Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

La visite de Pompéi

Texte intégral

Découverte et site

1Les voyageurs du XVIIIe siècle se sont rendus plus souvent à Herculanum qu’à Pompei (comme nous l’avons dit, la date plus tardive des découvertes dans cette cité-ci explique ce fait), et moins de récits se rapportent donc à cette dernière cité. La plupart des relations de visites à Pompéi sont aussi beaucoup plus brèves : car il y a beaucoup moins de détails à noter sur le site, sur la découverte, et sur la visite, à l’air libre de la ville. En un mot, ce sont des ruines moins « pittoresques ».

2La ville, dont l’existence, comme celle d’Herculanum, était depuis longtemps soupçonnée, a aussi été découverte par hasard :

  • 1 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 207.

« Pompeii ou Pompeia, ancienne ville qui avoit été ensevelie comme Herculanum sous les cendres du Vésuve, a été retrouvée comme elle, par hasard, près du fleuve Sarno, à une demi-lieue de Torre dell’Annunziata, par des paysans qui avoient creusé pour une plantation d’arbres »1.

3Le premiers travaux, ordonnées en 1748, confirmerent l’existence d’une cité, puisqu’en deux endroits assez éloignés (sondages n°s 1 et 2, cf. plan des fouilles de Pompéi) on repéra une maison et un amphithéâtre. Les fouilles de 1749 (sondage n° 3) mirent à jour une porte, un morceau d’enceinte, et une voie bordée de tombeaux.

  • 2 Ibidem.

« C’est vers 1755 que l’on a commencé ces fouilles ; mais on y a mis peu de monde, et il y a peu d’espace découvert. On songe actuellement à pousser ces recherches avec plus de soin. Les endroits que l’on a fouillés sont à un quart de lieue de la mer, sur une hauteur ; dans l’un on voit une porte de la ville, des tombeaux qui sont sur le chemin hors de la ville ; une maison particulière dont une partie est pavée de morceaux de marbre fort irréguliers »2.

4Il est aisément compréhensible que Lalande donne la date erronée de 1755. La villa sondée en 1748 a été vidée et abandonée. L’amphithéâtre a été reconnu, mais comme on savait qu’on n’y trouverait pas d’œuvres d’art, on a laissé tomber les recherches. Les fouilles dans le secteur de la porte d’Herculanum donnant lieu à plusieurs directions de travaux furent poursuivies, mais avec lenteur : car, à la même époque, entre 1751 et 1754, Herculanum, où l’on effectue de nombreuses découvertes dans la Maison des Papyrus, retient toute l’attention. Ce n’est que lorsqu’Herculanum n’offre plus de chantiers intéressants que les fouilles reprennent à Pompéi, vers 1755, donc. Mais Pompéi offre peu de vestiges avant les années 1760. Peu d’ouvriers y travaillent, et les encouragements donnés à ces recherches dans l’entourage de Charles de Bourbon sont faibles : car on n’y trouve guère d’objets intéressants quant au prix : fresques, trésors ou statues. Dans sa relation, La Roque fait allusion à cette lenteur dont souffrent ces travaux :

  • 3 Voyage d’un Amateur…, III, p. 60.

« Pompéia, beaucoup moins considérable, beaucoup moins riche que n’étoit Herculanum, n’offre aussi, jusqu’aujourd’hui, que peu d’antiquités d’un certain mérite ; à peine (nous a-t-on dit) dédommagent-elles des frais que nécessite cette recherche »3.

5Pourtant, le site de Pompéi est beaucoup plus favorable que celui d’Herculanum à des initiatives de grande ampleur ; il n’y a pas là de ville à respecter, l’on est dans un milieu tout à fait rural :

  • 4 Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 210.

« On monte de là sur la surface du terrain non fouillé : elle est remplie de vignes associées au peuplier, et couverte de lapins, qu’on élève en cette saison pour servir d’engrais »4.

6Lalande remarque, en 1786, que le roi n’a toujours pas acquis le terrain de la ville. En fait, ces fouilles ne le passionnent pas.

  • 5 Voyage d’un Français en Italie…, VII, p. 546.

« Il n’y a que des vignes et des arbres au-dessus de la terre qui couvre Pompeii, et le roi, pour acheter le droit d’y fouiller, n’a pas une dépense bien considérable à faire »5.

7Les travaux sont aussi moins coûteux qu’à Herculanum : le matériel volcanique est ici peu profond et facile à creuser :

  • 6 Journal de voyage de Bergeret…, II, p. 546.

« Une grande partie de la ville ne se trouvoit enterrée que d’environ 12 pieds, mais le reste, en suivant la pente de la montagne, se trouvoit peut-être de 20 ou 30 pieds ; mais la matière étant facile à débarrasser, on est parvenu à découvrir des choses fort intéressantes »6.

8Latapie évoque les toits des maisons qui affluerent ; il estime, pour sa part, que leur destruction est moins due à l’éruption du Vésuve, qu’aux labours des paysans, et au travail des racines des vignes :

  • 7 Description des fouilles de Pompéi…, p. 233-34.

« … On traverse un terrein planté de vignes soutenues par des peupliers et semé de lupins qui servent dans ce païs-ci à la nourriture des boeufs. Ce terrein couvre tous les batimens de Pompéii jusqu’au dessus de leur sommet, mais assez légèrement de manière qu’il ne faut creuser que très peu pour les découvrir. On voit même dans certains endroits les ruines s’élever d’un pied ou davantage au dessus de la surface du terrein.
J’observe ici que la grande cause de la destruction de la partie supérieure de toutes les maisons de Pompéii est la cultivation du terrein qui les couvroit. Les paysans en fesant des fosses pour planter leurs vignes ont détruit avec la bêche et quelquefois à la sappe tout ce qu’ils ont trouvé de batimens qui fesoient résistance et se sont servis ensuite des pierres soit pour bâtir des maisons soit pour séparer leurs possessions par des murailles sèches. Les pluyes et surtout les racines des vignes et des arbres ont aussi beaucoup contribué à ruiner les combles des édifices. Sans cela, il y a apparence que la ville de Pompéii eut été retrouvée dans une parfaite conservation7

Les monuments

9La découverte du temple d’Isis, entier, avec ses fresques, son mobilier, les squelettes de ses prêtres, a renouvelé après 1764 l’intérêt pour Pompéi et suscité la continuation des travaux dans ce quartier, où l’on savait que se trouvait un théâtre.

10Lalande est l’un des tout premiers visiteurs à pouvoir pénétrer dans ce temple ; voici la description qu’il en donne :

  • 8 Voyage d’un Français en Italie…, éd. 1769, VII, p. 208.
    Le temple d’Isis est un des rares édifices, (...)

« Un petit temple tout entier, à l’exception de la couverture, mais qui ne donne qu’une bien petite idée de la magnificence de ce pays-là. Les colonnes sont de briques revêtues de stuc ; il y a quelques sculptures fort communes. Les murs étoient couverts de peintures à fresques qu’on a détaché pour les transporter au cabinet du Roi. L’escalier qui conduit au sanctuaire est étroit, revêtu de marbre blanc, qui a un oeil verdâtre, et qui est moins beau que le marbre de Carrare ; il y a deux autels isolés qui sont encore sur pied dans leur entier. Au milieu du Temple est une espèce de petite chapelle bâtie en pierre et qui renferme un escalier, au fond duquel on éprouve une vapeur dangereuse… »8.

11Vers 1750, la religion égyptienne et la diffusion de certains de ses cultes commencent à être mieux étudiées en France ; mais ce n’est que dans la décennie 1770-1780 que la mode s’en empare, au point que l’on a parlé d’« égyptomanie ». Aussi la description que reprend Lalande est différente dans son édition de 1786 et beaucoup plus enthousiaste et passionnée. En un sens, elle est aussi plus précise : car, pour mieux restituer l’atmosphère des cultes à mystères, l’auteur a replacé, dans leur cadre, tous les objets et éléments de décoration que l’on ne pouvait voir qu’à Portici :

  • 9 Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 549.

« Le temple d’Isis découvert à Pompéi est la partie la plus curieuse de ces antiquités… Le style de cette architecture est plus agréable que sévère, les ordres sont d’une petite proportion. On l’a trouvé garni des ustensiles nécessaires aux cérémonies, candélabres, lampes, patères ; on y a même découvert des squelettes des prêtres, surpris dans leur fonction par la pluie de cendres qui les ensevelit. Sur les murs, étoient peints les attributs et des emblêmes relatifs au culte d’Isis, l’ibis, l’hippopotame, le lotus, on y a trouvé la représentation des prêtres dans leur habillement consacré qui étoit le lin blanc, la tête rase, leur chaussure d’un tissu fin et souple qui accusoit le nud »9.

12On retrouve le même souci de reconstitution dans le Voyage Pittoresque de l’abbé Saint-Non : plusieurs planches sont consacrées au temple d’Isis, tel que les visiteurs peuvent le voir ; tel qu’on imagine qu’il a été ; et tel enfin qu’il aurait dû être lors des mystérieuses cérémonies isiaques.

13Latapie ne se montre pas sensible au côté éxotique de ces cultes isiaques ; ce qui retient son attention, c’est la disposition des édifices à l’intérieur de l’enceinte, et tous les détails qui peuvent lui révéler quelques aspects de la vie des prêtres :

  • 10 Description des fouilles de Pompéi, p. 229-31. Dans une note, Latapie, fidèle au scepticisme des p (...)

« Le temple d’Isis est la partie la mieux conservée des antiquités de ce côté de la ville. Il est extrèmement petit car la cour rectangulaire au milieu de laquelle il est construit n’a que 26 pas de longueur et 24 pas de largeur, et des batimens qui terminent la cour juqu’au temple il y a 7 à 8 pas. Cet édifice a environ 17 pieds 1/2 en quarré. On y monte par 7 degrés et il est précédé d’un petit portique…
.L’intérieur est orné d’arabesques ; au fond est la niche où étoit la divinité, dont la statue a été transportée à Portici. Ce fond est rempli intérieurement par un grand autel creux derrière lequel est une petite voûte d’environ 2 pieds de largeur. Aux deux côtés de l’autel il y a deux passages pour entrer dans cette voûte. Les prêtres se ménageoient ordinairement ces espaces vides derrière l’autel pour faire agir ou parler à leur gré les divinités qu’on y adoroit. (Note : voyez l’Histoire des Oracles par M. de Fontenelle). Derrière le temple le mur extérieur est décoré d’une petite niche ornée de fleurs, et aux deux côtés de la niche sont représentées deux grandes oreilles en bas-relief. C’étoit sans doute quelque emblème que nous ignorons. Peut-être vouloit-on signifier par là que la Divinité entendoit les voeux qu’on lui adressoit. (Note : ou plutôt que les mystères d’Isis ne permettoient que la faculté d’ouïr, jamais celle de parler. Voilà pourquoi le Dieu du silence étoit aussi représenté dans les temples d’Isis). On est sûr qu’Isis étoit la divinité du temple dont je parle parce qu’on y a trouvé, comme je l’ai déjà dit, sa statue. Tout autour de ce temple à 4 pas de distance sont 24 colonnes qui forment un quarré long dont 2 côtés présentent 8 colonnes et les 2 autres 6. Dans l’espace renfermé par ces colonnes, et au devant du temple, est un petit bâtiment quarré où on lavoit les victimes. Au dessous est une petite chambre obscure où l’on descend par un escalier de 7 marches fort étroit et où règne ordinairement une vapeur nuisible et de mauvaise odeur mais qui n’est pas constante et disparoît quelquefois totalement. Ce lavoir est orné au dehors d’arabesques en relief de stuc blanc. Outre celui-ci il y en a 4 autres de marbre blanc et en forme de coupe. Ils portent chacun un pied travaillé de sculpture, et ressemblent pas mal à nos bénitiers. Ils sont percés d’un trou où s’adaptoit un robinet pour en évacuer l’eau à volonté.
Dans la même enceinte coule un bras de la petite rivière de Sarno détourné par art dans un aqueduc souterrain construit fort solidement. Tout autour de la place au milieu de laquelle est situé le temple et parallèlement aux colonnes sont des chambres qu’habitoient sans doute les prêtres d’Isis »10.

14Bergeret de Grancourt contemple ce même temple sans passion. À ses yeux, une rue voisine, bordée de boutiques, est beaucoup plus intéressante :

  • 11 Journal de voyage…, p. 316.

« En continuant le chemin et montant, on arrive à un petit temple ; on y voit les autels disposés pour égorger les victimes et, à côté, les logemens et cuisines des prêtres ; on voit tout le pourtour du temple décoré de colonnes sans richesse ni architecture de remarque… De là on se promène dans quelques maisons communes et on tombe dans la principale rue d’arrivée, encore pavée de ces grands pavés quarrés de lave comme ils sont encore aujourd’hui dans Naples. Il faut avouer que cette rue bien entière fait impression. Elle conduit à la porte d’entrée qui est bien entière ; on voit à droite et à gauche toutes les boutiques qui indiquent différents marchands par la disposition du devant »11.

15Derrière le temple d’Isis et les théâtres, on découvrit, en 1766, la caserne des gladiateurs, que l’on appelle communément au XVIIIe siècle, le « Camp des Soldats ». Un squelette paré de précieux bijoux et des ossements encore enchaînés y furent mis au jour ; des armes dispersées en plusieurs endroits firent supposer qu’il s’agissait d’une caserne :

  • 12 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 552. La caserne des gladiateurs, dont (...)

« … On a trouvé un édifice de 23 toises de long, dont la plupart des colonnes sont encore sur pied, qui servoit à l’habitation et au service des troupes, car on y a trouvé beaucoup d’armures, des casques, une trompette singulière, qui a six flütes d’ivoire à la partie inférieure, 7 à 8 squelettes enchaînés, des peintures de soldats armés … »12.

16C’est une fois encore chez Latapie que l’on trouve la description la plus complète et la plus technique des vestiges :

  • 13 Description des fouilles de Pompéi, p. 226.

17« En arrivant à Pompéii par le grand chemin de Salerne où est l’entrée ordinaire, on est d’abord frappé par un rang de colonnes antiques d’ordre dorique qui font un coup d’œil agréable, quoique leur construction soit assez grossière. Il y en a 22 sur la longueur, parallèlement au grand chemin et 17 sur la largeur. On n’a déblayé que le pourtour de ces colonnes, et un peu de la cour qu’elles formoient dans leur enceinte, pour qu’elles fussent isolées, et qu’on pût les voir toutes entières, ainsi l’intérieur de la cour qu’elles environnoient est entièrement rempli de matières volcaniques. Ces colonnes ont environ 9 pieds de hauteur, et ne sont canelées que dans leur moitié supérieure. Leur grosseur diminue constamment depuis leur base qui a environ un pied de diamètre, jusqu’à leur sommet qui est tronqué et sans chapiteau. Elles sont construites d’une lave tendre et grossière revêtue d’un stuc très commun, et la plupart sont peintes en rouge, quelques-unes le sont en bleu. À la distance d’environ dix pieds de ces colonnes règne dans le pourtour un corps de cazernes dont il ne reste que le rez de chaussée qui a été déblayé, et qui ne consiste qu’en une suite de petites chambres quadrangulaires de 7 pas de longueur sur 4 de largeur, et baties de briques sur 4 rangs posées à plat, avec une couche de petites pierres de lave alternativement. Il est très vraisemblable qu’il n’y avoit rien au dessus de ce rez de chaussée parce qu’il étoit immédiatement couvert par le terrain et qu’on y a trouvé peu de décombres. Toute la cour renfermée entre ces cazernes avoit 64 pas de longueur sur 53 de largeur. (Note : j’entends parler ici de nos pas ordinaires qui ont un peu moins de 2 pieds ½ et qu’on peut estimer en général de 28 pouces à 29) »13.

18Mais il faut longtemps pour dégager l’ensemble des bâtiments ; comme on avait constaté qu’il y avait une cour au centre, on commença par dégager le pourtour. En 1789, il est possible d’en faire le tour, mais dans de vastes galeries à l’air libre : car l’extérieur n’est pas déblayé, ni la cour intérieure.

19Dans les années 1770, Bergeret de Grancourt, qui ne peut avoir une vue de l’ensemble, en fait une description sommaire, évoquant :

  • 14 Journal de voyage…, p. 315.

« un grand quarré entouré de colonnes sans ordre d’architecture, qui de-voit servir de place d’armes et autour, un espace comme rue de 18 pieds, entouré de petites chambres qui sans doute servoient de cazernes »14

20Quelque années plus tard, Roland de la Platière décrit aussi le théâtre, entre le temple d’Isis et le « quartier des soldats », où l’on a commencé les travaux :

  • 15 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 207-8. Les deux théâtres — le grand théâtre et le théâtre couve (...)

« Derrière ce quartier, un théâtre, pas fort grand, et qui étoit en plein air, comme on les faisoit généralement, est remarquable en ce qu’il était proche d’un autre dont on n’a encore démasqué que l’entrée. Celui-ci étoit couvert, ainsi que l’indique une inscription en marbre, placée sur le mur de la façade, laquelle inscription donne le nom de celui qui a fait couvrir ce théâtre. Le premier n’est fouillé que dans le pourtour, et seulement jusqu’à la galerie qui est derrière le haut des gradins, où se plaçoit le peuple ; il est environné d’une gouttière ou conduite d’eau, revêtue de ciment et bien conservée. On a creusé davantage du côté du lieu de la scène, qui est découverte en partie »15.

21Tels sont les principaux monuments importants que les voyageurs ont pu voir à Pompéi, dans ce quartier, du moins. En général, ils ne s’attachent à décrire que les édifices qui les ont frappés, et que leurs lecteurs peuvent, eux aussi, considérer pittoresques. Rares sont ainsi les évocations des édifices endommagés ou peu évocateurs ; il est peu question, par exemple du temple archaïque (cf. plan des fouilles de Pompéi n° 9), dégagé pourtant sur la terrasse du forum triangulaire :

  • 16 F. Latapie, Description des fouilles de Pompéi, p. 227. Le temple grec archaïque fut construit ver (...)

« Toute la partie des fouilles qui est à gauche de la cour d’entrée que je viens de dire est curieuse par la belle conservation de la plupart de ses pièces. On y monte par un petit escalier et l’on trouve bientôt le pavé d’un petit temple de 30 pieds en quarré,et auquel on monte des quatre côtés par cinq marches. Le centre est un massif circulaire près duquel on voit un fragment de colonne de lave dont le diamètre est de 3 pieds ½. Ce massif est un peu élevé et servoit peut-être d’autel. Le pavé est orné de mosaïque formée de petites pierres cubiques comme des dés, les unes blanches, les autres noires, et représentant différentes figures géométriques régulières. En général les autres mosaïques de Pompéii sont semblables à celles-ci, ce sont toujours de petites pierres blanches, cubiques, dont l’assemblage forme un fond blanc, avec des desseins fort simples, ordinairement noirs »16.

22Si l’on poursuit la promenade, on peut, à travers les champs, gagner la Porte d’Herculanum, et la Voie des Sépulcres, partiellement dégagée, jusqu’à la « Maison de Campagne », c’est-à-dire, la Villa de Diomede.

23Un théâtre, un temple, intéressent beaucoup les voyageurs, et leur sont relativement familiers. Un forum, un camp de soldats, moins souvent rencontrés, sont néanmoins connus par des témoignages antiques. La connaissance que ces visiteurs ont des édifices publics est précise. Mais voient-ils une différence entre la simple contemplation d’un monument, et l’observation du même monument à l’intérieur de la cité antique ? La Maison Carrée de Nîmes, isolée, intégrée dans un paysage urbain moderne est-elle, à leur yeux, un vestige comparable au temple d’Isis, restitué dans son environnement originel ? Analysent-ils l’insertion de chaque édifice dans la cité, et l’image de la cité antique s’en trouve-elle modifiée ?

Notes

1 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 207.

2 Ibidem.

3 Voyage d’un Amateur…, III, p. 60.

4 Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 210.

5 Voyage d’un Français en Italie…, VII, p. 546.

6 Journal de voyage de Bergeret…, II, p. 546.

7 Description des fouilles de Pompéi…, p. 233-34.

8 Voyage d’un Français en Italie…, éd. 1769, VII, p. 208.
Le temple d’Isis est un des rares édifices, avec l’amphithéâtre, rebâtis en totalité après le tremblement de terre de 62 ; et il le fut, grâce à la générosité du fils d’un affranchi, Numerius Popidius Celsinus. Cette restauration explique le bont état dans lequel on a retrouvé ce temple (cf. plan des fouilles de Pompéi, n. 6) en 1764-65. Il s’agit en fait d’un petit sanctuaire, au centre duquel se trouve un temple, de dimension modeste, plus large que long ; mais qui comprend aussi des autels et un purgatorium. Le culte d’Isis n’a commencé à se répandre en Italie qu’au premier siècle avant Jésus-Christ ; mais il ne s’est réellement diffusé qu’après le règne d’Auguste, et dans les milieux populaires, essentiellement.

9 Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 549.

10 Description des fouilles de Pompéi, p. 229-31. Dans une note, Latapie, fidèle au scepticisme des philosophes de son temps, rappelle la supercherie des prêtres d’Isis. Cette référence à Flavius Josèphe est une des seules références littéraires de sa Description : « On peut lire dans l’historien Flav. Josèphe un trait remarquable de la fourberie et des moeurs de ces prêtres ».

11 Journal de voyage…, p. 316.

12 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 552. La caserne des gladiateurs, dont le dégagement commence en 1766 (cf. fig. 2, n. 8), se présente comme un grand péristyle, sur lequel donnent de nombreuses petites pièces. Il ne semble pas que cet édifice, dont le plan n’est pas très éloigné de celui d’une maison privée, ait toujours servi de lieu d’exercice pour les gladiateurs.

13 Description des fouilles de Pompéi, p. 226.

14 Journal de voyage…, p. 315.

15 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 207-8. Les deux théâtres — le grand théâtre et le théâtre couvert ou odéon — sont découverts respectivement en 1765 et 1764 (cf. sondages, n. 7 et 5) ; les dégagements se poursuivent lentement et s’achèvent, pour le grand théâtre, vers 1789.

16 F. Latapie, Description des fouilles de Pompéi, p. 227. Le temple grec archaïque fut construit vers le VIe siècle, et restauré à plusieurs reprises à l’époque républicaine.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540