Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

Conclusion. L’influence de la découverte d’herculanum et de pompei en France au XVIIIe siècle

Texte intégral

1À l’issue de cette « étude », de multiples questions restent posées, qui ont plus trait aux conséquences des travaux d’Herculanum et de Pompéi qu’aux voyages : quel a été le retentissement en France au XVIIIe siècle de la découverte de ces deux cités ? Que sait-on d’Herculanum et de Pompéi, en dehors des milieux très fermés des amateurs, des érudits antiquaires et des voyageurs ? Et dans les milieux érudits eux-mêmes, peut-on parler d’un intérêt durable, ou d’une curiosité momentanée ? Comment la connaissance de l’antiquité a-t-elle pu être enrichie, voire renouvelée par ces découvertes ? Les artistes français qui séjournaient en Italie et qui connaissaient, sinon les fresques mêmes, du moins leurs reproductions, étaient nombreux : sont-ce bien ces artistes qui ont répandu en France le goût des « motifs à la grecque » ? Ou ont-ils répondu à une demande du public, ont-ils adapté leur façon de peindre aux modes nouvelles des salons parisiens ?

2Les ouvrages traitant de l’art néo-classique consacrent pour la plupart un chapitre entier à la découverte des deux cités, et aux tendances artistiques qui en ont tiré parti. Cette découverte est traditionnellement considérée comme fondamentale, au point d’avoir modifié le goût des contemporains : les hommes qui, vers 1730-1740, appréciaient le style « rocaille », les boiseries contournées, les angelots poudrés, les décors somptueux et profonds, dédaignent après 1760 (après la publication des premières descriptions de ces cités) ces formes dissymétriques, « chinoises » et « gothiques », et goûtent le charme des lignes nettes, des façades austères, des porches à frontons, des colonnes massives, des murs dénudés décorés de simples panneaux et de gracieux médaillons.

  • 1 Mario Praz, On Neoclassicism, 1969, p. 76.

3On conteste aujourd’hui des affirmations aussi schématiques. Mario Praz remarque que « pénétré depuis longtemps par l’Alexan-drinisme, [le goût européen] retrouva comme dans un miroir l’image de lui-même dans les peintures d’Herculanum »1. Louis Hautecoeur insiste sur une grave faiblesse de cette hypothèse traditionnelle : celle de ne point s’accorder avec la chronologie :

  • 2 Louis Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, IV, p. 12, note 4. Et Rome et la (...)

« L’action de ces fouilles s’exerça seulement après la publication des Antichità d’Ercolano, mais la mode de l’Antiquité régnait déjà à cette époque. Un nouvel examen des faits nous conduit à maintenir entièrement nos conclusions »2.

4En effet Herculanum, ville souterraine, est mal dégagée et mal éclairée. Le visiteur ne peut s’y faire une idée précise ni de l’architecture monumentale de la cité, ni de son architecture privée : les appartements sont en partie comblés lorsqu’on a détaché les fresques de leurs murs.

  • 3 David Leroy, Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris 1758 et 1770 ; Stuart et Revett, T (...)

5La découverte de Pompéi n’a guère été connue avant 1765, date du voyage de Lalande. Or les premières manifestations architecturales du courant néo-classique précèdent cette date. Comme Louis Hautecoeur l’a montré, la tradition architecturale continue de s’inspirer des oeuvres de Palladio et de Vignole, interprètes de l’art antique ; mais elle utilise aussi, et ceci est nouveau, les nombreux volumes publiés sur les ruines antiques. À partir des années 1740, les voyages « archéologiques » dans le bassin méditerranéen se multiplient. En Angleterre, la Société des Dilettanti, fondée en 1734, envoie en mission des architectes, des dessinateurs, des arpenteurs, des épigra- phistes, en Grèce et en Asie Mineure. En France, les voyages sont le fait d’initiatives individuelles. La rivalité entre la France et l’Angleterre, en matière d’expéditions, de voyages et d’ouvrages fut plus importante qu’on ne serait tenté de le croire. Cette concurrence se manifeste au grand jour avec les publications rapprochées des Ruines de la Grèce de Le Roy et des Antiquities of Athens de Stuart et Revett ; les Français louèrent Le Roy ; les Britanniques, Stuart et Revett3.

  • 4 D’après le témoignage de l’abbé Barthélemy, Voyage en Italie... lettre n. ° X, de Naples, le 20. X (...)

6Outre les publications des récits de voyages, les relevés de plans, de mesures, les gravures de ruines se multiplient à cette époque. Les architectes eux-même en dessinent : Robert Adam effectue des relevés des palais de Dioclétien à Spalato (Split) ; Soufflot dérobe4 les plans des temples de Paestum, qu’il fait publier ; l’architecte français Clérisseau qui séjourne une vingtaine d’années en Italie dessine toutes les ruines qu’il rencontre.

7Toute l’Europe et notamment l’Italie, l’Angleterre et la France redécouvrent l’antiquité. À Rome, Londres et Paris, les débats sur l’art antique sont d’actualité et, le plus souvent, passionnés : les partisans de J. -B. Piranèse affirment la grandeur de l’art romain, et s’opposent avec âpreté parfois, à Winckelmann et à ses émules qui proclament la supériorité de l’art, de la culture et de la civilisation grecques. À Londres de nombreux débats se déroulent à la Société des Dilettanti, à la Société Royale et à la Société des Antiquaires. Le comte de Caylus règne à Paris ; sa domination, d’ailleurs, est contestée par les artistes qui estiment qu’il impose son goût en despote sans être lui-même un vrai « Connoisseur », ainsi que par les philosophes, en particulier par l’entourage de Diderot. Louis-Sébastien Mercier n’en reconnaît pas moins, à la veille de la Révolution, le grand prestige du personnage, et l’emprise qui était encore la sienne plus de vingt ans après sa mort.

  • 5 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, chap. LXXXVIII.

« Le comte de Caylus a ressuscité parmi nous le goût grec et nous avons enfin renoncé à nos formes gothiques »5.

8Le mouvement de retour à l’antique est européen. Les créations artistiques qui en furent l’expression, les interprétations de l’antiquité différèrent d’un pays à l’autre. Mais partout l’on étudia avec un grand soin les monuments, les ruines, les moindres vestiges antiques. Les architectes jouèrent un rôle très important en ce domaine.

9Les architectes de la Renaissance avaient beaucoup commenté les théoriciens, et Vitruve en particulier, ainsi que les monuments antiques. Au début du XVIIIe siècle, la vision que les voyageurs avaient de l’antiquité restait encore essentiellement monumentale : cela est sensible dans le voyage en Italie de Misson, par exemple. À la fin du siècle, la ruine, même modeste, justifie un détour, une aquarelle. Des découvertes comme celle d’Herculanum et Pompéi expliquent cette évolution : mieux conservées que d’autres cités, leur pouvoir évocateur était plus fort. Mais ce ne sont point les seuls sites fouillés à cette époque. La Campanie commence à être explorée, ainsi que la région romaine ; ces travaux sont suivis, et des publications, telle celle de Capmartin de Chaupy sur La découverte de la Maison de Campagne d’Horace à Rome (Rome, 1767-69), les font connaître à un plus vaste public. L’intérêt nouveau pour les restes antiques n’est pas né avec la découverte de ces cités. C’est cet intérêt qui a suscité toutes ces recherches. Herculanum et Pompéi et bien d’autres sites encore n’ont réellement été découverts qu’à l’époque où l’on a bien voulu les découvrir, où la curiosité a justifié des travaux et des investissements importants, parce que l’on attendait beaucoup des nouvelles fouilles. Mais plus que d’autres cités Herculanum et Pompéi ont été des écoles d’« archéologie » : des méthodes y furent improvisées, puis mises au point. Les découvertes exceptionnelles que l’on y a faites ont justifié l’entreprise, aux yeux des antiquaires. Ainsi le mouvement de redécouverte de l’antiquité est parti de Rome et de l’Italie.

10Centré dans un premier temps sur la civilisation latine, il se porte ensuite sur la Grèce, sur l’Orient et l’Égypte. Localisé tout d’abord en Italie, il s’étend à l’Europe. Les Français mêmes qui, au dire de l’abbé Coyer, ne méritaient pas d’avoir des ruines tant ils les méprisaient, commencent, à la fin du siècle, à respecter leurs monuments ; les artistes les représentent : les nombreux tableaux d’Hubert Robert sur les antiquités de Nîmes ne sont qu’un des exemples les plus célèbres. On se préoccupe même d’éventuels vestiges enfouis, dans des villes que l’on savait être d’anciens centres romains : Pierre Schneider effectue ainsi à Vienne, dans les années 1770, des sondages destinés, non pas à découvrir des statues, mais à repérer l’emplacement de la cité antique.

11Les précieux trésors exposés à Portici encouragèrent très certainement les initiatives et les fouilles, dès la seconde moitié du XVIIIe siècle et, surtout, au XIXe. À Portici, c’était la collection des fresques qui étonnait le plus les visiteurs. Les commentaires des voyageurs, nous l’avons vu, ne furent pas toujours très favorables. Toujours est-il qu’en France, comme en Angleterre, se répand, dans les toutes dernières années du siècle, et au début duXIXe siècle, un style dit « Pompéien ». Quel est le lien entre les fresques de Portici et ce style ?

  • 6 Est-il étonnant que l’abbé Barthélemy ait pu être abusé par un faussaire qui fabriquait des fresqu (...)

12Certains traits du style Louis XVI annoncent déjà les styles Directoire et Empire. Mais l’influence directe d’Herculanum et de Pompéi est peu sensible au XVIIIe siècle. Dès les années 1760, les premiers volumes des Antichità d’Ercolano commencent à être connus dans les milieux d’amateurs, mais leur diffusion reste très limitée avant la traduction anglaise de Thomas Martyn et John Lettice en 1768, et les gloses de Sylvain Maréchal, en France, en 1781. Il est resté interdit de prendre des notes et de dessiner à Portici, jusqu’à la fin du siècle6.

  • 7 Raphaël s’était inspiré des rares fragments de peinture connus au XVIe siècle, trouvés à Rome, dan (...)

13Les peintures présentées dans les premiers volumes des Antichità ont, d’autre part, suscité des commentaires très réservés. Les « arabesques » antiques ne commencèrent à plaire réellement qu’à la suite de leur utilisation décorative, c’est-à-dire de leur transformation, de leur adaptation aux modes du jour. Le goût pour les « caprices » semble plus s’inspirer de Raphaël que des originaux antiques7, que l’on ne sait apprécier qu’après un détour par l’art moderne, plus familier, du XVIe voire du XVIIe siècle. La vogue de l’antiquité n’est pas sans rapports avec le succès de l’École italienne, héritière des traditions antiques.

14Ce détour par la peinture moderne et par les grands maîtres italiens est permanent à cette époque. Nous avons vu que les voyageurs n’exprimaient jamais d’opinion spontanée. Les imitations pures et simples des fresques antiques n’existent pas non plus. On cite couramment la Marchande d’Amours de Vien, et Vivant Denon, dans le Voyage Pittoresque, fait un vif éloge de ce tableau à l’antique. Mais l’imitation n’y est pas servile, Vien a interprété le thème :

  • 8 Pierre Grimai, Catalogue de l’exposition Pompéi, Paris, 1973, non paginé. La fresque qui a servi d (...)

« Vien enrichit le décor antique : architectures, urne funéraire, fauteuil à pattes de lion, mais, surtout, la vieille entremetteuse de la scène antique est remplacée par une jeune paysanne ; la sensualité du symbole original fait place à une rêverie voluptueuse et mélancolique »8.

15Les petits tableaux de Portici ont fourni de nouveaux thèmes au répertoire mythologique en vogue à cette époque, ainsi qu’une nouvelle façon de présenter ces thèmes avec plus de simplicité, en isolant par des panneaux et des médaillons les peintures des murs. L’influence dans le domaine de la décoration fut importante : mais elle se révéla surtout au XIXe siècle.

16Quel fut le retentissement de cette découverte en littérature ? Jean Seznec s’étonne qu’Herculanum et Pompéi n’aient, à première vue, exercé qu’une faible influence :

  • 9 Jean Seznec, Herculanum and Pompeii in french literature of the 18th century, dans Archeology, 194 (...)

« The shocking fact is that the influence of Herculanum and Pompei on French literature in the period that immediately followed their discovery is not existent »9.

  • 10 « If we now try to formulate some conclusion we should recognise that the literary influence of He (...)

17Cette constatation n’est pas si surprenante. Le mouvement de retour à l’antique, sensible notamment dans les oeuvres de Gessner et de Rousseau (ainsi que l’a souligné Jean Seznec dans le même article)10, s’est développé en fonction d’une évolution générale, dans la seconde moitié du siècle et non, bien évidemment, à la suite d’un événement ponctuel, si important fût-il, comme la découverte d’Herculanum et de Pompéi.

18Ces deux cités ne pouvaient guère servir de thème romanesque au XVIIIe siècle, tout au plus de décor ; cette possibilité d’ailleurs ne semble pas avoir été utilisée. Des villes si tragiquement anéanties auraient composé un cadre trop funèbre pour de larmoyantes idylles ou de tendres pastorales. Elles auraient pu servir de cadre à un roman historique, mais il n’existe guère alors d’ouvrages de ce type (le Voyage du eune Anacharsis de l’abbé Barthélemy peut à la rigueur être considéré comme tel, mais le décor grec n’y est minutieusement reconstitué que dans un but historique, non pour servir de cadre au déroulement d’une intrigue ou d’un drame). Les voyageurs, quant à eux, n’ont absolument pas l’idée d’écrire un roman sur le drame de 79, comme le fit plus tard Bulwer Lytton dans Les derniers jours de Pompéi. Dupaty, en lisant la lettre de Pline à Tacite et déformant presque systématiquement le texte original, est du moins sensible au caractère dramatique de la scène.

19D’autre part, une équivoque sur le mot « antiquité » contribue également à expliquer le silence des oeuvres littéraires à propos de ces découvertes. Les écrivains considéraient l’antiquité comme la source de la grande tradition classique, héritée d’Homère, de Virgile et des grands auteurs anciens. Ils opposent à cette antiquité, seule noble et digne d’attention, « les antiquités » dans lesquelles Diderot, très caustique à l’égard du comte de Cavlus, se plaisait à ne voir que casseroles piquées et vases brisés. Diderot accusait Caylus de n’être qu’un maniaque et qu’un pédant ; à ses yeux un collectionneur ne pouvait en aucun cas se prétendre humaniste. Les écrivains avaient ainsi tendance à n’étudier l’antiquité qu’à travers les textes les plus célèbres, sans s’attacher aucunement aux vestiges qui en subsistaient.

  • 11 On peut souligner, à ce propos encore, le rôle de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres.
  • 12 La notion de source historique est encore vague à cette époque : auteurs antiques, compilateurs by (...)

20L’histoire continuait de souffrir des mêmes préjugés à la veille de la Révolution. Elle s’est pourtant développée : et l’on doit souligner le rôle novateur des académiciens11 qui ont, tout le long du siècle, démontré dans leurs mémoires l’utilité d’intégrer l’épigraphie et la numismatique à l’histoire, car elles correspondaient à de véritables sources de connaissances12. Un amateur comme le comte de Caylus, commentant les objets, les tableaux, les symboles antiques à l’aide de la littérature et de l’histoire, n’a cessé de souligner les liens entre le plaisir de la collection, le goût artistique et l’érudition historique, qui se complètent et s’enrichissent. L’objet, aux yeux de l’érudit et de l’historien, commence à acquérir ses lettres de noblesse qui sont celles du vestige, du témoignage. Gabriel Seigneux de Correvon, comme beaucoup de nos voyageurs, attend ainsi des fouilles d’Herculanum et de Pompéi, de grands progrès dans la connaissance du monde antique :

  • 13 Lettres sur la découverte..., p. 66.

« Je me contenterai, pour le coup, d’observer que tant de monumens antiques, découverts ou à découvrir, fourniront une infinité de nouveaux secours aux savans, soit pour fixer leurs doutes sur divers points d’histoire et de mythologie, soit pour éclaicir l’histoire des moeurs, des arts, des cérémonies profanes et religieuses, et ce qui n’est pas moins intéressant, pour mettre au jour une infinité d’usages de la vie privée des anciens, auxquels leurs auteurs font fréquemment allusion, et qui, faute d’être connus, multiplient les méprises des interprètes, après avoir mis bien souvent leur esprit à la torture »13.

21Au XVIIIe siècle, l’histoire évolue lentement ; mais, à la fin du siècle, elle n’est pas transformée. Les opinions traditionnelles demeurent les plus fréquentes. Il n’est fait aucun bruit des nouvelles découvertes.

22Celles-ci ne sont décrites et analysées que dans les récits de voyages et dans les « livres d’art » ou de « critique artistique », si l’on peut donner ces noms anachroniques aux Antichità d’Erco-lano et aux volumes de Maréchal. Leur diffusion, nous l’avons vu, ne fut relativement importante qu’à l’extrême fin du siècle, et, surtout, au début du siècle suivant. À côté de ces ouvrages, la presse, les Mémoires de l’Académie des Inscriptions, les dictionnaires, pouvaient faire écho de ces fouilles.

  • 14 Il apparaît ainsi que se sont les artistes qui ont les premiers tiré parti des voyages à Herculanu (...)
  • 15 Grand dictionnaire géographique, historique et critique de Bruzen de la Martinière, géographe de S (...)

23Dès 1748 l’abbé Raynal dans les Nouvelles littéraires écrivait un article sur Herculanum. Mais, dans une presse qui ne présente souvent que des comptes rendus, ces deux cités ne sont guère évoquées. Dans les Mémoires de l’Académie des Inscriptions, il n’est fait qu’une seule fois mention d’Herculanum (évoquée dans une conférence du comte de Caylus) au cours du siècle. Pompéi ne fait l’objet d’aucune communication. Le fait est étonnant, d’autant que le président de Brosses et l’abbé Barthélemy s’étaient rendus sur les lieux. Les dictionnaires, en revanche, qui ont joué un si grand rôle dans la culture des hommes du XVIIIe siècle, sont mis à jour et rendent compte, avec une vingtaine d’années de retard au plus, de l’évolution des découvertes14. Le dictionnaire de Lamartinière15 dans son édition de 1768 fait état des travaux à Herculanum tels qu’ils se présentaient en 1748, d’après un récit du père Belgradi, jésuite italien. L’article « Pompéi » ignore tout des fouilles réalisées depuis peu. Les Encyclopédistes ont été plus attentifs : le chevalier de Jaucourt, dès l’élaboration de la première série de volumes, évoque non seulement les travaux dans la « maison des papyrus » (1750-54), mais encore la publication du premier volume des Antichità (1757). Dans les volumes de supplément, qui paraissent en 1774, l’article « Herculanum » reprend de nombreuses pages du récit de Lalande (1769) et cite aussi les descriptions d’un voyageur hollandais, Herr-kens, en 1770. L’article sur Pompéi, très court (une colonne contre dix pages) a le mérite de signaler l’existence de travaux en cours. D’une manière générale, au XVIIIe siècle, les fouilles de Pompéi furent jugées moins importantes que celles d’Herculanum.

24Ainsi, contribuant à l’élaboration des articles des grands dictionnaires qui se rapportent à l’histoire antique, les récits de voyages ont joué un rôle important dans la diffusion des connaissances à l’époque des Lumières.

25Certes, à une époque où les informations circulent avec lenteur, où les livres sont onéreux et de tirage limité, les voyages coûteux et reservés à une élite, la découverte des cités ensevelies ne pouvait avoir de retentissement exceptionnel. Ce retentissement fut pourtant réel, même s’il fut limité, au XVIIIe siècle : d’autant que la proximité de la Campanie, le goût des ruines, la richesse des vestiges, la présence du Vésuve et le souvenir de l’ensevelissement avaient fait d’Herculanum et de Pompéi les cités les plus visitées du monde antique.

Notes

1 Mario Praz, On Neoclassicism, 1969, p. 76.

2 Louis Hautecœur, Histoire de l’architecture classique en France, IV, p. 12, note 4. Et Rome et la renaissance de l’antiquité, p. 79.

3 David Leroy, Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, Paris 1758 et 1770 ; Stuart et Revett, The antiquities of Athens measured and delineated, London, 1763-1816. On peut, à ce propos, commodément se reporter à Sources of Greek revival architecture, de Dora Wiebenson, London, 1969. Notamment les chapitres II (Expeditions, tourists, patrons and publications) et III (Reception of the archaelogical publications).

4 D’après le témoignage de l’abbé Barthélemy, Voyage en Italie... lettre n. ° X, de Naples, le 20. XII. 1755 ; Soufflot a dérobé les travaux du comte de Gazolles, et Barthélemy en avertit le Comte de Caylus, afin qu’il empêche la publication desdits plans. Mais en 1764 paraissent les Plans des trois temples de Paestum d’après les dessins de Soufflot, de Dumont (Paris, 1764).

5 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, chap. LXXXVIII.

6 Est-il étonnant que l’abbé Barthélemy ait pu être abusé par un faussaire qui fabriquait des fresques prétendument romaines, détachées des murs d’une mystérieuse villa ? Il en avait acquis une à un prix élevé pour le comte de Caylus. Comment aurait-il pu déceler la supercherie, alors qu’il n’avait disposé que de quelques minutes pour observer les originaux de Portici ?

7 Raphaël s’était inspiré des rares fragments de peinture connus au XVIe siècle, trouvés à Rome, dans la Domus aurea, notamment. Sans exception, pour ainsi dire, les voyageurs disent des frises qu’elles sont « dans le goût de Raphaël », ce qui est un très grand compliment.

8 Pierre Grimai, Catalogue de l’exposition Pompéi, Paris, 1973, non paginé. La fresque qui a servi de modèle provient de Stables (Campanie) où elle a été trouvée en 1759.

9 Jean Seznec, Herculanum and Pompeii in french literature of the 18th century, dans Archeology, 1949, p. 150.

10 « If we now try to formulate some conclusion we should recognise that the literary influence of Herculanum and Pompeii was, at first, negligible and that, ever when it made itself felt, it did so indirectly, through art and through fashion. Still, however thin and elusive, the influence has to be reckoned with, even in the field of literature, as an element in the ensemble. Its real importance and significance come from the fact that other influences, complex and powerful, were at work at the same time to bring about a classical revival. Curiously enough, the most influential figures were a Swiss Theocritus and a Swiss Plutarch : Gessner, whose pastorals were translated into french in 1760, and J. -J. Rousseau, who preached republican virtue, heroworship, and Spartan puritanism. These two confluent streams, the idyllic one and the stoic one, were to absorb the Pompeian spring. The neo antique style resulted from the blending of the moral with the decorative », ibidem, p. 138.

11 On peut souligner, à ce propos encore, le rôle de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres.

12 La notion de source historique est encore vague à cette époque : auteurs antiques, compilateurs byzantins et historiens modernes apportent, aux yeux des historiens du temps, un témoignage d’égale valeur sur l’antiquité.

13 Lettres sur la découverte..., p. 66.

14 Il apparaît ainsi que se sont les artistes qui ont les premiers tiré parti des voyages à Herculanum et à Pompéi.

15 Grand dictionnaire géographique, historique et critique de Bruzen de la Martinière, géographe de S. M. catholique Philippe IV (édition revue, corrigée et amplement augmentée).

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540