possible de trancher si les cargaisons provenant des ports de transit contenaient de l’alun originaire d’Égypte ou d’Asie Mineure.

72On a affirmé sur la foi d’un document de 1398 que l’Egypte importait de l’alun dès la fin du XIVe siècle (Gioffrè 1962, p. 324). Une lecture attentive de ce texte prouve qu’il n’en est rien. Le contrat en question concerne le voyage d’une “coque” génoise d’une portée de 8 000 cantares appartenant à Benedetto Fiesco. Elle devait embarquer pendant un mois à la Nouvelle Phocée et à un autre site de Turquie de l’alun, qui constituerait la majeure partie de sa cargaison, puis faire escale à Alexandrie, Malaga, Southampton et l’Écluse (Gioffrè 1962, p. 356-360). Le contrat mentionne en termes généraux le débarquement de marchandises à Alexandrie, selon les instructions de l’affréteur ou de son agent, mais il n’est nullement question d’alun qui, comme la cargaison à bord de nombreux autres navires génois, était manifestement destiné aux ports d’Angleterre et de Flandre cités dans le document. L’historien byzantin Doukas, qui habitait la Nouvelle Phocée et y servit de secrétaire à Giovanni Adorno, potestas et castellanus génois de cette localité de 1414 à 1423 ou 1424 (Basso 1993a, p. 43 et n. 43), inclut l’Egypte parmi les nombreux pays bénéficiant de l’alun du site (Ducas 1958, p. 205, chap. XXV, § 4). Son éloge hyperbolique de la Nouvelle Phocée est plus que suspect. En revanche, il ne fait aucun doute que l’Egypte importa l’alun à une époque postérieure, en l’occurence celui de Kutahya au XVIIIe siècle (Faroqhi 1979, p. 165).

  • 89 Un rapport semblable entre exportation et exploitation se retrouve à Phocée. Ce site, un des plus (...)

73Les informations rassemblées ci-dessus prouvent clairement que l’alun égyptien ne fut pas évincé du commerce méditerranéen aussitôt qu’on l’a cru (Labib 1965, p. 315 ; Cahen 1963, p. 444-445 et n. 62), et que les Génois ne furent pas les seuls à l’exporter d’Alexandrie au XIVe siècle, ainsi qu’on l’a affirmé (Heers 1955, p. 171). Des raisons purement commerciales incitèrent les marchands occidentaux à poursuivre leurs achats d’alun égyptien, malgré l’existence d’autres sources d’approvisonnement. Il est donc évident que cet alun était resté compétitif. La contraction des exportations d’alun égyptien dans la première moitié du XVe siècle explique probablement pourquoi les historiens arabes de cette époque n’en mentionnent plus l’exploitation (Cahen 1963, p. 445 et n. 62)89. De toute évidence, cette contraction était étroitement liée à la commercialisation massive des aluns d’Asie Mineure et de Grèce à cette époque, examinée plus loin. Mais, en outre, les sultans égyptiens y contribuèrent. Il y a tout lieu de croire qu’ils continuaient à exercer un monopole sur la commercialisation de l’alun, comme sur le natron (Labib 1965, p. 315, 406), et en fixaient les prix à l’exportation. En 1426 le sultan Bârsbay instaura même, pour la première fois, de telles mesures pour l’exportation du poivre, dont la commercialisation en Méditerranée passait presque exclusivement par ses territoires (Ashtor 1983, p. 277-280). Mais, alors qu’il pouvait tenter d’imposer aux marchands étrangers des achats obligatoires de cette denrée à des prix imposés, une telle politique appliquée à des denrées disponibles abondamment ailleurs, dont l’alun, était vouée à l’échec dans la première moitié du XVe siècle. Il faut croire que cette politique, qui ne tenait pas suffisamment compte de la concurrence extérieure et de la conjoncture économique, détourna définitivement les marchands occidentaux vers d’autres sources d’alun, avant même que ne commençât la commercialisation de celui de Tolfa. On sait que celle-ci débuta en 1462 (Zippel 1907, p. 437-438 ; Delumeau 1962, p. 21, 79).

74On a vu qu’au XIVe siècle l’emprise des Génois sur l’exploitation des alunières était limitée à celles de la Mer Égée. En revanche, ils remplissaient un rôle prépondérant dans le transport et la distribution de l’alun oriental de toutes origines dès le début de cette époque. En transit à Gênes, il était acheminé vers la Flandre et l’Angleterre par la voie maritime dès 1292 et, directement, sans passer par Gênes, dès 1350 environ (Heers 1954, p. 47-49 ; Balard 1978, II, p. 779-780). La spécialisation de Gênes dans le transport de l’alun, produit lourd mais de peu de valeur, stimula la construction de gros navires pouvant prendre à bord de 500 à 1 000 tonnes de cargaison (Heers 1954, p. 44-45, 47-49 ; Heers 1961, p. 271-278). Deux exemples suffiront à illustrer leur capacité. Un contrat de 1439 stipulait le chargement de 523,6 tonnes d’alun de Phocée destiné à la Flandre sur un seul navire, avec option d’y ajouter 143 tonnes. En 1449 un autre navire, d’une portée de 856,8 tonnes, devait transporter 490 tonnes d’alun menu blanc (Doehaerd 1952, p. 630-633, doc. 805 ; Balletto 2000, p. 127-129).

  • 90 Cf. A. Luttrell, Venice and the Knights Hospitallers of Rhodes in the Fourteenth Century. Papers o (...)

75Malgré les apparences, les Génois étaient loin de contrôler entièrement le commerce et le transport de l’alun oriental en Méditerranée au XIVe siècle, comme on l’affirme généralement. En effet, les Vénitiens assuraient eux-mêmes l’approvisionnement de leur métropole. Venise était à la fois un grand centre de consommation et de distribution. Elle alimentait en alun ses propres industries, ainsi que celles de Florence, de diverses villes de l’Italie septentrionale, de l’Autriche et de l’Allemagne du Sud. Ses sources d’approvisionnement, situées dans une aire géographique très étendue, étaient fort diversifiées et ne peuvent pas toujours être établies. En effet, l’alun parvenant à Venise transitait par les ports de Candie, Négrepont, capitale de l’Eubée, Constantinople, Rhodes, Laiazzo et Famagouste. Divers cas mentionnés ci-dessus illustrent la fonction de ces stations de relais, situées au croisement de routes maritimes et terrestres et insérées dans le vaste réseau commercial et maritime de la Méditerranée orientale. On peut en ajouter quelques autres. Un chargement d’alun entreposé en Crète est signalé en 1317 (Thiriet 1966-1971, I, p. 174, doc. 390). En 1307 un marchand expédiait de Négrepont à Venise trois milliaria ou 1410 kg d’alun de roche, et en 1312 un autre faisait de même à partir de Constantinople (Thiriet 1966-1971, I, p. 290, doc. 128 ; I, p. 298, doc. 274). L’origine de cet alun ne peut pas être établie puisque, curieusement, on trouvait sur les marchés de Constantinople et de Péra non seulement les variétés importées de la Mer Noire et de la mer de Marmara, mais aussi celles provenant des ports méditerranéens, en l’occurence l’alun de Phocée et de Kutahya (Pegolotti 1936, p. 43). En 1364 un Vénitien se rendit en Turquie et à Rhodes pour y prendre de l’alun, probablement originaire de Kutahya90. Il a déjà été question plus haut du transit de l’alun par Laiazzo et Famagouste.

  • 91 F. C. Lane, Fleets and fairs. The Function of the Venetian Muda, in·. Studi in onore di Armando Sa (...)
  • 92 Cf. aussi P. Ratti Vidulich (éd.), Duca di Candia. Bandi, Venise, 1965, p. 204-207, doc. 493 (Font (...)
  • 93 Noiret 1892, p. 107, rapporte cet édit en résumé, mais commet deux erreurs. Il mentionne la cire a (...)

76Les autorités vénitiennes réglaient strictement le calendrier et les modalités des transports maritimes à longue distance entre Venise et les ports de la Méditerranée et de la Mer Noire91. À plusieurs reprises elles limitèrent les périodes pendant lesquelles l’alun de roche était autorisé à quitter les régions d’outremer pour Venise, ainsi en 1303, 1316, 1329, 1361 et 1362 (Cessi 1960, p. 93, doc. 318, p. 169-170, doc. 275, p. 377, doc. 219 ; Noiret 1892, p. 107, n. 2 ; Thiriet 1958-1961, I, p. 100, doc. 384)92. En revanche, en 1364 on permit le transport immédiat de l’alun accumulé en Crète, sur n’importe quel navire, à cause de l’interruption des échanges avec l’île causée par la révolte de ses habitants depuis l’année précédente, qui infligeait de lourdes pertes aux marchands (Thiriet 1958-1961, I, p· 108, doc. 418). Phocée ne figure pas dans une résolution du Sénat vénitien de 1388, qui énumère les localités dans lesquelles les Vénitiens embarquaient l’alun. Les raisons de cette omission ne sont pas claires, mais le site réapparaît quelques années plus tard comme source d’alun pour Venise. Par ailleurs, la liste de 1368 comprend Coron et Modon, deux ports dans le S. –O. du Péloponnèse sous domination vénitienne fréquentés par les navires de passage, ainsi que Tana dans la mer d’Azov (Noiret 1892, p. 19-20). Tana figure également dans l’édit vénitien de 1388 parmi les ports exportant l’alun (Noiret 1892, 19-20). L’alun qui y était embarqué provenait probablement de Ganja en Azerbaïdjan, un site exploité au XIXe siècle (Faroqhi 1979, p. 168). Celui qui y arrivait par caravane en 1390 (Balard 1978, II, p. 774-775) devait être de même origine. Il y a lieu de noter cette nouvelle source d’alun oriental. En 1400 on constatait à Venise que des marchands étrangers profitaient des limitations des temps de navigation imposées aux Vénitiens pour importer l’alun et la cire pendant toute l’année. Ces limitations furent levées pour la Crète, mais pas pour l’alun originaire de Mytilène et de Phocée, qui pouvait être importé uniquement pendant deux périodes d’un mois et demi, l’une au printemps et l’autre en automne (Noiret 1892, p. 107, résumé)93.

  • 94 Cf. D. Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin XIIIe –milieu XVe siècl (...)

77Les Vénitiens ne se contentèrent pas d’approvisionner Venise et son arrière-pays terrestre ou les ports de l’Adriatique. Ils se lancèrent également dans le commerce de l’alun avec la Méditerranée occidentale et la Mer du Nord. En 1333 certains d’entre eux en expédièrent 30 milliaria ou 14,1 tonnes directement de Constantinople vers la Provence, mais comme le navire provençal transportant l’alun avait été forcé par une tempête dans les eaux de la Sicile à chercher refuge à Raguse, les marchands furent autorisés à importer leur alun à Venise (Cessi 1961, p. 262-263, doc. 311). À la suite des Génois les Vénitiens étendirent à partir de 1310 environ le rayon de leur commerce maritime jusqu’à la Mer du Nord94. Vers 1317 le fret fixé par l’État pour le transport de l’alun de Venise à Bruges s’élevait à 20 sous par 1000 livres légères, soit 301 kg ; en 1321 il avait été ramené à 15 sous (Liagre 1955, p. 188 ; Pegolotti, 1936, p. 144). Il s’agit manifestement d’alun de roche, la seule variété pour laquelle on utilisait la livre légère à Venise, ainsi qu’on l’a constaté plus haut. En 1332 et 1333 Venise envisageait des mesures contre ses ressortissants exportant des marchandises de Constantinople, Phocée, l’Asie Mineure turque, Chypre, l’Arménie cilicienne, Rhodes et la Crète vers des ports à l’O. de la Sicile et de l’Italie méridionale, notamment Majorque, Aigues-Mortes, Pise et même ceux de Flandre, sans passer par Venise comme prescrit (Cessi 1961, p. 99, doc. 356, et p. 268, doc. 331). On a vu qu’à ce moment l’Ancienne et la Nouvelle Phocée étaient sous domination byzantine. En 1334 les mesures interdisant la navigation directe furent finalement adoptées, mais elles ne comprenaient pas l’alun parmi les marchandises visées, ce qui explique pourquoi Phocée ne figure pas dans l’énu-mération des régions d’exportation (Cessi 1961, p. 379-380, doc. 697). Un chargement d’alun appartenant à un Vénitien fit d’ailleurs le voyage direct de Constantinople à Majorque en 1336 (Rubió i Lluch 1947, p. 215-216, doc. 166). En 1388 on constatait que ledit de 1334 était toujours observé, mais qu’il fallait prendre des mesures au sujet de l’alun. Par conséquent, Venise imposa une taxe de 3 % sur la valeur des marchandises qui ne passeraient pas par Venise, dont l’alun. Cette décision fut renouvelée en 1444 (Thiriet 1958-1961, III, p. 120, doc. 2674).

  • 95 M. Del Treppo, / mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nelsecoloXV, Naples, 1972 (...)
  • 96 M. Balard, Les Catalans dans l’Outre-Mer génois aux XIIIe-XIVe siècles, in : Ferrer 2003a, p. 108, (...)

78Bien que les Vénitiens aient été les seuls, aux côtés des Génois, à détenir de manière continue une partie du commerce et du transport de l’alun oriental, ils n’étaient pas en mesure de leur faire une concurrence sérieuse à l’ouest de la Sicile. À leurs côtés on trouvait également des marchands et navires d’autres nations. En 1334 des marchands de Narbonne, Montpellier et Béziers embarquaient 51 “charges” d’alun acheté à Constantinople sur une “coque” narbonnaise (Germain 1861, I, p. 506-513, doc. 109). Vers le milieu du XIVe siècle les marchands et navires des royaumes d’Aragon-Catalogne et de Castille firent leur apparition dans le commerce et le transport de l’alun oriental. De décembre 1341 à mai 1342 un marchand de Barcelone acheta de l’alun de roche, d’Ulubat et de “Cyzique” à Péra et Constantinople pour l’embarquer sur un navire catalan. Il rentra chez lui avec 665 sacs de cette denrée, en partie destinée à la Flandre (Duran 2002, p. 100-108,238-243). Notons en passant que son alun de “Cyzique”, de qualité médiocre, fut vendu à perte à Barcelone (Duran 2002, p. 256-257, 267). En 1381 le navire de deux Barcelonais ayant des compatriotes à bord devait se rendre de Chio à Altoluogo, sans nul doute pour y prendre de l’alun de Kütahya, avant de poursuivre sa route (Basso 1993b, p. 96-97, doc. 41). Un autre navire de Barcelone ancra à Altoluogo en 1382, et en 1400 le roi Martin Ier d’Aragon chargea un marchand barcelonais de remettre à l’émir d’Aydin Inal Beg des présents et une lettre de recommandation, qui avaient manifestement pour objet de favoriser l’exportation de l’alun (Rubiô i Lluch 1947, p. 589-590, doc. 590 ; p. 684, doc. 657). L’alun d’Ulubat figure parmi les denrées importées à Barcelone citées dans des actes notariés, ainsi que dans un manuel de commerce catalan rédigé ou copié en 145595. La même année le navire du Castillan Juan Peres de Heya de Bermeo chargeait de l’alun de roche à Péra pour le compte de dix marchands, probablement de même origine, ainsi que de l’alun de Phocée à Chio pour se rendre ensuite à Bruges (Basso 1993b, p. 125-129, doc. 62-64)96. Deux Florentins achetèrent de l’alun à Péra en 1408 et l’embarquèrent sur un navire génois, qui se dirigea ensuite vers Scorpiata pour y prendre une autre cargaison (Ferrer 2003b, p. 290-291, 301-305, doc. 1-2).

79Outremer les Vénitiens achetaient l’alun oriental tantôt aux fabriquants, comme à Phocée, tantôt à des intermédiaires étrangers, comme à Tana. Ces derniers étaient souvent génois. Or, compte tenu de ses rapports souvent tumultueux avec Gênes, Venise cherchait à s’approvisionner en alun à des sources échappant au contrôle des citoyens et sujets de sa rivale. Nous avons déjà constaté que l’alun du sultanat seldjukide de Rûm et celui d’Égypte échappaient à l’emprise génoise. Il en était de même de celui qui provenait des alunières exploitées à proximité de la côte méridionale de la Mer de Marmara, tant avant qu’après la mainmise ottomane sur deux d’entre elles et sur leurs débouchés maritimes, accomplie entre 1326 et 1335 environ. Les efforts déployés par les Vénitiens pour s’approvisionner en alun sans l’intermédiaire des Génois furent favorisés au XIVe siècle par le morcellement politique de l’Asie Mineure. Il n’y a pas lieu de passer ici en revue les rapports entre Venise et les émirats d’Aydin et de Menteshe, établis sur la côte occidentale de cette région. Les raids turcs sur les îles et les côtes occidentales de la Mer Égée à partir de 1318 et les conflits entre Latins et Turcs d’Asie Mineure de 1334 à 1351 troublèrent ou interrompirent à plusieurs reprises les échanges commerciaux entre Venise et en particulier la Crète vénitienne, d’une part, et les deux émirats de l’autre. N’empêche que Venise conclut avec ces derniers plusieurs accords, qui avaient pour objet d’assurer la circulation des marchandises (Zachariadou 1983, p. 3-75, 105-116).

80Nous avons déjà constaté que les émirats d’Aydin et Menteshe contrôlaient les deux débouchés maritimes de la Mer Egée, respectivement Altoluogo et Palatia, par lesquels la majeure partie de l’alun de Kütahya était exporté entre 1330 et 1345. Les alunières de ce site étaient comprises dans l’émirat de Germyan, qui n’avait pas accès à la mer. L’Égyptien al-Umarî rapporte de précieux renseignements à son propos, recueillis de la bouche du Génois Dome-nico fils de Tadeo Doria, qu’il avait rencontré entre 1329 et 1339 alors que tous deux étaient incarcérés au Caire (Quatremère 1838, p. 347-348 ; EI, VIII, p. 490-493). Selon le Génois, on avait procédé dans l’émirat à l’adjudication de l’alun, qui y rapportait des richesses considérables (Quatremère 1838, p. 355-356). La nature de cette adjudication n’est pas précisée. Toujours est-il que l’affermage de la perception d’une taxe, auquel les termes occidentaux appalto et gabella étaient appliqués, entraînait dans certains cas l’instauration d’un véritable monopole. C’était en particulier le cas quand les concessionnaires étaient les seuls autorisés à acheter la denrée visée aux producteurs ou aux importateurs et à l’écouler sur le marché libre. Ce système d’affermage était en vigueur dans divers états islamiques au XIVe siècle et plus tard dans l’empire ottoman (Zachariadou 1983, p. 134-135 ; Fleet 2003, p. 31-42). Il y a donc tout lieu de croire que les émirs de Germyan maintenaient le monopole sur le commerce ou du moins l’exportation de l’alun, instauré par un de leurs prédécesseurs seldjukides, sans qu’on puisse déterminer si ses modalités étaient identiques.

  • 97 Dans ce qui suit mon interprétation au sujet de l’alun diffère de celle de Zachariadou 1983, p. 13 (...)
  • 98 L’accord avec Menteshe, qui se réfère à celui qui serait conclu avec Aydin, était évidemment antér (...)

81En 1337 les émirats d’Aydin et de Menteshe appliquaient le système de l’appalto au vin et au savon97. En revanche, seul celui d’Aydin maintenait également un monopole sur le commerce de l’alun. On en trouve confirmation dans l’accord de 1331 entre Venise et Menteshe, qui ne se réfère pas à l’alun (Zachariadou 1983, p. 187-189, doc I), ainsi que dans celui conclu en 1337. En effet, l’émir de Menteshe Ibrahim promit alors au duc vénitien de Crète Giovanni Sanudo d’abolir tout monopole de vente, sauf sur le vin (Zachariadou 1983, p. 198, doc. III, § 22). Il fut toutefois convenu que si Venise ne parvenait pas à obtenir l’annulation du monopole de vente sur l’alun existant dans l’émirat d’Aydin, l’émir de Menteshe serait autorisé à l’imposer sur l’alun passant par son territoire, s’il le désirait, mais uniquement à Palatia, destination de l’alun de Ktitahya. En revanche, l’achat de l’alun resterait libre ailleurs dans son émirat. Ibrahim s’engageait même à promouvoir le transport d’alun vers deux localités de son territoire, Mylasso et Asinkalesi, si les Crétois désiraient l’acheter (Zachariadou 1983, p. 199-200, doc. III, § 28). Cet alun ne provenait manifestement pas de Ktitahya, ce que suggère sa vente dans les deux localités mentionnées, mais d’une alunière proche d’elles, apparemment celle de Karacahisar exploitée dès le milieu du XIIIe siècle, ainsi que nous l’avons observé plus haut. L’alun de ce site devait être de qualité plutôt médiocre, en tout cas inférieure à celle de Ktitahya, puisqu’il n’était pas sûr que les Crétois voudraient l’acheter. En outre, la production de l’alu-nière devait être assez restreinte, puisque Pegolotti, qui rédigeait son manuel à la même époque, ne la mentionne pas. Il est donc exclu que Mylasso et Asinkalesi aient été d’importants marchés d’alun, comme on l’a affirmé (Zachariadou 1983, p. 168). Venise obtint peu après l’annulation du monopole sur la vente de l’alun et d’autres denrées dans l’émirat d’Aydin (Zachariadou 1983, p. 192, doc. II, § 11)98.

82Elle assura ainsi la continuation du commerce libre de cette denrée dans celui de Menteshe.

83En octobre 1358, l’émir Ahmed de Menteshe conclut avec Venise un traité qui stipula le retour aux clauses de 1337. Quelque temps auparavant, alors qu’il se trouvait en guerre avec Venise, il avait affermé la vente de l’alun transitant par son territoire vers le port de Palatia. Il n’abolit pas cette concession, comme prévu par le traité. Ce n’est qu’en réponse aux protestations des Vénitiens de Crète qu’il promit le 15 février 1359 de le faire exactement six mois plus tard, probablement à l’expiration du contrat d’affermage (Thiriet 1966-1971, I, p. 242, doc. 646 ; Zachariadou 1983, p. 62, 217-218, doc. VII, §3, 8). L’accord de 1375 entre Venise et Menteshe reprit la clause de 1337 autorisant l’émir à imposer un monopole sur l’alun, s’il était appliqué dans l’émirat voisin d’Aydin (Zachariadou 1983, p. 222-223, doc. VIII, § 22 et 28). En revanche, cette clause fut omise dans les accords de 1403 et 1407 (Zachariadou 1983, p. 231, doc. IX, § 22 ; p. 236, doc. X, § 22). Venise réussit par conséquent à maintenir le commerce libre de l’alun à travers l’émirat de Menteshe et à l’assurer dans celui d’Aydin à partir de 1337, sauf pendant les périodes de conflit qui interrompirent les échanges de ses ressortissants avec ces deux territoires.

  • 99 Le calcul du prix de cet alun par Fleet 1999, p. 150, est erroné. De 1382 à 1391 le taux de change (...)

84On a vu que Venise tentait de s’approvisionner en alun sans passer par des intermédiaires génois. Elle manifesta par conséquent un vif intérêt pour les débouchés maritimes situés en territoire ottoman. En 1384 le sultan Murad Ier contrôlait le littoral asiatique de la Mer de Marmara et le littoral égéen de l’Asie Mineure jusqu’à la frontière de l’émirat de Saruhan, qui comprenait Scorpiata. L’alun acheté par les Vénitiens dans ces régions côtières ottomanes devait par conséquent provenir d’Ulubat, de Diaschilo et de Kutahya. Le sultan exerçait un monopole sur son exportation. On ne peut pas déterminer la date de son instauration, mais de toute évidence il reflétait les dispositions régnant dans certains émirats turcs d’Asie Mineure, y compris l’imposition des prix d’exportation. Ceux-ci étaient d’ailleurs fort élevés en 1384. Les Vénitiens payaient alors 4 hyper-pères byzantins pour un cantare d’alun de roche, soit plus d’un ducat et demi selon le rapport entre monnaies byzantine et vénitienne à cette époque (Thomas 1880-1899, II, p. 194, doc. 116)99. Le doge Antonio Venier chargea Marino Malipiero, sur le point de partir en ambassade auprès du sultan Murad Ier, d’obtenir des prix aussi avantageux que possible pour l’alun de roche et pour le petit alun exportés par les Vénitiens. Dans ce contexte il n’était nullement question d’entrave ottomane à l’exportation d’alun, comme l’a affirmé (Zachariadou 1983, p. 134,169 ; Fleet 1999, p. 93-94). Les Ottomans avaient en effet tout intérêt à promouvoir ce commerce. On ne connaît pas l’issue des pourparlers conduits par Malipiero, mais il y a tout lieu de croire que les Ottomans furent contraints d’ajuster leurs prix à ceux des marchés méditerranéens afin de rester compétitifs.

  • 100 Venise, Archivio di Stato, Senato, Misti, reg. 43, fol 73r (document inédit).
  • 101 Cf. J. W. Barker, Manuel II Palaeologus (1391-1425) : A Study in Late Byzantine Statesmanship, New (...)

85Le sultan Bayezid Ier s’empara des émirats de Germiyan, d’Aydin, de Menteshe et de Hamid en 1389-1390 (Vryonis 1971, p. 140). Dès lors il contrôlait directement Kutahya, ainsi que les principaux débouchés maritimes d’Altoluogo, de Palatia et d’An-talya par lesquels l’alun de ce site était écoulé. Néanmoins une pénurie d’alun de roche en Romanie, à Constantinople et en Turquie fut vivement ressentie à Venise en 1395, au point d’induire le Sénat, le 23 juillet de cette année, à autoriser tous les navires vénitiens à le transporter vers la métropole sans limitation du temps de la navigation100. Il est probable que cette pénurie avait quelque rapport avec le siège et blocus de Constantinople par Bayezid Ier, qui commença en 1394 et continua l’année suivante101. La domination ottomane imposée sur de vastes régions d’Asie Mineure ne dura pas longtemps. En 1402 Bayezid Ier fut vaincu et capturé à la bataille d’Ankara par le Mongol Timur, qui rétablit les émirats. L’année suivante Venise concluait un accord avec celui de Menteshe, déjà examiné plus haut. Il fut ratifié une dernière fois en 1414 (Thomas 1880-1899, II, p. 315-316, doc. 166). En 1425 le sultan Murad II annexait définitivement les émirats d’Aydin et de Menteshe et, en 1428 celui de Germyan (Zachariadou 1983, p. 88-89 ; Vryonis 1971, p. 141). L’unification politique de l’Asie Mineure sous les Ottomans, accomplie en 1428 à l’exception des émirats de Karaman et de Djandjar, soumit à une seule puissance politique tous les sites de cette région fabriquant l’alun, sauf ceux aux mains des Génois, ainsi que les routes d’acheminement et les débouchés maritimes de leur produit. Cette concentration eut des conséquences négatives sur l’approvisionnement de Venise en alun. En effet, les sultans Mehmed Ier, Murâd II et Mehmed II octroyèrent à des Génois des monopoles sur l’exploitation des alunières et sur l’exportation de l’alun de l’ensemble de leurs territoires.

86Au cours de la première moitié du XVe siècle les Génois parvinrent en effet à affermir leur emprise sur l’exploitation et le commerce de l’alun oriental. On a vu que certains d’entre eux, membres de la Mahone de Chio, constituèrent à plusieurs reprises des sociétés qui prirent à ferme l’exploitation de l’alun de Phocée pendant quelques années. La politique pro-ottomane de Giovanni Adorno, fils de Giorgio, ex-doge de Gênes (1413-1415), des Gattilusio, seigneurs de Mytilène, et de la Mahone de Chio contribua à préserver les intérêts génois face aux exigences ottomanes. Giovanni Adorno fut nommé par son père, le doge Giorgio, au poste de potestas et castellanus de la Nouvelle Phocée en 1414 et maintint cette fonction jusqu’en 1423 ou 1424 (Basso 1993a, p. 43 et n. 43). En 1416 il établit avec quelques membres de la Mahone une société, qui prit à ferme l’exploitation des alunières de ce site. Antonio Doria, membre d’une autre puissante famille de Gênes, entra dans la société en janvier 1424. Le rapport étroit entre intérêts financiers, commerciaux et politiques constituait un facteur important dans l’engagement des familles de la métropole dans l’exploitation et dans le commerce de l’alun (Heers 1954, p. 34 ; Basso 1993a, p. 31-34, 36-38, 42-45, 50-52). En mai 1424 la société avait dans ses magasins de Chio quelques 100 000 cantares, soit environ 4 760 tonnes d’alun (Basso 1993a, p. 36). Les concessionnaires de la Nouvelle Phocée étaient redevables d’un tribut annuel de 2 000 ducats à Mehmed Ier, qui percevait également une partie des revenus fiscaux du territoire. À l’avènement de Murad II en 1421 la société avait accumulé une dette de six années s’élevant à 27 000 ducats, la guerre entre Catalans et Génois en Méditerranée ayant empêché la distribution de l’alun en Italie, en France, en Espagne et en Angleterre. Giovanni Adorno fournit un appui naval et militaire à Murâd II, qui en 1422 le dispensa du paiement de la dette et lui fit diverses concessions à titre personnel (Ducas 1958, p. 209, chap. XXV, § 8 ; Basso 1993a, p. 38-41, 44-47, 50-51).

87Une société génoise beaucoup plus puissante comprenant Francesco Draperio et Marco Doria détenait en 1437 la ferme des alunières de « toute la Turquie, la Grèce et toute l’île de Mytilène, et de Maroneia dans la région de Grèce ». Elle avait donc le monopole de la production et du commerce de tout l’alun ottoman et génois. En novembre de cette même année elle vendait à deux marchands florentins résidant à Constantinople un total de 16 050 cantares génois de petit alun de la Nouvelle Phocée, à livrer en lots égaux pendant une période de cinq années. Le prix, y compris le chargement à bord de navires, était de 4 hyperpères d’argent de Péra. Les chargements pouvaient être partiellement remplacés par de l’alun de roche de la Nouvelle Phocée, mais au taux de 7 hyperpères le cantare. L’alun livré aux Florentins devait être débarqué sur la côte méditerranéenne de la Toscane et ne pouvait être vendu que dans cette région. La société génoise s’engageait à ne pas faire la concurrence aux acheteurs en Toscane, mais cette restriction serait annulée au cas où le sultan Murâd II mettrait fin à la ferme des alunières ottomanes (Miiller 1879, p. 169-171).

  • 102 Sur ce personnage, cf. L. Balletto, Draperio Francesco, in : Dizionario Biografico degli Italiani,(...)
  • 103 Les chiffres fournis par Heers 1954, p. 36-39, et Heers 1961, p. 405, sont en partie erronés.
  • 104 Cf. aussi Ph. Gourdin, Présence génoise en Méditerranée et en Europe du Nord au milieu du XVe sièc (...)

88Le Génois Francesco Draperio, grand brasseur d’affaires installé à Péra, réussit à s’imposer en un premier temps dans l’exploitation et dans le commerce de l’alun oriental, grâce aux capitaux dont il disposait et à ses bons rapports avec les sultans ottomans102. Il vendait l’alun à Constantinople, à Phocée et surtout à Chio. En 1439 le Vénitien Giacomo Badoer, installé à Constantinople, lui achetait de l’alun apparemment originaire de la Mer Noire (Badoer 1956, p. 622, lignes 22-23). Francesco Draperio était le fermier des alunières de la Nouvelle Phocée de 1445 à octobre 1451. Pendant cette période il expédia 2 000 cantares d’alun à Gênes, 500 en Catalogne et 1 000 à Majorque. À Chio des marchands génois lui achetèrent 53 333 cantares en 1448 et 40 000 en 1449. Il vendit également 1 100 cantares d’alun de “Satalia”, c. à. d. de Kutahya exporté par Antalya, et en 1449 un total de 4 300 cantares de petit alun de Maroneia, alunière de Mytilène. Contrairement au gros volume de ses ventes à Chio, celui des cargaisons expédiées ailleurs restait fort modique et les destinations étaient limitées à la Méditerranée occidentale. D’autres Génois, groupés en deux sociétés, dominaient la distribution de l’alun dans cette région ainsi qu’en Mer du Nord (Heers 1954, p. 36-39 ; Heers 1961, p. 404-405 ; Olgiati 1996, p. 377)103. Chio occupa un rôle majeur dans le vaste réseau du commerce maritime génois. Elle constituait le centre de stockage et de distribution de l’alun de la Mer Egée, transporté presque exclusivement à bord de navires génois vers la Flandre et l’Angleterre, ainsi que le confirme un registre génois de 1445 (Balletto 2000, p. 121-141)104.

89Un consortium génois fut constitué pour six années à Chio le 1er avril 1449. Francesco Draperio, qui détenait toujours la ferme des « alunières de Grèce et de Turquie », en devint l’associé majoritaire. Les autres membres appartenaient à des sociétés déjà existantes qui dominaient la commercialisation hors de la Méditerranée orientale. L’ampleur de cette concentration de l’exploitation et du commerce de l’alun oriental, un véritable cartel, était sans précédent. Le consortium comptait contrôler strictement la production, la vente et le transport de l’alun oriental, à l’exception de celui d’Égypte qui n’était apparemment plus exporté à cette époque. Il s’agissait d’écouler pendant la période du contrat un total de 500 000 cantares, auquel chaque associé contribuerait une quote-part, avec partage des bénéfices au prorata du capital engagé. L’objet principal du consortium était de faire face à la surproduction et à l’effondrement du prix de l’alun qui en résultait. Le rapport entre les deux facteurs est évident, malgré le fait que l’un des associés n’ait pas réussi à fournir sa quote-part d’alun (Fleet 2000, p. 73). Afin d’empêcher la surproduction, les membres du consortium persuadèrent Dorino Ier Gattilusio d’interrompre l’exploitation des alunières de Mytilène pendant dix années, à partir du 1er octobre 1449, en contrepartie d’un paiement annuel de 5 000 ducats de Chio. Au cas où la société cesserait d’exister, cet engagement continuerait pendant six mois en contrepartie de la moitié de cette somme (Fleers 1954, p. 39-41 ; Olgiati 1996, p. 373-380 ; Balletto 1996, p. 319-322). La mesure envisagée implique que le volume d’alun produit dans l’île de Mytilène devait être passablement important. La somme allouée devait être supérieure à celle que son seigneur percevait de l’affermage des alunières. Elle ne permet toutefois pas de déterminer la production totale de l’île à ce moment, puisque nous ne connaissons pas les taux des fermes.

90Tout l’alun des membres de la société devait être concentré à Chio avant d’être exporté vers l’Occident, à l’exception d’une partie destinée au “golfe de Venise”, soit aux marchés de l’Adriatique, qui pouvait être embarquée à la Nouvelle Phocée (Heers p. 1954, 39-43 ; Olgiati 1996, p. 373-378). Un accord de 1450 prévoyait l’envoi annuel de 6 000 cantares vers le “golfe de Venise” pendant cinq années (Olgiati 1996, p. 382). Venise n’en était toutefois pas la destination, puisque l’approvisionnement de cette ville était assurée par des Vénitiens. C’est d’ailleurs ce que confirme indirectement un marché conclu en 1452, qui stipulait la livraison d’alun d’une valeur de 3 000 ducats à Ancône par des Génois, apparemment dans le cadre du quota de la société alloué à l’Adriatique (Heers 1954, p. 45-46). On ne peut pas établir de quelle quantité d’alun il s’agit, faute de connaître sa qualité et son origine.

91Le cours de l’alun remonta dès la constitution du cartel en avril 1449, dans l’expectative d’un contrôle du marché. Il faut toutefois envisager également une réduction volontaire de l’exploitation à partir de 1449, sinon plus tôt, à cause de la surproduction et des stocks d’alun invendus. En effet, du 1er août 1445 au 15 octobre 1451, soit en six années et deux mois et demi, Phocée produisit au moins 106 350 cantares, si on inclut 5 000 omis dans le chiffre cité initialement et 6 % de fraude. Il faudrait y ajouter de l’alun « envoyé en divers lieux de Turquie », dont on n’avait pas le compte exact (Heers 1954, p. 37 et n. 20 ; Heers 1961, p. 405). La production aurait donc atteint au moins 17 160 cantares ou quelques 816 tonnes par an, correspondant à un accroissement d’environ 19 % par rapport à celle de 1340 environ, évaluée à 14 000 cantares par Pegolotti (Pegolotti 1936, p. 369).

  • 105 Heers 1954, p. 49 et 50, n. 64, date le premier accord en 1451, alors qu’il s’agit de 1452. Ibid.,(...)

92Vers la fin de 1452 Francesco Draperio faisait manifestement face à de gros problèmes financiers, en rapport avec le renouvellement de son monopole sur les alunières ottomanes. Avant de se présenter devant Mehmed II, il fut obligé d’obtenir des prêts parce qu’il manquait de liquidités. C’est ainsi qu’il faut interpréter divers contrats qu’il conclut avant de se rendre à Andrinople, capitale et siège du sultan. En vertu de l’un d’eux il obtint des draps génois estimés à 5 000 ducats de Chio pour vente à Andrinople, en plus de 45 000 aspres turcs, ainsi que la promesse d’une autre somme qui lui serait versée dans cette ville s’il réussissait à renouveler la concession. Le total s’éleverait donc à 12 000 ducats d’or de Chio. Comme garantie Draperio dut céder aux créanciers l’administration de divers revenus et la gestion des alunières de Phocée. En outre, il renonça à la ferme des « aluns du golfe de Venise » en faveur de Niccolô da Sestri, son ancien facteur à Phocée, mais continua à détenir les loca Caramiani et Marronie, sites couverts par la société de 1449 (Heers 1954, p. 49-50 ; Olgiati 1996, p. 382-384)105.

93On considère généralement que la conquête ottomane de Constantinople, le 29 mai 1453, mit fin à l’existence de la société de 1449. Il est toutefois probable que deux autres facteurs y contribuèrent dès avant la chute de la ville. Francesco Draperio échoua manifestement dans sa tentative d’obtenir de Mehmed II le renouvellement de la ferme des alunières ottomanes, parce qu’il était redevable d’arriérés au titre du monopole dont il avait joui. En outre, l’acquittement de cette dette semble avoir provoqué un différend entre Draperio et ses associés et la dissolution de fait de la société dans les premiers mois de 1453. Trois événements en témoignent. Une quinzaine de jours à peine après la prise de Constantinople, deux membres de la Mahone procédèrent à l’achat massif de tout l’alun entreposé à Chio. Une nouvelle société, appelée Societas omnium aluminum, fut constituée le 24 mai de l’année suivante. Enfin, l’exploitation des alunières de Mytilène reprit, puisque, vers la fin de 1456, on envisageait le renouvellement de leur affermage (Heers 1954, p. 50-51 ; Olgiati 1996, p. 384, 386). La dette de Francesco Draperio envers le sultan explique le soutien de ce dernier aux revendications formulées par le Génois à l’égard de la Mahone de Chio. En 1455 une flotte ottomane apparut devant l’île, avec Draperio à bord. L’amiral Hamza réclama 40 000 ducats que la Mahone devait au Génois au titre de livraisons d’alun, mais ne les obtint pas. Il s’agit donc de créances réelles, et non pas fictives comme on l’a affirmé (Heers 1954, p. 50). En définitive, Mehmed II annula la dette de Draperio (Ducas 1958, p. 402, 411, chap. XLIII, §§ 6, 14).

94L’ampleur croissante de la présence génoise dans l’exploitation des alunières de Grèce, de Mytilène et d’Asie Mineure, ainsi que dans le transport et la distribution de l’alun oriental au cours de la première moitié du XVe siècle limita l’activité des Vénitiens dans ces domaines et les contraignit à recourir à des producteurs et à des intermédiaires étrangers, entre autres génois. Les sources de l’alun de Romanie arrivant à Venise à cette époque étaient multiples, comme précédemment. Afin de simplifier la perception des taxes d’importation, il fut décidé en 1424 d’instaurer un taux uniforme pour l’alun de sorta, rouge ou blanc, et un autre de 50 % supérieur pour l’alun de roche (Sathas 1890-1899, III, p. 266, doc. 842).

95Le livre de comptes du Vénitien Giacomo Badoer, installé à Constantinople de 1436 à 1440, contient plusieurs références d’un grand intérêt au commerce de l’alun avec indications des prix, très variables selon la qualité, ainsi qu’aux frais d’emballage, d’embarquement et de transport. En 1438 et en 1439 Badoer achetait de petites quantités d’alun à des Grecs, dans un cas du petit alun (Badoer 1956, p. 390, lignes 18-19, et p. 646, lignes 2-20). Comme il ne s’agit pas d’alun de roche ou de sorta, il est probable qu’il était de qualité médiocre et provenait d’une l’alunière ottomane ou byzantine de la région de la mer de Marmara. En 1438 Badoer expédiait vers Majorque 1 300 cantares d’alun en mélange provenant de Koloneia à 4 hyperpères le cantare, soit au total d’une valeur de 5 200 hyperpères, prix auquel s’ajoutait 1/3 d’hyperpère par cantare de frais comprenant l’embarquement sur le navire. En outre, il envoyait à Majorque 200 cantares d’alun de roche à 7 hyperpères le cantare, frais compris (Badoer 1956, p. 524, lignes 27-33). Ni l’origine de l’alun, ni l’identité des marchands auxquels Badoer l’avait acheté ne sont indiqués. La même année un navire vénitien partant de Constantinople devait charger de l’alun à Maroneia et le transporter à Venise pour le compte de Badoer (Badoer 1956, p. 499, lignes 18-19). En 1439 il était prévu que ce dernier recevrait un autre chargement de Maroneia à Constantinople (Badoer 1956, p. 642, lignes 6-11). On a vu qu’en 1439 Badoer achetait de l’alun à Francesco Draperio (Badoer 1956, p. 622, lignes 22-23). Dans ces derniers cas, l’alun provenait de sources génoises.

  • 106 R. Predelli, I Libri Commemoriali della Repubblica di Venezia. Regesti (1293-1787), Venise, 1876-1 (...)

96Trois années plus tard Batista Cigalla, envoyé par la Commune de Gênes à Venise, fut chargé de régler les conditions de vente de l’alun à Coron et à Modon. Une partie de cet alun devait être consommée sur place, le reste étant réexporté vers Venise. À la suite des pourparlers, Venise autorisa les Génois à vendre l’alun dans les deux localités du Péloponnèse, mais enjoignit aux châtelains de ces dernières de surveiller les prix et d’établir les quantités vendues (Thiriet 1958-1961, III, doc. 2566, 2596). L’importation génoise d’alun à Modon est confirmée avant décembre 1442, quand Giovanni Lomellino déposa auprès du vice-consul génois en poste dans cette localité une cargaison d’alun de roche provenant de Péra, dont le poids dépassait 7,8 tonnes106. L’approvisionnement vénitien à des sources génoises est illustré à nouveau en 1452, quand deux Vénitiens acquérirent clandestinement 150 cantares d’alun à Phocée, cas évoqué en 1461 (Balletto 1996, p. 334, 340-342, doc. 2). Il est clair que Venise, fidèle à sa politique en matière de transport maritime, réservait à ses propres citoyens, sujets et navires l’importation de l’alun en métropole.

97La domination génoise sur l’exploitation des alunières de Phocée, de la Mer Égée et de Grèce dans la première moitié du XVe siècle et sur la commercialisation de l’alun oriental, sauf celui de l’Egypte, depuis 1428, explique les soucis de Venise au sujet de son propre approvisionnement et son attention soutenue aux facteurs qui pourraient l’améliorer. Ainsi, vers 1411 on envisageait l’éventualité d’une production d’alun dans la région continentale de la Grèce proche de l’Eubée. En cette année Jacopo Trevisan, envoyé auprès du prince ottoman Musa, fut chargé d’obtenir la confirmation d’un accord antérieur avec Süleyman, frère de ce dernier, qui avait cédé à Venise un territoire large de cinq milles face à Négrepont. Il était prévu que les Ottomans retiendrait les lieux d’embarquement du blé, ainsi que ceux de l’alun si on en produisait dans la région (Iorga 1899-1902, I, p. 196-199). Par ailleurs, il est hautement significatif qu’en 1444, alors que Venise tentait de mettre sur pied une coalition contre les Ottomans (Thiriet 1959, p. 378), certains sénateurs suggéraient, pour des raisons évidentes, qu’elle retienne Maroneia en cas de réussite de la campagne militaire envisagée (Iorga 1899-1902, III, p. 177-178). On se souviendra que le site était détenu à ce moment par les Gattilusio, des Génois, qui depuis le règne de Murâd Ier (1362-1389) payaient un tribut aux sultans ottomans (Miller 1921, p. 333). Il faut croire que, pour cette raison, certains Vénitiens considéraient que les alunières de Maroneia étaient en territoire ottoman et pouvaient donc être conquises.

98À partir de la première moitité du XVe siècle Venise encouragea la prospection et l’exploitation minière dans ses propres territoires, aussi bien en Italie qu’outremer. Elle espérait tirer un double bénéfice de l’alun : fiscal d’abord, en concédant des monopoles d’exploitation, de fabrication et de commercialisation aux plus offrants, économique ensuite, en assurant les besoins croissants du marché vénitien à partir de sources sous son contrôle direct. Des initiatives privées ayant le même but se manifestèrent dans d’autres régions échappant à l’emprise génoise.

  • 107 Aucune source n’appuie l’assertion de Thiriet 1959, p. 418-419, selon laquelle la Crète et Négrepo (...)

99En 1429 le Sénat de Venise accorda pour la première fois le monopole de l’exploitation de gisements d’alunite et de fabrication de l’alun dans toute la Crète, pour une période de dix années, à des associés ayant soumis une proposition à cet effet. Les termes de la concession font ressortir que la Crète ne produisait pas d’alun à ce moment. Tel était encore le cas en 1445, quand un autre groupe de résidents obtint un monopole, dont la durée et l’extension géographique étaient semblables. L’exploitation des gisements sur les terres d’autrui dépendrait toutefois du consentement de leurs propriétiaires ou détenteurs. Les concessionnaires n’obtinrent apparemment pas l’agrément de ces derniers ou ne parvinrent pas à réunir les capitaux et les techniciens nécessaires à l’entreprise. Toujours est-il qu’une nouvelle concession fut accordée en 1454 qui, elle non plus, ne produisit aucun résultat concret. On en trouve confirmation en 1472, quand une concession minière de caractère plus général fut octroyée à un autre groupe qui comprenait peut-être un technicien venu de l’extérieur, tel qu’on en trouvait parmi les promoteurs d’entreprises minières en Vénétie. L’intérêt des concessionnaires pour les entreprises qu’ils projetaient en Crète et les efforts qu’ils déployèrent semblent avoir été de courte durée. En définitive, il n’y eut pas de production d’alun dans l’île (Jacobv 1987, p. 129-142)107.

  • 108 Édition par M. Koumanoudi, « Circa conventionem allu-minam sive allumeriarum... » : Μία ἐπιχείρηση (...)

100Aux territoires sous la domination directe de Venise il y a lieu d’ajouter les îles de la Mer Egée aux mains de seigneurs vénitiens, dont Mélos. Pline l’Ancien considérait que l’alun de cette île était parmi les meilleurs et le classait immédiatement après celui d’Égypte (Pline l’Ancien XXXV, 184 ; Renfrew 1982, p. 233). Pourtant, l’alun de Mélos n’est pas signalé dans les sources médiévales jusqu’au XVe siècle. Un accord conclu en 1446 entre Giacomo II Crispo, duc de Naxos ou de l’Archipel, et le Vénitien Giacomo Priuli fournit un témoignage indirect à ce sujet108. Un représentant du Vénitien avait apparemment prospecté le terrain, évalué les chances de réussite et soumis un projet d’exploitation au duc. Les pourparlers qu’il conduisit avec ce dernier aboutirent à un accord, dont les modalités méritent notre attention.

101À la demande de Priuli, le duc octroya à ce dernier le monopole sur l’exploitation des gisements d’alunite connus et de ceux qui seraient découverts à l’avenir dans toute l’étendue de son duché, qui comprenait plusieurs îles de la Mer Égée. Le contrat était valable pour une durée de quinze années à partir du moment où la production de l’alun commencerait, le Vénitien jouissant d’un quart des revenus. Au terme de cette période, lui et ses héritiers auraient la priorité par rapport à des tiers dans la jouissance des alunières ou obtiendraient au moins 10 % de leurs revenus. On envisageait les difficultés que le concessionnaire éprouverait à réunir la main-d’œuvre nécessaire ou que celle-ci refuserait de travailler en contrepartie des salaires usuels. Le duc s’engageait, en ce cas, à contraindre ses sujets libres et serviles, y compris ceux de Mélos, à travailler à l’extraction du minerai, à la fabrication de l’alun, ainsi qu’au transport terrestre et maritime et aux constructions nécessaires à l’exploitation. En outre, il apportait une contribution sous forme de terrains pour la fabrication et l’entreposage de l’alun et promettait de ne pas imposer de taxe sur les alunières ou le matériel nécessaire à leur exploitation, qui devait être importé. Il était prévu qu’il mettrait à la disposition de Priuli ou de ses représentants des logements et leur fournirait une certaine quantité de froment et d’orge aux prix usuels à Mélos. Il devait également assurer l’approvisionnement des hommes et des animaux engagés dans l’entreprise en froment et en orge aux prix du marché, cette fois aux frais de Priuli. Celui-ci était toutefois autorisé à faire des achats de ces denrées ailleurs. La contribution du concessionnaire consistait en un investissement initial de 100 ducats vénitiens, sans nul doute destinés à continuer la prospection du terrain, à l’acquisition de matériel indispensable à l’exploitation et à la fabrication, ainsi qu’à des essais dans ce dernier domaine. En outre, si l’exploitation s’avérait rentable au bout d’une année, Priuli investirait une somme supplémentaire de 600 ducats pour financer la continuation des travaux. La première somme lui serait entièrement remboursée sur les premiers revenus obtenus, et il en serait de même pour la seconde l’année suivante. En cas d’échec, Priuli obtiendrait les trois quarts de ses investissements.

  • 109 Une recherche archéologique récente effectuée dans le S. –E de l’île s’est révélée infructueuse : (...)

102Notre document mentionne des alunières connues dans le duché de Naxos, sans les localiser. Ses références à Mélos permettent toutefois de les situer dans cette île. Il s’agit probablement d’une zone riche en alunite à l’est de la plaine de Chora, dans la partie orientale de l’île comprenant la localité de Stypsis (Renfrew 1982, p. 77, 81, 146, 233). Nous avons déjà rencontré un toponyme semblable à Mytilène109. L’allusion spécifique à la main-d’œuvre de Mélos qui refuserait de travailler ailleurs ou d’accepter les salaires usuels implique qu’il s’agit d’ouvriers expérimentés travaillant déjà à l’extraction de l’alunite et à la fabrication de l’alun. Giacomo Priuli envisageait leur déplacement éventuel, de toute évidence au cas où l’exploitation de nouveaux gisements s’avérerait plus rentable. On peut en déduire que les alunières en cours d’exploitation étaient de faible importance et que le volume de leur production était restreint. C’est probablement ce qui avait induit le duc Giacomo II Crispo à s’associer à Giacomo Priuli.

103Malgré les apparences, le régime du monopole octroyé à ce dernier différait nettement de celui qui gouvernait les concessions en Crète. Dans cette île les bénéficiaires, tous crétois sauf en 1472, étaient groupés en associations afin de réunir les capitaux nécessaires à leurs entreprises (Jacoby 1987, p. 131-134, 136, 139-141). Ils devaient couvrir tous les frais de ces dernières et jouir de tous les revenus qu’elles produiraient. Sauf dans le premier cas, ils étaient contraints de s’accorder avec les propriétaires ou détenteurs de terres sur lesquelles les gisements d’alunite seraient découverts, le rôle de l’État étant limité à l’octroi des concessions. En revanche, dans le duché de Naxos Giacomo Priuli venait de l’extérieur et était le seul à investir des capitaux. En contrepartie, il s’assurait la contribution du duc, partenaire à part entière censé de fournir tous les éléments locaux indispensables à la réussite de l’entreprise : terrains et installations de base pour l’exploitation, logements et financement partiel des frais d’entretien pour le concessionnaire ou ses représentants et, si nécessaire, la main-d’œuvre, bien qu’au compte de Priuli. Ce dernier ne bénéficierait toutefois que du quart des revenus, après remboursement des sommes qu’il aurait investies. Le duc mourut près d’un an après la conclusion de l’accord. On ne sait rien du sort réservé à l’entreprise projetée.

104Trois facteurs bouleversèrent complètement le commerce de l’alun en l’espace d’une dizaine d’années, de 1453 à 1463. Le premier, qu’on n’a pas évoqué jusqu’ici et dont l’importance est manifeste, est l’échec de Francesco Draperio dans sa tentative de renouveler le monopole sur l’alun de Turquie en 1453. Il en a été question plus haut. La conquête ottomane de l’Ancienne et de la Nouvelle Phocée en 1455 priva les Génois des plus importantes alunières qu’ils exploitaient directement (Heyd 1885-1886, II, p. 319-320 ; Olgiati 1996, 385). C’est en vain que les Génois Cesare Doria et Oberto Squarzafico tentèrent d’obtenir la ferme de l’alun de l’empire ottoman en 1457 (Heers 1961, p. 397). Les alunières des Gattilusio en Grèce pourraient avoir été perdues dès 1455, quand Mehmed II conquit Ainos, et celles de l’île de Mytilène passèrent aux mains du sultan en 1462 (Heyd 1885-1886, II, p. 320-322 ; Miller 1921, p. 337-349). Dès lors les Génois n’eurent plus d’accès direct à l’alun produit en Asie Mineure et dans la région de la Mer Égée, et leur emprise sur le commerce de l’alun oriental s’effondra. Quant à la découverte des gisements de Tolfa en territoire pontifical, en 1460 ou 1461 au plus tard (Zippel 1907, p. 14-18), elle annonça la fin de la prépondérance de l’alun oriental dans le commerce et dans l’industrie de l’Occident.

  • 110 Le cantare génois était équivalent à 100 livres lourdes vénitiennes. On ne peut pas comparer les p (...)

105Fréquemment mentionné dans les actes notariés génois jusqu’en 1454, l’alun y devient de plus en plus rare par la suite. Après la conquête ottomane de la Nouvelle et de l’Ancienne Phocée en 1455, l’alun accumulé à Chio et celui des alunières de Mytilène permirent d’alimenter le commerce génois pour quelque temps. Les stocks d’alun à Chio étaient en voie d’être épuisés dès 1458 et l’étaient plus ou moins dès 1460. Les prix de l’alun, y compris de celui qui était importé de la Méditerranée occidentale, augmentèrent sensiblement à Gênes. Selon cer- taines estimations, il aurait été multiplié par cinq en l’espace d’une quinzaine d’années (Heers 1954, p. 50-53 ; Heers 1961, p. 397-398, 652). Encore faudrait-il savoir si cette hausse était du même ordre de grandeur pour toutes les qualités d’alun. En 1460 le Vénitien Zuan Mocenigo affirmait que l’alun de sorta, donc en mélange, se vendait autrefois à 5 ou 6 ducats le migliario ou 1 000 livres lourdes vénitiennes, mais était monté à 45 ducats et coûtait par conséquent neuf fois autant (Mandich 1958, p. 336-337, 352-353)110.

106Quelles étaient les raisons de la pénurie et de la hausse sensible des prix ? Il n’est guère plausible que Mehmed II ait entravé ou empêché l’exportation d’alun de ses territoires, comme Zuan Mocenigo (Mandich 1958, p. 336, 352) et plusieurs historiens modernes l’ont affirmé. En effet, le sultan avait tout intérêt à la promouvoir. Il faut donc attribuer la pénurie ressentie à Chio, à Gênes et à Venise à d’autres facteurs. Il ne peut faire de doute que l’éviction du personnel administratif génois gérant l’exploitation des alunières et les réseaux de distribution de l’alun causa de sérieuses perturbations dans ces domaines. Cette éviction se fit en trois étapes. La première eut lieu au début de 1453, quand Francesco Draperio échoua dans sa tentative de renouveler le monopole sur l’alun ottoman. On comprend dès lors l’empressement avec lequel la nouvelle société créée à Chio peu après acheta l’alun entreposé dans l’île. La seconde éviction eut lieu à la suite de l’occupation ottomane de Phocée et des alunières de Macédoine en 1455, et la troisième après la chute de Mytilène en 1462. Il fallut quelque temps pour remplacer le personnel génois et remettre en marche la production et de la commercialisation de l’alun.

  • 111 Résolution du 2 décembre 1456, citée par F. Babinger, Johannes Darius (1414-1494), Sachwalter Vene (...)
  • 112 Cf. supra, p. 243 et 248.

107C’est précisément dans ces années, en 1456, que se situe la tentative de Giacomo de Medio, Vénitien de Crète, d’obtenir la ferme des alunières de l’Ancienne et de la Nouvelle Phocée {le Foie, au pluriel), grâce à l’intervention de Jaqub Pacha, le médecin juif du sultan Mehmed II. Il n’est guère surprenant que Venise ait appuyé cette initiative. L’importance qu’elle y attachait se mesure au fait que le Sénat promit au médecin jusqu’à 1 000 ducats en cas de réussite111. Les démarches entreprises par le Vénitien semblent avoir échoué, puisque l’année suivante, en 1457, Phocée n’était apparemment pas encore affermée. C’est ce qu’on peut déduire de l’initiative des Génois Cesare Doria et Oberto Squarzafico qui, on l’a vu, tentèrent en cette année d’obtenir la ferme de l’alun ottoman, mais sans succès. La présence de Paride Giustiniani, membre de la Mahone de Chio, à l’Ancienne Phocée en 1459 ne permet pas de conclure qu’il administrait le site, ainsi qu’on l’a envisagé (Olgiati 1996, p. 386-387). Il semble beaucoup plus plausible que les alunières de Phocée étaient alors aux mains des Vénitiens Bartolomeo Zorzi et Girolamo Michiel. En 1463 ils étaient débiteurs de 150 000 ducats envers Mehmed II (Heyd 1885-1886, II, p. 328). Outre le taux d’affermage, cette somme comprenait probablement des taxes perçues sur la commercialisation de l’alun, comme à l’époque où Giovanni Adorno détenait la Nouvelle Phocée112. Si le taux annuel de la ferme avant 1463 était de 20 000 ducats, comme en 1475 (Babinger 1956, p. 67), les deux Vénitiens devaient détenir Phocée depuis cinq années au moins, ce qui nous ramène à 1458.

108La pénurie d’alun ressentie en 1460 en Occident devait somme toute être provisoire. L’alun turc était importé sur grande échelle dès avant 1462, puisque Giovanni da Castro, qui découvrit les gisements de Tolfa en cette même année, déclarait au pape Pie II que Mehmed II tirait un revenu annuel de 300 000 ducats des exportations d’alun (Delumeau 1962, p. 21). Ce chiffre paraît nettement exagéré, ainsi que le démontre un petit calcul tout hypothétique prenant comme point de départ le prix de 4 1/2 ducats payé en 1460 à Venise pour l’alun de sorta, de qualité moyenne. Ce prix comprenait les frais de transport à partir des alunières ottomanes, les taxes d’importation à Venise et la marge de bénéfice du vendeur. Compte tenu de ces facteurs, il est probable que le prix d’achat de l’alun à la source atteignait tout au plus trois ducats, ce qui suppose que l’empire ottoman aurait exporté annuellement 100 000 cantares, soit 4 760 tonnes, ou même davantage. Or avant 1452 les importations annuelles d’alun oriental en Occident n’avaient jamais atteint un tel volume. On se souviendra que le consortium constitué à Chio en 1449, qui dominait toute la production d’alun oriental hors d’Égypte, envisageait d’écouler 500 000 cantares en six années, soit en moyenne 83 333 cantares ou 3 966 tonnes par année. Cette quantité devait plus ou moins couvrir toute la demande du marché occidental. Notons que du 1er novembre 1462 au 1er avril 1466 la production annuelle moyenne de Tolfa était beaucoup plus réduite, puisqu’elle n’atteignait que 1 830 tonnes et que ce chiffre baissa par la suite (Delumeau 1962, p. 21, 124-125).

  • 113 Cf. R. C. Mueller, The Venetian money market. Banks. Panics and the public debt, 1200-1500. Baltim (...)
  • 114 Pour les poids florentins, cf. Mallett 1967, p. 177.

109L’exploitation des gisements pontificaux à Tolfa commença donc en novembre 1462 (Delumeau 1962, p. 20, n. 1, p. 79, 128). En 1463 le pape Pie II interdit aux marchands chrétiens l’importation d’alun oriental, et en 1465 son successeur Paul II tout achat d’alun autre que celui de Tolfa (Liagre 1955, p. 196 ; Delumeau 1962, p. 23). À partir de 1463 des galées de la Commune de Florence chargèrent à Civitavecchia de l’alun de Tolfa destiné à la Flandre et à l’Angleterre, et des navires d’autres nations se joignirent à elles (Mallett 1967, p. 94-95, 100, 136-137 ; Delumeau 1962, p. 34-35). Dans la même année les Vénitiens Bartolomeo Zorzi et Girolamo Michiel qui, on l’a vu, détenaient la ferme de l’alun de Phocée, s’engagèrent à en livrer en Angleterre113. Il n’est pas clair si la livraison eut lieu, puisque les deux associés prirent la fuite quand la guerre entre Venise et les Ottomans éclata peu après (Heyd 1885-1886, II, p. 328). Toujours est-il que l’accord témoigne de la continuation des importations d’alun ottoman en Occident, malgré la proclamation de Pie II. On en trouve d’ailleurs confirmation à Bruges, où de grosses quantités d’alun amené de Trébizonde, Phocée et Chio se trouvaient sur le marché entre 1462 et 1468, parce que son prix était inférieur à celui de Tolfa (Liagre 1955, p. 197). Les Médicis de Florence acquirent d’importantes quantités d’alun pontifical dès 1463 et jouirent du monopole de sa commercialisation à partir de 1466 (Delumeau 1962, p. 82-83). N’empêche que la galée Ferrandina, probable- menment louée par eux, ramena d’un voyage à Chio et à Rhodes en 1467 une petite cargaison de 600 cantares ou 30,6 tonnes environ d’alun, probablement originaire de Phocée (Mallett 1967, p. 102, 119-120)114.

  • 115 Il ne s’agit pas d’une initiative de Venise en tant qu’état, comme le suggère Delumeau, mais bien (...)

110Ce fut toutefois surtout Venise qui continua à importer l’alun ottoman. Le traité du 18 avril 1454 qu’elle conclut avec Mehmed II permit une reprise des relations commerciales avec l’empire ottoman (Heyd 1885-1886, II, p. 316-317). On a noté plus haut l’appui de Venise aux efforts de Giacomo de Medio au sujet de l’Ancienne et de la Nouvelle Phocée. En outre, elle encourageait la prospection des terrains en vue de l’extraction d’alun dans ses propres territoires. Un édit à cet effet fut publié en 1461. Déjà auparavant, en 1454, elle avait accordé un monopole sur la production et sur le commerce de l’alun en Crète, examiné plus haut. Des demandes de monopole furent soumises pour la Terre Ferme en 1467, 1468 et 1472 (Mandich 1958, p. 337-340, 353-354, 356-358), et à nouveau pour la Crète en 1472. En 1461 deux Vénitiens obtinrent du duc Sigismond d’Autriche le droit d’exploiter l’alun au Tyrol, mais cette initiative privée se solda par des résultats plutôt modestes et ne put guère influer sur l’approvisionnement de Venise en alun (Delumeau 1962, p. 19 et 44)115.

  • 116 Giacomo Rizzardo, La presa di Negroponte fatta dai Turchi ai Veneziani net MCCCCLXX, éd. E. A. Cic (...)

111Il est fort probable que Mehmed II octroya des monopoles sur l’alun à des Vénitiens, de préférence à d’autres Latins, afin d’assurer la continuation des importations vénitiennes d’alun ottoman. On a déjà constaté que deux Vénitiens détenaient la ferme de Phocée dans les années précédant la guerre vénéto-turque, qui éclata en 1463. Malgré ce conflit, quelques Vénitiens continuèrent a résider à Constantinople. En octobre 1466 Antonio Michiel détenait la ferme de l’alun « à Constantinople », che ha l’apaltο de i allu-mi a Costantinopoli (Malipiero 1843, p. 39). S’agit-il d’un monopole sur l’exportation à partir de Constantinople seulement ou pour tout l’empire ottoman, son bénéficiaire résidant dans cette ville ? On ne peut le savoir. Un fermier vénitien d’alun ottoman se trouvait à Négrepont en 1470, quand la ville tomba aux mains du sultan Mehmed II, et y fut exécuté pour avoir caché des Francs. On ne sait ni son nom ni la nature de ses compétences116. En 1475 les alunières de l’Ancienne et de la Nouvelle Phocée étaient affermés pour trois années pour la somme de 60 000 ducats, mais le nom des concessionnaires reste inconnu (Babinger 1956, p. 67). En tout cas, les opérations des fermiers vénitiens doivent avoir contribué à la continuation des importations vénitiennes d’alun ottoman pendant la guerre vénéto-turque, sans nul doute avec l’acquiescement du sultan.

  • 117 La moyenne calculée par Delumeau 1962, p. 302, 303 (tableau XXXV), et 304 (graphique), ne reflète (...)

112En effet, en dépit du conflit, qui avait éclaté en 1463, les envois d’alun de Tolfa vers Venise restèrent fort limités jusqu’en 1467. Des 37 419 cantares importés dans la ville de 1462 à 1478 (Delumeau 1962, p. 31 et 287, tableau XXXI), 30 867 le furent entre le 18 février 1467 et le 1er juillet 1470 (Delumeau 1962, p. 84)117. Les faibles importations d’alun pontifical antérieures à 1467 impliquent que l’alun ottoman continuait à arriver sur le marché vénitien et y couvrait la majeure partie de la demande. De toute évidence, son prix était inférieur à celui de l’alun de Tolfa. Ces deux facteurs expliquent pourquoi l’écoulement de l’alun pontifical entreposé à Venise se heurtait à de sérieuses difficultés. Au début de 1469, la Chambre apostolique conclut un accord avec Bar-tolomeo Zorzi qui, on s’en souviendra, s’était enfui de l’empire ottoman en 1463. Elle lui accorda pour trois années le monopole de la vente de l’alun pontifical, à raison de 6 000 cantares par an, à Venise même et sur les territoires vénitiens, dans la Marche Trévisane, en Lombardie, en Romagne jusqu’à Fano, au Frioul, en Autriche et en Allemagne du Sud, mais à l’exclusion des domaines de Savoie et des terres pontificales. Zorzi s’engageait à acheter l’alun, pris sur les stocks existant alors à Venise, à raison de 3 ducats le cantare. En outre, il devait couvrir les frais de transport de cet alun de Tolfa à Venise, de l’ordre de 4 000 ducats (Zippel 1907, p. 47 et n. 3 ; Delumeau 1962, p. 31). L’alun lui revenait donc à près de 3 1/4 ducats le cantare, prix fort élevé. Il n’est guère surprenant qu’il ne respecta pas l’accord.

  • 118 La chute de Négropont aux mains de Mehmed II le 12 juillet 1470 était connue à Venise avant la fin (...)
  • 119 En 1479, il est question de 100 000 ducats per resto de ogno conto, aucun nom n'étant cité. Toutef (...)

113C’est pourquoi dès l’année suivante, en juillet ou août 1470, la Chambre apostolique conclut un autre accord, cette fois avec le gouvernement de Venise. Elle lui céda l’alun entreposé dans la ville pour l’aider à financer la défense de l’Eubée contre les Turcs, et lui octroya le droit de le vendre dans les régions mentionnées dans son accord avec Zorzi118. Fait significatif, le prix de vente ne devait pas descendre au-dessous de 22 ducats les 1 000 livres, soit 2,2 ducats le cantare, Venise assumant les frais d’acheminement. Venise s’engageait également à interdire l’importation par voie de terre d’aluns autres que celui de Tolfa, jusqu’à épuisement des stocks de ce dernier qui, en décembre 1470, atteignaient 20 000 cantares (Zippel 1907, p. 48-50 ; Delumeau 1962, p. 31-32). La Chambre apostolique avait donc réalisé que l’écoulement de l’alun pontifical accumulé à Venise exigeait une sensible réduction du prix, mais voulait éviter que celle-ci ne nuise à sa vente sur d’autres marchés. Quant à la clause restrictive se référant aux importations par voie terrestre, elle prouve clairement que Venise refusait de se soumettre au monopole que le Saint-Siège tentait de lui imposer et se réservait le droit d’importer l’alun ottoman par voie maritime. Les importations d’alun de Tolfa à Venise doivent avoir été faibles de 1470 à 1479, compte tenu des chiffres mentionnés plus haut. Les stocks existants, l’alun ottoman importé malgré la guerre ou les deux sources combinées couvraient la demande. Il est en tout cas évident que Venise désirait une reprise des importations d’alun turc sur grande échelle, une fois la guerre terminée. À cet effet elle s’engagea en 1479, lors de la conclusion du traité de paix avec Mehmed II, à rembourser la dette de Bartolomeo Zorzi et de Girolamo Michiel en deux annuités. En 1481, elle acquittait la moitié de cette somme (Malipiero 1843, p. 12)119 L’année suivante le nouveau sultan, Bajazet II, permit le paiement du solde en trois tranches (Heyd 1885-1886, II, p. 329). Venise continua à importer l’alun turc par la suite, mais l’alun oriental ne put jamais regagner le rôle majeur qu’il avait eu en Occident avant 1462.

***

114Sous quelle forme l’alun oriental était-il commercialisé et comment voyageait-il ? L’alun de roche de Koloneia, de première qualité, était vendu à l’état pur, mais aussi di sorta ou mischiato, mélangé à la source à un petit alun de moindre qualité du même site, donc grosso et minuto. Les mêmes variétés d’alun de Phocée était vendues non seulement en mélange, comme l’indique Pegolotti (Pegolotti 1936, p. 369), mais aussi séparément (Doehaerd 1952, p. 160-163, doc. 168). Le pourcentage de gros alun, sa blancheur et sa clarté, l’absence de cailloux ou de sable déterminait la qualité du lot. Il y avait également un alun « tout petit », îutto minuto, appelé corda ou fossa, et une « poudre d’alun », polvere d’allumé, les variétés les plus médiocres (Pegolotti 1936, p. 43, 293, 306, 368-370). Parfois les marchands procédaient eux-mêmes au mélange d’aluns de qualités ou de sources différentes. Ainsi en 1141 un marchand de Fez instruisait-il son agent à Almeria (Espagne) de vendre chaque qualité d’alun qu’il lui expédiait à part ou de faire un mélange, selon la conjoncture du marché (Goitein 1973, p. 267, doc. 60). Ce cas ne devait pas être isolé.

  • 120 Pour le poids de la « charge », cf. supra, n. 38.

115Seuls les sacs étaient utilisés pour le transport de l’alun oriental par bêtes de somme. En revanche, l’emballage pour le transport maritime variait. Les sacs étaient de règle au départ de l’Egypte, région pauvre en bois où l’utilisation de caisses, fort coûteuses, était limitée à un petit nombre de denrées (Goitein 1967-1993,1, p. 334). Comme pour toutes les autres marchandises (Goitein 1967-1993, I, p. 486, n. 21), l’alun était remballé avant d’être embarqué pour la traversée de la Méditerranée. Souvent on groupait plusieurs sacs en balle ou paquet, appelés respectivement balla ou fa. rd. ello. Pegolotti fournit le tarif perçu entre 1330 et 1345 à Constantinople et à Péra pour les opérations relatives aux deux emballages consécutifs, qui comprenaient la couture et le liage des sacs, auxquels s’ajoutait le marquage, nécessaire pour l’identification du marchand auquel la marchandise appartenait : per insaccaree cuciree legaree segnare le sacca (..) carati 1 per balla (Pegolotti 1936, p. 45). Pour les sacs on utilisait un solide canevas, une grosse toile de chanvre relativement chère (Pegolotti 1936, p. 88 ; Goitein 1967-1993, I, p.333 ; Goitein 1973, p. 275-278, doc. 63), et une corde avec laquelle on les nouait. En 1342 un marchand de Barcelone achetait du canevas à Péra pour en faire confectionner des sacs et de la corde pour les lier. Une fois l’emballage complété, ses sacs contenaient de 85 à 88 kg d’alun (Duran 2002, p. 85-86, 129-132, 146). Pegolotti mentionne l'arrivage à Bruges d'alun en balla liée avec une corde, legata con corde (Pegolotti 1936, p. 240, 243). L'hypothèse selon laquelle les balles pesaient en moyenne 350 livres (Goitein 1967-1993, I, p. 335 ; Goitein 1973, p. 274, doc. 63) doit être écartée. Leur poids était variable, comme pour toutes les marchandises (Heers 1955, p. 183). En 1248 un Placentin vendait à Marseille 40 sacs d'alun d'Alep pesant au total 30 « charges » de Provence, soit 3 744 kg ou 93,6 kg en moyenne, probablement dans l'emballage originel effectué au Levant (Blancard 1884-1885, II, p. 267-268, doc. 11/946)120. La balla servait souvent d'unité de base pour le calcul de la taxe frappant l'alun. Il en était ainsi à Chypre, de même au Brabant, d'après un édit de 1315 du duc Jean (Pegolotti 85, p. 88 ; Pallavicino 2002, p. 53, doc. 1263). Cet alun importé par les Génois arrivait par mer dans son emballage d'origine. Pegolotti mentionne également les sacs quand il traite de la conservation de l'alun en magasin (Pegolotti 1936, p. 368).

  • 121 Le caratello était un petit tonneau de forme allongée et étroite, utilisé pour le transport de vin (...)
  • 122 Cf. Mallett 1967, p. 178, pour le poids.

116Cet emballage était particulièrement rentable pour le transport maritime, parce que les sacs et balles d’alun pouvaient être entassés dans les navires avec une perte minime d’espace entre eux. En 1155 la Commune de Gênes livra diverses marchandises à des représentants de Plaisance à titre de compensation, dont 2 310 livres génoises d’alun en sacs et en barils, in saccos et multa barrilia (Rovere 1992, p. 250-251, doc. 174). À cette époque le seul alun oriental importé à Gênes provenait d’Egypte, ce qui implique que l’alun en barils avait été soit remballé, soit importé d’un pays de la Méditerranée occidentale. N’empêche que l’alun oriental provenant de régions autres que l’Egypte voyageait parfois dans des contenants en bois. À Ancone l’alun, sans nul doute d’origine orientale, était vendu en sacs ou en tonneaux (Pegolotti 1936, p. 158). En 1376, l’alun d’Asie Mineure arrivait à Gênes en barils (Day 1963, p. 260). Giacomo Badoer, qui séjourna à Constantinople de 1436 à 1440, signale dans son livre de comptes des envois dans des emballages de canevas, ainsi que dans des caratelli, botte ou barili, respectivement des tonnelets, tonneaux ou barils. Dans un cas il fit emballer près de 13 cantares d’alun, soit environ 619 kg, dans deux barils (Badoer 1956, p. 646, lignes 12-13 ; p. 647, lignes 1-10 ; p. 390, lignes 18-21)121. La région proche de Constantinople et l’Asie Mineure étaient riches en bois, mais il n’est pas exclu que les contenants en cette matière signalés dans les documents étaient arrivés d’Occident et réutilisés dans les ports de la Méditerranée orientale. En 1467 un navire florentin chargeait 228 barils d’alun en Sicile, tandis qu’un autre en ramenait 52 balles de 80 à 85 kg (Mallett 1967, p.120, 124)122.

  • 123 D. Puncuh (éd.), I Libri Iurium della Repubblica di Genova, I/3, Gênes, 1998, p. 463-464, doc. 645 (...)
  • 124 Goitein utilise le terme neutre de « container » dans sa traduction anglaise du document.

117L’utilisation d’outres de peaux était fréquente pour le vin, l’huile, l’indigo et le miel (Goitein 1967- 1993, I, p. 334 ; Pegolotti 1936, p. 33-34). Elle n’était pas très rentable pour l’alun, à moins que celui-ci n’ait consisté en petits cristaux ou en poudre. Vers 1202 un Génois saisit 28 outres (utres) d’alun transportées à bord d’un navire marseillais, pour lesquelles des compensations furent payées entre 1202 et 1204123. Cet alun avait probablement été remballé après être arrivé dans un port de la Méditerranée occidentale. Le terme zarf était utilisé dans les pays de langue arabe pour un contenant, dont la nature et le volume sont inconnus. On a avancé l’hypothèse que la centaine de zarfs qu’un marchand tunisien commandait en 1061 pour le transport d’huile vers l’Egypte étaient peut-être en peau de chèvre (Goitein 1967-1993,1993,I, p. 334 ; Goitein 1973, p. 90, n. 11). Ceci semble exclu pour un envoi d’alun de Fez à Almeria en 1141 (Goitein 1973, p. 267, doc. 60 ; Goitein 1967-1993, I, p. 334), compte tenu du petit volume qu’elle aurait pu contenir124. Il est d’ailleurs peu probable qu’il s’agissait d’un emballage standard, donc de poids fixe, comme on l’a supposé (Ashtor 1982, p. 482).

118Les contenants étaient vendus ou réutilisés, une fois l’alun arrivé à destination. En 1141 un marchand instruisait son agent de vendre les contenants appelés zarfs, dans lesquels il lui envoyait l’alun (Goitein 1973, p. 267, doc. 60). Un contrat de 1192 concernant de l’alun originaire de Bougie stipulait que l’emballage et la corde appartenaient à l’acheteur (Hall 1938, II, p. 289, doc. 1857). En 1346 un marchand installé à Candie demandait à son correspondant à Venise de vendre à bon prix les tonneaux dans lesquels il lui envoyait l’alun ou, au cas où il n’y parviendrait pas, de les lui renvoyer au plus vite afin qu’il puisse les remplir de vin crétois (Morozzo della Rocca 1957, p. 58).

***

119Notre étude révèle que la documentation concernant l’alun oriental est fragmentaire, éparse et inégalement répartie dans le temps et dans l’espace.

120Elle est loin de faire ressortir la complexité des problèmes liés à la production et au commerce de cet alun. Les sources des XIe –XIIe siècles relatives à l’Egypte permettent de reconstituer l’ensemble des opérations menant de l’exploitation des gisements à la circulation de l’alun sur le marché libre de ce pays. Il n’en est pas de même pour les autres régions, pour lesquelles on reste dans la plupart des cas mal informé sur les modalités et sur le financement de l’exploitation des alunières, sur les conditions de l’affermage des sites, ainsi que sur la nature des monopoles d’exploitation, de commercialisation et d’exportation. L’absence de séries de données chiffrées, telles qu’elles existent pour Tolfa (Delumeau 1962, p. 123-316), empêche la reconstitution des courbes de la production, des exportations, des prix et des frais de transport de l’alun oriental dans la longue durée. Il est toutefois possible de retracer l’évolution générale de la production et du commerce de l’alun oriental et de circonscrire les réseaux et les tendances principales de sa distribution dans la période qui s’étend de la première moitié du XIe jusqu’à la seconde moitié du XVe siècle.

121C’est la demande occidentale, plus que tout autre facteur, qui déclencha et stimula l’exploitation des gisements et rythma la fabrication et la commercialisation de l’alun oriental. Dans un premier temps, du XIe au XIIIe siècle, seule l’Égypte fournit l’alun oriental que l’Occident cherchait à acquérir. Comme sa consommation intérieure était modeste, c’est bien la demande extérieure, en hausse constante, qui explique l’instauration du monopole d’État sur l’alun, peut-être entre 1052/1053 et 1080 environ. En d’autres termes, ce monopole implique que, dès cette époque, la production et la commercialisation de l’alun atteignaient une dimension inconnue auparavant. Aussi longtemps que l’Égypte ne dut pas faire face à d’autres producteurs d’alun, elle détint un atout de premier plan pour s’approvisionner en matériaux “stratégiques”. Pendant un certain nombre d’années elle le fit au moyen d’un troc imposé entre l’alun et certaines de ces marchandises.

122Alors que la diffusion de l’alun d’Alep resta limitée au XIIIe siècle, celle d’Asie Mineure acquit une importance croissante dès les premières décennies de cette période et devint prépondérante au XIVe et dans la première moitié du XVe siècle. Nous ne savons point depuis quand les alunières de Kutahya et de Koloneia étaient exploitées. Toujours est-il que la production sur grande échelle de ces sites commença bien avant que leur alun ne soit attesté, respectivement depuis 1236 et vers 1245. L’activité commerciale dans le sultanat seldjukide de Rûm, dans lequel elles étaient situées, atteignit son apogée précisément dans la même période (Cahen 1953, p. 91-100). L’intensification de la production sur les sites seldjukides ne suffit pas à couvrir la demande croissante et diversifiée de l’Occident et stimula la mise en exploitation d’autres sites d’Asie Mineure, Phocée à partir de 1264 et ceux de la région de la Mer de Marmara vers le début du XIVe siècle. Leur développement marque un tournant dans l’approvisionnement de l’Occident en alun oriental, puisque l’axe principal reliant les sites de production à l’Occident en fut transposé du S.-E. vers le N.-E. de la Méditerranée orientale. La courbe ascendante de la production allait continuer jusqu’au milieu du XVe siècle.

123On considère généralement que les Génois dominaient ou du moins contrôlaient la production, le commerce et le transport de l’alun d’Asie Mineure, voire de tout l’alun oriental à partir du XIIIe siècle, en tout cas de 1380 à 1455. Cette affirmation a été répétée récemment encore (Fleet 1999, p. 81). On a également soutenu à maintes reprises que « les alunières de Phocée étaient les plus riches de tout l’Orient dès la seconde moitié ou, à la rigueur, dès la fin du XIIIe siècle » (Heers 1954, p. 31 ; Heers 1955, p. 394-395 ; Cahen 1963, p. 441). Les données fournies plus haut font toutefois ressortir que l’abondante documentation génoise, particulièrement bien exploitée, et l’absence d’autres sources d’information aussi riches, d’ailleurs négligées jusqu’ici, faussent la perspective. La proximité des gisements de Phocée avec la mer constituait un avantage certain, mais pas décisif, puisque les aluns d’autres gisements d’Asie Mineure restaient compétitifs malgré les frais de transport terrestre vers les ports d’embarquement. Si l’hégémonie génoise dans l’exploitation et la distribution de l’alun de Phocée et d’autres sites dans la région de la Mer Égée est incontestable, il n’en est pas de même par rapport aux autres alunières d’Asie Mineure, dont le volume total de production était d’ailleurs supérieur à celui de Phocée entre 1330 et 1345 et en partie de meilleure qualité. En outre, l’exploitation et la commercialisation de l’alun égyptien échappaient également à l’emprise génoise. Bref, les conditions dans lesquelles s’effectuaient la production et la distribution de l’alun oriental étaient beaucoup plus nuancées qu’elles ne paraissent à première vue, et leur évolution complexe n’a pas été retracée jusqu’ici. Il suffira d’en souligner les grandes lignes.

124L’entrée en scène des Zaccaria en 1264 inaugura une période d’une quarantaine d’années pendant lesquelles Phocée acquit un rôle croissant en tant que source d’alun. C’est également dans cette période que les Génois établirent leur domination dans le transport et la distribution de l’alun d’Asie Mineure jusqu’aux grands centres de consommation de l’Angleterre et de la Flandre. Il n’en était toutefois pas de même en Méditerranée orientale, puisque Venise réservait à ses propres citoyens, sujets et navires l’acheminement des marchandises vers la métropole. Des sujets et des bateaux d’autres nations étaient également impliqués dans le commerce et dans le transport de l’alun oriental, mais leur rôle était mineur.

125Le morcellement politique de l’Asie Mineure en émirats indépendants à partir du début du XIVe siècle limita l’emprise génoise dans ces régions et ouvrit la voie à Venise, qui conclut des accords séparés avec deux de ces principautés et tenta d’exploiter la concurrence entre elles. Ses efforts se soldèrent par l’abolition de monopoles sur le commerce de l’alun et de prix imposés dans l’émirat d’Avdin et par l’absence de tout monopole dans celui de Menteshe. De manière plus générale, la gestion efficace des alunières génoises d’Asie Mineure et, à partir de la seconde moitié du XIVe siècle, de celles de Mytilène et de la Grèce continentale, ainsi que l’attention soutenue aux fluctuations des marchés contribuèrent à faire baisser le prix des aluns orientaux autres que celui d’Egypte et à évincer définitivement ce dernier du commerce méditerranéen dans la première moitié du XVe siècle.

126L’extension de la domination ottomane en Asie Mineure entre 1381 et 1389-1390 provoqua un durcissement dans la politique des prix pratiquée par le sultan Murad Ier qui, somme toute, doit avoir été temporaire et n’a pu être maintenue à cause de la concurrence. L’unification politique de l’Asie Mineure sous les Ottomans en 1428, à l’exception des émirats de Karaman et de Djandjar, s’avéra autrement plus importante pour le commerce de l’alun oriental dans les décennies suivantes. En effet, elle eut lieu à une époque qui vit la création de puissantes sociétés commerciales génoises qui obtinrent des monopoles sur la production et sur le commerce de l’alun ottoman, grâce aux bons rapports entre les Génois et les sultans. La domination génoise sur l’alun oriental, à l’exception de celui d’Égypte, s’affermit aux dépens de Venise, à nouveau dépendante des intermédiaires de sa rivale. Elle s’effondra brutalement par étapes en l’espace de dix années, entre 1453 et 1463, et avec elle le rôle primordial de l’alun oriental dans le commerce maritime et dans les industries de l’Occident. L’absence de débouchés occidentaux réduisit progressivement la production de l’alun turc à partir du XVIe siècle, et son écoulement fut de plus en plus restreint pour être finalement réduit au marché intérieur de l’empire ottoman. Encore faut-il tenir compte de l’extension du territoire de ce dernier suite aux conquêtes du XVIe siècle, dont celles de la Syrie et de l’Egypte en 1516-1517, pays alimentés par la suite en alun d’Asie Mineure. Sa fabrication à Phocée cessa dès avant 1575-1576. À Koloneia/ Sebinkarahisar la production, de l’ordre de 666 tonnes entre 1330 et 1345, était tombée à quelques 357 tonnes en 1577, et celle des alunières de Macédoine, de 560 tonnes au début du XVIe siècle, à 124 tonnes en 1731-1732 (Faroqhi 1979, p. 161-163).

127Pour conclure, il sera utile d’ajouter quelques observations au sujet des monopoles sur l’alun et de leur portée économique. En Egypte il existait une séparation bien nette entre exploitation des gisements d’alun natif, dans des conditions désertiques d’ailleurs fort difficiles, d’une part, l’achat aux “producteurs” et la vente aux consommateurs ou aux intermédiaires commerciaux, de l’autre. Le monopole sur ces deux dernières fonctions était géré directement par l’État. Le sultanat seldjukide de Rûm introduisit le système de la ferme dans divers domaines de son économie, dont celui de l’alun. Il est probable qu’il y était appliqué à l’extraction de l’alunite et à la fabrication de l’alun, qui exigaient une main-d’œuvre spécialisée. La concession à ferme des alunières épargnait au sultan l’investissement de capitaux, tout en lui assurant en échange une source sûre de revenus. Les émirs turcs qui succédèrent aux Seldjukides dans les lieux de production maintinrent apparemment ce système. Il fut également adopté par la Mahone de Chio par rapport à Phocée, par les Gattilusio dans leurs domaines, par Giacomo II Crispo dans son duché de Naxos, et par Venise dans les concessions d’exploitation qu’elle accorda dans ses territoires italiens et d’outremer.

128L’affermage de l’exportation de l’alun à des étrangers, en l’occurence des Latins, effectuée dans le sultanat seldjukide vers 1250, constitua à la fois une innovation importante et un précédent pour les autres états turcs d’Asie Mineure. Elle démontre que la production de leurs alunières était dirigée principalement vers l’exportation et que les princes turcs étaient conscients de l’avantage que leur conféraient les fermiers latins. Ces derniers, généralement des marchands ou financiers expérimentés, détenaient en effet certains atouts faisant défaut aux autochtones dans trois domaines. Ils avaient une connaissance intime des opérations financières pratiquées à travers la Méditerranée, qui leur permettait de réunir le capital liquide nécessaire au paiement de la première tranche de la ferme. Fait beaucoup plus important, leur familiarité avec les réseaux commerciaux et maritimes reliant les états producteurs aux grands centres de stockage et de consommation, ainsi que leurs rapports d’affaire privés avec d’autres marchands et avec des transporteurs constituaient autant de facteurs propres à promouvoir l’exportation de l’alun. Il faut y ajouter les progrès techniques accomplis en Italie dans la gestion d’entreprises commerciales et bancaires à partir du XIVe siècle. Notons en passant que la présence des fermiers latins dans les territoires ottomans n’était pas limitée au domaine de l’alun et se rencontrait également dans la perception des impôts (Beldiceanu 1964, p. 143 ; Fleet 2000, p. 70-71).

129Les princes turcs tiraient profit de la croissance des exportations d’alun. Elle leur permettait d’augmenter les taux d’affermage, accordé chaque fois pour quelques années (Beldiceanu 1964, p. 141-142), lors du renouvellement des concessions. Ces augmentations expliquent en partie les difficultés financières rencontrées par certains fermiers, contraints d’accepter les nouveaux termes afin de préserver les concessions dont ils bénéficiaient, mais dont les revenus dans les années suivantes n’atteignirent pas le niveau qu’ils escomptaient. Quand Francesco Draperio tenta de renouveler la ferme des alunières de Turquie au début de 1453, malgré les arriérés dont il était redevable, il se heurta au refus de Mehmed II, qui exigea l’acquittement de la dette. Il n’est pas exclu que le sultan ait également augmenté le taux de la ferme à ce moment. Il devait être parfaitement au courant de la concentration des affaires d’alun en Méditerranée orientale accomplie par le consortium de 1449, dont Draperio était le membre majoritaire.

130La conjonction de l’exploitation et de la commercialisation de l’alun de Phocée, exercées directement par les Zaccaria, fut reproduite par la Mahone de Chio dans l’affermage du site après 1347 et celle des alunières ottomanes à des Génois et à des Vénitiens, respectivement après 1428 et 1453. Le système ottoman de la ferme des mines au XVe siècle est plus ou moins connu (Beldiceanu 1964, p. 141-159), mais il ne permet pas de préciser le rôle des fermiers italiens dans l’exploitation des alunières. Toujours est-il que l’affermage combiné de ces dernières et de la vente devait permettre une rationalisation de la chaîne d’opérations conduisant à la diffusion de l’alun, avec pour conséquence l’augmentation des bénéfices qui en étaient retirés. Le monopole de la commercialisation constituait un élément primordial dans ce contexte. En effet, il permettait d’imposer aux acheteurs les prix de l’alun à la source du circuit commercial, pratique adoptée par le Matdjar en Egypte et par deux fermiers italiens dans le sultanat de Rûm vers 1250. Cette pratique était possible aussi longtemps que la demande d’alun était supérieure à l’offre et que cette dernière était limitée à un ou deux états. La multiplicité des sources d’alun oriental et le fractionnement politique et territorial de l’Asie Mineure au XIVe siècle contraignirent les détenteurs de monopole à adapter leurs prix aux fluctuations des marchés. Le consortium de 1449, un véritable cartel, tenta de remédier à cette situation et à la surproduction, avec pour objet le retour aux prix imposés. Cette tentative se solda par un échec dès 1453, tant pour des raisons économiques que politiques. La mainmise ottomane sur toutes les alunières d’Asie Mineure et de la Mer Égée, achevée en 1462, et la fabrication de l’alun à Tolfa, commencée la même année, inaugurèrent une nouvelle phase dans la production et la commercialisation de cette denrée.

Fig. 1 – L’Égypte au XIe-XIIIe siècles

Fig. 2-L’Asie Mineure, la région de la Mer Égée et la Mer Noire aux XIIIe –XVe siècles.

Fig. 3-Mytilène.

Fig. 4-La Macédoine orientale et la Thrace.

Bibliographie

Bibliographie

Amari 1863 : AMARI (M.) (éd.), I diplomi arabi del R. Archivio Fiorentino, Florence, 1863.

Ashtor 1978 : ASHTOR (E.), Il volume del commercio di Genova nel secondo trecento, in : Saggie documenti I, Gênes, 1978 (Civico Istituto Colombiano, Studie Testi, Serie storica a cura di Geo Pistarino, 2), p. 391-432 = Ashtor 1986, V.

Ashtor 1982 : ASHTOR (E.), Levantine Weights and Standard Parcels : A Contribution to the Metrology of the Later Middle Ages, Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 45, 1982, p. 471-488 = Ashtor 1986, II.

Ashtor 1983 : ASHTOR (E.), Levant Trade in the Later Middle Age, Princeton, N. J., 1983.

Ashtor 1986 : ASHTOR (E.), East-West Trade in the Medieval Mediterranean, éd. Β. Ζ. Kedar, Londres, 1986.

Babinger 1956 : BABINGER (F.), Die Aufzeichnungen des Genuesen Iacopo de Promontorio –de Campis über den Osmanenstaat um 1475, Bayerische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, Sitzungsberichte, 1956, Heft 8.

Badoer 1956 : DORINI (U.), BERTELÈ (T.), éd., Il libro dei conti di Giacomo Badoer (Costantinopoli, 1436-1440), Rome, 1956 (Il Nuovo Ramusio, III).

Balard 1973 : BALARD (M.), éd., Gênes et l’Outremer. I, Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto, 1289-1290, Paris-La Haye, 1973.

Balard 1978 : BALARD (M.), La Romanie génoise (XIIe – début du XVe siècle), Rome, 1978 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 235).

Balard 1988 : BALARD (M.), éd., Notai genovesi in Oltre-mare. Atti rogati a Chio da Donati di Chiavari (17 Febraio –12 Novembre 1394), Gênes, 1988 (Collana storica di fontie studi diretta da Geo Pistarino, 51).

Balletto 1996 : BALLETTO (L.), Notee documenti sull’i-sola di Mitilene al tempo dei Gattilusio, in : Mazarakès 1996, p. 307-342.

Balletto 2000 : BALLETTO (L.), Commerce et lignes de navigation entre Occident et Proche-Orient au XVe siècle ; l’importance de l’île de Chio, in : Questions d’histoire. Orient et occident du IXe au XVe siècle. (= Actes du colloque d’Amiens, 8, 9 et 10 Octobre 1998 organisé par le CAHMER), (dir. G. Jehel). Paris, 2000, p. 121-141.

Basso 1993a : BASSO (E.), Genovesie Turchi nell’Egeo medievale : Murad IIe la « Societas Folie Nove », Quaderni medievali, 36, décembre 1993, p. 31-52 = E. Basso, Genova : un impero sul mare. Cagliari, 1994, p. 63-84, 285-289.

Basso 1993b : BASSO (E.), Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio da Giuliano de Canella (2 Novembre 1380-31 Marzo 1381), Athènes, 1993 (Accademia Ligure di Scienzee Lettere, [Serie Fonti], 1).

Bautier 1970 : BAUTIER (R. –H.), Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge. Points de vue et documents, in : Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’Océan indien (dir. M. Mollat) (= Actes du 8e Congrès international d’histoire maritime, Beyrouth, 1966), Paris, 1970, p. 263-331 = R.-H. Bautier 1992, IV.

Bautier 1992 : BAUTIER (R. –H.), Commerce méditerranéen et banquiers italiens au Moyen Âge, [Aldershot], Hampshire, 1992.

Beldiceanu 1964 : BELDICEANU (N.) (éd. et traduction), Les actes des premiers sultans conservés dans les manuscrits turcs de la Bibliothèque Nationale à Paris. Il, Règlements miniers, Paris-La Haye, 1964.

Ben Sasson 1991 : BEN SASSON (M.), éd., Yehudei Sisi-liah 825-1068. Te’udoth u-mekoroth [titre anglais : The Jews of Sicily 825-1068. Documents and Sources], Jérusalem, 1991 (Oriens Judaicus, Series I, Volume I).

Blancard 1884-1885 : BLANCARD (L.), éd., Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen-Âge, Marseille, 1884-1885.

Bratianu 1927 : BRATIANU (G. I.), éd., Actes des notaires génois de Péra et de Caffa de la fin du treizième siècle (1281-1290), Bucarest, 1927.

Bryer 1982 : BRYER (A. M.), The Question of Byzantine Mines in the Pontos : Chalybian Iron, Chaldian Silver, Koloneian Alum and the Mummy of Cheriana, Anatolian Studies, 32, 1982, p. 133-150.

Cahen 1953 : CAHEN (C.), Le commerce anatolien au début du XIIIe siècle, in : Mélanges Louis Halphen, Paris, 1953, p. 91-101 = Cahen 1974, XII.

Cahen 1963 : CAHEN (C.), L’alun avant Phocée. Un chapitre d’histoire économique islamo-chrétienne au temps des Croisades. Revue d’histoire économique et sociale, 41, 1963, p. 433-447 = Cahen 1974, i.

Cahen 1964 : CAHEN (C.), Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Egypte médiévale d’après le Minhâdj d’al-Makhzûmî, Leyde, 1964.

Cahen 1974 : CAHEN (C.), Turcobyzantina et Oriens Christianus, Londres, 1974.

Cardon 2003 : CARDON (D.), Le monde des teintures naturelles, Paris, 2003.

Cessi 1931-1950 : CESSI (R.), éd., Deliberazioni del Maggior Consiglio di Venezia, Bologna, 1931-1950.

Cessi 1960 : CESSI (R.) et SAMBIN (P.), éd., Le deliberazioni del Consiglio dei Rogati (Senato), Serie « mixtorum », I, Venise, 1960.

Cessi 1961 : CESSI (R.) et M. BRUNETTI (M.), Le deliberazioni del Consiglio dei Rogati (Senato), Serie « mixtorum », II, Venise, 1961.

Chiaudano 1935 : CHIAUDANO (M.) et MORESCO (M.), éd., Il cartolare di Giovanni Scriba, Turin, 1935.

Ciusa 1978 : CIUSA (W.) et LORUSSO (S.), L’allume come ignifugo nel periodo Greco-Romano, in : Studi in memoria di Federigo Melis (dir. L. de Rosa), [Naples], 1978, I, p. 115-125.

Cooper 1973 : COOPER (R. S.), Ibn Mammātī’s Rules for the Ministries. Translation with Commentary of the Qawànin al-Dawāwīn. Thèse de doctorat, University of California, Berkeley, 1973.

Delumeau 1962 : DELUMEAU (J.), L’alun de Rome, XVe- XIXe siècles. Paris, 1962.

Dennis 1965 : DENNIS (G. T.), The Short Chronicle of Lesbos, 1355-1428, Lesbiaka, 5, 1965, p. 1-22 = G. Dennis, Byzantium and the Franks : 1350-1420, Londres, 1982, I.

Doehaerd 1941 : DOEHAERD (R.), éd., Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archives notariales génoises aux XIIIe et XIVe siècles, Bruxelles-Rome, 1941.

Doehaerd 1952 : DOEHAERD (R.), KERREMANS (Ch.), éd., Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archives notariales génoises, 1400-1440, Bruxelles-Rome, 1952.

Ducas 1958 : DUCAS, Istoria turco-bizantina, 1341-1462, éd. V. Grecu, Bucarest, 1958.

Duran 2002 : DURAN i DUELT (D.), Manual del viatge fet per Berenguer Benet a Romania. 1341-1342. Estudie edició (Anuario de Estudios Medievales, Annex 47), Barcelone, 2002.

EI : Encyclopédie de l’Islam2, Leyde, 1960- (en cours).

Faroqhi 1979 : FAROQHI (S.), Alum Production and Alum Trade in the Ottoman Empire (about 1560-1830), Wiener Zeitschrift fiir die Kunde des Morgen-landes, 71, 1979, p. 153-175.

Ferrer 2003a : FERRER i MALLOL (M. T.), éd., Els Catalans a la Mediterrània oriental a l’edat mitjana (Jornades Cientifiques de l’Institut d’Estudis Catalans, Secció Històrico-arqueològica, Barcelona, 16 i 17 de novembre 2000) (Sèrie jornades cientifiques, 11), Barcelone, 2003.

Ferrer 2003b : FERRER i MALLOL (M. T.), Incidència del cors en le relacions catalanes amb l’Orient (segles XIII-XV), in : Ferrer 2003a, p. 259-307.

Fleet 1999 : FLEET (Κ.), European and Islamic Trade in

the Early Ottoman State : The Merchants of Genoa and Turkey, Cambridge, 1999, p. 70-74.

Fleet 2000 : FLEET (K.), Latin Economic Activity within the Ottoman Territory in the 14th and First Half of the 15th Centuries, in : The Great Ottoman-Turkish Civilisation. 2. Economy and Society (dir. K. Çisek,. Ankara, 2000.

Fleet 2003 : FLEET (K.), Appalto and Gabella : Farmed Tax or Monopoly ? Eurasian Studies, 2, 2003, p. 31-42.

Germain 1861 : GERMAIN (Α.), Histoire du commerce de Montpellier, Montpellier, 1861.

Gil 1997 : GIL (M.), éd., Bemalkhut Yishma’el bi-tequfat ha-geonim [titre anglais : In the Kingdom of Ishmael], Jérusalem, 1997.

Gioffrè 1962 : GIOFFRÈ (D.), Atti rogati in Chio nella seconda metà del XIV secolo, Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 34, 1962, p. 318-404.

Goitein 1967-1993 : GOITEIN (S. D.), A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, Berkeley et Los Angeles, 1967-1993.

Goitein 1973 : GOITEIN (S. D.) (traduction), Letters of Medieval Jewish Traders, Princeton, N. J., 1973.

Gourdin 2002 : GOURDIN (Ph.), Quelques réflexions sur les relations des Almoravides et des Almohades avec les Latins, in : Tous azimuts. Mélanges de recherches en l’honneur du Professeur Georges Jehel = Histoire médiévale et archéologie, C. A. H. M. E. R, Laboratoire d’Archéologie de l’Université de Picardie, 13 (2002), p. 231-241.

Gual 1968 : GUAL CAMARENA (M.), Vocabulario del comercio medieval. Colección de aranceles aduaneros de la Corona de Aragon (Siglos XIII y XIV), Tarragona, 1968.

Hall 1938 : HALL (M. W.), KRUEGER (H. C.) et REYNOLDS (R. L.), éd., Gugliemo Cassinese, Gênes, 1938.

Hasluck 1908-1909 : HASLUCK (F. W.), Monuments of the Gattelusi. The Annual of the British School at Athens, 15, 1908-1909, p. 248-269.

Heers 1954 : HEERS (M. –L.), Les Génois et le commerce de l’alun à la fin du Moyen Âge, Revue d’histoire économique et sociale, 32, 1954, p. 31-53.

Heers 1955 : HEERS (J.), Il commercio nel Mediterraneo alla fine del sec. XIVe nei primi anni del XV, Archivio Storico Italiano, 113, 1955, p. 157-209.

Heers 1961 : HEERS (J.), Gênes au XVe siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961.

Herlihy 1958 : HERLIHY (D.), Pisa in the Early Renaissance. A Study of Urban Growth, New Haven, 1958.

Heyd 1885-1886 : HEYD (W.), Histoire du commerce du Levant au Moyen-Âge, Leipzig, 1885-1886.

Ibn al-Mammati 1943 : IBN AL-MAMMĀTĪ, Qawànin al-Dawāwīn, éd. A. S. Atiya, Le Caire, 1943.

Iorga 1899-1902 : IORGA (Ν.), Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au XVe siècle, Paris, 1899-1902.

Jacoby 1987 : JACOBY (D.), L’alun et la Crète vénitienne, Byzantinische Forschungen, 12,1987,p. 129-142 = Jacoby 1997, X.

Jacoby 1997 : JACOBY (D.), Trade, Commodities and Shipping in the Medieval Mediterranean, Aldershot, 1997.

Jacoby 1998 : JACOBY (D.), Cretae Venezia nel contesto economico del Mediterraneo orientale sino alla metà del Quattrocento, in : Veneziae Creta (dir. G. Ortalli), Atti del Convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre- 5 ottobre 1997), Venise, 1998, p. 73-106.

Jacoby 2000 : JACOBY (D.), Byzantine Trade with Egypt from the Mid-Tenth Century to the Fourth Crusade, Thesaurismata, 30, 2000, p. 25-77.

Jacoby 2001a : JACOBY (D.), The Supply of War Materials to Egypt in the Crusader Period, Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 25, 2001, p. 102-132.

Jacoby 2001b : JACOBY (D.), Mercanti genovesie vene-zianie le loro merci nel Levante crociato, in : Genova, Venezia, il Levante nei secoli XII-XIV (dir. G. Ortalli et D. Puncuh), Atti del Convegno internazionale di studi, Genova-Venezia, 10-14 marzo 2000, Venise, 2001, p. 213-256 = Atti della Società Ligure di Storia Patria, n. s. 41/1 (115/1), 2001, p. 213-256.

Labib 1965 : LABIB (S. Y.), Handelsgeschichte Ägyptens im Spatmittelalter (1171-1517), Wiesbaden, 1965 (Viertel-jahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft 46).

Laiou 1972 : LAIOU (A. E.), Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II, 1282-1328, Cambridge (Mass.), 1972.

Laiou 2002 : LAIOU (A. E.) (dir.), The Economic History of Byzantium : From the Seventh through the Fifteenth Century, Washington, D. C., 2002.

Lemerle 1957 : LEMERLE (P.), L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident. Recherches sur « la geste d’Umur Pacha », Paris, 1957.

Liagre 1955 : LIAGRE (L.), Le commerce de l’alun en Flandre au Moyen Âge. Le Moyen Âge, 61, 1955, p. 177-206.

Liagre-de Sturler 1969 : LIAGRE-de STURLER (L.), éd., Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archives notariales génoises (1320-1400), Bruxelles-Rome, 1969.

Lombard 1978 : LOMBARD (M.), Les textiles dans le monde musulman du VIIe au XIIe siècle, Paris, 1978.

Lopez 1933 : LOPEZ (R. S.), Genova marinara nel Duecento : Benedetto Zaccaria ammiraglioe mercante, Messine-Milan, 1933.

Lopez 1975 : LOPEZ (R. S.), Familiari, procuratorie di-pendenti di Benedetto Zaccaria = R. S. Lopez, Su e giù per la storia di Genova, Gênes, 1975, p. 329-370 (Collana storica di fontie studi diretta da Geo Pistarino, 20).

Malipiero 1843 : MALIPIERO (D.), Annali veneti dall’an-no 1457 al 1500, éd. A. Sagredo, Archivio Storico Italiano, 7/1, 1843, p. 1-587

Mallett 1967 : MALLETT (M. E.), The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, 1967.

Mandich 1958 : MANDICH (G.), Privilegi minerarie agri-coli a Venezia nel sec. XV, Rivista di diritto industriale, 7, 1958, p. 327-357.

Maqrîzî 1934-1958 : MAQRÎZÎ (Ahmad b. Ali), Kitâb al-suluk, éd. M. Ziada, Le Caire, 1934-1958.

Maqrîzî 2002 : MAQRÎZÎ (Ahmad b. Ali), Khitat, éd. A. F. Sayyid, Londres, 2002.

Mazarakès 1996 : MAZARAKÈS (Α.), Οί Γατελοῦζοι της Λέσβου (Colloque de Mytilène, 9-11 septembre 1994) (dir. A. Mazarakès), Athènes, 1996 (Μεσαιωνικὰ Τετράδια, 1, Μελέτες).

Melis 1962 : MELIS (F.), Aspetti della vita economica medievale, Sienne, 1962.

Morozzo della Rocca 1940 : MOROZZO DELLA ROCCA (R.) et LOMBARDO (Α.), éd., Documenti del commer-cio veneziano nei secoli XI-XIII, Turin, 1940.

Morozzo della Rocca 1957 : MOROZZO DELLA ROCCA (R.), éd., Lettere di mercanti a Pignol Zucchello (1336-1350), Venise, 1957 (Fonti per la storia di Venezia, Sez. IV – Archivi privati).

Mouynès 1871 : MOUYNÈS (G.), éd., Ville de Narbonne. Inventaire des archives communales antérieures à 1790. Annexes de la série AA (Actes constitutifs et politiques de la commune), Narbonne, 1871.

Müller 1879 : MÜLLER (G.), éd., Documenti sulle relazioni delle città toscane coll’Oriente cristianoe coi Turchi fino all’anno MDXXXI, Florence, 1879.

Noiret 1892 : NOIRET (H.), éd., Documents inédits pour servir à l’histoire de la domination vénitienne en Crète de 1380 à 1485, Paris, 1892.

ODB : The Oxford Dictionary of Byzantium (dir. A. P. Kazh-dan), New York-Oxford, 1991.

Olgiati 1996 : OLGIATI (G.), Il commercio deH’allume dei domini dei Gattilusio nel XV secolo, in : Mazarakès 1996, p. 373-398.

Pachymérès 1984 : PACHYMÉRÈS (G.), Relations historiques, éd. A. Failler, traduction V. Laurent, Paris, 1984 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, XXIV).

Pallavicino 2002 : PALLAVICINO (E.), éd., I Libri iurium della Repubblica di Genova, I/8, Gênes, 2002 (Fonti per la storia della Liguria, XVII ; Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Fonti XXXIX).

Pegolotti 1936 : PEGOLOTTI (F. B.), La pratica della mer-catura, éd. A. Evans, Cambridge, Mass., 1936.

Piana 1995 : PIANA TONIOLO (P.), éd., Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio da Gregorio Panissario (1403-1405), Gênes, 1995 (Accademia Ligure di Scien-zee Lettere, Serie Fonti, 2).

Picon 2000 : PICON (M.), La préparation de l’alun à partir de l’alunite aux époques antique et médiévale, in : Arts du feu et productions artisanales – XXe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes (dir. P. Pétrequin, P. Fluzin, J. Thiriot et P. Benoît), Antibes, 2000, p. 519-529.

Pline l’Ancien : PLINE L’ANCIEN, Histoire naturelle, Livre XXXV, éd. et traduction J. –M. Croisille, Paris, 1985.

Predelli 1903 : PREDELLI (R.) et SACERDOTI (Α.), éd., Gli statuti marittimi veneziani fino al 1255. Venise, 1903.

Quatremère 1838 : QUATREMÈRE (E. M.), Notice de l’ouvrage qui a pour titre Mesalek alabsar fi mamalik Alamsar, Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque du Roi, 13, 1838, p. 151-384

Rabie 1972 : RABIE (H.), The Financial System of Egypt, A. H. 564-741/A. D. 1169-1341, Londres, 1972.

Renfrew 1982 : RENFREW (C.) et WAGSTAFF (M.), An Island Polity. The Archaeology of Exploitation in Melos, Cambridge, 1982.

Rovere 1992 : ROVERE (Α.), éd., I Libri Iurium della Repubblica di Geneva, I/1, Gênes, 1992 (Fonti per la storia della Liguria, II ; Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Fonti XIII).

Rubió i Lluch 1947 : RUBIό i LLUCH (Α.), éd., Diplomatari de l’Orient català, Barcelone, 1947.

Sathas 1890-1899 : SATHAS (C. N.), éd., Documents inédits relatifs à l’histoire de la Grèce au Moyen Âge, Paris, 1890-1900.

Schaube 1906 : SCHAUBE (Α.), Handelsgeschichte der romanischen Völker des Mittelmeergebiets bis zum Ende der Kreuzziige, Munich, 1906.

Serjeant 1972 : SERJEANT (R. Β.), Islamic Textiles. Material for a History up to the Mongol Conquest, Beirut, 1972.

Simon de Saint-Quentin 1965 : SIMON DE SAINT-QUENTIN, Histoire des Tartares, éd. J. Richard, Paris, 1965 (Documents relatifs à l’histoire des croisades publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, VIII).

Simonsohn 1997 : SIMONSOHN (S.), The Jews of Sicily, I, 383-1300, Leyde, 1997 (Documentary History of the Jews in Italy, 13).

Singer 1948 : SINGER (CH.), The Earliest Chemical Industry. An Essay in the Historical Relations of Economics and Technology, illustrated from the Alum Trade, Londres, 1948.

Stussi 1967 : STUSSI (Α.), éd., Zibaldone da Canal. Manoscritto mercantile del sec. XIV, Venise, 1967 (Fonti per la storia di Venezia, Sez. V – Fondi vari).

Tafel 1865-1857 : TAFEL (G. L. F.) et THOMAS (G. M.), éd., Urkunden zur alteren Handels- und Staats-geschichte der Republik Venedig, Vienne, 1856-1857.

Thiriet 1958-1961 : THIRIET (F.), Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, ParisLa Haye, 1958-1961.

Thiriet 1959 : THIRIET (F.), La Romanie vénitienne au Moyen Age. Le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien (XIIe –XVe siècles) (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 193), Paris, 1959 ; 2e éd., Paris, 1975 (pagination identique).

Thiriet 1966-1971 : THIRIET (F.), Délibérations des assemblées vénitiennes concernant la Romanie, Paris-La Haye, 1966-1971.

Thomas 1880-1899 : THOMAS (G. M.) et PREDELLI (R.), éd., Diplomatarium veneto-levantinum, Venise, 1880-1899.

Udovitch 1988 : UDOVITCH (A. L.), Merchants and Amirs : Government and Trade in Eleventh-Century Egypt, Asian and African Studies, 22, 1988 = The Medieval Levant. Studies in Memory of Eliyahu Ashtor (1914-1984) (dir. Β. Z. Kedar et A. L. Udovitch), p. 53-72.

Vryonis 1971 : VRYONIS (S., Jr.), The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of Islamization from the Eleventh through the Fifteenth Century, Berkeley, 1971.

Zachariadou 1983 : ZACHARIADOU (Ε. Α.), Trade and Crusade. Venetian Crete and the Emirates of Menteshe and Aydin (1300-1415) Venise, 1983 (Library of the Hellenic Institute of Byzantine and Post-Byzantine Studies, 11).

Zachariadou 1993 : ZACHARIADOU (Ε. Α.), The Emirate of Karasi and that of the Ottomans : Two Rival States, in : The Ottoman Emirate (1300-1389) (dir. E. Zachariadou) (Halcyon Days in Crete I. A Symposium Held in Rethymnon, 11-13 January 1991), Rethymnon, 1993.

Zippel 1907 : ZIPPEL (G.), L’allume di Tolfae il suo commercio, Archivio della Società Romana di Storia Patria, 30, 5-51, p. 389-462.

Notes

1 Aux textes anciens couramment cités on peut ajouter une inscription funéraire non datée, trouvée à Rome, qui mentionne un aluminarius ou marchand d’alun : Corpus Inscriptionum Latinarum, VI/2. Berlin, 1882, p. 1 209, § 9 142.

2 Cf. aussi l’étude de R. Halleux, dans ce volume, p. 9-11.

3 L’exploitation des gisements minéraux dans l’Empire byzantin a été traitée récemment dans l’étude très fouillée de B. Pitarakis, Mines anatoliennes exploitées par les Byzantins : recherches récentes, Revue numismatique, 153, 1998, p. 141-185, et dans celle de K. –P. Matschke, Mining, in : Laiou 2002,I, p. 115-120. Toutes deux omettent l’alun.

4 J. Nord (éd.), Vitae duae antiquae sancti Athanasii Atho-nitae, Turnhout, 1982 (Corpus Christianorum, Series Graeca, 9), p. 80, chap. 168, Il. 28-30, et 180, chap. 45, Il. 28-29. Sur le rapport entre les deux versions, cf. A. Kazhdan, Hagiographical notes, Byzantion, 53, 1983, p. 538-544.

5 Ibn Hawqal, Kitâb surat al-ard2, éd. J. H. Kramers. Leyde, 1938-1939, p. 68 ; Ibn Hawqal, Configuration de la terre (Kitâb surat al-ard), traduction J. H. Kramers, revue par G. Wiet, Beirut-Paris, 1964, I, p. 64. Pour la datation de la version, cf. ibid., Introduction, XIII. Il n’est pas exclu que cet alun ait été utilisé dans la teinture de draps de laine en Libye, exportés à la même époque en Méditerranée et sur la route vers le Kawâr : cf. M. Brett, The Rise of the Fatimids. The World of the Mediterranean and the Middle East in the Fourth Century of the Hijra, Tenth Century CE, Leyde, 2001, p. 253.

6 La géographie d’Édrisi, traduction P. –A. Jaubert, Paris, 1836-1840, II, p. 80.

7 Il y a quelques divergences importantes entre les traductions et les interprétations de Cahen et de Cooper, dont il sera question plus loin.

8 Le nom Wâhât est appliqué jusqu’à nos jours à une vaste région désertique à l’ouest du Nil s’étendant de la Moyenne à la Haute-Égypte, qui comprend les oasis mentionnées.

9 Ces similarités pourraient expliquer une certaine confusion au sujet de son origine chez un des auteurs arabes, notée par Lombard 1978, p. 149, n. 1.

10 Arnoldi Chronica Slavorum, lib. VII, 8, éd. I. M. Lappenberg, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, XXI. Hanovre, 1869, p. 238. Burchard mentionne l’exploitation d’alun en Nubie, qu’il faut identifier avec la Haute-Égypte.

11 Cahen 1963, p. 434, traduit « la dernière vente a été de 12 000 [qintârs] ». Cette traduction, acceptée par Rabie 1972, p. 83-84, est inexacte et prête à confusion. Celle de Cooper 1973, p. 279, plus précise, est adoptée ici : « The last acquisition of this commodity scheduled for transport to the (Bureau) of Commerce was 12,000 quintârs ».

12 On utilisait des unités poids différentes pour l’achat et la vente, le poids de ces unités variant selon les sources consultées. Celui du qintâr laythî était d’environ 60 kg, et non de 62 kg comme indiqué généralement, tandis que celui du qintâr djarwî pour la vente était de 90,3 à 95-96 kg : Ashtor 1982, p. 472-474. J’ai adopté ici une moyenne de 93 kg pour ce dernier.

13 Ni Cahen 1964, ni Rabie 1972, ne le signalent. La traduction de Cooper 1973, p. 227, selon laquelle les « Arabes » assuraient le transport, est clairement erronée.

14 Cahen 1963, p. 435, n. 16, a cru à tort que l’alun était à nouveau exporté de Tinnis et de Damiette vers 1300, mais cf. infra, n. 81.

15 Sur cet usage, cf. infra, p. 224.

16 Ibn Mammâtî mentionne al-Misr, nom appliqué aussi bien au Caire qu’à l’Égypte. Ahmad b. Ali al-Qalqashandî, écrivain-fonctionnaire, composa son traité Kitâb subh al-a’sha dans le dernier quart du XIVe siècle (Rabie 1972, p. 18-19). Il cite Ibn Mammâtî mais mentionne al-Qahirah, le Caire (éd. Le Caire, 1919-1922, III, p. 460), qui est sans nul doute la bonne interprétation. Il est d’ailleurs inconcevable que la consommation annuelle d’alun de l’Égypte entière ait atteint seulement 7,4 tonnes.

17 Cf. Y. Lev, Tinnis : An Industrial Medieval Town, in : L’Égypte fatimide, son art et son histoire (dir. M. Barrucand). Paris, 1999, p. 83-96.

18 Sur les documents de la Geniza, découverts vers la fin du XIXe siècle dans une synagogue du Caire, et leur importance pour l’histoire de l’économie méditerranéenne, en particulier aux XIe et XIIe siècles, cf. Goitein 1967-1993, I. p. 1-28.

19 Cooper 1974, p. 278, fait erreur en traduisant le terme Rûms par « Byzantins », alors qu’il s’agit uniquement d’Occidentaux dans le contexte de l’exportation d’alun égyptien. Sur l’utilisation du terme Rûm à cette époque, cf. Jacobv 2000, p. 27-29.

20 Cf. D. Jacoby, Conrad, Marquis of Montferrat, and the Kingdom of Jerusalem (1 187-1192), in : Atti del Congresso Internazionale « Dai feudi monferrini e dal Piemonte ai nuovi mondi oltre gli Oceani », Alessandria, 2-6 Aprile 1990 (dir. L. Balletto). Alessandria (Italie), 1993 (Biblioteca della Società di Storia, Arte e Archeologia per le province di Alessandria e Asti, N. 27), p. 217-219 = Jacoby 1997, IV.

21 Traduction par E. Blochet, Histoire d’Égypte de Makrîzî. Revue de l’Orient latin, 8, 1900-1901, p. 539-540.

22 Le prix de deux dirhems pour l’achat, extrêmement bas, et l’écart considérable entre ce chiffre et celui du prix de vente sont quelque peu suspects. On peut se demander si le premier n’est pas erroné ou si sa mention n’est pas due à une faute du copiste ou du remanieur du traité d’Ibn Mammâtî. Le texte de ce dernier parvenu jusqu’à nous n’est pas autographe et constitue un résumé de la plus grande partie de l’œuvre (Rabie 1972, p. 14, n. 8). Quoiqu’il en soit, l’écart entre prix d’achat et prix de vente devait être sensible, même en tenant compte du qintâr de vente, plus lourd de 50 % environ que celui de l’achat comme pour l’alun.

23 Gil 1997 traduit par « Byzantin » le terme Rûm mentionné dans ces quatre lettres, mais cf. supra, n. 18.

24 La contrebande d’alun était très répandue dans l’Empire ottoman du XVIIIe siècle dans des circonstances semblables (Faroqhi 1979, p. 165-167).

25 De nombreux termes reflétant la grande spécialisation des métiers et des occupations dans les pays de l’Islam médiéval, dont l’Égypte, ont été inventoriés par M. Shatzmiller, Labour in the Medieval Islamic World, Leyde, 1994, p. 101-168. On a vu qu’il y avait des marchands d’alun dans la Rome antique : cf. supra, n. 1.

26 Nouvelle datation justifiée dans l’introduction au document.

27 Cf. R.-H. Bautier, Les relations commerciales entre l’Europe et l’Afrique du Nord et l’équilibre économique méditerranéen du XIIe au XIVe siècle, Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715), année 1953-1954, Paris, 1955, p. 399-416, en particulier p. 410 = Bautier 1992, III.

28 Dans un acte de 1243 ou 1249 en faveur de l’évêque de Patti (Sicile), Frédéric II se réfère à l’exploitation de l’alun de Vulcano à l’époque des prédécesseurs de ce dernier : K. A. Kehr, Staufische Diplome im Domarchiv zu Patti, Quellen und For-schungen aus Italienische Archiven und Bibliotheken, 7, 1904, p. 177-179, doc. 3.

29 Il ne s’agit pas d’alun de Mazarrón de Lorca, près de Carthagène en Espagne, comme on le croit généralement, les mines de ce site n’ayant été découvertes qu’en 1462 (Delumeau 1962, p. 19). Pegolotti mentionne un alun de Castiglione venant de Barbarie, donc de l’Afrique du Nord (Pegolotti 1936, p. 370). Evans propose à titre d’hypothèse l’identification de ce site avec Castilia, près de Tozeur en Tunisie (Pegolotti 1936, p. 399, 411).

30 Cf. G. Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale (fin XIème –début XIVème siècle). Ébauche d’une stratégie pour un empire (Centre d’Histoire des Sociétés. Université de Picardie), Amiens-Paris, 1993, p. 326-327, 336, 343, 352.

31 Selon le testament inédit d’un marchand rédigé à Constantinople, préservé dans une copie de 1177 : brève mention de cet acte, sans précisions, par B. Cecchetti, La vita dei Veneziani nel 1300. Le vesti, Venise, 1886, p. 32, n. 7. Sur le trafic vénitien entre Alexandrie et Constantinople et les voyages « triangulaires » entre l’Italie et ces deux ports, cf. Jacoby 2000, 52-55.

32 Cf. J.-M. Mouton, Saladin et les Pisans, in : Tous azimuts. Mélanges de recherches en l’honneur du Professeur Georges Jehel = Histoire médiévale et archéologie, C. A. H. M. E. R, Laboratoire d’Archéologie de l’Université de Picardie, 13, 2002, p. 346, 350-351. Cet auteur estime à deux tonnes le poids de cet alun, alors qu’il s’agit en réalité de 21 tonnes environ.

33 Cahen, qui calcule le prix en monnaie égyptienne, n’a toutefois pas remarqué que la vente avait eu lieu en 1176, et non en 1201 quand elle est attestée.

34 A. A. Beugnot (éd.), Livre des Assises de la Cour des Bourgeois, in : idem, Recueil des Historiens des Croisades, Lois, Paris, 1841-1849, II, p. 174, chap. 242, § 6. Pour la datation, cf. D. Jacoby, The fonde of Crusader Acre and its Tariff. Some New Considerations, in : Dei Gesta per Francos. Études sur les croisades dédiées à Jean Richard (dir. M. Balard, Β. Z. Kedar, J. Riley-Smith), Aldershot, 2001, p. 283-293.

35 Correction de la datation par Heyd 1885-1886, I, p. 401-404.

36 C. Froux Otten, Les Pisans en Égypte et à Acre dans la seconde moitié du XIIIe siècle : documents nouveaux, Bollettino Storico Pisano, 52, 1983, p. 174, doc. 2.

37 Le qualificatif “provençal” est appliqué à cinq villes du Midi de la France et de la Catalogne dans un document de 1169 : Germain 1861, I, p. 180, doc. 2 : per omnes Provincialium partes a Massilia usque Barchinoniam.

38 Cf. M. Amouroux-Mourad, Le comté d’Édesse, 1098-1150, Paris, 1988 (Institut français d’archéologie du Proche-Orient, Bibliothèque archéologique et historique, CXXVIII), p. 135.

39 Cf. L. Méry et F. Guindon, Histoire analytique et chronologique des actes et des délibérations de la municipalité de Marseille, Marseille et Aix, 1841-1873,I, p. 346 ; Blancard 1884-1885,I, p. 63-64, doc. I/47 : six quintaux et cinq caricae, soit 873,6 kg. Selon Schaube 1906, p. 815, la grosse livre de Marseille pesait 0,416 kg, le quintal de Marseille 41,6 kg, et la carica ou “charge” de Provence 300 livres ou 124,8 kg. Toutefois, un acte marseillais de 1248 définit la “charge” d’alun de glace ou de roche (deux appellations de la même qualité : cf. Pegolotti 1936, p. 368) comme l’équivalent de quatre quintaux et 25 livres, soit au total 176,8 kg (Blancard 1884-1885, I, p. 319, doc. II/132). S’agit-il d’une “charge” particulière pour ce type d’alun ou d’un cas spécifique ? On ne peut pas trancher.

40 M. Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857, I, p. 84, 91, 95.

41 G. Rosso (éd.), Documenti sulle relazioni commerciali fra Asti e Genova (1182-1310) con appendice documentaria sulle relazioni commerciali fra Asti e l’Occidente (1181-1312), Pinerolo, 1913, p. 152-153, doc. 399 ; A. Ferrelto, Codice diplomatico delle relazioni fra la Liguria, la Toscana e la Lunigiana ai tempi di Dante (1265-1321), Atti della Società Ligure di Storia Patria, 31, 1901, p. 401-402, doc. 1018.

42 Cf. J. –Cl. Cheynet, Chypre à la veille de la conquête franque, in : Les Lusignans et l’Outremer (Actes du Colloque de Poitiers-Lusignan, 20-24 octobre 1993), Poitiers, 1995, p. 69, 71-72.

43 Cf. K. Erdmann, Das anatolische Karavansaray des 13. Jahrhunderts, Berlin, 1961, I, et carte à la fin du volume.

44 Cf. D. Jacoby, Silk crosses the Mediterranean, in : Le vie del Mediterraneo. Idee, uomini, oggetti (secoli XI-XVI) (dir. G. Airaldi). Gênes, 1997, p. 75-76 (Université degli studi di Genova, Collana dell’Istituto di storia del medioevo e della espansione europea, n. 1) = D. Jacoby, Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean, Aldershot, 2001, Χ.

45 Texte réédité par H. E. Mayer, Marseilles Levantehandel und ein akkonensisches Fälscheratelier des 13. Jahrhunderts, Tubingen, 1972 (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, Band XXXVIII), p. 193-195, doc. 10 : de la terre del soltan de Come ο d’autre part deça mer.

46 L. Balletto (éd.), Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Laiazzo da Federico di Piazzalunga (1274) e Pietro di Bargone (1277, 1279), Gênes, 1989, p. 47-48, doc. 35 (Collana storica di fonti e studi, diretta da Geo Pistarino, 53).

47 Les dates mentionnées sont respectivement celles du début du voyage de Simon de Saint-Quentin et de la première année dans laquelle il aurait pu rédiger son ouvrage : cf. Simon de Saint-Quentin 1965, p. 12-15.

48 Itinerarium Willelmi de Rubruc, in : A. Van den Wyngaert (éd.), Sinica Franciscana. I, Itinera et relationes Fratrum Mino-rum saeculi XIII et XIV. Quaracchi, 1929, p. 328, chap. XXXVIII, § 15 : asportaverunt totum alu[m]inun de Turquia, ita quod solda-nus nemini potest aliquid vendere nisi ipsis duobus.

49 La graphie du terme désignant l’alun de roche diffère selon la langue ou le dialecte utilisés. On trouve allume di rocca en florentin et d’autres parlers (Pegolotti 1936, p. 141), mais lume de roça dans le Zibaldone da Canal vénitien (Stussi 1967, p. 57). Dans le dialecte vénitien la cédille sous la lettre c lui donnait un son mou ayant la valeur de z.

50 Sur le système de fret appliqué, cf. J. E. Dotson, A Problem of Cotton and Lead in Medieval Italian Shipping, Speculum, 57, 1982, p. 52-58. Dotson semble suggérer que le transport de marchandises servant de lest était gratuit, ce qui n’était point le cas : D. Jacoby, A Venetian Sailing to Acre in 1282 : Between Private Shipping and Privately Operated State Galleys, in : Studies in Honour of Benjamin Z. Kedar (Dir. R. Ellenblum et I. Shagrir), sous presse.

51 Β. Boncompagni (éd.), Scritti di Leonardo Pisano, I. Il Liber abbaci di Leonardo Pisano, Rome, 1857, p. 117.

52 Au sujet de ce manuel, que je compte éditer prochainement, cf. pour le moment D. Jacoby, A Venetian Manual of Commercial Practice from Crusader Acre, in : I comuni italiani nel regno crociato di Gerusalemme (dir. G. Airaldi et Β. Ζ. Kedar). Gênes, 1986, p. 403-428 (Collana storica di fonti e studi diretta da Geo Pistarino, 48) = D. Jacoby, Studies on the Crusader States and on Venetian Expansion, Northampton, 1989, VII.

53 G. Monticolo et Ε. Besta (éd.), I capitolari delle arti veneziane sottoposte alla Giustizia e poi alla Giustizia Vecchia dalle ori-gini al MCCCXXX, Rome, 1896-1914, II, p. 117, §§ III-IIII.

54 Cf. R. Lopez/G. Airaldi (éd.), Il piu antico manuale italiano di pratica della mercatura, in : Miscellanea di studi storici, II, Gênes, 1983 (Collana storica di fonti e studi diretta da Geo Pistarino, 38), p. 119-133, avec introduction, p. 99-117.

55 Nouvelle édition par M. Pozza et G. Ravegnani, I trattati con Bisanzio, 992-1198 (Pacta veneta, 4), Venise, 1993, p. 35-45. Sur la nature de cette liste, cf. D. Jacoby, Italian Privileges and Trade in Byzantium before the Fourth Crusade : A Reconsideration, Anuario de estudios medievales, 24, 1994, p. 349-354 = Jacoby 1997, II.

56 H. Ahrweiler, L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turques (1081-1317), particulièrement au XIIIe siècle, Travaux et mémoires du Centre de recherche d’histoire et civilisation byzantines (Paris), 1, 1965, p. 8-9, 40-41.

57 Selon Pachymérès 1984, II, p. 535, c’était Manuele, le seul dont il fait état, qui obtint la concession, tandis que selon d’autres sources, il semble que ce soit Benedetto (Lopez 1933, p. 11-12). Il est impossible de déterminer au juste lequel des deux intervint auprès de l’empereur (Balard 1978, I, p. 165-166).

58 Ramon Muntaner, Crônica, chap. 234, in : F. Soldevilla (éd.), Les quatres grans cròniques, Barcelone, 1971, p. 875. Le raid eut lieu le jour de Pâques 1307 à partir de Gallipoli, que la Compagnie catalane quitta en juin 1307 (Laiou 1972, p. 153).

59 Au XIIIe siècle ces deux variétés, sans mention d’origine, apparaissent dans les tarifs douaniers de certaines villes espagnoles (Gual 1968, p. 200).

60 Balard 1978, II, p. 773, semble suggérer l’exploitation des mines par des Génois, ce qui est exclu.

61 G. Bertolotto (éd.), Nuova serie di documenti sulle rela-zioni di Genova con l’Impero bizantino, Atti della Società Ligure di Storia Patria 28 (1897), p. 511, 512. L’incident n’est pas daté. Un certain de Marini reçut une somme pour le commerce en Romanie en mai 1276 (Balard 1978, II, p. 776, n. 33). C’est toutefois à ce moment que Gênes institua le boycottage des ports byzantins. À moins de l’avoir enfreint, le navire transportant l’alun dont il est question a dû le charger après la levée de l’embargo en 1278. L’incident aura donc eu lieu entre cette année et 1282.

62 Sur les diverses catégories de Génois, cf. D. Jacoby, Les Génois dans l’Empire byzantin : citoyens, sujets et protégés (1261-1453). La Storia dei Genovesi, 9, 1989, p. 245-284 = Jacoby 1997, III.

63 Document signalé par Β. Z. Kedar, Segurano-Sakran Sai-vaygo : un mercante genovese al servizio dei sultani mamalucchi, c. 1303-1322, in : Fatti e idee di storia economica nei secoli XII-XX. Studi dedicati a Franco Borlandi, Bologne, 1976, p. 85 = B. Z. Kedar, The Franks in the Levant, 11th to 14th Centuries, Aldershot, 1993, XXI. Toutefois, contrairement à Kedar, ces marchands ne faisaient pas la concurrence aux Zaccaria, puisque l’un d’eux était Andreolo Cattaneo della Volta, un parent par alliance de Manuele qui allait lui succéder à Phocée, ainsi qu’on le verra bientôt. Deux mois plus tôt un des marchands, Eliano Salvaygo, avait acheté 1 000 cantares d’alun de Phocée.

64 C. Imperiale di Sant’Angelo (éd.), Annali Genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori dal MCCLXXX al MCCLXXXXIII, Rome, 1929, V, p. 75.

65 Vente d’alun de Phocée par Paleologo et Benedetto Zaccaria en 1298 : Doehaerd 1941, III, p. 868-871, doc. 1530.

66 Sur l’Ancienne Phocée, cf. aussi F. Tinnefeld, Kaiser Ioannes V. Palaiologos und der Gouverneur von Phokaia 1356-1358 : ein Beispiel fur den Verfall der byzantinischen Zentralgewalt um die Mitte des 14. Jahrhunderts. Rivista di Studi Bizantini e Slavi, 1, 1980, p. 263-269.

67 La liste des fermiers de 1395 à 1455, établie sur la base de manuscrits tardifs, n’est pas tout à fait fiable (Basso 1993a, p. 36, n. 24).

68 Il n’est nullement question de propriété des alunières, ni de leur vente, comme dans Fleet 1999, p. 84-85. Elles restaient propriété de la Mahone et étaient seulement affermées pour une période déterminée.

69 Le langage de Pegolotti 1936, p. 369, pourrait prêter à confusion et jeter le doute sur cette identification, parce qu’il mentionne l’alun giachile parmi les pires qui « discendano del Mare Maggiore di Romania », expression qui désigne la Mer Noire. Il se réfère en fait à tous les aluns provenant de la région à partir de la Mer Noire.

70 Il n’est pas question de la péninsule elle-même, interprétation erronée, fréquente même dans des publications récentes.

71 Sur le rapport de 1 :24 entre hyperpère de monnaie réelle et carats, cf. T. Bertelè, Numismatique byzantine, suivie de deux études inédites sur les monnaies des Paléologues. Édition française mise à jour et augmentée de planches par Cécile Morrisson, Wetteren, 1978, p. 91.

72 Fleet 1999, p. 150-152, présente une liste de prix d’alun dans plusieurs localités qui, pour plusieurs raisons, n’a qu’une valeur relative pour l’étude de leur évolution. En effet, elle ne distingue pas entre prix de vente nets et prix à l’embarquement, tous frais compris, ni entre ports d’embarquement et ports d’arrivée, où les prix comprenaient les frets de transport, les taxes payées à l’importation et les bénéfices des vendeurs. En outre, elle ne tient pas compte de l’évolution constante des taux de conversion des monnaies (cf. p. ex. Balard, II, p. 652-655 et infra, n. 98). Ce taux variait selon les contrats, même contemporains, non seulement en fonction du rapport des monnaies sur le marché, mais également en fonction de l’intérêt compris dans des opérations commerciales comportant l’octroi de crédits. Certains calculs de conversion dans sa liste sont erronés (cf. note précédente). Enfin, on ne peut pas réduire tous les prix en ducats, sans tenir compte des différences entre les diverses monnaies désignées comme tels.

73 Staatsbibliothek Berlin, Ms. Ham. 446, fol. 29v-30r, Des- Des-crittione del la geografia moderna di tutta la Grecia. Reproduction en fac-similé avec précisions sur l’auteur et son œuvre par L. Zögner, World Atlas of Antonio Millo, 1586. Commentary, Süssen, Wurtemberg, 1998.

74 Cf. la reproduction en fac-similé et le livre qui l’accompagne, Els Atlas Catalan de Cresques Abraham. Primera edición con su traducción al castellano, en el sexto centenario de su realización, 1375-1975, Barcelone, 1975, p. 112, liste des localités.

75 Elle exclut la localisation au N.-O. d’Altoluogo, proposée par Balard, II, p. 773, n. 21, d’autant plus qu’elle placerait Cristo dans l’émirat d’Aydin.

76 Cf. supra, p. 238.

77 Il ne s’agit toutefois pas d’un port franc, comme le pense Fleet. Dans le texte qu’elle cite, lire avaris au lieu de anaris.

78 Les armes des Gattilusio et des Paléologue figurent sur le couvercle de leur sarcophage : Hasluck 1908-1909, p. 264.

79 Au Moyen Âge le terme portus, utilisé dans ce document, avait souvent le sens général de mouillage ou ancrage. Il n’y avait pas de port proprement dit dans le golfe de Kalloni.

80 M. Jimenez de la Espada (éd.), Andançes é viages de Pero Tafur por diversas partes del mundo avidos (1435-1439). Madrid, 1874, 151.

81 Le chiffre est de 11 760 kantars. Faroqhi 1979, p. 163, n. 41, adopte le poids de 54,6 kg par kantar, de règle en Asie Mineure, mais il me semble que pour l’alun de Macédoine il faut utiliser celui du cantare génois de 47. 6 kg, comme à l’époque des Gattilusio. Dans les différentes régions qu’ils conquirent les Ottomans maintinrent souvent les institutions et les systèmes en vigueur sous leurs prédécesseurs. On le constate dans leur législation minière (Beldiceanu 1964, p. 53-59, 141, 291).

82 Cahen 1963, p. 435, n. 16 et 444, n. 54, a cru qu’un édit vénitien de 1308 (republié dans Cessi 1960, p. 129, doc. 27) traitait de l’exportation d’alun à partir d’Alexandrie, de Damiette et de Tinnis. En fait, il s’agit d’alumen gatinum qui, avec ses équivalents lume catino, cenere d’allume et cenere gravella, désignait la soude alcali extraite des cendres calcinées de certaines plantes, utilisée dans la production du verre et du savon. On en exportait également de Syrie (lume di Soria). Cf. D. Jacoby, Raw Materials for the Glass Industries of Venice and the Terraferma, about 1370 – about 1460, Journal of Glass Studies, 35, 1993, p. 67-69 = Jacoby 1997, IX. À noter, en outre, l’allume di feccia (Pegolotti 1936, p. 141, 372), la crème de tartre, également utilisée dans le mordançage (Cardon 2003, p. 20-21), et la distinction entre elle et fecia, tartre tout court, tous deux dans le commerce (Day 1963, p. 399). Allume di feccia a été interprété à tort comme référence à Phocée : ainsi par Day 1963, p. 259, 972, qui lit « de Felia », et par Thiriet 1966-1971,I, p. 210-211, doc. 529, qui lit « de Fozza ».

83 Mille grosses livres de Candie étaient égales à 1 100 grosses livres de Venise (Pegolotti 1936, p. 106) de 0,476 kg et pesaient par conséquent 528 kg. En 1344 le même marchand avait envoyé à Venise une quantité non spécifiée de lume chativa, selon la lecture de Morozzo della Rocca 1957, p. 30, doc. 12, et p. 32, doc. 13. Il ne s’agit pas toutefois d’alun. À juste titre Zachariadou 1983, p. 168, n. 713, suggère la lecture lume chatina ou lume catino. Pour cette matière, cf. note précédente.

84 Ashtor mentionne à tort le qintâr laythî.

85 Éd. G. Mira, Taluni aspetti dell’economia medioevale peru-gina secondo una tariffa daziaria del secolo XIV, in : Studi in onore di Amintore Fanfani, Milan, 1962, III, p. 258.

86 On ne connaît pas le poids de ces unités d’alun. Le poids de la cassa variait selon la denrée. Celle de lac pesait 91 kg, celle de sucre 86 kg brut et 64 kg net, celle d’indigo 113 kg (Heers 1955, p. 184).

87 M. Balard (éd.), Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (11 ottobre 1296-23 giugno 1299), Gênes, 1983, p. 45-47, doc. 34 (Collana storica di fonti e studi diretta da Geo Pistarino, 39).

88 Cf. P. Edbury, The Kingdom of Cyprus and the Crusades, 1191-1374. Cambridge, 1991, p. 163.

89 Un rapport semblable entre exportation et exploitation se retrouve à Phocée. Ce site, un des plus importants d’Asie Mineure entre 1330 environ et 1452, cessa de produire l’alun au XVIe siècle, faute de débouchés. Il en sera question plus loin.

90 Cf. A. Luttrell, Venice and the Knights Hospitallers of Rhodes in the Fourteenth Century. Papers of the British School at Rome, 26 (1958), p. 200 = A. Luttrell, The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West, 1291-1440, Londres, 1978, V.

91 F. C. Lane, Fleets and fairs. The Function of the Venetian Muda, in·. Studi in onore di Armando Sapori, Milan, 1957, I, p. 651-663 = Venice and History. The Collected Papers of Frederic Lane, Baltimore, 1966, p. 128-141.

92 Cf. aussi P. Ratti Vidulich (éd.), Duca di Candia. Bandi, Venise, 1965, p. 204-207, doc. 493 (Fonti per la storia di Venezia, Sez. I-Archivi pubblici).

93 Noiret 1892, p. 107, rapporte cet édit en résumé, mais commet deux erreurs. Il mentionne la cire au lieu de l’alun de Mytilène et de Phocée, et l’exportation de Venise alors qu’il s’agit d’importation dans cette ville, évoquée sans référence aux deux sites dans un autre édit, de 1362 : ibid., p. 107, n. 2.

94 Cf. D. Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin XIIIe –milieu XVe siècle), Leyde, 1995, p. 155 et n. 215.

95 M. Del Treppo, / mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nelsecoloXV, Naples, 1972,p. 71, 133 (où l’alun est identifié à tort comme originaire de Kiitahya). Texte du manuel dans Â. Masiâ de Ros, La Corona de Aragon y los estados del Norte de África. Poltiica de Jaime Il y Alfonso IV en Egipto, Ifriquίa y Tremecén, Barcelone, 1951, p. 492, doc. 187 : alum lupay. Pour sa datation, cf. M. Gual Camarena, Un manual catalan de mercaderia (1455), Anuario de estudios medievales, 1, 1964, p. 431-434.

96 M. Balard, Les Catalans dans l’Outre-Mer génois aux XIIIe-XIVe siècles, in : Ferrer 2003a, p. 108, affirme à tort que le patron était catalan, alors que ce dernier déclarait être sujet du roi de Castille (Basso 1993b, p. 137, doc. 71).

97 Dans ce qui suit mon interprétation au sujet de l’alun diffère de celle de Zachariadou 1983, p. 134-135, qui parle de monopole dans les deux émirats, et de celle de Fleet 2003, p. 40-41.

98 L’accord avec Menteshe, qui se réfère à celui qui serait conclu avec Aydin, était évidemment antérieur à ce dernier.

99 Le calcul du prix de cet alun par Fleet 1999, p. 150, est erroné. De 1382 à 1391 le taux de change était de 2/5 de ducat par hypetpère : cf. C. Morrisson, Byzantine Money : its Production and Circulation, in : Laiou 2002, III, p. 966.

100 Venise, Archivio di Stato, Senato, Misti, reg. 43, fol 73r (document inédit).

101 Cf. J. W. Barker, Manuel II Palaeologus (1391-1425) : A Study in Late Byzantine Statesmanship, New Brunswick, N. J., 1969, p. 123-128.

102 Sur ce personnage, cf. L. Balletto, Draperio Francesco, in : Dizionario Biografico degli Italiani, XLI. Rome, 1992, p. 681-684.

103 Les chiffres fournis par Heers 1954, p. 36-39, et Heers 1961, p. 405, sont en partie erronés.

104 Cf. aussi Ph. Gourdin, Présence génoise en Méditerranée et en Europe du Nord au milieu du XVe siècle : l’implantation des hommes d’affaires d’après un registre douanier de 1445, in : Coloniser au Moyen Âge (dir. M. Balard, A. Ducellier), Paris, 1995, p. 14-27.

105 Heers 1954, p. 49 et 50, n. 64, date le premier accord en 1451, alors qu’il s’agit de 1452. Ibid., p. 50, n. 65, elle suggère que les « aluns du golfe de Venise », qui désigne l’Adriatique, auraient pu provenir des îles Ioniennes, hypothèse sans aucun fondement. Je ne suis pas parvenu à identifier le site de Caramianus.

106 R. Predelli, I Libri Commemoriali della Repubblica di Venezia. Regesti (1293-1787), Venise, 1876-1914, III, p. 275-276, Commemoriali, XIII, doc. 225-226. Le poids est exprimé en livres légères. On a vu plus haut que celles-ci étaient utilisées à Venise pour l’alun de roche.

107 Aucune source n’appuie l’assertion de Thiriet 1959, p. 418-419, selon laquelle la Crète et Négrepont auraient produit de l’alun au XVe siècle.

108 Édition par M. Koumanoudi, « Circa conventionem allu-minam sive allumeriarum... » : Μία ἐπιχείρηση ἐκμετάλλευσης στυπτηρίας στò δουκᾶτο τοῦ Αἰγαίου Πελάγους (15 αί.), in : Porphyrogenita : Essays on the history and literature of Byzantium and the Latin East in honour of Julian Chrysostomides (dir. Ch. Dendrinos, J. Harris, E. Harvalia-Crook et J. Herrin), Aldershot, 2003, p. 271-274, avec commentaire ibid., p. 265-270, auquel j’ajoute ici diverses considérations sur le contenu et le contexte de ce document.

109 Une recherche archéologique récente effectuée dans le S. –E de l’île s’est révélée infructueuse : cf. E. Photos-Jones, The Aghia Kyriaki, Melos Survey : Prospecting the Elusive ‘Earths’ in the Roman Period in the Aegean, The Annual of the British School at Athens, 94, 1999, p. 394-395, 398.

110 Le cantare génois était équivalent à 100 livres lourdes vénitiennes. On ne peut pas comparer les prix cités par Mocenigo à ceux fournis par les documents génois avant 1449, rapportés par Heers 1954, p. 49, et Fleet 1999, p. 152, à moins de connaître les qualités d’alun auxquelles ils étaient appliqués.

111 Résolution du 2 décembre 1456, citée par F. Babinger, Johannes Darius (1414-1494), Sachwalter Venedigs im Morgenland und sein griechischer Umkreis. Bayerische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, Sitzungsherichte, 1961, Heft 5, p. 65, n. 1.

112 Cf. supra, p. 243 et 248.

113 Cf. R. C. Mueller, The Venetian money market. Banks. Panics and the public debt, 1200-1500. Baltimore, 1997, p. 338-339, qui à tort pense que les deux Vénitiens étaient actifs à Londres à ce moment.

114 Pour les poids florentins, cf. Mallett 1967, p. 177.

115 Il ne s’agit pas d’une initiative de Venise en tant qu’état, comme le suggère Delumeau, mais bien d’une initiative privée.

116 Giacomo Rizzardo, La presa di Negroponte fatta dai Turchi ai Veneziani net MCCCCLXX, éd. E. A. Cicogna, Venise, 1844, p. 22.

117 La moyenne calculée par Delumeau 1962, p. 302, 303 (tableau XXXV), et 304 (graphique), ne reflète pas cette concentration et fausse la perspective.

118 La chute de Négropont aux mains de Mehmed II le 12 juillet 1470 était connue à Venise avant la fin du mois d’août. La conclusion de l’accord doit précéder l’arrivée de la nouvelle.

119 En 1479, il est question de 100 000 ducats per resto de ogno conto, aucun nom n'étant cité. Toutefois, en 1481, il y a référence à 50 000 sur les 100 000 ducats à payer à Maumeth pour la première tranche de la dette des deux Vénitiens, dont les noms sont mentionnés, al suo apaltador di alumi : Événements historiques en Grèce (1479-1497). Extraits d'un recueil sous le nom de Stefano Magno, éd. Sathas 1890-1899, VI, p.224, lignes 1-3.

120 Pour le poids de la « charge », cf. supra, n. 38.

121 Le caratello était un petit tonneau de forme allongée et étroite, utilisé pour le transport de vin, noix, sucre, tartre et vitriol : cf. L. Balletto (éd.), Battista de Lucco, mercante genovese del secolo XV e il suo cartolario, Gênes, 1979, p. LXXIV (Collana storica di fonti e studi diretta da Geo Pistarino, 29).

122 Cf. Mallett 1967, p. 178, pour le poids.

123 D. Puncuh (éd.), I Libri Iurium della Repubblica di Genova, I/3, Gênes, 1998, p. 463-464, doc. 645 (Fonti per la storia della Liguria, X ; Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Fonti XXVII).

124 Goitein utilise le terme neutre de « container » dans sa traduction anglaise du document.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’Égypte au XIe-XIIIe siècles
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7M
Légende Fig. 2-L’Asie Mineure, la région de la Mer Égée et la Mer Noire aux XIIIe –XVe siècles.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9M
Légende Fig. 3-Mytilène.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 4-La Macédoine orientale et la Thrace.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540