Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

Impressions d’ensemble

Texte intégral

LE REJET DE L’ÉRUDITION

1Les voyageurs ont une très nette tendance à décrire de la même façon les monuments antiques. Les textes latins constituent le fond de leur commentaire. Souvent, d’un récit à l’autre, l’ordre seul des citations diffère. L’érudition encombre l’esprit des auteurs, comme leurs écrits. À titre d’exemble, suivons Bergeret de Grancourt à Rome. Avant chaque visite de ruines, il relit quelques chapitres de son Histoire Romaine de Rollin :

  • 1 Journal de voyage…, p. 207.

« … De là j’ai été au Colisée par derrière le Capitole. J’ai revu avec admiration cette masse imposante que le tems n’a encore pu détruire, et j’ai appliqué à mes réflexions les fêtes et combats que je relis tous les jours, à présent dans l’histoire romaine, donnés par les empereurs. Tantôt on y faisait battre 200 lions ou lionnes, tantôt 200 criminels jusqu’à ce que mort s’en suivît »1.

2L’abbé Brizard recommandait de visiter les environs de Naples avec les meilleurs auteurs du temps d’Auguste dans ses bagages :

  • 2 Analyse du voyage pittoresque…, p. 24-25.

« Tous les environs de Naples excitent vivement la curiosité ; il n’est point de sites ni de monumens qui ne sollicitent les regards ; mais lorsqu’on parcourt ces beaux lieux, les Auteurs du siècle d’Auguste à la main, qu’on voyage avec Horace, et que c’est en récitant les vers de Virgile, qu’on apporte son hommage sur la tombe de ce grand homme, un nouvel intérêt colore ce superbe horizon ; mille agréables souvenirs se mêlent et viennent se fondre dans les objets qui nous frappent la vue, et lorsqu’on les compare avec les descriptions animées des Poètes, malgré les ravages du temps, et la dégradation de vingt siècles, on est encore frappé des traits de ressemblance »2.

3Pour sa part, Roland de la Platière raille ces auteurs qui, pour composer leur récit, ont besoin de compiler, installés dans leur bibliothèque, de nombreuses citations artificiellement présentées :

  • 3 Lettres écrites de Suisse…, II, p. 225.

« Capoue est une fort jolie ville, bien percée, bien pavée, dans une station charmante, à une demi-lieue des ruines, encore considérables, de la trop délicieuse Capoue d’Hannibal. Je pourrois, comme tous les voyageurs, attendre mon retour, et dans le cabinet, compiler à l’aise, vous détacher des lambeaux de prose et de vers, citer Tite-Live ou Denys d’Halicarnasse, Pline ou Strabon, Horace ou Virgile, Ovide ou Martial ; comme si la lecture d’un voyage avoit pour objet l’étude de l’histoire et qu’on eût besoin de venir en Italie pour lire et copier ensuite ce qui s’y passoit il y a deux mille ans »3.

4Devant un monument antique, les voyageurs continuent péniblement d’égrener leurs citations. Ils semblent éprouver une certaine difficulté à mettre en regard leur culture et les vestiges qu’ils ont contemplés.

5À Herculanum et à Pompéi, le recours aux auteurs anciens n’est pas possible. On cite leur témoignage, certes, mais nous avons vu que celui-ci ne porte que sur la catastrophe de l’an 79. Aucun texte antique n’aide le visiteur à s’orienter dans les ruines. Il se trouve, ainsi, contraint de délaisser son érudition et de regarder de ses propres yeux les vestiges tels qu’ils s’offrent à lui. Dans ces récits, Pompéi et Herculanum occupent donc une place particulière : alors que la plupart des visites des sites antiques ne sont que prétextes à citations et correspondent à un pèlerinage littéraire, celles des deux cités ensevelies par le Vésuve, ont un caractère différent : ces humbles vestiges, dédaignés par les littérateurs, sont, comme nous l’avons vu, l’objet de plus de curiosité et d’attention.

LE REGARD DU SAVANT

6Les récits des décennies 1750-60 sont marqués, souvent, par un style impersonnel, visant à détailler, à décrire et délaissant les impressions ou les émotions ressenties durant les visites. Est-ce réserve ? pudeur ? ou volonté d’objectivité de la part des auteurs ? Apparemment, ils peuvent reconstituer étape par étape, l’horrible destin de ces cités, sans paraître même attristés. Une promenade dans une cité calcinée les laisse, semble-t-il, indifférents.

7Lalande, plus que tout autre, s’en tient au renseignement pur :

  • 4 Voyage d’un Français en Italie.., (éd. 1786) VII, p. 556. Stendhal commente ainsi le style de Lala (...)

« Au bas d’un escalier qui conduisoit à une cave, on a trouvé 27 squelettes de femmes, qui probablement s’y étoient réfugiées ; on a trouvé aussi une femme renversée à côté d’une chaudière dans une espèce de cuisine »4.

8En visitant le cryptoportique de la villa de Diomède, Latapie n’est pas le seul à emporter pour son « museum » personnel quelques morceaux d’ossements ; mais aucun autre voyageur n’a avoué son forfait :

  • 5 Description des fouilles de Pompéi, p. 241. Pierre Barrière, dans l’introduction à la Description,(...)

« … Lorsqu’on est au bas du petit escalier, on voit à l’entrée de la cave sur de tablettes quantité d’ossemens qui diminuent continuellement, parce que certaines personnes veulent en emporter des morceaux s’il leur est possible, ce que je n’ai pas manqué de faire, afin de posséder dans mon petit muséum un os qui ait plus de 17 siècles. Ce sont les restes des squelettes de ces malheureux qui se réfugièrent dans les souterrains croyant y être en sûreté dans ces moments terribles où Pompéii fut couverte des cendres et des ponces du Vésuve, on les a trouvés entassés à l’entrée de la porte, et le nombre des crânes a fait juger qu’ils étoient 24. Mais les cendres entrèrent par la porte et par les ouvertures pratiquées au haut de la voûte, et bouchèrent complètement tous les passages de l’air, de sorte qu’ils furent dans la cruelle nécessité de périr. Ceux qui se réfugièrent vers d’autres côtés ne furent pas plus heureux, car dans l’allée du jardin qui est du côté des vignes, on a trouvé les os de 12 autres squelettes ; et à l’entrée de la porte du jardin de (ce) côté-là, un squelette seaul qui tenoit un paquet de clefs, et avoit un anneau d’or au doigt, ce qui a fait conjecturer que c’étoit une des personnes les plus considérables de la maison. Dans une chambre voisine on a aussi trouvé 4 autres squelettes, ce qui fait en tout 41 personnes qu’on sait très certainement avoir péri de mort violente dans cette maison lors du désastre universel de Pompéii. Ces ossemens sont fort blancs et conservent encore pour la plupart beaucoup de dureté »5.

9Et le Voyage Pittoresque reprend cette observation, très détachée, du voyageur anglais Hamilton :

  • 6 Saint-Non, Voyage pittoresque…, II, p. 140.

« Les dents sont d’une conservation singulière, ce qui semblerait provenir, à ce qu’il croit (Hamilton) de ce que les Anciens ne connoissoient point le sucre et n’en faisoient par conséquent point d’usage ».
« It is certain, that in these sculls, and in many others, that have been found at Pompeii, the teed are remarkably found ; perhaps amongs the Ancients, who did not make use of sugar, they might not be so subject to decay as ours »6.

10Le style laconique, précis et technique, qui est employé dans bien de passages, ne traduit aucun cynisme chez ces auteurs, mais simplement une volonté d’objectivité.

11L’antiquité des graffitis n’émeut pas Latapie ; il trouve cette pratique absurde, déplaisante chez ses contemporains, comme chez les anciens Romains. Il n’en recopie quelques exemples, que parce qu’ils permettent de se faire une idée de la graphie de l’époque :

« À quelques pas du théâtre on traverse une petite rue étroite qui conduit à la grande rue de Pompéii… Elle est bordée d’un petit trottoir fort étroit, elle est pavée de grandes pierres de figure irrégulière comme toutes celles des voies romaines et de la même nature à peu près que celle du pavé de l’ancienne Rome, c’est à dire d’une lave très dure, basaltoide et d’un gris foncé. Cette partie de rue n’a été découverte que de la longueur d’environ 30 toises, et elle est bordée de part et d’autre de maisons antiques dont on n’a rien déblayé ou fort peu de choses. La largeur de cette rue est de 13 pieds 1/2 de roi. On y voit de distance en distance des marche-pieds dont les anciens se servoient pour monter à cheval, car ils ne connoissoient pas l’usage des étriers. Sur un des murs de la rue il y a quelques inscriptions qui paroissent avoir été faites par ces oisifs dont un des plaisirs est d’écrire leurs noms sur les murailles et qui méritent bien qu’on leur ait adressé le vers : nomina stultorum semper parie-tibus insunt. Toujours les noms des sots se lisent sur les murs. Ces caractères-ci qui ont été tracés avec un pinceau et en vermillon ont généralement 4 à 5 pouces de longueur. Ils m’ont paru mériter quelqu’attention parce qu’il me semble qu’ils nous donnent l’idée de la manière dont les Romains formoient leurs lettres cursives. En voici quelques imitations prises de divers endroits de Pompéii indifféremment :

  • 7 Description des fouilles de Pompéi, p. 232-33. A. Maiuri signale que la première inscription est i (...)

7

12Le désir que ces voyageurs ont éprouvé de voir le décor antique inaltéré correspond à la volonté de se représenter le plus justement possible les différents aspects de la vie antique. Toutefois, le caractère exceptionnel de ce voyage dans le temps, n’échappe pas aux visiteurs, et suscite même, en eux, vertige et fascination.

13Lalande a sans doute décrit, dans son édition de 1769 le temple d’Isis avec détachement, voire dédain ; mais, à la suite de sa description, quelques lignes témoignent, fugitivement, de l’émotion éprouvée :

  • 8 Voyage d’un Français en Italie…, éd. 1769, VII, p. 209.

« Quelque peu considérable que soit l’objet, c’est une chose bien singulière et bien curieuse que de se retrouver ainsi dans le milieu d’un Temple romain, bâti il y a 1700 ans, devant les mêmes autels où ces maîtres du monde ont sacrifié, environné des mêmes objets ; et d’y retrouver tout à la même place, dans le même ordre, sans que la forme, la matière, la situation de toutes les parties aient éprouvé le moindre changement ; cette lave du Vésuve a été un préservatif heureux contre l’injure des temps et le pillage des Barbares »8.

14Les lieux communs du temps, les expressions banales destinées à traduire l’impression que produissent les ruines (« la magnificence des Romains » la « puissance des Conquérants du monde ».. .) ne sont pas réutilisables ici, car les voyageurs, nous l’avons vu, n’ont trouvé ni grandeur, ni magnificence en ces ruines. Ces cités ne répondent pas aux idées qui ont cours sur Rome et les Romains. Le « tout est petit ici » exprime une certaine déception, tout en soulignant l’effacement de l’auteur, qui s’en tient à la description de ce qu’il a vu.

15Les correspondances véritables laissent un peu mieux transparaître la personnalité de leur auteur. Ch. de Brosses, par exemple, évoque ce qu’il a ressenti, mais sans insister. L’essentiel n’est pas l’auteur, mais l’objet regardé ; n’est pas l’émotion éprouvée, mais la connaissance nouvelle que peut procurer cet objet.

16Madame du Bocage, quant à elle, montre beaucoup plus de spontanéité : la « sensibilité » n’est-elle pas considérée comme l’apanage du « sexe faible » ? Elle relate sa visite en termes de plaisir et de déception, et insiste parfois tant sur ses impressions qu’elle ne décrit guère :

  • 9 Œuvres, III, p. 287.

« Quel plaisir de voir dans les peintures et sculptures antiques, les jardins, habits, attitude des gens morts depuis tant de siècles ! plusieurs ressemblent au portrait qu’en font les poètes, soit qu’ils l’aient pris des statuaires, soit que les sculpteurs et les peintres l’aient tiré des descriptions poétiques »9.

17Anne Marie du Bocage n’est d’ailleurs point la première venue. Elle tient salon, et fréquente de nombreux érudits. Ses talents littéraires lui ont valu d’appartenir à diverses académies ; elle est issue du même milieu savant que de nombreux voyageurs. Mais, poète et femme, elle peut s’autoriser plus de spontanéité, tout en bénéficiant de la compréhension du public.

PROGRÈS ET TRIOMPHE DU « SENTIMENT »

18Le ton des relations des années 1770 est très différent, et les voyageurs commencent à détailler leurs impressions. Il estiment ainsi donner une meilleure idée des ruines et de l’atmosphère des deux cités. Bergeret de Grancourt parle, dans son voyage d’Italie, de la nouvelle mode du « sentiment ». Avec un certain bon sens, il s’étonne des effusions de ses contemporains qu’il juge exagérées. Mais lui-même reconnaît « aimer sentir » et, dans son récit, la pitié, l’extase, l’intérêt… et l’imagination tiennent une place assez importante :

  • 10 Journal de voyage…, p. 315-17.

«… On voit tous les amateurs d’antiquités s’extasier du plaisir de voir où habitoient gens il y a nombre d’années et qui furent obligés d’abandonner promptement leurs maisons. Et ceux qui ont pu se sauver ont dû voir à la place de leur ville une montagne…
Dans une maison, entr’autres, dans une chambre par bas, où sans doute on faisoit la lessive, on y voit tous les ustancils, fourneau, lavoir etc. .. ., et un tas de cendres sur lequel est le cadavre d’une femme dans la position de quelqu’un qui, après avoir cherché à se sauver de la cendre délayée qui entroit à flots partout, étoit enfin tombée à la renverse où elle étoit morte. Toute l’attitude y est parfaitement dans le mouvement qui indique tout cela, et on reste en extase sur l’espace de 1. 700 ans. De là on vous promène dans les souterrains où on voit que, peut-être, le maître de la maison, avec huit ou dix personnes, avoient cherché à se sauver et garantir, en mettant des planches devant eux pour n’être pas suffoqués, et on voit tous leurs squelettes à la suite l’un de l’autre avec une clef à la main comme espérant gagner la porte. C’est un tableau intéressant. On voit les anciennes grandes cruches pour mettre le vin, dont le vin a été chassé par cette lave et remplies de cette matière ; on voit le vin figé et ayant coulé par dessus, le long des vases ; on ne peut s’empêcher de prendre part à un événement si singulier et si affreux.
… À l’entrée de la ville on voit de grandes portions circulaires en siège de pierre, où il étoit d’usage que les allants et venants s’asseyassent en entrant pour se reposer. Il semble que les habitans vont revenir, en voyant l’entrée et cette rûe comme elle étoit et les pavés marqués des voitures, et si on veut, on se les représente se sauvant promptement et abandonnant une ville qu’ils n’ont jamais pu revoir. J’ai vu des gens plus extasiés que moy ; les uns le sont trop, d’autres pas assez. Il est permis de prendre de ce plaisir la dôse que l’on veut »10.

19Avec moins de spontanéité, La Roque fait part de la tristesse qui s’est emparée de lui :

  • 11 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 55-56.

[à Pompéi] « La vue de ceux de ces édifices ou bâtimens ainsi dépouillés des ornemens qui leur étoient propres (comme degrés, sièges et chambranles de marbre ; mosaïques, peintures et… .) ; cette vue, disons-nous, est, on ne peut pas plus triste : cependant on se promène dans ces ruines avec intérêt, et il n’est, je crois, personne qui en les parcourant, ne regrette de n’en pas avoir davantage à examiner »11.

20Jean-Marie Roland de la Platière se laisse doucement envahir par la mélancolie, lorsqu’il contemple une ruine. Le vestige, à ses yeux, inspire respect, recueillement, et invite à philosopher sur l’instabilité des choses humaines. Le style de ses lettres est beaucoup plus imagé ; il utilise plus d’adjectifs, en même temps qu’il multiplie les points de suspension et d’exclamation :

  • 12 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 233.

« Que d’hommes livrés à leurs affaires ou à leurs plaisirs, dans la sécurité ou dans l’effroi, étouffés par la fumée, ou enfouis dans la cendre, enveloppés dans une lave coulante, ou engloutis par une bouche dévorante qui s’est ouverte sous eux ! Je laisse à concilier les délices de Capoue, et les débauches de Sybaris avec tout cela »12.

21Tous ces artifices de rhétorique donnent parfois au récit un caractère grandiloquent :

  • 13 Ibid., p. 249.

« Il paroît que la nature s’est complu à embellir ce rivage de tous ses charmes, à le bouleverser et à le couvrir de toutes ses horreurs. Telle une femme jolie et capricieuse tour à tour, aime, séduit, enchante, caresse, maîtrise, gourmande, prie, conjure, ordonne, hait, adore et déchire ; toujours le Destin nous poursuit, toujours le Destin nous soumet »13.

22Roland de la Platière fait toutefois preuve d’une grande réserve à côté de Dupaty, dont la luxuriance du style, la préciosité et le sensiblerie sont assez inattendues : car il fut surtout un parlementaire militant, et un juriste spécialisé dans le droit pénal. Dans la préface de ses Lettres écrites d’Italie, il signale que son voyage est constitué par de véritables lettres, écrites sur le vif ; il sollicite l’indulgence du lecteur :

  • 14 Lettres écrites d’Italie…, I, p. VII.

« On reprochera peut-être à l’auteur d’avoir écrit plusieurs endroits avec un certain enthousiasme, avec sensibilité ; mais souvent il a écrit en présence même des objets, et il a le malheur de sentir »14.

23Utile avertissement ! Les extraits suivants parsèment le récit de sa visite à Pompéi ; on est tenté d’oublier que l’auteur est un légiste de profession :

« Je suis tout étonné de me promener de maisons en maisons, de temples en temples, de rues de rues (sic), dans une ville bâtie, il y a deux mille ans, habitée par des Romains, exhumée par un roi de Naples, et parfaitement conservée ; c’est-à-dire, Pompéia.
…J’aime ces deux trottoirs, qui règnent le long des maisons. Où sont donc allés tous les habitans ? On ne voit personne dans les boutiques ! personne dans la rue ! toutes les maisons sont ouvertes !

24… Qu’est-ce que j’aperçois dans cette chambre ? Ce sont dix têtes de morts. Les malheureux se sauvèrent ici, où ils ne purent être sauvés. Cette tête est celle d’un jeune enfant : son père et sa mère sont donc là ? Remontons : le cœur, ici, n’est pas à son aise.

25… [au temple d’Isis] Pourquoi ces deux portes, aux deux coins de l’autel ? J’entends ! C’est par là que les imposteurs se glissoient, pour aller, entre l’autel et la muraille, faire parler la divinité. On t’a donc toujours trompé, pauvre peuple. Viens voir comme ils ont soupé hier à tes dépens. Le couvert n’est pas encore ôté ; il ont mangé des œufs frais ; ils ont bu de bon vin.

26. .. On ne m’a pas trompé. La maison de campagne d’Aufidius est charmante ; les peintures à fresque sont délicieuses. Que ces fonds bleus sont piquans ! Avec quelle économie, et par conséquent quel goût on a distribué les figures dans les panneaux ! Flore elle-même a tressé cette guirlande »…

27et l’auteur a cette naïve conclusion :

  • 15 Ibid., II, p. 275-84.

« Je ne sais si je vous ai donné une idée de Pompeia »15.

28Ce ton peut paraître aujourd’hui assez caricatural ; tel n’était pas le cas à l’époque, car le livre de Dupaty a connu un succès immédiat : on compte trois éditions et onze réimpressions françaises entre 1788 et 1829.

  • 16 Lettres écrites de Suisse…, II, p. 238.

29Bergeret de Grancourt regarde, narquois, les voyageurs s’extasier plus que de raison. Roland de la Platière adopte une attitude nettement plus nuancée : il est, tout à la fois, un voyageur curieux et attentif, qui déclare que : « L’homme est sur la terre pour s’instruire, non pour y végéter » et qu’« une vie sans curiosité et sans instruction est une mort anticipé »16 ; et un voyageur sensible, réceptif aux impressions.

30Dupaty s’abandonne, comme ses contemporains, à ses émotions avec enthousiasme et délectation. Pour lui, voyager, c’est éprouver de nouvelles sensations, acquérir une expérience nouvelle de soi.

31Un tel voyageur est, finalement, peu ouvert sur le monde extérieur. Sa sensibilité peut paraître exagérée : quelle est la part de la mode dans ces démonstrations affectées ? Dupaty partage sa sensiblerie avec bien de ses contemporains, déjà romantiques : si la recherche d’émotions, de la mélancolie, de l’extase, peut définir un des aspects de l’esprit romantique.

32La vision de l’antiquité de ces voyageurs « fin de siècle » s’en trouve renouvelée : car l’antiquité n’est plus ni source de modèle, ni l’objet d’étude et de connaissance. Elle devient prétexte à flânerie, évasion, rêverie.

Notes

1 Journal de voyage…, p. 207.

2 Analyse du voyage pittoresque…, p. 24-25.

3 Lettres écrites de Suisse…, II, p. 225.

4 Voyage d’un Français en Italie.., (éd. 1786) VII, p. 556. Stendhal commente ainsi le style de Lalande : « Le froid exact et complet de Lalande est ce qu’il nous faut. Il indique tout et, comme il ne sent rien, il ne gâte pas les sentiments que Saint-Pierre ou la position de Florence peuvent nous donner» (Œuvres intimes, lettre à sa sœur du 9 mars 1811, éd. de la Pléiade, p. 1001).

5 Description des fouilles de Pompéi, p. 241. Pierre Barrière, dans l’introduction à la Description, a loué ce souci de précision et cette volonté d’objectivité dont fait montre Latapie : « Destinée à des hommes qui s’intéressaient à l’archéologie, dont beaucoup possédaient un cabinet, elle (cette Description) a un caractère absolument technique et documentaire ; toute littérature, toute émotion même en est absente» (p. 224).
Selon G. Fiorelli, il y a eu beaucoup moins de victimes : 22, probablement.

6 Saint-Non, Voyage pittoresque…, II, p. 140.

7 Description des fouilles de Pompéi, p. 232-33. A. Maiuri signale que la première inscription est incomplète, la seconde, fausse, et la troisième probablement exacte. Il est tout de même remarquable qu'on ait pu reconnaître des inscriptions transcrites de mémoire.

8 Voyage d’un Français en Italie…, éd. 1769, VII, p. 209.

9 Œuvres, III, p. 287.

10 Journal de voyage…, p. 315-17.

11 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 55-56.

12 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 233.

13 Ibid., p. 249.

14 Lettres écrites d’Italie…, I, p. VII.

15 Ibid., II, p. 275-84.

16 Lettres écrites de Suisse…, II, p. 238.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540