Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le « Voyage de Naple » (1719) de Ferdinand Delamonce

 | 
Laura Mascoli
, 
Ferdinand Delamonce

Quand les français découvraient l’Italie

Gilles Martinet

Texte intégral

1Dans Archives du Nord, Marguerite Yourcenar consacre un beau chapitre au voyage qu’au siècle dernier avait fait en Italie Michel-Charles, son grand-père, ainsi qu’au récit qu’il en a laissé et qu’elle a retrouvé dans la bibliothèque familiale sous forme de « feuillets couverts d’une fine et pâle écriture ». Comme cela arrive souvent, l’auteur, dans une note liminaire, avait recommandé que ces pages fussent par la suite détruites. « Je lui désobéis, avoue Marguerite Yourcenar, car outre que ces textes anodins ne méritent pas tant de précautions, il se trouve que, à cent trente années de distance,... ces pages sont devenues un document à bien des points de vue, et pas seulement sur la manière dont on passait contrat avec les voituriers ».

2Un document à bien des points de vue ? Laissons de côté ici toutes les informations que peuvent fournir ces textes sur l’Italie d’hier, les paysages, les routes, les monuments, les hommes et, de fait, Marguerite Yourcenar évoque, pour son plaisir et pour le nôtre, ces ruines qui sont encore de grands vestiges drapés de plantes grimpantes, le dédale de petites rues près de Saint-Pierre qui faisait de la colonnade de Bernin une immense et harmonieuse surprise. Certes... Mais, les questions importantes, les voici : c’est d’abord de savoir comment s’est formé le jugement sur l’Italie de ces hommes, — et, dans une moindre mesure, de ces femmes — fortunés qui ont pu y voyager et y séjourner pendant un temps plus ou moins long ; c’est, ensuite et surtout, de savoir si ce rapport que l’on cherche à discerner pour hier entre une image et une réalité peut nous servir, aujourd’hui encore, pour comprendre certaines réactions des Français devant l’Italie.

3Surtout, gardons-nous de généraliser : il n’y a jamais eu une image française de l’Italie. Même à l’intérieur de la catégorie fortunée que représentent les voyageurs, nous n’aurons pas les mêmes impressions chez « l’antiquaire », comme on disait alors, chez l’artiste, l’architecte, l’homme politique ou le diplomate, l’ecclésiastique, le militaire, chez celui qu’intéressent les problèmes de l’économie, etc. De surcroît, les temps changent et, pour prendre un exemple précis, le jugement sur Naples des voyageurs du xviie siècle n’a rien à voir avec celui qu’aura le Siècle des Lumières qui, à son tour, sera différent de celui de la génération romantique. Et il serait facile de multiplier les exemples.

4Mais, s’il n’y a pas une image française de l’Italie, il y a, nous le savons tous, des images françaises stéréotypées de l’Italie, comme il y a des images italiennes stéréotypées de la France, sur lesquelles il n’est pas inutile non plus de méditer. Mais, pour cerner ces images, pour voir comment elles sont nées et comment elles se sont transmises, il ne faut pas se limiter aux « grands auteurs », au lyrisme stendhalien pour qui l’Italie signifiait le bonheur de vivre, ni aux phrases acerbes d’un Président de Brosses qui ne perdait pas une occasion d’exercer avec talent un esprit critique développé. Il faut feuilleter ces « textes anodins », comme dit Marguerite Yourcenar, qui, de fait, sont, le plus souvent, loin d’être des chefs- d’œuvre ; il faut les feuilleter en essayant de discerner ce qui a été vécu et ce qui a été inventé, ce qui est impression authentique et ce qui a été copié dans les livres, et surtout en essayant de comprendre comment, dans ces lentes stratifications, apparaissent un certain nombre de traits qui, malgré tout, peuvent être considérés, je crois, comme des constantes.

5Il y aurait imprudence de ma part à tenter de dégager ici quelques-unes de ces constantes, au moment précis où, dans une initiative que j’approuve et que j’appuie, l’Istituto Nazionale di Archeologiae Storia dell’Arte et le Centre Jean Bérard viennent de mettre en oeuvre une série de publications de ces récits de voyage; d’autres institutions en Italie et en France travaillent, je le sais, dans le même sens, et on ne peut que se réjouir de voir se profiler ainsi tout un ensemble de nouveaux documents d’histoire. Me risquerai-je cependant à avancer le sentiment de qui a lu un certain nombre de textes publiés jadis ou naguère? Oui, s’il est entendu qu’il s’agit d’impressions provisoires que je soumets en toute modestie aux « addetti ai lavori » de ces diverses entreprises.

6Il est clair, me semble-t-il, qu’on trouve dans la plupart des récits de voyages français l’expression d’une très grande admiration pour l’Italie, admiration qui cependant n’est pas inconditionnelle et qui s’accompagne d’un certain nombre de réserves, presque toujours les mêmes. Au cours des siècles passés, les Français ont vu dans l’Italie le lieu privilégié où « l’honnête homme » pouvait le mieux se former non seulement le goût — cela va de soi — mais le jugement. « Ce voyage m’a développé l’esprit d’une manière presque tangible », disait modestement le grand-père de Marguerite Yourcenar, et, notons-le bien, c’est exactement ce que pensait, deux siècles plus tôt, Colbert qui, peu de temps après avoir fondé l’Académie de France, envoyait son fils, le Marquis de Seignelay « pour se former le jugement ». Mais en même temps, sans doute pour tenir compte des éventuelles réactions de leurs lecteurs, nos voyageurs sentent souvent le besoin de s’excuser de cette admiration. Il faut relire à cet égard la préface au Voyage d’un François en Italie de Lalande, cet astronome bressan cultivé dont le guide fut sans doute l’ouvrage le plus utilisé par les voyageurs en Italie dans la seconde moitié du xviiie siècle: « En Italie, les choses belles, grandes, singulières sont en plus grand nombre que dans tout le reste de l’Europe. Sans parler des restes prodigieux de l’antiquité et des chefs-d’oeuvre immortels qu’on y trouve dans tous les arts, n’est-ce pas en Italie que nous voyons la nature dans toute sa beauté, la végétation dans toute sa vigueur, la culture dans toute sa perfection? » Mais aussitôt il ajoute : « Ce n’est pas qu’il n’y ait en France des choses admirables dans tous les genres. On ne trouve pas en Italie de capitale immense comme Paris » et Lalande énumère tout ce qu’on ne trouve pas en Italie, Versailles, le Louvre, Chantilly, etc. et il conclut : « Il me suffit pour justifier l’admiration que j’ai laissé paroître dans cet ouvrage que le voyage d’Italie soit regardé comme le plus agréable et le plus beau de tous ceux qu’un Français peut faire hors de chez lui ». Pouvait-on mieux dire ?

7Ainsi l’Italie est un pays admirable, mais l’admiration qu’elle suscite ne doit pas nous porter à rabaisser la France. Mais il y a plus: de quelle Italie parlons-nous? Là encore, nous ne devons pas généraliser ; cependant, il semble bien que, surtout à partir du xviiie siècle, beaucoup de voyageurs opposent l’Italie de leur jeunesse ou de leur culture, celle de la grandeur romaine, à celle qu’ils découvrent au cours d’un voyage souvent long, difficile, et parfois décevant. Non, Rome n’est plus dans Rome! Et Naples donc ! Il faut relire les pages de Sade, où le divin Marquis, en phrases courtes, donne une image terrible de la société napolitaine (nous sommes en 1776) et de son Bourbon de roi, ce grand dadais de Ferdinand IV. Et quelles images ailleurs de la société ecclésiastique ! Excessifs sans doute, ces jugements ne sont peut-être pas dénués de tout fondement. Mais là n’est pas le problème. Ce qui frappe, c’est l’espèce de délectation avec laquelle beaucoup de voyageurs français soulignent ce contraste.

8Et pourtant ! Si on lit avec attention les lignes parfois hâtives, parfois recopiées avec soin, de ces récits, combien de témoignages ne trouve-t-on pas d’une sympathie pour un pays proche (trop proche peut-être à certains égards), d’une connivence dans les choses de la vie, d’une amitié qui s’établit presque spontanément avec les personnes. Dans tout cela, ne découpons pas d’un ciseau ou d’un regard pessimiste les phrases qui font mouche et qui, le plus souvent, ne sont que des clins d’oeil, significatifs il est vrai, à l’éventuel lecteur.

9Aujourd’hui, la profondeur de champ de l’histoire s’est considérablement accrue; par ailleurs, dans le domaine de la littérature, on ne s’intéresse plus seulement aux chefs-d’oeuvre, mais aux courants de pensée, à tout ce qui témoigne des goûts, des réactions, des intérêts des hommes. C’est au confluent de ces deux grandes évolutions que se situe la volonté d’établir des éditions critiques simples, et utilisables par tous, de ces récits de voyage d’Italie. C’est pourquoi, avec la conviction profonde qu’une réflexion sur ces documents peut contribuer à éclairer les rapports affectifs qui existent entre nos deux peuples amis, je souhaite que cette nouvelle collection ait le succès qu’elle mérite.

Auteur

Ambassadeur de France en Italie

© Publications du Centre Jean Bérard, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540