Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « Voyage de Naple » (1719) de Ferdinand Delamonce

 | 
Laura Mascoli
, 
Ferdinand Delamonce

Le « Voyage de Naple »

Ferdinand Delamonce

Texte intégral

1Monsieur,

  • 1 Delamonce adopte donc la fiction de la lettre, et cette lettre concernant Naples est censée en sui (...)
  • 2 On aura noté le long préambule rhétorique de Delamonce. Ce qu’il faut en retenir, c’est que, pour (...)

2je m’aperçois un peu tard, permetez-moy de vous le dire, que l’excès de docilité avec laquelle j’ay satisfait si régulièrement à vos souhaits touchant notre belle, et fameuse ville de Rome, excite encore en vous une nouvelle curiosité1 : vous ne vous lassez point de me demander de semblables tâches, et malheureusement pour moi, vous ne vous lassez point, en peine si je ne me lasseray pas de vous faire des descriptions. D’ailleurs pensez-vous que je trouve-ray partout de quoi satisfaire votre avidité ; non, sans doute, aussi est-ce ce qui me console, voyant que sans y penser vous me rangez contre vous-même, lorsqu’entre autres descriptions vous me demandez celle de Naple. L’on vous en a dit tant de merveilles, dittes vous, que vous êtes dans une grande impatience d’en aprendre quelques singularitez par mon organe ; mais fussiez-vous autant prévenu en faveur de l’Italie, que le sont la pluspart des françois qui ont séjourné longtemps hors de leur patrie, je vous diray ingénûment que l’on vous a trompé par les exagérations que l’on vous a faite. Le nom de Naple, et son histoire sont célèbres, il est vray, et cette grande ville renferme encore beaucoup de raretez singulières. Tout cela cependant, vous le diray-je, n’influe pas encore assez pour répondre précisément à la haute idée que vous en avez conçue. Ainsi ce qui causera un obstacle à votre satisfaction m’épargnera beaucoup de détails : mais, que dis-je, mon amitié, toujours constante et ingénieuse à chercher des mets de votre goût, n’oublie rien pour y supléer. Elle m’inspire d’y joindre quelques singularitez des environs et même de la route qui pourront peut-être vous dédommager de ce que vous ne trouverez pas dans cette capitale, voulant à quelque prix que ce soit tâcher de vous satisfaire, puisque je n’ay rien à vous refuser. Je vais donc sans autre préambule entrer en matière2.

  • 3 Le procaccio était, comme l’indique clairement Misson dans son « Mémoire pour le voyageur » qui ou (...)

3Je partis de Rome par le Procaccio3 le onzième de mars mil-septcentdixneuf [187 v], c’est une espèce de voiture publique ou chaise assez mal conditionnée, et ce qui pis est, qui ne fait que de fort courtes journées.

4Ceux cependant qui, comme moy, veulent avoir le tems d’examiner ce que l’on rencontre de remarquable sur le chemin, la préfèreront à la poste indépendamment de la fatigue, et de la dépence ; cela ne laisse pas de mettre les voyageurs un peu de mauvaise humeur, joint à la maigre chère, et aux désagréables gîtes où il faut coucher, en sorte que pour n’être pas plus mal partagé, l’on prend enfin le party de charger le voiturin de la dépence.

  • 4 Les premières indications concernant Marino se retrouvent à peu près dans la même forme chez Misso (...)
  • 5 C’est la route d’Albano à Ariccia. Les voyageurs de la seconde moitié du siècle s’extasieront sur (...)

5Après que nous eûmes passé le bourg de Marino4 à 12 milles de Rome, nous trouvâmes, par intervale, d’assez beaux points de vue. J’oubliois de vous dire que ce bourg apartient à l’illustre maison Colonna qui y a un lieu de plaisance assez aparent, mais fort négligé ; je vis seulement dans la plus grande église un fort beau tableau de prix. Au reste, les curieux de l’antiquité ont sujet d’être assez satisfaits de trouver sur cette route un grande nombre de tombeaux antiques, mais la plupart fort ruinés5. Ce sont moins des cercueils de pierre, ou de marbre tels que vous pourriez vous imaginer que des petits bastimens ou temples, qui renferment des caveaux dont le plus souvent l’intérieur est décoré de peintures à fresque ou d’ornemens de stuc en basse taille d’assez bon goût et à peu près comme ceux des autres environs de Rome. Ils sont de même tout construits de brique, d’une forme assez régulière et souvent semblable.

  • 6 On lira avec intérêt mais aussi avec un nécessaire sens critique ce long passage de Delamonce sur (...)

6Nous arrivâmes de bonne heure à Veletri, petite ville épiscopale de l’État du pape, laquelle n’a guère d’aparence, mais nous vîmes dans la grande place une face de théâtre antique encore assez conservée6. Je n’y vis plus la partie cintrée qui [183 r] renfermoit les bancs circulaires de pierre, où se plaçoient les spectateurs, dont il reste, dans ceux de Rome, de magnifiques débris, tandisqu’au contraire il n’y reste aucun vestige de ces façades qui étoit en face des spectateurs, ce qui rend celle-cy fort curieuse et peut-être unique.

  • 7 Ces cérémonies de la Fête-Dieu à Aix-en-Provence sont célèbres et la ville s’est acquise dans ce d (...)

7Cet édifice est en partie construit de maçonerie et de pierre de taille d’un dessein assez particulier. Le milieu consiste dans une arcade fort élevée et dépouillée de ses embellissemens, et chaque mur dont elle est acompagnée à droite ou à gauche sur la même ligne est percé de quatre arcades, sçavoir, d’une grande, d’une moyenne et de deux petites ; la moyenne et la grande sont décorées, surtout cette dernière, par deux collonnes corinthienes sur des piédestaux et par leur entablement avec architraves, frises et corniches en ressaut qui, par leurs proportions et par le bon goût de leurs profils, paroissent un ouvrage du haut empire. Je n’ay point vu l’intérieur de ce bastiment parce qu’il est en partie détruit et ambarassé de constructions modernes. L’on voit au reste, au devant de cette façade, une grande terrasse au-dessus de quelques arcades ; ainsi de la manière que les anciens auteurs nous ont décrits leurs théâtres, il n’y a pas lieu de douter que ces huit portes ou arcades différentes étaient celles par où sortoient les acteurs pour paroître sur la cène qui étoit cette terrasse, n’ayant pas comme nous des décorations mobiles et postiches, et d’ailleurs cette cène, le parterre et les bancs étoient à découvert ; ainsi les acteurs et les spectateurs n’étoient à l’abry du soleil et de la pluye qu’à la faveur de quelques tentes de toile que l’on tendoit par des cordages. Cela vous paraîtra, Monsieur, sans doute extraordinaire, mais il n’étoit pas moins réel non plus que les masques ridicules des acteurs qui, comme des espèces de bonets descendoient jusqu’au [188 v] cou et leur envelopoient toute la tête, moyennant des ouvertures pour les yeux, le nez et la bouche et qui, par ce volume, les rendoient fort hydeux mais, dans tous les tems, l’acoutumance des visages en a effacé le ridicule qui n’a été reconnu que dans la suitte. Je diroy en passant que nous voyons encore une preuve de ces plaisans masques par ceux des principaux personages de la procession instituée par le roy Roger de Naple que l’on fait à Aix-en-Provence le jour de la fête de Dieu7, ces masques ayant un vray rapport avec ceux des anciens dont je viens de parler et que nous voyons encore dans leurs basreliefs.

2. Le théâtre de la passion à Velletri. (De A. Gabrielli, Il Teatro della Passione in Velletri, 1910).

8Je suis bien aise de vous faire cette petite digression qui nous prouve que les hommes de tous les siècles et de toutes les nations ont été susceptibles de quelques folies générales ou particulières.

  • 8 Cette statue d’Urbain VIII par le Bernin est, depuis Misson (Misson, II, p. 63), signalée avec adm (...)

9Enfin nous vîmes dans une autre place de Veletri une très belle statue de bronze du pape Urbain VIII8 assis donnant la bénédiction ; elle a été jettée sur le modèle du fameux chevalier Bernin, et n’est pas inférieure en beauté à celle qui est dans Rome, au tombeau du même pontife de l’église de St. Pierre, aussi du même sculpteur ; mais celle-cy est d’un dessein différent ; elle est élevée sur un grand piédestal de marbre blanc.

  • 9 Ce n’est pas la cathédrale, mais l’église de S. Maria del Trivio (refaite aux XVIIe et XVIIIe sièc (...)

10La cathédrale ou le dôme est un édifice moderne9 d’ordre dorique en pilastres et en arcades d’un dessein assez massif formant une croix latine, c’est-à-dire à trois branches égales et une longue, avec une calote élevée dans le centre. Il y a près de cette église un grand clocher quarré et isolé, précisément de la forme de celuy de la place de St. Marc de Venise ; il est aussi de structure gothique, en petites pierres noires avec des lits de brique.

  • 10 C’est, à l’époque, le monument le plus célèbre de Velletri : Misson, en peu de lignes (II, p. 64), (...)

11Le palais Geneti10 du dessein de Martin Longui qui a été un architecte de réputation n’est pas éloigné de cette seconde place ; le portique et l’escalier sont décorez de collonnes et d’autres embellissemens de marbre blanc dont sont aussi les rampes qui sont fort larges et à trois étages. J’aperçus aussi des collonnes polies de marbre granite gris d’Égypte. J’y trouvois [189 r] des basreliefs antiques de marbre, représentant des enfans, et d’autres des sujets d’Hercule, de très beaux piédestaux de brèche sous d’autres statues antiques dans la cour, et des autels, surtout un dédié à Cybèle ; il y a aussi beaucoup de funéraires dans le jardin avec des bustes et des cercueils de marbre aussi antiques, ornez de basreliefs choisis.

12Enfin, l’on jouit de la terrasse d’une charmante vue qui dédommage du désordre où sont à présent les appartemens, où il n’y a que quelques anciens meubles fort négligez. Au reste, l’on voit encore dans cette ville quelques fontaines d’un dessein assez passable.

  • 11 On notera que Delamonce qui décrit longuement les villes (Velletri, Gaète etc…) passe rapidement s (...)

13Après avoir passé Piperno, nous trouvâmes, à cinq mille au de là, un pont antique qui attire l’attention des antiquaires. De là, l’on entre dans l’ancienne via Appia11, dont l’on trouve des vestiges, et qui conduisoit de Rome à Naples ; mais, comme le pavé en est composé de gros quartiers de grais, plus grands que ceux de Paris, leur extrême dureté et leur polis est si incommode particulièrement pour les chevaux, surtout lorsqu’il a plu, que l’on est obligé de s’en détourner souvent. Je remarquay qu’il étoit bordé, de part et d’autres, de petites banquètes de la même pierre, et que, tout compris, il n’a qu’environ trois toises de largeur, ce qui me surprit beaucoup. L’on trouve grand nombre d’inscriptions antiques presque dans tous les lieux habitez de cette route, et j’en vis surtout à Sessia d’assez remarquables et, çà et là, quelques autres antiquitez.

  • 12 Terracine a toujours été une étape obligée sur la route de Rome à Naples: c’est la dernière ville (...)
  • 13 Cette grandiose entaille pratiquée dans le rocher (on l’attribue en général à Trajan) pour permett (...)
  • 14 C’est de tous les récits de voyage que nous avons pu consulter la plus longue description des rest (...)
  • 15 C’est l’élément de comparaison utile à donner aux membres de l’Académie: pour faire saisir ce que (...)
  • 16 Cette inscription aujourd’hui détruite se trouvait en effet insérée dans un mur de la cathédrale ; (...)
  • 17 Ce passage a été barré par l’auteur, mais il reste parfaitement lisible.
  • 18 Commentaire classique, s’agissant du golfe de Terracine et de Gaète: cf. Misson, II, p. 79.

14Terracina surtout en fournit qui méritent de l’attention12. On y voit encore un mur circulaire qui faisoit partie de l’ancien port, avec plusieurs anneaux de pierres trouées, où l’on attachoit les cables des vaisseaux. J’y remarquay aussi sur le chemin du rivage un grand rocher escarpé13, tout taillé au ciseau à grands fraix par les romains : il est de 82 pieds et demis de longueur ; l’on y voit douze tables où sont gravées, en lettres majuscules, des chifres depuis X jusqu’à CXXII, dont on ignore le motif. Ces chifres environent une grande arcade taillée de même dans le roc, de 83 pieds de largeur, de 26 pieds de hauteur sur 34 de profondeur, dont le fond est formé en niche. L’on y voit, à l’entrée, les trous des gonds et barres des portes qui servoient à fermer cet hangard, fait sans doute [189 v] pour l’usage de la marine. Et il y a, aux environs, un coridor de communication, taillé aussi dans le roc. J’eus la curiosité de monter à la ville ; j’y trouvay un superbe monument ancien14 qui, j’avoue, me dédomagea amplement de mes pas. Il ne me fut pas difficile de reconnoitre que c’étoit un temple quaré long. Il est construit de marbre blanc et décoré de grandes collonnes canelées et engagées d’un tiers dans le mur qui est aussi en paremens de marbre, dont certaines tables sont construites d’une façon singulière, qui est celle que Vitruve apelle opus incertum, ce qui exprime la différence de la construction ordinaire, en cours d’assises paralelles, avec des joints montants ; celle-ci, au contraire, quoique taillée en paremens par devant, a des joints tortueux selon le contour baroque des quartiers de marbre qui les composent, auxquels les autres blocs se joignent comme les pièces de marqueterie en bois, ce qui m’a paru d’un travail surprenant. L’on en voit ici à Lyon15 un exemple très curieux à l’ancien fronton qui est derrière le sanctuaire de l’église de St. Etienne, du côté de la cour. Ces belles collonnes qui paraissent d’ordre corinthien sont élevées sur un grand soubassement, ou piédestal continu, qui donne beaucoup de noblesse à cet édifice, et dont le nud du mur est tout embelli de refends ainsi que celuy dans les intervales des collonnes au-dessus et au-dessous de la platebande ravalée, ornée de rinceaux qui est sur l’inscription d’un côté du temple où est le nom de l’architecte16. Je trouvay cette singularité d’autant plus rare que je n’en avois encore point vu d’exemple dans aucun édifice antique de Rome, ny d’ailleurs. Elle porte : C. Postumius. C. F. Pollio architectus. [Je crus d’abord que c’étoit le nom de l’architecte que je viens de citer qui nous a laissé un traité de son art, dont M. Perache nous a donné la traduction, avec des sçavantes notes, mais la différence des surnoms me fit entendre que ce n’étoit pas le même]17. Ce curieux monument tout couroné de corbeaux, aussi de marbre en forme de consoles, n’est pas à beaucoup [190 r] près dans son entier, puisqu’il n’en reste guère que le tiers, et que le haut depuis les chapiteaux est tout ruiné, mais l’on a réparé l’intérieur pour en former la cathédrale ; aussi n’y voit-on rien d’ancien ; j’y observay seulement quelques tableaux de bonne main. Or, après vous avoir parlé, Monsieur, des curiositez de Terracina, il faut vous entretenir un moment du repas que j’y fis, dont je conserveray toujours la mémoire, et pourquoi n’en parlerois-je pas en ayant de bons exemples. Comme l’on nous avoit fort vanté la bonté du poisson de cette contrée, assaisoné aussitôt après qu’il est tiré de la mer, nous en fîmes pêcher expressément de cinq ou six sortes ; on nous le servit peu de tems après à dîner, si bien conditioné que j’avoue n’avoir jamais rien mangé de plus exquis dans ce genre en France, ny ailleurs, en sorte que je rendis justice à la délicatesse du goût des anciens dont je n’avois pas une grande idée qui nous ont loué avec beaucoup d’emphase l’excellence du poisson du voisinage de Naple18.

  • 19 C’est ce qu’avait fait également Misson (Misson, II, p. 80) dont les motifs de curiosité sont prat (...)
  • 20 C’est en 1707, à la suite de la guerre de succession d’Espagne, que le royaume de Naples devint po (...)
  • 21 L’histoire est fameuse : celle d’abord de la mort du Connétable de Bourbon sur les murs de Rome, l (...)
  • 22 C’est le célèbre vase de marbre blanc qui se trouve actuellement au Musée National de Naples. C’es (...)
  • 23 Le jugement est à retenir: tous les auteurs du temps sont unanimes à opposer le « gracieux » de l’ (...)
  • 24 Jugement sévère et injuste dans ce cas précis. De fait, Misson écrit simplement que « les quatre l (...)

15Je vous diray à présent qu’étant à Mola, au lieu de poursuivre directement notre voyage jusqu’à Naple, nous nous détournâmes un peu pour aller à Gaète19. Nous nous embarquâmes pour cet effet sur une chaloupe qui nous y conduisit en peu de tems. Différens motifs de curiosité nous engagèrent d’y aller. Heureusement un de mes compagnons de voyage qui venoit de Vienne étoit muny de bonnes lettres de recommandations pour les principaux officiers du Royaume de Naple qui étoit alors ocupé par l’empereur20 ; ainsi nous eûmes toute la liberté possible de voir dans la citadelle ce qu’il y avoit de plus curieux. Pour le premier motif de notre promenade, nous y vîmes le squelète du fameux connétable de Bourbon21, tué au siège de Rome, auquel les papes, n’ayant pas voulu acorder la sépulture, il fut aporté dans ce lieu. Il est renfermé et placé debout dans une armoire, vêtu à l’espagnole, en corset et en toque de velours violet, avec des vers en espagnol et en mauvais françois. À juger de la proportion de ses ossemens, il paroît que ce prince étoit [190v] d’une aussi riche taille que Louis 14. Nous allâmes ensuite à la cathédrale ou au dôme qui étoit dans la ville pour y voir une curiosité qui est le second motif de notre partie de Gaète. Elle est très remarquable, et en vérité bien digne de l’estime qu’en ont toujours fait les vrais connoisseurs, entr’autre le célèbre Poussin, l’Apelle françois, et par conséquent, si capable d’en juger. C’est un fort beau et grand vase de marbre blanc, très bien conservé, d’environ trois pieds et demy d’hauteur et d’environ deux pieds et demy de diamètre, dont le dessein de son profil ou de la forme en est aussi gracieux que les figures en basrelief qui le décorent sont d’un grand goût ; aussi est-il d’un sculpteur grec dont le nom y est gravé en ces termes : Salpion atenios episoe [sic]22. Tous les amateurs des beaux-arts sçavent combien les artistes de cette nation étoient supérieurs en habilité à ceux des romains, qui faisoient gloire de les imiter, quoique d’assez loin23. Or ce que j’y trouvay ici de singulier c’est que, nonobstant que cette sculpture représente distinctement la naissance de Bacus et où l’on y voit un nombre de femmes, de Bacantes, et quoiqu’en conséquence le peuple même nomme ce vase la tassa di Baco -la coupe de Bacus, croiriez-vous cependant qu’il sert de fonts baptismaux ? Quant aux lions aussi de marbre qui luy servent de suport, ils sont d’un fort mauvais ciseau gothique, n’en déplaise à Misson qui, dans sa description d’Italie, les supose antiques et de la même pièce du vase, mais l’on sçait que cet auteur avoit plus de literature que de discernement dans les beaux-arts24.

  • 25 Ces attributions sont classiques au XVIIIe siècle. Cf. encore Lalande, V, p. 438.
  • 26 Bref résumé d’une longue description de Misson (Misson, II, p. 83-84) qui suppose que ce vieillard (...)

16Au reste, cette église qui a été sacrée par le pape Pascal II est dédiée à St. Érasme, son évêque et martir, dont le corps est conservé dans la Confession ou chapelle soutairaine, sous le maître autel, selon l’usage commun d’Italie. Le tableau du saint de l’autel supérieur est du célèbre Salvator Rosa, peintre et poète fameux. On voit encore dans cette église un beau tableau d’André de Salerne et une Notre Dame de pitié de Paul Véronèse25. Vers le clocher, qui a un belvéder à la pointe, qui est de marbre, il y a une statue de vieillard avec un serpent et une tête de mort qui paroît antique26. La plupart des toits des églises, des clochers et de quelques maisons de cette ville sont construits en voûtes ou coupoles et donnent beaucoup de ressemblance, vus de loin, aux villes turques de l’Arabie.

  • 27 On notera que, avant même d’évoquer ou de décrire le célèbre Mausolée de Munatius Plancus, Delamon (...)

17[191r] Vous serez peut-être bien aise, Monsieur, que je vous dise maintenant un mot du lieu où est la curieuse inscription de Plancus27, troisième motif de notre promenade à Gayète. Vous comprenez bien que l’inscription dont je parle est celle où est faite mention des colonies romaines qu’il amena à Lyon et à Bâle, en Suisse ; elle est encore très conservée et fait partie d’une grande tour ronde, apellée, je ne sçay pourquoy, la Tour de Roland ; toute construite de marbre blanc, ornée de bossage et d’une belle corniche, étant précisément semblable à celle de Métellus, qui est hors de Rome, sur le chemin de St. Sébastien. Celle-ci est sur une hauteur, environ à un mille de la ville ; et l’une et l’autre étoient certainement des monumens funéraires, construits à grands fraix.

3. Vase de marbre blanc signé Salpion (de Misson, II, p. 83).

  • 28 Autre « curiosité » célèbre de Gaète, qui était aussi un lieu de pèlerinage, puisqu’il y avait une (...)
  • 29 Étrange repentir : c’est l’association d’idées avec la Voie Appienne et l’intérêt de nos voyageurs (...)

18Le roc fendu qui est dans ce voisinage fut le 4e sujet de notre curiosité28. L’on prétend dans ce païs que ce grand rocher se fendit perpendiculairement au moment que le Sauveur expira en croix ; et c’est dans ce sens que l’on y a dressé au-dessus une chapelle avec un petit pont de bois pour traverser d’un rocher à l’autre. L’on affecte d’y montrer l’empreinte de deux mains sur une surface de ces rochers que l’on supose miraculeuse ; l’on raconte qu’un incrédule françois, doutant du miracle de cette fente, en fut puni par le risque d’y tomber et qu’alors en s’apuyant contre ce roc, la forme de ses mains s’y gravèrent ; malheureusement cette superstitieuse fable est bien démentie par l’ignorance du mauvais ciseau gothique qui l’a sculptée : mais nous nous gardâmes bien de faire cette remarque à haute voix, car on n’y entend point raillerie sur cet article ; je ne doute pas au reste que cette fente du rocher ne soit un effet naturel de quelque tremblement de terre qui ont été toujours fréquents dans le royaume de Naple. J’oubliois de vous parler de deux chemins antiques29 dont il subsiste encore des débris qui ne sont qu’à quelques lieues de Terracina et presque parallèles aux deux bords du Tybre, l’un que l’on apelloit via Portuensis alloit à Porto et l’autre via Ostiensis conduisoit à Ostie ; ils étoient semblables à la via Apia.

  • 30 On l’appelle encore aujourd’hui la villa de Cicéron : c’est une grandiose villa de la fin de la Ré (...)
  • 31 Notes rapides, qui ne soulignent pas l’essentiel ; Trayetto ou Traetto était le nom de la Minturne (...)

19[191 ν] Enfin, étant retourné à Mola, nous poursuivîmes notre voyage après avoir remarqué beaucoup d’antiquitez sur les rives de la mer, entr’autre celle que l’on nomme encore l’Académie de Cicéron30 qui, dit-on, y avoit un lieu de plaisance. Après avoir passé Trayetto31 où il y a un acqueduc antique assez ruiné, nous vîmes à la gauche les tristes débris de la ville de Minturne qui avoit quelque rang du tems des Romains et l’on remarque dans le voisinage une tour antique que l’on dit être la sépulture de Scipion l’africain ou de quelque autre consul du même nom.

  • 32 Là encore passage trop rapide dû sans doute à l’horaire que le Procaccio imposait aux voyageurs. O (...)
  • 33 Thème traditionnel en même temps que réalité objective, cette évocation de la Campanie heureuse de (...)

20Nous espérions en vain que nous trouverions à Capoue32 une partie des ruines de l’ancienne ville, puisqu’elle est éloignée de quelques milles de la nouvelle qui contient plusieurs églises fort décorées telle que le Dôme, l’Annonciade, les Jésuites, les Jacobins et les Cordeliers, le palais archiépiscopal et l’hostel de Ville qui ont de l’aparence. Et il y a une fontaine ornée de statues dans la grande place, mais nous trouvâmes partout des tristes marques du dernier tremblement de terre qui avoit fort endommagé cette ville. Nous trouvâmes néanmoins, à l’entrée de la cour de l’hostelerie où nous dînâmes, une statue antique de marbre d’un consul, mais fort ruinée. Quant à l’ancienne ville, au-delà du petit fleuve Volturne, l’on nous assura qu’elle étoit toute remplie de magnifiques débris de temples, de théâtres, d’aqueducs, de tombeaux et de statues. De là, l’on trouve, tout aux environs, la campagne apellée heureuse33 ; il semble en effet que c’est un vray paradis terrestre puisqu’on y voit toute cette contrée remplie de gros orangers, plantez en pleine terre comme nos pommiers et tout chargez de fruits déjà meurs dans cette saison : aussi tout cela présente-t-il le plus beau coup d’œil que l’on puisse imaginer.

4. La Mausolée de Munatius Plancus (de Misson, II, p. 81).

  • 34 C’est la dernière grosse ville avant Naples. La plupart des voyageurs noteront plus tard qu’il s’a (...)

21L’on trouve ensuite deux chemins, l’un qui conduit directement de Capoue à [Naples] et l’autre par Aversa34, autre ville épiscopale, où il y encore quelques églises dont l’intérieur est fort embelly et quelques palais. Le dôme est un grand vaisseau avec la chapelle de la S. te Vierge fort décorée.

22Au reste, lequel des deux chemins que l’on choisisse, ils sont beaux et larges et le plus court est aussi le plus droit de sorte qu’il anonce fort avantageusement la ville de Naple.

  • 35 Même remarque chez de Brosses (« tous les combles des maisons sont en terrasses. Cela ne me plaît (...)

23Lorsque nous començâmes à la découvrir, il me sembla d’abord que j’y arrivois le lendemain d’un grand ouragan qui en aurait enlevé tous les toits des maisons35 par ce qu’elles ne sont couvertes qu’en terrasses ou belvéders, où ceux qui les habitent vont prendre le fraix tous les soirs pendant les chaleurs.

  • 36 Première correction apportée à l’enthousiasme d’un Misson selon qui « les rues sont droites et lar (...)

24[192 r] Enfin, nous entrâmes dans Naple avec bien de l’impatience de voir l’intérieur de cette fameuse ville ; mais les pierres grises, dont les maisons et autres édifices sont construits et qui se noircissent beaucoup à l’air, nous présentèrent d’abord des objets d’autant plus sombres et mélancoliques que les rues36 sont fort étroites à la réserve de deux, et les maisons à proportion fort élevées. L’on nous assura qu’on les faisoit ainsi pour y procurer de l’ombre et de la fraîcheur pendant les trois saisons chaudes de ce climat, mais j’en trouvay, à ce prix, l’expédient fort désagréable.

  • 37 Cette première impression est fréquente chez les voyageurs français qui insistent sur l’air triste (...)

25Je n’y vis point de femmes dans les boutiques37, à l’exception d’une seule qui disparut sur le champ ; encore nous dit-on que c’étoit une des plus aprivoisées par la politesse des officiers françois pendant que Philippe V occupa cette ville.

5. Plan de Naples (de D. A. Parrino, 1691).

26Je remarquay un air fort misentrope et même sauvage parmy les habitants des deux sexes et en général de toute sorte d’état et de condition par un manque de sçavoir vivre causé sans doute par le défaut d’une société honnête, pratiquée à présent dans la plus grande partie de l’Europe civilisée.

27Je fus sourtout très choqué de la rusticité de quelques citoyens, même gens de boutique, puisqu’ayant voulu leur demandé la route des endroits où je voulois aller, ils ne me répondirent que par un mouvement de la lèvre inférieure et du menton par lequel ils m’indiquèrent le côté par où il falloit tourner, mais sans proférer une seule parole, ny se découvrir.

  • 38 Autre notation fréquente chez les voyageurs : Misson souligne que « les habits et les équipages so (...)

28J’y vis nombre d’hommes, tels que gens de palais, habillez de noir à l’espagnole avec la golille38.

29Nous rencontrâmes en divers quartiers plusieurs escouades de cinq ou six soldats allemands, la bayonette au bout du fusil et nous aprîmes que c’étoit pour empêcher, jour et nuit, les atroupemens du petit peuple qui y est nombreux, mutin et toujours porté à la révolte.

  • 39 Sur l’époque où le Comte de Daun fut vice-roi de Naples (1707-1708, immédiatement après l’installa (...)

30L’on me fit sur ce sujet le récit d’une réponse bien extraordinaire du Comte de Taun39, alors viceroy pour l’Empereur ; après son arrivée à Naple, tous les tribunaux l’allèrent saluer suivant la coutume, et entr’autres l’élu du peuple à la tête du corps de ville qui lui demandèrent sa protection pour les habitants ; il leur répondit fort sèchement si si, panee bastone, ouy, ouy du pain et le bâton, [192 v] leur promettant l’abondance du pain et ne faignant pas de l’autre de leur faire connoître qu’il les traiteroit avec sévérité.

31Aussi les privilèges des immunités des églises pour les assassins qui s’y retirent ne l’empêchoient pas de les faire prendre au pied de l’autel pour les faire châtier sur le champ. Je fus même fort surpris de voir des seigneurs du premier rang se morfondre dans son antichambre.

  • 40 Dans les guides et les récits des voyageurs concernant Naples, l’ordre suivi est plus divers et pl (...)

32Puisque je suis sur le chapitre du viceroy, il est juste de vous parler de son palais40 qui est aujourd’hui celuy de Dom Carlos, Roy des deux Siciles. Il est assez aparent, vaste et simétrique au dehors et au dehors [sic], mais guère commode, n’ayant aucun de ces dégagemens qui sont maintenant si fort en usage à Paris.

6. Hommes de loi portant la toge et la golille (détail d’un tableau de A. Luciani, Il tribunale delia Vicaria, Musée de San Martino, Naples).

33C’est le chevalier Dominique Fontana, architecte de Sixte-Quint qui en donna le dessein ; il est orné de trois ordres de pillastres, mais les trois avancorps, tant ceux des côtés que celuy du milieu, sont ornez de collonnes antiques de granite rouge d’Egypte qui les distinguent ; l’intérieur est aussi orné de deux rangs d’arcades acompagnées de pillastres, le tout construit en pierre de taille et partie en marbre.

  • 41 L’histoire du Palazzo degli Studi, l’actuel Musée Archéologique National, est connue: les origines (...)

34L’on m’a assuré que Dom Carlos a fait faire des changements et des augmentations considérables, de même qu’au Palais de l’Université, dit de l’Académie ou des Études41 dont une moitié étoit construite sur le dessein de Cosimo Fonsago et dont le milieu est fort élevé ; les dehors sont ornez de collonnes et de pillastres entre lesquels on voit plusieurs arches remplies de statues antiques de marbre et de pierre, mais l’un et l’autre sur de mauvais desseins, ces deux architectes n’ayant pas de goût pour la décoration.

  • 42 Ce paragraphe est à la fois précis et confus. On sait que les vingt-neuf « sièges » originels de l (...)

35Le grand siège ou Conseil de la noblesse42, proche St. Agnello, est une vaste salle où elle s’assemble ; elle est fort élevée et couverte par quatre grandes arcades, et tout le fond, oposé à la rue, est peint à fresques avec beaucoup de goût par le Bélisaire, peintre de réputation ; il y a représenté l’entrée [193 r] de Charlequint dans cette ville qui arriva de son tems, avec deux autres sujets qui concernent ce prince.

7. La place du Palais royal au XVIIIe siècle (détail d’une vue topographique de Naples par A. Baratta). On notera au premier plan la fontaine aux trois arcades et la statue du Géant ; au fond, la via Toledo.

36Les dez des balustrades de marbre sont chargez de plusieurs bas-reliefs, où l’on voit un cheval fringant qui s’échape, qui est une ancienne devise de Naple. L’on dit que le Bocalini, qui étoit un bel esprit qui vivoit au commencement du siècle passé, paya bien chèrement quelques saillies qu’il osa hasarder dans une satire sur l’état languissant de ce pauvre cheval napolitain où il disoit qu’il étoit alors si exténué qu’il n’y avoit plus à craindre de ses ruades ; cette témérité contre le gouvernement de son tems luy coûta la vie.

  • 43 Cette statue a une curieuse histoire: elle est romaine, et non pas grecque, et figure une personni (...)

37La statue antique de marbre qui représente le fleuve du Nil43 couché, acompagné d’un crocodile est l’ouvrage d’un excellent ciseau grec, mais la tête en est moderne, l’ancienne ayant été tronquée ; cette figure est placée sur un piédestal vis-à-vis un des autres sièges de la noblesse apelé par corruption il nido.

  • 44 Ce palais, situé au n° 121 de la rue S. Biagio dei Librai, une des rues les plus caractéristiques (...)

38Quant au Palais du seigneur Diomède Caraffa44, dans la rue des libraires, il est tout remply d’antiquitez choisies qui y ont été rassemblées, mais qui y sont aujourd’hui dans un grand désordre, puisque la plupart sont abandonées à l’insulte des mains, dont elles sont toutes mutilées.

39L’on y distingue, entr’autres, une statue de Mercure dont les proportions et le dessein sont une production des plus sublimes d’un sculpteur grec du premier ordre, en sorte que cette figure surpasse même celles de ce genre les plus estimées, telles que l’Apollon et l’Antinous de Belvéder dans le Palais du Vatican à Rome.

40L’on y voit encore quelques autres tronçons de statues qui ne sont guère inférieurs à la perfection de la précédente. L’on y voit aussi beaucoup de basreliefs de marbre qui ont de la beauté.

41On trouve surtout dans cette cour un fragment très curieux d’un cheval [193 v] de bronze et qui consiste à sa tête avec une partie du cou ; il est sans mors, bride, ny autre harnois. Il paroît qu’étant tout entier, il étoit de la grandeur et de la beauté de celuy de Marc Aurèle à Rome, et jetté aussi sur le modèle d’un sculpteur grec.

42L’on voit encore dans la même cour un autre cheval de bronze moderne qui est en très médiocre volume, avec la figure de l’empereur Charlequint, érigée à ce prince à l’ocasion de son entrée à Naple.

43Le cheval n’a guère plus de deux pieds de grandeur ; il est élevé sur une espèce de collonne en balustre, soutenue d’un piédestal, le tout de marbre blanc et décoré en basrelief, l’un et l’autre d’une fort belle exécution. Je remarquay aussi dans ce lieu quelqu’autres basreliefs modernes d’une grande perfection.

  • 45 Toutes les indications topographiques données par Delamonce sur les « autres palais » de Naples (a (...)
  • 46 Ce palais, le Palazzo Giusso Filomarino situé sur la petite place San Giovanni Maggiore, est aujou (...)

44Il y a encore un autre palais45 dont la cour est également remplie d’antiquitez, mais la plupart assez inférieures à celles dont j’ay parlé. Ce bastiment est en face du palais du duc de la Tour Philomarino46 qui nous fit la politesse de nous montrer luy-même les tableaux de prix qu’il possédoit, entr’autres les trois Maries au tombeau du Sauveur par Annibal Carache, dont on voit une très belle estampe, gravée au burin par Rollet.

8. Cour du Palais Carafa avec la célèbre tête de cheval (de Rogissart, II, fol. 543. 2).

  • 47 Autre indication erronée: la rue qu’il faut suivre est sans doute (?) celle du Palais Carafa, c’es (...)

45Au fond de la même rue et à droite, l’on découvre encore un autre palais47, à la vérité de moyenne grandeur, mais auquel de grandes arcades, acompagnées de pillastres, donne de l’aparence : c’est ce que j’ay vu à Naple de meilleur goût dans ce genre. L’on m’assura que ce bastiment apartenoit au fameux peintre Solimène qui en a donné le dessein et qui, ayant acquis de grands biens, étoit en état d’en avoir fait la dépence, son habilité et sa grande réputation luy ayant procuré la situation la plus favorable que l’on puisse espérer dans les beaux arts.

  • 48 Le débouché de la Via del Gigante était comme fermé par une fontaine à trois arcs « avec de très b (...)

46Je trouvay une magnifique fontaine de marbre blanc48 en face [194 r] du port, formée par trois arcades en manière d’arc de triomphe, tout de marbre, mais tout ce qu’on en peut dire est que le bon goût n’y répond pas à la dépence, cet ouvrage ayant été exécuté sur un mauvais dessein. Il y en a encore d’autres dans cette ville, où l’exécution et la dépence sont à peu près au même degré.

  • 49 Cette statue, appelée le plus souvent Gigante di Palazzo, avait été placée à l’époque de Pierre d’ (...)

47Au reste, l’on voit auprez de cette première fontaine une statue collossale de Jupiter49, aussi de marbre blanc, qui étoit un therme antique dont on a fait une très mauvaise statue par tout ce que l’on y a ajouté.

9. La fontaine aux trois arcades (gravure de la Collection Pagliara, Naples).

  • 50 Ce « petit canal » apportait l’eau à la fontaine appelée tantôt Fonseca, du nom du vice-roi qui l’ (...)

48Ce qu’il y a de plus remarquable dans ce voisinage est la chute d’un petit canal d’eau50, pratiqué sur l’apuy de la descente qui est au bas du couvent des Recollets. Elle est ornée de marbre d’un dessein aussi ingénieux que singulier, et placée parallèlement à la cour des forçats.

  • 51 Ce jugement sur la plus grande rue de Naples se retrouve à peu près le même chez tous les auteurs (...)

49Il est tems, Monsieur, de vous parler à présent de la fameuse rue de Tolède51, où est situé le Palais Royal, la seule de Naple dont la largeur répond à la grande longueur, mais qui n’est pas tirée au cordeau ; c’est où passent les mascarades de carnaval et les chars de triomphes et où se font toutes les principales réjouissances publiques.

  • 52 C’est le jugement classique des étrangers sur Naples : cf. par exemple Sade: « Il y a quelques aut (...)

50Après cette rue, celle de Montolivet52 est la plus remarquable pour sa largeur, mais qui n’a pas la même étendue ny la même aparence.

  • 53 Après les palais et les rues, les églises. C’est toujours le point fort des récits de voyage conce (...)

51Il est question de vous décrire enfin les églises53 de cette ville, les plus dignes d’attention soit en elles-mêmes ou par les singularitez qu’elles renferment. Plusieurs de ces édifices manquent encore de façades et n’ont rien de remarquable par dehors, mais dont l’intérieur est au contraire d’une magnificence surprenante, quoique la plus grande partie soit de très mauvais goût, par ce qu’elles sont remplies ou plutôt chargées de marqueteries en marbre précieux d’un prodigieux travail et souvent même enrichies de bronze doré à feu. Tous ces superbes collifichets y sont prodiguez jusqu’aux [194 v] pavez et aux apuys des balustrades en sorte qu’ils causent partout une confusion qui choque étrangement les yeux des connoisseurs. Il est vray qu’il y a quelques autres églises où ce deffaut ne se fait pas remarquer et qui, au contraire, peuvent aller de pair avec plusieurs des belles églises de Rome.

  • 54 Comme on le voit, Delamonce prend la chapelle de St. Janvier comme exemple d’une belle réussite qu (...)

52Telle est surtout la célèbre chapelle de St. Janvier54, dite du Trésor, et qui fait partie de l’église cathédrale dont je parleray bientôt cy-après.

53Le plan de cette belle chapelle est en croix grecque ou à quatre branches égales. L’entrée en est fort noble étant anoncée par une grande arcade acompagnée de grosses collonnes d’un prétieux marbre verd d’Egypte, avec d’autres acompagnements aussi de marbre et les statues de St. Pierre et de St. Paul. L’intérieur est aussi décoré à propos par 40 collonnes de brocatelle avec leurs chapiteaux et bases de bronze entre vincinq niches de marbre, remplies d’autant de figures de même métal, jettées sur les modèles de plusieurs habiles sculpteurs et entr’autres de Julien Finelli dont j’auray ocasion de parler cy-après.

  • 55 Même si Delamonce n’a pu assister personnellement à la cérémonie du miracle (les deux grandes « fê (...)

54Les quatre massifs qui suportent le dôme ont aussi leurs intervales ornez d’autels, chacun avec quatre collonnes rares et leurs entablemens et frontons qui renferment autant de tableaux de prix peints à huile sur des lames de métal de la main de François Ribera, dit l’Espagnolet, et du fameux Dominiquin, autrement Dominique Zampieri de Bologne, élève du célèbre Anibal Carache. Le même Dominiquin a peint à fresque la partie supérieure de cette chapelle au-dessus au-dessus [sic] des corniches et toute la voûte où il a représenté la vie et les miracles de St. Janvier, évêque et martir, l’apôtre de cette ville. Le même a peint encore à fresque le sommet de la calote intérieure de la coupole qui s’élève au-dessus des quatre massifs, et dont le célèbre Chev. Lanfranc a peint le reste avec un grand succez, ainsi tout ce qui est dans ce lieu est digne de remarque. Je ne vis point le miracle55 de la liquéfaction du sang de ce Saint renfermé dans une phiole où il paroît tout sec et figé. Or cette liquéfaction arrive en faisant toucher cette phiole contre le chef du même [195 r] Saint, ce qui ne réussit pas toujours, dit-on, et alors le peuple en présage quelque calamité publique. L’on n’en fait la tentative que le jour de la fête ou pour quelque prince étranger, ou enfin pour quelques besoins pressants de cette ville. Ainsi, comme tout cela se ne rencontra pas dans le tems de mon séjour à Naple, je n’ay point vu cette circonstance.

10. Le Gesù Nuovo : les deux chapelles de Saint-Ignace et Saint-François Xavier (de Rogissart, II, fol. 491).

  • 56 De cette page sur le Dôme, on pourra, semble-t-il, retenir ceci : Delamonce a conscience que les « (...)

55A l’égard de la cathédrale56, c’est un ancien vaisseau assez vaste que l’on a tâché de décorer depuis à la moderne par des embellissements et par des tableaux de bonne main ainsi que par un riche pavé de marbre ; la Confession ou chapelle soutairaine, où est le cors de St. Janvier, est aussi orné de dorures et de collonnes yoniques, de statues et de compartimens, le tout de marbres rares.

56Rien au reste ne mérite plus l’attention des curieux que la belle conque antique de vraye pierre de touche d’Egypte servant, comme à Gayète, de fonds baptismaux. Elle est d’un très beau profil et d’une grande valeur, étant enrichie de frises où sont sculptez des festons et de très beaux masques de faunes, avec des tyrses en sautoir. L’on peut juger de la dépence par le prodigieux travail de cet ouvrage, puisqu’après trois coups de ciseaux, il faut retremper les outils comme pour la taille du porphire, autre marbre prétieux d’Egypte dont il y a ici un piédouche qui soutient cette belle conque et luy donne beaucoup de grâce ; au reste, elle est surmontée des figures en bronze de Jésus-Christ, baptisé par St. Jean, jettées sur de fort beaux modèles. Enfin, pour ne rien laisser à désirer à la magnificence de ces fonds, ils sont environez et couverts d’un riche baldaquin, soutenu de quatre collonnes de verd d’Egypte avec leurs chapiteaux de bronze, ainsi que la calote qui répond au reste, de même que la rampe de marbre par où l’on y descend, en sorte que je peux vous assurer que l’on ne voit rien d’égal dans ce genre. Enfin le bénitier, proche la porte de l’archevêché, est aussi une pièce de prix, étant de véritable jaspe oriental.

  • 57 C’est la fameuse Guglia di San Gennaro dont la construction fut décidée après l’éruption du Vésuve (...)

57Je ne dois pas oublier de vous dire que, lorsqu’on sort de cette église par la petite porte de côté, l’on y trouve, au bas du grand perron, une petite place où est élevée une magnifique piramide à l’honeur de St. Janvier57, terminée par sa statue en bronze et, quoique ce riche monument soit tout de marbre, exécuté avec un grand travail et à grands fraix, j’avoue qu’il ne mérite pas l’estime des connoisseurs, le dessein en étant très mauvais [195 v] et chargé d’un trop grand nombre de collifichets. L’on peut dire que le chevalier Cosimo Fonsago, qui en a été l’auteur, a infecté cette ville par toutes ses ridicules productions qui éblouissoient un peuple ignorant et auquelles une infinité d’étrangers peu initiez dans le bon goût se laissent encore surprendre.

11. Les fonts baptismaux de la cathédrale (de Rogissart, II, fol. 464).

  • 58 Delamonce ne consacre pas moins de trois pages à cet ensemble important : l’église S. Paolo Maggio (...)

58L’église de St. Paul des Barnabites, dont la décoration intérieure est aparente, est encore plus remarquable au dehors par les prétieux débris de son ancien portique qui faisoit partie du Temple de Castor et de Pollux58 qu’un certain afranchi de Tibère avoit fait bâtir avec beaucoup de dépence et dont le célèbre Palladio, un de nos plus illustres architectes modernes, nous a conservé le plan, l’élévation et les principales mesures. Nous luy en sommes d’autant plus redevables, que l’ordonnance de cet édifice seroit aujourd’hui à peine reconnaissable sans ce secour, puisque depuis ce tems-là, il n’y reste plus sur pied que deux grosses collonnes corinthiennes canelées, avec leurs architraves et frises, le tout de marbre blanc ; ce sont celles de l’angle à la droite et il subsiste encore trois bases dans leur ancienne situation, le tout élevé sur un soubassement au niveau du perron, de la hauteur d’environ douze pieds, au-dessus de rez-de-chaussée. Il y avoit huit collonnes à ce portique : sçavoir six de face et deux par côtez, avec un fronton angulaire, dont il reste à terre environ le quart du timpan, taillé en basrelief de marbre blanc, où l’on [voit] encore deux figures qui sont un triton qui présente une conque à une nimphe assise qui tient une corne d’abondance et qui regarde vers le milieu du timpan. A côte de ce fragment, l’on voit çà et là plusieurs blocs de marbre d’une prodigieuse grosseur, puisqu’ils ont environ sept pieds en quarré sur près de quatre pieds d’époisseur, qui sont des parties de la corniche régnante et de celles du fronton, ornées de modifions selon les règles de l’ordre corinthien.

59L’on discerne aussi sur la plateforme du perron deux troncs de statues collossales, aussi de marbre blanc, apuyez contre le mur de l’église, qui représentent les cors de deux jeunes hommes, qui représentoient sans doute les frères jumaux auxquels ce temple étoit dédié. J’avoue que je ne pus voir sans [196 r] douleur l’état où sont ces deux excellens chefs-d’œuvre de sculpture, d’un ciseau grec des plus parfaits pour les proportions et le sublime du dessein. Ce sont les funestes suites du terrible tremblement de terre arrivé à Naples en 1685 [sic] et qui endomagea beaucoup toute cette grande ville.

12. La façade du Temple de Castor et Pollux et de l’église de San Paolo Maggiore, d’après G. A. Summonte, Historia del Regno di Napoli, première moitié du XVIe siècle.

  • 59 Suit maintenant une note détaillée et exacte sur l’église S. Paolo : après une évocation d’ensembl (...)

60Cette église59 est décorée de pillastres canelez de marbre blanc entre des grandes et moyennes arcades, placées alternativement et acompagnées de panaux et de basreliefs aussi de marbre, et vers le cœur par des montants de marbre veinez avec un attique régnant. La chapelle de la Vierge avec des statues et deux tombeaux est magnifique, ainsi que celle de St. André d’Avelino. Il y en a d’autres [ ?] couverts avec des veux en lames d’argent qui, malgré leur richesse, ne produisent pas un bel effet, mais rien n’égale, dans toute cette église, les peintures de la sacristie, dignes de toute l’admiration de la postérité. D’abord deux grands sujets se présentent à la vue et qui en ocupent les deux fonds. Celuy où est peinte la Conversion de St. Paul a été fait en 1689, et l’autre, où l’on voit la chute de Simon le magicien, est un ouvrage de l’année suivante 1690. Tous ces deux beaux ouvrages donnent, à la vérité, des preuves de la capacité du fameux Cicio Solimène·. mais il paroît s’être beaucoup surpassé dans tout le reste, c’est-à-dire dans tout ce qui décore la voûte et les murs des côtez, où sont figurées nombre de vertus, des concerts d’anges, des génies et d’autres objets convenables. Les grâces sont répandues dans toutes les attitudes et sur les visages de toutes les figures ; la corection et le bon goût du dessein, ainsi qu’une heureuse tournure et une grande vraysemblance du naturel dans les draperies, s’y font partout remarquer. Toute la composition de ces objets est heureuse et soutenue d’un clair obscur ingénieusement ménagé qui y fait beaucoup valoir l’harmonie charmante du coloris ; enfin, un certain art et un contraste général qui y brille de toute part, joints aux autres parties dont je viens de parler, semble présenter aux spectateurs plutôt la production d’un enchantement qu’une opération humaine. Je n’avance point icy des hyperboles, c’est la seule force de la vérité qui exige de moy un tel témoignage [196 v]. Aussi pourrez-vous remarquer, Monsieur, que je ne prodigueray guère ailleurs de semblables éloges, ce pas même pour les autres ouvrages de ce maître qui n’a jamais rien fait d’égal à celuy-ci. En sorte qu’en surpassant les autres habiles artistes, il s’est rendu icy supérieur à luy-même. Il y a au reste un tableau à huile du même Solimène dans cette sacristie qui est encore digne de luy, représentant la samaritaine en figures à demy cors, mais c’est toujours une pièce inférieure au grand ouvrage que je viens de citer. Tout proche de l’entrée de la même sacristie, j’aperçus une excellente copie d’un excellent tableau de Raphaël qui est en Espagne, que l’on voit en estampe par Marc de Ravenne. C’est une vierge avec l’enfant Jésus auquel l’ange Raphaël présente, sous la figure du jeune Tobie, le fameux Pic de la Mirandola, et le cardinal Bembo y est figuré sous la personne de St. Jérôme ; cette copie est si fidèle et par conséquent si parfaite que, si elle n’étoit pas peinte sur la toile, l’on seroit tenté de croire que c’est l’original que l’on sçait être peint sur le bois. Ainsi cette circonstance ne permet point d’équivoque sur ce sujet.

  • 60 Pour la description de cette église, Delamonce part des dommages qu’elle subit lors du tremblement (...)

61L’église du Jésus60 ou de la Conception de la maison professe des Jésuites se ressentit beaucoup du tremblement de terre dont j’ay fait mention, puisque son dôme, le plus grand qui avoit été construit à Naple, en fut renversé au grand préjudice de la peinture. En effet, les compartimens de la calote intérieure de ce dôme étoit [sic] une des belles productions à fresque du chevalier Lanfranc qui fut détruit par cet accident, et les desseins que j’en ay vu m’en font encore regretter vivement la perte.

62Heureusement les peintures des pendentifs ou trompes sous ce dôme, peintes avec un art merveilleux par le même Lanfranc, aussi à fresque, ont été conservées ; ce sont ceux dont l’on voit des estampes gravées au burin par Rollet et Louvement.

63Au reste il est fâcheux que la dépence du portail de cette église ait été si mal employée, puisqu’à moins que de le voir avec des yeux complaisants, il seroit impossible de s’imaginer l’excez d’extravagance où cet ouvrage a été poussé, puisque toute la masse de cette façade est toute composée [197 r] de reffends chargez d’une infinité de ridicules collifichets qui décorent les vitraux, les niches et les portes, le tout cependant exécuté en marbre.

64A l’égard de l’intérieur de la forme de cette église, elle est bâtie en croix grecque, à quatre branches égales, sans y conter le sanctuaire puisqu’elle a 250 pas de longueur sur 200 de largeur, toute pavée et incrustée de marbre, ainsi que les massifs qui soutenoient le dôme qui, dit-on, avoit coûté dix mille écus romains. Toutes les chapelles sont magnifiques, mais fort inférieures encore à celles de St. Ignace et de St. François Xavier qui sont simétriques à l’égard de l’architecture, mais malheureusement tous ces superbes ouvrages, construits à grands fraix, sont décorez d’un très mauvais goût, mais l’on y voit entr’autres trois beaux tableaux de l’Espagnolet.

  • 61 On lira avec attention et avec intérêt la description de cette église célèbre, une des belles égli (...)

65Entre les autres magnifiques églises de cette ville, celle des Saints-Apôtres61 tient un des premiers rangs et, quoiqu’elle soit partout trop chargée de marqueterie dans l’intérieur, il [sic] est cependant décorée en général par de grands pillastres couronez de leur entablement. Entre les objets qui y attirent les connoisseurs, rien ne les frape davantage que la chapelle singulière qui ocupe le fond de la grande croisée du côté de l’Évangile dont le cardinal Ascanio Philomarini, un des archevêques de cette ville, fit toute la dépence. Pour me servir de l’expression italienne, è una gioia, c’est un vray bijoux, tout en effet y étant digne d’attention. Le retable tout construit de marbre blanc ainsi que toutes les dépendances de cet autel, est formé par 4 collonnes composites qui soutienent un grand entablement et le tout renferme cinq peintures en mosaïque ou en petites pierres émaillées de rapport, genre d’ouvrage qui ressemble précisément à de la mignature en grand volume. Ces mosaïques sont imitées sur des mosaïques de deux grands maîtres, sçavoir l’Anonciation d’après le Guide et les quatre vertus cardinales d’après le Dominiquin. L’on admire au-dessus du premier tableau un grand basrelief de marbre blanc qui est un chef-d’œuvre de l’incomparable François du Quenoy [197 v], dit le Flamand, qui y a représenté un concert de petits anges où il s’est surpassé. Le cofre d’autel est aussi de marbre blanc qui répond bien à la perfection du reste ; c’est un entablement dorique soutenu par deux lions isolez et assis, où le sublime de l’art semble le disputer à l’extrême délicatesse du ciseau, quoique rien ne soit plus terminé que cet ouvrage.

13. La chapelle de Saint-Janvier dans la cathédrale (de Rogissart, II, fol. 467).

66Enfin, le chev. Boromini, dont les saillies licencieuses luy ont fait souvent hazarder des innovations en architecture, s’est distingué icy avec plus de régularité dans le dessein de tout cet ouvrage. Au reste, cette vaste église qui a été bâtie en 1626 renferme un tabernacle qui est des plus superbes, étant composé de marbre des plus prétieux et même de pierreries fines, telles qu’émeraudes, de topazes, d’amétistes etc., mais les connoisseurs ont le déplaisir d’avouer que l’art n’a aucune part dans un si riche ouvrage. Il est vray que les peintures à fresque de la voûte les dédommage avec usure puisque le chevalier Lanfranc y a déployé ses heureux talens, de même que le Solimène qui y a peint les seises [sic] angles des arcades de la nef, mais le premier, outre la nef, a peint la voûte des deux croisées du sanctuaire et une Assomption à huile. Il y a aussi une Présentation au temple de Luca Giordano, peinte à huile et la première chapelle par le Melanconico.

  • 62 Cet intermède qui veut délasser n’est sans doute pas du plus haut intérêt. Oui, Delamonce a raison (...)

67Prenons maintenant, Monsieur, un peu halaine et laissons pour un moment ces détails qui ne concernent que les beaux-arts et qui pourroient peut-être vous fatiguer, si je ne faisois quelques parentèses pour notre commun délassement62.

  • a Borne écrit au-dessus de renferme (non barré).

68De bonne foy, croiriez-vous, Monsieur, qu’une noblesse si nombreuse et illustre vive aussi frugalement qu’on me l’a assuré, quoiqu’il y ait des familles très riches, et ainsi à proportion les autres citoyens d’un état inférieur ; ouy, Monsieur, il seroit difficile de se nourrir plus simplement, car des herbages et des fruits excellens, des laitages joints à des pâtes bouillies au beurre ou avec de la viande [198 r] qu’ils apellent macaroni, vermicelli et lasagni etc. sont leurs mets les plus délicieux pour leur ordinaire. Il est vray que, comme la mer de Naples n’est pas poissoneuse et que la viande que l’on n’y sçait pas assaisoner n’excite pas leur apétit, l’on s’y renfermea à cette nouriture à l’apostolique.

14. L’église des Saints-Apôtres : la chapelle Filomarino (de Rogissart, II, fol. 489).

15. L’église des Saints-Apôtres : la chapelle Filomarino (de Rogissart, II, fol. 488).

69À l’égard du vin, il y en a qui est rouge et très bon du voisinage, mais surtout le fameux vin que l’on nomme Lacrima Cristi est d’une force surprenante et même assez épais, à peu près comme le vin d’Alicante, mais d’un goût très différent ; il est au reste d’autant plus cher qu’on ne le cueille que sur un certain coteau dont la favorable exposition en procure l’excellence. Comme les pères Jésuites en possèdent la plus grande partie, il n’est pas surprenant s’ils ont la plus vaste cave de cette ville, et comme ce vin prétieux est fort rare, ils en retirent un revenu très considérable ; aussi est-il célèbre sur toutes les tables des seigneurs anglois, allemands et autres habitans du nord qui voyagent en Italie, dont plusieurs ont fait le voyage de Naple expressément. Au reste, quoique les fruits en général y soient excellens, il y en a qui n’y réussissent pas, tels que les poires et les pommes, mais en échange les fruits y sont beaucoup plutôt meurs qu’ailleurs par raport à la bonté du climat.

70L’on nous assura que Philipe V, pendant son séjour à Naple, s’y étant trouvé dans le tems de Pâques, on luy présenta un melon très mûr et des mieux conditionez ; il est vray que ce fut par l’industrie d’un habile botaniste qui, ayant trouvé le secret de faire avancer les plantes et des fruits avant la saison, fut amplement récompensé de ses soins et du succez de son expérience dans une ocasion aussi favorable.

71Revenons maitenant à la description des magnifiques églises de cette ville.

  • 63 Voici encore un exemple significatif de ce mélange de goût personnel et d’idées reçues que l’on tr (...)

72Celle de St. Philipe de Néry est de ce nombre63, à commencer par son portail qui est tout construit en marbre blanc et décoré de deux ordres [198 v] à pillastres d’un assez bon dessein. Quant à l’intérieur, il est embelli de grandes collonnes antiques de vray granite d’Egypte. D’ailleurs elle est ornée de peintures de bonne main, entr’autre d’un grand tableau de Luca Giordano qui y a représenté les vendeurs chassez du temple et qui est placé au-dessus de l’entrée. Quoique cet ouvrage ne soit pas si recherché que sont ceux qu’il fit dans la vigueur de son âge pour aquérir de la réputation, on y voit cependant des traits d’un heureux génie et qui montre la parfaite intelligence qu’il avoit de son [art] ; mais l’étrange ascendant de l’intéroit [sic] qui le dominoit l’engagèrent depuis d’abuser de ses talens en se livrant à une prontitude outrée d’exécution qui ne luy permettoit pas de méditer ses ouvrages, entraîné par l’apas d’un sordide gain, c’est ce qui l’a fait surnommer Luca fa presto.

  • 64 On notera avec intérêt ce que Delamonce retient de cette belle église du XIVe - XVe siècle (remani (...)

73L’on monte à St. Jean in Carbonara64 par un vaste perron et je vis dans le sanctuaire un grand tombeau gothique de marbre qui occupe tout le fond derrière le grand autel et j’aperçus, du côté de l’Évangile, la magnifique chapelle ronde de l’illustre famille Caracioli. Elle est construite sur un bon dessein, toute en marbre blanc, et décorée de huit collonnes doriques canelées, terminées de leur entablement en ressaut, avec attique sur chaque groupe de collonnes, entre lesquelles sont placés l’autel, la porte, deux tombeaux dans les côtez, et quatre niches avec des statues de marbre. L’autel au lieu de tableau est orné d’un grand basrelief de marbre où l’on voit Jésus Crist mort, acompagné des Maries : c’est un ouvrage très corect d’un ciseau anonime, de même que la sculpture qui est sous l’autel.

16. L’église de Saint-Philippe de Neri : la façade (de Rogissart, II, fol. 484).

74La voûte en calote de cette chapelle est enrichie de compartiments de stuc comme ceux de la chapelle Chigi dans l’église de Notre Dame du Peuple à Rome.

75Enfin, le pavé répond parfaitement aux embellissemens de la calote en marbre de couleur ; ainsi le tout ensemble compose une décoration fort régulière qui n’est guère commune dans cette ville. Au fond de cette chapelle [199 r], il y a une autre très aparente où sont plusieurs tombeaux de marbre blanc, mais d’un dessein et d’une exécution inférieure à la précédente.

  • 65 Après les églises les plus belles ou les plus célèbres, Delamonce commence ainsi « le long détail  (...)

76Je vis au reste65 un fort beau tableau du Solimène à St. Aligio ou Éloy où est peinte la Ste. Vierge, l’enfant Jésus et un saint Bénédictin, et je trouvay aussi plusieurs bons tableaux de différente main dans l’église de St. Pierre martir.

  • 66 Delamonce se trompe : nous sommes via dei Tribunali et non pas via San Biagio dei Librai ; cette é (...)

77L’on rencontre dans la rue des libraires66, en face de la piramide de St. Janvier dont j’ay parlé, un portique percé de cinq arcades et élevé au-dessus d’un perron, le tout en pierre de taille avec des statues de marbre : c’est l’entrée de l’église de la Miséricorde en plan octogone, ornée de sept tableaux de bonne main dans la manière de l’Espagnolet. Les chambranles, les balustrades, et le pavé sont tout de marbre.

17. L’église de Saint-Jean in Carbonara : le tombeau du roi Ladislas (de Rogissart, II, fol. 486).

  • 67 Le texte qui suit est important : Delamonce nous décrit l’état de cette belle église de l’Annunzia (...)

78L’église de l’hôpital de l’Anonciade67 est fort enrichie de peintures, entr’autres de deux grands sujets peints à huile avec beaucoup d’art par le chevalier Massimo, et l’on voit, à la droite, le tableau de la purification qui est un des plus beaux ouvrages de Charles Melin, dit le Lorain qui avoit du goût et de la corection, mais peu de coloris. Ce tableau a été gravé à l’eau forte. Les deux autres tableaux dans le fond des deux croisées sont de Luca Giordano, mais les angles des arcades du sanctuaire vers la gauche sont du fameux Lanfranc qui y a peint des sujets de St. Joseph. L’on trouve dans le retour à droite, après la chaire du Prédicateur, un petit autel dans la croisée dont le tableau est dans la manière de Raphaël. L’on y voit la S.te Vierge, l’enfant, St. Jean et un autre saint ; ce morceau mérite bien l’atention des curieux. Les deux autres tableaux suivans du même côté sont aussi de cette école. Je remarquay au reste une balustrade de marbres prétieux et de bronze doré qui est une des plus riches de cette ville.

  • 68 La description de la sacristie avec son plafond de Solimène (cf. Bologna, p. 110-111 et 261), les (...)
  • 69 Andrea ou plutôt Antonio Solario (et non Salario) est plus connu sous le nom de lo Zingaro (le boh (...)

79L’église de St. Dominique le majeur68 contient encore plusieurs singularitez [199 v] dignes de remarque. Je commenceray par le détail de la sacristie. Son plafond est peint par le Solimène, le reste est de Jacques del Po, son élève, et dont le tableau de l’autel est de bonne main. L’on a rangé dans tout l’intérieur de ce lieu des cercueils de plusieurs princes de Naple qui sont suspendus contre les murs, avec les marques de la dignité royale. L’église de ce monastère renferme aussi plusieurs curiositez très considérables. Je remarquay entr’autres choses, au-dessus d’une petite porte, un excellent tableau d’André Salario69, fait en 1524 où il a représenté la purification. Je vis aussi avec une vraye satisfaction une Anonciation dans le fond de la croisée qui est un ouvrage admirable du célèbre Titien pour le coloris. On trouve aussi dans une des chapelles suivantes, du côté de l’Épître, une Flagellation du Sauveur digne de l’Espagnolet. Enfin, je goutay avec un plaisir infini la vue d’un prétieux tableau de l’incomparable Raphaël d’Urbin qui est dans la chapelle de St. Joseph, au-dessus d’une épitaphe où il y a représenté une S. te famille d’une composition que l’on ne voit pas en estampe. C’est un ouvrage d’autant plus estimable qu’il est de la plus parfaite manière de ce grand maître. Je ne dois pas oublier que je trouvay encore dans cette église un cercueil antique avec des basreliefs.

  • 70 C’est la Guglia di San Domenico dont la construction fut décidée après la peste de 1656 et qui ne (...)

80En face de la rue des libraires se présente une piramide superbe70, élevée à l’honneur de St. Pie pape, toute construite de marbre et qui n’est pas d’un meilleur dessein que celle de St. Janvier, quoique très différente, et où la dépence a été aussi mal employée.

  • 71 Il s’agit, en fait, de Santa Caterina a Formello, église du début du XVIe siècle qui se trouve prè (...)

81L’église de S. te Catherine de Sienne71 a été embellie de peintures de Luigi Garzi, élève d’André Sacchi qui a beaucoup travaillé à Rome.

82C’est de la petite place au devant de cette église, en face de la porte de Capoue, que l’on découvre le mont Vésuve le plus distinctement de tous les endroits bas de cette ville. Ce célèbre volcan vomissoit alors beaucoup de flammes.

  • 72 Cette église (Santa Maria del Popolo degli Incurabili) faisait alors partie des monuments célèbres (...)

83[200 r] J’entray dans l’église des Incurables72, en venant de St. Paul. J’y vis à main [sic], au-dessus d’un tombeau, un tableau d’une grande beauté, représentant le portement de la croix du Sauveur en trois figures à demy cors, un peu au-dessous de la grandeur naturelle, qui me parut de l’école des Caraches telle que de la plus parfaite manière du Guide. La vierge suivante avec des anges et des chérubins est aussi d’un très beau pinceau et le tableau de St. Charles, faisant amende honorable, est encore d’une fort bonne main, sans oublier la naissance du Sauveur de l’Espagnolet. Enfin, le crucifix, peint à huile, est un original de Michelange, mais dont le coup d’œil n’est pas avantageux. L’on y voit aussi deux sujets que le Bélisaire a peint à fresque fort artistement. De l’autre côté il y a une vierge admirable avec des anges et deux apôtres qui paroît de Raphaël, de même que le Sauveur au tombeau, placé au-dessus de la petite porte d’une chapelle obscure.

  • 73 C’est l’église Santa Maria della Sanità, située dans le quartier de la Sanità, c’est-à-dire entre (...)

84Je vis dans l’église de S. te Marie de la Santé73 la Confession ou chapelle souterraine, l’arcade, le tabernacle, le pavé et la balustrade, tous enrichis de beaux marbres. J’y trouvay aussi une inscription grecque assez particulière.

18. La “Guglia élevée à l’honneur de St. Pie pape” (de Rogissart, II, fol. 525). On notera les transformations qu’a subies la “guglia” ; entre autres la statue de Saint Pie V a été remplacée par celle de Saint Dominique.

  • 74 Voici un paragraphe plein d’intérêt qui nous permet de nous faire une idée du goût réel de Delamon (...)
  • b Mot en fin de ligne, pour nous pratiquement illisible.

85Vous serez sans doute surpris, Monsieur, que décrivant une ville si ancienne et si considérable du tems des Romains, je fasse si peu mention de ses antiquitez, dont vous auriez sujet de croire qu’il y en a encore beaucoup de considérables74. Je vous avoue de bonne foy que j’en ay vu si peu, quoique j’aye parcouru cette ville avec de bons guides, qu’à peine puis-je vous en citer quelqu’unes, après le temple dont je vous ay parlé, d’autant qu’outre les grandes révolutions qui y sont arrivées si souvent, les fréquents tremblemens de terre ont achevé de les détruire. Mr. Deseine, dans sa briève description d’Italie, qui y fit un voyage sous le pontificat d’Innocent XI, dit que de son tems l’on [voyait] encore plusieurs ruines antiques, depuis le perron de l’archevêché duquel j’ay parlé jusqu’à St. Pierre à Mayela, à St. Agnello, à St. Dominique et au Jésus et que dans un des faubourgs il y avoit encore des aqueducs antiques assez conservez que l’on pouvoit netoyer sans en soustraire l’eau ; il ajoute qu’ils ne sont pas [200 v] allignez, mais biaisez en serpentant pour empêcher le trop grand afflux [ ?]b de l’eau.

  • 75 Suit une énumération rapide, mais assez précise des « antiquités » de Naples, du moins celles qu’i (...)

86J’ay vu seulement75 dans une rue basse en vallée, qui est à la gauche en arrivant de Rome et où il y a un petit pont où l’on traverse un petit ruisseau, un assez grand édifice antique de brique, percé de grandes arcades et fort endomagé. Voicy au reste ce que j’ay pu encore en découvrir. Ce sont de très belles collonnes antiques du temple de Neptune dans l’église de S.te Restitue.

87J’apris encore que l’église de St. Jean le Majeur étoit une restauration d’un temple bâti par l’empereur Adrien où il y a aussi un tombeau antique, dit le Parthénope. Enfin, sous les Célestins de S. te Catherine, l’on y conserve un très beau buste antique de marbre de l’empereur Auguste.

88Voilà, Monsieur, tout ce qui est parvenu à ma connoissance, ne pouvant vous décrire ce que je n’ay point vu. Permetez au reste que je finisse cet article des antiquitez par une réflexion sérieuse que je ne sçaurois vous dissimuler.

  • 76 Sur tout ce passage, cf. Introduction, p. 34-36.

89Je confesse ingénûment que nous avons beaucoup d’obligations aux anciens, tant à l’égard des sciences qu’au sujet des beaux-arts76. Il faut leur rendre cette justice, puisqu’ils ont été les premiers qui ont défriché le terrain inculte et qui nous ont laissé leurs découvertes et leurs louables productions ; mais tout cela une fois bien entendu, pourquoy, au lieu d’admirer simplement leurs ouvrages, les adorer ? C’est ainsi que j’exprime la prédilection outrée qu’ont tant de personnes qui suposent leurs ouvrages absolument parfaits et incomparables : ne vous scandalisez pas, Monsieur, je renferme à présent ma réflexion dans la seule architecture.

19. L’église de Saint-Jean le Majeur : l’inscription de Parthénope (de Storia di Napoli, I, p. 493).

90En vérité, lorsque je considère sans prévention la répétition presque continuelle de la forme de leurs temples, desquels la plus grande partie est presque semblable, je ne puis m’empêcher d’être choqué de cette stérilité d’idées. Car enfin, après le choix de quelqu’un des cinq ordres qui est la chose du monde la plus aisée, de [201 r] même que la différente distribution du nombre ou de la distance des collonnes et des pillastres pour le portique de ces temples, en quoy consistoit toute la différence concernant les temples quarez longs et lesquels portiques étoient toujours couronnez d’un fronton angulaire, quelle composition plus bornée que celle-là ? Telle est cependant celle des temples, de ces quarez que j’ay décrits, ainsi que la plupart de ceux de Rome, de toute l’Italie, de France, de la Grèce et même d’Egypte etc., n’y ayant qu’un très petit nombre de différens qui sont ronds ou octogones, tandis que généralement tous les plus habiles architectes modernes se seroient cru déshonorez s’ils n’avoient pas imaginé d’autres combinaisons, d’autant plus ingénieuses qu’elles sont entièrement différentes les unes des autres et qui ainsi prouvent dans leurs productions autant de fertilité, de génie que les anciennes paroissent limitées et ordinaires. Je ne parle même que des compositions les plus régulières, n’y comprenant pas dans ce nombre les desseins trop bizares et capricieux. Pardonez-moy, je vous prie, Monsieur, la franchise de mes sentimens.

91Je continue la recherche des objets les plus dignes de remarque.

  • 77 Il s’agit en réalité de l’église de San Nicola alla Carità ; c’est une construction de la seconde (...)

92L’église de St. Nicolini77, dans la rue de Tolède, a été fort embellie par des peintures à fresque du Solimène qui y a peint toute la voûte en plusieurs sujets de la vie de St. Nicolas ; il y a aussi représenté les apôtres et des vertus dans les lunètes et deux sujets dans le fond, sçavoir le prédication de St. Jean et St. Paul. Les deux tableaux à huile dans la croisée sont aussi de cette main sçavante.

  • 78 C’est l’église de la SS. Trinità delle Monache, qui fait partie de l’Ospedale militare; elle était (...)

93J’admiray dans l’église de la Trinité78 un tableau de St. Jérôme de l’Espagnolet et l’entrée du Sauveur dans Jérusalem d’une [sic] grand maître anonime. L’autel est enrichi de belles collonnes de marbre violet, de gradins d’agathe et de paneaux d’autres marbres rares, ainsi que les autels et le pavé en marqueterie qui est superbe de même que la balustrade. D’ailleurs cette église est agréablement précédée d’un perron circulaire, fort gracieux et orné de sculpture.

  • 79 C’est l’église de Santa Maria della Sapienza (première moitié du XVIIe siècle) dont le portique et (...)

94Le portail de l’église de la Sapience79 est remarquable [201 v] par un beau portique en trois arcades, avec des collonnes yoniques de brèche, acompagnées de pillastres, le tout élevé sur un perron à deux rampes ; l’on y trouve aussi des tableaux de l’Espagnolet à côté de la porte intérieure.

  • 80 L’église (près du Musée National) s’appelle en réalité Santa Maria della Verità, mais elle est plu (...)

95Je distinguay dans l’église des Augustins déchaussez80 quelques peintures choisies. J’y fus surtout enchanté par l’excellent tableau de la chapelle à gauche. L’on y voit l’enfant Jésus, la sainte Vierge et plusieurs Saints et Saintes. C’est le chef-d’œuvre de François Mathieu Preti, dit le Calabrese, qui étoit véritablement chevalier de Malthe par le rang de sa naissance, mais qui, ayant un grand penchant pour la peinture et de grands talens, se laissa entraîner dans l’exercice de ce bel art où il fit un très grand progrez, n’ayant pas dédaigné de vendre. Élève de Lanfranc qui n’oublia rien pour le perfectionner, il fit ce tableau en 1656. L’on trouve dans une autre chapelle le martir d’un saint de Luc Giordano qui a fait aussi un bon tableau dans l’église des Jacobins, dite du Rosaire.

  • 81 La description de cette magnifique église gothico-provençale du XIVe siècle est évidemment antérie (...)

96Je trouvay dans l’église de S.te Claire81 un tableau de l’incrédulité de St. Thomas de François Salviati, florentin, mais il est d’une composition différente de celle de Lyon dans la chapelle de Guadagne de l’église des Jacobins. Je remarquay dans une autre chapelle un beau cercueil antique de marbre fort enrichi de basreliefs ; il est du côté de l’Évangile, en face d’un autre. L’on y voit aussi plusieurs tombeaux gothiques, cette église et le monastère ayant été fondé par le roy de Naple de la maison d’Anjou. Je vis avec surprise la magnificence du tombeau du fameux chevalier Marini, poète fameux, qui vivoit sous le pontificat d’Urbain VIII.

  • 82 Comme son nom l’indique (Chiesa di Monteoliveto ou Sant’Anna dei Lombardi), cette église était dev (...)

97Les amateurs de la peinture ont lieu d’être satisfaits des peintures de l’église de S. te Anne des Lombards82, où il y a des tableaux d’Hanibal Carache, du Dominiquin et une Résurrection du Caravage, maître de l’Espagnolet et duquel on voit encore un tableau de St. Pierre dans S. te Marie des Grâces.

  • 83 Visiblement, Delamonce insère dans son texte des fiches ou des notes de visite, ou de lecture. Ave (...)

98Je fus très content du portique des Religieuses de St. Jean83, orné de huit collonnes composites avec leur entablement, les chapiteaux desquelles sont surtout d’une exécution merveilleuse.

  • 84 Cette église fut à peu près complètement détruite par un bombardement au cours de la dernière guer (...)

99[201 r [sic]] L’église de St. Jean des Florentins84 contient plusieurs bons tableaux de leurs plus fameux maîtres, tels qu’André del Sart ο, le Salviati et autres.

  • 85 Delamonce parle évidemment de l’église baroque Santa Maria Donnaregina construite dans la première (...)

100L’abaye des Bénédictins de Dona Regina85 est de fondation royale, leur église est fort enrichie de dorures, de marbres rares, en incrustation et en marqueterie et surtout de peintures, entr’autres de Luc Giordano qui a fait les deux grands en longueur à côtez du maître autel où il a peint la multiplication des pains et les noces de Cana. L’on dit que ce sont de ses derniers ouvrages faits dans un âge très avancé, quoique l’on y reconoissance [sic] encore une très grande intelligence des principes de son art. Le fameux Solimène, son élève, a aussi peint dans cette église un St. François prosterné devant le Père Éternel ; il est dans une des chapelles du côté de l’Épitre et il a embelli à fresque toute la voûte du cœur de Religieuses en plusieurs sujets. Au reste, le tableau de l’Anonciation est un bel ouvrage du Cav. Massimo, ainsi que les peintures à fresque à côté des vitraux du cœur, et celles de voûte de la nef. Le portail, quoique en partie construit en marbre et en pierre de taille, est d’un fort médiocre dessein qui en fait regreter la dépence.

  • 86 Il s’agit de l’église Santa Maria Donnalbina dont l’origine remonte au XIe siècle, mais qui a été (...)

101J’allay voir dans l’église de Dona Aluina86, autre abaye de distinction, d’autres peintures de Solimène qui y a peint les 4 pendentifs du dôme et tous les trumeaux de son tambour, exécutés à huile avec un grand succez.

  • 87 Sur ce clocher du XIVe siècle et son histoire, cf. S. Di Giacomo, Santa Maria del Carmine Maggiore (...)
  • 88 Il s’agit d’une petite chapelle construite au milieu du XIVe siècle par un maître artisan, Domenic (...)

102Je remarquay le grand clocher87, proche l’église des grands Carmes, qui est à six étages, bâti en partie de pierre et de marbre ; il est décoré de quatre ordres de pillastres avec un attique au-dessus. On l’apelle il Torrione del Carmine ; c’est où l’on sonne le tocsin lorsqu’il y a quelqu’alarme ou quelque sédition publique. L’on voit dans cette place une petite chapelle88 qui renferme le lieu où l’infortuné Roy Corradin eut la tête tranchée …

  • 89 Voici encore une preuve de l’admiration de Delamonce pour Solimène : l’église du Carmine est ornée (...)

103L’église de ces Pères ne serait pas un édifice remarquable, si elle ne contenoit de très belles peintures à fresque du même Solimène89 dont j’ay déjà souvent parlé. Elles sont dans une chapelle de la croisée, du côté de l’Évangile. Elles en décorent la voûte et les murs depuis les arcades. Le tableau de l’autel [201 ν [sic]], peint à huile, et représentant l’Assomption est aussi de cette habile main. Les marqueteries de marbre et les incrustations de 4 niches sont des plus magnifiques. J’observay aussi que les seise angles des arcades de la nef sont d’un autre pinceau distingué, qui y a peint la vie du Sauveur.

  • 90 Il s’agit de l’église de Santa Maria del Parto qui se trouve à la Mergellina; le tombeau de Sannaz (...)

104Je trouvay à mon grand étonement dans l’église des couches imaculées de la vierge90, derrière l’autel, le tombeau du fameux poète Sanazar, encore plus superbe que celuy du Marini et d’ailleurs acompagné des statues de David et de Judith avec des génies qui environent son buste, et sur le cercueil un basrelief de figures qui me parurent trop profanes pour la sainteté du lieu. Ce riche monument, quoique sans […], est d’une grande aparence eu égard à la personne du défunt.

20. Le “Torrione del Carmine” (de Rogissart, II, fol. 507).

  • 91 C’est un des hauts lieux de Naples, qu’admirent tous les voyageurs : le cloître, l’église, les tab (...)

105Je vay enfin terminer, Monsieur, ce long détail des églises que j’ay […], par celuy de la célèbre Chartreuse de St. Martin91 puisque les singularitez qui la distinguent méritent bien que les connoisseurs étrangers se donnent la peine de monter sur une colline fort élevée et très rapide, dont l’on est amplement dédommagé. En effet, l’on est surpris de trouver tout le grand cloître qui environne le préau de quinze arcades, ornées de collonnes yoniques, de corniches, de balustrades, de portes, de niches, de statues et de bustes, tous de marbre blanc ou variez, ainsi que le pavé. De là on voit par une terrasse la vue surprenante de la ville de Naple, que les grands voyageurs comparent à celle du Bosphore de Constantinople. Il est vray que cette vue est presque immense puisqu’on découvre de là non seulement toute la mer qui borde cette ville, mais encore les nombreuses isles et toute l’étendue de la campagne des environs à plus de quinze lieues à la ronde. L’on voit derrière à l’aise tout le mont Vésuve. En un mot, rien au monde n’est plus varié ny plus satifaisant que ce superbe coup d’œil. Cette terrasse communique à l’apartement du Prieur, composé d’une pièce où il y a des tableaux de prix, tels que du Titien, du Chev. Calabrese et autres. L’on jouit encore d’autres vues magnifiques des autres étages de ce couvent construit sur des arcades fort solides, un peu au-dessous du château St. Elme.

  • 92 Delamonce aime le beau baroque napolitain: il vante l’élégance de cette magnifique Chartreuse, où (...)

106[202 r [sic]] Au reste pour commencer avec ordre la description de l’eglise92 de cette belle chartreuse qui est très grande eu égard à son extrême magnificence, qui est soutenue par la régularité de son architecte [sic] ce qui donne un nouveau [...] à la richesse de ses embellissemens, je commence par son vestibule acompagné de deux chapelles. Il y a dans la première un tableau de l’Espagnolet, l’autre oposée a été peinte par Paul Mathei, élève de Luca Giordano. Tout l’intérieur de ce beau vaisseau, composé de pillastres et d’arcades et acompagné de chapelles, est entièrement incrusté de marbre blanc ou variez, ainsi que tous les autels, les balustrades et le pavé.

107Ces marbres sont mêlez avec des peintures à huile et à fresque des voûtes du Lanfranc, du cav. Josepin [sic], de Solimène et d’autres grands maîtres, surtout au sanctuaire et sur les autels où il y en a des Caraches, du Guide, de l’Espagnolet et autres. Il ne manquoit alors que le tabernacle et l’autel dont je vis les modèles en bois peint et doré, mais comme ces projets ne répondent [pas] à la prodigieuse dépense que l’on se propose d’y faire, l’on nous assura que l’on cherchoit quelque chose de plus parfait.

  • 93 Sur cette fin abrupte, cf. Introduction, p. 6.

108Je trouvoy au sortir de quoi me satisfaire dans la sacristie du Trésor qui est aussi magnifique et dont la voûte en coupole a été peinte par Luca Giordano. Mais rien n’égale le tableau de l’autel représentant le Sauveur mort avec les Maries et St. Jean peint en hauteur par l’Espagnolet, dont la composition, le dessein et surtout le coloris sont icy tels que l’on considère cet ouvrage comme son chef-d’œuvre, étant d’ailleurs colorié presque dans le goût de Vandeik93.

Notes

1 Delamonce adopte donc la fiction de la lettre, et cette lettre concernant Naples est censée en suivre d’autres présentant un récit de la visite de Rome. De toute façon, on sait que le 28 février 1738, Delamonce avait lu à l’Académie plusieurs de ces lettres constituant une description de Rome : cf. M. F. Pérez, Un Discours inédit de F. Delamonce (1753), dans Mélanges Couton, 1981, p. 485, n. 4.

2 On aura noté le long préambule rhétorique de Delamonce. Ce qu’il faut en retenir, c’est que, pour ne pas décevoir les membres de l’Académie par une description limitée à Naples, il ajoutera à son propos un récit de son voyage de Rome à Naples (16 pages !). Il annonce même l’évocation de quelques « singularités » des environs de Naples qui, en fait, n’apparaissent pas dans son discours. On notera enfin que, dès le début de son texte, Delamonce prend exactement le contre-pied de Misson (qu’il utilisera régulièrement) : « la route de Rome à Naples est mauvaise et l’on y rencontre peu de choses qui méritent d’être remarquées ; mais on trouve de quoi se récompenser à Naples, au mont Vésuve et parmi toutes les raretez de Bayes, de Pouzzol et des environs » (II, p. 61-62).

3 Le procaccio était, comme l’indique clairement Misson dans son « Mémoire pour le voyageur » qui ouvre le tome IV du Voyage d’Italie (p. 1-114), un des moyens commodes pour se rendre de Rome à Naples. On pouvait en effet prendre, soit des chevaux ou des calèches avec des changements de poste, soit le « Procaccio, le messager ordinaire » (p. 62) qui suivait normalement la route du bord de mer. On se rappelle comment, dans son Voyage de Naples, Bouchard raconte son départ de Rome pour Naples le 13 mars 1632 ; il a, en compagnie d’un ami, passé un accord avec un voiturin, et il écrit : « Cette façon de prendre ainsi monture à part d’un voiturin et faire la despense pour soy par les hostelleries est meilleure que de faire marché avec le procache pour la monture et la nourriture ensemble… Le remède qu’il y a à cela est de traiter premièrement avec le procache mesme et de mettre dans son marché que l’on mangera à sa table avec luy, laquelle est toujours meilleure que celle du commun » (II, p. 160). Comme on le voit, Bouchard ne fait pas clairement la distinction entre le moyen de transport privé (le voiturin) et le moyen de transport public (le « procaccio »).

4 Les premières indications concernant Marino se retrouvent à peu près dans la même forme chez Misson (II, p. 62); celui-ci, en revanche, ne signale pas l’église de St. -Barnaba (Collegiata di San Barnaba) avec le tableau du Guerchin que, par la suite, les voyageurs décriront avec admiration (cf. par exemple Cochin, p. 121-122; Lalande, V, p. 202-203 et Vasi, p. 822; cf. aussi F. J. Delannoy, Voyage de Tivoli, 1782, dans Carnets d’Italie, à paraître dans cette collection).

5 C’est la route d’Albano à Ariccia. Les voyageurs de la seconde moitié du siècle s’extasieront sur la beauté du site (cf. Delannoy à paraître) et dessineront volontiers certains des tombeaux, comme par exemple le célèbre tombeau dit des Horaces et des Curiaces que reproduira à plusieurs reprises Piranèse (cf. Catalogo fondazione Cini, 1978, pl. 124 et 185).

6 On lira avec intérêt mais aussi avec un nécessaire sens critique ce long passage de Delamonce sur ce qu’il considère comme les restes du théâtre antique de Velletri : ce qu’il voit, c’est le mur de fond du « théâtre de la passion » qui, à partir du XVe siècle, servait d’édifice pour des représentations sacrées. La description qu’il en donne est très exacte comme le montre la gravure reproduite fig. 2 (extraite de A. Gabrielli, Il teatro della passione in Velletri, 1910) : on y voit le niveau supérieur avec ses arcades symétriques, le niveau de la scène construit sur un podium ouvrant par d’autres arcades. En plus de cette précision, on notera que Delamonce cherche à comprendre et à interpréter ces structures. Cet ensemble fut détruit en 1765 lors de travaux d’urbanisme (cf. Gabrielli, op. cit., p. 9).
On signalera avec intérêt qu’à date récente l’hypothèse que ce théâtre de la passion puisse remonter à l’antiquité a été soutenue par G. Cressedi dans sa monographie consacrée à la Velletri antique (Cressedi, Velitrae, 1953, p. 53-57) qui propose d’y voir un monument d’époque des Sévères. C’est cette opinion que l’on retrouve sans commentaire dans le guide récent de S. Quilici Gigli, Roma fuori le mura, 1980, p. 119 : « Occupava il fondo ovest della piazza il cosiddetto Teatro della Passione, una grandiosa fronte scenica romana nota da un’incisione che ne fece fare prima della sua distruzione nel 1765 il Cardinale Borgia ».

7 Ces cérémonies de la Fête-Dieu à Aix-en-Provence sont célèbres et la ville s’est acquise dans ce domaine « l’un des premiers rangs; elle doit cette distinction à la piété et au génie d’un de ses souverains particuliers: c’est René d’Anjou, roy de Jérusalem et des deux Siciles, comte de Provence, qui, un peu après le milieu du XVe siècle, fut l’inventeur du cérémonial qui lui est propre en ce jour » (P. J. Haitze, L’esprit de cérémonial d’Aix en la célébration de la Fête-Dieu, 1708, p. 15-16; cf. aussi G. Gaspard, Explication des cérémonies de la Fête-Dieu d’Aix-en-Provence, 1777, passim). Selon l’abbé J. B. Quiet, qui unit la pruderie de son état et l’esprit du Second Empire, ces fêtes se produisent souvent sous « les hideux travestissements d’un sensualisme grossier » (J. B. Quiet, Explication nouvelle des Jeux de la Fête-Dieu d’Aix, 1851, p. 4). L’abbé Quiet décrit les rites et les costumes en insistant notamment sur les « testières », « masques enveloppant toute la tête ; un grand nombre des acteurs de ces jeux en sont revêtus » (p. 6, n. 7): c’est ainsi que les Israélites sont représentés « avec des testières hideusement renflées sur les deux côtés, signe de leur aberration monstreuse » (p. 7).

8 Cette statue d’Urbain VIII par le Bernin est, depuis Misson (Misson, II, p. 63), signalée avec admiration par tous les voyageurs. On sait qu’elle fut détruite lors de la guerre de 1798 (cf. R. Wittkower, Gian Lorenzo Bernini, 1955, p. 200). Le rapprochement avec la statue du même Urbain VIII qui fait partie du superbe tombeau de ce pape réalisé par Bernin (1642-1647) à Saint-Pierre de Rome est simplement dû au fait qu’il s’agit, dans les deux cas, d’une œuvre de Bernin représentant Urbain VIII Barberini. Sur l’autre statue d’Urbain VIII par Bernin qui se trouve au Musée du Capitole, cf. R. Wittkower, op. cit., p. 200.

9 Ce n’est pas la cathédrale, mais l’église de S. Maria del Trivio (refaite aux XVIIe et XVIIIe siècles : la façade est du XIXe siècle); la belle tour, dite torre del Trivio, achevée en 1353, avec ses alternances d’assises de lave et de lits de brique, lui sert de clocher. Cette église ne semble pas avoir retenu particulièrement l’attention des autres voyageurs.

10 C’est, à l’époque, le monument le plus célèbre de Velletri : Misson, en peu de lignes (II, p. 64), disait déjà l’essentiel que développeront les voyageurs: la situation magnifique, les appartements remplis d’antiques, et surtout le très bel escalier de Martino Longhi, avec ses rampes de marbre que dessinera Delannoy. Ce palais fut détruit lors de la dernière guerre et ses jardins, qui faisaient l’admiration de Lalande (V, p. 390), sont actuellement ceux du Parco Comunale.

11 On notera que Delamonce qui décrit longuement les villes (Velletri, Gaète etc…) passe rapidement sur les « curiosités » qui se trouvent sur la route ou à proximité d’elle. Les voyageurs vont souvent à Corè (l’actuelle Cori) dont les antiquités sont très célèbres (cf. Delannoy qui les décrit et les dessine dans son Voyage de Naples et de Paestum, à paraître); ils évoquent les étapes de la route (Tre Taverne, Fossa Nova) et rappellent la richesse de Setia antique (Sezze Romano) que Delamonce va évoquer à la fin du paragraphe. On souligne en général que la route est la route haute qui évite les marais pontins alors dangereusement insalubres et qui retrouve en partie le parcours de l’antique Via Appia. Misson, lui aussi (II, p. 68), après Piperno (l’actuelle Priverno a repris le nom ancien, mais fut reconstruite après avoir été complètement détruite au Moyen Âge), consacre un long passage à la description de la Via Appia. On rappellera ici combien le XVIIIe siècle admirait les voies romaines, leur technique parfaite et leur rôle dans la diffusion de la civilisation en Occident. Cf. le dessin qu’en donne Piranèse, avec un long commentaire dans les Antichità romane, III, 6, reproduit dans Piranesi, Catalogo fondazione Cini, pl. 182; cf. aussi l’enthousiasme de Misson: « de tout ce que j’ai vu jusqu’ici des monuments antiques, il n’y en a point à mon gré qui méritent tant d’être admirés que ces fameux chemins » (II, p. 70). C’est le mot « admirable » qui vient également sous la plume de Montesquieu: « Cette voie Appia était admirable… » et Montesquieu consacre une demi-page à expliquer la technique de sa construction (p. 717).

12 Terracine a toujours été une étape obligée sur la route de Rome à Naples: c’est la dernière ville des États du pape et la frontière se trouve à la sortie même de la ville. Les voyageurs insistent plus ou moins longuement sur sa position stratégique exceptionnelle (on l’appelle parfois les thermopy-les d’Italie »), parce que les monts Ausoniens descendent à cet endroit jusqu’à la mer. Elle occupe le centre de la baie qui s’étend du mont Circeo jusqu’à Gaète (le sinus Amyclanus des anciens). Les voyageurs se posent volontiers la question du port, qui, à leur époque, est plus ou moins à l’état d’abandon : selon Misson (ajout à la première édition), « Terracine, quoique au bord de la mer, n’a point de port. On dit que Sixte V en avait fait commencer un, mais les Espagnols l’empêchèrent d’exécuter ce dessein » (Misson, II, p. 74). Lalande (V, p. 399) parle du port antique dont on reconnaît encore parfaitement la forme et signale l’existence des « anneaux de pierre qui servoient pour amarrer les vaisseaux ».

13 Cette grandiose entaille pratiquée dans le rocher (on l’attribue en général à Trajan) pour permettre le passage au bord de la mer de la Voie Appienne a fait l’admiration de tous les siècles: Peruzzi et Sangallo l’avaient dessinée et, de même, elle suscite la curiosité et l’intérêt des voyageurs qui lui consacrent des commentaires assez longs : cf. Misson (Misson, II, p. 73-74); Caylus (Caylus, p. 196); Delannoy (Voyage de Naples). Le rocher s’appelait et s’appelle encore Pisca Marina ou Pesco Montano. Des chiffres gravés indiquent, du haut ver le bas, la hauteur de la roche qui fut coupée ou évaluée (on l’évalue à 13.600 m3 environ : cf. Coarelli, Lazio, p. 325). Les chiffres conservés vont aujourd’hui de X à CXX, mais il y avait dans la partie inférieure deux gradins aujourd’hui disparus avec, comme dernier chiffre, CXXIIX. Ainsi s’explique peut-être la lecture inexacte de Delamonce CXXII. On lira encore avec intérêt pour tout ce qui concerne la Terracine antique le livre de M. R. de la Blanchère, Terracine, 1883, dont on vient de faire une réédition.

14 C’est de tous les récits de voyage que nous avons pu consulter la plus longue description des restes de ce « superbe monument ancien » ; la plupart des voyageurs, en visitant la cathédrale, rappellent qu’elle est construite sur les ruines d’un temple antique, dont les structures encore visibles sont décrites rapidement par Misson (Misson, II, p. 82) et Caylus (Caylus, p. 195). Au contraire, Delamonce va visiter non pas la cathédrale mais le temple romain (il fait référence à la cathédrale seulement à la fin, et en passant); on notera, comme toujours, son intérêt pour les techniques de construction antiques et la précision de ses descriptions. Cet édifice, probablement contemporain de l’Ara Pacis à Rome, est souvent interprété comme un temple de Rome et d’Auguste, mais il est plus probable qu’il s’agissait du Capitolium de la ville dont le plan s’inspirait du temple de Jupiter Capitolin à Rome (cf. Coarelli, op. cit., p. 315).

15 C’est l’élément de comparaison utile à donner aux membres de l’Académie: pour faire saisir ce que peut être le tracé « tortueux » des joints entre des pierres de réemploi de la cathédrale de Velletri, Delamonce évoque pour ses confrères lyonnais un « fronton », sans doute le fronton de l’abside de l’église de St. Etienne qui, de fait, donnait sur une cour pavée (cf. A. Sachet, Le pardon annuel de la St. Jean et la St. Pierre de Lyon, 1914, I, p. 43-48). Les réemplois n’étaient pas rares dans cette église.
Nous devons ces renseignements à l’amabilité et à la compétence de J. F. Reynaud (qui a dirigé une fouille sur ce site de 1972 à 1978).

16 Cette inscription aujourd’hui détruite se trouvait en effet insérée dans un mur de la cathédrale ; elle évoquait sans doute l’architecte du temple et peut-être du forum tout entier: cf., avec le commentaire de Mommsen, CIL, X, 6339. Ce Postumius est également connu par une inscription de Formies et nous savons que c’était le patron de l’affranchi Cocceius qui fut le constructeur des tunnels qui reliaient le lac d’Averne et Cumes, ainsi que Pouzzoles et Naples: cf. Coarelli, p. 319. On notera que Misson (Misson, II, p. 73), au lieu de Postumius lit Sempronius, erreur reprise par Caylus, p. 195 qui, comme souvent, copie purement et simplement Misson. Sur Postumius et son œuvre, cf. de la Blanchère, op. cit., p. 129-132.

17 Ce passage a été barré par l’auteur, mais il reste parfaitement lisible.

18 Commentaire classique, s’agissant du golfe de Terracine et de Gaète: cf. Misson, II, p. 79.

19 C’est ce qu’avait fait également Misson (Misson, II, p. 80) dont les motifs de curiosité sont pratiquement les mêmes que ceux de Delamonce. Il était de règle de prendre une petite barque pour faire le voyage, comme l’explique également Caylus (Caylus, p. 197); (on se rappellera que Mola est l’ancien nom de Formies).
Cette tradition du passage en barque de Mola à Gaète est ancienne. C’est déjà ce qu’avait fait Bouchard (en 1632); ce dernier précise que, pour l’aller et retour, on paye « deus jules par teste » et que, par chance, il était dans la compagnie d’un gentilhomme espagnol, faute de quoi il n’aurait pu entrer dans la ville « où l’on ne recevoit lors aucun estranger » (Bouchard, II, p. 173).

20 C’est en 1707, à la suite de la guerre de succession d’Espagne, que le royaume de Naples devint possession autrichienne: l’empereur est alors Charles VI.

21 L’histoire est fameuse : celle d’abord de la mort du Connétable de Bourbon sur les murs de Rome, lorsque, aux ordres de Charles-Quint, il attaquait la ville capitale du pape Clément VII (on se rappellera que Stendhal raconte cette mort avec délectation; nous sommes en 1527, et les voyageurs soulignent souvent que le sac de la capitale des États de l’église fut alors le fait d’un chef de guerre français: cf. Stendhal, Voyages, p. 744 et 855-857); celle ensuite de sa « sépulture » à Gaète: comme il était excommunié, il ne put être enterré à Rome, mais son corps fut transporté à Gaète, où il fut embaumé « et mis dans une niche à côté de la chapelle. Le prince d’Ascoli, gouverneur de cette forteresse en 1628, le fit placer… dans une chasse… habillé de velours vert avec des galons d’or, debout, l’épée au côté, botté et éperonné… » (Lalande, V, 437). Toujours suivant le même Lalande, c’est un Bourbon de Naples qui le fit enterrer pour donner une digne sépulture à un prince de sa maison. C’était, au temps de Delamonce, une des principales curiosités de Gaète que les officiers de la garnison ne laissaient pas toujours voir aux voyageurs, surtout s’ils étaient français (cf. Caylus, p. 197). Bouchard avait déjà décrit longuement « Bourbon dans sa grande armoire… debout, en pieds, vestu d’un habit de velours verd chamarré d’or à la françoise… La chair se voit encore si entière partout que l’on recognoist tous les linéaments du visage, et les yeus qu’il a ouverts; le menton et la mâchoire inférieure est quelque peu gastée » (Bouchard, II, p. 173).
Le corps embaumé du Connétable de Bourbon est surtout, cela va de soi, une « curiosité » pour les Français. Rien de plus normal: les auteurs des guides et des récits de voyage insistent davantage sur ce qui concerne, de près ou de loin, leur propre pays (cf. L. Di Mauro, L’ltalia e le guide turistiche, dans Annali 5, p. 380). Cependant on retrouve notre Connétable dans les guides locaux, par exemple dans la Storia di Pozzuoli de P. Sarnelli, 4e éd., 1770, p. 169.

22 C’est le célèbre vase de marbre blanc qui se trouve actuellement au Musée National de Naples. C’est l’œuvre de Salpion, le sculpteur néo-attique de l’époque d’Auguste; le thème lui-même (enfance de Bacchus) explique qu’il ait pu servir de fonts baptismaux, ce qui surprend Delamonce. En effet la scène avait été interprétée comme représentant la naissance de Jésus. On notera la passion un peu naïve de Delamonce pour tout ce qui est antiquité grecque. Soulignons au passage que la transcription qu’il donne de la célèbre inscription « Salpion athenaios epoiese » montre bien qu’il ne savait pas le grec.

23 Le jugement est à retenir: tous les auteurs du temps sont unanimes à opposer le « gracieux » de l’art grec à la grandeur ou à la magnificence de l’art romain. Cela est vrai aussi bien pour l’architecture que pour la sculpture, ce qui explique la surprise des « connoisseurs » au moment de la découverte de Paestum.

24 Jugement sévère et injuste dans ce cas précis. De fait, Misson écrit simplement que « les quatre lions qui le supportent ne répondent pas à la magnificence du vase» (Misson, II, p. 83).

25 Ces attributions sont classiques au XVIIIe siècle. Cf. encore Lalande, V, p. 438.

26 Bref résumé d’une longue description de Misson (Misson, II, p. 83-84) qui suppose que ce vieillard avec son serpent représente Esculape ; cf. aussi Lalande, ibidem, p. 438.

27 On notera que, avant même d’évoquer ou de décrire le célèbre Mausolée de Munatius Plancus, Delamonce cite l’inscription qui figure au-dessus de la porte d’entrée : cette dernière rappelle en effet que ce personnage célèbre de l’époque d’Auguste fonda en Italie la colonie de Bénévent et en Gaule celles de Lugdunum et de Raurica, c’est-à-dire de Lyon et d’Augst (près de Bâle). Il est vrai que ce Mausolée évoque d’une certaine manière la tombe de Cecilia Metella, encore qu’il s’inspire beaucoup plus directement du Mausolée d’Auguste pour souligner les liens étroits qui existaient entre Plancus et Auguste. Cf. sur ce monument R. Fellmann, Das Grab des Lucius Munatius Plancus bei Gaeta, Basel, 1958 ; G. Iacopi, L. Munazio Planco e il suo mausoleo a Gaeta, Milano, s. d. Misson (II, p. 81) donne une figure du monument, mais l’évoque très brièvement dans le texte, se contentant de rappeler que c’est sur proposition de Munatius Plancus qu’Octave prit le surnom d’Auguste, plutôt que celui de Romulus.

28 Autre « curiosité » célèbre de Gaète, qui était aussi un lieu de pèlerinage, puisqu’il y avait une chapelle dédiée, entre autres, à la Trinité. On remarquera l’ironie de Delamonce devant ces témoignages de la crédulité ou de la piété populaire. Misson raconte que le chapelain du lieu avait voulu rompre avec un marteau des morceaux de rocher pour les lui donner comme reliques et qu’il avait été scandalisé de son refus (II, p. 82).

29 Étrange repentir : c’est l’association d’idées avec la Voie Appienne et l’intérêt de nos voyageurs pour les réalisations des Romains dans le domaine des routes qui amènent Delamonce à rajouter, hors de propos, cette allusion à ces deux routes qui effectivement sont parallèles aux rives du Tibre, donc distantes de Terracine.

30 On l’appelle encore aujourd’hui la villa de Cicéron : c’est une grandiose villa de la fin de la République (avec des nymphées et des portiques) dont on ne connaît pas le propriétaire, sans aucun doute un de ces grands personnages de l’époque qui possédaient des villas de plaisance sur le bord de la mer à Formies (cf. Coarelli, Lazio, p. 365).

31 Notes rapides, qui ne soulignent pas l’essentiel ; Trayetto ou Traetto était le nom de la Minturne moderne, fondée après la destruction de la Minturne antique par les Lombards à la fin du VIe siècle; le nom était en liaison avec le passage difficile (ad Trajectum) du Garigliano que, à l’époque, les voyageurs franchissent souvent grâce à un bac (cf. Misson, II, p. 8). Bouchard signalait que, de son temps, on avait construit un pont de bois « pour remédier aux extorsions que faisoient aux passagers les basteliers sur les barques » (Bouchard, II, p. 177). Évocation succincte de Minturne, ses aqueducs, ses monuments (l’amphithéâtre et les murailles étaient déjà célèbres).

32 Là encore passage trop rapide dû sans doute à l’horaire que le Procaccio imposait aux voyageurs. On dîne dans une auberge (c’est la seule indication matérielle que contient le voyage). On voit très vaguement la Capoue moderne, Delamonce cite simplement quelques noms d’églises, et on regrette de ne pouvoir aller jusqu’à Santa Maria Capua Vetere où se trouvent les restes de la Capoue antique. Néanmoins, la hâte n’explique pas tout: les autres voyageurs passent vite eux aussi sur cet ensemble pourtant passionnant que représentent les deux villes voisines. On notera par exemple que les réalisations spectaculaires de Frédéric II, en partie détruites, il est vrai, n’intéressent personne. On notera que Bouchard visite la Capoue moderne à l’aller (II, 179) et qu’il s’arrête au retour pour visiter la Capoue antique, à laquelle il consacre plusieurs pages (II, p. 455-457). Pour la Capoue moderne, il évoque lui aussi cette « grande et belle ville, rues larges… quantité de palais, places, fontaines et belles églises » (II, p. 17). À ces jugements favorables, on opposera la phrase lapidaire de Montesquieu: « Il n’y a aucune beauté à Capoue: les églises et les bâtiments sont assez communs» (p. 719).

33 Thème traditionnel en même temps que réalité objective, cette évocation de la Campanie heureuse deviendra chez tous les voyageurs la page obligée avant l’arrivée à Naples. Montesquieu, qui fait le voyage de Naples dix ans après Delamonce, précise que dans cette belle campagne il n’y a plus les orangers dont parlent les « relations » précédentes, mais que les chemins très bien entretenus passent au milieu de terres très fertiles, avec les vignes dans les grands peupliers (p. 719).

34 C’est la dernière grosse ville avant Naples. La plupart des voyageurs noteront plus tard qu’il s’agit de l’ancienne Atella, célèbre autrefois par les Atellanes, les fameuses farces de l’antiquité.

35 Même remarque chez de Brosses (« tous les combles des maisons sont en terrasses. Cela ne me plaît point… Il me semble toujours qu’on vient de leur couper la tête », p. 414) et, un demi-siècle plus tard, chez Sade qui commence ainsi son chapitre sur Naples: « Le premier coup d’œil qui frappe le voyageur en entrant dans Naples sont les maisons plates par le haut et construites ainsi pour y ménager des terrasses que l’extrême chaleur du climat rend indispensables l’été » (Sade, p. 381). Bouchard déjà avait noté, comme éléments caractéristiques de la vue d’ensemble de Naples, les maisons construites en pierres sombres, les rues étroites, et surtout les toits en terrasses, qui, heureusement, rendent la ville « un peu plus gaye et jolie, principalement à cause des créneaux et merlets qu’ils mettent alentour » (Bouchard, II, p. 242).

36 Première correction apportée à l’enthousiasme d’un Misson selon qui « les rues sont droites et larges pour la plupart » (Misson, II, p. 89). Les deux seules rues qui, selon Delamonce, contrastent avec les ruelles étroites sont la via Toledo et la via Monteoliveto (cf. infra, p. 95-96).

37 Cette première impression est fréquente chez les voyageurs français qui insistent sur l’air triste de la ville. Selon Misson (II, p. 116-117) « On n’y voit point de femmes… et c’est cacher ridiculement la plus belle moitié du monde ». On insiste de même volontiers sur la rusticité des habitants ; la critique la plus dure de la société napolitaine, jugée à travers son aspect extérieur, se trouve sans doute chez Sade (Sade, p. 439-457).

38 Autre notation fréquente chez les voyageurs : Misson souligne que « les habits et les équipages sont à Naples d’un noir ou d’un obscur qui attriste les yeux » (II, p. 117, notation corrigée par un ajout qui précise que les choses ont changé). La golille est une sorte de petit col blanc (cf. à ce sujet, pour tout ce qui touche les problèmes de la mode, A. Cirillo Mastrocinque, Moda e costume, dans Storia di Napoli, VI, 2, p. 773-807, et notamment p. 778 pour la golille; cf. ici fig. 4). Bouchard consacrait quatre pages à décrire l’habit des nobles et des cavaliers; parmi les nombreux détails qu’il donne, figure la gogliglea spagnuola (II, p. 272).

39 Sur l’époque où le Comte de Daun fut vice-roi de Naples (1707-1708, immédiatement après l’installation à Naples des Autrichiens, puis 1713-1719), cf. la synthèse de G. Ricuperati dans Storia di Napoli, VII, p. 373-395. Sans entrer dans les détails, rappelons que c’est au moment même du séjour de Delamonce dans les années 1718-1720 que le problème des « immunités » se pose avec le plus de violence, créant une tension sérieuse non seulement entre Rome et Naples, mais entre le pouvoir autrichien de Naples et l’archevêque de la ville.

40 Dans les guides et les récits des voyageurs concernant Naples, l’ordre suivi est plus divers et plus souple que pour Rome. Bouchard avait choisi un ordre tout à lui, puisqu’il parlait d’abord des fêtes de la Semaine Sainte, de Pâques et de St. Janvier, puis d’une excursion au Vésuve, puis des environs, avant d’aborder, très sommairement d’ailleurs, la description de « l’intérieur de la ville ». Misson (II, p. 89) commence lui aussi par les palais, mais il est très bref sur le sujet, notamment en comparaison des nombreuses pages qu’il consacre aux églises.
Selon Montesquieu, « l’escalier du Palais du Vice-Roi est le plus beau de l’Europe. Il est du dessin du cavalier Fontana. Le cavalier Bernin disoit que le palais passeroit par l’escalier » (Montesquieu, p. 722). On rappellera les éloges de de Brosses sur les architectures du Palais Royal, la façade notamment (p. 415). Il note également que « le nouveau roi vient de le faire orner en dedans et à grands frais » (ibid.); on sait que c’est en 1735 que Don Carlos, devenant Charles IV, monta sur le trône des Deux-Siciles. Sur les aménagements et les transformations qu’on apporte alors au Palais, cf. M. Schipa, Per l’addobbo, l’ingrandimento e la decorazione della Reggia di Napoli alla venuta di Carlo di Borbone, dans Nap. Nob., XI, 1902, p. 109-111. La formule utilisée par Delamonce (« l’on m’a assuré… ») ne permet pas de dire s’il est resté personnellement en contact avec des relations ou des amis napolitains.

41 L’histoire du Palazzo degli Studi, l’actuel Musée Archéologique National, est connue: les origines du bâtiment remontent à la fin du XVIe siècle, quand un vice-roi voulut construire hors de la Porte de Constantinople un grand manège pour la cavalerie; le projet fut vite abandonné, à cause du manque d’eau, dit-on, et on décida d’utiliser les locaux non terminés et pratiquement déjà abandonnés pour y installer l’Université: c’est l’état qu’a vu et que décrit Bouchard au printemps de 1632: « Le bastiment de Naples qui aille plus du pair avec le Palais Royal et qui le surmonteroit mesme en magnificence s’il estoit achevé sont les escholes publiques, qui sont hors la ville, proche la Porta di Constantinopoli, lesquelles ont été dessignés par le mesme architecte qui a fait le palais, c’est à sçavoir ce fameus Julio Cesare Fontana » et, après une assez longue description du bâtiment, il ajoute: « Que si ce bastiment-là étoit accompli, il n’y a point de doute que ce seroit un des plus beaus collèges de l’Europe » (II, p. 248-249). Au début du XVIIIe siècle, changement de fonction: on décide d’y installer une garnison de fantassins. C’est l’époque des voyages de Delamonce et de Montesquieu, qui écrit: « Il y a gli Studi, qui étoit un beau palais qui n’est que commencé. On y vouloit mettre les Académies. Les Allemands y ont mis leurs soldats, et tout ce beau bâtiment se détruit: il font cuire leur soupe sur l’escalier. Ce bâtiment est d’un bon goût d’architecture. Il y a dans la façade de belles statues antiques » (Montesquieu, p. 723). En 1735, Charles de Bourbon décida d’y remettre l’Université et ordonna les travaux auxquels Delamonce fait allusion: cf. Cl. Zucco, Da Cavallerizza a Museo, dans Da Palazzo degli Studi a Museo Archeologico, 1977, p. 29-36.

42 Ce paragraphe est à la fois précis et confus. On sait que les vingt-neuf « sièges » originels de la noblesse se sont, depuis longtemps, réduits à cinq, qui portaient les noms des cinq places, sur lesquelles ils s’ouvraient: Capuano, Montagna, Porto, Portanova, représenté chacun par six cavaliers, et le Nido représenté par cinq. Celui que l’on appelait le « grand siège » était le Capuano. Mais Delamonce désigne ainsi le « siège » agrandi du Nidc (cf. note suivante) qui se trouvait près de l’église de S. Angelo (et non S. Agnello). Ces « sièges » intriguent beaucoup les voyageurs qui en parlent souvent avec ironie: Bouchard, qui cite abondamment ses sources (L’Historia della città e regno di Napoli de Summonte et Il Forastiero de Capaccio) ne tarit pas d’anecdoctes piquantes, souvent ridicules et parfois scabreuses, sur ces « sièges » et sur l’importance qu’ils ont pour la noblesse, et il décrit leurs locaux, avec beaucoup de précision: « c’est un grand portique, ou porche, ou vestibule quarré, composé d’un grand arc de pierre de chasque costé… Le dessus est une voûte en rond, en forme de coupole ou dôme, et le tout est enrichi de dorures et de fort belles peintures » (II, p. 263). La description de Delamonce est également fort exacte, y compris les fresques de Bélisaire (le peintre Belisario Corenzio, vers 1560 – vers 1640) et les balustrades ornées de bas-reliefs, dont un représentait le cheval sans mors, devise du « Siège du Nil »: cf. B. Croce, I seggi di Napoli, dans Nap. Nob., I, 1920, p. 17-19. Comme le note Croce, on confondait souvent le cheval sans mors, devise du Nido, avec le « cheval ruant », devise de la ville. Ainsi s’explique l’allusion à Traiano Boccalini (1556-1613), auteur des Ragguagli di Parnaso, où il critiquait violemment la domination espagnole: il mourut à Venise, empoisonné, racontait-on, sur l’ordre des Espagnols. Sur le Seggio di Nido, cf. plus récemment R. Di Stefano, La chiesa di S. Angelo a Nido e il Seggio di Nido, dans Nap. Nob., IV, 2, 1964, p. 12-21.
Sur l’ensemble des « sièges » de la noblesse, on trouvera une série d’informations dans Celano, pas toutes anecdotiques, mais souvent assez pittoresques.

43 Cette statue a une curieuse histoire: elle est romaine, et non pas grecque, et figure une personnification du Nil érigée dans le quartier des Alessan-drini ». Elle fut retrouvée lorsqu’on construisit les fondations du « siège » de la noblesse (XIIe siècle) et placée devant sa façade: le « siège » fut ainsi nommé Seggio di Nilo, ce qui devint par corruption Seggio di Nido; quand il fut reconstruit au XVIIe siècle de l’autre côté de la rue, la statue fut alors installée au milieu de la petite place. Comme elle était sans tête et qu’on se demandait en plaisantant si elle représentait un homme ou une femme, on y ajouta une tête barbue. Le dieu-fleuve s’appuie non sur un crocodile, mais sur un sphinx. Sur cette statue, cf. L. de la Ville sur Yllon, Il Corpo di Napoli, dans Nap. Nob., II, 1893, p. 23-26.

44 Ce palais, situé au n° 121 de la rue S. Biagio dei Librai, une des rues les plus caractéristiques de la vieille Naples, est l’un des monuments de la Renaissance les plus intéressants de la ville. Homme de courage et d’esprit, Diomède Carafa, qui l’avait fait construire, était aussi un collectionneur passionné : il avait rassemblé de nombreuses œuvres antiques dont les historiens de Naples, notamment Capaccio et Celano, ont conservé des listes. Tout est aujourd’hui dispersé. Quant à la tête de cheval en bronze que l’on considérait comme antique, elle est maintenant attribuée à Donatello (elle avait été envoyée à Carafa par Laurent le Magnifique); elle fut donnée par la famille Carafa au Musée de Naples, où elle se trouve aujourd’hui, et un moulage la remplace. Sur ce Palais et la collection Carafa, cf. G. Ceci, Il Palazzo dei Carafa di Maddaloni, dans Nap. Nob., II, 1893, p. 149-152 et 168-170; quant à l’autre statue équestre que Delamonce interprète à tort comme celle de Charles-Quint (il s’agissait en réalité de Ferdinand Ier d’Aragon), elle a disparu: cf. G. Ceci, F. Delamonce, Ibid., XV, p. 148.

45 Toutes les indications topographiques données par Delamonce sur les « autres palais » de Naples (autres que le Palais Royal, le Palais degli Studi et le Palais Carafa) ne sont pas claires, voire même erronées: c’est ainsi que, comme le note justement G. Ceci, Delamonce, loc. cit., p. 148, il n’y a pas de palais avec cour « en face du Palais Filomarino ». Pour la topographie de Naples au XVIIIe siècle (seconde moitié, il est vrai), on se réfèrera à la Mappa topografica della città di Napolie de’suoi contorni établie par G. Carafa, duc de Noja, en 1750 et publiée en 1775. Sur l’importance de ce document, on se reportera notamment à C. De Seta, Cartografia della città di Napoli, 1969, aux ouvrages récents de F. Strazzullo, La lettera del Duca di Noja sulla Mappa topografica della città di Napoli, 1980, et de M. Rotili, Mappa topografica della città di Napolie de’suoi contorni, 1980, avec, dans ce dernier, la bibliographie la plus récente sur la Mappa et sur son auteur.

46 Ce palais, le Palazzo Giusso Filomarino situé sur la petite place San Giovanni Maggiore, est aujourd’hui l’Istituto Universitario Orientale. Delamonce visite la collection de tableaux que lui montre personnellement le Duc de la Tour Filomarino, notamment la célèbre Pietà d’Annibal Carrache, aujourd’hui au Musée de Capodimonte, ainsi que l’estampe gravée par « Monsu Rollet », citée par Celano (p. 1234) comme une « œuvre fameuse ».
Sur la collection Filomarino, sur la personnalité de cet Ascanio Filomarino qui en avait été le créateur, ami des Barberini et grand amateur d’art, cf. R. Ruotolo, Aspetti del collezionismo napoletano: il cardinale Filomarino, dans Antologia di Belle Arti, n. 1, 1977, p. 71-82 et A. Brejon de la Vergnée dans La peinture napolitaine de Caravage à Giordano, 1983, p. 77-78.
La brièveté des indications de Delamonce doit d’autant plus être soulignée que c’est la seule collection qu’il visite et que, comme le montre l’inventaire daté 1700 publié par R. Ruotolo, elle contenait de nombreux tableaux français (Valentin, Vouet, Poussin, Mellin…). On sait que Sade (p. 432) donne une liste (une page) des principaux tableaux que contenait cette collection.

47 Autre indication erronée: la rue qu’il faut suivre est sans doute (?) celle du Palais Carafa, c’est-à-dire la rue San Biagio dei Librai; mais, qu’il s’agisse de celle-ci ou de la rue des Banchi Nuovi qui part à côté du Palais Filomarino, on n’y trouve pas le « Palais de Solimène » qui, d’après Celano (p. 1846), se trouvait près du Palais des Études: cf. à ce sujet V. Rizzo, Document, cumenti su Solimena, Sanfelice… dans Nap. Nob., XX, 1981, p. 222-234. Il y a donc quelque confusion dans les souvenirs ou dans les notes de Delamonce. Visiblement, il a été frappé par l’argent qu’a réussi à mettre de côté Solimène, dont il admire l’œuvre. D’ailleurs la même indication se trouve chez Celano (loc. cit.). C’est donc une anecdote qu’on lui a rapportée et dont il se souvient. Selon Blunt, il pourrait s’agir du Palais du Monte di Pietà, construit par Cavagna à la fin du XVIe siècle (cf. A. Blunt, loc. cit., p. 8, n. 46).

48 Le débouché de la Via del Gigante était comme fermé par une fontaine à trois arcs « avec de très belles statues qui tenaient des urnes et où coulait l’eau dans la fontaine ». C’était l’œuvre de M. Naccherino et de Pietro Bernini, le père de Gianlorenzo: cf. L. Cosentini, Il Foro Murat, dans Nap. Nob., VII, 1898, p. 33; elle fut démontée et abandonnée pendant des années, puis remontée près de l’église du Carmine (cf. L. de la Ville sur Yllon, Ibid., 1899, p. 4) et enfin à Santa Lucia sur le bord de mer, où elle se trouve actuellement; pour cette fontaine et le « Gigante », cf. fig. 7.

49 Cette statue, appelée le plus souvent Gigante di Palazzo, avait été placée à l’époque de Pierre d’Aragon (vice-roi de 1666 à 1671) au sommet du nouvel accès pour les carrosses à la porte de l’Arsenal, au même niveau que le Palais Royal. La partie haute était un buste de Jupiter trouvé à Cumes ; on lui avait ajouté des bras et un pilastre de stuc, avec une plaque de marbre portant une longue inscription. La statue fut enlevée en 1807. On lui redonna par la suite son aspect primitif et elle est actuellement au Musée National: cf. A. Colombo, I porti e gli arsenali di Napoli, dans Nap. Nob., III, 1894, p. 141 et G. de Montemayor, Il Gigante di Palazzo, ibid., VII, 1898, p. 1-4 et 22-25.

50 Ce « petit canal » apportait l’eau à la fontaine appelée tantôt Fonseca, du nom du vice-roi qui l’avait fait construire, tantôt Sebeto du nom du fleuve qui était représenté entre deux tritons. Cette fontaine était, selon Mis-son, une des trois plus belles de Naples (II, p. 79). Le « petit canal» était, au vrai, une magnifique descente d’eau, ornée de douze monstres marins, qui débouchait dans la fontaine représentant le Sebeto au milieu d’autres monstres marins, le tout en beau marbre. L’ensemble était l’œuvre (1638) de Carlo Fanzago, fils du Cavalier Cosimo. Tout proche, se trouvaient le quartier de l’Arsenal et un couvent de Franciscains (Convento della Croce dei Frati della Riforma di S. Francesco): cf. pour la topographie du quartier et la fontaine, Celano-Chiarini, p. 1419 et 1540.

51 Ce jugement sur la plus grande rue de Naples se retrouve à peu près le même chez tous les auteurs qui se sont occupés de la topographie de la ville et chez tous les voyageurs. Déjà Bouchard, qui l’avait souvent citée à propos des processions, lui consacrait une longue description admirative (II, p. 244): à la différence des auteurs qui vont suivre, Bouchard aime son aspect commerçant: « Le reste est de grandes boutiques très marchandes, entre autres vers la Charité, où il y a une grande place qui est tous les matins remplie de la plus grande quantité des plus beaus fruits et des plus beaus herbages… Tout le beau poisson de Naples se vend là ». Un siècle plus tard, voici ce qu’écrit de Brosses: « La rue de Tolède est certainement la plus longue et la plus belle rue qu’il soit dans aucune ville d’Europe » (p. 414), mais il ajoute immédiatement: « Mais quoi! Elle est indignement défigurée par un demi-pied de boue et par deux rangs d’infâmes échoppes et boutiques de charcutiers qui règnent tout le long et masquent les maisons ». C’était déjà ce qu’écrivait G. Pacichelli, Memorie de’Viaggi, 1685, IV, 1, p. 49: « Elle est embarrassée de viandes, de poulets, de gibier, de poissons, de légumes, de fruits, de pâtisseries grossières ». Selon Sade, qui admire beaucoup son tracé et ses architectures, toutes ces boutiques la rendent « puante et sale » (p. 381). Sur l’histoire de cette célèbre rue, cf. A. Colombo, La strada di Toledo, dans Nap. Nob., IV, 1894, p. 1-4, 25-29, 58-62, 107-109, 160-172 et V, p. 41-48, 77-80, 92-94.

52 C’est le jugement classique des étrangers sur Naples : cf. par exemple Sade: « Il y a quelques autres grandes rues dans Naples, entre autres celle de Monteoliveto, presque aussi longue et aussi large que celle de Tolède. Mais en général tout le reste est étroit » (Sade, p. 382).

53 Après les palais et les rues, les églises. C’est toujours le point fort des récits de voyage concernant Naples. D’entrée de jeu, Delamonce donne son impression : il y a de belles églises, certes, mais de « superbes collifichets… causent partout une confusion qui choque étrangement les yeux des connoisseurs ». Sur ce jugement et sur le goût de Delamonce, cf. Introduction, p. 24 sq. En tout cas le contraste est clair avec l’opinion des voyageurs précédents. Déjà Bouchard parlait des églises « ès quelles gît la plus grande beauté et la plus grande magnificence des bastimens de Naples, et si vous autez cinq ou six églises des plus anciennes de Rome… il n’y a point de doute que les églises de Naples vont du pair, et peut-estre surmontent celles de Rome, en grandeur, en beauté d’architecture, en dorures, en autres enrichissements, mais surtout en somptuosité d’ornemens d’argenterie, et de tentures… de velours ou drap d’or, tous couverts de broderies d’or » (Bouchard, II, p. 251-252). Telle est aussi l’opinion de Misson : « Je puis vous dire sans exagérer que cela [le nombre et la magnificence des églises] surpasse l’imagination. Si l’on veut voir de beaux morceaux d’architecture, il faut visiter les églises, il faut voir les portails, les chapelles, les autels, les tombeaux. Si l’on veut voir de rares peintures, de la sculpture et des charretées de vaisseaux d’or et d’argent, il ne faut qu’entrer dans les églises ». Ajoutons cependant que, pour atténuer son enthousiasme, Misson écrit en note: « Il y a peu de belles façades d’églises à Naples: toute la beauté est en dedans » (Misson, II, p. 90).

54 Comme on le voit, Delamonce prend la chapelle de St. Janvier comme exemple d’une belle réussite qui peut rivaliser avec les églises de Rome: finie dans les années 1630/1640 sur dessin de F. Grimaldi, avec ses peintures, ses ornements du milieu du XVII siècle qu’énumère avec précision Delamonce, elle est considérée comme un des chefs-d’œuvre de l’architecture napolitaine : Misson la dit « magnifique » (II, p. 107) et, selon Caylus (p. 203), elle est « ce qu’il y a de plus beau à Naples ».
Delamonce « énumère les œuvres avec précision », mais, tout bien pesé, dit-il ou laisse-t-il entendre l’essentiel ? L’essentiel, c’est de voir que ces années 1630-1640 ont constitué « une décennie de création extraordinaire durant laquelle un éventail très large de talents artistiques se déploya à Naples, depuis le Dominiquin et Lanfranc jusqu’à Cavallino et Stanzione, pour ne mentionner qu’eux »: cf. Cl. Whitfield, Naples au XVII dans La peinture napolitaine de Caravage à Giordano, 1983, p. 42, qui ajoute: « Ce qui caractérise la peinture napolitaine du XVII siècle est l’ardeur à accueillir les influences extérieures… L’engouement pour les peintres étrangers soulevait évidemment beaucoup de rancœur; c’est ainsi que, durant ces années 1630, le séjour du Dominiquin, qui avait été appelé pour exécuter la commande la plus prestigieuse que Naples pouvait offrir: la décoration dans la cathédrale de la Cappella del Tesoro, se transforma en tragédie; il mourut à Naples et sa veuve prétendit qu’on l’avait empoisonné » (p. 43). Ajoutons que le sculpteur Giuliano Finelli n’était pas, lui non plus, napolitain et qu’il retourna définitivement à Rome vers 1650: cf. O. Ferrari, Le arti figurative, dans Storia di Napoli, VI, 2, p. 1299.
Sur cette célèbre chapelle, on pourra consulter aujourd’hui E. et C. Catello, La Cappella del Tesoro di S. Gennaro, 1977 et F. Strazzullo, La Real Cappella del Tesoro di S. Gennaro, 1978 ; cf. ici fig. 10.

55 Même si Delamonce n’a pu assister personnellement à la cérémonie du miracle (les deux grandes « fêtes » étaient le premier samedi de mai ou le dernier samedi d’avril et le 19 septembre), il ne pouvait le passer sous silence. On retrouve chez tous les voyageurs les mêmes descriptions et la même question posée, ici avec amusement et ironie, là avec violence : celle, dans la ville en fête (belle évocation dans Bouchard, II, p. 199-202) de la liquéfaction du sang du Saint quand on approche de sa tête la fiole qui le contient. Montesquieu assiste à la cérémonie : « J’ai été, aujourd’hui, samedi 30, voir la liquéfaction du sang de Saint Janvier. Je crois avoir vu que cette liquéfaction s’est faite, quoiqu’il soit difficile de bien s’en apercevoir… Mais, quoi qu’il en soit, je crois que c’est précisément un thermomètre ; que ce sang ou cette liqueur, qui vient d’un lieu frais, entrant dans un lieu échauffé… doit se liquéfier… Je suis persuadé que tout cela n’est que des thermomètres (Montesquieu, p. 727-728). La formule de de Brosses est plus lapidaire : « Assez joli morceau de chimie », mais le texte le plus violent sera celui de Sade: « Nos lumières sont aujourd’hui assez perfectionnées sur cette science [la physique] pour qu’on ne dût pas anéantir à jamais cette barbare ineptie dans laquelle il semble qu’on veuille tenir à plaisir l’esprit du pauvre peuple. Ne serait-il pas temps bientôt de le détromper et est-ce à nous de nous moquer des païens après de telles idolâtries ? La frénésie qui transporte le peuple de Naples le jour que se fait le miracle est telle que le meilleur conseil que je puisse ici donner à un étranger est de ne jamais s’aviser d’aller se mêler dans la foule des admirateurs de cette ridicule farce » (Sade, p. 423-424).

56 De cette page sur le Dôme, on pourra, semble-t-il, retenir ceci : Delamonce a conscience que les « embellissemens » modernes ont été plaqués sur une structure ancienne (la construction remonte à Charles II d’Anjou, donc à la fin du XIIIe siècle, et beaucoup de transformations ont été destinées à réparer des dégâts provoqués par des tremblements de terre); mais il ne voit aucune des parties vraiment anciennes, par exemple la chapelle de S. Restituta (cf. cependant infra, n. 75), la plus ancienne basilique napolitaine ou le baptistère avec ses mosaïques. Il ne souligne pas non plus que la Confession est une belle chapelle renaissance, une des plus élégantes de Naples pour cette époque : cf. à ce sujet les ouvrages de R. Pane sur la Renaissance à Naples et en Italie méridionale et notamment Architettura del Rinascimento in Napoli, 1939, et Il Rinascimento nell’Italia meridionale, 2 vol., 1975 et 1977; quant aux fonts baptismaux, il s’agit d’une belle vasque de basalte égyptien, mais d’un intérêt tout de même assez relatif; on notera cependant que Cochin lui consacre un paragraphe (p. 46). Ce qui est plus frappant, c’est que Delamonce ne fait même pas une allusion aux peintures qui décorent la cathédrale, notamment aux tableaux de Luca Giordano et de Solimène.

57 C’est la fameuse Guglia di San Gennaro dont la construction fut décidée après l’éruption du Vésuve de 1631 ; le monument est l’œuvre de C. Fanzago et la statue de bronze est de G. Finelli de Carrare. Primitivement, la statue devait être portée par une colonne antique de marbre qui se trouvait dans le Dôme, mais, à la suite de querelles entre la noblesse et l’archevêque, ce dernier refusa son accord. Le travail de C. Fanzago dura plus de vingt ans (1637-1660). Sur l’histoire de ce monument, cf. A. Borzelli, La guglia di San Gennaro, dans Nap. Nob., V, 1897, p. 78-80 et L. Serra. Ibid., III, 1923, p. 2. On notera là encore la critique assez vive que fait Delamonce de ces colifichets destinés à éblouir le peuple et auxquels les non-connaisseurs se laissent prendre. Misson signale ces obélisques sans commentaire d’aucune sorte (II, p. 115). Caylus, lui, manifeste une certaine surprise, mais ne porte pas de jugement de valeur: « sur une aiguille de marbre assez extraordinaire par sa forme, on voit la statue de Saint Janvier » (Caylus, p. 203).
Sur l’œuvre de Fanzago à Naples et notamment sur les Guglie, cf. G. Can-tone, Guglie e fontane di C. Fanzago dans Nap. Nob., XIII, 1974, p. 41-50.

58 Delamonce ne consacre pas moins de trois pages à cet ensemble important : l’église S. Paolo Maggiore, dite aussi S. Paolo dei Padri Teatini, et non des Barnabites, comme l’écrit par erreur Delamonce, fut construite au XVI esiècle sur les ruines d’une église du début du IXe siècle, elle-même édifiée sur l’emplacement d’un temple romain dédié aux Dioscures par un affranchi d’Auguste, Tiberius Julius Tarsus. Le texte de Delamonce sur ce que, après le tremblement de terre de 1688 (et non de 1685), il voit du Temple de Castor et Pollux est très intéressant: il se réfère aux dessins de Palladio, sans penser ou sans savoir qu’il y avait deux autres documents non moins importants et plus anciens : le relief du cortège triomphal d’Alphonse d’Aragon qui figurait sur le Castel Nuovo où l’on voyait parfaitement alors, à gauche, le Temple des Dioscures et, au centre, le théâtre; d’autre part, le dessin de François de Hollande (1540) publié en 1576; quant aux dessins de Palladio, ils sont sans doute moins fidèles : cf. à ce sujet, avec toute la bibliographie, M. Napoli, Topografia e archeologia, dans Storia di Napoli, I, 1967, p. 424-430.
Ce qu’il faut noter, c’est que, en 1719, outre les deux colonnes et leur entablement conservés encore aujourd’hui, on voyait, à terre, « le quart du fronton taillé en basrelief de marbre blanc », avec un triton et une nymphe assise tenant une corne d’abondance (sur ce fronton, cf. L. Bernabò Brea, Il tempio napoletano dei Dioscuri, dans Bullettino dell’Impero, Bullettino Comunale, 63, 1936, p. 61 sq.). Le témoignage de Delamonce est donc très important pour les archéologues. On notera que sur la figure de Summonte (ici fig. 12) le temple, avec les six colonnes du pronaos et le fronton, est représenté comme s’il était intact; mais de toute façon l’inscription ne correspond pas à la réalité.
Quant aux « troncs de statues colossales aussi de marbre blanc » que Delamonce a vus appuyés contre le mur de l’église, ils ne faisaient sans doute pas partie du fronton : M. Napoli suppose qu’ils ont été placés là au XVIIe siècle pour témoigner « de la véracité de la légende selon laquelle, quand St. Paul passa par Naples, les statues des Dioscures s’écroulèrent du haut du temple ».
Sur l’ensemble de ces problèmes, on lira avec beaucoup d’intérêt l’article de S. Savarese, S. Paolo Maggiore. Un tempioe una chiesa, dans Nap. Nob., XVI, 1970, p. 177-192, avec la bibliographie.

59 Suit maintenant une note détaillée et exacte sur l’église S. Paolo : après une évocation d’ensemble, Delamonce note la Chapelle de la Vierge avec ses quatre statues et surtout la Sacristie avec les magnifiques peintures de Solimène et, plus belles encore, les peintures du même Solimène qui ornent « la voûte et les murs des côtés ». Ce jugement où se marque l’enthousiasme de Delamonce est important comme témoignage: cf. à ce sujet F. Bologna, La dimensione europea della cultura artistica napoletana, dans Arte e Civiltà del Settecento a Napoli, publié par C. De Seta, 1982, p. 39. Quant à la copie de Raphaël, elle se trouve effectivement dans la pièce qui précède la Sacristie : cf. pour tout ce qui concerne cette église, Celano, p. 817-830.
Comme le souligne justement Bologna (loc. cit.), ces « peintures de la sacristie de Saint-Paul » de Solimène sont également celles que Cochin considère comme les mieux réussies: dans le jugement d’ensemble qu’il porte sur la peinture napolitaine, Cochin, après avoir vanté les tons de Solimène, critique le « mauvais ton de ses ombres, qui sont souvent d’un noir bleu, tout à fait faux » et le fait qu’il « disperse souvent les lumières par petites parties qui détruisent l’effet total de ses tableaux » (Cochin, p. 201). Mais il ajoute aussitôt : « Cependant il n’est pas toujours tombé dans ce défaut et les figures qui sont dans la sacristie de Saint-Paul sont d’un meilleur ton ; aussi est-ce un des plus beaux ouvrages qu’il ait fait ».

60 Pour la description de cette église, Delamonce part des dommages qu’elle subit lors du tremblement de terre de juin 1688, qui fit crouler la coupole dont la voûte était peinte par Lanfranc. Cela est vrai ; il est vrai aussi que les quatre pendentifs peints par le même Lanfranc furent respectés par P. De Matteis qui peignit la nouvelle voûte. Mais il néglige l’histoire de la construction de l’église ; il aurait pu dire qu’elle avait été édifiée sur l’emplacement du Palais San Severino dont elle conserva une large partie de la façade à pointes de diamants ; sur cette façade austère, le portail choque ; c’est en 1685 que l’ancien portail fut refait avec les colonnes, les statues et le tympan. Mais l’évocation de Delamonce est tout à fait inexacte (vitraux, niches, portes!…).
L’intérieur est à croix grecque, même si les bras transversaux sont un peu plus courts. On la décrit volontiers comme un « splendide monument caractéristique de l’art du début du XVIIe siècle. Le baroquisme des décorations garde l’empreinte riche, noble et harmonieuse du Cavalier Fansago et il ne dérange pas l’unité et la cohérence de cette œuvre grandiose. La richesse des marbres et le nombre des fresques dans les voûtes produisent chez l’observateur une impression de magnificence et de grandeur merveilleuse » (Chiarini, dans Celano, p. 972). C’est exactement le jugement de Misson : « L’église professe des Jésuites est une pièce admirable; le dôme est peint de la main du Cavalier Lanfranc et, de quelque côté qu’on se tourne dans ce superbe temple, tout y est chargé d’enrichissemens, depuis le pavé jusqu’à la voûte » (II, p. 91). On notera cependant que Delamonce insiste une fois de plus sur l’excès de richesse (« dépence mal employée », « à grands frais ») et, partant, sur le mauvais goût de la décoration; on notera aussi que les deux chapelles de St. François Xavier et de St. Ignace sont l’une et l’autre du début du XVIIIe siècle. On notera enfin que, une fois de plus, le jugement de Montesquieu correspond exactement à celui de Delamonce (cette église est la seule à laquelle Montesquieu consacre un commentaire un peu détaillé) : « L’église des Jésuites est (je crois) ce qu’il y a de mieux à Naples; elle est presque en croix grecque. Il y a, sur le mur intérieur de l’entrée, une assez belle peinture de Solimène, un tableau du Guerchin. Une assez belle architecture en dedans, excepté que les autels sont trop chargés d’ornements et que la façade ne vaut rien » (Montesquieu, p. 719).
Sur cette église du Gesù Nuovo (à ne pas confondre avec le Gesù Vecchio, qui est aujourd’hui incorporé dans l’Université) on consultera R. Montini, La Chiesa del Gesù, 1956. Pour les chapelles de St. Ignace et de St. François Xavier, cf. fig. 13.

61 On lira avec attention et avec intérêt la description de cette église célèbre, une des belles églises de la première moitié du XVIIe siècle à Naples. Dès le début, Delamonce insiste sur le caractère trop chargé des décorations, mais tout de suite il va à l’essentiel : ce qui plaira aux connaisseurs, c’est, avec son grand autel de marbre blanc, la chapelle que fit construire Ascanio Filomarino sur dessin de Borromini ; c’est, rappelons-le en passant, la seule œuvre de Borromini à Naples. Delamonce qui n’aime pas Borromini ne peut s’empêcher de reconnaître les mérites de l’œuvre ; il s’efforce de décrire l’ensemble avec beaucoup de soin, même si certains détails sont imprécis, voire erronés : les « peintures en mosaïque » sont des copies des cinq tableaux du Guide (L’Annonciation et les quatre Vertus cardinales) que Filomarino, avant de les donner au roi d’Espagne, avait fait copier en mosaïque par un artiste habile du nom de Calandra; le bas-relief de Duquesnoy (la seule œuvre, là aussi, qu’on ait de lui à Naples) est en effet de grande qualité. Il n’y a pas en revanche L’Assomption du Chevalier Lanfranc.
Delamonce finit sa description par où l’on commence en général, c’est-à-dire par l’ensemble de l’église : il note à juste titre les belles peintures de Lanfranc, de Solimène, de Luca Giordano, bref de tout ce qu’il aime, sans oublier cet autre napolitain qu’est N. Malinconico. Ainsi cette page est vraiment caractéristique du goût de Delamonce.
Sur cette église, on consultera F. Strazzullo, La Chiesa dei SS. Apostoli, 1959 ; cf. ici fig. 14 et 15.

62 Cet intermède qui veut délasser n’est sans doute pas du plus haut intérêt. Oui, Delamonce a raison de craindre que ses descriptions d’églises soient à la longue un peu monotones. Mais, pour reposer et susciter un nouvel intérêt, il y avait sans doute mieux à dire. Pensons par exemple aux propos alertes d’un Bouchard sur la noblesse, les mœurs, les fêtes, la nourriture, pensons à de Brosses, pensons à Sade… Ce que nous dit Delamonce d’un air faussement enjoué, c’est que la noblesse est frugale, qu’il y a du bon vin et que les fruits mûrissent plus tôt qu’ailleurs. C’est vrai, mais c’est peu.

63 Voici encore un exemple significatif de ce mélange de goût personnel et d’idées reçues que l’on trouve dans les récits des voyageurs. « La grande et belle église de Messieurs les Oratoriens », comme dira Sade (p. 399), est considérée comme une des « magnifiques églises » de Naples. On insiste toujours sur la façade décorée de marbre blanc dont on s’apercevra peu à peu qu’elle a plus d’éclat que de goût (Sade, p. 401). Quant à l’intérieur, on note régulièrement les colonnes monolithes qui, contrairement à ce que dit Delamonce, ne sont ni antiques ni d’Égypte puisqu’elles proviennent de l’isola del Giglio et que c’est le Grand Duc Ferdinand de Médicis qui en a fait don aux Oratoriens (à l’époque de Delamonce, elles ne sont pas encore polies comme elles le sont aujourd’hui). Après cela, il y a les peintures et tout particulièrement la fresque de Luca Giordano qui représente Jésus chassant les marchands du temple. Cette grande fresque suscite toujours les mêmes propos : on y reconnaît « le feu du génie et une composition fière et hardie » (Sade, ibidem), mais on note que, hélas, la figure principale n’est pas aussi soignée que les autres et que, comme souvent, Luca Giordano a été victime de son excès de facilité. Rappelons que Cochin consacre à ce tableau, qui est une « grande et belle machine de composition », une longue analyse stylistique (près de trois pages), qui est un modèle de mesure et d’intelligence (Cochin, p. 148-150).
On trouvera un bon résumé de l’opinion que la critique italienne du temps se faisait de l’œuvre de Giordano chez O. Ferrari (dont on connaît les travaux sur ce peintre, cf. bibliographie) notamment dans Le arti figurative, Storia di Napoli, VI, 2, p. 1358, n. 66, ainsi qu’une excellente analyse du tableau, p. 1278.

64 On notera avec intérêt ce que Delamonce retient de cette belle église du XIVe - XVe siècle (remaniée au XVIIIe siècle); le « perron » est un bel escalier monumental qui venait d’être construit d’après un dessin de F. Sanfelice (1707); le tombeau de marbre est le célèbre tombeau du roi Ladislas « d’une magnificence extraordinaire bien qu’à la gothique » (Rogissart, p. 486), ici fig. 17; la chapelle ronde est la chapelle Caracciolo di Vico (début XVIe siècle) avec son pavement de marbre et ses sculptures de l’autel du début du XVIe siècle. Le peu d’intérêt que porte Delamonce à la sculpture « gothique » du XVe siècle est caractéristique. Sur cet ensemble, cf. N. F. Faraglia, La tomba di Ser Gianni Caracciolo, dans Nap. Nob., VIII, 1899, p. 20-23 et R. Filangieri di Candida, ibidem, I, 1920, p. 90-93 et surtout, du même auteur, La chiesae il monastero di S. Giovanni a Carbonara, 1924. Cf. encore, plus récemment, A. Cirillo Mastrocinque, Leonardo da Besozzoe Sergianni Caracciolo in San Giovanni a Carbonara, dans Nap. Nob., XVII, 1978, p. 41-49.

65 Après les églises les plus belles ou les plus célèbres, Delamonce commence ainsi « le long détail » (infra, p. 149) des églises qu’il a visitées et sur lesquelles il a pris des notes. Nous nous limiterons désormais pour le commentaire au strict nécessaire, en insistant seulement sur ce qui nous semble important pour le goût de Delamonce.
L’église Saint-Éloi (son beau portail gothique est célèbre) se trouve sur la place du marché ; c’est l’une des églises les plus abîmées par les bombardements de la dernière guerre. On notera, là encore, l’intérêt de Delamonce pour Solimène: ce tableau qui se trouvait dans la dernière chapelle consacrée à San Mauro représentait le Saint Abbé en adoration devant la Vierge (cf. S. Di Giacomo, S. Eligio al Mercato, dans Nap. Nob., I, 1892, p. 153).
Quant à St. Pierre martyr (XIIIe - XIVe siècle), qui se trouve, elle aussi, dans le quartier du port, elle contenait des tableaux de peintres napolitains du XVIIe siècle et surtout le tableau représentant sans doute San Vincenzo Ferreri, attribué alors à Solario: cf. G. Cosenza, La chiesae il convento di San Pietro Martire, dans Nap. Nob., IX, 1900, p. 116-118. Le tableau est en réalité une œuvre de N. Colantonio, considérée à juste titre comme un des chefs-d’œuvre de la peinture napolitaine du XVe siècle. Mais n’oublions pas qu’il y avait aussi trois tableaux de Solimène et c’est sans doute à eux que fait allusion Delamonce : cf. F. Bologna, p. 264.

66 Delamonce se trompe : nous sommes via dei Tribunali et non pas via San Biagio dei Librai ; cette église située sur la petite place où se trouve la Guglia di San Gennaro est l’église du Mont de la Miséricorde (fin XVIIe) avec son beau portique, et qui contient plusieurs tableaux de peintres napolitains, et, surtout, les célèbres « Œuvres de la Miséricorde » qui passent, à juste titre, pour un chef-d’œuvre de Caravage.
Certes, Delamonce ne peut tout dire, et l’on sait que, dans toute cette partie de sa « description », il ira vite. On ne peut cependant s’empêcher de noter à quel point son commentaire sur l’architecture est sommaire. Non seulement il ne cite pas, ici comme souvent, le nom de l’architecte (F. A. Picchiatti) qui se voulait architecte et antiquaire et dont les créations gardent toujours une certaine sobriété (cf. R. Mormone, Architettura a Napoli, 1650-1734, dans Storia di Napoli, VI, 2, p. 1108-1110), mais il ne laisse pas soupçonner que ce beau portique était une solution élégante pour faire coexister deux bâtiments au départ radicalement différents, l’église et le palais. Quant aux tableaux qui ornaient les autels, il est vrai qu’ils étaient au nombre de sept, mais le tableau de Caravage eut tout de suite une grande célébrité (on trouvera à ce sujet tous les renseignements dans le catalogue de l’exposition La peinture napolitaine de Caravage à Luca Giordano, 1983, notamment dans le chapitre Caravage à Naples (Mina Gregori), p. 45-53 et dans là fiche consacrée au tableau, p. 180-183 : cf. notamment l’important article de M. Fagiolo dell’Arco cité dans la bibliographie).

67 Le texte qui suit est important : Delamonce nous décrit l’état de cette belle église de l’Annunziata en 1719 et l’on sait qu’elle fut presque totalement détruite par un incendie en 1757 (c’est à son propos que Sade, p. 405, qui visite Naples avec, à la main, le guide de l’abbé Richard prend ce dernier, qu’il n’estime pas, très violemment à parti parce que, en 1766, il décrit une église et ses tableaux, brûlés neuf ans auparavant !). La description de Delamonce correspond parfaitement aux indications de Celano: tableaux du Cavaliere Massimo (le peintre Stanzione), de Ch. Mellin, de Lanfranc et, sous l’orgue, un tableau que, à l’époque, on attribuait volontiers à Raphaël: cf. Celano, p. 945-949 et les notes de Chiarini, ibid., p. 1190-1191. Les deux tableaux des croisées que Delamonce attribue à Giordano sont en réalité de F. De Mura, disciple de Giordano et de Solimène.
Notons au passage que, à chaque occasion, Delamonce manifeste son estime pour Massimo Stanzione qui travailla surtout à Naples de 1630 à 1650 (cf. La peinture napolitaine de Caravage à Giordano, 1983, p. 284-289) et dont Cochin reconnaît lui aussi qu’il « avait vraiment du mérite » (Cochin, p. 196).
L’église, reconstruite (1760-1782) par Vanvitelli et son fils Carlo, a été gravement endommagée par un bombardement au cours de la dernière guerre.

68 La description de la sacristie avec son plafond de Solimène (cf. Bologna, p. 110-111 et 261), les fresques de Giacomo del Po, L’Annonciation sur l’autel d’un peintre napolitain du XVI siècle (?) et surtout avec les cercueils, alignés sur deux rangs depuis 1707, contenant les corps embaumés de princes napolitains, est très exacte: cf. L. de la Ville sur Yllon, La sagrestia di S. Domenico Maggiore, dans Nap. Nob., I, 1892, p. 185-189.
Quant aux tableaux, l’énumération de Delamonce est rapide: L’Annonciation du Titien, La Vierge à l’enfant avec S. Jean de Raphaël et la très belle Flagellation qui en réalité est de Caravage (aujourd’hui le tableau est à Capodimonte et est remplacé par une copie de A. Vaccaro). Sur ce tableau célèbre, cf. La peinture napolitaine de Caravage à Giordano, 1983, p. 183-185 (avec toute la bibliographie).
Cochin (p. 165) et plus tard Lalande (VI, p. 125) ne sont guère plus prolixes ; le premier ne cite que le tableau « fort noirci » de Caravage tandis que Lalande insistera davantage sur les fresques de la sacristie.
Soulignons que, là encore, Delamonce ne connaît pas ou ne veut pas connaître Caravage (cf. supra, p. 126, n. 66). Sur Giacomo Del Po, cf. récemment N. Spinosa, Pittura sacra a Napoli nel’700, 1980, notamment, p. 40-48, avec la bibliographie (l’article important reste celui de M. Picone, dans Bollettino d’Arte, 1957, p. 163-172 et 309-316).

69 Andrea ou plutôt Antonio Solario (et non Salario) est plus connu sous le nom de lo Zingaro (le bohémien). Il peignit à Naples au temps de la reine Jeanne, donc au début du XVe siècle: cf. N. F. Faraglia, Due pittori per amore, dans Nap. Nob., III, 1894, p. 113-117 ; sur les œuvres du Zingaro à Naples aux XVIe et XVIIe siècles, cf. B. Croce, A. da Solario, dans Nap. Nob., VI, 1897, p. 122. Selon Celano, il y avait plusieurs œuvres du Zingaro à S. Domenico Maggiore.

70 C’est la Guglia di San Domenico dont la construction fut décidée après la peste de 1656 et qui ne fut terminée qu’en 1737. On notera là encore le jugement de Delamonce qui commence par déclarer cette pyramide « superbe », puis insiste sur le mauvais goût dont elle témoigne.
À l’époque de la visite de Delamonce, Pie V venait d’être sanctifié par Clément XI (1712). On le considérait alors à Naples comme le protecteur de la cité presque au même titre que San Domenico lui-même; Pie V figure d’ailleurs en effigie sur un des côtés de la pyramide : cf. l’article cité plus haut (n. 57) de G. Cantone qui retrace très clairement l’histoire de cette Guglia (p. 49-51) et qui précise bien que l’actuelle statue de San Domenico, due à D. A. Vaccaro, ne fut placée là qu’en 1737; cf. ici fig. 18.

71 Il s’agit, en fait, de Santa Caterina a Formello, église du début du XVIe siècle qui se trouve près de la Porte de Capoue. Delamonce ne retient là encore que les peintures ou les fresques les plus récentes: c’est dans les toutes dernières années du XVIIe siècle que les Dominicains avaient confié la rénovation de la nef au peintre romain L. Garzi qui peignit alors la vie de sainte Catherine: cf. G. Ceci, La chiesa e il Convento di S. Caterina a Formello, dans Nap. Nob., Χ, 1901, p. 178-183. Sur l’activité de L. Garzi à Naples (1695-1697), cf. O. Ferrari, loc. cit. (Storia di Napoli, VI, 2, p. 1318).

72 Cette église (Santa Maria del Popolo degli Incurabili) faisait alors partie des monuments célèbres de Naples: on racontait l’histoire de sa construction, la piété et l’humilité de sa fondatrice qui avait demandé l’aumône pour achever l’édifice (début du XVIe siècle) qui contenait les tombeaux d’un certain nombre de personnages qui avaient fait donation de leurs biens ; au-dessus de l’un des tombeaux, il y avait le tableau de Caracciolo représentant « dans le style des Carraches » La marche du Christ au Calvaire (Celano-Chiarini, p. 597), aujourd’hui au Musée de San Martino; mais l’église était surtout célèbre pour ses tombeaux et leurs épitaphes. On notera une fois de plus l’intérêt de Delamonce pour la peinture napolitaine (La naissance du Sauveur attribuée alors à Ribera l’est aujourd’hui à Carlo Sellitto, cf. le catalogue de l’exposition Sellitto à Naples, 1977 et La peinture napolitaine de Caravage à Giordano, 1983, p. 273-275.

73 C’est l’église Santa Maria della Sanità, située dans le quartier de la Sanità, c’est-à-dire entre le Musée National et celui de Capodimonte : église des Dominicains, édifiée au début du XVIIe siècle, elle est construite sur la crypte de San Gaudioso, du Ve siècle, qui avait été plus au moins abandonnée au Xe Siècle et qui fut réaménagée par Fra’Nuvolo, l’architecte de l’église.
C’est en dégageant les catacombes voisines que l’on trouva l’inscription grecque qui relate la mort d’une petite fille de quatre ans et deux mois (Celano, p. 1899-1900). Sur cette église de la Sanità, cf. G. Ceci, La fondazione della chiesae del Convento di Santa Maria della Sanità, dans Nap. Nob., Nuova Serie, I, 1920, p. 9-12 et ibidem, p. 94-97.

74 Voici un paragraphe plein d’intérêt qui nous permet de nous faire une idée du goût réel de Delamonce; au vrai, il introduit ce chapitre des antiquités comme il avait inséré sa page sur la nourriture : c’est une diversion dans la longue énumération des églises.
Première remarque, il n’a pas l’air de se douter que Naples est d’abord une ville grecque et il se préoccupe, ou dit se préoccuper, seulement de son passé romain ; deuxième remarque, nous apprenons à cette occasion qu’il a visité la ville avec de « bons guides », ce qui est normal; par ailleurs, il cite le Voyage d’Italie de Deseine, et c’est là aussi une des rares fois où il indique l’une de ses sources. Cela rappelé, il faut bien dire que Delamonce ne s’intéresse visiblement pas aux antiquités de Naples et des environs. Non seulement il ne va pas visiter les Champs Phlégréens qui, de tout temps, ont passionné les voyageurs cultivés qui rêvent de Virgile ou d’Agrippine, non seulement il ne dit pas un mot des catacombes, mais il ne dit rien du tombeau de Virgile. C’est sans doute le silence le plus surprenant de ce Voyage de Naple. À ce sujet, cf. Introduction, p. 33 et sq.

75 Suit une énumération rapide, mais assez précise des « antiquités » de Naples, du moins celles qu’il a pu voir : l’aqueduc des Ponti Rossi (grands arcs de brique) ; les colonnes antiques réutilisées dans la Basilique de Santa Restitute (cf. supra, n. 56, Celano, p. 361 et R. Di Stefano et F. Strazzullo, Restaurstauri e scoperte nella cattedrale di Napoli, dans Nap. Nob., Χ, 1971, p. 44-49), le temple (d’Hercule ?) sur lequel a été construit San Giovanni Maggiore (cf. G. Borrelli, La Basilica di San Giovanni Maggiore, 1967); l’inscription (médiévale) qui se trouve dans cette église et qui porte le nom de Parthénope (cf. Celano, p. 1304 et Storia di Napoli, I, p. 393 et fig. 19).

76 Sur tout ce passage, cf. Introduction, p. 34-36.

77 Il s’agit en réalité de l’église de San Nicola alla Carità ; c’est une construction de la seconde moitié du XVIIe siècle (restaurée au XIXe siècle) qui n’est pas particulièrement visitée par les voyageurs ; ce n’est pas alors une église célèbre et Celano ne lui consacre qu’une demi-page (p. 731). On notera que Delamonce visite systématiquement les églises contemporaines qui sont décorées par le peintre qu’il admire le plus, F. Solimène. Cette église présente en effet un ensemble remarquable de fresques (nef de la voûte centrale et mur intérieur de la façade) ainsi que deux tableaux célèbres dont La Madonna col Bambino, San Pietro, San Paolo e angeli (vers 1684). Sur cet ensemble, cf. Bologna, p. 56, 63, 76 et 263.

78 C’est l’église de la SS. Trinità delle Monache, qui fait partie de l’Ospedale militare; elle était célèbre à la fin du XVIIe siècle pour la richesse de son ornementation; les sœurs avaient disposé sur le grand autel un « tabernacle avec des statuettes d’argent, rehaussé de diamants, émeraudes, rubis, perles etc. Mais tout fut dispersé » (Celano, p. 1635). On admirait aussi la façade précédée d’un perron semi-circulaire avec des talamons de marbre, œuvre de C. Fanzago (milieu XVIIe). Le Saint Jérôme est le magnifique tableau qui se trouve aujourd’hui au Musée de Capodimonte (il est resté dans l’église de la Trinità jusque vers 1813). Sur l’histoire et l’importance de ce tableau, cf. La peinture napolitaine de Caravage à Giordano, 1983, p. 261-262, avec la bibliographie (cf. notamment N. Spinosa, Ribera, 1978, p. 96).

79 C’est l’église de Santa Maria della Sapienza (première moitié du XVIIe siècle) dont le portique et la façade ont été dessinés par C. Fanzago. On retrouve encore ici le goût de Delamonce pour les architectures baroques ; l’église fut décorée de fresques et de tableaux de peintres (spécialement napolitains) du XVIIe siècle : cf. A. Colombo, Il monastero e la chiesa di Santa Maria della Sapienza, dans Nap. Nob., XI, 1902, p. 67-71. Sur le portique de Fanzago, cf. L. Serra, Note sullo svolgimento dell’architettura barocca in Na-poli, II, Cosimo Fanzago, dans Nap. Nob., III, 1923, p. 1-2. Celano-Chiarini qui cite cette église comme « une des plus notables de la cité pour les œuvres d’art qu’elle contient » (Stanzione, Dominiquin etc.) ne signale aucune œuvre de Ribera.

80 L’église (près du Musée National) s’appelle en réalité Santa Maria della Verità, mais elle est plus connue sous le nom de S. Agostino degli Scalzi : c’est une construction de la première moitié du XVIIe siècle. Le tableau Madonna di Costantinopoli de Mattia Preti, dit Il Calabrese (1613-1699), se trouve dans la première chapelle et date effectivement de 1656 (après la peste): cf. Celano, p. 1863-1866.
On sait que c’est en 1656 que Mattia Preti, âgé de 43 ans, quitta Rome où il s’était établi tout jeune, pour venir à Naples, alors ravagée par la peste. Il eut tout de suite de nombreuses commandes, notamment de la part des ordres religieux (entre autres la communauté augustinienne de Naples qui lui commanda la Madone de Constantinople, et les religieuses de l’église de San Sebastiano, qui lui demandèrent un Saint Sébastien, qui ne fut pas accepté parce qu’il «manquait de noblesse et de beauté »). C’est vers 1661 qu’il s’établit à Malte où il travailla pendant près de quarante années. On notera en passant que, une fois de plus, Delamonce est très anecdotique et s’intéresse plus aux détails de la vie qu’aux caractéristiques de l’œuvre.
Pour décorer leur église de S. Agostino degli Scalzi, les Augustiniens firent aussi appel à Luca Giordano, qui était tout jeune (il avait 22 ans) et qui reçut la commande de deux tableaux d’autel: l’un est Saint Thomas de Villeneuve distribuant les aumônes (Thomas de Villeneuve fut canonisé en 1658), l’autre représentait L’Extase de Saint Nicolas de Tolentino. Très vite, ces deux tableaux jouirent d’une grande réputation: cf. la fiche sur le tableau Saint Thomas de Villeneuve dans La peinture napolitaine de Caravage à Giordano, 1983, p. 220-221, avec les références. L’autre tableau de Luca Giordano auquel Delamonce fait allusion est sans doute La Madone du Rosaire, exécuté pour l’église de la Solitaria, et qui se trouve aujourd’hui à Capodimonte : cf. O. Ferrari et G. Scavizzi, Luca Giordano, 1966.

81 La description de cette magnifique église gothico-provençale du XIVe siècle est évidemment antérieure aux transformations baroques qu’elle subit vers 1750 et qu’elle conserva jusqu’à la restauration de l’immédiat après-guerre (à la suite du bombardement du 4 août 1943). Le sarcophage que note Delamonce est du IVe siècle av. J. -C. et fut réutilisé en 1632 pour la tombe de G. B. Sanfelice; mais le monument le plus célèbre est le tombeau de Robert d’Anjou (mort en 1343) et des membres de sa famille. Sur ces tombeaux, œuvres d’un sculpteur florentin, cf. E. Bertaux, Magistri Johannes et Pacius de Florentia marmorii fratres, I, dans Nap. Nob., IV, 1894, p. 134-138.
On consultera surtout les chapitres de O. Morisani, L’arte di Napoli nel-l’età angioina, et A. Venditti, Urbanistica e architettura angioina, dans Storia di Napoli, III, 1969, notamment les pages 764-766 et 871, avec toute la bibliographie.
Notons en passant que les voyageurs d’après 1750 n’auront pas de mots assez violents pour condamner la barbarie du geste qui transforma en « salle de bal » (Sade, p. 407) l’église qu’avait illustrée le talent de Giotto. Mais on notera aussi que les voyageurs précédents (Misson, Cochin, Delamonce) apparaissent plus qu’indifférents à la beauté de cette église. On ajoutera enfin que Delamonce se trompe dans ses notes: le tombeau du « Chevalier Marino », l’auteur de l’Adone (mort en 1625), se trouve aux Saints-Apôtres, et son cénotaphe à San Domenico Maggiore et non à Santa Chiara. Quant au St. Thomas qui lui rappelle, malgré des différences, le St. Thomas de Salviati qui ornait la chapelle des Gadagne dans l’église des Jacobins de Lyon (cf. Clapasson, Description de la ville de Lyon, 1741, éd. G. Chomer et M. F. Perez, 1982, p. 61, n. 8), nous ne saurions affirmer à quel tableau Delamonce fait allusion (il y avait à Santa Chiara un St. Thomas de Marco de Siena, Lalande, VI, p. 114, mais il n’y avait pas de Salviati).

82 Comme son nom l’indique (Chiesa di Monteoliveto ou Sant’Anna dei Lombardi), cette église était devenue celle de la « nation lombarde », après que leur ancienne église eût été détruite par un tremblement de terre ; on la considère aujourd’hui à juste titre comme l’église de Naples la plus importante pour l’époque de la Renaissance ; mais ce n’est pas cela qui intéresse nos voyageurs du XVIIIe siècle, Delamonce compris; ce sont les tableaux (ils ne sont plus là aujourd’hui) des peintres contemporains, ou du moins récents. Cochin raconte longuement l’histoire du tableau représentant St. Dominique auquel l’enfant Jésus donne un chapelet: à l’origine, le Saint était St. Bruno et le tableau était destiné aux Chartreux ; comme il finit chez les Dominicains, on demanda à Luca Giordano d’en faire un St. Dominique (p. 171). Il décrit également longuement la Résurrection du Caravage, « beau morceau », dont il avoue ne pas connaître le nom de l’auteur. Selon Mina Gregori, qui a étudié le Caravage à Naples dans le catalogue de l’exposition ha peinture napolitaine de Caravage à Giordano, « la Résurrection perdue de Sant’Anna dei Lombardi, qui montrait le Christ quittant le tombeau à pied et s’avançant parmi les soldats (au lieu d’être enlevé au ciel) était une trouvaille singulière qu’on ne cessait de citer» (p. 51). Rappelons à ce propos le jugement de Cochin: « Le Christ n’est point en l’air et passe au travers des gardes, ce qui donne une idée basse et le fait ressembler à un coupable qui s’échappe de ses gardes » (Cochin, p. 171-172).

83 Visiblement, Delamonce insère dans son texte des fiches ou des notes de visite, ou de lecture. Avec toutes les possibilités de documentation dont nous pouvons disposer aujourd’hui, cela peut sembler puéril et vain. Mais en fait, c’est un moyen d’informer ses confrères lyonnais, d’autant plus qu’il présente des données toutes récentes: l’église de San Giovanni Battista (ou San Giovanniello) delle Monache est de la fin du XVIIe siècle et l’atrium avec ses grilles de fer ainsi que la façade avec « ses colonnes de piperno d’ordre corinthien de style borominesque » (Chiarini-Celano, p. 748) devait être en cours d’achèvement lorsque Delamonce était à Naples.

84 Cette église fut à peu près complètement détruite par un bombardement au cours de la dernière guerre. Chiarini-Celano ne mentionne pas les œuvres des deux peintres florentins qu’indique ici Delamonce.

85 Delamonce parle évidemment de l’église baroque Santa Maria Donnaregina construite dans la première moitié du XVIIe siècle (l’église contiguë, de même nom, du XIVe siècle, avec le beau tombeau de la reine Marie de Hongrie (1323) et ses célèbres fresques, était, au XVIIIe siècle, incorporée dans le couvent des Clarisses et on ne la visitait pas: cf. Don Ferrante, Santa Maria di Donna Regina, dans Nap. Nob., VIII, 1899, p. 65-68). L’église que décrit Delamonce comporte une nef richement décorée de marbres polychromes, et les peintures de Giordano et de Solimène sont célèbres. L’Annonciation était déjà à l’époque considérée comme étant de Mellin, et non pas du Cavaliere Massimo (cf. Celano, p. 576).
Il est vrai que les deux immenses tableaux de Luca Giordano (La multiplication des pains et des poissons et Les noces de Cana, aujourd’hui à Capodimonte) sont des œuvres de vieillesse du grand peintre napolitain, puisqu’il les entreprit, comme ses réalisations de la Chapelle de San Martino, après son retour d’Espagne en 1702 (il avait alors près de 70 ans). Delamonce répète l’information qu’on lui a donnée et note dans un commentaire superficiel que l’on peut garder du talent malgré l’âge, au lieu de définir ce qu’a été la dernière manière de Luca Giordano (cf. O. Ferrari, Storia di Napoli, VI, 2, p. 1323).

86 Il s’agit de l’église Santa Maria Donnalbina dont l’origine remonte au XIe siècle, mais qui a été plusieurs fois restaurée et transformée. Les fresques de la coupole et des pendentifs sont effectivement de Solimène, ainsi que les toiles de la croisée représentant les Histoires de la Vie du Christ (vers 1700).
Les critiques qui se sont occupés récemment de l’œuvre de Solimène reconnaissent tous que, suivant les analyses pertinentes de Bologna, les années 1690 ont marqué un tournant dans la manière de Solimène. Il est vrai que, de temps à autre, Delamonce, même s’il est peu sensible à l’histoire (cf. Introduction, p. 41), note des évolutions dans les styles. Mais ne lui prêtons pas plus de finesse critique qu’il n’en a. L’ensemble de l’œuvre de Solimène à Donnalbina (coupole et tableaux décorant les côtés du transept) prend place entre 1696 et 1701 et apparaît caractéristique du passage de Solimène « d’une manière vigoureusement baroque, influencée par M. Preti à des solutions formelles plus rationalistes où l’on retrouve un reflet de la littérature de l’Arcadie et du cartésianisme, dont on sait l’intérêt qu’il suscita dans les milieux culturels de l’époque à Naples » (Ν. Spinosa, Pittura sacra a Napoli nel’700, 1980, p. 72, qui résume ainsi l’essentiel des analyses de Bologna). Soit ! Mais, pour Delamonce, c’est toujours du Solimène, « exécuté avec un grand succès ».

87 Sur ce clocher du XIVe siècle et son histoire, cf. S. Di Giacomo, Santa Maria del Carmine Maggiore, 2, dans Nap. Nob., I, 1892, p. 57. Il est vrai qu’il a toujours joué un rôle important dans la vie populaire de Naples, comme en témoigne la Fête du Torrione que l’on célèbre aujourd’hui encore chaque année, le 16 juillet; cf. fig. 20.

88 Il s’agit d’une petite chapelle construite au milieu du XIVe siècle par un maître artisan, Domenico de Persio, qui voulut que restât le souvenir de Corradin. Cette chapelle fut détruite par un incendie en 1781: cf. S. Di Giacomo, Santa Maria del Carmine Maggiore, 1, dans Nap. Nob., I, 1892, p. 21 et L. de la Ville sur Yllon, La cappella espiatoria di Corradino, dans Nap. Nob., V, 1896, p. 150-153. Tous les voyageurs vont voir cette place et la chapelle et consacrent quelques phrases émues au sort de Corradin; selon Misson (II, p. 111) c’est Charles Ier d’Anjou qui ordonna la construction de cette chapelle.

89 Voici encore une preuve de l’admiration de Delamonce pour Solimène : l’église du Carmine est ornée de fresques de ce peintre (certaines ont été trop restaurées) et aussi de tableaux, notamment un Élie et Elisée et surtout L’Assomption que cite Delamonce et qui, comme le précédent, date des années 1708-1709. Sur cet ensemble, cf. Bologna, p. 80-81, 91 et 259.

90 Il s’agit de l’église de Santa Maria del Parto qui se trouve à la Mergellina; le tombeau de Sannazar (mort en 1530) est un objet de curiosité, et d’admiration pour les voyageurs: cf. déjà Misson, II, p. 155-156, qui précise que les statues dites de David et Judith sont en réalité d’Apollon et de Minerve (Misson donne un dessin du tombeau). Cf. à ce sujet B. Croce, La tomba di Jacopo Sannazaro e la chiesa di Santa Maria del Parto, dans Nap. Nob., I, 1982, p. 68-76 et La chiesetta di Jacopo Sannazaro, dans Storie e leggende napoletane, 4e éd., 1948, p. 213-233.

91 C’est un des hauts lieux de Naples, qu’admirent tous les voyageurs : le cloître, l’église, les tableaux, l’appartement du Prieur, la vue, tels sont les thèmes qui sont développés avec un lyrisme à peu près unanime : « lieu extraordinairement rempli de choses rares et magnifiques… Les diverses vues qu’on découvre de cette hauteur suspendent l’esprit en admiration », disait Misson (II, p. 93-94). De Brosses lui-même, après avoir cité les tableaux les plus célèbres de la Chartreuse, ajoute : « Mais, pour voir un tableau bien plus merveilleux que ceux-là, mettez la tête à la fenêtre… et me dites ce que vous pensez de ce coup d’œil-là » (p. 418). On admire aussi beaucoup le cloître et « l’appartement du Prieur digne d’un Prince » (Misson, II, p. 94). Sur la Certosa di San Martino et les chefs-d’œuvre qu’elle contenait, on consultera le beau livre de R. Causa, L’arte nella Certosa di San Martino a Napoli, 1973.

92 Delamonce aime le beau baroque napolitain: il vante l’élégance de cette magnifique Chartreuse, où la nef unique (l’église précédente, du XIVe siècle en avait trois) est un modèle d’accord entre l’architecture et la décoration (c’est un des chefs-d’œuvre du début du XVIIe siècle); il s’intéresse aux arts contemporains, aux modèles du tabernacle et de l’autel, aux peintres récents, dont certains travaillent encore pour l’église: c’est le cas par exemple du napolitain Paolo De Matteis (1662-1728) qui, en 1719, peignait des toiles pour une des chapelles. D’une manière générale, les voyageurs aiment les tableaux qu’on voit dans cette église, et son architecture aussi d’ailleurs, malgré le jugement de Sade qui regrette qu’on y « respire un gothique qui frappe au sortir de Rome » (p. 389). Les peintres les plus souvent cités sont toujours les mêmes: Lanfranc, Le Guide, Giordano, le Cav. d’Arpin et Ribera (l’Espagnolet), notamment le tableau de l’autel du Trésor « dans lequel ce grand maître s’est surpassé lui-même… Quelle nature! Quelle vérité! Quelle proportion… On ne peut qu’être étonné du silence de M. Richard sur ce morceau sublime » (Sade, p. 391).
Sur la Chartreuse, cf. V. Spinazzola, La Certosa di San Martino, dans Nap. Nob., XI, 1902, p. 97-103; 116-121, 133-139; 161-170 et L. Serra, Note sullo svolgimento dell’architettura barocca a Napoli, I, dans Nap. Nob., III, 1921, p. 37-38, et surtout l’ouvrage de R. Causa, cité à la note précédente.

93 Sur cette fin abrupte, cf. Introduction, p. 6.

Notes de fin

a Borne écrit au-dessus de renferme (non barré).

b Mot en fin de ligne, pour nous pratiquement illisible.

Table des illustrations

Légende 2. Le théâtre de la passion à Velletri. (De A. Gabrielli, Il Teatro della Passione in Velletri, 1910).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
Légende 3. Vase de marbre blanc signé Salpion (de Misson, II, p. 83).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende 4. La Mausolée de Munatius Plancus (de Misson, II, p. 81).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 701k
Légende 5. Plan de Naples (de D. A. Parrino, 1691).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 914k
Légende 6. Hommes de loi portant la toge et la golille (détail d’un tableau de A. Luciani, Il tribunale delia Vicaria, Musée de San Martino, Naples).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende 7. La place du Palais royal au XVIIIe siècle (détail d’une vue topographique de Naples par A. Baratta). On notera au premier plan la fontaine aux trois arcades et la statue du Géant ; au fond, la via Toledo.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende 8. Cour du Palais Carafa avec la célèbre tête de cheval (de Rogissart, II, fol. 543. 2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Légende 9. La fontaine aux trois arcades (gravure de la Collection Pagliara, Naples).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Légende 10. Le Gesù Nuovo : les deux chapelles de Saint-Ignace et Saint-François Xavier (de Rogissart, II, fol. 491).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Légende 11. Les fonts baptismaux de la cathédrale (de Rogissart, II, fol. 464).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Légende 12. La façade du Temple de Castor et Pollux et de l’église de San Paolo Maggiore, d’après G. A. Summonte, Historia del Regno di Napoli, première moitié du XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Légende 13. La chapelle de Saint-Janvier dans la cathédrale (de Rogissart, II, fol. 467).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende 14. L’église des Saints-Apôtres : la chapelle Filomarino (de Rogissart, II, fol. 489).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Légende 15. L’église des Saints-Apôtres : la chapelle Filomarino (de Rogissart, II, fol. 488).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Légende 16. L’église de Saint-Philippe de Neri : la façade (de Rogissart, II, fol. 484).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende 17. L’église de Saint-Jean in Carbonara : le tombeau du roi Ladislas (de Rogissart, II, fol. 486).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 645k
Légende 18. La “Guglia élevée à l’honneur de St. Pie pape” (de Rogissart, II, fol. 525). On notera les transformations qu’a subies la “guglia” ; entre autres la statue de Saint Pie V a été remplacée par celle de Saint Dominique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende 19. L’église de Saint-Jean le Majeur : l’inscription de Parthénope (de Storia di Napoli, I, p. 493).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Légende 20. Le “Torrione del Carmine” (de Rogissart, II, fol. 507).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/204/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 811k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540