Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « Voyage de Naple » (1719) de Ferdinand Delamonce

 | 
Laura Mascoli
, 
Ferdinand Delamonce

Extrait du voyage de Naple, discours prononcé à l’académie le...

Texte intégral

1La relation de voyage de Rome à Naple donne, en chemin faisant, une idée du genre de voitures de cette route, et ses inconvéniens. Elle en décrit les lieux les plus remarquables, et ses antiquitez funéraires. Elle [le] fait surtout en détail de la partie curieuse d’un théâtre antique qui reste encore sur pied à Veletri ; elle est d’autant plus singulière, que c’est celle par où les acteurs sortoient, et où ils récitoient leurs pièces sur une terrasse, et c’est dont il ne reste plus rien au théâtre de Marcellus à Rome, duquel on n’y voit plus que la partie cintrée oposée et contre la [quelle] étoient apuyez les bancs circulaires des spectateurs.

2L’auteur remarque par cette ocasion le bizare et incommode usage où les acteurs, ainsi que les spectateurs, étoient exposez aux injures de l’air et des saisons, dont ils n’étoient foiblement garantis qu’à la faveur de quelques tentes de toiles tendues par des cordages.

  • 1 Lecture incertaine.

3Usage aussi extraordinaire que celuy de leurs masques hydeux qui est très certain, puisqu’on en a conservé encore une idée à Aix-en-Provence au sujet de l’ancienne procession instituée par le Roy Robert. Il cite ensuite les autres particularitez de cette petite ville, telle que le superbe palais Gineti rempli d’antiquitez et autres etc. Il parle ensuite des vestiges de l’ancienne via Appia si incommode aux voyageurs. Il rapporte les antiquitez de Terracine, entr’autres des ruines d’un beau temple de marbre blanc. Il fait ensuite mention de la célèbre inscription et tour funéraire de Plancus à Gayète, et du beau vase antique de la cathédrale etc. Et poursuivant les autres lieux qui conduisent à Naple, il n’y trouve dans les derniers que des tristes marques du tremblement de terre et la magnificence de la campagne toute remplie d’orangers en pleine terre, tous chargez de fruits. La surprise à l’arrivée de l’auteur à Naples n’y est pas oubliée, luy ayant paru arriver après un grand ouragan qui en auroit enlevé tous les tois des maisons par l’effet que produisent ces tois en terrasses ou belvédèrs, tels que ceux que l’on voit en Orient et en Afrique. Les rues ordinaires de Naple sont fort longues et étroites, et leurs maisons étant hautes, et les pieres grises noircies par le tems présentent un coup d’œil fort mélancolique ; et quoique la ville soit fort peuplée dans les quartiers des Lazarini, ou gens du peuple de la rue, les rues sont fort désertes, et l’on n’y voit [sic] très peu de femmes et les habitants y étant fort sauvages et intrigants1 tels que les gens de palais et autres y sont habillez à l’espagnole. Il y a trois châteaux, et surtout celuy de l’Œuf qui est une espèce de Bastille construite près le port ; mais le principal de la cité est bâti sur la montagne de St. Elmo, à côté de la Chartreuse. Le palais du Viceroy est magnifique et aparent, mais il n’a nulle des commoditez modernes si en usage à Paris ; il y a cependant aparence que, depuis que la Cour de Dom Carlos est établie à Naple, que l’on y aura fait des augmentations et des changemens considérables et que les seigneurs y auront beaucoup de nouveaux palais.

4On voit dans cette ville plusieurs salles ouvertes, celles où la noblesse s’assemble comme les marchands dans le Change ; le principal est celuy proche St. Agnello qui a de l’aparence. On y voit auprès une belle statue grecque taillée en marbre : mais les autres antiquitez de ce genre qui sont dans le palais de Dom Diomède Carafa seroient infiniment plus prétieux s’ils n’étoient pas si mutilées dans un si grand désordre, ainsi que celles d’un autre palais en face de celuy du Duc de la Tour Philomarini. Il y a d’ailleurs la grandeur des sculptures modernes très estimables, entr’autres la petite statue équestre en bronze de Charle Quint et son basrelief.

5Le palais de la Tour Philomarini contient entr’autres beaux tableaux les trois Maries au sépulcre d’Anibal Carrache, ouvrage digne d’admiration.

6On voit en face du Port une magnifique fontaine de marbre blanc, formée en arc de triomphe et un colosse de Jupiter de même matière en partie antique.

7La rue de Tolède est la principale de cette ville par sa prodigieuse longueur, et même par sa largeur, mais elle n’est point tirée au cordeau ; c’est celle néanmoins qui sert de cours pour les mascarades et autres fonctions publiques. La seconde rue [qui] est celle de Mont Olivet est fort large, mais elle n’est pas si longue que [la] précédente.

8La plupart des églises de cette ville sont d’une magnificence extraordinaire, mais leurs façades ne sont pas encore construites. Les marqueteries de marbre y sont prodiguées, ce qui icy est deffaut presque général ; mais la fameuse chapelle dite du Trésor où l’on conserve le corps de St. Janvier mérite d’être exceptée de ce nombre : et outre son architecture de marbre mêlée de bronze, ses peintures du Dominiquin et du Ribera sont exquises ainsi que celles du Ταπfranc dans la coupole. L’auteur n’a pas eu ocasion de voir la liquéfaction du sang de ce saint aproché de son chef qui est si renommée.

9Quant à l’église Cathédrale dont cette superbe chapelle est dépendance, la crypte souteraine du sanctuaire est aussi très magnifique, mais rien n’y égale les fonts baptismaux placés sous un superbe baldaquin de marbre et dont la cuve de pierre de touche est antique comme celle de Gayète. On voit dans la place où répond une des portes de côté de cette église une somptueuse pyramide érigée à St. Janvier, mais qui est d’un mauvais dessein.

10L’église de St. Paul des Barnabites est construite sur les débris du temple de Castor et Pollux qu’un afranchi de Tybère fit ériger avec beaucoup de dépence ; on en voit encore quelques restes du portique par quelques collonnes corinthiennes encore sur pied, tout le reste ayant été renversé dans le dernier tremblement de terre. On y voit aussi de riches fragments du basrelief du timpan de son fronton et deux excellens tronçons de statues grecques de Castor et Pollux aussi de marbre blanc. Et quoique l’intérieur de cette église soit magnifique, rien n’égale la perfection des peintures de la sacristie exécutée à fresque par le fameux Cicio Solimène et qui sont son chef-d’œuvre.

11L’église de Jésus se ressentit beaucoup de ce tremblement dont son magnifique Dôme fut renversé ; il étoit peint à fresque par le cavalier Lanfranc, dont il reste encore dans les pendentifs les quatre évangélistes dans les pendentifs. Le riche portail est un vray colli-fichet quoiqu’en partie construit en marbre, ainsi que l’intérieur. Les Saints-Apôtres est une autre superbe église des Théatins où le bel autel du Cardinal Ascanio Philomarini efface tout ce que l’on y voit de plus aparent : mais surtout par le bon goût, c’est un des plus prétieux dessein du Boromini. On y voit aussi des peintures à fresque fort distinguées du Lanfranc et du Solimène.

12Nouriture frugale des habitans et même de la noblesse, rareté du poisson de la mer de Naple, et mauvaise chère que l’on y fait.

13L’église de St. Philipe de Néri des Pères de l’oratoire est anoncée par un magnifique portail de marbre blanc, son intérieur en collonnes est magnifique, orné d’ailleurs de peintures de plusieurs mains habiles.

14On trouve dans l’église de St. Dominique le majeur un excellent tableau du Titien et un de Raphaël. On trouve encore une pi-ramide magnifique dans la rue des Libraires, et ailleurs.

15On voyoit dans la place de S. te Catherine de Sienne le volcan du Vésuve avant qu’il ait fini ses éruptions, parce que de là on découvre parfaitement ce Mont si renommé. Les églises des riches monastères de Dona Regina et de Dona Alluina sont remplis de peintures et de dorures, de marbres etc.

16Mais aucune n’égale celle de la Chartreuse de St. Martin à côté du Château St. Elme qui est des plus somptueuses non seulement par ses incrustations de marbre, mais encore par son dessein et ses nombreuses peintures à huile des meilleurs maîtres, et celle à fresque du Lanfranc dans toute la voûte. Le monastère et surtout le cloître d’en bas est aussi tout orné de collonnes et autres embellissemens de marbre ; on voit surtout de l’apartement du Prieur une vue des plus vastes et des plus variées de l’univers, puisqu’on la compare et qu’elle l’emporte même sur celle du Bosphore de Constantinople. Le trésor de la sacristie est des plus riches et la chapelle est aparente surtout par les peintures comme le Christ mort qui est peint à huile par le Ribera, dit l’Espagnolet, dont c’est le plus parfait chef-d’œuvre, étant d’ailleurs colorié presque dans le goût de Vandeik.

Notes

1 Lecture incertaine.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540