Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

Préface

G. Vallet

Texte intégral

  • 1 On notera au passage la modification que nous avons apportée au titre même de la collection : « Mé (...)

1Dans la préface au premier volume de cette nouvelle collection1, Les Tableaux d’Italie, de F. J. L. Meyer, édité par E. Chevallier, je disais que, pour l’avenir, notre intention n’était pas de publier seulement des textes, rares ou inédits, de « voyages d’Italie ». Ce volume de Ch. Grell en est une bonne preuve.

2Le bimillénaire de la destruction d’Herculanum et de Pompéi (1979) a provoqué un renouveau de curiosité et d’intérêt pour les villes mortes de la belle Campanie ; le tremblement de terre de novembre 1980 a ajouté à cet intérêt scientifique et culturel une dimension dramatique  : en plus des deuils et des souffrances des hommes d’aujourd’hui, on a pu parler d’une « seconde mort » de Pompéi, et, sous l’impulsion personnelle du Ministre des Biens Culturels et de l’Environnement, un vaste programme international de sauvegarde a été mis sur pied.

3Il n’était pas besoin de ces anniversaires et de ces circonstances dramatiques pour donner au volume de Ch. Grell son intérêt et son actualité : ce qui est passionnant, c’est de voir comment l’Europe cultivée du XVIIIe siècle a « vu », dans le Sud lointain, la découverte spectaculaire et progressive des villes ensevelies. Certes, ne l’oublions pas, les textes choisis et rassemblés ici ne concernent que les voyageurs français ; n’oublions pas non plus que les pages consacrées par eux à Herculanum et à Pompéi ne représentent, dans la plupart des cas, qu’une toute petite partie de longs récits consacrés à leurs voyages en Italie ; or, cela va de soi, les intérêts des voyageurs varient selon les goûts et le tempérament de chacun et il faudrait, à chaque fois, encadrer ces pages dans leur contexte personnel. N’oublions pas enfin que l’importance des fouilles, les méthodes de travail, les circonstances de la visite, les centres d’intérêt varient sensiblement de 1740 le premier vrai récit est celui du Président de Brosses qui vient à Herculanum en 1739, où les fouilles ont commencé l’année précédente) jusqu’à la fin du siècle : c’est là d’ailleurs un point essentiel que la présentation thématique des problèmes que fait Ch. Grell ne doit pas nous faire oublier. Bref, tous ces éléments sont à prendre en considération pour l’utilisation historique, celle qui nous importe, de nos textes.

4Compte tenu de toutes ces variantes, quels sont les centres d’intérêt majeurs de nos visiteurs ? Ce qui domine d’abord, à les relire d’ensemble, c’est l’impression qu’ils vont — tout au moins les premiers — vers une aventure, celle de la découverte de mondes nouveaux : le Sud bien sûr, mais aussi le monde disparu des siècles passés, une « antiquité » qui n’est plus celle des livres, mais celle des hommes : de fait, à part les textes qui relatent leur destruction, on ne sait rien par les auteurs anciens de ces villes, et, si les lecteurs assidus de Cicéron, de Virgile ou de Tacite que sont les hommes du XVIIIe siècle connaissent tout de Baia ou des Champs Phlégréens, s’ils ont rêvé, comme d’autres, du Cap Misène, les noms de Pompéi et d’Herculanum n’évoquent rien d’autre dans leur mémoire que la fureur destructrice du Vésuve. Mais voici que, grâce aux fouilles, on voit sortir de terre non seulement des objets, mais le cadre banal où se déroulait, au fil des jours, la vie des hommes d’autrefois : comme dira plus tard l’auteur du Voyage du jeune Anacharsis, « ces anciens dont on a les oreilles rebattues depuis le collège et qu’on s’était habitué à considérer comme des espèces d’entités littéraires, on les voit revivre avec la plupart des préoccupations, des goûts et même des ridicules modernes ». D’un mot, qui sera celui de Stendhal, on découvre maintenant « l’antiquité face à face ».

5Cette antiquité vue « face à face », comment la perçoit-on ? Logiquement, deux approches aussitôt se dessinent : d’une part, celle des « antiquaires » passionnés, et passionnés intelligemment quoi qu’on ait dit, par les choses de la vie, par « tous ces restes de l’antiquité sçavante échappés à la barbarie des temps » que les vrais « antiquaires », comme le dit Caylus, « ont appris à ne plus regarder que du côté de l’art », mais auxquels ils attachent désormais « un mérite infiniment supérieur, celui de renfermer mille singularités de l’Histoire, du culte, des usages et des moeurs de ces peuples fameux » ; d’autre part, celle des artistes, et particulièrement des architectes, qu’intéressent surtout les monuments, la « magnificence » des monuments de Rome, comme aimait dire Piranèse. Les premiers, bravant les sarcasmes de Diderot en France, ou, en Italie, d’un Beretti raillant « les cohortes fraternelles de tous ces passionnés pour les choses inutiles » que sont les « antiquaires », les premiers donc « regardent » les amphores, la vaisselle de table, les lampes, les vitres, les moyens de chauffage et, d’une manière plus générale, tout ce qui concerne la maison et les indications qu’elle peut nous donner pour la vie des hommes. Les seconds, au contraire, sont déçus, terriblement déçus : à Pompéi, les « édifices », tels qu’on les voit surgir du sol, ne répondent pas, ou répondent mal, aux critères de la romanité idéale : tout est petit, de proportions modestes, pour ne pas dire mesquines. Rappelons-nous ce qu’écrira Goethe dans son Journal de Voyage en mars 1787 : «La petitesse et l’exiguité de Pompéi étonnent : des petites rues, des petites maisons sans fenêtres ; même les édifices publics, la porte de la ville, le temple, une villa un peu distante, tout cela ressemble davantage à de petits modèles de carton qu’à de vraies constructions ».

6Malgré cette divergence fondamentale, tous nos voyageurs ont en commun trois centres d’intérêt, qui dominent le reste. D’abord, comment expliquer la destruction si brutale de ces cités ? Là se mêlent l’histoire et l’histoire naturelle, Pline et le Vésuve, la culture littéraire et la « curiosité inquiète », pour ne pas dire un goût morbide pour ce volcan qu’il faut, coûte que coûte, escalader pour voir de près « son épouvantable horreur » (Roland de la Platière). Ensuite, comment fouiller ces villes de manière à les faire revivre, à les ressusciter sous les yeux éblouis des savants du monde entier ? Là commencent toutes les discussions sur les modalités et les objectifs des recherches, avec les critiques, le plus souvent violentes et volontiers injustes, sur les méthodes suivies. Je renvoie sur ce point aux textes cités par Ch. Grell (p. 94-102), mais, en les lisant, n’oublions pas que l’humeur de nos voyageurs s’explique en partie parce qu’ils s’estiment mal reçus, mal traités, peu considérés. Oui, ils critiquent, mais que proposent-ils : dès 1739, le Président de Brosses vitupère contre ces souterrains que l’on creuse dans le sol d’Herculanum et dit clairement qu’il faudrait dégager jusqu’au niveau du sol antique ; mais il ajoute aussitôt que le but de l’opération, ce serait de permettre « de retirer » convenablement, et non à l’aveuglette, « tout ce qui s’y trouverait de curieux » et, alors, on pourrait tranquillement reboucher tout ce qu’on aurait dégagé! Dès lors, commence cette discussion qui va durer tout le siècle sur l’opportunité des vastes dégagements. Ecoutons l’abbé Richard : « il y a eu des antiquaires qui désiraient que l’on découvrît la ville en entier [il s’agit d’Herculanum]… Il n’y a qu’un amour extrême de l’antiquité qui ait pu inspirer une telle idée ». Et Winkelmann lui fera écho : «pour la découverte de la ville entière… quel avantage pourrait-on s’en promettre ? Celui de présenter de vieilles murailles délabrées sans autre objet que de satisfaire un désir mal entendu de quelques curieux ». Nous sommes loin des rêves de Chateaubriand, qui voudrait voir « une ville romaine conservée tout entière, comme si ses habitants venaient d’en sortir un quart d’heure auparavant », avec, vivant à l’intérieur de l’enceinte relevée, « une garde de soldats et quelques savants versés dans les arts. Ne serait-ce pas, ajoute l’auteur de l’Itinéraire de Paris à Jérusalem, le plus merveilleux musée de la terre ? ».

7Le voici enfin prononcé le mot « musée » et il est essentiel : c’est là le troisième centre d’intérêt sur lequel réfléchissent et discutent longuement nos voyageurs. Ne l’oublions pas, nous sommes à l’époque où l’on passe des collections princières au « Muséum », comme on dit alors, qui est tantôt royal et pratiquement fermé comme celui de Portici, tantôt aristocratique mais destiné « publicae utilitati », c’est-à-dire aux hommes de culture, comme celui qu’ouvre vers le même moment le prince Biscari à Catane. Alors ? Faut-il dépouiller la ville ancienne de ses objets, de ses peintures, de ses mosaïques pour les mettre au Muséum de Portici, ou, au contraire, comme le dira précisément Chateaubriand, ne faut-il pas « laisser les choses dans l’entroit où on les trouve… remettre des toits, des plafonds, des planchers et des fenêtres pour empêcher la dégradation des peintures et des murs » ? Vieille discussion, qui est loin d’être finie, et il est passionnant d’insérer les réflexions de nos voyageurs dans ce vaste problème.

8On voit ainsi l’intérêt de ce recueil de « documents » que nous fournit Ch. Grell : comme tous les documents, ils prennent leur valeur à condition d’être intégrés dans leur contexte chronologique et thématique : les récits, bien sûr, des voyageurs italiens et étrangers, mais aussi les discussions de l’époque, pour ne pas dire les querelles, entre « lettrés » et « antiquaires », la réflexion sur la valeur comparée de l’histoire (l’étude de l’antiquité) et de l’archéologie (le bon usage des antiquités), sur la manière de publier les documents (texte, illustrations, etc… .). Certes, le récit des voyageurs apparaît souvent comme une approche anecdotique, psychologique, voire superficielle. Mais, les indications et les réflexions qu’ils nous livrent, replacées dans leur contexte, deviennent révélatrices d’une certaine mentalité de l’époque des lumières et du regard que l’Europe du Nord pose sur cette étrange et fabuleuse Campanie vésuvienne : cette région de tous les bonheurs et de toutes les douleurs, qui ouvrait à la fois les portes des terres inconnues de l’Italie méridionale, du dorique de Paestum, de la plus lointaine Méditerranée et celles d’un monde antique inconnu, immobilisé pour l’éternité «dans un déshabillé modeste », comme dira Nerval, par la fureur de la Nature elle-même.

Notes

1 On notera au passage la modification que nous avons apportée au titre même de la collection : « Mémoires et documents sur Rome et l’Italie méridionale ». De fait, il nous a semblé nécessaire d’ajouter Rome, car la plupart des documents à publier comportent logiquement une partie romaine.

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540