Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alun de Méditerranée

 | 
Philippe Borgard
, 
Jean-Pierre Brun
, 
Maurice Picon

L’alun de la Péninsule Ibérique durant la période médiévale

(Royaumes de Castille et d’Aragon)

Ricardo Córdoba de la Llave, Alfonso Franco Silva et German Navarro Espinach

Texte intégral

  • 1 Lapidario de Alfonso X, f. 72 v.

1C’est sous la dénomination d’alun que sont désignés les différents sulfates doubles de même composition chimique parmi lesquels le plus employé est l’alun commun, c’est-à-dire le sulfate double d’aluminium et de potassium. Celui-ci était considéré comme le meilleur produit, indispensable pour les tissus de haute qualité. De plus il était utilisé dilué dans l’eau. Connu en Castille sous le nom d’alun et sous le nom de jebe (du terme arabe xep), en Aragon il fut usuellement dénommé alum. Le Lapidario (Lapidaire) d’Alphonse X, rédigé au milieu du XIIIe siècle dit « de la pierre appelée axep et en latin alumbre » qu’elle possède ce nom « parce que toutes les choses qui cuisent avec elle s’illuminent, s’éclaircissent et, chacune selon sa nature. Celles qui sont destinées à teindre font recevoir aux tissus des couleurs très belles et claires »1. L’extension de son usage dans divers secteurs industriels et d’activités comme sa production dans les mines réparties dans tout le monde méditerranéen, donna lieu au cours du Moyen Âge à une intense activité minière et à un important commerce à grand rayon pour le transporter depuis les centres de production jusqu’aux villes où il était utilisé. La Péninsule Ibérique participa, durant cette période, aux deux activités : dans l’intérieur du territoire, diverses mines d’alun furent exploitées et surtout, du fait du développement d’activités utilisant l’alun, des quantités considérables de ce produit furent importées depuis les lieux parfois lointains d’où il était extrait et préparé.

Production et commerce de l’alun péninsulaire

  • 2 Odilon R. Constable, Comercio y comerciantes en la España musulmana, Barcelona, 1996, p. 273 ; M. (...)

2Avant le XVe siècle, date à laquelle les mines du sud-ouest de la Péninsule ont été découvertes et exploitées, nous avons peu de données sur la production d’alun en Espagne. Dans les sources rédigées en latin on trouve des mentions concernant le commerce de l’alun espagnol en Méditerranée occidentale à partir du milieu du XIIe siècle, date où apparaît cité dans une liste de péages de Narbone (1153) el alum de Castelha tandis que, dans les contrats génois contemporains, on fait allusion à l’alumine de Castilia. Un siècle après, au XIIIe siècle, les protocoles génois citent à nouveau l’alun Castillan ainsi que d’autres contrats rédigés à Pise, Narbonne et Marseille. Francesco Balducci Pegolotti, au milieu du XIVe siècle, inclut el allume di Castiglia dans son vaste inventaire de produits commerciaux. Miguel Gual Camarena cite dans son Vocabulario un alum de Castellat ; si nous tenons compte d’une part que ladite étude fut élaborée sur la base d’une trentaine de livres de péages aragonais datant de 1222 et 1365 et que, d’autre part, les mines de Mazarrón et d’Almérie ne commencèrent à être exploitées qu’à partir de la seconde moitié du XVe siècle, cet alum de Castellat ne peut être l’alun murcien. L’alun de Castille s’exporta également vers les villes du Nord de l’Europe : Bruges, Sandwich et Southampton, durant les XIIIe et XIVe siècles2. Mais ce qui est certain c’est que, pour ces dates précoces, nous ignorons quelles mines d’alun fonctionnaient et de quels endroits précis pouvait provenir cet « alun de Castille » auquel se réfèrent les témoignages que nous venons de mentionner.

  • 3 A. Rubio, Un contrato de arrendamiento minero del siglo XV de Paracuellos de Jilora, in : Tercer E (...)

3Ce panorama ne se modifie qu’au début du XVe siècle. À cette date, quelques mines d’alun ont été exploitées aussi bien en Castille que dans le Royaume d’Aragon. En Aragon, une carrière d’alun fut découverte et exploitée à partir de 1462 dans la localité de Paracuellos de Jiloca. À la fin de ce siècle, on trouve mention d’exploitations situées dans· le Marquisat de Villena (actuelle province d’Albacete) et, à partir de 1502, de celles qui sont placées le long du fleuve Olías, dans le territoire de Sorbas et de Rodalquilar, deux localités de la province d’Almérie3.

  • 4 Les données suivantes sont relevées des études de A. Franco Silva, El alumbre murciano, in : Actas (...)

4Mais les gisements qui étaient appelés à faire la renommée internationale de l’alun castillan furent ceux que l’on découvrit à Mazarrón, dans le Royaume de Murcie durant le règne d’Henri IV4. Cette découverte à Mazarrón fut providentielle au moment où l’Europe ressentait une demande de ce minéral pour l’industrie textile flamande, provoquant une hausse des prix de l’alun turc. Une fois l’alun de Mazarrón découvert, seul le monarque pouvait en disposer en vertu du monopole royal sur toutes les mines du royaume.

  • 5 J. Delumeau, L’alun de Rome XVe-XIXe siècle, Paris, 1962, p. 24.

5Cependant, Henri IV concéda dès mai 1462 tout l’alun murcien à son favori Juan Pacheco, marquis de Villena. Le monarque n’avait pas compris l’importance de cette découverte pour les finances du royaume. À la différence de la papauté qui, dès le premier moment, se préoccupa des grands bénéfices que pouvait rapporter l’exploitation d’un produit si précieux5.

  • 6 Archive Ducal de Medina Sidonia (ADMS), legs. 33 et 570. J. Torres Fontes, Estudio sobre la crónic (...)

6Peu de temps après cette concession, Juan Pacheco céda à Pedro Fajardo, officier de Justice de Murcie, la moitié du droit qu’il avait sur toutes les mines de ce royaume, « por algún amor y deudo » qu’il avait avec son cousin, cession confirmée et approuvée par Henri IV en décembre 14636. De cette façon, les deux familles obtenaient toutes les mines d’alun découvertes et à découvrir dans le royaume de Murcie. À la mort d’Henri IV et sous le règne d’Isabelle Ière, le fils du marquis de Villena obtient de la reine, en mars 1480, la ratification de sa possession de la moitié des aluns murciens.

  • 7 S. Alonso, Notas para la historia de Mazarrôn, Murcia, 1974, p. 131.

7Avec ces titres en main, la famille Villena et la famille Fajardo, d’un mutuel accord comme toujours, commencèrent à exploiter les gisements par contrats de location ou personnellement grâce à leurs agents. Ainsi, une série de maisons ou d’établissements destinés à loger les ouvriers et leurs familles se créèrent progressivement. Pour le personnel dirigeant des mines, il existe des haciendas déjà organisées en 1485 ; elles comprennent des outils, des chaudières, des seaux, des pics et d’autres instruments nécessaires pour obtenir l’alun. D’après Serafín Alonso, les premiers édifices s’établirent sur le côté nord-ouest de Cabezo de San Cristobal de l’actuelle ville de Mazarrón7. C’est là que se trouvaient les bureaux et les magasins abritant les outils, les effets et les domiciles des agents des familles Fajardo, des loueurs, des fabricants et des ouvriers. Une population stable se constitua ainsi en ce lieu auquel fut décerné par Philippe II, à la fin du XVIe siècle, le titre de ville de Mazarrón. Nous pouvons par conséquent affirmer que, dès 1485, la production de l’alun a débuté près de Lorca, à peu de distance de la mer. Ainsi, l’exploitation des mines murciennes a commencé quelques années après celles de Tolfa, dans l’avant-dernière décennie du XVe siècle.

8Dès le début les Villena et les Fajardo donnèrent les exploitations en location à des personnages castillans ou génois qui s’engagèrent à élaborer l’alun. Une fois le traitement terminé, celui-ci était vendu par les deux maisons nobiliaires. Villena et Fajardo se mirent d’accord pour produire chacun la moitié de l’alun ; selon cet accord, chacun devait effectuer quotidiennement des cuissons ordinaires dans chaque chaudière. Et si l’un ou l’autre n’arrivait pas à produire les quantités prévues ou bien s’il prenait du retard, il pouvait compléter la préparation ultérieurement, à sa guise. Le premier contrat de location, d’une durée de cinq ans, fut signé le 15 septembre 1485 entre le marquis de Villena et Juan Chacón, gendre et successeur de l’officier Pedro Fajardo, d’une part, et Alfonso Abellân, résidant à Murcie, Lope de Chinchilla, résidant à Hellín, Fernando de Toledo et le juif Isaquen Abrenalla, tous deux habitant le Royaume de Murcie. Les preneurs s’engageaient à produire 4 000 quintaux d’alun par an, tandis que les seigneurs leur fournissaient tous les outils nécessaires pour obtenir l’alun et les autorisaient à construire une autre fabrique à côté de celle déjà existante.

9Cependant, à partir du premier quart du XVIe siècle, les deux marquis se procurèrent le personnel nécessaire pour exploiter les mines, transporter les pierres et préparer l’alun qu’ils livraient, dans le cadre de contrats particuliers, aux preneurs pour qu’ils le vendent à l’étranger. À partir de ce moment-là, ils sont devenus eux-mêmes les responsables de la production de l’alun ; la vente se faisait ensuite, pour l’essentiel, grâce à des intermédiaires génois, bons connaisseurs du marché, prenant une forte commission sur ce trafic. Les Génois avaient pris la succession des Médicis dans la location des mines de Tolfa et, déjà auparavant, ils étaient les distributeurs traditionnels de l’alun en Occident. Leur intérêt pour l’alun est motivé par la volonté de monopoliser le marché de ce produit précieux. De plus, ils connaissaient le Royaume de Castille depuis plusieurs siècles et ils étaient les propriétaires d’importantes entreprises commerciales dans le sud de la Péninsule Ibérique, spécialement à Séville où ils formaient une colonie marchande et jouissaient depuis longtemps de grands privilèges. Les premiers Génois qui participèrent au commerce de l’alun murcien furent les frères Baltasar, Luis et Domingo Rey qui, en décembre 1486, louèrent pour six ans les fabriques de Mazarrón, après résiliation du contrat antérieur mais en conservant une production de 4000 quintaux annuels. Malgré la rareté des sources sur l’exploitation de l’alun murcien entre 1494 et 1525, nous supposons, que la production a continué au même niveau, rivalisant avec la puissante industrie de Tolfa.

10En 1525, de nouveaux gisements d’alun furent découverts dans la région de Lorca et de Carthagène. Villena et Fajardo se rendirent chez Charles I pour avoir la confirmation de la possession des nouvelles découvertes, en vertu de la concession originale d’Henri IV, sur tous les gisements d’alun du Royaume de Murcie. Mais de nouveaux intérêts entrèrent en jeu. Le commandeur majeur de Castille, Francisco de los Cobos, secrétaire et personne de confiance de Charles Ier sollicita la concession de ces nouvelles mines d’alun et l’obtint rapidement à la condition de donner la dixième partie de l’alun fondu et raffiné en pâte au Ministère royal des Finances. Il s’engagea aussi à ouvrir et à exploiter les mines dans un délai de trois ans à partir de 1524 et, en effet, presque immédiatement quatre puits furent ouverts par Juan de Alcázar, maire majeur des aluns du marquis des Vélez, chargé par Cobos de cette entreprise. Juan de Alcâzar se prêta volontiers à cette tâche afin de procurer un avantage à Pedro Fajardo. Malgré le succès de la concession, Cobos comprit qu’il était impossible d’exploiter les mines sans le concours du marquis de Vélez, vétéran et bon connaisseur du marché et des trafiquants du minerai ; c’est pourquoi, en 1528, Francisco de los Cobos et Pedro Fajardo signèrent un accord pour se partager l’exploitation des mines de Cartha-gène et de Lorca, à condition que le second laisse au premier la moitié de l’alun produit après déduction des frais d’élaboration.

11Cependant, au milieu de l’échéance du contrat, l’exploitation de l’alun n’avait pas fourni les bénéfices espérés par Cobos et les marquis de Villena et de Vélez ne se montraient pas disposés à renoncer définitivement à leurs droits. En 1537, sur la base des concessions originales d’Henri IV et de la confirmation des Rois Catholiques de 1480, ils proposèrent à Cobos un accord. En contrepartie du renoncement aux faveurs obtenues du roi et de la cession de ses mines, Cobos recevrait une rente annuelle d’un million de maravédis que les deux personnages s’engageaient à payer pour moitié, ainsi qu’un dédommagement pour la valeur des édifices, les travaux et les frais occasionnés pour découvrir et nettoyer les carrières, le minerai, les lessives, les bêtes et les outils présents dans la fabrique. En 1541, on parvint à un accord définitif de renonciation et, à partir de ce moment-là, les mines furent de nouveau mises entre les mains des loueurs génois (Esteban Doria, Pantaleón de Negro et Jerónimo Italiano) avec un contrat de 15 ans. L’apogée de l’alun de Murcie commençait.

12Les compagnies génoises qui contrôlaient alors la production s’engageaient à ne pas produire plus de 40 000 quintaux par an, extraits de deux carrières, ce qui impliquait deux cuissons par jour dans chaque four. Les marquis devaient nommer deux agents chargés de contrôler la bonne marche des activités et leurs respectifs facteurs dans les Flandres. Ce contrat eut une durée de six ans et il fut changé en faveur de la compagnie Grimaldi, la même qui gérait l’exploitation des mines pontificales depuis 1541, et qui contrôla celle de Murcie jusqu’en 1551.

13Bien que, durant cette période, la production des mines espagnoles ait atteint son maximum, elle ne parvint cependant pas à égaler celle des mines de Tolfa. Vers 1562, les fabriques espagnoles produisaient à peu près 26 000 quintaux par an (12 000 quintaux à Mazarrón, 8 000 à Lorca et 6 000 à Carthagène), tandis qu’à Tolfa on extrayait en cette même année 36 000 cruches d’alun. Le commerce resta entre les mains des génois jusqu’en 1578, date à laquelle les marquis de Vélez et de Villena louèrent les mines au sévillan Diego Sanchez de Córdoba. Cette date marque la fin du monopole italien sur l’alun espagnol au moment même où celui de Tolfa était perdu.

14Le domaine reçu par Sánchez de Córdoba en 1578 se trouva assez détérioré à cause l’exploitation intensive des dernières années. Les carrières commençaient à s’épuiser ; elles n’étaient pas nettoyées ; les outils étaient usés et en partie cassés et il n’y avait pas d’argent pour les réparer. Vers 1586, la production étant supérieure aux ventes, l’alun emmagasiné ne trouvait que de rares acheteurs aussi bien dans la Péninsule Ibérique qu’à l’étranger, car les commerçants de Barcelone et de Valence préféraient acheter l’alun romain. En 1588 la production d’alun fut à peine de 3 000 quintaux, faute de minerai. À la fin de 1592, les fabriques d’alun furent définitivement fermées parce que la demande avait chuté en Espagne et que les acheteurs des Pays-Bas et d’Angleterre étaient rares du fait de la guerre contre la Castille. Les mines découvertes à Rodalquilar au début du siècle étaient fermées depuis deux ans. Les aluns emmagasinés ne se vendirent qu’en petites quantités et à des prix très bas.

  • 8 J. Delumeau, L’alun de Rome, p. 40 ; M. T. López Beltrân, El puerto de Málaga en la transition a l (...)

15Néanmoins, au milieu du XVIe siècle, lorsque la production espagnole d’alun se trouvait à son point culminant, les commerçants étrangers, génois surtout, qui exportaient l’alun pour l’approvisionnement des industries aussi bien nationales qu’étrangères à travers les ports de Malaga, Vélez-Malaga, Rodal-quilar et d’Andalousie orientale, montrèrent un vif intérêt. Jean Delumeau observe que déjà en 1486 un navire espagnol débarqua de l’alun de Mazarrón au port de la Esclusa. Il est probable que, depuis le début du XVIe siècle, le minerai murcien arrivait déjà en quantités importantes aux Pays-Bas. Ce fut la ville d’Anvers qui reçut la quantité la plus importante d’alun espagnol tout au long du XVIe siècle. Après, les Flandres, l’Angleterre et la France furent les clients principaux, spécialement la ville de Nantes. Les autres destinations de l’alun espagnol chargé dans le port de Malaga furent, d’après les études de Maria Teresa López Beltrán, les villes de Bruges, de Londres, de Rouen, d’Anvers et de Venise. L’alun murcien commercialisé par les marchands génois8 arrivait également aux villes espagnoles où l’on pratiquait le tissage, par exemple à Cadiz, à Cordoue.

  • 9 J. Guiral, Valencia, puerto mediterráneo en el siglo XV (1410-1525), Valencia, 1989, pp. 399-403.

16Les Génois monopolisaient les chargements d’alun de Mazarrón livrés à Valence depuis les premières années du XVIe siècle. Cependant, les quantités d’alun espagnol destinées à Valence et au reste du Royaume d’Aragon, sont toujours réduites, un millier d’arrobes environ. Cela signifie que les commerçants du Levant et en particulier le secteur de la draperie de Valence, ne s’approvisionnaient en alun de Mazarrón qu’occasionnellement, ayant plus fréquemment recours à l’alun importé d’autres zones de la Méditerranée9.

L’alun d’importation : variétés et origine

17Malgré les témoignages d’une production locale, la Péninsule Ibérique fut toujours déficitaire en alun, que ce soit à cause de l’exploitation des mines, ou de la qualité inadéquate de l’alun pour les usages divers auxquels il était destiné. Dans tous les cas, tout au long du Moyen Âge, l’alun provenant des diverses régions de la Méditerranée fut utilisé dans l’industrie espagnole à travers un commerce d’importation bien connu à la fin du Moyen Âge, et particulièrement pour la Couronne d’Aragon, dont les sources fiscales sont plus détaillées que celles de Castille.

  • 10 O. R. Constable, Comercio y comerciantes en la Espana musulmane, Barcelona, 1996, p. 188. Lapidari (...)

18Dans al-Andalus, l’importation de l’alun de Méditerranée orientale est attestée par les auteurs hispano-musulmans qui mentionnent l’alun provenant d’Egypte, particulièrement apprécié, ceux du Tchad, d’Anatolie centrale et des aluns de qualité inférieure provenant de Sicile et de l’Afrique du nord-ouest. Le Lapidario d’Alphonse X, copiant les sources arabes, affirme que « les meilleures pierres d’alun se trouvent en Egypte, dans une terre appelée Milez, et aussi en Grèce, dans une terre dite Madunye traduit dans sa langue (arabe) et en latin appelée La Macédoine »10.

  • 11 Pour ne citer qu’un seul exemple, au mois d’avril de l’an 1500, Alfonso et Juan de Castro, deux fr (...)
  • 12 Aux données obtenues par Jacqueline Guiral (voir note 9) il faut ajouter le données apportées par (...)
  • 13 M. R. Munoz, G. Navarro, D. Igual et C. Villanueva, Naixement i evolució del dret portugués a Vale (...)

19Au Bas Moyen Âge, pendant les XIVe et XVe siècles, l’alun méditerranéen entra dans la Péninsule Ibérique aussi bien par le Sud que par la côte du Levant. Pour les villes de la Couronne de Castille, les principaux ports d’entrée furent ceux situés sur la côte de l’Andalousie orientale (Malaga, Almérie) et dans la Basse Andalousie, de Sanlúcar et Cadiz à Séville. Le trafic était entre les mains des Génois et des gens de Burgos11. Dans le cas de la Couronne d’Aragon, une importante circulation commerciale fut enregistrée aussi bien dans le port de Barcelone, où l’alun arrivait surtout d’Italie, que dans celui de Valence. Des commerçants de Sienne avaient le monopole de l’achat et de la redistribution de l’alun à Valence12 pendant les XVe et XVIe siècles. L’alun commun et, dans une moindre mesure, des variétés de roche ou de lupay sont énumérés dans les registres de l’impôt sur les commerçants portugais de Valence (1464-1512)13, ce qui signifie qu’il existait d’autres réseaux d’approvisionnement que le quasi monopole italien.

20En ce qui concerne les diverses variétés d’alun dans la Péninsule Ibérique pendant les derniers siècles du Moyen Âge et leurs provenances, les informations proviennent des registres fiscaux de la Couronne d’Aragon. Tandis que pour la Castille il existe à peine quelques témoignages faisant allusion aux aluns de Tolfa et de Phocée, dans le cas aragonais, les sources abondent sur les variétés d’alun importées.

  • 14 Llibre de conexenses de spicies e de drogues e de aiustaments de pesos, canes e massures de divers (...)
  • 15 M. Gual Camarena, Vocabulario del Comercio medieval, Barcelona, El Albir, 1976, p. 200-202.
  • 16 J. A. Sesma Munoz et A. Libano Zumalacarregui, Léxico del comercio medieval en Aragon. (Siglo XV), (...)
  • 17 M. C. Garcia Herrero, Aportaciones al estudio de las relaciones Comerciales entre Aragon y Castill (...)
  • 18 C. Villanueva Morte, Movilidad Social y relaciones económicas entre los reinos de Aragon y Castill (...)

21Parmi ces sources, se trouve en premier lieu le Livre appelé Llibre de conexenses de spicies, manuscrit catalan de 1455, publié par Miguel Gual Camarena sous le titre El primer manual hispánico de mercaderίa, (Le premier manuel espagnol de commerce) qui fait mention de quelques variétés principales du dit produit : Alum de tot plom, aquest val mé, Alum de roqua (=roche) aquest es bo, Alum de fulla, aquest es bo, Alum de bogia, aquest es bo, Alum de alcudia, aquest es bo... Alum cordat, aquest es àuol14. Le Vocabulario del comercio medieval (vocabulaire du commerce médiéval) élaboré aussi par Gual Camarena15 en 1976, grâce à l’étude d’une trentaine d’impôts et péages médiévaux de la Couronne d’Aragon (années 1222-1365) fait mention également de différentes dénominations de ce produit. Dans le même sens, el Diccionario d’Alcover et Moll recueille aussi divers noms d’alun selon le lieu de provenance. Le lexique du commerce médiéval du royaume d’Aragon au XVe siècle, élaboré par Sesma et Lίbano à partir des péages des Généralités du royaume d’Aragon16, augmente encore la liste des variétés d’alun repérées dans les sources fiscales antérieures. Enfin, le travail de licence de Maria del Carmen Garcia Herrero sur la douane de Calatayud (années 1445-1446) à la frontière entre Aragon et Castille17 et la thèse de doctorat de Concepción Villanueva Morte, en cours de réalisation sur l’étude exhaustive de la douane de Barracas de los Jaqueses, à la frontière entre Aragon et Valence, dans les années 1444-1446, complètent nos références sur le thème18.

22D’après ces références à caractère fiscal, une grande partie de l’alun consommé dans la Péninsule provenait de Méditerranée orientale. Parmi les variétés qui arrivaient de cette contrée, on distingue celles de Phocée et de Roca de Colonna. L’alun de Phocée (alum de Foggia ο Fosa), dont le commerce fut monopolisé par les Génois jusqu’à l’occupation ottomane, apparaît fréquemment aussi bien en Castille qu’en Aragon, selon le témoignage du Vocabulario de Gual Camarena. Le Diccionario d’Alcocer et Moll mentionne l’alun d’Alep (alum de Alap) en 1300. Le toponyme correspond à la ville syrienne du même nom, au bord du fleuve Quwayq mais le Diccionario le confond avec celui de Phocée, débouché des mines de Foggia au XIVe siècle.

23L’alun de roca de Colonna était, selon Gual Camarena, le meilleur de toute la Méditerranée, suivi par celui de Phocée. L’extraction se faisait en Turquie près de Trébizonde ; il s’agissait d’un alun fondu dans son eau de cristallisation qu’on laissait refroidir (Alum de Roqua ha aytala conaxensa que sien bells trossose clar é que no y aia terra, explique le premier manuel espagnol de commerce, faisant allusion à la qualité transparente de cette variété).

  • 19 M. Bermat i Roca, Els « III Mestres de la Llana ». Paraires, teixidors de llana i tintorers a ciut (...)

24L’alun de roca ο roque (roche), de première qualité, est mentionné dans les comptes des péages des villes d’Aragon comme Daroca, Fraga, Huesca, Μοnzόn et Tarazona, étudiés par Sesma et Libano ainsi que dans les études de Garcia Herrero et Villanueva Morte. Parmi les aluns utilisés à Mallorque, celui de roche est le plus souvent citél19.

  • 20 R. Salicru y Lluch, El tràfic de mercaderies a Barcelona segons els comptes de la lleuda de Medion (...)

25L’alum de Cota que Sesma et Libano trouvent mentionné dans le péage de Huesca semble avoir été importé de la ville de Coltai, capitale de la principauté turcomane de Kermiyan en Asie Mineure. En effet, de nombreux aluns provenaient d’Anatolie et pas seulement de Phocée. L’étude exhaustive de Roger Salicru sur la lezda de Mediona à Barcelone, correspondant au mois de février 1434, montre que l’alun arrivant à Barcelone provenait surtout d’Asie Mineure. Une partie de cet alun était ensuite distribué dans d’autres régions de l’Occident européen (y compris le Roussillon ou les Flandres), en général par des embarcations barcelonaises20.

  • 21 C. Otte, Sevilla y sus mercaderes a fines de la Edad Media, Sevilla, 1996, p. 154. Citons un contr (...)

26Le second grand lieu de provenance de l’alun fut la Méditerranée occidentale et tout particulièrement la Péninsule Italienne. Dès leur découverte et leur-mise en exploitation, les gisements d’alun des États Pontificaux situées près de la ville de Civitavecchia, dans les carrières de Tolfa furent les plus appréciés. Leur produit est appelé couramment alun de Tolfa et ; dans certaines cas en Castille, alumbre romano ou en Aragon, alum de Romania et alum de Civita- vetxa. Cet alun, découvert en 1462 dans les États Pontificaux, fut à l’origine d’un puissant monopole papal qui étendit sa commercialisation au cours du XVIe siècle à la moitié de l’Europe. L’alun de Tolfa fut en particulier le plus utilisé dans la Couronne de Castille ; son commerce est un des mieux documentés pour le XVe siècle. Enrique Otte soulignait récemment l’ampleur du commerce dont l’alun de Tolfa fut l’objet en Andalousie et montrait comment, en 1508, le commerçant siennois Jeronimo Buoniseni et le Génois Jacobo Grimaldi avaient le monopole de son importation et comment, depuis Malaga et Séville, l’alun était distribué dans toute l’Andalousie intérieure et dans la moitié sud de la Couronne de Castille21.

  • 22 J. Guiral, Valencia, puerto mediterráneo en el siglo XV (1410- (1410-1525), Valencia, 1989, p. 399 (...)

27Un autre alun est cité dans les sources aragonaises, celui de Piombino. Dans son Vocabulario, Miguel Gual inclut un document inédit datant de la fin du XVe siècle, consistant en un ordre de Fernando el Católico daté du 12 mai 1480 concernant le paiement des péages dans le royaume de Valence, qui traite des « aluns qui se font dans les alunières des terres du Pape et du Sérénissime roi don Fernand, notre cher frère ; et des aluns qui se font dans les allumières du Seigneur de Plumbi » ; ce toponyme doit se référer à l’alun de Piombino qui prit la relève des aluns de Phocée dans de nombreux marchés après la conquête de Constantinople. Selon Jacqueline Guiral, dans le cas du port de Valence, c’était la route Piombino-Aigues-Mortes celle qui fournissait l’essentiel des importations de l’alun à la fin du XVe siècle dans la ville. Plus de 18.000 arrobes d’alun de Piombino arrivèrent, par exemple, au port de Valence en 1488 destinées aux artisans textiles de la ville22.

  • 23 C. Carrère, Barcelona, centre économique à l’époque des difficultés 1380-1462, Barcelona, 1967, vo (...)
  • 24 M. Bernat i Roca, Els « III Mesters de la Llana. Paraires, teixidors de llana i tintorers a ciutat (...)

28Enfin, l’alun provenant des îles Éoliennes dans la mer Tyrrhénienne fut aussi important. L’alun appelé alumbre de Lupay (terme que l’on identifie avec le toponyme Lipari, la plus grande des îles Éoliennes) était, selon le premier manuel espagnol de commerce, grenat et blanc à cause des impuretés du terrain. Dans la Couronne d’Aragon, nous le trouvons cité dans quelques péages recueillis par Sesma et Libano (comme ceux de Μοnzόn et de Saragosse) et dans ceux étudiés par Garcia Herrero et Villanueva Morte. Pour ce qui concerne la Catalogne, Claude Carrère le trouve aussi cité, expliquant que l’alun appelé alum de Lupay s’obtenait aussi dans les marchés d’Asie Mineure ou dans les îles de la mer Égée. De même, en 1399, certain commerçant déconseillait Francesco Datini d’expédier des aluns vers Barcelone parce qu’ils s’y vendraient mal à cause des achats directs que les commerçants catalans effectuaient à Venise23. Enfin, il apparaît parmi les aluns utilisés à Mallorque deux variétés, blanche ou noire24. L’alun appelé alun de Volcan (alum de Bolcan), provenant des îles Éoliennes, est documenté depuis la fin du XIIIe siècle. Il est sûrement à mettre en rapport avec les mines de Vulcano, autre île de l’archipel des îles Éoliennes au Nord de Sicile, et apparaît aussi bien dans le Diccionario d’Alcocer et Moll que dans le Vocabulario de Gual Camarena.

29Le troisième grand domaine de provenance de l’alun utilisé dans la Péninsule, situé comme le précédent dans la zone de la Méditerranée occidentale, fut le Nord de l’Afrique. La quantité d’alun provenant de ces régions fut, cependant, toujours inférieure à celles des importations d’Asie Mineure ou d’Italie. Les sources recueillies par Gual Camarena dans son Vocabulario se réfèrent à l’alum de Tirimsé (c’est-à-dire de Tlemcen, ville du Nord de l’Afrique), à l’alum de Bugia (Bejaia, port du nord de l’Afrique) et à l’alun de plume, (alum de ploma, provenant de Barbarie). Ce dernier était un sulfate de fer et d’aluminium, qui avait la forme de fibres capillaires de couleur blanc-jaunâtre à l’éclat nacré et au goût métallique ; il apparaît cité dans les péages de Calatayud et dans le premier manuel espagnol de commerce on trouve écrit à propos de cet alun « Alum de plomae aytal la conexensa que sia canonate que sia ben plomóse luente que no tinga altra mena ».

  • 25 Alfonso de Palma, marchand résidant à Cordoue, doit payer à Fernando de Castro de la Hoz, marchand (...)

30Pour certaines variétés d’aluns que nous avons citées, nous ne connaissons pas la provenance géographique, seulement quelque caractéristique ou propriété distinctive. Ainsi l’alun appelé alun brûlé ou calciné (cremat ο calcinai) cité dans le premier manuel espagnol de commerce, serait un alun déshydraté par l’action de la chaleur. L’alun de polz ο en polls, cité dans le péage de Barbastre serait un alun en poudre ou en granules. L’alun zucarino (sucreny), cité également par Gual Camarena dans son Vocabulario (zucarenyn, cuquarini, succari, suctench) ett mentionné dans un document de 1252, dans les Mémoires de Capmany et dans les Constumbres de Tortosa de la fin du XIIIe siècle, était, d’après le Diccionario d’Alcocer et Moll, un mélange d’alun, d’eau de rose et de blanc d’œuf. Cette composition présentait la consistance du sucre et était utilisée comme astringent. Enfin, dans l’ouvrage de Gual Camarena, nous trouvons mentionnés, en rapport avec la Castille, l’alun blanc et l’alun rouge (alumi albi et rubei, blanc et vernell), mais sans aucun renseignement sur leur nature spécifique25.

Utilisations et applications industrielles de l’alun dans les royaumes espagnols

31Une fois l’alun extrait de la carrière, la technique de préparation est très simple et semblable à celles d’autres minerais, tels la chaux et le gypse. Il s’agit en effet de brûler la pierre dans un four pour la convertir en poudre, de délayer la poudre dans l’eau en la laissant macérer pendant deux à trois semaines après l’avoir étendue sur une superficie plate (appelée eras) et, enfin, de procéder à la cuisson dans des récipients en bois.

  • 26 M. Fornander, Diario del viaggio da Freiberg attraverso Sazona, Bohemia, Polonia, Austria ed Itali (...)

32Angerstein a décrit, au XVIIIe siècle, le procédé de fabrication de l’alun de Tolfa réalisé alors de la même façon qu’au XVe siècle. Ce voyageur dit qu’elle s’extrait dans des mines et qu’il s’agit d’une roche blanche comme la chaux, ne répandant aucune odeur avant d’être brûlée mais par contre diffusant une odeur forte lorsqu’elle est mélangée avec de l’eau. Quand l’alun est extrait de la roche, on le dispose dans des fours spéciaux pour le griller et il est brûlé durant une période de temps compris entre 8 et 10 heures. Une fois brûlé on l’arrose avec de l’eau pendant quatorze jours et finalement, comme la chaux vive, on l’étend sur le terrain. Une fois séché durant deux ou trois semaines, il est mis dans des chaudières avec de l’eau. On fait bouillir le contenu pendant 10 à 12 heures, et par un tuyau, on conduit le liquide dans des récipients en bois où il reste jusqu’à ce que se produise la cristallisation26 Un manuscrit espagnol du XVIe siècle donne l’explication du procédé de la préparation de l’alun. Il s’agit de Los Veintiùn Libros de los Ingenios y de las Máquinas, texte d’origine aragonaise attribué durant longtemps à Juanelo Turriano et aujourd’hui à d’autres auteurs, dont Juan de Lastanosa, mais cette attribution reste contestée.

  • 27 Los Veintiún Libros de los Ingenios y de las Mdquinas, ed. J. A. Garcia Diego, Madrid, 1983, vol. (...)

33Le paragraphe se référant à l’alun se trouve dans le livre 13, intitulé Livre des moulins à foulon et à huile et de divers genres d’artifices de même qualité pour extraire l’eau, pour faire des aluns et des salpêtres et pour laver des laines et des tissus et qui dit ainsi :27 « La mine d’alun est de plusieurs manières. En premier lieu, la mine d’alun est de trois manières, la première est de pierre, la deuxième est une matière qui n’est ni pierre ni terre, mais un mélange des deux, la troisième espèce est de terre et, pour la travailler, il est nécessaire d’utiliser l’eau pour extraire la substance de la matière car sans elle, elle est infructueuse ».

34« Pour faire fonctionner une mine d’alun, il faut disposer d’eau en abondance pour permettre la macération de la pierre d’alun après sa cuisson à l’instar de la chaux et ensuite pour la recomposer comme si l’on voulait former des pierres pour construire un mur ».

35« Ceci fait, il convient de verser de l’eau deux fois par jour, le matin et le soir, jusqu’à ce que la pierre ramollisse comme de la chaux éteinte qui est molle comme le beurre. Cela se fait sur une aire plane qui égoutte toute l’eau de la pierre. À la fin du processus, on doit la transporter dans un endroit pour la recuire. Pour que la pierre macère correctement, il faut beaucoup d’eau, davantage que pour la chaux car elle a besoin de plus de temps pour macérer. À la différence de la chaux qui a besoin de deux ou trois jours, la pierre d’alun nécessite six, huit ou dix jours ».

36« Des canaux pour l’arrosage sont préparés, et quand elle est ramollie, l’eau des vases en bois est recueillie et quand la pierre est molle, on la met dans des cuves en bois jusqu’à un tiers de cette matière. Après on les remplit d’eau et ces cuves possèdent des conduites qui communiquent d’un vase à l’autre pour que toute l’eau aille dans un unique vase. Il y en a d’autres qui n’attendent pas après la cuisson et font moudre la pierre de la même façon qu’ils le font avec le gypse. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir beaucoup d’eau pour faire cet exercice, s’il y avait de l’eau en grande quantité, on pourrait éviter les frais des chevaux qui portent le rouleau pour moudre la pierre ».

37« Il convient de fabriquer une roue pour sortir l’eau de la rivière, du canal ou du puits. Il est important de faire un canal en pierre ou en bois pour amener l’eau pour le travail de la mine. Il faut aussi des fours avec des arcs en brique et d’arc en arc il ne doit pas y avoir plus d’une paume de distance pour faire cuire la terre. Une fois la terre cuite, elle est mise dans des seaux faits en pierre, remplis d’eau par la conduite qui provient de la roue et après que la terre ait donné sa substance, l’eau s’en va par les trous de chaque seau. L’eau va jusqu’à une conduite en pierre de chaque côté des seaux et celle-ci arrive à un large canal. Après cela il y a un autre endroit où sont les chaudières qui peuvent s’accommoder autant de fois nécessaires : chaque chaudière avec ses cheminées et les fours où il y a du feu ».

  • 28 L’utilisation de l’alun dans l’industrie espagnole de tissus a été bien témoignée par M. Gual Cama (...)

38Une fois que l’alun avait été brûlé, macéré et cuit, il se produisait une cristallisation. C’est sous la forme de cristaux semblables à ceux du sel, qu’on procédait à la distribution et à l’emploi. Les utilisations de base que ce produit connut dans la Péninsule Ibérique furent identiques à celles du reste de l’Europe médiévale et du monde méditerranéen. Parmi elles, le enjebado (aluné) des tissus de laine (traitement utilisant l’alun comme mordant préalable à l’application de la teinture), le tannage de certaines peaux (et particulièrement les peaux des gants et des vêtements) et la peinture. Miguel Gual expose dans son Vocabulario que le principal produit utilisé pour la teinture des textile est l’alun, dont l’emploi s’étendait aux industries du cuir, du verre, du sucre, à la médecine, à la fabrication de la poudre explosive et au collage du papier. Mais, sans aucun doute, le rôle principal fut celui joué dans le secteur de la teinturerie. L’opération consistant à appliquer un produit pour fixer les couleurs des teintures, fut dénommé en Castille au XVe siècle enjebar (terme provenant de jebe, nom arabe de l’alun) ou alumbrar (alumenat était le terme employé en Aragon et en Catalogne). La tenue de la couleur dépendait non seulement d’un bon alunage mais aussi sa luminosité et sa qualité chromatique28.

  • 29 En réalité, le tartre ou n’importe quel autre fixateur étaient employés avec la finalité exclusive (...)
  • 30 C. Carrère, Barcelona, centre économique à l’époque des difficultés 1380-1462, Barcelona, 1967, vo (...)
  • 31 M. de Bofarull y de Sartorio, Gremios y Cofradίas de la antigua Corona de Aragon, tome XI de la Co (...)
  • 32 Archivo Municipal de Valencia, Manuals de Conseils, A-27, ff. 164 r-v (7 décembre 1419).

39Après l’alun, on employait aussi du tartre, de la noix de Galle (utilisée seulement pour les tissus noirs ou de basse qualité) et, très occasionnellement, de la cendre. Parfois, l’alun et le tartre étaient mélangés pour réduire les coûts (le second était moins cher que le premier) et c’est pour cela que fut introduit l’usage d’autres substances fixatrices plus économiques, comme la noix de Galle29. D’autres produits furent employées pour cette opération : le vitriol, la couperose, hypochlorite de chaux, mais ce sont des produits hautement corrosifs qui, s’ils n’étaient pas bien dosés, brûlaient les tissus. L’industrie textile barcelonaise utilisait l’alun comme fixateur le plus courant, l’alun de roche étant la variété la plus appréciée selon la démonstration faite par Claude Carrère30. De fait, les statuts des offices des cardeurs de draps, des tisserands et des teinturiers de Barcelone de l’année 1387 interdisaient aux artisans d’employer l’alun d’huile (lum d’oli) et d’autres substances dangereuses et d’appliquer des teintures sur un tissu qui n’aurait pas reçu auparavant le traitement correspondant à l’alun (si donchs alumenat no es)31. De la même manière l’alun s’est toujours distingué face aux autres fixateurs dans les manufactures valenciennes, à cause de son volume d’emploi et de sa qualité. Les dispositions corporatives des offices spécialisés promulguent la nécessité de préparer le tissu avec ce produit, avant de le teindre, bien que dans certains cas comme en 1419 l’on permette sens alguna pena fere obrar,e fer obrare tenyir,e fer tenyir draps d’aquella al engaçament ο sens engaçament. Le travail appelé engaçament consistait en l’application de l’alun ou de la lessive sur le tissu, étant donné que l’alun était considéré comme irremplaçable pour fixer et préparer les couleurs32.

  • 33 R. Córdoba, Textes techniques médievaux sur le tannage et la teinture du cuir, in : Le travail du (...)

40La seconde grande application de l’alun fut le tannage des peaux. Bien que le procédé de tannage le plus fréquent dans l’Europe médiévale était le tannage aux écorces et aux fibres de diverses plantes (tannage végétal), on employait aussi le tannage minéral ou à l’alun, surtout pour certaines variétés de peaux (celles que l’on appelle peaux de chamois) et pour l’élaboration de parchemins. Nous le trouvons ainsi dans de nombreux statuts, textes et manuels rédigés pendant ces siècles-là. De nombreuses recettes pour le tannage des peaux à l’alun sont incluses dans les traités techniques des XVe et XVIe siècles. La formule la plus commune est un mélange d’alun, de sel, de farine, d’œufs et d’huile. Le Manuscrito de Bolonia, un texte italien du XVe siècle publié au XIXe siècle par la chercheuse nord-américaine Mary Merryfield, inclut une recette intégrant deux onces d’alun de roche, deux œufs entiers battus, une poignée de farine, du sel pour une livre de viande, de l’huile pour assaisonner une jardinière et de l’eau chaude. Pour faire ce mélange, il est recommandé de mélanger d’abord l’alun avec la farine et le sel, puis d’ajouter les œufs et l’huile. Une autre recette contient de l’alun, de la farine de blé, du sel commun et de l’huile, mélange que l’on chauffe au feu et auquel est ajouté un œuf bien battu. Enfin une troisième préparation mêle de l’alun, du sel, de la gomme arabique à une pâte faite avec de la farine, de l’huile et des œufs. Le Plictho dell’arte dei tintori, manuel italien du XVIe siècle des teinturiers rédigé par Gioanventura Rosetti, offre des recettes similaires. Cet auteur affirme que « ces choses font une bonne peau de chamois, de l’eau chaude, de la levure, de l’alun de roche, du sel, de l’huile d’olive et de l’œuf ». Dans un cas il convient de mélanger dans de l’eau chaude une once d’alun, une demie once de sel et une demie once d’huile d’olive auquels une demie once de farine de blé et un œuf sont ajoutés ensuite. Dans une autre préparation, on utilise de la graisse avec une livre et quart d’alun et vingt jaunes d’œufs33.

  • 34 Recopilación de las ordenanzas de la muy noble y muy leal ciudad de Sevilla, Sevilla, 1527 (reimpr (...)
  • 35 J. Aparici Marti, La manufactura medieval dels cuiros. Les ordenacions tècniques de Sogorb, Estudi (...)

41Ces mélanges sont cités dans plusieurs statuts de corporations espagnoles. Utilisé sans mélange, l’alun produisait un corps rigide et imparfait qui devait être ramolli. C’est pourquoi il était fréquent d’ajouter du sel (en proportion deux tiers pour deux d’alun) et de l’appliquer mélangé avec un jaune d’œuf, de la farine et de l’huile. Les statuts des gantiers de Séville et de Malaga recommandent d’ajouter de la farine et des œufs aux peaux de chèvres et de brebis tannées à l’alun, « de façon à ce que la peau reste souple et molle et appropriée pour faire des gants »34. De la même façon, le second chapitre des statuts de l’année 1511 de la ville de Segorbe dans l’intérieur du Royaume de Valence, établit clairement que, pour apprêter les cuirs, il fallait les mettre dans de la chaux pendant trente à quarante jours et, ensuite, les immerger dans de l’alun autant de temps que le considérait opportun le maître artisan, avant de procéder aux autres traitements (que’ls meta en alume que stiguen tant temps com lo dit mestre conexerà ésser prou)35.

  • 36 R. Cordoba, Cuatro textos de literatura técnica medieval sobre el trabajo del cuero. Mendies, 5-6, (...)

42En plus de son emploi comme produit tannant, l’alun est utilisé comme mordant pour la teinture des cuirs. Comme pour les tissus, les substances fixatrices employées pour teindre le cuir étaient l’alun, le tartre ou la noix de Galle. L’utilisation de l’alun est recommandée dans les manuels déjà cités pour la teinture de divers types de peaux. Le Mappae Clavicula l’utilise pour les peaux de couleur vermillon, rouges ou vertes (faisant allusion à l’alun d’Asie, probablement celui de Phocée) ; le Manuscrito de Bolonia, en se référant à la teinture des peaux de chèvres avec du bois du Brésil, fait mention de l’utilisation de l’alun de roche dissous dans de l’eau tiède et appliqué au moyen d’un pinceau sur les deux côtés de la peau. Le manuscrit espagnol du XVe siècle H-490, conservé à la Faculté de Médecine de Montpellier, recommande l’utilisation de l’alun bouilli au préalable et dissous dans l’eau, pour teindre les peaux jaunes, rouges et bleues36.

43Nous pourrions ajouter d’autres utilisations concernant aussi bien l’industrie que la cosmétique ou la médecine ; elles sont cependant beaucoup moins bien documentées. Les mentions citées ci-dessus suffisent à mettre en évidence l’importance et la diffusion qu’a eu l’utilisation de cette matière minérale, car aussi bien la teinture des tissus que le tannage et la teinture des cuirs, sont parmi les principales industries de l’Europe médiévale. En fait les secteurs industriels qui atteignirent des niveaux de production les plus élevés furent précisément ces deux-là, ce qui explique la demande permanente d’alun. Comme ces activités se maintinrent avec des traits identiques jusqu’aux transformations techniques apportées par la révolution industrielle du XIXe siècle, l’alun conserva jusqu’à ce siècle le rôle considérable qu’il avait joué en Europe depuis les temps médiévaux.

Annexes

APPENDICE

1

Types d’alun mentionnés dans le Libro de conexense de spicies, ff. 37r-37v. XIVe siècle. Ed. Miguel Gual Camarena, El primer manual hispánico de merca-derίa (siglo XIV), Barcelona, 1981, p. 102.

[f. 37r] Alum tot plom : aquest val més.
Alum de roqua : aquest és bo.
Alum de fulla : aquest és bo.
Alum de Bogia : aquest és bo.
Alum de Alcúdia : aquest és bo.
[f. 37v] Alum de Combon rostos : aquest és àvol.
Alum de roqua cetria : aquest pus àvol.
Alum cordat : aquest és àvol.
Alum de forta lipar : aquest pus àvol.
Alum sort qu’és appellat mercader : aquest pus àvol.
Alum fulla és per si matex mena
Alum lupany : per si matex mena
Alum cesich : per si matex mena
Alum de ploma : val més l’alum mena vella
que la nova, per ço com la mena nova
iurca afinar iii ho encara iiii anys.

2

Texte sur l’alun contenu dans le Lapidario d’Alphonse X, f. 72v. XIIIe siècle. Édition fac-similé du code h. I. 15 de la Bibliothèque de San Lorenzo del Escortai, Madrid, 19824.


3

Indications et dessins sur l’exploitation de l’alun dans le manuscrit Los Veintiùn Libros de los Ingenios y de las Máquinas, ff. 338v-340v. XVIe siècle. Pseudo Juanelo Turriano, Los Veintiún Libros de los Ingenios y de las Máquinas, edt. José Antonio Garcia Diego, Madrid, 1983, vol. 2, p. 382-386.


La mina del alumbre es de muchas maneras. Primeramente la mina de alumbre es en tres maneras, la primera es de piedra, la segunda es una materia que no es ni piedra ni tierra mas es un mixto que participa de ambos, la tercera especie es tierra de modo que uqeriendo travajar esta specie de mina es necesario agua para sacar la substancia de la materia y sin agua es infructuosa, de modo que siendo la alumbre una substancia que esta todo agua, asi que para exercitar esta (fol. 339r) mina de alumbre conviene tener abundancia de agua para mazerar la piedra del alumbre después de cozida como se haze la calcina y sacarla del horno y despues yr componiendo aquella piedra de alumbre como quién quiere hazer una pared, y hecho esto conviene que se le vaya echando agua cada dia dos vez. es por la manana y por la tarde asta tanto que se buelva blanda como calcina quando ha sido muy bien muerta que es blanda como una manteca y esto se haze en una era que sea liana, y toda aquella agua que se escorre de la piedra los postreros dias devese hazer yr a algun rec-etaculo para donde se recoixca y para mazerar esta piedra conviene hecharle mucha mas agua que no se haze a la cal y aun requiere mas tiempo porque la cal se mazera dentro de tres ο quatro dίas y la piedra del alumbre ha menester seys y ocho dias y diez, y se acomodan unas canales para yrla regando y quando ella se empieza de yr ablandando se recoge esa agua dentro de unos vasos de madera y quando es blanda la piedra entoces se toma della y se va poniendo dentro de unos tinos ο vasos de madera y ponese en cada vaso hasta un tercio de esta materia y despues se van hinchando de agua y tienen esos vasos unas canales que van del un vaso al otro paraque vaya a un recetaculo toda el agua a un vaso solo. Pared de piedra cozida A. Donde se recoje el agua que se vierte de la piedra es B.

Ay otros que por no estar aguardando despues de aver cozido la piedra la muelen en este modo. Esta es la manera con que muelen el hyeso y por la misma man-era la piedra del alumbre y porque es necesario tener agua para hazer este exercicio si uviere mucha canti-dad de agua se podra evitar el gasto de las (fol. 339v) cavalgaduras que lleven el ruello para moler la piedra podrase hazer un artificio que se a senalado para llevar el ruello.

Ay otra calidad de piedra que no necesidad de cozella mas de solo molella. La mina de la tablachina que ni es piedra ni tierra y es necesario quemalla. Ay otra que de solo amontonarla ella de si mesma se quema a discurso de tiempo se quema de si mesma. La mina del alun que es de tierra dempues que es sacada de la mina es menester amontonarla y hazer della grandisimos montones y en tiempo de seys meses es que-mada, mas conviene que cada mes se rebuelva, en especial cuando le llueve encima que se quema muy mejor. Hay otra calidad de tierra de alum que conviene que se queme para sacar fruto della y cada especie de mina requiere su particular regalo. Ay unas en que s ehan hecho todas estas diligencias para sacar fruto delllas conviene hazerles lexias de diversas maneras, unas requieren que se les haga de calcina, otras de ceniza de salobre, otras de ceniza de enzina, de modo que tantas quantas son las especies ansi conviene buscarles invenciones y lo mismo es en el cozer de las aguas de las alumbres que unas conviene cozerlas muchisimo y otras no tanto, y otras si se cuezen mucho se les exsala la virtud y ansi no se saca ninguna cosa que sea de valor.

El modo de los fornos y de toda la oficina como conviene que este para el exercicio de la minas del alum. Conviene que se haga una cena (fol. 340r) para sacar agua de rίo ο cequia ο de poço y esta es A. y ase de hazer una canal de piedra ο de madera ο cequia para traer agua para poder exercitar la mina la qual canal es B. y ase de hazer unos fomos en la manera que van dibuxados con unos arquillos de ladrillo y de arco a arco no ha de aver mas de un palmo de distancia del uno al otro para poner a cozer la tierra. Los fomos son C. los arquillos D. donde se les da fuego es E. y la tierra que se les trae para cozer es F. y la que es cozida es G. y despues cozida se pone dentro de unos cubos hechos de piedra que son H. y la canal que viene de la cena y va inchendo los cubos que estan llenos de tierra y cada uno de donde se hinche que es I. y despues de aver dado la tierra su substancia se va asta el agua por unos agujeros que tiene cada cubo que es K. y la agua va a dar en una canal de piedra que va de cabo a cabo de los cubos y esta canal va a dar en un caño ancho que es la canal L. y el laço M. el qual es arto grande que es veynte palmos de ancho y otros tanto de largo y luego otro aposento N. donde estan las calderas es O. y las calderas son P. Aunque no he puesto mas de tres se pueden acomodar tantas quantas fueren menester y la Q. son las cimeneas de cada caldera y la R. es los fornos donde se da fuego a las calderas. La S. es un cubierto para tener la leña y los que dan fuego a los fornos y la Τ y V. son apo-sentos para el maestro que rige la obra (fol. 340v).

La X. es la puerta principal de la hofecina. la Z. es cav-alleriza para el servicio de tener animales para traer lena. la U. es el patio donde se descarga la lena. la 2 es un grande aposento para tener cubos para congelar el agua de la alum para que se congele. el 5. es una canal que viene de las calderas y pasa por aquellos pialres la qual canal lleva el agua a los cubos, y el 6. es canales particulares a cada cubo, el 3. es una escala para subir a un soleador para poner la alum dempues de congelada para que se enxugue, el 9 es el soleador para enxugar la alum, el 7 es una cozina para la churma y encima della ay una repostero para tener las cosas de la cozina. Otras muchas mas ofecinas son menester para el exercicio del hazer la alum ay en el senalado todo cumplimiento y donde ay la Y, es unos lagos para vaziar el agua de las calderas y vaya a daquella canal maestra y tambien ay otra canal que traviesa la puerta dese aposento O. para guiar el agua del alumbre a las calderas en el lago M. es necesario acomodar una bomba ansi en el lago como en las calderas como esta senalado en lo del lavar de la lana y aquella bomba de las calderas conviene que este movible que se pueda mudar a cada caldera quando sera menester.

Notes

1 Lapidario de Alfonso X, f. 72 v.

2 Odilon R. Constable, Comercio y comerciantes en la España musulmana, Barcelona, 1996, p. 273 ; M. Gual Camarena, Vocabulario del comercio medieval, Barcelona, 1976, p. 202.

3 A. Rubio, Un contrato de arrendamiento minero del siglo XV de Paracuellos de Jilora, in : Tercer Encuentro de Estudios Bilbilitanos, Calatayud, 1992, vol. 2, p. 199-201. J. D. Gonzalez Arce, La Industria de Chinchilla en el siglo XV, Albacete, 1993, p. 42 ; cet auteur signale qu’aussi bien le pastel que la plupart des colorants employés par l’industrie textile de Chinchilla étaient importés tandis que seuls la grane et l’alun étaient abondants dans le Marquisat. Quant aux mines almériennes, elles furent exploitées depuis le début du XVIe siècle par le trésorier des Rois Catholiques Francisco de Vargas (M. D. Martinez San Pedro, A. Tarifa Fernández, La riqueza minera en la Almeria medieval, in : Actas de las I Jornadas sobre Technología y Minería en la Edad Media peninsular, Madrid, 1996, p. 279 et A. Franco, El alumbre murciano, Ibid., p. 106).

4 Les données suivantes sont relevées des études de A. Franco Silva, El alumbre murciano, in : Actas de las I Jornadas sobre Tecnología y Minería en la Edad Media peninsular, Madrid, 1996, p. 101-120.

5 J. Delumeau, L’alun de Rome XVe-XIXe siècle, Paris, 1962, p. 24.

6 Archive Ducal de Medina Sidonia (ADMS), legs. 33 et 570. J. Torres Fontes, Estudio sobre la crónica de Enrique IV, del doctor Galíndez de Carvajal, Murcia, 1946, p. 492-297.

7 S. Alonso, Notas para la historia de Mazarrôn, Murcia, 1974, p. 131.

8 J. Delumeau, L’alun de Rome, p. 40 ; M. T. López Beltrân, El puerto de Málaga en la transition a los tiempos modernos, Malaga 1986, p. 127 ; J. I. Fortea, Córdoba en el siglo XVI. Las bases sociales y económicas de una expasión urbana, Córdoba, 1980, p. 277 et 300 ; V. Carretero, La artesanίa textil y del cuero en la provincia de Málaga (1487-1525), Mâlaga, 1996, p. 31-32.

9 J. Guiral, Valencia, puerto mediterráneo en el siglo XV (1410-1525), Valencia, 1989, pp. 399-403.

10 O. R. Constable, Comercio y comerciantes en la Espana musulmane, Barcelona, 1996, p. 188. Lapidario de Alfonso X, f. 72 v.

11 Pour ne citer qu’un seul exemple, au mois d’avril de l’an 1500, Alfonso et Juan de Castro, deux frères commerçants, résidant à Burgos, vendirent au marchand Alfonso de Córdoba 125 quintaux d’alun au prix de 450 maravédis chacun, avec l’accord de lui donner la marchandise dans le port de Malaga à bord du navire à la mi-juillet (1500. 04. 04, Archivo Histórico Provincial de Córdoba (AHPC) Protocolos Notariales de Córdoba (PNCO), oficio 18-legajo 8, f. 140r).

12 Aux données obtenues par Jacqueline Guiral (voir note 9) il faut ajouter le données apportées par D. Igual Luis, Valencia e Italia en el siglo XV. Rutas, mercados y hombres de negocios en el espacio económico del Mediterráneo occidental, Castellón, 1998.

13 M. R. Munoz, G. Navarro, D. Igual et C. Villanueva, Naixement i evolució del dret portugués a Valencia : collecció documentai (1464-1512), Universitat de València, en presse.

14 Llibre de conexenses de spicies e de drogues e de aiustaments de pesos, canes e massures de diverses terres, ff. 37 r-v. Cit. M. Gual Camarena, El primer manual hispánico de mercaderia, siglo XV, Barcelona, 1981.

15 M. Gual Camarena, Vocabulario del Comercio medieval, Barcelona, El Albir, 1976, p. 200-202.

16 J. A. Sesma Munoz et A. Libano Zumalacarregui, Léxico del comercio medieval en Aragon. (Siglo XV), Zaragoza, Institution Fernando le Catholique, 1982, p. 81-82.

17 M. C. Garcia Herrero, Aportaciones al estudio de las relaciones Comerciales entre Aragon y Castilla. La aduana de Calatayud (1445-1446), Thèse de licence inédite, Université Saragosse, 1982, p. 137-138.

18 C. Villanueva Morte, Movilidad Social y relaciones económicas entre los reinos de Aragon y Castilla en el siglo XV, Thèse de doctorat en cours de réalisation à l’Université de Saragosse, financée par la bourse de la Direction Générale des Universités du Gouvernement d’Aragon et dirigée par le professeur German Navarro Espinach. Les données inédites de la douane de Barra-cas sont dues à la gentillesse de la doctorante.

19 M. Bermat i Roca, Els « III Mestres de la Llana ». Paraires, teixidors de llana i tintorers a ciutat de Mallorca (S. XIV-XVII), Palma de Mallorca, 1995, p. 154.

20 R. Salicru y Lluch, El tràfic de mercaderies a Barcelona segons els comptes de la lleuda de Mediona (febrer de 1434). I, Barcelona, Institució Milà i Fontanals, 1995, p. 164-165.

21 C. Otte, Sevilla y sus mercaderes a fines de la Edad Media, Sevilla, 1996, p. 154. Citons un contrat qui mentionne ce commerce : en 1490, Otobon Grillo, marchand génois résidant à Séville, se mit d’accord avec le teinturier de Cordoue Gonzalo Flores, pour la vente de 300 quintaux d’alun romain et de 100 quintaux de tartre, au prix de 550 maravédis le quintal d’alun, et de 350 maravédis le quintal de tartre, tout cela devant être livré à Malaga, l’alun le 6 octobre suivant et le tartre avant la fin du dit mois (1490. 09. 29, AHPC, PNCO, 18-4, f. 986 v).

22 J. Guiral, Valencia, puerto mediterráneo en el siglo XV (1410- (1410-1525), Valencia, 1989, p. 399-403.

23 C. Carrère, Barcelona, centre économique à l’époque des difficultés 1380-1462, Barcelona, 1967, vol. 1, p. 482, note 140.

24 M. Bernat i Roca, Els « III Mesters de la Llana. Paraires, teixidors de llana i tintorers a ciutat de Mallorca (s. XIV-XVII), Palma de Mallorca, 1995, p. 154.

25 Alfonso de Palma, marchand résidant à Cordoue, doit payer à Fernando de Castro de la Hoz, marchand résidant à Burgos, 36 000 maravédis d’un certain alun qu’il acheta avant la mi-octobre 1501 (1500. 08. 01, AHPC, PNCO, 14-26, 3 f. 57 r).

26 M. Fornander, Diario del viaggio da Freiberg attraverso Sazona, Bohemia, Polonia, Austria ed Italia negli anni 1750 e 1751 di Reinhold R. Angerstein, in : Dal Basso Fuoco all’Altoforno, Brescia, 1991, p. 393-394.

27 Los Veintiún Libros de los Ingenios y de las Mdquinas, ed. J. A. Garcia Diego, Madrid, 1983, vol. 2, p. 383-386.

28 L’utilisation de l’alun dans l’industrie espagnole de tissus a été bien témoignée par M. Gual Camarena, Vocabulario de Comercio médieval, voz alumbre, p. 200-202 ; P. Iradiel. Evolución de la industria textil Castellana en los siglos XIII al XVI, Salamanca, 1974, p. 206. R. Cordoba, Las técnicas preindustriales, in : Historia de la Ciencia y de la Técnica en la Corona de Castilla. Edad Media 2, Valladolid, 2002, p. 351. M. Asenjo, Segovia. La ciudady su tierra a fines del Medievo, Segovia, 1986, p. 204. Dans les îles Baléares, M. Bernat i Roca, Els III mesters de la llana, p. 118.

29 En réalité, le tartre ou n’importe quel autre fixateur étaient employés avec la finalité exclusive de diminuer les coûts car il s’agissait de produits moins appropriés que l’alun. Nous pouvons voir la différence du prix des deux dans le contrat que le marchand génois Otobon Grillo, résidant à Séville accorda avec Gonzalo Flores, Teinturier à Cordoue, la vente de 300 quintaux d’alun romain et 100 quintaux de tartre fin, car chaque quintal d’alun coûtait 550 mrs, et chaque quintal de tartre arrivait à 350 mrs. (1490. 09. 29, AHPC, PNCO, 18-4, f. 986 v).

30 C. Carrère, Barcelona, centre économique à l’époque des difficultés 1380-1462, Barcelona, 1967, vol. 1, p. 482-483.

31 M. de Bofarull y de Sartorio, Gremios y Cofradίas de la antigua Corona de Aragon, tome XI de la Colección de Documentas Ineditos del Archivo General de la Corona de Aragon, Barcelona, 1876, doc. LVII, notamment p. 305 et 312.

32 Archivo Municipal de Valencia, Manuals de Conseils, A-27, ff. 164 r-v (7 décembre 1419).

33 R. Córdoba, Textes techniques médievaux sur le tannage et la teinture du cuir, in : Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours. XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, 2002, p. 359.

34 Recopilación de las ordenanzas de la muy noble y muy leal ciudad de Sevilla, Sevilla, 1527 (reimpr. 1975), f. 233v ; Ordenanzas de la muy noble y muy leal ciudad de Málaga, Malaga, 1611, f. 5° r.

35 J. Aparici Marti, La manufactura medieval dels cuiros. Les ordenacions tècniques de Sogorb, Estudis Castellonencs, 8 1998-1999, p. 429-443. La citation textuelle des ordonnances transcrites dans l’article est à la page 439.

36 R. Cordoba, Cuatro textos de literatura técnica medieval sobre el trabajo del cuero. Mendies, 5-6, 2002, p. 179-180.

Notes de fin

4 La reproduction en couleurs de cette page du manuscrit se trouve à la p. 291.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540