Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bois sacrés

Préface

Olivier de Cazanove et John Scheid

Texte intégral

  • 1 Les citations sont faites d’après la traduction française de P. Sayn (1926), récemment republiée ( (...)

1Le 8 Mars 1890, au Trinity College de Cambridge, un ethnologue de trente-six ans, James George Frazer, achève et signe la préface de l’œuvre en deux volumes à laquelle il travaille depuis le printemps précédent. Cette première version du Rameau d’Or sera, comme on sait, suivie de plusieurs autres, qui porteront cette « étude séparée » sur « la règle, jusqu’ici inexpliquée, de la prêtrisd’Aricie »1 aux dimensions monumentales de la troisième édition (1911-1915) en douze volumes.

  • 2 M. Beard, Frazer et ses bois sacrés, p. 171-180 du présent volume.
  • 3 Frazer s’en était d’ailleurs avisé : op. cit., p. 16, n. 1.
  • 4 Reproduit sur la couverture du présent volume.

2Il nous a semblé intéressant de marquer, par une rencontre scientifique, le centenaire — à quelques mois près — de la première parution du Golden Bough. Moins peut-être pour l’œuvre elle-même qui, après avoir nourri plusieurs générations de chercheurs, s’est trouvée ensuite progressivement délaissée, que pour ce qu’elle représente : l’acte fondateur de l’anthropologie culturelle moderne. Celle-ci naît, comme le rappelle M. Beard2, dans ce lieu même où Frazer commence sa quête de sens, et dans lequel il retournera des milliers de pages plus loin : dans le bois sacré de Diane à Némi. Nous avons donc choisi « les bois sacrés » pour thème de cette rencontre ou plutôt — car on verra que les problèmes de définition sont en l’occurrence primordiaux3 — le lucus romain, l’ἄλσος grec. C’est dire qu’on s’est ici presque limité aux religions du monde classique, sans sacrifier au comparatisme frazérien. Presque : car nous avons voulu aussi faire entendre la voix d’un autre comparatisme, plus attentif aux spécificités et aux différences qu’aux rapprochements parfois superficiels. Les cultures des autres étaient donc représentées, dans le colloque, par une communication de M. Cartry sur les bois sacrés africains. A l’inverse, a été également évoquée la fortune du thème en Occident, jusqu’à l’époque romantique, à Frazer et aux modernes. L’un de ses aspects fait l’objet d’une étude de Cl. Frontisi, Bois et arbres sacrés en peinture, puisqu’aussi bien c’est un tableau de Τurner4 qui constitue en quelque sorte la vision inaugurale de l’œuvre de Frazer — au prix d’ailleurs d’un contre-sens patent relevée par Cl. Frontisi et, aussi, par M. Beard dans sa contribution sur Frazer et ses bois sacrés.

3Les autres communications, prononcées les 23-25 Novembre 1989 à Naples, se sont ordonnées autour de deux thèmes majeurs : la géographie des sanctuaires appelés lucus ou ἄλσος ; les rites pratiqués dans ceux-ci.

4Cette rencontre scientifique est née de la collaboration de deux organismes : le Centre Jean Bérard et la Ve section — Sciences religieuses — de l’École Pratique des Hautes Études. Le Ministère des Affaires Étrangères — Sous-Direction des Sciences Sociales et Humaines et Bureau des Congrès — ont également apporté leur concours financier à ce projet. Qu’enfin soient ici remerciés l’Institut Français de Naples, pour avoir fourni son cadre au colloque, et l’équipe rédactionnelle, M. Bats, M. F. Buonaiuto, A. Brangi et M. Pierobon, grâce auxquels ces Actes paraissent aujourd’hui.

Notes

1 Les citations sont faites d’après la traduction française de P. Sayn (1926), récemment republiée (éd. R. Laffont, Coll. « Bouquins », Paris, 198 1. avec une introduction de N. Belmont et M. Izard). La préface de la première édition se trouve au t. I, p. 5-7.

2 M. Beard, Frazer et ses bois sacrés, p. 171-180 du présent volume.

3 Frazer s’en était d’ailleurs avisé : op. cit., p. 16, n. 1.

4 Reproduit sur la couverture du présent volume.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable