Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Énergie hydraulique et machines élévatrices d'eau dans l'Antiquité

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Jean-Luc Fiches

Moulins hydrauliques

L’apport des meules à la connaissance des moulins hydrauliques romains en Languedoc

Samuel Longepierre

Texte intégral

1Les découvertes de moulins hydrauliques d’époque romaine dans le sud-est de la France se sont multipliées ces dernières années en rapport avec le regain d’intérêt qu’ils suscitent désormais. Leur aménagement peut être imposant, à Barbegal par exemple (Leveau 1996, p. 12-22), ou encore dans l’établissement de l’Auribelle-Basse (Pézenas, Hérault) dans la vallée de l’Hérault (Mauné 2003, p. 314-320). Mais le plus souvent, il se limite à quelques constructions très modestes, établies à proximité d’un aqueduc construit ou simplement creusé dans le substrat. Le moulin de la villa de Saint-Pierre/Les Laurons (Arcs-sur-Argens, Var) ou encore, pour la Suisse, celui d’En Chaplix (Avenches) construit en matériaux périssables, en sont des illustrations (Brun 1998, p. 303-307 ; Castella 1994). D’interprétation parfois délicate, plusieurs moulins antiques ont ainsi pu échapper à l’attention au moment de la fouille, surtout lorsque celle-ci est ancienne ou a été menée dans l’urgence. Ainsi, c’est en reprenant la documentation de la villa de Saint-Michel (La Garde, Var), plus d’une vingtaine d’années après la fouille, que Jean-Pierre Brun a découvert l’existence d’un moulin (Brun 2004, p. 82-84). C’est une meule de grand format, autrefois découverte au fond d’un canal désormais interprété comme le coursier du moulin, qui est notamment à l’origine de cette relecture. Ce sont peut-être ces meules qui constitueront en définitive l’élément décisif permettant de mesurer la diffusion des moulins à eau durant l’époque romaine. Il semble plus facile en effet d’attester la présence d’un moulin hydraulique par l’étude des meules collectées que par l’identification du bâti davantage subordonnée à l’aléa des découvertes. Si les meules doivent être a priori plus nombreuses aux abords du moulin, elles font également couramment l’objet de remplois, surtout comme matériaux de construction, et peuvent se retrouver en n’importe quel point d’un site fouillé. On peut encore les identifier à l’issue de prospections. La reconnaissance des moulins à eau, à partir des meules découvertes sur les sites d’habitat, n’est possible que lorsque ces deux catégories de sites se confondent. En l’état des découvertes, le cas est fréquent pour la région qui nous intéresse : en Gaule narbonnaise, les neuf moulins à eau retrouvés dans les campagnes, outre le cas spécifique de Barbegal, sont tous directement implantés dans l’emprise d’établissements ruraux importants, généralement des villae, où ils comptent souvent parmi les installations de la pars rustica (Mauné 2003, p. 298, 322). En Suisse en revanche, les trois moulins identifiés pour l’époque romaine sont extérieurs à l’habitat et cela peut annoncer des identifications ultérieures plus difficiles (Castella 2004, p. 118).

  • 1 L’emploi du terme de moulin à sang présente l’avantage de faire référence à un moulin de grand for (...)

2Mais est-il possible de définir un type de meule à usage strictement hydraulique ? Sur la base d’un certain nombre de meules romaines de grand format, provençales et principalement languedociennes, nous allons voir quels sont les critères typologiques de cette identification, ainsi que leurs limites, en vue de distinguer les trois types de meules utilisés dans le monde romain : meule hydraulique, meule à sang1 et enfin meule manuelle (Amouretti 1995, p. 43). Issus pour l’essentiel de fouilles récentes, ces types nous permettent par ailleurs d’envisager le rôle joué par chacun dans la diffusion des meules en fonction de trois catégories distinctes de sites : les établissements ruraux modestes, les villae et les agglomérations. Précisons également que les meules étudiées sont principalement réservées à la mouture des céréales, les meules à huile, notamment, étant rares en Languedoc, à la différence de la Provence orientale où elles sont mieux attestées (Brun 1997, p. 73).

  • 2 Un groupe d’étude sur les meules qui regroupe une dizaine de chercheurs à l’échelle nationale s’es (...)

3Il s’agit d’amorcer ici un premier bilan pour la Gaule narbonnaise, bilan qui reste encore provisoire en raison de recherches en cours. D’autre part, les possibilités de comparaison pour le reste de la Gaule romaine se limitent à quelques cas. Si une attention accrue est désormais portée à ces objets qui permet d’espérer dans un avenir proche des études régionales en France2, c’est seulement pour la Suisse, grâce aux travaux récents et précurseurs de T. Anderson et D. Castella, que nous disposons de l’étude exhaustive de plusieurs collections de meules d’époque romaine (Anderson 2004). Cette étude a notamment permis de mettre en lumière la part importante des meules présumées hydrauliques face au traditionnel moulin à bras rotatif.

Meules hydrauliques, meules à sang, meules manuelles : quels critères distinctifs ?

4Afin de s’inscrire dans la continuité des travaux précédents, résumons brièvement les principaux critères descriptifs qui ont pu être évoqués afin de distinguer une meule hydraulique d’une meule manuelle ou à sang, sur la base d’exemples d’époque romaine issus de France, de Suisse ou d’Allemagne (Anderson 2004, p. 129-141; Baatz 1995, p. 5-18; Castella 1994, p. 46-62) : à côté de meules manuelles dont le diamètre est généralement inférieur à 48 cm, on observe des meules de grand format comprises entre 48 et 92 cm de diamètre. Pour ces dernières, certains catilli (meules supérieures tournantes) sont caractérisés par l’absence de logement d’un manchon ou de tout autre système d’entraînement périphérique, contrairement aux meules manuelles ou à sang (fig. 1). L’anille, solidaire de l’axe vertical, joue alors un rôle de mobilisation du catillus pour la transmission du mouvement induit par la force hydraulique, en plus de son rôle de centrage, voire de réglage de l’écartement des meules, qu’elle a déjà dans les deux autres types de meules (Amouric 1997a, p. 40). Par ailleurs, la face supérieure des catilli hydrauliques est conique, nécessitant pour l’introduction du grain un auget en bois suspendu au dessus de la meule. Une forme concave, qui tient alors lieu de réceptacle, caractérise à l’inverse la face supérieure des catilli manuels ou à sang, hormis dans le cas des moulins pompéiens qui requièrent en plus l’adjonction d’une trémie en bois. Concernant les metae (meules inférieures fixes) hydrauliques, elles doivent impérativement présenter un œillard perforant afin de laisser un libre passage à l’axe vertical dans la transmission du mouvement. Si un certain nombre de ces meules hydrauliques provient de la fouille de moulins à eau antiques, leur présence lors des fouilles du camp romain de Zugmantel, caractérisé par l’absence d’eau courante, a également permis de proposer leur utilisation pour des moulins à traction animale (Baatz 1995, p. 14-15, fig. 16). L’hypothèse d’une installation reprenant le principe du moulin hydraulique a été envisagée, un animal se situant en lieu et place de la roue. Ce système à mécanisme indirect, associant une lanterne au pouvoir démultiplicateur important, comme celle retrouvée lors des fouilles, présente l’avantage d’obtenir des vitesses de rotation des meules bien plus importantes que dans le cas d’un moulin à traction animale classique, associé a un travail lent (Moritz 1958, p. 125). Toutefois, cette machine, dont la complexité de réalisation est proche de celle d’un moulin hydraulique à roue verticale, est attestée pour des périodes plus récentes, mais son existence reste à démontrer pour l’époque romaine. Quoi qu’il en soit, il paraît somme toute vraisemblable que son usage, s’il se confirme pour l’Antiquité, n’ait été alors que limité durant cette période.

Le problème des metae dans la distinction entre meules hydrauliques et meules à sang

5Concernant le sud-est de la France, si l’on omet un certain nombre de fragments de meules de type Pompéi qui ne sont pas illustrés dans cette communication, le catalogue présenté comprend un lot de 26 meules de grand format (fig. 6-7), l’essentiel pouvant être considéré comme renvoyant à une installation hydraulique selon les critères définis ci-dessus. Toutefois, les 8 metae à œillard perforant du catalogue ne peuvent selon nous constituer un critère discriminant pour envisager une utilisation de l’énergie hydraulique, plutôt que de la force animale/humaine, nos possibilités d’identification s’en retrouvent donc réduites. Jusqu’à présent, parmi les trois variantes de moulins à sang recensées, toutes sont associées à des metae à œillard non perforant, reléguant ainsi l’usage de l’œillard perforant aux meules hydrauliques. Il s’agit du moulin pompéien de forme biconique, le plus diffusé (Peacock 1989), du moulin de type Volubilis, connu au Maroc et au Portugal (Luquet 1966, p. 306, 308; Williams-Thorpe 1988, p. 260) et enfin du moulin de type Haltern/Rheingônheim, attesté en Suisse et en Allemagne (Baatz 1995, p. 11-12; Castella 2004, p. 129-130). En Languedoc cependant, la reconnaissance de deux metae de grand format à œillard perforant dans des secteurs très vraisemblablement dépourvus d’eau courante pose problème. Il s’agit de la meta n°21 (fig. 7), issue d’une petite ferme fouillée en totalité, et de la meta n°15 (fig. 7) qui provient de l’oppidum de Ruscino (Pyrénées-Orientales). Il faut également mentionner la découverte d’une meta à œillard perforant caractérisée par une massivité remarquable, avec une hauteur de flanc de 0,32 m (fig. 2 et fig. 7 n°22) ; les metae hydrauliques connues à ce jour disposent de flancs nettement plus bas, entre 3,5 et 4 cm par exemple pour le moulin d’En Chaplix à Avenches (Castella 1994, p. 46). Cette massivité n’est pas sans rappeler celle des dormantes de moulins à sang de type pompéien ou Volubilis, dont le rôle tient à d’évidentes raisons de statique pendant le travail. Il semble donc qu’en Languedoc des moulins à sang aient associé des metae à œillard perforant ou non, à l’instar des metae manuelles. Pour cette raison, nous considérons que seules les metae munies d’un œillard non perforant (fig. 7, n°24) sont représentatives de l’utilisation d’un des deux types de moulins de grand format, à savoir celui à sang.

Fig. 1. Schéma des quatre types de moulins reconnus en Gaule narbonnaise et comparaison avec le moulin à sang de type Haltern/Rheingönheim (n°2) attesté en Suisse et Allemagne
* La meta de ces moulins n’est pas caractéristique du type n°3 ou du type n°5.

Fig. 2. Vue d’une meta à sang ou hydraulique en calcaire du Burdigalien (n°22) exposée dans la cour d’un établissement agricole à Tresque (Gard)

6Ainsi, les meules romaines de grand format peuvent être classées en trois catégories : les meules à sang/hydrauliques (essentiellement des metae à œillard perforant), les meules hydrauliques (essentiellement des catilli) et enfin les meules à sang (metae à œillard non perforant, catilli, molae asinariae) (fig. 1).

Critères distinctifs entre meules de grand format et meules manuelles

7Lorsque qu’il n’est pas possible de déterminer pour une meule une utilisation de l’énergie hydraulique ou de la force animale/humaine, comme nous l’avons évoqué, ou lorsque l’objet est trop fragmenté, les critères les plus significatifs qui permettent une attribution à un moulin de grand format, en opposition au moulin manuel, sont d’une part le diamètre, d’autre part le degré d’inclinaison des faces de mouture.

Le diamètre des meules

8Ces deux principaux critères varient cependant dans le sud-est de la France selon que l’on se situe durant le Haut-Empire, ou durant l’Antiquité tardive. Seules deux meules parmi les 26 du catalogue présenté semblent devoir se rattacher à cette seconde période. Pour les autres, leur attribution au Haut-Empire est fonction de la datation du contexte archéologique associé (20 individus) ou, si celle-ci n’est établie, du matériau utilisé, soit du basalte vacuolaire (4 individus). En Languedoc en effet, les meules en basalte, quasi-exclusives sur les sites du Haut-Empire, ne sont plus attestées dans le courant du Bas-Empire, voire dès le début du IIIe s. ap. J. -C., au profit de l’utilisation d’autres matériaux, principalement des grès et des conglomérats (Longepierre à paraître).

9Si le diamètre des meules manuelles est toujours compris entre 33 et 40 cm durant le Haut-Empire (sur la base d’un lot d’environ 250 individus), il peut atteindre 47 cm durant le Bas-Empire. Ainsi, le catillus n°8 (fig. 6), d’un diamètre de seulement 47,5 cm, se rangerait difficilement parmi les meules de grand format d’époque romaine s’il n’avait pu être rattaché au Haut-Empire. De manière générale, si le diamètre des meules hydrauliques est plus fréquemment compris entre 60 et 70 cm, il en existe de faible envergure, celles retrouvées lors des fouilles du moulin à eau de Martes-de-Veyre (Puy-de-Dôme) se situant entre 48 et 92 cm de diamètre (Romeuf 1978). Le diamètre des 26 meules de grand format du catalogue (outre le n° 10, fig. 6) se situe quant à lui entre 47,5 et 88 cm, pour une moyenne de 64 cm. Précisons que pour les meules dont l’attribution à un moulin hydraulique ou à sang est possible, cette moyenne est respectivement de 69 cm (9 individus) et de 66 cm (5 individus). Concernant deux fragments de metae (fig. 7, n° 20 et 21) dont l’état de conservation ne permet pas d’estimer le diamètre, c’est celui de l’œillard, situé à 12 et 14 cm, qui autorise le rapprochement avec des meules de grand format, le diamètre de l’œillard des metae manuelles ne dépassant jamais 6 cm.

Le degré d’inclinaison des faces de mouture

  • 3 Il faut également évoquer le catillus en grès n°10 (fig. 6) du catalogue, à face de mouture plate. (...)

10Par ailleurs, les meules de grand format du catalogue appartenant au Haut-Empire ont une inclinaison des faces de mouture située, à une exception près (fig. 6, n°13), entre 21° et 36° (18 cas), pour une moyenne de 27°. Cette moyenne reste représentative si l’on ne considère que les meules hydrauliques, ou celles à sang. Il s’agit donc d’une inclinaison sensiblement plus marquée que celle des meules manuelles qui est comprise entre 10° et 20°, cette dernière valeur n’étant jamais dépassée. Concernant les meules hydrauliques d’Avenches, un constat de près similaire a été fait (Anderson 2004, p. 131). Variant entre 54° et 64°, le degré d’inclinaison de la face de mouture des meules à sang de type Pompéi ou Volubilis est lui aussi particulièrement élevé (Luquet 1966, p. 306 ; Peacock 1989, p. 207). Cette forte conicité des meules de grand format est généralement mise en relation avec une faible vitesse de rotation, le passage à des meules hydrauliques à face de mouture plate ou quasi-plate durant le Moyen Âge pouvant indiquer des vitesses de rotation dès lors supérieures (Amouric 1997b, p. 90). Concernant les meules manuelles du Languedoc, le passage à des faces travaillantes totalement planes se fait dans le courant des VIe -VIIe s. (étude en cours). Pour les IXe - Xe s., une meule hydraulique, ou plutôt à sang, de profil plat également, a été trouvée lors de fouilles réalisées sur la commune de Dassargues (Gard) (Amouric 1997b, p. 93). S’il s’agit à notre connaissance de la seule mention de découverte de meules de grand format pour le haut Moyen Âge, aussi bien en Languedoc qu’en Provence, il est envisageable que dès cette époque, la face de mouture des meules, indépendamment des types existants, soit désormais horizontale. La question qui a été posée, mais qui reste sans réponse claire tant les découvertes de meules de grand format sont rares pour l’Antiquité tardive, est celle de la diminution progressive de la conicité des faces travaillantes des meules hydrauliques durant cette période (Amouric 1997b, p. 90 ; Castella 1994, p. 57). Parmi les meules du catalogue, les deux seules qui peuvent se rattacher à l’Antiquité tardive présentent une faible conicité de leur face de mouture. Il s’agit d’une part de la meta n°22 (fig. 7), hydraulique ou à sang. Découverte lors de labours profonds sur l’emprise d’un site occupé durant tout l’empire romain, l’inclinaison de sa face de mouture n’est que de 16°. Puisque confectionnée dans un matériau non basaltique, un calcaire du Burdigalien, cette meule languedocienne a de très fortes probabilités d’être postérieure à la fin du IIe s. ap. J. -C. La seconde meule est un catillus hydraulique (fig. 6, n°7) issu des fouilles du site de l’Ermitage (Pézenas, Hérault), occupé du Ve s. au XIVe s. ap. J. -C. Non datée, son diamètre restreint de 85 cm plaide davantage pour une origine antérieure aux alentours de l’an 1000 (Belmont 2006, p. 67). Sa face de mouture, encore conique mais faiblement (7° d’inclinaison), permet d’envisager une attribution à l’Antiquité tardive. Par ailleurs, un fragment de catillus de grand format (hydraulique?) a été retrouvé dans le comblement d’un silo médiéval présent sur l’emprise de la villa de Saint-André-de-Codols à Nîmes (fig. 6, n°9). Mais le profil conique de sa face supérieure, et non horizontal à l’instar des meules médiévales, ainsi que le matériau utilisé, du basalte, indiquent qu’il s’agit probablement d’un remploi d’origine romaine. En fonction du fragment conservé, sa face de mouture est plate ou très faiblement conique3. Concernant la Provence, des meules hydrauliques de profil peu marqué sont également attestées pour l’époque romaine. Un fragment de meta en basalte dont la face de mouture est inclinée de seulement 5° fonctionnerait peut-être avec l’état final d’activité du moulin des Mesclans (La Crau, Var), daté de la première moitié du IIIe s. ap. J. -C. (Brun 1998, p. 297). Sur la villa de Saint-Michel (La Garde, Var), une meta en basalte présentant une inclinaison similaire de 4° a également été retrouvée sur l’emprise d’un moulin à eau abandonné après le début du IVe s. ap. J. -C. (Brun 2004, p. 78).

11Ainsi, si durant l’Antiquité ont coexisté des meules hydrauliques au profil soit fortement, soit peu marqué, il reste à démontrer que ces variantes s’inscrivent bien au sein d’une évolution chronologique dont la transition, en fonction des quelques exemples présentés, pourrait se situer dès les IIe IIIe s. ap. J. -C. C’est durant le second siècle de notre ère par ailleurs que D. Baatz, en l’état des connaissances, situe l’invention de la lanterne permettant une accélération du mouvement (Baatz 1995, p. 10-1 7). Cette innovation majeure pourrait dès lors nécessiter une diminution du profil des meules hydrauliques. Quoi qu’il en soit, il est possible de considérer qu’une meule dont l’inclinaison de la face de mouture dépasse 20°-25° illustre certainement une utilisation de l’énergie hydraulique, ou de la force animale/humaine. C’est pour cette raison que nous avons choisi de classer parmi les meules de grand format le petit fragment de meta n°19 (fig. 7), au diamètre pourtant indéterminé.

Critères distinctifs entre un catillus à sang et hydraulique

12Si l’on exclut les catilli de moulin pompéien dont la forme biconique est en elle-même caractéristique, ainsi que l’inclinaison très forte des faces de mouture, la présence d’un ou de deux logements accolés au flanc des catilli à sang et liée à un dispositif d’entraînement périphérique permet de les distinguer des catilli hydrauliques. Dans la plupart des cas toutefois, l’état de fragmentation de la meule ne permet pas d’attester de l’existence ou de l’absence de tels logements. La forme de la face supérieure des catilli constitue alors un critère déterminant dans la distinction entre ces deux types de meules (fig. 1).

13Comme nous l’avons évoqué à partir de divers exemples du monde romain, celle-ci est conique dans le cas des catilli hydrauliques. Concernant les catilli à sang, elle est concave afin de servir de réceptacle au grain, à l’image des moulins de type Volubilis (Maroc et Portugal notamment), Haltern / Rheingônheim (Suisse et Allemagne notamment), ou encore pompéien. Parmi les catilli du catalogue, trois présentent cette caractéristique, avec l’absence (fig. 6, n° 11 et 13), ou la présence (fig. 6, n°12) d’un bandeau périphérique, à l’instar des meules manuelles. Ces exemples languedociens ou provençaux de moulins à sang sont très proches dans leur morphologie des moulins de type Haltern/Rheingônheim (Baatz 1995, p. 11-12; Castella 2004, p. 129-130). Ils correspondent tous à des moulins manuels dont le volume aurait été “gonflé”. Cependant, ils semblent différer entre eux par leur mode d’entraînement. Dans le cas des catilli de type Haltern/Rheingônheim, celui-ci se signale par la présence de deux profondes encoches ménagées en bordure du flanc et en situation opposée (fig. 1, n°2). Ces encoches permettent l’encastrement d’une armature en bois qui, en plus de son rôle d’entraînement, tient lieu d’anille, à l’instar des moulins pompéiens ou encore de type Volubilis (Baatz 1995, p. 11-12, fig. 12). Concernant les fragments de catilli à sang du catalogue, seul un (fig. 6, n°12 : site de Ruscino) est conservé de manière à présenter un aménagement : une encoche en queue d’aronde bordant le flanc se développe sur un plan horizontal, à l’inverse des précédentes. L’état de conservation de la meule ne permet pas de déterminer si une autre encoche faisait pendant à celle observée. Toutefois, la disposition de celle retrouvée, semblable aux encoches d’emmanchement des meules manuelles régionales, suggère, semble-t-il, davantage l’ajout d’un simple manche en bois, nécessitant en plus l’adjonction d’une anille (fig. 1, n° 3), plutôt que l’existence d’un dispositif similaire à celui en vigueur pour les autres moulins à sang identifiés à ce jour. Nous proposons de nommer ce moulin à sang reconnu dans le sud-est de la France, le type “Ruscino”, nom d’un oppidum établi à proximité de Perpignan et sur lequel le premier catillus de ce type a pu être identifié comme tel.

14Au-delà du Haut-Empire en revanche, la forme conique de la face supérieure d’un catillus hydraulique ne semble plus constituer un critère déterminant afin de le distinguer d’un catillus à sang. Durant le Bas-Empire en effet, les catilli manuels recensés en Languedoc ne présentent plus une face supérieure concave, mais conique, un creusement limité au pourtour de l’œillard ayant fonction de réceptacle (fig. 3, n°4). Aucun catillus à sang de production régionale n’est encore connu durant cette période, mais il est envisageable que dès lors soient adoptées pour ce type les mêmes formes que celles en pratique pour les catilli manuels. Seule l’absence ou la présence d’un réceptacle permettrait alors de distinguer un catillus hydraulique d’un catillus à sang. Pour un certain nombre de catilli du catalogue, ce critère n’a pu être observé en fonction de l’état fragmentaire des individus, le pourtour de l’œillard n’étant pas conservé. Toutefois, ces catilli appartenant tous au Haut-Empire, la conicité de la face supérieure a été considérée comme déterminante afin d’envisager une fonction hydraulique. Dans le monde romain, précisons à titre de comparaison que les exemples tardifs de moulins à sang sont rares : si le moulin pompéien est encore attesté dans le courant des IVe -Ve s. ap. J. -C., ceux de types Volubilis ou Haltern/Rheingönheim ne sont pour l’instant connus que pour le Haut-Empire (Castella 2004, p. 129-130 ; Williams-Thorpe 1988, p. 261).

Fig. 3. Présentation des 4 systèmes d’anille utilisés concernant les moulins manuels d’époque romaine en Languedoc

L’anille des catilli hydrauliques : un problème complexe

15En Gaule narbonnaise, les catilli hydrauliques ont fait appel à deux types distincts d’anille, présents ailleurs dans le monde romain : l’anille-crampon et l’anille par-dessous (fig. 1, n°5). Le type d’anille utilisé parmi les catilli à sang de type Ruscino n’étant pas connu en raison de l’état de conservation insuffisant de ceux retrouvés, celle-ci ne peut constituer un critère typologique afin de distinguer un moulin à sang d’un moulin hydraulique.

L’anille-crampon

  • 4 Concernant le catillus n°9 (fig. 8), ce logement est situé, non à proximité de l’œillard, mais du (...)

16L’anille-crampon correspond à un système de double crampons en fer lié à l’axe vertical et ancré dans quatre logements verticaux, généralement circulaires. Situés sur la face supérieure du catillus, le plus souvent à proximité de l’œillard, ces derniers peuvent être disposés en croix, ou en deux files parallèles (Amouric 1997a, p. 43 ; Brun 1998, p. 297, 301). Précisons que la reconstitution de ce dispositif en fonction des logements retrouvés n’est pas une simple vue de l’esprit puisqu’il est attesté, pour des moulins manuels, durant l’époque moderne au Maghreb (Amouric 1997a, p. 44). Pour l’époque romaine, de tels logements ont été observés parmi les meules hydrauliques n° 1, 3, 4 et 94 (fig. 6) du catalogue présenté, avec parfois des traces de fixation au plomb. La mise en relation de ces aménagements avec un système d’accrochage et d’entraînement des catilli est toutefois discutable. D’autres solutions ont été envisagées, principalement celle d’un auget en bois pour l’introduction du grain, d’anneaux en fer pour la manutention des meules, ou encore celle d’un rouet denté horizontal (Castella 2004, p. 136-138; Jacobi 1912, fig. 38). Elles induisent néanmoins que l’anille se réduise à une pièce en bois fichée dans l’œillard du catillus. Nous préférons privilégier en définitive l’existence d’anilles-crampons, en fonction de la présence de logements similaires retrouvés au niveau de 4 catilli manuels languedociens (fig. 3, n°3), ainsi que sur un issu des meules de la collection d’Avenches (Castella 2004, p. 129). Pour ces logements en effet, les différentes hypothèses envisagées, en parallèle à celle d’un dispositif d’anille, ne fonctionnent plus concernant les catilli manuels : pour ces formes, la concavité de la face supérieure sert en elle-même de réceptacle au grain sans nécessiter l’adjonction d’un auget en bois, le poids est trop faible pour solliciter l’apport d’anneaux en fer et la présence d’un rouet denté n’a plus de sens en dehors d’une utilisation de l’énergie hydraulique. Bien que dans le cas des catilli manuels, seuls deux logements, au lieu de 4 pour ceux hydrauliques, soient attestés, ils semblent être en relation avec un même type d’anille dont le domaine dépasse une catégorie de moulin en particulier. Concernant le Languedoc toutefois, ce système n’est que rarement utilisé parmi les moulins manuels où l’on préfère, durant le Haut-Empire, l’anille-plate par-dessus (fig. 3, n°l). Il s’agit d’une pièce de fer plate, rectangulaire ou en forme de double queue d’aronde, qui vient s’insérer dans deux encoches disposées sur la face externe du catillus, de part et d’autre de l’œillard. Un catillus manuel daté de l’époque augustéenne présente par ailleurs un système de fixation d’anille, peu fréquent en Languedoc, qui constituerait en quelque sorte une variante intermédiaire entre les deux possibilités évoquées (fig. 3, n°2). À l’image du schéma figuré et en vue d’une présentation muséographique (musée de Bagnols-sur-Cèze), un axe en fer a été restitué dans les encoches de ce catillus en le pliant légèrement au préalable : une fois insérée, la barre se détend et s’ancre solidement dans la meule, sans nécessiter de fixation.

L’anille par-dessous et autres systèmes

17Située sous la meule, l’anille par-dessous, qui reprend le principe de l’anille-plate par-dessus, correspond au second type d’anille recensé parmi les catilli hydrauliques. Le catillus hydraulique n°7 (fig. 6), de l’Antiquité tardive probablement pour des raisons déjà évoquées, emploie ce système. Parfois, celui-ci se combine avec un système d’anille-crampon, à l’image par exemple d’un catillus du Haut-Empire issu des fouilles du moulin à eau des Mesclans en Provence (Brun 1998, p. 297, fig. 25). Le catillus n°8 (fig. 6), daté du Haut-Empire, présente à son tour une série d’aménagements atypiques qui associent une anille par-dessous à 3 ou 4 ailerons, à au moins trois logements rectangulaires perforant le flanc. Ces derniers semblent être en relation avec un système d’anille d’un type indéterminé qui, peut-on imaginer, est situé quelque part entre l’anille-crampon et le dispositif d’armature en bois utilisé dans les moulins pompéiens. Notons néanmoins que parmi ces logements, le n°5 (fig. 6) diffère des deux autres par sa taille plus importante. Si l’on envisage qu’il corresponde, non à un système d’anille, mais d’entraînement périphérique, il s’agirait alors d’un catillus à sang. Cependant, la conicité de sa face supérieure (le petit décroché en bordure de l’œillard, trop irrégulier, ne devant pas être confondu avec un réceptacle) suggère davantage une utilisation de l’énergie hydraulique. Cette meule a par ailleurs été découverte lors des fouilles de S. Mauné sur la villa de Vareilles (Paulhan, Hérault), qui compte trois moulins à eau se succédant au cours du Haut-Empire, bien qu’elle ne soit pas directement liée à l’emprise de ces aménagements. Le catillus n°3 (fig. 6), daté du Ier s. ap. J. -C., présente également, en plus d’un dispositif d’anille-crampon, un curieux logement rectangulaire perforant le flanc : d’abord ouvert sur la face externe, il se rétrécit ensuite en direction du centre de la meule. Ce logement, s’il sème la confusion des genres à l’image de l’exemple précédent, semble devoir être associé à un système d’anille, plutôt qu’à celui d’un entraînement périphérique de la meule, dont les encoches attestées n’ont pas ce profil complexe. Privilégions donc l’existence d’un catillus hydraulique, comme en témoignent la conicité de la face supérieure, ainsi que le contexte de découverte, une villa (Les Cazelles, Saint-Alexandre 30) dont des fouilles clandestines de faible envergure ont permis de retrouver un aqueduc alimenté par une source située plus en amont du site. Signalons à titre de comparaison un catillus hydraulique, non fragmenté et de contexte inconnu, présent parmi les collections du musée d’Augst (Suisse) : avec toute une série d’aménagements d’anille (4 logements d’anille-crampon, 4 encoches d’anille par-dessous) est associée une encoche rectangulaire perforant le flanc et située en position opposée à une perforation verticale présente sur la face supérieure (Castella 1994, p. 57, fig. 40).

18Eu égard à la complexité des aménagements retrouvés sur certains catilli hydrauliques, le problème de leur mode de fixation et d’entraînement est donc loin d’être résolu. Il semble néanmoins qu’on ait tenté par toutes les manières de maintenir fixement ces pierres.

L’anille face aux hypothèses de l’évolution des types

19Si les catilli hydrauliques datés restent pour l’instant insuffisants pour envisager un schéma évolutif éprouvé, on a proposé de voir dans l’anille par-dessous, attestée dès les IIe -IIIe s. ap. J. -C., un dispositif succédant à l’anille-crampon, bien attestée durant le Haut-Empire. Ce dernier dispositif est considéré comme moins fiable que le deuxième, pour des raisons de résistance notamment. La reconnaissance de catilli hydrauliques associant ces deux systèmes témoignerait alors d’une période de transition (Amouric 1997a, p. 43-44; Baatz 1995, p. 14; Castella 2004, p. 138). Les exemples languedociens offrent sur ce point quelques éléments de réponse. Concernant les meules manuelles en effet, dont le parallèle avec les meules hydrauliques est toujours intéressant, l’anille pardessusdessous, jamais attestée durant le Haut-Empire, remplace l’anille-plate pardessus au cours de la période suivante (fig. 3, n°4). En revanche, l’anille-crampon ne disparaît pas pour autant puisque son utilisation est reconnue durant l’époque médiévale : concernant des catilli manuels produits a Saint-Quentin-la-Poterie (Gard) durant les XIe-XIIe s., ce dispositif vient en doublement de l’anille par-dessous. En Roussillon, de grandes meules hydrauliques en grès postérieures à l’an 1000 l’emploient également. L’anille par-dessous pourrait donc bien constituer une innovation, ce qui n’empêche pas à l’anille-crampon de perdurer encore longtemps selon les régions.

Premières données concernant le phénomène de diffusion des meules de grand format en Languedoc

20En Languedoc, les moulins hydrauliques ou à sang font leur apparition dès le début de l’époque romaine, face au traditionnel moulin à bras rotatif d’origine protohistorique. Mais quelle a été l’ampleur réelle de ce phénomène ? A titre de comparaison, une étude des principales collections de meules du territoire Suisse a permis de recenser 1300 individus, d’époque romaine pour l’essentiel, 12 % se rattachant à des meules de grand format. Si les auteurs font part d’une certaine prudence dans leur interprétation, ils proposent de reconnaître dans ces meules l’existence de moulins hydrauliques, les exemples de moulins à sang identifiés comme tels étant rares pour la Suisse, 4 seulement de type Haltern/Rheingönheim étant connus (Anderson 2004, p. 5-8, 11). Malheureusement, la plupart des contextes de découverte de ces meules sont aujourd’hui perdus, si bien qu’il est difficile d’envisager une répartition des différents types de meules en fonction de catégories distinctes de sites, notamment, les établissements ruraux modestes, les villae et les agglomérations. Pour le Languedoc en revanche, nous avons pu appliquer cette démarche grâce à la multiplication des fouilles ces dernières années, fouilles programmées et surtout préventives. Un tel recensement, qui n’est pas encore exhaustif, n’aurait pas été possible il y encore une quinzaine d’années en raison de la rareté des fouilles extensives menées alors sur les établissements ruraux.

21La carte de répartition présentée (fig. 4) fait mention de 31 sites avec des meules manuelles, à sang, hydrauliques et enfin de “grand format”, lorsqu’il n’est pas possible de privilégier pour une meule l’existence d’un moulin à sang de type Ruscino ou hydraulique, en fonction des critères typologiques définis précédemment. Par ailleurs, sont indiqués d’une croix les sites pour lesquels seules des meules manuelles ont été retrouvées, ce qui n’exclut pas pour autant l’existence de meules de grand format non repérées. Cette donnée ne concerne en revanche que les sites qui ont fait l’objet de fouilles étendues, soit 25 des 31 sites présentés. Les 6 sites restants ne sont connus que par des prospections ou des sondages. À la différence des autres, dont le choix pour l’étude n’est fonction que de l’existence de fouilles extensives, ces sites ont été retenus pour avoir fourni, au hasard des découvertes, des meules de grand format.

Les établissements ruraux

22À la lecture de la carte, il est tout d’abord significatif d’observer la très bonne représentation des meules de grand format parmi les 22 établissements ruraux étudiés (dont 18 ont fait l’objet de fouilles étendues), seuls deux sites de villae n’ayant livré que des meules manuelles. En l’état, cette diffusion concerne sans distinction les sites de villae et les établissements ruraux plus modestes qui, au nombre de 7, témoignent tous de l’utilisation de meules de grand format.

Fig. 4. Carte de répartition des différents types de meules d’époque romaine en Languedoc

1 Les Cazelles (Saint-Alexandre, 30) : sondages
2 Camp de César (Laudun, 30) : fouille étendue
3 La Roquette Sud (Tresque, 30) : découverte fortuite
4 La Roquette (Cavillargues, 30) : fouille étendue
5 La Japade (Saint-Quentin-la-Poterie, 30) :prospection
6 Les Claparèdes (Baron, 30) :prospection
7 Saint-Vincent (Gaujac, 30) : fouille étendue
8 Queyrol-et-Bancel (Laudun, 30) :prospection
9 Les Aumignanes (Saint-Victor-la-Coste,30) : fouille étendue
10 Mayran (Saint-Victor-la-Coste, 30) : fouille étendue
11 La Ramière (Roquemaure, 30) : fouille étendue
12 La Gramière (Castillon-du-Gard, 30) : fouille étendue
13 Croix-de-F. (Castillon-du-Gard, 30) : fouille étendue
14 Castel-Viel/Le Castellas (Sainte-Anastasie, 30) : découverte fortuite
15 Cadenet-et-Perrières (Serhnac, 30) : fouille étendue
16 Villa Roraa (Nîmes, 30) : fouille étendue
17 Saint-André-de-Codols (Nîmes, 30) : fouille étendue
18 Magaille-Est (Nîmes, 30) : fouille étendue
19 Careiron-et-Pesquier (Milhaud, 30) : fouille étendue
20 Les Terriers (Ville vieille, 40) : fouille étendue
21 Mas de Fourque (Lunel, 34) : fouille étendue
22 Lunel-Viel (34) : fouille étendue
23 Port Ariane II (Lattes, 34) : fouille étendue
24 Lattara (Lattes, 34) : fouille étendue
25 Les Prés-Bas/Le Bourbou (Loupian, 34)  : fouille étendue
26 Vareilles (Paulhan, 34) : fouille étendue
27 L’Ermitage (Pézenas, 34) : fouille étendue
28 La Roustanenque (Pézenas, 34) : fouille étendue
29 L’Auribelle-B. (Pézenas, 34) : fouille étendue
30 Mont-Ferrier (Tourbes, 34) : fouille limitée
31 La Gasquinoy (Béziers, 34) : fouille étendue
*(fr. de meules typologiquement identifiables : 6, 10, 15, 17, 19, 22, 24, 28, 30; fr. informes de lave à cristaux de leucite  : 5, 8, 13, 18, 21, 25, 29, 31)

Les moulins pompéiens

  • 5 C’est par erreur qu’une meule de l’agglomération antique de Lattes a été attribuée à l’existence d (...)

23Les moulins pompéiens sont particulièrement bien représentés puisqu’ils concernent 15 des 22 établissements ruraux mentionnés. La reconnaissance de l’ampleur de ce phénomène est sans précédent dans le sud-est de la France où l’usage de ces machines est généralement considéré comme limité. On a notamment pensé que leur faible rendement malgré la complexité de leur réalisation, leur coût élevé et la faible fiabilité du système, constituaient un obstacle à leur diffusion (Amouric 1997b, p. 88; Cornet 1992, p. 388). L’intégralité des fragments de meules de type pompéien recensés à ce jour en Languedoc est taillée dans une roche volcanique à cristaux de leucite dont une origine italienne paraît vraisemblable faute d’analyses pétrographiques. En effet, ce matériau très caractéristique à l’œil nu ne peut se confondre avec d’autres roches volcaniques gauloises. Il est présent en revanche dans toute la province volcanique romaine, mais c’est principalement près d’Orvieto qu’est attestée une production de molae asinariae (Peacock 1989, p. 205-213). Sur la base d’analyses pétrographiques de lave utilisée dans la confection de moulins pompéiens retrouvés sur les centres métallurgiques languedociens des Forges (Les Martys, Aude) et de Lascours (Hérault), un rapprochement avec cette région de production a pu être proposé (Domergues 1997, p. 51-54). Pour revenir à la carte présentée (fig. 4), nous avons également rattaché les découvertes de fragments informes de roche volcanique à cristaux de leucite (8 individus) avec l’utilisation de molae asinariae. En effet, lorsque les fragments de meules confectionnés dans ce matériau sont mieux conservés, ils s’identifient toujours à des moulins de ce type (10 individus). Certes, une version miniaturisée du moulin pompéien a bien existé pour un usage domestique, mais elle devient épisodique passé le Ier s. av. J. -C. (Amouretti 1986, p. 144-147). Par ailleurs, elle n’est pour l’instant pas attestée en Narbonnaise où elle ne pourrait faire mieux que les meules rotatives à bras de production régionale5. Porter attention aux fragments informes de roche volcanique à cristaux de leucite s’avère ainsi de premier intérêt, surtout s’agissant d’un matériau dont l’altération avec le temps le rend friable, limitant ainsi les chances de découvertes de fragments de molae asinariae typologiquement identifiables. En Languedoc, ce type de moulin est reconnu sur des sites de villae et de manière plus inattendue, sur des établissements ruraux plus modestes (4 cas). Il peut même s’agir de petites fermes d’une superficie inférieure à 1000 m2, comme celle de La Gasquinoy à Béziers ou encore de Magaille Est à Nîmes.

Fig. 5. Découverte d’une meta à sang en conglomérat (n°24) à l’issue de la fouille, par A. Kauffman, de la villa de Tourville (Saignon, Vaucluse)

Fig. 6. Catilli hydrauliques (nos 1-10, attribution incertaine : n° 8 et 9, catilli à sang ?) et catilli à sang (nos 11-13) de Gaule narbonnaise

Fig. 7. Metae hydrauliques (nos 14, 23 : d’après le contexte de découverte) ou à sang (n°24 : présence d’un œillard non perforant) et ébauches de meules à sang ou hydrauliques (nos 25 et 26) de Gaule narbonnaise

Les moulins hydrauliques

24Six établissements ruraux ont par ailleurs livré des fragments de meules hydrauliques, trois d’entre eux étant déjà connus pour la fouille de moulins à eau. Nos possibilités d’identification de ces installations sont néanmoins réduites si l’on ne peut reconnaître dans une meta à œillard perforant l’existence d’un moulin à sang ou hydraulique. Parfois, le contexte de découverte de la meule permet cependant de privilégier l’une des deux hypothèses. Par exemple, la belle meta n°18 (fig. 7) issue du site de Port Ariane II à Lattes, grand établissement rural situé en milieu lagunaire dont l’implantation semble dictée par la présence d’un chenal, pourrait bien avoir eu une fonction hydraulique. La présence de deux fragments de catilli hydrauliques (fig. 6, n° 1 et 2) retrouvés lors des fouilles de S. Alix sur l’habitat rural des Aumignanes (Saint-Victor-la-Coste, Gard), dont un dans le comblement d’un grand bassin partiellement reconnu, n’est pas sans intérêt. Le site, occupé jusque dans le courant du IIIe s. ap. J. -C., ne dépasse pas 2000 m2 de superficie. Il illustrerait ainsi l’utilisation de moulins à eau par des fermes, ceux connus dans le monde romain étant jusqu’à présent un apanage des villae, dans une moindre mesure des agglomérations (Mauné 2003, p. 322).

Les agglomérations

25L’importance du phénomène de diffusion des meules de grand format qui ressort de l’étude d’un ensemble de sites ruraux apparaît moins significative pour l’instant en ce qui concerne les agglomérations. Pour 6 d’entre elles qui ont fait l’objet de fouilles étendues, trois seulement rendent compte de l’utilisation de meules hydrauliques (oppidum de Saint-Vincent à Gaujac, fouille des thermes) ou de type pompéien. Parmi les découvertes fortuites, il faut également évoquer l’observation, par un prospecteur averti, d’une grande meta fortement conique, en matériau non volcanique, située dans le lit du Gardon, au pied des agglomérations de hauteur du Castel-Viel et du Castellas (Sainte-Anastasie, Gard). Cette meule n’a pu être retrouvée, mais dans le même lieu que celui décrit, nous avons collecté un fragment de basalte malheureusement très érodé, même si sa taille notoire exclut l’existence d’une meule manuelle. Précisons que ce matériau est exclusivement réservé, dans le secteur, à l’usage des meules antiques. Pour d’autres agglomérations en revanche, les découvertes de meules de grand format sont peu fructueuses. Concernant le site de Villa Roma à Nîmes, qui correspond pourtant au plus grand chantier urbain réalisé dans la colonie latine sur une superficie de près d’un hectare, aucune meule de grand format n’a par exemple été retrouvée. Ce secteur de la ville, qui regroupe des habitats modestes, mais aussi des domus de la classe moyenne, a en revanche révélé un lot important de 42 fragments de meules manuelles, dont la majorité se rattache typologiquement au Ier s. av. J. -C. ou au Haut-Empire. Sur l’oppidum du Camp de César (Laudun, Gard), occupé jusqu’au Moyen Âge, l’importance des recherches effectuées n’a pourtant permis d’attester l’existence de meules de grand format. Lors des fouilles de l’agglomération de Lattes, si un fragment de mola asinaria a été retrouvé, les meules à bras rotatives sont encore très fréquentes, comme en témoignent les 44 fragments attribués au Haut-Empire semble-t-il (Py 1992, p. 203-214).

26Si cette tendance doit être confirmée, le peu de meules manuelles retrouvées sur la majorité des établissements ruraux étudiés, qui en contrepartie ont fourni des meules de grand format, pose question. Citons l’exemple significatif de la villa de Tourville (Saignon, Vaucluse), fouillée de façon extensive par A. Kauffman sur 2000 m2 et conservée avec une épaisseur stratigraphique particulièrement importante. En dépit du dégagement de plusieurs bâtiments agricoles, la seule meule retrouvée, intacte, est une meta d’un moulin à sang de type Ruscino (fig. 5, fig. 7 n° 24). À l’issue d’une fouille programmée sur deux étés, seuls deux fragments de meules ont quant à eux été retrouvés sur la ferme des Aumignanes (Saint-Victor-la-Coste, Gard) : il s’agit de deux catilli hydrauliques (fig. 6, n° 1 et 2). La question qui reste en suspens est donc celle de la disparition relative des meules manuelles sur un certain nombre d’établissements ruraux, au profit de l’utilisation de moulins hydrauliques ou à sang, alors que celles-ci sont encore bien représentées sur des agglomérations durant la même époque.

Conclusion

27Les premières données concernant le Languedoc permettent de mesurer l’importance de la diffusion des moulins hydrauliques et à sang durant l’époque romaine, notamment au niveau des établissements ruraux, même modestes. Ce phénomène doit être précisé en multipliant les études de cas pour le sud-est de la France et plus généralement à des échelles régionales, mais les recherches dans ce sens s’avèrent prometteuses. Il reste difficile pour l’instant de considérer ce phénomène au sein d’un schéma évolutif prenant en compte l’ensemble de la période romaine, l’essentiel des meules de grand format étudiées pour le sud-est de la France se rattachant au Haut-Empire. Par exemple, il n’est pas encore possible de déterminer si les molae asinariae, bien représentées en Languedoc, sont encore d’usage durant l’Antiquité tardive. Pour cette région, les moulins à sang, caractérisés par un travail lent, ne sont plus que rarement attestés durant le Moyen Âge classique au profit de la diffusion du moulin à eau, mais on ne sait pas à quand situer cette disparition relative (Amouric 1997b, p. 91, 93). Par ailleurs, les hypothèses émises concernant l’évolution typologique des meules de grand format au cours de l’Antiquité tardive devront être confirmées.

Fig. 8. Tableau synthétique concernant les meules de grand format du catalogue illustré

Bibliographie

Bibliographie

Amouretti 1986 : AMOURETTI M. -C., Le pain et l’huile dans la Grèce ancienne, de l’araire au moulin. Paris, 1986.

Amouretti 1995 : AMOURETTI M. -C., La mouture des céréales : du mouvement alternatif au mouvement rotatif, in : La transmission des connaissances techniques : table ronde d’Aix-en-Provence (éd. M. -C. Amouretti et G. Cornet), 1995, p. 33-47 (Cahiers d’histoire des techniques, 3).

Amouric 1997a : AMOURIC H., L’anille et les meules, in : Techniques et économies antiques et médiévales : le temps de l’innovation. Actes du colloque international d’Aix-en-Provence (dir. D. Meeks et D. Garcia), 1997, p. 39-47 (Travaux du Centre Camille Jullian, 21).

Amouric 1997b : AMOURIC H., Moulins domestiques et moulins hydrauliques en Provence de l’Antiquité au XIIe siècle, in : La vida medieval als dos vessants d’Andorra : quatrième cours d’archéologie d’Andorre, 1997, p. 85-104.

Anderson 2004 : ANDERSON T., CASTELLA D., DOSWALD C., VILLET D., Meules à bras et meules “hydrauliques” en Suisse romaine : répartition et pétrographie, Minaria Helvetica, 24a., 2004, p. 3-16.

Baatz 1994  : BAATZ D., Eiserne Dosierkegel. Ein Beitrag zur rômischen Miihlentechnik, Saalburg-Jahrbuch, 47, 1994, p. 19-35.

Baatz 1995  : BAATZ D., Die Wassermühle bei Vitruv X 5,2. Ein archâologischer Kommentar, SaalburgJahrbuch, 48, 1995, p. 5-18.

Belmont 2006  : BELMONT Α., La Pierre à pain. Les carrières de meules de moulins en France, du Moyen Âge à la révolution industrielle. Grenoble, 2006.

Brun 1997  : BRUN J. -P., L’introduction des moulins dans les huileries antiques,in  : Techniques et économies antiques et médiévales  : le temps de l’innovation. Actes du colloque international d’Aix-en-Provence (dir. D. Meeks et D. Garcia), 1997, p. 65-77 (Travaux du Centre Camille Jullian, 21).

Brun 1998 : BRUN J. -P., BORREANI M., Deux moulins hydrauliques du Haut-Empire romain dans le département du Var (villae des Mesclans à la Crau et des Laurons/Saint-Pierre-aux-Arcs-sur-Argens). Gallia, 1998, p. 279-326.

Brun 2004 : BRUN J. -P., Un moulin hydraulique dans la villa romaine de Saint-Michel à La Garde. Revue du Centre Archéologique du Var, 2004, p. 78-86.

Castella 1994  : CASTELLA D. et al., Le moulin hydraulique gallo-romain d’Avenches “En Chaplix”. Fouilles 1990-1991. Lausanne, 1994 (Aventicum VI-Cahiers d’archéologie romande, 62).

Castella 2004 : CASTELLA D., ANDERSON T., Les meules du Musée romain d’Avenches, Bulletin de l’Association Pro Aventico, 46, 2004, p. 115-169.

Cornet 1992  : COMET G., Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, VIIIe-XVe siècles). Rome, École française de Rome, 1992 (Coll. EFR, 165).

Domergue 1997 : DOMERGUE Cl. et al, Les moulins rotatifs dans les mines et les centres métallurgiques antiques, in  : Techniques et économies antiques et médiévales : le temps de l’innovation. Actes du colloque international d’Aix-en-Provence (dir. D. Meeks et D. Garcia), 1997, p. 48-61 (Travaux du Centre Camille Jullian, 21).

Jacobi 1912 : JACOBI H., Römische Getreidemtihlen, Saalburg-Jahrbuch, 3, 1912, p. 75-95.

Leveau 1996 : LEVEAU Ph., Les moulins de Barbegal dans leur environnement. Archéologie et histoire économique de l’Antiquité, Histoire et Sociétés Rurales, 6, 1996, p. 11-29.

Longepierre à paraître en 2007 : LONGEPIERRE S., Aux environs de Saint-Quentin-la-Poterie (Gard) durant l’antiquité tardive : une microrégion très impliquée dans l’activité meulière, in : Les meulières. Recherche, protection et valorisation d’un patrimoine industriel européen. Actes du colloque international de Grenoble (dir. A. Belmont et F. Mangartz), 2007, p. 47-54.

Luquet 1966 : LUQUET Α., Blé et meunerie à Volubilis, Bulletin d’archéologie marocaine, VI, 1966, p. 301-316.

Mauné 2003 : MAUNE S., PAILLET J. -L., Stockage et transformation des céréales dans l’économie rurale de Gaule narbonnaise(Ier-IIe s. ap. J. -C.). L’exemple des moulins hydrauliques de Vareilles et de l’Auribelle-Basse (Hérault), in : Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent. Actes des XXIIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (dir. P. C. Anderson et al.), 2003, p. 295-326.

Moritz 1958 : MORITZ L. A., Grain-mills and flour in classical Antiquity. New-York, 1958.

Peacock 1989 : PEACOCK D. P. S., The mills of Pompeii, Antiquity, 63, 1989, p. 205-214.

Py 1992 : PY M., Meules d’époque protohistorique et romaine provenant de Lattes, in : Recherche sur l’économie vivrière des Lattarenses (dir. M. Py), 1992, p. 184-230 (Lattara, 5).

Romeuf 1978 : ROMEUF A. -M., Un moulin à eau gallo-romain aux Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme), Revue d’Auvergne, 92, 2, 1978, p. 23-41.

Williams-Thorpe 1988 : WILLIAMS-THORPE Ο., Provenancing and archaeology of Roman millstones from the Mediterranean area, Journal of archaeological science, 15, 1988, p. 253-305.

Notes

1 L’emploi du terme de moulin à sang présente l’avantage de faire référence à un moulin de grand format dont la traction peut être aussi bien humaine qu’animale. Selon les types de moulins à sang utilisés, on ne peut souvent choisir entre ces deux possibilités. Concernant le moulin pompéien en revanche, s'il peut être mu à bras, la traction animale reste prédominante en fonction de représentations connues sur fresques et bas-relief. Ont été utilisés à cet effet chevaux, mules et surtout ânes, comme en témoigne l'expression de mola asinaria (Caton, Agr., 10, 4 et 11, 4) (Cornet 1992, p. 388; Moritz 1958, p. 74-77).

2 Un groupe d’étude sur les meules qui regroupe une dizaine de chercheurs à l’échelle nationale s’est récemment constitué sous l’impulsion d’Olivier Buchsenschutz (ENS, CNRS).

3 Il faut également évoquer le catillus en grès n°10 (fig. 6) du catalogue, à face de mouture plate. Il provient du décapage de surface du secteur du moulin hydraulique de l’établissement rural de l’Auribelle-Basse (Pézenas, Hérault), fouillé par S. Mauné. Le site, ainsi que le moulin, sont abandonnés au milieu du IIIe s. ap. J. -C. et aucun indice de réoccupation médiévale du site n’est connu. Toutefois, le contexte hors stratigraphique de la meule, son diamètre (130 cm) particulièrement important pour l’époque romaine, et la présence de stries d’usure situées en périphérie de la face supérieure et liées à un système de régulation de la trémie connu jusqu’à présent pour des périodes plus récentes, ne permettent d’assurer totalement l’origine antique de cet objet. Précisons néanmoins que le principe de régulation de la trémie est déjà connu dans le monde romain (Baatz 1994, p. 23).

4 Concernant le catillus n°9 (fig. 8), ce logement est situé, non à proximité de l’œillard, mais du flanc. Dans cette disposition, on considère que ces aménagements permettent d’accueillir des anneaux en fer pour la manutention des meules (Castella 2004, p. 138, 141). Cependant, dans cet exemple, l’hypothèse de l’utilisation d’un système d’anille-crampon est fonction de l’observation d’un surfaçage d’usure au niveau des parois du logement observé, l’usure étant particulièrement marquée du côté le plus proche de l’œillard.

5 C’est par erreur qu’une meule de l’agglomération antique de Lattes a été attribuée à l’existence d’un moulin pompéien de petite dimension. Le diamètre estimé à partir du fragment de meule conservé, soit 64 cm, permet en revanche d’envisager l’existence d’une mola asinaria (Py 1992, p. 213-214).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Schéma des quatre types de moulins reconnus en Gaule narbonnaise et comparaison avec le moulin à sang de type Haltern/Rheingönheim (n°2) attesté en Suisse et Allemagne* La meta de ces moulins n’est pas caractéristique du type n°3 ou du type n°5.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 2. Vue d’une meta à sang ou hydraulique en calcaire du Burdigalien (n°22) exposée dans la cour d’un établissement agricole à Tresque (Gard)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 3. Présentation des 4 systèmes d’anille utilisés concernant les moulins manuels d’époque romaine en Languedoc
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 4. Carte de répartition des différents types de meules d’époque romaine en Languedoc
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Légende Fig. 5. Découverte d’une meta à sang en conglomérat (n°24) à l’issue de la fouille, par A. Kauffman, de la villa de Tourville (Saignon, Vaucluse)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/433/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 6. Catilli hydrauliques (nos 1-10, attribution incertaine : n° 8 et 9, catilli à sang ?) et catilli à sang (nos 11-13) de Gaule narbonnaise
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/433/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Légende Fig. 7. Metae hydrauliques (nos 14, 23 : d’après le contexte de découverte) ou à sang (n°24 : présence d’un œillard non perforant) et ébauches de meules à sang ou hydrauliques (nos 25 et 26) de Gaule narbonnaise
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/433/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Fig. 8. Tableau synthétique concernant les meules de grand format du catalogue illustré
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/433/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 554k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable