Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « Voyage de Naple » (1719) de Ferdinand Delamonce

 | 
Laura Mascoli
, 
Ferdinand Delamonce

Un lyonnais en Italie : Ferdinand Delamonce

Daniel Ternois

Texte intégral

  • 1 Travaux de l’Institut d’Histoire de Lyon, n°1 (1974) et n°2 (1976), Université Lyon II.
  • 2 Actes du Colloque Soufflot et l’architecture des Lumières, Lyon, 1980, Paris, C. N. R. S. et Direc (...)
  • 3 Lyon et l’Italie, Lyon, C. N. R. S., à paraître en 1984.
  • 4 André Clapasson, Description de la ville de Lyon, 1741, édition annotée par Gilles Chomer et Marie (...)

1J’ai accepté avec plaisir de présenter, dans la belle édition que nous en donne Laura Mascoli, le Voyage de Naple de Ferdinand Delamonce: voici, en effet, qui souligne les liens qui peuvent exister entre des institutions universitaires françaises en Italie, comme l’École française de Rome et le Centre Jean Bérard, les Universités italiennes, et un Institut, sans doute plus modeste, comme celui de Lyon. Ce dernier, l’Institut d’Histoire de l’Art, s’est proposé depuis une dizaine d’années d’étudier le rôle de Lyon comme ville de passage et d’échanges entre l’Europe du Nord et l’Italie. Une Bibliographie critique de l’histoire de l’art à Lyon et un Cahier sur Les séjours et passages d’artistes à Lyon, 1500-18001 les Actes du Colloque Soufflot et l’architecture des Lumières2, et bientôt un recueil d’études sur Lyon et l’Italie3 sont les étapes principales de ces recherches qui s’orientent maintenant vers les relations de voyages et les descriptions de villes : la réédition annotée, par Gilles Chômer et Marie-Félicie Pérez, de la Description de la ville de Lyon de Clapasson (1741) a donné le coup d’envoi4. C’est dire à quel point cette offre de collaboration est bienvenue.

  • 5 Bernadette de Villaine, Jean et Ferdinand Delamonce, thèse de troisième cycle, Université Lyon II, (...)

2Une de nos étudiantes, Bernadette de Villaine, a consacré une thèse de troisième cycle à Jean et Ferdinand Delamonce5, qui définissait avec précision la figure de nos deux architectes lyonnais. Mais, d’évidence, s’agissant du Voyage de Naple, Laura Mascoli était mieux placée pour expliciter les allusions aux édifices et aux oeuvres d’art de la cité campanienne. C’est donc elle qui a pris en charge la publication. Il y a tout lieu de s’en réjouir puisque le travail d’annotation est d’une précision exemplaire et que l’introduction, très développée, soulève les vrais problèmes : récits de voyages et descriptions de Naples avant Delamonce (plusieurs Lyonnais sont cités); genre à la mode des « lettres » vraies ou fictives; importance des conférences ou discours académiques comme moyen d’information international sur les faits et sur les idées ; parts respectives, dans les descriptions, des vestiges de l’antiquité et de l’art moderne; place de la peinture et de la sculpture par rapport à l’architecture; jugements des voyageurs français sur la qualité de l’architecture et sur la profusion du décor; précision des « choses vues », mais absence de vues d’ensemble sur « l’histoire de l’art » napolitain etc. ... Il n’y a rien à ajouter à cela.

  • 6 Voir L. Charvet, « Les Delamonce », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements, 1892; L. (...)

3Qu’on me permette simplement quelques mots sur la personnalité de Delamonce et sur les circonstances de son voyage6. Ferdinand Delamonce était le fils de l’architecte et peintre Jean Delamonce, né à Paris en 1633, actif en Bavière, puis à Chambéry où il participa aux décorations de la ville pour les fêtes de la cour de Savoie, et enfin à Lyon où il mourut en 1708 après avoir élevé plusieurs édifices importants. C’est à Munich que naquit Ferdinand en 1678. Il suivit sa famille à Lyon en 1684, collabora avec son père, si bien que la distinction entre leurs oeuvres demeura longtemps incertaine, puis alla à Paris, dessina des vues des Invalides et de Versailles qui furent gravées. Puis il fit un long séjour en Italie, de 1715 à 1728, date à laquelle il rentra en France par Aix, Avignon (église de l’Oratoire), Grenoble, avant de s’établir à Lyon en 1731.

4Ses principaux travaux dans cette ville, dont il fut l’architecte le plus en vue jusqu’à l’arrivée de Soufflot, sont des remaniements à la chapelle des Jésuites (1734), l’achèvement de l’église des Chartreux (1734-40) dont Soufflot réalisa la décoration, la construction des quais du Rhône (1736-38), la maison Tolozan (1740) et les lambris rocaille de l’ancienne chapelle de Fourvière. Dessinateur abondant, il a fait graver beaucoup de ses compositions par Daudet. Il mourut en 1753.

  • 7 Marie-Félicie Pérez, « L’art vu par les académiciens lyonnais du xviiie siècle. Catalogue des comm (...)

5Reçu à l’Académie de Lyon en 1736, il a lu devant ses confrères de nombreux Discours (environ un par an, soit environ 21): Marie-Félicie Pérez en a rétabli la chronologie d’après le Journal des séances et a publié l’un d’eux, les Remarques sur le livre du marquis d’Argens (1753) qui contient des « parallèles» sur les peintres7. Bernadette de Villaine a dressé une table de concordance entre les différents catalogues. Les manuscrits, en partie inédits, sont conservés à la bibliothèque de l’Académie de Lyon, à l’exception de deux qui sont perdus. Ils appartiennent à trois catégories: les relations de voyages, les descriptions de monuments et les réflexions sur la théorie des arts. Le Voyage de Naple (rédigé en 1719 et lu en 1740) appartient au premier groupe.

  • 8 Frits Lugt, Les marques de collections, Paris, 1921, p. 546. Les références à Lugt, Mariette, Guif (...)
  • 9 P. -J. Mariette, Notes manuscrites, t. IV, p. 411 (Bibl. Nat., Paris).
  • 10 J. Guiffrey, Correspondance des directeurs..., Paris, 1896-1903, t. V, p. 366.
  • 11 Ibid., n° 2259, lettre à Crozat, 13 août 1720.
  • 12 Guifirey, Correspondance des directeurs..., t. V, p. 398, n° 2287.

6Les circonstances du voyage en Italie de Ferdinand Delamonce sont mal connues. B. de Villaine a apporté quelques précisions grâce à Frits Lugt qui indique une piste possible8 : Pierre Crozat, le banquier et amateur d’art bien connu, était venu à Rome en novembre 1714 pour acquérir, au nom du Régent, le duc d’Orléans, la collection du duc de Bracciano, qui provenait de Christine de Suède, et il profita de l’occasion pour visiter l’Italie et enrichir sa collection personnelle. De retour en France, en mars 1715, il « entretint ses relations avec l’Italie par correspondance » et fit acquérir tout le cabinet du savant Pio à Rome, « grâce à l’intermédiaire de M. de la Monce ». Delamonce vint-il spécialement dans ce but en Italie ou s’y trouvait-il déjà ? Fut-il emmené dans la suite de Crozat pour le conseiller et parfaire en même temps sa propre formation artistique, comme c’était l’usage de la part des voyageurs fortunés ? Quels furent son activité, ses déplacements à travers l’Italie? On l’ignore. Nous savons seulement par Mariette9 qu’il était l’ami de Paul-Ponce Robert, un peintre originaire de Champagne. En 1719 il accomplit le voyage de Naples par la côte, complément indispensable de tout voyage en Italie. Son nom réapparaît en 1720, lors de la reprise des tractations Bracciano-Orléans: le cardinal Gualterio, qui fut nonce du pape à Paris, le désigne comme la personne la « plus propre (...) ici » à diriger le transport, délicat, des tableaux10 et écrit à Crozat le 13 août 1720: « M. de la Mons m’a paru un homme fort attentif, fort zélé et fort capable; d’ailleurs il est déjà entré en connaissance de cette affaire par notre ordre »11. Le directeur de l’Académie de France à Rome, Poerson, est convoqué le 26 octobre 1720 par le cardinal Gualterio, chez qui sont également présents le chevalier de la Chausse et « un jeune homme né en Bavière, qui se nomme de la Mons, fils d’un peintre françois de ce nom, lequel doit conduire en France les tableaux que l’on prétend acheter »12. La façon dont Ferdinand Delamonce est désigné indique qu’à cette date il n’était pas connu du directeur de l’Académie de France.

  • 13 Jacques Pernetti, Recherches pour servir à l’histoire de Lyon, ou les Lyonnais dignes de mémoire, (...)
  • 14 F. Delamonce, ms. 158 bis, Bibl. de l’Académie de Lyon.
  • 15 Pernetti, ms. 124, 1753, f° 139, Bibl. Acad. de Lyon.

7Après un silence de plusieurs années, Delamonce est signalé à Pise en 1725. Selon Pernetti, il visite « les principales villes d’Italie »13, les voyages étant, aux dires de l’architecte lui-même, « nécessaires pour voir, et méditer dans leur source, les excellens chefs-d’oeuvres, tant anciens que modernes »14. Il cite dans ses manuscrits Parme, Modène, Pise, Rome, Naples et les petites villes sur la route de Rome à Naples. Si on en croit Pernetti15, il aurait participé à un concours pour l’aménagement du chemin dit de la Trinité, qui conduit de la Place d’Espagne au Pincio; mais son projet ne fut pas retenu.

  • 16 Cf. B. de Villaine, 1982, III, p. 472 sq., Tables de concordances des manuscrits et M. F. Pérez, C (...)

8Delamonce s’intéressait à la peinture autant qu’à l’architecture. Il a lu à plusieurs reprises devant l’Académie de Lyon des lettres sur Rome16. Vers le même temps, Soufflot (en 1739) et Clapasson (en 1742) lisaient eux aussi des descriptions de Rome. C’est dire à quel point les académiciens lyonnais, hommes cultivés et amateurs d’art, étaient curieux de connaître l’Italie qu’ils n’avaient pas tous visitée, ses villes, ses monuments, ses oeuvres d’art de l’Antiquité et des temps modernes, comme de discuter les idées nouvelles dont ils avaient très vite connaissance par le Mercure de France, par le Journal de Trévoux et par les livres imprimés à Paris ou à l’étranger.

Notes

1 Travaux de l’Institut d’Histoire de Lyon, n°1 (1974) et n°2 (1976), Université Lyon II.

2 Actes du Colloque Soufflot et l’architecture des Lumières, Lyon, 1980, Paris, C. N. R. S. et Direction de l’Architecture, 1980.

3 Lyon et l’Italie, Lyon, C. N. R. S., à paraître en 1984.

4 André Clapasson, Description de la ville de Lyon, 1741, édition annotée par Gilles Chomer et Marie-Félicie Pérez, éditions du Champ Vallon, 01420 Seyssel, 1982.

5 Bernadette de Villaine, Jean et Ferdinand Delamonce, thèse de troisième cycle, Université Lyon II, 1982 (manuscrit déposé à l’Institut d’Histoire de l’Art).

6 Voir L. Charvet, « Les Delamonce », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements, 1892; L. Charvet, Lyon artistique, architectes, Lyon, 1899; Marius Audin et Eugène Vial, Dictionnaire des artistes... Lyonnais, Paris, 1918, t. II, p. 255-256; B. de Villaine, Jean et Ferdinand Delamonce, thèse ms., première partie.

7 Marie-Félicie Pérez, « L’art vu par les académiciens lyonnais du xviiie siècle. Catalogue des communications et mémoires présentés à l’Académie (1736-1793) », Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, t. XXXI, 1977, p. 71-128; ead., « Un discours inédit de Ferdinand Delamonce, 1753 », Mélanges offerts à Georges Couton, Presses Universitaires de Lyon, 1981, p. 485-506.

8 Frits Lugt, Les marques de collections, Paris, 1921, p. 546. Les références à Lugt, Mariette, Guiffrey, Pernetti sont données par B. de Villaine.

9 P. -J. Mariette, Notes manuscrites, t. IV, p. 411 (Bibl. Nat., Paris).

10 J. Guiffrey, Correspondance des directeurs..., Paris, 1896-1903, t. V, p. 366.

11 Ibid., n° 2259, lettre à Crozat, 13 août 1720.

12 Guifirey, Correspondance des directeurs..., t. V, p. 398, n° 2287.

13 Jacques Pernetti, Recherches pour servir à l’histoire de Lyon, ou les Lyonnais dignes de mémoire, Lyon, 1757, p. 363.

14 F. Delamonce, ms. 158 bis, Bibl. de l’Académie de Lyon.

15 Pernetti, ms. 124, 1753, f° 139, Bibl. Acad. de Lyon.

16 Cf. B. de Villaine, 1982, III, p. 472 sq., Tables de concordances des manuscrits et M. F. Pérez, Catalogue des communications..., 1977.
Année 1738, F. 74, 28 avril : « M. Delamonce a lu plusieurs lettres qu’il a écrites en vue de faire une description de Rome » (D 820, Recueil n° 136, fol. 21-31).
Année 1745, F. 16, 3 mars : « M. Delamonce voulait lire ses lettres d’Italie, mais le temps a manqué ; les lettres n° 57 et 58 indiquent ce qu’il y a de beau à Rome » (n° 450. D 820, Recueil n° 136, fol. 21-31, donc même texte qu’en 1738?). Le manuscrit de 1738 a disparu, mais celui des Lettres sur quelques édifices de Rome, daté de mars 1742, qu’on croyait perdu, est réapparu récemment à la Bibliothèque de l’Académie de Lyon.

Auteur

Professeur à l’Université de Lyon II

© Publications du Centre Jean Bérard, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540