Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épéios et Philoctète en Italie

Expansion mycénienne et imaginaire colonial

Pierre Lévêque

Texte intégral

  • 1 Sur ce concept, voir le remarquable article de M. Giangiulio, Greci e non Greci in Sicilia alla lu (...)

1Tout impérialisme a ses héros, ses découvreurs de terres et de routes, ses initiateurs, sans qui n’existerait pas l’impetus colonial qui entraîne les colons loin de leur patrie, de leurs parents, de leur mode de vie quotidien, pour les plonger, sur les pas de ces précurseurs, dans un milieu lointain, le plus souvent hostile et, en tout cas, autre. Il y a certes des dieux de la colonisation, tel Apollon Archégète, mais ce sont essentiellement les héros qui remplissent le rôle de modèles jusficateurs, de témoins actifs de la precedenza 11, et ce à un sens multiple. Grâce à eux, il est "normal" que les colons s’approprient la terre des indigènes et les paysans réduits à l’état de dépendance et récupèrent ainsi par la conquête un héritage lointain. Telle est la vision des vainqueurs.... Mais grâce à eux s’établit aussi une symbiose avec les autochtones, déjà rattachés en quelque sorte au monde grec par la visite de ces initiateurs qui ont laissé sur place tant de traces-fondations, descendance... -et qui les aident à acquérir une plus riche identité humaine et historique.

2Mais, d’abord, qui sont ces héros que nous appellerons coloniaux?

3Je veux d’abord remarquer que, si les attestations littéraires de ce vaste imaginaire sont essentielles, il faut élargir l’enquête, en particulier à l’art figuré qui œuvre lui aussi à la mise en place de mythes coloniaux. Je renvoie notamment aux travaux de Brunehild Ridgway, qui montre l’importance de tels thèmes dans la plastique archaïque (communication au colloque de Vanni, 1987, sous presse): ainsi le motif mineur des Cercopes-représenté seulement en Occident-met bien en valeur Héraclès triomphateur de l’Afrique par sa victoire sur ces petits hommes-singes.

4Bien sûr, n’importe quel mythe héroïque ne peut avoir de connotations coloniales. Il faut éliminer les héros supermen des temps achéens, liés à des problèmes de pouvoir royal, mais sans localisation précise (Persée) ou sans localisation coloniale de leurs exploits (Bellérophon ou Thésée). Il faut éliminer aussi la très grande majorité des héros-achéens ou troyens-de la guerre de Troie, dénués de vrais nostoi ou de véritables évasions. Prenons l’exemple du roi qui règne sur l’Eubée dans l’épopée, Eléphénor, à qui, du fait de l’importance de la colonisation de Chalcis et d’Erétrie, on aurait pu attribuer des aventures en Italie ou en Sicile. Or, Homère le fait mourir devant Troie, sous les coups d’Agénor, et ce ne sont que les versions plus tardives qui le mènent à Amantia en Épire ou qui installent, toujours en Épire, ses compagnons, fondateurs d’Apollonia.

5Les héros coloniaux sont de deux types. D’une part, de très grandes figures de l’imaginaire grec, Héraclès le super-héros, lié si étroitement aux destinées de l’Extrême-Occident et de l’Occident colonial, de l’Espagne à la Sicile, ou Jason qui va ravir dans le palais d’Aiétès à Kutaüs la Toison d’or magique. Ou bien ce sont de rares héros de nostoi, comme ceux qui retiennent ici notre attention, Philoctète et Epeios-sans qui la guerre de Troie n’aurait pu avoir son dénouement heureux pour les Grecs-et dont les destins occidentaux sont parallèles (fondateurs de sanctuaires et de villes, dédicataires de dépôts d’armes ou d’outils), et Diomède le fidèle compagnon d’Ulysse, autre grand voyageur des mers occidentales.

6Une première certitude qui se dégage de cette rencontre, c’est que les trouvailles de matériel mycénien se multiplient dans toute la zone étudiée et qu’on peut maintenant établir une chronologie de ces échanges et une typologie aussi, le cas de la Sardaigne par exemple étant tout autre que celui de l’Italie méridionale. Durant l’apogée mycénien des XIVe-XIIIe s., les importations de céramique sont considérables dans le Midi italien, provenant de Crète ou du continent, à telle enseigne qu’elle est même largement imitée sur place (Lucia Vagnetti). Ce qui est le signe d’un nouveau développement des communautés indigènes en contact avec les navigateurs-marchands.

7Cette réalité incontournable génère une certaine présomption en faveur d’un imaginaire lié à des navigations si denses, mais en rien une preuve. Même le problème des grands sanctuaires extra-urbains n’en est pas éclairé pour autant: sont-ils, selon la belle hypothèse de G. Pugliese Carratelli, dans la suite d’établissements cultuels achéens ou doit-on plutôt les considérer, ainsi que le voudrait la tendance actuelle, comme des limites de territoire? Ce n’est pas la présence de vases mycéniens dans l’enclos sacré de Héra Lacinia, sur le territoire de Crotone-signalée très récemment pour la première fois-qui prouve qu’on est ici sur le site d’un sanctuaire de l’Âge du Bronze.

8Mais un élément nouveau d’information est offert avec les précieuses découvertes qui viennent de nous être présentées, car le hiatus diminue considérablement entre les strates mycéniennes et les temples classiques, dans des sanctuaires-clefs hantés par les souvenirs héroïques et où confluent intimement le grec et l’indigène. Ainsi en est-il au cap Colonna chez Héra Lacinia, cette déesse à la si riche personnalité, dans son sanctuaire fondé par Héraclès lui-même. Elle était dotée d’un temple archaïque-très étonnant: plan quasi carré, autel intérieur-qui fut réutilisé dans le temple dorique du Ve s., proche des réalisations des Deinoménides. On y a exhumé des consécrations du VIIe s. au moins, un taureau du Géométrique final, des bijoux, une barque sarde. De même, dans le temple d’Apollon Alios qui s’élève à la pointe d’Alicia-à Crimisa, fondation de Philoctète -, on a repéré le noyau archaïque du temple (à colonnade centrale), avec des consécrations qui remontent aussi au VIIe siècle. Quant à Lagaria, où Epeios consacre ses outils d’artisan efficace, on y reconnaît-si l’on suit la brillante et convaincante identification avec le site d’Amendolara proposée par Juliette de la Genière-l’implantation d’un héros grec dans un centre indigène, qui passe vers 560 dans l’orbite stricte de Sybaris.

9Les minutieuses études de sources que nous avons entendues montrent des mythes complexes, en pleine évolution certes, mais avec un noyau de localisations précises et nullement statiques. L’archéologie révèle des sanctuaires d’abord indigènes, avec des offrandes antérieures à la colonisation, et des formes architecturales premières très originales (colonnade centrale, autel intérieur...) qui rappellent le IIe millénaire. Dans ces conditions, il me paraît y avoir de fortes présomptions que l’imaginaire de ces fondations s’est organisé à haute époque autour de souvenirs des grandes aventures sur terre et sur mer des navigateurs achéens, qui n’avaient certes pas fondé de colonies, mais avaient établi un vaste réseau de points de débarquement et d’échanges, de ports of trade nécessaires pour le fonctionnement de cette emporio avant la lettre.

  • 2 A la charnière du Bronze et du Fer: une puissante expansion en Méditerranée, DHA, 1985, p. 163-164

10L’ubiquité du problème-et sa spécificité dans chaque zone-doivent été évoquées au moins brièvement. Je ne reviendrai pas ici sur les réflexions que j’ai données en conclusion du Colloque de Rome (1985), Momenti precoloniali nel Mediterraneo antico, où avaient notamment été étudiés le cas des Etrusques et celui de Diomède/ Anténor (un Grec et un Troyen dans l’Adriatique)2.

  • 3 J. SHAW, Excavations at Kommos (Crete), Hesperia, 1984, p. 278 et n. 49.

11Mais je prendrai d’abord un exemple sicilien. Dans la grande île, le cycle héracléen est bien représenté, avec des connotations sans doute anciennes, comme son combat contre des héros sicanes dans la région de Syracuse. Mais il existe une strate antérieure, celle des mythes de Dédale et Minos sur la côte Sud, en liaison avec le roi sicane Cocalos et avec sa capitale Camicos. Or, on connaît bien aujourd’hui les relations Crète/ Sicile au Bronze récent. On a même du matériel qui circule dans les deux sens, comme la poterie, ce qui n’est pas sans étonner. De fait, les fouilles de Kommos sur la côte libyenne de la Crète ont révélé une masse considérable de vaisselle sicilienne ou italienne datant du MR III A2B (et une petite quantité du MR III Al); plus de 30 types sont représentés et les fouilleurs peuvent conclure: «not a single accident, but rather a sustained contact, probably one reflecting trade»3. Le site a aussi fourni du matériel chypriote et du cananéen...

  • 4 Cf. mes remarques, La Colchide du 7e au 4e s. avant notre ère, RA, 1986. p. 397-400.
  • 5 On trouve cependant des objets imités du monde mycénien: ibidem, Note, p. 399-400.

12A l’autre extrémité du monde colonial, sur la côte orientale du Pont, Kutaiis ou Kutaia (aujourd’hui Kutaissi)-ville d’une extrême importance stratégique et économique sur le Phase moyen-est intimement liée au mythe de la Toison d’or qui est plus de reconnaissance et d’exploration que de colonisation: Apollonios de Rhodes en fait la capitale d’Aiétès4. Le site est habité depuis les débuts de la Pierre (Acheuléen-Moustérien) et connaît un remarquable essor au Bronze final, puisqu’on y a exhumé les plus anciens dépôts de métal de la culture colchidienne; dans la première moitié du Ier millénaire, c’est un établissement florissant, avec des ateliers de métallurgie, de nombreuses importations helléniques et des monnaies d’argent colchidiennes. Au iiie s., au contraire, lors du passage d’Apollonios, il est ruiné, mais le souvenir reste vivant de sa splendeur passée. Bien qu’il n’y ait pas encore d’objet mycénien en Colchide5, il semble bien qu’on a affaire à une longue continuité qui rend compte de l’arrimage certainement ancien d’un mythe grec. Au reste, au VIIIe siècle déjà, Eumélos de Corinthe (contemporain d’Hésiode apparemment) connaît "la terre de Colchide" (Kolchida gaian) comme domaine d’Aiétès.

  • 6 L’ambiguïté ne gêne pas Strabon (6, 1, 12) qui, dans le même chapitre, parle «des Achéens qui erra (...)

13Les mythes de fondation coloniale ne sont donc pas coupés des siècles de l’expansion mycénienne. Ils aident à penser le passé, un passé que les indigènes partagent au reste avec les Grecs. C’est un des fruits de cette rencontre qu’on ait mieux compris, grâce à une analyse en profondeur des héros, de leurs puissances, de leurs errances, de leurs heurs et malheurs, combien ils font référence à un consensus, à une relative cohabitation, par delà les Âges Sombres, entre les anciens habitants du pays et les héros aventuriers grecs, qui aident les indigènes à conquérir une identité, comme l’a bien rappelé Maurizio Giangiulio, puisqu’ils sont venus s’installer chez eux, y ont fait des consécrations, des fondations... Les dépôts d’armes et d’outils qui caractérisent deux de ces mythes ont pu jouer un rôle important dans la mythopoïétique, dans la mesure où ils ont fourni un point d’arrimage des mythes grecs sur une réalité autochtone incontournable. On débat encore pour savoir si la colonisation de Sybaris et de Crotone est dite achéenne par référence aux Achéens de l’Âge du Bronze ou à ceux des cités d’Achaïe. Il me semble qu’on a pu jouer sur cette ambiguïté qui permettait, dans cette zone bien spécifiée de l’Italie méridionale, de ne pas distinguer entre passé ancien et passé récent et d’assurer une charge idéologique très forte à des établissements en gestation6.

14Ce qui n’est pas assurer une spécificité absolue aux mythes coloniaux. Repenser le passé pour l’assumer, lui conserver son caractère opératoire, en faire le garant de l’avenir, n’est-ce pas aussi la démarche des mythes du continent grec que nous considérons, d’après la loi de Nilsson, comme d’origine mycénienne?

  • 7 Cf. mon article, La navigation rhodanienne des Argonautes d’après le témoignage d’Apollonios de Rh (...)

15Qu’il y ait ensuite un travail important qui se soit opéré sur ces mythes est, à mon sens, clair pour tous. Dans certains cas, on voit se créer une structure globale qui intègre des récits préexistants et aide à en générer d’autres. Héraclès est au centre d’un périple terrestre au cours duquel il unifie l’Occident, le purge de ses monstres, le féconde de son sperme largement distribué. Il en est de même pour Diomède dans la mer Adriatique. Et l’on sait qu’un temps Jason et ses Argonautes visiteront les grands lacs des Celtes7.

  • 8 R. M. Rosado Fernandes, UHsses im Lisboa, Euphrosyne, 1985, p. 139-161.
  • 9 Germanie, 3.

16Ce jeu sur le mythe s’étale dans la diachronie. Prenons Ulysse. A basse époque on le fait fonder Lisbonne, dont le nom ancien Olisipo permet une paronomase8. Bien auparavant, Tacite9 évoque ses aventures sur le Rhin à Asciburgium (Asberg) et il conclut par ces mots prudents, que nous pouvons encore faire nôtres, même si l’on a déjà beaucoup avancé ici grâce à tous les savants que notre hôtesse a réunis: «Je n’ai pas l’intention d’appuyer ces assertions de preuves, ni de les réfuter: que chacun, selon sa guise, leur refuse ou leur donne sa créance».

Notes

1 Sur ce concept, voir le remarquable article de M. Giangiulio, Greci e non Greci in Sicilia alla luce dei culti e delle leggende di Eracle, Modes de contact et processus de transformation dans les sociétés antiques, Pise-Rome 1983, p. 785 sq., avec mes remarques, ibidem, p. 846.

2 A la charnière du Bronze et du Fer: une puissante expansion en Méditerranée, DHA, 1985, p. 163-164.

3 J. SHAW, Excavations at Kommos (Crete), Hesperia, 1984, p. 278 et n. 49.

4 Cf. mes remarques, La Colchide du 7e au 4e s. avant notre ère, RA, 1986. p. 397-400.

5 On trouve cependant des objets imités du monde mycénien: ibidem, Note, p. 399-400.

6 L’ambiguïté ne gêne pas Strabon (6, 1, 12) qui, dans le même chapitre, parle «des Achéens qui erraient sur la mer au retour de l’expédition contre Troie» et (d’après Antiochos cette fois) des Achéens qui fondent Crotone avec le concours d’Archias, le futur oikiste de Syracuse.

7 Cf. mon article, La navigation rhodanienne des Argonautes d’après le témoignage d’Apollonios de Rhodes, Fédération historique du Languedoc, Actes du 3e congrès, Beaucaire (mai 1957), p. 1-8.

8 R. M. Rosado Fernandes, UHsses im Lisboa, Euphrosyne, 1985, p. 139-161.

9 Germanie, 3.

Auteur

Université de Besançon

© Publications du Centre Jean Bérard, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540