Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Énergie hydraulique et machines élévatrices d'eau dans l'Antiquité

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Jean-Luc Fiches

Des machines et de l’eau

Jean-Pierre Brun et Jean-Luc Fiches

Texte intégral

1Après une longue phase de déni, la place des techniques dans l’Antiquité fait l’objet de réévaluations portant aussi bien sur leurs avancées que sur leur diffusion et leur impact sur la société. Les recherches récentes remettent en cause le corpus conceptuel élaboré par Moses I. Finley dans son article fameux “Technical innovation and economic progress” qui, paru en 1965, a eu un large écho par la suite. Selon Finley, les progrès techniques accomplis dans l’Antiquité, quelle que soit leur importance intrinsèque, n’auraient pas fait l’objet d’application généralisée et n’auraient pas provoqué de croissance économique car l’existence de l’esclavage offrant une main d’oeuvre presque gratuite et la mentalité des élites dépourvues d’esprit d’entreprise auraient ôté tout intérêt à leur diffusion.

2Ces conceptions ont été attaquées sur bien des points durant le dernier quart de siècle, depuis les améliorations apportées au transport jusqu’aux méthodes standardisées de construction, mais c’est la question de l’utilisation de l’énergie hydraulique qui a fait l’objet des débats les plus vifs car elle constitue une pierre angulaire de la construction de Finley s’appuyant elle-même sur les études de médiévistes, au premier rang desquels Marc Bloch. En effet comme l’utilisation de l’énergie hydraulique libère une partie de l’énergie humaine ou animale pour d’autres labeurs que les tâches mécaniques comme broyer les céréales ou scier le marbre, la question de sa diffusion réelle est fondamentale. A-t-elle été suffisamment large pour que son impact sur l’économie soit sensible ? Non moins importante est la question de l’élévation de l’eau car de la connaissance et de l’emploi plus ou moins répandus de ces techniques dépendent d’une part l’extension des terres irrigables et la hausse de rendements agricoles et d’autre part une amélioration considérable du bien-être quotidien et de l’état sanitaire de la population.

3Il n’est pas donc pas surprenant que le premier colloque scientifique organisé par l’établissement public de coopération culturelle du Pont du Gard ait été consacré aux machines hydrauliques dans le monde romain. En effet, cette manifestation internationale qui a réuni plus de 80 personnes, les 20-22 septembre 2006 s’est déroulée à l’ombre d’un monument emblématique du génie romain dans le domaine de la grande hydraulique.

4Avec ces étranges machines, on touche à un aspect méconnu de cette civilisation, mais dont l’importance est loin d’être négligeable tant du point de vue de l’histoire des techniques que pour la connaissance de l’économie antique. Se posent, en effet, des questions sur la diffusion de la connaissance technique dans le monde gréco-romain et sur leur adaptation aux différents besoins et milieux puisque ces machines se rencontrent aussi bien à la ville qu’à la campagne, dans les mines ou les carrières, et jusque sur les bateaux.

5L’organisation scientifique de ce colloque a reposé sur deux unités de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique : le Centre Jean Bérard de Naples (Italie) et le laboratoire “Archéologie des sociétés méditerranéennes” (UMR 5140, Montpellier-Lattes) qui regroupent essentiellement des archéologues. Il est vrai que l’archéologie a beaucoup apporté, dans la période récente, à la connaissance des machines hydrauliques antiques et à la remise en cause des modèles d’explication de l’histoire jusqu’alors prévalents. Mais, sur un tel sujet, la pluridisciplinarité s’imposait et c’est dans cette perspective que les différents intervenants ont été sollicités.

Carte des moulins et des scies hydrauliques antiques connus par les textes ou par l’archéologie

6Ce colloque venait à point. En effet, depuis 1998, on dispose de l’ouvrage de J. W. Humphrey, J. P. Oleson et A. N. Sherwood qui réunit les traductions des sources gréco-romaines relatives à la sphère technique et, en particulier, aux machines hydrauliques connues surtout par les mécaniciens hellénistiques alors que les vestiges de ces machines appartiennent, pour l’essentiel, au monde romain. Deux ans après, en 2000, la somme réunie par Ö. Wikander, Handbook of ancient water technology, a offert une synthèse des connaissances sur un sujet dont l’actualité s’est en outre manifesté par deux tables rondes réunies en 2003. L’une, organisée non loin du Pont du Gard, à Pézenas (Hérault), à l’initiative de Stéphane Mauné, concernait la petite hydraulique d’époque romaine dans les établissements ruraux. L’autre, réunie à Bordeaux, a été provoquée par la découverte d’une noria alimentant en eau les thermes de Barzan (Charente-Maritime). Consacrée aux machines élévatrices, elle a donné lieu à une publication éditée par A. Bouet en 2005.

7Le colloque du Pont du Gard a permis de réunir plusieurs des intervenants de ces tables rondes et d’autres encore. Il a surtout été l’occasion d’élargir le sujet en traitant à la fois des machines élévatrices simples (roues à godets, chaînes à godets et pompes) et des machines entraînées par l’eau (norias automotrices et moulins) ; il a permis de découvrir des machines encore inédites et de mettre en valeur des usages méconnus, comme le sciage des marbres ou l’extraordinaire usage de la pression hydraulique pour abattre des montagnes et des laves torrentielles pour transporter les déblais dans certaines mines d’or de la péninsule Ibérique. Certes, ce type de découverte, s’il se multiplie depuis 20 ans, n’est pas nouveau. Les mines de Cabeza del Agua ou de Sotiel Coronada ont livré dès le XIXe siècle des systèmes d’exhaure très performants. Mais il est absolument nécessaire de multiplier les études de cas à la fois pour rendre compte de la diversité des solutions techniques et des usages, de manière à pouvoir réviser efficacement des synthèses qui véhiculent, encore aujourd’hui, l’image d’un monde antique peu réceptif aux progrès techniques.

8Même après la découverte du moulin d’Avenches et les mises au point de Marie-Claire Amouretti, d’Örjan Wikander et récemment d’Andrew Wilson, l’opinion de Marc Bloch selon laquelle le moulin hydraulique est une invention antique, vulgarisée seulement au Moyen Âge est encore largement répandue en dehors des cercles de spécialistes. Il est temps, grâce à l’apport des recherches archéologiques, de renverser les perspectives et de montrer que la maîtrise de l’eau et de son énergie était parvenue à un haut niveau technique et qu’elle faisait sentir son action en profondeur dans divers secteurs économiques.

Bibliographie

Bibliographie

Amouretti 1986 : AMOURETTI M.-C., Le pain et l’huile dans la Grèce antique, Evolution des techniques agraires d’Hésiode à Théophraste, Centre de Rech. d’Hist. Anc. de Besançon, vol. 67, 1986.

Bouet 2005 : BOUET A. (éd.), Aquam in altum exprimere. Les machines élévatrices d’eau dans l’Antiquité. Actes de la journée d’études du 13 mars 2003, Bordeaux. Bordeaux, Ausonius, 2005 (Scripta Antiqua 12).

Bloch 1935 : BLOCH M., Avènement et conquête du moulin à eau, Annales d’histoire économique et sociale, 36, 1935, p. 538-563. (rééd. Mélanges Historiques. Paris, EHESS, 1983, p. 800-821).

Castella 1994 : CASTELLA D. et al., Le moulin hydraulique gallo-romain d’Avenches « en Chaplix ». Fouilles 1990-1991. Lausanne, 1994, 155 p. (Aventicum; VI-Cahiers d’archéologie romande, 62).

Finley 1965 : FINLEY M. I., Technical innovation and economic progress, Economic historic journal, XVIII, 1965, p. 29-45.

Humphrey, Oleson, Sherwood 1998 : HUMPHREY J. W., OLESON J. P., SHERWOOD A. N., Greek and Roman Technology: A Sourcebook. Annotated Translations of Greek and Latin Texts and Documents. London, Routledge, 1998.

Lewis 1997 : LEWIS M. J. T., Millstone and hammer : the origins of water power. Hull, 1997.

Pleket 1988 : PLEKET, H. W., Greek epigraphy and comparative ancient history : two cases studies, Epigraphica Anatolica, 12, 1988, p. 25-37.

Wikander 2000 : WIKANDER O. (dir.), Handbook of ancient water technology. Leyden / Boston/Köln, Brill 2000.

Wilson 2002 : WILSON Α., Machines, power and ancient economy, Journal of Roman Studies, 92, 2002, p. 1-32.

Table des illustrations

Légende Carte des moulins et des scies hydrauliques antiques connus par les textes ou par l’archéologie
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteurs

Centre National de la Recherche Scientifique

Centre National de la Recherche Scientifique

© Publications du Centre Jean Bérard, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540