Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 14. Modèles non identifiables

Texte intégral

17 types, 2 variantes
79 exemplaires

TYPE

14A

14B

14C

14D

14E

14Ea

14Eb

14F

14G

14H

quantité

1

1

1

11

19

3

3

13

1

1

générations

1

1

1

1

2

1

1

1

1

1

forme inconnue

x

x

forme b2

x

x

x

x

x

x

forme b3

x

  • 1 Mais le diadème est fermé en haut.

TYPE

14J

14K

14L

14M

14N

14Ô

14P

14Q

14R

quantité

1

1

4

1

5

1

9

2

1

générations

1

1

2

1

1

1

2

1

1

forme inconnue

x

x

x

x

x

forme b2

x

forme b3

x

x

x1

1On trouvera réunis, là encore par convention, dans ce « groupe 14 » tous les types stylistiquement isolés, ou ceux qui, en raison de leur éclectisme systématique, ne peuvent être rattachés sûrement à aucun courant précis.

2La plupart appartiennent à la fin du VIe ou début du Ve siècle av. J.-C. Mais leur appartenance stylistique étant le plus souvent difficile à établir, il est également difficile d’en fixer la chronologie.

  • 2 La date de 550, proposée pour une tête directement comparable à 14A par H. P. ISLER et M. SGUAITAMA (...)

3Les deux types les plus anciens sont probablement 14A et 14C, où apparaît une composante ionienne. Ils doivent dater de la dernière décennie du VIe siècle2. Ils sont suivis de près par 14B, 14D, 14E et 14F, dans l’élaboration desquels l’éclectisme est déjà prépondérant. On constate d’ailleurs que ces types ont la partie inférieure très élargie vers le bas ; le type 14F est même modelé en forme de buste. Le type 14K paraît être de la même période.

4Les types 14G, 14H et 14J ont un caractère local très affirmé ; mais ils sont peut-être encore de la fin du VIe ou du début du Ve siècle.

  • 3 Datation des exemplaires comparables d’Olynthe au Ve siècle av. J.-C. : Olynthus 4, p. 18, p. 166.

5Quant à 14L, 14M, 14N, 14Ô, 14P et 14Q, ils sont à mettre en rapport avec des bustes ou des statuettes. La détermination de leur appartenance stylistique et leur chronologie ne pourraient être établies qu’en liaison avec celle des statuettes du sanctuaire de la Malophoros. Le type 14R est du début du Ve siècle av. J.-C.3, alors que le type 14Q appartient déjà à l’époque classique.

TYPE 14A (PL. 72)

Quantité totale : 1 exemplaire
14A1 1 exemplaire

14A1.1 (NI 735)

6hc 13/lc 16,2

7Argile n°7b. Concrétions gris-brun et taches brunes. Restes d’engobe. Fragment comprenant la plus grande partie du visage, les oreilles avec le disque perforé, une partie de la chevelure frontale et du diadème à droite et le début de la retombée des cheveux à droite. Recollé de trois fragments. Nez et front endommagés. Deux trous de suspension sur les deux extrémités en haut.

Description

8L’exemplaire n’est pas complet ; la forme est donc incertaine.

9Le modelé du plan facial est lisse et net. Les yeux en amande sont cernés de paupières plastiques. Le nez, qui est endommagé, était court et fin, avec des ailes peu détachées. La bouche large avec des lèvres soigneusement modelées exprime un petit sourire.

10La chevelure frontale est stylisée en petits croissants de lune. Elle s’achève aux oreilles, dont le modelé est plat. Celles-ci sont ornées du disque perforé. La tête est couronnée d’une stéphanè. Derrière les oreilles retombe la chevelure, divisée en trois mèches.

Commentaire

  • 4 Ci-dessus n. 2

11La protomé 14A, qui n’est malheureusement conservée qu’à l’état de fragment, présente des analogies avec une tête en terre cuite de la collection Collisani, présumée provenir de Tarente4. Les traits sobres du visage, les yeux en amande, le nez finement modelé et la large bouche aux lèvres charnues sont directement comparables. Les coiffures aussi sont semblables, bien que sur 14A la structure en soit moins recherchée, en particulier dans la retombée latérale.

  • 5 Il s’agit des types 13B, 13F, 14B, 14K.

12La tête de Tarente et le type 14A ne sont pas identiques, mais ils se ressemblent assez pour qu’on puisse les attribuer à la même aire stylistique. Le modelé du visage montre d’ailleurs dans les deux cas une influence stylistique ionienne, probablement samienne. Le mode de stylisation de la chevelure frontale du type 14A se retrouve sur quatre autres types de Sélinonte5.

TYPE 14B (PL. 73)

Quantité totale : 1 exemplaire
14B1 1 exemplaire

14B1.1 (NI 3307)

13hv 11,4/h 29/lh 12,7/lb 28,5

14Argile n°4. Concrétions brunes et restes d’engobe. Recollé de quatre pièces. Les oreilles et la commissure gauche sont restaurées. Toute la protomé est légèrement asymétrique. Trous de fixation sur les deux côtés.

Description

  • 6 L’exemplaire est publié par GABRICI 1927, p. 279, pl. 66, fig. 1.

15La protomé correspond à la forme b26

16Le visage allongé est caractérisé par les yeux en amande, grands, globuleux et encadrés de paupières nettes. Le nez court à l’arête accentuée s’élargit aux narines. Les lèvres larges sont bien serrées et à peu près droites. Au-dessous de la bouche étroite, le menton affecte une forme ronde et lourde.

17La large masse de la chevelure frontale se compose de rangs d’ondulations fortement serrées. Au-dessus de la coiffe, s’élèvent le diadème et le polos. Trois tresses, ramenées derrière les oreilles, retombent des deux côtés. Les oreilles sont ornées d’un disque perforé.

Commentaire

1814B1.1 compte parmi les plus grandes protomés de Sélinonte. Ici encore la structure du visage trahit une certaine parenté avec des modèles grecs de l’Est. Il s’agit probablement d’une transposition locale du type précédent, car l’exécution de 14B est plus grossière que celle de 14A, dont il n’a pas les formes douces et harmonieusement fusionnées. Ici la structure interne est au contraire apparente : les joues, les tempes et le menton sont bien articulés, la surface du visage est moins lisse, les yeux sont plus globuleux, le nez plus fort, la bouche plus grande, et même la chevelure frontale est plus large. Les cheveux de 14B sont par contre très finement ondulés, dessinant des croissants un peu plus petits que ceux de 14A. Les boucles d’oreilles du type 14B sont également perforées comme celles de 14A.

19L’interdépendance stylistique des deux types est donc évidente, malgré certaines différences dans l’exécution et le traitement de détail. Les deux exemplaires ont d’ailleurs, approximativement, la même hauteur. Le type 14B présente des trous de fixation latéraux, comme c’est le cas pour d’autres grandes protomés de Sélinonte.

TYPE 14C (PL. 72)

Quantité totale : 1 exemplaire
14C1 1 exemplaire

14C1.1

20hvc 9,3/hc 12,7/lhc 9,4/lbc 13,7

21Argile n°5a. Pièce très lourde. Concrétions grises et grains de sable. Brisé au-dessous du cou et obliquement au-dessus de la joue gauche. Nez et partie gauche du visage arrachés. Bord latéral droit endommagé.

Description

22L’exemplaire n’est pas complet, mais le bord latéral droit indique qu’il s’agit probablement d’une protomé de forme a2.

23Le visage, plutôt rond, est dominé par l’œil effilé et cerné de paupières nettes. Les lèvres courtes, mais charnues, expriment un petit sourire. La lèvre inférieure est plus charnue mais plus courte que la supérieure.

24La chevelure frontale est stylisée en gouttières. À l’arrière est posé le diadème. L’oreille, traitée de manière assez naturaliste, est ornée du disque petit et perforé. Le voile retombe derrière l’oreille sur le côté.

Commentaire

25On n’a trouvé qu’un seul exemplaire de ce type, qui est également très isolé du point de vue du style.

26L’œil étroit, nettement dessiné, la bouche sensuelle et la surface du visage sobrement modelée montrent que son créateur connaissait les modèles ioniens. Mais des tendances locales sont tout de même évidentes dans la structure de la chevelure frontale, dans la morphologie ouverte de la partie supérieure en forme de diadème, ainsi que dans l’exécution, plutôt épaisse et lourde.

  • 7 CROISSANT 1983, pl. 122-126.
  • 8 UHLENBROCK 1988, p. 47, fig. 47.

27Une comparaison avec les protomés grecques de Croissant montre une lointaine parenté avec ses types du groupe Ν7. Mais il n’est pas possible d’établir une relation directe avec ce groupe, dont 14C n’imite aucun exemplaire précis. Les caractères locaux montrent d’ailleurs qu’il s’agit ici, tout au plus, d’une adaptation d’un modèle ionien. La question du modèle reste donc ouverte. Il faut peut-être chercher dans une autre colonie grecque d’Occident. Le traitement des yeux notamment trouverait des parallèles à Géla8 ; mais celui de la bouche n’y a pas d’équivalent. Le fait que l’on n’ait trouvé à Sélinonte qu’un seul exemplaire de ce type, qui ne s’intègre à aucun des groupes sélinontins, permet de supposer qu’il pourrait s’agir d’une importation, venue d’une autre cité sicilienne, ou d’Italie méridionale.

TYPE 14D (PL. 72 et 74)

Quantité totale : 11 exemplaires
14D1 11 exemplaires

14D1.1

28hv 7,8/hc 15,2/lh 7,4/lbc (oreilles) 7,3

29Argile n°8b. Concrétions gris-brun et grains de sable.

30Manque la partie inférieure.

14D1.2 (NI 369)

31hv 8,2/h 16,2/lh 7,3/lb 16,5

32Argile n°2. Concrétions gris-brun et restes d’engobe.

Description

  • 9 L’exemplaire 14D1.2 est publié par GABRICI 1927, p. 279, pl. 66, fig. 3.

33La protomé correspond à la forme b29.

34Le visage allongé est clairement délimité en bas par le menton rond. Les yeux horizontaux sont encadrés de paupières plastiques à peine visibles. Le nez court prolonge sans accident le plan du front et se relève légèrement à l’extrémité. Les lèvres charnues expriment un sourire et donnent au visage une expression sereine.

35La chevelure frontale est stylisée en rangées d’ondulations écartées. À l’arrière est posé le polos, dont le bord inférieur est marqué en relief. Les petites oreilles sont ornées du disque. Le voile, indiqué en relief de même que le décolleté, retombe de part et d’autre du cou.

Commentaire

36Le type se signale par des traits délicats et par un sourire serein. La transition en douceur des joues, à peine accentuées, au menton mou et rond, de même que le profil harmonieux témoignent d’une influence stylistique de la Grèce de l’Est.

37La structure en fines lignes de la chevelure frontale et le diadème étroit se retrouvent exactement sur notre type 1K, dont il est probable que 14D n’est qu’une transposition locale.

TYPE 14E (PL. 74-75)

Quantité totale : 25 exemplaires
14E1 17 exemplaires
14E2 2 exemplaires
14Eal 3 exemplaires
14Eb1 3 exemplaires
Réduction entre 14E1 et 14E2 : 15 %

La hauteur du visage de 14E1 correspond à celle de 14Ea1.

14E1.1

38hv 4,7/h 10,8/lh 5,6/lb 9,3

39Argile n°8b. Concrétions gris-brun et restes d’engobe. Bord supérieur légèrement endommagé. Trou de suspension au milieu du polos.

14E1.2

40hv 4,7/h 11,7/lh 6,2/lb 10,5

41Argile n°8b. Concrétions grises et grains de sable. Cassure sur l’himation droit. Le visage, l’oreille et Thimation gauche sont émoussés. Boucle d’oreille gauche non représentée. La structure des cheveux n’est pas reconnaissable.

14E1.3

42hv 4,7/hc 8,3/lc 6,3

43Argile n°8b. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension sur le polos.

14E2.1

44hv 4/hc 6,4/lh 4,9

45Argile n°8b. Concrétions gris foncé et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du polos.

14Ea1.1

46hv 4,7/hc 6,4/lh 4,9

47Argile n°8b. Concrétions brunes. Manque la partie inférieure.

14Eb1.1

48hv 3,4/h 8,5/lh 3,8

49Argile n°8b. Concrétions gris-brun. Manque l’extrémité gauche. Trou de suspension sur le polos.

Description

  • 10 Un exemplaire est publié par GABRICI 1927, p. 271, pl. 58, fig. 4.

50La protomé correspond à la forme b210.

51Le visage est de forme trapézoïdale. Le menton est large et anguleux. Les yeux étroits et effilés sont encadrés de paupières épaisses. La bouche large esquisse un demi-sourire, qui creuse légèrement les joues.

52Le profil est remarquable par sa verticalité. Le front, la bouche et le menton sont dans le même plan ; seul le nez, arrondi au bout, émerge du plan vertical par une dépression entre le front et l’arête du nez.

53Les cheveux sont stylisés au-dessus du front en larges godrons ; mais chaque godron est strié de plusieurs lignes parallèles, qui en répètent la forme. Cette structure fine doit dériver de la plastique en bronze, car elle n’est guère adaptée au travail de la terre cuite. On observe d’ailleurs sur l’exemplaire 14E1.2 qu’elle disparaît immédiatement, dès que le moule est encrassé. À cause du moule encrassé le nez est plus gros et les yeux semblent beaucoup plus grands parce que l’encadrement des paupières plastiques n’est plus reconnaissable.

54La tête est coiffée d’un polos, dont le bord supérieur est penché en avant sur quelques exemplaires. Le voile, ramené derrière les oreilles ornées d’un disque plastique, retombe de part et d’autre du cou.

55Variante 14Ea : la tête porte le diadème au lieu du polos. Tous les visages de cette variante sont gros.

56Variante 14Eb : cette variante porte trois tresses de chaque côté au lieu de l’himation. Les tresses sont stylisées par des rangs de boucles en perles.

57Les mesures de la variante 14Eb1 correspondraient à une troisième génération du type 14E.

Commentaire

58La structure lourde du visage, sa forme trapézoïdale et la verticalité du profil se retrouvent évidemment sur des documents corinthiens. Mais la forme de la protomé, les larges paupières, la structure de la chevelure, le modelé de la bouche et de l’himation latéral sont des particularités qui n’ont pas de parallèles en domaine corinthien.

59Une comparaison avec notre type 2J montre en fait que c’est probablement de lui que dérive 14E du point de vue du style. La forme des yeux est très semblable, bien que le bord des paupières sur 14E soit d’un modelé sensiblement plus lourd que sur 2J. Chez ce dernier les globes des yeux et les paupières paraissent organiquement liés au visage, alors que sur 14E ils sont comme isolés des autres parties du visage. Mais la stylisation en godrons de la chevelure frontale est, dans les deux cas, pratiquement identique. 14E y ajoute une structuration fine des godrons, qui s’inspire probablement de modèles en métal, comme les tresses détaillées de la variante 14Eb.

60Cette variante 14Eb fait d’ailleurs apparaître avec une particulière évidence la relation avec 2J, tout en renvoyant aussi à un autre type, 2H. Les fines tresses de perles qui retombent toutes droites y sont en effet traitées exactement de la même manière. D’ailleurs, bien que forme et structure du visage soient différents sur 2H et 14Eb, ils affichent une même expression, tranquille et comme réfléchie.

  • 11 Voir également ci-dessus, p. 225-226.

61Il est très vraisemblable dans ces conditions que les trois types, 2H, 2J et 14E, proviennent du même atelier. Certains détails coïncident, de même que le développement simultané d’une série soignée et d’une série plus grossière. Mais les structures de visages des trois types n’en sont pas moins différentes. Nous avons vu que les types 2H et 2J révélaient une inspiration milésienne. Et dans la structure du visage de 14E nous pouvons relever des éléments corinthiens. Mais l’éclectisme est ici tellement prononcé que nous avons renoncé à classer le type dans le groupe 10. Pour les détails de la chevelure, qui s’inspirent probablement de modèles en métal, on pourrait d’ailleurs également chercher les modèles du côté de Métaponte11.

TYPE 14F (PL. 75)

Quantité totale : 13 exemplaires
14F1 13 exemplaires

14F1.1

62hv 3,2/h 9,3/lh 3,9/lb 7,9

63Argile n°7b. Concrétions grises.

14F1.2

64hv 3,1/h 8,8/lh 3,7/lb 7,3

65Argile n°8b. Concrétions grises. Endommagé autour du trou de suspension, qui est situé sur les cheveux au-dessus du front.

Description

66La protomé correspond à la forme b3.

67Le visage ovale est caractérisé par les joues accentuées et par le menton large et rond. Les yeux sont obliques, sans paupières plastiques. En vue de profil le nez se redresse par rapport au plan du front et dégage l’espace naso-labial. Les lèvres expriment un petit sourire.

68La chevelure frontale est stylisée en godrons, et à l’arrière est posé le polos. Deux tresses retombent de part et d’autre du cou. Les oreilles sont petites, modelées sommairement mais ornées du disque. Les bras et les seins sont indiqués en relief.

Commentaire

69Comme le précédent, ce type présente une structure de visage et un profil vertical qui trahissent une composante corinthienne. Les yeux étroits, obliques, et l’expression tranquille et sereine évoquent par contre des modèles ioniens.

70La chevelure frontale, structurée en godrons, est comme celle de 14E. La protomé adopte la forme b3, comme le type 2H, dont il a été question à propos de 14E. Mais par le modelé des tresses 14F se distingue aussi bien de 14Eb que de 2H.

71En revanche une comparaison avec le type 1B montre que la partie inférieure de 14F, tout en étant plus petite, correspond exactement à ce que l’on trouve sur 1B. Et les tresses se déroulent aussi de manière très semblable.

72En fait l’éclectisme du type 14F est encore plus marqué que celui de 14E. On y retrouve, assemblés et fondus en une composition nouvelle, des détails d’origines fort diverses. Aussi ce type ne peut-il être classé ni dans un groupe d’inspiration grecque de l’Est, ni dans le groupe 10, car il est essentiellement composite.

TYPE 14G (PL. 76)

Quantité totale : 1 exemplaire
14G1 1 exemplaire

14G1.1 (NI 220)

73hv 8,4/h 22,2/lh 11,8/lbc 17

74Argile n°8a. Concrétions brunes et restes d’engobe. Taches brunes. Manque l’extrémité gauche. La boucle d’oreille à droite et les tresses tombant au-dessous sont restaurées. Chevelure frontale, tresses et boucle d’oreille probablement faites à la main. Trou de suspension sur le polos.

Description

75La protomé correspond à la forme b2.

76Le visage affecte une forme ovale. Les yeux globuleux ne sont pas cernés de paupières plastiques. Le nez élancé ne s’élargit guère aux narines. Les lèvres charnues expriment un petit sourire et creusent légèrement les joues. La vue de profil est dominée par la verticalité, seulement interrompue par le nez, qui montre un fléchissement entre la racine et le bout du nez. Le menton rond et lourd est légèrement saillant.

77La chevelure frontale est modelée en fort relief et traitée en mèches incisées verticalement. Elle dégage le front en triangle. À l’arrière est placé le diadème. Les oreilles sont ornées du disque avec un anneau et un pendentif. Trois tresses retombent de part et d’autre du cou. Le décolleté est modelé en relief.

Commentaire

78Si l’on compare le type 14G aux autres protomés sélinontines, on trouve un traitement analogue de la chevelure frontale sur les deux variantes 12Da et 12Db, de même que sur le type 12E. Mais il y a une différence : sur 14G le milieu du front est accentué par l’angle obtus de la chevelure frontale. Or cette même accentuation se retrouve sur le type 4D, dont la chevelure frontale est certes stylisée comme ici en mèches verticales, mais rendue par un relief plus large et plus arrondi. Quant aux boucles d’oreilles assez singulières de 14G, elles se rencontrent aussi, dans la même exécution sommaire, sur le type 12E et probablement sur le type 12D, où le disque est perforé. Une version plus délicate des mêmes boucles d’oreilles, mais sans disque additionnel, est d’ailleurs proposée par les types 4Ea et 5A. Enfin la structuration des tresses par des incisions horizontales, qui caractérise 14G, n’est pas isolée à Sélinonte : on la trouve aussi sur les types 3E, 3G, 12A et 14B.

79Ce type 14G, bien qu’il ne soit représenté que par un seul exemplaire, paraît donc marqué d’une très forte empreinte locale ; l’artisan s’est inspiré de divers types sélinontins. Les détails de 14G se retrouvent en effet surtout dans le groupe 12, dont nous avons vu que le style peut être qualifié de sélinontin. Mais la structure du visage de 14G n’a en revanche rien de commun avec ce groupe.

TYPE 14H (PL. 77)

Quantité totale : 1 exemplaire
14H1 1 exemplaire

14H1.1

80hv 7/hc 12/lh 7,5/lbc 4,5

81Argile n°6. Concrétions brunes et grains de sable. Brisé au-dessous des oreilles et du cou. L’œil droit et les cheveux sont faits à la main. Les paupières de l’œil gauche sont incisées dans le moule.

Description

  • 12 L’exemplaire est publié par M. RIOTTO, Per un ampliamento della problematica sulla coroplastica sel (...)

82L’exemplaire n’est pas complet ; la forme est donc incertaine12.

83Le visage allongé, articulé par des arêtes vives est dominé par les grands yeux encadrés de paupières fines, légèrement inclinés à l’angle externe, et par le menton large et anguleux. Le nez s’élargit aux narines, et les lèvres épaisses et charnues expriment un sourire. Le profil se caractérise par une ligne bizarre, due à la proéminence du nez, dont le bout se relève après une dépression. L’espace naso-labial est presque inexistant, la bouche est très large, et le menton haut et pointu prolonge le visage vers le bas.

84La large masse de la chevelure frontale, travaillée en fort relief, est traitée en mèches incisées verticalement, qui sont séparées au milieu et découpent le front en triangle. À l’arrière la masse des cheveux continue, mais sans détails ; seules les empreintes digitales de l’artisan sont visibles. Les oreilles ne sont pas traitées, mais à droite se trouve un disque, dont la partie intérieure est en retrait.

Commentaire

85Le type, représenté par un unique exemplaire, n’est comparable pour le style à aucune autre protomé de Sélinonte.

  • 13 Voir le commentaire du type 1H, ci-dessus, p. 98-99.
  • 14 Voir le commentaire des types 12D-12E, ci-dessus, p.200-201.
  • 15 Une tête en terre cuite du sanctuaire de la Malophoros est comparable par le style : GABRICI 1927, (...)

86Le traitement des paupières peut être considéré comme un élément indigène. Cellesci ont été incisées à la main dans le moule, de sorte qu’elles apparaissent en fort relief sur la protomé. Cette technique était répandue parmi les populations autochtones de Sicile13. L’œil droit a d’ailleurs été également retouché à la main. En revanche la chevelure frontale est stylisée en mèches verticales, de manière semblable à celle du type précédent 14G et de plusieurs autres types sélinontins14. Il reste que la coiffe sur le crâne, épaisse et non structurée, modelée à la main, et le profil inhabituel constituent des éléments étranges à Sélinonte15.

TYPE 14J (PL. 77)

Quantité totale : 1 exemplaire
14J1 1 exemplaire

14J1.1

87hv 9,1/hc 15,5/lhc 9,2/lbc 8,9

88Argile n°7b. Concrétions brunes. Manque la partie inférieure ; brisé à gauche du visage.

Description

89L’exemplaire n’est pas complet ; la forme de la protomé est donc incertaine.

90Le visage anguleux est caractérisé par les yeux grands, horizontaux, rapprochés et cernés de paupières nettes, par le nez court et élancé, qui s’élargit aux narines, par les lèvres charnues et droites et par le menton large. Le profil est régi par une stricte verticalité, qui n’est interrompue que par le nez et la lèvre supérieure. L’espace naso-labial est presque inexistant.

91Les cheveux au-dessus du large front sont stylisés de la même façon que sur le type 11A. Les cheveux latéraux sont ramenés derrière les oreilles et traités en perles. L’oreille est grande et modelée de manière assez naturaliste et probablement ornée d’un petit disque. On distingue mal si la tête est coiffée du diadème.

Commentaire

92Le type 14J présente, en vue de face, un visage aux traits bien dessinés, avec de grands yeux largement ouverts. Mais il est moins équilibré en vue de profil.

93Ce type présente une certaine ressemblance avec les types du groupe 11. La chevelure frontale est notamment stylisée en gouttières longues, comme sur 11A. Et le profil, avec son espace naso-labial réduit au minimum, est comparable à celui des types 11C et 1 1D ; enfin les grosses perles des cheveux se retrouvent sur 11A et 11C.

94En dépit de ces références ponctuelles, le type 14J ne saurait pourtant être attribué au groupe 11. Car la structure du visage est fort différente, et ne trouve réellement place dans aucun des groupes sélinontins.

TYPE 14K (PL. 75)

Quantité totale : 1 exemplaire
14K1 1 exemplaire

14K1.1

95hv 5,5/hc 10,9/lhc 5/lbc 6,6

96Argile n° 1. Concrétions gris-brun et restes d’engobe. Manquent la partie inférieure et les deux extrémités du polos. Nez endommagé. Trou de suspension sur le polos.

Description

97L’exemplaire n’est pas complet, mais les côtés paraissent supposer la forme b2 ; la forme précise reste toutefois incertaine.

98Le visage allongé est délimité en bas par le menton large et rond, qui affecte une allure lourde, en vue de profil. Les yeux effilés sont horizontaux : l’angle externe se trouve exactement au même niveau que l’angle interne. Ils sont cernés de paupières épaisses. La bouche charnue exprime un petit sourire. Le nez assez long, malheureusement endommagé, montre de petites narines creusées.

  • 16 Voir le commentaire du type 14A, ci-dessus p. 232-233 : les coiffures sont comparables, mais ici la (...)

99La coiffure dégage le front en triangle. Elle se compose de plusieurs rangs de tout petits croissants, et descend devant les oreilles16. Au-dessus des cheveux est posé le polos. Les oreilles, en forme de volute, sont ornées du disque. Sur les deux côtés retombe le voile, indiqué en relief.

Commentaire

100L’unique exemplaire du type, modelé avec soin, n’est comparable à aucun autre type. Il est pourtant remarquable par son visage allongé, sa structure extrêmement fine de la chevelure frontale et ses yeux horizontaux.

TYPE 14L (PL. 77-78)

Quantité totale : 4 exemplaires
14L1 2 exemplaires
14L2 2 exemplaires
Réduction entre 14L1 et 14L2 : 13 %

14L1.1

101hv 4,8/hc 8,9/lh 5,4/lbc 3,4

102Argile n°2. Concrétions brunes et restes d’engobe. Fragment comprenant le visage et le cou ; recollé de deux morceaux. Nez légèrement émoussé. Trou de suspension sur le polos bas.

14L2.1

103hv 4,2/h 11,6/lh 4,5/lbc 6,4

104Argile n°4. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Brisé à droite du visage et au milieu de la partie inférieure. Trou de suspension sur le polos. Diadème à peine reconnaissable à cause du moule encrassé.

Description

105La protomé correspond à la forme b3.

106La forme du visage s’inscrit dans un ovale, avec des joues plates et un menton rond. Les yeux sont assez grands, obliques et cernés de paupières nettes. Le nez élancé ne s’élargit guère aux narines. La petite bouche est fermée, mais les lèvres ne se rejoignent pas aux commissures.

107La chevelure frontale se compose de trois rangs d’ondulations, qui sont stylisées en forme de croissants, et découpent le front en triangle. À l’arrière est posé le polos bas, dont la base est marquée en relief. Les oreilles sont petites et bien détaillées. Quatre tresses retombent sur les épaules et les bras, qui sont modelés en relief, comme les seins.

TYPE 14M (PL. 77)

Quantité totale : 1 exemplaire
14M1 1 exemplaire

14M1.1

108hv 3,7/hc 6/lh 4,5/lbc 5,2

109Argile n°8a. Concrétions brunes et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu, à la base du polos.

Description

110Le seul exemplaire trouvé n’est pas complet et la forme de la protomé est incertaine.

111Les détails sont à peine reconnaissables, car le moule était très encrassé. Il est évident toutefois que le type est très semblable sinon identique au type 14L. La hauteur du visage correspondrait à la troisième génération de 14L. La seule différence se trouve dans l’himation latéral, mais les tresses peuvent s’effacer, ainsi que la structure de la chevelure frontale ou le bord inférieur du polos en relief, ou même la forme exacte du polos, quand le moule est très encrassé. Malheureusement, il nous manque la partie inférieure de la protomé, qui aurait pu donner d’autres indications sur l’apparence générale du type, et sur son identité probable avec 14L.

Commentaire des types 14L et 14M

  • 17 GABRICI 1920, p. 82, fig. 18, GABRICI 1927, p. 250, pl. 48, fig. 2. Une tête en ronde bosse, du typ (...)
  • 18 GABRICI 1927, p. 250.
  • 19 GABRICI 1927, p. 249-250, pl. 48, fig. 4.

112Le type 14L a été fabriqué à l’aide d’un moule de statuette. Il est également attesté, dans le sanctuaire de la Malophoros, par des bustes17, ainsi que par de nombreux fragments de statuettes. Malheureusement, il n’y a aucune statuette entière18. Un autre type de statuette, avec un visage semblable, a été publié par Gabrici19.

113Ce visage poupin, soigneusement modelé, avec une structure de la chevelure finement divisée et une forte accentuation du milieu du front, ne peut être rapproché d’aucun autre type de protomé sélinontine. Seul un examen systématique des types de statuettes du sanctuaire de la Malophoros permettrait d’en déterminer les antécédents stylistiques.

TYPE 14N (PL. 78)

Quantité totale : 5 exemplaires
14N1 5 exemplaires

14N1.1

114hv 3,6/h 10,9/lh 4,8/lbc 9,9

115Argile n°4. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque l’extrémité droite. La retombée des cheveux est endommagée au-dessous de l’oreille gauche. Nez légèrement émoussé.

14N1.2 (NI 745)

116hv 3,6/h 10,9/lhc 4,1/lbc 9,9

117Argile n°7b. Concrétions gris foncé et taches brunes. Restes d’engobe. Recollé de trois fragments. Manquent l’extrémité droite en bas et l’extrémité gauche du polos. Oreille gauche non représentée. Oreille droite faite à la main.

Description

  • 20 Un exemplaire de buste est publié par GABRICI 1927, p. 273, pl. 59, fig. 6.

118La protomé correspond à la forme b3. Des bustes du même type ont été trouvés dans le sanctuaire20.

119Le visage s’inscrit dans un ovale plein et s’élargit vers les tempes. Les yeux obliques et effilés sont cernés de paupières fines et nettes. Le menton est large, mais pas proéminent en vue de profil. La coiffure frontale se compose d’une masse large, stylisée en plusieurs lignes d’ondulations serrées qui décrivent une courbe sur le front. Le bord inférieur du polos est accentué par une ligne étroite en relief. La retombée des cheveux est ondulée de la même manière que la chevelure frontale. Les seins sont bien indiqués en relief. Le cou large, les épaules et les seins forts donnent au type une allure matronale.

Commentaire

  • 21 UHLENBROCK 1988, pl. 45, fig. a-b, The Gela Type.

120Ce type 14N, finement modelé, n’a aucun parallèle parmi les protomés sélinontines. La large masse de la chevelure frontale, avec ses minces touffes de cheveux légèrement ondulées n’est pas typique de Sélinonte ; par contre le type 13E, qui est importé de Géla, présente une chevelure frontale comparable. Les yeux et les lèvres, finement dessinés, peuvent également être rapprochés d’un type de Géla21.

121Il est donc possible qu’une certaine influence de Géla se soit exercée sur ce type ; mais on ne connaît pas à Géla de document directement comparable.

TYPE 14Ô (PL. 78)

Quantité totale : 1 exemplaire
14Ô1 1 exemplaire

14Ô1.1

122hv 3,4/h 9,3/lh 4,2/lbc 4

123Argile n°4. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque l’extrémité droite. Nez endommagé. Trou de suspension à la base du polos.

Description

124La protomé correspond à la forme b2.

125Le visage, légèrement allongé mais plein, est caractérisé par les yeux globuleux, dont l’angle externe s’incline légèrement vers le bas, et par la bouche large, aux lèvres charnues et saillantes. La vue de profil montre un menton lourd, fuyant et empâté.

126La chevelure frontale se compose de trois rangs de boucles en perles. À l’arrière s’élève le polos. Le voile latéral retombe de part et d’autre du cou et recouvre les oreilles. Le décolleté est indiqué en relief.

Commentaire

  • 22 GABRICI 1927, pl. 67, fig. 2-6. FRONING 1990, p. 351 352, fig. 21-23.
  • 23 FRONING 1990, p. 351-353.
  • 24 CROISSANT 1983, pl. 106, n° 160, pl. 111, n° 170, pl. 112, n° 171. pl. 113, n° 172.

127Cet exemplaire unique n’est comparable à aucun autre type de protomé sélinontine. Le modelé de la bouche et du menton est semblable à celui de 13P, qui doit être mis en relation avec le style de Medma. Et la coiffure de 14Ô en forme de petites boucles se retrouve sur plusieurs types de statuettes sélinontines22, qui sont également reliées au style de Medma23. Le même modelé en petites boucles est d’ailleurs également attesté en Attique, sur des protomés de petit format24. Mais la structure des visages attiques n’a qu’une très vague ressemblance avec celle de 14Ô ; et la morphologie de ces protomés attiques présente un aspect totalement différent, du fait que les têtes sont appliquées sur un pinax dont la partie supérieure est de forme ovale.

  • 25 GABRICI 1927, pl. 68, fig. 6.

128Parmi les statuettes du sanctuaire publiées à ce jour, une figure assise est à vrai dire relativement proche du type 14Ô25 : elle présente une coiffure semblable et porte le polos. Mais sur aucun des exemplaires publiés, l’himation ne retombe de part et d’autre du cou. Une attribution stylistique du type 14Ô ne paraît possible en tout cas qu’en relation avec les statuettes sélinontines, dont il n’existe pas encore de catalogue.

TYPE 14P (PL. 78)

Quantité totale : 9 exemplaires
14P1 7 exemplaires
14P2 2 exemplaires
Réduction entre 14P1et 14P2 : 2 %

14P1.1

129hv 3,6/hc 7,3/lh 6,2/lbc 5,3

130Argile n°5a. Concrétions gris-brun et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Bord du polos endommagé. Trou de suspension sur le polos.

14P1.2

131hv 3,5/hc 7,4/lhc 5,7/lbc 3,6

132Argile n°4. Concrétions grises. Manquent le côté droit et la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du polos. Grâce à la fraîcheur du moule, la structure de la chevelure sur le front et sur les côtés est bien visible.

14P2.1

133hv 3,1/hc 6,8/lh 4,8/lbc 5,1

134Argile n°6. Concrétions grises. Manque la partie inférieure. Joue droite et bord du polos endommagés. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

135Aucun exemplaire n’est complet ; la forme de la protomé est donc incertaine.

136Le visage est ovale, avec des pommettes accentuées et un menton rond. Le globe oculaire est légèrement oblique et le nez, dont l’extrémité s’arrondit en vue de profil, montre un léger fléchissement et dégage l’espace naso-labial. La bouche petite exprime un sourire.

137La chevelure frontale, travaillée en fort relief, se compose de plusieurs rangs d’ondulations serrées. A l’arrière sont posés le diadème étroit et le polos. Les oreilles, à peine reconnaissables, manquent sur quelques exemplaires à gauche. Le voile retombe sur les deux côtés.

Commentaire

  • 26 D. LEIBUNDGUT WIELAND, o.c. (ci-dessus p. 155 n.2), S53-06.

138Parmi les trouvailles sporadiques faites dans la nécropole sélinontine, dans la localité de Manicalunga, on a trouvé la tête d’une statuette qui paraît être identique, stylistiquement, au type 14P, et qui appartient à la deuxième génération26. Le type doit donc avoir été fabriqué à l’aide d’un moule de statuette.

  • 27 SGUAITAMATTI 1984, pl. 23, fig. 80.
  • 28 SGUAITAMATTI 1984, p. 138-140.

139Leibundgut Wieland a comparé cette tête à celle d’un type de statuette publié par Sguaitamatti27, qui le considérait comme agrigentin28. Pour autant qu’une comparaison sur photographie le permette, on peut en effet constater une certaine ressemblance des structures des visages entre la tête de la statuette Sguaitamatti et le type 14P. La stylisation de la chevelure frontale et le polos évasé sont également semblables. Mais à côté de ces ressemblances, il y a aussi des différences : le type de Sguaitamatti ne porte ni l’himation latéral ni le diadème.

140Là encore une attribution stylistique de notre type ne pourra être envisagée que dans le cadre d’une étude conjointe, étendue aux statuettes du sanctuaire de la Malophoros.

TYPE 14Q (PL. 79)

Quantité totale : 2 exemplaires
14Q1 2 exemplaires

14Q1.1 (NI 521)

141hv 4,4/h 16,6/lh 5,4/lbc 11,3

142Argile n° 1, mais très poreuse, mal épurée et fortement calcinée. Concrétions brunes et taches brunes. Restes d’engobe. Manque l’extrémité droite. Nez légèrement endommagé.

Description

  • 29 L’exemplaire 14Q1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 291-292, pl. 73, fig. 9.

143La protomé correspond à la forme b329, mais elle est fermée en haut et porte le diadème.

144Le visage ovale est dominé par les yeux horizontaux et les lèvres charnues, sans sourire. En vue de profil, le nez droit et le menton lourd sont remarquables.

145Les cheveux au-dessus du front se composent de plusieurs rangs d’ondulations serrées. À l’arrière sont posés la stéphanè étroite et le diadème. Les oreilles ne sont modelées que sommairement. Les épaules et les seins sont indiqués en relief. Le haut du corps est vêtu du chitôn et de l’himation, qui couvre également la tête et referme la figure en haut.

Commentaire

  • 30 GABRICI 1927, pl. 73, fig. 4, 5, 7, 8.
  • 31 Voir par ex. BOARDMAN 1985, fig. 23.5 (Olympie, métope 10 : Athena).

146Le type 14Q a été lui aussi produit à l’aide d’un moule de statuette. Dans le sanctuaire de la Malophoros on a trouvé plusieurs têtes de statuettes qui en sont stylistiquement proches30. Le modelé du visage, avec son expression sérieuse, correspond au mode de représentation classique. Les plis du chitôn et de l’himation tombent symétriquement selon la mode de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.31. Ce type devrait aussi être analysé en même temps que l’ensemble des statuettes du sanctuaire de la Malophoros.

TYPE 14R (PL. 79)

Quantité totale : 1 exemplaire
14R1 1 exemplaire

14R1.1 (NI 406)

147hv 7,8/hc 13,3/lh 10,8/lbc 10,3

148Argile n° 1. Concrétions grises et restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton. Œil droit et tempe droite endommagés. Trou de suspension sur le crâne.

Description

  • 32 Publié par GABRICI 1927, p. 249, pl. 47, fig. 7.

149L’exemplaire n’est pas complet ; la forme de la protomé est donc incertaine32.

150Le visage rond est dominé par l’œil proéminent et horizontal et par les lèvres charnues, qui suivent un tracé sinueux. Ces détails s’expriment aussi en vue de profil, où le nez aquilin et le menton lourd et saillant sont modelés d’une façon remarquable.

151La chevelure frontale se compose de plusieurs rangs d’ondulations serrées. Ils sont séparés au milieu et découpent le front en triangle. À l’arrière, le voile couvre la tête et les oreilles et retombe sur les deux côtés.

Commentaire

152L’exemplaire unique du type 14R n’est comparable à aucun autre type de Sélinonte. On est frappé par les formes lourdes, presque massives, de certains détails du visage et par le très fort relief de la chevelure frontale et du voile. Le chignon compact de la chevelure frontale descend, de côté, jusqu’au-dessus des oreilles et le voile épais enveloppe la tête ; cette disposition ne se rencontre sur aucun autre type de Sélinonte.

  • 33 Olynthus 4, p. 16, pl. 9, fig. 52 et 54, p. 18, pl. 10, fig. 61. Olynthus 7, p. 23, pl. 8, fig. 32- (...)

153Dans un dépôt de terres cuites de la nécropole orientale d’Olynthe, ont été trouvés plusieurs types de protomés qui ont une certaine ressemblance avec le type 14R33. Sont comparables : la lourdeur du modelé, la chevelure frontale compacte qui encadre le visage et le voile épais qui la recouvre. Les lèvres charnues vont dans le même sens et confèrent au visage son expression de sévérité. Les yeux du type d’Olynthe sont, par contre, traités tout autrement : les globes ne sont pas proéminents et leurs angles externes sont nettement abaissés. Les stylisations des chevelures frontales se distinguent aussi du type 14R.

Notes

1 Mais le diadème est fermé en haut.

2 La date de 550, proposée pour une tête directement comparable à 14A par H. P. ISLER et M. SGUAITAMATTI (éd.), La Collezione Collisani (1990), p. 62, pl. 10, fig. 95, paraît de toute façon trop haute.

3 Datation des exemplaires comparables d’Olynthe au Ve siècle av. J.-C. : Olynthus 4, p. 18, p. 166.

4 Ci-dessus n. 2

5 Il s’agit des types 13B, 13F, 14B, 14K.

6 L’exemplaire est publié par GABRICI 1927, p. 279, pl. 66, fig. 1.

7 CROISSANT 1983, pl. 122-126.

8 UHLENBROCK 1988, p. 47, fig. 47.

9 L’exemplaire 14D1.2 est publié par GABRICI 1927, p. 279, pl. 66, fig. 3.

10 Un exemplaire est publié par GABRICI 1927, p. 271, pl. 58, fig. 4.

11 Voir également ci-dessus, p. 225-226.

12 L’exemplaire est publié par M. RIOTTO, Per un ampliamento della problematica sulla coroplastica selinuntina, Sic. Arch. 54-55, 1984, p. 67-68, fig. 9-9 bis.

13 Voir le commentaire du type 1H, ci-dessus, p. 98-99.

14 Voir le commentaire des types 12D-12E, ci-dessus, p.200-201.

15 Une tête en terre cuite du sanctuaire de la Malophoros est comparable par le style : GABRICI 1927, p. 235-236, pl. 47, fig. 6. Gabrici la caractérise de la façon suivante : « Questa maschera fa l’impressione di un lavoro eseguito con grande inesperien/a e non ha caratteristiche comuni alle terrecotte selinuntine… ».

16 Voir le commentaire du type 14A, ci-dessus p. 232-233 : les coiffures sont comparables, mais ici la structure est plus fine.

17 GABRICI 1920, p. 82, fig. 18, GABRICI 1927, p. 250, pl. 48, fig. 2. Une tête en ronde bosse, du type 14L, se trouve au Louvre : MOLLARD-BESQUES 1954, pl. 53, fig. Β 565.

18 GABRICI 1927, p. 250.

19 GABRICI 1927, p. 249-250, pl. 48, fig. 4.

20 Un exemplaire de buste est publié par GABRICI 1927, p. 273, pl. 59, fig. 6.

21 UHLENBROCK 1988, pl. 45, fig. a-b, The Gela Type.

22 GABRICI 1927, pl. 67, fig. 2-6. FRONING 1990, p. 351 352, fig. 21-23.

23 FRONING 1990, p. 351-353.

24 CROISSANT 1983, pl. 106, n° 160, pl. 111, n° 170, pl. 112, n° 171. pl. 113, n° 172.

25 GABRICI 1927, pl. 68, fig. 6.

26 D. LEIBUNDGUT WIELAND, o.c. (ci-dessus p. 155 n.2), S53-06.

27 SGUAITAMATTI 1984, pl. 23, fig. 80.

28 SGUAITAMATTI 1984, p. 138-140.

29 L’exemplaire 14Q1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 291-292, pl. 73, fig. 9.

30 GABRICI 1927, pl. 73, fig. 4, 5, 7, 8.

31 Voir par ex. BOARDMAN 1985, fig. 23.5 (Olympie, métope 10 : Athena).

32 Publié par GABRICI 1927, p. 249, pl. 47, fig. 7.

33 Olynthus 4, p. 16, pl. 9, fig. 52 et 54, p. 18, pl. 10, fig. 61. Olynthus 7, p. 23, pl. 8, fig. 32-33.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable