Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « Voyage de Naple » (1719) de Ferdinand Delamonce

 | 
Laura Mascoli
, 
Ferdinand Delamonce

Avertissement

Laura Mascoli

Texte intégral

  • * Le manuscrit comporte en fait une erreur de numérotation (il y a deux pages portant le numéro 201) (...)

1Du texte lui-même, il y a peu à dire: conservé à la Bibliothèque de l’Académie de Lyon, Recueil 136, fol. 187-202*, et suivi d’un résumé, fol. 203-205, le tout accompagné de la mention suivante: « 9 mars 1740. M. Delamonce a lu un mémoire en forme de lettres qui constituent une description de son voyage à Naples depuis Rome » (n° 209), il se présente sous la forme de longs feuillets reliés (ce qui rend parfois incertaine la lecture de quelques fins de lignes) couverts d’une écriture serrée, penchée et fine. Les feuillets du manuscrit comportent une seule numérotation pour le recto et le verso; nous avons indiqué ce numéro dans le texte entre crochets droits.

2La lecture en elle-même ne présente pas de difficultés majeures: la graphie est correcte, les repentirs peu nombreux (quatre lignes ont été barrées, p. 65, tout en restant parfaitement lisibles); l’auteur s’est peu ou mal relu puisqu’il arrive à plusieurs reprises qu’un mot soit répété ou oublié et en tout cas il n’y a pratiquement pas de retouches de style. Nous croyons avoir déchiffré l’ensemble sans risque particulier d’erreur (malgré les incertitudes signalées pour quelques fins de lignes). Le fac-similé reproduit (fig. 1) permettra de voir sur pièce l’état du manuscrit et la qualité de l’écriture.

3Pour l’édition, nous avons suivi les critères qui ont été définis pour les publications du Centre Jean Bérard: l’orthographe a été scrupuleusement respectée, qu’il s’agisse de graphies normales à l’époque ou d’erreurs évidentes de l’auteur; en revanche, la ponctuation et l’accentuation adoptées sont celles d’aujourd’hui.

4Les notes au texte ont pour but essentiel d’aider le lecteur à identifier un monument ou une oeuvre d’art, à comprendre une allusion ou un détail, à corriger une erreur; mais, cela va de soi, il convenait aussi, par des comparaisons avec des textes d’autres voyageurs ou de critiques, d’essayer de cerner ce qu’était le goût de notre auteur et de voir dans quelle mesure il correspondait au goût d’une époque. Ce fut pour moi la partie la plus intéressante du travail, celle-là même que j’ai reprise et développée dans l’Introduction. J’espère que ces indications sans prétention pourront intéresser tous ceux qui s’attachent à comprendre le regard qu’ont porté les étrangers, et particulièrement les Français, sur Naples et sa culture, cette Naples dont on sait le rôle qu’elle jouait alors en Europe.

5Ce genre de commentaire aurait exigé dans les domaines les plus variés une vaste culture. Par chance, j’ai pu combler en partie mes lacunes grâce à la compétence et à la gentillesse d’amis français et italiens que je tiens à unir ici dans une même gratitude: « l’équipe lyonnaise » d’abord et notamment M. F. Pérez, J. Pouilloux, J. F. Reynaud, D. Ternois, B. de Villaine; j’ai eu le concours amical de P. Auberson, A. Jacques, M. Matucci et, à Rome, l’aide de N. de la Blanchardière, L. et S. Quilici, F. Ch. Uginet. Mais c’est surtout aux amis napolitains que je tiens à dire ici ma plus cordiale gratitude: L. Alberti, S. et M. Andrieu, M. F. Buonaiuto, G. Cafasso, T. Camerlingo, M. Cébeillac, P. et V. Cozzolino, D. De Conciliis, D. Del Pesco, C. De Seta, Ε. Di Pietro, G. Papoff, M. Siniscalchi, G. Viggiani. Outre la science j’ai trouvé chez eux à chaque occasion disponibilité et gentillesse. C’est de cela surtout que je voulais leur dire merci. Malgré les problèmes matériels que l’on connaît et qu’a aggravés considérablement le tremblement de terre de 1980, je tiens à dire que mon travail à Naples a été facile, grâce à la gentillesse des personnes, qu’il s’agisse des archives, des bibliothèques ou de l’université. J’ajoute que j’ai trouvé au Magistero di Suor Orsola Benincasa une aide dont je remercie ici son directeur, A. Villani, ainsi que la responsable de la Fondazione Pagliara, A. Caputi. Ma gratitude personnelle va également à A. Rossi et à l’équipe de l’Arte Tipografica.

6Faut-il dire enfin combien j’ai été sensible à l’honneur que m’ont fait M. Colesanti, professeur à l’Université de Rome, et D. Ternois, professeur à l’Université de Lyon, en acceptant de présenter ce livre? C’est là une marque d’estime qui m’a touchée.

Notes de fin

* Le manuscrit comporte en fait une erreur de numérotation (il y a deux pages portant le numéro 201); le dernier feuillet devrait donc être numéroté 203.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540