Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Princes de la Protohistoire et l'émergence de l'État

 | 
Pascal Ruby

La société contre les princes

Jean-Paul Demoule

Texte intégral

Trois révolutions

1L’histoire de l’Europe est marquée, une fois acquise la présence d’homo sapiens sapiens, par trois “révolutions” successives, à chaque fois à l’échelle du continent : la “révolution néolithique”, qui voit à partir du VIIe millénaire av. n. è. se répandre partout, du sud-est vers le nord-ouest, les communautés d’agriculteurs sédentaires issues à l’origine du Proche-Orient ; la “révolution chalcolithique” ou “de l’Age du cuivre”, qui voit à partir du Ve millénaire l’émergence de sociétés hiérarchisées, ou “à chefferies” ; la “révolution urbaine”, qui conduit à l’apparition progressive, au cours du Ier millénaire av. n. è., de sociétés urbaines et étatiques qui, avec l’Empire romain puis l’Europe féodale, gagneront finalement l’ensemble du continent.

2Si la première “révolution” a tous les caractères d’un phénomène progressif et régulier, sans à-coups ni “retours en arrière”, il en va autrement des deux autres. Ainsi, l’émergence des sociétés hiérarchisées chalcolithiques montre un certain nombre de “pics”, chronologiquement différents dans chaque région, et suivis à chaque fois de baisses du niveau de hiérarchie : ainsi, les premiers monuments mégalithiques atlantiques, la très riche nécropole de Varna (Bulgarie) et ses parures en or, le Bronze ancien de Bretagne et du sud de la Grande-Bretagne, le Bronze final de l’Europe moyenne, le Hallstatt final des “résidences princières”, la période de La Tène B1 avec ses tombes à char, ou le développement des oppida à La Tène finale. On peut montrer à chaque fois que, si dans les moments de forte hiérarchie, la société des morts s’organise autour de tombes monumentales nécessitant un investissement économique considérable, dans les moments de faible hiérarchie l’espace funéraire est au contraire structuré en groupes familiaux, comme l’indiquent à la fois l’analyse spatiale et les données de la biologie génétique : c’est le cas des “allées couvertes” collectives mégalithiques, des nécropoles tumulaires du Bronze moyen, des nécropoles à tombes plates de La Tène A, puis de celle de La Tène B2-C1 (Démoulé 1993, 1998 et sous presse).

3Si l’urbanisation de l’Europe témoigne d’une progression moins “chaotique”, ce développement de sociétés étatiques prend néanmoins une toute autre forme qu’au Proche-Orient. Il s’agit en particulier d’une évolution beaucoup plus lente, beaucoup moins linéaire et continue. Comme la néoli-thisation, l’urbanisation de l’Europe s’est effectuée selon un gradient et un décalage est-ouest et sud-nord. Après les éphémères États de Crête et de la Grèce mycénienne au IIe millénaire, l’urbanisation prend son essor au début du Ier millénaire en Grèce, puis dans les colonies grecques, et notamment celles d’Italie. Dans cette dernière péninsule apparaissent en même temps les villes du Latium et de l’Étrurie. On considère souvent que c’est sous l’influence de ce “premier cercle” méditerranéen que se forme un “deuxième cercle”, celui des éphémères “résidences princières” hallstattiennes du vie siècle av. n. è., puis des oppida du Midi de la France avec leurs murailles de pierres sèches, et enfin des oppida de l’Europe tempérée, de l’Atlantique à la Mer Noire.

Deux tendances

4De fait, deux tendances “lourdes” recoupent ces révolutions. La première est qu’en dépit de ces oscillations il y a bien, à l’échelle des millénaires, une complexité croissante des sociétés européennes. Les schémas évolutionnistes généraux qu’ont successivement proposés Morgan, Engels, Gordon Childe ou plus récemment Sahlins et Service ne sont pas infirmés : l’Europe passe bien successivement des “bandes” de chasseurs-cueilleurs mésolithiques aux “tribus” socialement peu différenciées des agriculteurs néolithiques, puis aux “chefferies” du Chalcolithique, de l’Age du bronze et d’une partie de l’Age du fer, enfin aux “États” du pourtour méditerranéen puis de l’Europe tempérée. On assiste bien à des phénomènes de développement des techniques de production, d’accumulations de “surproduits” permettant les échanges à longue distance, la concentration de richesses et des spécialisations du travail. L’intérêt est de comprendre pourquoi ce processus fut moins linéaire qu’ailleurs, afin d’éclairer d’autant, sur plusieurs millénaires, certains des mécanismes du pouvoir.

5La seconde tendance est celle de l’interaction entre les régions méditerranéennes et le reste de l’Europe, interaction qui prend souvent la forme d’une “irradiation”. Ce terme fut employé par Gordon Childe dans son testament intellectuel, paru en 1958 dans la revue Antiquity peu de temps après sa mort. Retraçant son itinéraire scientifique avec une remarquable auto-ironie, il y rappelle que son premier grand livre The Dawn of European Civilization (1925), premier manuel synthétique de protohistoire européenne, interprétait le développement de l’ensemble du Néolithique européen sous le “thème unificateur de l’irradiation de la barbarie européenne par la civilisation orientale, dogme traditionnel en Grande-Bretagne et pour lequel [sa] foi avait été renforcée en réaction contre les doctrines de Kossinna et d’Hubert Schmidt (qu’il était bien plus aisé de reconnaître comme des slogans de l’impérialisme allemand après la victoire de la première guerre mondiale, qu’après la désillusion qui suivit la deuxième guerre)” (Childe 1958). L’ironie de Childe, qui venait de l’Antiquité classique, pouvait sembler tardive. Salomon Reinach, directeur du Musée des Antiquités Nationales avait raillé dès la fin du siècle dernier le “mirage oriental” (et soutint pour cela la supercherie archéologique de Glozel, ce hameau du Bourbonnais où l’écriture alphabétique aurait été inventée quinze mille ans avant les Phéniciens). Depuis lors, dans la lignée de Childe, divers archéologues anglo-saxons, tel Robert Dennell, ont tâché d’argumenter pour une invention “autonome” du Néolithique en Europe. Sans sortir du présent sujet, on doit admettre qu’à l’heure actuelle les arguments archéologiques précis font défaut à cette thèse. Seuls peuvent être évoqués quelques phénomènes de contact localisés entre agriculteurs et chasseurs-cueilleurs, principalement dans les zones côtières.

6La situation au Chalcolithique est plus complexe, dans la mesure où l’apparition de la métallurgie dans la péninsule balkanique, dès le début du Ve millénaire, ne semble liée, ni chronologiquement ni culturellement, à celle du Proche-Orient. Les zones de plus forte hiérarchie paraissent être celles de plus fort stress démographique, à savoir la péninsule balkanique, la plus anciennement peuplée, et la façade atlantique, au-delà de laquelle la colonisation néolithique ne pouvait plus se poursuivre. A partir de là, on assiste effectivement à un développement cyclique ou “chaotique” des formes de hiérarchisation. Le phénomène paraît en outre compliqué par d’éventuels mouvements migratoires, notamment dans les zones steppiques de l’Europe orientale, puis à l’extrême fin du Chalcolithique (céramique campaniforme ?).

7Dès l’établissement de sociétés urbaines sur le pourtour méditerranéen, elles-mêmes en interaction avec les vieilles zones urbanisées du Proche-Orient, L’irradiation” semble se produire à nouveau de manière claire. C’est à ce propos que Patrice Brun, par exemple, a proposé d’appliquer le modèle de L’“économie-monde” au fonctionnement de l’ensemble de l’Europe protohistorique du Ier millénaire av. n. è., divisée du sud au nord en trois “cercles” successifs, selon leur degré d’interaction (Bran 1987, 1993, 1998 et ce volume). Il paraît, là encore, difficile de ne pas admettre la réalité de ce phénomène historique.

Néolibéralisme et marxisme

8C’est donc dans le cadre des deux dernières “révolutions”, et plus spécifiquement de la troisième, que l’on tâchera désormais d’examiner les causes de ces mouvements cycliques ou “chaotiques”. Le développement de sociétés hiérarchisées est en effet classiquement considéré, du point de vue de notre propre société industrielle, comme inéluctable et logique. Que l’on se place sous l’angle du (néo)libéralisme ou du marxisme, le progrès technique accroît les possibilités productives et permet une augmentation continue des “richesses” ou du “surproduit”. Seul varie l’angle éthique. Dans le premier groupe de théories, les richesses sont harmonieusement concentrées puis redistribuées par des élites attachées au bon fonctionnement de la société et de toute façon régies par la “main invisible” du marché. Dans le second ensemble de théories, ces richesses sont accaparées par le groupe dirigeant, qui aura tendance à les concentrer de plus en plus, paupérisant d’autant les producteurs ; il ne reste plus, au terme d’affrontements entre classes sociales antagonistes débouchant sur l’abolition de ces classes, qu’à restituer la richesse à l’ensemble de la collectivité.

9Les théories libérales ont prétendu de surcroît pouvoir s’appuyer sur l’ordre naturel, en invoquant la biologie, naguère au nom du darwinisme social et plus récemment sous les couleurs de la sociobio-logie. La sélection naturelle agirait en effet logiquement au bénéfice des plus aptes et il suffirait de laisser aller le cours des choses. Depuis Clémence Royer, première traductrice française de Darwin, jusqu’au récent best seller américain de Charles Murray et Richard Herrnstein, The Bell Curve, il serait même nuisible de chercher à pallier les inégalités sociales, voire raciales, puisqu’elles sont inscrites dans la nature. Mieux vaut au contraire favoriser l’effet de la sélection. Le paléontologue Stephen J. Gould avait en son temps mis en évidence les nombreuses failles logiques des raisonnements des théoriciens successifs de l’inégalité biologique (Gould 1981), sans pour autant décourager les tentatives ultérieures. Les sociétés de primates et leurs mâles sensément dominants ont également été mises à contribution : avant même l’aube de l’humanité, l’inégalité et la hiérarchie auraient déjà été là. Toutefois d’autres lectures des mêmes sociétés ont montré que les réseaux d’alliances, singulièrement entre femelles, et les conduites de réconciliations avaient au moins autant de pertinence pour rendre compte du fonctionnement de ces sociétés. Maurice Godelier, s’intéressant de son côté aux arguments des sociobiologistes qui allaient rechercher parmi les primates les preuves de l’inégalité naturelle, a rappelé une contre-expérience cruciale : les seuls tests génétiques jamais pratiqués ont démontré que les “mâles dominants” n’avaient pas un taux de reproduction supérieur à celui des autres mâles (cf. Godelier 1989). Plus généralement, il n’est même pas certain que la logique de l’évolution biologique aille vers plus de complexité : S. J. Gould a récemment montré que les organismes complexes ne sont qu’un accident marginal, que seule une vision anthropocentriste privilégie dans un monde biologique où dominent largement les organismes simples, les mieux adaptés (Gould 1997). Il n’est pas plus sûr que l’augmentation en complexité des organisations sociales humaines représente un bénéfice pour l’espèce. Les concentrations humaines posent en effet d’innombrables problèmes (alimentation, santé publique, stress, etc.) dont aucun n’est aujourd’hui réglé-sans même parler de la “qualité de vie” ou du “bonheur” des populations concernées.

10La théorie marxiste est partie de postulats voisins. Il y a bien une progression linéaire des sociétés humaines, qui s’explique cette fois moins par la fatalité biologique que par les progrès nécessaires, mais sous-entendus, de l’esprit humain. L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État (1883) reprend explicitement les étapes de l’évolution humaine développées par Lewis Morgan dans Ancient Society (1877), qui lui-même s’inspire, entre autres, du schéma proposé par Condorcet dans son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (1795). Les connaissances préhistoriques étaient déjà suffisamment avancées à la fin du xixe siècle pour que le tableau d’Engels soit à peu près cohérent. Gordon Childe le réactualisera dans Man Makes Himself (1936) et What Happened in History (1942) et la plupart des schémas récents sur la protohistoire de l’Europe se situent, explicitement ou non et quel que soit le détail de leurs traditions académiques nationales, dans cette lignée (e. g. : Müller-Karpe 1974, Lichardus/Lichardus 1985, Sherratt 1984, Lichardus-Itten/Demoule 1997, etc.). Beaucoup continuent d’ailleurs d’insister, depuis Engels, sur l’importance du développement du pastoralisme dans l’émergence des premières inégalités sociales. Plus généralement, l’élément moteur est l’apparition, grâce au progrès continu des techniques productives, d’un sur-produit dont l’accaparement par les couches dirigeantes provoque et entretient l’inégalité. Les archéologues ont aussi recherché les éléments qui, dans le système économique, pouvaient conférer un caractère irréversible à ces changements économiques (Gilman 1981).

11Curieusement, la plupart des historiens et économistes contemporains ont adopté de fait un schéma général d’explication marxiste de l’histoire humaine, y compris, et surtout, pour rendre compte de l’époque contemporaine. Les divergences ne portent en fait que sur un postulat éthique, sinon métaphysique, de fond : une société régie par la “loi de la jungle” (version réaliste) ou “la main invisible” (version théologico-optimiste) est-elle plus crédible, probable et finalement meilleure qu’une société dont les biens sont gérés collectivement par la communauté des citoyens ? Concernant le passé, et précisément la protohistoire de l’Europe, les principales questions laissées en suspens par un schéma marxiste, opératoire en gros, sont les suivantes :

  • - les facteurs techniques et socio-économiques sont-ils la seule cause importante des changements sociaux ?
  • - ces changements vers une inégalité croissante sont-ils irréversibles ?

12On propose ici de répondre par la négative à ces deux questions.

Manipulations et monopoles de l’imaginaire

13Les premières manifestations du pouvoir dans l’Europe protohistorique relèvent de la manipulation de l’imaginaire. Alors que les tombes du Néolithique européen témoignent pendant deux millénaires d’une très faible différenciation sociale, on voit apparaître sur les rives bulgares de la Mer Noire, dans la seconde moitié du Ve millénaire, des tombes “princières” où s’entassent des objets rares et précieux : très longues lames de silex, outils et armes en cuivre, parures en or (Coudart et al. sous presse ; Manolakakis 1994). La fabrication de ces objets réclame un très fort investissement technique. Les lames en silex requièrent la construction d’une machine à levier, capable d’exercer une pression de 300 kg au moins par cm2. Or ces lames, qui peuvent dépasser 40 cm de long, n’ont aucune utilité technique. Elles ne peuvent servir d’outils que recassées en plusieurs fragments, dont chacun aurait pu être obtenu par des techniques beaucoup plus simples. La métallurgie du cuivre, pour ne pas parler de celle de l’or et de l’argent, est d’un très faible intérêt technique, le cuivre pur étant un matériau trop malléable. Il faudra attendre trois millénaires de plus pour que le bronze, cuivre allié à de l’étain, se généralise.

14A l’autre extrémité de l’Europe et à la même époque, commence l’érection des monuments mégalithiques. Ces constructions exigent également un investissement social et technique considérable, lorsque des dalles de granite de plusieurs dizaines de tonnes sont extraites, taillées, transportées sur plusieurs kilomètres et finalement assemblées. Ce savoir-faire n’est utilisé que dans un seul but : la production de monuments funéraires réservés à un petit nombre d’individus et fonctionnant en même temps comme sanctuaires. Plus généralement, des lieux de culte et des rituels spécifiques et complexes (enceintes cérémonielles, etc.) semblent remplacer un peu partout en Europe la manipulation jusque-là simple et discrète, au sein des seules unités domestiques, des objets (figurines, etc.) liés au surnaturel. L’investissement funéraire dans l’architecture et la richesse du mobilier s’accompagnent aussi d’une complexité beaucoup plus grande des pratiques. Les morts sont exposés, démembrés, ré-ensevelis. Des tombes sans corps, “symboliques”, apparaissent. Des chambres funéraires, en bois ou en pierre, reçoivent les défunts successifs d’un même groupe social. En revanche, à l’est comme à l’ouest, les lieux d’habitat ne font pas montre, dans l’architecture par exemple, d’investissements nouveaux et particuliers.

15Certes, les IVe et Ve millénaires sont marqués en Europe par de visibles changements techniques et économiques : généralisation des “produits secondaires” de l’élevage (traction, laitages, etc.), développement de la traction et de la monte pour les transports (chariots, domestication du cheval) et l’agriculture (araire), extraction et distribution intensive des matières premières (silex, haches en roches dures, sel, métal, etc.). Ces changements s’accompagnent de violences : premières fortifications, premières traces massives d’activités guerrières. Mais les “manipulations de l’imaginaire” n’apparaissent pas, ne serait-ce que chronologiquement, comme une simple conséquence des transformations économiques. La puissance des premiers “princes” semble tenir bien plus à leur capacité à organiser des réseaux d’échange fructueux, plutôt qu’à la possession directe de biens rares. Les gîtes géologiques du silex jaune très fin qui constitue la matière première des lames bulgares sont éloignés des rives de la Mer Noire où on les retrouve. Il est frappant que deux des manifestations les plus spectaculaires de ces phénomènes, les tombes de la Mer Noire et les monuments mégalithiques de l’Ouest de la France, se concentrent sur des zones littorales, particulièrement favorables aux échanges. On sait de même que la richesse des “Big Men” mélanésiens tient beaucoup plus à leur capacité de mobiliser des réseaux d’échange qu’à la production directe de biens.

Étrangeté et violence du pouvoir

16Il en va de même à l’Age du fer. Les richesses des tombes princières du Hallstatt ou de La Tène ancienne sont constituées principalement d’objets de prestige étrangers, eux-mêmes liés à la consommation d’alcool. Elles ne reflètent pas la production sur place de biens importants, mais le contrôle de la circulation d’objets de prestige. On notera justement que les biens de prestige sont par essence d’origine extérieure. Dans les tombes bulgares, on trouve de l’obsidienne des Carpates, des objets en marbre des Cyclades, du cuivre ou du silex jaune provenant de plusieurs centaines de kilomètres, etc. Les tombes mégalithiques d’Armorique recèlent des haches en roche verte provenant du versant oriental des Alpes. Or la mythologie et l’ethnologie nous montrent en abondance, depuis Fraser, que le pouvoir en général se donne comme extérieur, étranger par essence (Sahlins 1985). Ainsi des rois romains, descendants des Troyens (et du dieu Mars), ou des rois de France, descendants parfois des Troyens (l’artificiel mythe de Francus), ou à tout le moins des Francs, et guérisseurs miraculeux. L’objet de pouvoir est un objet étranger. Le pouvoir est extérieur, incompréhensible, souvent surgi de l’interdit et du chaos (le meurtre de Rémus par son frère Romulus). Il ne saurait émaner du peuple.

17Les tombes princières de l’Age du fer supposent aussi des pratiques funéraires élaborées : chambres funéraires en bois, dépôt de nécessaires à boire et de véhicules à roue, érection d’un tumulus, présence d’une grande statuaire en pierre, etc. -qui reflètent nécessairement des représentations complexes et investies. La tombe de Vix se trouve à proximité d’un important sanctuaire qui a livré des fragments de statuaire en pierre. Dans l’une des rares nécropoles complètes du Hallstatt Final du Bassin parisien, celle des Jogasses à Chouilly (Marne), l’espace funéraire est divisé en deux parties, l’une pour les tombes masculines, l’autre pour les tombes féminines, de part et d’autre de la tombe à char. Symétriquement, les lieux d’habitats correspondant aux tombes princières hallstattiennes, les fameuses “résidences princières”, sont d’apparence plutôt modeste. Il n’y a aucun bâtiment exceptionnel dans la résidence de la Heuneburg et l’habitat qui paraît associé à la célèbre tombe de Hochdorf est assez décevant.

18A la fin de l’Age du fer, on assiste au cours des trois derniers siècles avant notre ère à l’émergence en Europe tempérée des premiers phénomènes étatiques et urbains. Or ces manifestations s’accompagnent d’un vaste bouleversement des activités idéologiques et religieuses. Dans le nord de la France, de grands sanctuaires comme Gournay-sur-Aronde ou Ribemont-sur-Ancre révèlent des rituels très complexes de sacrifices animaux et humains en masse (Brunaux 1996). Presque partout, les riches tombes à inhumation sont remplacées par des tombes à incinération, un mode funéraire pratiqué par les peuples voisins des Celtes, aussi bien dans le monde méditerranéen que dans le monde germanique. Le dépôt d’offrandes alimentaires auprès du défunt, sous forme de quartiers d’animaux (dont seuls subsistent les ossements) et de poteries (qui ne sont qu’un contenant), s’estompe. Le rapport à la mort semble ainsi plus abstrait, même si l’on continue à trouver dans certaines régions de riches tombes aristocratiques. Les sources écrites nous suggèrent qua la même époque la classe sacerdotale des druides, liée de toute façon à l’aristocratie dominante, prend une importance politique de premier plan. Ou plus exactement, c’est à ce moment que dans une société plus complexe la gestion du surnaturel deviendrait l’affaire de spécialistes particulièrement bien organisés. Ainsi les oppida vont-ils fonctionner indissolublement comme des centres à la fois politiques, économiques, militaires et religieux. S’il est encore un peu tôt pour retracer la chronologie fine de ces différents phénomènes, leur concomitance est frappante.

19Enfin, manipulation symbolique, le pouvoir en général est aussi lié indissociablement à la violence, réelle ou symbolique. Dès le Chalcolithique, la plupart des tombes princières sont masculines, et la richesse s’y marque par des armes ou des objets de prestige en forme d’armes (sceptres, haches, massues, etc.). Souvent, les tombes féminines riches contiennent, soit directement des armes, comme à l’Age du fer d’Asie centrale, soit au moins des chars de guerre, comme dans les tombes celtiques du ive siècle dans le Bassin parisien. Dans bien des régions, des sacrifices humains accompagnent la mise en terre des puissants et l’on vient d’évoquer l’activité des sanctuaires celtiques au moment de l’émergence de l’État. Le lien entre pouvoir et violence est donc à la fois direct, puisqu’il y a concomitance entre l’apparition du pouvoir et celle de la guerre ; mais aussi indirect ou symbolique. Dans les sociétés de l’Age du fer du Midi de la France, le prestige et l’autorité d’une place-forte se manifestent non seulement par l’existence d’une fortification, mais aussi dans celle d’une haute tour de pierre sèche, d’aucune utilité fonctionnelle particulière.

20Ainsi, de même que l’on doit également ajouter des causes idéologiques à celles qui conduisent à l’apparition de la domestication des animaux et des plantes (Cauvin 1994), de même l’émergence du pouvoir suppose l’imbrication étroite entre capacités productives et manipulations idéologiques, particulièrement visibles pour l’archéologue dans le domaine funéraire.

La société contre les princes

21Ces phénomènes, quels qu’aient été les mécanismes qui en ont permis l’émergence, étaient fragiles. Les tombes du Chalcolithique bulgare, les grands monuments mégalithiques armoricains, les tumulus princiers des débuts de l’Age du bronze en Bretagne et dans le Wessex, les tombes princières du Hallstatt ou les tombes à char laténienne du ive siècle sont des manifestations limitées dans le temps. Les vestiges archéologiques des périodes qui suivent sont bien plus modestes. On peut objecter que la société des morts ne reflète pas nécessairement celle des vivants ; mais les exceptions ethnolo- giques ou historiques sont rares. On peut objecter aussi que le retour à des pratiques funéraires modestes suggérerait seulement que les élites, plutôt que d’enfouir à jamais les richesses parmi les morts, préféreraient continuer à les faire circuler parmi les vivants. Mais dans ce cas, cet argument a silentio devrait être confirmé par un matériel d’habitat nettement plus imposant, ce qui n’est pas le cas. Nous préférons donc reprendre l’hypothèse de Pierre Clastres dans La société contre l’État (1974) qui, face au problème de l’émergence du pouvoir, inverse la question. Ce qui fait problème, ce n’est pas l’apparition du pouvoir, c’est que la société n’ait pu empêcher qu’il apparaisse, et qu’il se développe.

22L’ethnologie montre en effet que le pouvoir n’est pas “naturel” au sein de la société-et c’est pour cela qu’il tend à se donner comme “étranger”, “surnaturel”- mais que la société semble s’en prémunir tant que cela est possible. Le pouvoir est souvent objet de dérision. Il est également fragile. Le “Big Man”, pour justifier son prestige, doit sans cesse mettre en circulation sa richesse, ce qui en freine l’accumulation. A sa mort, cette richesse sera en outre déposée et brisée dans sa tombe, mise hors circuit. Le “Grand Guerrier” doit, pour continuer à l’être, remettre sans cesse, tel le boxeur moderne, son titre en jeu, ce qui rend en fin de compte probable son élimination physique un jour ou l’autre. Pierre Clastres cite aussi, au moins pour l’Amérique, le cas des grandes religions prophétiques, dont la diffusion vient remettre en cause les hiérarchies établies. On peut à cet égard ajouter les exemples historiques du christianisme des débuts et de ses successives “hérésies” (Cathares, Hussites, Réformés, etc.)-les religions ne sont révolutionnaires que lorsqu’elles sont minoritaires ; ou encore les mouvements émancipateurs apparus au cours des deux derniers siècles, dont le discours révolutionnaire, sinon eschatologique, tient aussi de la prophétie libératrice.

23De fait, l’importance de la composante idéologique dans l’émergence du pouvoir le rend évidemment très vulnérable à des idéologies contraires. Or les périodes de moindre hiérarchisation témoignent d’une réappropriation des espaces funéraires par un plus grand nombre, et selon des règles de parenté (Démoulé 1993). Après les grands cairns mégalithiques, les peu imposantes allées couvertes accessibles à des centaines de défunts et structurées en sous-groupes familiaux. Après les grands tumulus isolés du Bronze ancien, les nécropoles tumulaires du Bronze moyen. Après les tombes princières hall-stattiennes, les cimetières familiaux de La Tène ancienne. Après le retour des tombes à char de la fin de cette dernière période (La Tène B1, ive siècle), les enclos familiaux de La Tène B2-C1(iiie siècle). Le système de parenté apparaît donc comme un de ces mécanismes, archéologiquement testables, susceptible de s’opposer à la montée d’un pouvoir trop fort, comme le montrent à toutes époques les affrontements entre le pouvoir royal et celui des familles aristocratiques. Le système des solidarités familiales est aussi celui qui ré-émerge immédiatement dès qu’un pouvoir politique fort s’effondre, comme on a pu le vérifier, entre autres, ces dernières années dans les pays de l’Europe orientale.

24Un autre mécanisme testable est celui lié aux mouvements de populations. On sait que les causes de l’émigration ne sont pas seulement économiques, mais peuvent être aussi politiques, à la recherche de sociétés moins contraignantes, comme on l’observe depuis la colonisation grecque du Bassin méditerranéen jusqu’à celle de l’Amérique par les Européens, puis aux mouvements migratoires récents en Europe occidentale. Plusieurs exemples archéologiques vont dans ce sens. La colonisation extensive de l’Europe par les agriculteurs néolithiques est mue en grande partie par le souci de ne pas dépasser des agglomérations villageoises supérieures à 100-200 habitants environ. Or dès que l’ensemble du continent est ainsi colonisée, se manifestent les premiers symptômes d’inégalités sociales et économiques, et aussi les premières grandes concentrations humaines (avec la culture de Cucuteni-Tripolje en Moldavie et Ukraine, dont les agglomérations peuvent rassembler plusieurs milliers d’habitants). En Mésopotamie, la diffusion spectaculaire de la culture néolithique de Halaf, jadis attribuée à un mystérieux dynamisme interne, semble relever de la même volonté : conserver au village une taille modeste, quitte à en fonder de nouveaux un peu plus loin, tant que de l’espace reste disponible (Forest 1996). On peut donc rendre compte dans les mêmes termes des grandes migrations celtiques du ive siècle (Démoulé 1993). Elles ont pour effet visible, dans les régions d’où elles prennent leur essor, d’abaisser sensiblement le niveau de hiérarchie des nécropoles, comme on le constate aisément en Champagne, dans le domaine de la “culture Aisne-Marne”.

25C’est d’ailleurs en ces termes que se pose l’irréversibilité éventuelle de la montée de l’inégalité. Le pouvoir doit avoir les moyens d’empêcher le groupe social de se disperser. C’était le propos d’A. Gilman (1981), de rechercher à l’orée de l’Age du bronze, parmi les moyens de production, ceux qui représentaient un investissement tel, en énergie et en temps (polyculture méditerranéenne, grands défrichements, irrigation, navigation), qu’il n’était plus possible pour le groupe de se segmenter en unités plus petites et plus égalitaires. Lorsque les mouvements migratoires celtiques se stabilisent, voire refluent, au cours du iiie siècle, on voit bientôt un peu partout émerger des centres urbains, associés à des États naissants, voire à un début d’économie monétaire. Il n’y avait plus d’espace disponible pour de nouvelles scissions.

Quelques enjeux

26Parvenus à ce stade, nous voyons néanmoins émerger une série de problèmes dont aucun n’a encore de solution. Nous en citerons quelques-uns.

a) La psycho-sociologie de la compétition

27Bien que nous ayons écarté d’emblée toute fatalité due à la “nature humaine”- fatalité que la sociobiologie s’est efforcée de retrouver dans nos gènes-l’ensemble des modèles d’apparition du pouvoir postulent comme une évidence une sorte d’aspiration naturelle au pouvoir. L’un des propos du fonctionnement social serait justement de juguler cette tendance innée mais dangereuse. Cette question est d’autant plus légitime, que le pouvoir, nous l’avons vu, s’accompagne de violence, réelle ou symbolique. On s’est souvent, explicitement ou non, référé au modèle des “mâles dominants” attestés en principe chez diverses espaces animales par l’étho-logie jusqu’à ce que, nous l’avons évoqué plus haut, les éthologues n’étant plus seulement de sexe mâle, on identifie aussi des sociétés à femelles dominantes, ou que l’on découvre que les comportements de réconciliation sont au moins aussi importants parmi les primates que ceux de domination. Il faudrait en outre faire la critique du cercle vicieux qui consiste à projeter sur les animaux des comportements anthropocentristes, lesquels expliqueraient en retour les comportements humains ! C’est oublier que le sur-développement cérébral de Yhomo sapiens, créateur de la culture, constitue précisément son originalité. Comme l’avait déjà remarqué Malinowsky, et comme l’a systématisé plus récemment Maurice Godelier (e. g. 1989, 1993), une partie du lien social (dont la prohibition de l’inceste, mais aussi l’art, etc.) a pour objet de contrôler une sexualité qui est chez homo sapiens, à la différence des autres espèces, continue et non pas cyclique. S’il en allait de même pour le pouvoir, il faudrait rendre compte, à l’articulation du biologique et du culturel et non dans les termes rustiques d’un “gène de la domination”, des manifestations possibles de cet autre risque social. Jusqu’à présent, les notions invoquées pour l’émergence du pouvoir, telles que la “compétition” ou le “prestige”, relèvent d’une psycho-sociologie plutôt “molle”. La psychologie a peu réussi à dépasser le niveau de l’individuel, et une tentative précise comme celle de Freud dans “psychologie des foules et analyse du Moi” (1921) reste étrangement isolée.

b) La nature de l’égalité et de l’inégalité

28On a régulièrement qualifiée d’utopique la vision quelque peu idyllique d’une société totalement éga-litaire et fraternelle en ses débuts. Aussi simple soit-il, un groupe humain contient des individus de compétences et de statuts fort divers : au sens strict, l’égalité n’existe pas (Coudart, in Coudart et al. sous presse). Dans des sociétés un peu plus complexes, les différences de statuts sont telles que, plutôt que de diviser la société, elles créent des solidarités et des dépendances inextricables. Des études classiques sur le mode de circulation de l’information au sein des groupes humains ont suggéré qu’un certain niveau de hiérarchisation devenait nécessaire au fur et à mesure que croissait la complexité sociale (par exemple Johnson 1982). Mais la hiérarchisation de la circulation de l’information ou bien la délégation d’une partie de la décision (déjà attestée chez les groupes les plus simples, comme les célèbres Nambikwara de Lévi-Strauss), n’implique pas nécessairement une inégalité d’accès aux richesses produites. Ces richesses sont elles-mêmes relatives, aussi bien quantitativement au sein de chaque société par rapport aux autres, que qualitativement, dans la mesure où la valorisation d’un bien relève aussi de l’arbitraire du signe. Le problème est donc, surtout pour l’archéologue, de produire une typologie des modes d’inégalités, et des critères pour les identifier : par exemple, inégalité de l’accès aux ressources alimentaires, mesurable par l’analyse chimique des ossements humains ; quantification (en énergie investie mesurable, en valorisation sociale corrélable, etc.) de la richesse visible.

c) Les étapes de l’inégalité

29Il n’est pas certain, ni probable, que l’on puisse produire un schéma unique du développement du pouvoir, puisque les facteurs en semblent multiples. Du moins des études précises ont-elles permis de proposer des modèles locaux. Pour le monde océa- nien, on dispose des travaux ethnographiques qui attestent l’existence de plusieurs types de dominants, sans doute à placer en série (Godelier 1982, Lemonnier 1990, Godelier/Strathern 1991) : le “Grand Homme”, dont le prestige est personnel, difficilement acquis et peu transmissible ; le “Leader”, chef de guerre aux richesses déjà mieux assises ; le “Big Man”, véritable chef et organisateur des fameux échanges cérémoniels compétitifs ; et finalement le “Paramount Chief’, qui n’est véritablement attesté que dans le domaine polynésien. Pour l’Europe protohistorique, Patrice Brun a proposé dans les termes de l’”économie-monde” un ambitieux modèle global en six principales étapes échelonnées sur les deux derniers millénaires avant notre ère, de l’apparition des sociétés hiérarchisées puis étatiques (Brun 1998 et ce volume). C’est la multiplication de tels modèles locaux qui doit permettre de faire le départ entre certaines constantes récurrentes et le caractère plus particulier de chaque développement régional.

d) La résistance au pouvoir

30La notion de “résistance” apparaît comme le pendant de celle de “d’aspiration au pouvoir”, ou de celle, symétrique, de “soumission”. Comme cette dernière, elle peut être appréhendée à trois niveaux différents : celui d’un opérateur logique ou sociologique général dont on postule l’existence et l’action ; celui des effets que l’on observe dans les données (oscillation du niveau de richesse des tombes, etc.) ; mais aussi celui d’une incarnation supposée dans le psychisme humain, individuel ou collectif. On peut offrir, en l’absence de catastrophes militaires ou environnementales, des explications socio-économiques à certains grands effondrements historiques, pour des sociétés sur-dimensionnées ou décalées : civilisation de l’Indus, empire Maya, civilisations hopewellienne et mississipienne d’Amérique du Nord, Pueblos du sud-ouest des États-Unis, Age du bronze d’Asie Centrale, résidences princières hallstattiennes, France de l’Ancien Régime, pays dits du Bloc de l’Est, etc. Mais quelle que soit la part des reconstructions idéologiques postérieures, il y a bien, là où nous disposons de sources directes, des processus d’opposition politiques, idéologiques, culturels à un pouvoir ressenti comme excessif. De la chute des tyrannies des Pisistratides à Athènes ou des Tarquins à Rome (chute contemporaine de celle des princes hallstat-tiens...), jusqu’aux nombreuses Révolutions politiques de ces deux derniers siècles, les exemples abondent. Ces mécanismes (ou ces explosions) de résistance, pour lesquelles n’existe aucun seuil a priori, devraient, tout comme ceux de la soumission, pouvoir être décrits en termes plus riches.

e) Pouvoir, ethnicité, État

31Dans l’Europe protohistorique, c’est à l’Age du fer que les sociétés hiérarchisées débouchent sur la formation d’États. Ceux-ci peuvent prendre la forme de cités-États, comme en Grèce ou en Italie, ou recouvrir des entités territoriales plus vastes mais moins urbanisées-une distinction introduite par les Grecs eux-mêmes. L’identification de “cultures archéologiques”, définies par l’observation de la variabilité spatiale de la culture matérielle, appartient au travail classique de mise en ordre des données archéologiques. Ces nécessaires entités taxinomiques ont souvent été réifiées, à la suite de Kossinna, et considérées comme des “peuples”, conçus sous le modèle des États-nations du xixe siècle et pourvus, plus ou moins explicitement, d’un “génie national” (Volksgeist) propre. En même temps, les premières sources écrites nous décrivent précisément de tels peuples, Celtes, Daces ou Germains, perçus du moins au travers du prisme grec ou latin. C’est donc un enjeu important, à la fois particulier et général, de la recherche actuelle, que de saisir le mode d’émergence de ces États, mais aussi de distinguer, tout en les définissant, entre ethnies et États. D’une part il existe au nord des Alpes, du Bassin parisien à la Bohème, un vaste “complexe culturel nord-alpin”, identifiable dès le IIe millénaire mais où se distinguent de nombreuses variantes régionales au statut non encore défini. D’autre part émergent au sein de cet ensemble, dans les deux derniers siècles avant notre ère, d’indéniables entités étatiques (une soixantaine, dans la “Gaule” conquise par César). Ces États ne sont pas directement perceptibles par l’archéologie, si ce n’est dans la distribution hiérarchisée des habitats (oppida) et la distribution de certains objets (monnaies). Ils se répartissaient de toute façon entre plusieurs zones culturelles, comme l’atteste la célèbre première phrase de La Guerre des Gaules. La relation, à la fois synchro-nique et diachronique, entre les différents découpages territoriaux qui viennent d’être évoqués, nécessitent de plus amples explicitations.

32Si l’ethnologie, la sociologie et l’histoire sont indispensables à l’archéologie pour lui permettre de proposer des modèles interprétatifs, seule l’archéologie peut apporter à l’ensemble des sciences humaines les matériaux permettant de comprendre, à l’échelle de l’histoire humaine, les phénomènes qui ont pu conduire à l’apparition de sociétés de plus en plus inégalitaires. A cet égard, l’Age du fer européen constitue une période privilégiée, puisqu’à la fois elle dispose de sources plus abondantes et plus variées, et qu’elle voit émerger les premiers États.

33C’est donc à des allers-et-retours concrets et serrés, mais dont les enjeux dépassent ceux de la période étudiée, entre modèles anthropologiques et données archéologiques, que la recherche est à présent engagée.

Bibliographie

Références bibliographiques

Brun 1987 : BRUN (P.), Princes et princesses de la Celtique. Le premier Age du Fer (850-450 avant J. C.). Paris, 1987.

Brun 1993 : BRUN (P.), La complexification sociale en Europe moyenne pendant l’Age du Fer : essai de modélisation. In : Fonctionnement social de l’Age du Fer. Opérateurs et hypothèses pour la France. Table ronde internationale de Lons-Le-Saunier (1990) (dir. A. Daubigney). Lons-Le-Saunier, 1993, 275-289.

Brun 1998 : BRUN (P.), Fragment d’une protohistoire de la division sociale en Europe. Paris, 1998, Mémoire d’Habilitation, Université de Paris I, multigraphié.

Brunaux 1996 : BRUNAUX (J. -L.), Les religions gauloises. Rituels celtiques de la Gaule indépendante. Paris, 1996.

Cauvin 1994 : CAUVIN (J.), Naissance des divinités, naissance de l’agriculture, la révolution des symboles au néolithique. Paris, 1994.

Childe 1958 : CHILDE (V. G.), Retrospect. Antiquity, XXXII, 1958, 69-74.

Coudart et al. sous presse : COUDART (Α.), MANOLA-KAKIS (M.), DEMOULE (J. -P.), Egalité/inégalité sociale et division du travail en Europe durant le néolithique. In : Horizon de l’anthropologie et trajets de Maurice Godelier, Actes du Colloque international en hommage à Maurice Godelier, Cerisy-la-Salle, juin 1996, Montréal, sous presse.

Démoulé 1993 : DEMOULE (J. -P.), L’Archéologie du pouvoir : oscillations et résistances dans l’Europe protohistorique. In : Fonctionnement social de l’Age du Fer. Opérateurs et hypothèses pour la France. Table ronde internationale de Lons-Le-Saunier (1990) (dir. A. Daubigney). Lons-Le-Saunier, 1993, 259-273.

Démoulé 1998 : DEMOULE (J. -P), Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne, du Vème au IIIème siècle avant notre ère. Amiens, 1998.

Démoulé sous presse : DEMOULE (J. -P), Pouvoir et résistances au pouvoir dans l’Europe protohistorique. In : Arqueologia Hoje II : Mudançae Complexidade Social (T. Judice Gamito éd.). sous presse.

Forest 1996 : FOREST (J. D.), Mésopotamie : l’apparition de l’État, VIIème-IIIème millénaire. Paris, 1996.

Gilman 1981 : GILMAN (Α.), The development of social statification in Bronze Age Europe. CA, 22-1,1981,1-23.

Godelier 1982 : GODELIER (M.), La production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruyas de Nouvelle-Guinée. Paris, 1982.

Godelier 1989 : GODELIER (M.), Sexualité, parenté et pouvoir. La Recherche, 20, 213, 1989, 1140-1155.

Godelier 1993 : GODELIER (M.), L’Occident, miroir brisé. Une évaluation partielle de l’anthropologie sociale assortie de quelques perspectives. Ann EconSocCiv, 48(5), 1993, 1183-1207.

Godelier/Strathern 1991 : GODELIER (M.), STRA-THERN (M.) (eds.), Big men and Great men. Personifications of power in Melanesia. Cambridge-Paris, 1991.

Gould 1981 : GOULD (S. J.), The mismesure of Man. New York, 1981 (trad, franç. : La mal-mesure de l’homme, Paris, 1983).

Gould 1997 : GOULD (S. J.), L’éventail du vivant. Paris, 1997.

Johnson 1982 : JOHNSON (G. Α.), Organizational Structure and Scalar Stress. In : Theory and Explanation in Archaeology (C. Renfrew, M. J. Rowlands, B. A. Segraves eds.). New York, 1982, 391-421.

Lemonnier 1990 : LEMONNIER (P.), Guerres et Festins. Paix, échanges et compétition dans les Highlands de Nouvelle-Guinée. Paris, 1990.

Lichardus-Itten/Demoule 1997 : LICHARDUS-ITTEN (M.), DEMOULE (J. -P), Cerny et le Chalcolithique européen. In : La culture de Cerny. Nouvelle économie, nouvelle société au néolithique, Actes du 6ème colloque international de Nemours, 9-11 mai 1994. Nemours, 1997, 689-700.

Lichardus/Lichardus-Itten 1985 : LICHARDUS (J.), LICHARDUS-ITTEN (M.), Protohistoire de l’Europe. Le Néolithique et le Chalcolithique. Paris, 1985.

Manolakakis 1994 : MANOLAKAKIS (L.), La production de l’outillage lithique dans les sociétés hiérarchisées de l’Enéolithique de Bulgarie : évolution, traditions culturelles et organisation sociale. Paris, 1994, Thèse de l’Université de Paris I, 3 vol., multigraphié.

Müller-Karpe 1974 : MÜLLER-KARPE (H.), Handbuch der Vorgeschichte, Bd. 3, Kupferzeit. München, 1974.

Sahlins 1985 : SAHLINS (M.), Islands of History. Chicago, 1985 (trad, franç. : Des îles dans l’histoire, Paris, 1989).

Sherratt 1984 : SHERRATT (Α.), Social Evolution : Europe in the later Neolithic and Copper Ages. In : European Social Evolution : Archaeological Perspectives (J. Bintliff ed.). Bradford, 1984, 123-134.

Auteur

Université de Paris I

© Publications du Centre Jean Bérard, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540