Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alun de Méditerranée

 | 
Philippe Borgard
, 
Jean-Pierre Brun
, 
Maurice Picon

Origine et typologie des amphores à alun de Lipari

Philippe Borgard et Claudio Capelli

Texte intégral

1Certains conteneurs aujourd’hui désignés sous le nom d’“Amphores de Lipari” (ou parfois de “Rich-borough 527”) constituent une famille homogène de vases de transport utilisés entre le Ier siècle avant J. –C. et le IIIe siècle de notre ère pour le conditionnement de l’alun natif produit dans les mines de l’archipel éolien (Borgard 1994 ; Borgard 2001).

2L’évolution typologique de cette famille d’amphore est désormais connue (Borgard 2001). Par ailleurs, après être restés longtemps apatrides, ces conteneurs sont maintenant rattachés à un centre de production clairement identifié : l’atelier du vallon de Portinenti, dans l’île de Lipari (Cavalier 1994 ; Bernabò-Brea et Cavalier 2000). De nombreuses interrogations subsistent toutefois, appelant selon les époques des réponses différentes. Ces interrogations concernent notamment les techniques adoptées par les potiers de Portinenti afin de pallier l’absence apparente d’argiles adaptées à leur ouvrage (absence peut-être liée à un déficit de recherches de terrain : Picon 2003). Ces interrogations concernent également le rôle exact du vallon de Portinenti en tant que centre de production : toutes les Amphores de Lipari ont-elles été produites à Portinenti ? D’autres ateliers existent-ils ? Et dans l’affirmative, à quelles époques et à quels endroits ?

3Le recours à l’archéométrie a permis de préciser certaines indications fournies par l’archéologie tout en suggérant de nouvelles et précieuses pistes de recherche.

1. Apport de la pétrographie

4Quelques quarante-six échantillons d’Amphores de Lipari, provenant soit de l’atelier de Portinenti, soit de sites consommateurs, ont été préparés en lames minces et soumis à une analyse pétrographique sous microscope polarisant. À partir des résultats de cette étude, les échantillons analysés ont été distribués entre deux groupes principaux, A et B, et une série de groupes mineurs hétérogènes.

1. 1. Groupe A

5Le groupe A (subdivisé en plusieurs sous-groupes) se caractérise par une matrice de composition variable (ferrique à carbonatique), par la présence de micro-fossiles calcaires (foraminifères) et par un abondant dégraissant généralement anguleux et peu classé. La fraction fine de ce dégraissant est essentiellement constituée de particules de quartz, de feldspath et de mica. On observe également, dans une fraction plus grossière (< 1 mm), des minéraux et roches volcaniques basiques ainsi que des fragments de roches métamorphiques acides.

6Il semble que les sédiments utilisés pour les pâtes du groupe A aient été peu modifiés. Dans la plupart des cas, aucun dégraissant artificiel ne peut être mis en évidence, du moins en grandes quantités.

7Les inclusions métamorphiques sont, de par leurs caractères pétrographiques, étrangères à l’archipel éolien exclusivement volcanique. Aucun gisement d’argiles fossilifères n’y est non plus connu. Ces matières premières pourraient, en revanche, provenir du nord-est de la Sicile.

Fig. 1-Vue de détail d’un échantillon d’argile du groupe A préparé en lame mince (Np, partie encadrée : 1 X 1,3 mm). On observe des inclusions de grande taille d’origine volcanique et quelques foraminifères de taille plus réduite.

Fig. 2 – Vue de détail d’un échantillon d’argile du groupe Β préparé en lame mince (Nx, partie encadrée : 1 X 1,3 mm). On observe des inclusions relevant soit d’une origine métamorphique acide, soit d’une origine volcanique basique.

1.2. Groupe Β

8Le groupe Β réunit des échantillons dotés d’argiles calcaires incluant de micro fossiles. Le dégraissant de ce sous groupe est bien classsé. Il comprend une fraction fine composée de particules de quartz. Une autre fraction, peu ou moyennement abondante, est au contraire très grossière. Elle est composée de minéraux et de roches volcaniques, parmi lesquelles se distinguent des fragments d’obsidienne et de pierre ponce dont la taille peut atteindre quelques millimètres.

9Il est très probable que le dégraissant employé est un sable liparote. Il est ajouté à une argile d’origine marine de provenance inconnue. La pauvreté de sa composition n’autorise aucune conclusion. On rappellera toutefois qu’aucun gisement d’argiles marines n’a encore été repéré à Lipari.

2. Interprétation

10La distribution bipartite mise en évidence par l’analyse pétrographique recouvre très précisément un partage suggéré par l’approche typologique : au groupe A se rattachent l’essentiel des amphores de forme Lipari 1a, tandis que le groupe Β réunit exclusivement des amphores de formes Lipari 2.

11Une modification sensible des processus d’approvisionnement en matières premières intervient donc entre le changement d’ère et le dernier tiers du Ier siècle après J.-C. Cependant, les variations de la composition pétrographique des Lipari la montrent que des modes de fabrication différents ont également existé durant la longue période de production de ce premier type de conteneurs, entre le deuxième quart du Ier siècle avant notre ère et le changement d’ère.

2.1. Lipari 1a : des modes de production hétérogènes

12L’absence de corrélations entre la classification pétrographique et celle découlant des données archéologiques signale l’hétérogénéité des pratiques adoptées tout au long de cette première phase de production, au sein parfois d’une même officine.

13Par ailleurs, le mode d’insertion des échantillons découverts hors de Lipari parmi ceux provenant de l’atelier de Portinenti pourrait suggérer que ce dernier est le centre unique de production des Lipari 1a. La présence sur les rebuts de cuisson issus des fouilles de Portinenti des mêmes marques rencontrées sur les sites consommateurs conforte cette hypothèse. On ne peut toutefois exclure qu’au sein de l’importante fraction du groupe A caractérisée par des argiles et des dégraissants étrangers à l’archipel éolien, une partie de la production (la plus ancienne notamment, non estampillée) soit elle aussi étrangère à Lipari.

2.2. Émergence des Lipari 2a et 2b : une évolution sensible des modes de production

14Moins hétérogènes que celles relevant du groupe précédent, les amphores du groupe Β sont exclusivement des Lipari 2a ou 2b. Elles bénéficient, comme on l’a souligné, d’un dégraissant d’origine presque assurément éolienne. Il semble donc peu probable que ces amphores aient été produites hors de l’archipel. Le témoignage des estampilles suggère que si l’atelier de Portinenti ne possède pas nécessairement le monopole des Lipari 2, ce centre a néanmoins assuré l’essentiel de leur production.

3. Conclusion

15On retiendra que la production des amphores de Lipari, éventuellement localisée dans un premier temps hors de l’archipel éolien, se concentre au cours du Ier siècle avant notre ère dans un vaste atelier situé au sud de la ville de Lipari, dans le vallon de Portinenti.

16Les argiles majoritairement utilisées pour la fabrication de ces amphores semblent être, depuis l’origine jusqu’à l’extinction de cette production, des argiles étrangères à l’archipel éolien. Les pâtes sont tout d’abord utilisées – sauf rarissimes exceptions – sans adjonction de dégraissant. Ultérieurement, à partir du milieu du Ier siècle après J.-C., les argiles mises en œuvre (d’origine éventuellement différente) sont systématiquement mêlées à un dégraissant d’origine locale.

17L’apparence grossière qui dès lors caractérise les productions éoliennes n’est pas la marque d’un déclin économique. Bien au contraire, l’émergence des Lipari 2 correspond à une augmentation très nette du volume des exportations d’alun liparote.

Bibliographie

Bibliographie

Bernabò-Brea et Cavalier 2000 : BERNABÒ-BREA (L.), CAVALIER (M.) dir., Discariche di fornace romanae necropoli greche in contrada Portinenti, in : Meligunis Lipara, X, Rome, 2000, p. 255-482.

Borgard 1994 : BORGARD (Ph.), L’origine liparote des amphores « Richborough 527 » et la détermination de leur contenu, in : Actes du Congrès de Millau. 12-15 mai 1994 (SFECAG), Marseille, 1994, p. 197-203.

Borgard 2001 : BORGARD (Ph.), L’alun de l’Occident romain. Production et distribution des amphores romaines de Lipari. Thèse de doctorat, Université de Provence (Aix-Marseille I). Document dactylographié, 2001 (4 volumes).

Borgard et Cavalier 2003 : BORGARD (Ph.), CAVALIER (M.), avec la participation de M. Picon et de R. Tomber, The Lipari Origin of the « Richborough 527 », Journal of Roman Pottery Studies, 10, 2003 (Actes du colloque de Londres, 23-24 janvier 1994 : Roman amphorae. Problems of identification and methodology), p. 96-106.

Cavalier 1994 : CAVALIER (M.), Les amphores Richborough 527. Découverte d’un atelier à Portinenti (Lipari, Italie), in : Actes du Congrès de Millau. 12-15 mai 1994 (SFECAG), Marseille, 1994, p. 189-196.

Picon 2003 : PICON (M.), Étude en laboratoire d’amphores « Richborough 527 », in : Borgard et Cavalier 2003, p. 102-106.

Table des illustrations

Légende Fig. 1-Vue de détail d’un échantillon d’argile du groupe A préparé en lame mince (Np, partie encadrée : 1 X 1,3 mm). On observe des inclusions de grande taille d’origine volcanique et quelques foraminifères de taille plus réduite.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Fig. 2 – Vue de détail d’un échantillon d’argile du groupe Β préparé en lame mince (Nx, partie encadrée : 1 X 1,3 mm). On observe des inclusions relevant soit d’une origine métamorphique acide, soit d’une origine volcanique basique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540