Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Énergie hydraulique et machines élévatrices d'eau dans l'Antiquité

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Jean-Luc Fiches

Moulins hydrauliques

Les moulins hydrauliques en Italie romaine

Jean-Pierre Brun

Texte intégral

  • 1 En dernier lieu : Amouretti 1986, Wikander 2000, Wilson 2002.
  • 2 Voir la communication de Philippe Leveau dans ce volume, p. 185.

1Il est désormais peu utile de revenir sur l’historiographie de l’utilisation de l’énergie hydraulique dans l’Antiquité. Les travaux d’O. Wikander, de M. Cl. Amouretti et plus récemment d’A. Wilson entre autres ont mis à bas la théorie établie dans les années 1930 consistant à minimiser l’impact de l’utilisation des moulins hydrauliques sous l’Empire romain et magnifier l’apport de la technologie médiévale1. Après une relecture des sources écrites, l’archéologie a donné le coup de grâce, asséné par la nouvelle chronologie de la meunerie de Barbegal due aux fouilles de Ph. Leveau et par la multiplication des découvertes de moulins, principalement dans les provinces occidentales où les archéologues accordent une plus grande attention à ces questions2. Rappelons seulement que dans le seul département du Var, on compte désormais cinq moulins d’époque romaine attestés par des fouilles : à SaintMichel de La Garde, aux Mesclans de La Crau, aux Laurons-Saint-Pierre des Arcs, à Saint-Martin de Taradeau et au Clos d’Anjouan près de Forum Voconii (Brun 1999 et 2004).

  • 3 Pline N. H. XVI1I, 97 : Maior pars Italiae nudo utitur pilo, rotis etiam, quam aqua verset, obiter (...)

2Ce ne sont pas de ces installations déjà publiées qu’il s’agit dans cet article, mais de la situation en Italie péninsulaire où le modèle qui s’est substitué à l’ancienne théorie implique l’existence d’un grand nombre de moulins à eau. En effet, l’Italie a, la première, accueilli les nouvelles techniques venues d’Orient ; son relief accidenté est favorable à l’implantation de moulins hydrauliques ; ses régimes des pluies et des cours d’eau sont assez réguliers ; presque toutes les villes y sont dotées d’aqueducs et la technique des conduites hydrauliques est parfaitement maîtrisée : tout concourt à une diffusion ample de l’utilisation de l’énergie hydraulique, non seulement dans les moulins, mais aussi dans les pilons et peut-être des scies mécaniques. Dans le troisième quart du Ier siècle apr. J. -C., Pline d’ailleurs dit en passant qu’on se sert de roues actionnées par l’eau pour piler le grain dans la majeure partie de l’Italie3. Ce potentiel sera d’ailleurs largement exploité au Moyen Âge durant lequel la majorité des cours d’eau recevront des moulins (par exemple, dans la région de Sienne, Cortese 1997). La prédiction de nombreuses découvertes archéologiques est donc forte. Or il faut bien constater que leur nombre est faible et qu’il n’augmente pas malgré la multiplication des fouilles. Il convient d’en dresser la liste avant de chercher les raisons de ce déficit.

Le moulin hydraulique de Saepinum

Saepinum

3La ville de Saepinum est située dans les montagnes de l’Apennin à une centaine de kilomètres au nord de Naples, au croisement de très anciennes voies utilisées pour la transhumance. Héritière d’une agglomération fortifiée samnite située sur la hauteur de Terravecchia, Saepinum commence à se développer dès le IIIe siècle avant J. -C. sous la forme d’habitat groupé non fortifié. L’agglomération devient un municipe après la guerre sociale, mais ne prend son aspect monumental qu’après que Tibère et Drusus aient financé la construction des murailles et des portes. Les inscriptions gravées sur les portes indiquent que les travaux furent effectués entre 2 avant J. -C. et 4 après J. -C. C’est à la même période que sortent de terre les principaux monuments qui entourent le forum : la basilique, le marché, le capitole. La cité fut embellie à l’époque flavienne et antonine, surtout par la gens Neratia, dont plusieurs membres furent consuls et l’un, Lucius Neratius Priscus, un jurisconsulte célèbre et un conseiller de Trajan.

Fig. 1. Carte de l’Italie montrant la localisation des sites mentionnés (dessin J. -P. Brun)

4Les témoignages épigraphiques rapportent une série de restauration effectuées dans les édifices publics, notamment dans la basilique, par le gouverneur Fabius Maximus, entre 352 et 357. La cité continue d’être occupée durant tout le Ve siècle puisqu’un évêque y est encore attesté en 501 après J. -C. Il semble que la guerre gréco-gothique des années 535-553 ait marqué une phase d’abandon au moins partiel de la ville dont les monuments et les remparts ne sont plus entretenus depuis longtemps. Mais on ne sait pas précisément quand l’agglomération fut totalement désertée. Au VIIe siècle, des tombes sont creusées sur le forum, mais il est possible que certaines habitations aient encore été occupées jusqu’aux incursions des Sarrasins au IXe siècle.

5L’essentiel des vestiges aujourd’hui visibles a été mis au jour dans les années 1950 par Valerio Cianfarani qui n’a laissé que de brèves notices sur ces travaux (Cianfarani 1958). Le forum a été dégagé entre 1952 et 1955, ainsi que deux maisons à atrium qui bordent au nord-est le decumanus maximus. La plus méridionale comporte trois boutiques en façade. Dans l’état final d’occupation, la maison est divisée en deux : à l’ouest, se trouve un moulin hydraulique qui forme une unité indépendante du reste de la demeure. Cette dernière comprend une boutique centrale et au moins deux salles à l’est abritant un ensemble de cuves coniques interprétées comme des installations de tannage (fig. 2).

La datation du moulin de Saepinum

  • 4 Sur cette inscription de 169-172 (C. I. L. IX, 2428) souvent commentée, voir Corbier 1991, p. 151- (...)

6L’histoire de cet ensemble est, bien entendu, longue et complexe. Avant la construction de la demeure à atrium, il existait des structures marquées par des fosses datables entre le milieu du IIIe siècle avant J. -C. et le IIe s. avant J. -C. Leur succède, au début du Ier siècle de notre ère, une première maison en pierre. Dans le second quart du Ier siècle de notre ère, la maison est transformée et se mettent en place les murs qui serviront de cadre jusqu’à la fin de l’occupation. Vers la fin du Ier siècle ou au tout début du IIe siècle, deux salles dotées de cuves sont construites. Il s’agit d’une tannerie qui devait traiter des peaux de moutons transhumants dont le passage à Saepinum est bien documenté par une célèbre inscription donnant le texte d’un rescrit de Marc Aurèle4.

  • 5 Les sondages effectués autour du puits d’engrenage ont surtout rencontré des terrains remaniés lor (...)

7À une époque qui n’est pas antérieure au milieu du IIIe siècle, la partie nord-ouest de la maison a été séparée du corps central et un moulin hydraulique a été construits5. Les fouilles anciennes n’ayant conservé aucun mobilier provenant du moulin et les importants travaux de restauration effectués par la suite ayant détruit toutes les couches d’occupation, on ne connaît pas la durée d’utilisation du moulin.

Fig. 2. Vue aérienne de la zone fouillée à Saepinum (cliché J. -P. Brun)

Fig. 3. Le moulin de Saepinum : plan (dessin J. -P. Brun)

Fig. 4. Le moulin de Saepinum : vue générale (cliché J. -P. Brun)

8Tout au plus peut-on dire que les salles abritant les cuves et la boutique située entre le moulin et la tannerie ont été occupées durant tout le IVe siècle et la première moitié du Ve siècle. Ensuite ce secteur de la ville semble abandonné.

Description du moulin de Saepinum

9Le moulin est implanté dans une pièce de 6,50 m de largeur pour une longueur moyenne de 10 m. En fait, la limite nord-est de la pièce est formée par un ensemble de murs confus, totalement reconstruits lors des restaurations et dont il serait aujourd’hui impossible de reconstituer l’économie sans les démolir. Vers la rue, au sud-ouest, la façade d’une boutique primitive a été détruite pour laisser la place au coursier de la roue qui empiète sur le trottoir. L’ensemble coursier-puits d’engrenage est désaxé par rapport aux structures de la demeure antérieure car aligné sur le decumanus.

10Le coursier mesure 5,50 m de longueur pour une largeur de 1,20 m. Il est profond de par rapport au niveau du trottoir. Le fond est dallé de tegulae retournées scellées à la chaux. Les parois sont édifiées en fragments de tuiles et de briques et sont recouvertes par un enduit de mortier de tuileau hydraulique (fig. 5). L’utilisation du moulin a provoqué le dépôt de lamines de tuf sur les parois ; aujourd’hui, elles ne sont plus conservées qu’en partie basse sur une épaisseur moyenne de 3 cm. L’eau s’évacuait par un canal de fuite situé dans l’angle sud-ouest du coursier. Le linteau du canal est formé par une dalle de calcaire et l’ouverture est de 0,54 m de hauteur par 0,30 m de largeur. Au troismecinquième de la longueur, à 3,20 m de l’extrémité sud-est, se trouvent deux blocs de calcaire symétriquement disposés, mesurant environ 0,52 x 0,40 x 0,36 m ; ils servaient de paliers à la roue et leur face porte des traces d’usure circulaires dues au frottement de l’axe de la roue.

Fig. 5. Le moulin de Saepinum : le coursier (cliché J. -P. Brun)

Fig. 6. Restitution du moulin de Saepinum (dessin S.Girardot)

11À 0,85 m de l’extrémité sud-est du coursier, un bloc de calcaire large de 10 cm, faisant saillie de 20 cm, sert de corbeau. Il n’y a pas de bloc placé symétriquement mais il est possible qu’il ait disparu anciennement (la paroi a été restaurée à cet endroit). Ce corbeau devait supporter un plancher, probablement pour pénétrer dans le moulin.

12La paroi sud-est du coursier a été reconstruite à l’époque contemporaine de façon abusive, occultant toute trace du canal d’alimentation. En effet, le dégagement du tronçon oriental du decumanus effectué en 2007 a mis au jour un canal provenant du château d’eau situé dans la tour sud flanquant la porte dite de Bénévent et traversant la rue pour rejoindre le moulin. La roue devait donc être alimentée à l’épaule.

13L’axe de la roue traversait le mur nord du coursier par une ouverture carrée de 0,50 m de côté et aboutissait dans le puits d’engrenage. Ce dernier est limité par des murs qui ont été intégralement reconstruits lors des restaurations ; ses dimensions sont vastes : 3,65 par 2,70 m. Son fond est formé au centre d’un dallage composé de huit tegulae retournées entouré de dalles irrégulières de calcaire. Le puits d’engrenage devait être recouvert par un plancher au niveau du sommet du mur et du dallage qui l’entoure. Dans son état actuel, ce dallage est totalement moderne, mais il faut espérer que si les restaurateurs l’ont ainsi mis en place c’est qu’il existait des traces d’un dallage antique autour du puits d’engrenage. Dans la partie nord-est, le dallage s’interrompt pour laisser la place à un niveau de terre battue. Un sondage réalisé à cet emplacement a montré que le sol actuel était formé d’une couche de terre remaniée à l’époque des travaux de restauration. À la limite entre le dallage et le sol de terre, se trouve la base d’un pilier qui devait supporter l’élévation de l’étage.

14Aucune meule n’est visible dans les alentours du moulin ; il n’y en a pas non plus dans les dépôts de fouille. Les notices publiées n’en font pas mention, mais cela est presque normal étant donné leur caractère succinct.

15Sur ces bases certes lacunaires, on peut tenter de reconstruire le moulin. Il était alimenté par une conduite d’eau provenant de l’aqueduc aboutissant au château d’eau situé dans la tour méridionale de la Porte de Bénévent. La conduite bâtie dans le trottoir méridional traversait la rue en oblique et poursuivait sont parcours dans le trottoir septentrional pour déboucher à mi-hauteur du coursier.

16Le diamètre de la roue est sûr puisque nous disposons des paliers de l’axe et que nous connaissons la distance entre l’axe de la roue et le fond du coursier : la roue mesurait 2,20 m. Le diamètre de son axe est connu par les traces d’usure sur les paliers : 0,23 m. Le diamètre du rouet denté se déduit de la distance entre l’axe de la roue et le fond du puits d’engrenage : 0,60 m.

  • 6 Vitruve, Arch. X, 5, 2 : Secundum id, tympanum maius item dentatum planum est conlocatum quo conti (...)

17En revanche, faut-il restituer un second rouet d’un diamètre égal ou supérieur au volant moteur ou bien une lanterne dotée de fuseaux afin d’accélérer la vitesse de rotation de la meule ? Le premier système est attesté chez Vitruve6, le second est déjà bien au point au IIP siècle puisque le gros fer du moulin de Zugmantel est doté d’une lanterne formée de deux disques de chêne d’un diamètre de 20 cm reliés par 6 fuseaux de fer longs de 16 cm et d’un diamètre de 3 cm, assurant un grand pouvoir démultiplicateur (Jacobi 1912, p. 90, fig. 44; Moritz 1958, p. 125). Dans l’ignorance où nous sommes de la forme et du matériau des meules, il est impossible de trancher. Les larges dimensions du puits d’engrenage font toutefois penser que le moulin était doté d’un second rouet de grand diamètre.

Autres moulins d’Italie centro-méridionale

18Sur la dorsale de l’Apennin entre Rome et Potenza, quatre moulins hydrauliques ont été publiés. Deux, ceux de Vénafre et de Celano sont sûrs ; les deux autres, à Apice et à San Giovanni di Ruoti, sont douteux. Rome même et ses environs présentent des témoignages plus abondants.

Vénafre

19Venafrum est une agglomération importante dès l’époque samnite, bien connue par les sources comme le comme centre d’une très prospère région agricole produisant une huile d’olive réputée et obtenant de bons rendements en céréales (Caton, Agr. 136). En 1908, au lieu-dit Pozzili, des travaux de restauration des berges du torrent Forma ont mis au jour un aqueduc aboutissant à une chute et dans le tuf formé à cet endroit, deux meules d’un diamètre de 0,80 m et de 0,25 m d’épaisseur ainsi que l’empreinte d’une roue à aubes (Cimorelli 1914). La roue, d’un diamètre de 1,85 m et d’une largeur de 0,29 m, comportait 18 aubes fixées sur un axe d’un diamètre de 0,18 m dont la partie engagée dans la roue était de section carrée ; le moyeu sur lequel étaient fixées les aubes mesurait 0,70 m. Selon L. Jacono, cette roue aurait pu tourner à 46 tours/minute et nécessitait un engrenage démultiplicateur et donc, comme l’indique Vitruve, un rouet de grand diamètre (Jacono 1938).

20Entre les deux villes de Venafrum et de Saepinum, distantes de 70 km environ, la Table de Peutinger mentionne une étape dénommée Ad Rotas. Ce lieu, à proximité de Monteroduni, sur le fleuve Volturne, a dû être appelé ainsi à cause de la présence de moulins qui utilisaient l’eau du fleuve. Le cours du Volturne et de ses affluents a donc dû être largement exploitée comme source d’énergie pour faire tourner des moulins.

Fig. 7. La roue du moulin de Vénafre. Reconstitution du Musée archéologique national de Naples

Fig. 8. Concrétions enveloppant la roue du moulin de Vénafre. Vue frontale
Musée archéologique national de Naples (cliché J. -P. Brun)

Fig. 9. Concrétions enveloppant la roue du moulin de Vénafre Vue latérale

Fig. 10. Concrétions enveloppant la roue du moulin de Vénafre Vue de l’intérieur
Musée archéologique national de Naples (cliché J. -P. Brun)

21Aux époques médiévale et moderne, la vallée du Haut Volturne était largement équipée de moulins hydrauliques. Une récente enquête en a recensé 33 dans les cadastres de 1809 à 1816 autour de l’abbaye de San Vincenzo al Volturno (Di Meo 2005). Cette abbaye fondée au VIIIe siècle connut un extraordinaire développement au début du IXe siècle et possédait dès lors des moulins à eau. Il me paraît donc probable qu’une forte implantation des moulins a existé dans cette zone dès l’époque romaine et qu’elle a donné lieu à une lointaine descendance. Les documents du début du XIXe siècle montrent que les moulins de cette époque ne sont jamais situés à proximité des agglomérations, mais dispersés dans la campagne, le long des cours d’eau : c’est aussi le lieu de découverte du moulin romain de Vénafre et c’est probablement dans ces lieux isolés qu’il faudrait rechercher d’éventuels sites antiques à interpréter comme des moulins.

Celano

22Plus au nord, dans les Abruzzes, un moulin à eau daté de la fin du VIe siècle après J. -C. a été fouillé au lieu-dit Paludi à Celano, dans la province de l’Aquila, en 1997-1998 (Cosentino, Mieli 1998). Sa structure utilise à la fois des blocs de pierre provenant d’un mausolée romain démantelé et des poutres de bois (fig. 8). Les éléments en bois sont étonnamment conservés grâce à la tourbe qui les enveloppait. Il subsiste un coursier en bois, deux poutres servant de palier, une partie de l’axe, le moyeu en chêne et quelques pales de la roue, ainsi que trois aluchons en bois provenant du rouet et un fuseau de la lanterne présentant des traces d’usure (fig. 9). La roue, qui mesurait 1,30 m de diamètre, semble avoir été alimentée par en-dessous : le flux devait être canalisé par le coursier en bois. Plusieurs dizaines de fragments de meules à grain en trachyte, d’un diamètre compris entre 0,60 et 0,80 m, ont été mis au jour (fig. 9).

23Sans les conditions particulières de conservation dans un marécage, il est vraisemblable que l’interprétation n’aurait pas été aussi rapidement réalisée. La maîtrise des engrenages témoigne d’une continuité avec la période antique, d’autant plus qu’il n’y a pas de solution de continuité dans cette zone, au moins jusqu’à la conquête lombarde qui coïncide avec la destruction du moulin.

Fig. 8. Moulin de Paludi de Celano : plan (d’après Cosentino et Mieli 1998)

Fig. 9. Le moulin hydraulique de Paludi de Celano : à gauche, 1-4 : aluchons et fuseau en bois; à doite : catillus et meta Échelles différentes, (d’après Cosentino et Mieli 1998)

24D’une façon générale, la région se prête bien à l’exploitation de l’énergie hydraulique : dans la province voisine de Teramo, une enquête ethnographique montre l’omniprésence des moulins à eau à l’époque moderne et donc l’existence de potentialités qui avaient probablement déjà été utilisées dans l’Antiquité (Pellegrini 2003).

Apice

25À une quarantaine de kilomètres au sud de Saepinum, près de Bénévent, le Calore, affluent du Volturne est franchi par la voie Appia. Lors de la restauration de la voie, entre 118 et 126 après J. -C. grâce à la générosité de l’Empereur et à des fonds privés, un pont de 170 m de longueur fut construit ou reconstruit au lieu-dit Ponte Rotto (commune d’Apice), au niveau de la mutatio ad Calorem. Le pont comptait huit arches édifiées avec deux techniques (fig. 10). La première a une structure de maçonnerie parementée en grand appareil, la seconde est parementée en briques.

26Selon W. Johannowsky, la première technique correspondrait à une construction initiale antérieure mais non datée, la seconde serait celle de la restauration d’Hadrien. À cette occasion, une chambre construite en appareil de brique fut édifiée dans la dernière arcade à l’est d’une largeur de 7,40 m (fig. 11). Pour W. Johannowsky, cette construction aurait abrité un moulin hydraulique (Johannowsky 1994). Ses dispositions sont mal connues car la pièce n’est pas fouillée ; il y aurait eu une chambre de pression rectangulaire ouvrant à l’aval par trois ouvertures triangulaires qui sont interprétées comme des orifices d’alimentation de trois roues à aubes verticales. L’axe des roues aurait été supporté par un support en pierre dont il subsisterait l’empreinte dans le contrefort ouest.

Fig. 10. Apice : le pont sur le Calore (cliché J. -P. Brun)

Fig. 11. Pont d’Apic sur le Calore : vestiges de l’installation d’après Johannovsky 1994

Fig. 12. Pont d’Apice sur le Calore, d’après Quilici 1996 fig. 22-23 (la coupe est inversée par rapport au plan)

27Cette interprétation a été contestée par L. Quilici qui considère qu’il n’y a qu’une seule phase de construction associant l’opus caementicium, le parement en grand appareil et le revêtement de briques comme les autres ponts de la via Traiana (Quilici 1996). Les murs bouchant l’arcade ouest seraient en fait liés à la rampe d’accès au pont (fig. 12). Les murs perpendiculaires au pont ne limiteraient pas des canaux d’amenée mais serviraient à la canalisation des flots en cas de crues importantes et les ouvertures triangulaires seraient des passages de décharge des eaux.

28Dans l’état actuel de la documentation et du site, l’interprétation reste incertaine : la chambre n’a pas été fouillée et elle est aujourd’hui envahie par la végétation. L’empreinte du bloc qui aurait pu supporter l’arbre des roues n’est pas visible et son emplacement présumé ne permettrait pas de mettre en place des roues car leur diamètre serait insuffisant. Mais d’autre part, on ne voit pas la nécessité de construire un mur dans une arche : il forme un barrage s’opposant au flot et ce ne sont pas les ouvertures triangulaires qui lui permettraient de résister en cas de crue.

29Ce barrage, avec ses surverses en partie médiane, aurait pu en revanche servir à établir une prise d’eau soit pour un aqueduc, soit pour un canal d’irrigation, soit, pourquoi pas, pour un moulin. Le dispositif serait proche de celui récemment fouillé à Nahal Tanninim près de Caesarea en Israël. L’hypothèse de l’utilisation du pont comme base d’un aménagement de moulin hydraulique reste donc envisageable, mais l’absence de fouille oblige à suspendre le jugement.

San Giovani di Ruoti

30A San Giovani di Ruoti, les fouilles d’une villa par la British School at Rome ont mis au jour une structure interprétée comme un moulin hydraulique datée du début du Ier siècle de notre ère. Cette structure, située au nord de la cour, immédiatement au-delà du mur de façade de la villa comporte un petit canal, large de 0,30 m et profond d’autant. Deux pierres sont posées en travers du canal et présentent des signes d’érosion par l’eau. Dans la face interne du mur, on décèle trois trous quadrangulaires mesurant entre 0,15 et 0,12 m de côté. Entre le mur de la villa et le canal, un muret est recouvert de tuiles posées à plat avec une inclinaison vers le canal. Pour les fouilleurs, ce serait un coursier : ils restituent des canalisations de bois successives maintenues en place par des traverses de bois fixées dans les trous. Les tuiles auraient été mises en place pour protéger le mur des éclaboussures. La roue d’un diamètre de 1,4 m aurait été alimentée par en bas. Le moulin, à usage domestique, aurait fait fonctionner de petites meules : un fragment d’une meule d’une diamètre de 0,24 m a été mis au jour à proximité (Small, Buck 1994, p. 47-49).

31Cette interprétation a été contestée par K. Greene qui a montré les faiblesses de la documentation alléguée (Greene 1999). A. Wilson a proposé d’interpréter bien plus banalement la structure comme une latrine (Wilson 2002, p. 11, note 56). L’emplacement au coeur de la villa et les dispositifs (tuiles, logements de poutrelles soutenant les sièges) plaident effectivement pour cette identification et il faut donc éliminer San Giovani di Ruoti des moulins hydrauliques italiens.

Les moulins hydrauliques de Rome et des environs

32Rome a fourni l’ensemble de plus dense de moulins hydrauliques. Leur présence était déjà connue par des textes : les Régionaires du IVe siècle les mentionnent, de même que Prudence (Contre Symmaque, 2, 948-950), puis Cassiodore vers 533- 537 (Variae, 11, 39, 1-2).

33L’archéologie commence à en mettre au jour les vestiges. Le cas le plus typique est celui de la meunerie du Janicule. Lors de l’urbanisation de cette zone en 1886, R. Lanciani fouilla une section de l’Aqua Traiana et dégagea les premiers moulins. En 1990, lors de travaux pour poser des câbles électriques, Malcolm Bell effectua une fouille d’urgence dans la rue devant l’American Academy at Rome, via Medici ; il mit au jour un puits d’engrenage et des paliers de roues. En 1998-1999, une fouille effectuée par A. Wilson sous le parking de l’American Academy a permis de compléter le plan (Wilson 2000, 2001).

34L’aqueduc de Trajan qui fut inauguré en 109 a été dégagé sur 13 m. Il mesure 0,94 m de large pour 1,97 m de haut. Au IIIe s., une meunerie fut édifiée à cheval sur l’aqueduc (fig. 13). La construction est datée par la présence d’un tesson de sigillée claire africaine A, forme Hayes 31, dans la tranchée de fondation. Deux canaux se détachaient obliquement de l’aqueduc, puis courraient parallèlement à l’aqueduc et le rejoignaient en aval du moulin. Dans la partie dégagée, l’eau du canal nord entraînait trois ou quatre roues à fil d’eau placées l’une derrière l’autre. Le canal sud ne comportait qu’une seule roue, mais plus grande. Les roues étaient larges de 1,65 m pour donner suffisamment de prise à l’eau ; celles du canal nord avaient un diamètre de 2,30 m et elles étaient séparées par une distance de seulement 2,60 m. La roue sud avait un diamètre de 3,20 m. Elle devait actionner des meules plus grandes ou un couple de meules. Huit meules en basalte ont été retrouvées. Leur diamètre varie entre 63 et 80 cm.

  • 7 Procope, Bell. Goth. V, 19, 18 dit que Bélisaire fit boucher tous les aqueducs pour que les Goths (...)

35Le moulin a fonctionné jusqu’à la fin du IVe ou au début Ve siècle, époque où le canal nord fut obturé par un mur, l’aqueduc continua de fonctionner mais le centre du moulin aurait été alors transformé en fontaine. Plus tard, probablement lors du siège de la ville en 537, lorsque les Goths bloquaient Bélisaire, le canal fut bouché par sur une longueur de 6,25 m par des blocs de remploi, destiné à empêcher que des assaillants entrent en ville par ce canal proche de la muraille d’Auréliene7. C’est lors du même épisode guerrier que les Goths coupèrent les aqueducs de Rome contraignant les habitants à installer des moulins flottants sur le Tibre (Procope, Bell. Goth. I, 19).

Fig. 13. Rome, Janicule: plan de la meunerie (d’après Wilson 2001)

Fig. 14. Rome, Palatin : plan du pavement fait de meules hydrauliques (d’après Wilson 2003, fig. 2)

Fig. 15 Rome, Palatin : pavement fait de meules hydrauliques (d’après Wilson 2003, fig. 4)

36Selon A. Wilson, l’emplacement de la meunerie sur un canal public impliquerait qu’elle ait appartenu à l’administration de l’Annone. Cette dernière, à partir du IIIe siècle, fournit du pain et non plus du grain, ce qui supposerait qu’elle organise la mouture et la cuisson.

37D’autres moulins ont été signalés sur les pentes du Janicule et il devait en exister sur plusieurs aqueducs de la Ville. En effet, des fouilles effectuées au pied de la Domus Tiberiana sur le Palatin ont livré une cinquantaine de meules provenant d’au moins cinq moulins hydrauliques (Wilson 2003). Les meules sont remployées dans des pavements et structures du Ve siècle : elles étaient donc en fonction dans des moulins plus anciens (fig. 14-15). Un dépôt de meules du même type, découvert près de la Porta Maggiore, montre qu’il y avait une autre grande meunerie dans ce secteur de la ville (Wilson 2003, p. 102).

38Des moulins de moindre importance devaient être dispersés dans la ville et dans ses environs. On sait qu’un moulin hydraulique fut installé dans les soussols des thermes de Caracalla, probablement dès la période 212-235 pour utiliser les eaux usées ; il aurait fonctionné jusqu’en 537 après J. -C. On sait aussi par Cassiodore Var. 3, 31, 2 qu’aux abords de Rome des moulins à eau étaient implantés sur les aqueducs apportant l’eau à la Ville (Wilson 1999, p. 326).

  • 8 Information et documentation inédites aimablement fournies par Jørgen M. Hansen que je remercie vi (...)

39Signalons à ce propos que, sur un aqueduc qui alimente la Villa Hadriana près de Tivoli, une équipe de l’Académie du Danemark à Rome a mis au jour des vestiges interprétés comme ceux d’un moulin à roue horizontale8. Le site étant très dégradé, cette identification reste à confirmer par la poursuite des fouilles.

  • 9 En Sabine à l’époque carolingienne, le moulin à eau n’est pas un élément constitutif de la curtis. (...)

40Dans le Latium, comme en Gaule, l’utilisation de moulins à eau continue à la fin de l’Antiquité et les sources de la période carolingienne les mentionnent parfois. À cette époque, les moulins sont encore possédés par des alleutiers, souvent co-propriétaires. Ce n’est qu’à partir du Xe siècle que les seigneurs vont s’emparer des moulins pour en faire l’un des éléments de leur domination économique9.

Fig. 16. Cerveteri, Musée : meules dormantes en basalte provenant probablement de moulins hydrauliques antiques (cliché J. -P. Brun)

La mouture hydraulique en Italie : une enquête à réaliser

41Au total, malgré l’accélération des recherches, le nombre de moulins hydrauliques antiques ne s’est pas accru de façon notable ces dernières années comme en France ou en Suisse. Il est peut-être significatif que les recherches récentes sur les moulins italiens ont été le fait de chercheurs anglais, suédois, danois, français mais rarement italiens, à l’exception notable de W. Johannowsky. L’Italie est une contrée dont la richesse archéologique est exceptionnelle et, encore aujourd’hui, l’attention des chercheurs y est focalisée sur les thèmes académiques traditionnels, de l’épigraphie au décor monumental ou privé. La recherche, sauf opérations d’urgence comme celle qui a conduit à la découverte du moulin de Celano en 1997 trouvé sur le tracé d’un gazoduc, se concentre le plus souvent sur les villes et les nécropoles.

42Or les moulins hydrauliques sont, à de rares exceptions près, dispersés dans la campagne, le long des cours d’eau ou des aqueducs, souvent dans le cadre domanial mais hors du corps central de la villa. Il faut donc faire un effort particulier pour les découvrir. Par ailleurs, le mobilier archéologique conservé dans les musées est d’une telle abondance et d’une telle richesse que n’a été effectuée aucune enquête sur les meules anciennement trouvées à l’instar du beau travail de viennent de réaliser D. Castella et T. Anderson dans les musées de Suisse (Anderson et alii 2004 ; Castella, Anderson 2004).

43Citons seulement deux cas pour illustrer le potentiel de recherche dans ces deux domaines : prospections et collections. En 1958, L. Fantini a trouvé, dans le lit de la rivière Idice près de Bologne, cinq meules circulaires allantes et une dormante en grès et en chloristoschiste, d’un diamètre compris entre 0,58 et 0,64 m (Fantini 1968). La meule dormante est percée au centre et tous les catilli comportent une mortaise rectangulaire servant à loger une anille à leur partie inférieure. Les dimensions, les particularités des meules, notamment la valeur de l’angle de surface de mouture et leur lieu de découverte, dans les gravières de la rivière, conduisent à émettre l’hypothèse de la présence à cet endroit d’une meunerie hydraulique détruite par des carrières de graviers.

44En 2005, j’ai repéré deux meules dormantes en basalte de grand diamètre avec un large orifice central hors contexte dans la cour du musée de Cerveteri ; étant donné leurs caractéristiques, il me paraît probable qu’il s’agit de meules de moulins hydrauliques antiques (fig. 16).

45En attendant d’éventuelles découvertes fortuites, peut-être à l’occasion de grands travaux, la première démarche pour faire avancer ce sujet serait donc de réaliser une enquête dans tous les musées et dépôts italiens pour en recenser les meules de tous types. Comme en Suisse et en Narbonnaise, une telle enquête permettrait de mesurer pour l’Italie la place des moulins animés par la force hydraulique par rapport à ceux actionnés par les animaux ou les hommes.

Bibliographie

Bibliographie

Amouretti 1986 : AMOURETTI M. -C., Le pain et l’huile dans la Grèce antique, Évolution des techniques agraires d’Hésiode à Théophraste, Centre de Rech. d’Hist. Anc. de Besançon, vol. 67, 1986.

Anderson et alii 2004 : ANDERSON T. J., CASTELLA D., DOSWALD C., VILLET D., Meules à bras et meules « hydrauliques » en Suisse romaine : répartition et pétrographie, Minaria Helvetica, 24, 2004, p. 3-16.

Brun et Borréani 1998 : BRUN J. -P, BORREANI M., Deux moulins hydrauliques du Haut-Empire romain dans le département du Var (villae des Mesclans à la Crau et des Laurons/Saint-Pierre-aux-Arcs-sur-Argens), Gallia, 1998, p. 279-326.

Brun 1999 : BRUN J. -P avec la coll. de BORRÉANI M.., Carte archéologique de la Gaule, Département du Var. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1999.

Brun 2004 : BRUN J. -P, Un moulin hydraulique dans la villa romaine de Saint-Michel à La Garde, Revue du Centre Archéologique du Var, 2004, p. 78-86.

Brun 2006 : BRUN J. -P, L’énergie hydraulique durant l’Empire romain : quel impact sur l’économie agricole ? in : Lo Cascio E. (éd.), Innovazione tecnicae progressa economico. Atti del convegno internazionale di Capri, 2003. Bari, Edipuglia, 2006, p. 101-130.

Castella et Anderson 2004 : CASTELLA D., ANDERSON T. J., Les meules du Musée Romain d’Avenches, Pro Aventico, 46, 2004, p. 115-169.

Cianfarani 1958 : CIANFARANI V., Guida delle Antichità di Sepino. Milano, 1958.

Cimorelli 1914 : CIMORELLI G., Nel territorio di Venafro, una importante scoperta archeologica. Venafro 1914, p. 1-10.

Comet 1992 : COMET G., Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France,VIIIe-XVe siècle). Rome, 1992 (EFR; 165).

Corbier 1991 : CORBIER M., La transhumance entre le Samnium et l’Apulie : continuités entre l’époque républicaine et l’époque impériale, in : La romanisation du Samnium aux IIe et Ier siècles avant J. -C. Naples, Centre J. Bérard, 1991, p. 151-176.

Cortese 1997 : CORTESE M. E., L’acqua, ilgrano, il ferro. Opifici idraulici medievali nel bacino Farma-Merse. Quaderni del dipartimento di archeologiae storia delle arti, Sezione archeologia. Università di Siena. Firenze, 1997 (318 p.).

Cosentino et Mieli 1998 : COSENTINO S., MIELI G., Un impianto produttivo altomedievale : il mulino di Le Paludi di Celano, in : D’Ercole V., Cairoli R., Archeologia in Abruzzo. Storia di un metanodotto tra industriae cultura. Montalto di Castro, Arethusa, 1998, p. 177-196.

Di Meo 2005 : DI MEO V., Analisi diacronica di un territorio : I mulini ad acqua nell’Alta Valle del Volturno. Università di Roma La Sapienza. Tesi di laurea, 2005.

Fantini 1968 : FANTINI L., Macine romane dal greto dell’Idice, Strenna storica bolognese, 18, 1968, p. 187- 207.

Greene 1999 : GREENE Κ., Book reviews : The excavations of San Giovani di Ruoti, American Journal of Archaeology, 103, 1999, p. 577-579.

Jacobi 1912 : JACOBI H., Römische Getreidemühlen. Saalburg-Jahrbuch, 3, 1912, p. 75-95.

Jacono 1938 : JACONO L., La ruota idraulica di Venafro, L’ingegnere, 12-15, 1938, p. 850-853.

Johannowsky 1994 : JOHANNOWSKY W., Canalie fiumi per il trasporto del grano, in : Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la république jusqu’au Haut Empire. Naples / Rome, Centre J. Bérard, 1994, p. 159-165.

Moritz 1958 : MORITZ L. Α., Grain-mills and flour in classical Antiquity. New-York, 1958.

Quilici 1996 : QUILICI L., Evoluzione tecnica nella costruzione dei ponti : tre esempi tra età repubblicanae alto medioevo, in : Strade romane, pontie viadotti, Atlante tematico di topografia antica, 5, 1996, p. 267- 292.

Pellegrini 2003 : PELLEGRINI W., Antiche industrie di farina, olioe vino. Documenti di storia del lavoroe delle tecnologie in agricoltura lungo i corsi di Vomano, Finoe Piomba, Provincia di Teramo, comunità montana zona N-Cermignano. Atri, Polis, 2003 (527 p.).

Small et Buck 1994 : SMALL A. M., BUCK R. J., The excavations of San Giovani di Ruoti, I, The villas and their environment. Toronto, 1994.

Toubert 1973 : TOUBERT P., Les structures du Latium médiéval. Rome, École française (BEFAR n° 221), 1973 (2 volumes, 1500 p.).

Wikander 2000 : WIKANDER Ö., Handbook of ancient water technology. Leyden / Boston/Köln, Brill, 2000.

Wilson 1999 : WILSON Α., Deliveries extra urbem: acqueducts and the countryside, Journal of Roman Archaeology, 1999, p. 314-331.

Wilson 2000 : WILSON Α., Mulini, acquedottie assedi sul Gianicolo, Forma Urbis, V, 2, febbraio 2000, p. 32-37.

Wilson 2001 : WILSON Α., The water-mills on the Janiculum, Memoirs of the American Academy in Rome, 45, 2001, p. 219-246.

Wilson 2002 : WILSON Α., Machines, power and ancient economy, Journal of Roman Studies, 92, 2002, p. 1-32.

Wilson 2003 : WILSON Α., Late antique water-mills on the Palatine, Papers of the British School at Rome, LXXI, 2003, p. 85-109.

Notes

1 En dernier lieu : Amouretti 1986, Wikander 2000, Wilson 2002.

2 Voir la communication de Philippe Leveau dans ce volume, p. 185.

3 Pline N. H. XVI1I, 97 : Maior pars Italiae nudo utitur pilo, rotis etiam, quam aqua verset, obiter et mola. “Dans la plus grande partie de l’Italie, on se sert d’un pilon nu ou encore de roues que l’eau fait tourner, à l’occasion on utilise aussi une meule” (traduction H. Le Bonniec). La mention concernant les roues hydrauliques s’insère dans un paragraphe consacré au pilage du grain dans des mortiers, mais la mention de l’utilisation de meules laisse planer un doute sur l’appareil qui est évoqué : s’agit-il d’un pilon à mouvement alternatif actionné par un arbre à cames ou bien d’un moulin à eau ? Le point crucial est le fait que Pline mentionne l’usage de l’énergie hydraulique dans la majeure partie de l’Italie, comme un phénomène banal.

4 Sur cette inscription de 169-172 (C. I. L. IX, 2428) souvent commentée, voir Corbier 1991, p. 151-176.

5 Les sondages effectués autour du puits d’engrenage ont surtout rencontré des terrains remaniés lors des travaux de restauration. Une couche liée à la construction de cette structure a livré quelques rares éléments de datation (un as de Trajan, un fragment de plat Hayes 50A en sigillée claire C). La présence de ce dernier repousse la datation dans la seconde moitié du IIIe siècle au plus tôt.

6 Vitruve, Arch. X, 5, 2 : Secundum id, tympanum maius item dentatum planum est conlocatum quo continetur. Le moulin décrit par Vitruve tournait donc à une vitesse relativement lente, à peu près celle de la roue motrice (sur cette question, voir G. Comet 1992, p. 415-437).

7 Procope, Bell. Goth. V, 19, 18 dit que Bélisaire fit boucher tous les aqueducs pour que les Goths ne puissent pas entrer en ville par les canalisations.

8 Information et documentation inédites aimablement fournies par Jørgen M. Hansen que je remercie vivement.

9 En Sabine à l’époque carolingienne, le moulin à eau n’est pas un élément constitutif de la curtis. Au VIIIe siècle, une seule curtis en possède : le Casale Paternus. En 814, un moulin est signalé dans la curtis près d’Antrodoco. À partir de la seconde moitié du IXe siècle, ils se multiplient : en 855, en 877 à la cella San Donat ; en 897, un moulin dans la massa d’Amiterno ; plusieurs moulins suburbains à Rieti (à partir de 792) et à Viterbe (en 788) (Toubert 1973, p. 460 note 3).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de l’Italie montrant la localisation des sites mentionnés (dessin J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 2. Vue aérienne de la zone fouillée à Saepinum (cliché J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Légende Fig. 3. Le moulin de Saepinum : plan (dessin J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 4. Le moulin de Saepinum : vue générale (cliché J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende Fig. 5. Le moulin de Saepinum : le coursier (cliché J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 6. Restitution du moulin de Saepinum (dessin S.Girardot)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7. La roue du moulin de Vénafre. Reconstitution du Musée archéologique national de Naples
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 8. Concrétions enveloppant la roue du moulin de Vénafre. Vue frontaleMusée archéologique national de Naples (cliché J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 9. Concrétions enveloppant la roue du moulin de Vénafre Vue latérale
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 10. Concrétions enveloppant la roue du moulin de Vénafre Vue de l’intérieurMusée archéologique national de Naples (cliché J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 8. Moulin de Paludi de Celano : plan (d’après Cosentino et Mieli 1998)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 9. Le moulin hydraulique de Paludi de Celano : à gauche, 1-4 : aluchons et fuseau en bois; à doite : catillus et meta Échelles différentes, (d’après Cosentino et Mieli 1998)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 10. Apice : le pont sur le Calore (cliché J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 11. Pont d’Apic sur le Calore : vestiges de l’installation d’après Johannovsky 1994
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 12. Pont d’Apice sur le Calore, d’après Quilici 1996 fig. 22-23 (la coupe est inversée par rapport au plan)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 13. Rome, Janicule: plan de la meunerie (d’après Wilson 2001)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 14. Rome, Palatin : plan du pavement fait de meules hydrauliques (d’après Wilson 2003, fig. 2)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 15 Rome, Palatin : pavement fait de meules hydrauliques (d’après Wilson 2003, fig. 4)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 16. Cerveteri, Musée : meules dormantes en basalte provenant probablement de moulins hydrauliques antiques (cliché J. -P. Brun)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/436/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540