Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous n’avons volontairement retenu dans la bibliographie de cet ouvrage que les titres présentant (...)
  • 2 Egon Caesar Corti, Untergang und Auferstehung von Pompeji und Herculaneum. Cf. Bibliographie.
  • 3 G. Fiorelli, Pompeianarum Antiquitatum Historia ; M. Ruggiero, Storia degli scavi di Ercolano.

1Les livres sur Herculanum et Pompéi sont très nombreux ; la plupart de ces ouvrages consacrent un chapitre, au moins, à la découverte, au XVIIIe siècle, des deux cités, ainsi qu’à l’histoire des fouilles, non encore achevées de nos jours1. Les circonstances de ces découvertes et les anecdotes relatives aux travaux de dégagement sont racontées en détail dans le livre du comte Corti2. Grâce aux études de G. Fiorelli et de M. Ruggiero3, on peut suivre presqu’au jour le jour l’évolution des fouilles et les progrès des méthodes archéologiques. Nous n’avons pas, pour notre part, cherché à réécrire ces ouvrages, et les passages traitant de la découverte et de l’histoire des déblaiements sont réduits au strict nécessaire dans ce livre.

2Nous avons tenté de montrer ce que pouvait représenter, aux yeux des hommes du XVIIIe siècle, mieux familiarisés avec l’antiquité que nous ne le sommes aujourd’hui, la révélation de deux cités parfaitement conservées, de ruines qui ne ressemblaient pas à celles qu’on connaissait, de témoignages qui n’étaient pas livresques. N’oublions pas que les connaissances en matière d’antiquité, littéraires, historiques et artistiques, s’accordaient avec un goût, maintes fois affirmé depuis la Renaissance, pour la ruine monumentale, la belle, la grande ruine ; or Herculanum et Pompéi, petites cités provinciales sans monuments prestigieux, ne répondaient pas aux idées qui avaient cours sur Rome et sa civilisation.

  • 4 On peut se faire une idée précise de ces campagnes de fouilles grâce au livre de Carlo Pietrangeli (...)

3Ces idées ont d’ailleurs évolué au cours du siècle, tant dans le domaine artistique, que dans celui des connaissances. La seconde moitié du siècle est en effet marquée par un « retour à l’antique ». Dans les dernières décennies du siècle, le « néoclassicisme » a fini par s’imposer dans la plupart des pays européens, en architecture, en peinture et en sculpture ; cette mode antique a touché aussi la littérature ; parallèlement les travaux des érudits, les nombreuses fouilles réalisées4 en Italie, le plus souvent, où se localise le grand marché « mondial » des antiquités, aboutissent à la constitution progressive d’une science archéologique, dont les principes et les méthodes ne sont clairement définis qu’au début du siècle suivant.

4De nombreux ouvrages soulignent l’importance de la découverte des deux cités vésuviennes, tant du point de vue artistique qu’archéologique, mais leurs analyses sont plus convaincantes pour le XIXe que pour le XVIIIe siècle. En effet, les témoignages de cette époque n’ont pas encore fait l’objet d’une étude systématique.

5Les récits de voyages constituent la source principale de cette étude. Nous les citons largement, et les commentons peu, respectant en cela les règles de la collection Mémoires et documents sur l’Italie méridionale du Centre Jean Bérard. C’est donc le point de vue du non-spécialiste, du spectateur attiré par la notoriété de ces deux cités, très grande déjà dans les années 1760, que nous présentons.

  • 5 Les récits de Bergeret de Grancourt et de Latapie (cf. bibliographie) publiés respectivement au XI (...)
  • 6 Nous ne rappellerons pas ici les caractéristiques du récit de voyages, longuement présentées par E (...)
  • 7 L’ordre suivi n’est pas celui des récits. Nous proposons ici un montage, organisé autour de thèmes (...)

6La plupart de ces récits furent édités dès XVIIIe siècle ; c’est dire que les notes, hâtivement rédigées le soir après la visite, furent remaniées par les voyageurs, en France, en vue d’une édition ou d’une lecture5. De tels remaniements répondaient aux exigences du genre littéraire qu’était la relation de voyage6, mais ils ne sont pas, pour les lecteurs actuels, sans inconvénients : les récits sont longs, encombrés de citations et de détails inutiles. De surcroît, de nombreux auteurs, à court d’inspiration, ont repris des passages entiers rédigés par leurs prédécesseurs. Ainsi trouve-t-on parfois des informations de source différente, mises côte à côte et qui ne s’accordent pas. Dans un premier temps, nous avons donc dépouillé les récits de voyage de ces éléments « parasites », afin de retrouver les observations et les commentaires propres à chaque voyageur. Notre documentation s’en est trouvée considérablement réduite, et nous avons finalement cité, dans le cours de cet ouvrage, tous les passages originaux et intéressants dont nous disposions7.

  • 8 De plus, les Français et les Anglais constituent la plus plus grande partie des voyageurs. Un sond (...)

7Choisir les récits des seuls voyageurs français peut paraître, de prime abord, contestable ; mais les Français, à Herculanum et à Pompéi du moins, ne se distinguent guère de l’ensemble des voyageurs européens. Mêmes remarques, mêmes réflexions : il aurait été possible de composer un ouvrage comparable, en citant les relations des voyageurs anglais, ou allemands. En outre, le choix d’une nationalité unique permet de disposer d’une série continue, en quelque sorte, de publications, qui se réfèrent les unes aux autres ; ainsi on peut mieux suivre les progrès des connaissances et les réactions des visiteurs8.

  • 9 Charles Rollin, Histoire Romaine, depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium, c’est- (...)
  • 10 Par exemple Anne Marie d’Aignan d’Orbessan, à Toulouse ; Madame du Bocage, à Lyon ; l’abbé Coyer, (...)
  • 11 L’abbé Barthélemy est membre de la Société royale des antiquaires de Londres, des académies de Cor (...)

8On trouvera, en note, des notices concernant les voyageurs les plus fréquemment cités ; nous n’en donnons, ici, qu’une présentation générale. Tous sont de bons connaisseurs de l’antiquité, même le financier Bergeret de Grancourt, dont la culture offre de grandes lacunes, mais qui s’efforce, chaque jour d’apprendre des passages entiers de l’Histoire romaine de Rollin9. Ils ont retenu, de leur passage à l’école, des extraits entiers d’auteurs anciens. Tous lisent couramment le latin ; et la plupart ont continué d’approfondir leurs connaissances à l’âge adulte. Nombreux sont, en effet, les voyageurs qui fréquentent les académies provinciales10. Certains sont aussi membres des grandes académies parisiennes : le Président de Brosses est correspondant-honoraire de l’Académie des Inscriptions et belles-lettres (1746), et s’est vu fermer, à cause de l’hostilité de Voltaire, les portes de l’Académie française. Charles-Nicolas Cochin est membre de l’Académie de peinture et de sculpture, l’abbé Barthélemy des Inscriptions et belles-lettres (1747) et de l’Académie française (1789). Auguste Fougeroux de Bondaroy et Joseph Lalande sont entrés à l’Académie des sciences. Charles Duclos siège aux Inscriptions et belles-lettres puis à l’Académie française dont il assure la charge de secrétaire perpétuel. Quant à l’abbé de Saint-Non, il est admis comme membre honoraire à l’Académie de peinture (1777). Les plus connus de ces voyageurs sont aussi correspondants des grandes académies européennes11.

9En érudits ou en amateurs, tous s’intéressent à l’antiquité romaine, ce dont témoigne aussi leur passage à Herculanum et Pompei : car le « tour » traditionnel ne comprend pas nécessairement un séjour à Naples ; et ceux qui se rendent à Naples doivent encore se résoudre à demander les autorisations nécessaires. Au XVIIIe siècle, on ne visitait pas les cités vésuviennes au passage.

  • 12 Ce n’est pas un âge idéal pour voyager, si l’on en croit Jean-Dominique Cassini : « L’âge le plus (...)

10L’âge moyen des voyageurs est supérieur à quarante ans, ce qui est beaucoup pour l’époque. Les jeunes aristocrates effectuant leur « grand tour » ont peut-être visité les deux cités ; ils ne se sont, en tout cas, pas donné la peine de rédiger un récit de leur visite. Même les voyageurs jeunes dont nous reprenons ici les écrits, ont atteint la maturité : Charles de Brosses, J. Lalande, madame Vigée-Lebrun ont autour de trente ans. Un second groupe a cinquante ans, environ : madame du Bocage, l’abbé Coyer, Pierre-Augustin Guys et Bergeret de Grancourt sont de ce nombre. Le doyen est Charles Duclos qui signale être parti à soixante deux ans avec « une santé à toutes épreuves » ce qui, compte tenu des servitudes inhérentes à tout voyage à l’époque, était bien nécessaire. Seuls Roland de la Platière et l’abbé Barthélemy ont une quarantaine d’années, ce qui correspond à l’âge moyen12.

11Ils ont voyagé tard, faute d’avoir pu partir plus tôt : car la plupart ont dû attendre d’avoir les moyens et le temps d’effectuer un tel voyage. Les frais sont en effet très importants, pour un voyage qui dure souvent un à deux ans, et qui, parfois, ne se limite pas à l’Italie seule. À quoi il faut encore ajouter ses dépenses personnelles, celles de son ou ses domestiques, la gestion de ses biens et l’entretien de sa famille en France, durant tout le temps de l’absence. Les incommodités, les dangers, mais aussi le prix font que les hommes partent seuls. Deux femmes font exception : madame du Bocage, veuve, et madame Vigée-Lebrun, qui se déplace en compagnie de sa fille, mais par nécessité, puisqu’elle a émigré.

12Charles-Nicolas Cochin, qui éclaire le goût de monsieur de Vandières, et l’abbé Barthélemy, garde des médailles du roi depuis 1753, voyagent aux frais de l’État. Ce dernier n’a d’ailleurs pu partir qu’après de laborieuses négociations, avec pour mission d’acquérir en Italie, aux plus bas prix possibles, les plus belles monnaies manquantes dans les collections royales. Les autres voyageurs doivent faire face à de très importantes dépenses : même un fermier général comme Bergeret de Grancourt hésite ; et, quand il propose à Fragonard et à sa femme de l’accompagner, il nourrit la secrète espérance que le peintre, à titre de remerciement, lui donnera ses dessins et aquarelles. (Il s’est avéré, au retour, que Fragonard n’avait nullement l’intention de dédommager Bergeret en se désaisissant de ses dessins, et la question fut réglée par un procès. Bergeret fut contraint de verser une indemnité à Fragonard pour les dits dessins).

13Bergeret, de plus, est riche, ce qui n’est pas le cas de la majorité des voyageurs, qui appartiennent seulement aux milieux aisés : on ne trouve point, en effet, parmi les auteurs de ces relations, de membres de la très haute noblesse. Des grandes aux petites fortunes, le spectre social des voyageurs apparaît toutefois singulièrement étendu : au sommet deux grandes fortunes, d’origine financière, toutes deux : celle de Bergeret dont nous venons d’évoquer les soucis ; et celle de Jean Claude Richard, abbé de Saint-Non, qui profita avec joie de son exil à Poitiers — en tant que parlementaire — pour entreprendre, en 1759, un voyage en Italie, en compagnie d’Hubert Robert et de Fragonard. Voyage qu’il n’oublia pas : quinze ans après, il se ruina et ruina son frère pour financer l’édition du Voyage Pittoresque.

14Sans être riches, beaucoup ont hérité de confortables fortunes, et jouissent d’une bonne position sociale : il en est ainsi de Charles de Brosses, premier président au Parlement de Bourgogne ; de Charles-Marguerite Dupaty, avocat général, puis président à mortier au Parlement de Bordeaux. C’est encore le cas de Pierre-Augustin Guys, négociant au Levant, et d’Auguste Fougeroux de Bondaroy. Les derniers, enfin, ne sont pas nantis, ou, du moins, ne l’ont pas toujours été : l’abbé Barthélemy, et Charles-Nicolas Cochin, qui sont en mission ; Jean-Marie Roland de la Platière a eu des débuts très difficiles : cinquième fils d’une famille de robins déchue, il gagne, à pied, la Normandie (de Lyon), pour faire son apprentissage auprès d’un parent. Il n’entreprend son voyage que lorsqu’il est parvenu au sommet de sa carrière, c’est-à-dire lorsqu’il occupe la charge d’inspecteur des manufactures de la généralité d’Amiens. L’astronome Lalande est issu d’un milieu bourgeois bressan ; il vit de ses revenus d’astronome de l’Académie des Sciences, et de ce que lui rapportent ses traités et livres. Charles Duclos, breton d’origine, doit vivre des émoluments procurés par sa charge d’historiographe de France, par sa dignité de secrétaire perpétuel de l’Académie française, et de ce que lui rapportent ses oeuvres littéraires dont certaines, comme les Confessions du Comte de *** (1742) connurent un grand succès.

  • 13 Le voyage de Naples ne fut autorisé qu’en 1787. C’est à cette date aussi que le système des « envo (...)
  • 14 Il s’agit des Antichità d’Ercolano. Ces volumes furent publiés entre 1757 et 1792 ; mais les plus (...)
  • 15 Le Journal inédit de P. A. Pâris se trouve à la Bibliothèque municipale de Besançon, dans la Colle (...)

15Des robins donc, des bourgeois, des hommes de lettres et de sciences. Il s’est produit une nette évolution par rapport auXVIIe et même au début du XVIIIe siècle : on compte, en effet, peu de religieux (deux seulement le sont réellement : l’abbé Binos, chanoine de Saint-Bertrand de Comminges, et Augustin Jean-Charles Clément du Tremblay, trésorier de l’église d’Auxerre, puis évêque constitutionnel de Versailles), moins d’érudits antiquisants, comme l’abbé Barthélemy ; plus d’amateurs, de curieux, d’esprits critiques, avides de s’instruire auprès d’autres peuples, pour contribuer, pensent-ils, au perfectionnement de leur propre nation. On aurait pu s’attendre à trouver plus d’artistes parmi ces voyageurs. Saint-Non, nous l’avons dit, fréquentait Hubert Robert ; Bergeret, Fragonard. Mais ni Hubert Robert, ni Fragonard n’ont laissé de récit de leur visite. Cochin seul a publié un voyage en Italie et un petit livre sur Herculée : pour ce faire, il n’avait eu qu’à mettre en forme les leçons qu’il avait prodiguées, durant tout son voyage en Italie, au frère de madame de Pompadour, récemment nommé surintendant des Bâtiments du roi. Les artistes français pourtant étaient nombreux en Italie, mais la plupart avaient élu domicile à Rome. Quant aux pensionnaires de l’Académie de France à Rome, architectes, peintres et sculpteurs lauréats du grand prix, ils ne pouvaient, au XVIIIe siècle, se déplacer à leur guise. Pour se rendre à Naples, il leur fallait demander une autorisation spéciale. Les directeurs de l’Académie, Natoire et ses successeurs, qui avaient, dans la seconde moitié du siècle, imposé l’étude de l’antiquité et organisé des cours sur l’art gréco-romain, ne jugeaient pas la visite des cités vésuviennes indispensable à la formation des jeunes artistes. Les pensionnaires dessinèrent ainsi tous les monuments de Rome et de la campagne romaine, de Tivoli par exemple, mais ils n’eurent pas la possibilité d’étudier les vestiges napolitains. Certains, il est vrai, visitèrent, par la suite, Pompéi, Herculanum et Paestum. Les croquis et dessins d’Herculanum et de Pompéi sont ainsi rares13. Il en existe quelques-uns, d’Hubert Robert par exemple, qui furent gravés pour illustrer le Voyage Pittoresque. Quelques artistes ont, comme Cochin, tenté de représenter les fresques d’Herculanum, déposées au Musée de Portici. Mais ils n’ont pu le faire que de mémoire, croquis et notes étant interdits durant la visite. Tant que les grands recueils de planches in folio édités par les soins du roi de Naples14 ne furent pas achevés, la surveillance fut rigoureuse. Par la suite, les voyageurs tirèrent profit d’un plus grand libéralisme, et Saint-Non, par exemple put faire reproduire la plus grande partie des édifices. Dans les années 1780, Pierre Adrien Pâris, a aussi pu prendre de nombreux croquis et notes15, qui témoignent de l’intérêt qu’un architecte pouvait trouver dans l’étude de maisons et de vestiges qui n’avaient rien de monumental.

16Toujours est-il qu’avant les années 1780, et même 1790, les dessins étaient, pour ainsi dire, inexistants, et il n’était pas facile, pour les curieux qui ne pouvaient voyager, de se représenter deux cités romaines avec leurs rues, leurs maisons, leurs boutiques, leurs monuments, et à leur place encore, fresques, statues et objets d’usage quotidien, dont ils ne soupçonnaient, parfois, pas même l’existence. Les récits de voyage, avec leurs descriptions si minutieuses, constituèrent donc pendant près de trente ans, la principale, si ce n’était la seule source d’information sur Herculanum et Pompéi. Les lecteurs n’y trouvaient peut-être pas toutes les précisions qu’ils auraient souhaité y découvrir. Ils ne pouvaient, en tout cas, à l’issue de leur lecture, mettre en doute le caractère exceptionnel de ces vestiges, souligné par tous les voyageurs. Tel François Latapie, qui commente ainsi sa visite :

  • 16 Description des fouilles de Pompéi, édition de P. Barrière et A. Maiuri, p. 225.

17« Le spectacle le plus singulier et le plus intéressant dont j’aie été frappé dans le genre des antiquités pendant le cours de mes voyages a été celui d’une ville romaine sortant du tombeau presqu’avec la même fraîcheur et la même beauté qu’elle avoit il y a 1700 ans, sous les premiers Césars »16.

Notes

1 Nous n’avons volontairement retenu dans la bibliographie de cet ouvrage que les titres présentant un intérêt particulier de notre point de vue. La plupart des livres sur Herculanum et Pompéi n’y figurent donc pas.

2 Egon Caesar Corti, Untergang und Auferstehung von Pompeji und Herculaneum. Cf. Bibliographie.

3 G. Fiorelli, Pompeianarum Antiquitatum Historia ; M. Ruggiero, Storia degli scavi di Ercolano.

4 On peut se faire une idée précise de ces campagnes de fouilles grâce au livre de Carlo Pietrangeli, qui ne concerne que Rome : Scavi e Scoperte di Antichità sotto il Pontificato di Pio VI (Roma, 1958).

5 Les récits de Bergeret de Grancourt et de Latapie (cf. bibliographie) publiés respectivement au XIXe et au XXe siècles, constituent une exception. Les autres, même posthumes, parurent au XVIIIe siècle.

6 Nous ne rappellerons pas ici les caractéristiques du récit de voyages, longuement présentées par Elisabeth Chevallier, dans l’introduction aux Tableaux d’Italie de F. -J. Meyer (Publication du Centre Jean Bérard, Naples, 1980). Nous renvoyons aussi à cette édition pour tout ce qui touche à la tradition du voyage en Italie au XVIIIe siècle.

7 L’ordre suivi n’est pas celui des récits. Nous proposons ici un montage, organisé autour de thèmes ou d’idées, développés par les voyageurs eux-mêmes. Par souci de clarté nous avons dû parfois recomposer les textes originaux ; mais nous nous sommes attachée à ne pas déformer le témoignage des voyageurs.

8 De plus, les Français et les Anglais constituent la plus plus grande partie des voyageurs. Un sondage réalisé dans les archives napolitaines pour l’année 1775-1776 (de décembre à décembre) confirme cette impression : on compte une vingtaine de Français, dont l’ambassadeur et sa suite (le 19 juin 1776), autant d’Anglais, six Allemands seulement et quelques Espagnols. Grosso modo, une centaine de voyageurs ont demandé à visiter les fouilles (Archivio di Stato di Napoli, Casa Reale Antica, fasc. 1543, in Pompéi, travaux et envois des architectes français au XIXe siècle, p. 9 note 24).

9 Charles Rollin, Histoire Romaine, depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium, c’est-à-dire jusqu’à la fin de la République, Paris, 1738-48, 16 vol. in 12. Seuls les tomes I à VIII sont de Rollin ; les suivants furent rédigés par Crevier.

10 Par exemple Anne Marie d’Aignan d’Orbessan, à Toulouse ; Madame du Bocage, à Lyon ; l’abbé Coyer, à Nancy ; Pierre Augustin Guys, à Marseille.

11 L’abbé Barthélemy est membre de la Société royale des antiquaires de Londres, des académies de Cortone, Pesaro, Hesse Cassel. L’abbé Coyer est reçu à l’Académie des Arcades, à Rome, et à la Société royale de Londres. J. Lalande est admis à celle de Berlin.

12 Ce n’est pas un âge idéal pour voyager, si l’on en croit Jean-Dominique Cassini : « L’âge le plus propre aux voyages est sans doute celui de vingt-deux à trente ans. C’est alors que l’âme avide et prompte à saisir les nouveaux objets en reçoit une impression plus profonde et s’ouvre avec transport aux sentiments de l’admiration et de l’enthousiasme pour le vrai et le beau. Plutôt l’esprit n’est point assez formé ; plus tard il pourroit l’être trop, et les préjugés, la prévention et l’esprit de système, si préjudiciables aux progrès des connoissances et à l’esprit des voyages, étant alors plus enracinés, sont moins faciles à détruire », Manuel de l’étranger qui voyage en Italie (Paris, 1778, in 12) p. 19.

13 Le voyage de Naples ne fut autorisé qu’en 1787. C’est à cette date aussi que le système des « envois » fut mis au point. Ces envois, très récemment présentés dans le cadre d’une exposition organisée par l’École nationale supérieure des beaux-arts (Paris), par l’École français de Rome et l’Institut français de Naples, sont très précieux pour l’étude de Pompéi au XIXe siècle (cf. le Catalogue : Pompéi, travaux et envois des architectes français au XIXe siècle, Naples, 1980). Mais il n’existe pas, dans les fonds des Beaux-Arts, d’études qui remontent au XVIIIe siècle.

14 Il s’agit des Antichità d’Ercolano. Ces volumes furent publiés entre 1757 et 1792 ; mais les plus importants, concernant les peintures, parurent entre 1757 et 1779.

15 Le Journal inédit de P. A. Pâris se trouve à la Bibliothèque municipale de Besançon, dans la Collection Pâris.

16 Description des fouilles de Pompéi, édition de P. Barrière et A. Maiuri, p. 225.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540