Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Princes de la Protohistoire et l'émergence de l'État

 | 
Pascal Ruby

Avant et après les Princes. L’Afrique mineure de l’Age du fer

Pierre Lévêque

Texte intégral

  • 1 Lévêque 1986. On se reportera à l’importante étude de Smadja 1983.

1Peut-on transférer dans l’Afrique mineure libyque les interrogations de cette rencontre consacrée aux princes de la Protohistoire et à l’émergence de l’État ? C’est la question que je me pose ici, dans la suite de réflexions antérieures1 Je signale en commençant une difficulté : l’Age du fer y est beaucoup moins connu qu’en Europe au Moyen-Orient, ce qui risque de rendre la réponse plus floue.

I. Les données du problème

1. Le développement des activités agricoles

2Le processus qui apparaît maintenant comme globalement le plus net dans l’Age du fer au Maghreb, c’est le grand essor de l’agriculture dans certaines de ses zones, essor d’autant plus remarquable qu’il n’y est pas précoce.

  • 2 Cf. l’analyse de Clavel-Lévêque 1974.

3Non certes qu’il faille partir du texte où Polybe (36, 16) attribue à Massinissa l’introduction de l’agriculture en Numidie : « Voici ce qu’il fit de plus grand et de plus merveilleux. Avant lui, toute la Numidie était inutile et considérée comme incapable, par sa nature, de donner des produits cultivés. C’est lui le premier, lui seul, qui montra qu’elle peut les donner tous, autant que n’importe quelle autre contrée, car il mit en pleine valeur de très grands espaces » (traduction St. Gsell). Dans un premier temps, ce passage étonne d’autant plus que Polybe a visité l’Afrique mineure et qu’il y a été accueilli par Massinissa en personne. Mais, à la réflexion, on y lit un nouveau témoignage sur l’équation agriculture = civilisation qui est au fond de l’idéologie antique : Polybe veux exalter l’œuvre de son hôte et il le crédite de ce bienfait inouï. Strabon dit à son tour (17, 3, 15) : « Massinissa rendit les Numides sociables ( ´) et fit d’eux des agriculteurs ». C’est établir une coupure radicale entre un avant de barbarie et de sauvagerie et un après de culture et d’humanité, qu’on retrouve au reste pour les Gaules dans Strabon2 qui va jusqu’à y attribuer aux Romains l’introduction de l’agriculture !

4L’étonnante affirmation de Polybe, que son absurdité même permet d’écarter, ne doit pas occulter un essor antérieur considérable de l’agriculture dans le Maghreb, même s’il est relativement lent.

  • 3 Camps 1960a, 69 sq.
  • 4 Cf. notamment 4, 191, le passage des nomades aux sédentaires.

5Le dossier réuni par G. Camps3 sur l’agriculture antérieure non seulement au règne de Massinissa, mais à l’installation phénicienne est pleinement convaincant. Il ne peut être question d’attribuer aux colons phéniciens la mise en culture de l’Afrique mineure. Les céréales y sont anciennes, notamment le blé dur, Triticum durum, dont les espèces y ont un centre de distribution secondaire (le centre principal étant l’Abyssinie), et l’orge, et également le mil et le sorgho, plantes spécifiquement africaines. Constatation voisine pour les cultures arbustives, figuier, oléastre et même olivier. Au reste le vocabulaire spécialisé de ces activités est entièrement libyque, et non punique. Il est clair que, au moins dès le Néolithique, se sont spécifiés deux grands types de vie au sein des peuples libyens : l’élevage des nomades et l’agriculture des sédentaires. C’est d’ailleurs bien la situation qui se dégage des récits d’Hérodote au livre 44

  • 5 Camps 1960a, 73.

6Dans cet essor de l’agriculture, un fait retient particulièrement l’attention : on constate des vestiges d’aménagements ruraux constituant des formes archaïques de cadastration5. Ainsi, dans le douar Tazbent (près de Tébessa), un quadrillage relativement régulier - sans rigueur excessive - en carrés de 20 à 50 m de côté est réalisé par la construction de murs en plaquettes calcaires, larges de 0,60 à 0,80 m et descendant jusqu’au rocher. Ce compartimentage a pour but d’améliorer les conditions de culture en retenant la terre et l’eau. Sa date est difficile à établir : il n’a aucun rapport avec l’organisation romaine de ces mêmes terroirs et représente un effort ancien pour rationaliser la production, sans doute immédiatement post-néolithique.

  • 6 Camps 1960a, 74.

7La comparaison avec le système romain est particulièrement intéressante : alors que, dans les hautes plaines du Constantinois, des installations similaires sont en rapport étroit avec les agglomérations et les voies romaines6, au « Tazbent, le système romain est nettement surajouté au quadrillage qu’il recoupe largement : les deux conceptions paraissent même différentes, puisque Rome, dans ce secteur montagneux, a surtout construit des barrages légers coupant les pentes en longues lignes parallèles et ne constitua pas de compartiments, comme l’avaient fait ses prédécesseurs ». On a l’impression que se matérialisent clairement sur le terrain deux étapes dans l’exploitation des sols.

  • 7 Trousset 1977, 202 (et en note 7 la bibliographie récente du sujet). On se reportera encore à l’ar (...)

8De semblables aménagements sont maintenant reconnus comme relevant d’une technique de type sahélien, destinée à retenir terre et eau, toutes deux aussi précieuses, technique mise au point sur la terre d’Afrique bien avant la conquête romaine (ce qui explique qu’il y a un vocabulaire important en berbère pour la dénoter, mais aucun mot latin) : d’où ces tracés assez souples qu’on y rencontre, qui suivent souvent les courbes de niveau, contrairement aux cadastrations romaines7.

  • 8 S’agissant des parcellaires irréguliers reconnus avec une extrême acribie par Peyras 1991, ils ne (...)
  • 9 Cf. Barker/Jones 1982. Je ne connais cet important rapport que grâce à Andrée Gast : qu’elle trouv (...)

9Ces problèmes méritent au reste une étude exhaustive, car les cas peuvent être très spécifiques8. Les recherches anglo-libyennes dans les zones prédésertiques de Libye9 montrent une organisation des wadi avec concentration, dans leur lit, de l’eau d’une vaste surface, construction de murs servant à stocker ou à diriger l’eau et délimitation de champs également par des murs. Elle date de l’époque romaine et, au cours des siècles, on peut même constater l’accroissement considérable du nombre des fermes. Elle doit être mise en relation avec les possibilités accrues d’échange avec les cités de la côte et est génératrice de transformations sociales profondes : développement du sédentarisme, de la productivité, de la population... Mutatis mutandis, ce sont des processus homologues qu’a engendrés plus tôt l’essor de l’agriculture dans des zones plus favorisées.

2. L’émergence des cités

10C’est clairement dans ce cadre d’un grand essor des activités agricoles que se déroule un processus important dans toute l’Afrique mineure, jusque-là domaine par excellence de structures tribales : l’émergence des cités.

  • 10 Camps 1960a, 38.
  • 11 Romanelli 1970, 62.
  • 12 Camps 1960a, 42.

112. 1. L’apparition d’agglomérations urbaines10 est un facteur difficile à saisir historiquement, faute de chronologie vraiment précise11. Un texte cependant remarquablement intéressant, Diodore (20, 55-57), mentionne, lors de l’expédition d’Agathocle, des cités dans la Libye intérieure, et ce hors de la mouvance carthaginoise. L’une d’elles est Tokai, « ville considérable » (´ ’ ´) dont s’empare Eumaque, « qui range sous son autorité les nombreux Numides des environs » (20, 57, 4) : on a de bonnes raisons de l’identifier à Thugga. Au milieu du IIIe siècle, Hannon se rend maître d’une ville très prospère12, Hécatompyle (Diodore, 24, 10, 2), qui doit être Théveste : il se montre magnanime, se contentant de réclamer 3000 otages et laissant la liberté à la cité, ce dont on peut conclure que le nombre de ses habitants était important.

  • 13 BAAA, 20, 1986, 27.

12La puissance de cette urbanisation a été mise en doute par les auteurs de la ΒAAA13 à propos de mes prises de position antérieures : « Il est permis de s’interroger sur l’ancienneté réelle et les caractères d’un phénomène urbain qui a laissé si peu de traces probantes de son importance ». Il me semble pouvoir rester fidèle à la documentation présentée par G. Camps en faveur de ce processus.

  • 14 Camps 1960a, 254.
  • 15 Sur le caractère libyque de ces titres, Peyras 1995, 226.

13Un dossier relativement fourni14, et auquel il est nécessaire de conférer un aspect diachronique, permet d’affirmer que ces villes s’administrent elles-mêmes, qu’elles sont donc des cités. Ce sont essentiellement les magistrats qui sont connus, grâce aux inscriptions15. Deux temps semblent devoir être distingués. Dans un premier, l’organisation n’est pas punique. Ainsi à Thugga on connaît, à l’époque de Micipsa, un roi annuel, deux chefs des cent, un préfet des cinquante... Les noms de ces fonctions sont très généralement libyques, par exemple le roi, GLD (dans une bilingue, ce titre est transcrit et non traduit). Dans un second temps, l’influence punique se marque dans les titulatures et l’on connaît nombre de cités d’Afrique mineure qui sont régies par des suffètes. Mais dans certains cas - notamment à Mactar, Althiburos et Thugga - il y a trois suffètes au lieu de deux, ce qui a été interprété comme un souvenir de traditions indigènes prépuniques.

  • 16 Camps 1960a, 256.

14A côté des magistrats il existe certainement un conseil et une assemblée16 ainsi des « anciens » sont mentionnés à Théveste dès le IIIe siècle (Diodore, 24, 10, 2) ; dans la fameuse inscription de Thugga, ce sont les citoyens qui érigent un temple pour Massinissa et ils sont cités avant les magistrats.

  • 17 Camps 1960a, 164-165.

15La date d’apparition de ces institutions municipales serait évidemment d’un précieux secours dans notre analyse. On peut dire au moins qu’une stèle punique de Volubilis (du IIe siècle ou du début du Ier) donnant la généalogie d’un suffète, scribe de l’armée, permet de remonter au minimum jusqu’en plein IIIe siècle 17.17.

16Nous allons voir qu’au Maroc notamment on croit constater, d’après les travaux de F. Villard, le développement d’une civilisation urbaine depuis le VIe siècle, et ce compte non tenu des échelles phéniciennes ou puniques qui peuvent avoir une date haute. On comprendrait bien ainsi qu’au IVe siècle ou au début du IIIe il y ait des témoignages en faveur de cités importantes et prospères, dotées de véritables institutions municipales, ce qui ne peut résulter que d’un développement sur la longue durée.

  • 18 Clavel-Lévêque 1976 ; Lévêque 1981a ; Lévêque 1981b.

172. On est tenté de replacer ce processus dans un large mouvement d’urbanisation/émergence de cités, si caractéristique du premier Age du fer dans l’ensemble du monde méditerranéen et où plusieurs étapes, à la fois zonales et diachroniques, commencent à être bien distinguées18 Grèce d’Europe et d’Asie et Italie centrale et méridionale au VIIIe siècle, Asie Mineure intérieure (au moins à en juger par le cas bien étudié de Xanthos de Lycie) au VIIe, Occident de la Gaule méridionale et de l’Espagne méditerranéenne au VIe...

  • 19 Camps 1960a, 136.

18L’un des facteurs dominants dans l’émergence de ces formes poliades (cités ou proto-cités, ce dernier vocable étant parfois utilisé pour les formes en voie de gestation) est à chercher partout dans le développement de la métallurgie du fer qui, d’une part, permet une mise en culture plus vaste et une meilleure productivité, d’où les possibilités offertes d’un essor démographique qui contribue lui aussi à l’accroissement du potentiel des communautés, et, d’autre part, intensifie les activités guerrières et renforce d’autant la puissance des chefs de guerre. Mais il est difficile d’analyser la situation au Maghreb où, en dehors de la zone carthaginoise, les trouvailles de métal sont rares19.

  • 20 Cf. surtout Camps 1961 (la citation est à la p. 457).
  • 21 Souville 1986.
  • 22 Camps 1961.
  • 23 Camps 1974b où sont évoquées les cultures indigènes d’époque punique.

19De fait, le développement de l’usage des métaux au Maghreb est encore peu clair20. Il existe un Age du bronze bien caractérisé au Maroc et en Algérie occidentale dans la seconde moitié du IIe millénaire21, en liaison sans doute avec des influences venues d’Espagne et avec la présence de gisements d’étain au Maroc, d’où les trouvailles faites dans les tombes et les représentations des rupestres : dans les sépultures on a des armes et aussi des bijoux, qui rehaussent le statut de prestige de ceux qui peuvent se les procurer et qui les emportent même dans l’au-delà ; sur les gravures du Haut Atlas, ce sont des armes isolées ou des guerriers fortement armés, comme sur cette rupestre des Azib n’Ikkis22 où un grand personnage ithyphallique, tatoué, porteur d’un torque ou d’une agrafe de manteau, est armé d’un bouclier rectangulaire, d’un poignard, d’un javelot ou d’un arc. Un beau type de chef, qui s’impose d’abord par la puissance de son armement, ce qui montre bien comment l’introduction du métal est motrice de nouveaux rapports sociaux. En Berbérie orientale, en revanche, des doutes s’élèvent sur l’existence même d’un Age du bronze et le hasard des fouilles ne paraît pas pouvoir être seul en cause en l’occurrence : « Cette partie du Maghreb, grâce à l’arrivée des Phéniciens, sut utiliser assez tôt le fer, sans avoir peut-être connu précédemment un véritable Age du bronze dont les preuves archéologiques font encore défaut ». Ce qui ne veut certainement pas dire que le développement de la métallurgie n’a pas eu son importance et que l’introduction du fer, encore mal saisissable, n’a pas eu ici les mêmes effets moteurs qu’ailleurs23.

  • 24 Smadja 1983, 691 : « Ceci témoigne de possibilités considérables de prélèvement d’un surproduit, c (...)

20En liaison très vraisemblable avec le développement du métal, deux facteurs apparaissent clairement dans l’essor des villes et l’émergence des cités : les besoins de défense et un vigoureux accroissement des activités agricoles. D’une part, dans des communautés moins simples et plus prospères, s’intensifient les risques d’attaque et de razzia, d’autant que s’opère une certaine accumulation de richesses (sans doute diversifiées, comme nous le verrons). D’autre part, une mise en culture qui est l’objet de beaucoup de soin, où s’investit davantage de travail, où s’imposent parfois des formes sophistiquées d’aménagement et de division du sol exigeant une main-d’œuvre importante, nécessite une organisation d’ensemble plus structurée que la simple tribu. Alors s’instaurent de nouveaux rapports sociaux de manière concomitante avec une certaine dissolution des structures tribales : alors s’accroissent le pouvoir et le prestige des couches dirigeantes dans des communautés en pleine mutation : ce sont leurs membres qui sont d’abord les chefs de la ville, puis les magistrats de la cité24.

  • 25 Villard 1960, 22-23.
  • 26 Camps 1960a, 170 sq. et 179.

21L’ouverture sur la Méditerranée par des échanges qui s’intensifient est aussi à prendre en compte, et elle ne concerne pas que les villes littorales. L’étude des vases grecs exhumés sur certains sites marocains a conduit F. Villard25 à estimer que le développement d’une civilisation urbaine au Maroc dans le courant du VIe siècle « est sans doute le résultat de contacts commerciaux suivis avec les Phéniciens de Gadès, les Carthaginois et les Grecs ». Le processus n’est pas limité à cette zone, ni à cette époque précoce, car ensuite les tessons de campanienne ou d’amphores grecques sont nombreux sur bien des sites de villes26.

  • 27 Camps 1975, 142 sq.  : les inscriptions les plus archaïques sont celles du groupe occidental, nota (...)
  • 28 Février 1967, notamment 121-123.

22Nous constatons donc une avancée du niveau de production et d’échange de ces communautés agropastorales, qui s’accompagne d’ailleurs d’une avancée culturelle que l’on mesure dans la diffusion de l’écriture libyque à une date largement antérieure au VIe siècle dans l’Occident maghrébin27. Cette avancée globale s’exprime dans l’urbanisation, ce qui incite à relire les pages où P. -A. Février28 conseillait, pour écrire l’histoire urbaine de l’Afrique du Nord, de regarder non seulement du côté des comptoirs phénico-puniques, mais aussi vers les agglomérations indigènes : il rappelait les cas de Volubilis, de Cirta, de Tiddis et se demandait s’il n’en était pas de même pour les villes réputées carthaginoises de la côte.

23C’est un autre problème de savoir si Carthage ou les échelles phénico-puniques ont fourni un modèle dans l’émergence de ces cités. Problème analogue à celui qui doit être pris en compte, par exemple, pour les oppida celtibères ou celto-ligures dans leurs rapports avec Marseille ou Emporion. En Afrique aussi le modèle a joué - cela est bien clair notamment dans les noms des magistratures à partir d’une certaine date - là où/quand les conditions internes de développement des communautés rurales permettaient l’émergence de cités.

3. L’émergence des principautés et des royaumes

243. 1. Que les origines des dynasties libyennes restent entourées de beaucoup de mystère n’a rien qui puisse étonner : leur pouvoir, qui finit par s’exercer sur d’immenses territoires, est en fait issu des pouvoirs de chefs de tribus qui ont réussi à étendre de plus en plus leur mouvance. Des informations chronologiques concordantes peuvent néanmoins être tirées à la fois de l’archéologie et de la documentation écrite.

  • 29 II faut chronologiquement éliminer le Gour, malgré Jodin 1967 qui y voyait le tombeau d’un personn (...)

25L’attention de qui s’intéresse à l’émergence des royaumes libyens est d’abord attirée par de grands tombeaux, que l’on a tendance à dire princiers et qui supposent la possibilité pour ceux qui les ont élevés de contraindre des dépendants à un surtravail considérable. Malgré les discussions qui ne sont pas nécessairement closes entre spécialistes sur leur datation29, il semble que le dossier se présente comme suit.

  • 30 Camps 1960a, 1 18 sq. et 137.

26a) Dans le Nord-Ouest du Maroc sont édifiés des tertres considérables30, dont voici les plus importants :

  • à Mzora31 : un tertre entouré d’une grande ellipse de monolithes, le plus ancien, préromain et ce de plusieurs siècles32, qui doit être identifié avec le tombeau d’Antée que Sertorius fit fouiller, ce qui suppose que la mémoire collective avait oublié le titulaire premier de la tombe ;
  • à Volubilis33 un tumulus qui occupe une position centrale dans la ville et qui a été respecté par les architectes romains à cause certainement de son caractère sacré ;
  • à Sidi Slimane34 un monument funéraire en forme d’habitation cachée sous un tertre. Cette habitation, excentrée, comporte couloir, cour et chambre funéraire couverte de rondins de tuya. Deux corps reposent dans la chambre, et deux autres dans le couloir et dans la cour, sans doute deux serviteurs enterrés après immolation pour garder la sépulture des chefs. On a retrouvé des pièces d’ivoire qui devaient faire partie d’un coffret. Non loin, une inscription libyque se rapporterait à l’inhumation de deux personnages. La date du monument pourrait être fixée par les amphores qui y ont été trouvées : IVe ou IIIe siècle.
  • 35 Camps 1960a, 119.

27La conclusion s’impose : « Des confédérations puissantes, sinon des royaumes, s’étaient donc constituées au Maroc dès le IVe siècle avant notre ère »35.

  • 36 Camps 1960a, 120 ; Camps 1961, 201 ; Camps 1973.
  • 37 On n’invoquera pas ici le mausolée du Khroub (Es Soumâa) voisin du Médracen, mais de date trop tar (...)
  • 38 Cf. aussi peut-être ce que dit Hérodote, 4, 194 des Gyzantes : « tous se frottent de vermillon ».

28b) Dans l’Algérie orientale s’élève un monument de dimensions tout aussi considérables, mais d’une construction beaucoup plus raffinée (avec ses colonnes doriques et sa corniche à gorge égyptienne) : le Médracen36, énorme mausolée de tradition berbère qui, vers 300 avant notre ère, doit être le tombeau des rois massyles précédant Massinissa37. Plate-forme et couloir d’accès sont revêtus d’un épais enduit rouge, rouge symbole du sang et de la vie depuis les constructeurs de dolmens38.

  • 39 Cf. Lévêque 1978, 221-222.

29L’importance de ces gigantesques mausolées, ne doit pas être sous-estimée. Non seulement, nous l’avons dit, parce qu’ils supposent un pouvoir assez fort pour requérir un surtravail considérable, mais aussi parce qu’ils dénotent une surnaturalisation des chefs tribaux en train de se transformer en princes. Au Médracen le mort est revigoré par l’ocre rouge si largement étendue en enduit pour son éternité. A Sidi Slimane, les deux titulaires du monument disposent d’une véritable demeure souterraine. Si deux serviteurs y ont été immolés pour accompagner leurs maîtres dans l’au-delà, on possède une indication du plus haut intérêt, car ces sacrifices humains représentent un rite essentiel du pouvoir dans des sociétés de classes en formation, qu’il s’agisse des premiers souverains de Kish, Mari ou Ur, des Scythes pour lesquels nous disposons à la fois d’Hérodote et du témoignage des kourganes, ou des princes enterrés dans les champs mégalithiques de Sine-Nayenne (Sénégal) où de véritables charniers ont été exhumés39.

  • 40 Camps 1960a, 59 sq.
  • 41 Camps 1960a, 177.

30On peut, d’autre part, tenter d’appréhender l’apparition des royautés libyennes en utilisant les textes, littéraires et, s’il en est, épigraphiques. C’est ce qu’a fait notamment G. Camps40 dont je rappelle les principaux résultats. Si l’on élimine l’Hiarbas qui aurait cherché à se faire donner en mariage Didon (Justin, 18, 4, 6), c’est au IVe siècle que remontent les premières mentions de rois, souvent connus par leurs relations militaires, diplomatiques, voire conjugales avec les Carthaginois. Dès le IIIe siècle, au moment de la grande conflagration entre Rome et Carthage, sont bien attestés trois royaumes qui se partagent le territoire de l’Afrique mineure en dehors de l’épicratie carthaginoise : ils portent des noms de peuples (Maures, Massesyles, Massyles). Des indications peut-être plus précises existent pour la famille de Massinissa, qui reçut au reste des Romains le droit de réclamer les terres qui avaient appartenu à ses ancêtres (Polybe, 15, 18, 5) : on pourrait établir un tableau théorique41 montrant qu’au temps de Massinissa la dynastie massyle régnait au moins depuis quatre générations, ce qui ouvre la possibilité, non moins théorique, que le roi libyen Ailymas mentionné lors de l’expédition d’Agathocle (Diodore 20, 17, 1 et 18, 3) soit un ancêtre de Massinissa.

  • 42 Camps 1960a, 97 pour la carte.
  • 43 Camps 1960a, 120.

313. 2. Il est bien noté par G. Camps que les zones où apparaissent ces sépultures princières sont celles-là même où un large essor de la céréaliculture est attesté par des cimetières où les tombes renferment abondamment des poteries funéraires dont les premières datent du IVe siècle au plus tard42 c’est aussi la zone où est utilisé l’araire manche-sep, le plus archaïque des araires employés au Maghreb43. On peut ajouter que les nécropoles de Berbérie orientale qui rassemblent des milliers de dolmens témoignent d’un peuplement très dense. C’est dans ces zones de large développement agricole (sans parler de l’élevage, qui n’est pas uniquement le fait des nomades) qu’émerge un pouvoir personnel, sensible dans l’importance des tombeaux princiers et qui y préfigure les monarchies maure et massyle, alors que la vaste région qui les sépare, Maroc oriental et Algérie centro-occidentale, n’a livré ni tombeaux princiers, ni cimetières d’agriculteurs avec enfouissement de poteries funéraires. Le cas du Maroc du Nord-Ouest, avec plusieurs grandes sépultures, montre-t-il une étape intermédiaire où de puissants chefs de confédérations de tribus s’imposent, sans que s’ensuive immédiatement l’hégémonie d’un seul ? Je le croirais volontiers.

32Il est clair en tout cas que ces chefs profitent d’un accroissement marqué des forces productives lié à l’utilisation d’un araire, si archaïque fût-il, qui entraîne un considérable développement de la production et un remarquable essor démographique. L’organisation du travail de la terre, la répartition du produit social imposent une autorité plus forte, et qui s’étende sur de plus vastes surfaces.

  • 44 C’est ce sur quoi insiste Kotula 1976.
  • 45 Trousset 1982, 201. L’auteur rappelle à juste titre les chefs libyens habitant des pyrgoi (Diodore (...)

33Que les besoins de la défense jouent aussi leur rôle n’est pas révocable en doute. Il peut s’agir, à l’Est, de se prémunir contre le Punique44, encore que l’émergence des royaumes soit nettement antérieure à la constitution d’une vaste chora carthaginoise englobant quasiment toute la Tunisie, qui n’est achevée qu’à la fin du IIIe siècle. Mais j’estime aussi que partout se pose le problème des contacts avec les nomades, d’autant plus difficiles peut-être que les succès mêmes de l’agriculture accumulent des stocks plus importants. Et cela reste vrai, même si, dans une vue plus compréhensive des rapports nomades/sédentaires, on considère aujourd’hui que, dans certaines zones, il faut parler « d’un système d’économie mixte agro-pastorale qui correspond en fait, plus qu’à un nomadisme véritable, à toutes les nuances d’un semi-nomadisme à double composante, à la fois sédentaire et nomade, variables suivant les groupes humains ou pour un même groupe suivant les saisons »45. Les besoins de défense paraissent au total multiples et considérables.

343. 3. Il n’est pas question de poursuivre ici l’histoire des monarchies massyle et maure, mais il me paraît nécessaire d’insister sur le fait que la période encore passablement mystérieuse de leur émergence fournit une trame qui permet de rendre compte à la fois de leurs contradictions et des solutions tentées pour les résoudre.

  • 46 Camps 1960a, 245.
  • 47 Camps 1960a, 214 sq.
  • 48 Camps 1960a, 261 sq.

35Ce sont des monarchies tribales, constituées à partir de confédérations guerrières. « Au IIIe siècle les Massyles forment déjà un peuple ; le nom de la tribu d’où est sortie la famille régnante s’étend déjà au royaume ; le même phénomène s’est produit chez les Masaesyles et les Maures. Les tribus n’avaient pas pour autant disparu : elles survécurent aux royaumes et les gentes subsisteront pendant toute l’histoire de l’Afrique romaine »46. Les rapports entre le roi et les grands chefs tribaux posent des problèmes difficiles, même sous le règne d’un Massinissa47. L’institution d’une armée régulière, noyau autour duquel s’ordonnent les contingents des tribus, est certainement un ferment important d’unification48.

  • 49 Camps 1960a, 216 sq.
  • 50 Pour HMMLKT, M. Sznycer veut bien me suggérer provisoirement la traduction de “prince royal”. - Po (...)
  • 51 Camps 1960a, 217.

36Les titres donnés au souverain, pour autant qu’on les puisse connaître, témoignent par leur évolution des origines modestes de ces monarchies, même quand elles ont atteint leur apogée49 les seuls qui soient utilisés jusqu’à Micipsa sont en punique HMMLKT et en libyque GLD, que l’on peut traduire par “prince” et qui sont portés aussi par des personnages de rang très inférieur50. Ce n’est qua partir du fils de Massinissa qu’apparaissent des vocables plus prestigieux, en punique MLK, “roi”, et en libyque MNKDH (“chef suprême”, qui sera plus tard utilisé pour traduire imperator). La dédicace de Cherchel51 à Micipsa lui donne enfin le titre de “maître des princes” (RBT MMLKT). S’agit-il des princes de tribu ou bien des magistrats éponymes, qui sont ainsi dénommés ? On peut en débattre ; mais, en tout cas, il est signifiant que s’exprime dans cette titulature un degré suprême de pouvoir.

37Dans ces monarchies issues des confédérations tribales, des mutations importantes se mettent en place, transformatrices des réalités sociales, sous l’impulsion de forces internes issues de leur propre passé, mais aussi d’influences extérieures assumées comme susceptibles de rendre irréversible l’évolution depuis les formes tribales simples jusqu’à ces monarchies à l’immense emprise territoriale dont les deux grands du monde occidental se disputent un temps l’alliance. Il s’agit de l’utilisation d’une main-d’œuvre rurale dépendante, de la sacralisation du roi, de l’ouverture sur les cultures étrangères comme moyen de développement économique et de prestige, donc globalement de puissance.

  • 52 Camps 1960a, 212.

383. 1. On connaît l’importance des propriétés de Massinissa : à son héritage royal la conquête a considérablement ajouté. On a pu faire l’hypothèse que les nombreuses villes qui portent à l’époque romaine le nom de Regia sont établies sur son domaine : de fait elles font toutes partie des annexions opérées par lui. On sait en tout cas par Diodore (32, 17) qu’il laissa à chacun de ses fils une terre de 10 000 plèthres (circa 875 ha), munie de tout ce qui est nécessaire à la mise en valeur52.

  • 53 Kolendo 1979, 394 et 1976, 23 sq. Dans la deuxième édition, considérablement augmentée, de son ouv (...)
  • 54 Rostovtzeff 1957, 584, n. 8 : « It seems very likely to me that the kings of Numidia-if not indeed (...)
  • 55 « Caius Julius, fils de Massinissa, qui était en possession des terres de tout cet oppidum... ».

39Un questionnement s’impose alors : le colonat, si fortement attesté dans l’Afrique romaine sur les saltus impériaux, n’est-il pas à mettre en relation avec des formes de dépendance préromaine, fonctionnant dans les propriétés des souverains numides ? Le problème a été repris par J. Kolendo53, qui insiste sur le fait qu’il n’y a pas une réponse univoque et qu’une autre source du colonat se trouve dans la sédentarisation forcée des nomades, privés ainsi par les Romains de leurs moyens d’existence. Mais le dossier qu’il ouvre, dans l’esprit des recherches de M. Rostovtzeff54, sur les dépendants libyens des rois paraît clair et démonstratif. Outre l’indication de Diodore déjà citée, qui doit s’appliquer aussi bien à la main-d’œuvre qu’aux animaux et aux instruments, il faut mentionner un passage de Vitruve (8, 3, 24 sq.) à propos de l’oppidum Ismuc (mal localisable) : Gaius Julius, Masinissae filius, cujus erant totius oppidi agrorum possessiones...55. Texte qui peut être interprété comme témoignant pour une grande propriété héritée par C. Julius de ses ancêtres, qui appartenaient à la famille royale de Numidie. Le domaine d’Ismuc ne constituerait au reste pas une exception, une partie importante de la vallée moyenne du Bagradas ayant été la propriété des souverains numides qui y avaient de nombreuses résidences.

  • 56 Constaté encore par Pereira-Menaut 1979.

40On a noté depuis longtemps que le nombre des esclaves dans l’Afrique romaine est relativement très faible56 on y reste dans la continuité du passé numide où la force de travail principale est constituée par une main-d’œuvre de dépendants. Situation homologue à ce que l’on constate, mutatis mutandis, dans l’Egypte hellénistique et romaine, ou dans les Trois Gaules, où est aussi exploité le travail de dépendants-paysans tributaires.

  • 57 Smadja 1979, 431.

41Reste le problème de fond, celui de l’origine de cette couche de dépendants ruraux. Certes la conquête d’immenses territoires par Massinissa l’a rendu maître d’un nombre considérable de paysans attachés aux terres conquises : ce contrôle sur les hommes et sur leur travail lui a permis d’ » assurer une stabilisation et une régularisation des ressources royales »57. Mais est-ce la conquête qui a transformé les masses de ruraux en dépendants ? On a peine à le croire et il faut plutôt penser que l’émergence de ce statut est contemporaine de l’émergence des principautés. Les grands tombeaux, qui supposent nécessairement un travail forcé important, sont en faveur de cette hypothèse. Le vrai problème serait alors de savoir comment les rapports sociaux au sein de la tribu ont évolué dans le sens de cette dépendance rurale, quand s’affirmait le pouvoir d’un seul sur de très vastes espaces.

  • 58 Leveau 1975 et 1982, 87 ; cf. aussi les remarques de Lassère 1982, 93.

42Je veux enfin signaler que le problème de ces dépendants doit être examiné dans un contexte plus large encore. De fait, les colons des saltus impériaux ne sont pas seuls à attester la survivance de formes de dépendance tributaire numides ou maures. Il faut penser que, sur le territoire des cités romaines d’Afrique, coexistent parfois des villae proches de la ville et des bourgades dépendantes plus lointaines : c’est ce qui a été rappelé pour Caesarea58. Les ruraux de ces bourgs ne sont-ils pas dans une situation de dépendance traditionnelle par rapport à de grands propriétaires de la ville ?

  • 59 Camps 1960a, 289.

433. 2. Que, dès les temps des grands mausolées des VIe-IIIe siècles, les rois soient considérés comme détenteurs d’un pouvoir sacral est bien clair. Un culte funéraire leur est rendu : à Sidi Slimane, on immole sans doute deux serviteurs pour les accompagner ; au Médracen, c’est tout un ensemble d’installations qui sont prévues pour permettre l’accomplissement de cérémonies que complètent peut-être des sacrifices offerts dans la chapelle ou sur l’autel extérieur59.

  • 60 Camps 1960a, 283.
  • 61 Camps 1960a, 217 et 284.

44C’est sans doute dans la suite de ces témoignages qu’il faut interpréter la bilingue de Thugga60 « Les citoyens de Thugga ont bâti ce temple au roi Massinissa fils du roi Gaia, fils du suffète Zibalsan, en l’an 10 de Micipsa... », et aussi l’inscription néo-punique de Cherchel dédiée à Micipsa61 « Sanctuaire funéraire du vivant des vivants Micipsa, roi des Massyles, le regretté, celui qui dirige la patrie, maître des princes, bienveillant » dont le dédicant se déclare « ordonnateur du dieu » (Micipsa sans doute) et affirme qu’il a offert une statue, le monument funéraire et les instruments du culte « en souvenir glorieux au sujet de la Majesté illustre, de la Perfection illustre ».

  • 62 Camps 1960a, 284. Sur les titulatures royales des Berbères, cf. Ghaki 1993.

45L’analyse très critique menée par G. Camps62 montre clairement que « les deux inscriptions de Dougga et de Cherchel apportent l’existence d’un culte funéraire des rois numides, mais elles ne permettent nullement de dire que les rois étaient divinisés de leur vivant ». La suite du dossier doit sans doute être examinée dans le même sens : dans les rares inscriptions où l’on peut parler de culte royal, il s’agit d’une apothéose postérieure à la mort du souverain. Il me paraît donc que c’est l’esprit des liturgies sur les tombeaux gigantesques des anciens princes qui renaît, confirmant le caractère sacral des monarques dotés après leur trépas d’un culte funéraire qui doit perpétuer leur force vitale, leur baraka comme dit G. Camps, et perpétuer aussi leurs bienfaits sur leurs sujets.

463. 3. 3. Une large ouverture des royaumes indigènes s’opère - ou bien : s’accentue -, fruit à la fois de la politique volontariste de souverains comme Massinissa et du décalage dans le niveau de développement avec les puissances méditerranéennes (Carthage, États grecs, sans parler de Rome) qui tend à se réduire dans un vaste processus d’acculturation/déculturation.

  • 63 Cf. la synthèse de Camps 1979.

47L’ouverture est immédiatement sensible sur Carthage dont les institutions municipales, l’écriture (qui a tendance à devenir l’écriture officielle), la culture se diffusent largement dans l’Afrique mineure63. Cette punicisation fournit - comme d’ailleurs l’hellénisation en partie concomitante - aux couches dominantes un signe de reconnaissance sociale, un statut de prestige renforcé qui accroît l’hégémonie du roi et des siens, des grands, des élites municipales sur les travailleurs dépendants.

  • 64 Le problème est complexe, du fait que l’apport punique paraît très faible dans ce monnayage : cf. (...)

48On peut discuter du modèle qui a favorisé l’émergence d’un monnayage64, inauguré sous Syphax et son fils Vermina, et qui est très largement battu dès le règne de Massinissa : les légendes sont en punique, mais le système pondéral ne se rattache pas aux étalons phéniciens ; les métaux vils qui ont servi à la frappe dans la dynastie numide (plomb et bronze) font écarter l’idée qu’il réponde en priorité aux besoins de prestige des souverains.

49L’ouverture vers la Grèce, déjà fort ancienne elle aussi, n’est pas moins déterminante et l’hypothèse a été présentée qu’elle avait pu être voulue comme un moyen d’établir un contrepoids à Carthage.

  • 65 Cf. déjà, pour Ailymas, le titre de « roi des Libyens » (` ´ ` ´) dans Polybe, 15, 18, 5.
  • 66 Ces derniers seraient au reste tardifs : cf. Fittschen 1974 et 1979.

50Ce n’est pas au reste que les royaumes d’Afrique puissent être comparés aux royaumes hellénistiques d’Orient : par leur caractère national, ethnique65, c’est peut-être avec le seul royaume de Macédoine qu’ils présentent une homologie. Mais les formes monarchiques de l’Orient grec ne sont pas sans exercer leur influence : on songe au portrait royal tant sur les monnaies qu’en ronde bosse66, ou aux généalogies royales.

  • 67 Kontorini 1975.

51Mais le plus important est sans conteste les relations marchandes qui s’instaurent et où le blé numide joue un rôle primordial. Un blé qui se monnaye au reste aussi au plan de l’imaginaire, d’où les inscriptions honorifiques, comme la dernière en date où le peuple de Rhodes honore le roi Hiempsal II67.

  • 68 Pour Volubilis, Jodin 1966 et 1968 ; Boube 1966.
  • 69 Boube 1967 : à la fin de l’époque hellénistique le plan hellénistique s’impose dans la constructio (...)
  • 70 Rakob 1979.

52Et c’est dans ce vaste complexe que fonctionne ce qu’on est convenu d’appeler le processus d’hellénisation, au niveau de l’architecture publique68 et même domestique69, voire de l’érection des mausolées70.

53L’émergence de communautés structurées, se superposant bientôt aux deux niveaux de la cité et de la principauté, résulte clairement de l’évolution interne de ces communautés dont le développement, très notable à l’Age du fer, impose des formes politiques plus fortement construites, donc plus opératoires, et hâte l’apparition de nouveaux rapports sociaux où les anciens rapports de dépendance tribale se muent en rapports de dépendance tributaire au sein d’ensembles géopolitiques très vastes.

  • 71 Ces échanges entraînent des contaminations culturelles importantes, bien étudiées pour Juba II, do (...)

54Cette émergence ne se fait néanmoins pas sans qu’y interviennent quasi dès le début les relations marchandes avec Carthage et avec la Grèce. A une certaine étape de leur histoire les royaumes ne peuvent se développer - et sans doute même survivre - qu’en s’ouvrant largement aux grandes puissances méditerranéennes et c’est l’époque de l’accentuation des échanges tant marchands que culturels71, favorisés par le très long règne d’un souverain intellectuellement ouvert comme Massinissa.

55Mais les rapports de force en Méditerranée et le choc frontal en trois actes de Carthage et de Rome va entraîner les royaumes africains dans la dépendance politique totale de Rome, même s’ils survivent plus de deux siècles par la volonté de Rome qui trouve son avantage, ici comme ailleurs, à exploiter sans administrer.

II. Une hypothèse sur l’évolution de la Berbérie antique

56Nous pouvons proposer une hypothèse d’évolution. Nous ne nous dissimulons pas qu’elle est très dangereuse, ne serait-ce que parce qu’il y a trois Berbéries - orientale, centrale, occidentale - et que les contacts sont très différents avec la Libye et l’Egypte d’une part, avec l’Espagne de l’autre.

57NÉOLITHIQUE

58Nous constatons un élevage très développé, antérieur à la mise en culture, et étroitement lié à la vie nomade. Mais la culture se développe (fin Néolithique ou immédiat post-Néolithique ?) :

  • avec des céréales ou assimilées
  • et des cultures arbustives.

59AGE DU BRONZE

60Du Bronze on ne connaît que très peu, sauf dans le Haut Atlas (minerais + contacts avec l’Espagne) d’où puissants chefs de guerre (cf. rupestre de l’ithyphallique tatoué, qui peut faire penser à l’ithyphallique celte d’Hirschlanden).

61AGE DU FER

62Beaucoup d’inconnues, notamment sur la place du fer qui, ailleurs (Méditerranée orientale et centrale) est un des moteurs des sociétés.

63Ce qui est clair, c’est l’essor agricole en fonction d’un développement de la métallurgie du fer ( ?) et en tout cas de l’utilisation de l’araire sep, typiquement africain.

64Les transformations des rapports sociaux sont considérables. La mise en culture sur de vastes étendues fait reculer le nomadisme, et émerger une aristocratie rurale et marchande, tandis que les travailleurs de la terre deviennent des dépendants. La surproduction est une condition nécessaire de la satisfaction des besoins des échanges, comme dans toutes les sociétés de chefs où les objets de prestige sont aussi importants pour l’hégémonie que la richesse foncière.

65Je crois pouvoir constater deux voies de développement.

  1. Les agglomérations rurales deviennent des villes, puis des cités. Cette structure, moyenne de taille, est favorable à l’exploitation de la terre par une aristocratie foncière, issue des chefs tribaux, et qui utilise une main d’œuvre dépendante. Les villes sont aussi des relais sur des routes ou pistes sur lesquelles se développent plus largement les échanges. C’est un moment considérable que celui où se dissolvent ainsi les structures tribales. Reste une incertitude sur la date de l’émergence de ce processus d’urbanisation, peut-être le VIe siècle dans certaines zones.
  2. Parallèlement, on constate l’émergence de principautés, donc d’entités politiques autrement vastes que les cités. Les problèmes de défense se posent avec une acuité particulière, en conséquence d’une relative accumulation des richesses, et des tribus voisines sont amenées à se fédérer sous l’autorité de chefs qui étalent leur puissance et leur richesse dans des tombeaux monumentaux où l’imaginaire joue à plein pour conforter leur hégémonie. Faute d’une documentation importante, on ne sait pas bien si la diffusion d’un armement en fer joue un grand rôle dans la nécessaire concentration du pouvoir qui se constate alors. Ces constructions sont attribuées au IVe siècle : il y a donc une mise en place précoce de structures étatiques fortes sous la direction de princes rivaux. Là encore les cadres tribaux sont en voie de dissolution.
  • 72 Camps 1989, 99, fig. 45.

66Ils le sont plus encore dans une étape ultérieure, quand la concentration des pouvoirs s’accentue sous l’impulsion des mêmes forces et que les royaumes succèdent aux principautés. L’évolution est rapide puisque, au IIIe siècle lors des conflits Rome-Carthage, les trois royaumes sont constitués et, semble-t-il, de manière stable. Le tribalisme a implosé, encore que les chefs traditionnels aient certainement des rapports spécifiques avec les rois. Une grande stèle72 d’Ain Khanga (près de Constantine) figure un chef massyle, dont se dégage une prodigieuse sensation de puissance. Mais s’organise progressivement un État, notamment avec l’œuvre longue et éminemment constructive de Massinissa : exploitation patrimoniale des immenses domaines dont le roi a la propriété, fiscalité pour les prélèvements, armée régulière qui donne toute sa force à l’autorité monarchique, monnayage.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barker/Jones 1982 : BARKER (G. W. W.), JONES (G. D. B.), The Unesco libyan valleys survey 1979-1981 : Palaeoeconomy and Environmental Archaeology in the Pre-Desert. Libyan studies, XIII, 1982, 1-34.

Benabou 1977 : BENABOU (M.), Juba II ou l’africanité vassale de Rome. In : Les Africains, IX, Paris, 1977, 145-165.

Boube 1966 : BOUBE (J.), Un chapiteau ionique de l’époque de Juba II à Volubilis. BAMaroc, VI, 1966, 109-114.

Boube 1967 : BOUBE (J.), Documents d’architecture maurétanienne au Maroc. BAMaroc, VII, 1967, 263-367.

Camps 1960a : CAMPS (G.), Aux origines de la Berbérie. Massinissa ou les débuts de l’histoire. Paris, 1960, Libyca, 8.

Camps 1960b : CAMPS (G.), Un mausolée marocain, la grande bazina de Souk el-Gour. BAMaroc, IV, 1960, 47-92.

Camps 1961 : CAMPS (G.), Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques. Paris, 1961.

Camps 1970 : CAMPS (G.), Notes de Protohistoire nord-africaine et saharienne. V. Dates absolues concernant la Protohistoire du Maghreb et du Sahara. Libyca, XVIII, 1970, 235-236.

Camps 1973 : CAMPS (G.), Nouvelles observations sur l’architecture et l’âge du Médracen, mausolée royal de Numidie. CRAI, 1973, 470-517.

Camps 1974a : CAMPS (G.), Le Gour, mausolée berbère du 7e s. AntAfr, 1974, 191-208.

Camps 1974b : CAMPS (G.), Nouvelles observations sur l’âge du Fer indigène en Afrique du Nord. In : L’âge du Fer en Méditerranée. Ajaccio, 1974, 37-48.

Camps 1975 : CAMPS (G.), Recherches sur les plus anciennes inscriptions libyques de l’Afrique du Nord et du Sahara. BAParis, X, B, 1974-1975, 143-166.

Camps 1979 : CAMPS (G.), Les Numides et la civilisation punique. AntAfr, XIV, 1979, 43-53.

Camps 1989 : CAMPS (G.), Berbères. Aux marges de l’histoire. Paris, 1989.

Clavel-Lévêque 1974 : CLAVEL-LÉVÊQUE (M.), Les Gaules et les Gaulois : pour une analyse du fonctionnement de la Géographie de Strabon. DialHistAnc, I, 1974, 75-93.

Clavel-Lévêque 1976 : CLAVEL-LÉVÊQUE (M.), Urbanisation et cités dans l’Occident antique. Cahiers d’histoire de l’institut de recherches marxistes, 1976, 239 sq.

Despois 1956 : DESPOIS (J.), La culture en terrasses dans l’Afrique du Nord. AnnESC, 77, 1956, 42-50.

Février 1967 : FÉVRIER (P. -A.), Origines de l’habitat urbain en Maurétanie césarienne. JSav, 1967, 107-123.

Fittschen 1974 : FITTSCHEN (K.), Die Bildnisse der mauretanischen Könige und ihre stadtrömischen Vorbilder. MDAI(M), XV, 1974, 156-173.

Fittschen 1979 : FITTSCHEN (K.), Bildnisse numidischer Könige. In : Die Numider. Reiter und Könige nordlich der Sahara (Hrsg. H. G. Horn et C. B. Rüger). Bonn, 1979, 209-225.

Galand 1989 : GALAND (L.), Les alphabets libyques. AntAfr, XXV, 1989, 69-81.

Ghaki 1993 : GHAKI (M.), L’organisation politique et administrative chez les Numides. In : A la croisée des études libyco-berbères. Mélanges Galand. Paris, 1993, 90 sq.

Jodin 1966 : JODIN (Α.), La tradition hellénistique de l’urbanisme de Volubilis. BAMaroc, VI, 1966, 511-516.

Jodin 1967 : JODIN (Α.), La datation du mausolée de Souk-el-Gour (région de Meknès). BAMaroc, VII, 1967, 221-261.

Jodin 1968 : JODIN (Α.), L’enceinte hellénistique de Volubilis. BAParis, n. s. I II, 1965-1966, 1968, 199-221.

Kolendo 1976 : KOLENDO (J.), Le colonat en Afrique sous le Haut-Empire. Paris, 1976.

Kolendo 1979 : KOLENDO (J.), Le problème du développement du colonat en Afrique romaine sous le Haut Empire. In : Terre et paysans dépendants dans les sociétés antiques. Actes du colloque international de Besançon (mai 1974). Paris, 1979, 391-417.

Kolendo 1991 : KOLENDO (J.), Le colonat en Afrique sous le Haut-Empire. Paris, 1991 (2e édition).

Kontorini 1975 : KONTORINI (V. N.), Le roi Hiempsal II de Numidie et les Rhodiens. AntCl, XLIV, 1975, 89-99.

Kotula 1976 : KOTULA (T.), Masynissa. Varsovie, 1976, (en polonais).

Lassère 1982 : LASSÈRE (J. -M.), Intervention sur l’exposé de P. Leveau. In : Villes et campagnes dans l’Empire romain. Actes du colloque d’Aix-en-Provence (Mai 1980) (dir. P. -A. Février, Ph. Leveau). Aix-en-Provence, 1982, 93.

Leveau 1975 : LEVEAU (Ph.), Paysans maures et villes romaines en Maurétanie césarienne centrale. MEFRA, 87, 1975, 857-871.

Leveau 1982 : LEVEAU (Ph.), Une ville et ses campagnes : l’exemple de Caesarea de Maurétanie. In : Villes et campagnes dans l’Empire romain. Actes du colloque d’Aix-en-Provence (Mai 1980) (dir. P. -A. Février, Ph. Leveau). Aix-en-Provence, 1982, 77-90.

Lévêque 1978 : LÉVÊQUE (P.), Religions africaines et religion grecque. In : Afrique noire et monde méditerranéen dans l’Antiquité. Abidjan-Dakar, 1978, 221-222.

Lévêque 1981 : LÉVÊQUE (P.), La génèse de la cité grecque. Société archaïque et cité-État. La Pensée, 217-218, 1981, 24-32.

Lévêque 1981 : LÉVÊQUE (P.), Les communautés dans la Grèce ancienne. Peuples méditerranéens, 14, janvier-mars 1981, 3 sq.

Lévêque 1986 : LÉVÊQUE (P.), L’émergence de pouvoirs structurés dans l’Afrique mineure de l’Age du Fer. In : Gli interscambi culturalie socio-economici fra l’Africa settentrionalee l’Europa mediterranea. Atti del Congresso internazionale di Amalfi, (5-8 dicembre 1983). Napoli, 1986, 637-657.

Masson 1979 : MASSON (O.), Le « roi » carthaginois lômilkos dans les inscriptions de Délos. Semitica, XXIX, 1979, 53-57.

Mavor 1976 : MAVOR (J. -W.), The riddle of Mzorah. In : Almogaren, 1976, 121 sq.

Mazard 1960 : MAZARD (J.), Création et diffusion des types monétaires maurétaniens. BAMaroc, IV, 1960, 107-116.

Pereira-Menaut 1979 : PEREIRA-MENAUT (G.), Discussion à la suite de la communication de J. Kolendo. In : Terre et paysans dépendants dans les sociétés antiques. Actes du colloque international de Besançon (mai 1974). Paris, 1979, 419-421.

Peyras 1991 : PEYRAS (J.), Le Tell nord-est tunisien dans l’Antiquité. Paris, 1991.

Peyras 1995 : PEYRAS (J.), Les Libyens et autres. In : L’homme méditerranéen. Mélanges Gabriel Camps. Aixen-Provence, 1995, 226 sq.

Rakob 1979 : RAKOB (F.), Numidische Königsarchitektur in Nordafrika. In : Die Numider. Reiter und Könige nordlich der Sahara (Hrsg. H. G. Horn et C. B. Rüger). Bonn, 1979, 119-171.

Romanelli 1970 : ROMANELLI (P.), Topografia e archeologia dell’Africa romana. Torino, 1970 (Enciclopedia classica - Sez. 3, XXIV).

Romanelli 1972 : ROMANELLI (P.), Ancora sull’età délia tomba della Christiana in Algeria. ArchCl, XXIV, 1972, 109-111.

Rostovzeff 1957 : ROSTOVZEFF (M.), Social and Economic History of the Roman Empire. Oxford, 1957, (Ière éd. 1926).

Smadja 1979 : SMADJA (E.), Discussion à la suite de la communication de J. Kolendo. In : Terre et paysans dépendants dans les sociétés antiques. Actes du colloque international de Besançon (mai 1974). Paris, 1979, 431-432.

Smadja 1983 : SMADJA (E.), Modes de contact, sociétés indigènes et formation de l’État numide au second siècle avant notre ère. In : Modes de contacts et processus de transformations dans les sociétés anciennes. Actes du coll. de Crotone (1981). Pise-Rome, 1983 (Coll. EFR, 67), 685-702.

Souville 1986 : SOUVILLE (G.), Témoignages sur l’âge du Bronze au Maghreb occidental. CRAI, 1986, 97-114.

Trousset 1977 : TROUSSET (P.), Nouvelles observations sur la centuriation romaine à l’Est d’El Jem. AntAfr, XI, 1977, 175-207.

Trousset 1982 : TROUSSET (P.), Villes, campagnes et nomadismes dans l’Afrique du Nord antique : représentations et réalités. In : Villes et campagnes dans l’Empire romain. Actes du colloque d’Aix-en-Provence, Provence (Mai 1980) (dir. P. -A. Février, P. Leveau). Aix-en-Provence, 1982, 195-205.

Villard 1960 : VILLARD (F.), Céramique grecque du Maroc. BAMaroc, IV, 1960, 1-26.

Notes

1 Lévêque 1986. On se reportera à l’importante étude de Smadja 1983.

2 Cf. l’analyse de Clavel-Lévêque 1974.

3 Camps 1960a, 69 sq.

4 Cf. notamment 4, 191, le passage des nomades aux sédentaires.

5 Camps 1960a, 73.

6 Camps 1960a, 74.

7 Trousset 1977, 202 (et en note 7 la bibliographie récente du sujet). On se reportera encore à l’article de Despois 1956, notamment 47-49.

8 S’agissant des parcellaires irréguliers reconnus avec une extrême acribie par Peyras 1991, ils ne semblent pas remonter au Néolithique : « Si les champs iréguliers notés ailleurs sont peut-être préhistoriques, ce n’est pas le cas dans la région » (la citation est à la p. 479).

9 Cf. Barker/Jones 1982. Je ne connais cet important rapport que grâce à Andrée Gast : qu’elle trouve ici l’expression de ma vive gratitude.

10 Camps 1960a, 38.

11 Romanelli 1970, 62.

12 Camps 1960a, 42.

13 BAAA, 20, 1986, 27.

14 Camps 1960a, 254.

15 Sur le caractère libyque de ces titres, Peyras 1995, 226.

16 Camps 1960a, 256.

17 Camps 1960a, 164-165.

18 Clavel-Lévêque 1976 ; Lévêque 1981a ; Lévêque 1981b.

19 Camps 1960a, 136.

20 Cf. surtout Camps 1961 (la citation est à la p. 457).

21 Souville 1986.

22 Camps 1961.

23 Camps 1974b où sont évoquées les cultures indigènes d’époque punique.

24 Smadja 1983, 691 : « Ceci témoigne de possibilités considérables de prélèvement d’un surproduit, conséquence de l’évolution des rapports de production. La mise en place de formes de différenciation sociale est ancienne dans ces régions : l’émergence d’une aristocratie et le développement de rapports de dépendance n’ont pu se produire qu’en concomitance avec la dissolution des structures tribales ».

25 Villard 1960, 22-23.

26 Camps 1960a, 170 sq. et 179.

27 Camps 1975, 142 sq.  : les inscriptions les plus archaïques sont celles du groupe occidental, notamment celle des Azib n’Ikkis (Haut Atlas) qui, en raison du contexte figuré de l’Age du bronze, est largement antérieure auVIe siècle. Cf. la synthèse de Galand 1989.

28 Février 1967, notamment 121-123.

29 II faut chronologiquement éliminer le Gour, malgré Jodin 1967 qui y voyait le tombeau d’un personnage de la lignée de Massinissa : cf. Camps 1960b et 1974a. - Quant au tombeau de la Chrétienne, sa date serait tardive : Camps 1970 (qui peut faire état de datations au carbone 14) ; Romanelli 1972.

30 Camps 1960a, 1 18 sq. et 137.

31 Camps 1961, 76-78.

32 Datation sans doute aberrante (2e millénaire) de Mavor 1976.

33 Camps 1960a, pl. I, 1.

34 Camps 1960a, 196 sq.

35 Camps 1960a, 119.

36 Camps 1960a, 120 ; Camps 1961, 201 ; Camps 1973.

37 On n’invoquera pas ici le mausolée du Khroub (Es Soumâa) voisin du Médracen, mais de date trop tardive (c’est le tombeau de Micipsa), sur lequel on consultera les études récentes dans BAAA, 13, 1977 (1982), 31.

38 Cf. aussi peut-être ce que dit Hérodote, 4, 194 des Gyzantes : « tous se frottent de vermillon ».

39 Cf. Lévêque 1978, 221-222.

40 Camps 1960a, 59 sq.

41 Camps 1960a, 177.

42 Camps 1960a, 97 pour la carte.

43 Camps 1960a, 120.

44 C’est ce sur quoi insiste Kotula 1976.

45 Trousset 1982, 201. L’auteur rappelle à juste titre les chefs libyens habitant des pyrgoi (Diodore de Sicile, 3, 49, 3) et les champs et troupeaux autour des tuguria de cultivateurs (Salluste, Jugurtha, 46, 5 ; 68, 4).

46 Camps 1960a, 245.

47 Camps 1960a, 214 sq.

48 Camps 1960a, 261 sq.

49 Camps 1960a, 216 sq.

50 Pour HMMLKT, M. Sznycer veut bien me suggérer provisoirement la traduction de “prince royal”. - Pour GLD, il a son équivalent dans le berbère agglid, “chef, roi, dieu, reine des abeilles” (renseignement que je dois à L. Galand). Pour MNKDH, la discussion reste ouverte pour savoir si on le retrouve dans Yamenokat, chef suprême des Touareg. - Sur les rois de Carthage, en fait des suffètes, cf. Masson 1979 : ce personnage du grand inventaire de 279 est mentionné comme basileus dans une autre inscription délienne (de 262) et est certainement un suffète.

51 Camps 1960a, 217.

52 Camps 1960a, 212.

53 Kolendo 1979, 394 et 1976, 23 sq. Dans la deuxième édition, considérablement augmentée, de son ouvrage, (Kolendo 1991, 120-121), il reprend ce thème des racines numides du colonat africain et de « la continuation des structures agraires depuis les temps du royaume numide jusqu’à la conquête romaine » et insiste sur le fait qu’au contraire « l’hypothèse de la genèse punique du colonat en Afrique, formulée plusieurs fois dans la littérature, n’est pas très documentée ».

54 Rostovtzeff 1957, 584, n. 8 : « It seems very likely to me that the kings of Numidia-if not indeed the Carthaginians-had refulated relations between tenants and landlords in a Hellenistic sense, and treated the peasant almost in the way in which basilikoi georgoi were treated in Egypt ».

55 « Caius Julius, fils de Massinissa, qui était en possession des terres de tout cet oppidum... ».

56 Constaté encore par Pereira-Menaut 1979.

57 Smadja 1979, 431.

58 Leveau 1975 et 1982, 87 ; cf. aussi les remarques de Lassère 1982, 93.

59 Camps 1960a, 289.

60 Camps 1960a, 283.

61 Camps 1960a, 217 et 284.

62 Camps 1960a, 284. Sur les titulatures royales des Berbères, cf. Ghaki 1993.

63 Cf. la synthèse de Camps 1979.

64 Le problème est complexe, du fait que l’apport punique paraît très faible dans ce monnayage : cf. Mazard 1960. Quant aux monnaies dites autonomes des cités maritimes, elles sont très tardives (pas avant la seconde moitié du Ier siècle av. J. -C.).

65 Cf. déjà, pour Ailymas, le titre de « roi des Libyens » (` ´ ` ´) dans Polybe, 15, 18, 5.

66 Ces derniers seraient au reste tardifs : cf. Fittschen 1974 et 1979.

67 Kontorini 1975.

68 Pour Volubilis, Jodin 1966 et 1968 ; Boube 1966.

69 Boube 1967 : à la fin de l’époque hellénistique le plan hellénistique s’impose dans la construction des maisons.

70 Rakob 1979.

71 Ces échanges entraînent des contaminations culturelles importantes, bien étudiées pour Juba II, dont le système de valeurs a trois références, l’Afrique, Rome et la Grèce : cf. Benabou 1977.

72 Camps 1989, 99, fig. 45.

Auteur

Université de Franche-Comté

© Publications du Centre Jean Bérard, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540