Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

Considérations sur la cité antique

Texte intégral

L’observation des édifices

1D’après les textes que nous avons précédemment cités, il ressort que les voyageurs ont une vision traditionnelle des monuments. Ils comparent implicitement le théâtre qu’ils regardent, aux théâtres romains connus. Les visiteurs prennent des mesures ; évaluent la capacité ; observent l’agencement des ordres — dorique, ionique, corinthien —, et passent en revue, les uns après les autres, les éléments communs à tout théâtre : les gradins, la scène, le mur de scène etc… Enfin, ils apprécient l’ensemble : l’édifice « classique », conforme aux canons de Vitruve, est jugé « élégant », « plein de magnificence » ; l’édifice sobre est dit « sévère » ; l’édifice déroutant est déclaré « décadent ». Tous ces jugements ont un caractère qualitatif. Il est rare qu’on leur rattache des considérations chronologiques.

2La découverte de la Grèce, dans la seconde moitié du siècle, a quelque peu modifié cette vision. On a pris plus nettement conscience de la succession chronologique des trois styles, et même de l’évolution de chacun d’eux, révélée par Le Roy dans ses Ruines des plus beaux Monumens de la Grèce (Paris, 1758). De la sorte, si l’analyse historique s’améliore, l’art romain se trouve déprécié par rapport à l’art grec. Les Romains ne sont plus désormais considérés que comme des imitateurs. Le génie appartient aux seuls Grecs.

3Il existe, à Pompéi, à côté du quartier des théâtres, un temple dorique. Voici la description qu’on en trouve dans le Voyage Pittoresque :

  • 1 Saint-Non, Voyage pittoresque…, II, p. 134-35. Il s’agit du temple grec archaïque.

« L’on ne peut au reste douter que ce monument ne fût d’une beaucoup plus grande antiquité, que tous les autres edifices de Pompéii : sa construction étoit plus élevée, plus imposante ; et même d’après les dimensions de ce qui est resté des colonnes qui l’entouraient, il devoit être d’une proportion noble, majestueuse, et rentrait beaucoup dans le style des anciens temples grecs nommés périptères »1.

4Les monuments d’Herculanum n’étaient guère descriptibles. Il n’en est pas de même pour Pompéi. Certes, la plupart des visiteurs n’ont pas pu voir les monuments entièrement dégagés. Néanmoins, à leurs yeux, les édifices de Pompéi ne sont pas assez imposants pour satisfaire aux canons d’une « romanité » idéale. Les vestiges y sont trop petits. Dans le Voyage Pittoresque, il est pourtant remarqué avec bon sens, que la petitesse a permis une meilleure conservation des monuments qui, plus grands et plus lourds, se seraient écroulés plus vite :

  • 2 Ibid., p. 136.

« À Pompeii, la plus grande partie des édifices qu’on y a découverts, étant d’une très petite proportion, et très peu élevés, ont été beaucoup mieux conservés »2.

  • 3 Comme le remarque J. Lalande, à propos du temple d’Isis, cf. supra, p. 59.

5Ces vestiges manquent de « magnificence » et, de plus, les voyageurs relèvent que la construction n’est pas de bonne qualité. Au théâtre d’Herculanum, au moins, colonnes et revêtements étaient de marbre. À Pompéi, le marbre utilisé au temple d’Isis n’est pas de premier choix3 et, la plupart du temps, les colonnes ne sont pas même de mauvais marbre, mais de stuc.

6Roland de la Platière manifeste un certain dépit lors de sa visite du « Camp des Soldats » :

  • 4 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 207.

« Les colonnes sont en maçonnerie de laves, de ponces, de mabri, de terre durcie ; le tout médiocrement lié avec une terre délayée qui remplit les interstices, et recouvert d’une espèce de stuc, dur, lisse, et le plus ordinairement peint. Ainsi sont construits les murs de la plupart des bâtiments découverts de cette ville ! »4.

7Il s’attache à bien observer les matériaux utilisés par les Romains dans leurs constructions ; un peu plus loin, dans un temple, il regarde le pavé de mosaïque

  • 5 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 208.

« et quelques colonnes dont j’ai brisé des morceaux avec efforts. Elles ne m’ont paru construites que de pouzzolane délayée, comprimée, battue, durcie et crépie de ciment »5.

8Les voyageurs voient en Pompéi une petite ville sans ressources, tandis qu’Herculanum leur paraît nettement plus prospère. Cette impression leur semble confirmée par le nombre limité des fresques et œuvres d’art que l’on a trouvé dans Pompéi à cette époque.

Réflexions sur l’habitat romain

9La cité n’en constitue pas moins un ensemble digne d’intérêt, avec ses nombreuses maisons individuelles et boutiques qu’on y peut visiter. À Herculanum, il n’était guère possible d’effectuer des observations plus précises que celles qu’a faites le président de Brosses :

  • 6 Lettres sur l’état actuel…, p. 75.

« On a vuidé les décombres de quelques autres maisons particulières, où l’on a remarqué en général, que les escaliers sont étroits, et à une seule rampe toute droite… que presque toutes les maisons ont une petite galerie pavée de mosaïques, et peinte en grotesques sur fond rouge… »6.

10À Pompéi, en revanche, les visiteurs peuvent se promener dans les ruines de quelques maisons particulières. Ces maisons comptent d’ailleurs parmi les vestiges les plus intéressants, si l’on en croit Latapie :

  • 7 Description des fouilles de Pompéi, p. 234.

« Chacune des maisons qu’on a nettoyées a quelque chose de particulier et d’intéressant. Mais il faut convenir de bonne foi que l’intérêt que tous ces monumens inspirent vient moins de leur beauté que du spectacle rare qu’ils présentent aux amateurs de l’antiquité, car il n’existe encore nulle part rien de semblable, et Rome elle-même n’a rien en ce genre qu’on puisse comparer à la petite ville de Pompéii, quoique la plupart des maisons découvertes jusqu’à présent le long de cette rue fussent très ordinaires, et presque toutes des boutiques où l’on a trouvé quantité de petits meubles à l’usage des anciens »7.

11Il décrit plus précisément deux d’entre elles. La maison du chirurgien, qui doit son nom à la découverte d’instruments chirurgicaux, exposés à Portici. Latapie recherche le lieu exact où se trouvaient ces instruments, et tente de reconstituer la distribution des pièces, et l’organisation de la maison d’un médecin romain :

  • 8 Ibid., p. 235. La maison du chirurgien (cf. plan des fouilles de Pompéi, n. 10), avec sa façade sé (...)

« Parmi les maisons les plus remarquables de la rue est celle qui paroît avoir appartenu à un chirurgien, par la collection à peu près compiette d’instrumens de chirurgie qu’on a trouvés dans une petite chambre au fond et que j’ai considérés avec plaisir au muséum de Portici. Ces instrumens sont une découverte qui peut devenir excellente pour l’éclaircissement de certains passages obscurs de Celse, d’Arétée, et des autres auteurs anciens qui ont écrit sur les matières chirurgicales. Cette chambre ainsi que les autres de la même maison est voûtée et ornée d’arabesques très joliment dessinées. La cour est petite et pavée en mosaïque, avec le réceptacle quarré au milieu destiné à l’écoulement des eaux. On voit encore à l’entrée de la porte, sur le seuil, mais en dedans les petits cylindres creux de fer sur lesquels portoient les gonds. Ils ont environ 2 pouces 1/2 de diamètre. L’entrée est assez étroite et bordée de petites chambres destinées sans doute aux esclaves qui fesoient la fonction de portiers. Les autres pièces sont aussi très petites, et toutes à peu près quarrées. On voit encore dans la cuisine la cendre sur le fourneau, disposé comme les nôtres, et à côté le lavoir où l’on jettoit l’eau. On a laissé encore quelques peintures dans cet endroit là, elles représentent un énorme serpent et deux hommes qui écorchent un animal. A côté est un très petit jardin en boyau d’environ 15 pieds de long et entouré d’un canal pour l’écoulement des eaux »8.

12À l’extérieur de la cité, voie des sépulcres, on a découvert, au début des années 1770, la « villa de campagne », dite, de nos jours, « villa de Diomède ». Les fouilles, commencées en 1771 ont rapidement progressé. Dès 1774, la villa est dégagée ; Latapie a donc pu, en 1776, la visiter en totalité :

  • 9 Ibid., p. 238-241. Cette villa fut arbitrairement attribuée à M. Arrius Diomède, dont la tombe est (...)

« À 30 pas de ce tombeau (de la Gens Arria) on arrive enfin à la dernière des antiquités de Pompéii. C’est une maison de campagne romaine, de grandeur médiocre, mais si parfaitement bien conservée dans tous ses détails, à sa couverture près, que je doute qu’il existe nulle part rien d’aussi curieux dans ce genre, rien qui fasse autant de plaisir quand on aime tout ce qui tient à l’antiquité.
La première chose qui se présente dès la rue est la cour d’entrée, où l’on monte par 5 marches. Sa surface quadrangulaire est de 18 pas sur 15. Elle est décorée d’une colonnade isolée, qui forme comme une seconde enceinte, et qui a encore conservé quelque portion de son architrave. Les colonnes sont doriques avec des oves, et au nombre de 14 en deux rangs de 4 et deux rangs de 5. Elle sont canelées et peintes de deux couleurs différentes, le tiers inférieur en rouge et le reste en blanc. Le milieu de la cour a un petit réservoir d’où l’eau s’écoule dans une citerne qui est au dessus et correspond à deux puits de marbre presque dans l’alignement des colonnes, très joliment décorés en forme d’autels antiques cylindriques de 21 pouces de diamètre, et dont l’ouverture n’a pas un pied de diamètre ce qui étoit très bien imaginé pour éviter les accidens. On voit sur la margelle de ces puits l’empreinte profonde qu’avoient laissé lescordes.
De la cour on passe dans les autres pièces du rez de chaussée qui sont assez nombreuses : mais il n’y en a que fort peu dont la destination soit bien marquée. Elles sont toutes solidement voûtées et fort petites, car elles n’ont généralement que 5 pas de long sur 3 1/2 de large, ainsi que celles d’en haut et quelques-unes des portes sont singulièrement faites, en ce qu’elles sont taillées obliquement dans l’épaisseur des murs, et s’élargissant du bas en haut elles ressemblent à de cercueils. J’ai vu des portes semblables à Bayes dans les beaux souterrains des Cento cantarelle qui sont les restes de la maison favorite de César. Les murs et les plafonds de celle dont il s’agit sont revêtus d’un mastic d’un pouce 1/2 d’épaisseur, lequel est presque toujours peint en rouge tuilé avec des bordures d’une autre couleur, et quelquefois en jaune avec des lignes simples, ou à la grecque, ou en arabesques. Au dedans des bordures on voit quelques figures ça et là mais fort éloignées les unes des autres et ne formant jamais de tableaux entre elles. Ce sont ou des paysages dont les édifices sont toujours accompagnés de portiques, ou des oiseaux, ou des fleurs ou des animaux. Quelquefois ce sont des figures d’imagination, ou des divinités avec leurs attributs. Le pavé est toujours en mosaïque comme je l’ai déjà dit au commencement de cette description, même dans les endroits les moins remarquables.
La chambre des bains est très petite mais jolie, et revêtue dans son pourtour jusqu’à 3 pieds de hauteur de grandes plaques de marbre distantes du mur d’environ 3 pouces ; de sorte qu’il y avoit un espace vide autour de la chambre lequel communiquoit avec la pièce inférieure, où l’on échauffoit les bains et distribuoit ainsi la chaleur au degré qu’on vouloit. Le bain n’est point élevé sur le sol, mais creusé de toute sa profondeur. Dans la même chambre est un petit réduit avec un siège de marbre, qui étoit également échauffé par le four inférieur. Le fond de cette petite pièce est terminé par une section de coupoline dont la peinture est très fraîche et en fond jaune comme lachambre.
Près de là est le bain froid avec des sièges, le tout construit en marbre. Cette pièce et celle avec laquelle elle communique étoient éclairées par une même lampe suspendue au milieu d’une ouverture cylindrique pratiquée dans le mur commun. On a trouvé les deux faces de cette ouverture fermées avec des verres qu’on auroit dû y laisser. Ceci est une preuve entr’autres que les anciens se servoient du verre, comme nous fesons, pour clore et éclairer en même temps les appartemens. On voit au muséum de Portici de ces fragmens de vitres dont quelques-uns ont une ligne 1/2 d’épaisseur. (Note : les gros bocaux et autres instrumens de verre qu’on voit aussi à Portici ne laissent plus aucun doute que l’art de la verrerie ne soit des plus anciens. Il y a grande apparence que les Romains le tenoient des Grecs, et les Grecs des Orientaux).
J’ai remarqué une autre pièce dont le plan est circulaire, et qui à cause de la voûte ceintrée à l’ordinaire ressemble assez à un dôme. C’étoit peut-être le caenaculum ou salle à manger, quoiqu’il y ait aussi de ces pièces rondes que les anciens avoient destinées à leurs dieux pénates.
Cette salle donne sur un très petit jardin où l’on a trouvé des racines de fleurs bien conservées depuis tant de siècles, tant elles avoient été parfaitement préservées du contact de l’air et même de toute humidité par les matières volcaniques dont elles étoient couvertes. (Note : Puisque cette expérience unique faite par la Nature prouve que les cendres, pozolanes et autres matières des volcans sont un des plus grands préservatifs contre l’humidité, on en voit sur le champ les conséquences dans tous les cas si variés et si fréquents où il est absolument nécessaire de s’en garantir). Des chambres qui environnent la cour et qui règnent du côté de la rue, on passe à la galerie intérieure, ou portique qui est de plein pied avec le parterre. Elle a 34 pas de long et 4 pas de large et la mosaïque qui en orne le pavé est ainsi disposée, c’est à dire ayant une pièce noire au centre de 4 blanches. Plusieurs chambres toutes bien conservées s’ouvrent sur ce portique, qui du côté du parterre est soutenu par des piliers quarrés.
L’appartement supérieur où l’on monte par de petits escaliers pratiqués aux deux bouts de la galerie est semblable au rez de chaussée, mais le toit a été détruit. Sur le pavé du portique supérieur (qui est immédiatement sur l’inférieur) on peut remarquer le même mastic (ou astrica) dont on se sert aujourd’hui si communément à Naples pour paver les maisons, à quelque étage que ce soit depuis le rez de chaussée jusqu’à la plateforme qui les termine toutes et les fait ressembler à des observatoires. Ce mastic est composé de pouzzolane ou tuf aréneux volcanique, et de chaux vive ; rien n’est si solide et si durable que cette composition impénétrable à l’eau, et qui devient aussi sèche, aussi saine et aussi unie que nos parquets, sans charger les poutres d’un poids beaucoup plus considérable. Comme je suis persuadé que nous avons en France plus d’une espèce de pouzzolane puisque les volcans n’y ont pas manqué soit en Auvergne soit en Languedoc et dans les Pyrénées, nous pourrions nous procurer aisément Lastrica dont je viens de parler, ce qui seroit précieux dans une infinité de constructions et surtout pour celles qu’il seroit très important de garantir des incendies, telles que la Bibliothèque du Roi.
Je reviens au portique supérieur. Il règne en saillie sur le jardin le long de la façade, et il est soutenu par une colonnade revêtue de stuc et peinte. C’est le morceau de la maison le plus agréable et de meilleur goût par sa construction et sa situation dominant du côté de la mer. Les caves sont une autre partie très curieuse de cette maison, elles font tout le tour du parterre qui est au devant de la maison et n’ont guère que 8 ou 9 pieds de profondeur. Leur largeur est d’environ 3 pas ; et des deux côtés parallèles où elles ont le plus de longueur, on peut y marcher l'espace de 43 pas (si ma mémoire ne me trompe, car on ne permet point aux curieux d'écrire, et encore moins de dessiner lorsqu'on les conduit parmi ces antiquités). Ces galeries souterraines ont deux retours d'équerre accessibles, et formeroient un quarré long si on les avoit continuées sous la façade de la maison, ce qu'il ne paroît pas qu'on ait fait... Le long des murs des voûtes sont rangés une cinquantaine de grands vases ou amphores à deux anses d'environ 3 pieds de hauteur fort longues à proportion de leur grosseur, et dont voici la forme (croquis). Ces amphores étoient sans doute pleines de vin; mais à présent elles ne le sont que de cendres tout à fait semblables aux cendres ordinaires. Ces galeries souterraines sont éclairées tout autour par de petites embrasures de distance en distance et l'on y voit assez bien pour distinguer quelques restes de peintures, avec de petits réglets en saillie dont ces murs là même avoient été ornés. Le jardin ou parterre qui est de plein pied avec le rez de chaussée, comme je l'ai déjà observé, est compris dans l'enceinte presque toute entière des galeries souterraines. Sa décoration actuelle consiste en quelques colonnes d'une forme assez grossière, revêtue de stuc et actuellement sans chapiteaux. Au dessous du rez de chaussée sont d'autres souterrains où l'on descend par de petits escaliers de pierre, mais qui ne communiquent point avec les galeries »9.

13Peu de descriptions aussi complètes furent rédigées à cette époque. À propos des maisons, on trouve, en effet, dans les récits, deux types de développements : des réflexions générales sur l'habitat romain; ou des observations portant sur des points de détail.

14À l'issue de sa visite à Pompéi, Lalande peut présenter l'habitat romain typique. Sa description est parsemée d'observations sur la technique de construction :

  • 10 Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 553-55.

« Le poids des matières sorties du Vésuve a endommagé toutes les parties supérieures des maisons, mais les plans inférieurs sont aussi entiers qu’au moment où ils ont été bâtis.
La plus grande partie de ces maisons consiste en une cour carrée, avec une fontaine dans le milieu, et plusieurs petites chambres autour, qui communiquent avec la cour. Il y avoit ordinairement un péristile couvert et supporté par des colonnes tout autour de la cour, même dans les plus petites maisons. Ces galeries couvertes étoient sans doute destinées à apporter de l’ombre et de la fraîcheur : peu de fenêtres donnoient sur la rue, excepté lorsque, par la nature de la construction de leurs maisons, ils ne pouvoient l’éviter ; et dans ce cas, les fenêtres étoient assez élevées, pour que l’intérieur fût à l’abri des regards. Toutes les maisons se ressemblent, autant par la distribution du plan, que par la décoration des appartemens. Les chambres sont en général très petites, de dix à douze pieds en carré : on a même trouvé que dans une de ces chambres où étoit un lit de fer, la muraille a été entaillée pour pouvoir le placer ; cette petite pièce a à peine six pieds en carré, et cependant elle étoit également peinte, et le pavé même étoit en mosaïque.
Ces pièces qui n’ont que 10 à 12 pieds de large ont cependant 14 ou 18 pieds de haut ; elles ont peu de communications de l’une à l’autre ; elles sont presque toutes sans fenêtres, excepté les appartemens situés sur le jardin, et qu’on peut penser avoir été destinés pour les femmes ; plusieurs de ces chambres ne reçoivent de jour que par la porte ou par une ouverture faite au-dessus. On a trouvé des vitres dans la belle maison dont nous avons parlé, mais il paroît qu’elles étoient très rares…
On n’employoit point de bois de charpente pour les appartemens, excepté pour les fenêtres et les portes ; les voûtes étoient presque plates, les planchers étoient faits en mosaïque ; le août général étoit de décorer les plafonds et les murailles avec de petites figures peintes, ou des médaillons de stuc en bas-relief. Leur mérite consistoit dans la vivacité des couleurs, ainsi que dans le choix et la délicatesse des ornemens, dans lesquels on voit que ces anciens ont montré du goût »10.

15La Roque est, pour sa part, beaucoup plus sommaire : il insiste sur le plan de la villa qu’il ne semble pas estimer très commode :

  • 11 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 63-64.

« À cet égard, on remarque peu de différences ; elles se ressemblent presque toutes : on y voit un vestibule au rez-de-chaussée, que l’on cherchoit à rendre le plus frais possible ; de petits cabinets sur les ailes ; une cour, ou un jardin, au milieu duquel se trouve une pièce d’eau. La cuisine, la dépense, et les autres distributions de ce genre, se trouvent presque partout pratiqués dans les souterrains. Un escalier, en vis (pour la plupart) et presque partout fort étroit, communique d’un étage à l’autre. Toutes les pièces y sont fort petites, et mal éclairées, même dans les maisons de plus grande apparence »11.

16L’abbé Richard, quant à lui, montre un intérêt tout particulier pour la cave :

  • 12 Description historique et critique…, IV, p. 459. Qu’ils le veuillent ou non, les voyageurs pensent (...)

« Ce que l’on a remarqué de plus curieux dans une de ces maisons est une cave, ou cantine, qui occupoit tout le tour d’une grande chambre pavée et revêtue de marbre, entourée d’une banquette d’un pied et demi de hauteur, qui portoit sa corniche. Il y avoit des couvercles de marbre tout autour de la banquette qui servoient à couvrir de grands vases de terre cuite engagés dans la maçonnerie ; c’est là où sans doute on conservoit les vins de différentes espèces »12.

17Latapie se montre plus utilitaire lorsqu’il analyse les techniques des charpentes et des toitures. Certains procédés romains lui semblent très ingénieux :

  • 13 Description des fouilles de Pompei, p. 229.

« On voit ça et là des tuiles dont les maisons étoient couvertes. Elles sont fort grandes, fort épaisses, en demi-cylindre creux, chacune avec une entaille profonde qui la tenoit assujettie à celle sur laquelle elle étoit appuyée. Les tuiles des bords étoient recourbées pour former toutes ensemble une gouttière qui conduisoit l’eau vers une des extrémités ; et au devant de ces tuiles étoient de grandes briques figurées et posées de champ, qui servoient en même temps d’ornement et de défense, de sorte que les passants ne pouvoient jamais craindre, comme chez nous, qu’une tuile leur tombât sur la tête. (Note : je désirerois que nous adoptassions cet usage antique qui réunit également l’utile à l’agréable. Parmi les procédés et les usages des anciens il en est qui nous deviennent inutiles parce qu’ils conviennent immédiatement à leurs mœurs : mais il en est beaucoup d’autres excellents pour tous les siècles et que nous ferions bien d’adopter. Autrement de quelle utilité deviendroit l’étude de l’antiquité, si elle se bornoit à des spéculations stériles pour la pratique des arts et purement théoriques) »13.

18À la différence des autres voyageurs, Bergeret de Grancourt est agréablement surpris par le confort inattendu de ces maisons :

  • 14 Journal de voyage…, p. 317.

« On y trouve toutes les commodités des bains, d’étuves par des poëles, des petits jardins particuliers, des souterrains considérables et tout ce qui indique une maison commode. Il y a toujours des quarrés entourés d’espèces de colonnades qui donnent un certain air de grandeur sans être correct en fait d’architecture »14.

  • 15 Ibid., p. 315.

19Il n’hésite d’ailleurs pas à qualifier ces maisons de « bourgeoises »15 et à les comparer aux appartements de son temps : n’ont-elles pas, comme ceux-ci, des « murailles peintes à panneaux » ? L’importance de la décoration est un aspect très nouveau de la civilisation romaine pour les hommes du XVIIIe siècle. Tous remarquent que les murs sont peints à fresque et que, souvent, le rouge est utilisé en couleur de fond. Mais ils ne peuvent commenter les sujets peints, car la plupart des fresques intéressantes ont été détachées et emportées à Portici (ainsi que l’enduit qui les supporte). Les voyageurs ne peuvent donc voir sur place que les murs de briques dénudés, quelques lambeaux de fresques de-ci de-là, quelques éléments décoratifs, de faible valeur : comme dans les édifices publics, l’emploi du marbre est exceptionnel :

  • 16 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 108.

« Les murs des maisons sont souvent ornés de colonnes de briques, qui sont enduites d’un ciment blanchi au dehors. J’ai vu la même chose dans le temple de Pompeia ; c’est l’‘intonacatura’ des Italiens, qui se fait avec de la chaux et du marbre pilé »16.

La découverte de vitres

20On savait que le verte était utilisé par les Romains, mais seulement pour des récipients ou de petits objets. C’est pourquoi la présence de vitres à Herculanum suscite l’étonnement, d’autant qu’au XVIIIe siècle encore l’emploi du verre, comme le soulignent les récits, n’était pas général. Les Romains disposaient de techniques plus élaborées qu’on ne le soupçonnait, techniques perdues par la suite, avant d’être à nouveau mises au point.

21Dès 1739, le président de Brosses avait remarqué l’usage de vitres d’albâtre :

  • 17 Lettres sur l’état actuel…, p. 75.

« Les fenêtres sont petites et garnies d’une espèce d’albâtre transparent et très mince dont on trouve encore quelques morceaux en place » 17

22Lalande juge qu’il s’agit là d’une constatation d’importance, et consacre tout un paragraphe au verre antique, dont il décrit minutieusement les différents types retrouvés. Sa formation scientifique est très sensible dans ces quelques remarques :

  • 1 « Et d’autres étoient fermées avec des feuilles de talc ».
  • 18 « Soit à Herculanum, soit à Pompéi ; mais s’il a servi de fenêtre ce n’étoit… ».
    (a) [Note de l’édi (...)
  • 19 Voyage d’un français en Italie.., (éd. 1769) VII, p. 108-109. Voici les compléments ajoutés à l’éd (...)

« Les fenêtres, à ce qu’il paroît, étoient ordinairement fermées en bois pendant la nuit et ouvertes pendant le jour1 ; on a trouvé du verre18, mais ce n’est qu’en un bien petit nombre de maisons ; ce verre étoit fort épais. Il paroît que l’on n’avoit point alors l’art de faire des vitres aussi minces que les nôtres, et aussi facilement qu’on les fait actuellementa. Il n’en faut pas être étonné, ce n’est que dans ces derniers temps que ce genre d’agrément est devenu si général ; il y avoit à Lyon au commencement de ce siècle, la moitié moins de vitres qu’il n’y en a maintenant, et les fenêtres des ouvriers y sont encore fermées en toiles ou en papiers.
On trouve cependant à Herculane des bouteilles de verre et des gobelets en grand nombre. Ce verre est absolument terne ; il a perdu son poli par les acides qui en ont attaqué et décomposé la surface ; il s’en trouve des morceaux qui brillent des couleurs prismatiques les plus vives, parce qu’ils sont écaillés, et divisés, sans qu’on s’en aperçoive, en feuillets ou tranches extrêmement minces ; or, il est de la nature des lames très minces de répandre des couleurs différentes, suivant la différence de leur épaisseur, ainsi qu’on le voit par les belles expériences qui sont dans l’optique de Newton ; on a remarqué la même chose dans le verre tiré des catacombes de Rome : il y en a un morceau à Paris au cabinet du roi, qui a presqu’autant d’éclat que les pierres d’iris, auprès desquelles ce verre antique est placé.
Il y avoit aussi à Herculanum des fenêtres fermées avec un gypse transparent débité par lames minces, comme la pierre spéculaire, qui pouvoit tenir lieu de verre »19.

23L’attention des voyageurs s’applique à de nombreux détails qui permettent une meilleure connaissance de la vie antique. Mais, si l’on réfléchit sur la maison, sur son organisation, la cité suscite moins d’interrogations.

24Les récits n’insistent guère sur l’insertion de la maison individuelle dans la cité, ni sur l’organisation de celle-ci. L’on remarque que les maisons sont alignées dans les rues ; mais personne ne s’étonne qu’une villa — dite pour cette raison, « maison de campagne » — ait été trouvée hors de l’enceinte de la ville ; ni même ne rappelle que les sépultures sont toujours à l’extérieur des limites urbaines. Nul ne remarque la localisation de la rue à boutiques, stratégiquement située entre les deux théâtres, et une porte de la ville. À Herculanum, de telles remarques étaient impossibles ; non à Pompéi où pourtant Latapie a recherché quelques éléments typiques de la vie urbaine, tel ce surprenant « café », localisé, comme ceux de son temps, sur une grande artère, à proximité d’une porte :

  • 20 Description des fouilles de Pompéi, p. 235. D’après A. Maiuri, il s’agit du plus ancien thermopoli (...)

« Une autre maison qui paroît avoir été à peu près ce que nous appelons un caffé, a un petit établi sur la rue, orné de têtes de marbres et de vases peints. Ce petit établi est couvert de plaques de marbres colorés avec des gradins destinés à placer des liqueurs. Son extrémité intérieure a un creux demi-sphérique d’environ 8 pouces de diamètre, et destiné à faire chauffer l’eau, ainsi que 4 autres creux plus petits et placés un pied plus bas. Au levant de la maison est un grand banc de pierre fixé au mur et où s’asseyoient peut-être les nouvellistes de Pompéii ; car ce caffé étoit avantageusement situé sur la maîtresse rue et à l’entrée de la ville »20.

25Sans en avoir pris nettement conscience, les visiteurs considèrent-ils intuitivement la cité antique comme fondamentalement différente de la cité moderne ? Les questions d’urbanisme n’étaient pourtant pas étrangères aux hommes des Lumières : en témoignent les nombreux traités publiés sur ce thème, et les initiatives de certains intendants, qui firent rénover des quartiers entiers.

Notes

1 Saint-Non, Voyage pittoresque…, II, p. 134-35. Il s’agit du temple grec archaïque.

2 Ibid., p. 136.

3 Comme le remarque J. Lalande, à propos du temple d’Isis, cf. supra, p. 59.

4 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 207.

5 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 208.

6 Lettres sur l’état actuel…, p. 75.

7 Description des fouilles de Pompéi, p. 234.

8 Ibid., p. 235. La maison du chirurgien (cf. plan des fouilles de Pompéi, n. 10), avec sa façade sévère, est une des plus anciennes de Pompéi. Elle fut probablement bâtie au IVe siècle, et a subi, par la suite, divers remaniements. Elle doit son nom à la découverte, au XVIIIe siècle, d’une quarantaine d’instruments chirurgicaux, de bronze et de fer. Ce que F. Latapie considère comme un lavoir correspondrait plutôt, selon A. Maiuri, à des latrines

9 Ibid., p. 238-241. Cette villa fut arbitrairement attribuée à M. Arrius Diomède, dont la tombe est située en face de l'entrée, Voie des sépulcres. C'est une des plus spacieuses villas suburbaines que l'on connaisse. Avec son mystérieux cryptoportique, dans lequel on a découvert de nombreux squelettes, cette villa a inspiré de nombreux auteurs au XIXe siècle, dont Bulwer Lytton qui la décrit dans Les derniers jours de Pompéi.

10 Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 553-55.

11 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 63-64.

12 Description historique et critique…, IV, p. 459. Qu’ils le veuillent ou non, les voyageurs pensent et se réfèrent toujours à la « villa de campagne ».

13 Description des fouilles de Pompei, p. 229.

14 Journal de voyage…, p. 317.

15 Ibid., p. 315.

16 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 108.

17 Lettres sur l’état actuel…, p. 75.

18 « Soit à Herculanum, soit à Pompéi ; mais s’il a servi de fenêtre ce n’étoit… ».
(a) [Note de l’édition de 1769] : « On croit que les vitres ont commencé à être employées aux fenêtres qu’au IVe siècle, quoique le verre fut connu et employé à divers usages avant la fin de la République ». Cette note renvoie aux études du comte de Caylus.

19 Voyage d’un français en Italie.., (éd. 1769) VII, p. 108-109. Voici les compléments ajoutés à l’édition de 1786 :

20 Description des fouilles de Pompéi, p. 235. D’après A. Maiuri, il s’agit du plus ancien thermopolium, qui se trouve tout près de la porte d’Herculanum, et qui comporte un banc, à l’intérieur, pour les clients.

Notes de fin

1 « Et d’autres étoient fermées avec des feuilles de talc ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540