Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Importuosa Italiae litora

 | 
Maria Cecilia D’Ercole

X. Les échanges dans le Samnium et dans la Daunie

Texte intégral

1Il est ainsi temps de tirer un bilan des données que nous avons jusqu’ici exposées et analysées. Les pages qui précèdent ont montré que les échanges dans nos régions adriatiques à l’époque archaïque étaient de nature très hétérogène. Comme importations sûres tout au long de cette période, retenons l’ambre venant de la Baltique et les métaux importés probablement de la péninsule balkanique sous la forme de matière brute ou d’objets finis. Plus rares, les céramiques grecques et coloniales sont tout de même présentes en Daunie. Parmi les exportations, il faut certainement compter les céramiques à décor subgéométrique produites en Daunie. Extrêmement probable apparaît aussi l’exportation de biens périssables qui n’ont laissé aucune trace matérielle, comme le blé ou le sel, peut-être les tissus et le bois. Le trafic de chevaux et d’esclaves a pu être une autre ressource importante.

2Ces échanges économiques ont été probablement accompagnés de contacts et d’influences qui se répercutaient dans les traditions artistiques, dans les coutumes et dans les pratiques rituelles. Bien plus que simple circulation des objets, ces mouvements ont dû souvent impliquer le déplacement des hommes, qui reste évidemment le plus difficile à reconstruire. Le trafic de l’ambre et surtout la production d’ambres sculptés qui s’affirme à la fin du VIe siècle, se prêtent tout particulièrement à montrer cet enchevêtrement d’échanges matériels et d’influences culturelles.

  • 1 Voir le catalogue des découvertes au chapitre VI, 272 sqq.
  • 2 De la même opinion DE JULIIS 1988 C, 76. Voir aussi les considérations au chapitre VI, 286 sqq.
  • 3 Comme le remarque BERGONZI 1982, 73.

3Quant aux importations céramiques, la rareté des vases grecs dans le Samnium et dans la Daunie n’a pas été remise en cause par les recherches des dernières années. Les seules productions attestées en Daunie sont les vases à figures noires de la deuxième moitié ou de la fin du VIe siècle (« Petits Maîtres », « Groupe de Haimon » et « Leafless Group »)1. Les vases grecs sont absents du Samnium. De plus, on ne peut pas exclure que la céramique grecque retrouvée en Daunie y soit arrivée par l’intermédiaire de quelques-uns des sites coloniaux de l’Italie méridionale, puisqu’elle est souvent accompagnée de vases de production coloniale, notamment de Métaponte, qui semble avoir joué un rôle significatif dans un très vaste arrière-pays2. Il faut toutefois considérer que cette situation est la même que dans l’Adriatique centrale et septentrionale : dans le Picenum et dans la région padane, les vases grecs parviennent en mesure importante seulement à partir du dernier tiers ou des derniers vingt ans du VIe siècle3. On reviendra par la suite sur ces questions.

  • 4 G. COLONNA, Pelagosa, Diomede e le rotte dell’Adriatico, dans ArchClass 1998, 363-378.

4Quant aux exportations, une place de premier rang doit être accordée à la ceramique daunienne à décor subgéométrique, largement exportée, déjà à partir du VIIIe siècle, sur le versant tyrrhénien méridional, sur les deux côtes adriatiques et sur le littoral ionien (fig. 75). Le mérite des recherches récentes est d’avoir montré la continuité de la route adriatique occidentale dès le début des exportations. Cette donnée nouvelle affaiblit l’un des arguments traditionnels en faveur de l’hypothèse d’un intermédiaire liburnien dans le commerce adriatique de la céramique daunienne. Même la découverte récente d’offrandes votives consacrées à Diomède dans l’île de Pelagosa, qui font supposer la présence du culte du héros dans l’île au Ve siècle av. J.-C., ne ferait que confirmer l’importance de la route adriatique occidentale, selon la brillante hypothèse récemment émise par G. Colonna4.

LES CARACTÈRES DES ÉCHANGES

  • 5 LEPORE 1973, 140, critiquait l’opposition traditionnelle entre « la via dell’argento » illyrien et (...)
  • 6 Que l’on pense par exemple à la cargaison extrêmement hétérogène de l’épave du Giglio, qui comport (...)
  • 7 Fortuna Maris. La nave romana di Cornacchie, sous la dir. de F. Berti, Bologne 1990.

5Le tableau qu’on vient d’esquisser confirme des déductions déjà formulées par rapport à chaque classe de matériel, tout en marquant la persistance de certaines apories. Une première confirmation concerne l’entrelacement profond existant dans ces trafics adriatiques, entre les biens d’importance primordiale et les biens de prestige. Les métaux bruts et le blé font bon ménage à côté des objets de luxe et des produits finis, comme l’ambre sculpté et la vaisselle en bronze. Ceci confirme l’interprétation donnée par E. Lepore, il y a quelques années, du commerce adriatique5. Ce mélange hétérogène de biens et de marchandises devait d’ailleurs être assez courant dans l’Antiquité6 et nous en avons un exemple significatif justement en Adriatique, même si à une époque plus récente. Il s’agit du bateau qui s’était échoué au delta du Pô à la fin du Ier siècle av. J.-C. avec une cargaison extrêmement hétéroclite, composée d’objets sculptés en argent, d’amphores vinaires et même de provisions de viande salée7.

  • 8 Voir à ce propos les considérations de LO SCHIAVO 1980, 246, qui remarque l’existence de « fenomen (...)
  • 9 Comme le soutiennent LOLLINI 1976, 168 ; LANDOLFI 1988, 364.
  • 10 Sur le rôle du Picenum dans ces mouvements d’échange, voir ROLLEY 1989, 363-364 ; ROLLEY 1993, 363 (...)
  • 11 Plusieurs objets de la nécropole de Termoli, fibules (supra, 209, fig. 51 G ; 223-224, fig. 55) et (...)

6Une deuxième confirmation concerne le caractère sélectif des échanges et de leurs réseaux, qui découpent le territoire dans plusieurs unités bien diversifiées8. Nous en avons donné plusieurs exemples tout au fil des précédents chapitres. Ainsi, les rapports avec la côte slave sont presque inexistants dans le Samnium côtier, qui paraît plutôt appartenir à l’ensemble culturel de l’Italie adriatique centrale, dont le Picenum était probablement le pivot. Cette région devait être l’un des passages obligés de l’ambre en Adriatique9 ainsi que de la vaisselle précieuse en bronze dirigée vers l’Europe centrale10. Il est possible que, même pour l’approvisionnement en matières brutes, la côte frentane ait dépendu des centres du Picenum11. Les fibules à spirales sont fréquentes dans le Picenum, en Daunie et sur la côte slave, mais elles n’atteignent pas le Samnium côtier (fig. 52-53).

  • 12 C’est le cas des pectoraux à double protome d’oiseau ou des fibules à arc décoré d’un grain d’ambr (...)
  • 13 Voir le cadre de distribution de la céramique du « South-Daunian Subgeometric » dans YNTEMA 1990, (...)
  • 14 Voir à ce propos les considérations de BERGONZI 1982, 73, qui remarque « il carattere limitato e s (...)
  • 15 M. MAZZEI, Nuove presenze di bucchero nella Puglia settentrionale, dans Taras XIII, 1-2, 1993, 223 (...)
  • 16 Voir, par exemple, la tombe 4 de Larino, avec deux oenochoés en bucchero gris : DI NIRO 1981 B, 76 (...)
  • 17 Voir BOTTINI 1993, 487-491.

7En revanche, des objets courants dans le Picenum et sur la côte libur-nienne n’arrivent ni en Daunie ni dans le Samnium12. La céramique attique, rare en Daunie, ne semble pas toucher le Samnium ; il en va de même pour les vases d’origine coloniale. De même, les céramiques grecque et daunienne ne sont pas diffusées simultanément dans les mêmes régions de l’Adriatique. La céramique daunienne circule, jusqu’à la fin du VIe siècle, dans la partie centrale et septentrionale de l’Adriatique. Dans le sud de l’Adriatique elle se trouve, en quantité plus réduite, seulement sur le versant occidental, en Peucétie et en Daunie, alors qu’elle est absente de la côte slave méridionale (fig. 74-75)13. Dans les mêmes régions où la céramique daunienne est largement répandue, les importations grecques ne sont pas particulièrement nombreuses et, parfois, totalement absentes jusqu’au dernier quart du VIe siècle14. Quant au bucchero campanien, ses importations en Daunie sont restreintes à la plaine d’Arpi, comme le souligne M. Mazzei15, et dans le Samnium côtier, à Larino16. Il est intéressant de remarquer comme ces mêmes caractères —diversification des parcours, sélection des objets de l’échange— ressortent du tableau récemment dressé par Bottini au sujet des importations étrusques dans la Lucanie aux époques archaïque et classique17.

  • 18 Ceci confirme d’ailleurs le cadre esquissé déjà dans BOTTINI 1982, notamment 104 sqq. Pour l’organ (...)

8Si l’on considère maintenant les aspects problématiques, le premier concerne la définition des groupes —sociaux et ethniques— qui ont tiré bénéfice de l’organisation des échanges. Le processus de hiérarchisation est assez évident dans la société daunienne, notamment vers la seconde moitié, ou plutôt vers le dernier quart du VIIe siècle. En outre, une large partie des formes de productions jusqu’ici considérées (par exemple la culture du blé ou l’élevage) supposent un élément commun : le fort ancrage dans le terroir et l’exploitation de ses ressources. Le contrôle exercé sur le territoire et même sur les hommes confirme l’idée d’un ensemble social fortement structuré et hiérarchisé, probablement divisé par groupes familiaux et claniques. Telle articulation sociale semble d’ailleurs se répercuter sur la forme des habitats archaïques (ex. Canosa, Lavello), apparement répartis par noyaux indépendants entre eux, soumis peut-être au contrôle de chaque groupe18. Cette société s’exprime précocement par des pratiques et des symboles de pouvoir, telle l’hippotrophia, l’art de dresser et de maîtriser les chevaux. Sa volonté de célébration et d’autoreprésentation trouve son expression la plus complète et cohérente dans les stèles sculptées au VIIe siècle, qui parlent un langage incroyablement riche de signification et d’imagination.

  • 19 Voir notamment supra, chapitre I, 26 sqq. et chapitre VII, 301-304.
  • 20 P. BRUN, dans Fonctionnement social, 285.

9Dans ce contexte, l’hypothèse d’un rôle dominant des intermédiaires liburniens nous paraît à rejeter, en vertu de toutes les considérations que nous avons jusqu’ici présentées19, auxquelles on pourrait ajouter deux arguments supplémentaires. Le premier est que l’accumulation de la richesse dans la société daunienne éclate justement à l’époque de la plus grande expansion de la céramique produite localement. La coïncidence suggère d’établir un rapport de cause à effet, au moins partiel, entre les deux faits, même sans pouvoir préciser dans quelle mesure le contrôle et l’accès aux biens « était la cause ou seulement la conséquence de la stratification sociale »20. La deuxième considération est que les deux axes d’exportation de la céramique daunienne (vers la côte tyrrhénienne et vers l’Adriatique) se sont mis en place à la même époque et laissent supposer le même type d’organisation et de contrôle. Or, il nous paraît difficile d’admettre que les Liburniens se soient chargés de gérer également les trafics entre la Daunie et la Campanie.

  • 21 P. BRUN, La complexification sociale en Europe moyenne pendant l’Âge du Fer : essai de modélisatio (...)

10Si la participation des aristocraties dauniennes aux échanges apparaît probable, il est moins simple d’en préciser la nature et les formes. On pourrait évoquer à ce sujet le modèle que P. Brun a esquissé pour les sociétés du centre de l’Europe. La prospérité des communautés au cours de l’Âge du Fer est fondée sur la stabilisation et la « spécialisation économique » des sites, le développement de l’artisanat et de la métallurgie du fer, sur la variété des biens échangés (sel, produits de l’élevage, tissus précieux). Ainsi, « la base économique locale, contrôlable par les chefs, étant dorénavant partout présente, au moins potentiellement, la stratification sociale pouvait se cristalliser. Les données funéraires sont compatibles avec cette explication »21.

11Nous pouvons ajouter une autre considération, fondée, celle-ci, sur les données archéologiques de notre région. En Daunie méridionale, à Canosa-Toppicelli, nous constatons la présence contemporaine de structures artisanales pour la production de la céramique peinte et d’une nécropole très riche. Or, les plus riches mobiliers du VIIe siècle comportent exactement la même céramique qui était produite dans les ateliers qui entouraient les tombes dans lesquelles cette vaisselle faisait partie d’un système cohérent de signes de prestige. Devons-nous imaginer que ces riches dauniens étaient des simples clients des artisans « du quartier » ? Ou devons-nous plutôt penser que ces élites sont en quelque mesure impliquées dans la production et dans la distribution des produits de l’artisanat ? Cette deuxième possibilité nous semble plus probable, d’autant plus que la production de la céramique nécessite, encore une fois, l’accès aux ressources du territoire (eau, argile, bois) et implique donc, au moins à cette époque, une forme quelconque de rapport avec les groupes qui contrôlent précisément ces biens.

  • 22 BOTTINI 1993, 499 : au moins jusqu’à l’archaïsme récent, l’activité des artisans en Lucanie doit ê (...)

12Il faut en outre considérer que la céramique a probablement accompagné le transport des biens de nécessité primordiale produits dans le terroir. Ce même lien s’impose encore plus pour les produits de luxe —métaux, bijoux— qui supposent l’accès à la matière première, comme Bottini l’a bien souligné à propos de la situation lucanienne22. Ce modèle pourrait avoir duré pendant tout le VIIe et pour une partie du VIe siècle. Vers la fin du VIe ou au Ve siècle av. J.-C., les caractères de la production semblent avoir changé. D’une part, les exportations à large rayon de la céramique ont cessé et même les autres produits (par exemple les casques « apulo-corinthiens ») semblent circuler dans un territoire plus restreint. D’autre part, un élément nouveau est représenté par l’arrivée d’objets (ambres sculptés, orfèvreries), et peut-être d’artisans étrangers dans le Sud, qui pourraient faire entrevoir des rapports plus complexes entre les artisans et leur clientèle.

  • 23 Sur l’influence des artistes ioniens dans l’artisanant de luxe étrusque, voir supra, 178-179; 182.
  • 24 Les antéfixes en forme de protome féminin de Capoue de la fin du VIe siècle ont probablement été à (...)
  • 25 Pour les protomes de Spina voir NEGRONI CATACCHIO 1989, 662.
  • 26 Mentionnée au chapitre IV, 182, note 190.
  • 27 Voir le chapitre V, 238-240, pour le pendentif de la tombe 13 de Toppicelli et pour l’analyse de c (...)
  • 28 Qui est liée, en fait, au milieu ionien : voir à ce propos l’analyse de M. LOMBARDO, dans Modes de (...)
  • 29 Voir chapitre IV, 184

13Or justement, le rapport avec les artisans producteurs de certains objets d’échange est une autre question à poser. Plusieurs objets n’ont probablement pas été importés, mais plutôt travaillés sur place par des artisans étrangers. Les ambres sculptés en sont un exemple : leur production a signifié à la fin du VIe siècle, l’arrivée d’artisans étrangers ou la création d’ateliers locaux ; ou bien, probablement, les deux choses à la fois. Nous avons plus haut remarqué les affinités avec l’artisanat de luxe étrusque, qui pourrait être à son tour influencé par l’activité d’artistes ioniens émigrés en Occident23. Les rapports de la Daunie avec les milieux étrusques de la Campanie, surtout de Capoue, sont prouvés par les terres cuites architecturales24. Mais on constate également les analogies de certains ambres de Canosa avec des types adriatiques, répandus à Spina et à Marzabotto25, ainsi que sur la côte illyrienne, à Novi Pazar, à Kompolje et à Trebenischte (fig. 38-39). À côté des ambres figurés, d’autres objets témoignent des rapports avec l’artisanat de luxe étrusque. La plaque en ivoire de Ruvo26, les bijoux raffinés en or de Ruvo et de Noicattaro en Peucétie, et de Canosa-Toppicelli en Daunie (fig. 61), peuvent être attribués à des ateliers étrusques, peut-être de Campanie27. Tous ces objets témoignent, vers la fin du VIe siècle, de l’infiltration de formes de habrosyne28 qui étaient auparavant inconnues dans les sociétés indigènes. Les artisans étrusques n’ont probablement pas été les seuls actifs dans nos régions. Les rapports avec des productions artisanales de la Grande Grèce, probablement de Tarente, sont à notre avis visibles dans les ambres sculptés retrouvés en Daunie29. Ce sont probablement des artisans itinérants venus de la côte ionienne qui ont réalisé à la fin du VIe siècle les terres cuites architecturales de Toppicelli, de Monte Sannace et de Botromagno.

  • 30 C’est probablement le cas d’un groupe de protomes féminins très homogènes du point de vue stylisti (...)
  • 31 Voir chapitre IV, 186.
  • 32 Comme le suppose BOTTINI 1989, 31.
  • 33 Où les fouilles de Mosso avaient mis au jour les restes d’un four utilisé pour la fabrication du m (...)

14Il est fort probable que la présence d’artisans étrangers ait pu bientôt donner lieu à la création d’ateliers locaux. Dans le cas des ambres, on arrive à cerner des groupes à diffusion uniquement locale30 ou bien le passage du prototype étranger à la réélaboration locale. C’est le cas de l’ambre sculpté connu comme « Atlas », provenant de Canosa, qui est probablement la transformation locale d’un modèle votif étrusque31. La question des ateliers locaux se pose aussi pour les métaux. Certains pendentifs de Monte Saraceno, de Cannes et de Lavello s’inspirent des types balkaniques sans en être, toutefois, la reproduction précise (fig. 60 F, I, J). Les bassins en bronze retrouvés à Guglionesi (fig. 64, 65, 69) forment un groupe très cohérent et homogène. Dès la fin du VIe siècle, Canosa a probablement été le centre de fabrication, peut-être avec Ruvo, des casques de parade apulo-corinthiens32. Nous avons d’ailleurs vu que les traces de l’activité métallurgique sont précoces à Coppa Nevigata33.

  • 34 Sur le rôle des élites de Serra di Vaglio vis-à-vis des artisans grecs : A BOTTINI, L’incontro dei (...)
  • 35 Comme le montre l’identité des objets retrouvés à Quinto Fiorentino, à Cortona et dans l’atelier d (...)
  • 36 C’est l’interprétation proposée par NAVA 1980, n. 748, pl. CCXLVI, stèle avec des armes.

15Dès lors, la question se pose de comprendre les rapports entre ces ateliers et les clientèles indigènes. Ces relations ont dû être forcément très étroites, car ce sont probablement les élites et non pas les artisans qui ont plus aisément disposé de la matière brute. En outre, le caractère très particulier de certains objets —tels les sujets gravés sur les ambres— suppose une intervention active de la clientèle au moment de la réalisation de l’œuvre. Dans ce sens, il est préférable parler de « commanditaires » plutôt que de « clients »34. Pour soutenir cette hypothèse, nous disposons d’un exemple comparable, même s’il est plus ancien et dans un contexte bien plus fastueux : l’atelier d’ivoires sculptés du dernier quart du VIIe siècle, dont les restes ont été identifiés près du palais de Poggio Civitate, en Étrurie interne. Cet atelier est une sorte d’annexe du palais, même s’il a pu sculpter des objets en ivoire et en os destinés à la clientèle d’une région assez vaste35. Quant aux rapports entre les forgerons et les clients, il nous paraît à ce propos très significatif de retrouver sur l’une des stèles dauniennes, monuments certainement destinés aux élites locales, la représentation probable de la fabrication d’un bouclier36.

  • 37 Sur lesquels voir supra, 287 sqq.
  • 38 Évoqués supra, 289, note 127.
  • 39 Sur ce précieux témoignage provenant de S. Mauro Forte, en pays œnôtre, voir J. de LA GENIÈRE, Les (...)
  • 40 L’un des premiers artistes actifs en Lucanie, le Peintre de Pisticci, pourrait en effet avoir une (...)

16Pour conclure cette réflexion sur les rapports entre les acquéreurs et les producteurs des biens, il faut évoquer les deux vases du J. Paul Getty Museum et les questions complexes qu’ils suscitent37. Dans ce cas, il n’est point facile d’établir par quel moyen concret ont pu se nouer les contacts entre les commanditaires et les artistes. Est-ce que des modèles ont pu circuler pour être proposés aux potiers, comme on l’a supposé dans le cas des vases de la Mer Noire38 ? Ou faut-il supposer, même dans ce cas, le déplacement des artistes, comme il paraît le prouver l’inscription à Héraklès du potier Nicomades retrouvée dans un site indigène de la Lucanie39 ? Le débat est d’ailleurs vif sur l’origine —attique ou italiote— du peintre de Pisticci, l’un des plus anciens peintres lucaniens ; en tout cas, cet artiste semble avoir eu des rapports avec l’atelier de Polygnotos40, d’où seraient également issus les deux vases « hybrides » du J. Paul Getty Museum. En tout cas, ces indices disparates montrent comment, de manière occasionnelle mais significative, les aristocrates locaux ont pu exprimer leurs commandes auprès des artistes attiques qui se sont montrés par ailleurs assez disponibles à les satisfaire.

  • 41 YNTEMA 1979, 13, signale la présence de soixante-huit vases du SDS I sur la côte adriatique orient (...)
  • 42 Comme le remarquait déjà LO SCHIAVO 1980, 245, en conclusion de son tableau sur la circulation des (...)
  • 43 Sur la possible médiation picénienne dans les trafics adriatiques de la céramique daunienne : J. D (...)

17Si nous passons des aspects sociaux à des questions plus strictement économiques, il faut réfléchir à une aporie évidente qui ressort de ce tableau d’ensemble, à savoir la disproportion entre les objets exportés, beaucoup plus nombreux, et les objets importés. Cet écart apparaît tout particulièrement sensible lorsqu’on considère les relations d’échange entre la Daunie et les autres régions adriatiques. Malgré l’absence d’estimations précises, on peut sans conteste affirmer qu’une quantité considérable de céramique daunienne a été exportée en Adriatique41. Si on y ajoute l’exportation probable du blé daunien, cette disparité s’accentue, car la quantité d’objets qu’on peut considérer comme des importations balkaniques est en revanche plutôt limitée. F. Lo Schiavo avait déjà souligné cette contradiction dans son analyse de la circulation des objets métalliques entre la Daunie et l’Adriatique orientale42. L’explication proposée dans son étude reposait sur l’hypothèse traditionnelle de la passivité daunienne dans les relations commerciales adriatiques, opposée au rôle actif des Liburniens, que nous avons plus haut discuté. Une autre explication pourrait résoudre cette contradiction : l’importation de la matière brute. L’ambre brut a pu être importé soit par l’intermédiaire des Picéniens43 soit par celui des Liburniens. Les métaux — le fer, le cuivre— ont vraisemblablement été importés du versant balkanique, riche en ressources minières. Ces deux matériaux ont été travaillés in situ. L’épanouissement de toutes ces activités suppose la possibilité d’avoir accès aux matières premières, ainsi que la présence de commanditaires et d’artisans spécialisés.

LES VOIES DES ÉCHANGES

18En définitive, les échanges en Daunie et dans le Samnium semblent privilégier trois itinéraires : une voie maritime, adriatique, et deux voies terrestres, l’une dirigée vers le milieu de la Péninsule et vers la côte tyrrhénienne, l’autre dirigée vers le sud, vers les sites coloniaux de la Grande Grèce.

  • 44 Il existe en fait une tradition ancienne assez solide sur l’origine illyrienne des Iapyges. Le tém (...)
  • 45 Comme le laisseraient entendre plusieurs passages de S. Batovic : voir par exemple BATOVIC 1973 A, (...)
  • 46 Signalés par COVIC 1973, 148, pl. XXXII, 2 (tumulus II d’Ilijak) ; 149, pl. XXXII, n. 10 (tumulus (...)
  • 47 Retrouvées dans des sites liburniens, istriens et de la Slovenie orientale (Vace) : voir à ce prop (...)
  • 48 Pour le répertoire des découvertes en Adriatique orientale, R. VASIC, Greek Bronze Vessels Found i (...)

19La voie adriatique a été parcourue, comme on l’a vu, dans les deux sens, et avec une certaine continuité chronologique. Les relations avec les Balkans, commencées à l’Âge du Bronze, se poursuivent au cours de l’Âge du Fer, bien que leurs témoignages matériels ne soient pas très nombreux et apparemment limités au domaine des ornements. Ce fait suppose, vraisemblablement, l’existence de contacts directs entre ces communautés pour ainsi dire « riveraines ». Il faut imaginer des trajets fréquents d’un côté à l’autre de la mer, des mariages mixtes entre ces deux groupes adriatiques qui avaient même, selon une partie de la tradition ancienne, un fondement ethnique commun44. Ces déplacements ne sont sûrement pas à interpréter, toutefois, selon le modèle d’invasions ou de migrations massives45. En outre, nombreuses et hétérogènes sont les traces de mouvements dirigés dans le sens inverse, de l’Italie vers l’Adriatique orientale. On peut ainsi énumérer les bassins à rebord perlé retrouvés dans des tombes princières de Glasinac (Bosnie), datées des VIIe et VIe siècles46, les fibules de type italique avec l’arc revêtu d’os et d’ambre aux VIe et Ve siècles47 et, au Ve siècle, des fibules du type Certosa (fig. 56). Certains circuits d’échange se superposent et se soudent de manière révélatrice. Ainsi, les bronzes provenant probablement de l’Italie Méridionale sont attestés, entre la seconde moitié du VIe et la première moitié du Ve siècle, dans les mêmes sites (Trebenischte, Novi Pazar, Atenica) qui ont livré des ambres sculptés de type italique méridional48.

  • 49 Sur le rite de l’inhumation recroquevillée dans les Pouilles, voir TINÈ-BERTOCCHI & TINÈ 1972, 266(...)
  • 50 Voir par exemple la nécropole de Novilara, BRIZIO 1895, c. 105 sqq.
  • 51 Voir S. BATOVIC, dans Actes Dubrovnik 1972, 32. li ne faut toutefois pas voir forcément une origin (...)
  • 52 Pour le fragment de Cavallino voir F. D’ANDRIA, Nuovi dati sulla relazione tra Daunia e Messapia, (...)
  • 53 Voir BRIZIO 1895, c. 85; 103-105, fig. 2, 24. La relation entre les stèles dau-niennes et celles d (...)
  • 54 Sur ces stèles voir S. BATOVIC, dans VAHD 1973, 55, n. 1-3.

20À cet inventaire des objets, il faut ajouter une série de manifestations rituelles et artistiques qui reviennent dans plusieurs regions adriatiques, qu’elles soient liées ou non par des relations d’échanges. L’expression dont on a abusé souvent de « koiné adriatique » repose en large partie sur des phénomènes immatériels, tels les usages rituels et les expressions figuratives. Les pratiques funéraires sont souvent communes d’un côté à l’autre de l’Adriatique. Le rite de l’inhumation recroquevillée se retrouve tout le long de la côte apulienne49, ainsi que dans quelques sites du Picenum50 et sur la côte liburnienne51. De même, certains phénomènes figuratifs, comme par exemple les stèles incisées, bien que différentes par morphologie et par quantité, sont attestées dans plusieurs régions et sites du pourtour adriatique : en Messapie (Cavallino)52, dans le Picenum (Novilara)53 et sur la côte de l’Istrie54.

  • 55 Les pectoraux (fig. 50 A) et les mors de chevaux des tombes de Salapia sont proches de certains ty (...)
  • 56 Voir à ce propos: A. BOTTINI, dans PCIA VIII, 1986, 204 sqq. ; TAGLIENTE 1987, 135 sqq. ; B. BOULO (...)

21Un deuxème courant d’influences, d’origine centro-italique et tyrrhénienne, se manifeste dans les productions métalliques du Samnium et de la Daunie, avec une continuité chronologique remarquable. Dès le VIIIe siècle, la tradition centro-italique est visible dans le domaine de l’armement55 et, au VIIe siècle, dans la vaisselle en bronze qui arrive en Daunie côtière à travers l’itinéraire Ofanto-Sele. La carte de distribution des bassins à rebord perlé et à tresse montre que ces vases étaient surtout concentrés sur le versant tyrrhénien et dans la chôra ionienne, alors que leur diffusion adriatique est relativement circonscrite. Ils sont en effet absents dans le Samnium et dans le Salento, c’est-à-dire juste au nord et au sud de l’itinéraire Ofanto-Sele (fig. 63, 67, 68). De même, la quantité et la variété des objets paraissent s’amoindrir au fur et à mesure qu’on s’approche des régions côtières adriatiques. Si les oenochoés rhodiennes, les « Schnabelkanne » et les candélabres de fabrique étrusque sont fréquents dans le Melfèse et dans les sites ioniens, à Chiaromonte et à Alianello, du VIIe au Ve siècle56, dans la Daunie côtière n’arrivent que les bassins à rebord perlé et à tresse. L’itinéraire Ofanto-Sele a probablement été aussi la voie de diffusion de quelques ambres figurés, ainsi que d’autres produits de l’artisanat de luxe étrusco-campanien. Dans le sens opposé, cet itinéraire a probablement été jalonné par la céramique daunienne, jusqu’à Pontecagnano et jusqu’aux sites du Vallo di Diano.

  • 57 Voir à ce propos le chapitre IV, 183-184.
  • 58 Voir MAZZEI 1985, 264-265, pour le bucchero étrusco-campanien importé à Arpi, San Severo, Tiati ; (...)
  • 59 Pour les trouvailles d’Ordona : IKER 1984, tombe 32, fig. 64, n. 11-12 ; tombe 34, fig. 70, n. 6 ( (...)
  • 60 M. MAZZEI, Gli scavi della Soprintendenza archeologica ad Ordona : nuovi dati sull’insediamento de (...)
  • 61 Comme le remarque BAILO MODESTI 1980, 56-57, qui suivant une hypothèse de B. d’Agostino, se dit pe (...)
  • 62 C’est la plus ancienne sépulture de la nécropole de Contrada Cimitero Vecchio, la tombe 58 qui com (...)

22L’influence tyrrhénienne est perceptible non seulement en Daunie côtière, mais aussi —peut-être davantage— dans l’arrière-pays, comme l’atteste la diffusion de la céramique daunienne produite à Ascoli et à Ordona et exportée presque exclusivement vers la Campanie, dans la seconde moitié du VIIe et au VIe siècle. Dans deux centres de la Daunie intérieure, Lucera et Arpi, on retrouve l’influence des antéfixes à protome féminin produites à Capoue vers la fin du VIe siècle57. À cette même époque, le bucchero campanien est importé à Arpi, à San Severo et à Larino58. Il est très significatif de trouver dans les mobiliers d’Ordona datés du VIe siècle, des objets qui sont absolument typiques des cultures d’Oliveto Citra et de Cairano, tels les bracelets « a arco inflesso »59 ou les petites amphores « ad anse complesse »60, qui seraient même l’élaboration d’une suggestion transadriatique61. À Ascoli Satriano, ces mêmes amphores apparaissent déjà dans un mobilier de la fin du VIIe-début du VIe siècle ; même s’il s’agirait dans ce cas d’imitations locales et non pas d’importations, cette suggestion postule des contacts directs avec les sites de la haute vallée de l’Ofanto62.

  • 63 Comme nous l’avons remarqué dans le chapitre VIII, 336 sqq.

23Nous avons plus haut souligné comme les contacts avec le versant tyr-rhénien ne se bornent guère à la simple circulation des objets, mais impliquent aussi la diffusion de rituels particuliers, tel l’incinération ou bien une particulière forme du banquet. Ceci montre la nature profonde et prolongée de ces contacts, qu’on retrouve d’ailleurs dans des domaines tout à fait différents, telle la typologie des embarcations63.

  • 64 Voir par exemple la coupe à filets de la tombe 279 de Lavello, du troisième quart du VIIe siècle ( (...)
  • 65 Pour les importations céramiques : voir supra, chapitre VI, 277-278 ; pour les comparaisons des te (...)
  • 66 La citation est tirée de B. D’AGOSTINO, Le genti della Basilicata antica, dans Italia 1989, 230. S (...)
  • 67 Comme le souligne A. BOTTINI, dans PCIA VIII, 1986, 199-200 ; GRECO 1996, 71-72.
  • 68 La présence de ces monnaies a été signalée par S. BATOVIC, dans Actes Dubrovnik 1972, 90 ; BATOVIC (...)
  • 69 Voir Zadar 1981, pl. 6, n. 20-21.
  • 70 BERGONZI 1982, 78.
  • 71 Sans vouloir guère rentrer dans le problème complexe de la définition du rôle de ces monnaies arch (...)

24Enfin, l’existence d’une voie méridionale, dirigée vers la chôra ionienne, est attestée par de nombreux indices : par les importations céramiques en premier lieu64, mais aussi par les décors architecturaux de quelques édifices de la Daunie et de la Peucétie (Canosa-Toppicelli, Cannes-Antenisi, Monte Sannace, Botromagno), tous datés vers la fin du VIe siècle (fig. 33-34). Méta-ponte a probablement eu un rôle de premier rang dans ces contacts, car nous savons que la colonie achéenne a sûrement été l’un des centres les plus importants d’élaboration des expériences architecturales en Italie du Sud65. Il faut noter aussi que tous les sites indigènes touchés par ces influences se trouvent dans la vallée du Bradano, l’une des voies les plus importantes d’échanges en Italie Méridionale. Cette disposition semble être le pendant du réseau mis en place sur l’autre fleuve de la chôra ionienne, le Basento. Ici, l’important site indigène de Serra di Vaglio contrôlait la haute vallée du fleuve ; à proximité de l’habitat, à Braida, un oikos a été bâti vers la fin du VIIe siècle et pourvu, vers le milieu du VIe siècle, d’un décor architectural dont « la tipologiae lo stile indicano un’evidente derivazione dall’ambiente metapontino »66. Cet édifice a pu avoir une fonction sacrale et politique en quelque sorte liée à la gestion des échanges vers l’arrière-pays67. Métaponte a donc été vraisemblablement le centre d’un tissu dense de relations tressées sous des différentes formes, avec plusieurs sites indigènes. À ce constat nous pouvons ajouter le fait que des monnaies archaïques de Métaponte ont circulé en Adriatique orientale. Des incuses de la cité achéenne ont été retrouvées dans les mobiliers funéraires liburniens68 ; elles ont même été thésaurisées jusqu’aux IVe-IIIe siècles av. J.-C., sous la forme, plutôt insolite, de pendentifs de collier69. La présence des ces monnaies a été considérée par G. Bergonzi comme la preuve d’un réseau direct de relations entre la côte dalmatienne et le Salento70. Toutefois, on pourrait se demander, avec toutes les réserves de mise, si les sites de la Daunie côtière, qui ont eu des rapports d’échange à la fois avec les Liburniens et avec la cité achéenne, n’ont pu avoir une quelconque part dans la circulation adriatique des incuses coloniales71. La Daunie côtière aurait pu intervenir aussi dans la diffusion des produits adriatiques et particulièrement de la matière brute, vers les deux itinéraires péninsulaires, la vallée de l’Ofanto-Sele et celle du Bradano.

LES « CENTRES » DES ÉCHANGES SUR LES CÔTES DU SAMNIUM ET DE LA DAUNIE

25Quels étaient les centres principaux de l’acquisition, de la production et de la transmission des biens dans les milieux indigènes ? Trois sites doivent, me semble-t-il, retenir tout particulièrement notre attention : Guglionesi, Salapia et Canosa.

  • 72 Le même phénomène a été remarqué pour les nécropoles de la vallée du Tirino, dans les Abruzzes : v (...)
  • 73 Ce sont la tombe 1 (féminine) et la tombe 7 (masculine) de la nécropole de Santa Margherita. Sur l (...)
  • 74 Il s’agit précisément d’une hache, d’un couteau et d’une broche en fer (TAGLIAMONTE 1996, 111).
  • 75 Voir la liste détaillée supra, chapitre IV, 156, note 48.
  • 76 Ces bassins sont attestés en milieu tyrrhénien (Tarquinia, Populonia, Cumes, Midi de la France), a (...)
  • 77 Ce sont les casques des variantes Montegiorgio et Montelparo, retrouvés à Guglionesi, datés respec (...)
  • 78 Comme paraît le faire SUANO 1991, 69 : « Other interesting bronze objects come from the area, like (...)
  • 79 Voir plus en détail supra, chapitre VII.
  • 80 Voir supra, chapitre V, 261.
  • 81 Voir supra, chapitre V, 200-201.

26La richesse du matériel de Guglionesi est surprenante, surtout si l’on considère que seule une moindre partie de ce site a été fouillée. Le caractère exceptionnel du site ressort davantage de la comparaison avec Termoli, où les tombes fouillées sont beaucoup plus nombreuses, mais aucune d’entre elles ne montre les signes d’une forte hiérarchisation sociale. Le même constat a été fait d’ailleurs pour plusieurs nécropoles des Abruzzes72. En revanche, à Guglionesi, deux des quatre tombes archaïques se remarquent par leur richesse, révelée par la grande quantité d’ambres (fig. 36), de vaisselle en bronze (fig. 64-65)73, et d’ustensiles métalliques utilisés pour la cérémonie du banquet74. Ce sont précisément les ambres et les bronzes qui suggèrent un possible rôle de Guglionesi en tant que centre d’acquisition et de transmission de biens. La tombe 1 comportait 107 pendentifs et perles75. Les bassins en bronze, datant du dernier quart du VIIe et du VIe siècle av. J.-C., sont attestés à Guglionesi en quantité plus importante que dans tout autre site du Samnium côtier et intérieur. La cohérence typologique de certains exemplaires (fig. 64-65) pourrait faire penser à leur provenance du même atelier, voire d’un atelier local, bien que l’origine du type soit à chercher ailleurs76. Un autre courant d’échanges relie manifestement Guglionesi au Picenum, comme le prouvent les trois casques picéniens du milieu du VIIe et du VIe siècle (fig. 45, fig. 46 Α-C)77. Le fait qu’il s’agit de découvertes occasionnelles et hors contexte ne peut guère amoindrir la valeur de ces importations78. Dans le domaine de la céramique, il faut enregistrer la présence d’importations tyrrhéniennes (Cumes ou Pontecagnano) datées probablement du milieu du VIIe siècle (fig. 72 A). ainsi que des bonnes imitations, probablement dues à un atelier local, de la céramique daunienne entre le dernier quart du VIIe et le VIe siècle (fig. 78 C)79. Même au cours du Ve siècle, l’importation de stamnoi étrusques (fig. 71 A-B)80 et de casques apulo-corinthiens (fig. 46 D)81 témoigne de l’importance ininterrompue de ce site.

  • 82 Voir les considérations sur la distribution des casques « variante Montelparo », chapitre V, 195 s (...)

27L’apparente utilisation des stamnoi comme urnes cinéraires marque un changement important des coutumes de la société locale, qui se fait en parallèle aussi à Larino. Il est intéressant de noter comme certains objets (bassins peu profonds à rebord perlé C. 1. 3, fig. 64-65, casques de type picénien A. 2. 1, fig. 45-46, stamnoi C. 2. 1, fig. 71) se retrouvent à la fois à Guglionesi et dans la Daunie intérieure, à Melfi et à Ordona, jusqu’à Cairano. Cette coïncidence laisse entrevoir un axe probable de communication entre ces deux régions, le Samnium et la Daunie intérieure (fig. 67, 71)82.

  • 83 M. CRISTOFANI, I principi adriatici : appunti per un capitolo di storia italica, dans Etrusca e It (...)
  • 84 BAILO MODESTI 1980, 27. En alternative, on pourrait supposer que ce casque est arrivé à Cairano di (...)
  • 85 Voir à ce sujet : M. TORELLI, dans Actes Manfredonia 1980, 333 sqq. ; A. BOTTINI, A. RUSSO, M. TAG (...)
  • 86 Voir A. LA REGINA, dans Sannio 1984, 23-24.

28Ainsi, deux itinéraires semblent se croiser à Guglionesi dès le milieu du VIIe siècle et au cours du siècle suivant : l’un provenant du nord, du Picenum, l’autre rayonnant probablement du versant tyrrhénien de la Campanie, à travers le Melfèse. Nous pouvons nous demander si Guglionesi n’a pas été à un moment donné, l’un des relais entre le Picenum et la Lucanie ; notamment dans la circulation des armes qui représente un aspect important des relations entre certains groupes adriatiques83. Déjà G. Bailo Modesti avait pensé à l’intermédiaire samnite pour l’importation d’un casque picénien « variante Montelparo » retrouvé dans une tombe de Cairano datée du deuxième quart du VIe siècle84. Il faut d’ailleurs rappeler, même de manière incidente, que les habitants de la région autour de Melfi, de Venusta et Forentum, l’actuel Lavello, lors de l’occupation romaine du début du IIIe siècle, étaient précisément des Samnites85. Les objets concernant le domaine militaire circulent aussi en tant que parties du butin : à la fin du Ve et au IVe siècle, les armes retrouvées dans le sanctuaire confédéral samnite de Pietrabbondante seraient de fabrication tarentine86. Il reste que la dédicace des armes dans un sanctuaire a une valeur et une signification différentes par rapport à leur présence dans un contexte funéraire.

  • 87 Alors que DI ΝIRO 1990 A, 67-70, paraît situer au Ve siècle, et plutôt à Termoli, « le prime avvis (...)
  • 88 SUANO 1991, 69-71, qui explique la multiplication des tombes et des mobiliers sur les côtes du Sam (...)

29Les hypothèses de travail que nous avons jusqu’ici formulées attendent une confirmation ou un démenti de la recherche future sur le terrain. Mais, d’ores et déjà, les documents jusqu’ici connus demandent à notre avis de situer déjà entre le VIIe et le VIe siècle la formation d’une stratification sociale relativement importante87 et ne paraissent guère justifier l’image d’une société relativement égalitaire qui a été accolée à l’ensemble de la société frentane88. Bien entendu, les signes de la stratification sociale ne sont pas les mêmes partout et on chercherait inutilement ici les manifestations de richesse (importations grecques ou proche-orientales, signes de rituels « héroïques ») qu’on a depuis longtemps décryptées sur la côte tyrrhénienne. Mais si on les évalue à l’intérieur de leur propre contexte, les données de Guglionesi s’avèrent tout à fait éloquentes.

  • 89 Voir supra, 203 sqq., fig. 48 C et 50 A, pour le bouclier et le pectoral de la tombe 231 et supra,(...)
  • 90 Comme le témoigne par exemple le pendentif ajouré d’un mobilier datant de la seconde moitié du VIe(...)
  • 91 Comme l’a supposé TINÈ BERTOCCHI 1981, 470 ; TINÈ BERTOCCHI 1989 B, 169, à propos des fours à céra (...)
  • 92 Pour la fibule de Salapia voir supra, chapitre IV, 217 sqq. Pour les comparaisons avec Francavilla (...)
  • 93 Voir supra, chapitre VI, 272-276.
  • 94 Ce sont une kylix du « Groupe de Haimon » et deux kylikes du « Leafless Group » : voir chapitre VI (...)
  • 95 Due peut-être à son arrière-pays, plus riche et fertile : voir à ce sujet Apulia, 84.
  • 96 Comme le révèle assez clairement le récit de Vitruve I, 4, 12. Une autre source importante à ce pr (...)
  • 97 Comme le souligne TINÈ BERTOCCHI 1989 B, 168 ; 170. Pour MARIN 1973, 367-369, cette fondation colo (...)
  • 98 Lycophron, 1126-1140. La proposition de M. TORELLI, (dans Actes Manfredonia 1980, 331) de reconnaî (...)
  • 99 BATOVIC 1973 A, 421 ; TINÈ BERTOCCHI & TINÈ 1973, 148.
  • 100 TINÈ BERTOCCHI & TINÈ 1973, 148.
  • 101 Voir par exemple le cas de la nécropole archaïque de Policoro-Madonnelle : I. BERLINGÒ, dans Siris (...)

30Salapia peut être considérée comme un autre nœud fondamental des productions et des échanges dans la Daunie côtière. Les signes d’une hiérarchisation sociale sont très précoces dans ce site. Les mobiliers du VIIIe siècle et les représentations des stèles du VIIe siècle paraissent montrer qu’une élite guerrière s’était déjà formée au premier Âge du Fer (fig. 49 D ; fig. 50 A)89. Les contacts de Salapia avec le monde balkanique sont attestés dès la fin de l’Âge du Bronze et se poursuivent au cours des siècles suivants, bien qu’apparemment de façon discontinue90. Quant aux activités artisanales, Salapia a été l’un des centres de production de la céramique daunienne destinée à l’exportation91. Les contacts avec le versant occidental de la Péninsule paraissent prouvés par quelques pièces, rares, il est vrai, mais significatives, telle la fibule à quatre spirales typique des sites de Calabre. Et c’est justement à Francavilla Marittima que ces mêmes fibules apparaissent dans une nécropole où, déjà vers 730-720 av. J.-C., sont attestés des vases iapyges, peut-être dauniens ; cette association semble confirmer les liens existant entre ces deux régions92. Vers la seconde moitié ou à la fin du VIe siècle, quelques importations de céramique coloniale (coupe B2)93 ou attique à figures noires94 se trouvent dans les mobiliers de cette communauté daunienne. Nous avons plusieurs fois rappelé les mots de Strabon (VI, 3, 9), selon lequel Salapia était l’un des débouchés adriatiques pour le blé de la plaine intérieure, contrôlée par Arpi. Ces activités variées, ainsi que la longue prospérité de cette communauté95 signifient probablement que Salapia est arrivée à s’imposer durablement dans les équilibres complexes de l’espace lagunaire, où de nombreux centres (Monte Saraceno, Coppa Nevigata, Cupola) s’affirment et disparaissent en alternance. On pourrait d’ailleurs se demander si ce phénomène n’a pu être partiellement lié à une modification de l’extension de la lagune, qui aurait rendu malaisées les conditions de vie dans les villages les plus périphériques, comme Coppa Nevigata ou Madonna di Loreto. Évidemment, il ne s’agit que d’une simple hypothèse de travail. Mais il faut rappeler que cette même raison a certainement déterminé au Ier siècle l’abandon de l’ancien site lagunaire de Salapia en faveur d’un site de hauteur, Monte di Salpi96. En conclusion de cette analyse, il faut ajouter que le caractère dau-nien de Salapia archaïque apparaît incontestable, alors que nulle trace n’a pu être jusqu’à présent décelée ni de l’établissement rhodien mentionné par Strabon97, ni du sanctuaire d’Athéna Iliàs signalé par Lycophron98. Des ressemblances peuvent en revanche se dégager avec des sites de la côte slave, par exemple avec l’habitat liburnien de Nin, en ce qui concerne la position lagunaire et les pratiques funéraires. Cependant, de telles analogies ne légitiment pas l’idée d’une fondation du site daunien par des peuples de la côte opposée de l’Adriatique99. Même si des déplacements d’individus entre les deux rives adriatiques ont probablement existé, on n’est pas obligé d’avoir recours au modèle de la fondation —grecque ou illyrienne— pour expliquer des phénomènes qui sont en réalité communs à plusieurs sociétés. Ainsi, l’enchytrismos qui a été parfois considéré comme une pratique funéraire exclusive de Salapia et de Nin100, est connue aujourd’hui dans plusieurs centres indigènes, par exemple dans l’arc côtier de la mer Ionienne101.

  • 102 Je crois que l’on peut assigner au « Daunian Middle Geometric » (fin IXe-VIIIe siècle) au moins qu (...)
  • 103 Il s’agit des fours retrouvés près de via Bacone et à Canosa Toppicelli ; voir supra, chapitre III (...)
  • 104 Sur les relations probables des ambres figurés de l’Italie Méridionale avec l’artisanat étrusque, (...)

31Canosa est probablement le pôle principal des échanges dans la Daunie côtière méridionale. Grâce à son emplacement stratégique, Canosa a pu tisser des relations dans plusieurs directions : vers les régions tyrrhéniennes (Lavello, Melfi), vers la Peucétie (Ruvo) et probablement vers d’autres régions adriatiques. Une activité artisanale florissante s’y est développée dès le VIIIe siècle, avec la production de la céramique daunienne102, qui continue à une époque plus récente (milieu du VIIe jusqu’à la fin du VIe siècle). À cette époque, les ateliers de potiers paraissent se multiplier103 et certains types de céramique semblent avoir été spécialement conçus pour l’exportation (fig. 76 A, C). À côté de cette tradition artisanale locale, on peut supposer à Canosa la présence d’artisans immigrés, peut-être de formation étrusque104. La prospérité de cette communauté indigène se concrétise, vers la fin du siècle, par la construction de l’oikos de Toppicelli, très probablement bâti et décoré par des Grecs d’Occident. À ce moment-là, un circuit préférentiel de relations semble s’établir avec la chôra ionienne.

  • 105 LO PORTO 1975 ; BOTTINI 1982.
  • 106 Ainsi P. ROUILLARD, dans Grecs et l’Occident, 100 : « les éléments structurants de l’emporion stra (...)
  • 107 TRAMONTI 1993, 99, a bien saisi la nature de ce paradoxe : autant le témoignage de Strabon peut êt (...)
  • 108 Que les découvertes archéologiques anciennes et récentes ont permis d’identifier: voir à ce sujet (...)
  • 109 Voir à ce sujet la synthèse très lucide d’E. LEPORE, L’emporion : alcuni problemi storiografici e (...)
  • 110 Voir par exemple la richesse extraordinaire de traditions et de procédures qu’on retrouve dans le (...)
  • 111 A. BRESSON, dans L’emporion, 186.

32Strabon témoigne de l’existence d’un emporion fluvial de Canosa, que F. G. Lo Porto et A. Bottini ont proposé de situer à Toppicelli105. Toutefois, l’explication de ce passage de Strabon pose quelques difficultés objectives. Nous savons en fait que le géographe nomme simplement deux emporia dans l’Adriatique ancienne, c’est-à dire Canosa et Aquilée. Or, même si on veut reconnaître une certaine cohérence à la définition d’emporion chez Strabon106, l’utilisation du témoignage du géographe sur l’Adriatique reste problématique107. Il est difficile d’expliquer non pas tellement la logique des présences, mais plutôt la raison des absences. On ne comprend pas pourquoi, par exemple, Brundisium n’est pas considéré dans la liste des emporia adriatiques de son époque. Pour revenir au cas spécifique de la Daunie, il faut rappeler aussi que l’archéologie paraît attester la présence d’une escale maritime de Canosa, Bardulos, située à l’embouchure de l’Ofanto108, qui est passée complètement sous silence par les sources anciennes. Il nous est aussi difficile, à l’heure actuelle, de comprendre quelles étaient les relations topographiques entre Toppicelli et le Canusium archaïque, dont l’organisation urbaine est loin d’être bien connue. Nous ne savons pas, en définitive, si Toppicelli était situé à quelque distance du centre ancien ou bien s’il n’était que l’un des noyaux dont le site archaïque se composait. Ajoutons une dernière remarque générale. La notion même d’emporion est en général très complexe à définir109, aussi parce qu’elle exige la compréhension d’usages et de règles hétérogènes, issus de traditions culturelles différentes110. Or, nos connaissances deviennent encore plus vagues et indéfinies lorsque les protagonistes des transactions sont des peuples anhelléniques. Et pourtant, comme A. Bresson l’a remarqué, « il serait faux d’imaginer les régions de marges comme une sorte de “frontière” où toute règle avait disparu »111 ; mais ces règles sont pour nous extrêmement difficiles à saisir.

  • 112 Qui repose entièrement sur la description de F. G. LO PORTO, dans Principi, 72, jusqu’à présent la (...)

33L’autre démarche possible consiste à vérifier le rôle de Toppicelli tel qu’il apparaît par nos données actuelles112, au-delà des définitions qui restent assez difficiles à expliquer. Tout d’abord, il faut considérer l’emplacement très favorable du site, à peu de distance (800 m) d’un autre noyau de l’habitat archaïque et proche du fleuve et de son embouchure. La disponibilité de l’eau a favorisé aussi le développement des activités artisanales: en effet, un quartier de potiers s’est installé ici à compter du milieu environ du VIIe siècle. Au IVe siècle, les traces d’une activité artisanale persistent, mais celle-ci semble de nature différente. Les fours ont apparemment disparu, on retrouve de grands édifices avec des répartitions internes, des puits, les restes de pithoi et de nombreux pesons pour les métiers à tisser. Le tissage de la laine pourrait être alors devenu la principale activité pratiquée dans ce quartier. La destination du lieu change une nouvelle fois, définitivement, vers la fin du IVe siècle : à partir de ce moment-là et jusqu’au IIe siècle av. J.-C., la destination de Toppicelli a été exclusivement funéraire, en coïncidence avec les premières traces connues de l’occupation de « l’acropole » de Canusium.

  • 113 Pour une analyse plus approfondie de la question et pour les références bibliographiques voir supr (...)
  • 114 Sur cette double nature attribuée au mot par les auteurs grecs voir A. BRESSON, dans L’emporion, 2 (...)

34Ce schéma forcément général suggère toutefois une vocation du site à la production et à l’échange, ainsi qu’un possible rapport avec la communauté fortement hiérarchisée (au moins dans la deuxième moitié du VIIe siècle), qui avait ici sa nécropole. Il est plus difficile de comprendre la fonction et la relation de l’oikos avec des terres cuites architecturales grecques bâti dans ce site à la fin du VIe siècle, dont certains ont voulu accentuer la fonction utilitaire (Lo Porto), d’autres l’aspect politique (Russo Tagliente)113. En tout cas, quelle que soit sa fonction particulière, cet édifice est certainement l’expression d’un pouvoir publiquement reconnu qui a pu avoir un rapport avec les modalités des échanges. En conclusion, le site de Toppicelli semble réunir toutes les conditions essentielles d’un emporion dans le sens plus générique de « lieu d’échange ». Quant à l’autre acception du mot, plus complexe, à savoir « la dipendenza da un’autorità superiore » qui excerce son contrôle sur les lieux d’échange114, notre réponse doit rester beaucoup plus vague, même si le lien avec un groupe social dominant paraît ici probable.

  • 115 L’expression employée par F. G. LO PORTO dans Principi, 72, n’est pas tout à fait claire : il affi (...)
  • 116 Selon l’intéressante hypothèse de GUZZO 1994, qui souligne l’écart souvent important entre la prod (...)
  • 117 Sur la découverte et la description de ce vase voir supra, chapitre III, 117-118 ; sur les rapport (...)

35Un autre élément problématique reste à souligner. L’édifice de Toppicelli est postérieur à la grande période d’expansion de la céramique produite en Daunie méridionale et ses fondations auraient même oblitéré un four du VIIe siècle115. Dès lors deux explications sont possibles : soit l’oikos de Toppicelli est le résultat de la précédente phase de prospérité, dont il constituerait l’aboutissement quelque peu tardif; soit il marque une transition dans l’organisation sociale et économique de la communauté, dorénavant penchée sur d’autres formes de productions et de relations économiques. Ou bien il faut penser, avec P. G. Guzzo, que dans la Canosa de la fin du VIe et du Ve siècle un trafic assez particulier s’organise : des objets rares et disparates, de chronologie et de fabrication hétérogènes, en somme de keimelia, sont acheminés vers le nord de l’Adriatique et d’ici vers les aristocraties de l’Europe centrale et septentrionale116. Dans cette circulation assez particulière de pièces isolées, dont la valeur est accrue par leur origine exotique, pourrait rentrer aussi la présence insolite en Daunie d’un vase égyptien en schiste, avec inscription en hiéroglyphes, daté entre la première moitié et le milieu du VIe siècle117. En tout cas, la deuxième moitié de ce même siècle coïncide avec une plus générale redéfinition des équilibres adriatiques, comme on le verra dans le prochain chapitre.

Notes

1 Voir le catalogue des découvertes au chapitre VI, 272 sqq.

2 De la même opinion DE JULIIS 1988 C, 76. Voir aussi les considérations au chapitre VI, 286 sqq.

3 Comme le remarque BERGONZI 1982, 73.

4 G. COLONNA, Pelagosa, Diomede e le rotte dell’Adriatico, dans ArchClass 1998, 363-378.

5 LEPORE 1973, 140, critiquait l’opposition traditionnelle entre « la via dell’argento » illyrien et « la via del grano » qui a souvent orienté les études sur le commerce adriatique. En rappelant les théories de Hasebroek, il remarquait que « il grano, il legno, i metalli » sont essentiels « ad una economia di sussistenza, di strutturazione della potenza, ai fini politici che queste comunità si pongono, e non ai fini competitivi, di concorrenza, rivalità commerciale » (ibid.).

6 Que l’on pense par exemple à la cargaison extrêmement hétérogène de l’épave du Giglio, qui comportait des amphores étrusques remplies de résine, de pignons et d’olives, des blocs de fer, de plomb et de cuivre, à côté de biens de luxe, tels les vases à parfums, des flûtes en bois et des outils pour écrire ; voir à ce sujet les considérations de M. CRISTOFANI, Prexis aristocratica e commercio organizzato in Occidente, dans Viaggi e commerci nell’antichità, Atti della VII Giornata Archeologica, Gênes 1994, Gênes 1995, 27-33.

7 Fortuna Maris. La nave romana di Cornacchie, sous la dir. de F. Berti, Bologne 1990.

8 Voir à ce propos les considérations de LO SCHIAVO 1980, 246, qui remarque l’existence de « fenomeni selettivi ed ambiti preferenziali dettati, forse (...) da affinità etniche e culturali di base ».

9 Comme le soutiennent LOLLINI 1976, 168 ; LANDOLFI 1988, 364.

10 Sur le rôle du Picenum dans ces mouvements d’échange, voir ROLLEY 1989, 363-364 ; ROLLEY 1993, 363-364, et supra, 262 sqq.

11 Plusieurs objets de la nécropole de Termoli, fibules (supra, 209, fig. 51 G ; 223-224, fig. 55) et pendentifs (supra, 227, fig. 57 A-B) s’intègrent bien dans les typologies de l’Adriatique centrale et montrent des analogies précises avec les objets des nécropoles des Abruzzes, par exemple Atri et Alfedena.

12 C’est le cas des pectoraux à double protome d’oiseau ou des fibules à arc décoré d’un grain d’ambre. Pour la présence de ces objets dans la culture liburnienne : S. BATOVIC, dans Actes Dubrovnik 1972, 61 ; pour les relations entre la culture picé-nienne et celles de l’Adriatique orientale voir aussi LOLLINI 1976, 158-159.

13 Voir le cadre de distribution de la céramique du « South-Daunian Subgeometric » dans YNTEMA 1990, 242. Voir aussi les considérations de N. PETRIC, dans Diadora 9, 1980, 197-201, qui note que la limite la plus méridionale des importations de la céramique daunienne se situe autour de l’embouchure du fleuve Krka. Voir aussi les cartes de distribution de BERGONZI 1982, 70, pl. 1 A-B.

14 Voir à ce propos les considérations de BERGONZI 1982, 73, qui remarque « il carattere limitato e sporadico » des importations des vases grecs en Adriatique occidentale avant la seconde moitié, ou le dernier quart du VIe siècle.

15 M. MAZZEI, Nuove presenze di bucchero nella Puglia settentrionale, dans Taras XIII, 1-2, 1993, 223-226, qui remarque à juste titre l’importance des axes fluviaux dans ce type d’échanges avec l’arrière-pays.

16 Voir, par exemple, la tombe 4 de Larino, avec deux oenochoés en bucchero gris : DI NIRO 1981 B, 76, n. 4-5 ; tombe 13, oenochoé et « olletta », ibid., 89, n. 4-5 ; voir aussi ibid., 96.

17 Voir BOTTINI 1993, 487-491.

18 Ceci confirme d’ailleurs le cadre esquissé déjà dans BOTTINI 1982, notamment 104 sqq. Pour l’organisation clanique de la société samnite voir plus récemment TAGLIAMONTE 1996, 118-121.

19 Voir notamment supra, chapitre I, 26 sqq. et chapitre VII, 301-304.

20 P. BRUN, dans Fonctionnement social, 285.

21 P. BRUN, La complexification sociale en Europe moyenne pendant l’Âge du Fer : essai de modélisation, dans Fonctionnement social, 275-289, notamment 276-278.

22 BOTTINI 1993, 499 : au moins jusqu’à l’archaïsme récent, l’activité des artisans en Lucanie doit être imaginée comme « strettamente legata a quella stessa committenza principesca attiva per altre categorie di beni (...) sarebbe quindi plausibile pensare più a forme di dipendenza personale nel quadro di un sistema ancora di tipo gentilizio (...) che ad una libera attività di mercato ».

23 Sur l’influence des artistes ioniens dans l’artisanant de luxe étrusque, voir supra, 178-179; 182.

24 Les antéfixes en forme de protome féminin de Capoue de la fin du VIe siècle ont probablement été à l’origine d’un type répandu et longtemps répété dans la Daunie intérieure, à Lucera, à Arpi, à Tiati : voir à ce sujet le chapitre IV, 183-184.

25 Pour les protomes de Spina voir NEGRONI CATACCHIO 1989, 662.

26 Mentionnée au chapitre IV, 182, note 190.

27 Voir le chapitre V, 238-240, pour le pendentif de la tombe 13 de Toppicelli et pour l’analyse de ces objets de luxe en Daunie et en Peucétie, ainsi que pour leurs pendants en milieu étrusco-campanien.

28 Qui est liée, en fait, au milieu ionien : voir à ce propos l’analyse de M. LOMBARDO, dans Modes de contacts, 1077 sqq.

29 Voir chapitre IV, 184

30 C’est probablement le cas d’un groupe de protomes féminins très homogènes du point de vue stylistique, caractéristiques du Melfèse au cours du Ve siècle, sur lesquels voir BOTTINI 1987 ; NEGRONI CATACCHIO 1989, pl. 491-493.

31 Voir chapitre IV, 186.

32 Comme le suppose BOTTINI 1989, 31.

33 Où les fouilles de Mosso avaient mis au jour les restes d’un four utilisé pour la fabrication du métal et de nombreuses scories de fer (MOSSO 1909, c. 311-317).

34 Sur le rôle des élites de Serra di Vaglio vis-à-vis des artisans grecs : A BOTTINI, L’incontro dei coloni greci con le genti anelleniche della Lucania, dans Greci in Occidente, 545.

35 Comme le montre l’identité des objets retrouvés à Quinto Fiorentino, à Cortona et dans l’atelier découvert près de Poggio Civitate : sur l’identification de l’atelier et de son rayon d’activité, voir E. NIELSEN, Speculation on an Ivory Workshop of the Orientalizing Period, dans Crossroads, 333-349.

36 C’est l’interprétation proposée par NAVA 1980, n. 748, pl. CCXLVI, stèle avec des armes.

37 Sur lesquels voir supra, 287 sqq.

38 Évoqués supra, 289, note 127.

39 Sur ce précieux témoignage provenant de S. Mauro Forte, en pays œnôtre, voir J. de LA GENIÈRE, Les Grecs et les autres. Quelques aspects de leurs relations en Italie du Sud à l’époque archaïque, dans Grecs et l’Occident, 35.

40 L’un des premiers artistes actifs en Lucanie, le Peintre de Pisticci, pourrait en effet avoir une origine attique ; voir à ce sujet le bilan dressé par M. DENOYELLE, Attic or non-Attic ? The Case of the Pisticci Painter, dans Athenian Potters, 395-405.

41 YNTEMA 1979, 13, signale la présence de soixante-huit vases du SDS I sur la côte adriatique orientale, qui constitueraient environ la moitié des exemplaires importés sur la côte des Balkans. Il faut donc imaginer une quantité plus ou moins double de vases exportés vers l’Adriatique orientale, auxquels on rajoutera les exemplaires du Picenum. Voir aussi la carte de distribution de BERGONZI 1982, 70. Ces évaluations restent évidemment au-dessous de la quantité réelle des objets, car elles ne tiennent compte que du matériel publié.

42 Comme le remarquait déjà LO SCHIAVO 1980, 245, en conclusion de son tableau sur la circulation des objets métalliques entre la Daunie et l’Adriatique orientale.

43 Sur la possible médiation picénienne dans les trafics adriatiques de la céramique daunienne : J. DULAR, Halstatska Keramika V. Sloveniji. Die Grabkeramik der älteren Eisenzeit in Slowenien, Ljubljana 1982, 188-190.

44 Il existe en fait une tradition ancienne assez solide sur l’origine illyrienne des Iapyges. Le témoignage le plus ancien à ce propos est celui de Nicandre de Colophon (a Ant. Lib., Metam. 31), qui a été repris par Varron (a Prob., in Verg. Buc, VI,31). Une autre tradition, qui remonte à Hérodote (VII, 170), attribue aux lapyges —plus précisément aux Messapiens— une origine crétoise. Pour un bilan de la question voir DE JULIIS 1988 B, 593-594 ; DE JULIIS 1988 C, 9 sqq. ; E. DE JULIIS, I popoli della Puglia prima dei Greci, dans Magna Grecia, 145 sqq. ; NENCI 1978, 45 sqq. ; D’ANDRIA 1988, 653 ; GRECO 1996, 75. Quant aux rapports entre les dialectes messapiens et illyriens, voir C. DE SIMONE, Gli studi recenti sulla lingua messapica, dans Italia 1989, 651-658 qui invite à juste titre à une grande prudence ; si ces relations linguistiques ne sont pas à exclure a priori, toutefois « la dimostrazione (e concreta storicizzazione) di questi eventi sono compito del futuro » (658).

45 Comme le laisseraient entendre plusieurs passages de S. Batovic : voir par exemple BATOVIC 1973 A, qui parle d’une migration illyrienne (414) et de la fondation illyrienne de Salapia (421).

46 Signalés par COVIC 1973, 148, pl. XXXII, 2 (tumulus II d’Ilijak) ; 149, pl. XXXII, n. 10 (tumulus II d’Osovo). Voir aussi supra, chapitre V, 270.

47 Retrouvées dans des sites liburniens, istriens et de la Slovenie orientale (Vace) : voir à ce propos S. BATOVIC, dans Actes Dubrovnik 1972, 66-67.

48 Pour le répertoire des découvertes en Adriatique orientale, R. VASIC, Greek Bronze Vessels Found in Yougloslavia, dans ZA 33, 2, (1983), 185-189, qui énumère plusieurs importations considérées comme provenant, de façon générale, d’Italie méridionale. Pour les importations des ambres italiques en Adriatique orientale, voir supra, chapitre IV, 170.

49 Sur le rite de l’inhumation recroquevillée dans les Pouilles, voir TINÈ-BERTOCCHI & TINÈ 1972, 266 sqq. ; DE JULIIS 1988 C, 22-23. Pour De Juliis, la distribution et « la forza del rito del rannicchiamento » seraient le signe de l’affinité ethnique originelle entre les groupes picéniens, liburniens et iapyges, avec une prolongation dans le territoire de Melfi et de Matera.

50 Voir par exemple la nécropole de Novilara, BRIZIO 1895, c. 105 sqq.

51 Voir S. BATOVIC, dans Actes Dubrovnik 1972, 32. li ne faut toutefois pas voir forcément une origine dalmatienne de ce rite funéraire : comme K. Kilian l’a bien souligné dans Magna Grecia, Epiro, 247, il s’agit d’un rite également bien attesté en Épire septentrionale.

52 Pour le fragment de Cavallino voir F. D’ANDRIA, Nuovi dati sulla relazione tra Daunia e Messapia, dans Studi in onore di D. Adamesteanu, Galatina 1983, 41-47, notamment 45 sqq. Ce fragment provient d’une sépulture aristocratique de la fin du VIIIe siècle.

53 Voir BRIZIO 1895, c. 85; 103-105, fig. 2, 24. La relation entre les stèles dau-niennes et celles de Novilara est soulignée par MANSUELLI 1969, 17, qui étend les analogies entre les expressions figuratives adriatiques jusqu’à établir des comparaisons avec l’art des situles (18).

54 Sur ces stèles voir S. BATOVIC, dans VAHD 1973, 55, n. 1-3.

55 Les pectoraux (fig. 50 A) et les mors de chevaux des tombes de Salapia sont proches de certains types de l’Ëtrurie méridionale et du Latium (fig. 44 B-E) : voir le chapitre V, types A 3. 1 et A 6. 1, 203 sqq. Voir à ce propos la lecture proposée par COLONNA 1980 des relations entre la civilisation daunienne archaïque et les autres cultures italiques, notamment le Latium et l’Étrurie méridionale.

56 Voir à ce propos: A. BOTTINI, dans PCIA VIII, 1986, 204 sqq. ; TAGLIENTE 1987, 135 sqq. ; B. BOULOMIE, Les œnochoés en bronze du type « Schnabelkanne » en Italie, Rome 1973, 324-325, a publié une liste des découvertes des Schnabelkanne en Campanie et en Basilicate (Melfi, Roscigno, Vico Equense, Fratte di Salerno) et en Peucétie (Valenzano). Le parcours des oenochoés rhodiennes ressort bien de la carte de diffusion publiée par GRAS 1985, 508, pl. 61 : il touche des sites de la Campanie (Capoue, Cales), de lTrpinie (Caudium), de la vallée Ofanto-Sele (Oliveto Citra, Cairano), du versant ionien (Armento, Chiaromonte). Sur ces thèmes, voir aussi BOTTINI 1993.

57 Voir à ce propos le chapitre IV, 183-184.

58 Voir MAZZEI 1985, 264-265, pour le bucchero étrusco-campanien importé à Arpi, San Severo, Tiati ; pour le bucchero de Larino voir DI NIRO 1981 B. Voir aussi supra, chapitre VI, 283 sqq.

59 Pour les trouvailles d’Ordona : IKER 1984, tombe 32, fig. 64, n. 11-12 ; tombe 34, fig. 70, n. 6 (fin de la première moitié du VIe s.) ; tombe 36, 149, fig. 76, 6a, 6b (milieu du VIe s.). Ces bracelets, tout comme les « anforette ad anse complesse », constituent les objets les plus typiques de la culture de Cairano-Oliveto Citra. Ils apparaissent dans les mobiliers féminins vers le milieu du VIIIe siècle et y demeurent jusqu’au VIe siècle. Voir à ce propos BAILO MODESTI 1980, 40, n. 35. Il faut souligner qu’une « anforetta ad anse complesse » se trouvait dans la tombe 279 de Lavello, du troisième quart du VIIe siècle : voir BOTTINI 1982, 66, n. 30 ; dans la tombe 270 A du même site se trouvait un bracelet à « arco inflesso » (voir ibid., 103, note 45).

60 M. MAZZEI, Gli scavi della Soprintendenza archeologica ad Ordona : nuovi dati sull’insediamento della prima età del Ferro, dans Actes San Severo 13, 1991, Foggia 1993, 74.

61 Comme le remarque BAILO MODESTI 1980, 56-57, qui suivant une hypothèse de B. d’Agostino, se dit persuadé que les prototypes des ces petites amphores sont à rechercher dans les milieux transadriatiques.

62 C’est la plus ancienne sépulture de la nécropole de Contrada Cimitero Vecchio, la tombe 58 qui comportait un exemplaire à anses complexes ; un autre provient de la tombe 5 de Contrada Serpente ; sur ces découvertes voir NIRO 1991, 14 ; 22.

63 Comme nous l’avons remarqué dans le chapitre VIII, 336 sqq.

64 Voir par exemple la coupe à filets de la tombe 279 de Lavello, du troisième quart du VIIe siècle (BOTTINI 1982, 67-70, n. 32, fig. 13, pl. IX) et les nombreuses coupes ioniennes B2 et B3, de probable provenance coloniale (voir supra, chapitre VI, 272 sqq.).

65 Pour les importations céramiques : voir supra, chapitre VI, 277-278 ; pour les comparaisons des terres cuites de Toppicelli en milieu colonial : chapitre III, 139-141. Sur l’architecture de Métaponte, voir la synthèse de D. MERTENS, Zur archaischen Architektur der achäischen Kolonien in Unteritalien, dans Neue Forschungen in griechischen Heiligtiimern, Tubingen 1976, 167-196. Voir aussi, en général, G. GULLINI, Urbanistica e architettura, dans Megale Hellas, 207-328.

66 La citation est tirée de B. D’AGOSTINO, Le genti della Basilicata antica, dans Italia 1989, 230. Sur le site et le bâtiment de Serra di Vaglio voir aussi G. GRECO, Le fasi cronologiche dell’abitato di Serra di Vaglio, dans Attività archeologica in Basilicata, 1964-1977. Scritti in onore di Dina Adamesteanu, Matera 1980, 367-404; G. GRECO, Lo sviluppo di Serra di Vaglio nel V e IV sec. a. C., dans MEFRA 94, 1982, 1, 67-89.

67 Comme le souligne A. BOTTINI, dans PCIA VIII, 1986, 199-200 ; GRECO 1996, 71-72.

68 La présence de ces monnaies a été signalée par S. BATOVIC, dans Actes Dubrovnik 1972, 90 ; BATOVIC 1973 A, 403 (mobiliers funéraires de Nin). BERGONZI 1982, 77, pl. 5, a publié une carte de distribution des monnaies de Grande Grèce en Adriatique : des monnaies de Métaponte sont signalées à Asseria, à Nin, à Ljubac, à Krk, tous sur la côte liburnienne ; on trouve aussi des incuses de Crotone (fin VIe-début Ve siècle) plus au sud, à Vica Luka, sur l’île de Brac (S. BATOVIC, dans Actes Dubrovnik 1972, 90 ; NIKOLANCI 1966, pl. XVI).

69 Voir Zadar 1981, pl. 6, n. 20-21.

70 BERGONZI 1982, 78.

71 Sans vouloir guère rentrer dans le problème complexe de la définition du rôle de ces monnaies archaïques, sur lequel voir la mise au point de LOMBARDO 1997 et de N. PARISE, Le prime monete. Significato e funzione, dans I Greci. Storia Cultura Arte Società. 2. Una storia greca. I. Formazione, sous la dir. de S. Settis, Turin 1996, 715-734.

72 Le même phénomène a été remarqué pour les nécropoles de la vallée du Tirino, dans les Abruzzes : voir à ce propos TERROSI ZANCO 1967, 320 sqq. ; sur le niveau relativement modeste des mobiliers de la côte « medio-adriatica », voir TAGLIAMONTE 1987,42-43. Parmi les nécropoles des Abruzzes, une exception est constituée par Campovalano, dont les mobiliers ont livré une grande quantité d’objets en bronze et quelques exemplaires de céramique attique : voir à ce propos V. CIANFARANI, dans Actes Orvieto 1972, 187-188 ; CIANFARANI 1976 ; TAGLIAMONTE 1987, 37 sqq.

73 Ce sont la tombe 1 (féminine) et la tombe 7 (masculine) de la nécropole de Santa Margherita. Sur les tombes de Guglionesi, voir les notes préliminaires de DI ΝIRO 1989, 45-47 ; DI NIRO 1990, 119 sqq. ; M. FORTE, dans Samnium, 86-88, pl. VI, 2. Pour les matériaux de ces mobiliers voir supra, chapitre IV, 156-157, fig. 36 (ambre) ; chapitre V, 245-246, fig. 64-65, fig. 69 (vaisselle en bronze).

74 Il s’agit précisément d’une hache, d’un couteau et d’une broche en fer (TAGLIAMONTE 1996, 111).

75 Voir la liste détaillée supra, chapitre IV, 156, note 48.

76 Ces bassins sont attestés en milieu tyrrhénien (Tarquinia, Populonia, Cumes, Midi de la France), adriatique (Fabriano) et en Daunie intérieure (Ordona, Melfi). Pour la liste des exemplaires et pour les références bibliographiques, voir supra, chapitre V, 244 sqq.

77 Ce sont les casques des variantes Montegiorgio et Montelparo, retrouvés à Guglionesi, datés respectivement de la seconde moitié du VIIe et de la première moitié du VIe siècle : voir supra, chapitre V, 193 sqq.

78 Comme paraît le faire SUANO 1991, 69 : « Other interesting bronze objects come from the area, like the helmet of Guglionesi, but they are stray finds and add nothing to the argument ». Il faut en outre considérer qu’au moins deux de ces exemplaires proviennent en réalité d’une aire de nécropole : voir chapitre V.

79 Voir plus en détail supra, chapitre VII.

80 Voir supra, chapitre V, 261.

81 Voir supra, chapitre V, 200-201.

82 Voir les considérations sur la distribution des casques « variante Montelparo », chapitre V, 195 sqq.
On ne peut pas exclure, comme nous l’avons remarqué, que le casque picénien soit arrivé à Cairano à travers une route adriatique de cabotage, en remontant ensuite le cours de l’Ofanto.

83 M. CRISTOFANI, I principi adriatici : appunti per un capitolo di storia italica, dans Etrusca e Italica, Scritti in ricordo di Massimo Pallottino, Pise-Rome 1997, vol. I, 173-189 ; voir notamment 188-189, où l’auteur remarque l’importance de la circulation des armes comme un élément constant de la vie des communautés de l’Adriatique centrale —Sabins, Ombriens et Samnites— qui s’organisent et se représentent en tant que communautés guerrières. La circulation des armes a dû se produire non seulement « attraverso gli itinerari appenninici, ma anche mediante percorsi longitudinali adriatici ».
Sur l’existence d’itinéraires entre le Samnium et le versant campanien voir aussi TAGLIAMONTE 1994, 81.

84 BAILO MODESTI 1980, 27. En alternative, on pourrait supposer que ce casque est arrivé à Cairano directement à travers la vallée de l’Ofanto, puisque deux casques du même type semblent provenir aussi de Cannes (voir supra, chapitre V, 195-199). Ces découvertes de Cannes sont, toutefois, moins sûres: voir à ce propos EGG 1986, 142, n. 42-43, pl. 84, n. 1-2.
Pour le mobilier de Cairano voir BAILO MODESTI 1980, 147 sqq., pl. 66, 7 : cette tombe est assez prestigieuse, car elle comportait les seules céramiques d’importation retrouvées dans le site : des vases en bucchero, une cruche de type rhodien et des coupes B2. Un autre contexte très intéressant de Cairano est la tombe 17, du Ve siècle, qui comportait un ceinturon de tvpe samnitique, et un casque du tvpe Negau (BAILO MODESTI 1980, 172 sqq.).

85 Voir à ce sujet : M. TORELLI, dans Actes Manfredonia 1980, 333 sqq. ; A. BOTTINI, A. RUSSO, M. TAGLIENTE, La Daunia interna, dans Italici in Magna Grecia. Lingua, insediamenti, e strutture, Venosa 1990, 81 sqq. ; M. TORELLI, La fondazione di Venusia nel quadro della romanizzazione dell’Italia meridionale, dans Il Museo Archeologico Nazionale di Venosa, Matera 1991, 18-20.

86 Voir A. LA REGINA, dans Sannio 1984, 23-24.

87 Alors que DI ΝIRO 1990 A, 67-70, paraît situer au Ve siècle, et plutôt à Termoli, « le prime avvisaglie » d’une nouvelle articulation de la société frentane; Larino aurait été la protagoniste de cette réorganisation du Ve siècle.

88 SUANO 1991, 69-71, qui explique la multiplication des tombes et des mobiliers sur les côtes du Samnium entre les VIIe-VIe siècles comme l’effet de la pression démographique et d’un manque de ressources dans l’arrière-pays plutôt que comme conséquence de l’enrichissement et d’une plus forte structuration de la société locale.

89 Voir supra, 203 sqq., fig. 48 C et 50 A, pour le bouclier et le pectoral de la tombe 231 et supra, 192 sqq., fig. 44 Β, pour les mors de cheval de la tombe 115 de Salapia.

90 Comme le témoigne par exemple le pendentif ajouré d’un mobilier datant de la seconde moitié du VIe siècle (voir supra, 227-228, fig. 57 C).

91 Comme l’a supposé TINÈ BERTOCCHI 1981, 470 ; TINÈ BERTOCCHI 1989 B, 169, à propos des fours à céramique du IXe-VIIIe siècle retrouvés sur le site.

92 Pour la fibule de Salapia voir supra, chapitre IV, 217 sqq. Pour les comparaisons avec Francavilla, tombes 1, 2, 3 : ZANCANI MONTUORO 1980-1982, 132, pl. 45 ; pour l’askos (tombe 14): ibid., 46-48, pl. 18-19. Sur la provenance iapyge du vase se prononce aussi E. M. De Juliis, (ibid., 48, note 13) qui cependant exclut l’origine daunienne. Ce vase comporte un décor figuré (personnage schématisé avec les mains levées), cas absolument exceptionnel pour la céramique indigène à une si haute époque.

93 Voir supra, chapitre VI, 272-276.

94 Ce sont une kylix du « Groupe de Haimon » et deux kylikes du « Leafless Group » : voir chapitre VI, 281.

95 Due peut-être à son arrière-pays, plus riche et fertile : voir à ce sujet Apulia, 84.

96 Comme le révèle assez clairement le récit de Vitruve I, 4, 12. Une autre source importante à ce propos est Cicéron, De lege agraria II, 27, 71, qui parle des attributions des terres « in Sipontina siccitate aut in Salapia plenis pestilentiae ».

97 Comme le souligne TINÈ BERTOCCHI 1989 B, 168 ; 170. Pour MARIN 1973, 367-369, cette fondation coloniale rhodienne, si elle a vraiment existé, reste encore à découvrir. Pour ce passage de Strabon voir supra, 19-20. La tradition de Strabon est acceptée par PUGLIESE CARRATELLI 1952, 248.

98 Lycophron, 1126-1140. La proposition de M. TORELLI, (dans Actes Manfredonia 1980, 331) de reconnaître dans ce sanctuaire une citation erronée du lieu de culte de Lucera demeure jusqu’à présent assez probable.

99 BATOVIC 1973 A, 421 ; TINÈ BERTOCCHI & TINÈ 1973, 148.

100 TINÈ BERTOCCHI & TINÈ 1973, 148.

101 Voir par exemple le cas de la nécropole archaïque de Policoro-Madonnelle : I. BERLINGÒ, dans Siris-Polieion, 120.

102 Je crois que l’on peut assigner au « Daunian Middle Geometric » (fin IXe-VIIIe siècle) au moins quatre des fragments céramiques retrouvés dans le four de la rue Bacone à Canosa, reproduits par E. DE JULIIS, dans Actes Manfredonia 1980, 15, pl. 1. Voir pour plus de détails chapitre VII, 294, note 27.

103 Il s’agit des fours retrouvés près de via Bacone et à Canosa Toppicelli ; voir supra, chapitre III, 133-134.

104 Sur les relations probables des ambres figurés de l’Italie Méridionale avec l’artisanat étrusque, voir supra, chapitre IV, 178 sqq. La présence à Canosa d’ateliers de sculpteurs d’ambres figurés au Ve siècle est considérée comme probable par BOTTINI 1987, 12, NEGRONI CATACCHIO 1989, 696, DE JULIIS 1992, 128, mais chacun formule des hypothèses différentes quant à leur origine. Pour Bottini il s’agirait d’ateliers d’influence étrusco-campanienne, pour Negroni Catacchio d’une « produzione influenzata dagli artisti delle città greche della Ionia e destinata a committenti indigeni ». De Juliis se limite à admettre cette possibilité, qui reste à son avis « ancora un’ipotesi da verificare ».

105 LO PORTO 1975 ; BOTTINI 1982.

106 Ainsi P. ROUILLARD, dans Grecs et l’Occident, 100 : « les éléments structurants de l’emporion strabonien ne manquent donc pas : il s’agit, notamment, de la géographie et de la topographie de l’emplacement ».

107 TRAMONTI 1993, 99, a bien saisi la nature de ce paradoxe : autant le témoignage de Strabon peut être parfois « inutile e fuorviante all’archeologo » autant sa réflexion s’avère précieuse come « spia di un atteggiamento mentale nei confronti di uno spazio ben preciso ».

108 Que les découvertes archéologiques anciennes et récentes ont permis d’identifier: voir à ce sujet D’ERCOLE 1990 ; CORRENTE 1995, 53-54.

109 Voir à ce sujet la synthèse très lucide d’E. LEPORE, L’emporion : alcuni problemi storiografici e metodologici, dans Navies and Commerce of the Greeks, the Carthaginians and the Etruscans in the Tyrrhenian Sea. Pact 20, (Acts of the European Symposium Ravello 1987), 1988, T. Hackens éd., 47-53. E. Lepore rappelle que dans la notion de « port of trade » de Polanyi, qui reprend en partie les théories de K. Lehmann-Hartleben, il est essentiel de définir le rôle politique de l’autorité qui garantit les échanges. En revanche, d’autres éléments —religieux ou militaires— accompagnent souvent, mais non pas nécessairement la présence des emporia. Sur la variété extrême des formes de l’emporion dans la Méditerranée antique voir aussi le bilan récent de M. GRAS dans L’emporion, 103 sqq.

110 Voir par exemple la richesse extraordinaire de traditions et de procédures qu’on retrouve dans le contrat de vente inscrit en étrusque et en grec sur la lamelle en plomb de Pech Maho (Aude), datée du deuxième quart du Ve siècle, où il est question de l’achat d’un bateau de la part d’un Grec, probablement un Ionien, chez les Emporitains à la présence de témoins dont certains d’origine ibérique. Voir sur ce texte C. AMPOLO, T. CARUSO, I Greci e gli altri nel Mediterraneo occidentale. Le iscrizioni greca ed etrusca di Pech-Maho ; circolazione di beni, di uomini, di istituti, dans Opus IX-X, 1990-1991, 29-57, avec le bilan des autres interprétations proposées.

111 A. BRESSON, dans L’emporion, 186.

112 Qui repose entièrement sur la description de F. G. LO PORTO, dans Principi, 72, jusqu’à présent la seule qui prend en compte les aspects diachroniques de l’histoire de ce site.

113 Pour une analyse plus approfondie de la question et pour les références bibliographiques voir supra, chapitre III, 136 sqq.

114 Sur cette double nature attribuée au mot par les auteurs grecs voir A. BRESSON, dans L’emporion, 222-225 et LOMBARDO 1997, 690-691 (d’où est tirée la citation).

115 L’expression employée par F. G. LO PORTO dans Principi, 72, n’est pas tout à fait claire : il affirme que les fondations de Yoikos auraient été retrouvées « al di sopra degli avanzi di una fornace della seconda metà inoltrata del VII secolo a. C. », mais les relations stratigraphiques entre ces deux structures ne sont pas précisées.

116 Selon l’intéressante hypothèse de GUZZO 1994, qui souligne l’écart souvent important entre la production de certains objets et leur contexte : ex. la kliné provenant de Grande Grèce retrouvée à Grafenbuhl et l’époque de son ensevelissement.

117 Sur la découverte et la description de ce vase voir supra, chapitre III, 117-118 ; sur les rapports possibles de cette importation avec le mercenariat, voir infra, 373. Un scarabée égyptien en faïence provient de la tombe 47 de Campovalano (Teramo) ; il aurait été produit à Naucratis entre le VIe et le Ve siècle av. J.-C. (Antiche Civiltà Abruzzo, 60-61, fig. 10, tav. XXXV). Encore plus intéressante la découverte à Cavallino d’un scarabée, importé probablement en Italie dans la première moitié du VIe siècle, avec une inscription contemporaine de celle de Coppa Nevigata : S. PERNIGOTTI, dans Cavallino, 227-229.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540