Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alun de Méditerranée

 | 
Philippe Borgard
, 
Jean-Pierre Brun
, 
Maurice Picon

Les amphores à alun

(Ier siècle avant J.-C. –IVe siècle après J.-C.)

Philippe Borgard

Texte intégral

1Si l’on retient l’hypothèse selon laquelle certaines amphores commerciales originaires de Lipari ont servi à acheminer, entre le Ier siècle avant notre ère et le IVe siècle après J.-C., non pas des denrées comestibles mais de l’alun, il est permis de se demander si d’autres amphores, dont le contenu est incertain ou encore inconnu, n’ont pas été également utilisées pour le conditionnement de ce même minéral dans d’autres régions productrices d’alun du monde antique.

2D’ores et déjà certains arguments permettent d’attribuer un tel rôle à certains membres –sinon à l’ensemble des membres – d’une famille d’amphores récemment identifiée, dont l’origine est très vraisemblablement l’île de Milo.

3Nous examinerons successivement les caractéristiques de ces deux familles d’amphores, liparotes et méliennes, ainsi que des principaux membres qui les constituent. Nous discuterons de la valeur des arguments qui permettent de les rattacher au commerce de l’alun et, en ce qui concerne les amphores de Milo, de l’apport essentiel du site de l’Ile des Sables, à Arles. Nous dresserons, en guise de conclusion, un bilan des recherches dans le domaine novateur du commerce antique de l’alun, des questions qui demeurent en suspens et des pistes qui s’ouvrent.

Les amphores de Lipari

4Rappelons tout d’abord les caractéristiques essentielles de la famille d’amphores auxquelles a été attribué pour la première fois le rôle d’emballage perdu pour le conditionnement de l’alun : les « Amphores de Lipari ».

  • 1 Benoit 1962, p. 165-166.

5La plus ancienne mention d’un conteneur relevant de la famille des Amphores de Lipari remonte probablement au début des années soixante et à la publication du matériel d’un gisement sous-marin situé à quelques quinze milles de Marseille, au large du port de Cassis : lecueil de la Cassidaigne1. L’information se résume à la publication d’un dessin accompagné d’une courte notice attribuant l’amphore, de façon erronée, à l’Antiquité tardive. De fait, il s’agit d’un objet appartenant à la première génération des productions éoliennes, antérieur au changement d’ère. Il faudra encore attendre une quarantaine d’années avant qu’une étude typologique recensant l’ensemble des productions amphoriques romaines de l’île de Lipari voie le jour.

Une famille homogène

6Deux caractéristiques essentielles définissent la production d’amphores liparotes à l’époque romaine. Il s’agit d’une part de sa longévité, celle-ci étant attestée pendant près de quatre siècles, et d’autre part de la parfaite succession chronologique des quatre principaux groupes d’objets qui la composent, identifiés sous le nom de « Lipari 1a », « 1b », « 2a » et « 2b » (fig.1).

7Ainsi, les amphores du groupe Lipari la, présentes à partir du second quart du Ier siècle avant J.-C., cessent d’être produites avant la fin du règne d’Auguste tandis que les Lipari lb commencent à être exportées durant cette même période. Les Lipari lb disparaissent à leur tour au début de la période flavienne, époque à partir de laquelle émergent de nouveaux conteneurs plus trapus, les amphores Lipari 2a. Le déclin de ces dernières, dans le courant du IIe siècle après J.-C., coïncide avec l’émergence des Lipari 2b. Celles-ci évoluent morphologiquement tout au long de leur existence, mais restent proches de la forme qu’elles avaient initiale- ment revêtue ; elles disparaissent, en même temps que les derniers ateliers amphoriques de Lipari, à l’extrême fin du IIIe ou au début du IVe siècle après J.-C.

Fig. 1-Profils des quatre principaux groupes d’amphores produits à Lipari : Lipari 1a, 1b, 2a et 2b (d’après Borgard 2001). À l’extrême droite : profil à échelle similaire d’une amphore Milo la, selon De Vecchi, Pesavento et alii 2000, p. 437, fig. 1.

8Si l’on ajoute qu’une parenté indubitable relie chaque nouveau groupe à celui qui l’a précédé, il est loisible de proposer que chacun d’eux correspond en réalité à une variante d’un seul et même type de conteneur, très probablement créé pour le transport d’une seule et même denrée.

Un conteneur pour l’alun éolien

  • 2 Borgard 1994. Voir aussi Borgard 2001.

9Dès 1994, l’idée a été émise que le produit contenu dans les amphores de Lipari pouvait être de l’alun2. Depuis lors, plusieurs éléments nouveaux sont venus renforcer cette assertion.

10Certes, aucune analyse n’a jamais identifié la présence d’alun dans aucun conteneur antique. L’alun, produit éminemment soluble, ne laisse pas de traces durables.

  • 3 Sealey 1985, p. 92.
  • 4 Williams, Arthur 1991, p. 396.

11En 1985, des expérimentations avaient déjà été conduites en Grande-Bretagne, mais sans résultats probants : du vin dans un cas et de l’huile dans deux autres cas avaient tout d’abord été identifiés3 ; une autre série d’expériences a permis d’affirmer que l’huile et les produits de la mer devaient être exclus sans qu’un autre contenu soit pour autant mis en évidence4.

  • 5 Formenti 1992. On notera que cet enduit de poix identifié sur la paroi interne d’une amphore de Li (...)
  • 6 De Reyer 2001. L’objet étudié est une Lipari lb provenant d’une fosse-dépotoir découverte en juin (...)

12L’analyse plus récente d’une amphore de Lipari issue du site français de la rue de Condé, à Nîmes, n’a pas fourni de meilleurs résultats. Il fut seulement démontré que l’amphore avait été poissée5. Un dernier essai, effectué en 2000 sous la direction de Dominique de Reyer (Laboratoire de recherche des Monuments Historiques de Champs-sur-Marne), laissait espérer quelques nouveautés6. Les autres analyses ayant strictement porté sur l’identification de matières organiques, Dominique de Reyer s’est attachée à rechercher des éléments chimiques caractéristiques de la composition commune des aluns ; l’aluminium a été sélectionné, en dépit des difficultés d’interprétation que pouvait susciter la présence de ce corps dans la pâte même des amphores. Les expérimentations, conduites de façon à minimiser ces possibles interférences, n’ont cependant pas apporté le résultat escompté, soit que l’amphore sélectionnée n’ait jamais renfermé ce type de substance, soit que les conditions de son enfouissement aient entraîné la disparition de toutes traces de son contenu initial.

13Ce n’est donc pas sur la base d’analyses chimiques que repose l’identification du contenu principal des amphores de Lipari. Ce n’est pas non plus sur l’interprétation de quelque titulus pictus irréfutable : les rares inscriptions peintes actuellement connues sur amphores de Lipari se résument généralement à un chiffre ou à une lettre isolés, fort peu éloquents.

14L’idée selon laquelle ces conteneurs étaient destinés au transport de l’alun est le résultat du croisement de différents témoignages, ou observations, portant d’une part sur les ressources propres de l’archipel éolien d’après les textes classiques grecs et latins, et d’autre part sur la place particulière des exportations de cette microrégion dans les· circuits économiques de la Méditerranée antique.

  • 7 Nous traduisons par « alun » les expressions grecques et latines, στυπτηρία et alumen, termes sur (...)

15Un premier pas est franchi si l’on confronte la réputation bien établie des îles éoliennes, dès avant le changement d’ère, comme producteur d’alun7, et la fabrication locale, dans cet archipel dépourvu de toute autre véritable richesse, d’une série d’amphores exportées en grand nombre dans une large partie de l’Empire, entre le Ier siècle avant J.-C. et le IVe siècle de notre ère. Cette coïncidence ne fournirait toutefois qu’une hypothèse intéressante si la distribution même de ces objets n’était extrêmement évocatrice.

Une distribution privilégiée

  • 8 Borgard 2001, p. 232 et sq.
  • 9 Borgard, Forest, Pelletier 2002.
  • 10 Borgard, Puybaret 2003 ; Borgard, Puybaret 2005.
  • 11 Voir, dans ce même volume, l’étude de Emanuel Botte, p. 197-199.

16Faute de données physiques, faute aussi de données épigraphiques éloquentes, l’identification du contenu des amphores de Lipari relève en dernier ressort de la distribution très particulière de ces objets, en parfaite adéquation avec la substance atypique qu’on pouvait être tenté de leur attribuer, essentielle non pas sur la table, ni dans la cuisine, mais dans les ateliers des artisans et, plus particulièrement, ceux des teinturiers, des tanneurs ainsi, semble-t-il, que dans les officines métallurgiques. De fait, lorsqu’elles n’ont pas été découvertes dans des zones spécialisées de rejets, sans rapport avec leur lieu d’utilisation, les amphores de Lipari se rencontrent de façon prioritaire dans des contextes à vocation artisanale. Une enquête portant sur plus de 150 sites permet d’observer que, lorsque les données de fouille sont suffisamment précises, deux gisements sur trois ayant fourni des Amphores de Lipari abritent une activité artisanale et, le plus souvent, sont essentiellement voués à cette activité artisanale8. Certaines conjonctions sont particulièrement convaincantes. Ainsi, à Dijon, en France, sur le site de Sainte-Anne spécialisé dans l’abattage et le traitement des carcasses animales, une importante collection de fragments d’amphores liparotes – inconnues à ce jour en d’autres points de la cité – était spécifiquement associées à un outillage et des déchets osseux témoignant de l’activité d’un tanneur de petites peaux, de chèvres et/ou de moutons : or, cette matière première est particulièrement apte à être traitée avec de l’alun9. De même, à Pompéi, deux établissements artisanaux et deux établissements seulement, à l’exclusion de tout autre lieu, ont fourni des amphores de Lipari : l’officina infectoria V 1, 4, un atelier spécialisé dans la teinture de grand teint et l’utilisation de mordants10 et la tannerie I 511.

Des qualités physiques incontournables

17Si, en définitive, il est donc raisonnable d’associer les amphores de Lipari et le transport à longue distance de l’alun éolien, une question reste en suspens : la raison pour laquelle un conteneur relativement élaboré, tel qu’une amphore, a été jugé nécessaire pour assurer le conditionnement de ce produit.

  • 12 Dioscoride, De materia medica, I, 72, 5.
  • 13 Picon 2003.
  • 14 Voir, en dernier lieu, l’étude présentée dans ce même volume en collaboration avec Claudio Capelli (...)

18Certes, quand bien même l’alun éolien n’aurait pas expressément requis un tel emballage, la fabrication d’une amphore ne soulève ordinairement pas de grandes difficultés et ces conteneurs périssables ne possèdent pas-à vide-une grande valeur marchande. Cependant, de telles affirmations doivent être considérées avec réserves dans le cas particulier de l’archipel éolien où de nombreux obstacles s’opposaient à la production de ce type d’objets : à une pénurie vraisemblable de bois s’ajoutait une difficulté certaine d’approvisionnement en eau douce et, surtout, les potiers liparotes devaient faire face à l’absence des gisements d’argiles calcaires habituellement utilisées pour la fabrication de ces récipients de transport. Les deux premiers obstacles ne sont peut-être pas insurmontables : des zones boisées, aujourd’hui disparues, ont pu exister. Dioscoride évoque la qualité de la poix de Lipari12 dont l’existence implique, pour le moins, la présence de quelques bosquets. L’utilisation de l’eau de mer, en lieu et compte d’eau douce, n’est pas non plus rédhibitoire. C’est au demeurant la solution qui a été adoptée13. L’absence d’argile, en revanche, créa sans doute une gêne considérable ; elle semble bien avoir entraîné l’importation à grande échelle de terres argileuses extraites des côtes septentrionales de la Sicile14.

19[suite note 7] connu sous le nom de στυπτηρία duquel les indigènes, de même que les Romains, tirent de grands revenus. Comme d’une part, la στυπτηρία n’est produite nulle part ailleurs dans le monde et que, d’autre part, il a un grand nombre d’usages, on peut aisément comprendre que les liparotes, bénéficiant comme ils le font d’un monopole et établissant les prix à leur volonté, en tirent d’incroyables profits. La στυπτηρία est extraite dans un autre endroit seulement, c’est l’île de Melos, mais en si petite quantité qu’elle n’est pas suffisante pour la demande d’un grand nombre de villes ».

  • 15 Voir par exemple, pour le XVe siècle, Baratier, Reynaud 1951, p. 428.

20Il est donc indubitable que des efforts importants ont été accomplis afin que le minéral extrait des gisements alunifères de Lipari soit transporté en amphores. Les raisons de ce choix sont liées à la nature même du produit transporté, laquelle exigeait un emballage à la fois résistant et étanche. Certes, le tonneau répondait également à de tels critères, et son usage par les négociants en alun médiévaux et modernes est bien attesté15. Mais un tel type de production dans la région sicilienne, à grande échelle, tout particulièrement à date précoce ainsi que pour une large partie de la période qui nous intéresse, est peu plausible.

  • 16 Ce sont des masses cristallines ou, lorsqu’il s’agit d’alun d’alunite, des cristaux de grande tail (...)
  • 17 Expression tirée de la Pratica della Mercatura, ouvrage de Pegolotti du début du XIVe siècle, cité (...)

21L’amphore était incontournable parce que l’alun extrait des mines de Lipari ne se présente pas sous la forme de cristaux, voire de blocs cristallins de grande dimension, contrairement au produit le plus couramment commercialisé à date plus récente16. Entre le Haut Empire et la période médiévale, l’occident découvre en effet la fabrication de l’alun « artificiel », à partir notamment du traitement de l’alunite. Le produit ainsi obtenu est sans commune mesure avec l’alun natif qui pendant longtemps a été le seul à être connu et exploité, et constitue en l’état de la recherche la seule forme d’alun commercialisée à partir des îles éoliennes à la fin de la République et durant une large partie du Haut Empire. Il est difficile de savoir quel était l’aspect précis du contenu des amphores de Lipari mais l’on peut supposer qu’il se présentait, à l’instar de l’« alun de sorte », comme un mélange « de petits cristaux et de poudre »17, voire d’une saumure plus ou moins concentrée. Dans tous les cas, soit pour préserver le produit de l’humidité ambiante, soit pour éviter qu’il ne se répande, la nécessité d’utiliser un conteneur hermétique est évidente.

22Comme nous le suggérions en introduction, si l’on admet que l’alun de Lipari a été transporté en amphores durant la période antique, il est vraisemblable que d’autres productions similaires ont été acheminées de façon identique à partir d’autres régions de l’Empire. Les textes latins et grecs permettent d’établir une liste de ces régions potentiellement concurrentes.

Les régions productrices d’alun durant la période antique

  • 18 « Έν μόνῃ γὰρ τῇ νήσῳ Μήλῳ ϕύεται μικρά τις στυπτηρία... » (Diodore, V, 10).
  • 19 Dioscoride, De materia medica, V, 106 : « Στυπτηρίας δὲ σχεδὸν πᾶν εῖδος ἐπὶ τῶν αὐτῶ ἐν τῇ Αἰγύπτ (...)
  • 20 Pline, H. N., XXXV, 52, 184 : « Gignitur autem in Hispania, Aegypto, Armenia, Macedonia, Ponto, Af (...)

23Nous disposons pour dresser une liste des régions antiques productrices d’alun des témoignages-quelque peu contradictoires-de plusieurs auteurs grecs et latins, et notamment de ceux de Diodore18, de Dioscoride19 et de Pline20.

  • 21 Voir supra note 7.
  • 22 Dioscoride De materia medica. V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184.
  • 23 La στυπτηρία μιλησία est incidemment citée dans quelques textes médicaux : Galien, De compositione (...)
  • 24 Dioscoride, De materia medica, V, 106.
  • 25 Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184. On ne saurait préciser la pro (...)
  • 26 Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184. Le récit du siège de Bezabde, (...)
  • 27 Flavius Josèphe, décrivant le site de la place forte de Machéron (Jordanie), signale la présence, (...)
  • 28 Hérodote, Historiae, II, 180 ; Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184 (...)
  • 29 Dioscoride, De materia medica, V, 106.
  • 30 Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184. Tout comme l’« alun égyptien  (...)
  • 31 Pline, H. N., XXXV, 52, 183.

24L’Orient est incontestablement la zone la plus fréquemment évoquée. L’alun21, selon les textes, y est présent en Macédoine22, à Milet en Carie23, à Hiérapolis de Phrygie24, dans le Pont25, et plus à l’est encore en Arménie26, en Judée27, en Egypte28, en Lybie29 ainsi que dans les îles de Milo30 et de Chypre31.

  • 32 Voir supra note 7.
  • 33 Pline, H. N., XXXV, 52, 184. En outre, au tout début du IIIe siècle après J. –C., le tarif de Zara (...)
  • 34 Pline, H. N., XXXV, 52, 184. On hésitera à identifier comme étant une indication de provenance le (...)
  • 35 Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184.

25L’Occident fait, parallèlement, figure de parent pauvre puisque, à partir des mêmes sources, l’alun n’est signalé, outre dans l’archipel éolien32, que dans trois endroits : en Afrique33, dans une région indéterminée de la péninsule ibérique34 et dans l’île de Sardaigne35.

  • 36 Hérodote, Historiae, II, 180.
  • 37 Une quinzaine de mentions de στυπτηρία αἰγύπτια apparaissent dans l’œuvre d’Hippocrate. C’est, lor (...)
  • 38 Après Hippocrate, Scribonius Largus et Celse, l’alun égyptien est toujours préconisé par Galien, O (...)

26Toutefois, parmi ces noms, certains ne sont évoqués qu’une fois et de façon rapide tandis que d’autres apparaissent au contraire à plusieurs reprises, chez plusieurs auteurs, et de façon très explicite. Il est vraisemblable, faute d’autres critères d’identification, que ces zones productrices les plus souvent citées ont quelque chance d’avoir possédé une importance économique particulière. Elles sont au nombre de quatre. Les îles éoliennes constituent l’une de ces régions privilégiées, et non la moindre. Elle est, par ailleurs, la seule qui se trouve en Occident. Les trois autres se situent en Orient. Il s’agit de l’Egypte dont l’alun est déjà exploité au VIe siècle avant notre ère et, dès cette époque, transporté jusqu’en Grèce36. C’est un alun prisé pour ses vertus médicinales : vers 400 avant notre ère, il est préconisé avec insistance par Hippocrate37 et possède – dans ce domaine particulier – une réputation bien établie jusqu’à la fin de l’Antiquité38. En Orient, l’alun est également produit dans l’île de Milo, elle aussi précocement signalée. L’alun qui en provient-grâce, à nouveau, à ses vertus médicinales-est, comme celui d’Egypte, régulièrement évoqué tout au long de la période antique ; signalé dans les écrits d’Hippocrate, il est encore prescrit huit siècles plus tard dans ceux d’Oribase. La troisième région, celle qui fournit la στυπτηερία μιλησία, est moins précisément circonscrite. Il est possible que cet « alun » ne provienne pas de la cité même de Milet mais qu’à l’instar de l’alun médiéval « de Chio », embarqué à Chio mais originaire de l’arrière pays de Phocée, il se rapporte à une zone plus vaste dont Milet, à l’embouchure du Méandre, représente à la fois le débouché naturel et le port de redistribution. Moins souvent signalée que les deux précédentes, cette production est mentionnée-une fois encore dans un contexte médical-par Galien, puis à nouveau, deux siècles plus tard, par Aetius.

27Les îles éoliennes, l’Égypte, les Cyclades, l’Asie Mineure : de ces quatre zones majeures signalées par les auteurs antiques comme étant des sources d’approvisionnement en alun, l’archipel de Lipari, parce que sa production a inondé l’Occident romain, est celle qui, la première, a été identifiée concrètement par le biais des amphores qui y ont été produites.

28Il semble désormais que les Cyclades, et plus particulièrement l’île de Milo, puissent être identifiées de façon similaire.

Les amphores de Milo

  • 39 Bruno 1991, p. 286.
  • 40 Picon 2001.
  • 41 Voir, dans ces mêmes actes, la communication de cet auteur, p 171-176.

29À ma connaissance, les premiers fragments d’amphores d’époque romaine appartenant de façon indubitable à la famille des productions méliennes ont été décrits, sinon attribués à une origine précise, au début des années quatre-vingt-dix. Il s’agit de quelques tessons découverts à Milan, à l’occasion de la construction du métro urbain39. Depuis lors, les découvertes se sont multipliées et les analyses effectuées par Maurice Picon40, confirmées par les recherches conduites à Milo par Sotiris Raptopoulos41, permettent d’attribuer à cette île des Cyclades, réputée pour ses mines d’alun, un ensemble d’objets dotés de propriétés pétrographiques et chimiques similaires.

30Pour autant, sur le modèle du cheminement intellectuel suivi à Lipari, peut-on identifier à Milo comme dans l’archipel éolien une famille particulière d’amphores réservée au transport de l’alun ?

31Il convient, avant de répondre à cette question de préciser quelle fraction de la production amphorique mélienne est considérée. On constate en effet, même si la connaissance de cette production est encore très lacunaire, que les amphores attribuées à l’île de Milo ne sont pas toutes semblables.

32À un groupe majoritaire d’objets, définis par S. Raptopoulos comme étant des « Milo la » (cf. infra, p. 171-172), se trouvent en effet associées diverses autres amphores présentant une pâte similaire, et très vraisemblablement une origine similaire, dotées de propriétés morphologiques distinctes.

33Pour ces autres amphores, dont aucune n’est encore connue sous une forme entière, je ne saurais, à ce jour, rien affirmer.

34Le groupe « Milola » de Sotiris Raptopoulos, baptisé tour à tour dans le présent volume « Anfora orientale var. 1 » (Silvia Cipriani, Stefania Mazzocchin et alii) ou « Amphore de Milo à bordmouluré » (Sandrine Marquié), autorise en revanche quelques remarques (fig. 1).

  • 42 Nous avons admis, faute de typologie plus fine, que les bords possédant une pâte identifiable comm (...)

35Une étude précise reste encore à faire et l’on ne peut nier que les différents objets, complets ou fragmentaires, dont le profil ressemble à celui de l’amphore padouane intacte présentée infra par Stefania Pesavento ou à celui des objets quasiment complets illustrés, toujours infra, par Sotiris Raptopoulos, présentent entre eux des variations de détail. Retenons toutefois, avant d’y revenir, que ces objets appartiennent à un même groupe42.

  • 43 Cipriano, De Vecchi, Mazzocchin 2000 ; De Vecchi, Pesavento et alii 2000 ; Borgard 2001 p. 258 ; P (...)

36Dès 200043, la proposition a été faite que ces amphores pouvaient être, tout comme les amphores de Lipari, des amphores à alun.

  • 44 Picon 2001.

37L’un des premiers arguments retenus était que les deux groupes d’objets présentaient certaines similitudes de pâte et de forme. De fait, les conteneurs alors désignés sous l’appellation d’« anfore ad impasto grezzo » et certains membres de la famille des amphores de Lipari possédaient les uns et les autres une pâte extraordinairement grossière, truffée d’inclusions de grande taille parmi lesquelles, dans les deux cas, des fragments d’obsidienne étaient nettement visibles. Ces points communs qui, comme le signalait précocement M. Picon44, ne signifiaient pas une similitude absolue, eurent du moins le mérite d’attirer l’attention des chercheurs et de les orienter sur un chemin prometteur. Je doute en revanche qu’une parenté morphologique indubitable puisse être établie entre productions méliennes et amphores de Lipari.

Fig. 2-Carte de distribution des Lipari 1-2 et des Milo 1a. Il convient désormais d’ajouter Chypre, et peut-être Concordia Sagittaria, à la liste de sites consommateurs de Milo 1 a (voir, dans ces mêmes actes, les communications de S. Marquié et alii, p. 201-210 et de S. Cipriano et alii, p. 187-196).

38Faute de preuves plus directes, l’identification du contenu des amphores Milo 1a peut être recherchée, comme pour les amphores de Lipari, à partir d’une éventuelle distribution privilégiée de ces objets. La carte de distribution des Milo 1a dont nous disposons aujourd’hui est malheureusement très lacunaire (fig. 2).

  • 45 Allinne, Borgard, Piton 2004.
  • 46 Borgard, Gateau 1993.
  • 47 Cipriano et alii 1997, p. 104 et p. 107, note 29.
  • 48 Bruno 1991.
  • 49 Cipriano, De Vecchi, Mazzocchin 2000 ; De Vecchi, Pesa-vento et alii 2000. Voir aussi, dans ces mê (...)
  • 50 Étude inédite réalisée en collaboration avec Marie-Brigitte Carre.

39Outre à Milo, et sur les sites inédits présentés dans ces actes mêmes (Padoue, Chypre), ce groupe d’amphores est bien identifié, grâce à des bords, des pointes, voire à des objets complets, sur une demi-douzaine de sites français et italiens, à Arles45, à Cavaillon46, à Este47, sur deux sites de Milan48, à Padoue49 et, peut-être, à Aquilée50. Ce corpus est très restreint mais l’on peut d’ores et déjà noter que dans quatre des villes de cette liste, les amphores Milo 1 a et les amphores de Lipari, absentes ou rarissimes en d’autres points de l’agglomération, sont étroitement associées sur les mêmes sites et dans les mêmes unités stratigraphiques. La coïncidence mérite d’être soulignée à Milan sur les gisements de la via Croce Rossa et de la via Rugabella, dont proviennent les seuls tessons liparotes (et les seuls tessons méliens) de l’agglomération milanaise. Le site de la via Croce Rossa a fourni, réunis dans un même contexte, une lèvre fragmentaire appartenant à une Amphore Lipari la et un bord de Milo 1a. Du gisement de la via Rugabella sont issues deux autres lèvres de Lipari la, dont l’une porte imprimée en relief l’estampille PVBL inscrite dans un cartouche circulaire, et une pointe de Milo la. Un regroupement similaire de fragments d’amphores de Lipari et d’amphores de Milo existe également à Cavaillon où, sur le site de la rue Michelet, un imposant remblai constitué presque exclusivement de productions liparotes a livré 2511 tessons de Lipari 1a et une dizaine de fragments d’amphores de Milo parmi lesquels une pointe, plus précisément attribuable au groupe Milo 1a.

Fig. 3- Arles. « Ile des Sables ». Tentative de superposition, sur le plan cadastral actuel, des vestiges mis au jour en 1866 et de ceux successivement relevés en 1990 (M. Vecchione) et 2003 (C. Allinne, Ph. Borgard). Le bassin empli de fragments d’amphores se trouve dans l’emprise du sondage A.

  • 51 Utilisé comme carrière de matériaux pour la construction d’une voie de chemin de fer, le site de l (...)
  • 52 La seule fouille d’une faible partie de ce bassin, en 2003, a fourni les restes de quarante amphor (...)

40L’exemple le plus convaincant d’une association entre amphores de Lipari et amphores de Milo est cependant fourni par le gisement arlésien de l’île des Sables. Ce site, implanté sur la rive droite du Rhône, a malheureusement été fouillé en plusieurs étapes et notamment vers 1866, sans que les observations alors recueillies aient été toujours consignées de façon scrupuleuse51. En dépit de ces incertitudes, on restitue sans difficultés une série de vastes bâtiments constitués pour partie-sur leur périphérie-de murs soigneusement isolés des remontées d’eau, et pour partie de poteaux porteurs appuyés sur des dés de pierre. La présence de nombreux bassins à proximité immédiate de ces hangars suggère que ces derniers (voués au rôle d’entrepôts ?) avoisinaient des ateliers artisanaux (fig. 3). Bassins et hangars sont globalement contemporains et leur aménagement relève de la seconde moitié du Ier siècle avant J.-C. L’un de ces bassins retiendra plus particulièrement notre attention. Creusé dans le substrat argileux, il se présente comme une fosse parallélépipédique de près de 3 mètres de côté et d’une profondeur minimale de 1,70 m, dont les parois étaient vraisemblablement constituées de planches. La fonction de ce bassin n’est pas connue mais il fut, après abandon, transformé en dépotoir : les centaines de fragment de céramique qui forment son comblement sont, à de rares exceptions près, des tessons d’amphores (fig. 4). Ils appartiennent essentiellement à deux familles de conteneurs : les Lipari la et les Milo 1a, à raison de près de quatre amphores de Lipari pour une amphore de Milo. Si l’on admet que le bassin, incomplètement fouillé, était comblé de façon homogène, celui-ci renfermait à l’origine les restes de deux cent cinquante amphores, ou plus précisément de près de 50 amphores de Milo inextricablement mêlées aux débris de plus de deux cents amphores de Lipari52. Les timbres apposés sur les conteneurs liparotes suggèrent que le dépôt a été constitué, sans doute en une seule fois, durant les ultimes décennies du Ier siècle avant J.-C.

Fig. 4 – Arles. « Ile des Sables ». Bassin abandonné, comblé par des débris d’amphores (Lipari la, Milo la), en cours de fouille (cliché Chr. Durand, CNRS-CCJ).

41Les exemples qui précèdent sont en nombre insuffisants pour étayer une démonstration définitive et, contrairement à ce que l’on a pu établir pour les amphores de Lipari, ils ne permettent pas d’identifier les lieux privilégiés de consommation des Milo 1a. On retiendra toutefois qu’une utilisation conjointe du contenu des Lipari 1a et des Milo 1a, dans les mêmes lieux, durant la même période est, dans le cas de l’île des Sables au moins, indubitable. Si l’on rappelle par ailleurs la coïncidence existant à Milo, comme à Lipari, entre une réputation bien affirmée d’île productrice d’alun-et dans les deux cas d’un alun natif nécessitant l’usage de conteneurs étanches- et l’existence, très probable voire assurée, dans l’une et l’autre île d’une fabrication locale d’amphores adaptées au conditionnement de ce produit, il est légitime, et très excitant, de chercher à valider l’hypothèse selon laquelle certaines amphores de Milo, à l’instar des Lipari 1-2, seraient des amphores à alun.

42Il conviendra, afin de développer cette quête, d’enrichir le corpus des sites livrant des amphores de Milo et, naturellement, de poursuivre le travail entrepris à Milo même.

43Les recherches récentes, dont certains résultats sont publiés dans les pages qui suivent, montrent clairement que les Milo la ne sont pas les seules amphores produites dans l’île à l’époque romaine. L’examen attentif des exemplaires actuellement connus de Milo la révèle par ailleurs que ces objets sont dotés de lèvres parfois très dissemblables (fig. 5) : si tous les exemplaires de ce groupe relèvent d’une fourchette chronologique similaire (entre les dernières années du Ier siècle avant J.-C. et les premières décennies du siècle suivant), tous ne proviennent vraisemblablement pas du même atelier.

Fig. 5-Profils de lèvres de Milo la provenant du site de l’« Ile des Sables » à Arles (1-3) et de Milan (4-5, d’après Bruno 1991, tav. 103, p. 691). On les comparera aux lèvres des Milo la provenant de Padoue, publiées dans Cipriano, De Vecchi, Mazzocchin 2000, p. 192, tav. II.

44En définitive, il est manifestement trop tôt pour affirmer qu’à Milo, comme à Lipari, a pris naissance une véritable famille d’amphores exclusivement (essentiellement ?) tournée vers le commerce de l’alun, reflet fidèle du témoignage des sources textuelles. Et il faudra manifestement attendre quelques temps avant de pouvoir comprendre l’organisation de cette production, encore à ce jour fort avare en estampilles.

45L’émergence des amphores de Milo conforte, en dépit des zones d’ombre qui demeurent, l’hypothèse que nous énoncions en introduction tendant à identifier une production à grande échelle d’« amphores à alun ». Une production qui, au même titre que les amphores vinaires, permettra d’appréhender de façon toujours plus fine l’importance économique d’un produit destiné, sans cette aide, à rester insaisissable au-delà du strict témoignage des textes.

  • 53 Un tel type d’approvisionnement, dénué de toute fluidité, est clairement discernable dans ces cas (...)

46Les cartes de distribution que l’on peut tenter de dresser reflètent en premier lieu, comme chacun sait, la répartition des chercheurs. Celle de l’alun antique, si tant est que l’on puisse ainsi nommer la carte de distribution des Lipari 1-2 et des Milo la, présente très certainement un vide de cette nature en Méditerranée orientale (fig. 2). La réalisation d’une telle carte fournit cependant, d’ores et déjà, quelques sujets de réflexion. Contre l’hypothèse facile, selon laquelle l’alun de Milo, et les Milo la ( ?), couvriraient le marché oriental tandis que celui de Lipari, et les Lipari 1-2, seraient cantonnés en Occident, ce document suggère un partage plus nuancé des zones d’influence. L’Adriatique, et cela ne saurait surprendre, apparaît comme un espace mixte où amphores de Lipari et Milo 1a se côtoient. On constate aussi que les amphores de Lipari sont diffusées jusqu’à Beyrouth tandis que les Milo la atteignent et remontent (sur quelques dizaines de kilomètres du moins) la vallée du Rhône. Une approche plus fine révèlerait d’autres “anomalies”. Il en est ainsi de l’accumulation étonnante et exclusive d’un grand nombre de Milo 1a, entières et très probablement contemporaines, en différents points de la ville de Padoue, en contradiction avec les résultats de l’étude de l’abondant matériel du port voisin d’Aquilée. Cette étude montre en effet une répartition beaucoup plus contrastée où les amphores de Lipari l’emportent très sensiblement sur les productions méliennes. Un phénomène comparable à celui qui se manifeste à Padoue est identifiable sur le site arlésien de l’Ile des Sables où les Milo la, dans une région par ailleurs exclusivement approvisionnée en amphores de Lipari, sont représentées en un même lieu, et dans un laps de temps sans doute fort court, par une concentration étonnante de plusieurs dizaines d’individus. Sans doute faut-il y voir la preuve d’arrivages massifs et ponctuels dont les modalités restent, bien évidemment, fort malaisées à définir53.

47La carte que nous proposons demande à être complétée, et pas seulement en ce qui concerne les productions de Milo.

48Il restera encore à identifier les conteneurs utilisés pour le transport de l’alun d’Égypte, de celui de Milet et des autres centres de production que les textes anciens évoquent. On n’oubliera pas toutefois que l’amphore, seul témoin concret du commerce de ces denrées intangibles, n’est pas nécessairement le seul conteneur que l’alun de la Méditerranée antique ait connu. De plus, à l’inverse d’autres pro- duits transportés en amphores, il n’est même pas assuré qu’au cours de la période antique, et selon les régions, la nature de l’alun exporté ait réellement nécessité l’usage de tels conteneurs. Nous rejoignons ici la question de cette révolution qui de la cueillette plus ou moins raffinée de l’alun natif a conduit à l’exploitation des roches alunifères et à l’élaboration de nouvelles sortes d’alun, plus variées dans leur aspect, plus difficilement saisissables à travers la multiplicité probable des moyens utilisés pour leur transport.

Bibliographie

Bibliographie

Alfaro, Wild, Costa 2005 : ALFARO (C.), WILD (J. P.), COSTA (B.), Actas del I Symposium internacional sobre textiles y tintes del Mediterraneo en época romana (Ibiza. 8-10 novembre 2002), Valence, 2005.

Allinne, Borgard, Piton 2004 : ALLINNE (C.), BORGARD (Ph.), PITON (J.), Arles. Ile des Sables. Bilan scientifique de la région Provence-Alpes-Côte dAzur 2003, DRAC. Service régional de l’archéologie, 2004, p. 104-105.

Audoin-Rouzeau, Beyriès 2002 : AUDOIN-ROUZEAU (F.), BEYRIES (S.), dir., Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours (Actes des XXIIe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. 18-20 octobre 2001), Antibes, 2002.

Baratier, Reynaud 1951 : BARATIER (E.), REYNAUD (F.) – Histoire du commerce de Marseille de 1291 à 1480, II, Paris, 1951.

Benoit 1962 : BENOIT (F.), dir., Cassidaigne. Gallia (Nouvelles épaves de Provence. III), 20, fasc. 1, 1962, p. 147-176.

Borgard 1994 : BORGARD (Ph.), L’origine liparote des amphores “Richborough 527” et la détermination de leur contenu. SFECAG (Actes du Congrès de Millau. 12-15 mai 1994), 1994, p. 197-203.

Borgard 2001 : BORGARD (Ph.), L’alun de l’Occident romain. Production et distribution des Amphores romaines de Lipari. Thèse de doctorat. Direction : André Tchernia. Université d’Aix-Marseille I (Université de Provence). Document dactylographié, Aix-en-Provence, mars 2001 (4 volumes).

Borgard à paraître : BORGARD (Philippe) – L’alun de l’Occident romain. Naples. (Centre Jean Bérard. Collection « Etudes »). A paraître.

Borgard, Cavalier 2003 : BORGARD (Ph.), CAVALIER (M.), The Lipari origin of the « Richborough 527 ». Journal of Roman Pottery Studies (Actes du colloque de Londres, 23-24 janvier 1994 : Roman amphorae. Problems of identification and methodology), 10, 2003, p. 96-106.

Borgard, Forest, Pelletier 2002 : BORGARD (Ph.), FOREST (V.), PELLETIER (L.), « Passer les peaux en blanc » : une pratique gallo-romaine ?, in : Audoin-Rouzeau, Beyriès 2002, p. 231-250.

Borgard, Gateau 1993 : BORGARD (Ph.), GATEAU (F.), Note sur les amphores de Cavaillon et d’Orange (Vau-cluse), in : Laubenheimer 1998.

Borgard, Puybaret 2003 : BORGARD (Ph.), PUYBARET (M.-P.), Approche archéologique du travail de la laine au Ier siècle après J.-C., in : Cresci Marrone, Tirelli 2003, p. 299-318.

Borgard, Puybaret 2005 : BORGARD (Ph.), PUYBARET (M.-P.), Le travail de la laine au début de l’Empire : l’apport du modèle pompéien. Quels artisans ? Quels équipements ? Quelles techniques ?, in : Alfaro, Wild, Costa 2005, p. 47-59.

Brogiolo, Olcese 2000 : BROGIOLO (G. P.), OLCESE (G.) dir., Produzione ceramica in area padana tra il II secolo a. C. e il VII secolo d. C. : nuovi datie prospettive di ricer-ca (Convegno internazionale di Desenzano del Garda, 8-10 aprile 1999), Mantoue, 2000 (Documenti di Archeologia, 21).

Bruno 1991 : BRUNO (B.), Anfore di incerta attribuzione, in : Caporusso 1991, p. 283 et sq.

Caporusso 1991 : CAPORUSSO (D.) dir., Scavi MM3, Milan, 1991.

Cardon 1990 : CARDON (D.), Technologie de la draperie médiévale d’après la réglementation technique du nord-ouest méditerranéen (Languedoc-Roussillon-Catalogne-Valence-Majorque) XIIIe-XVe siècles. Thèse de doctorat, Université Paul Valéry (Montpellier). Document dactylographié, Montpellier, 1990 (2 volumes).

Cipriano et alii 1997 : CIPRIANO (S.), MAZZOCCHIN (S.), PASTORE (P.), Nuove considerazioni sui commerci del territorio patavino in età imperiale. Analisi di al-cune tipologie di anfore da recenti scavi. Quaderni di Archeologia del Veneto, XIII, 1997, p. 99-109.

Cipriano, De Vecchi, Mazzocchin 2000 : CIPRIANO (S.), DE VECCHI (G. P.), MAZZOCCHIN (S.), Anfore ad impasto grezzo con ossidiana a Padova : tipologia, impasti, provenienza, in : Brogiolo, Olcese 2000, p. 191-197.

Cresci Marrone, Tirelli 2003 : CRESCI MARRONE (G.), TIRELLI (M.), Produzioni, mercie commerci in Altino preromanae romana (Atti del IIIe Convegno di Studi Altinati. Università Ca’ Foscari. Venezia. 12-14 décembre 2001), Rome, 2003.

Darmon 1964 : DARMON (J. –P.), Notes sur le tarif de Zaraï. Les cahiers de Tunisie, XII, 1964, p. 6-23.

De Reyer 2001 : DE REYER (D.), Recherche sur le contenu des amphores de Lipari, in : Borgard 2001, p. 306-310.

De Vecchi, Pesavento et alii 2000 : DE VECCHI (G. P.), PESAVENTO MATTIOLI (S.) et alii, Amphores à pâte grossière à Padoue, in : Guarino 2000, p. 437-440.

Forment ! 1992 : FORMENTI (F.), Analyse de l’enduit interne d’une amphore Richborough 527, in : Laubenheimer 1992, p. 148-150.

Guarino 2000 : GUARINO (Α.), Science and technology for the safeguard of cultural heritage in the Mediterranean Basin, I, Paris, Amsterdam, New-York, Shannon, Tokyo, 2000.

Jaubert 1783 : JAUBERT (Abbé Pierre) – Dictionnaire raisonné universel des arts et métiers, contenant l’histoire, la description, la police des fabriques et manufactures de France et des pays étrangers : ouvrage utile à tous les citoyens. Nouvelle édition, corrigée et considérablement augmentée d’après les mémoires et les procédés des artistes, I, Paris, 1783.

Laubenheimer 1992 : LAUBENHEIMER (F.), dir., Les amphores en Gaule, I, Production et circulation (Actes de la table ronde de Metz, 4-6 octobre 1990), Besançon, 1992.

Laubenheimer 1998 : LAUBENHEIMER (F.), Les amphores en Gaule, II, Besançon, 1998.

Picon 2001 : PICON (M.), Amphores Richborough 527 d’origine mélienne : amphores à alun de l’île de Mélos, Gréce. SFECAG (Actes du Congrès de Lille-Bavay. 2001), 2001, p. 393-397.

Picon 2003 : PICON (M.), Étude en laboratoire d’amphores “Richborough 527”, in : Borgard, Cavalier 2003, p. 102-106.

Sealey 1985 : SEALEY (P. R.), Amphoras from the 1970 excavations at Colchester Sheepen, Oxford, 1985 (BAR British series, 142).

Sokolowski 1955 : SOKOLOWSKI (F.), Lois sacrées de l’Asie Mineure, Paris, 1955.

Williams, Arthur 1991 : WILLIAMS (D.), ARTHUR (P.), Roman amphora form Richb. 527 : a continuing petrological study, in : Recent Development in Ceramic Petrology, Londres, 1991 (British Museum Occasional Paper, 81), p. 389-398.

Notes

1 Benoit 1962, p. 165-166.

2 Borgard 1994. Voir aussi Borgard 2001.

3 Sealey 1985, p. 92.

4 Williams, Arthur 1991, p. 396.

5 Formenti 1992. On notera que cet enduit de poix identifié sur la paroi interne d’une amphore de Lipari constitue un cas unique. Aucune des amphores de Lipari issues des exceptionnels dépotoirs, particulièrement favorables à la conservation des restes organiques, fouillés sur les sites du Centre international de Congrès Léonard de Vinci, à Tours, et du Parc Saint-Georges, à Lyon, ne présente la moindre trace de poix. En revanche, de nombreuses autres amphores provenant de ces deux gisements, conservent des traces indubitables du revêtement d’étanchéité dont elles avaient été initialement enduites (renseignements communiqués par Armand Desbat et Grégoire Ayala).

6 De Reyer 2001. L’objet étudié est une Lipari lb provenant d’une fosse-dépotoir découverte en juin 1999 sur le site de Peyre-Plantade à Clermont-l’Hérault (Hérault). Cette fouille était coordonnée par Hervé Pomarèdes et Alain Chartrain.

7 Nous traduisons par « alun » les expressions grecques et latines, στυπτηρία et alumen, termes sur les occurrences desquels l’ensemble de notre réflexion a été bâti. Pour plus de détail, voir Borgard 2001 et Borgard à paraître. Selon ce critère, la plus ancienne mention témoignant de l’importance de Lipari en tant que producteur d’alun remonte à l’époque de Diodore de Sicile (Diodore, V, 10, 2), si ce n’est à celle de Timée. Il se pourrait, en effet, qu’une partie, si ce n’est la totalité, de la description de Lipari présentée par Diodore soit la reprise textuelle d’un passage de Timée (Jacoby, FGrH, 566F 164, 10. Cf. III, § 3. 2. 1., p. 217). L’alun de Lipari semble être toujours exporté durant l’Antiquité tardive (selon le sens que l’on attribuera à l’expression alumen liparum employée à plusieurs reprises par Cassius Felix : De Medicina, IV ; Χ ; XXXII ; XLVIII ; LXXVI). Il est cité entre temps aussi bien par Dioscoride (Dioscoride, De materia medica, V, 106) et Pline (Pline, H. N., XXXV, 52, 184) que par Strabon (Strabon, VI, 2, 10). Selon Diodore de Sicile :
« Ἔχει δ’ἡ νῆσος αὕτη [Λιπάρα] τὰ διαβεβοημένα μέταλλα τῆς στυπτηρίας, ἐξ ἦς λαμβάνουσιν οἱ Λιπαραἶοι καὶ Ῥωμαἶοι μεγάλας προσόδους, οὐδαμοῦ γὰρ τῆς οἰκουμένης τῆς στυπτηρίας γινομένης καὶ πολλὴν χρείαν παρεχομένης, εἰκότως μονοπώλιον ἔχοντες καὶ τὰς τιμὰς ἀναβιβάζοντες πλῆθος χρημάτως λαμβάνουσιν ἄπιστον. ἐν μόνῃ γὰρ τῇ νήσῳ Μήλῳ ϕύεται μικρά τις στυπτηρία, μὴ δυναμένη διαρκεῖν πολλαῖςπόλεσιν » (« Cette île aussi [Lipari], contient ce fameux minéral connu [suite page suiv.]

8 Borgard 2001, p. 232 et sq.

9 Borgard, Forest, Pelletier 2002.

10 Borgard, Puybaret 2003 ; Borgard, Puybaret 2005.

11 Voir, dans ce même volume, l’étude de Emanuel Botte, p. 197-199.

12 Dioscoride, De materia medica, I, 72, 5.

13 Picon 2003.

14 Voir, en dernier lieu, l’étude présentée dans ce même volume en collaboration avec Claudio Capelli, p. 211-213.

15 Voir par exemple, pour le XVe siècle, Baratier, Reynaud 1951, p. 428.

16 Ce sont des masses cristallines ou, lorsqu’il s’agit d’alun d’alunite, des cristaux de grande taille « en morceaux gros comme des noix, comme des amandes, ou comme des œufs » (Jaubert 1783, p. 63).

17 Expression tirée de la Pratica della Mercatura, ouvrage de Pegolotti du début du XIVe siècle, citée dans Cardon 1990, p. 457.

18 « Έν μόνῃ γὰρ τῇ νήσῳ Μήλῳ ϕύεται μικρά τις στυπτηρία... » (Diodore, V, 10).

19 Dioscoride, De materia medica, V, 106 : « Στυπτηρίας δὲ σχεδὸν πᾶν εῖδος ἐπὶ τῶν αὐτῶ ἐν τῇ Αἰγύπτῳ μετάλλων εὑρισχεται, γεννᾶται δὲ χαὶ ἐν ἄλλοις τόποις, ἐν Μήλῳ, ἐν Μαχεδονίᾳ, ἐν Λιπάραις, Σαρδόνι, Ἱεραόλει τῆς Φρυγίας, Λιβύη, Ἀρμενία, χαὶ ἐν ἄλλοιςτόποις...  » : « Presque chaque espèce de στυπτερία se trouve dans les mêmes gisements en Égypte, mais elle se produit aussi dans d’autres lieux, comme à Mélos, en Macédoine, dans les îles Lipari, en Sardaigne, à Hiérapolis de Phrygie, en Libye, en Arménie et dans d’autres endroits en plus... ».

20 Pline, H. N., XXXV, 52, 184 : « Gignitur autem in Hispania, Aegypto, Armenia, Macedonia, Ponto, Africa, insulis Sardinia, Melo, Lipara, Strongyle » : « Il [l’alumen ] apparaît en Espagne, Egypte, Arménie, Macédoine, dans le Pont, en Afrique, dans les îles de Sardaigne, Mélos, Lipari, Strongyle ». L’île de Chypre est en outre incidemment évoquée : « In Cypro candidum et nigrius... » (H. N., XXXV, 52, 183).

21 Voir supra note 7.

22 Dioscoride De materia medica. V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184.

23 La στυπτηρία μιλησία est incidemment citée dans quelques textes médicaux : Galien, De compositione medicamentorum secundum locos, XII, p. 638, ligne 2 (éditions Kühn) ; Aetius, VI, 84. La mention de cette variété d’alun est suffisamment rare pour qu’on puisse y déceler une éventuelle confusion avec la στυπτηρία μηλεία originaire de Mélos. Le texte d’une stèle retrouvée à Thèbes, à quelques dizaines de kilomètres au nord de Milet, atteste toutefois l’existence dans cette région, dès le IIIe siècle avant notre ère, d’un commerce de l’alun (Sokolowski 1955, p. 112-113, n° 40, l. 14-16) : cette inscription, attribuable à la période 258/257-233/232, rappelle les termes d’un contrat de vente d’un sacerdoce. Un additif accorde au prêtre la taxe afférente à la vente de l’alun.

24 Dioscoride, De materia medica, V, 106.

25 Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184. On ne saurait préciser la provenance de l’alun employé par les armées de Mithridate, lors du siège du Pirée, afin d’ignifuger un ouvrage militaire (Aulu-Gelle, XV, 1) mais il n’est peut-être pas fortuit que cette technique soit précisément employée par le roi du Pont.

26 Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184. Le récit du siège de Bezabde, en limite de l’Arménie et de la Mésopotamie, rapporté par Ammien Marcellin, mentionne l’utilisation par Constance d’une énorme machine de guerre ignifugée grâce à l’emploi de l’alun (« Et Persae [...] machinae(que) ingentis horrore perculsi quam minores quoque sequabantur, omnes exurere vi maxima nitebantur [...], laborabant in cassum, ea re quod umectis scortis et centonibus erant opertae materiae plures, aliae unctae alumine diligenter... » (Ammien Marcellin, XX, 13). On peut supposer qu’il s’agit d’un alun indigène.

27 Flavius Josèphe, décrivant le site de la place forte de Machéron (Jordanie), signale la présence, dans une vallée proche, de sources chaudes mais également de mines de soufre et d’alun : « ἔχελ δὲ ὁ τόπος καὶ θεί καὶ στυπτηρίας μέταλλα » (De bello Judaico, VII, 24). Des substances riches en alun sont également associées à la mer Morte par Justin : « nec materiem ullam [lacus asphaltitis] sustinet, nisi quae alumine incrustatur... » (Epitoma historiarum Philippicarum Pompei Trogi, XXXVI, 3).

28 Hérodote, Historiae, II, 180 ; Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184. L’alun égyptien est en outre recommandé dans la plupart des recettes médicales grecques et latines (très nombreuses références). Différents papyrus (ou os- os-traca) apportent un éclairage complémentaire sur son exploitation (BGU 697 ; O. Narm. 94, 3 ; 95, 5 ; O. Bahria div. 14 ; P. Col. 228, 5 ; P. Oxy. 2116 ; P. Oxy. 2567, 14-15 ; P. Oxy. 1429 ; P. Ryl. IV, 627, 127 ; P. Oxy. 1905, 22) ; d’autres sources manuscrites –même si la provenance du produit n’est pas précisée, il s’agit très vraisemblablement d’alun égyptien-illustrent sa mise en oeuvre (en teinturerie : PCZ 59326bis, 26 ; en médecine : P. Oxy. 234, col. II, 25, 34 ; P. Vind. [Worp (K. A.) – Einige Wiener Papyri, p. 154, 20] ; listes diverses : P. Russ. Georg. V, 52, 6 ; P. Oxy. 1288, 14).

29 Dioscoride, De materia medica, V, 106.

30 Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184. Tout comme l’« alun égyptien », l’« alun de Mélos » est recommandé dans la plupart des recettes médicales grecques et latines (très nombreuses références). L’île de Mélos est par ailleurs la seule source d’alun citée par Diodore en dehors de l’archipel éolien (Diodore. V, 10).

31 Pline, H. N., XXXV, 52, 183.

32 Voir supra note 7.

33 Pline, H. N., XXXV, 52, 184. En outre, au tout début du IIIe siècle après J. –C., le tarif de Zaraï (Zraïa, Algérie. CIL. VIII, 4508) témoigne de l’existence d’un commerce d’alumen – ainsi que de diverses marchandises- entre le bassin du Hodna, les hauts plateaux intérieurs, et la côte (Darmon 1964) : ce document pourrait faire allusion à un autre gisement africain, situé au sud de la Maurétanie. Jean-Pierre Darmon estime que cet alun est importé depuis de lointaines régions (op. cit. p. 17-18) ; cependant, tout comme de nombreux produits de l’élevage cités dans le « tarif », il s’agit peut-être d’une production locale (Chott El-Hodna ?).

34 Pline, H. N., XXXV, 52, 184. On hésitera à identifier comme étant une indication de provenance le rapprochement établi par Venance Fortunat entre une lettre de Martin, évêque de Galice, et une cargaison d’alumen, toutes deux transportées selon lui par le même navire, mais dont on ne saurait jurer qu’elles ont été conjointement embarquées sur les côtes de la péninsule ibérique (« Detullit puppis illa reliquis forsan alumen, mihi vestri colloquii certe lumen... » : Carmines, V, 1, 5). Dans le jeu de mot qui lie alumen et lumen réside sans doute l’essentiel de la valeur de la comparaison.

35 Dioscoride, De materia medica, V, 106 ; Pline, H. N., XXXV, 52, 184.

36 Hérodote, Historiae, II, 180.

37 Une quinzaine de mentions de στυπτηρία αἰγύπτια apparaissent dans l’œuvre d’Hippocrate. C’est, lorsqu’il recommande un alun particulier, la variété qu’il cite le plus souvent.

38 Après Hippocrate, Scribonius Largus et Celse, l’alun égyptien est toujours préconisé par Galien, Oribase et, plus tardivement encore, par Plautus.

39 Bruno 1991, p. 286.

40 Picon 2001.

41 Voir, dans ces mêmes actes, la communication de cet auteur, p 171-176.

42 Nous avons admis, faute de typologie plus fine, que les bords possédant une pâte identifiable comme étant d’origine mélienne relevaient du groupe Milo 1 a lorsqu’ils présentaient un sillon médian horizontal, de profil aigu, délimitant une double lèvre évasée de forme arrondie. Les pieds attribués à ce même groupe possèdent la même pâte et se caractérisent en outre par des dimensions particulièrement imposantes et un profil tronconique fort simple.

43 Cipriano, De Vecchi, Mazzocchin 2000 ; De Vecchi, Pesavento et alii 2000 ; Borgard 2001 p. 258 ; Picon 2001.

44 Picon 2001.

45 Allinne, Borgard, Piton 2004.

46 Borgard, Gateau 1993.

47 Cipriano et alii 1997, p. 104 et p. 107, note 29.

48 Bruno 1991.

49 Cipriano, De Vecchi, Mazzocchin 2000 ; De Vecchi, Pesa-vento et alii 2000. Voir aussi, dans ces mêmes actes les communications de Stefania Pesavento Mattioli et de Silvia Cipriani, Stefania Mazzocchin et alii.

50 Étude inédite réalisée en collaboration avec Marie-Brigitte Carre.

51 Utilisé comme carrière de matériaux pour la construction d’une voie de chemin de fer, le site de l’île des Sables a été largement excavé en 1866. Les nombreuses découvertes réalisées à cette occasion sont partiellement connues grâce à une maquette conservée au Musée de l’Arles antique (information aimablement communiquée par Jean Piton). Une rapide intervention archéologique a ensuite été réalisée sur le même site par Muriel Vecchione, en 1990. Une ultime opération a été conduite, toujours dans le même secteur, en 2003. Ce dernier chantier, réalisé avec le concours de Cécile Allinne, Élise Dévidal et Jean Piton, avait pour but de préciser les informations recueillies lors des précédentes campagnes de travaux.

52 La seule fouille d’une faible partie de ce bassin, en 2003, a fourni les restes de quarante amphores de Lipari et de neuf amphores de Milo.

53 Un tel type d’approvisionnement, dénué de toute fluidité, est clairement discernable dans ces cas extrêmes, mais au-delà du transport des seules amphores de Milo, on peut penser qu’il s’agit d’une réalité coutumière du mode d’acheminement des denrées antiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1-Profils des quatre principaux groupes d’amphores produits à Lipari : Lipari 1a, 1b, 2a et 2b (d’après Borgard 2001). À l’extrême droite : profil à échelle similaire d’une amphore Milo la, selon De Vecchi, Pesavento et alii 2000, p. 437, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 2-Carte de distribution des Lipari 1-2 et des Milo 1a. Il convient désormais d’ajouter Chypre, et peut-être Concordia Sagittaria, à la liste de sites consommateurs de Milo 1 a (voir, dans ces mêmes actes, les communications de S. Marquié et alii, p. 201-210 et de S. Cipriano et alii, p. 187-196).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Légende Fig. 3- Arles. « Ile des Sables ». Tentative de superposition, sur le plan cadastral actuel, des vestiges mis au jour en 1866 et de ceux successivement relevés en 1990 (M. Vecchione) et 2003 (C. Allinne, Ph. Borgard). Le bassin empli de fragments d’amphores se trouve dans l’emprise du sondage A.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 4 – Arles. « Ile des Sables ». Bassin abandonné, comblé par des débris d’amphores (Lipari la, Milo la), en cours de fouille (cliché Chr. Durand, CNRS-CCJ).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Fig. 5-Profils de lèvres de Milo la provenant du site de l’« Ile des Sables » à Arles (1-3) et de Milan (4-5, d’après Bruno 1991, tav. 103, p. 691). On les comparera aux lèvres des Milo la provenant de Padoue, publiées dans Cipriano, De Vecchi, Mazzocchin 2000, p. 192, tav. II.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540