Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

Observations relatives à la catastrophe

Texte intégral

1L’anéantissement d’Herculanum et de Pompei, dévastées par une pluie de cendres et de ponces, englouties par des flots de laves incandescentes a, aux yeux des voyageurs, un caractère apocalyptique. Fascinés par ces images de destruction, ils cherchent, en étudiant les ruines, à se représenter la fin des deux cités, et ce qui fut, dans leur imagination, la fin d’un monde. De leurs observations, il ressort que Pompéi et Herculanum ont été touchées différemment par la tragique éruption de l’an 79.

Deux cités différemment touchées

2Les premières constatations concernent le nombre des morts : très important à Pompéi, où il est arrivé qu’on trouve tous les jours des ossements ; on en a découvert dans la rue, dans le temple d’Isis, dans le camp des soldats et sourtout, dans les caves ou cryptoportiques des maisons :

  • 1 La Roque, Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 65. Il s’agit toujours des ossements des habitant (...)

« On a également trouvé nombre de crânes et d’ossemens humains ; tristes restes d’autant d’infortunés qui, vraisemblablement auront cru échapper au péril en se réfugiant sous ces voûtes dont ils estimoient avec raison la solidité : d’autres ossemens, en plus grand nombre encore, ont été ramassés près et en dedans de la porte de clôture, qu’ils ne purent ou n’eurent point le temps de franchir »1.

3À Herculanum, en revanche, l’on n’a guère trouvé de squelettes ; c’est que, pense-t-on, les habitants ont probablement eu le temps de fuir :

  • 2 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 95.

« Cette matière (la cendre) ne couvrit que peu à peu la ville d’Herculanum, et laissa aux habitans toute liberté de s’enfuir ; car depuis le temps que l’on fouille, à peine y a-t-on trouvé une douzaine de squelettes, il y avoit même fort peu d’or et d’effets précieux, si ce n’est de ceux qu’il étoit difficile d’emporter »2.

4Force est donc de conclure que l’éruption fut beaucoup plus brusque dans les environs de Pompei. Un autre détail confirme que ces deux cités ont été différemment touchées : ce ne sont pas les mêmes matériaux volcaniques qui les recouvrent. Leur épaisseur, comme nous l’avons vu précédemment, varie aussi.

5À Herculanum :

  • 3 Ibid., p. 95 et 97.

« On trouve ses bâtiments à 68 pieds sous terre, dans l’endroit où est le théâtre, et à 101 pieds sous terre du côté de la mer et du château du Roi. Le massif dont elle (la cité) est recouverte est une cendre fine, grise, brillante, qui, mêlée avec de l’eau, a fait un composé que l’on brise quoique avec peine, et qui tombe en poussière... le ciment que cette cendre a formé avec l’eau, est devenu si compact, et dans la suite a si bien garanti de l’humidité tout ce qu’il environnoit, qu’il a empêché la fermentation, et qu’il a conservé les couleurs mêmes des peintures, que les acides et alkalis auroient rongés partout ailleurs »3.

6À Pompéi :

  • 4 Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 206.

« Les cendres ne semblent être qu’un sable mêlé d’argile torréfiée. Leur peu d’adhérence permet d’en séparer les parties avec beaucoup de facilité, à quelque profondeur qu’on fouille, et avec le plus léger instrument : la main seule y pourroit suffire »4.

7À Pompéi, Latapie ne se contente pas d’une analyse superficielle du sol volcanique ; il effectue des sondages, et définit ainsi plusieurs étages de roches volcaniques, d’âge différent ; il consacre un paragraphe entier à leur présentation :

  • 5 Description des fouilles de Pompéi, p. 241-43. Latapie a procédé ici à un des tout premiers essais (...)

« REMARQUES SUR LE SOL DE POMPÉII »
« Toutes les matières volcaniques lancées par le Vésuve et sous lesquelles fut ensevelie la ville de Pompéii lors de la fameuse éruption de 79 peuvent se réduire (du moins selon ce que j’ai observé) à 5 espèces principales relativement à leurs différences extérieures.
— 1°) Une terre volcanique formée de cendres et de ponces et devenue propre à la végétation par la culture et l’action de l’air.
— 2°) Des cendres impalpables et tout à fait semblables aux cendres ordinaires de nos foyers. Il y en a qui sont d’un grain assez grossier, quelquefois aussi l’humidité dont elles ont été pénétrées en a formé de petits globules assez compactes, mais qui ne peuvent être confondus avec les ponces de même volume.
— 3°) Des pierres ponces d’un gris blanchâtre, très poreuses, très légères et très friables, depuis la grosseur d’un grain de sable jusqu’à celle d’un pain d’une livre, et quelquefois davantage.
— 4°) Des pierres ponces d’un rouge plus ou moins noirâtre, et moins légères que les premières quoique leurs pores soient plus sensibles ; elles sont d’ailleurs si dures qu’il est difficile de les briser sous le marteau.
— 5°) Une véritable lave c’est à dire une matière volcanique très dure, très compacte, à demi vitrifiée, et qui a été en fusion. Les déblais de Pompéii à commencer du sol de l’ancienne ville m’ont présenté généralement 5 couches principales qui indiquent naturellement l’ordre dans lequel les matières lancées par le Vésuve couvrirent tout cette partie orientale du golfe de Naples.
— I) Sur le sol antique une couche forte (Note : ce que j’appelle couche forte est depuis 3 pieds jusqu’à 5 et 6 pieds d’épaisseur) de ponces de la 3e et de la 4e espèce déjà indiquées, et mélées de morceaux de lave depuis la grandeur d’une lentille et même au dessous jusqu’à celle de la tête d’un homme et de forme très irrégulière. Cette couche varie d’épaisseur ;
— II) Une couche épaisse de cendres grossières et mélées de petites ponces de la3e espèce, mais en petite quantité.
— III) Une couche légère de 2 et 3 pouces d’épaisseur de ponces de la 3e espèce. Elles sont presque toutes de la grosseur d’une noisette et sont connues dans le pays sous le nom spécifique de rapilli (Note : mot qui vient de lapilli, petites pierres). Leur adhésion est si faible qu’il ne faut presque que les toucher pour les faire rouler par milliers du fond d’une voûte.
— IV) Une couche forte de cendres fines, où l’on trouve dispersées de petites ponces. Ce furent ces cendres de toute espèce qui jouèrent ce me semble le plus grand rôle dans le désastre de Pompéii et des pays voisins par leur extrême ténuité qui les rendoit propres à remplir exactement les plus petits vuides, et à intercepter parfaitement la communication de l’air. Leur effet moins redoutable en apparence que celui d’une lave très pesante et très brûlante fut cependant bien plus terrible, parce qu’il étoit inévitable, et qu’elles tombèrent tout à coup comme une pluye qui embrassoit plusieurs milles d’étendue ; au lieu que les éruptions de la lave ont une direction unique et une largeur déterminée peu considérable. Aussi les habitants d’Herculanum eurent-ils le temps de se sauver, pendant qu’une grande partie de ceux de Pompéii périrent presque subitement selon toute les apparences. Il y a 4 ou 5 ans que Naples pensa éprouver le même sort [en 1767, probablement]. Les cendres avoient déjà couvert en 24 heures toute sa surface, et celle des campagnes voisines à quelques palmes de hauteur, de sorte que les Napolitains étoient dans de mortelles allarmes. Par bonheur un vent très violent chassa les cendres vers la Calabre, et il y en eut qui furent portées comme un nuage jusqu’à Lecce et à Tarente, c’est à dire à plus de 100 lieues de distance.
— V) Une couche végétale (indiquée espèce I). Celle-ci a généralement 4 à 5 pieds d’épaisseur et les vignes, les arbres et les légumes y croissent vigoureusement quoiqu’elle ait été formée de cendres et de très petites ponces en grande partie, on peut y remarquer encore dans toute l’échelle de sa profondeur des morceaux des autres espèces qui n’ont presque point encore éprouvé d’altération »5.

8Bergeret de Grancourt, qui n’est pas capable, comme Lalande ou Roland de la Platière, de décrire si précisement ce qu’il voit, fait preuve d’intuition en écrivant que Pompéi a été « enseveli » et Herculanum « englouti » :

  • 6 Journal de voyage…, p. 314 et 318-19.

« Cette ville [Pompéi] avoit été ensevelie il y a environ 1700 ans à la suite d’une éruption du Vésuve par une abondance de cendres, d’eau, et de petites pierres de ponce... ».
« Cette ville [Herculanum] avoit été engloutie, bien différemment que Pompeia, par une vraie lave, matière fondue composée de pierres, de terre, de matière férugineuse et cuite au point de conserver sa fusion et la plus grande chaleur jusqu’à deux lieues. Cette matière s’est insinuée dans tous les intérieurs de la ville et est restée en mastic le plus dur et le plus impénétrable. Elle a brûlé tout ce qu’elle a rencontré à son passage et n’a laissé aucun vuide »6.

9À la différence de Pompei, Herculanum a disparu sous une coulée de laves. Peut-on en estimer la vitesse et la force ? L’observation des murs peut fournir un premier élément de réponse : ils sont restés verticaux ; il ne semble pas qu’un tremblement de terre ait accompagné l’éruption :

  • 7 Ch. de Brosses, Lettres sur l’état actuel…, p. 27-28.

« Après être sorti de mon souterrein, mon plus grand étonnement fut d’avoir vû qu’Herculée et le bourg, qu’on avoit postérieurement rebâti par-dessus, avoient été purement couverts et enterrés : que l’amphithéâtre et les murailles gardoient dans la plupart des endroits une situation à peu près perpendiculaire ; ou du moins qu’elles n’étoient inclinées que du côté de la mer ; en telle sorte que la ville ne paraissoit ni avoir été beaucoup secouée par un tremblement de terre, ni abîmée ou engloutie, comme on l’auroit crû d’abord ; mais seulement poussée par le poids des terres que le Vésuve avoit fait ébouler, et ensevelie sous la quantité de matières qu’il avoit vomies de son gouffre »7.

10Fougeroux de Bondaroy fait la même constatation :

  • 8 Recherches sur les ruines…, p. 20.

« Les murailles ont peu perdu de leur aplomb ; celles qui s’inclinent penchent du côté du midi »8.

Le bois

11Le bois, retrouvé à Herculanum, mais absent à Pompéi, fournit également des indications : les deux cités n’ont point brûlé pareillement. Les premiers morceaux en furent découverts à Herculanum dès les premiers travaux. Le président de Brosses en a vu dans des maisons particulières, il en a observé et manié :

  • 9 Lettres sur l’état actuel. .., p. 76.

« Les bois de charpente ont parfaitement conservé leur forme extérieure : mais ils sont noircis et luisants : dès qu’on les touche ils tombent en pièces, et on y distingue assez bien les fibres et les veines, pour reconnoître l’espèce du bois »9.

12Certains de ces voyageurs sont aussi des hommes de science ; ils ne se contentent pas de l’observation et de la description ; étonnés par la présence de bois dans une cité consumée, ils émettent des hypothèses. Comment ce bois a-t-il pu se conserver et ne pas tomber en poussière ?

13Fougeroux de Bondaroy estime que ce bois n’est pas consumé mais pourri :

  • 10 Recherches sur les ruines…, p. 28.

«... mais on sçait que les bois qui sont restés pendant des siècles en terre ou sous l’eau, deviennent très noirs, et qu’ils acquièrent une grande dureté, tandis que d’autres perdent toute consistance. C’est dans cet état que se trouvent ceux d’Herculanum, qui sont en charbon gras, et non en cendre : peut-être qu’ils n’ont point été consumés, parce qu’ils se sont trouvés ensevelis dans des cendres brûlantes, où ils n’ont pu avoir communication avec l’air »10

14Pour Lalande, le bois a bel et bien brûlé, mais sans feu :

  • 11 Voyage d’un Français en Italie.. ., (éd. 1769) VII, p. 95.

« Cette poussière étoit encore brûlante lorsqu’elle tomba, car l’on trouve les portes et autres bois de la ville réduite en une espèce de charbon... Dans les maisons où la lave n’avoit pas pénétré, tout est rôti et réduit en charbon sans être consumé ; tels sont les livres, qui étoient d’écorce et qu’on a trouvés en grand nombre, le bled, l’orge, les fèves, les figues, le pain même en entier, tout cela a été réduit en charbon, sans que la lave y ait touché, et par la seule chaleur qu’elle communiquoit à l’air environnant »11.

15L’abbé Richard est du même sentiment :

  • 12 Description historique et critique.., IV, p. 435.

« Les cendres, les ponces, les pierres brûlées, les sables ardents, s’accumulèrent assez promptement sur cette malheureuse ville, non seulement pour conserver longtemps leur chaleur, mais encore pour la communiquer à un très haut degré à tous les effets qui étoient dans les maisons ; puisque dans les appartemens où l’espèce de lave, ou de liquide enflammé (…) n’a pas pénétré, on a trouvé le pain, les fruits, les bois, plusieurs volumes en rouleaux, échauffés au point d’avoir été réduits en charbon, mais sans avoir changé de forme, et par conséquent sans avoir été exposés à l’action du feu »12.

16Roland de la Platière, quant à lui, prélève un échantillon à Herculanum :

  • 13 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 247.

« On trouve de grosses pièces de bois, comme des poutres réduites en charbon qui se coupe comme du fromage mou. J’en emporte un morceau, ainsi que la lave qui les environne »13.

17Lors de sa visite à Pompéi, qui précédait celle d’Herculanum il avait noté :

  • 14 Ibid., p. 210.

« Il n’existe de bois nulle part : la charpente des couvertures, le plancher, les portes, les fenêtres, les meubles... ; tout cela s’est consumé peu à peu par la chaleur du Vésuve »14.

18Pompéi et Herculanum n’ont donc point été touchées de la même manière, par la même éruption. Cette observation étonne. Au XVIIe siècle, avec le réveil du Vésuve, on connaît les éruptions, mais une pluie de cendres susceptible de faire disparaître une cité entière est tout à fait exceptionnelle : les éruptions répétées et souvent dangereuses du XVIIIe siècle ne sont rien par rapport à la catastrophe de l’an 79. Les exemples de Pompéi et d’Herculanum permettent aux voyageurs de constater l’importance, les aspects et les effets variés d’une même éruption.

Éléments d’une histoire du Vésuve

19L’éruption du Vésuve, en 79, la première connue historiquement, est-elle la première manifestation de ce volcan ?

20Non, répond Lalande, car les Romains ont déjà utilisé du matériel volcanique ; les chaussées d’Herculanum en témoignent :

  • 15 Voyage d’un Français en Italie…, éd. 1769, VII, p. 103.

« On reconnoît cependant que toutes les rues d’Herculanum étoient tirées au cordeau, et avoient de chaque côté des parapets ou trottoirs pour les gens de pied, comme il y en a dans les rues de Londres ; elles étoient pavées de laves toutes semblables à celles que jette actuellement le Vésuve »15.

21Il en est de même des édifices de Pompéi :

  • 16 Ibid., p. 211.

« J’ai remarqué sans peine dans les bâtimens de Pompeia beaucoup de laves pierreuses et vitrifiées dont est pavée la via Appia, et qui prouvent évidemment des éruptions plus anciennes que celle de l’an 79 »16.

22Latapie fait la même remarque et l’étaie, de plus, d’une véritable démonstration :

  • 17 Description des fouilles de Pompéi, p. 243.

« Quant au sol antique de Pompéii il est de la même nature que celui des environs de Naples, c’est à dire complètement volcanique. À quelque profondeur qu’on creuse, on trouve toujours de la lave et des pierres ponces très brûlées ; ensuite une couche de terre volcanique alternativement ; jusqu’à ce qu’enfin ce n’est plus qu’un tuf, mais toujours mêlé de ponces jusqu’au niveau de la mer. Preuve démonstrative du grand nombre d’éruptions du Vésuve qui avoient existé avant la première dont les auteurs anciens aient fait mention, et combien notre histoire la plus reculée n’est que d’hier comparée à celle de la Nature. J’ai déjà observé que le pavé de Pompéii n’étoit que de la lave, et que les maisons ont été construites en grand partie de la lave et des pierre ponces de l’espèce la plus dure. Ainsi il n’est pas douteux que ce terrein-là ne soit une production du Vésuve depuis le niveau de la mer jusqu’à la surface actuelle du sol, ainsi que toute cette partie si fertile de la Campanie qui s’étend depuis les monts Tifatins derrière Capone et le magnifique château de Caserte jusqu’à la mer »17.

23Le président de Brosses, lorsqu’il descend dans le puits qui mène aux fouilles d’Herculanum, observe, sur les parois, la chronologie des éruptions : des restes d’habitations sont encore visibles entre deux couches de laves :

  • 18 Lettres sur l’état actuel…, p. 5.

« Entre Herculée et le sol extérieur, on aperçoit quelques restes d’une autre petite ville rebâtie autrefois au-dessus de celle-ci, et de même couverte par de nouveaux dégorgements du Vésuve... Les ruines du second bourg ne me parurent pas occuper beaucoup d’espace, ni rien contenir de curieux, ou peut-être n’y fis-je que peu d’attention »18.

24Que s’est-il passé en 79 ? Prudents, les voyageurs se limitent pour la plupart aux constatations que nous venons de présenter. Mais l’abbé Richard propose une audacieuse théorie : celle d’une sorte de « liquéfaction » du volcan, en 79 : selon lui, le Vésuve a déversé un volume de laves beaucoup plus important que son volume actuel. Il faut douc supposer — supposition par ailleurs exacte — que le Vésuve au XVIIIe siècle est beaucoup moins élevé qu’il ne le fut au Ier siècle. Mais il remarque que la lave qui recouvre Herculanum est de nature très différente des matériaux qui composent le cône volcanique :

  • 19 Description historique et critique…, IV, p. 443.

« Pourquoi donc vouloir absolument qu’il soit sorti du Vésuve cette quantité prodigieuse de matières, qui forme à une très grande profondeur tout le terrein de Portici et des environs ? C’est vouloir trop en tirer, d’autant plus que ce terrein et la lave d’Herculanum ne ressemblent presqu’en rien aux matières du Vésuve »19.

25Qu’est-ce que la lave d’Herculanum ? et que s’est-il passé ? L’éruption s’est déroulée en deux temps : l’explosion première et la pluie de cendres ; la coulée résultant d’une cassure de la montagne, qui entraîne avec elle une partie du volcan, ainsi diminué. Dans la description des événements, notons la part que l’auteur fait au naphte ou pétrole, et l’importance de l’eau : dans l’esprit des hommes du XVIIIe siècle, sa présence est nécessaire pour qu’il y ait éruption, car, sous terre, elle fait fermenter les minéraux :

  • 20 Ibid., p. 440-41.

« Cette masse qui recouvre la ville d’Herculée et le pays voisin, et que l’on appelle « lave d’Herculanum », pour la distinguer de celles qui ont coulé depuis du Vésuve, est un composé de cendres grises et d’un sable fin que l’humidité a mis en masse, de parties minérales, et cristallisées, qui ressemblent à des marcassites, mêlées d’une poussière ou sable noir qui y domine, parmi lesquelles on reconnoît encore des soufres, des sels et quelques pierres brisées. La croûte ou lit supérieur qui recouvre Herculanum et qui est si dure qu’on ne peut la briser qu’à coups de pics et de marteaux, est principalement composée de ces matières plus brunes, et c’est ce qui lui a fait donner le nom de lave par quelque analogie avec ces torrens enflammés qui ont coulé nouvellement du Vésuve, et qui, en se refroidissant, acquièrent tant de dureté.
Or le sable, les minéraux, les sels, les soufres, les pierres qui se trouvent dans cette couche dure et épaisse entroient dans la composition de la montagne même ; il n’est plus question que de sçavoir ce que c’est que cette terre ou sable noir qui y domine et paroît unir toutes les autres matières ensemble ? Le Père della Torre prétend que c’étoit une espèce de naphte, ou de pétrole, qui, comme on le sçait, est une substance liquide, inflammable, très pénétrante et fort divisible. La montagne de la Somna en devoit avoir alors une très-grande quantité ; il y avoit encore plusieurs sources d’eaux vives qui sortoient de cette montagne ; le Sebeto, dont les anciens auteurs parlent comme d’une rivière considérable, n’est plus aujourd’hui qu’un ruisseau qui se fait remarquer à peine dans les environs de Naples au Nord. Elle avoit sa source au pied du Vésuve ; la tradition est que les tremblemens de terre de 79 furent si forts, que cette rivière disparut entièrement, on la crut même perdue ; elle reparut enfin à l’endroit appellé aujourd’hui ‘la Bolla’ ; mais fort diminuée.
N’est-il pas très possible que ce naphte ou toute matière inflammable, portée alors à très-grand degré d’effervescence, mêlée de soufres, de pierres et de minéraux fondus, se soit élevée jusqu’au dessus du crater, qui, épuisé par l’éruption précédente, n’aura pu résister au poids de ces matières, fort augmenté encore par les eaux des sources voisines qui s’y joignirent, même par celle du Sebeto, qui entraînèrent la partie méridionale de la montagne, divisée, foudue, liquéfiée, et la répandirent sur toute la campagne voisine, et jusque dans la mer même. Tout le pays fut couvert d’un liquide enflammé qui y porta le ravage et la désolation »20.

26C’est la présence de cette eau au moment de la catastrophe qui explique que les bronzes et métaux n’aient pas fondu :

  • 21 Ibid., p. 445.

« Comme ce liquide (la lave) étoit mêlé de beaucoup d’eau, il ne brûla ni ne fondit les marbres et bronzes qu’il entoura (Note : on a trouvé dans les ruines d’Herculanum, des bronzes fondus en partie ; ce qui n’a pu se faire que par quelques incendies locaux, occasionnés par la qualité même des matières enflammables qui se sont trouvées rassemblées, et dont la chaleur concentrée dans un petit espace aura été assez forte pour mettre le bronze même en fusion. Ce qui ne peut avoir duré longtemps et s’est peu étendu ; à en juger par les pièces fondues en partie, que l’on a trouvées en divers endroits) »21.

27Ainsi s’explique-t-on l’état de conservation dans lequel on a trouvé les objets, les maisons et la ville même d’Herculanum.

28La théorie de l’abbé Richard sur l’explosion de 79 est assez originale. Elle aboutit à supposer que le Vésuve, ayant, à cette époque, épuisé toutes les matières inflammables qu’il renfermait, ne fut plus, par la suite qu’un volcan inoffensif. Même les éruptions du XVIIIe siècle sont ainsi de peu d’importance : ce ne sont que les passagères manifestations d’un volcan épuisé.

Notes

1 La Roque, Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 65. Il s’agit toujours des ossements des habitants de la « de campagne ».

2 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 95.

3 Ibid., p. 95 et 97.

4 Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 206.

5 Description des fouilles de Pompéi, p. 241-43. Latapie a procédé ici à un des tout premiers essais de stratigraphie fondée sur des sondages.

6 Journal de voyage…, p. 314 et 318-19.

7 Ch. de Brosses, Lettres sur l’état actuel…, p. 27-28.

8 Recherches sur les ruines…, p. 20.

9 Lettres sur l’état actuel. .., p. 76.

10 Recherches sur les ruines…, p. 28.

11 Voyage d’un Français en Italie.. ., (éd. 1769) VII, p. 95.

12 Description historique et critique.., IV, p. 435.

13 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 247.

14 Ibid., p. 210.

15 Voyage d’un Français en Italie…, éd. 1769, VII, p. 103.

16 Ibid., p. 211.

17 Description des fouilles de Pompéi, p. 243.

18 Lettres sur l’état actuel…, p. 5.

19 Description historique et critique…, IV, p. 443.

20 Ibid., p. 440-41.

21 Ibid., p. 445.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540