Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

Le regard « archéologique »

Texte intégral

1Il existe, au XVIIIe siècle, deux grandes manières d’étudier l’antiquité : l’observation ou la synthèse. Les érudits, les « connoisseurs », recourent le plus souvent à la description minutieuse des objets; tandis que les synthèses, élaborées à partir des textes antiques, des compilateurs et des historiens modernes, ressortissent à l’histoire ou à la philosophie, cette dernière restant moins tributaire des sources. Or ni l’une, ni l’autre, ne se préoccupent de l’étude des vestiges anciens.

2L’antiquité, telle que le conçoivent les érudits correspond à une série de « collections »: collections de médailles, d’inscriptions, de pierres gravées, mais aussi de monuments, de statues etc. Dom Mont-faucon, bénédictin de Saint-Maur, définit très clairement, dès les premières pages de son Antiquité Expliquée, ce qu’est, pour lui, l’antiquité:

  • 1 Montfaucon, L’antiquité expliquée et represéntée en figures, I, Préface, p. VI, Paris, 1715, in-fo (...)

« Par ce terme d’antiquité j’entends seulement ce qui peut tomber sous les yeux, et ce qui peut se représenter dans des images; cela ne laisse pas d’être d’une très vaste étendue. Si ce qui regarde les loix, le gouvernement et la police des villes et des républiques, y entre quelquefois, ce n’est que par occasion. J’en dis de même de la chronologie et de la géographie »1.

  • 2 On peut noter à ce propos le rôle novateur de l’Académie des inscriptions et belles-lettres: les m (...)

3Le lien entre érudition et histoire reste, en ce siècle, quasi inexistant2, chaque savoir évoluant sans tenir compte des progrès réalisés dans les domaines de l’autre. L’objet décrit n’est guère rapporté à l’histoire.

4Ces connaissances fragmentées concernaient une antiquité fragmentée elle-même, chaque vestige étant isolé. La révélation de Pom-péi et d’Herculanum, cités rendues à leur état originel, frappa beaucoup les visiteurs. Leur vision de l’antiquité s’enrichit et s’élargit. Ils prirent conscience de la « civilisation » — le terme apparaît d’ailleurs au XVIIIe siècle — antique, d’un véritable monde romain, rendu plus proche et plus lointain, par le jeu incessant des comparaisons avec l’époque contemporaine.

5L’observation minutieuse de ces différences, qui apporte de nouveaux éléments de connaissance, est un des aspects de ce que nous appelons regard « archéologique ».

  • 3 αρχαίος ancien et λόγος, propos, étude.

6L’archéologie, étymologiquement, peut se définir comme l’étude de ce qui est ancien3. Le mot apparaît pour la première fois dans le dictionnaire de l’Académie, dans l’édition de 1835 qui la qualifie de « sciences des monuments de l’Antiquité ». C’est le terme de « science » qui est ici important.

7Avant que ce mot d’archéologie ne soit usité, il existait bien un nom pour définir une science de l’objet antique, mais qui ne s’appliquait qu’à des collections d’objets, et désignait donc le travail de l’érudit: il s’agit du mot « Antiquariat », peu utilisé, il faut le reconnaître. Le Dictionnaire de Trévoux, dans son édition de 1777, en donne la définition suivante:

« Connoissance des antiquités, science dont l’objet est d’étudier et de déchiffrer de vieux titres et des monumens de l’ancien temps. Les vieux manuscrits, les vieilles images, inscriptions, statues, les sceaux, les cachets; et généralement tout ce qui peut donner connoissance des coutumes de l’antiquité est du ressort de l’antiquariat ».

8On peut remarquer que le terme d’antiquité a ici encore un sens très large: celui de temps révolus depuis plusieurs générations. Mais déjà à cette époque il a tendance à désigner la civilisation gréco-romaine.

9Chez nos voyageurs, nous trouvons l’expérimentation de méthodes scientifiques, neuves au XVIIIe siècle, qui privilégient l’observation, dans un domaine auquel elles n’étaient pas appliquées auparavant: l’histoire. Les techniques aussi intéressent: on s’interroge sur la conduite des fouilles, sur les divers procédés utilisés, hérités ou inventés.

10Entre 1750 et 1820, se constitua l’archéologie à partir de l’utilisation de méthodes et procédés scientifiques; elle s’appuya sur une nouvelle conception de l’histoire et du temps. Les récits des voyageurs, dans la richesse de leurs détails, témoignent de cette mutation du rapport de l’homme moderne à l’antiquité.

Notes

1 Montfaucon, L’antiquité expliquée et represéntée en figures, I, Préface, p. VI, Paris, 1715, in-folio.

2 On peut noter à ce propos le rôle novateur de l’Académie des inscriptions et belles-lettres: les mémoires qui y furent lus, montrent que ses membres ont tenté d'intégrer l'érudition à l'histoire, et vice versa.

3 αρχαίος ancien et λόγος, propos, étude.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable