Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Importuosa Italiae litora

 | 
Maria Cecilia D’Ercole

VIII. Le commerce « invisible »

Le blé, le sel, les animaux, les hommes

Texte intégral

  • 1 Comme l’a souligné R. BAUTIER, dans Le rôle du sel, 224-225, « De plus en plus, il faut se convain (...)

1Le trait commun à des formes aussi hétérogènes d’échanges est la grande difficulté à saisir les traces matérielles ou écrites de leur passage. Pourtant, certains de ces trafics ont existé pendant de nombreux siècles, même si sous des différents régimes de production et d’échange. Le blé et le sel, marchandises méditerranéennes par excellence1, sont les protagonistes les plus obstinés de cette histoire cachée. D’autres types d’échanges, tels ceux des chevaux et des esclaves sont évidemment concevables uniquement dans des périodes historiques bien circonscrites.

  • 2 Qui a été magistralement ébauchée par J.-P. MOREL, Les relations économiques dans l’Occident grec, (...)
  • 3 Voir à ce propos les considérations dans le premier chapitre, 82-87.
  • 4 Comme le témoigne Pline XVI, 11.
  • 5 Voir supra, chapitre II, 86, notes 186-187.
  • 6 Pour l’importance de la pêche dans l’économie grecque voir les considérations de L. GALLO, Lo sfru (...)
  • 7 Voir NAVA 1980, I, 139, n. 613, II, pl. CLXXXVIII, avec la représentation d’un homme, en pied, qui (...)
  • 8 Selon la définition de BOTTINI 1982, désormais courante dans les recherches sur la protohistoire d (...)

2Il est évident que les quelques exemples que nous allons considérer ne peuvent guère être considérés comme exhaustifs de la variété possible des échanges de biens périssables2. Par exemple, le commerce d’une matière aussi essentielle que le bois a pu être une ressource fondamentale pour un territoire —notamment le Samnium et le Gargano— beaucoup plus boisé qu’aujourd’hui3. Sans oublier l’importance de certains produits secondaires des forêts : la résine était utilisée pour le calfeutrage des bateaux et pour l’imperméabilisation des amphores4, les glands constituaient une partie de l’alimentation des animaux, notamment des porcins5. Les produits de la pêche et leur conservation ont pu être une autre source importante de prospérité6 pour les communautés des lagunes côtières, comme le prouvent d’ailleurs quelques scènes gravées sur les stèles dauniennes7. En tout cas, ces différentes formes de relations économiques supposent un contrôle serré sur la terre et ses produits, sur les animaux, même sur les hommes. Elles laissent entrevoir un contexte social fortement hiérarchisé, clanique, probablement dominé par des chefs ; « princes guerriers » certes8, mais aussi, à l’occasion, marchands.

LE BLÉ

  • 9 On a estimé qu’une parcelle de 1 km2 environ pouvait garantir la quantité de blé nécessaire aux ap (...)
  • 10 MOSSO 1909, c. 358, remarquait la présence d’une quantité extraordinaire de meules à céréales dans (...)
  • 11 ANTONACCI SAN PAOLO 1995, 84.
  • 12 C’est l’interprétation proposée par NAVA 1980, stèle « avec des ornements » 1157 : vol. I, 215-216 (...)

3La plaine large et plate du Tavoliere, terrain idéal pour la culture du blé, n’a jamais trahi sa vocation. Dès l’époque néolithique, le Tavoliere apparaît parsemé d’une myriade d’unités productives qui pouvaient garantir l’approvisionnement en blé de petites communautés9. Les nombreuses meules retrouvées dans le village protohistorique de Coppa Nevigata montrent l’importance de la culture du blé dans l’économie de ce site prospère, à côté de sa vocation maritime10. À une époque plus récente, la présence de meules est signalée à Tiati et à Ascoli Satriano11 et des scènes de meulage pourraient aussi apparaître sur quelques stèles dauniennes12.

  • 13 Strabon, VI, 3, 9. GRELLE 1981, 201, reste sceptique sur la possibilité d’établir l’existence du c (...)
  • 14 GRELLE 1981, 201 : « (...) la possibilità di prelievi straordinari non implica di necessità una pr (...)

4Le perfectionnement des techniques d’exploitation du sol a probablement entraîné la production d’un surplus. Certes, le plus ancien témoignage littéraire sur l’existence d’un commerce du blé en Daunie date uniquement de la fin du IIe siècle avant notre ère : Strabon, qui doit cette information à Arté-rnidore d’Ephèse, affirme que le blé était la principale marchandise chargée à Sipontum, le port d’Arpi13. Mais d’autres références des sources littéraires nous permettent d’entrevoir la longue durée de ce type de production en Daunie, même si ces témoignages, comme le souligne F. Grelle, doivent être utilisés avec prudence14.

  • 15 Tite-Live IX, 13, 6.
  • 16 Polybe III, 107, 1-4 ; Tite-Live XXII, 52, 7.
  • 17 Tite-Live XXII, 52, 7.
  • 18 VOLPE 1990, 266.

5À l’époque républicaine romaine on eut recours à plusieurs occasions, aux richesses agricoles de la région. Par exemple, pendant la deuxième guerre contre les Samnites, Arpi assura à l’armée romaine les fournitures en blé15. Le blé des campagnes dauniennes (Gereonium, Cannes) a été providentiel pour les Romains ainsi que pour leurs ennemis à l’époque de la deuxième guerre punique16. Après le désastre de Cannes en 216 av. J.-C., une matrone issue de la meilleure société de Canusium, Busa, a généreusement offert ses réserves de blé aux soldats romains échappés au massacre17. Comme le relève G. Volpe, cet épisode montre qu’une seule personne pouvait disposer d’une quantité énorme de blé, qui était probablement destinée à la vente en temps normal18.

  • 19 Comme le souligne M. PANI, dans Principi, 602, suivant une suggestion de M. Silvestrini.
  • 20 Tite-Live XLII, 27, 8.
  • 21 Comme le souligne GRELLE 1981, 201.

6Cette vocation au commerce est d’ailleurs confirmée par le témoignage épigraphique d’un proxène de Canusium à Délos en 240-230, dont le nom, Bouzos, rappelle celui de la riche matrone19. On pourrait ajouter que le statut social de Busa, définie par Tite-Live genere clava ac divitiis, suggère l’implication de l’aristocratie locale dans l’exploitation du surplus agricole, au moins à la fin du IIIe siècle ; on peut se demander si cette organisation économique n’est pas l’héritière de plus anciennes formes de production et d’accumulation des biens. La richesse en blé de la Daunie romaine apparaît par d’autres passages des sources. En 172 av. J.-C., pendant les préparatifs de la troisième guerre de Macédoine, les Romains achetèrent en Daunie, à un prix bien entendu très favorable, les réserves de blé nécessaires à leur armée20. Varron choisit le triticum comme symbole de l’Apulie dans les laudes Italiae ; avec une allusion évidente aux riches moissons de cette région21.

  • 22 A. DI NIRO, dans Samnium, 36-37 : les cabanes fouillées au moins partiellement sont trois, dont de (...)
  • 23 A. DI NIRO, dans Samnium, 38. Parmi ces trouvailles de l’époque archaïque, nous rappelerons aussi (...)

7Si la production du surplus a pu être parfois considérable, comme ces exemples le montrent, elle entraîne évidemment la question du stockage, essentielle pour un bien facilement périssable tel le blé. Or, il faut avouer que la recherche archéologique régionale ne donne que peu d’informations à ce sujet. Nous avons évoqué les pithoi retrouvés dans les cabanes archaïques de Campomarino, dont certains contenaient les restes de blé concassé22. Ils ont été donc certainement utilisés pour le stockage du blé, mais ce surplus était-il destiné à l’usage familial où à l’échange? La réponse viendra peut-être de l’approfondissement des fouilles et de leur publication; il faut néanmoins souligner que l’une des cabanes comportait au moins quatre de ces gros vases pour stockage, une quantité donc considérable, notamment si l’on considère la datation « haute » du contexte, qui remonte au premier Âge du Fer23.

  • 24 GRECO 1991, 61-62 ; voir aussi le dessin de reconstitution à la page 64, fig. 131. L’édifice aurai (...)
  • 25 J. MERTENS, Ordona VI, Rapports et études, Bruxelles 1979, 12-13 ; 14, fig. 2 ; Id., Ordona, Foggi (...)
  • 26 Nous rappellerons par exemple l’étude de D. GARCIA, Observations sur la production et le commerce (...)
  • 27 E. GRECO, Nella chora di Eraclea di Lucania. I monumenti della Masseria del Concio riconsiderati, (...)
  • 28 F. G. LO PORTO, dans Principi, 72 ; contra, voir RUSSO TAGLIENTE 1992, 73.
  • 29 Le bâtiment, découvert par Paolo Orsi, a fait l’objet d’une nouvelle enquête de M. GRAS, sous pres (...)
  • 30 F. G. LO PORTO, dans Principi, 72, mentionne « una vasta struttura rettangolare con divisori inter (...)

8Les comparaisons possibles pour ce système de stockage sont, en fait, beaucoup plus tardives : on pourrait par exemple évoquer la « Casa dei Pithoi » retrouvée à Serra di Vaglio, sur la côte ionienne, datée du IVe siècle av. J.-C. où une rangée de quatre grands pithoi longeait l’une des parois24. Quant à la région daunienne, les attestations archéologiques de structures pour le traitement et la conservation du blé sont, il est vrai, plutôt rares, mais ce n’est probablement pas un hasard si leurs découvertes se multiplient lors des fouilles systématiques et régulières. C’est le cas d’Ordona, où une aire quadrangulaire, limitée par des murets, datée vers la fin du IVe s. av. J.-C., a été interprétée comme une sorte de silo ou comme une structure pour sécher le blé25. Les résultats des études systématiques accomplies dans le Midi de la Gaule26, montrent que ce domaine de recherche pourrait être exploré avec profit, dans le futur, aussi dans le sud de l’Italie. E. Greco a récemment proposé une nouvelle interprétation des structures circulaires fouillées autour d’Héraclée en 1934 : il s’agirait de bâtiments pour la production et le stockage du blé27. On pourrait se demander si une fonction semblable ne peut être attribuée à d’autres structures mises au jour dans nos régions : nous pensons, par exemple, à la structure allongée découverte à côté de l’oikos de Toppicelli, que Lo Porto avait interprétée comme une sorte de « portique-entrepôt »28. La forme elle-même de ce « portique » n’est pas sans rappeler un bâtiment allongé de Megara Hyblaea qui abritait justement des pithoi29. En outre, la présence de « grandi pithoi interrati » est attestée dans ce quartier de Canosa au IVe siècle av. J.-C.30.

  • 31 Voir à ce propos G. BRESC BAUTIER, Les possessions des Eglises de Terre-Sainte en Italie du Sud (P (...)
  • 32 BRAUDEL 19909, 303.
  • 33 Sur toutes ces questions voir M. AYMARD, Venise, Raguse et le commerce du blé pendant la seconde m (...)

9En conclusion, il n’est peut-être pas sans intérêt d’ajouter que le blé du Tavoliere a été la réserve alimentaire de peuples et de régions entières même dans des époques qui nous sont beaucoup plus proches et qui sont moins avares de sources. Pendant les Croisades, c’était le blé des Pouilles et de Sicile qui assurait la subsistance de l’armée chrétienne en Terre Sainte. Plusieurs documents de cette période nous confirment la régularité et l’importance de ces exportations qui ont relié, pendant des dizaines d’années, la « Capitanata » à l’Orient latin31. Même plus tard, au XVIe siècle, Venise n’hésite pas à se servir « chaque fois que c’est nécessaire, pacifiquement ou par violence » des ravitaillements sur les côtes d’Apulie, « grenier providentiel de blé, cellier d’huile et de vins »32. Tout au cours de ce même siècle, les exportations de blé des Pouilles ont animé des échanges importants, aussi bien licites que clandestins, dirigés vers plusieurs régions de l’Adriatique et vers Naples33.

LE SEL

  • 34 Une mise au point de ces problèmes méthodologiques a été proposée par GIOVANNINI 1985, 373-375. Il (...)
  • 35 Sur les différents domaines d’emploi du sel : GIOVANNINI 1985, 373 ; MOINIER 1985, 88-89 ; sur l’u (...)
  • 36 Le sel avait une utilisation très vaste dans le domaine médical : selon Pline (n. h. XXXI, 45, 98- (...)
  • 37 GIOVANNINI 1985, 373. Les différents emplois et les formes de commercialisation du sel ont fait l’ (...)
  • 38 Dion Chrysostome XXXVI, 3 : le passage est cité et traduit par BALADIÉ 1994, 148.
  • 39 F. COARELLI, Il Foro Boario. Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome 1988, voir notamment l (...)
  • 40 A. SIMONS, Eisenzeitlicher Salzhandel von der Nordsee ins Rheinland, dans MBAH V, 1/1986, 27-33.

10Le sel a été, au fil de l’histoire, un bien incomparablement plus précieux qu’aujourd’hui. Cette affirmation peut paraître banale, mais elle n’est peut-être pas superflue, vu l’intérêt relativement réduit que les historiens de l’Antiquité ont porté, jusqu’à une époque assez récente, à la production du sel34. En effet, cette humble mais indispensable matière, pouvait, à elle seule, donner lieu à un réseau complexe d’activités économiques35. Elle était essentielle non seulement à la nourriture des hommes mais aussi à la conservation des aliments, à l’élevage du bétail, à la fabrication des peaux et même au traitement de plusieurs maladies36. C’était, en plus, une ressource « très inégalement répartie dans le monde »37, car sa formation demandait des conditions géographiques et climatiques particulières. D’où la création de vastes réseaux commerciaux, reliant parfois des régions très éloignées. Un témoignage éloquent est le récit de Dion Chrysostome sur les salines d’Olbia, sur la côte de la Mer Noire, où les peuples de l’arrière-pays, ainsi que les Grecs et les Scythes qui habitaient la Chersonèse Taurique, se rendaient pour acheter le sel38. L’archéologie commence elle aussi à fournir des preuves de ces échanges, en Méditerranée et en Europe continentale. Le sel qui se formait à l’embouchure du Tibre a dû être la marchandise la plus importante du centre d’échange qui surgit déjà à la fin de l’Âge du Bronze près du Tibre et qui est devenu, dans la Rome archaïque, le Forum Boarium39. À partir du Ve siècle av. J.-C. jusqu’à l’époque romaine, le sel des rivages de la Mer du Nord a été transporté jusqu’à la vallée du Rhin, comme le prouvent les découvertes des demi-tuyaux d’argile utilisés comme récipients pour ce commerce40.

  • 41 Comme le rappelle GIOVANNINI 1985, 378, ces salines avaient, au début du siècle, un rendement moye (...)
  • 42 Dès 1754 l’aménagement de ces salins fut l’objet des études et des projets de Luigi Vanvitelli (vo (...)
  • 43 Nombre de documents de l’époque médiévale confirment l’importance économique de l’exploitation de (...)

11Pour revenir à nos régions, les salines qui s’étendaient entre Sipontum et l’embouchure de l’Aufidus ont vraisemblablement été essentielles pour la production du sel dans l’Adriatique antique. Aujourd’hui, elles figurent parmi les plus importantes d’Europe41 ; si leur aspect actuel est dû à un aménagement relativement récent42, leur exploitation est beaucoup plus ancienne, comme le montrent plusieurs documents d’époque médiévale et moderne43.

  • 44 Pour les sources anciennes relatives à Salapia : TINÈ BERTOCCHI 1989 B, 166-167 ; pour l’apparitio (...)
  • 45 C’est l’hypothèse d’A. M. TUNZI SISTO, Trinitapoli (FG). Vasche Napoletane, dans Taras XI, 2, 1991 (...)

12Les sources sont en revanche presque muettes pour ce qui concerne la période antique. Le témoignage le plus ancien sur ces salins remonte en fait, à l’époque de l’Itinerarium Antonini et de la Tabula Peutingeriana : les deux itinéraires marquent le toponyme Salinis à l’embouchure de l’Ofanto44 (fig. 11 ; supra 71). Mais il est fort probable que l’exploitation du sel avait commencé à une époque bien plus ancienne. Près de la ville moderne de Trinitapoli, au bord de l’ancienne lagune (fig. 31 ; supra 129), des sondages ont récemment mis au jour des structures circulaires avec des traces de canaux et de poteaux, datées de l’Âge du Bronze Moyen ou du début du Bronze Récent, qui pourraient avoir été utilisées pour la production du sel45.

  • 46 Pour la discussion de ce passage de Strabon voir supra, 67 sqq.
  • 47 D’après la typologie de lieux de formation du sel donnée par Pline, n. h. XXXI, 73-80, le sel se f (...)
  • 48 Pline, n. h. XXXI, 73-74 : Omnis e stagnis sal minutas atque non glaeba est.

13Quant à l’existence des salins à l’Âge du Fer, on peut d’abord considérer le lexique des sources anciennes qui donne, même si sous forme indirecte, des indices importants. Nous avons plus haut discuté le mot particulier, stomalimne, que Strabon a choisi pour décrire ce paysage46. Ce terme paraît désigner des milieux environnementaux assez particuliers, à savoir des grandes embouchures de fleuves formant des vastes marais en bord de mer, où l’on trouve souvent des salines importantes : la Daunie et le delta du Rhône en sont deux exemples significatifs. Or, les marais salants en bord de mer sont, justement, l’un des milieux naturels idéaux pour la formation spontanée du sel dans l’Antiquité47 ; Pline loue la bonne qualité du sel produit dans ces marais48.

  • 49 Comme l’ont démontré les analyses sédimentologiques de ces terrains : voir à ce propos DELANO SMIT (...)
  • 50 Voir par exemple les salins situés dans la Tabula Peutingeriana sur la côte moyenne de l’Adriatiqu (...)
  • 51 C’est l’hypothèse de GIOVANNINI 1985, 378-379, qui remarque que ce n’est pas un hasard si la premi (...)
  • 52 Il est utile à ce propos la comparaison avec l’époque moderne : voir les différentes techniques dé (...)
  • 53 Voir NAVA 1980, I, 139, n. 613, II, pl. CLXXXVIII (homme qui pêche avec un harpon à cinq pointes)  (...)

14Ces suggestions linguistiques trouvent une confirmation dans la reconstitution du paysage ancien que nous avons plus haut esquissée : un milieu lagunaire très salubre, en contact direct avec la mer, probablement alimenté par les estuaires de plusieurs fleuves49, tout à fait semblable à d’autres régions côtières des deux versants de l’Adriatique où des salins sont également attestés50. Ces salins de l’Aufidus devaient même être parmi les plus importants de l’Italie orientale, s’ils ont pu même constituer l’un des objectifs des Romains dans leur expansion vers le sud-est de la Péninsule51. On peut ainsi supposer que l’importance du sel dans le cadre de cette « économie lagunaire » n’a pas été limitée simplement à la récolte et au commerce. De façon indirecte, la disponibilité du sel a pu favoriser un circuit productif assez vaste. Par exemple, il a pu être employé pour la salaison et la conservation de la viande et pour conserver les produits de la pêche52, qui devait être une autre ressource importante de ce milieu palustre, comme le montrent bien des scènes représentées sur quelques stèles dauniennes53.

  • 54 Comme le montrent certains passages d’Aristote (Hist. anim. 596a, VIII, 10) et de Columelle (De Ag (...)
  • 55 Varron, R. R. II, 11, 4 ; II, 11, 6.
  • 56 BALADIÉ 1994, 163-165, souligne la présence de tous ces éléments —l’abondance de sel, la qualité e (...)
  • 57 Strabon V, 5 sqq.
  • 58 Strabon VI, 3, 9.

15Mais il y a aussi un autre domaine qui a pu être avantagé énormément par la présence du sel, c’est-à-dire l’élevage. En fait, plusieurs textes grecs et latins insistent sur l’importance du sel dans l’alimentation des animaux pour améliorer leur production54, ainsi que pour la fabrication des produits laitiers55, au point que la présence du sel et l’excellence du bétail sont souvent associées dans les descriptions des paysages méditerranéens. C’est le cas, par exemple, du passage d’Hérodote sur les salins de la Mer Noire56 et de Strabon sur le delta du Pô57. On pourrait donc entrevoir un rapport entre la présence des salines et l’extraordinaire qualité du bétail en Daunie, à plusieurs reprises soulignée par Strabon58.

  • 59 Voir chapitre II, 67 sqq. et chapitre III.
  • 60 Voir le traité entre deux villes du Péloponnèse, Trézène et Méthana, qui se partageaient les droit (...)
  • 61 Strabon VII, 5, 11 écrit que deux tribus Illyriennes, les Autariates et les Ardiaiens, après avoir (...)

16Il faut maintenant se demander quels sites ont pu tirer les plus grands avantages de l’exploitation de cette ressource. Cupola et Salapia étaient évidemment les mieux placés pour contrôler ces échanges, probablement dirigés en partie vers l’arrière-pays. Quant aux formes précises du contrôle de cet espace lagunaire et de ses ressources, deux hypothèses sont possibles, selon qu’on imagine l’existence d’un arc côtier continu, entièrement occupé par le marais, ou bien l’existence de deux lagunes séparées par une étroite langue de terre59. Autrement dit, est-ce qu’il faut penser à deux espaces lagunaires, dont chacun est sous la mainmise d’une communauté, ou faut-il envisager plutôt la présence contigue de deux sites très importants en bord de la même lagune, qui ont pu élaborer un système de pactes et de garanties réciproques pour partager cet espace ? En fait, l’exploitation commune de ces ressources naturelles très prisées ne devait pas être simple à gérer, si elle a pu donner lieu, dans d’autres cas, à des véritables traités entre cités60, voire à des conflits entre peuples avoisinants61.

  • 62 Pour la lagune daunienne : Strabon VI, 3, 9 ; pour le Midi de la France : Strabon IV, 1, 7-8. Sur (...)
  • 63 Dans ces deux territoires, on observe une politique angevine de monopole serré sur les revenus du (...)

17En appendice à ce paragraphe sur le sel, nous voudrions nous arrêter quelque peu sur la comparaison avec une autre région méditerranéenne, c’est-à-dire le Midi de la France. Là aussi, la côte est parsemée de salins, lacs et marais salants, qui se rapprochent beaucoup de notre paysage côtier adriatique. Cette aff inité n’a pas échappé à Strabon qui a employé le même mot, stomalimne, pour décrire les bouches du Rhône et la lagune entre Salpi et Siponto62. Par un hasard curieux de l’histoire, ces deux régions méditerranéennes productrices de sel ont été liées, plusieurs siècles après, par un destin politique commun. Au Bas Moyen Âge, les salins du Midi et du « Mezzogiorno » ont été soumis à un modèle similaire de centralisation fiscale, imposé par les Angevins, Comtes de Provence et Rois de Naples63.

L’ÉLEVAGE ET LES TISSUS

  • 64 Sur ces thèmes voir les considérations au chapitre III, 83-84.
  • 65 Le recueil des sources anciennes sur la transhumance entre l’Apulie et le centre de l’Italie se tr (...)
  • 66 Pour les questions institutionnelles et économiques liées à la transhumance, ainsi que sur les pro (...)
  • 67 Pour l’époque républicaine, très important est le témoignage de Cicéron, Pro Cluentio, 161, qui me (...)
  • 68 Une liste complète des sources anciennes sur le sujet a été dressée par GABBA & PASQUINUCCI 1979, (...)
  • 69 Il s’agit d’un sceau d’époque républicaine qui porte l’inscription soc(iorum) sal(inatorium) et sc (...)

18L’élevage a dû être l’une des principales ressources du Samnium et de la Daunie, où les routes de la transhumance reliant les montagnes (les Apennins et le Gargano) à la plaine (le Tavoliere) ont dû probablement exister depuis la protohistoire64. Plusieurs passages d’auteurs anciens, notamment de Cicé-ron et de Varron65, montrent l’existence d’un réseau très dense de routes de transhumance entre le Samnium et la Daunie66 ; à l’époque romaine, l’un des nœuds de ces parcours devait être Larinum67. En outre, comme nous l’avons remarqué dans le précedent paragraphe, la présence des marais salants était très favorable à lelevage et à toutes les activités annexes68. Le lien étroit entre l’exploitation de ces deux ressources, le sel et le pâturage, apparaît d’ailleurs confirmé par des témoignages épigraphiques d’époque romaine, qui associent les adjudicataires des fermes du sel et du pacage69.

  • 70 Comme le soulignent GABBA & PASQUINUCCI 1979, 164 sqq.
  • 71 Strabon VI, 3, 9.
  • 72 L’origine de ce passage est attribuée à Posidonius par LASSERRE 1967, 20, suivi par GRELLE 1981, 1 (...)
  • 73 GABBA & PASQUINUCCI 1979, 94; GRELLE 1981, 202.
  • 74 GRELLE 1981, 197 ; sur les manufactures de l’époque impériale, 220. Mais on pourrait se demander s (...)

19En revanche, il est moins facile de montrer l’existence et l’ampleur d’activités spécialisées, telle la production de tissus, même s’il est certain que justement la laine était le produit le plus rentable de l’élevage70. Les témoignages les plus anciens sur la question remontent aux derniers siècles de la République romaine. Un passage de Strabon71, dont la source est Posido-nius72, décrit la qualité extraordinaire des troupeaux dauniens, notamment des chevaux et des moutons. Il ajoute un détail précieux sur la renommée et sur la qualité de la laine daunienne, ce qui sous-entend une activité de manufacture déjà développée dans la région. D’après F. Grelle, ce phénomène aurait concerné, à l’époque de la source de Strabon (fin du IIe-début du Ier siècle), exclusivement la Daunie septentrionale, notamment le territoire d’Arpi, où la destination au pâturage de vastes surfaces de terrain aurait été la conséquence des confiscations qui avaient suivi la guerre d’Hannibal73. L’activité de la filature se serait en revanche développée seulement plus tard dans la partie méridionale de la région, notamment à Canusium, pour atteindre son plein développement à l’époque impériale74.

  • 75 Pour l’analyse des différents aspects de la production de la laine à Canosa voir A. ACRI, Sulla pr (...)
  • 76 Pline VIII, 190.
  • 77 Strabon VI, 3, 9.
  • 78 J.-P. MOREL, La laine de Tarente (De l’usage des textes anciens en histoire économique), dans Ktem (...)
  • 79 Voir CORBIER 1988, 158, qui présente aussi (ibid., note 72) un recueil des sources épigraphiques s (...)
  • 80 Voir à ce propos F. TINÈ BERTOCCHI, dans Principi, 722-723.

20En effet, les témoignages sur la production des tissus se multiplient pour le dernier siècle de la République et pour l’époque impériale75. Pline connaissait la qualité excellente de la laine de Canosa76, Strabon savait que les Dauniens produisaient une laine de bonne qualité, comparable à celle de Tarente77. À la différence de cette dernière, Canosa a dû aussi connaître, à l’époque impériale, une véritable activité de transformation et d’exportation des produits lainiers, comme le remarque J.-P. Morel. L’Édit du maximum de Dioclétien mentionne le byrrus de Canosa, une sorte de manteau en grosse laine, qui était probablement le principal produit issu de cette industrie78. Plusieurs inscriptions d’epoque impériale citent d’ailleurs des personnages, parfois de condition servile, impliqués dans la fabrication de la laine, à Luceria et à Canusium79. L’importance de cette activité est d’ailleurs confirmée par les découvertes archéologiques, tels les restes d’une fullonica de l’époque impériale découverts à Canusium80.

  • 81 Comme le souligne CORBIER 1988, 175.
  • 82 Un exemple éloquent en est le débat sur le commerce des tissus précieux à Sybaris. Nous rappelons (...)

21Si le dossier pour l’époque romaine se présente donc assez nourri, même pour cette période, « les difficultés d’interprétation de la documentation (...) montrent bien que la continuité n’a rien d’assuré »81. Il serait d’autant plus imprudent de projeter en arrière, en l’occurrence à l’époque archaïque, une réalité économique de quelques siècles plus tardive. À cela s’ajoute l’extrême difficulté de retracer la production et la circulation des produits textiles dans toutes les sociétés archaïques82. Toutefois, l’existence de cette activité ne peut être exclue pour l’époque archaïque, même si ses caractères ont dû être bien entendu différents par rapport à la production d’époque romaine.

  • 83 Il s’agit de l’exemplaire (stèle avec des ornements) reproduit par NAVA 1980, n. 585, pl. CLXVIII  (...)

22Un nouvel élément de réflexion sur cette question peut être tiré de la documentation iconographique, à savoir d’une série de scènes sculptées sur les stèles dauniennes archaïques. Dans la plus complète de ces images83, on voit un personnage assis en face d’un instrument vertical. Cet objet est entouré, sur les deux côtés, par une sorte de bande avec des motifs à méandre ; sur la droite de la scène, une femme, debout, semble aider le personnage assis; d’autres femmes, avec des corbeilles sur la tête, s’approchent. La même scène se répète sur le côté droit de la stèle ainsi que sur sa partie antérieure, avec des variations dans le nombre des personnages.

  • 84 La scène est certainement identifiable dans les exemplaires reproduits dans NAVA 1980, n. 722, pl. (...)
  • 85 Le texte de S. Ferri a été réédité dans NAVA 1988 B, 129-130. Son interprétation découle probablem (...)
  • 86 S. FERRI, dans NAVA 1988 B, 66, pl. 79, stèle n. 0540, 0929 : « Al centro vedrei il feretro (...) (...)
  • 87 L’Arte dei Popoli Italici, Naples 1994, 368-369, pl. 244.

23Des scènes semblables ont été gravées au moins sur huit autres stèles84 : l’élément vertical représenté au milieu constitue évidemment la clé pour la compréhension de la scène. S. Ferri a donné à cet objet des différentes significations. Ainsi, il a voulu reconnaître un filet pour oiseaux85 dans l’exemplaire que nous venons de décrire, un lit funèbre dans une autre stèle86. Tout récemment, cet objet a été identifié avec la colonne d’un naiskos où serait assise la divinité (le personnage assis) qui reçoit l’offrande apportée par le personnage debout87.

  • 88 NAVA 1980, I, 34, 159, n. 748 ; II, pl. CCXLVI-CCXLVII ; à la page 34, l’auteur remarque que plusi (...)
  • 89 Des bonnes reproductions graphiques de cette célèbre pièce se trouvent dans Le donne in Etruria, s (...)
  • 90 Voir par exemple les stèles reproduites dans NAVA 1988 B, 58, n. 69 ; 72, n. 92-94; 73, n. 96, ain (...)
  • 91 La filature est évidemment une activité féminine par excellence, chargée de significations symboli (...)
  • 92 B. d’AGOSTINO, dans Maschile/femminile, 63-64.

24Nous croyons que toutes ces interprétations sont à rejeter et que dans tous les cas ci-dessus évoqués, nous devons reconnaître dans l’objet représenté un métier à tisser de type vertical. Cette identification, proposée par M. L. Nava uniquement pour l’une des stèles88, s’appuie sur plusieurs éléments. Il y a d’abord le schéma général de l’image, qui trouve des parallèles très proches dans des représentations archaïques de scènes de tissage : par exemple, sur le tintinnabulum de la « Tomba degli Ori » de Bologne, daté du VIIe siècle av. J.-C. Là aussi, on voit une femme assise en train de travailler à son métier, face à un autre personnage féminin (vraisemblablement de rang inférieur) qui s’approche avec une corbeille, contenant probablement la matière destinée à la filature89. Une confirmation ultérieure provient de la comparaison avec le répertoire des stèles mêmes. Si l’élément central représente un métier, les bandes qui l’entourent pourraient vouloir signifier le tissu décoré. Or, précisément ce type de méandre orne très fréquemment les vêtements et aussi les gants sculptés sur plusieurs stèles90. Un dernier détail nous rassure sur le caractère réaliste de la représentation : on remarquera que le personnage assis porte une tunique à manches courtes décorées d’une croix, ainsi que des gants sillonnés par des rayures parallèles. Or, c’est exactement le même type d’accessoires qui caractérise le personnage auquel la stèle appartient. Nous sommes ainsi en présence d’un corpus assez nourri de scènes de tissage sur les stèles. Il faut cependant se demander quelle valeur attribuer à ces scènes sculptées : est-ce qu’elles représentent une forme de production importante pour la communauté ou plutôt une scène de la vie de l’οikos91 ? On serait tenté de pencher pour la deuxième possibilité, mais on peut tout de même remarquer que l’emphase accordée à cette activité dans le répertoire figuratif daunien sous-entend son importance symbolique, mais, probablement, très concrète aussi, au sein de la société indigène archaïque. En outre, d’autres représentations, tel le cycle figuré du trône de Verucchio (VIIe siècle av. J.-C.), montrent des femmes en train de tondre et de tisser devant des hommes armés ; selon B. d’Agostino, l’association fait penser que ces activités étaient en quelque manière gérées par l’autorité politique qui contrôlait le village92.

  • 93 R. IKER, dans Herdonia, 60-61. L’auteur remarque la présence de restes chimiques sur le fond et su (...)
  • 94 R. IKER, dans Herdonia, 45 ; 109-110.

25Pour conclure, un apport essentiel à la question vient des témoignages archéologiques, même s’ils ne remontent qu’au IVe siècle av. J.-C. À Ordona, les chercheurs belges ont découvert un nombre impressionnant de bassins creusés dans la terre, soigneusement revêtus d’enduit imperméable et donc destinés à contenir des liquides. Probablement, ces bassins servaient-ils à traiter et à dégraisser la laine93. Si on ajoute que le même site a livré une quantité extraordinaire de pesons de métier à tisser, force est de conclure, avec les auteurs des fouilles, que « le traitement et le tissage de la laine représentaient une activité importante pour les habitants d’Ordona au Ve et encore plus au IVe siècle av. J.-C. »94.

  • 95 F. G. LO PORTO, dans Principi, 72 ; pour la description de l’édifice de Toppicelli voir supra, cha (...)

26Encore plus significative me paraît la présence de pesons à tisser dans un site dont l’importance économique est incontestable pour la Daunie archaïque côtière, à savoir Canosa-Toppicelli. Dans des couches datées du IVe siècle av. J.-C. on a retrouvé à côté du grand bâtiment allongé que nous avons plusieurs fois évoqué, un nombre remarquable de pesons pour métier, interprétés par F. G. Lo Porto comme les traces d’une production importante de tissus95.

LES CHEVAUX

  • 96 Voir l’analyse très pertinente faite à ce sujet par MUSTI 1980, 107-108.
  • 97 Le caractère du culte de Diomède en Adriatique est évidemment une question très vaste, qui dépasse (...)
  • 98 LEPORE 1980, 320 sqq. Ce lien avec la maîtrise des chevaux se manifeste en Daunie dans l’onomastiq (...)
  • 99 LEPORE 1980, 322, attribue un rôle important dans la transmission de ces valeurs à l’élément corin (...)

27La maîtrise des chevaux a eu dans l’économie et dans les modalités d’articulation de la société daunienne archaïque une importance telle à justifier un approfondissement particulier. Plusieurs indices, que nous pouvons inférer de la mythographie, de l’histoire et de l’archéologie de cette région, nous confirment dans cette conviction. D’abord, le mythe : comme on le sait bien, la Daunie est l’une des zones adriatiques de plus large diffusion du mythe et du culte de Diomède. Le lien entre Diomède et la Daunie remonterait même au VIIe siècle, si l’on accepte, comme D. Musti le propose, d’attribuer à Mimnerme le passage cité dans une scolie de l’Alexandra de Lyco-phrone96. En effet, Diomède occupe une place de premier rang au sein de la mythographie daunienne. Tout en gardant des caractères très complexes97, la légende du héros a pris dans ce territoire adriatique des connotations étroitement liées au domaine de l’hippotrophia et de la maîtrise des chevaux, comme E. Lepore l’a magistralement souligné98. Le monde daunien se présente ainsi comme une véritable « società cavalleresca » où l’élevage et le dressage des chevaux ont constamment représenté un facteur fondamental d’acculturation et d’affirmation du rôle social99.

  • 100 Comme l’observe LEPORE 1980, 321, dans l’armée daunienne, et plus en général en Apulie, « i rappor (...)
  • 101 Dion. Hal. XX, 3, 2.
  • 102 Polybe II, 24, 12.
  • 103 Tite-Live XXIV, 20, 16.
  • 104 Varron R. R. II, 7, 1, sur les troupeaux de chevaux en Apulie; II, 7, 6, sur la bonne qualité des (...)
  • 105 Strabon VI, 3, 9.
  • 106 Ici comme en Grèce: voir à ce propos Coppa Nevigata 1987, 206-207: les premiers spécimens de cheva (...)
  • 107 Voir chapitre V, A. 5. 1.
  • 108 NAVA 1980, 33-35 : les scènes de chasse au cerf sont notamment représentées sur les stèles « aux a (...)
  • 109 Pour le dossier sur ces témoignages du culte des chevaux à Lavello et pour l’analyse de l’iconogra (...)
  • 110 On dispose d’une simple mention de cet intéressant contexte, faite par S. BOLDRINI, Canosa. Via Sa (...)

28Ces caractères de la société daunienne sont d’ailleurs confirmés, de façon indirecte, par les récits des sources anciennes. Même à l’époque romaine, la composante équestre de l’armée daunienne était absolument remarquable100. Arpi a fourni quatre cents cavaliers dans la bataille contre Phyrrus à Ausculum101 ; en 225 av. J-C., l’armée apulienne était composée de 50 000 fantassins et 16 000 cavaliers102. Tite-Live atteste qu’en 214 av. J.-C., les Carthaginois s’emparèrent de quelques milliers de chevaux dans les pâturages du Salento et dans la plaine autour de Salapia : parmi ces chevaux, environ quatre mille auraient été destinés au dressage103. Ce dernier détail nous permet d’entrevoir l’ampleur et la qualité des élevages des chevaux en Apulie, dont un nombre important se trouvait sûrement dans la plaine du Tavoliere, comme le confirment d’ailleurs des passages de Varron104 et de Strabon105. Le tableau esquissé par les témoignages littéraires s’accorde fort bien avec les résultats des découvertes archéologiques récentes. L’étude du paléoenvironnement de Coppa Nevigata a permis d’établir que le cheval était apparu, ici comme en Grèce, vers la fin de l’Âge du Bronze106. Au VIIIe siècle, l’art du dressage du cheval est l’une des prérogatives de l’aristocratie, comme en témoignent les mors en bronze de la tombe 115 de Salapia107. Aux VIIe et VIe siècles, l’importance du cheval —et des valeurs idéologiques annexes— est bien illustrée par les innombrables scènes de combat et de chasse à cheval reproduites sur les stèles dauniennes108. Cette imagerie liée au monde aristocratique des chevaliers a une longue continuité. Un vase de Lavello de la deuxième moitié du VIIe siècle, est décoré par un groupe plastique d’un couple avec deux chevaux ; encore à Lavello, le motif du dompteur des chevaux revient sur des acrotères qui datent entre la deuxième moitié du Ve et le milieu du IVe siècle. Une tombe de cheval de la deuxième moitié du Ve siècle a été découverte dans ce même site daunien109. Enfin, une tombe de cheval a été récemment retrouvée à Canosa, à proximité d’une très riche sépulture daunienne du VIe ou Ve siècle av. J.-C.110.

  • 111 Strabon V, 1,4: Denys avait fait venir du pays des Hénètes les chevaux de concours de son haras ; (...)
  • 112 Voir par exemple les statuettes de chevaux retrouvées dans le sanctuaire de S. Pietro Montagnon, p (...)
  • 113 MASTROCINQUE 1987, 80: une tombe de la nécropole de Canal Bianco comportait trois chevaux, dont de (...)
  • 114 Pour les découvertes archéologiques des sépultures de chevaux en Vénétie voir MASTROCINQUE 1987, 7 (...)
  • 115 BERGONZI 1981, 31, signale la présence en Slovénie de quelques sépultures de chevaux ; dans la tom (...)
  • 116 G. LEONARDI, M. DI PILLO, Padova : area archeologica del C. U. S. Piovego: relazione preliminare d (...)
  • 117 Pour le commerce de chevaux en Vénétie : BEAUMONT 1936, 189-191 ; ΒRACCESI 19772, 103 ; RENDIC MIO (...)

29L’importance accordée aux chevaux dans la société daunienne montre une surprenante affinité avec une autre grande région adriatique célèbre pour l’hippotrophia, c’est-à-dire la Vénétie, autre foyer important du culte de Diomède. Strabon rappelle le sacrifice d’un cheval blanc en l’honneur du héros ainsi que la bonne qualité des chevaux de la Vénétie, fort appréciée par le tyran Denys de Syracuse111. Les dépôts votifs de la région ont souvent livré des statuettes de chevaux en bronze112. Les tombes de chevaux sont attestées tout au long des côtes adriatiques septentrionales : depuis Adria113 et la Vénétie114 jusqu’à Novo Mesto, en amont du fleuve Krka115. On a découvert à Padoue plusieurs tombes du Ve siècle contenant des inhumations mixtes, d’hommes et de chevaux, ou uniquement de chevaux116. Sur la base de tous ces témoignages, plusieurs historiens estiment que la Vénétie était le centre d’un réseau important de commerce de chevaux117. On pourrait supposer qu’un trafic de la même nature a pu se développer également dans la région daunienne.

LES ESCLAVES

  • 118 Comme l’a bien souligné MELE 1979, 61, les poèmes homériques attestent l’importance de cette activ (...)
  • 119 D’AGOSTINO 1980, 255 ; D’AGOSTINO 1991, 42-43.
  • 120 Sur les rites funéraires en Apulie : DE JULIIS 1988 C, 22-23. Pour la côte ionienne de la Basilica (...)
  • 121 Pour la céramique daunienne à Pithécusses : BUCHNER 1966, 10, pl. XCIX, 3 ; plus en général sur la (...)
  • 122 Strabon V, 4, 2 : les Frentans sont dépeints comme des hommes farouches, accrochés sur leurs roche (...)

30L’échange des esclaves, qui devait avoir une importance fondamentale dans l’économie archaïque118, est encore plus imperceptible et difficile à reconstituer que les formes économiques jusqu’ici traitées. Les sources sont quasiment muettes à ce sujet et les témoignages archéologiques sont très rares. L’existence de ce genre de commerce dans nos régions est toutefois suggérée par quelques indices. Dans la nécropole de Pithécusses, on a retrouvé des sépultures avec des squelettes recroquevillés. Or, cette pratique est exceptionnelle dans le cadre des usages funéraires de l’île, où les défunts ont toujours été ensevelis allongés sur le dos ; en outre, quelques-uns des inhumés recroquevillés étaient dépourvus de mobilier. Le même phénomène —l’existence d’inhumés recroquevillés sans mobilier— s’observe dans cinq tombes de S. Marzano sul Sarno. L’explication proposée par B. d’Agostino et P. Gastaldi nous paraît très vraisemblable : il s’agit de personnages étrangers de rang inférieur liés aux groupes claniques et familiaux119. Il est vrai que l’inhumation recroquevillée n’est pas un rituel exclusif de la Daunie, car il est répandu dans toute l’Apulie et même dans quelques sites du golfe ionien120. Mais, dans le cas de Pithécusses et de la vallée du Sarno, l’hypothèse de la provenance daunienne est renforcée par la présence de céramique de la même origine dans la nécropole121. L’échange des esclaves devait probablement se diriger aussi vers les régions adriatiques. On peut supposer que ce trafic a dû prendre des proportions considérables dans une mer où la piraterie a été, selon toute vraisemblance, un phénomène courant et constant. Lorsque Strabon décrit les côtes du Samnium comme des « rochers à pirates », il exprime de façon assez suggestive la redoutable renommée de ces littoraux adriatiques122.

  • 123 L’importance de cette inscription est soulignée par BEAUMONT 1936, 189, suivi par FREY 1969, 72. C (...)
  • 124 Pour le mobilier : DI NIRO 1981 B, 36-37. Pour la céramique d’imitation daunienne voir supra, 304 (...)
  • 125 D’AGOSTINO 1980, 260, suivi par TAGLIAMONTE 1996, 107. Il faut évidemment souligner que toute anom (...)
  • 126 L’inhumation recroquevillée est en effet répandue dans plusieurs régions de l’Adriatique préromain (...)
  • 127 Signalées par TAGLIAMONTE 1996, 10, qui pense à l’origine servile des deux défunts recroquevillés.

31Il est intéressant, à ce propos, de retrouver sur un vase du Corinthien Moyen, une inscription qui désigne un esclave avec le nom de « Omrikos »123, « ombrien », originaire donc de l’un des peuples de l’Italie adriatique. Dans nos régions méridionales, nous pouvons cerner au moins une trace archéologique d’un trafic d’esclaves. À Termoli, la tombe 14 comportait deux sépultures superposées ; le défunt de la sépulture supérieure, dépourvue de mobilier, était recroquevillé ; celui de la sépulture inférieure était allongé sur le dos. Son mobilier, certainement masculin, comme le prouve la présence d’un rasoir, comportait aussi une cruche à anse unique, d’imitation daunienne124. Selon d’Agostino, l’individu recroquevillé de Termoli, tout comme « i rannicchiati di Pitecusae della Valle del Sarno »125, était probablement un personnage de condition servile, relié au clan familial. Même dans ce cas, la présence de la céramique daunienne pourrait révéler l’origine du personnage, que l’inhumation recroquevillée ne suffit, à elle seule, à circonscrire126. Il nous reste enfin à signaler la présence de deux inhumations recroquevillées aussi à Campomarino, situées, de façon insolite, dans l’habitat même127.

Notes

1 Comme l’a souligné R. BAUTIER, dans Le rôle du sel, 224-225, « De plus en plus, il faut se convaincre que l’essentiel des trafics méditerranéens était fait du sel, du blé, du vin, de l’huile, sans parler des cuirs, du bois, du fer, de l’alun, nécessaires à la vie de tous les jours ... ».

2 Qui a été magistralement ébauchée par J.-P. MOREL, Les relations économiques dans l’Occident grec, dans Modes de contacts, 548-576.

3 Voir à ce propos les considérations dans le premier chapitre, 82-87.

4 Comme le témoigne Pline XVI, 11.

5 Voir supra, chapitre II, 86, notes 186-187.

6 Pour l’importance de la pêche dans l’économie grecque voir les considérations de L. GALLO, Lo sfruttamento delle risorse, dans I Greci. Storia, Cultura, Arte, Società. 2. Una storia greca. II. Definizione, sous la dir. de S. Settis, Turin 1997, 443-444. Les produits de la pêche étaient en effet une constante du régime alimentaire de toutes les couches sociales de la société grecque, d’où le poids économique incontestable de cette activité.

7 Voir NAVA 1980, I, 139, n. 613, II, pl. CLXXXVIII, avec la représentation d’un homme, en pied, qui harponne un poisson ; ibid., I, 158, n. 742, pl. CCXLIII, où sur une petite embarcation apparaissent des pêcheurs avec un harpon.

8 Selon la définition de BOTTINI 1982, désormais courante dans les recherches sur la protohistoire de cette région.

9 On a estimé qu’une parcelle de 1 km2 environ pouvait garantir la quantité de blé nécessaire aux approvisionnements d’un groupe de 55 personnes au cours d’un an environ (JARMAN & WEBLEY 1975, 189 ; voir aussi, à la page 201 sqq., l’analyse de la constitution géologique et de l’exploitation actuelle du territoire).

10 MOSSO 1909, c. 358, remarquait la présence d’une quantité extraordinaire de meules à céréales dans les couches du village protohistorique. Pour la présence de nombreux restes de blé et d’orge dans les niveaux de la fin de l’Âge du Bronze : Coppa Nevigata, 197-199 : le blé (Triticum) y apparaît dans une proportion de 4:1.

11 ANTONACCI SAN PAOLO 1995, 84.

12 C’est l’interprétation proposée par NAVA 1980, stèle « avec des ornements » 1157 : vol. I, 215-216, vol. II, pl. CCCLXXXI.

13 Strabon, VI, 3, 9. GRELLE 1981, 201, reste sceptique sur la possibilité d’établir l’existence du commerce du blé en Daunie —et en Apulie en général— avant la fin du IIe siècle av. J.-C., époque du témoignage d’Artémidore.

14 GRELLE 1981, 201 : « (...) la possibilità di prelievi straordinari non implica di necessità una produzione orientata allo scambio ».

15 Tite-Live IX, 13, 6.

16 Polybe III, 107, 1-4 ; Tite-Live XXII, 52, 7.

17 Tite-Live XXII, 52, 7.

18 VOLPE 1990, 266.

19 Comme le souligne M. PANI, dans Principi, 602, suivant une suggestion de M. Silvestrini.

20 Tite-Live XLII, 27, 8.

21 Comme le souligne GRELLE 1981, 201.

22 A. DI NIRO, dans Samnium, 36-37 : les cabanes fouillées au moins partiellement sont trois, dont deux contenaient des restes de pithoi. L’une comportait les restes d’un pithos à côté du foyer, l’autre a décelé les traces de quatre pithoi, dont deux encore in situ.

23 A. DI NIRO, dans Samnium, 38. Parmi ces trouvailles de l’époque archaïque, nous rappelerons aussi le pithos retrouvé dans une cabane de Canosa du VIIIe siècle : voir chapitre III, 132. La possibilité d’une commercialisation des céréales produites dans le Samnium est suggérée aussi par TAGLIAMONTE 1996, 122, qui souligne la présence constante d’un vase pour denrées alimentaires dans les mobiliers funéraires de la région.

24 GRECO 1991, 61-62 ; voir aussi le dessin de reconstitution à la page 64, fig. 131. L’édifice aurait été abandonné entre le dernier quart du IVe et le premier quart du IIIe siècle av. J.-C. (64).

25 J. MERTENS, Ordona VI, Rapports et études, Bruxelles 1979, 12-13 ; 14, fig. 2 ; Id., Ordona, Foggia 1982, 16, pl. 7. Il s’agit d’une petite structure rectangulaire, délimitée par des murets en pierres sèches et sillonnée par des canaux. Selon les chercheurs, ces canaux devaient servir « all’areazione e all’essiccamento di materiali conservati all’interno dell’edificio » (R. IKER, dans Herdonia, 62, fig. 40).

26 Nous rappellerons par exemple l’étude de D. GARCIA, Observations sur la production et le commerce des céréales en Languedoc Méditerranéen durant l’Âge du Fer : les formes de stockage des grains, dans RAN 20, 1987, 43-98, qui trace la typologie et l’évolution chronologique des formes de stockage des grains, ainsi que leur distribution dans le territoire. Cette enquête a permis d’établir que « sur les oppida de l’hinterland languedocien l’augmentation du commerce massaliète et l’intensification du stockage des céréales semblent aller de pair » (95).

27 E. GRECO, Nella chora di Eraclea di Lucania. I monumenti della Masseria del Concio riconsiderati, dans Mélanges Nickels, 459-465.

28 F. G. LO PORTO, dans Principi, 72 ; contra, voir RUSSO TAGLIENTE 1992, 73.

29 Le bâtiment, découvert par Paolo Orsi, a fait l’objet d’une nouvelle enquête de M. GRAS, sous presse.

30 F. G. LO PORTO, dans Principi, 72, mentionne « una vasta struttura rettangolare con divisori interni e grandi pithoi interrati », qu’il met en rapport avec la fabrication des tissus en laine à cause de la présence de nombreux poids pour les métiers à tisser.
Nous nous demandons s’il ne s’agit pas là de deux types d’activités distinctes, qui ont pu coexister à l’intérieur d’un espace à destination artisanale.

31 Voir à ce propos G. BRESC BAUTIER, Les possessions des Eglises de Terre-Sainte en Italie du Sud (Pouilles, Calabre, Sicile), dans Roberto il Guiscardo e il suo tempo (Actes du Colloque Bari 1973), Rome 1975, 16 sqq.
Ce n’est sûrement pas un hasard si, des sept Prieurés Italiens de l’Ordre des Cavaliers de Saint Jean, l’un se trouvait dans le nord des Pouilles, à Barletta, et un autre en Sicile, à Messina. Ces deux villes maritimes étaient en fait le débouché de deux régions de grande production du blé ; leur rôle a dû devenir fondamental surtout après la perte d’Acre en 1291, et après l’installation de l’Ordre à Rhodes dans les premières années du XIVe siècle ; sur ces thèmes voir A. LUTTRELL, The Hospitaliers at Rhodes, 1306-1421, clans A History of the Cruisades III, Londres 1975, 278 sqq.

32 BRAUDEL 19909, 303.

33 Sur toutes ces questions voir M. AYMARD, Venise, Raguse et le commerce du blé pendant la seconde moitié du XVIe siècle, Paris 1966, notamment les pages 42-44. Ce commerce était tellement florissant qu’il alimentait en partie des réseaux clandestins d’échange. Une dénonciation faite devant la cour de Naples en 1575 témoigne d’un commerce illégal de blé fait par l’intermédiaire de l’abbaye des Trémiti, qui attirait une quantité de blé infiniment supérieure à ses besoins, pour la revendre ensuite, échappant aux impositions fiscales du royaume de Naples, à plusieurs villes de Dalmatie, y compris Raguse, et à Venise (ibid., 43).

34 Une mise au point de ces problèmes méthodologiques a été proposée par GIOVANNINI 1985, 373-375. Il faut néanmoins remarquer que, depuis cette étude, le sel attire de plus en plus l’intérêt des historiens de l’Antiquité : nous rappelons ici seulement quelques articles de caractère très différent, offrant un cadre assez complet des tendances récentes dans ce domaine : MOINIER 1985 ; TRAINA 1992 ; BALAI)IÉ 1994. Pour quelques questions concernant l’exploitation et l’administration des salines dans le monde antique voir notamment L. I. MANFREDI, Le saline e il sale nel mondo punico, dans RStudFen XX, 1992, 1, 3-14 ; M. YON, The Goddess of the Salt-Lake, dans Studies in Honour of Vassos Karageorghis, Leukosia 1992, 301-306.

35 Sur les différents domaines d’emploi du sel : GIOVANNINI 1985, 373 ; MOINIER 1985, 88-89 ; sur l’utilisation du sel dans l’élevage et dans toutes les activités liées à ce domaine, voir l’utile recueil des sources anciennes dans GABBA & PASQUINUCCI 1979, 148.

36 Le sel avait une utilisation très vaste dans le domaine médical : selon Pline (n. h. XXXI, 45, 98-105), cette substance était utilisée comme médicament contre les morsures de plusieurs insectes et animaux, pour soigner les maux de gorge, les céphalalgies, les « ulcères de la tête », les pustules et les verrues, les maux des yeux, pour le soin des dents, contre les névralgies, les maux du ventre et les engelures. Un résumé des sources anciennes sur l’emploi du sel pour les soins médicaux se trouve dans MOINIER 1985, 90-91.

37 GIOVANNINI 1985, 373. Les différents emplois et les formes de commercialisation du sel ont fait l’objet d’une étude de J. ALEXANDER, The Production of Salt and Salt Trading Networks of Central and Western Europe in 1st Millennium B. C., dans Studi di paletnologia in onore di Salvatore Puglisi, Rome 1985, 563-569. Les modèles théoriques proposés sont intéressants mais ils risquent d’être trop génériques et abstraits, notamment en ce qui concerne l’évolution chronologique de la production du sel tout au cours du premier millénaire.

38 Dion Chrysostome XXXVI, 3 : le passage est cité et traduit par BALADIÉ 1994, 148.

39 F. COARELLI, Il Foro Boario. Dalle origini alla fine della Repubblica, Rome 1988, voir notamment les pages 109-113.

40 A. SIMONS, Eisenzeitlicher Salzhandel von der Nordsee ins Rheinland, dans MBAH V, 1/1986, 27-33.

41 Comme le rappelle GIOVANNINI 1985, 378, ces salines avaient, au début du siècle, un rendement moyen de 50 000 tonnes pour une superficie de 550 ha.

42 Dès 1754 l’aménagement de ces salins fut l’objet des études et des projets de Luigi Vanvitelli (voir l’Introduction de M. CIVITA dans la réédition récente —Barletta 1986— du manuscrit de V. PECORARI, Memoria sulla Regia Salina de Barletta, Naples 1784) ; l’assainissement du lac de Salpi remonte au début du dernier siècle ; à cette époque l’extension du lac a été réduite pour augmenter la superficie des bassins exploitables pour la production du sel : sur ces thèmes voir aussi BALDACCI 1962, 304.

43 Nombre de documents de l’époque médiévale confirment l’importance économique de l’exploitation de ces salins. Nous savons par exemple que l’Église de Cannes exigeait une dîme sur les salins homonymes, au moins à partir de 1224 jusqu’à 1261 : voir à ce propos S. SANTERAMO, Codice Diplomatico Ballettano I, Trani 1924, (réédité à Fasano en 1988), 76 sqq., n. 29. La dynastie angevine a souvent cédé le monopole fiscal sur la vente du sel de ces salins pour financer ses créanciers : voir, par exemple, le « Pact des Salins » de 1306, par lequel Charles II a donné pour trois ans aux banquiers florentins le droit de percevoir les revenus de la gabelle du sel, en redevance de leurs emprunts à la maison royale (S. SANTERAMO, Codice diplomatico Ballettano II, Trani 1931, réédition Fasano 1988, 23 sqq., n. 21).

44 Pour les sources anciennes relatives à Salapia : TINÈ BERTOCCHI 1989 B, 166-167 ; pour l’apparition du toponyme Salinis voir H. PHILIPP, Salpia, dans RE, 1920, col. 2008 :

  • -la Tabula remarque l’existence d’un Salinis à XII milia passas d’Anxanum, et à la même distance d’Aufidenum ;
  • l’Itinerarium Antonini situe Salinis entre Sipontum et Aufidena
  • la Ravennatis Anonymi Cosmographia IV, 31 et le Guidonis Geographica, 22 donnent : Salinis quae et Salapis.

Pour l’analyse de la Tabula Peutingeriana, dont la rédaction remonterait au milieu du IVe siècle ap. J.-C. : L. BOSIO, La Tabula Peutingeriana. Una descrizione pittorica del mondo antico, Rimini 1983, 149 sqq.

45 C’est l’hypothèse d’A. M. TUNZI SISTO, Trinitapoli (FG). Vasche Napoletane, dans Taras XI, 2, 1991, 220-222.

46 Pour la discussion de ce passage de Strabon voir supra, 67 sqq.

47 D’après la typologie de lieux de formation du sel donnée par Pline, n. h. XXXI, 73-80, le sel se forme spontanément sous l’action du vent et du soleil dans les marais salants situés au bord de la mer (stagna) ; il se trouve souvent aussi sur la surface des fleuves (summa fluminum). La distinction plinienne a été reprise par F. de DAINVILLE, Cartes du sel, dans Le rôle du sel, 32 ; voir aussi, sur ce même sujet, le commentaire de MOINIER 1985, 77.

48 Pline, n. h. XXXI, 73-74 : Omnis e stagnis sal minutas atque non glaeba est.

49 Comme l’ont démontré les analyses sédimentologiques de ces terrains : voir à ce propos DELANO SMITH 1978, 30’; DELANO SMITH 1979, 354 sqq.

50 Voir par exemple les salins situés dans la Tabula Peutingeriana sur la côte moyenne de l’Adriatique, au nord de Hatria (Atri), à l’embouchure du fleuve Salinus : ALFIERI 1949, 138. Sur les salines illyriennes voir le recueil des sources fait par TRAINA 1992, 365. Sur l’importance du sel dans l’économie adriatique voir aussi CHEVALLIER 1967, 224, 232.

51 C’est l’hypothèse de GIOVANNINI 1985, 378-379, qui remarque que ce n’est pas un hasard si la première vague de l’expansion romaine en Italie Méridionale a touché justement la Daunie. À travers le contrôle des salines de l’Apulie, à savoir les grandes salines dauniennes et celles de Tarente, d’importance moindre, les Romains visaient à exercer une forte pression sur tous les peuples qui en dépendaient pour leur approvisionnement. L’hypothèse est certainement séduisante, même s’il ne faut pas non plus, comme l’auteur lui-même le souligne (386), réduire ces événements historiques complexes à une pure « stratégie du sel ».

52 Il est utile à ce propos la comparaison avec l’époque moderne : voir les différentes techniques décrites par J. AUDOUY, L’emploi du sel pour la conservation du poisson au XVIIIe siècle, dans Le rôle du sel, 113 sqq.

53 Voir NAVA 1980, I, 139, n. 613, II, pl. CLXXXVIII (homme qui pêche avec un harpon à cinq pointes) ; ibid., I, 158, n. 742 ; II, pl. CCLXIII (bateau avec un personnage qui harponne un poisson).

54 Comme le montrent certains passages d’Aristote (Hist. anim. 596a, VIII, 10) et de Columelle (De Agr. VII, 3), cités par BÂLADIÉ 1994, 164.

55 Varron, R. R. II, 11, 4 ; II, 11, 6.

56 BALADIÉ 1994, 163-165, souligne la présence de tous ces éléments —l’abondance de sel, la qualité extraordinaire du bétail et des poissons— dans la description faite par Hérodote IV, 53, de la région du Borysthène. Bien que, comme Baladié le remarque (165), l’historien ancien semble se borner « à fournir à ses lecteurs les éléments d’une réflexion sur ce sujet, sans aller jusqu’à dégager les rapports de causalité entre les faits qu’il avait constatés ». C’est d’ailleurs la même attitude qu’on constate chez Strabon dans sa description du paysage daunien.

57 Strabon V, 5 sqq.

58 Strabon VI, 3, 9.

59 Voir chapitre II, 67 sqq. et chapitre III.

60 Voir le traité entre deux villes du Péloponnèse, Trézène et Méthana, qui se partageaient les droits de pêche et d’exploitation du sel : IG 2, 76 et 77.

61 Strabon VII, 5, 11 écrit que deux tribus Illyriennes, les Autariates et les Ardiaiens, après avoir inutilement essayé de trouver un accord pour l’exploitation des salines naturelles situées à la frontière de leurs territoires, s’étaient engagés dans un très long conflit armé. Un autre cas célèbre est la guerre entre Rome et Véies, dont l’une des causes a été la possession des salines du Tibre : voir à ce propos GIOVANNINI 1985, 374.

62 Pour la lagune daunienne : Strabon VI, 3, 9 ; pour le Midi de la France : Strabon IV, 1, 7-8. Sur l’importance des ressources environnementales, comme la pêche et le sel, pour l’économie de la région de Marseille voir M. BATS, Définition et évolution du profil maritime de Marseille grecque (VIe-Ier siècle av. J.-C.), dans Actes Cap d’Antibes 1985, 44-45, qui souligne le silence de Strabon à propos des salines de Marseille.

63 Dans ces deux territoires, on observe une politique angevine de monopole serré sur les revenus du commerce du sel ; dans les deux régions, ces droits fiscaux ont été souvent cédés par les Angevins à leurs partenaires commerciaux ou à leurs créanciers : les marchands toscans ou génois dans le Midi de la France, les banquiers florentins dans le sud de l’Italie.
Pour l’analyse de la situation du Midi de la France voir Le rôle du sel, et notamment les communications de E. BARATIER, Production et débouchés du sel de Provence au Bas Moyen Âge, 142 sqq. ; Y. MALARTIC, Le commerce du sel d’Hyères (XIIIe-XVe s.), 1 84 sqq. ; voir aussi Y. GRAVA, La fiscalité du sel. Pouvoir et société en Provence au XIVe siècle. La Gabelle de Berre, dans Le sel et son histoire, Actes du Colloque Nancy 1979, Nancy 1981, 229 sqq. Pour la politique fiscale angevine en Italie Méridionale : G. YVER, Le commerce et les marchands dans l’Italie méridionale au XIIIe et au XIVe siècle, Paris 1902.

64 Sur ces thèmes voir les considérations au chapitre III, 83-84.

65 Le recueil des sources anciennes sur la transhumance entre l’Apulie et le centre de l’Italie se trouve dans GABBA & PASQUINUCCI, 143 sqq.

66 Pour les questions institutionnelles et économiques liées à la transhumance, ainsi que sur les problèmes de continuité et de rupture avec l’organisation de l’époque aragonaise voir GABBA & PASQUINUCCI 1979 ; CORBIER 1988.

67 Pour l’époque républicaine, très important est le témoignage de Cicéron, Pro Cluentio, 161, qui mentionne les contrastes entre pastores et vilici, ces derniers dépendants de Cluentius, l’un des membres de l’aristocratie municipale de Larinum : la dispute avait eu lieu à l’occasion du passage des troupeaux sur les calles, les chemins prévus pour la transhumance. Comme le soulignent GABBA & PASQUINUCCI 1979, 51, et 106-107, le territoire de Larinum devait être au croisement de nombreux « tratturi ». Larino a conservé toute son importance même dans l’organisation aragonaise des chemins de la transhumance : plusieurs documents et cartes montrent que Larinum était sur l’un des trois « tratturi » principaux, qui menait des montagnes des Abruzzes (L’Aquila) aux confins avec les Pouilles (GABBA & PASQUINUCCI 1979, 172, 177).

68 Une liste complète des sources anciennes sur le sujet a été dressée par GABBA & PASQUINUCCI 1979, 148.

69 Il s’agit d’un sceau d’époque républicaine qui porte l’inscription soc(iorum) sal(inatorium) et script(urariorum), publié dans ILLRP 810, mentionné par CORBIER 1988, 153, note 32, qui souligne que « en tout cas, les fortes concentrations de troupeaux coïncident avec la proximité de salins » (156). D’autres attestations plus tardives mentionnent les conductores pasciti et salinarum de la Dace : CIL III, 1209 (inscription d’Apulum) et 1363 (inscription de Veczel) ; AE 1937, 141 ; 1967, 3438.

70 Comme le soulignent GABBA & PASQUINUCCI 1979, 164 sqq.

71 Strabon VI, 3, 9.

72 L’origine de ce passage est attribuée à Posidonius par LASSERRE 1967, 20, suivi par GRELLE 1981, 197.

73 GABBA & PASQUINUCCI 1979, 94; GRELLE 1981, 202.

74 GRELLE 1981, 197 ; sur les manufactures de l’époque impériale, 220. Mais on pourrait se demander si la distinction entre la Daunie méridionale et septentrionale était claire pour Strabon; dans un autre passage (VI, 3, 11) dont la source est probablement Artémidore, il commet une faute évidente, situant Cannes sur le versant septentrional du Monte Gargano (voir supra, chapitre III, 59). Sur l’élevage et sur la transhumance dans le territoire de Canusium à partir du Ier siècle av. J.-C. voir aussi G. VOLPE, dans Principi, 805, avec les références bibliographiques.

75 Pour l’analyse des différents aspects de la production de la laine à Canosa voir A. ACRI, Sulla produzione laniera di Canosa, dans AFLB, 25-26, 1982-1983, 189-200. Sur les témoignages archéologiques d’activités liées à l’élevage et à la production des tissus, notamment dans la Daunie interne (Tiati, Ausculum) et à Canusium, voir ANTONACCI SANPAOLO 1995, 87-91.

76 Pline VIII, 190.

77 Strabon VI, 3, 9.

78 J.-P. MOREL, La laine de Tarente (De l’usage des textes anciens en histoire économique), dans Ktema 3, 1978, 93-110, et notamment 107-108.

79 Voir CORBIER 1988, 158, qui présente aussi (ibid., note 72) un recueil des sources épigraphiques sur la question ; pour les inscriptions de Canusium, voir en outre M. CHELOTTI, R. GAETA, V. MORIZIO, M. SILVESTRINI, Le epigrafi romane di Canosa, I, Bari 1985, n. 170 et 196. Voir aussi F. GRELLE, dans Principi, 687-688: l’inscription funéraire d’une lanipendia, esclave de l’empereur Claude, montre l’existence d’une manufacture impériale.

80 Voir à ce propos F. TINÈ BERTOCCHI, dans Principi, 722-723.

81 Comme le souligne CORBIER 1988, 175.

82 Un exemple éloquent en est le débat sur le commerce des tissus précieux à Sybaris. Nous rappelons à ce propos les pages écrites par J. HEURGON, Sur le manteau d’Alkisthènes, dans Mélanges K. Michalowsky, 445-450 : le fabuleux manteau du riche Sybarite, décrit par le Pseudo-Aristote et par Athénée, aurait été importé de Milet, dans le cadre d’un échange assez régulier de tissus précieux entre ces deux communautés. Contra, voir WILL 1972, notamment 56 sqq., qui considère la tradition sur les manteaux de Sybaris comme un simple topos littéraire, cohérent avec l’image de tryphé et de richesse que les sources anciennes ont accolée à la cité de Grande Grèce.

83 Il s’agit de l’exemplaire (stèle avec des ornements) reproduit par NAVA 1980, n. 585, pl. CLXVIII ; NAVA 1988 B, 128, pl. 159-160.

84 La scène est certainement identifiable dans les exemplaires reproduits dans NAVA 1980, n. 722, pl. CCXXI ; NAVA 1988 B, 66, pl. 79 (stèle avec des ornements); NAVA 1988 B, 184, pl. 198 (stèle avec des ornements) ; NAVA 1980,1, 126, n. 530 ; II, pl. CXLIX, 530 A (stèle de type non identifié) ; NAVA 1980,I, 130-131, n. 565 ; II, pl. CLVIII ; NAVA 1988 B, 124, pl. 155 (stèle avec des ornements) ; NAVA 1980,I, n. 578, II, pl. CLXII (stèle avec des ornements) ; NAVA 1980, I, n. 748, II, pl. CCXLVI ; NAVA 1988 B, 121, pl. 153 (stèle avec des ornements) ; NAVA 1980,I, n. 722, II, pl. CCXXXI ; NAVA 1988 B, 66, pl. 79 (stèle avec des ornements) ; NAVA 1980,I, n. 724, pl. CCXXXII ; NAVA 1988 B, 129, pl. 161 (stèle avec des ornements).

85 Le texte de S. Ferri a été réédité dans NAVA 1988 B, 129-130. Son interprétation découle probablement de la présence d’un oiseau sur le côté droit de la scène ; mais nous croyons que ce sujet animalier, par ailleurs extrêmement courant sur les stèles, ne suffit pas à donner le sens global de la représentation.

86 S. FERRI, dans NAVA 1988 B, 66, pl. 79, stèle n. 0540, 0929 : « Al centro vedrei il feretro (...) coperto ο circondato da una ricca gualdrappa ricamata: nel mezzo potrebbero essere rappresentate le tavole ο le canne della cassa funebre. Ai due lati di essa stanno seduti due personaggi che allungano la mano sulla cassa : in alto due volatili e in basso due altri animali ».

87 L’Arte dei Popoli Italici, Naples 1994, 368-369, pl. 244.

88 NAVA 1980, I, 34, 159, n. 748 ; II, pl. CCXLVI-CCXLVII ; à la page 34, l’auteur remarque que plusieurs autres scènes pourraient être interprétées de la même manière, sans en donner toutefois les références.

89 Des bonnes reproductions graphiques de cette célèbre pièce se trouvent dans Le donne in Etruria, sous la dir. d A. Rallo, Rome 1989, pl. III-IV.

90 Voir par exemple les stèles reproduites dans NAVA 1988 B, 58, n. 69 ; 72, n. 92-94; 73, n. 96, ainsi que la typologie des gants à la page 207. Il faut remarquer qu’un motif décoratif analogue apparaît sur la céramique géométrique de la Daunie méridionale, datée entre le troisième quart du VIIe et le troisième quart du siècle suivant ; pour ce décor voir YNTEMA 1990, 240, fig. 220, n. 23 ; sur cette classe céramique en général voir YNTEMA 1990, 234 sqq. Cette comparaison avec la céramique daunienne pourrait d’ailleurs offrir un appui utile pour la chronologie des stèles.

91 La filature est évidemment une activité féminine par excellence, chargée de significations symboliques importantes dans le monde archaïque. Pour les élites étrusques voir, par exemple, l’article d’A. RALLO, Classi sociali e manodopera femminile, dans Le donne in Etruria, Rome 1989, notamment les pages 151 sqq.
Pour la place du tissage dans l’économie grecque du Ve siècle, voir DESCAT 1995, 323, qui souligne la distribution surtout rurale de ce genre de production. En pays grec, le tissage est parfois utilisé comme métaphore de l’activité politique : voir sur ces thèmes J.-M. MORET, Circé tisseuse sur les vases du Cabirion, dans RA 1991-2, 227 sqq. ; J. SCHEID, J. SVENBRO, Le métier de Zeus, Paris 1994 ; pour les sources archéologiques sur le tissage : A. EIBNER, Die Frau mit der Spindel. Zum Aussagewert einer archäologischen Quelle, dans Hallstatt Kolloquium Veszprém 1984, Budapest 1986, Mitteilungen des Archâologischen Instituts, 3, 1986, 39-48.

92 B. d’AGOSTINO, dans Maschile/femminile, 63-64.

93 R. IKER, dans Herdonia, 60-61. L’auteur remarque la présence de restes chimiques sur le fond et sur les parois des bassins, qui pourraient être des « alcali utilizzati per sgrassare le lane »

94 R. IKER, dans Herdonia, 45 ; 109-110.

95 F. G. LO PORTO, dans Principi, 72 ; pour la description de l’édifice de Toppicelli voir supra, chapitre III, 136 sqq

96 Voir l’analyse très pertinente faite à ce sujet par MUSTI 1980, 107-108.

97 Le caractère du culte de Diomède en Adriatique est évidemment une question très vaste, qui dépasse les limites de notre sujet. Nous nous permettons donc de renvoyer à notre bilan récent sur ce sujet (La légende de Diomède dans l’Adriatique préromaine, dans C. DELPLACE, F. TASSAUX (dir.), Les cultes polythéistes dans l’Adriatique romaine, Bordeaux, Ausonius, 2000, 11-26).

98 LEPORE 1980, 320 sqq. Ce lien avec la maîtrise des chevaux se manifeste en Daunie dans l’onomastique : Diomède fonde en Daunie une ville (Arpi) nommée Argos Hippios ; Euippe est le nom de la fille du roi Daunios, que Diomède aurait épousée, selon l’une des versions du mythe (Antoninus Liberalis 37). Derrière cette terminologie, Lepore voit le résultat d’un synchrétisme religieux entre un substrat mycénien et la révision du mythe opérée par l’epos homérique. C’est ainsi que la figure divine mycénienne, liée au monde animal —aux chevaux, aux loups— est réintégrée dans le panthéon grec sous la forme héroïque qui lui est donnée par Homère. Le lien entre Diomède et les chevaux a été refusé par MASTROCINQUE 1987, 84 : à son avis, la connexion entre le culte de Diomède et des chevaux, profondément enracinée dans la région vénète, doit être expliquée comme une particularité des cultes funéraires des Vénètes.

99 LEPORE 1980, 322, attribue un rôle important dans la transmission de ces valeurs à l’élément corinthien, probablement à travers l’intermédiaire de Kerkyra. Il est vrai qu’il nous manque, jusqu’à présent, la preuve archéologique de ces relations entre la Daunie et cette partie de l’Adriatique orientale.

100 Comme l’observe LEPORE 1980, 321, dans l’armée daunienne, et plus en général en Apulie, « i rapporti tra cavalleria e fanteria non sono rapporti tradizionali, sono rapporti squilibrati in favore della cavalleria »; sur ces thèmes voir aussi E. LIPPOLIS, M. MAZZEI, dans Daunia antica, 1984, 229 ; VOLPE 1990, 71.

101 Dion. Hal. XX, 3, 2.

102 Polybe II, 24, 12.

103 Tite-Live XXIV, 20, 16.

104 Varron R. R. II, 7, 1, sur les troupeaux de chevaux en Apulie; II, 7, 6, sur la bonne qualité des chevaux de la région ; II, 10, 11, sur les élévages en Apulie et en Lucanie.

105 Strabon VI, 3, 9.

106 Ici comme en Grèce: voir à ce propos Coppa Nevigata 1987, 206-207: les premiers spécimens de chevaux auraient probablement été importés en Italie depuis le nord-ouest, le sud de la France et le nord des Alpes.

107 Voir chapitre V, A. 5. 1.

108 NAVA 1980, 33-35 : les scènes de chasse au cerf sont notamment représentées sur les stèles « aux armes » de type I, II et III, ainsi que sur les stèles « aux ornements » du III type ; les scènes de combats à cheval se trouvent notamment sur des stèles « aux armes » de type I et II, ainsi que sur des stèles « aux ornements » de type III. Elles sont indiscutablement le sujet le plus fréquemment attesté sur les stèles.

109 Pour le dossier sur ces témoignages du culte des chevaux à Lavello et pour l’analyse de l’iconographie du dompteur des chevaux : M. TAGLIENTE, I signori dei cavalli nella Daunia di età arcaica, dans AFLPer XXIII, n. s. IX, 1985/1986, 1, 305-321.

110 On dispose d’une simple mention de cet intéressant contexte, faite par S. BOLDRINI, Canosa. Via San Paolo, dans Taras. Notiziario XVI, 1996, 45-48.

111 Strabon V, 1,4: Denys avait fait venir du pays des Hénètes les chevaux de concours de son haras ; sur le commerce des chevaux de Vénétie voir aussi V, 1,9. La source probable des deux passages est Timée.

112 Voir par exemple les statuettes de chevaux retrouvées dans le sanctuaire de S. Pietro Montagnon, près de Padoue, offertes probablement en substitution du sacrifice réel : MASTROCINQUE 1987, 82.

113 MASTROCINQUE 1987, 80: une tombe de la nécropole de Canal Bianco comportait trois chevaux, dont deux attelés à un char; voir aussi, dans BRACCESI 1990, pl. 22, la reproduction d’une tombe de cheval d’Adria, datée du IIIe ou du IIe siècle.

114 Pour les découvertes archéologiques des sépultures de chevaux en Vénétie voir MASTROCINQUE 1987, 79-80: plusieurs tombes de chevaux ont été retrouvées à Este, à Aitino et à Padoue : elles datent pour la majorité du Ve siècle. Pour les tombes de chevaux à Padoue voir aussi BRACCESI 1988, 142.

115 BERGONZI 1981, 31, signale la présence en Slovénie de quelques sépultures de chevaux ; dans la tombe Novo Mesto IV, 3, un riche guerrier a été enseveli avec un crâne de cheval ; d’autres sépultures de chevaux, isolés ou avec le chevalier, sont attestées à Brezje (voir ibid., note 186).

116 G. LEONARDI, M. DI PILLO, Padova : area archeologica del C. U. S. Piovego: relazione preliminare della campagna di scavo 1989, con note metodologiche, dans Quaderni di archeologia del Veneto, VI, 1990, 30-31, pl. 16-20.

117 Pour le commerce de chevaux en Vénétie : BEAUMONT 1936, 189-191 ; ΒRACCESI 19772, 103 ; RENDIC MIOCEVIC 1963, 109. LEPORE 1980, 318, souligne que, selon Strabon, les juments de Vénétie n’étaient jamais offertes ni vendues pour éviter de reproduire ailleurs une race concurrentielle. Sur le commerce des chevaux de Vénétie voir aussi COLONNA 1974, 19 ; à la note 75, il suppose que ce sont des chevaux de la Vénétie qui sont ensevelis avec les biges dans des tombes de Castro et de Populonia.

118 Comme l’a bien souligné MELE 1979, 61, les poèmes homériques attestent l’importance de cette activité, à la limite entre les échanges proprement dits et la piraterie. Selon HASEBROEK 1984, 349-350, le commerce des hommes —presque constamment des étrangers ou des prisonniers de guerre— est même l’une des plus anciennes formes d’échange, qui a dû se rendre bientôt indépendante du don ou de la razzia. Ce trafic est d’ailleurs l’activité marchande la plus fréquemment mentionnée dans les poèmes homériques.

119 D’AGOSTINO 1980, 255 ; D’AGOSTINO 1991, 42-43.

120 Sur les rites funéraires en Apulie : DE JULIIS 1988 C, 22-23. Pour la côte ionienne de la Basilicate : voir la carte typologique des sites du VIIIe siècle publiée par S. Bianco, dans Siris-Polieion, pl. 2, ainsi que la description des nécropoles ioniennes rédigée par S. Bianco, dans Armi Lucania, 10-16 : les sépultures en position recroquevillée sont diffusées à S. Maria d’Anglona, à l’Incoronata et dans plusieurs sites mineurs qui longent la vallée du Bradano et du Basento.

121 Pour la céramique daunienne à Pithécusses : BUCHNER 1966, 10, pl. XCIX, 3 ; plus en général sur la diffusion tyrrhénienne de cette céramique, voir supra, 295-297.

122 Strabon V, 4, 2 : les Frentans sont dépeints comme des hommes farouches, accrochés sur leurs rochers, d’où ils tendaient leurs embuscades aux malheureux marins de passage ; leurs huttes étaient bâties avec les restes des épaves. Sur la piraterie en Adriatique voir infra, chapitre IX.

123 L’importance de cette inscription est soulignée par BEAUMONT 1936, 189, suivi par FREY 1969, 72. COLONNA 1974, 19, accepte cette interprétation et souligne que le même nom se trouve sur un « graffito » de Gravisca.
Contra voir ZUFFA 1975, 177-178, note 27, pour lequel l’inscription du vase est l’une des « semplici, usualissime annotazioni didascaliche » lesquelles « non consentono, quindi, alcuna discussione in materia di primitiva etnologia italica »; les hommes représentés sur ce vase seraient des personnages déguisés en Satyres et non pas des esclaves. Toutefois, Zuffa aussi est persuadé que « Corinto prima e Atene poi (...) facessero incetta di schiavi tra le popolazioni "barbare" della dorsale appenninica ».

124 Pour le mobilier : DI NIRO 1981 B, 36-37. Pour la céramique d’imitation daunienne voir supra, 304 sqq.

125 D’AGOSTINO 1980, 260, suivi par TAGLIAMONTE 1996, 107. Il faut évidemment souligner que toute anomalie par rapport aux rites funéraires traditionnels doit être évaluée à l’intérieur de chaque contexte.
Par exemple, il me paraît qu’une interprétation opposée doit être attribuée à la sépulture de Teramo, où un jeune individu recroquevillé a été déposé à l’intérieur d’un double cercle ; son mobilier, déposé au-dessus de la dalle de couverture et dans un enclos près du cercle, comportait des bronzes et des armes, une olla « di impasto », un « attingitoio » et une « tazza buccheroide » (D’ERCOLE 1988, 60, note 30). Il me paraît qu’on doit plutôt penser dans ce cas, à un étranger (picénien?) de rang élevé, intégré au sein de cette communauté des Abruzzes.

126 L’inhumation recroquevillée est en effet répandue dans plusieurs régions de l’Adriatique préromaine, dans le Picenum (LOLLINI 1976, 177) ainsi qu’en Libur-nie (BATOVIC 1973 C, 343), et dans toute l’Apulie antique. Par exemple, on peut tout juste supposer la provenance japige des inhumés recroquevillés découverts à Posei-donia-Santa Venera (tombes du Ve siècle) et à Megara Hyblaea (les deux cas avec la bibliographie relative, sont cités par TAGLIAMONTE 1994, 72 et 102).

127 Signalées par TAGLIAMONTE 1996, 10, qui pense à l’origine servile des deux défunts recroquevillés.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable