Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

Annexes

Planches

Texte intégral

1Planche 1. Lettre d’Alcubierre au marquis Tanucci, du 22 juin 1776.

2Planche 2. Plan des fouilles d’Herculanum.

3Planche 3. Plan du théâtre d’Herculanum.

4Planche 4. Bellicard, le théâtre d’Herculanum dessiné de mémoire vers 1750.

5Planche 5. Bardet de Villeneuve. Plan de la « basilique » d’Herculanum.

6Planche 6. Weber. Plan de la villa des papyrus.

7Planche 7. Plan des principaux édifices découverts et déblayés à Pompéi au XVIIIe siècle.

8Planche 8. François de Paule Latapie. Plan de Pompéi.

9Planche 9. « Vue de l’entrée de Pompéi et de la rue principale de cette ancienne ville.

10Planche 10. Plan de la maison de campagne de Pompéi, dite villa de Diomède.

11Planche 11. Coupe du premier étage et de la cour supérieure de la maison de campagne de Pompéi.

12Planche 12. Vincent. Portrait de Bergeret de Grancourt.

13Planche 13. Portrait du Président de Brosses.

14Planche 14. Fragonard, portrait de Saint-Non, sanguine.

15Planche 15. La « naissance » de Télèphe.

Planche 1. Lettre d’Alcubierre au marquis Tanucci, du 22 juin 1776. (Archivio di Stato di Napoli, Casa Reale Antica, fasc. 1543, inc. 69, fol. 1. Aut. Minist. B. C., parere n. 1968 del 20 IV 1982).
L’Archivio di Stato de Naples possède, dans les fonds Casa Reale Antica, les lettres et rapports rédigés par Alcubierre de 1739 à 1779 (fasci 1537-1543), espacés dans un premier temps, et plus nombreux à partir des années 1765-66. Ces rapports, complétés par les plans de Bardet de Villeneuve et les lettres de La Vega, permettent de suivre les progrès des fouilles dans le détail (cf. p. 100-101). Dans cette lettre, Alcubierre informe Tanucci des travaux effectués à Pompéi et à Stables où des morceaux de mosaïques ont été détachés. En note, il signale la visite de la duchesse de Chartres et de l’ambassadeur de France au théâtre d’Herculanum, en juin 1776. Tous les visiteurs qui se présentaient devaient être munis d’autorisations officielles (cf. p. 36).

Planche 2. Plan des fouilles d’Herculanum.
Les édifices découverts au XVIIIe siècle ne se situent pas à l’emplacement des fouilles actuelles, au sud de la via Mare, marquées par des hachures sur ce plan. Le premier monument découvert fut le théâtre (A), localisé grâce au puits du prince d’Elbeuf (B). La « basilique » est derrière le théâtre (C), ainsi que les deux temples voisins (D). La villa des papyrus se trouve nettement plus au nord de la cité (E), dans la zone atteinte par la grande coulée de laves de 1631.

Planche 3. Plan du théâtre d’Herculanum. Analysé par V. Catalano (La scoperta di Ercolano, 1955) et reproduit par Minervini (Bull. Arch. Ital., 1861, pl. III). Attribué à Alcubierre et établi dans les années 1747-48.
La scène (G) est représentée de manière fantaisiste, mais ce plan, très précis, contient de précieuses indications: (L) désigne le puits du prince d’Elbeuf (fermé, mais encore visible dans la cour de la villa Bossa, corso Ercolano, 89), à partir duquel furent creusées les toutes premières galeries (en pointillés) dont le tracé est désordonné. Les fouilles furent par la suite reprises plus méthodiquement: en (M) se trouve un second puits plus important foré en 1742, et en (N) l’escalier de 72 marches qui permettait d’atteindre les gradins les plus élevés du théâtre. Les galeries alors creusées suivent les gradins et contournent le théâtre afin de permettre de mesurer l’édifice et, surtout, d’en extraire méthodiquement les œuvres d’art (cf. p. 45 sq.).

Planche 4. Bellicard, le théâtre d’Herculanum dessiné de mémoire vers 1750. (Cochin et Bellicard, Observations sur les antiquités d’Herculanum, 1754, pl. II, en regard de la page 14, cliché Bibliothèque Nationale, Paris).
Il s’agit d’un plan reconstitué « d’après les piédestaux des colonnes qui sont aux murs des escaliers, et des conjectures sur les parties correspondantes qui étoient cachées dans les terres » (p. 10). Il représente en fait ce que les voyageurs ont pu voir à la lumière des torches, c’est-à-dire: dans le proscenium, trois colonnes en (f); quatre escaliers (c) qui permettent de monter en haut des gradins (d), où sont visibles quelques piédestaux de statues, (b). Toutes les oeuvres d’art et tous les revêtements de marbre ont été retirés; seule demeure la brique nue (cf. p. 51).

Planche 5. Bardet de Villeneuve, Plan de la « basilique » d’Herculanum (Archivio di Stato di Napoli, Raccolta di piantee disegni, cart. XXIV, n. 2, Aut. Minisi. B. C., parere n. 1968, del 20 IV 1982).
Plan dessiné par l’ingénieur français P. Bardet de Villeneuve, qui a participé aux premiers travaux à Herculanum. On trouve, dans les Observations sur les antiquités... de Cochin un autre plan de cet édifice (pl. V, en regard de la p. 17; y figurent aussi les deux temples voisins) qui permet de localiser les oeuvres d’art découvertes: « ... proche de l’entrée de ces portiques (c) on a rencontré deux espèces de grands piédestaux (g, g), appuyés contre des colonnes isolées,&à l’extrémité de cet édifice, une espéce de sanctuaire (d), où l’on montoit par trois degrés; il ren-fermoit un piédestal continu qui occupoit toute sa largeur. Sur ce piédestal étoient placées trois statues de marbre; celle du milieu représentoit l’Empereur Vespasien, les deux autres étoient assises dans des chaises curules; mais comme elles étoient acéphales, on ignorera qui elles pouvoient représenter, jusqu’à ce qu’on en recouvre les têtes. Aux côtés de cet enfoncement&sur la même ligne, on avoit pratiqué dans le mur deux niches circulaires (e, e), au devant desquelles on voit deux piédestaux qui portoient les figures de Néron et de Germanicus, en bronze: ces statues ont neuf pieds de proportion; elles sont dans le cabinet du Roi à Portici, entre beaucoup d’autres dont plusieurs sont de marbre. Le fond des deux niches étoit orné de peintures à fresque. Et c’est de cet endroit qu’on a tiré les tableaux ceintrés du Thésée et de l’Hercule... Sur les murs qui ferment le fond du portique, dans les entre-colonnes (f), étoient placées alternativement des figures de bronze et de marbre; on n’a que quelques débris des premières, la chaleur des laves a apparemment fondu le reste. Le portique de l’entrée (b) étoit partagé en cinq parties égales; celles des extrêmes conduisoient aux portiques intérieurs; chaque voûte de cette entrée étoit décorée d’une statue équestre. On n’en a recouvré que deux de marbre, l’une de M. Nonius Balbus... » (p. 129-130).

Planche 6. Weber, Plan de la villa des papyrus, Naples, Museo Nazionale Ar- cheologico.
C’est Karl Weber qui a dirige les fouilles de 1750 à 1761 dans cette villa, qui ne se visitait pas, et dont les proportions sont gigantesques: son péristyle de cent mètres sur trente-sept est à peine plus petit que la place du forum de Pompéi (142m. /38m.). On y fit des découvertes si importantes que les fouilles de Pompéi furent momentanement interrompues. On trouva dans le péristyle, sous le portique ou autour de la piscine (66m. /7m.) de très nombreuses répliques de statues celèbres: telles celles des daims, du faune endormi, des cinq danseuses, de Pan et de la chèvre (cf. p. 131); les bustes d’Alexandre et d’Anacréon, les répliques en bronze d’après Po-lyclète du doriphore et de l’amazone, le satyre ivre, le Mercure au repos et la tête du « pseudo Sénèque ». Au total, quatre-vingt-cinq oeuvres de bronze et de marbre, actuellement au Musée National. Il y avait dans cette villa une pièce avec des armoires où étaient rangés plus de dix sept cents rouleaux de papyrus (l’emplacement est indiqué par la flèche) (cf. p. 105 sq.), parmi lesquels on découvrit des oeuvres de Philodème. C’est pourquoi cette villa est aujourd’hui considérée comme la demeure de L. Calpurnius Pison, adversaire de Cicéron et ami de Clodius, épicurien notoire qui était le protecteur reconnu de Philodème.

Planche 7. Plan des principaux édifices découverts et déblayés à Pompéi au XVIIIe siècle.
1: Premier sondage.
2: Amphithéâtre (sondage).
3: Porte d’Herculanum.
4: Villa Julia Felix.
5: Odéon.
6: Temple d’Isis.
7 : Grand théâtre.
8: Camp des soldats.
9: Temple dorique.
10: Maison du chirurgien.
11: Villa de Diomede.

Planche 8. François de Paule Latapie, Plan de Pompei (vert et rose) (Bibliothéque Municipale de Bordeaux, Fonds Lamontaigne, Ms. 1696, 31, 15).
On distingue très nettement, sur ce plan dessiné de mémoire, les deux grandes zones de fouilles de la cité de Pompei: d’une part la porte d’Herculanum avec la rue « déblayée », dite aujourd’hui via Consolare, représentée dans le Voyage pittoresque de Saint-Non,Non (cf. pl. n. 9) d’autre part, le quartier des théâtres avec le temple d’Isis. En dehors de ces quartiers, quelques sondages ont été effectués au hasard, dans les champs et plantations; mais la superficie de la ville est à peu près connue grâce au repérage des remparts dont on a découvert l’existence de part et d’autre de la porte d’Herculaneum. Ce plan, contemporain de ceux dessinés pour Saint-Non, est l’un des tout premiers représentant l’ensemble des découvertes réalisées à Pompéi. Il accompagne les notes de voyage prises par Latapie et présentées à ses collègues de l’académie de Bordeaux (cf. p. 43, n. 17).

Planche 9. « Vue de l’entrée de Pompei et de la rue principale de cette ancienne ville située près du Vésuve et détruite ainsi que Stabia et Herculanum dans la fameuse éruption de ce volcan en l’année 79 la nuit du 24 au 25 aout ». (Saint-Non, Voyage pittoresque, II, planche gravée par Berthault, en regard de la page 112).
Cette vue de la cité, dessinée près de la porte d’Herculanum, met en scène, ainsi que le veut le genre « pittoresque » très apprécié à cette époque, quelques personnages, ici des visiteurs, qui animent ces ruines mises en valeur par les arbres. Comme toutes les planches de l’ouvrage, celle-ci est commentée: « On apperçoit,&l’on reconnoit encore, en avançant dans la rue (malgré les endommagemens qu’ont essuyés ces constructions, soit par le temps, soit par l’effet de l’éruption) les formes des différentes boutiques: celle d’un marchand de liqueurs se fait distinguer par un appui, qu’on peut regarder comme une espèce de comptoir... C’est dans cette même rue,&à peu de distance de la porte principale de la ville, qu’il y avoit&que l’on voit encore une enseigne bien extraordinaire... Cette enseigne, qui existe dans son entier, est un Phallum... » p. 113 (cf. p. 135).

Planche 10. Plan de la maison de campagne de Pompei, dite villa de Diomede. (Archivio di Stato di Napoli, Raccolta di piantee disegni, cart. XXIV, n. 5, Aut. Minist. B. C., parere ». 1968 del 20 IV 1982).
C’est la seconde villa suburbaine découverte au cours des travaux; mais à la différence de la villa des papyrus d’Herculanum, la villa de Diomède, moins riche en oeuvres d’art, fut totalement déterrée entre 1771 et 1774. Les voyageurs purent ainsi étudier à loisir son plan, la disposition de ses pièces, ses dimensions. Le cryptoportique qui servait de cave et dans lequel furent retrouvés de nombreux squelettes était la pièce qui retenait le plus leur attention. Les visiteurs se montrèrent aussi sensibles au caractère luxueux et confortable de ladite « maison de campagne », longuement, étudiée dans le Voyage pittoresque de Saint-Non (cf. p. 73 sq.).

Planche 11. Coupe du premier étage et de la cour supérieure de la maison de campagne de Pompei, telle qu’elle devoit être lors de sa destruction, dessinée par Paris ». Développement de la chambre des bains. (Saint-Non, Voyage pittoresque, II, planche gravée par Berthault, en regard de la page 128).
«... On pense devoir donner... la coupe et le développement en grand, de cette chambre des bains, qui servoit d’étuve en même temps, par l’art et les moyens que l’on avoit pris pour en échauffer l’air au degré que l’on vouloit. Le n. 1 en est le plan géométral. L’eau entroit par tuyau (B),&arrivoit par l’intérieur du mur aux chaudières (G), pour être portée à la baignoire (F). (D), étoit un fourneau à faire la cuisine; (E), un four, (G), indique le double fond par où circuloit la chaleur, la forme de la brique,&comme elle est posée; (I), la porte au-dessus de laquelle il y avoit une ouverture pour laisser échapper la vapeur lorsqu’elle devenoit trop forte; (K), une petite ouverture dans le mur, où se mettoit une lampe qui éclairoit les deux pièces à la fois, et recevoit l’air de la pièce (Z). Une glace (cf. p. 76 sq.) du côté de l’étuve empêchoit l’air humide d’éteindre la lampe; (M), indique une cuvette qui recevoit de l’eau froide arrivant du réservoir par le conduit (N). Une petite croisée vitrée (H) éclairoit l’étuve: la coupe de cette niche, n. 3, en fait voir la forme et la décoration... Une autre coupe, n. 2, de la partie latérale, doit achever de faire connaître cette pièce, ainsi que le fourneau où l’eau chauffoit, et se distribuoit de la manière la plus ingénieuse... » p. 130-131 (cf. p. 74) (à droite de la figure n. 3 est représenté le tombeau de Diomède, dont l’inscription est reproduite à la gauche de la même figure).

Planche 12. Vincent, Portrait de Bergcret de Grancourt. (Besançon, Musée des Beaux-Arts, collection Pierre-Adrien Paris).
Il existe, au Musée Atger, à Montpellier, deux sanguines de Fragonard représentant Bergeret de Grancourt (Portrait de M. Bergeret nu-tête, et portrait de M. Bergeret coiffé d’un tricorne): le financier apparaît comme un personnage haut en couleur, vif, porté sur le confort et sur la bonne chère, ainsi que le souligne son embonpoint. Ce portrait en pied de Vincent, postérieur au voyage en Italie, nous montre un Bergeret aux traits marqués par l’âge, dans une attitude un peu caricaturale. Très imbu de lui-même, le financier a voulu poser pour la postérité en amateur d’art: il est représenté chez lui, en tenue d’intérieur, devant ses collections résumées sur le tableau par la statue antique, au fond, l’urne égyptienne, à côté de lui, et les cartons de dessins posés à terre. Bergeret, comme beaucoup de financiers de son temps, espérait faire oublier l’origine de sa fortune et les lacunes de sa culture en collectionnant les oeuvres d’art et en jouant à l’amateur et au mécène (cf. p. 34, n. 5).

Planche 13. Portrait du Président de Brosses. (Gravé par Saint Aubin, d’après Cochin, Frontispice de l’Histoire de la République romaine dans le cours duVIIe siècle par Salluste, écrite par le Président de Brosses, Paris, 1777, in-4, t. I).
Le Président de Brosses était très laid et très petit: la légende veut qu’il ait dû soutenir sa thèse de droit sur un escabeau, afin d’être vu du jury; esprit sarcasti-que, il n’hésitait pas à se moquer de lui-même, disant, de l’escalier du palais des doges qu’« on l’(avait) surnommé par anticipation, sachant que je devais y passer, l’escalier des Géants », et recconaissant que « sa figure ne valait pas trente sequins ». Son visage spirituel et son regard malicieux compensaient un peu cette disgrâce. Diderot a laissé de lui un portrait pittoresque: « Le Président de Brosses, écrivait-il, que je respecte en habit ordinaire, me fait mourir de rire en habit de Palais. Et le moyen de voir, sans que les coins de la bouche se relèvent, une petite tête gaie, ironique et satirique, perdue dans l’immensité d’une forêt de cheveux qui l’offusquent; et cette forêt, descendant à droite et à gauche, qui va s’emparer des trois quarts du reste de la petite figure... » (cf. p. 22, n. 5).

Planche 14. Fragonard, portrait de Sant-Non, sanguine. (Musée Atger, Montpellier. Cliché Bulloz).
L’abbé de Saint-Non fut, avec Bergeret de Grancourt et l’architecte Pierre Adrien Paris, l’un des mécènes de Fragonard, qu’il connut en 1759-60, lors de son séjour en Italie (cf. p. 37, n. 16). Saint-Non et Fragonard, en compagnie d’Hubert Robert, composèrent un recueil de vues de Rome et de ses environs (1761-63) qui est à l’origine du Voyage pittoresque, publié quelque vingt années plus tard. Cette sanguine qui représente l’abbé en train de lire, fut exécutée entre 1759 et 1761. Fragonard, qui eut des démêlés avec Bergeret (cf. p. 7) ne supportait pas toujours très bien le caractère autoritaire de Saint-Non et pour se venger de sa dépendance vis-à-vis de son protecteur, il ajouta cette légende à ce portrait: « L’avare seul gardant son or ».
Saint-Non qui sue ruina pour éditer le Voyage pittoresque, eut diverses querelles avec Dominique Vivant Denon qui dirigeait l’équipe des artistes et préparait les commentaires des planches. Brouillé avec Saint-Non qui n’en faisait qu’à sa guise, Denon n’envoya pas ses notes sur la Sicile à l’abblé et les publia, en son nom, au tome V du Voyage de Henri Swinburne dans les deux Siciles, Paris, 1787.
Ce dessin, qui appartenait à Bergeret fut racheté, en 1786, lors de la vente des collections de Bergeret par Xavier Atger.

Planche 15. La « naissance » de Télèphe. (Cochin, Lettre sur les peintures d’Herculanum, Paris, 1751, planche II. Cliché Bibliothèque Nationale, Paris).
« Une femme assise, couronnée de fleurs appuyée sur un panier rempli d’épis, de fruits et de fleurs, pour désigner, sans doute, la fertilité et l’agrément du païs qu’elle représente; Hercule, vu par le côté, est debout devant elle, ayant à ses pieds un aigle d’un côté, et un lion de l’autre; ce Héros est occupé d’un enfant allaité par une biche; il est vraisemblable que c’est Télèphe, fils d’Hercule. Un faune, sur un plan plus éloigné, tenant une flûte à sept tuvaux, groupe avec la femme assise dont je viens de parler. Une autre femme ailée fait le fonds de la figure d’Hercule. Ce tableau est exécuté en camayeu d’une couleur rougeâtre et assez rompue » p. 12-13 (cf. p. 135 et 137).
Cette fresque, dessinée de mémoire mais très aisément reconnaissable, provient de la basilique d’Herculanum (cf. pl. n. 5). Elle représente l’une des légendes de l’enfance de Télèphe, fils d’Hercule et d’Augé, que sa mère (confiée à des marchands qui devaient la vendre comme esclave en Mysie) avait dû abandonner, sur le mont Parthéninon, en Arcadie. Sur cette fresque, deux figures conventionnelles, l’Arcadie et Hercule s’opposent aux personnages plus originaux de la jeune femme ailée (Nemesis ?) qui désigne l’enfant, du satyre qui joue de la flûte, et de Télèphe qui tête la biche. On considère aujourd’hui que le modèle de cette fresque était une oeuvre d’art officiel pergaméen. Télèphe était en effet un héros fondateur de la cité et l’aigle, en bas au centre, était le symbole de la dynastie royale.

Table des illustrations

Légende Planche 1. Lettre d’Alcubierre au marquis Tanucci, du 22 juin 1776. (Archivio di Stato di Napoli, Casa Reale Antica, fasc. 1543, inc. 69, fol. 1. Aut. Minist. B. C., parere n. 1968 del 20 IV 1982).L’Archivio di Stato de Naples possède, dans les fonds Casa Reale Antica, les lettres et rapports rédigés par Alcubierre de 1739 à 1779 (fasci 1537-1543), espacés dans un premier temps, et plus nombreux à partir des années 1765-66. Ces rapports, complétés par les plans de Bardet de Villeneuve et les lettres de La Vega, permettent de suivre les progrès des fouilles dans le détail (cf. p. 100-101). Dans cette lettre, Alcubierre informe Tanucci des travaux effectués à Pompéi et à Stables où des morceaux de mosaïques ont été détachés. En note, il signale la visite de la duchesse de Chartres et de l’ambassadeur de France au théâtre d’Herculanum, en juin 1776. Tous les visiteurs qui se présentaient devaient être munis d’autorisations officielles (cf. p. 36).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Planche 2. Plan des fouilles d’Herculanum.Les édifices découverts au XVIIIe siècle ne se situent pas à l’emplacement des fouilles actuelles, au sud de la via Mare, marquées par des hachures sur ce plan. Le premier monument découvert fut le théâtre (A), localisé grâce au puits du prince d’Elbeuf (B). La « basilique » est derrière le théâtre (C), ainsi que les deux temples voisins (D). La villa des papyrus se trouve nettement plus au nord de la cité (E), dans la zone atteinte par la grande coulée de laves de 1631.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Planche 3. Plan du théâtre d’Herculanum. Analysé par V. Catalano (La scoperta di Ercolano, 1955) et reproduit par Minervini (Bull. Arch. Ital., 1861, pl. III). Attribué à Alcubierre et établi dans les années 1747-48.La scène (G) est représentée de manière fantaisiste, mais ce plan, très précis, contient de précieuses indications: (L) désigne le puits du prince d’Elbeuf (fermé, mais encore visible dans la cour de la villa Bossa, corso Ercolano, 89), à partir duquel furent creusées les toutes premières galeries (en pointillés) dont le tracé est désordonné. Les fouilles furent par la suite reprises plus méthodiquement: en (M) se trouve un second puits plus important foré en 1742, et en (N) l’escalier de 72 marches qui permettait d’atteindre les gradins les plus élevés du théâtre. Les galeries alors creusées suivent les gradins et contournent le théâtre afin de permettre de mesurer l’édifice et, surtout, d’en extraire méthodiquement les œuvres d’art (cf. p. 45 sq.).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Légende Planche 4. Bellicard, le théâtre d’Herculanum dessiné de mémoire vers 1750. (Cochin et Bellicard, Observations sur les antiquités d’Herculanum, 1754, pl. II, en regard de la page 14, cliché Bibliothèque Nationale, Paris).Il s’agit d’un plan reconstitué « d’après les piédestaux des colonnes qui sont aux murs des escaliers, et des conjectures sur les parties correspondantes qui étoient cachées dans les terres » (p. 10). Il représente en fait ce que les voyageurs ont pu voir à la lumière des torches, c’est-à-dire: dans le proscenium, trois colonnes en (f); quatre escaliers (c) qui permettent de monter en haut des gradins (d), où sont visibles quelques piédestaux de statues, (b). Toutes les oeuvres d’art et tous les revêtements de marbre ont été retirés; seule demeure la brique nue (cf. p. 51).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Planche 5. Bardet de Villeneuve, Plan de la « basilique » d’Herculanum (Archivio di Stato di Napoli, Raccolta di piantee disegni, cart. XXIV, n. 2, Aut. Minisi. B. C., parere n. 1968, del 20 IV 1982).Plan dessiné par l’ingénieur français P. Bardet de Villeneuve, qui a participé aux premiers travaux à Herculanum. On trouve, dans les Observations sur les antiquités... de Cochin un autre plan de cet édifice (pl. V, en regard de la p. 17; y figurent aussi les deux temples voisins) qui permet de localiser les oeuvres d’art découvertes: « ... proche de l’entrée de ces portiques (c) on a rencontré deux espèces de grands piédestaux (g, g), appuyés contre des colonnes isolées,&à l’extrémité de cet édifice, une espéce de sanctuaire (d), où l’on montoit par trois degrés; il ren-fermoit un piédestal continu qui occupoit toute sa largeur. Sur ce piédestal étoient placées trois statues de marbre; celle du milieu représentoit l’Empereur Vespasien, les deux autres étoient assises dans des chaises curules; mais comme elles étoient acéphales, on ignorera qui elles pouvoient représenter, jusqu’à ce qu’on en recouvre les têtes. Aux côtés de cet enfoncement&sur la même ligne, on avoit pratiqué dans le mur deux niches circulaires (e, e), au devant desquelles on voit deux piédestaux qui portoient les figures de Néron et de Germanicus, en bronze: ces statues ont neuf pieds de proportion; elles sont dans le cabinet du Roi à Portici, entre beaucoup d’autres dont plusieurs sont de marbre. Le fond des deux niches étoit orné de peintures à fresque. Et c’est de cet endroit qu’on a tiré les tableaux ceintrés du Thésée et de l’Hercule... Sur les murs qui ferment le fond du portique, dans les entre-colonnes (f), étoient placées alternativement des figures de bronze et de marbre; on n’a que quelques débris des premières, la chaleur des laves a apparemment fondu le reste. Le portique de l’entrée (b) étoit partagé en cinq parties égales; celles des extrêmes conduisoient aux portiques intérieurs; chaque voûte de cette entrée étoit décorée d’une statue équestre. On n’en a recouvré que deux de marbre, l’une de M. Nonius Balbus... » (p. 129-130).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Légende Planche 6. Weber, Plan de la villa des papyrus, Naples, Museo Nazionale Ar- cheologico.C’est Karl Weber qui a dirige les fouilles de 1750 à 1761 dans cette villa, qui ne se visitait pas, et dont les proportions sont gigantesques: son péristyle de cent mètres sur trente-sept est à peine plus petit que la place du forum de Pompéi (142m. /38m.). On y fit des découvertes si importantes que les fouilles de Pompéi furent momentanement interrompues. On trouva dans le péristyle, sous le portique ou autour de la piscine (66m. /7m.) de très nombreuses répliques de statues celèbres: telles celles des daims, du faune endormi, des cinq danseuses, de Pan et de la chèvre (cf. p. 131); les bustes d’Alexandre et d’Anacréon, les répliques en bronze d’après Po-lyclète du doriphore et de l’amazone, le satyre ivre, le Mercure au repos et la tête du « pseudo Sénèque ». Au total, quatre-vingt-cinq oeuvres de bronze et de marbre, actuellement au Musée National. Il y avait dans cette villa une pièce avec des armoires où étaient rangés plus de dix sept cents rouleaux de papyrus (l’emplacement est indiqué par la flèche) (cf. p. 105 sq.), parmi lesquels on découvrit des oeuvres de Philodème. C’est pourquoi cette villa est aujourd’hui considérée comme la demeure de L. Calpurnius Pison, adversaire de Cicéron et ami de Clodius, épicurien notoire qui était le protecteur reconnu de Philodème.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Planche 7. Plan des principaux édifices découverts et déblayés à Pompéi au XVIIIe siècle.1: Premier sondage.2: Amphithéâtre (sondage).3: Porte d’Herculanum.4: Villa Julia Felix.5: Odéon.6: Temple d’Isis.7 : Grand théâtre.8: Camp des soldats.9: Temple dorique.10: Maison du chirurgien.11: Villa de Diomede.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Planche 8. François de Paule Latapie, Plan de Pompei (vert et rose) (Bibliothéque Municipale de Bordeaux, Fonds Lamontaigne, Ms. 1696, 31, 15).On distingue très nettement, sur ce plan dessiné de mémoire, les deux grandes zones de fouilles de la cité de Pompei: d’une part la porte d’Herculanum avec la rue « déblayée », dite aujourd’hui via Consolare, représentée dans le Voyage pittoresque de Saint-Non,Non (cf. pl. n. 9) d’autre part, le quartier des théâtres avec le temple d’Isis. En dehors de ces quartiers, quelques sondages ont été effectués au hasard, dans les champs et plantations; mais la superficie de la ville est à peu près connue grâce au repérage des remparts dont on a découvert l’existence de part et d’autre de la porte d’Herculaneum. Ce plan, contemporain de ceux dessinés pour Saint-Non, est l’un des tout premiers représentant l’ensemble des découvertes réalisées à Pompéi. Il accompagne les notes de voyage prises par Latapie et présentées à ses collègues de l’académie de Bordeaux (cf. p. 43, n. 17).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende Planche 9. « Vue de l’entrée de Pompei et de la rue principale de cette ancienne ville située près du Vésuve et détruite ainsi que Stabia et Herculanum dans la fameuse éruption de ce volcan en l’année 79 la nuit du 24 au 25 aout ». (Saint-Non, Voyage pittoresque, II, planche gravée par Berthault, en regard de la page 112).Cette vue de la cité, dessinée près de la porte d’Herculanum, met en scène, ainsi que le veut le genre « pittoresque » très apprécié à cette époque, quelques personnages, ici des visiteurs, qui animent ces ruines mises en valeur par les arbres. Comme toutes les planches de l’ouvrage, celle-ci est commentée: « On apperçoit,&l’on reconnoit encore, en avançant dans la rue (malgré les endommagemens qu’ont essuyés ces constructions, soit par le temps, soit par l’effet de l’éruption) les formes des différentes boutiques: celle d’un marchand de liqueurs se fait distinguer par un appui, qu’on peut regarder comme une espèce de comptoir... C’est dans cette même rue,&à peu de distance de la porte principale de la ville, qu’il y avoit&que l’on voit encore une enseigne bien extraordinaire... Cette enseigne, qui existe dans son entier, est un Phallum... » p. 113 (cf. p. 135).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Planche 10. Plan de la maison de campagne de Pompei, dite villa de Diomede. (Archivio di Stato di Napoli, Raccolta di piantee disegni, cart. XXIV, n. 5, Aut. Minist. B. C., parere ». 1968 del 20 IV 1982).C’est la seconde villa suburbaine découverte au cours des travaux; mais à la différence de la villa des papyrus d’Herculanum, la villa de Diomède, moins riche en oeuvres d’art, fut totalement déterrée entre 1771 et 1774. Les voyageurs purent ainsi étudier à loisir son plan, la disposition de ses pièces, ses dimensions. Le cryptoportique qui servait de cave et dans lequel furent retrouvés de nombreux squelettes était la pièce qui retenait le plus leur attention. Les visiteurs se montrèrent aussi sensibles au caractère luxueux et confortable de ladite « maison de campagne », longuement, étudiée dans le Voyage pittoresque de Saint-Non (cf. p. 73 sq.).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Légende Planche 11. Coupe du premier étage et de la cour supérieure de la maison de campagne de Pompei, telle qu’elle devoit être lors de sa destruction, dessinée par Paris ». Développement de la chambre des bains. (Saint-Non, Voyage pittoresque, II, planche gravée par Berthault, en regard de la page 128).«... On pense devoir donner... la coupe et le développement en grand, de cette chambre des bains, qui servoit d’étuve en même temps, par l’art et les moyens que l’on avoit pris pour en échauffer l’air au degré que l’on vouloit. Le n. 1 en est le plan géométral. L’eau entroit par tuyau (B),&arrivoit par l’intérieur du mur aux chaudières (G), pour être portée à la baignoire (F). (D), étoit un fourneau à faire la cuisine; (E), un four, (G), indique le double fond par où circuloit la chaleur, la forme de la brique,&comme elle est posée; (I), la porte au-dessus de laquelle il y avoit une ouverture pour laisser échapper la vapeur lorsqu’elle devenoit trop forte; (K), une petite ouverture dans le mur, où se mettoit une lampe qui éclairoit les deux pièces à la fois, et recevoit l’air de la pièce (Z). Une glace (cf. p. 76 sq.) du côté de l’étuve empêchoit l’air humide d’éteindre la lampe; (M), indique une cuvette qui recevoit de l’eau froide arrivant du réservoir par le conduit (N). Une petite croisée vitrée (H) éclairoit l’étuve: la coupe de cette niche, n. 3, en fait voir la forme et la décoration... Une autre coupe, n. 2, de la partie latérale, doit achever de faire connaître cette pièce, ainsi que le fourneau où l’eau chauffoit, et se distribuoit de la manière la plus ingénieuse... » p. 130-131 (cf. p. 74) (à droite de la figure n. 3 est représenté le tombeau de Diomède, dont l’inscription est reproduite à la gauche de la même figure).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Légende Planche 12. Vincent, Portrait de Bergcret de Grancourt. (Besançon, Musée des Beaux-Arts, collection Pierre-Adrien Paris).Il existe, au Musée Atger, à Montpellier, deux sanguines de Fragonard représentant Bergeret de Grancourt (Portrait de M. Bergeret nu-tête, et portrait de M. Bergeret coiffé d’un tricorne): le financier apparaît comme un personnage haut en couleur, vif, porté sur le confort et sur la bonne chère, ainsi que le souligne son embonpoint. Ce portrait en pied de Vincent, postérieur au voyage en Italie, nous montre un Bergeret aux traits marqués par l’âge, dans une attitude un peu caricaturale. Très imbu de lui-même, le financier a voulu poser pour la postérité en amateur d’art: il est représenté chez lui, en tenue d’intérieur, devant ses collections résumées sur le tableau par la statue antique, au fond, l’urne égyptienne, à côté de lui, et les cartons de dessins posés à terre. Bergeret, comme beaucoup de financiers de son temps, espérait faire oublier l’origine de sa fortune et les lacunes de sa culture en collectionnant les oeuvres d’art et en jouant à l’amateur et au mécène (cf. p. 34, n. 5).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Légende Planche 13. Portrait du Président de Brosses. (Gravé par Saint Aubin, d’après Cochin, Frontispice de l’Histoire de la République romaine dans le cours duVIIe siècle par Salluste, écrite par le Président de Brosses, Paris, 1777, in-4, t. I).Le Président de Brosses était très laid et très petit: la légende veut qu’il ait dû soutenir sa thèse de droit sur un escabeau, afin d’être vu du jury; esprit sarcasti-que, il n’hésitait pas à se moquer de lui-même, disant, de l’escalier du palais des doges qu’« on l’(avait) surnommé par anticipation, sachant que je devais y passer, l’escalier des Géants », et recconaissant que « sa figure ne valait pas trente sequins ». Son visage spirituel et son regard malicieux compensaient un peu cette disgrâce. Diderot a laissé de lui un portrait pittoresque: « Le Président de Brosses, écrivait-il, que je respecte en habit ordinaire, me fait mourir de rire en habit de Palais. Et le moyen de voir, sans que les coins de la bouche se relèvent, une petite tête gaie, ironique et satirique, perdue dans l’immensité d’une forêt de cheveux qui l’offusquent; et cette forêt, descendant à droite et à gauche, qui va s’emparer des trois quarts du reste de la petite figure... » (cf. p. 22, n. 5).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Planche 14. Fragonard, portrait de Sant-Non, sanguine. (Musée Atger, Montpellier. Cliché Bulloz).L’abbé de Saint-Non fut, avec Bergeret de Grancourt et l’architecte Pierre Adrien Paris, l’un des mécènes de Fragonard, qu’il connut en 1759-60, lors de son séjour en Italie (cf. p. 37, n. 16). Saint-Non et Fragonard, en compagnie d’Hubert Robert, composèrent un recueil de vues de Rome et de ses environs (1761-63) qui est à l’origine du Voyage pittoresque, publié quelque vingt années plus tard. Cette sanguine qui représente l’abbé en train de lire, fut exécutée entre 1759 et 1761. Fragonard, qui eut des démêlés avec Bergeret (cf. p. 7) ne supportait pas toujours très bien le caractère autoritaire de Saint-Non et pour se venger de sa dépendance vis-à-vis de son protecteur, il ajouta cette légende à ce portrait: « L’avare seul gardant son or ».Saint-Non qui sue ruina pour éditer le Voyage pittoresque, eut diverses querelles avec Dominique Vivant Denon qui dirigeait l’équipe des artistes et préparait les commentaires des planches. Brouillé avec Saint-Non qui n’en faisait qu’à sa guise, Denon n’envoya pas ses notes sur la Sicile à l’abblé et les publia, en son nom, au tome V du Voyage de Henri Swinburne dans les deux Siciles, Paris, 1787.Ce dessin, qui appartenait à Bergeret fut racheté, en 1786, lors de la vente des collections de Bergeret par Xavier Atger.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Planche 15. La « naissance » de Télèphe. (Cochin, Lettre sur les peintures d’Herculanum, Paris, 1751, planche II. Cliché Bibliothèque Nationale, Paris).« Une femme assise, couronnée de fleurs appuyée sur un panier rempli d’épis, de fruits et de fleurs, pour désigner, sans doute, la fertilité et l’agrément du païs qu’elle représente; Hercule, vu par le côté, est debout devant elle, ayant à ses pieds un aigle d’un côté, et un lion de l’autre; ce Héros est occupé d’un enfant allaité par une biche; il est vraisemblable que c’est Télèphe, fils d’Hercule. Un faune, sur un plan plus éloigné, tenant une flûte à sept tuvaux, groupe avec la femme assise dont je viens de parler. Une autre femme ailée fait le fonds de la figure d’Hercule. Ce tableau est exécuté en camayeu d’une couleur rougeâtre et assez rompue » p. 12-13 (cf. p. 135 et 137).Cette fresque, dessinée de mémoire mais très aisément reconnaissable, provient de la basilique d’Herculanum (cf. pl. n. 5). Elle représente l’une des légendes de l’enfance de Télèphe, fils d’Hercule et d’Augé, que sa mère (confiée à des marchands qui devaient la vendre comme esclave en Mysie) avait dû abandonner, sur le mont Parthéninon, en Arcadie. Sur cette fresque, deux figures conventionnelles, l’Arcadie et Hercule s’opposent aux personnages plus originaux de la jeune femme ailée (Nemesis ?) qui désigne l’enfant, du satyre qui joue de la flûte, et de Télèphe qui tête la biche. On considère aujourd’hui que le modèle de cette fresque était une oeuvre d’art officiel pergaméen. Télèphe était en effet un héros fondateur de la cité et l’aigle, en bas au centre, était le symbole de la dynastie royale.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/258/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 639k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540