Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

Autour des deux cités

Le vésuve

Texte intégral

1En même temps qu’Herculanum et Pompéi, le Vésuve attirait les voyageurs. L’admiration pour les mondes grec et romain, la curiosité pour l’antiquité n’expliquent pas, à elles seules, tout l’intérêt porté aux deux cités. Le voyageur du XVIIIe siècle aime à privilégier l’émotion qu’il éprouve ; or quelles ruines sont plus propices à l’épanchement de la sensibilité que celles-ci ? À ses yeux, leur beauté réside dans le fait qu’elles se prêtent à des méditations souvent mélancoliques sur la précarité des civilisations et des constructions humaines ; elle réside encore dans leur tragique ensevelissement, dans leur brutal anéantissement, dont le visiteur peut à tout moment découvrir de nouvelles marques. Le Vésuve, cause du drame, obsède les voyageurs. Ils parcourent les ruines en pensant sans cesse au volcan, et projettent son ascension, si celle-ci n’a pas été réalisée préalablement. Le Vésuve est l’objet d’une visite complémentaire, liée à celle d’Herculanum et de Pompéi.

2Il n’est pas qu’un simple complément de la visite des cités ruinées ; il intéresse aussi par lui-même, car les volcans sont, si l’on peut dire, à la mode, surtout lorsqu’ils sont en activité, ce qui est le cas du Vésuve, devenu à nouveau menaçant au XVIIIe siècle. L’engouement pour les phénomènes volcaniques est lié à l’apparition des « sciences » de la terre, et au succès des théories relatives à son histoire. À la suite de Buffon, de nombreux « savants » ont tenté de rendre compte de phénomènes physiques, parmi lesquels le volcanisme retenait particulièrement l’attention. De nombreuses publications extravagantes ou, parfois, fondées sur des observations judicieuses, lui étaient consacrées. Elles furent lues, puisque nos voyageurs, dans leurs récits, leur firent souvent écho.

3Il nous a semblé utile de brièvement présenter ces théories, telles qu’elles ont été résumées dans les récits, afin de ne pas laisser dans l’ombre le Vésuve ; car les idées que les visiteurs se sont faites du volcan ont modifié, somme toute, l’image qu’ils ont retenue des deux cités.

4Le Guide Reichard présente assez ironiquement le Vésuve comme :

la montagne qui « vomit de l’or par la quantité d’étrangers qu’elle attire ».

5C’est pourtant, depuis le XVIIe siècle, un volcan actif, voire dangereux, comme en témoignent les éruptions de 1631 et de 1755.

6Les visiteurs ont également à l’esprit celle de l’an 79, dont ils ont vu, à Pompéi du moins, les restes des victimes. Le volcan fascine en tant que phénomène naturel, susceptible à tous moments de provoquer une nouvelle catastrophe ; en tant aussi que source de mystère : les images alchimiques et souterraines abondent : galeries embrasées, terre ardente, minéraux liquéfiés, roches cristallisées, autant d’opérations magiques dues à la circulation de l’eau et de l’air, et dont la terre garde jalousement le secret. Le Vésuve a quelque chose d’infernal. Les anciens ne considéraient-ils d’ailleurs pas les solfatares et les Champs Phlégréens voisins comme une des bouches de l’Enfer ?

7Rares sont les voyageurs qui, comme l’abbé Richard, considèrent que le Vésuve est un volcan inoffensif, destiné à s’éteindre un jour ou l’autre :

  • 1 Description historique et critique..., IV, p. 411.

« L’inspection des lieux, et l’état actuel du Vésuve, semblent annoncer que ce volcan, si formidable autrefois, deviendra peu dangereux, et que s’il ne s’éteind pas absolument, il restera dans le même état de tranquillité dans lequel est la Solfatarre depuis tant de siècles »1.

8Les éruptions répétées font craindre à beaucoup d’autres un nouvel ensevelissement des petites cités et des riches vignobles voisins du volcan. Pour ces voyageurs, la sagesse est d’avoir conscience du danger toujours menaçant, et de prévoir une fuite éventuelle. À Portici, une plaque rappelle aux passants le danger perpétuel que représente ce volcan et les catastrophes passées. Augustin Clément du Tremblay est un homme d’Église, qui voyage essentiellement pour des affaires écclésiastiques ; l’on ne trouve pas dans sa Correspondance de récit d’ascension du volcan ; mais il rapporte le texte de cette plaque, que tous les voyageurs lisent et commentent, même brièvement :

« Ce monument, composé à l’antique vers 1758, par le savant Mazocchi, chanoine de Naples, peut faire plaisir ici à quelques lecteurs, tant pour la description physique de l’intérieur du Vésuve, que par la moralité de l’avis frappant qu’il donne à tout homme sage, de faire à tems tous les sacrifices qui sont nécessaires pour échapper à de grands et inévitables dangers :

  • 2 Journal de correspondances et de voyages d’Italie et d’Espagne, Paris, an Χ, I, p. 325. Cette lett (...)

Posteri, Posteri ! vestra res agitur, etc.
Dies facem proefert nudius perendino.
Advortite
Vicies ab statû Solis iv, Fabularum historiâ,
Arsit- Vesoevus ;
Immani semper clade hoesitantium.
Ne post hâc in certos occupet, moneo.
Uterum gerit mons hic,
Bitumine, alumine, ferro, sulphure, auro, argento,
Nitro, aquarum fontibus, gravem.
Serius-Ocyus ignescet : pelagoque influente, pariet.
sed ante quàm parturiat,
Concutitur, concutit que solum :
Fumigat, coruscat, flammigerat ;
Quatit aërem ;
Horrendum immugit, boat, tonat, arcet finibus accolas.
Emigra, dum licet
Jàm jàm enititur, erumpit, mixtum igne lacum evomit.
Proecipiti ruit ille lapsû, seramque fugam proevertit.
Si corripit, actum est ; peristi.
Ann. Sal. Ciɔiɔ CXXXI. XVI Kal. Jan.
PHILIPPO, rege.
Emanuele Fonseca et Zunica, comite Montis-Regii,
Pro Rege.
Repetitâ superiorum temporum calamitate, subsidiis
Calamitatis,
Humanius quo munificentius,
Formidatus, servavit ; spretus, oppressit in cautos,
Et avido s,
Quibus lar et supellex vita potior.
Tum tu, si sapis ; audi clamantem lapidem.
Sperne larem, sperne sarcinulas, morâ nulla fuge.
Antonio Suares Messia marchione Vici, proefecto viarum »2.

BREF TRAITÉ DE VULCANOLOGIE

  • 3 Déodat de Dolomieu (1750-1801) est aussi l’auteur d’un Voyage aux îles Lipari, ou notice sur les î (...)

9Les esprits les plus scientifiques ne parviennent pas à éliminer les images poétiques, même s’ils écartent toute explication surnaturelle. Buffon semble un auteur très lu par nos voyageurs ; car ils ont préparé aussi leur ascension au Vésuve, en se documentant sur les volcans. Mais dans les récits il n’est fait qu’allusion aux théories, les auteurs ne les rappellent pas. Pour avoir des renseignements précis à ce propos, pour trouver un « état des connaissances » à cette époque, il faut se reporter au Voyage Pittoresque·, c’est un géologue, Déodat de Dolomieu qui a rédigé, dans le premier volume, le chapitre sur le Vésuve ; et, dans le second, l’Essai ou notice succinte sur les causes et l’origine des volcans3. Déodat de Dolomieu essaie d’y concilier les différentes théories en vogue dans les années 1780 — celles qui lui paraissent plausibles, du moins — avec ses propres observations. Il invoque ainsi l’autorité de Buffon, à l’appui de théories simples, qui semblent ignorer le mystère :

  • 4 Voyage pittoresque..., II, p. 150-51. Citation de Buffon.

« Un volcan est un canon d’un volume immense, dont l’ouverture a souvent plus d’une demi-lieue ; cette large bouche à feu vomit des torrens de fumée et de flammes, des fleuves de bitume, de soufre et de métal fondu, des nues de cendres et de pierres et quelquefois elle lance, à plusieurs lieues de distance, des masses de rochers énormes, et que toutes les forces humaines réunies ne pourraient pas mettre en mouvement ; l’embrasement est si terrible, et la quantité des matières ardentes, fondues, calcinées, vitrifiées que la montagne rejette si abondante, qu’elles enterrent les villes, les forêts, couvrent les campagnes de cent et de deux cents pieds d’épaisseur, et forment quelquefois des collines et des montagnes qui ne sont que des monceaux de ces matières entassées.
L’action de ce feu est si grande, la force de l’explosion est si violente, qu’elle produit par sa réaction des secousses assez fortes pour ébranler et faire trembler la terre, agiter la mer, renverser des montagnes, détruire les villes et les édifices les plus solides à des distances même très considérables.
Ces effets, quoique naturels, ont été regardés long-temps comme des prodiges. (...) Tout cela n’est cependant que du bruit, du feu et de la fumée, il se trouve dans une montagne des veines de soufre, de bitume et d’autres matières inflammables, il s’y trouve en même temps des minéraux, des pyrites qui peuvent fermenter, et qui fermentent en effet toutes les fois qu’elles sont exposées à l’air ou à l’humidité, il s’en trouve ensemble une très grande quantité, le feu s’y met, et cause une explosion proportionnelle à la quantité des matières inflammables, et dont les effets sont aussi plus ou moins grands dans la même proportion ; voilà ce qu’est un volcan pour un physicien. Il lui est facile d’imiter l’action de ces feux souterrains, en mêlant ensemble u. ne certaine quantité de soufre et de limaille de fer qu’on enterre à une certaine profondeur, et de faire ainsi un petit volcan dont les effets sont les mêmes, proportion gardée, que ceux des grands, car il s’enflamme par la seule fermentation, il rejette les pierres et la terre dont il est couvert, et il produit de la fumée, de la flamme et des explosions »4.

10Les pyrites, substances minérales cuivreuses, « martiales », sulfureuses, qui se décomposent au contact de l’air qui pénètre par les crevasses, constituent l’élément clé des théories vulcanologiques de cette époque. En se décomposant, ils dégagent des vapeurs, sous l’effet de la pression s’enflamment provoquant des éruptions et des explosions. L’humidité, de plus, fait fermenter ces pyrites. C’est l’action conjuguée de l’air et de l’eau qui explique le volcanisme.

11Dans les années 1780, les explications de Buffon sont déjà un peu dépassées. Dans les théories les plus récentes, les savants tentent d’intégrer les dernières découvertes scientifiques. Dans une longue Lettre sur les Volcans, citée par Déodat de Dolomieu en note, le docteur Demestre essaie par exemple de définir le rôle de l’électricité dans une explosion ; l’auteur cherche aussi à expliquer le phénomène volcanique dans toute son ampleur, et notamment à résoudre le problème de la succession irrégulière des éruptions :

  • 5 Ibid., p. 156-57 (citation du docteur Demestre).

« Lors donc qu’une masse pyriteuse entremêlée de matières bitumineuses entre en fermentation par le concours de l’air et de l’eau, qui se sont introduits dans ces cavités souterreines, il se produit une chaleur assez considérable pour volatiliser la partie la plus ténue des molécules d’huile bitumineuse, cette volatilisation produit de l’air inflammable ou de l’air phlogistiqué, c’est-à-dire du phosphore fluide et volatile, plus ou moins inflammable ; insensiblement la masse des pyrites s’échauffe de plus en plus et acquiert enfin assez de chaleur pour enflammer cette vapeur phos-phaique, dite air inflammable, ce qui occasionne une explosion plus ou moins considérable. Ces masses pyriteuses ne sont pas plutôt enflammées que la chaleur et le feu font des progrès rapides, pour peu qu’ils soient aidés du concours de l’air. Les phénomènes que je viens de décrire, continuent et se répètent par intervalles, ce qui produit ce bruit sourd et ces explosions qui se font entendre dans le voisinage de tous les volcans. Une fois que la décomposition des bancs pyriteux est parvenue au point que nous venons de supposer, si de nouvelle eau s’introduit dans ces antres souterreins, il doit s’y engendrer une très grande quantité d’air, car cette eau se combinant avec les molécules ignées, se réduit en vapeurs, lesquelles ne sont autre chose qu’un air très raréfié, qui circulant dans ces souterreins y produit des vents plus ou moins impétueux, et les mugis-semens que l’on entend lorsqu’on approche des volcans. Les sifflemens qui s’y font entendre, paraissent ainsi dériver de la même cause, c’est-à-dire du contact subit d’une masse d’eau avec des matières embrasées.
Si ces mêmes causes et ces mêmes effets continuent, si elles augmentent et se concentrent, la chaleur qui en résulte acquiert de nouvelles forces, elle agit sur les matières qui sont à sa portée, les brûle, les calcine, et quelquefois les vitrifie : l’air inflammable ou le phospore fluide et volatil qui se développe dans ces circonstances, s’unissant à l’immense quantité d’air atmosphérique produite par l’eau réduite en vapeurs, s’enflamme et cause non seulement des mugissemens sourds et violens dans l’intérieur du volcan, mais encore agissant sur toutes les matières qui l’environnent, de même que l’air qui résulte de la déflagration de la poudre à canon, il chasse au loin tout ce qui ne lui impose pas une résistance invincible, et sort enfin par le crater de ces antres volcaniques sous la forme d’une vapeur plus ou moins dense ou aqueuse, souvent accompagnée de flammes, de masses brûlantes que la percussion violente de cette grande quantité d’air subitement produite entraîne hors du volcan, élève dans les airs et porte souvent à des distances très considérables. Enfin, lorsque ces causes, toujours agissantes quoiqu’assoupies en apparence, ont lentement accumulé les matériaux d’une nouvelle éruption, elles se réveillent tout à coup et produisent des explosions terribles, et ces éruptions inconcevables et variées dont les environs de Naples éprouvent si fréquemment les funestes effets.
Les frottemens qui existent alors entre les différentes matières qui sont en activité dans ces antres souterreins, donnent naissance à des effets électriques, quelques-unes de ces matières se surchargent d’un fluide électrique tandis que d’autres en sont privées. Vienent-elles à se toucher, il en résulte des étincelles fulminantes, des éclairs, et même du tonnerre »5.

12Des textes comme celui-ci témoignent de la volonté d’expliquer un certain nombre de phénomènes d’une façon rationnelle ; mais aussi de la difficulté éprouvée par les savants, à une époque où les connaissances scientifiques ne permettent pas encore de résoudre les questions posées.

13Déodat de Dolomieu, quant à lui, insiste sur le rôle qu’il juge fondamental de l’eau :

  • 6 Ibid., p. 154.

« Ces effets seront encore bien plus terribles lorsque l’eau viendra à tomber tout d’un coup dans un amas de matières embrasées ; c’est même alors, suivant les apparences, ce qui détermine et produit le moment de l’éruption. Pour se convaincre de cette vérité, l’on n’a qu’à faire attention à ce qui arrive lorsqu’on laisse imprudemment tomber une goutte d’eau sur un métal qui est entré parfaitement en fusion, on verra qu’elle est capable de tout renverser et de mettre la vie des ouvriers dans le plus grand danger. Mais la quantité d’eau et d’air qui se dilatent dans ces expériences, est infiniment petite en comparaison du volume immense d’eau et de vapeurs qui se trouvent dans le bassin embrasé des volcans ; si l’eau ou quelque autre corps froid vient à condenser l’air et les vapeurs raréfiées, il se forme un vuide, et le poids de l’atmosphère fait monter la matière enflammée, tandis que l’air que ces matières renferment se dilate et facilite leur élévation »6.

14Dans l’esprit des savants, comme des voyageurs, se sont de véritables opérations alchimiques qui sont réalisées dans les volcans, c’est-à-dire, au sein de la Terre-mère. Mais ce n’est point tant la curiosité scientifique, qu’une véritable fascination, qui incite ces derniers à tenter l’ascension, le plus souvent périlleuse, du volcan.

UNE RUDE ASCENSION

15Les voyageurs sont impatients de regarder de près ce volcan. Le Vésuve est pour eux un spectacle tout à la fois terrifiant et magnifique. Pour la plupart, ils recherchent les émotions visuelles et physiques. Le coup d’oeil est magnifique, mais l’expédition fatigante, et, est-il besoin de le préciser, dangereuse :

  • 7 Manuel de l’étranger..., p. 209.

« En général on ne peut recommander trop de prudence dans la visite de ce lieu »7.

16écrivait Cassini. Conseil inutile : les voyageurs font fi de toute prudence. L’abbé Richard est déçu qu’il n’y ait pas d’éruption. Les autres attendent que le volcan s’embrase et tonne pour en entreprendre l’escalade, marcher près de la lave incandescente, tester la solidité des rebords du cratère, tenter d’admirer le fond du gouffre.… Ceux qui ont pu raconter cette expérience, au moins, n’en ont pas été les victimes.

17Poète, le voyageur recherche les effets nocturnes, plus spectaculaires et grandioses. L’escalade des flancs escarpés, les descentes précipitées pour échapper à une pluie de ponces, ou aux fumées toxiques, rendent l’expédition plus intéressante encore. Beaucoup de voyageurs s’en retournent sans semelles à leurs chaussures ; la seule précaution qu’ils semblent prendre, du moins pour leur première ascension, est de se faire accompagner par un guide.

18L’affluence des étrangers est telle que, dans les villages au pied du Vésuve, toute la population masculine semble occupée au métier de guide. Le choix d’un bon « cicerone » est la première préoccupation du visiteur. Ce choix n’est pas sans risques, si l’on en croit l’abbé Richard :

  • 8 Description historique et critique…, IV, p. 424-25. L’abbé Richard précise encore : «... L’avidité (...)

« Un des moyens les plus sûrs qu’ils (les hommes) aient de gagner quelque argent est d’attendre les étrangers qui doivent venir voir le Vésuve. Ils s’offrent de les conduire, de les porter, de les traîner même ; car ils s’engagent d’épargner toute fatigue à ceux qui voudront bien s’en rapporter à eux. Ils amènent aussi des ânes sur lesquels on monte, pour aller à travers les différentes laves jusqu’au dessus de l’Atrio del Cavallo. On peut louer de ces gens tant qu’on veut, car ils viennent s’offrir en foule, et si on marque le moindre étonnement de leur nombre, de leurs cris et de leur brutalité, ils rançonnent impitoyablement, et même quelquefois maltraitent les étrangers ; car ils sont méchans et très intéressés. La manière de traiter avec eux, est de ne point les laisser approcher, afin qu’on ne soit pas enlevé et porté de force sur un âne ; il ne faut pas craindre de les éloigner à coups de bâton ; il n’y a même que cette manière de se faire entendre et obéir. Quand on en a assuré le nombre dont on croit avoir besoin, et convenu le prix, on donne à chacun d’eux une marque qu’ils sont obligés de rapporter au retour du Vésuve, à la vue de laquelle on les paye ; car s’ils avoient reçu leur argent plutôt, ou ils ne rendroient aucun service, ou ils se feroient payer au-delà de la convention »8.

19De son côté La Roque invite aussi à se méfier des guides :

  • 9 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 46 (note).
  • 10 Ibid., p. 46-47.

« Avis utile :
Il seroit dangereux de prendre indistinctement le premier de ces guides, qui, ordinairement, s’offrent en foule, dès qu’un étranger arrive ; parce qu’ils ne sont point tous également instruits, également fidelles : il est prudent de savoir dès Naples, à qui s’adresser, qui demander. Les banquiers, ou les personnes auxquelles on peut être recommandé, ou même les maîtres d’auberges donnent à cet égard les renseignements d’après lesquels on se détermine. On donne communément six carlins pour chaque guide et quatre carlins par mulet. Il faut avant que de partir, convenir bien clairement du prix, de ce que l’on a l’intention de voir, et jusqu’où l’on veut aller. Il est bon de se fournir de flambeaux à Naples ; ils sont meilleurs, et à meilleur compte que dans ces villages »9.
« Lorsqu’on se propose de monter au plus haut du Vésuve, chaque voyageur ne peut pas en (de guides) prendre moins de deux, et un troisième pour porter avec soi l’approvisionnement de flambeaux nécessaires pour s’éclairer dans le retour ; parce que, ordinairement, on fait ce voyage de préférence l’après-midi, afin de jouir le soir du spectacle intéressant des jets de feu, qui se manifestent alors dans tout leur éclat »10.

20Il existe trois chemins pour monter au Vésuve : le chemin du nord, par Saint-Sébastien ; le chemin de l’ouest, qui part de Resina, le plus fréquenté, mais le plus difficile ; enfin le chemin de l’est, du côté d’Ottaviano. C’est la direction des vents qui, au dernier mo-mont, détermine le choix du chemin : car, parvenus au sommet, les voyageurs cherchent à ne pas être trop exposés aux pluies de cendres et gaz brûlants.

21Jusqu’au pied du cône, on monte à dos de mulet ou d’âne ; par la suite, il faut poursuivre deux à trois heures sa route à pied, sur une pente raide, aux pierres raboteuses et instables. Certains voyageurs, comme Pierre-Augustin Guys, ne peuvent parvenir jusqu’au cratère et sont contraints d’interrompre l’ascension là où s’arrêtent les ânes :

  • 11 Voyage d’Italie, t. III du Voyage de Grèce, p. 185.
    Pierre-Augustin Guys (1721-1799) est négociant (...)

« J’ai voulu tenter aussi l’escalade, avec le secours de deux conducteurs, et à la faveur d’une torche allumée, parce que la lune n’éclairoit que foiblement alors ; mais après m’être essayé pendant une demi-heure, j’étois si essouflé à la première station où j’ai pu reprendre haleine, que la réflexion jointe au sentiment de mes forces condamnant ma témérité, m’a contraint de m’abandonner à la pente rapide, et de rétrograder, toujours soutenu par mes guides, qui ont été de mon avis, et qui ne me surfai-soient pas, en m’assurant que je serois plus d’une heure avant d’atteindre le sommet »11.

UN VOYAGEUR PRUDENT : BERGERET DE GRANCOURT

22À cinquante-huit ans, Bergeret ne tente pas non plus de gagner le sommet. Il préfère pour sa propre sécurité admirer le spectacle avec un certain recul. Il s’est fait accompagner par un peintre, chargé de fixer sur la toile le souvenir du Vésuve en feu. Peu de voyageurs ont, comme Bergeret, les moyens de s’offrir un tableau réalisé au moment de leur ascension ; mais la plupart ont fait, à Naples, acquisition de peintures ou de gravures représentant le Vésuve en éruption ou paisible. Bergeret s’est rendu au Vésuve parce que tous les voyageurs qui vont à Naples s’y rendent ; mais son enthousiasme n’est pas débordant :

  • 12 Journal de voyage…, p. 301-03.

« Voici une journée de curiosité terminée non sans peine et fatigue. Il a fallu se déterminer à aller voir le Vésuve qui nous attendoit pour faire une éruption et faire couler sa lave. Il étoit question de le voir de jour et de nuit ; nous sommes partis à 9 heures ; nous avions porté notre dîné dans nos voitures jusqu’à Portici, et de là sur des mulets et asnes jusqu’au bas du Vésuve. Il faut compter de Naples 4 heures pour arriver en bas. Après avoir dîné chez l’hermite qui est au milieu, nous continuâmes notre route sur nos mulets encore trois quarts d’heures après lesquels il faut mettre pied à terre. Alors on marche comme l’on peut dans une plaine couverte de monceaux d’écaillés de laves d’une ancienne éruption. Tous ces morceaux sont de forme et de figure hérissées et comme des rapes de fer, présentant des intervalles et fentes considérables propres à se casser une jambe. Il faut avec beaucoup d’adresse et en se reposant souvent, marcher la dessus. On voit à droite et à gauche sortir des fumées qui désignent du feu. Sans doute ce chaos vient d’une ancienne éruption qui d’une montagne en a fait deux : à la fin nous sommes arrivés à notre destination en face de la lave qui couloit ; nous étions escortés chacun de deux hommes nous servant d’écuyer : alors, en place, nous étions à portée d’entendre les mugissements de la montagne dans laquelle est renfermé cet affreux volcan. C’est un feu d’artifice continuel et précisément l’effet de ce qu’on appelle la gerbe, à la fin d’un feu, qu’il faut centupler cette idée, et on voit à chaque gerbe des muids de pierre enflammée sauter en l’air et rouler tout en feu jusqu’au bas de la montagne ; devant nous à une demie lieue nous voyions venir et descendre à nous une cascade de feu de la montagne de la largeur de vingt pieds au moins, et au bas de ladite montagne prendre différentes directions comme de l’eau suivant la pente du terrein. Nous voilà donc vis à vis ce spectacle imposant ! quelques-uns de notre bande voulant se satisfaire de plus près entreprirent de monter le long de ce fleuve de feu, s’efforçant d’aller jusqu’en haut de la bouche.
Ils partirent bien gays et avec beaucoup d’ardeur sans avoir égard à toutes les remontrances, et sans suivre et tourner la montagne comme il est de coutume. De notre poste nous les voyions grimper sur les mains et tâcher d’arriver, mais ils ne purent pénétrer à une certaine hauteur ; ils revinrent une heure après déchirés, sans souliers, effrayés de mils dangers qu’ils avoient courus, et de l’effroyable bruit qu’ils avoient entendu de près, de l’odeur de souffre dont ils avoient pensé être étouffés, et promettant qu’ils n’y retourneroient plus. Pour moi je n’avois pas besoin de cette épreuve pour m’entretenir dans ma résolution de ne voir qu’à une distance convenable, car il y avoit longtems que j’avois vû à Rome nombre de personnes revenues de Naples se plaignant d’avoir eu la complaisance de monter au Vésuve au risque d’y périr ou du moins d’en revenir avec la plus grande fatigue : nous avons resté à notre poste jusqu’à la nuit, près de 8 heures, pour voir l’effet du feu de nuit, ce qui est un spectacle bien différent que celui de jour. Un quart d’heure a été suffisant, et effectivement le spectacle est superbe de voir un torrent de feu et une bouche vomir continuellement des gerbes de feu. Nous étions très empressés de revenir, ayant les mêmes chemins à traverser à pied au clair de lune et des flambeaux, ce qui se fait non sans peine... Nous n’étions de retour chez nous à Naples qu’à minuit, bien contents d’avoir vû, et promettant de nous contenter d’une seule visite. J’étois avec un peintre nommé M. Volaire qui réussit supérieurement à rendre l’horreur du Vésuve dont je rapporterai un tableau »12.

UN VOYAGEUR ATTENTIF : LA ROQUE

23Après être monté au cratère, La Roque désire observer de près comment coule la lave ; dans son récit, il insiste quand même sur les dangers d’une telle expédition :

« L’éruption qui se fit au commencement de février 1777, attira de préférence nos pas vers les bouches de lave, dont la direction s’étendoit vers l’hermitage et le grand chemin de Salerne »...

24Le début de l’ascension se fait à dos de mulet, mais, à proximité des coulées, il faut les abandonner ;

  • 13 Voyage d’un amateur des arts..., III, p. 49-51.

« Nous quittâmes ici nos mulets, et nous avançâmes, non sans danger, à travers des monceaux de laves sur lesquels on ne marche qu’avec la plus grande difficulté, parce que tous ces corps que le hazard a entassés les uns sur les autres, ne présentent que des angles aigus et tranchans, ou des surfaces extrêmement raboteuses et irrégulières, sur lesquels il est prudent de ne s’appuyer qu’autant que l’on y sent une certaine résistance et solidité. Nous parvînmes ainsi à l’angle de séparation de la lave ; en sorte que nous la vîmes descendre de sa source et se partager en deux courans près de nous, à notre droite et à notre gauche. Ce n’est point un fleuve de feu que nous vîmes couler : la masse de feu s’avançoit d’un pied environ par minute ; les deux branches de cette masse pouvoient avoir soixante à quatre vingt pieds de largeur, sur à peu près trois de hauteur : beancoup d’autres courans prenoient leur direction plus au sud de notre position, et formoient dans leur totalité, un embrasement de près d’un mille de largeur... Ce feu, est d’une âpreté qu’on ne sauroit rendre, et la lave, quoique privée ou séparée du feu, conserve la chaleur un temps considérable : elle s’exhale vingt-quatre, trente-six et quarante-huit heures après, à travers l’entassement de toutes ces masses, comme par autant de soupiraux, et dans un dégré qu’il est souvent difficile de soutenir. Pour arriver au point où nous nous plaçâmes pour faire nos observations, nous fûmes forcés de passer sur une portion de laves arrivée là de la surveille, et sa chaleur étoit encore telle, qu’il ne nous fut pas possible d’y appliquer nos mains ; quelque besoin que nous eûmes de nous en aider, pour grimper au-dessus de certains blocs de laves que nous nous proposions de dominer. Il est bon de faire usage de souliers fortement épais-, encore la chaleur se fait-elle sentir à travers ; et l’on doit s’attendre qu’ils ne peuvent faire deux fois le même voyage »13.

UN VOYAGEUR PASSIONNÉ : ROLAND DE LA PLATIÈRE

25J. -M. Roland de la Platière avoue à sa fiancée la peur, l’effroi même qu’il a ressenti, en montant sur le Vésuve. Cet effroi, il l’a dominé. Non seulement il poursuit son ascension jusqu’au bord du cratère, mais encore il y retourne deux fois. Son récit, très long, est l’un des plus vivants, des plus poétiques et des plus intéressants.

« À voir mon empressement, vous auriez cru que j’avois quelque parcelle de volcan dans la tête. Louer une calèche ; franchir l’espace de quatre milles de Naples à Portici ; prendre des mulets, chacun un guide ; grimper pendant trois milles à cheval, et les deux derniers milles, jusqu’au sommet, à pied ; tout cela s’est fait avec une envie d’arriver, telle qu’elle ne m’a permis presqu’aucun examen sur la route. Vous le dirai-je ? Je craignois que cet « élément » si inconstant dans sa marche, si bizarre dans ses mou-vemens, si terrible dans ses écarts, semblable à un feu violent, qui n’a que des accès, ne fût devenu calme avant que j’en eusse pu considérer les fureurs ».

26Au pied du cône tronqué du volcan :

  • 14 Lettres écrites de Suisse..., II, p. 231-43.

« Plus de végétation ; tout au contraire annonce la destruction et le bouleversement de la nature. On se retourne de temps en temps pour prendre haleine : quel spectacle ! C’est le plus riche, le plus pompeux, le plus magnifique qu’il y ait au monde ; je vous en entretiendrai plus au long, dans une autre circonstance.
Cependant des coups sourds se font entendre ; on sent une sorte de commotion, l’on vient même jusqu’à croire que la montagne peut s’engloutir. Jamais l’impression de ce premier coup d’oeil ne s’effacera de ma mémoire. (...) Le bruit s’accroît ; un feu roulant de dix mille pièces de canon, et en même temps des décharges serrées de cent mille, n’auraient pas moins occupé l’oreille, mais n’eût point autant saisi l’âme. Un bruit semblable à la démolition d’une montagne qui s’écrouleroit, s’y mêloit fréquemment ; une curiosité inquiète me fit comme escalader le reste. Je ne vous peindrai jamais l’épouvantable horreur de ce spectacle.
Figurez-vous une ouverture, que je pus juger en ce moment être de deux cents à trois cents pieds de diamètre, de laquelle sortoit continuellement, par secousses, et avec des éclats terribles, une fumée noire, entremêlée de flammes tantôt sanguinolantes, tantôt plus vives et dévorantes. À chaque secousse (elles se répètoient trois, quatre, jusqu’à cinq fois par minute) s’élançoit une si grande quantité de pierres et avec un tel effort, qu’elles s’élevoient de trois à quatre cents pieds au-dessus de l’ouverture, et qu’elles en obscurcissoient l’air (...) Elles s’échappoient de la fumée, qui, à une certaine élévation, poussée par le vent, se dirigeoit du nord au midi. Semblables au bouquet qu’on donne à la fin d’un grand feu d’artifice, montant avec divergence et écart, comme une gerbe, elles retom-boient avec un fracas épouvantable. Ces pierres étoient de toutes grosseurs : il y en avoit de plusieurs pieds de diamètre ; vous en eussiez vu s’élever en pirouettant, retomber en demi-fusion, comme une pâte, qui s’applatissoit soudain et se durcissoit. Noires d’abord, elles devenoient grises en se refroidissant... Le bruit s’étoit beaucoup accru ; la montagne trembloit ; des pierres voloient jusqu’à moi, il falloit les juger en l’air pour les éviter. Chaque secousse varioit la scène, changeoit la nature du bruit, donnoit une nouvelle direction aux pierres, annonçoit quelque nouveau bouleversement ; on n’avoit ni le temps, ni la présence d’esprit d’en imaginer la manière ou d’en prévoir l’effet. Enfin la flamme, des tourbillons de fumée qui se répandoient jusqu’à moi, quoique je ne fusse pas sous le vent, ces vomissemens effroyables de pierres et de laves, qui tombaient jusqu’à mes pieds ; la couleur noire, brûlée de tout ce qui m’en-touroit ; une odeur de soufre ; des secousses continuelles : tout étoit de nature à inspirer l’effroi.
J’ai été quelque temps en contemplation, comme stupéfait mais beaucoup plus en admiration qu’en crainte... Aucun peintre, aucun poëte, aucun historien, et bien moins aucun des modernes, plats conteurs, ne m’a donné la moindre idée de comparaison, avec celle que m’a fourni ce spectacle. Pline seul y prépare, dans la description qu’il a fait de l’éruption où périt son oncle. (...)
Directement au nord du Vésuve, à peut-être deux cents pieds de l’orle ; la montagne s’y est brisée dans une direction verticale. L’effort a dû être grand, et la résistance terrible, car l’ouverture n’y est point proportionnée. Il paroit que la matière abonde, que la fermentation est excessive, et que l’ouverture ne suffit à donner issue qu’à la moindre partie. On ne sauroit arriver jusqu’à cette source, les pierres, qui sortent de la bouche, tombent en quantité, de quatre à cinq cents pieds de haut ; autour et dans la matière en fusion, c’est un tapage horrible, un enfer inabordable de toutes parts : mais je suis parvenu assez près du premier courant, pour juger de la quantité et de l’état de cette matière au moment où elle sort.... D’abord d’un rouge extraordinairement vif et ardent, sa surface prend bientôt une teinte un peu brune. J’y ai jeté à plusieurs fois les pierres les plus grosses que j’ai pu lever, à peine y ont-elles fait quelqu’impression ; la lave en coulant, les a charriées gravement sans qu’elles l’aient pénétrée. (...)
Il falloit appuyer un peu, pour y enfoncer un bâton : mais la résistance vaincue, il entroit comme dans l’eau, et s’enflammoit sur le champ. Dans ce voisinage, il faisoit aussi chaud, que devant un four de verrerie ; j’étois nécessairement obligé de me garantir la vue, pour approcher si près de ces canaux, qui, si j’eusse été sous le vent, auroient été inabordables, comme je l’ai éprouvé dans quelques parties.
Tenté de voir quelque chose de l’autre côté d’un de ces courants (de lave) j’ai passé par dessus les laves de la veille, charriées en ce moment par un courant en fusion : je vous laisse à juger si j’ai fait ce trajet d’un pied léger : le feu sortoit d’entre les crevasses ; je me sentois entraîné et les pieds brûlants : la moindre chute, un faux pas eût été mortel »14.

27L’année suivante, il retourne au mois de janvier au Vésuve, lors d’une nouvelle éruption. Il fait alors office de cicerone pour de nouveaux voyageurs : deux Allemands, un Genevois, deux Angevins et un Lyonnais. Seul, il ose s’approcher du cratère :

  • 15 Ibid., IV, p. 24-25.

« J’ai été enveloppé dans ce court trajet (jusqu’au sommet) trois à quatre fois différentes, par une fumée si dense, et si chargée de particules sulfureuses, que j’ai presque manqué de respiration. Mon premier mouvement a été de me retirer ; plusieurs fois j’ai failli y céder : mais n’y voyant plus, et me rappellant les crevasses, les précipices dont j’étois environné, à chaque fois je suis demeuré immobile
… Toute cette partie de l’orle trouée, crevassée, est de création de l’été dernier : la superficie n’en est point dure et sèche comme celle sur laquelle on vient de passer. Le terrein, plus inégal encore, est en grande partie couvert de cendres chaudes, brûlantes, dans lesquelles on enfonce quelquefois. Les crevasses ne sont point si marquées, si longues, si directes ; ce. ne sont que des espèces de trous, divers petits soupiraux du grand fourneau ; le soufre y‘effleurit’partout, en couleur jaune, verte et rouge, de toutes les nuances, ce qui forme des tapis très agréablement émaillés, et donne, au premier coup d’oeil, l’idée de la fraîcheur végétale »15.

28Ce n’est que lors de sa dernière ascension, que Roland de la Platière parvient à se détacher suffisamment du danger et de la beauté du spectacle, pour recueillir, dans un panier, des échantillons. Il était auparavant redescendu bredouille :

  • 16 Ibidem. Il réalise sa troisième ascension avec un ami lyonnais dénommé Monchat.

« J’avois porté un marteau pour casser des morceaux curieux de lave, de soufre etc.  ; et un panier pour les rapporter ; je n’ai rien ramassé, le grand spectacle distrait absolument de ces petits détails »16.

29Il fait alors état de sa fascination :

  • 17 Ibid., IV, p. 39.

« Je ne rêve que de volcan, la chaleur du Vésuve enflamme mon amour pour lui, je vais le voir tous les soirs de quelque partie de la ville d’où je puisse le contempler à mon aise. Cette lumière vive, et ses reflets éclatants dans l’obscurité, produisent des effets majesteux et ravissants. L’immense traînée de flamme, d’un rouge de métal ardent, porte dans les tourbillons de fumée, et dans les nuages que les vents chassent au-dessus, de coups de lumière, qui y varient les accidents d’une manière impossible à décrire »17.

UN VOYAGEUR LYRIQUE : DUPATY

30Dupaty est plus lyrique encore que son prédécesseur. On ne trouve plus chez lui trace de curiosité scientifique ; une sorte de vertige prévaut :

31Au sommet du Vésuve :

« J’ai tracé ces deux lignes sur le sommet du Vésuve, à la lueur d’une éruption.
C’est comme une médaille que j’ai frappée, pour constater mon voyage ; pour rappeler un jour, à ceux de mes enfants qui viendraient assister aussi à cet admirable incendie, ce moment de la vie de leur père ; pour embellir encore à leurs yeux, de ce souvenir, un tableau si magnifique ».

32et durant toute l’expédition :

  • 18 Lettres sur l’Italie..., II, p. 206-08.

« Devant moi, les ombres de la nuit et les nuages s’épaississoient de la fumée du volcan, et flottoient autour du mont ; derrière moi, le soleil précipité au-delà des montagnes couvroit de ses rayons mourans, la côte de Pausilippe, Naples et la mer ; tandis que, sur l’isle de Caprée, la lune à l’horizon paraissoit ; de sorte qu’en cet instant je voyois les flots de la mer étinceler à la fois, de la clarté du soleil, de la lune et du Vésuve. Le beau tableau ! (...) Je parviens enfin au cratère.
C’est donc là ce formidable volcan qui brûle depuis tant de siècles, qui a submergé tant de cités, qui a consumé des peuples, qui menace à toute heure cette vaste contrée, cette Naples où, dans ce moment, on rit, on chante, on danse, on ne pense seulement pas à lui. Quelle lueur autour de ce cratère ! Quelle fournaise ardente au milieu ! D’abord, ce brûlant abîme gronde ; déjà il vomit dans les airs, avec un épouvantable fracas, à travers une pluie épaisse de cendres, une immense gerbe de feux : ce sont des millions d’étincelles ; ce sont des milliers de pierres, que leur couleur noire fait distinguer, qui sifflent, tombent, retombent, roulent : en voilà une qui roule à cent pas de moi. L’abîme tout à coup se referme ; puis tout à coup il se rouvre, et vomit encore un incendie ; cependant la lave s’élève sur les bords du cratère ; elle se gonfle, elle bouillonne, coule… et sillonne, en longs ruisseaux de feu, les flancs noirs de la montagne.
J’étois vraiment en extase. Ce désert ! Cette hauteur ! Cette nuit ! Ce mont enflammé ! Et j’étois là !... Il en coûte de détacher d’un pareil tableau, le regard qui sera le dernier. Adieu Vésuve, adieu lave, adieu flamme dont resplendit et se couronne ce profond abîme ! adieu enfin, mont si redoutable et si peu redouté !…
L’éruption du Vésuve est un spectacle, que ni le pinceau, ni la parole ne sauroient reproduire, et que la nature semble s’être réservé de montrer seule à l’admiration de l’homme, comme le lever du soleil, comme l’immensité des mers »18.

UNE VOYAGEUSE FANATIQUE : MADAME VIGÉE-LEBRUN

33Son rêve, à l’en croire, serait de se faire « vésuvienne ». Elle reconnaît son attirance pour des paysages de désolation pour « cette grande scène de destruction » qui « remue fortement l’âme » :

  • 19 Souvenirs, II, p. 104-108.
    Marie-Louise Vigée, épouse Lebrun (1755-1842), peintre de portraits, est (...)

« (...) Maintenant je vais vous parler de mon spectacle favori, du Vésuve. Pour peu je me ferai Vésuvienne, tant j’aime ce superbe volcan ; je crois qu’il m’aime aussi, car il m’a fêtée et reçue de la manière la plus grandiose. Que deviennent les plus beaux feux d’artifices, sans en excepter la girande du chateau Saint-Ange, quand on songe au Vésuve ?
La première fois que j’y suis montée, nous fûmes pris, mes compagnons et moi, par un orage affreux, une pluie qui ressemblait au déluge. Nou étions trempés, mais nous n’en cheminions pas moins sur une hauteur pour voir une des grandes laves qui coulaient à nos pieds. Je croyais toucher aux avenues de l’enfer. Un brasier qui me suffoquait serpentait sous mes yeux ; il avait trois milles de circonférence. Le mauvais temps nous empêchant d’aller plus loin ce jour-là, outre que la fumée et la pluie de cendres qui nous couvrait rendaient le sommet du mont invisible, nous montons sur nos mulets et descendons dans les laves noires. Deux tonnerres, celui du ciel et celui du mont, se mêlaient ; le bruit était infernal, d’autant plus qu’il se répétait dans les cavités des montagnes environnantes. Comme nous étions précisément sous la nuée, je tremblais, et toute notre cavalcade tremblait comme moi, que le mouvement de notre marche n’attirât sur nous la foudre. (…) J’arrivai chez moi dans un état qui faisait pitié : ma robe n’était que cendre détrempée ; j’étais morte de fatigue ; je me sèche et me couche fort heureusement.
Bien loin d’être dégoutée par ce début, quelques jours après je retourne à mon cher volcan... Il faisait le plus beau temps du monde. Avant la nuit nous étions sur la montagne pour voir les anciennes laves et le coucher du soleil dans la mer. Le volcan était plus furieux que jamais, et comme au jour on ne distingue point de feu, on ne voit sortir du cratère, avec des nuées de cendres et de laves, qu’une énorme fumée blanchâtre, argentée, que le soleil éclaire d’une manière admirable. J’ai peint cet effet, car il est divin.
Nous montâmes chez l’ermite. Le soleil se couchait, et je vis ses rayons se perdre sous le cap Mysène, Ischia et Procida ; quelle vue ! Enfin la nuit vint, et la fumée se transforma en flammes, les plus belles que j’aie jamais vues de ma vie. Des gerbes de feu s’élançaient du cratère, et se succédaient rapidement, jetant de tout côté des pierres embrasées qui tombaient avec fracas. En même temps descendait une cascade de feu qui parcourait l’espace de quatre à cinq milles. Une autre bouche du cratère placée plus bas était aussi enflammée ; celle-ci produisait une fumée rouge et dorée, qui complétait le spectacle d’une manière effrayante et sublime. La foudre qui partait du centre de la montagne, faisait retentir tous les environs, au point que la terre tremblait sous nos pas.
J’étais bien un peu effrayée... J’avais tant à admirer que ce besoin l’emportait sur mon effroi. Imaginez que nous planions alors sur une immensité de brasiers, sur des champs entiers que ces laves, dans leur course, mettaient en feu. Je voyais ces terribles laves brûler les arbrisseaux, les arbres, les vignes ; je voyais la flamme s’allumer et s’éteindre, et j’entendais le bruit des broussailles voisines qu’elles consumaient.
Cette grande scène de destruction a quelque chose de pénible et d’imposant, qui remue fortement l’âme ; je ne pouvais plus parler en revenant à Naples ; dans le chemin je ne cessais de retourner la tête pour voir encore ces gerbes et cette rivière de feu. C’est donc à regret que j’ai quitté ce spectacle grandiose ; mais j’en jouis par le souvenir, et tous les jours je me représente encore ses différens effets »19.

34Ainsi les voyageurs, dans les années 1780, montent au Vésuve pour se laisser gagner par la mélancolie, pour se laisser fasciner par un spectacle de désolation, par un paysage de mort, que l’homme ne peut modifier. Le voyageur qui contemple une éruption, tel un démiurge, se plaît à jouir du spectacle du feu, au mépris de toute prudence. Le mystère d’une terre qui fume et, par ses mouvements, semble vivre, l’attire. En esthète il assiste à un spectacle qui lui paraît d’autant plus admirable qu’il est terrifiant : peur, vertige, admiration sont autant de raisons de s’extasier.

35Dupaty, comme Mme Vigée-Lebrun sont tout à leurs impressions, à leurs émotions. Ce n’était pas le cas d’un Bellicard lorsque vers 1750, il entreprit l’ascension du volcan ; ni de l’astronome Lalande. Les récits que ces derniers ont laissés sont nettement marqués par un esprit scientifique : ils ont pratiqué, sur le Vésuve, l’observation et l’analyse, ainsi qu’ils l’avaient fait à Herculanum et à Pompéi.

  • 20 François Maximilien Misson, Nouveau voyage d’Italie fait en l’année 1688, avec un mémoire contenan (...)

36Les récits du début du siècle, quant à eux, avaient un caractère plus grave et plus tragique : Maximilien Misson20 rappelait la chronologie des éruptions. Il décrivait le Vésuve comme une montagne ardente qui a « désolé la terre ». De cette désolation témoignèrent, au moment de leur découverte, les deux cités dévastées, anéanties, brûlées.

37Au cours du siècle, le Vésuve est devenu plus familier au voyageur, tandis qu’il ne cesse de menacer. Élément indomptable et redouté, dans les premières années du siècle, il devient un objet d’études, puis un spectacle extraordinaire de jeux de lumières ; et aussi un prétexte, pour les voyageurs très occupés par leurs sensations, à vivre plus « intensément ».

Notes

1 Description historique et critique..., IV, p. 411.

2 Journal de correspondances et de voyages d’Italie et d’Espagne, Paris, an Χ, I, p. 325. Cette lettre est datée de 1758.
Voici la traduction que l’auteur propose de cette inscription :
Postérité ô postérité ! c’est de vous qu’il s’agit.
La veille doit instruire le lendemain.
Observez ceci.
L’histoire rapporte que, quatre vingt fois depuis la formation du soleil,
Le Vésuve s’est embrasé,
Pour la perte d’un nombre immense de ceux qui ont hésité de fuir.
Que ceux qui hésiteront encore écoutent désormais mon avis.
Ce mont renferme de grandes cavités :
Remplies de bitume, d’alun, de fer, de soufre, d’or et d’argent,
De nitre et de sources d’eau.
Tôt ou tard il s’enflammera, et la mer y pénétrant,
Il fera éruption.
Mais avant cette éruption, la terre s’ébranle et s’agite par secousses ; il fume, il tonne, il jette des flammes, il frappe l’air, il mugit d’horrible manière ;
il tonne, il repousse les habitans de ses terres.
Fuyez tandis que vous le pouvez.
Déjà il force ses flancs, il les rompt, et il vomit un lac de feu. Dans sa chute
il se précipite, et il coupe la fuite à celui qui tarde.
S’il vous atteind, vous êtes perdus.
L’an du Salut 1631 ; le 16 des calendes de janvier, sous le Roi Philippe IV,
E. Fonseca et Zunica, comte de Montréal, Vice-Roi,
Se rappellant les malheurs des tems passés, et ayant secouru
Les malheureux, avec autant d’humanité que de magnificence, a sauvé ceux
qui ont fui, et le mépris de ses avis a fait périr les imprudens, qui ont
fait plus cas de leur argent que de leur vie.
Alors si donc tu es sage, écoute ce marbre. Meprise ta raison, méprise tes
biens, fuis sans délai... ».

3 Déodat de Dolomieu (1750-1801) est aussi l’auteur d’un Voyage aux îles Lipari, ou notice sur les îles Éoliennes, suivi d’un mémoire sur les îles Ustica et Pantelleria pour servir à l’histoire des volcans, fait en 1781 (Paris, 1783) ; et d’un Mémoire sur les pierres ponces et catalogue raisonné des produits de l’Etna (Paris, 1788). Il a laissé son nom aux Dolomites, région qu’il a étudiée. C’est le fils cadet d’une famille noble du Dauphiné, et, pour cette raison, à deux ans, ses parents décident d’en faire un chevalier de l’Ordre de Malte. À seize ans, il part faire son noviciat sur un navire de l’Ordre, tue, à dix-huit, un de ses camarades au cours d’un duel, et, après jugement, perd l’habit et se trouve condamné à la prison perpétuelle. Il n’y reste que neuf mois, de puissantes interventions, en France, ayant obtenu sa libération. À vingt-et-un ans, il s’ennuie dans la garnison de Metz. Peu après, il abandonne le métier des armes, et suit, comme secrétaire, au Portugal, le prince Camille de Rohan, nommé ambassadeur ; il réalise, dans ce pays, ses premières observations géologiques. Un an plus tard, en 1779, il commence à s’intéresser aux formations volcaniques, et envoie plusieurs communications à l’Académie des sciences. En 1781, il se rend en Sicile, où il passe la majeure partie de son temps à explorer l’Etna ; en 1782, il parcourt les Pyrénées en compagnie d’un ami, Picot de la Pcyrouse ; puis il voyage à Malte et en Italie.
Enthousiasmé par la Révolution à ses débuts, il gagne Paris et fréquente le club des Feuillants. La modération de ses opinions lui vaut des ennuis sous la Terreur, et une bonne partie de sa famille est alors guillottinée, sans qu’il ait pu intervenir. En 1796, il est nommé professeur à l’Ecole des Mines. Berthollet lui propose en 1798 de participer à une grande expédition ; il apprend, par la suite, que le but de cette expédition est l’Egypte, et qu’elle n’est pas seulement scientifique, mais, avant tout, militaire. Bonaparte, au passage, s’emparant de Malte, le charge de porter au grand Maître une offre de capitulation. Cette démarche lui a coûté fort cher en 1799, lorsque, au retour d’Alexandrie, il s’est arrêté à Tarente, pour faire escale. Dénoncé par des chevaliers de l’Ordre de Malte siciliens, il est emprisonné dans un cachot obscur à Messine ; ce n’est qu’après Marengo que Bonaparte obtient sa libération. En 1801, il est triomphalement accueilli à Paris, où il inaugure, aussitôt après son retour, le cours de minéralogie du Muséum. Mais il meurt d’épuisement et de maladie, cette même année.
Déodat de Dolomieu avait réuni une importante collection de minéraux qui, à la fin du XVIIIe siècle, était aussi célèbre que ses ouvrages.

4 Voyage pittoresque..., II, p. 150-51. Citation de Buffon.

5 Ibid., p. 156-57 (citation du docteur Demestre).

6 Ibid., p. 154.

7 Manuel de l’étranger..., p. 209.

8 Description historique et critique…, IV, p. 424-25. L’abbé Richard précise encore : «... L’avidité de ces gens, leur brutalité stupide, leur misérable ajustement et leurs cris confus, sont très propres à donner l’idée des sauvages les plus grossiers et les plus barbares de l’Amérique ».

9 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 46 (note).

10 Ibid., p. 46-47.

11 Voyage d’Italie, t. III du Voyage de Grèce, p. 185.
Pierre-Augustin Guys (1721-1799) est négociant à Constantinople et à Smyrne, puis il retourne à Marseille. Il rédige alors son Voyage littéraire de la Grèce, dont il lit d’importants passages à ses confrères de l’Académie, qui le choisissent comme directeur en 1755. Ses lettres d’Italie, écrites en 1772, sont insérées dans la première édition du Voyage littéraire de la Grèce, en 1776. Il s’intéresse ensuite aux antiquités nationales (Marseille ancienne et moderne, 1786) et retourne au Levant, sous la Révolution. Il meurt à Zante, en 1799. Lorsqu’il entreprend l’ascension du Vésuve, P. -A. Guys a 52 ans.

12 Journal de voyage…, p. 301-03.

13 Voyage d’un amateur des arts..., III, p. 49-51.

14 Lettres écrites de Suisse..., II, p. 231-43.

15 Ibid., IV, p. 24-25.

16 Ibidem. Il réalise sa troisième ascension avec un ami lyonnais dénommé Monchat.

17 Ibid., IV, p. 39.

18 Lettres sur l’Italie..., II, p. 206-08.

19 Souvenirs, II, p. 104-108.
Marie-Louise Vigée, épouse Lebrun (1755-1842), peintre de portraits, est la fille d’un peintre. Initiée dès sa jeunesse à cet art par Joseph Ver-net, elle épouse, en 1776, un peintre marchand de tableaux, Jean Baptiste Pierre Lebrun. Madame Vigée-Lebrun devient très vite une portraitiste à la mode. En 1779, elle réalise son premier portrait de la Reine Marie-Antoinette (en dix ans, elle la représenta plus d’une vingtaine de fois). Elle peint aussi tous les membres de la famille royale, excepté le comte d’Artois. Après un voyage en Flandre, elle se présente à l’Académie royale de peinture, où elle est élue, en 1783. Dès les premiers événements révolutionnaires, elle quitte la France pour l’Italie, où elle gagne Naples. Elle y vit en peignant la famille royale d’une part, les personnalités les plus en vue de l’autre, comme lady Hamilton, la femme de l’ambassadeur britannique, dont elle a fait le portrait « en bacchante » et « en sibylle ». Puis elle se rend à Bologne, Rome, Florence, Parme, Venise, Vérone et Milan, avant de quitter l’Italie pour l’Autriche, et la Prusse. En 1795, on la retrouve à Saint-Pétersbourg ; en 1801, à Berlin. Un bref retour en France n’interrompt pas cette vie errante. Elle séjourne à Londres entre 1802 et 1805, en Suisse, par la suite. Louis XVIII la fête, au moment de son avènement, et l’invite à participer aux manifestations officielles. Ainsi, en 1817, présente-t-elle, au salon de peinture, un portrait de Marie-Antoinette, réalisé en 1786, et fort apprécié par la critique. Sa vie s’achève tristement : veuve en 1813, elle perd sa fille unique en 1818, son frère deux ans plus tard. À la fin de sa vie, elle rédige ses Souvenirs (1835), et meurt, à près de quatre-vingt dix ans, en 1842.

20 François Maximilien Misson, Nouveau voyage d’Italie fait en l’année 1688, avec un mémoire contenant des avis utiles à ceux qui voudront faire le même voyage, La Haye, 1691, 2 vol., in-8°.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540