Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

Les conditions de la visite

Texte intégral

L’EXCURSION À HERCULANUM ET POMPÉI

  • 1 Nous ne parlerons pas ici de Stables, dont le site fut reconnu aussi au XVIIIe siècle : les fouill (...)

1Les premières découvertes et les premiers sondages eurent lieu à Herculanum en 1709, et à Pompéi en 17381. Les premiers grands chantiers furent organisés à Herculanum vers 1735-40; à Pompéi, dans les années 1760. L’écart peut sembler important : il le fut plus encore. Entre la découverte des premiers vestiges et la décision d’effectuer les premières fouilles, il se passa deux siècles durant lesquels rien ne mit en branle la curiosité des savants ni des antiquaires.

2Dès le XVIe siècle, l’emplacement des cités était décelé : la carte d’Ambroglio Leone, de 1513 désigne l’emplacement de Portici par le nom d’« Herculanum Oppidum ». À la fin du siècle, le creusement du canal du Sarno ne souleva pas plus d’interrogations : prévu en 1592 par le gouverneur de la Campanie, le Comte Mutius Tuttavilla pour amener de l’eau au bourg de Torre Annunziata menacé de sécheresse, ce canal traversait, selon les plans de l’architecte romain Domenico Fontana, le monticule de Civita, c’est-à-dire de Pompéi. Approximativement il longeait l’amphithéâtre, traversait le forum près du temple d’Apollon, puis empruntait le tracé de la voie des sépulcres. La ville de Pompéi était enfouie sous huit mètres de débris, et les travaux entrepris étaient loin d’atteindre une telle profondeur. Néanmoins les tranchées creusées mirent à jour des pans de murs et des colonnes, quelques inscriptions et monnaies de Néron. Aucune conclusion n’en fut tirée, ni suite donnée à ces découvertes.

  • 2 On peut citer à titre d’exemple : en 1607, l’historien Capaccio, dans son Historia napoletana, qui (...)

3Au XVIIe siècle, de nombreux antiquaires émirent des suppositions2, qui, une fois de plus, ne furent pas suivies d’initiatives. Le Vésuve, à cette époque se manifesta à nouveau : la terrible éruption de 1631 provoqua des coulées de laves qui touchèrent, comme elles l’avaient fait en 79, mais moins gravement, le site de Portici/Herculanum. L’activité du Vésuve rappela la terrible catastrophe décrite par Pline le Jeune. Un érudit comme Holstenius note alors dans ses papiers que Civita se trouve probablement sur le même emplacement que l’antique Pompéi. Mais l’intérêt de la mise à jour de ces cités ensevelies ne semble pas frapper ces hommes dont beaucoup étaient, pourtant, de grands admirateurs de la civilisation romaine.

  • 3 Cf. infra Plan des fouilles de Pompéi, les sondages 1 et 2.

4Les fouilles à Herculanum commencèrent, par ordre du souverain Charles de Bourbon, le 22 octobre 1738. Dès 1739, ainsi que le fit Charles de Brosses, on peut visiter, très partiellement, cette cité. Les travaux à Civita (Pompéi) ne furent décidés que lorsque les recherches piétinèrent, à Herculanum; c’est en 1748 que l’on procéda aux premiers sondages qui permirent de pénétrer dans une maison et de repérer l’amphithéâtre3. Peu après, les travaux ralentirent, Herculanum livrant, avec la découverte de la maison des Papyrus, d’exceptionnels objets et œuvres d’art (de 1751 à 1754). Longtemps, il n’y eut rien à voir à Pompéi.

5Anne-Marie d’Aignan d’Orbessan, qui voyage dans la région de Naples en 1750, visite avec soin Herculanum, et signale les travaux en cours à Pompéi :

  • 4 Mélanges Historiques.... I, p. 572.
    Anne-Marie d’Aignan d’Orbessan (1709-179?) est issu d’une famil (...)

« On travaille dans ce moment aux excavations des lieux où l’on croit qu’étoit situé Pompeia, qui eut le même sort qu’Herculea, et que trois ou quatre torrens de lavange ont recouverte »4.

6Ni l’abbé Barthélemy, en 1756, ni Marie Anne du Bocage, en 1757-1758, ne se rendent à Civita. Plus tard, en 1764, l’abbé Richard ne consacre qu’une note à Pompéi. Nous trouvons une des premières descriptions de cette cité dans le Voyage de Lalande, en 1765-66; ce n’est, en effet, qu’à partir de 1764 que les grands déblaiements, ceux des deux théâtres, du temple d’Isis et de la caserne des gladiateurs (dite « Camp des soldats », à cette époque) qui ne font que commencer, révèlent aux visiteurs tout un quartier de la ville.

Organisation des emplois du temps

7Ainsi avons-nous deux types d’excursions : de 1739 à 1765, les visiteurs ne se rendent qu’à Portici : ils effectuent d’abord une brève visite dans la ville d’Herculanum; puis réservent la plus grande partie de leur journée à l’étude des œuvres d’art exposées dans le musée de Portici.

8Après 1765, la visite des fouilles, comme du musée, considérablement enrichi, exige plus de temps. Plusieurs possibilités s’offrent alors aux voyageurs : les voyageurs pressés, comme Bergeret de Grancourt, qui ne désirent pas consacrer plus d’une journée de leur temps à ces visites, vont le matin sur le site de Pompéi, l’après-midi, à Portici où, après une brève déambulation dans la cité d’Herculanum, ils visitent le musée :

  • 5 Journal de voyage en Italie..., p. 314 et 318.
    Pierre Jacques Onésyme Bergeret de Grancourt (1715-1 (...)

« Naples, le vendredi 6 may
... Nous sommes partis à 8 heures du matin de Naples pour nous rendre à Pompeia, ville curieuse, découverte depuis peu d’années. Il faut près de 3 heures pour s’y rendre, à une heure et demie par de là Portici, en tournant le bas de la montagne du Vésuve... De là on remonte en voiture et on revient à Portici, à une heure et demie de chemin. Portici est l’habitation du Roy, à une heure de Naples, où il passe environ trois mois de l’année... La situation de Portici est belle par son étendue de la vue sur le bord de la mer et par le coup d’œil de celle de Naples qui se trouve vis-à-vis, mais il n’y a absolument rien à regarder aux bâtimens qui sont communs et mauvais. Il s’agit d’y voir la ville d’Herculanum qui est à 80 pieds sous terre et les cabinets du Roy, enrichis de tout ce qu’on a trouvé dans cette ville et dont la collection augmente tous les jours »5.

9La Roque, qui voyage à peu près au même moment, juge une journée suffisante pour les deux cités, mais plusieurs visites nécessaires pour le musée :

  • 6 Voyage d’un Amateur des Arts.., III, p. 59-60.

« On compte de Portici à Pompeia un peu plus de trois milles : il est assez d’usage de voir Herculanum et cette dernière ville dans la même course, et l’on a tout le temps qu’il convient de leur donner : on en fait ensuite deux, trois et davantage, uniquement pour l’examen du Museum de Portici »6.

10Jean-Marie Roland de la Platière a décidé d’aller visiter les temples de Paestum. Sur son chemin, il visite Pompéi, le matin, et y déjeune :

  • 7 Lettres écrites de Suisse et Italie.., IV, p. 216.
    Jean-Marie Roland de la Platière (1732-1793). Ci (...)

« Nous fîmes un dîner leste sur le ruines mêmes de la ville, où sont enterrés beaucoup de ses habitants, auxquels nous fîmes des libations avec du vin de son propre cru »7.

11Après son retour à Naples, il se rend à Portici.

12Jean Dominique Cassini, qui estime sans doute que la moyenne des voyageurs est très résistante, propose de consacrer une première journée à Portici; puis de monter, la nuit tombante, au Vésuve :

  • 8 Guide de l’étranger..., p. 208.

« Vous attendez ensuite que la chaleur du jour soit passée, pour vous mettre en marche vers le Vésuve. Il faut tâcher d’arriver au sommet après le soleil couché, pour mieux jouir du spectacle des jets de pierres enflammées qu’il lance dans les airs »8.

13Le lendemain est naturellement consacré à la visite des sites d’Herculanum, de Pompéi et de Stables!

Les autorisations

14Une, deux, voire trois journées sont donc à prévoir, pour ces visites dans le cadre d’un séjour. Encore faut-il être prévoyant et, dès son arrivée, se préoccuper d’obtenir les autorisations nécessaires :

  • 9 J. -M. Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse.., IV, p. 140.

« J’ai partie faite pour aller à Herculanum et visiter les cabinets de Portici : il faut un billet du Ministre, que la moindre connoissance vous fait obtenir. En voici le style :
“Vuole il Re, che V. S. faccia, nella solita maniera, veder il Real Museo à M*** di Real Ordine ne La prevengo per l’adempimento. Venaffro (la Cour y étoit) li 16*** 1777.
signé Il March. della Sambuca”.
Aub bas et sur le dos est mis le nom du garde du cabinet »9.

15La Roque insiste sur les différentes précautions que l’on prend pour préserver un certain secret autour de ces collections et fouilles :

  • 10 Il s’agit de l’entrée d’Herculanum ; la visite se fait sous terre.
  • 11 Les Antichità d’Ercolano... d’Ottavio Antonio Baiardi, publication onéreuse, aux frais de Charles (...)
  • 12 La Roque, Voyage d’un amateur des arts..., III, p. 59.

« On est prévenu, dès Naples, de la permission expresse qu’il faut obtenir pour pouvoir entrer dans ces souterrains10 ; pour se promener dans les parties découvertes de Pompeia; et surtout, pour pénétrer dans l’infiniment curieux Museum de Portici. Ces permissions ne se refusent guères, mais elles ne sont point prodiguées. Les précautions de sûreté que l’on ne cesse de prendre à l’égard des curiosités que ces fouilles produisent, sont on ne peut pas plus sévères : une garde assez nombreuse établie à l’entrée du souterrain, sert autant à le défendre, qu’à maintenir la subordination parmi les forçats employés à ce travail : tous les pas que font les particuliers que la curiosité y attire, sont scrupuleusement éclairés, surveillés... Précédemment, on ne permettoit pas même un examen trop long, trop soigné, des raretés alors rassemblées dans les salles de Portici; encore moins souffroit-on qu’il en fut pris sur les lieux la plus légère notice; mais on s’est fort relâché à cet égard, depuis les premiers volumes de cette superbe et unique collection11 »12.

16L’auteur voyage dans les années 1775-78; les volumes dont il parle parurent, pour le premier, en 1757; les suivants en 1760, 1762 ... jusqu’en 1792.

Le secret

17Dès les premières découvertes d’Herculanum, Charles de Bourbon avait confié à un érudit, Baiardi, le soin de cataloguer, reproduire et commenter toutes les découvertes, afin d’éditer, à ses frais, un inoubliable ouvrage, qu’il comptait généreusement offrir aux savants et amateurs de la République des Lettres. Louable intention; mais le choix de Baiardi se révéla malheureux. En effet, ou bien il ne travaillait pas; ou bien il se noyait dans un océan de détails et, de toute façon, il n’écrivait rien.

18Charles VII qui, avec son ministre signait les autorisations, ne pouvait longtemps tenir secrètes les fouilles ni les œuvres exposées au musée. Il voulait que la parution de ces volumes fît grande impression dans les milieux antiquaires. En fait, leur parution sans cesse retardée ne fit qu’exaspérer les visiteurs : tout croquis, toute note, tout arrêt prolongé était rigoureusement interdit, même après la parution des premiers volumes. L’abbé Barthélemy, en 1756, prie le comte de Caylus de ne pas lui reprocher l’inexactitude de ses dessins et descriptions, faits de mémoire :

  • 13 Voyage en Italie de l’abbé Barthélemy, p. 268.
    L’abbé Barthélemy (1716-1795) est d’origine méridion (...)

« Au reste, n’oubliez jamais que ces eaux fortes viennent d’après des dessins faits de mémoire, en sortant d’admirer le nombre prodigieux de peintures antiques conservées dans le palais du roi des Deux-Siciles, et que l’on fait voir avec une si grande rapidité, qu’il semble que les Napolitains soient persuadés que les regards trop répétés pourroient les détruire, ou leur porter quelque dommage »13.

  • 14 Le marquis Caracciolo commente ainsi l’ouvrage : « Jusqu’ici le signor Baiardi s’est ingénié à ens (...)

19Les ouvrages de Baiardi n’ont point satisfait le monde des curieux : deux mille cinq cents pages d’introduction ne soufflent mot des deux cités, ni des découvertes qu’on y a faites. En revanche, un savant parallèle est mené entre Alexandre, conquérant du monde, et Charles de Bourbon, conquérant du sous-sol14 !

20Le premier inventaire de 1755 comprend la description de 738 fresques et 1647 objets; mais, comme cet inventaire est loin d’être achevé, le secret est maintenu. Bergeret de Grancourt est deçu par l’ouvrage : tout d’abord parce qu’après le départ de Charles de Bourbon, devenu Charles III d’Espagne, ce livre se vend, et se vend cher; mais surtout parce qu’il en trouve le contenu beaucoup trop détaillé :

  • 15 Bergeret de Grancourt, journal de voyage.., p. 320.

« Premièrement, j’ai trouvé que l’on vendoit fort cher les livres que le Roy ne vendoit pas autrefois. Je trouve que ces livres sont de trop de petits détails. Il semble que l’on ait voulu absolument faire des volumes qui se trouveront sans fin, par le nombre de dessins peu intéressans, fort connus et souvent mal rendus »15.

21L’abbé Saint-Non a voyagé en Italie entre 1759 et 1762; mais l’idée du Voyage Pittoresque de Naples et de Sicile ne lui vient que plus tard; en 1777, il demande à un groupe de peintres et de dessinateurs, sous la direction de Vivant Denon, de lever des plans et graver des vues, pour illustrer de grands volumes in-folio. À cette date, il signale que toute mesure est encore interdite sur les chantiers de Pompéi. Les plans du Voyage Pittoresque sont parmi les tout premiers :

  • 16 Jean Claude Richard, abbé de Saint Non, Voyage pittoresque..., II, p. 141.
    Saint-Non naquit à Paris (...)

« Il est certain que, pour assurer et indiquer ainsi la forme et l’étendue des monumens, il falloit, dans l’artiste auquel nous devons les plans, un coup d’œil bien exercé et bien intelligent, pour avoir pu les saisir avec autant d’adresse, malgré toutes les difficultés, et la vigilance des gardes dont il étoit entouré »16.

22Quant à Latapie, il estime, en 1776, lorsqu’il se rend en Italie, que la plupart des édifices sont encore inédits :

  • 17 Description des fouilles de Pompéi..., p. 225. Latapie évoque ici l’ouvrage de Sir William Hamilto (...)

« Le plaisir que j’ai eu à observer les monumens qui ont été découverts jusqu’à présent, et la certitude où je suis que personne n’a encore rien publié sur les antiquités de Pompéii, (Note : M. de Lalande en a parlé, mais sans aucun de ces détails nécessaires pour qu’on puisse en avoir des idées nettes, or en fait de description c’est ce que j’appelle ne rien publier. D’ailleurs il y a dix ans qu’il écrivoit, et alors on n’avoit poussé les fouilles que jusqu’au Temple d’Isis. Depuis que j’ai écrit ceci, M. le Ch. Hamilton ministre d’Angleterre à Naples, m’a appris qu’il avoit fait dessiner quelques monuments de Pompéii, qui paroitront dans les Transactions Philosophiques) et que la génération présente aura disparu avant que le public possède un ouvrage sur ce sujet fait par ordre ou par permission du gouvernement napolitain; ces deux motifs m’ont fait naître l’idée d’en crayonner une description qui pourra ne pas déplaire à ceux qui ne sont pas à portée de voir les objets mêmes, et seraient peut-être bien aises de les connoître d’une manière un peu distincte. Cette description sera aussi exacte que les notes furtives que j’ai prises sur les lieux et la foible connoissance que j’ai des arts et ma mémoire pourront le permettre »17.

23Jusqu’à la fin du siècle, les visiteurs n’eurent aucune liberté pour se promener dans les ruines. Les interdictions sont souvent mentionnées; mais du « Cicerone », qui semble obligatoire, les voyageurs ne parlent guère. Comme à Rome, les guides de toutes sortes s’étaient multipliés dans les grands sites touristiques des environs de Naples. Roland de la Platière relève simplement l’incompétence de celui qu’il est contraint de subir :

  • 18 Lettres de Suisse et d’Italie..., IV, p. 215.

« Quoiqu’on se fasse accompagner par une sorte de Cicerone, bon homme qui du moins en fait le rôle, et qui dit volontier tout ce qu’il sait, et beaucoup plus, il n’est pas inutile de se trouver avec quelqu’un de bon sens, qui ait déjà fait ce voyage : j’étois heureusement dans ce cas »18.

Le coût des visites

24Pour les voyageurs, les frais s’accumulent : prix des courses, pourboires, entrées, pièces pour le cicerone etc. ... À combien tous ces frais se montent-ils? Les prix que nous donnons ici sont toujours convertis en livres françaises. La monnaie française étant stabilisée depuis 1726, l’on peut suivre l’évolution — modérée — des tarifs.

25Voici ce qu’il en coûte pour aller à Portici et au Mont Vésuve d’après le Guide d’Italie pour faire agréablement le voyage de Rome, Naples et autres lieux, publié en 1775 :

  • 19 À titre de comparaison : 300 l. représentent la portion congrue d’un curé avant 1768; 500 l., aprè (...)
  • 20 Guide d’Italie..., p. 222.

Pour voir l’appartement du Roi à Portici... 4 carlins
À la ville d’Herculane...... 3 »
Pour voir les salles des antiquités........ 2 »
À celui qui nous conduisit au Mont Vésuve..... 2 »
Le déjeuner et goûter le bon vin rouge du Mont Vésuve. 1 »
Le cabriolet et bonne main du Cocher.......... 11 »
Total 23 carlins
qui valent en argent de France 9 l., 10 s., 8 d.
Le voyage de Rome à Naples pour aller et revenir, n’est pas si coûteux qu’on le pense, puisque mon compagnon et moi, pendant vingt-huit jours que nous avons été, tant en route dans la ville, toujours dans les meilleures auberges, et n’épargnant rien pour les voitures et nous faire servir comme il convient, nous n’avons dépensé que 300 livres, argent de France19 »20.

26Jean-Marie Roland de la Platière voyage dans les années 1776-78. Il précise qu’il donne « les prix des calèches à deux et toujours le domestique derrière, si on en a » :

  • 21 Lettres de Suisse et d’Italie.., IV, p. 255-58.

« Il faut une journée pour aller visiter Pompeia, Castel’a mare, et toute l’anse de ce beau golfe. On aura un “calesse” pour 12 ou 13 carlins : on vit comme on veut, les frais d’ailleurs sont fort modiques. Portici, ses cabinets, le Palais, quelques jardins et Herculanum, demandent encore une journée : le Museum seul exigeroit bien la journée entière, et même deux, trois, quatre et nombre de séances. On donne au garde de ce Museum, 6 ou 8 carlins, quelquefois 10, suivant le nombre de personnes, le temps qu’on y est resté, la manière empressée et honnête avec laquelle il s’est prêté à ouvrir les armoires, laisser voir de plus près, toucher même les objets que l’on a désiré, et répondre à toutes les questions qu’on imagine de faire pour son instruction; au garde des peintures, 4 à 5 carlins; au Palais du Roi, 3 ou 4 et deux pour voir les statues, les colonnes &... ; quelques grains çà et là à des ouvriers ou des valets, pour entrer dans les jardins, sur les terrasses, dans d’autres Palais; à l’invalide qui a la clé d’Herculanum, et qui y introduit les voyageurs avec un flambeau, 3 carlins pour trois heures, si cela fait plaisir.
J’ai assez parlé des voyages du Vésuve et de ce qu’il en coûte. Le prix ordinaire des calèches pour Portici et Resina, est de 4 carlins; il faut bien expliquer jusqu’à quel endroit on prétend être mené : quelquefois on y va pour 3 carlins; on trouve souvent des retours pour 2, même 1. Quand on doit revenir quelques heures après, on fait prix pour cinq ou six carlins. Veut-on trouver ces calèches à tant par jour, pour courir dans la ville? C’est l’affaire de 10 carlins.
Le louis d’or de France vaut ordinairement 56 carlins, ce qui fait 2 1/3 carlins pour une livre de France; et l’on évalue le carlin, dans la dépense courante, sur le pied de 8 l. et 6 den. »21.

27Roland de la Platière signale que la monnaie qui se change le mieux est le louis d’or; et qu’il vaut mieux le changer ailleurs qu’à Rome, si l’on ne veut pas se faire trop voler.

28Le Guide d’Italie de Reichard, pratique, invite les visiteurs à se munir de monnaie. Le guide, publié en 1793, donne les tarifs de 1790 :

  • 22 Non paginé, chap. VII, Note des dépenses à faire dans ce voyage.

« Au garde du Musée de Portici, 8 à 10 carlini. Au garde des tableaux, 4 à 5 carlini. Pour se faire montrer les statues et les colonnes qui sont dans le palais royal, 2, 3 ou 4 carlini. À l’invalide qui a les clefs d’Herculanum et qui y conduit les étrangers avec un flambeau, un carl, par heure. Le Louis de 24 livres, argent de France, ou onze florins d’Empire, vaut ordinairement 56 carlini »22.

29D’un guide à l’autre, on note une petite augmentation des tarifs, due, sans doute, à l’accroissement du nombre des visiteurs. Les prix de Roland de la Platière sont plus élevés, mais les services qu’il demande sont plus nombreux et parfois, interdits. Tout, en tout cas, se monnaye durant les visites.

30L’on remarque que les voyageurs parlent peu du cicerone, et n’évoquent — Roland de la Platière mis à part — guère le problème des pourboires. Sans doute parce que Pompei et Herculanum n’offrent guère d’originalité en ce domaine. Toutefois à Herculanum notamment, un accompagnateur est nécessaire pour conduire les visiteurs dans un dédale de couloirs qui changent d’une année sur l’autre; à Pompéi, les voyageurs n’ont pas non plus de plans pour se diriger. Celui qui figure dans le Voyage pittoresque de Saint-Non, un des premiers, comme nous l’avons signalé, n’est d’ailleurs que partiel, puisqu’il ne correspond qu’au quartier des deux théâtres, du temple d’Isis et de la caserne des gladiateurs.

31C’est donc avec des connaissances livresques et un cicerone plus bavard que compétent, que les voyageurs découvrent ces deux cités.

Notes

1 Nous ne parlerons pas ici de Stables, dont le site fut reconnu aussi au XVIIIe siècle : les fouilles y furent beaucoup plus limitées, souvent à nouveau comblées après déblaiement, et les voyageurs ne visitèrent guère ce site où peu de vestiges retenaient l’attention.

2 On peut citer à titre d’exemple : en 1607, l’historien Capaccio, dans son Historia napoletana, qui mentionne la présence de vestiges près de Civita. En 1651, Camillo Pellegrino, dans un ouvrage sur les antiquités campaniennes, qui localise Herculanum sous Torre del Greco. En 1688, on retrouve la même affirmation chez Francesco Balzano, dans son livre L’Ancien Herculanum, l’actuel Torre del Greco, arraché à l’oubli. En 1689, lors du creusement d’un puits à Civita, on trouve une inscription où figure le nom de Pompéi; l’architecte napolitain Francesco Pichetti conclut qu’il s’agit de la villa de Pom-peius. En 1693, Giuseppe Macrini écrit, à propos de Civita, dans son livre De Vesuvio : «J’y ai vu des maisons entières, des ruines de murailles et quelques colonnes de briques, à demi dégagées ».

3 Cf. infra Plan des fouilles de Pompéi, les sondages 1 et 2.

4 Mélanges Historiques.... I, p. 572.
Anne-Marie d’Aignan d’Orbessan (1709-179?) est issu d’une famille de robins toulousaine; après avoir achevé des études de droit, il devient magistrat lui-même, et, un peu plus tard, en 1738, président à mortier au Parlement de Toulouse. C’est un magistrat modéré et, en 1770, Maupeou le charge d’assumer la charge de premier président du Parlement réformé. Il démissionne, n’approuvant pas la politique du Triumvirat à l’égard des Parlements. Il se retire alors dans son château d’Orbessan, dans le pays de Foix, et s’adonne aux lettres et aux sciences. Il a toute sa vie manifesté beaucoup d’intérêt pour les belles lettres, participant à divers concours littéraires, siégeant, à Toulouse, à l’Académie des jeux floraux et à l’Académie des sciences et belles-lettres; c’est par amour de l’antiquité qu’il s’est décidé, à la fin de l’année 1749, à partir en Italie. Il a, par la suite, gardé des relations épistolaires avec les membres de l’Académie de Cortone. On lui doit, en 1752, la traduction du Traité de Sénat romain, de Middleton.

5 Journal de voyage en Italie..., p. 314 et 318.
Pierre Jacques Onésyme Bergeret de Grancourt (1715-1785) voyage en 1774-75 en compagnie de Fragonard. Bergeret de Grancourt est un bon exemple de financier amateur d’art. Fils d’un fermier général, il fait, à son tour, carrière dans la finance, et mène grand train et joyeuse vie à Paris, en son hôtel, place des Victoires. Émule de Crozat, il collectionne les œuvres d’art et reçoit dans ses salons des artistes aussi réputés que Boucher, Natoire, Hubert Robert et Fragonard. Il tente même de devenir artiste. Il conçoit, en tous cas, ses voyages comme des tours artistiques, qu’il se rende en Angleterre (1772), en Hollande (1773-74) ou en Italie. Fragonard, qui auparavant avait déjà séjourné en Italie entre 1756 et 1761, a laissé de nombreux dessins de son voyage avec Bergeret (il y en a dans les fonds de la Faculté de Médecine de Montpellier, notamment).

6 Voyage d’un Amateur des Arts.., III, p. 59-60.

7 Lettres écrites de Suisse et Italie.., IV, p. 216.
Jean-Marie Roland de la Platière (1732-1793). Cinquième fils d’une famille de robins déchue, il quitte à 19 ans la maison paternelle (sise près de Lyon) et gagne à pied Nantes, pour se placer chez un armateur et gagner les Indes. Mais il se met au service d’un inspecteur des Manufactures à Rouen, lié à sa famille, et il gravit lentement tous les échelons. En 1770, il exerce semblable charge à Amiens. Son voyage se présente sous la forme de lettres envoyées à sa fiancée, Melle Phlipon, qu’il épousa peu après, et qui est plus connue sous le nom de Madame Roland. Ce voyage en Italie fut suivi par un autre, en 1784, en Angleterre. J. -M. Roland de la Platière a rédigé de nombreux articles pour le Dictionnaire des manufactures de la Nouvelle Encyclopédie, mais il a peu écrit de textes littéraires. En 1789, il est muté à Lyon; il est élu, comme patriote, à la municipalité de cette ville. Lié d’abord aux Jacobins, il suit par la suite le parti des Brissotins, et subit la même disgrâce en mai 1793. À la nouvelle de l’exécution de sa femme, il se suicide, en novembre 1793.

8 Guide de l’étranger..., p. 208.

9 J. -M. Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse.., IV, p. 140.

10 Il s’agit de l’entrée d’Herculanum ; la visite se fait sous terre.

11 Les Antichità d’Ercolano... d’Ottavio Antonio Baiardi, publication onéreuse, aux frais de Charles de Bourbon.

12 La Roque, Voyage d’un amateur des arts..., III, p. 59.

13 Voyage en Italie de l’abbé Barthélemy, p. 268.
L’abbé Barthélemy (1716-1795) est d’origine méridionale, comme de nombreux antiquaires et érudits français au XVIIIe siècle. Né à Aubagne, il a fait ses études chez les Oratoriens, puis chez les Jésuites. Son ordination est incertaine. En 1744, il gagne Paris, avec des lettres de recommandation pour Gros de Boze, garde des médailles du roi, qui l’introduit dans le cénacle du comte de Caylus. Il s’y fait remarquer, et se lie d’amitié avec Caylus. Dès lors, sa carrière est rapide : sans aucune publication, il entre comme associé à l’Académie des Inscriptions et belles-lettres en 1747, puis à la Société royale de Londres. En 1753, il succède à Gros de Boze, comme garde des médailles du Roi.
Lorsqu’il part pour l’Italie, il a déjà acquis une solide réputation : il a restitué l’alphabet phénicien puis, en 1758, l’alphabet palmyréen. Au cours de son séjour à Rome, il se lie aux Choiseul-Stainville. Le duc de Choiseul, devenu ministre, sollicite et obtient pour lui une pension. Mais en 1770, il est disgracié. L’abbé Barthélemy le suit au château de Chanteloup, où il commence à travailler au Jeune Anacharsis, roman dont l’idée lui était venue en Italie. Les premiers volumes du Voyage du Jeune Anacharsis en Grèce paraîssent en 1788, et sont accueillis avec enthousiasme par le public. Il entre, en 1789, à l’Académie française. En 1792, il est temporairement emprisonné, puis perd ses pensions en 1793, avec la suppression des académies. Il meurt, en 1795, âgé et misérable. Ses écrits sont nombreux. Tous traitent de l’Antiquité, et la plupart sont publiés dans les Mémoires de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres. La civilisation de la Grèce semble l’avoir plus intéressé que l’histoire romaine.
Son Voyage en Italie est en fait la publication de sa correspondance, durant ce voyage. De nombreuses lettres sont adressées au comte de Caylus.

14 Le marquis Caracciolo commente ainsi l’ouvrage : « Jusqu’ici le signor Baiardi s’est ingénié à ensevelir les antiquités d’Herculanum sous une couche encore plus épaisse que celle qui les recouvre ».

15 Bergeret de Grancourt, journal de voyage.., p. 320.

16 Jean Claude Richard, abbé de Saint Non, Voyage pittoresque..., II, p. 141.
Saint-Non naquit à Paris en 1727. Il était issu d’un milieu très aisé, son père étant receveur général des finances. Il fait des études de théologie et de jurisprudence, qui ne le passionnent guère; l’exercice de sa charge de conseiller-clerc au Parlement ne l’intéresse pas non plus. En fait Saint-Non est un amateur d’art. Une lettre de cachet, qui le relègue à Poitiers au moment de la rébellion des Parlements, lui permet de prendre des « vacances ». Il dessine, puis envoie sa démission et part en voyage : en Angleterre, d’abord, puis en Italie, en 1759. À Rome, il fait connaissance d’Hubert Robert et de Fragonard, qui l’accompagnent à Naples. En 1762, à son retour en France, Saint-Non fait graver les dessins de ses voyages; et c’est alors qu’il lui vient à l’idée de réaliser une édition luxueusement illustrée, pour amateur éclairé, d’un voyage en Italie du Sud. Dès 1777, l’abbé Saint-Non, resté à Paris, engage une équipe de peintres et dessinateurs qui parcourent le royaume de Naples, sous la direction de Vivant Denon.
Abandonné par ses bailleurs de fonds, Saint-Non sacrifie sa fortune et celle de son frère dans cette entreprise, qui ne lui vaut qu’un titre d’« Amateur honoraire » à l’Académie de peinture. Il se montre favorable à la Révolution, à ses débuts; et meurt, en 1791.

17 Description des fouilles de Pompéi..., p. 225. Latapie évoque ici l’ouvrage de Sir William Hamilton, intitulé : Account of the discoveries at Pompeii, communiqué à la Société royale des antiquaires de Londres, puis édité (London, 1777). Cet ouvrage contient une dizaine de planches.
François de Paule Latapie (1739-1823) est originaire du Bordelais. Fils d’un notaire-arpenteur ami de Montesquieu, il passe une partie de son enfance au château de la Brède, puis devient l’ami et le secrétaire du fils du philosophe, Jean-Baptiste de Secondat. Inspecteur des manufactures en Guyenne, mais aussi botaniste et helléniste, il fréquente l’Académie de Bordeaux, qui le reçoit parmi les siens en 1775. C’est avec J. -B. de Secondat qu’il est allé en Italie; ils ont surtout visité le centre du pays, la Sicile, Capri et les îles Lipari. À son retour, Latapie a rédigé cette De script ion des fouilles de Pompéi, sous la forme d’une lettre adressée à Trudaine, et qu’il a lue à ses collègues de l’Académie de Bordeaux. Cette Description, publiée par P. Barrière et A. Maiuri, est conservée dans les Archives l’Académie de Bordeaux (Bibl. municipale, fonds Lamontaigne, mss. 1696, 31). La plupart des abondantes notes de Latapie sont aujourd’hui dispersées ou perdues.

18 Lettres de Suisse et d’Italie..., IV, p. 215.

19 À titre de comparaison : 300 l. représentent la portion congrue d’un curé avant 1768; 500 l., après cette date (par an). Dans la seconde moitié du siècle, un commis ou caissier gagne quatre à cinq livres par jour; mais beaucoup d’ouvriers n’ont qu’un salaire quotidien de dix à vingt sous. (Exemples pris dans l’Histoire économique et sociale de la France, 1660-1789, sous la direction de F. Braudel et E. Labrousse, p. 588 et 670).

20 Guide d’Italie..., p. 222.

21 Lettres de Suisse et d’Italie.., IV, p. 255-58.

22 Non paginé, chap. VII, Note des dépenses à faire dans ce voyage.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable