Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

Considérations préliminaires

Texte intégral

1Naples, au XVIIIe siècle, n’est pas un « bout du monde ». Pourtant, tous les voyageurs ne s’y rendent pas, même lorsque la renommée croissante des ruines grecques, dans les années 1760, commence à attirer plus de visiteurs dans le sud de l’Italie. La visite de Naples et de sa région constitue le plus souvent une excursion à partir de Rome, d’une quinzaine de jours, parfois plus longue. Diplomates, amateurs d’opéras, de volcans et d’antiquités y séjournent plus longtemps ; ces derniers surtout, car le Royaume de Naples est d’une exceptionnelle richesse. Et, pour qui suit la route de Rome à Naples à travers les Marais Pontins, un guide à la main, l’itinéraire est déjà une véritable initiation à l’antiquité romaine :

« 1ère poste : Torre-di-Mezza-Via.
On passe ici sous un acqueduc romain, qui amène toujours de l’eau dans la Rome moderne. Il faut faire ce voyage à Naples, la 5me satyre du I livre d’Horace à la main, dans laquelle il décrit son voyage de Rome à Brindes.
…Cette route faite par la Campanie est très belle et très solide, c’est un renouvellement de la via Appia, dont les fondemens ont servi pour l’établir…
Fondi. 6. On prétend que la partie inférieure des murs, est plus ancienne que Rome. La situation est délicieuse. Dans le voisinage on montre la cave où Séjan cacha Tibère…
Itri. 7. Au bord du chemin qui mène à Gaëte une tour appelée le tombeau de Cicéron.
Mola di Gaëte. 8. Le vin de Gaëte est célèbre. Cicéron y avoit une de ses maisons de campagne, et c’est près de là qu’il fut assassiné…
La tour de Roland, étoit, vraisemblablement, le mausolée de Munatius Plancus, le fondateur de Lyon.
Capoue. 11. À Capoue, il faut envoyer son passeport au gouverneur, et attendre sa permission de passer outre… Les délices de Capoue affaiblirent l’armée de Hannibal ».

2Enfin vient le spectacle, réputé inoubliable, de l’arrivée sur Naples :

  • 1 Reichard, Guide de l’Italie, 1793, chap. VII, route de Rome à Naples par les Marais Pontins, (non (...)

« Quel spectacle pour un étranger qui voyage entre les allées d’arbres chargées de raisins qui conduisent à la ville de Naples, quel spectacle d’apercevoir tout d’un coup de sa voiture au-dessus de l’amphithéâtre sur lequel est situé cette ville, un tourbillon de fumée, sous la forme d’une colonne haute, grise, et épaisse, qui s’élève d’une montagne isolée et parfaitement ronde »1.

3Jean-Dominique Cassini se livre à des observations similaires sur cette même route :

  • 2 J. -D. Cassini, Manuel de l’étranger..., p. 206-6.

« Les pays qu’elle traverse sont extrêmement intéressants relativement à l’histoire romaine. Quiconque voudrait y suivre pas à pas les indications des Auteurs anciens et se livrer à la recherche des principaux endroits qu’ils ont cités auroit de quoi s’y arrêter longtemps »2.

4Mais il signale aussi qu’il n’est pas bon de trop y flâner : car l’air des Marais Pontins est « infecté », et les campagnes regorgent de brigands. En fait il vaut mieux, quand on voyage entre juin et octobre, ne pas s’arrêter du tout. Cette course sans haltes dure vingt-huit à trente heures, qu’une route très mauvaise rend plus fatigante encore. Il est aussi nécessaire d’avoir des papiers en règle :

  • 3 La Roque, Voyage d’un amateur des Arts..., III, p. 1.

« Il est de toute nécessité de s’assurer avant de partir de Rome pour Naples d’un passeport, et vice-versâ, lors du retour de Naples à Rome. Ces passeports doivent être demandés par l’Ambassadeur, le résident ou le consul de la nation à laquelle on appartient : ils sont de rigueur pour l’entrée, et plus encore pour la sortie des États de Naples »3.

5En dépit de la fatigue et des tracasseries administratives, les voyageurs, pendant le trajet, préparent leur séjour à Naples. Ils relisent leurs guides, leurs livres d’histoire romaine, leurs « classiques ». C’est chose aisée pour Cumes et Pouzzoles, lieux hantés par le souvenir de Virgile, et Capoue, fatale aux soldats d’Hannibal… Mais que lire pour Herculanum et Pompéi ? Leur nom n’est cité que par Dion Cassius, à propos de la catastrophe qui les ensevelit.

6Tous les récits de voyage font allusion, en guise d’introduction à la visite de ces deux villes, au texte de Dion Cassius, à la lettre de Pline le Jeune et à quelques vers de Stace, qui décrivent le Vésuve en éruption. Certains auteurs, soucieux de satisfaire leurs lecteurs et leur éviter de se déplacer eux-mêmes jusqu’à leur bibliothèque, citent intégralement ces quelques extraits. C’est ainsi que Gabriel Seigneux de Correvon, dès la première lettre de son ouvrage évoque l’éruption du Vesuve :

  • 4 Lettres sur la découverte de l’ancienne ville d’Herculane, (1770), pp. 34-35.

« Dion Cassius (dit-il) fait une description détaillée de celle (l’éruption) qui arriva sous l’Empire de Tite… “on crût alors que la terre s’écrou-loit, et que le monde alloit retomber dans le cahos. L’air, la terre et la mer étoient également sujet d’éfroi. Il n’y avoit de sûreté nulle part. Le soleil étoit obscurci par des tourbillons de cendre et de poussière qui furent portés jusques en Egypte”. Dion, qui en parle de cette manière, ne rapporte cependant dans le nombre des villes ensevelies que Pompéi et Herculane »4.

7Charles de Brosses, dont la méticulosité est parfois étonnante, cite aussi le témoignage de Xiphilin, obscur abréviateur de Dion dans la Vie de Titus. Les hommes du XVIIIe siècle étaient familiarisés avec des compilateurs et des abréviateurs, dont on n’entend plus guère parler aujourd’hui.

  • 5 Lettre sur la ville souterreine d’Héraclée, p. 43.
    Charles de Brosses (1709-1777) fut conseiller pu (...)

« Le Vésuve jetta tant de matériaux, que non seulement tous les bestiaux, les oiseaux et même les poissons du rivage périrent ; mais que deux villes de Campanie, Herculée et Pompéi furent ensevelies sous les débris de la montagne. Les cendres furent portées jusqu’en Égypte et en Syrie. Il en vint de si gros nuages à Rome, que le soleil en fut obscurci, au grand étonnement des habitants qui ignoroient encore ce qui se passoit du côté d’Herculée »5.

  • 6 Charles Marguerite Dupaty (1746-1788) a fait de brillantes études à La Rochelle. À dix-neuf ans, i (...)

8Charles Dupaty6 donne en traduction le récit de Pline le Jeune afin que son fils, déjà familiarisé avec Pline l’Ancien et Tacite à qui la lettre est adressée, puisse mieux comprendre l’intérêt de la découverte de ces cités. C’est une traduction très libre, qui témoigne tout à la fois d’une sensiblerie certaine, et de la volonté de dramatiser. À titre de comparaison, nous citons, en annexe, la traduction de A. -M. Guillemin, dans l’édition Budé. Dupaty imagine plus l’éruption du Vésuve d’après le récit de Pline, qu’il ne traduit le passage :

« Dans mon avant-dernière lettre à votre mère, mon cher Charles, j’ai dit un mot de la mort de Pline l’Ancien, c’est-à-dire, du premier Buffon. .. Pénétrez-vous d’abord, mon cher Charles, de tout l’intérêt que renferme une lettre où le panégyriste de Trajan raconte à l’historien Tacite la mort du grand philosophe Pline, victime, au commencement du règne de Titus, de la première éruption du Vésuve.
.Mon oncle était à Misène où il commandait la flotte. Le 23 août, une heure environ après midi, comme il était sur son lit, occupé à étudier, après avoir, suivant sa coutume, dormi un moment au soleil et bu de l’eau froide, ma mère monte à sa chambre. Elle lui annonce qu’il s’élève dans le ciel un nuage d’une grandeur et d’une figure extraordinaire. Mon oncle se lève : il examine le prodige, mais sans pouvoir reconnoitre, à cause de la distance, que ce nuage montait du Vésuve Il ressemblait à un grand pin ; il en avait la cime, il en avait les branches. Sans doute un vent souterrain le poussait avec impétuosité, et le soutenait dans les airs. Il paraissait tantôt blanc tantôt noir, tantôt de diverses couleurs, suivant qu’il était plus ou moins chargé, ou de cailloux ou de cendres.
Mon oncle fut étonné : il crut ce phénomène digne d’être examiné de près. Vite une galère, dit-il, et il m’invita à le suivre. J’aimai mieux rester pour étudier. Mon oncle sort donc seul, et, ses tablettes à la main, il s’embarque.
Cependant je continuai à étudier. Je prends le bain, je me couche ; mais je ne pouvais dormir. Le tremblement de terre, qui, depuis plusieurs jours, agitait aux environs tous les bourgs et les villes mêmes, augmentait à tout moment. Je me lève pour aller éveiller ma mère ; ma mère entre soudain dans ma chambre pour m’éveiller.
Nous descendîmes dans la cour. Nous nous assîmes. Pour ne pas perdre mon temps, je me fis apporter Tite-Live. Je lis, je médite, j’extrais, comme j’aurais fait dans ma chambre. Etait-ce fermeté, était-ce imprudence ? Je l’ignore : j’étais si jeune (il n’avait alors que dix-huit ans) ! Dans le moment arrive un ami de mon oncle, parti nouvellement d’Espagne pour le voir. Il reproche à ma mère sa sécurité ; à moi, mon audace. Je ne levai seulement pas les yeux de dessus mon livre. Cependant les maisons chancelaient à un tel point, que nous resolûmes de quitter Misène. Le peuple épouvanté nous suivit ; car le frayeur imite quelquefois la prudence.
Sortis de la ville nous nous arrêtons. Nouveaux prodiges, nouvelles terreurs. Le rivage qui s’élargissait sans cesse, couvert de poissons demeurés à sec, s’agitait à tout moment, et repoussait fort loin la mer irritée qui retombait sur elle-même ; tandis que devant nous s’avance des bornes de l’horizon un nuage noir, chargé de feux sombres, qui incessamment le déchirent et jaillissent en larges éclairs…
Dans l’instant la nue s’abat des cieux sur la mer, et l’enveloppe ; elle nous dérobe l’île de Caprée et le promontoire de Misène. Sauve-toi, mon cher fils, s’écrie ma mère, sauve-toi, tu le dois, et le peux car tu est jeune : mais moi, chargée d’embonpoint et d’années, pourvu que je ne sois pas la cause de ta mort, je meurs contente.
— Ma mère, point de salut pour moi qu’avec vous. — Je prends ma mère par la main, et je l’entraîne. — Ο mon fils, disait-elle en pleurant, je te retarde !…
À peine avions nous quitté le grand chemin, il était nuit, la nuit la plus noire. Alors ce ne furent plus que plaintes de femmes, que gémisse-mens d’enfans, que cris d’hommes. On entendait à travers les sanglots et avec les divers accents de la douleur : —Mon père ! —Mon fils ! —Ma femme ! On ne se reconnaissait qu’à la voix. Celui-ci déplorait sa destinée ; celui-là le sort de ses proches : les uns imploraient les dieux ; les autres cessaient d’y croire : plusieurs appelaient la mort même contre la mort. On disait que l’on était maintenant enseveli avec le monde dans la dernière des nuits, dans celle qui devait être éternelle. Et au milieu de tout cela, que de récits funestes ! que de terreurs imaginaires ! la frayeur outrait tout et croyait tout… Le dirai-je ? Au milieu de cette scène d’horreur, il ne m’échappa pas une plainte. Je me consolai de mourir dans cette pensée : l’univers meurt ».

9À la fin de sa lettre, Dupaty, qui estime sans doute que son fils sait ce qu’est une éruption — peut-être même s’est-il imaginé être à la place de Pline le Jeune — revient au récit original et aux faits et gestes de Pline l’Ancien. La lettre s’achève sur sa mort :

  • 7 Ch. M. Dupaty, Lettres écrites d’Italie, p. 289-300.

« On sort donc à l’instant de la ville, et, pour toute précaution, on se couvre la tête d’oreillers. Le jour recommençait partout ailleurs ; mais là continuait la nuit : nuit horrible ! la nue en feu l’éclairait. Mon oncle voulut s’approcher du rivage, malgré la mer qui était encore grosse. Il descend, boit de l’eau, fait étendre un drap, et se couche. Tout à coup des flammes ardentes, précédées d’une odeur de soufre, brillent, et font fuir au loin tout le monde. Mon oncle, soutenu par deux esclaves, se lève ; mais soudain, suffoqué par la vapeur, il tombe ; — Et Pline est mort.
Quel récit, mon cher Charles ! il vous montre tout à la fois la première éruption connue du Vésuve, une des scènes les plus lamentables, une des morts les plus malheureuses, une des passions de connaître les plus intrépides, un des plus beaux esprits de l’antiquité ; et il pourrait vous apprendre encore ce qu’est la tendresse d’une mère, si vous n’aviez pas la vôtre »7.

  • 8 Si l’on est sûr de la ville, on hésite sur le nom exact : dans la première édition de son voyage ( (...)

10Aux yeux de certains voyageurs, cette lettre de Pline le Jeune pose plus de problèmes qu’il n’y paraît. En effet, si la plupart des savants et historiens font naturellement la liaison entre l’ensevelissement des deux cités et l’éruption décrite par Pline, d’autres s’étonnent de ne trouver dans la lettre à Tacite aucune mention de Pompéi ni d’Herculanum. Or, l’on fut assez vite fixé, grâce à la découverte d’inscriptions sur l’identité des cités : à Herculanum, le 11 décembre 1738, une inscription dans le théâtre permit d’affirmer avec certitude que l’on avait bien retrouvé Herculanum8. En 1763 la découverte d’une autre inscription permet l’identification définitive de Pompéi. Pourquoi Pline n’a-t-il pas cité ces deux noms si ces villes ont réellement été ensevelies lors de l’éruption de 79 ? Le philosophe Charles Duclos émet quelques réserves sur la date de l’ensevelissement des deux cités :

  • 9 Voyage en Italie ou Considérations..., éd. 1791, p. 165.
    Charles Pinot Duclos (1704-1772) est issu (...)

« On attribue communément au tremblement de terre, et à l’éruption de 79 sous Titus, le bouleversement d’Herculane, et l’on s’appuie de la seizième lettre du sixième livre de Pline. Mais il me reste une difficulté que j’ai proposée dans une de nos assemblées de l’Académie des belles-lettres et à laquelle on n’a pas satisfait. Conçoit-on que Pline qui, dans cette lettre, parle de Misène et de Rétine qui ne sont là que des circonstances locales, ne nomme pas même Herculane, l’objet principal de cet événement »9.

11Cette remarque a dû troubler : car l’astronome Joseph Lalande, dont le voyage en huit volumes est le plus complet, n’en dit mot dans sa première édition, mais fait écho à ce débat dans une édition plus tardive :

  • 10 Voyage d’un Français…, éd. 1786, VII, p. 408.
    Joseph Jérôme Lalande (1732-1807) a fait ses études à (...)

« Cependant Florus vers l’an 100 de Jésus Christ parlait encore d’Hercu-lanum, qu’on croit été engloutie dès l’an 79 : on a peine à comprendre qu’Herculanum ait été engloutie dans la première éruption de l’an 79, puisque Pline n’en parle pas »10.

12Un membre de l’Académie des Inscriptions, La Porte du Theil, refuse aussi la thèse de l’anéantissement sous Titus, mais s’appuie sur d’autres preuves :

  • 11 Il s’agit des Antonins.
  • 12 Cité dans l’édition posthume du Voyage en Italie de l’abbé Barthélemy, 1801, p. 285.
    Ce n’est pas l (...)

« Le récit du festin de Trimalcion, dans le roman satirique attribué à T. Petronius Arbiter, nous fournit plusieurs indices sur l’existence de Pompejes et de quelques édifices d’Herculane sous les derniers de ces princes11 »12.

13Sans en chercher la « preuve », les voyageurs restent convaincus que c’est bien l’éruption de 79 qui a enseveli ces deux cités. Pour la plupart il ne s’agit là que d’un point de détail, l’essentiel étant que ces cités aient été ensevelies subitement et que, à la faveur de cette catastrophe, elles aient été conservées à l’abri des pillages et des « ravages des temps » pendant dix-sept siècles :

  • 13 Abbé Brizard, Analyse du Voyage Pittoresque [de Saint-Non], dans le Mercure de France, février, 17 (...)

« En s’attendrissant sur le malheur qui a surpris tant d’infortunés habitans, et dévoré en un instant deux villes florissantes, disparues sous des torrens de flammes, on ne peut du moins que se féliciter du hasard qui nous les a rendues dans la même forme, et, si j’ose le dire, dans la même attitude où elles se trouvoient au moment de la catastrophe. C’est en quelque sorte un dépôt fidèle de tous les arts de l’antiquité, qu’elle (l’éruption) a mis à l’abri du ravage des temps, et qu’elle a plus certainement encore dérobé aux outrages et à la barbarie des hommes »13.

Notes

1 Reichard, Guide de l’Italie, 1793, chap. VII, route de Rome à Naples par les Marais Pontins, (non paginé).

2 J. -D. Cassini, Manuel de l’étranger..., p. 206-6.

3 La Roque, Voyage d’un amateur des Arts..., III, p. 1.

4 Lettres sur la découverte de l’ancienne ville d’Herculane, (1770), pp. 34-35.

5 Lettre sur la ville souterreine d’Héraclée, p. 43.
Charles de Brosses (1709-1777) fut conseiller puis président au Parlement de Dijon. Il s’est très tôt intéressé à l’histoire romaine encouragé par ses maîtres jésuites comme par son père, et projette de réécrire les livres perdus de Salluste, pour éditer les oeuvres complètes de ces auteur. Encouragé dans cette tâche par les membres de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres, il se rend en Italie (1739-40) afin de compléter ses informations. Ceci explique la partie importante faite à l’antiquité dans son récit.
Ses œuvres sont très diverses et témoignent d’une grande curiosité d’esprit. L’Histoire des navigations aux terres australes (1756, 2 vol., in 4°) est remarquée par Cook et par Bougainville ; et le Traité de la formation mécanique des langues et les principes physiques de l’étymologie (Paris, 2 vol., in 12°) est célèbre en son temps. Quant à l’Histoire de la république romaine dans le cours du VIIe siècle, par Salluste, elle est restée inachevée (Paris, 1777, 3 vol., in 4°). Il y travaille essentiellement en exil, après le renvoi des Parlements par Maupeou. Mais ses travaux sont interrompus, après son rappel, au moment de l’avènement de Louis XVI. Il n’a pas le temps d’achever le dernier tome, et meurt, sur la route de Paris, en 1777.
Charles de Brosses est un homme connu au XVIIIe siècle, tant pour son rôle politique que pour ses oeuvres littéraires. Sans l’hostilité de Voltaire, il serait entré à l’Académie française. Correspondant de l’Académie des Inscriptions, il fait parvenir à ses membres, dès son retour, la relation de sa visite à Héraclée, publiée plus tard, sur la demande de nombreux érudits et amateurs. L’édition de son Voyage en Italie (Lettres historiques et critiques sur l’Italie) est posthume, mais de nombreuses copies manuscrites en ont circulé de son vivant.

6 Charles Marguerite Dupaty (1746-1788) a fait de brillantes études à La Rochelle. À dix-neuf ans, il est élu membre de l’académie de cette ville ; il en devient son directeur, l’année suivante. Trésorier de la Marine un temps, il préfère exercer la charge d’avocat général au Parlement de Bordeaux, et se lie au milieu parlementaire de la ville, tout en fréquentant son académie. Exilé à la fin du règne de Louis XV, il doit se retirer à Roanne, et consacre le reste de sa vie (il meurt à 42 ans) aux études. À côté de ses traités de droit (Traité de législation criminelle. Mémoire sur la réforme de la procédure criminelle, 1785) il publie quelques mélanges de poésie et de littérature. Son voyage en Italie date de ces mêmes années (1785). Il a tout juste le temps, à son retour, de préparer l’édition de ses Lettres d’Italie. Il meurt peu avant leur parution.

7 Ch. M. Dupaty, Lettres écrites d’Italie, p. 289-300.

8 Si l’on est sûr de la ville, on hésite sur le nom exact : dans la première édition de son voyage (1769), J. Lalande se demande si en latin il faut dire Herculanum ou Herculanium ? et en italien, Herculana ou Ercolano ? Quant aux Français, ils sont encore plus divisés : « Quelques uns l’ont appelée “Héraclée” ; mais ce nom paroît devoir être réservé à d’autres villes. M. l’abbé Nollet l’appelle “Herculea” ; M. l’abbé Richard l’appelle toujours “Herculée » ; M. Requier “Herculane”, et c’est ce nom que j’aurois voulu adopter en François ; mais M. le Comte de Caylus et Mrs. de l’Académie des inscriptions paroissent avoir choisi le nom d’“Herculanum”. M. de la Condamine, M. Groslée, M. Cochin, M. Peton, le traducteur de Winckelmann l’ont adopté ». J. Lalanle, Voyage d’un Français en Italie..., VII, p. 90.

9 Voyage en Italie ou Considérations..., éd. 1791, p. 165.
Charles Pinot Duclos (1704-1772) est issu d’une modeste famille de commerçants bretons, ruinée au moment de l’affaire de Law. Envoyé jeune à Paris, il doit à des protections diverses la poursuite de ses études. Il mène, dans la capitale, une vie dissolue, fréquentant les cercles libertins et littéraires les plus en vue, comme celui du comte de Caylus. Ses premiers ouvrages (l’Histoire de la baronne le Luz, 1741 ; les Confessions du comte de ***, 1742) le font connaître. Il s’adonne, par la suite, avec plus de sérieux, à l’histoire (Histoire de Louis XI, 1745, interdite) et succède à Voltaire à la place d’historiographe de France (1750) après être entré à l’Académie française (1746) dont il assure le secrétariat perpétuel après 1755. Ses Considérations sur les moeurs, le soutien qu’il apporte à la Chalotais, lui valent quelques ennuis avec le pouvoir royal et, prudemment, il décide de visiter l’Italie. Ses Con- sidérationsidérationsidérations sur l’Italie sont une oeuvre posthume (1791), tout comme les Mémoires secrets sur le règne de Louis XIV, la Régence et le règne de Louis XV, (1791).

10 Voyage d’un Français…, éd. 1786, VII, p. 408.
Joseph Jérôme Lalande (1732-1807) a fait ses études à Bourg en Bresse, avant de gagner Paris pour étudier le droit, obéissant en cela aux volontés des siens. En fait, il suit au Collège de France les cours de l’astronome Delisle, et, recommandé par ce savant, il se rend à Berlin, où il est reçu membre de l’Académie et se lie avec les « philosophes du roi de Prusse » Maupertuis, d’Argens et la Mettrie. En 1753, à 21 ans, il entre comme astronome à l’Académie des sciences. La liste de ses œuvres serait longue à dresser ; il s’agit essentiellement de mémoires et de traités d’astronomie. À une exception près : le Voyage d’un Français en Italie. Il s’agit là du plus complet de tous les récits écrits au XVIIIe siècle, plusieurs fois réédité, même au siècle suivant. L’auteur semble avoir tout lu, tout visité, tout décrit, tout jugé ; étonnante érudition chez un jeune astronome. C’est pourquoi René Michéa (Voyage de Goethe en Italie, p. 151 sqq.) soupçonne Lalande d’avoir pillé les notes de l’abbé Gougenot, qui avait visité l’Italie en compagnie de Greuze en 1755-56. Lalande a reconnu avoir utilisé les notes de l’abbé Gougenot, mais seulement pour des retouches et des détails.

11 Il s’agit des Antonins.

12 Cité dans l’édition posthume du Voyage en Italie de l’abbé Barthélemy, 1801, p. 285.
Ce n’est pas le seul exemple d’« interprétation » de la Porte du Theil ; celui-ci est plutôt spécialiste d’histoire grecque. Il est entré à l’Académie des Inscriptions comme associé en 1770, puis devient pensionnaire en 1787.

13 Abbé Brizard, Analyse du Voyage Pittoresque [de Saint-Non], dans le Mercure de France, février, 1787 ou Paris, 1787, p. 18.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540