Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Conclusion

Texte intégral

  • 1 DEHL-VON KAENEL 1995, p. 422.
  • 2 Les informations mentionnées ici sur la céramique et les nécropoles sont dues à Christiane Dehl-vo (...)

1Une des premières constatations qu’impose l’étude des protomés du sanctuaire de la Malophoros est, nous l’avons vu, l’absence quasi totale d’importations. Et cette absence est d’autant plus remarquable que la céramique importée de Grèce y est en revanche très abondante, notamment la céramique corinthienne, qui domine toutes les autres. Dehl-von Kaenel explique cette prédominance par le changement architectural du sanctuaire, qui coïncide au milieu du VIe siècle av. J.-C. avec un changement dans la nature des offrandes : c’est à ce moment-là que les offrandes céramiques perdent de leur importance et sont remplacées par les figurines féminines de terre cuite. Elle a remarqué que les importations attiques sont moins nombreuses que les importations corinthiennes et l’on peut constater que la variété des formes de la céramique attique et de la céramique locale est beaucoup plus limitée que pour la céramique de Corinthe1. Les fouilles récentes dans la ville de Sélinonte confirment d’ailleurs cette infériorité numérique des importations attiques par rapport à celles de Corinthe2.

2L’abondant matériel trouvé dans le sanctuaire illustre en tout cas la popularité des statuettes et des protomés. Vers la fin de l’époque archaïque les protomés, passées de mode, furent remplacées par des bustes en ronde bosse, mais la popularité des offrandes de statuettes reste égale jusqu’à la destruction du sanctuaire à la fin du Ve siècle av. J.-C. Malgré cette incontestable supériorité des terres cuites on peut toutefois se demander si cette disparition des céramiques importées n’était pas compensée par la céramique locale. De cette dernière il n’est malheureusement plus guère possible d’évaluer la quantité : le fait que seuls des vases complets se soient conservés laisse en effet supposer que les fragments de céramique locale qui avaient pu être trouvés pendant les fouilles ont été jetés. Aucune conclusion précise concernant la quantité de céramique locale consacrée dans le sanctuaire ou sur une augmentation de cette céramique à partir du milieu du VIe siècle av. J.-C. ne paraît donc possible.

3Toutefois les situations observées dans la nécropole de Manica Lunga à l’ouest de la ville montrent que les tombes, qui datent de la première moitié du VIe siècle av. J.-C., contiennent 60 % de céramique importée de Corinthe, de Laconie, de Grèce de l’Est et d’Étrurie, mais 40 % de céramique locale. En revanche les tombes du Ve siècle av. J.-C. montrent 75 % d’importations attiques, surtout des coupes, des skyphoi et des lécythes, contre 25 % de céramique locale. Les tombes, qui datent du dernier quart du VIe et du Ve siècle av. J.-C., contiennent 38 % d’importations attiques contre 48 % de céramique locale. Il est donc évident que dans les tombes analysées par A. Kustermann Graf les importations attiques sont plus nombreuses que les importations de Corinthe et même que la céramique locale. En revanche les tombes analysées par D. Leibundgut Wieland montrent une augmentation de la céramique locale. La situation dans la nécropole de Manica Lunga ne confirme donc pas une réduction générale des importations attiques. Mais il reste que l’hypothèse d’un changement d’offrandes dans le sanctuaire pourrait expliquer l’augmentation des terres cuites à partir du milieu du VIe siècle av. J.-C., surtout si elle était vérifiée par des comparaisons avec d’autres sanctuaires de Déméter en Sicile.

  • 3 En revanche, d'après une information fournie par D. Leibundgut Wieland et dont je la remercie, une (...)
  • 4 Je remercie A. Kustermann Graf pour cette information.

4Quoi qu’il en soit, la masse énorme des protomés trouvées dans un seul sanctuaire à Sélinonte pose également la question de leur signification : exclusivement votive ou tout de même funéraire ? Et là encore la comparaison avec les recherches menées sur la nécropole de Manica Lunga est instructive, car elles attestent clairement la signification votive des protomés. D. Leibundgut Wieland a catalogué 568 tombes situées à trois kilomètres à l’ouest de la ville et datables du dernier quart du VIe siècle av. J.-C, ainsi que du Ve siècle. Elle y constate une totalité de 1443 offrandes, dont 91 % sont constituées de céramique. Les offrandes de terre cuite se chiffrent à 2,6 %, soit 37 exemplaires, parmi lesquels quatre protomés seulement. Et il est frappant qu’aucune de ces quatre protomés ne représente un type trouvé au sanctuaire de la Malophoros3. Quant à A. Kustermann Graf, elle a étudié 220 tombes datant de la première moitié du VIe et du Ve siècles av. J.-C. : celles-ci ne contenaient ni protomés ni statuettes4.

5Globalement les résultats des fouilles de Sélinonte, aussi bien au sanctuaire de la Malophoros que dans la nécropole de Manica Lunga montrent donc avec évidence que sur le site la signification des protomés est essentiellement votive. Et l’abondance des offrandes trouvées dans le sanctuaire de la Malophoros constitue en même temps l’indice d’une importance particulière de ce culte, en tout cas de la popularité dont il jouissait dans la ville. Or c’est évidemment cette vaste popularité, qui en multipliant la demande d’objets votifs, a permis le développement, dans les ateliers locaux voués à la production des protomés, d’une exceptionnelle diversité formelle.

6Mais cette diversité, que l’analyse typologique et stylistique des protomés consacrées à la Malophoros nous imposait d’abord de constater, posait une question fondamentale : celle de l’origine des modèles dont s’étaient inspirés les artisans sélinontins. C’est donc dans la voie tracée par le livre de F. Croissant, qui fournissait depuis 1983 pour une telle recherche la base documentaire et théorique indispensable, que nous avons entrepris cette étude. Longtemps considérées comme des documents mineurs, production stéréotypée sans véritable importance, les protomés, à Sélinonte comme ailleurs, pouvaient en effet être désormais tenues pour des témoins significatifs dans l’histoire de la plastique grecque. Car si les types de qualité modeste étaient nombreux, on y trouvait aussi des réalisations extrêmement soignées, qui reflétaient des ambitions artistiques équivalentes à celles de la grande sculpture.

7Mais une autre spécificité de notre matériel, très importante dans ce contexte, était son abondance quantitative, les types de protomés étant souvent attestés par de nombreux exemplaires. Or il est clair que le nombre ne pouvait que faciliter ici l’analyse stylistique et iconographique, aussi bien que la détermination chronologique. Grâce à l’énorme masse documentaire constituée par les protomés de Sélinonte — 2 430 pièces, trouvées dans un seul sanctuaire — on avait les meilleures chances de localiser l’origine des influences stylistiques qui s’étaient exercées sur cette cité coloniale, et d’y analyser les conditions de formation d’un style local. Les protomés représentaient donc, en l’occurrence, une documentation de première importance, non seulement sur l’histoire de la plastique sélinontine, mais sur l’évolution artistique générale des colonies grecques de Sicile et de Grande Grèce.

8Et cette abondance du matériel permettait d’en mesurer la variété, qui est d’abord iconographique. Les protomés sélinontines frappent en effet d’emblée par la diversité stupéfiante des coiffures : aucune autre production n’en offre l’équivalent. On y trouve toutes les variantes de godrons, de « gouttières », de mèches, de boucles en perles, d’ondulations, et même des carrés et des écailles. Certes la stylisation de la chevelure frontale en godrons ou en gouttières est courante en Sicile. Mais parmi les types de Sélinonte on peut discerner aussi des structures particulièrement fines, qui dérivent probablement de la plastique de métal. De telles structures en tout cas ne convenaient pas à la terre cuite : trop fines pour l’argile, elles disparaissaient dès que le moule était encrassé. Une autre coiffure est stylisée par de petits cercles incisés : cette structure délicate, qui dépend de modèles puniques, n’est d’ailleurs pas attestée ailleurs parmi les terres cuites grecques. Plusieurs types portent les cheveux bouclés « en perles », de grosseur variable. Une autre coiffure présente des cheveux ondulés au-dessus du front, mais avec bien des variantes dans la largeur et la courbure des ondulations.

9Les variations dans la forme du polos, du diadème et des boucles d’oreilles reflètent également l’imagination des artisans sélinontins. Souvent les oreilles sont ornées d’un disque plat, selon la formule courante. Mais il y a un type dont la boucle d’oreille montre une rosette, comme on n’en connaît qu’en sculpture ou dans la peinture. Un autre disque est perforé en forme de rhombe : il était probablement garni d’une pierre, ou d’une perle de verre. La forme en tout cas est sans parallèle, car d’ordinaire la perforation est ronde. Et l’on trouve même des anneaux avec un pendentif, quelquefois faits à la main et fixés après moulage, ainsi qu’un collier avec pendentif en relief. Le collier est incisé, et le pendentif composé de trois éléments. Autre détail remarquable, mais très exceptionnel : dans un cas le voile latéral apparaît comme un himation drapé, dont les plis en zig-zag, et même les plis verticaux, qui descendent sous le polos au niveau de l’oreille, sont rendus en relief.

10Prise dans son ensemble la morphologie des types sélinontins reflète une grande indépendance par rapport à la tradition grecque de l’Est : seuls huit types, soit 5 %, présentent le schéma habituel du voile ramené sur la tête » et retombant verticalement sur les côtés, sans s’élargir vers le bas. Certes 20 % des types portent le voile, mais les bords montrent toujours un élargissement plus ou moins marqué vers le bas, et 2 % sont en forme de buste. Par ailleurs 24 % des types sont dépourvus de voile, et portent le polos ouvert, avec un élargissement plus ou moins marqué vers le bas ; 8 % sont en forme de buste, avec le polos ouvert ; enfin 3 % sont en forme de buste, sans voile ni polos.

11Parmi les 2 430 protomés du sanctuaire, nous avons pu identifier 141 types et 25 variantes, qui peuvent être classés en 16 groupes, chaque groupe étant caractérisé par une certaine structure du visage, qui en garantit a priori l’homogénéité. Mais celle-ci ne reflétant que l’origine commune des modèles — provenant le plus souvent de Grèce, mais parfois du domaine punique, ou d’autres cités coloniales d’Occident —, ce classement devait être, dans la mesure du possible, recoupé par un autre, fondé cette fois sur les caractères propres à la fabrication elle-même, et débouchant sur une identification des ateliers, au sens le plus restreint du terme. On a vu que paradoxalement ce second classement s’avérait finalement plus difficile à établir que le premier, et que les hypothèses de regroupements transversaux que l’on peut proposer entre des types appartenant à des groupes « stylistiques » différents ne sont pas nombreuses, et demeurent sauf exception assez incertaines. L’un des caractères les plus surprenants du matériel de Sélinonte est en effet la multiplicité des références stylistiques au sein d’une communauté artisanale que l’on peut, compte tenu de l’abondance de sa production, imaginer nombreuse et diversifiée, mais qui en dernière analyse ne représente que les ateliers d’une seule cité, et peut-être même les ateliers attachés au seul sanctuaire de la Malophoros. Dans ces conditions, il est évident que l’on pouvait en attendre une production plus ou moins homogène. Or nous avons vu que l’on se trouve, bien au contraire, en présence d’une extrême diversité, puisque la majorité des styles identifiés par F. Croissant dans une étude qui, à la différence de la nôtre, portait sur l’ensemble des productions de la Grèce propre et de la Grèce de l’Est, s’avèrent en fin de compte directement ou indirectement représentés parmi les types créés à Sélinonte. Et c’est d’ailleurs parce que cette référence à des modèles extérieurs apparaît comme une donnée fondamentale du comportement des artisans sélinontins que l’origine des modèles nous est apparue comme le critère de classement le plus efficace, même s’il ne reflète que partiellement les conditions dans lesquelles s’est développée cette énorme production. On a vu, à propos de ce que nous avons appelé l’« atelier X », qu’une approche plus concrète était parfois possible, et l’existence même du groupe 12 permet d’entrevoir comment une identité sélinontine a fini par se dégager de ce large éclectisme, que l’on peut dire « panhellénique », voire méditerranéen.

12Nous avons pu toutefois constater que derrière les types créés à Sélinonte transparaissaient surtout des modèles de Grèce de l’Est, de Corinthe, d’Attique, ainsi que du domaine punique et dans quelques cas, surtout à partir du début du Ve siècle, d’autres cités de Sicile et d’Italie méridionale. À cette époque en effet il semble que la stabilisation des traditions locales ait favorisé les échanges culturels entre les cités coloniales : 10 % des types (ce qui représente 8 % du total des exemplaires) s’inspirent de modèles créés en Sicile et en Italie méridionale. Et c’est au même moment, vers la fin du VIe siècle et au début du Ve, que s’élabore un style proprement sélinontin, qui n’est pas représenté ailleurs, et qui paraît ne dépendre d’aucun modèle extérieur.

  • 5 Sur la diffusion des modèles grecs de l'Est en Occident, voir en dernier lieu CROISSANT 1999.

13Même si c’est l’impression de variété qui domine, il est clair que globalement les styles de la Grèce de l’Est occupent une place considérable5. Mais la dépendance d’un type par rapport à un modèle est en réalité un facteur très variable : la dérivation peut, dans certains cas, être très claire, au point que l’on puisse parler d’imitation ou de copie, mais il arrive aussi bien souvent que la référence au modèle ne soit plus guère lisible, ou que nos types associent plusieurs modèles dans une combinaison éclectique. Il serait donc vain de se dissimuler qu’à côté de résultats dont l’évidence est peu contestable, l’analyse stylistique du matériel de la Malophoros laisse malheureusement subsister de nombreuses incertitudes.

14Les modèles de Grèce de l’Est sont largement attestés, puisqu’ils ont inspiré nos huit premiers groupes : 70 % des exemplaires et 44 % des types et variantes révèlent une composante ionienne de l’Est. Mais les cas de reproduction littérale sont pourtant rares : si l’on excepte les imitations (qui sont peut-être des importations par surmoulage) de types créés dans d’autres colonies grecques d’Occident, on ne peut citer que quatre types importants, qui sont 1A, 1B, 1C, et 2A. Les trois premiers dérivent de modèles samiens, le dernier d’un modèle milésien. Mais il est frappant que deux des types « samiens » (1A et 1B) adoptent une morphologie différente de celle des protomés samiennes, et soient modelés en forme de buste, à partir de types de statuettes, dont l’un au moins (1A) est un type masculin, bien connu sous le nom d’ostionischer Manteljüngling. On admet pourtant généralement que les protomés dédiées dans les sanctuaires de Déméter représentent des types féminins, et il n’y a pas lieu de faire une exception pour celle-ci. Tout au plus peut-on supposer que l’artisan n’était pas conscient du caractère masculin du type, ou même que l’utilisation d’un même type pour les deux séries lui paraissait aller de soi. La deuxième imitation (1B) ne correspond d’ailleurs pas davantage au schéma des protomés ioniennes. Le type, modelé en forme de buste, ne porte ni voile ni himation. Certes visage et coiffure sont bien connus, mais pas dans la série des protomés : ce sont les statuettes et les vases plastiques qui les attestent, et l’on en a d’ailleurs trouvé des exemples, datables des environs de 540, au sanctuaire de la Malophoros. On notera par ailleurs qu’un exemplaire du type « milésien » 2B a été trouvé au tophet de Mozia.

15Mais les types ioniens de l’Est ne sont pas les seuls dont la présence s’impose avec évidence : on a vu que Corinthe (2 % des exemplaires ; 5 % des types et variantes), l’Attique (5 % des exemplaires ; 5 % des types et variantes) et le domaine punique (3 % des exemplaires ; 4 % des types et variantes) avaient également fourni des modèles, qui, pour être moins nombreux que les modèles grecs de l’Est, permettent d’expliquer bien des détails, et autorisent des conclusions importantes.

16En ce qui concerne le style corinthien, nous avons vu qu’il était aisé de mettre en évidence la communauté de structure qui unit les visages de notre groupe 10 avec ceux des sphinx de Calydon et de Corinthe, mais aussi de créations « attico-corinthiennes » comme le sphinx de Spata ou la koré de Berlin. Il n’en est que plus intéressant de constater que les traits essentiels du type 10A, en particulier la variante 10Ad, dont le profil se signale par la forte saillie du nez et du menton, se retrouvent sur les visages des métopes en calcaire du « Temple Y » de Sélinonte. Cette structure de visage est bien reconnaissable sur l’Europe de la plaque Y 2, sur le sphinx de la plaque Y 3, et sur les trois déesses de la plaque Y 7. Il est d’ailleurs vraisemblable que cet atelier de sculpteurs se soit inspiré lui-même, au moins partiellement, de modèles corinthiens.

17Les types du groupe 9, qui présentent une composante attique, illustrent l’effacement progressif des traditions ioniennes de l’Est au profit de la tradition attique. La confrontation du groupe 9 avec le groupe 7, où les éléments ioniens de l’Est sont particulièrement visibles, permet de sentir la complexité des relations entre les différents ateliers, et des équilibres qui s’établissent entre les différentes tendances stylistiques. Les trois premiers types, 9A-9C, présentent en même temps que la composante attique une composante grecque de l’Est. Mais les visages des trois types suivants, 9D-9F, sont davantage marqués par des éléments attiques, tandis qu’apparaissent des détails provenant d’autres régions, qui témoignent de l’éclectisme des artisans sélinontins.

18La présence de modèles puniques parmi les protomés de Sélinonte s’explique évidemment par la situation géographique de la cité, qui était la plus occidentale des colonies grecques de la côte sud de la Sicile. Entre les Carthaginois qui dominent la partie occidentale de l’île et les gens de Sélinonte les contacts paraissent avoir été intensifs et amicaux : au tophet de Mozia, par exemple, on a retrouvé trois protomés sélinontines importées. Dans les nécropoles situées autour de Sélinonte, quelques amphores puniques utilisées comme urnes constituent un autre témoignage de ces relations entre les deux populations. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait parmi les protomés de Sélinonte, des types (notre groupe 11) qui montrent dans la physionomie ou dans les détails iconographiques des éléments puniques. La référence punique se manifeste surtout dans la forme des yeux et du nez, dans le modelé de la bouche et le contour expressif du profil. Mais en même temps apparaissent des éléments grecs tels que le polos, la chevelure frontale, les tresses en perles, l’himation latéral et dans certains cas l’échancrure du vêtement. La coexistence d’éléments stylistiques puniques et grecs peut être considérée comme un cas unique parmi les protomés des cités coloniales de Sicile.

19Il est toutefois évident que le style punique comporte des éléments égyptiens, que l’on observe justement sur quelques types du groupe 11, surtout sur le type 11D. Ce type semble en effet se référer aux vases plastiques égyptiens en forme de figure agenouillée. Les types 11D et 11C montrent une richesse et un volume de la chevelure latérale, que l’on trouve précisément dans cette série de vases plastiques égyptiens. D’ailleurs ce ne sont pas les seuls types de Sélinonte qui comportent des traits égyptiens. Dans le groupe 1, la coiffure divisée par des lignes parallèles du type 1B évoque les perruques égyptiennes. Un autre type, 5E, porte un himation dont la partie couvrant la tête est stylisée par des bandes parallèles en relief. Cette structure du voile de la protomé sélinontine rappelle le voile royal des souverains égyptiens. Mais nos artisans se sont inspirés de tel ou tel détail, sans jamais réaliser de véritables copies.

20Un groupe enfin, le groupe 12, montre à la fois une très forte homogénéité et un style que l’on ne peut assimiler à aucun autre, et où nous proposons de voir un style proprement sélinontin. On lui chercherait vainement en tout cas des attaches précises avec les productions connues, que ce soit en Grèce égéenne ou en Occident. Quelques types montrent des références ponctuelles aux modèles grecs de l’Est, mais jamais en ce qui concerne la structure du visage. Et il est significatif que l’ensemble du groupe se situe chronologiquement à la fin du VIe et début du Ve siècle av. J.-C. Car il n’est pas isolé à Sélinonte. Si l’on considère les célèbres métopes du temple C, on observe que les visages y sont construits de la même manière sobre et dépouillée que ceux du groupe 12. Ils montrent le même modelé très plat des surfaces, les lèvres ne sont guère plus souriantes et l’expression est aussi distante. Ces visages durs, qui sur les métopes paraissent taillés dans le bois, et auxquels on n’a guère trouvé jusqu’ici d’équivalents dans la plastique archaïque, révèlent avec le groupe 12 une directe parenté.

21Le matériel de Sélinonte est en fin de compte la meilleure illustration d’un fait apparemment paradoxal, mais dont on a bien d’autres témoignages, à savoir qu’un style nouveau ne peut se créer qu’à partir d’une combinaison de modèles préexistants, qui peuvent être fort divers. Ainsi l’Egypte a-t-elle fourni des modèles aux ateliers de Grèce de l’Est, mais aussi aux ateliers puniques, et peut-être même directement aux ateliers siciliens. C’est à Corinthe autant qu’en Attique même que s’est formé le style attique, en même temps que l’une et l’autre transmettaient des modèles aux colonies grecques d’Occident. Et les artisans coloniaux, après les avoir utilisés, les ont intégrés à des synthèses éclectiques, d’où leur propre style s’est finalement dégagé.

22Cité vaste et prospère, Sélinonte a dû tout naturellement favoriser le développement d’un milieu cosmopolite. Et la création en quelque sorte expérimentale de styles divers s’explique bien dans une telle atmosphère. On y utilisait les modèles à mesure qu’ils se présentaient, mais on ne tardait pas à les remplacer par d’autres, en développant une tendance à l’éclectisme, dont témoignent clairement les fabrications sélinontines. De cette diversité de styles, faut-il donner une interprétation négative, en la réduisant à un éclectisme sans homogénéité ni capacité créatrice propre ? Il nous paraît historiquement plus utile d’y voir un phénomène positif : le reflet d’une richesse culturelle et d’un dynamisme économique, dont témoignaient aussi bien les grandes nécropoles qui entouraient la ville et les importations précieuses que les édifices publics, notamment les sept temples de ses sanctuaires. Il est clair que cette prospérité, et une population apparemment nombreuse, ont stimulé la demande d’objets votifs. Une telle situation ne pouvait qu’encourager la concurrence entre les ateliers et par conséquent pousser à la diversification stylistique.

23On peut d’ailleurs observer qu’il s’agit en Sicile d’un phénomène général, et c’est sans doute pourquoi il n’existe pas de style sicilien. Chaque cité coloniale semble s’être efforcée d’abord d’élaborer un style propre pour se distinguer des autres. Et ce n’est sans doute pas un hasard si au VIe siècle les interactions stylistiques entre les cités de Sicile et de Grande Grèce restent rares, alors qu’elles se développent au Ve siècle, à une époque où chaque colonie avait défini son propre style, indépendant de celui de sa métropole. Devenues des aires culturelles autonomes, elles peuvent intensifier les échanges avec leurs voisines.

24Ainsi le matériel du sanctuaire de la Malophoros paraît autoriser des conclusions nouvelles sur les styles, sur leur évolution et sur la manière de travailler des artisans. Étonnant par bien des aspects techniques, il se signale par une iconographie parfois extraordinaire, et une frappante variété de styles. Au milieu des imitations, des adaptations, et d’un éclectisme généralisé, finit par émerger un style proprement sélinontin. L’étude des protomés de Sélinonte confirme en tout cas l’indépendance et la diversité stylistique des cités coloniales et contredit l’hypothèse d’un style commun à toute la Sicile. Compte tenu de leur indépendance politique, cette autonomie stylistique et la concurrence culturelle qui s’établit entre les cités ne sauraient vraiment surprendre.

Notes

1 DEHL-VON KAENEL 1995, p. 422.

2 Les informations mentionnées ici sur la céramique et les nécropoles sont dues à Christiane Dehl-von Kaenel, Anne Kustermann Graf et Danielle Leibundgut Wieland : je les en remercie bien vivement.

3 En revanche, d'après une information fournie par D. Leibundgut Wieland et dont je la remercie, une tête de statuette identique à notre type 14P, deuxième génération, a été trouvée à l'extérieur des tombes.

4 Je remercie A. Kustermann Graf pour cette information.

5 Sur la diffusion des modèles grecs de l'Est en Occident, voir en dernier lieu CROISSANT 1999.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540