Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 16. Types fragmentaires

Texte intégral

6 types,
8 exemplaires

TYPE

16A

16B

16C

16D

16E

16F

quantité

1

2

2

1

1

1

forme inconnue

x

x

x

x

x

x

1Dans ce groupe 16 sont réunis six types, dont tous les exemplaires sont modelés avec soin, mais ne sont conservés qu'à l'état de fragments, et qu'il n'est pas actuellement possible de classer précisément.

TYPE 16A (PL. 81)

Quantité totale : 1 exemplaire

16A1.1 (NI 733)

2hc 20,5/lc 16,4

3Argile n° 8a. Concrétions gris-brun et taches brunes. Restes d'engobe. Fragment comprenant le nez, la partie supérieure droite du visage avec les cheveux au-dessus du front, le diadème et la naissance du polos. Le bout du diadème se détache sur le côté droit. Le bord latéral est fortement courbé en arrière.

Description

4Le visage allongé montre un nez court et fortement proéminent, en vue de profil. Les narines sont modelées légèrement en retrait, et l'espace naso-labial est traité de manière naturaliste. L'œil grand, rapproché du nez, est encadré de paupières plastiques.

5Les cheveux au-dessus du front sont stylisés en godrons. Le milieu est marqué par deux godrons plus courts et plus élancés. À l'arrière est posé le diadème. La tête était ornée du polos, mais seul le bord inférieur en est conservé. Les oreilles sont à peine reconnaissables, mais on voit le début du voile, qui était ramené derrière les oreilles. Le bord latéral du voile est fortement courbé en arrière ; cela peut indiquer que le type ne constitue pas une protomé mais un buste. L'état fragmentaire de l'exemplaire ne permet pas d'en décider.

TYPE 16B (PL. 82)

Quantité totale : 2 exemplaires

16B1.1

6hc 12,2/lhc 3,9/lbc 9,7

7Argile n°7b. Concrétions grises. Fragment comprenant la partie supérieure du visage à gauche, avec les cheveux et une petite partie du polos.

16B1.2

8hc 7,5/lc 7,3

9Argile n°3. Concrétions gris foncé. Fragment comprenant l'oreille droite, la moitié de l'oeil droit, ainsi qu'une partie de la joue droite, de la chevelure frontale, des cheveux descendant au-dessous de l'oreille et du voile latéral.

Description

10Les yeux sont effilés et encadrés de paupières nettes. Les cheveux au-dessus du front sont stylisés en rangs de boucles carrées, sauf le rang immédiatement au-dessus du front montre des boucles arrondies. La tête porte un polos bas. Les oreilles sont posées assez haut et ornées du disque. On ne distingue pas clairement la nature de la chevelure latérale : il semble qu'il y ait trois tresses qui retombent derrière les oreilles. La bordure extérieure est lisse ; sans doute indique-t-elle l'himation.

TYPE 16C (PL. 81)

Quantité totale : 3 fragments de 2 exemplaires

16C1.1

11hc 10,2/lhc 8,6/lbc 8,3

12Argile n° 6. Concrétions brunes et restes d'engobe. Fragment comprenant l'oreille droite avec disque perforé, une partie de la chevelure frontale, du sourcil droit et de l'oeil. Trou de suspension au-dessus de l'oreille droite.

16C1.2

13hc 9/lc 7,7

14Argile n° 6. Concrétions brunes. Fragment comprenant l'oreille gauche avec disque perforé et une partie de la chevelure frontale et du visage droit. Trou de suspension au-dessus de l'oreille gauche.

Description

15Les deux fragments proviennent peut-être du même exemplaire. La hauteur est analogue et l'argile est la même. Un troisième fragment est fabriqué en argile n° 8a.

16L'un des deux fragments montre un œil fin, en amande, sans paupières plastiques. La large masse des cheveux au-dessus du front est stylisée en rangées de boucles en forme de croissants. À l'arrière était probablement posé le polos ou le diadème, comme indique l'extrémité droite du fragment 16C1.1. Les oreilles sont ornées du disque perforé.

TYPE 16D (PL. 82)

Quantité totale : 1 exemplaire

16D1.1

17hc 11,4/lc 10,1

18Argile n° 8b. Concrétions brunes et restes d'engobe. Fragment comprenant la partie supérieure droite du visage avec l'œil, l'oreille et la moitié du disque, le polos et la chevelure frontale. Sur le polos, une ligne gravée à la main.

Description

19L'œil est petit, mais cerné de larges paupières. L'oreille est rendue par un renflement plastique, et ornée du disque. La structure de la chevelure frontale n'est pas reconnaissable, à cause d'un moulage défectueux. Au-dessus des cheveux s'élève le polos, dont le bord inférieur est indiqué par une ligne gravée.

TYPE 16E (PL. 82)

Quantité totale : 1 exemplaire

16E1.1

20hc 12,2/lhc 7,9/lbc 13,2

21Argile n° 8b. Concrétions brunes et grains de sable. Fragment comprenant la partie droite de la chevelure frontale avec diadème et polos, ainsi que la partie supérieure de l'oreille droite.

Description

22Le fragment provient d'une protomé de grandeur naturelle. La chevelure frontale est stylisée en cinq rangs de godrons ; à l'arrière est posé le polos bas, dont le bord inférieur est indiqué en relief.

TYPE 16F (PL. 82)

Quantité totale : 1 exemplaire

16F 1.1

23lhc 9,5/lhc 4,7/lbc 2

24Argile n° 4. Fragment comprenant le nez, l'œil droit et une partie du front, de la chevelure frontale et du polos avec le trou de suspension.

Description

25Le visage est soigneusement modelé. L'œil effilé, en amande, est gravé à la main. Le nez court et élancé s'élargit légèrement aux narines. La chevelure frontale est stylisée en mèches incisées verticalement. À l'arrière est posé le polos.

Commentaire des types 16A-16F

26Compte tenu de l'état très fragmentaire de ces types, on ne peut que dégager des tendances. Tous les exemplaires sont de bonne facture. Quant aux types 16A, 16C et 16E, il s'agit en outre de très grandes protomés.

27Le type 16A témoigne d'une exécution particulièrement soignée, qui reproduit les détails dans un esprit naturaliste. La stylisation de la chevelure frontale peut être comparée à celle du type 10A. Son visage allongé aussi pourrait évoquer le même domaine stylistique. Mais une classification trop précise serait arbitraire.

  • 1 Clara Rhodos 6-7, p. 262, fig. 52-53. BOARDMAN 1981, fig. 83. La tête en marbre d'un sphinx du Muse (...)
  • 2 Staatliche Museen zu Berlin. Die Antikensammlung (1992), fig. 18.
  • 3 La figure assise de Men-techenu (env. 1450-1425 av. J.-C.), de la 18e dynastie, présente déjà cette (...)

28L'œil finement modelé du type 16B et la manière de styliser les cheveux pourraient orienter vers la Grèce de l'Est : on trouve la même stylisation sur la tête d'un kouros en marbre de Kamiros1, ainsi que sur la statue d'un porteur d'offrande de Didymes2. Cette façon de modeler les cheveux est un emprunt à la plastique égyptienne3.

29Les trois fragments du type 16C sont également de bonne qualité. Les boucles d'oreille sont perforées et l'un des fragments présente un trou latéral de suspension, ce qui confirme que cet exemplaire a servi comme protomé.

30Le moulage du type 16D ne paraît pas en revanche avoir été très réussi. Il est probable que la chevelure frontale est restée collée au moule et que, par compensation, on a souligné le bord inférieur du polos de deux lignes incisées. Les mêmes paupières larges se retrouvent sur les types de nos deux groupes 3 et 12.

  • 4 H.P. ISLER, Monte Iato : La ventesima campagna di scavo, Sic. Arch. 74, 1990, p. 19-20, fig. 34.

31Le fragment de chevelure 16E appartenait à un buste ou à une protomé de grandeur naturelle. On a trouvé un fragment de chevelure semblable au Monte Iato, dans la partie septentrionale de la Sicile4.

32Le fin modelé du nez de 16F et l'œil en amande évoquent l'Ionie de l'Est. Mais la même façon de modeler la chevelure frontale se retrouve sur les types du groupe 12 et constitue une caractéristique locale.

Notes

1 Clara Rhodos 6-7, p. 262, fig. 52-53. BOARDMAN 1981, fig. 83. La tête en marbre d'un sphinx du Museum of Art de Cleveland, qui proviendrait de Solunte, présente aussi ce même arrangement des cheveux : R.R. HOLLOWAY, Influences and styles in the late archaic and early classical Greek sculpture of Sicily and Magna Graecia (1975), fig. 217.

2 Staatliche Museen zu Berlin. Die Antikensammlung (1992), fig. 18.

3 La figure assise de Men-techenu (env. 1450-1425 av. J.-C.), de la 18e dynastie, présente déjà cette stylisation des cheveux : Staatliche Museen zu Berlin. Das agyptische Museum (1991), fig. 55.

4 H.P. ISLER, Monte Iato : La ventesima campagna di scavo, Sic. Arch. 74, 1990, p. 19-20, fig. 34.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable