Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Importuosa Italiae litora

 | 
Maria Cecilia D’Ercole

VII. La céramique daunienne

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos les remarques de G. BERGONZI, dans Actes Manfredonia 1980, 279 sqq. Pour le bilan (...)

1La céramique à décor géométrique produite en Daunie est l’un des biens qui ont été certainement exportés à l’époque archaïque, comme le montrent les nombreuses découvertes archéologiques en Campanie et en Adriatique. Heureusement, nous disposons aujourd’hui d’études typologiques très approfondies et détaillées qui ont clairement montré les dynamiques de production et de circulation de la céramique daunienne. En revanche, nous ne connaissons que de manière approximative les variations quantitatives de ces trafics dans chaque région, au fil des différentes périodes historiques1 ; par conséquent, le cadre que nous allons dessiner pourrait encore sensiblement changer dans le futur.

LES CENTRES DE PRODUCTION ET LES EXPORTATIONS

  • 2 MAYER 1914.
  • 3 Ο.-H. FREY, Der Ostalpenraum und die antike Welt in der frühen Eisenzeit, dans Germania 44, 1966, (...)
  • 4 À côté des typologies d’ensemble de la céramique daunienne proposées par E. M. De Juliis et par D. (...)

2En 1914, M. Mayer avait ébauché la première esquisse de la typologie et de la diffusion de la céramique daunienne2. Après avoir été pendant longtemps délaissée, la question a été reprise par O. Frey, qui a dressé une liste des exemplaires retrouvés en Adriatique septentrionale, posant en même temps le problème de sa circulation commerciale3. Quelques années plus tard, E. M. De Juliis et D. Yntema ont abordé le sujet de manière approfondie, par des critères de classement typologique qui ont amené à des résultats partiellement divergents4.

  • 5 DE JULIIS 1977 A ; DE JULIIS 1977 E ; DE JULIIS 1978 ; pour une reprise plus récente voir E. DE JU (...)
  • 6 Cette production, due à l’influence des régions grecques périphériques, se serait implantée en Apu (...)
  • 7 DE JULIIS 1977 A, 35-37 ; cette phase est attestée à Arpi, à Herdonia, à Salapia, à Castelluccio d (...)
  • 8 DE JULIIS 1977 A, 38 sqq. : la céramique du « Subgeometrico Daunio II » serait diffusée dans toute (...)
  • 9 DE JULIIS 1977 A, 56 sqq. Cette phase de la classification De Juliis a intégré la céramique « List (...)
  • 10 DE JULIIS 1977 A, 72 sqq.
  • 11 DE JULIIS 1977 A, 81 ; DE JULIIS 1977 E, 42 sqq. ; DE JULIIS 1978, 16 sqq.
  • 12 Deux vases archaïques de Canosa ont été retrouvés à Caere, deux à Chiusi ; les vases de la vallée (...)
  • 13 DE JULIIS 1977 A, 81.
  • 14 DE JULIIS 1977 A, 84-85 : les découvertes de Belmonte Piceno, Grottammare, Cupramarittima, Fabrian (...)
  • 15 DE JULIIS 1977 A, 86.

3Entre 1977 et 1978, E. M. De Juliis a publié sa typologie de la céramique daunienne, qui a été la première définition complète et systématique des centres de production, des voies de diffusion5 et des phases chronologiques. Le commencement de la production daunienne (le « Geometrico Protodaunio ») est situé aux IXe-VIIIe siècles ; cette nouvelle céramique serait issue de la grande famille du « Protogeometrico japigio » (fin du XIe-début du Xe siècle)6. La production daunienne proprement dite se serait développée ensuite au fil de quatre siècles, de la fin du VIIIe à la fin du IVe siècle. Elle a été répartie par De Juliis dans trois phases successives : le « Subgeometrico Daunio I » (700-550 av. J.-C.)7 ; le « Subgeometrico Daunio II » (550-400 av. J.-C.)8 et le « Subgeometrico Daunio III » (400-300 av. J.-C.). Si la deuxième phase correspond à l’apogée de cette production, la troisième rentre désormais dans une tradition décorative différente, marquée par l’introduction d’un répertoire figuratif végétal, de dérivation hellénisante9. Canosa, Herdonia et Ascoli Satriano seraient les principaux centres de production10. Quant à la distribution de cette céramique, De Juliis a été le premier à relever l’existence de deux directrices fondamentales : l’une, intérieure, dirigée vers la Campanie ; l’autre, transadriatique, qui touchait le Picenum et encore plus, la côte slave11. L’itinéraire tyrrhénien, très ancien, a exploité trois voies fluviales : l’axe Ofanto-Sele, qui aboutissait à Cairano et à Sala Consilina, l’axe Carapelle-Calaggio-Calore, qui touchait l’Hirpinie (Trevico, Abella, Nola, S. Valentino, Suessula et Capoue) et un troisième axe, moins fréquenté, qui passait par les fleuves Fortore et Tammaro et se terminait à Teanum Sidicinum. Le deuxième, grand réseau de circulation touchait plusieurs régions du pourtour adria-tique : le Picenum à l’ouest, l’Istrie et la Dalmatie à l’est. La concentration la plus remarquable de céramique s’observe dans les îles du golfe du Kvarner et dans la péninsule de Zadar, surtout à Nin et en deuxième rang, plus à l’intérieur des terres, dans la Basse Carniole, entre les fleuves Kupa et Sava. En outre, des circuits secondaires ont touché l’Étrurie méridionale et la vallée du Pô par deux intermédiaires différents, la Campanie étrusque et le Picenum12. Quant à la chronologie des exportations, le courant dirigé vers la Campanie (Pontecagnano, Pithécusses) débuterait au VIIIe siècle, plus précisément au dernier quart de ce siècle13, alors que l’itinéraire vers Teanum Sidicinum aurait été parcouru surtout à la fin du VIe siècle ; les exportations vers le Picenum dateraient du VIIIe à la fin du VIe siècle (« Protodaunio », « Daunio I » et « II »)14 ; celles vers la côte orientale dateraient du VIIIe au VIe siècle15.

  • 16 Que nous avons exposées au chapitre I, 27 sqq.
  • 17 Par exemple, voir R. STACCIOLI, La ceramica daunia, i Liburni e la « koiné culturale » adriatica, (...)
  • 18 Par exemple, COLONNA 1980, 274, note 66 : « non riesco a persuadermi che un così imponente movimen (...)
  • 19 Voir à ce propos les considérations dans le chapitre I.

4De Juliis a attribué aux Liburniens le rôle de protagonistes actifs de ce commerce, s’appuyant sur des documents archéologiques et sur les textes16. Sa théorie a reçu le soutien convaincu des uns17 et les réserves d’autres chercheurs18. En tout cas, son interprétation du commerce de la céramique daunienne a sûrement contribué à former une image particulière de cette civilisation, comme nous l’avons souligné plus haut19.

  • 20 YNTEMA 1979.
  • 21 YNTEMA 1985; YNTEMA 1990.
  • 22 Le groupe du « South-Italian Protogeometric » comprend un large ensemble de céramiques méridionale (...)
  • 23 YNTEMA 1990, 220.

5Dans les mêmes années, en 197920, D. Yntema a publié ses recherches sur la céramique géométrique daunienne, reprises et élargies en 1985 et en 1990 à l’étude d’ensemble sur les céramiques peintes indigènes d’Italie Méridionale21. D’après Yntema, les productions subgéométriques dauniennes se seraient formées au sein du « South-Italian Protogeometric » (abrégé « SIPG », XIIe-début du IXe siècle) et du « South-Italian Early Geometric » (abrégé « SIEG », IXe siècle)22, deux grandes familles répandues dans une large partie de l’Italie Méridionale. La chronologie initiale de la céramique daunienne demeure assez incertaine, à cause du nombre limité des découvertes23. Elle comprendrait deux sous-périodes, correspondant en partie au « Geometrico Protodaunio » de De Juliis :

  1. le « Daunian Middle Geometrie » daté de la fin du IXe jusqu’à la fin du VIIIe siècle24 ;
  2. le « Daunian Late Geometric », daté de la première moitié du VIIe siècle25. Yntema montre à juste titre, une grande prudence dans l’identification des centres de fabrication, vu le nombre réduit des exemplaires connus26. Il me semble toutefois que quelques fragments découverts dans des fours de potiers de Canosa pourraient appartenir au « Daunian Middle Geometric »27 et au « Daunian Late Geometric »28. Si cette attribution est exacte —et seule une analyse directe pourrait la confirmer— elle prouverait une continuité de production à Canosa depuis les premières phases de vie de cette céramique.

Fig. 74 — Diffusion du « Daunian Late Geometric » (dernier tiers du VIIIe-début du VIIe siècle avant J.-C., d'après YNTEMA 1990).

  • 29 Des fragments du « Daunian Middle Geometric » proviennent de l’Istrie (Nesac-tium) et de la Dalmat (...)
  • 30 Cette céramique a été retrouvée dans le Picenum, à Belmonte et à Ancône ; en Dalmatie, à Nin ; en (...)
  • 31 YNTEMA 1990, 231 : découvertes en Campanie, à Pontecagnano, Suessula/ Cancello, San Valentino Tori (...)
  • 32 Découvertes en Basilicate, à Ripacandida (dans le Melfèse) et à l’Incoronata : YNTEMA 1990, 231. P (...)

6Quant à la circulation des céramiques dauniennes, Yntema constate qu’elles sont largement exportées dès leur origine ou presque (fig. 74). En particulier, le réseau vers le nord de l’Adriatique est attesté dès le début de la production29. À la route adriatique30 s’ajoutent les parcours en direction de la Campanie, jusqu’à Pithécusses31, et vers la côte ionienne32.

Fig. 75 — Diffusion du « South Daunian Subgeometric I » (SDS I : milieu du VIIe milieu du VIe siècle avant J.-C. environ, d’après YNTEMA 1990).

  • 33 YNTEMA 1990, 220, remarque que cette différence substantielle avait déjà été observée par MAYER 19 (...)
  • 34 YNTEMA 1979 ; YNTEMA 1990, 234-248.
  • 35 L’appellation originaire de « Foot-Krater Class », attribuée à ce groupe par YNTEMA 1979, 10 sqq.,(...)
  • 36 Pour les éléments de chronologie : YNTEMA 1979, 10-12 date le début de cette production à la deuxi (...)
  • 37 En effet, cette céramique a été pour un certain temps attribuée à Ruvo (DE JULIIS 1977 A, 78-79, d (...)
  • 38 F. G. LO PORTO, dans Principi, 74-75, avec la bibliographie antérieure. À vrai dire, YNTEMA 1990, (...)
  • 39 Pour les fours de potiers de Canosa, via Bacone : DE JULIIS, dans Actes Manfredonia 1980, 15.
  • 40 L’hypothèse d’YNTEMA 1990, 244, se fonde sur les caractères particuliers des exemplaires retrouvés (...)
  • 41 YNTEMA 1979, 13. Soixante-huit exemplaires ont été retrouvés sur la côte orientale, quantité qui e (...)
  • 42 Pour la distribution voir YNTEMA 1990, 242 ; pour la liste détaillée des découvertes, voir YNTEMA (...)
  • 43 Une olla daunienne a été récemment retrouvée dans une tombe de Serra di Vaglio, publiée par GRECO (...)

7Dès le milieu du VIIe siècle, les différences locales entre les productions dauniennes deviennent bien plus évidentes. La classification de D. Yntema pose l’accent sur ces variantes régionales33 et sur le différent rôle qu’elles ont pu jouer. Un premier groupe homogène d’ateliers se situerait dans la basse vallée de l’Ofanto, autour de Canosa et de Salapia (« South-Daunian »). La production la plus ancienne, le « South-Daunian Subgeometric I » (SDS I)34, com! porte plusieurs formes, dont la plus caractéristique est le grand cratère à pied conique (« Foot-Krater »)35 (fig. 76 A). Sa chronologie se situe de 650/ 625 jusqu’à 550/52536. L’un, et probablement le plus important, de ses centres de production a certainement été Canosa ; les derniers doutes37 ont été dissipés par la découverte de fours avec des fragments de cette classe de céramique à Toppicelli38 et dans le centre urbain de Canosa, près du forum de la colonie d’époque impériale39. Un autre centre de production se trouvait probablement autour de Melfi40. Cette céramique a largement circulé dans la basse vallée de l’Ofanto (Canosa, Barletta, Cannes, Minervino, Lavello, peut-être Ruvo), ainsi que dans la vallée moyenne du même fleuve (Melfi Chiuchiari et Pisciolo, Ripacandida, Banzi). Mais, ce qui est pour nous plus important, les produits de ces ateliers de la Daunie méridionale ont eu une diffusion extrêmement vaste (fig. 75). Des vases du SDS I ont été retrouvés en Peucétie, autour de Bari, dans la vallée du Bradano, dans la vallée du Sele (Sala Consi-lina) et en Étrurie. Dans le pourtour adriatique, cette céramique est attestée dans le Salento, sur le Gargano, dans le Picenum, dans la vallée du Pô. Sur la côte orientale, on la retrouve en Istrie, notamment à Nesactium, en Dal-matie, en Slovénie et sur les côtes liburniennes, particulièrement à Nin. La quantité la plus considérable des exportations se trouve dans le Picenum, en Dalmatie et en Istrie ; la moitié environ des vases retrouvés en Adriatique orientale doit être attribuée à cette classe41. La liste des découvertes dressée par Yntema42, ne cesse de s’enrichir : il faut, par exemple, y ajouter les récentes trouvailles de Serra di Vaglio43.

  • 44 YNTEMA 1979, 3, pl. 2. a-b ; YNTEMA 1990, 238-239, pl. 219.
  • 45 YNTEMA 1979, 18-19.
  • 46 Comme le montre la reproduction photographique du mobilier de la tombe 1/75, publié par LO PORTO 1 (...)
  • 47 Ce fragment est reproduit par F. G. LO PORTO, dans Principi, 74, n. 4 ; c’est la paroi d’un vase d (...)

8Or, les dynamiques de circulation de cette céramique peuvent être mieux précisées grâce à une distinction typologique encore plus approfondie, fondée sur les schémas figuratifs44 (fig. 76 C-D). Le premier type de décor, le schéma « A » (fig. 76 C), plus élaboré, se retrouve presque constamment sur les vases exportés. Le schéma « B », bien plus simplifié (fig. 76 D), est en revanche courant sur les vases destinés à la circulation locale, retrouvés en Peucétie et en Daunie. Il y aurait donc une sorte de spécialisation dans la fabrication même des vases sur la base de leur destination45. Or, il est intéressant de noter que justement les vases à décor plus complexe apparaissent dans les riches tombes de Toppicelli46 et qu’on pourrait reconnaître ce même schéma décoratif dans l’un des tessons du four de Toppicelli47.

Fig. 76 — A : Cratère daunien du SDS I (« Foot-Krater Class ») ;
Β : Imitation de Dragatus, Slovénie (d’après YNTEMA 1990) ;
C : Schéma décoratif des « Foot-Kraters », type A ;
D : Schéma décoratif des « Foot-Kraters », type Β (d’après YNTEMA 1990).

  • 48 YNTEMA 1990, 249-271. La chronologie de cette céramique découle des associations avec du matériel (...)
  • 49 YNTEMA 1990, 267.
  • 50 YNTEMA 1990, 257 : la céramique daunienne se trouve, en cette période, à Nesactium, Pula, Nin, Num (...)

9La situation semble radicalement changer pendant la phase successive, le « South-Daunian Subgeometric II », répartie dans les sous-périodes A (troisième quart du VIe-deuxième quart du Ve siècle) et Β (450-375/350 av. J.-C.)48. Cette production a été plutôt répétitive et monotone tout au cours de sa longue durée49. Quant à sa distribution, on retire l’impression que les circuits adriatiques et ioniens sont encore actifs, alors que le tyrrhénien a disparu50. Mais, à regarder de plus près, cette impression de continuité se révèle fausse : en fait, seuls les vases les plus anciens de cette série ont été exportés vers le nord de l’Adriatique.

  • 51 YNTEMA 1979, 35 ; YNTEMA 1990, 257.
  • 52 G. BERGONZI, Ceramica daunia nell’alto Adriatico, dans Preistoria Caput Adriae, 177-188 ; voir not (...)

10Ce rigoureux classement typologique a permis à Yntema de conclure que les exportations vers le Caput Adriae ont dû s’arrêter autour de 525 av. J.-C., donc au moment précis de la pénétration régulière de produits grecs dans cette mer51. Selon G. Bergonzi, ce déclin des exportations n’a pas concerné en même temps toutes les régions adriatiques. Ainsi, les exportations dau-niennes dans la Haute Adriatique, en Slovénie et en Istrie n’auraient pas dépassé la première moitié du VIe siècle, alors que dans le Picenum et en Liburnie elles semblent encore attestées entre la seconde moitié du VIe et le Ve siècle52. En tout cas, l’impression générale est qu’à partir du dernier quart du VIe siècle, la circulation de la céramique indigène est devenue de plus en plus régionale, limitée à la Daunie côtière et aux vallées des fleuves Carapelle (Ascoli, Ordona) et Ofanto (Lavello, Melfi).

  • 53 YNTEMA 1990, 287.
  • 54 YNTEMA 1990, 292-293. Le début de cette production s’appuie sur la datation de la tombe 279 de Lav (...)
  • 55 Voir YNTEMA 1990, 294 et la carte de distribution à la page 293, pl. 278.
  • 56 YNTEMA 1990, 294, note 369, remarque qu’au moins l’un, et peut-être deux des vases de Termoli (rep (...)
  • 57 YNTEMA 1990, 294 ; pour le vase, voir LISICAR 1973, pl. X, n. 31, A.
  • 58 YNTEMA 1990, 305.

11Les céramiques du nord de la Daunie ont été produites dans les sites de la plaine du Tavoliere, notamment à Ordona et à Ascoli Satriano. La chronologie de ce groupe est plus difficile à déterminer, car les contextes datés sont plus rares53. La production du « North-Daunian Subgeometric » (NDS I) aurait commencé vers le dernier tiers ou le dernier quart du VIIe siècle, pour se tarir dans les dernières années du VIe siècle54. La distribution de cette céramique touche plusieurs sites de la Daunie intérieure et septentrionale: deux centres côtiers, Salapia et Siponto ainsi que la vallée intérieure de l’Ofanto jusqu’à Melfi. Elle remonte, probablement à travers l’itinéraire fluvial Ofanto-Sele, jusqu’au versant tyrrhénien (Pontecagnano) et rejoint quelques sites de l’Irpinie, comme Nola et Suessula55. Sur l’Adriatique, Termoli est la localité la plus septentrionale où cette céramique a été exportée56, empruntant probablement un chemin intérieur, le parcours du fleuve Candelaro. Un seul exemplaire du NDS I proviendrait de Vis ou de la région de Zadar57. La distribution de la céramique daunienne septentrionale s’est donc produite par des itinéraires presque exclusivement terrestres, empruntées en même temps par d’autres biens, tels les antéfixes ou le bucchero provenant de la Campanie. La dernière phase des céramiques subgéométriques du Tavoliere est le « North-Daunian Subgeometric II » (NDS II). Sa production commence autour de 500 av. J.-C. et se prolonge tout au long de ce même siècle. Sa diffusion est alors strictement régionale : à ce moment, cette céramique « had ceased to fonction as an exchange article »58.

  • 59 Pour le fragment de Campomarino : GRAVINA & DI GIULIO 1982, 102, pl. 43, n. 2, pl. 55, n. 10 ; pou (...)
  • 60 GRAVINA & DI GIULIO 1982, 101, pl. 54, n. 7. Voir YNTEMA 1990, 33, n. 8 (pour le décor) et 31 sqq. (...)
  • 61 Voir les fragments dans GRAVINA & DI GIULIO 1982, 79, n. 1, 102, pl. 55, n. 7 ; pour le « Daunian (...)
  • 62 GRAVINA & DI GIULIO 1982, 102, pl. 55, n. 9 ; pour les comparaisons, voir un askos de Salapia dans (...)
  • 63 GRAVINA & DI GIULIO 1982, 102, pl. 55, n. 12, probablement aussi le fragment à la page 80, pl. 33, (...)

12Ce cadre général nous permet de mieux entrevoir à la fois les « microrégions » de production et les grands axes des exportations. À l’heure actuelle, nous pouvons mieux préciser le chemin adriatique de cette céramique, ajoutant les données archéologiques de Campomarino et de quelques sites des Abruzzes, qui n’ont pas été prises en compte par Yntema. Il nous semble possible d’attribuer certains des fragments de céramiques de Campomarino aux productions de l’Apulie Septentrionale (fig. 77, A, C, Ε, H, I, N, O). Ils présentent, en effet, des analogies pointues avec des fragments de Salapia, classés par Yntema dans le « South-Italian Protogeometric » (SIPG), daté de la fin du XIIe à la fin du Xe ou au début du IXe siècle59 (fig. 77 Β). D’autres fragments de Campomarino pourraient être attribués au « South-Italian Early Geometrie » (IXe siècle)60 (fig. 77 D). On trouve également des motifs qu’on pourrait rapprocher du « Daunian Middle Geometric »61 (fig. 77 F-G) et du « Daunian Late Geometrie »62, et finalement des tessons qui semblent appartenir au SDS I63 (fig. 77 N-O).

13Ces propositions d’attribution typologique attendent évidemment les résultats définitifs de la fouille de Campomarino, en cours d’édition. Si ces hypothèses devaient s’avérer, on pourrait en tirer deux conséquences : en premier lieu, on pourrait déplacer plus au nord, jusqu’à l’embouchure du Biferno, la limite actuellement attribuée aux céramiques protogéométriques du sud-est de l’Italie (fig. 74-75). En outre, si la présence de la céramique du SDS I devait être confirmée, Campomarino pourrait être considéré comme une autre étape possible du parcours maritime occidental de cette céramique.

  • 64 Sur les attestations de céramique daunienne dans les Abruzzes voir supra, chapitre I, 25-26, et en (...)
  • 65 Comme le remarquait A. RADMILLI, dans Actes San Severo 1980, 203, les découvertes proviennent de s (...)
  • 66 LUNI 1995, 216.
  • 67 N. PETRIC, Finds of Apulian Geometric Pottery in Central Dalmatia, dans Taras XIII, 1-2, 1993, 217 (...)
  • 68 Il s’agit des quelques fragments de céramiques à figures rouges et de Gnathia découverts sous la c (...)

14La même fonction d’escales maritimes semble pouvoir être attribuée aux sites des Abruzzes (Pescara, Atri, Montebello di Bertona) qui ont livré, en quantité limitée mais significative, des fragments de céramique daunienne. En effet, au tableau de distribution dessiné par Yntema, il faut désormais ajouter les fragments de plus en plus nombreux, retrouvés sur la côte des Abruzzes, appartenant à la production daunienne du VIIIe siècle, voire plus ancienne64. Dans cette première phase (VIIIe-milieu VIIe siècle), la voie adriatique occidentale apparaît ainsi jalonnée par une série à peu près continue de mouillages qui amène jusqu’au Picenum65. Après avoir parcouru cette route et franchi les pas des Apennins entre l’Ombrie et les Marches, des vases dauniens seraient arrivés à Chiusi66. Cette voie adriatique a pu être utilisée en parallèle avec le chemin oriental, comme l’attestent des fragments analogues retrouvés dans la Dalmatie centrale et dans les Abruzzes (Colle del Telegrafo)67. Les découvertes dans le centre urbain d’Atri pourraient montrer que ces échanges avec l’Apulie se poursuivent même à une époque plus récente, au Ve et au IVe siècle av. J.-C.68

Fig. 77 — A, C, Ε, H, I, Ν, Ο : tessons de Campomarino (d’après GRAVINA&DI GIULIO 1982);
Β : askos de Salapia, SIPG,Xe s. (d’après YNTEMA 1990) ;
D : motif décoratif du SIEG,IXe s. (d’après YNTEMA 1990) ;
F : cruche « Daunian Middle Geometric » (d’après YNTEMA 1990) ;
G : fragment de Canosa (d’après ROSSI 1982) ;
L-M : motifs décoratifs du « Daunian Middle Geometrie » (d’après YNTEMA 1990).

LES IMITATIONS DE CÉRAMIQUE DAUNIENNE

  • 69 Voir un cratère de Dragatus, décoré d’une ligne de triangles incisés entre les anses, daté de la p (...)
  • 70 Sur les caractères de ces productions frentanes qui imitent la céramique daunienne : TAGLIAMONTE 1 (...)
  • 71 Comme le suppose DI NIRO 1990, 119: YNTEMA 1990, 317-318.
  • 72 Termoli, t. 4 : DI NIRO 1981 B, 24-25, n. 2-3, pl. 12, 2-3. Le n. 2 est sûrement d’importation, pl (...)
  • 73 Voir deux coupes avec le même motif, à trapèze ou à queue d’aronde, DI NIRO 1981 B, 25, n. 4-5, pl (...)
  • 74 Voir les vases publiés dans DI NIRO 1981 B: une coupe de la t. 14, 37, n. 1, pl. 15 ; une olla et (...)
  • 75 Ces vases du Molise répètent l’élément qui est le plus caractéristique du décor de la céramique su (...)
  • 76 C’est un vase plastique en forme de chien, publié par DI NIRO 1981 B, 21, n. 1, pl. 11,1. Il est d (...)
  • 77 Pour les deux exemplaires de Larino voir A. DI NIRO, dans Actes Manfredonia 1980, 37, pl. 1.

15La céramique daunienne a été non seulement exportée, mais aussi imitée. Ce phénomène peut être observé dans deux régions très éloignées et sans rapport direct entre elles : la Slovénie et le Molise. Au cours du VIe siècle, on trouve en Slovénie des imitations des grands cratères à pied conique du SDS I, qui sont reproduits avec un décor très simplifié69 (fig. 76 Β). Dans le Molise, plusieurs vases de Termoli et de Guglionesi montrent des formes et des motifs empruntés à la céramique archaïque du Tavoliere (NDS I)70. De surcroît, cette céramique d’imitation présente des caractères différents à Guglionesi et à Termoli, fait qui sous-entend l’existence de plusieurs ateliers locaux71. À l’origine de ces imitations, il y a probablement eu des importations. À Termoli, au moins un exemplaire, peut-être deux, semblent avoir été importés de la Daunie : il s’agit d’un type de cruche à anses surélevées, décorée des trapèzes à côtés allongés, concaves, typiques du NDS I (fig. 78 D), datant du VIe siècle72. Vases importés et vases imités sont associés, dans un cas, dans le même mobilier73. D’autres imitations de la céramique daunienne, le plus souvent des coupes ou des ollae, sont également attestées dans les mobiliers de Termoli au cours du VIe siècle74 (fig. 78 Β et D). Ces vases reproduisent de manière plutôt monotone les motifs du NDS I : en particulier, on trouve souvent répété le trapèze allongé —ou queue d’aronde— qui est l’un des traits distinctifs des ateliers du Tavoliere75 (fig. 78 A). Un seul vase pourrait s’inspirer de productions différentes. C’est le vase zoomorphe de la tombe 1, dont le décor géométrique nous paraît se rapprocher plutôt des motifs caractéristiques du SDS I76 ; cette production date, comme on l’a vu, du milieu du VIIe au milieu du VIe siècle. Il nous semble pouvoir attribuer à cette même production deux « attingitoi » retrouvés hors contexte à Larino, qui pourraient être considérés comme des importations plutôt que des imitations de vases dauniens77.

  • 78 Voir la reproduction dans Samnium, 375, pl. VII, 1, c110.
  • 79 Ce sujet serait « originally a Devollian motif » : voir YNTEMA 1990, 167 ; poulie Salento : 90-91, (...)
  • 80 Samnium, 374, pl. VI, 2, c100, 104, 105.
  • 81 Voir supra, 157 ; 243.

16À Guglionesi, l’imitation de la céramique daunienne est plus libre et donne origine à des motifs nouveaux, dont le prototype est parfois plus difficile à saisir. C’est le cas d’une grande olla de la tombe 7 (fig. 78 C), où le motif classique du trapèze a été élargi jusqu’à envahir tout le corps du vase78 ; de même, la croix de Malte qui y est inscrite pourrait plutôt se rapprocher de motifs décoratifs de la céramique subgéométrique du Salento ou de la vallée du Bradano du VIIe siècle79. Toutefois, la source d’inspiration principale est encore le NDS I, comme en témoignent deux « attingitoi » et une coupe de la même tombe80. En dernier lieu, il faut souligner le fait que ces imitations dauniennes apparaissent dans des mobiliers particulièrement riches. C’est le cas des tombes 1 et 7 de Guglionesi, qui comportaient, comme on l’a vu81, une quantité impressionnante d’ambres (tombe 1) et plusieurs bassins en bronze (tombe 1 et tombe 7).

LES FONCTIONS DE LA CÉRAMIQUE DAUNIENNE

  • 82 G. VALLET, Fr. VILLARD, Céramique grecque et histoire économique, dans Etudes archéologiques (sous (...)
  • 83 YNTEMA 1979, 40.
  • 84 DE JULIIS 1978, 22.
  • 85 GRAS 1996, 127 ; voir aussi les conclusions de MELE 1979.

17Vases-marchandises ou vases-récipients ? La question que G. Vallet et Fr. Villard se posaient il y a trente ans, à propos de la céramique grecque, est évidemment valable même dans notre domaine82. Même si insolite pour une production non grecque, cette interrogation est toutefois légitime, ca la céramique daunienne a été, comme Yntema l’a souligné, la seule céramique indigène à être aussi largement exportée83. Pour De Juliis, en 1978, la réponse à la question était claire : les Liburniens importaient du blé et des céréales de la Daunie, « prodotto ben più importante della ceramica dipinta, che avrà avuto, comunque, un ruolo marginale in questi traffici »84. De Juliis a certainement raison sur le fond : tout un courant d’études sur le commerce archaïque a désormais montré que « la céramique fine n’était le plus souvent qu’une marchandise d’accompagnement » du biotos85. Toutefois, la céramique daunienne semble avoir dépassé le statut de marchandise d’appoint pour atteindre celui de bien de prestige.

Fig. 78 — A : Motifs décoratifs du NDS I (d’après YNTEMA 1990) ;
Β : cruche d’imitation daunienne (d’après Sannio 1980) ;
C : olla de la tombe 7 de Guglionesi (réélaboration graphique, d’après Samnium) ;
D : olla de la tombe 56 de Termoli (réélaboration graphique, d’après DI NIRO 1981 B).

  • 86 Voir supra, chapitre III.
  • 87 DE JULIIS 1978, 21.
  • 88 L’olla daunienne provient d’un mobilier d’une certaine importance, comportant une panoplie, la bag (...)
  • 89 YNTEMA 1990, 244, souligne que le seul mobilier funéraire de Sala Consilina avec un cratère daunie (...)
  • 90 D’AGOSTINO 1991, 42-43 : tombes 575 de Pontecagnano et 168 de S. Valentino Torio (olla et askos du (...)
  • 91 Voir à ce sujet LANDOLFI 1987, 190.
  • 92 Voir un mobilier de Nesazio, dans lequel la céramique du « geometrico japigio » et du subgéométriq (...)
  • 93 PUSCHI 1905, 96.
  • 94 Voir YNTEMA 1979 et BERGONZI 1982, 71.

18En Daunie, les vases produits localement proviennent surtout des nécropoles, mais aussi des rares fouilles dans les habitats archaïques: par exemple, à Cupola, à Canosa et à Salapia86. Or, ce double usage se retrouve aussi dans les différents lieux d’exportation. Sur la côte liburnienne, cette poterie est souvent attestée dans les habitats87. Par ailleurs, on la retrouve dans des contextes funéraires assez riches de Serra di Vaglio88, de Sala Consilina89, de Pontecagnano90 et du Picenum91. En Istrie92, cette céramique provient des mobiliers, où elle a pu même avoir la fonction de vase cinéraire93. Quant aux formes céramiques, ce sont surtout les grands cratères et ollae dauniennes qui semblent circuler en Adriatique entre le VIIe et le VIe siècle94.

  • 95 YNTEMA 1979, 34.

19La céramique daunienne se trouve souvent, en Daunie et ailleurs, dans des tombes particulièrement riches. Elle apparaît constamment dans les plus importants mobiliers funéraires de la région daunienne, datés entre le troisième quart du VIIe et le VIe siècle : les lombes 1/75 et 1/89 de Toppicelli, la tombe 279 de Lavello, la sépulture princière de Cupola. Ces riches contextes comportent tous de la vaisselle en bronze et des broches en fer, qui témoignent de la pratique du banquet avec consommation de viande. Or, dans tous les exemples considérés, la plupart de la céramique est indigène; c’est elle, donc, qui constitue le service pour boire. Yntema a remarqué la présence fréquente, à l’intérieur des cratères, de petites cruches qu’il interprète comme des « attingitoi ». Il a donc supposé que les grands cratères dauniens de la « Foot-Krater Class » étaient des récipients pour le vin : « there is a fair chance that both in Daunia and in Yugoslavia they functioned exactly as the Greek Kraters, i. e. as vessels for mixing wine »95.

  • 96 A. Bottini remarque que le service pour le symposion n’apparaît pas dans les riches mobiliers indi (...)
  • 97 BERGONZI 1982, 71.
  • 98 Par exemple, PUSCHI 1905, 96, signale la présence d’une « sostanza bituminosa » dans quelques-unes (...)
  • 99 BIEL 1982, 89.
  • 100 A. BOTTINI, dans Armi Lucania, 75-76, explique la présence de ce pigment par des exigences rituell (...)
  • 101 M. DIETLER, Driven by drink ; the role of drinking in political economy and the case of Early Iron (...)

20Cette hypothèse est très séduisante, mais elle ne trouve pas l’accord unanime des chercheurs. Pour A. Bottini, il serait difficile d’envisager l’introduction du vin en Daunie et dans la vallée intérieure de l’Ofanto avant le Ve siècle96. G. Bergonzi pense que les cratères exportés de la Daunie servaient à contenir des liquides, mais non pas à les transporter97. Des argumentations nouvelles sur la question pourraient provenir des analyses éventuelles des restes organiques retrouvés dans les vases98 : leurs résultats réservent parfois des surprises. Ainsi, les examens accomplis sur le chaudron du tumulus princier d’Hochdorf, en Allemagne, ont montré qu’il comportait des restes d’hydromel99. Dans une oenochoé rhodienne de la tombe 170 de Chiaro-monte, on a retrouvé une mystérieuse pigmentation rouge : veut-elle vraiment remplacer « quello che sarebbe stato il contenuto naturale della brocca, cioé il vino »100 ? M. Dietler a raison de mettre en garde contre le danger d’interpréter toute forme d’absorption collective de boisson selon le modèle du banquet grec101. Dans le cas des vases dauniens, un élément important est la présence fréquente (surtout dans les askoi) des filtres aux embouchures, qui laissent supposer qu’ils contenaient des substances liquides qu’on pouvait mélanger et qu’il fallait en tout cas filtrer avant de les verser dans le vase ou bien avant de les consommer. Cela pourrait d’ailleurs être le cas même pour le vin ; rappelons-nous de la jeune servante de Nestor (Iliade XI, 639-641) qui mélange du fromage rapé au vin qu’elle sert au vieux héros.

21Finalement, il faut rappeler que la céramique daunienne est aussi la seule céramique indigène à avoir été imitée. Comme les importations, ses imitations gardent un caractère assez prestigieux, comme en témoignent les deux mobiliers de Guglionesi (tombes 1 et 7), où elles sont présentes.

  • 102 Sur le caractère prestigieux de la céramique daunienne, voir YNTEMA 1990, 244, qui souligne la pré (...)
  • 103 BEAUMONT 1936, 193 : « A possible reason why Daunia remained free from Greek influence may be the (...)

22En conclusion, si l’incertitude demeure sur les utilisations de ces récipients, en revanche, leur caractère de biens de prestige est assez clair102. Dans les mobiliers des élites indigènes, ils semblent bien intégrés dans un système cohérent de signes et de rituels, dont la volonté de représentation sociale est manifeste. Il faut donc admettre que cette céramique a pu être appréciée aussi par sa valeur intrinsèque ; R. L. Beaumont en était déjà persuadé en 1936103. Le poids de cette tradition locale est d’ailleurs évident si l’on pense que peu après le milieu du Ve siècle, une forme purement indigène a pu être décorée par un peintre attique, comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent.

Notes

1 Voir à ce propos les remarques de G. BERGONZI, dans Actes Manfredonia 1980, 279 sqq. Pour le bilan synthétique des exportations dauniennes dans le Picenum, voir LANDOLFI 1987, 190.’

2 MAYER 1914.

3 Ο.-H. FREY, Der Ostalpenraum und die antike Welt in der frühen Eisenzeit, dans Germania 44, 1966, 60 ; 64, pl. 12 ; FREY 1969, 76-77.

4 À côté des typologies d’ensemble de la céramique daunienne proposées par E. M. De Juliis et par D. Yntema, il faut rappeler d’autres études concernant des aspects spécifiques de cette production : J. LOICQ, Les vases peints de la nécropole de Novilara et les origines du géométrique apulien, dans Hommages à Marcel Renard III, Bruxelles 1969, 360-378; D. FEDDER, Daunisch-geometrische Keramik und ihre Werkstätten, Bonn 1976; C. ADRARIO, Daunische Trichterhalsgefâsse im badischen Museum Karlsruhe, dans Festschrift Β. Neutsch, 37-43, Innsbruck 1980 ; Α. Μ. SMALL, Some Notes on the Daunian Pots in the British Museum, dans Italian Iron Age 1986, 309-319.

5 DE JULIIS 1977 A ; DE JULIIS 1977 E ; DE JULIIS 1978 ; pour une reprise plus récente voir E. DE JULIIS, La ceramica, dans Principi, 61-62 et, sur un aspect typo-logique précis de cette céramique, E. M. DE JULIIS, L’olla dauna con labbro a imbuto. Origine, forma e sviluppo, dans ArchClass 43, 1991, 893-913.

6 Cette production, due à l’influence des régions grecques périphériques, se serait implantée en Apulie grâce à l’immigration de groupes provenant de la côte adriatique orientale.

7 DE JULIIS 1977 A, 35-37 ; cette phase est attestée à Arpi, à Herdonia, à Salapia, à Castelluccio dei Sauri, à Melfi. Une cruche, associée à une kotyle du Protocorinthien Moyen dans la t. 4, permettrait de situer le début de cette production. Un autre élément chronologique est offert par la t. Β 21 de Sala Consilina, datée par J. de La Genière vers 590 av. J.-C., par De Juliis au dernier quart du VIIe siècle.

8 DE JULIIS 1977 A, 38 sqq. : la céramique du « Subgeometrico Daunio II » serait diffusée dans toute la région daunienne, y compris le Gargano ; sa chronologie est fondée sur l’association avec des coupes ioniennes et attiques dans des mobiliers de Cupola et de Salapia : sur ces dernières, voir le chapitre précédent.

9 DE JULIIS 1977 A, 56 sqq. Cette phase de la classification De Juliis a intégré la céramique « Listata daunia » qui avait été identifiée et classée par G. ABRUZZESE, Un gruppo di vasi dell’ipogeo Varrese e il problema della ceramica listata di Canosa, dans AFLB XVII, 1974, 5-68. Contra voir YNTEMA 1985 et YNTEMA 1990, 272 sqq., qui préfère garder la distinction proposée par Abruzzese, correspondant à une phase (IIIe-IIe siècles) et à une région (la basse vallée de l’Ofanto, autour de Canosa) bien déterminées.

10 DE JULIIS 1977 A, 72 sqq.

11 DE JULIIS 1977 A, 81 ; DE JULIIS 1977 E, 42 sqq. ; DE JULIIS 1978, 16 sqq.

12 Deux vases archaïques de Canosa ont été retrouvés à Caere, deux à Chiusi ; les vases de la vallée du Pô dateraient de la fin du VIe siècle ; voir à ce sujet DE JULIIS 1978, 17-20 ; pour les vases de Caere voir G. COLONNA, Aspetti e problemi dell’Etruria interna, dans Atti dell’VIII Convegno di Studi Etruschi e Italici, Orvieto 1972, Florence 1974, 299-302, pl. LXVIII-LXIX. Colonna aussi est persuadé que les centres de la Campanie étrusque ont eu un rôle d’intermédiaires vers l’Étrurie interne.

13 DE JULIIS 1977 A, 81.

14 DE JULIIS 1977 A, 84-85 : les découvertes de Belmonte Piceno, Grottammare, Cupramarittima, Fabriano (cruche associée avec un vase du Protocorinthien moyen) sont attribués à ia phase « Daunio I », du VIIe siècle. Les vases de Grottammare et de Cupramarittima remonteraient au « Subgeometrico Daunio II ».

15 DE JULIIS 1977 A, 86.

16 Que nous avons exposées au chapitre I, 27 sqq.

17 Par exemple, voir R. STACCIOLI, La ceramica daunia, i Liburni e la « koiné culturale » adriatica, dans Actes San Severo 1, 1979, San Severo 1980, 181 sqq.’, STACCIOLI 1983.

18 Par exemple, COLONNA 1980, 274, note 66 : « non riesco a persuadermi che un così imponente movimento di ceramiche sia stato attivato da coloro stessi che quelle ceramiche acquistavano ». Pour LANDOLFI 1987, 190, on ne peut pas exclure un rôle actif dans ce commerce, ni des Picéniens ni des Dauniens eux mêmes. Une hypothèse plutôt alambiquée pour expliquer la présence des vases dauniens dans le Picenum est celle de PERCOSSI SERENELLI 1981, 136, qui suppose que les vases dauniens seraient arrivés dans le Picenum à travers la Campanie étrusque et l’Étrurie, en traversant successivement les Apennins.
Sur le rôle des Picéniens et des Istriens dans ce commerce voir aussi J. DULAR, Hallstatska Keramika ν Sloveniji. Prispevek k Proucevanju Halstatske grobne keramike in Loncarstva na Dolenjskem. Die Grabkeramik der älteren Eisenzeit in Slowenien. Ljubljana 1982, 190.

19 Voir à ce propos les considérations dans le chapitre I.

20 YNTEMA 1979.

21 YNTEMA 1985; YNTEMA 1990.

22 Le groupe du « South-Italian Protogeometric » comprend un large ensemble de céramiques méridionales, dont le traditionnel « Protogeometrico Japigio ». L’origine du groupe serait due, d’après Yntema, à la rencontre entre la tradition villanovienne locale et les suggestions des importations mycéniennes (YNTEMA 1990, 19 sqq., notamment 26 sqq.). Le « South-Italian Early Geometrie » continue cette tradition au cours du IXe siècle, mais il se répand dans une zone plus vaste, qui comprend aussi la région de Pontecagnano et de Sala Consilina (YNTEMA 1990, 31 sqq.).

23 YNTEMA 1990, 220.

24 YNTEMA 1990, 220-225 ; en Apulie, cette céramique se trouve à Arpi, Coppa Nevigata, Monte Saraceno, Ordona, Salapia et Tiati.

25 YNTEMA 1990, 226 sqq. La distrihution de cette céramique en Daunie touche : San Paolo Civitate, San Severo, Monte Saraceno, Cupola, Ordona, Ascoli Satriano et Canosa : YNTEMA 1990, 231, pl. 210.

26 Comme le souligne prudemment YNTEMA 1990, 220.

27 Quatre des fragments de via Bacone (reproduits par E. DE JULIIS, dans Actes Manfredonia 1980, 15, pl. 1) pourraient être attribués au « Daunian Middle Geometrie ». Pour les motifs décoratifs, voir YNTEMA 1990, 222, pl. 203, n. 4-5 (triangle dessiné par des traits obliques parallèles), n. 11 (rang de losanges entre deux lignes), n. 23 (zigzag horizontal entre deux lignes parallèles).

28 Il me semble pouvoir reconnaître un fragment du « Daunian Late Geometrie » parmi ceux qui proviennent des fours de via Bacone, reproduit par E. DE JULIIS, dans Actes Manfredonia 1980, 15, pl. 1 ; le motif décoratif (groupes de lignes à zigzag) est le même de YNTEMA 1990, 228, pl. 209, n. 27.

29 Des fragments du « Daunian Middle Geometric » proviennent de l’Istrie (Nesac-tium) et de la Dalmatie (Nin) (YNTEMA 1990, 220-222). Sur les vases de Nesactium voir aussi PUSCHI 1905, 95, pl. 71 et 73 ; Archeologia Istria, 47-48, n. 108.

30 Cette céramique a été retrouvée dans le Picenum, à Belmonte et à Ancône ; en Dalmatie, à Nin ; en Istrie, à Beram et à Nesactium ; en Slovénie, à Reva et à Podsemelj : voir à ce sujet YNTEMA 1990, 231. Pour la diffusion en Istrie voir aussi PUSCHI 1905, 94 sqq. ; GLOGOVIC 1979, 59 sqq. ; E. BOLTIN TOME, dans Mélanges Gabrovcu, 219-222.

31 YNTEMA 1990, 231 : découvertes en Campanie, à Pontecagnano, Suessula/ Cancello, San Valentino Torio, Ischia, Montesarchio, Avella, Savignano Irpino.

32 Découvertes en Basilicate, à Ripacandida (dans le Melfèse) et à l’Incoronata : YNTEMA 1990, 231. Pour le fragment de l’Incoronata voir aussi A. BOTTINI, dans Actes XXIV CSMG (Tarente 1984), Tarente 1985, 508.

33 YNTEMA 1990, 220, remarque que cette différence substantielle avait déjà été observée par MAYER 1914, qui proposait une distinction entre la céramique produite au sud de l’Ofanto (« Diesseits des Aufidus »), et celle du nord du même fleuve (« Jenseits des Aufidus »). De Juliis a préféré traiter la céramique subgéométrique daunienne comme étant une production homogène avec plusieurs centres de production.

34 YNTEMA 1979 ; YNTEMA 1990, 234-248.

35 L’appellation originaire de « Foot-Krater Class », attribuée à ce groupe par YNTEMA 1979, 10 sqq., dérive justement de cette forme caractéristique.

36 Pour les éléments de chronologie : YNTEMA 1979, 10-12 date le début de cette production à la deuxième moitié du VIIe siècle (d’après les contextes de Crnomelj et de Fabriano) jusqu’au troisième quart du VIe siècle (tombe de Turi). Cette chronologie a été partiellement revue après la publication d’un contexte funéraire de Gravina, daté du troisième quart du VIIe siècle ; YNTEMA 1990, 241, considère cette période comme une époque de transition à la nouvelle production céramique ; ce passage apparaît finalement accompli dans le dernier quart du siècle, comme le démontreraient les tombes 277 et 279 de Lavello et la tombe 1/75 de Toppicelli.

37 En effet, cette céramique a été pour un certain temps attribuée à Ruvo (DE JULIIS 1977 A, 78-79, d’après MAYER 1914) mais cette attribution avait été déjà abandonnée par DE JULIIS, dans Actes Manfredonia 1980, 14-15, pl. 1, après les découvertes de Toppicelli et du centre urbain de Canosa. Les relations de ce groupe de céramique avec les fragments de Toppicelli sont soulignées aussi par BOTTINI 1982, 79, qui attribue les vases de Lavello « a quella particolare serie canosina del Daunio I detta “stile di Ruvo” ».

38 F. G. LO PORTO, dans Principi, 74-75, avec la bibliographie antérieure. À vrai dire, YNTEMA 1990, 243, note 300, suggérait l’attribution des fragments du four de Toppicelli à la phase initiale du SDS II A (voir infra), donc vers 550-530 av. J.-C. ; toutefois, la publication des tessons par F. G. LO PORTO, ibid., 74, montre qu’au moins une partie de ce matériel appartient au SDS I, notamment les tessons n. 1-4 ; en revanche, on pourrait supposer une chronologie postérieure pour les fragments n. 5-7.

39 Pour les fours de potiers de Canosa, via Bacone : DE JULIIS, dans Actes Manfredonia 1980, 15.

40 L’hypothèse d’YNTEMA 1990, 244, se fonde sur les caractères particuliers des exemplaires retrouvés dans la région moyenne de l’Ofanto.

41 YNTEMA 1979, 13. Soixante-huit exemplaires ont été retrouvés sur la côte orientale, quantité qui est évidemment inférieure à la réalité, car elle est fondée uniquement sur le matériel publié.

42 Pour la distribution voir YNTEMA 1990, 242 ; pour la liste détaillée des découvertes, voir YNTEMA 1979, 13-18. Aux importations en Slovenie, il faut désormais ajouter l’exemplaire publié par DULAR 1991, pl. 16, 1.

43 Une olla daunienne a été récemment retrouvée dans une tombe de Serra di Vaglio, publiée par GRECO 1991, 24 sqq., n. 107, fig. 71. Ce vase appartient évidemment à la production du SDS I : pour les motifs décoratifs —une rangée de triangles pointillés et des cercles concentriques— voir YNTEMA 1979, 22, n. 1 ; 23, n. 39 ; YNTEMA 1990, 240, fig. 220, n. 2 et n. 35. Le décor appartient au schéma le plus simplifié de cette céramique : voir YNTEMA 1979, 3, b.

44 YNTEMA 1979, 3, pl. 2. a-b ; YNTEMA 1990, 238-239, pl. 219.

45 YNTEMA 1979, 18-19.

46 Comme le montre la reproduction photographique du mobilier de la tombe 1/75, publié par LO PORTO 1972, 78. Le seul cratère publié de l’autre tombe princière de Toppicelli, 1/89 (M. CORRENTE, dans Principi, 70, n. 11) appartient plutôt au schéma B, mais nous ne connaissons pas le reste du mobilier, qui comportait une quantité énorme (environ quatre-vingts exemplaires) de céramique daunienne.

47 Ce fragment est reproduit par F. G. LO PORTO, dans Principi, 74, n. 4 ; c’est la paroi d’un vase de grandes dimensions, où apparaît l’extrémité d’un « trapezio pendulo » entouré de petits cercles.

48 YNTEMA 1990, 249-271. La chronologie de cette céramique découle des associations avec du matériel d’importation ou d’imitation grecque ou gréco-orientale, comme des coupes « ioniennes » B2, des coupes attiques à figures noires de la deuxième moitié ou de la fin du VIe siècle, des coupes à vernis noir du type Bloesch C. Sur ces importations voir le chapitre précédent.

49 YNTEMA 1990, 267.

50 YNTEMA 1990, 257 : la céramique daunienne se trouve, en cette période, à Nesactium, Pula, Nin, Numana, Cupramarittima.

51 YNTEMA 1979, 35 ; YNTEMA 1990, 257.

52 G. BERGONZI, Ceramica daunia nell’alto Adriatico, dans Preistoria Caput Adriae, 177-188 ; voir notamment les considérations à la page 186. Cette étude présente aussi une claire mise au point sur les questions typologiques concernant la céramique daunienne (177-180) et une liste des découvertes de céramique daunienne en Adriatique orientale (178-180, carte de distribution à la pl. I). Sur ces thèmes voir aussi BATOVIC 1972.

53 YNTEMA 1990, 287.

54 YNTEMA 1990, 292-293. Le début de cette production s’appuie sur la datation de la tombe 279 de Lavello et d’une tombe à enchytrismòs d’Arpi ; le terme final est donné par des mobiliers d’Ordona comportant des vases d’importation, telles les coupes « ioniennes » B2.

55 Voir YNTEMA 1990, 294 et la carte de distribution à la page 293, pl. 278.

56 YNTEMA 1990, 294, note 369, remarque qu’au moins l’un, et peut-être deux des vases de Termoli (reproduits dans DI NIRO 1981 B, pl. 12. 2 et 3) doivent être considérés comme des importations de NDS I.

57 YNTEMA 1990, 294 ; pour le vase, voir LISICAR 1973, pl. X, n. 31, A.

58 YNTEMA 1990, 305.

59 Pour le fragment de Campomarino : GRAVINA & DI GIULIO 1982, 102, pl. 43, n. 2, pl. 55, n. 10 ; pour les tessons de Salapia voir YNTEMA 1990, 28, pl. 9. Pour la chronologie de ce groupe voir YNTEMA 1990, 23. J’ajouterai aussi un autre fragment de Campomarino, decoré avec un motif de triangles superposés (GRAV INA & DI GIULIO 1982, 103, pl. 56, n. 5) qui pourrait être rapproché d’un tesson retrouvé à Canosa, daté du VIIIe siècle (pour le matériel de Canosa : ROSSI 1982, 47, pl. III, n. 2).

60 GRAVINA & DI GIULIO 1982, 101, pl. 54, n. 7. Voir YNTEMA 1990, 33, n. 8 (pour le décor) et 31 sqq., pour le cadre général sur ce groupe de céramiques.

61 Voir les fragments dans GRAVINA & DI GIULIO 1982, 79, n. 1, 102, pl. 55, n. 7 ; pour le « Daunian Middle Geometrie » voir YNTEMA 1990, 222, pl. 203, n. 1,4, 5, 11.

62 GRAVINA & DI GIULIO 1982, 102, pl. 55, n. 9 ; pour les comparaisons, voir un askos de Salapia dans YNTEMA 1990, 233, pl. 213.

63 GRAVINA & DI GIULIO 1982, 102, pl. 55, n. 12, probablement aussi le fragment à la page 80, pl. 33, n. 10 et à la 102, n. 15 ; pour les comparaisons : YNTEMA 1990, 240, pl. 220, n. 10-11, 35.

64 Sur les attestations de céramique daunienne dans les Abruzzes voir supra, chapitre I, 25-26, et en outre A. RADMILLI, Testimonianze sui contatti fra le popolazioni della Puglia e dell’Abruzzo durante la fine dell’Età del Bronzo, dans Actes San Severo 1980, 200-203, pl. XCIII. Les fragments proviennent de Martinsicuro, près de Teramo (pl. XCIII, n. 1-3), de Colle del Telegrafo di Pescara (pl. XCIII, n. 4), de Fonte Tasca d’Archi (pl. XCIII, n. 5). Ils sont décorés de motifs typiques de la céramique daunienne du VIIIe siècle : des lignes parallèles verticales, des traits parallèles obliques, des zigzag verticaux et horizontaux ; pour ces motifs voir YNTEMA 1990, 222, pl. 203, n. 1,4, 5, 12, 19, 23. Les trouvailles de « protogeometrico iapigio » sont signalées par M. LUNI, Pescara, dans BTCGI 13, 1994, 480-481, « à Colle del Telegrafo di Pescara e (...) a Civitella Casanova sulle pendici S del Gran Sasso ».
Sur les fragments de Martinsicuro voir aussi C. ARIAS, Resti di un villaggio piceno a Martinsicuro (Teramo), dans Atti della Società Toscana di Scienze Naturali, série A, 72, I, 1965, 287-294. Voir aussi un fragment « di tipo protogeometrico japi-gio » signalé par CREMONESI 1981, 52, dans un village protovillanovien à Archi.

65 Comme le remarquait A. RADMILLI, dans Actes San Severo 1980, 203, les découvertes proviennent de sites côtiers ou situés le long des vallées des fleuves (Fonte Tasca, à 15 km à l’intérieur du fleuve Sangro), tandis que cette céramique est absente dans les villages de l’arrière-pays. Ce fait témoigne, à son avis, de l’existence d’un route maritime de cabotage ; sur les mêmes positions LUNI 1995, 216-217.

66 LUNI 1995, 216.

67 N. PETRIC, Finds of Apulian Geometric Pottery in Central Dalmatia, dans Taras XIII, 1-2, 1993, 217-221 : comparaison entre les découvertes de Peljesac en Dalmatie et Colle del Telegrafo, près de Pescara.

68 Il s’agit des quelques fragments de céramiques à figures rouges et de Gnathia découverts sous la cathédrale d’Atri : voir infra, chapitre I, 26, note 93.

69 Voir un cratère de Dragatus, décoré d’une ligne de triangles incisés entre les anses, daté de la première moitié du VIe siècle : YNTEMA 1990, 244-245, pl. 223.

70 Sur les caractères de ces productions frentanes qui imitent la céramique daunienne : TAGLIAMONTE 1996, 109.

71 Comme le suppose DI NIRO 1990, 119: YNTEMA 1990, 317-318.

72 Termoli, t. 4 : DI NIRO 1981 B, 24-25, n. 2-3, pl. 12, 2-3. Le n. 2 est sûrement d’importation, plus incertaine l’origine du n. 3 : voir à ce propos YNTEMA 1990, 294, note 369.

73 Voir deux coupes avec le même motif, à trapèze ou à queue d’aronde, DI NIRO 1981 B, 25, n. 4-5, pl. 13, n. 4-5.

74 Voir les vases publiés dans DI NIRO 1981 B: une coupe de la t. 14, 37, n. 1, pl. 15 ; une olla et une coupe de la t. 15, 39, 1-2, pl. 14, 1-2 ; un cratère et deux coupes de la t. 18, 44, n. 1, 3, 4 ; le cratère (n. 1) est reproduit aussi par YNTEMA 1990, 318-319, pl. 316, avec une datation entre 575 et 525 av. J.-C. Pour d’autres mobiliers de Termoli: t. 56, une coupe, un « attingitoio » et deux cruches voir A. DI NIRO, dans Sannio 1980, 63 sqq., 66, 2-5, pl. 9-11 ; t. 52, une cruche et une coupe : M. FORTE dans Samnium, 85, c 81-c 82, pl. 6c.

75 Ces vases du Molise répètent l’élément qui est le plus caractéristique du décor de la céramique subgéométrique du Tavoliere, c’est-à-dire le trapèze allongé ou à queue d’aronde (« apron pattern »), qu’on retrouve aussi dans les céramiques de la Daunie méridionale, mais sous une forme très différente. Même l’emploi de certains motifs secondaires marque la distinction entre les fabriques du nord et celles du sud de la Daunie : dans les premières, on retrouve souvent des chaînes de losanges remplies par des méandres, tandis que les productions méridionales sont plutôt caractérisées par des losanges pointillés : voir sur ces thèmes YNTEMA 1990, 291-292.

76 C’est un vase plastique en forme de chien, publié par DI NIRO 1981 B, 21, n. 1, pl. 11,1. Il est décoré par des triangles encadrés de deux lignes horizontales et par des groupes de lignes parallèles encadrées par des métopes ; pour les motifs décoratifs, voir YNTEMA 1990, pl. 220, n. 3, 22, 23.

77 Pour les deux exemplaires de Larino voir A. DI NIRO, dans Actes Manfredonia 1980, 37, pl. 1.

78 Voir la reproduction dans Samnium, 375, pl. VII, 1, c110.

79 Ce sujet serait « originally a Devollian motif » : voir YNTEMA 1990, 167 ; poulie Salento : 90-91, pl. 66, n. 40 ; pour la vallée du Bradano : 168, pl. 150, n. 4.

80 Samnium, 374, pl. VI, 2, c100, 104, 105.

81 Voir supra, 157 ; 243.

82 G. VALLET, Fr. VILLARD, Céramique grecque et histoire économique, dans Etudes archéologiques (sous la dir. de P. Courbin), Paris 1963, 205-217, réédité dans VALLET 1996, 253-269 ; voir notamment, dans cette dernière édition, la page 256, et l’Appendice I, 263.

83 YNTEMA 1979, 40.

84 DE JULIIS 1978, 22.

85 GRAS 1996, 127 ; voir aussi les conclusions de MELE 1979.

86 Voir supra, chapitre III.

87 DE JULIIS 1978, 21.

88 L’olla daunienne provient d’un mobilier d’une certaine importance, comportant une panoplie, la bague en bronze et la fibule en 1er : voir GRECO 1991, 27.

89 YNTEMA 1990, 244, souligne que le seul mobilier funéraire de Sala Consilina avec un cratère daunien de la « Foot-Krater Class », comportait aussi un vase d’importation grecque coloniale et une cruche du nord de la Lucanie.

90 D’AGOSTINO 1991, 42-43 : tombes 575 de Pontecagnano et 168 de S. Valentino Torio (olla et askos du Géométrique protodaunien) ; tombe 3050 de Pontecagnano (vase-philtre du Daunien I) ; les deux premières sépultures montrent un rassemblement exceptionnel de signes de prestige et d’objets d’importation.

91 Voir à ce sujet LANDOLFI 1987, 190.

92 Voir un mobilier de Nesazio, dans lequel la céramique du « geometrico japigio » et du subgéométrique des siècles VIIe et VIe est associée à de la vaisselle en bronze, et à de la céramique attique à figures noires. Il s’agit probablement d’un lieu de sépulture « utilizzato per parecchi secoli da un gruppo ο da una famiglia dominante »: BERGONZI 1982, 75.

93 PUSCHI 1905, 96.

94 Voir YNTEMA 1979 et BERGONZI 1982, 71.

95 YNTEMA 1979, 34.

96 A. Bottini remarque que le service pour le symposion n’apparaît pas dans les riches mobiliers indigènes de Melfi et de Banzi avant la première moitié du Ve siècle (BOTTINI 1982, 100, note 27 ; Α. ΒΟΤΤΙΝI dans DArch 2, 1982, 154). Toutefois, une espèce de vigne sauvage était sûrement connue au premier Âge du Fer, comme les fouilles de Campomarino l’ont démontré (A. DI NIRO, dans Samnium, 37). On pourrait supposer qu’au Ve siècle se vérifie plutôt un changement dans les rituels, avec l’adoption des services pour le vin d’inspiration étrusque. Sur la présence de vignes à Arpi au IVe siècle, confirmée par des analyses paléobotaniques récentes : E. ANTO-NACCI SANPAOLO, dans MAZZEI 1995, 22.

97 BERGONZI 1982, 71.

98 Par exemple, PUSCHI 1905, 96, signale la présence d’une « sostanza bituminosa » dans quelques-unes des ollae dauniennes retrouvées dans les tombes de Nesactium. Cette substance n’a pas été analysée, ni conservée.

99 BIEL 1982, 89.

100 A. BOTTINI, dans Armi Lucania, 75-76, explique la présence de ce pigment par des exigences rituelles : la couleur rouge évoque à la fois le vin et le sang, ainsi que « la sfera del sacro e del regale » ; pour finir, le rouge est aussi lié au monde dionysiaque.

101 M. DIETLER, Driven by drink ; the role of drinking in political economy and the case of Early Iron Age France, dans Journal of Anthropological Archaeology 9, 1990, 352-406 ; id., Commerce du vin et contacts culturels en Gaule, dans Études massaliètes 3, 1992, 402-410.

102 Sur le caractère prestigieux de la céramique daunienne, voir YNTEMA 1990, 244, qui souligne la présence de ces vases indigènes dans des riches mobiliers de Lavello et de Sala Consilina.

103 BEAUMONT 1936, 193 : « A possible reason why Daunia remained free from Greek influence may be the fact that the local products, for some reason obscure to modern taste, enjoyed a sufficient reputation to be exported ».

Table des illustrations

Légende Fig. 74 — Diffusion du « Daunian Late Geometric » (dernier tiers du VIIIe-début du VIIe siècle avant J.-C., d'après YNTEMA 1990).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 75 — Diffusion du « South Daunian Subgeometric I » (SDS I : milieu du VIIe milieu du VIe siècle avant J.-C. environ, d’après YNTEMA 1990).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/535/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Fig. 76 — A : Cratère daunien du SDS I (« Foot-Krater Class ») ;Β : Imitation de Dragatus, Slovénie (d’après YNTEMA 1990) ;C : Schéma décoratif des « Foot-Kraters », type A ;D : Schéma décoratif des « Foot-Kraters », type Β (d’après YNTEMA 1990).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/535/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Légende Fig. 77 — A, C, Ε, H, I, Ν, Ο : tessons de Campomarino (d’après GRAVINA&DI GIULIO 1982);Β : askos de Salapia, SIPG,Xe s. (d’après YNTEMA 1990) ;D : motif décoratif du SIEG,IXe s. (d’après YNTEMA 1990) ;F : cruche « Daunian Middle Geometric » (d’après YNTEMA 1990) ;G : fragment de Canosa (d’après ROSSI 1982) ;L-M : motifs décoratifs du « Daunian Middle Geometrie » (d’après YNTEMA 1990).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/535/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Fig. 78 — A : Motifs décoratifs du NDS I (d’après YNTEMA 1990) ;Β : cruche d’imitation daunienne (d’après Sannio 1980) ;C : olla de la tombe 7 de Guglionesi (réélaboration graphique, d’après Samnium) ;D : olla de la tombe 56 de Termoli (réélaboration graphique, d’après DI NIRO 1981 B).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/535/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 767k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable