Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épéios et Philoctète en Italie

Présentation1

Juliette de La Genière

Texte intégral

  • 1 La disparition prématurée de notre ami E. Lepore nous a privés de sa contribution.

1En ouvrant ces Journées d’Études il m’est agréable de souhaiter la bienvenue à tous les participants, à nos voisins belges, à nos amis italiens qui n’ont pas craint de venir au pays des Morini et des Messapiens où le soleil ne perce le brouillard que trois ou quatre heures par jour dans les belles périodes (Str., IV, 5, 2); j’espère que la chaleur de notre accueil parviendra à compenser les insuffisances du climat.

2Le titre de ces Journées d’Études réunit deux figures très différentes, deux héros d’inégale stature. L’un, Epeios, fut, certes, le génial menuisier du Cheval de Troie, mais son lancer du disque provoque le rire chez les Achéens (Ii., XXIII, 840); et il ne devait guère impressionner les compagnons de Simonide lorsqu’à Karthea ils donnèrent son nom à l’âne qui leur montait l’eau (Ath., X, 456 f). Toute autre est l’aura de Philoctète, le compagnon d’Héraclès, vainqueur de Pâris, l’incomparable archer dont la grandeur tragique a frappé l’imagination des Anciens.

3Si nos journées évoquent ces héros venus d’horizons différents, c’est parce que la légende occidentale leur a prêté des aventures analogues, des nostoi tourmentés par les flots ou les colères humaines qui les font dériver l’un et l’autre vers la côte ionienne d’Italie où ils seront voisins de part et d’autre du Crathis. Là ils fondent villes et sanctuaires, déposant dans ces derniers les instruments de leur grandeur, outils magiques ou flèches meurtrières.

4Notre objectif est aujourd’hui de promouvoir un dialogue entre historiens et archéologues, de confronter l’exégèse des textes aux données du terrain. La communication de L. Vagnetti sur les présences égéennes en Italie méridionale à l’âge du bronze précédera les observations de D. Musti sur les traditions achéennes et troyennes en Grande-Grèce; après avoir suivi E. Lepore en Daunie avec l’épopée de Diomède on reviendra à la légende occidentale de Philoctète (M. Giangiulio) pour s’arrêter ensuite au pays d’Epeios, au nord-est du Crathis, puis dans celui de Philoctète en se rapprochant de Crotone: les découvertes récentes faites sur le versant ionien seront présentées par E. Lattanzi et moi-même, celles de la rive tyrrhénienne par R. Spadea. G. Nenci suivra Philoctète en Sicile. Le titre provocateur de R. Van Compernolle invitera ensuite à la discussion. Pierre Lévêque présentera un bilan des travaux.

5Les thèmes évoqués ici appartiennent aux cycles héroïques d’Occident dont Paola Zancani Montuoro a été la première à souligner l’importance et à rappeler les originalités. Sa disparition récente ne doit pas mettre un terme à ces recherches; il faut au contraire faire fructifier ce riche héritage et poursuivre son œuvre; c’est pourquoi je souhaiterais dédier à sa mémoire notre contribution d’aujourd’hui.

623 Novembre 1987

Notes

1 La disparition prématurée de notre ami E. Lepore nous a privés de sa contribution.

Auteur

Université de Lille-III

© Publications du Centre Jean Bérard, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540