Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 13. Modèles coloniaux de Sicile et d’Italie méridionale

Texte intégral

16 types, 1 variante
197 exemplaires

TYPE

13A

13B

13C

13D

13E

13F

13G

13H

13J

13K

13L

13M

quantité

1

2

1

2

2

20

2

13

1

112

1

16

générations

1

2

1

1

1

2

1

3

1

4

1

2

forme inconnue

x

x

x

x

x

forme a2

x

x

x

forme b2

x

x

x

forme a3

x

forme c2

x

x

  • 1 Sans voile, mais avec diadème.

TYPE

13N

13Na

13Ô

13P

13Q

quantité

4

13

4

1

2

générations

1

3

1

1

1

forme inconnue

x

x

forme b2

x

x

forme c3

x1

1Ce groupe 13, à la différence des précédents, ne prétend pas à l’homogénéité stylistique : on y a simplement rassemblé, par commodité, tous les types importés d’autres colonies grecques d’Occident, ou créés d’après des modèles qui en proviennent.

2Les types y seront donc classés selon des critères géographiques, en commençant par ceux des sites de la côte sud de la Sicile et de l’Italie méridionale, pour finir par deux types provenant de la partie nord de l’Italie méridionale. La classification est fonction de l’éloignement par rapport à Sélinonte.

3Ainsi les types 13A-13Ô présentent des affinités stylistiques avec la documentation fournie par les cités de la Sicile méridionale, notamment Agrigente, Géla, Camarina et Syracuse, ou du Sud de la Grande Grèce, en particulier Locres et Métaponte. Et les deux derniers types, 13P et 13Q, révèlent une influence venue de Medma, sur le versant tyrrhénien de l’Italie méridionale.

4Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’il y ait eu aussi des relations entre Sélinonte et la côte nord de la Sicile, malgré l’absence de pièces importées ou adaptées de cette région. Cela tient probablement au fait que la publication des terres cuites trouvées dans les fouilles n’en est qu’à ses débuts. Et de ce point de vue le travail est plus avancé pour la côte sud que pour la côte nord. Il est donc possible que parmi les nombreux types des groupes 14-15, qui n’ont pu être classés avec certitude, certains proviennent de régions dont la documentation n’est pas encore publiée.

  • 2 Type 13A : L.BERNABABÒ BREA, Musei e Monumenti in Sicilia (1958), p. 111. 13D : UHLENBROCK 1988, p. (...)

5L’établissement d’une chronologie des types du groupe 13 n’est pas aisé. C’est à partir de considérations stylistiques que les deux types importés d’Agrigente, 13A, et de Géla, 13E, peuvent être datés du dernier quart du VIe siècle2. Les types 13B et 13F les suivraient immédiatement.

  • 3 OLBRICH 1979, p. 252-254.

6Le type 13M est comparable à des exemplaires primitifs de Métaponte, appartenant à la première moitié du VIe siècle av. J.-C. Mais il présente une élaboration éclectique, ce qui est l’expression d’une recherche d’autonomie, et peut donc indiquer une création plus tardive. Les formes anciennes survécurent à Métaponte durant toute la période archaïque ; on le constate aussi pour les deux types 13N et 13Ô. Il est improbable, même si on ne peut l’exclure avec certitude, que le type 13M, qui adapte des modèles métapontins, soit plus ancien que les importations d’Agrigente et de Géla. Les détails des deux types 13N et 13Ô sont en tout cas comparables à ceux des types métapontins qu’Olbrich date du dernier quart du VIe siècle3.

7Les deux types 13K et 13L ont subi l’influence de modèles créés à Locres ; mais leur traitement de détail montre une certaine liberté quant à différentes formes. Du point de vue chronologique, ils sont à peu près de la même époque que les deux types 13B et 13F.

  • 4 DEWAILLY 1992, p. 122.

8Le type 13D appartient déjà à la fin du VIe ou début du Ve siècle av. J.-C. : la comparaison avec une statuette assise de Sélinonte, stylistiquement analogue4, suffit à le montrer. À la même époque appartient aussi le type 13G, que l’on peut également comparer à des statuettes.

  • 5 Lo stile severo, p. 271.
  • 6 Lo stile severo, p. 286-287.

9Le type 13P, influencé par le style de Medma, serait légèrement postérieur. Il peut être comparé à une statuette assise du sanctuaire de la Malophoros, datée des environs de 480-460 av. J.-C.5. C’est de la même époque que datent des têtes de terre cuite en ronde bosse du sanctuaire de la Malophoros, importées probablement de Medma, et dont la protomé 13Q est très proche6.

  • 7 SGUAITAMATTI 1984, p. 83. GIUDICE 1979, p. 325.

10Le type 13H, quant à lui, montre une parenté de style avec des statuettes de Camarina. Il se peut donc que ce type soit une adaptation faite à Sélinonte d’après des modèles de Camarina, du deuxième quart ou du milieu du Ve siècle7.

  • 8 BELL 1981, p. 138.

11Parmi les protomés du sanctuaire de la Malophoros il y a même un exemple isolé, produit au IVe siècle av. J.-C., c’est-à-dire à une époque où les protomés étaient depuis longtemps passées de mode. Ce type 13J présente une nette ressemblance avec le style de Syracuse, mais il a été probablement créé à Sélinonte même, dans la première moitié du IVe siècle8.

AGRIGENTE

TYPE 13A (PL. 65)

Quantité totale : 1 exemplaire
13A1 1 exemplaire

13A1.1 (NI 365)

12hv 11,4/hc 15,4/lhc 12,3

13Argile n° 6. Concrétions brunes et restes d’engobe. Fragment comprenant la moitié droite du visage ; nez, lèvres et menton sont entièrement conservés.

Description

  • 9 L’exemplaire est publié par GABRICI 1927, p. 278, pl. 64, fig. 2.

14Aucun exemplaire n’est conservé entièrement ; la forme est donc incertaine9.

15Le visage affecte une forme ovale, fermement délimitée en bas par le menton large, au profil saillant. L’œil oblique et effilé est encadré de paupières en relief. Le nez court et élancé ne s’élargit guère aux narines, qui sont légèrement creusées. L’espace naso-labial et les lèvres sont soigneusement élaborés, d’une manière naturaliste. La lèvre inférieure est charnue, plus pleine que la supérieure, et la petite bouche, aux coins un peu relevés, esquisse un demi-sourire qui creuse les fossettes.

16La coiffure frontale se compose de quatre rangées d’ondulations serrées. À l’arrière est posé le polos bas en forme de kalathos. Un petit morceau de la retombée des cheveux est conservé ; la fine stylisation en relief est reconnaissable, mais la partie conservée est trop petite pour définir la forme exacte. L’hélix et le pavillon de l’oreille sont modelés ; le lobe est probablement orné d’un petit disque, à peine visible.

Commentaire

  • 10 S. MOSCATI, Italia archeologica vol.1 (1973), p. 115 à droite. LANGLOTZ, Westgriechen (1963), p. 65 (...)
  • 11 Un autre type de Sélinonte, 9D, est le seul à présenter la même bande de perles sur le bord inférie (...)
  • 12 Cf. aussi la tête P. ORLANDINI/P. GRIFFO, Agrigento (1970), fig. 55.

17Ce type présente une grande ressemblance avec une protomé très soignée, en forme de buste, trouvée à Agrigente10. Le visage de celle-ci, avec ses yeux minces, effilés, son nez fin et sa bouche petite, dont le sourire forme des fossettes aux commissures, est pratiquement identique à celui de notre fragment sélinontin. La coiffure frontale et le polos bas, évasé, sont également modelés sur les deux exemplaires de la même façon. Le bord inférieur du polos de la protomé agrigentine est en outre orné de perles, et le cou d’un bandeau en relief11. La parure d’oreilles du type 13A, difficile à reconnaître, n’est pas perforée, contrairement à celle de la protomé d’Agrigente ; et la structure de la chevelure latérale de 13A est verticale, alors qu’elle est oblique à Agrigente. Mais malgré ces différences de détail, la forme du visage de 13A est pratiquement identique à celle de la protomé agrigentine, qui paraît caractéristique du style de cette cité12.

  • 13 GABRICI 1927, p. 278, pl. 64, fig. 3. L.BERNABÒ. BREA, Musei e Monumenti in Sicilia (1958), p. 111 (...)
  • 14 L.B. BREA, o.c. n. précéd., p. 111.

18Mais dans le sanctuaire de la Malophoros a été trouvée aussi une tête féminine de terre cuite, d’une grandeur égale à la moitié de la taille naturelle, en ronde bosse, dont la structure du visage et le traitement de détail montrent des analogies avec ce type 13A13. La forme du visage y est d’un ovale plus accentué et les paupières moins larges, mais pour le reste la correspondance est parfaite. La chevelure et le polos bas et évasé sont même traités de façon identique, à ceci près que la tête de femme est ornée, en plus, d’un diadème et que les oreilles sont pourvues de disques perforés. Comme la protomé d’Agrigente, cette tête de Sélinonte porte au cou un bandeau en relief. Bernabò Brea se demandait d’ailleurs déjà si cette tête ne devait pas être attribuée au domaine de l’art « géléo-agrigentin »14.

  • 15 Une deuxième tête en ronde bosse, en terre cuite, trouvée dans le sanctuaire de la Malophoros évoqu (...)

19En fait les deux documents, la protomé 13A1.1 et la tête de femme en terre cuite, ont été très probablement importés d’Agrigente à Sélinonte ; car les deux pièces non seulement sont complètement isolées dans le matériel sélinontin, mais elles renvoient nettement, du point de vue du style, à Agrigente15.

  • 16 Voir ci-dessus, p. 48-50 et ci-après p. 213-214.

20Certes l’argile avec laquelle a été fabriquée 13A1.1 est d’une qualité très courante à Sélinonte. Mais il est à peine possible, par une simple analyse macroscopique, d’établir une différence entre les argiles de Sélinonte et d’Agrigente : les deux cités, situées sur la côte méridionale de la Sicile, ont probablement une géologie du sous-sol semblable16.

21L’exemplaire 13A1.1, unique représentant à Sélinonte d’un type attribuable stylistiquement à Agrigente, est donc selon toute apparence une importation agrigentine. Mais la possibilité qu’il soit l’œuvre d’un artisan d’Agrigente venu à Sélinonte, ou qu’il ait été produit à l’aide d’un moule importé d’Agrigente n’est pas non plus à exclure.

TYPE 13B (PL. 65-66)

Quantité totale : 2 exemplaires
13B1 1 exemplaire
13B2 1 exemplaire
Réduction entre 13B1 et 13B2 : 15 %

13B1.1

22hv 9,3/hc 12,6/lhc 9,4/lbc 8,9

23Argile n° 5a. Concrétions brunes et restes d’engobe. Fragment comprenant la moitié droite du visage ; nez et bouche entiers. Trou de suspension au milieu du polos.

13B2.1 (NI 363)

24hv 7,9/hc 11,6/lh 11,4/lbc 5,8

25Argile n° 4. Concrétions brunes et restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton et au ras des joues. Trou de suspension sur le polos.

Description

26Aucun exemplaire n’est complet ; la forme de la protomé est donc incertaine.

27Le visage est plein, délimité en bas par un menton large. Les yeux légèrement obliques, globuleux et cernés de paupières en relief renforcent l’impression de lourdeur que donne le visage. Le nez est fin, mais avec une arête solide, et ne s’élargit guère aux narines. L’espace naso-labial et la bouche sont soigneusement modelés. Les lèvres sont charnues et courtes : elles ne débordent presque pas la largeur des narines. Le profil montre une sobre verticalité, où s’intègre même le menton : bien que proéminent, il ne déborde pas les lèvres saillantes. Seul le fin profil du nez interrompt cette verticale, en s’infléchissant légèrement vers l’avant, à partir de la racine, par rapport au plan du front.

28La chevelure frontale se compose de quatre rangs d’ondulations, dont les éléments ressemblent à de petits croissants de lune. À l’arrière est posé le polos bas, dont les côtés s’inclinent vers l’extérieur. La petite boucle d’oreille en forme de disque est perforée.

Commentaire

29Ce type est très proche du précédent, 13A : l’exécution, également soignée, de la région du nez, de la bouche et du menton le montre avec évidence. Le traitement de la chevelure et la position du polos bas, évasé, en forme d’éventail coïncident également. Toutefois 13B a des yeux plus grands et moins effilés, la lèvre inférieure est moins charnue et la petite parure d’oreilles y est perforée.

  • 17 Les petites fossettes aux commissures des lèvres sont typiques de la plastique en terre cuite d’Agr (...)
  • 18 Les protomés d’Agrigente n’ont malheureusement pas encore fait l’objet d’une publication détaillée.

30On n’en a trouvé que deux exemplaires, qui appartiennent d’ailleurs à deux générations différentes. La question se pose donc de savoir si ces deux exemplaires ont été importés d’Agrigente ou s’ils ont été produits par un artisan de Sélinonte. La forte ressemblance avec 13A, en particulier pour la structure du visage17, fait plutôt supposer une importation d’Agrigente18. Mais il se pourrait aussi que l’exemplaire de la deuxième génération ait été produit à Sélinonte même.

TYPE 13C (PL. 66)

Quantité totale : 1 exemplaire
13C1 1 exemplaire

13C1.1 (NI 12541)

31hvc 10,7/hc 10,7/lc 12,2

32Argile n° 8b. Concrétions gris foncé. Fragment comprenant le nez, la plus grande partie de la bouche et du menton, une petite partie de l’œil gauche et la moitié droite du visage avec les cheveux au-dessus du front, le diadème et le polos. Nez et lèvre supérieure endommagés.

Description

33L’exemplaire n’est pas complet ; la forme est donc incertaine.

34Le visage a la même largeur au niveau des yeux et de la mâchoire inférieure. Les joues sont très planes, mais le menton est lourd, rond, et fortement saillant en vue de profil. Les yeux effilés sont encadrés de paupières nettes ; l’angle externe est incliné vers le bas. Les arcades sourcilières sont très nettement indiquées en relief. L’os nasal est exceptionnellement élancé : l’extrémité pointue et les narines décrivent une sorte de triangle. Les narines sont creusées, et l’espace naso-labial, bien dégagé, est modelé avec soin. Les lèvres charnues expriment un petit sourire et creusent des fossettes aux commissures.

35La chevelure frontale, modelée en fort relief, est traitée en mèches incisées verticalement. À l’arrière sont posés le diadème étroit et le polos, dont les bords s’inclinent fortement vers l’extérieur. Le voile retombe sur le côté et couvre l’oreille.

Commentaire

36Le fragment 13C1.1 appartient à la catégorie des grands exemplaires soigneusement travaillés. Mais quant au style il s’agit d’une pièce tout à fait isolée. Seules la chevelure et le diadème étroit peuvent être rapprochés du type 12D, sans que la structure du visage présente d’ailleurs aucune similitude avec celui-ci.

  • 19 Cf. LANGLOTZ, Westgriechen (1963), pl. 36-37.

37Ce qui surprend dans le type 13C, c’est la forme inhabituelle des yeux et aussi le profil très évasé du polos. Une comparaison du type en question avec 13A, probablement importé d’Agrigente, ainsi qu’avec son modèle agrigentin19, montre toutefois que le type appartient au même courant stylistique. Le visage de 13C a d’ailleurs à peu près la même hauteur que celui de 13A, mais il est sensiblement plus lourd, du fait que la paroi de la protomé est plus épaisse. L’exécution est soignée, mais par rapport à 13A les différents détails paraissent accentués à l’extrême. Le polos conserve la même forme, mais en plus évasé. Le sourcil est plus fortement accentué, par une ligne en relief. L’œil est étroit, effilé et souligné par le bord des paupières, mais il ne possède pas la forme délicate et pourtant nette de l’œil de 13A : l’angle externe s’infléchit légèrement vers le bas, le bord de la paupière se détache plus fortement de l’arrière-plan, mais l’œil est moins clairement dessiné. Et l’on peut observer pour le nez une différence de même nature. L’os nasal de 13C est très mince et s’élargit fortement au niveau des ailes. Mais là non plus, le contour n’atteint pas l’harmonie et l’équilibre réalisés par 13A, même si les narines sont également creusées, l’espace naso-labial modelé de façon naturaliste et les fossettes indiquées aux commissures des lèvres.

38Malgré ces correspondances de détail, il est clair que 13C est d’une toute autre facture que 13A, et dans l’ensemble plus rudimentaire. Or cette conception relativement grossière, opposée au mode de représentation plus raffiné d’Agrigente, a été constatée aussi dans le groupe 12, bien qu’elle s’y exprime sous une autre forme. Le type 13C, qui dépend stylistiquement de 13A, ne saurait évidemment trouver place dans le groupe 12 ; mais il s’en rapproche par la recherche d’un mode d’expression original, d’un dessin indépendant ou personnel, qui le distingue du modèle d’origine.

TYPE 13D (PL. 66)

Quantité totale : 2 exemplaires
13D1 2 exemplaires

13D1.1 (NI 743)

39hv 2,8/h 7,4/lh 3,2/lb 7

40Argile n° 5a. Concrétions et taches brunes.

13D1.2

41hv 2,8/hc 4,8/lh 3,2/lbc 3,7

42Argile n° 8b. Concrétions grises et grains de sable. Manque la partie inférieure. Nez et chevelure frontale endommagés.

Description

43La protomé correspond à la forme c3.

44Le visage rond est caractérisé par le menton large et arrondi, le nez gros, qui s’élargit aux narines et les lèvres larges, charnues et saillantes. Le globe oculaire n’est pas cerné de paupières plastiques.

45Les cheveux au-dessus du front sont ondulés et retombent, ramenés derrière les oreilles, derrière les épaules et le dos. Ils recouvrent aussi le crâne. La tête est ornée d’un diadème étroit. Les épaules, les bras et les seins sont modelés en relief.

Commentaire

  • 20 GABRICI 1927, pl. 76, fig. 7. DEWAILLY 1992, p. 121-122, fig. 84-85. La hauteur du visage de la sta (...)

46On a trouvé dans le sanctuaire de la Malophoros une statuette assise, dont le visage et la coiffure sont très semblables au type 13D20. Celui-ci n’est pourtant pas identique à la statuette ; la chevelure frontale de la protomé n’est pas partagée par le milieu, et sa tête est ornée d’un diadème. La partie inférieure n’est pas ornée de bijoux, contrairement à celle de la statuette assise, alors que la partie supérieure des bras, les épaules et les seins sont modelés en relief.

47Malgré ces différences de détail, ces deux visages ronds, avec de gros nez et des lèvres saillantes, montrent une évidente parenté de style. Il est même probable que la protomé 13D et la statuette sont issues du même atelier.

  • 21 Voir n. précéd. Il est frappant de constater que le type 13D est le seul type de protomé du sanctua (...)
  • 22 DEWAILLY 1992, p. 122 : il est toutefois regrettable de ne pas savoir sur quoi repose la suppositio (...)

48Or cette dernière fait partie du groupe des statuettes assises publiées par Dewailly21. Celle-ci note que le même type de statuette a été trouvé à Agrigente, et qu’il appartient probablement à une génération plus grande. Elle en conclut que le type de la statuette sélinontine est originaire d’Agrigente22. La présence sur ce site d’une génération plus grande peut être en effet l’indice d’une origine locale, mais ce n’est pas une preuve absolue, comme le montre bien l’exemple du type 12G, certainement créé à Sélinonte, et dont la génération la plus grande a été trouvée dans le tophet de Motyé. Seule une comparaison de style, qui n’a pas été tentée par Dewailly, entre la statuette assise et d’autres types créés à Agrigente pourrait confirmer l’hypothèse de son origine agrigentine.

  • 23 N. BREITENSTEIN, Analecta Acragantina, ActaArch. 16, 1945, p. 123, fig. 10.
  • 24 Ν. BREITENSTEIN, Analecta Acragantina, ActaArch. 16, 1945, p. 121, fig. 7-8. Voir les observations (...)
  • 25 N. BREITENSTEIN, Analecta Acragantina, ActaArch. 16, 1945, p. 125, fig. 12, 14, 19, 22.

49Quant à 13D, sa confrontation stylistique avec les terre cuites d’Agrigente n’est pas facilitée par la médiocre qualité des deux exemplaires conservés et par le fait que la comparaison doit se borner aux photographies publiées. Malgré ces réserves, la confrontation du type 13D avec une tête en terre cuite d’une qualité bien supérieure, qui se trouve au Musée de Palerme23, et avec deux fragments de visage d’Agrigente24, montre une structure de visage comparable, et les mêmes surfaces animées, la même forte accentuation de la bouche et la même masse de chevelure frontale, large et ondulée, effleurant latéralement les sourcils. Même sur des têtes de statuettes d’Agrigente, on observe, malgré le format réduit, la même façon de modeler les visages, qui est caractéristique d’une partie de la plastique agrigentine25.

50Seuls deux exemplaires du type 13D ont été trouvés au sanctuaire de la Malophoros ; et ils se distinguent de tous les autres types de Sélinonte. L’hypothèse d’une importation agrigentine est donc la plus vraisemblable.

GÉLA

TYPE 13E (PL. 66)

Quantité totale : 2 exemplaires
13E1 2 exemplaires

13E1.1

51hv 4,5/hc 7,1/lh 6,6/lb 5,2

52Argile n° 8b. Concrétions grises. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

  • 26 Un exemplaire du type est publié par GABRICI 1927, p. 269, pl. 56, fig. 8.

53Seule la tête est conservée ; la forme de la protomé est donc incertaine26. Le même type a été trouvé à Géla, où il correspond à la forme a2.

54Le visage est caractérisé par une face ronde avec des pommettes saillantes et un petit menton, rond et empâté. Le nez est court et large, arrondi au bout, avec des ailes peu détachées. Les yeux sont horizontaux et très ouverts, encadrés de paupières plastiques. La bouche est petite, charnue, et les commissures sont ouvertes et fortement relevées par un demi-sourire.

55La coiffure au-dessus du front se compose de sept rangs d’ondulations, qui descendent légèrement devant les oreilles, plates et sommairement modelées. La tête est ornée du diadème et couverte du voile, qui retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou.

Commentaire

  • 27 UHLENBROCK 1988, p. 72-75, pl. 28-31 ; le type trouvé à Sélinonte est identique aux exemplaires de (...)

56Ce type 13E correspond à un type abondamment représenté, en différents formats, dans plusieurs sanctuaires de Géla, et auquel J. Uhlenbrock a donné le nom d’« Apple Cheek Type »27. Les deux exemplaires de Sélinonte ont été fabriqués avec des argiles largement utilisées aussi pour les autres protomés sélinontines, à savoir les argiles n° 3 et 8b. Aussi faut-il probablement exclure ici l’hypothèse d’une importation, et admettre une fabrication locale avec un moule importé de Géla. Cela dit nous avons vu qu’il était hasardeux de chercher à distinguer par simple observation macroscopique les différentes argiles locales siciliennes : seule une analyse chimique pourrait être concluante. La question de savoir si ces deux protomés ont été importées de Géla ou fabriquées à Sélinonte reste donc ouverte.

  • 28 H. HERDEJÜRGEN, Gotter, Menschen und Dàmonen. Terrakotten ans Unteritalien (1978), p. 21, fig. A 5.
  • 29 CROISSANT 1983, pl. 92, n° 142.

57Herdejürgen a constaté que, du point de vue du style, « das Gesicht den Einfluss des ostionischen Stils verrät, sich aber zugleich durch eine individuelle Physiognomie ausaus-zeichnet »28. Il trouve en tout cas dans la documentation étudiée par Croissant un proche parallèle avec le type K4/a29. La structure du visage y est fort semblable, de même les yeux horizontaux et le modelé des oreilles, ainsi que la bouche petite, avec ses commissures ouvertes, fortement relevées, qui caractérise le visage potelé. Le profil présente aussi le même contour que le type K4/a, avec le nez fortement proéminent et une ligne fuyante passant sur la bouche et le menton. Et la seule différence importante réside dans la masse capillaire qui, sur la protomé ionienne, descend moins nettement devant les oreilles et ne découpe pas le front en triangle.

  • 30 CROISSANT 1983, p. 227.

58Croissant a proposé de comprendre ce type K4 comme une création rhodienne inspirée de modèles milésiens30. On peut se demander si l’auteur du type 13E, ou plus exactement de l’« Apple Cheek Type », a pris son modèle à Rhodes ou s’il est arrivé, en partant de modèles venus de Milet, à un résultat analogue à celui de l’artisan rhodien auquel Croissant attribue son type K4. Une troisième hypothèse serait que l’artisan ait réalisé une synthèse éclectique à partir de modèles rhodiens et milésiens. Il est impossible de dire laquelle de ces trois hypothèses est la bonne. Il faut en tout cas se souvenir que parmi les protomés de Géla se trouvent aussi bien des importations de Milet que de nombreux types locaux inspirés de modèles milésiens. On peut donc supposer qu’à Rhodes et à Géla se soient développées indépendamment des adaptations locales des mêmes modèles.

TYPE 13F (PL. 66-67)

Quantité totale : 20 exemplaires
13F1 18 exemplaires
13F2 2 exemplaires
Réduction entre 13F1 et 13F2 : 20 %

13F1.1

59hv 7,6/hc 13,3/lhc 8,6/lbc 11,4

60Argile n° 8a. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Manquent la partie inférieure et l’extrémité gauche.

13F1.2 (NI 326)

61hv 7,9/h 16,8/lh 9/lb 15,2 Argile n° 8a. Concrétions brunâtre. Restes d’engobe.

13F2.1

62hv 6,3/hc 9,6/lhc 8,1/lbc 7,5

63Argile n° 8a. Concrétions brunâtre et grains de sable. Restes d’engobe. Manque la partie inférieure et la partie latérale à gauche du visage. Couronne endommagée.

Description

  • 31 L’exemplaire 13F1.2 est publié par GABRICI 1927, p. 269, pl. 56, fig. 8.

64La protomé correspond à la forme a231.

65Le visage est plein et presque rond, avec un menton étroit et saillant. Le nez court montre en vue de profil un léger fléchissement et dégage l’espace naso-labial. Les yeux, plutôt grands et globuleux, ne sont pas cernés de paupières plastiques. La bouche charnue et souriante creuse légèrement les pommettes.

66La coiffure au-dessus du front se compose de rangs d’ondulations serrées ; au milieu du front elles forment un angle à peine perceptible. La tête est ornée de la couronne basse, et le voile retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou. Les oreilles portent un disque en relief.

Commentaire

  • 32 UHLENBROCK 1988, pl. 1, fig. a-b, pl. 5, pl. 6, fig. a, pl. 7-12, pl. 14-19, pl. 27-31, pl. 34-35.

67Ce visage arrondi avec un nez court, des pommettes légèrement accentuées et un sourire jovial, rappelle de nombreux types de Géla, dont la structure et l’expression sont analogues32.

68Le visage de la deuxième génération présente, en vue frontale, une forme plus allongée et plus étroite. Ces faibles variations dans les traits du visage sont fréquentes comme nous l’avons expliqué en détail dans la Première Partie ; ces variations sont dues à l’encrassement des moules et s’accentuent souvent dans les générations les plus récentes. Ces écarts peuvent donc être considérés comme des imperfections techniques, non comme des variantes volontaires dans la structure du visage.

  • 33 UHLENBROCK 1988, pl. 56, fig. b, The Klazomenian Series.
  • 34 CROISSANT 1983, pl. 51-65.
  • 35 UHLENBROCK 1988, p. 105, pl. 56, fig. c.

69On a trouvé à Géla un type dont la physionomie présente des ressemblances avec notre exemplaire 13F2.133. Uhlenbrock remarque à juste titre que ce type ressemble au groupe de protomés que Croissant attribue à des artisans clazoméniens34. Parmi les exemplaires de Géla il en est un qu’Uhlenbrock considère, sur la base des caractéristiques de l’argile, comme importé de Milet, et elle suppose donc qu’une pièce importée de Milet a servi de modèle35.

70Mais le type sélinontin n’est identique ni au type de Géla (« The Klazomenian Series ») ni à aucun type du groupe clazoménien de Croissant. Car il présente une chevelure frontale plus large, sa tête n’est pas couverte d’un voile, mais porte un polos bas, et ses yeux n’ont pas de paupières en relief. Il faut relever en outre que les exemplaires de la première génération de 13F ont un visage de forme ronde, comme on en rencontre souvent parmi les types de Géla.

71Il est donc probable que le type 13F ne dérive pas de modèles clazoméniens mais prend modèle sur des exemplaires de Géla, dont il peut être considéré comme une adaptation sélinontine ; ce genre de protomés avec les caractéristiques relevées plus haut est d’ailleurs répandu à Géla. Notre type a donc été produit à Sélinonte soit par un artisan de Géla soit par un artisan local qui a adapté à sa manière le style de Géla.

TYPE 13G (PL. 67)

Quantité totale : 2 exemplaires
13G1 2 exemplaires

13G1.1

72hv 4,4/h 14,5/lh 5/lbc 7,4

73Argile n°2. Concrétions grises et restes d’engobe. Manquent l’extrémité gauche et l’himation à gauche au-dessous du niveau du menton. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

74La protomé correspond à la forme b2, ou peut-être b3.

75Le visage est de forme ronde avec un menton large. Les traits du visage ne sont que vaguement discernables. Les yeux horizontaux sont cernés de paupières plastiques, le nez est court et débordant aux narines et les lèvres charnues n’expriment aucun sourire.

76La chevelure frontale est probablement stylisée en godrons. À l’arrière est posé le polos haut, dont le bord inférieur est marqué en relief. Les oreilles, à peine reconnaissables, sont ornées du disque. Le voile qui retombe de part et d’autre du cou est indiqué en relief, de même que le décolleté.

Commentaire

  • 36 GABRICI 1927, p. 294, pl. 75, fig. 10. AHRENS 1961-63, p. 123, fig. 82.
  • 37 Hauteur de la statuette assise : 22 cm. GABRICI 1927, p. 294.

77La forme de ce type et en particulier la manière de représenter le décolleté indiquent qu’il a été fabriqué à l’aide d’un moule de statuette. On en rapprochera notamment, parmi les statuettes publiées du sanctuaire de la Malophoros, une figure assise dont la silhouette et le décolleté sont semblables36. Mais l’exécution des détails n’est pas la même sur les deux documents, et la différence de hauteur ne permet pas d’établir entre eux une relation directe37.

  • 38 UHLENBROCK 1988 : le « Round Face Type », pl. 19, mais aussi le « Full Face Type », pl. 1, le « Rol (...)
  • 39 Voir SGUAITAMATTI 1984, pl. 18, fig. 64, pl. 19, fig. 67, pl. 21, fig. 74.

78Le visage rond et plein de la protomé est remarquable, et présente des caractères qui sont typiques de la majorité des protomés de Géla38. Les statuettes attribuées aux ateliers de Géla présentent d’ailleurs souvent cette forme ronde du visage, que nous avons déjà rencontrée avec le type 13G39.

79Une dépendance stylistique de 13G par rapport à la coroplathie géléenne est donc probable, même s’il n’existe dans le matériel publié à ce jour aucun document directement comparable. Mais en l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas possible de dire si nos deux exemplaires ont été importés de Géla ou s’il s’agit plutôt d’une adaptation sélinontine à partir de modèles géléens.

CAMARINE

TYPE 13H (PL. 68)

Quantité totale : 13 exemplaires
13H1 6 exemplaires
13H2 5 exemplaires
13H3 2 exemplaires
Réduction entre 13H1 et 13H2 : 17 %
Réduction entre 13H2 et 13H3 : 15 %

13H1.1

80hv 4,8/h 10,6/lh 4,9/lbc 10,7

81Argile n° 3. Concrétions grises. Nez et bord droit endommagés. Cheveux gravés à la main. Trou de suspension sur les cheveux au-dessus du front.

13H2.1

82hv 4/h 9,3/lh 4,3/lb 9,7

83Argile n° 8a. Concrétions gris-brun et grains de sable.

13H3.1

84hv 3,4/hc 5/lh 3,5/lbc 2,3

85Argile n° 3. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension sur les cheveux au-dessus du front.

Description

86La protomé correspond à la forme c3.

87Le visage s’inscrit dans un ovale plein, délimité en bas par le menton large, rond et empâté en vue de profil. Les yeux grands et globuleux ne montrent pas de paupières plastiques. Le nez, large et gros, prolonge sans accident le plan du front. L’espace naso-labial est presque inexistant, et les lèvres esquissent un sourire, qui creuse les pommettes.

88La chevelure donne au front une forme triangulaire. Les cheveux de la première génération sont traités en mèches incisées verticalement après moulage ; sur les deuxième et troisième générations ces mèches sont stylisées de la même façon, mais moulées. Les cheveux latéraux sont ramenés derrière les oreilles et retombent derrière le dos. Dès la deuxième génération la retombée des cheveux est moins détachée du corps, de sorte qu’elle ressemble au modelé d’un voile latéral. Les oreilles sont assez grandes et ornées du disque. Les épaules et les seins sont traités en relief, de même que le décolleté. Les exemplaires de la première génération montrent un détail extraordinaire : sur l’épaule gauche les bords du chiton et les boutons qui les maintiennent ensemble sont modelés en relief. C’est le seul type de Sélinonte qui montre ces détails du chiton.

Commentaire

  • 40 GIUDICE 1977, p. 85. SGUAITAMATTI 1984, p. 92.
  • 41 GIUDICE 1977, p. 85, pl. 15, fig. 10, GIUDICE 1979, p. 325, pl. 10, fig. 22.1, pl. 25, fig. i. SGUA (...)

89Le type est en forme de buste et a été probablement produit à l’aide d’un moule de statuette. Or un type de statuette trouvé à Camarine, où il est abondamment représenté, en plusieurs variantes, et qui a été également exporté à Géla et Grammichele40, lui ressemble particulièrement quant à la structure du visage et à la forme de la coiffe41.

90Le contour extérieur de 13H correspond d’ailleurs assez exactement à celui de ces statuettes de Camarine. Sur l’exemplaire 13H1.1 on peut observer sur l’épaule gauche deux boutons en relief et les bords du chiton qui dépassent, un traitement plastique du vêtement qui est fréquent sur les statues et les statuettes, mais dont on ne connaît pas d’autre exemple sur une protomé. Ce détail suffirait donc à confirmer que notre exemplaire provient d’un moule de statuette.

  • 42 GIUDICE 1979, pl. 25, fig. c.

91Bien que 13H et la statuette de Camarine soient très proches, ils ne sont pas pour autant identiques. Les yeux de 13H sont plus ronds que ceux de la statuette et la bouche affiche un franc sourire que l’on retrouve seulement sur une variante de la statuette42. Cette variante porte en revanche un vêtement plissé, ce qui n’est pas le cas de 13H.

92Treize exemplaires du type ont été trouvés dans le sanctuaire de la Malophoros. Six d’entre eux appartiennent à la première génération ; les autres se répartissent entre la deuxième et la troisième génération. À partir de la deuxième génération, l’exécution a été quelque peu simplifiée : la chevelure n’est plus gravée à la main, le traitement plastique de la fermeture du chiton sur l’épaule gauche a disparu et la transition entre la tête, les cheveux latéraux et les épaules est moins nette.

  • 43 Je tiens cette information de F. Giudice, que j’en remercie vivement.

93Bien qu’il ne fasse aucun doute que ce type, resté isolé à Sélinonte, dérive d’un modèle de Camarine, le nombre d’exemplaires et la présence de trois générations permettent de conclure qu’au moins les deuxième et troisième générations peuvent avoir été produites à Sélinonte même. Mais comme le type n’a pas été trouvé à Camarine sous forme de protomé, et que même les statuettes n’en offrent pas l’équivalent exact43, on est en droit de supposer que même la première génération de 13H peut avoir été fabriquée à Sélinonte : il s’agirait d’une imitation ou d’une adaptation locale à partir d’un modèle emprunté à Camarine.

SYRACUSE

TYPE 13J (PL. 68)

Quantité totale : 1 exemplaire
13J1 1 exemplaire

13J1.1

94hv 4,5/hc 8,9/lh 7,4/lbc 3,5

95Argile n° 3. Concrétions brunes et taches blanches. Manque la partie inférieure ; brisé à gauche jusqu’au niveau de la tempe. Trou de suspension sur le diadème.

Description

96L’exemplaire n’est pas complet ; la forme de la protomé est donc incertaine.

97Le visage s’inscrit dans un ovale, délimité en bas par le menton large et rond. Les traits du visage ne sont que vaguement reconnaissables. Les globes oculaires sont horizontaux, le nez ne s’élargit guère aux narines et la petite bouche montre un tracé sinueux.

98La chevelure frontale se compose d’une large masse, modelée irrégulièrement, ce qui semble indiquer des boucles. Les cheveux sont séparés au milieu. À l’arrière est posé le diadème, orné de trois appliques plastiques, qui représentent probablement des rosettes. Les oreilles, recouvertes de cheveux, sont ornées de boucles d’oreilles.

Commentaire

  • 44 GABRICI 1927, pl. 77.

99Cet exemplaire représente le seul type de protomé du sanctuaire de la Malophoros attribuable au IVe siècle av. J.-C. Il est très probable qu’il a été réalisé à l’aide d’un moule de buste ou de statuette ; des bustes et des statuettes semblables ont été d’ailleurs trouvés dans le sanctuaire44. Il est surprenant qu’à cette époque tardive on ait encore utilisé la forme de la protomé, mais le trou de suspension entre diadème et chevelure ne laisse pas de doute sur la fonction de l’objet.

  • 45 C.V. GENTILI, I busti fittili di Demetra o Kore di Siracusa, Archivio Storico Siracusano 5-6, 1959- (...)
  • 46 BELL 1981, p. 35, 138, 256, pl. 23, fig. 96a et 96b.
  • 47 GABRICI 1927, pl. 68, fig. 4-5, pl. 69, fig. 5 et 7-8, pl. 70, fig. 1-2. FRONING 1990, p. 351, fig. (...)

100Du point de vue du style l’exemplaire est très proche des représentations syracusaines de Perséphone45. Et à Morgantina ont été trouvés deux bustes en terre cuite qui se rapportent directement aux modèles de Syracuse, et qui sont également très semblables à notre protomé sélinontine46. La seule différence réside dans le polos, qui est plus haut sur les deux bustes, et orné de rosettes plus soignées ; d’ailleurs à Syracuse aussi le polos est plus haut. Le diadème, ou la couronne basse, du type 13J constitue évidemment une dérivation locale, car ce mode de parure de tête, le diadème avec appliques, se retrouve sur un grand nombre de statuettes de Sélinonte47.

  • 48 BELL 1981, p. 138.
  • 49 GABRICI 1927, pl. 77.

101Bell date les deux bustes de Morgantina de la première moitié du IVe siècle av. J.-C.48. Cette datation tardive vaut évidemment aussi pour le type 13J. On ne peut pas exclure absolument qu’il s’agisse d’une pièce importée, mais la parure de tête indique plutôt une production locale, inspirée de modèles syracusains. Le sanctuaire de la Malophoros, divers bustes et statuettes de cette époque le prouvent49, a connu une nouvelle fréquentation au IVe siècle. On peut supposer qu’un atelier s’était établi dans les environs de ce sanctuaire autrefois si fréquenté, et qu’une petite production locale de terres cuites a pu à nouveau s’y développer.

LOCRES

TYPE 13K (PL. 68-69)

Quantité totale : 112 exemplaires
13K1 39 exemplaires
13K2 51 exemplaires
13K3 18 exemplaires
13K4 4 exemplaires
Réduction entre 13K1 et 13K2 : 12 %
Réduction entre 13K2 et 13K3 : 18 %
Réduction entre 13K3 et 13K4 : 15 %

13K1.1

102hv 5,7/h 12,9/lh 7,3/lb 9,5

103Argile n° 8a. Concrétions brunes et restes d’engobe. Trou de suspension au milieu du crâne.

13K1.2

104hv 5,6/h 12,4/lh 7,7 lbc 9,5

105Argile n° 8b. Concrétions brunes et restes d’engobe. Extrémité droite endommagée. Espace naso-labial et oreille soigneusement élaborés.

13K2.1

106hv 5/h 10,3/lh 5,7/lb 7,6

107Argile n° 3. Concrétions brunes et restes d’engobe.

13K3.1

108hv 4,1/h 9/lh 5,2/lb 7

109Argile n° 6. Concrétions brunes et grains de sable. Trou de suspension au milieu du crâne.

13K4.1

110hv 3,4/hc 5,4/lh 4,2/lbc 3,3

111Argile n° 7b. Concrétions brunes et grains de sable. Manque la partie inférieure.

Description

  • 50 L’exemplaire 13JK.2 est publié par GABRICI 1927, p. 269, pl. 56, fig. 6.

112La protomé correspond à la forme a250.

113Le visage est allongé, presque rectangulaire, avec un menton lourd et empâté. Les yeux, à peu près horizontaux, sont modelés sommairement sans paupières plastiques. Le nez est court, et la bouche, charnue et relevée par le sourire, creuse nettement les joues.

114La coiffure frontale est stylisée en godrons et découpe le front en triangle. Les deux godrons situés au milieu du front sont plus courts que les autres. La tête est ornée du double diadème et couverte par le voile, qui retombe de part et d’autre du cou. Les oreilles, structurées par trois lignes parallèles, sont ornées du disque.

TYPE 13L (PL. 69)

Quantité totale : 1 exemplaire
13L1 1 exemplaire

13L1.1

115hv 4,8/h 10,9/lh 7/lbc 6

116Argile n° 3. Concrétions brunes. Manque la partie droite du voile latéral. Nez endommagé.

Description

117La protomé correspond à la forme a2.

118Le visage est à peu près le même que le précédent, seule la coiffure et le voile sont traités d’une façon différente. Deux rangs de godrons, le rang supérieur étant plus large, découpent le front en triangle. Plusieurs bandeaux sont posés au-dessus des cheveux. En arrière, le voile recouvre la tête et retombe de part et d’autre du cou.

Commentaire des types 13K et 13L

  • 51 La forme allongée du visage est attestée par de nombreux types de protomés à Locres, mais la bouche (...)

119La même tendance à l’allongement du visage, à l’accentuation du milieu du front par deux godrons courts et au relèvement marqué des coins de la bouche est largement répandue parmi les protomés de Locres51. Bien que l’on y trouve de nombreux documents qui leur sont comparables en vue de face, nos deux types se distinguent nettement des types locriens par le profil. Celui de 13K et 13L est en effet plus équilibré, et la forme de la bouche n’est pas la même qu’à Locres, où celle-ci est généralement plus large.

  • 52 À Sélinonte seul le type 4C présente également des bandeaux de coiffe en plusieurs parties.

120On peut donc exclure en l’occurrence une importation de Locres. On n’y trouve pas de documents directement comparables, et d’ailleurs le nombre de 112 exemplaires suffit à imposer l’idée d’une production locale. Il est probable que ces deux types ont été réalisés par un artisan sélinontin, qui s’est inspiré, dans la tradition éclectique typique de Sélinonte, de modèles extérieurs, leur empruntant la structure du visage et certains détails, mais en les adaptant en même temps au goût sélinontin. La structure du visage et de la coiffure conduit donc ici à supposer une relation avec des modèles locriens, mais une relation assez vague. Cela vaut particulièrement pour le type 13L, dont la coiffure et les multiples bandeaux de la coiffe ne sont pas attestés à Locres52.

MÉTAPONTE

TYPE 13M (PL. 69-70)

Quantité totale : 16 exemplaires
13M1 8 exemplaires
13M2 8 exemplaires
Réduction entre 13M1 et 13M2 : 18 %

13M1.1

121hv 6,4/hc 11,9/lh 7,9/lbc 5

122Argile n° 6. Concrétions grises. Manquent la partie inférieure, la partie droite du visage et la partie gauche du polos. Le nez et la joue gauche sont légèrement endommagés.

13M1.2 (NI 730)

123hv 6,6/hc 13,5/lhc 6,5/lbc 7,5

124Argile n° 7b. Concrétions grises et taches brunes. Manquent la partie inférieure et le côté droit.

13M1.3

125hv 6,6/hc 11,4/lh 6,7/lbc 8

126Argile n° 2. Concrétions grises. Le nez et le menton légèrement endommagés. Manque la partie inférieure.

13M1.4

127hv 6,2/hc 14

128Argile n° 11. Concrétions grises. Joue gauche endommagée. Manque la partie inférieure.

13M2.1

129hv 5,4/hc 9,5/lh 6,8/lb 3,8

130Argile n° 8a. Concrétions gris-brun. Tache de couleur rouge sur le diadème. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

131Aucune protomé n’est complète ; la forme est donc incertaine.

132Le visage, de forme allongée, presque rectangulaire, est dominé par le nez gros et les yeux globuleux cernés de paupières nettes, et le menton large et saillant. Les lèvres épaisses esquissent un demi-sourire, qui creuse les joues. Ce visage montre un contraste entre des forme rondes et douces et des accents nets, qui lui confèrent une forte expressivité.

133Les oreilles, grandes, placées extrêmement haut sur les côtés du visage, sont en forme de volute. Elles sont ornées de boucles d’oreilles extraordinaires, qui se composent de trois éléments. Un seul autre type parmi les protomés de Sélinonte porte des boucles d’oreilles de ce genre. Le premier élément, un disque rond, est perforé ; il était probablement rempli d’une pierre précieuse ou de verre. La partie médiane est ovale et allongée, suivie d’un élément rond.

134Une autre particularité du type est le collier avec pendentif en relief, bien conservé sur l’exemplaire 13M1.4. Le collier est incisé, le pendentif se compose de trois parties : une petite plaque rectangulaire se trouve au-dessus d’un grand disque, qui était probablement suivi d’un disque plus petit. C’est le seul type à Sélinonte qui soit orné d’un pendentif en relief.

135Le crâne est haut et convexe ; il porte un diadème étroit et un polos haut, porté en arrière et incliné vers le spectateur. Sous le diadème les cheveux apparaissent au-dessus du front, stylisés en gouttières courtes. Le milieu du front est marqué par une gouttière encore plus courte. Le diadème et les cheveux se prolongent jusqu’aux aux oreilles. Deux tresses, ramenées derrière celles-ci, retombent de part et d’autre du cou.

Commentaire

  • 53 R.M. DAWK1NS, The sanctuary of Artemis Orthia at Sparta (1929), p. 150, pl. 33, fig. 7 (figure en t (...)
  • 54 Voir ci-dessus, p. 175-176 et GABRICI 1927, pl. 86, fig. 10.

136Le type frappe par le caractère expressif de la structure du visage, avec ses formes anguleuses. Une comparaison avec la plastique corinthienne du haut archaïsme montre que cette structure de visage allongée, anguleuse, est déjà caractéristique de celle-ci53. Les formes anguleuses du visage, le traitement de la chevelure frontale en gouttières avec accentuation médiane, le diadème étroit en relief, fortement décalé, et même le collier sont semblables sur les appliques corinthiennes en forme de buste féminin, également trouvées dans le sanctuaire de la Malophoros, et dont nous avons vu que l’applique NI 28, mentionnée à propos du groupe 10, pouvait être rapprochée54. Il faut noter toutefois que sur les appliques le milieu de la chevelure frontale est souligné non seulement par une, mais par deux gouttières plus courtes ; mais la stylisation de la chevelure frontale comporte les mêmes gouttières courtes que celles de nos protomés du type 13M.

  • 55 OLBRICH 1979, pl. 82, fig. C177. C. LETTA, Piccola Ceroplastica Metapontina nel Museo archeologico (...)
  • 56 OLBRICH 1979, pl. 86-87.

137Celui-ci affiche donc indubitablement des affinités stylistiques avec la plastique de Corinthe. Mais cette expressivité du visage, à la fois énergique et étrange, ce crâne haut et fortement bombé, cette charpente osseuse robuste et anguleuse, qui semble affleurer sous la peau, cette forte accentuation des yeux, du nez, de la bouche et du menton, ainsi que la coiffure ornementale en gouttières, se retrouvent presque identiques sur des têtes en terre cuite de Métaponte55. Ces têtes de Métaponte sont même parfois plus allongées encore et donnent souvent l’impression d’une plus grande expressivité. Les différents éléments du visage de 13M sont, comparés à ceux des visages métapontins, plus arrondis et moins fortement articulés, ce qui n’empêche pas une indéniable parenté de style. Et la forme du haut polos, posé en arrière sur le crâne, fortement incliné, est également très fréquente à Métaponte56.

  • 57 R. S. STROUD, Hesperia 37, 1968, pl. 6, fig. a-d. Des statuettes en terre cuite de Corinthe, avec u (...)

138Le type 13M est par ailleurs le seul dans le sanctuaire de la Malophoros, qui porte un collier en relief. Or la forme de ce pendentif trouve également son origine en domaine corinthien. La plastique archaïque de Corinthe présente déjà des statuettes en terre cuite ornées de pendentifs plastiques57. Les appliques de la pyxide corinthienne du sanctuaire de la Malophoros présentent d’ailleurs elles-mêmes un pendentif peint, tripartite, dont la forme correspond à celle du pendentif de 13M. Malheureusement la cassure du bord inférieur de l’exemplaire 13M1.1 passe par le dernier élément du pendentif, de sorte que la partie terminale de l’élément inférieur n’est pas connue. D’autre part, il n’est pas possible de distinguer ce que représente le pendentif, aryballe, grenade ou bouton de pavot.

  • 58 C. LETTA, Piccola Coroplastica Metapontina nel Museo archeologico Provinciale di Potenza (1972), pl (...)

139Un pendentif en relief comparable se retrouve sur une protomé en terre cuite et sur l’applique d’un récipient de Métaponte58. Et ces deux documents présentent aussi une structure de visage très proche de celle de 13M, avec un crâne haut, fortement bombé, des pommettes accentuées, les ailes du nez charnues, le globe des yeux grand, fortement séparé et encadré d’une fine paupière, le menton large et anguleux : le contraste que nous avons signalé entre forme douces, arrondies et accentuations nettes y est encore plus sensible. Et les tresses latérales de perles correspondent également à celles de 13M. Par contre aucun de ces deux documents de Métaponte ne porte le polos et leur chevelure frontale, difficile à reconnaître, est plutôt stylisée en godrons qu’en gouttières.

  • 59 OLBRICH 1979, p. 49-52 : Olbrich voit surtout dans les structures de visages de la petite plastique (...)

140La structure du visage de 13M est donc comparable aussi bien à la plastique archaïque en terre cuite de Corinthe qu’à celle de Métaponte59. Mais en l’occurrence il est plus vraisemblable de chercher le modèle en domaine métapontin plutôt qu’à Corinthe. Et les deux documents de Métaponte que nous venons de citer sont évidemment très proches du type sélinontin. De plus tous deux portent un collier en relief comparable, comportent des tresses latérales de perles, et l’un des deux est lui-même une protomé.

  • 60 C. LETTA, Piccola Coroplastica Metapontina nel Museo archeologico Provinciale di Potenza (1972), p. (...)

141Les deux documents métapontins ont été datés respectivement de la première moitié et du deuxième quart du VIe siècle av. J.-C.60. Mais le type sélinontin n’en est pas l’imitation. L’artisan connaissait certainement des créations de Métaponte et s’en est inspiré ; mais pour certains détails, il s’est écarté, plus ou moins nettement, de ses modèles. La structure du visage du type 13M est moins fortement accentuée ; la chevelure frontale est stylisée en gouttières et non pas en godrons, elle porte un diadème étroit et séparé, le polos est moins évasé que d’ordinaire dans la plastique de Métaponte, et les oreilles de 13M sont ornées de boucles d’oreilles tripartites, qui n’ont pas d’équivalent à Métaponte. Ces différences de détail montrent que le type sélinontin est sans doute postérieur à ses deux « parallèles » de Métaponte.

TYPE 13N (PL. 70-71)

Quantité totale : 17 exemplaires
13N1 2 exemplaires
13Nal 2 exemplaires
13Na2 5 exemplaires
13Na3 8 exemplaires
Réduction entre 13Na1 et 13Na2 : 12 %
13Na2 et 13Na3 : 11 %
La hauteur du visage de 13Na1 est de 5 % plus petite que celle de 13N1.

13N1.1

142hv 5,2/hc 8,6/lhc 5,3

143Argile n° 3. Concrétions gris clair et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Nez endommagé. Trou de suspension au milieu du polos.

13N1.2

144hv 5,2/hc 10,2/lbc 6,6

145Argile n° 8b. Concrétions grises et grains de sable. Manquent le polos et le côté gauche. Bord inférieur endommagé.

13Na1.1

146hv 4,9/hc 8,6/lh 5,1/lbc 6,5

147Argile n° 8a. Concrétions gris foncé et grains de sable. Restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton.

13Na2.1

148hv 4,3/h 10,5/lhc 3,9/lb 7,8

149Argile n° 5a. Concrétions grises. Manque la partie droite du bord latéral du polos. Extrémité gauche légèrement endommagée.

13Na3.1

150hv 3,7/h 8,1/lhc 3,6/lb 7,1

151Argile n° 8b. Concrétions grises. Brisé à gauche du visage au niveau de l’oeil jusqu’en haut. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

  • 61 Le type est publié par GABRICI 1927, p. 254, pl. 50, fig. 1.

152La protomé correspond à la forme b261

153Le visage est très allongé et affecte la forme d’un U. La racine du nez se trouve exactement au milieu de la hauteur du visage. Le nez, dont l’arête est prononcée, prolonge sans accident le plan du front et montre un léger fléchissement entre la racine et le bout du nez. Au-dessus des pommettes saillantes, les yeux horizontaux sont formés d’un globe sans paupières. Le menton est large et rond, et saillant en vue de profil. Les lèvres présentent un tracé sinueux et esquissent un petit sourire. La lèvre supérieure déborde l’autre aux commissures.

154Les cheveux au-dessus du front sont traités en gouttières très longues, les deux du milieu étant un peu plus courtes ; ils découpent le front en forme de triangle. Chaque gouttière est structurée par trois arcs, qui dessinent des écailles. Cette structure fine dérive probablement de la plastique de métal, car elle n’est guère adaptée aux terres cuites : dès que le moule est encrassé, le dessin disparaît. Sur les 17 exemplaires, il n’y en a que deux, 13N1.1 et 13N1.2, qui présentent ces détails délicats. Sur les 15 autres exemplaires, c’est-à-dire dans la variante 13Na, soit que les moules aient été encrassés, soit que les structures les plus fines aient été éliminées du moule, ils ont disparu.

155Les oreilles, modelées sommairement, sont décollées. La tête porte le polos, et le voile retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou.

156Variante 13Na : les exemplaires de cette variante présentent des gouttières sans structure supplémentaire.

TYPE 13Ô (PL. 71)

Quantité totale : 4 exemplaires
13Ô1 4 exemplaires

13Ô1.1

157hv 7,4/hc 11,7/lh 7/lbc 6,6

158Argile n° 8b. Concrétions gris-brun et grains de sable. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du polos.

13Ô1.2(NI 759)

159hv 7,5/hc 11,2/lhc 6,9

160Argile n° 8b. Concrétions gris-brun et taches brunes. Restes d’engobe. Manquent la partie inférieure et le côté gauche.

Description

161La partie inférieure manque sur chaque exemplaire ; la forme de la protomé est donc incertaine.

162Le visage est étroit et très allongé, avec un menton large et rond, légèrement saillant en vue de profil. Les yeux, formés d’un grand globe sans paupières plastiques, sont obliques. Le nez étroit a des ailes très minces ; le profil montre un léger fléchissement entre le front et le bout du nez. Les lèvres charnues et ouvertes aux commissures expriment un tout petit sourire.

163Les cheveux au-dessus du front sont stylisés en godrons longs, et le milieu du front est marqué par un godron légèrement plus court. La retombée des cheveux est structurée en fines rangées de mèches. La tête porte le polos. Même les oreilles sont minces et allongées, comme le visage et la coiffure frontale.

Commentaire des types 13N et 13Ô

  • 62 Pour la forme cylindrique de la tête, voir OLBRICH 1979, p. 30-33, p. 35. La forme de tête allongée (...)
  • 63 Pour le style miniaturiste des terres cuites métapontines, cf. OLBRICH 1979, p. 62-64. Il faut ment (...)

164Ces deux types surprennent par la forme de la tête, allongée, étroite et cylindrique, que l’on ne retrouve sur aucun autre type de Sélinonte. Le fin modelé de la chevelure frontale de 13N, vraisemblablement inspiré de modèles métalliques, ne se retrouve que dans les godrons, finement structurés, du type 14E. Le type 13Ô aussi offre une stylisation des cheveux très fine, non pas sur le front comme 13N, mais pour la chevelure latérale. Or ces deux caractéristiques, des têtes allongées, étroites et cylindriques62, et une élégance miniaturiste dans l’élaboration des détails, sont typiques de la coroplathie métapontine63.

  • 64 OLBRICH 1979, p. 48-49 : « Die meist oberflächliche Àhnlichkeit beruht wahrscheinlich auf einem ähn (...)

165Olbrich, qui a noté la forte ressemblance des têtes métapontines avec certaines terres cuites béotiennes, conteste toutefois l’idée d’une dépendance par rapport à des modèles béotiens, et explique cette ressemblance par un éclectisme commun64. Mais l’influence marquée de modèles corinthiens sur la coroplathie métapontine a été évoquée à propos du type précédent. Et il est clair que les documents corinthiens du début du VIe siècle av. J.-C., montrent ce même allongement des visages. Or ces têtes allongées sont restées courantes, à Métaponte, pendant toute la période archaïque.

166Les deux types de Sélinonte présentent également, en plus de cette forme allongée, cylindrique, de la tête, la même structuration fine des cheveux. Ces deux caractéristiques, qui sont typiques de la manière métapontine, ne sont pas courantes dans la coroplathie sélinontine. Même si cet allongement des visages, à Métaponte, trouve son origine dans des modèles corinthiens ou péloponnésiens, les artisans des deux types de Sélinonte ont dû s’inspirer de modèles métapontins, dont ils adoptèrent aussi la structure fine et linéaire des cheveux.

  • 65 Voir ci-dessus, p. 75-76.

167La question de savoir s’il s’agit d’objets importés de Métaponte ou d’adaptations faites par des artisans sélinontins, ne trouve pas une réponse définitive. Le type 13M peut être attribué, d’après ses caractères techniques, à l’atelier X65 : il s’agirait donc d’une adaptation sélinontine. Seul le type 13Ô pourrait alors être considéré comme une pièce importée. Dans le sanctuaire de la Malophoros on n’en a retrouvé que quatre exemplaires. Mais il n’y a rien à Métaponte qui soit directement comparable. Il est donc probable que ce type aussi est une adaptation faite à Sélinonte.

MEDMA

TYPE 13P (PL. 71)

Quantité totale : 1 exemplaire 
13P1 1 exemplaire

13P1.1 (NI 742)

168hv 4,2/h 8,6/lh 4,9/lb 8,7

169Argile n° 7b. Concrétions grises et taches brunes. Nez écrasé. Joue gauche et menton endommagés. Cassure autour du sein gauche. Deux trous de suspension sur le crâne.

Description

170La protomé correspond à la forme c3, mais avec diadème.

171Le visage est rond, fermement délimité en bas par le menton large et lourd en vue de profil. Les yeux effilés et horizontaux sont encadrés de paupières, qui restent ouvertes à l’angle interne. Les lèvres charnues sont relevées aux commissures.

172La chevelure frontale se compose de rangées d’ondulations serrées, et l’angle obtus de la coiffe dégage le milieu du front. Les cheveux continuent derrières les oreilles et retombent probablement, légèrement derrière le dos. La tête est ornée du diadème, et le sommet du crâne referme la figure vers le haut. Les petites oreilles sont modelées par deux volutes parallèles. Les épaules et les seins sont indiquées en relief.

Commentaire

  • 66 GABRICI 1927, p. 281-282, p. 285-286, pl. 68, fig. 1-6.
  • 67 Lo stile severo, p. 271. Figures en terre cuite de Medma : NSc 1913, Suppl., Rosarno (Medma), Esplo (...)

173Un seul exemplaire du type 13P a été trouvé dans le sanctuaire de la Malophoros ; et le type est lui-même complètement isolé, du point de vue du style, parmi les protomés de Sélinonte. Une comparaison avec les statuettes du sanctuaire suggère toutefois quelques rapprochements possibles66. Or le style de ces statuettes conduit dans l’aire culturelle de Medma67.

  • 68 NSc 1913, Suppl., p. 82, fig. 91 à droite.

174La forme de 13P, la structure du visage, le modelé des yeux et la coiffure couronnée d’un diadème sont comparables, en particulier, à un buste en terre cuite de Medma68. Les bustes de Medma présentent toujours un modelé simple et lisse de la partie inférieure, avec une indication des seins. Le type 13P montre le même modelé de la partie inférieure, mais celle-ci est considérablement plus courte que celle des bustes de Medma. La bouche de 13P présente d’ailleurs aussi une autre forme.

  • 69 Il y a deux types de Sélinonte, 14L et 14N, qui ont été trouvés dans le sanctuaire de la Malophoros (...)

175Notre type a donc été probablement réalisé à l’aide d’un moule de buste69. Et il appartient du point de vue du style à l’aire de Medma. La question de savoir si le type a été importé de Medma ou produit à Sélinonte même pourrait sans doute trouver une réponse dans l’étude des statuettes du sanctuaire de la Malophoros.

TYPE 13Q (PL. 71)

Quantité totale : 2 exemplaires
13Q1 2 exemplaires

13Q1.1

176hc 9,5/lh 12,7

177Argile n° 4. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Recollé de trois fragments. Brisé au-dessous des oreilles et de la bouche. Nez endommagé.

Description

178Aucun exemplaire n’est complet ; la forme de la protomé est donc incertaine.

179Le visage s’amenuise vers le bas. Les yeux écartés sont formés d’un globe oculaire très proéminent, encadré de paupières plastiques. Le nez élancé, à la racine forte, prolonge sans accident le plan du front. Les lèvres charnues sont fermées, mais ouvertes aux commissures. Le profil montre une profondeur remarquable.

180Les cheveux au-dessus du front sont stylisés verticalement en godrons et horizontalement en lignes ondulées. Ils descendent légèrement devant les oreilles et touchent l’extrémité des sourcils. La masse des cheveux recouvre le crâne et, couronnée d’un diadème à cinq disques, retombe derrière les oreilles. Celles-ci sont plutôt petites et ornées d’un petit disque.

Commentaire

  • 70 GABRICI 1927, p. 287, pl. 69, fig. 5, 7, 8, p. 288, pl. 70, fig. 1-2, p. 288, pl. 71, fig. 6. FRONI (...)
  • 71 GABRICI 1927, p. 277-278, pl. 64, fig. 1.

181On a trouvé dans le sanctuaire plusieurs statuettes et têtes de statuettes qui portent aussi un diadème, orné de disques ou de perles70. Une tête de terre cuite en ronde bosse présente en outre un traitement semblable des cheveux, surtout de la chevelure frontale71. Cette tête porte également un diadème et la profondeur du profil y est comparable.

  • 72 Cf. FRONING 1990, p. 351-353. Lo stile severo 1990, p. 286-287, fig. 119-122. Cf. aussi NSc 1913, S (...)

182Ces statuettes et têtes de statuettes appartiennent toutes à un groupe de documents qui, du point de vue du style, sont sous l’influence de la plastique de Medma72. Le type 13Q témoigne non seulement par sa coiffure et sa parure de tête, mais aussi par la structure du visage, pour autant que celle-ci soit conservée, de ses liens avec des modèles de Medma.

  • 73 Lo stile severo, p. 286-287.
  • 74 Cf. NSc 1913, Suppl., fig. 125, 126, 137.

183On peut supposer que plusieurs têtes en ronde bosse, citées précédemment, sont des pièces importées73. Le type 13Q, en revanche, a été probablement réalisé à Sélinonte même, car le détail des traits du visage est légèrement différent de celui des modèles. Ces différences se manifestent dans le globe oculaire fortement saillant et dans les paupières très séparées, dont la forme est moins équilibrée que sur les modèles de Medma. Une autre différence réside dans la forme donnée aux lèvres. Celles du type 13Q sont aussi charnues que celles des modèles, mais moins arquées et moins sensuelles. La couronne elle-même, avec les cinq disques, se distingue des modèles de Medma. Sur ces derniers, la couronne et les disques ont été modelés indépendamment et, après moulage, fixés à la main74 ; dans le cas de la protomé 13Q, par contre, ils ont été pressés dans le moule.

Notes

1 Sans voile, mais avec diadème.

2 Type 13A : L.BERNABABÒ BREA, Musei e Monumenti in Sicilia (1958), p. 111. 13D : UHLENBROCK 1988, p. 72. CROISSANT 1983, p. 227. H. HERDEJÜRGEN, Götter, Menschen und Dämonen. Terrakotten aus Unteritalien (1978), p. 21.

3 OLBRICH 1979, p. 252-254.

4 DEWAILLY 1992, p. 122.

5 Lo stile severo, p. 271.

6 Lo stile severo, p. 286-287.

7 SGUAITAMATTI 1984, p. 83. GIUDICE 1979, p. 325.

8 BELL 1981, p. 138.

9 L’exemplaire est publié par GABRICI 1927, p. 278, pl. 64, fig. 2.

10 S. MOSCATI, Italia archeologica vol.1 (1973), p. 115 à droite. LANGLOTZ, Westgriechen (1963), p. 65-66, pl. 36-37. G. PUGLIESE CARRATELLI, Sikanie (1986), fig. 210. FRONING 1990, p. 347-348, fig. 16-17. À Himère également ont été trouvées des protomés de style agrigentin : Himera vol. 2. Campagne di scavo 1966-1973 (1976), p. 341, pl. 52, fig. 3-4. L’exemplaire de la fig. 3 a été trouvé dans la couche de la destruction d’Himère (datée de 409 av. J.-C.) et témoigne ainsi que ce style, qui s’inspire de modèles agrigentins de la fin de l’Archaïsme, a été vivant jusqu’à une date avancée dans le Ve siècle av. J.-C.

11 Un autre type de Sélinonte, 9D, est le seul à présenter la même bande de perles sur le bord inférieur du polos que cette protomé d’Agrigente. La structure du visage, par contre, s’inspire là de modèles attiques.

12 Cf. aussi la tête P. ORLANDINI/P. GRIFFO, Agrigento (1970), fig. 55.

13 GABRICI 1927, p. 278, pl. 64, fig. 3. L.BERNABÒ. BREA, Musei e Monumenti in Sicilia (1958), p. 111 à droite.

14 L.B. BREA, o.c. n. précéd., p. 111.

15 Une deuxième tête en ronde bosse, en terre cuite, trouvée dans le sanctuaire de la Malophoros évoque aussi Agrigente du point de vue du style : GABRICI 1927, p. 279-280, pl. 64, fig. 1. Le même type a été trouvé à Agrigente : N. BREITENSTEIN, Analecta Acragantina ActaArch. 16, 1945, p. 126, fig. 21, p. 128. A Camarina aussi on a trouvé plusieurs exemplaires de ce type : GIUDICE 1979, p. 317, pl. 5, fig. 11,1 (on en a même un surmoulage réduit : pl. 5, fig. 11,2).

16 Voir ci-dessus, p. 48-50 et ci-après p. 213-214.

17 Les petites fossettes aux commissures des lèvres sont typiques de la plastique en terre cuite d’Agrigente ; cf. aussi le fragment de terre cuite : N. BREITENSTEIN, Analecta Acragantin, ActaArch. 16, 1945, p. 137, fig. 57.

18 Les protomés d’Agrigente n’ont malheureusement pas encore fait l’objet d’une publication détaillée.

19 Cf. LANGLOTZ, Westgriechen (1963), pl. 36-37.

20 GABRICI 1927, pl. 76, fig. 7. DEWAILLY 1992, p. 121-122, fig. 84-85. La hauteur du visage de la statuette n’est que de 2,5 cm.

21 Voir n. précéd. Il est frappant de constater que le type 13D est le seul type de protomé du sanctuaire de la Malophoros qui puisse être comparé avec une des statuettes assises publiées par DEWAILLY 1992.

22 DEWAILLY 1992, p. 122 : il est toutefois regrettable de ne pas savoir sur quoi repose la supposition d’une génération plus grande. MARCONI 1933, p. 58, fig. 35 (à droite).

23 N. BREITENSTEIN, Analecta Acragantina, ActaArch. 16, 1945, p. 123, fig. 10.

24 Ν. BREITENSTEIN, Analecta Acragantina, ActaArch. 16, 1945, p. 121, fig. 7-8. Voir les observations sur l’origine de la tête de Palerme : ibid., p. 120-121.

25 N. BREITENSTEIN, Analecta Acragantina, ActaArch. 16, 1945, p. 125, fig. 12, 14, 19, 22.

26 Un exemplaire du type est publié par GABRICI 1927, p. 269, pl. 56, fig. 8.

27 UHLENBROCK 1988, p. 72-75, pl. 28-31 ; le type trouvé à Sélinonte est identique aux exemplaires de la pl. 31, fig. a-c.

28 H. HERDEJÜRGEN, Gotter, Menschen und Dàmonen. Terrakotten ans Unteritalien (1978), p. 21, fig. A 5.

29 CROISSANT 1983, pl. 92, n° 142.

30 CROISSANT 1983, p. 227.

31 L’exemplaire 13F1.2 est publié par GABRICI 1927, p. 269, pl. 56, fig. 8.

32 UHLENBROCK 1988, pl. 1, fig. a-b, pl. 5, pl. 6, fig. a, pl. 7-12, pl. 14-19, pl. 27-31, pl. 34-35.

33 UHLENBROCK 1988, pl. 56, fig. b, The Klazomenian Series.

34 CROISSANT 1983, pl. 51-65.

35 UHLENBROCK 1988, p. 105, pl. 56, fig. c.

36 GABRICI 1927, p. 294, pl. 75, fig. 10. AHRENS 1961-63, p. 123, fig. 82.

37 Hauteur de la statuette assise : 22 cm. GABRICI 1927, p. 294.

38 UHLENBROCK 1988 : le « Round Face Type », pl. 19, mais aussi le « Full Face Type », pl. 1, le « Roll Hair Type », pl. 5, l’« Apple Cheek Type », pl. 27-31, le « Scallop Veil Type », pl. 35 et le « Blank Eye Type », pl. 37-39, présentent cette structure ronde et pleine du visage, qui peut être considérée comme caractéristique de Géla.

39 Voir SGUAITAMATTI 1984, pl. 18, fig. 64, pl. 19, fig. 67, pl. 21, fig. 74.

40 GIUDICE 1977, p. 85. SGUAITAMATTI 1984, p. 92.

41 GIUDICE 1977, p. 85, pl. 15, fig. 10, GIUDICE 1979, p. 325, pl. 10, fig. 22.1, pl. 25, fig. i. SGUAITAMATTI 1984, p. 92-93, pl. 10, fig. 36, pl. 11, fig. 37. Ce type est également présent à Camarine sous une forme quelque peu modifiée, avec un vêtement plissé et une bouche souriante : GIUDICE 1979, pl. 25, fig. c.

42 GIUDICE 1979, pl. 25, fig. c.

43 Je tiens cette information de F. Giudice, que j’en remercie vivement.

44 GABRICI 1927, pl. 77.

45 C.V. GENTILI, I busti fittili di Demetra o Kore di Siracusa, Archivio Storico Siracusano 5-6, 1959-1960, p. 5-20, pl. 2 et 3. Un buste de cette époque, trouvé dans le sanctuaire de la Malophoros, se rattache aussi à des modèles de Syracuse : GABRICI 1927, pl. 77, fig. 10.

46 BELL 1981, p. 35, 138, 256, pl. 23, fig. 96a et 96b.

47 GABRICI 1927, pl. 68, fig. 4-5, pl. 69, fig. 5 et 7-8, pl. 70, fig. 1-2. FRONING 1990, p. 351, fig. 21-22, p. 352, fig. 23-24.

48 BELL 1981, p. 138.

49 GABRICI 1927, pl. 77.

50 L’exemplaire 13JK.2 est publié par GABRICI 1927, p. 269, pl. 56, fig. 6.

51 La forme allongée du visage est attestée par de nombreux types de protomés à Locres, mais la bouche ne montre pas toujours cette expression de franc sourire. Ces deux particularités, visage allongé et sourire, sont présentes à Locres, comme sur nos deux types 13K et 13L, sur les documents suivants : BARRA BAGNASCO 1986, pl. 5, fig. 14 et fig. 23, pl. 10, fig. 43, pl. 14, fig. 70, pl. 20, fig. 109. Environ 31 % des protomés étudiées par Barra Bagnasco ont, audessus du milieu du front, deux godrons plus courts : BARRA BAGNASCO 1986, p. 121. Parmi les 166 types et variantes du sanctuaire de la Malophoros, seuls sept types montrent deux godrons plus courts au milieu du front.

52 À Sélinonte seul le type 4C présente également des bandeaux de coiffe en plusieurs parties.

53 R.M. DAWK1NS, The sanctuary of Artemis Orthia at Sparta (1929), p. 150, pl. 33, fig. 7 (figure en terre cuite du sanctuaire d’Artémis Orthia, autour de 635 av. J.-C.), pl. 35, fig. 2 et 5 (figures en terre cuite, autour de 600 av. J.C.). Cf. aussi WALLENSTEIN 1971, pl. 12, fig. 1-4. R. S. STROUD, Preliminary Report 2 : 1964-1965, Hesperia 37, 1968, pl. 6, fig. a et d.

54 Voir ci-dessus, p. 175-176 et GABRICI 1927, pl. 86, fig. 10.

55 OLBRICH 1979, pl. 82, fig. C177. C. LETTA, Piccola Ceroplastica Metapontina nel Museo archeologico Provinciale di Potenza (1972), pl. 1, fig. 3, pl. 2, fig. 1-4.

56 OLBRICH 1979, pl. 86-87.

57 R. S. STROUD, Hesperia 37, 1968, pl. 6, fig. a-d. Des statuettes en terre cuite de Corinthe, avec un collier plastique orné sur les épaules et au milieu de la poitrine d’un disque plastique, comme sur l’exemple donné par Stroud, pl. 6, fig. a, ont été également trouvées dans le sanctuaire de la Malophoros : GABRICI 1927, pl. 43, fig. 1 et 7. G. FANARA, Edificio « Triolo Nord », Selinunte, Sic. Arch. 545-55, 1986, p. 37, fig. 33.

58 C. LETTA, Piccola Coroplastica Metapontina nel Museo archeologico Provinciale di Potenza (1972), pl. 1, fig. 3. OLBRICH 1979, pl. 82, fig. C177. Le pendentif des deux exemplaires de Métaponte serait en forme de coeur ou de cône. Ces formes de parure se trouvent dans l’art péloponnésien : M. PIPILI, Laconian Iconography of the sixth century B.C. (1987), p. 77, fig. 111. La forme du pendentif du type 13M se retrouve aussi sur deux bronzes du Péloponnèse : M. PIPILI, o.c., p. 42, fig. 57, p. 77, fig. 110.

59 OLBRICH 1979, p. 49-52 : Olbrich voit surtout dans les structures de visages de la petite plastique de Métaponte l’influence du Péloponnèse, en particulier de la Laconie. Elle voit aussi des traces d’influence corinthienne, mais sans que celle-ci soit séparable de l’influence globale du Péloponnèse.

60 C. LETTA, Piccola Coroplastica Metapontina nel Museo archeologico Provinciale di Potenza (1972), p. 21 (« il tipo è documentato in un strato contenente ceramica della prima metà del VI sec.,... »). OLBRICH 1979, p. 282.

61 Le type est publié par GABRICI 1927, p. 254, pl. 50, fig. 1.

62 Pour la forme cylindrique de la tête, voir OLBRICH 1979, p. 30-33, p. 35. La forme de tête allongée et étroite est largement répandue dans la coroplathie métapontine et est illustrée de façon remarquable par un groupe de têtes en terre cuite : OLBRICH 1979, C120-C124, p. 252-254, pl. 70-71. Également typique des têtes en terre cuite de Métaponte est le polos haut, évasé, placé à l’arrière sur la calotte crânienne, OLBRICH 1979, pl. 97, fig. C232-C237. Pour ces deux caractères, voir aussi Megale Hellas. Storia e civiltà della Magna Grecia (1983), fig. 406-408.

63 Pour le style miniaturiste des terres cuites métapontines, cf. OLBRICH 1979, p. 62-64. Il faut mentionner les détails de la chevelure frontale du type pl. 86, C193, p. 290, ou des tresses finement décorées des types pl. 18, A80, p. 139 et pl. 96, C232, p. 314, pl. 96, C234, p. 315. Au Musée de Tarente se trouve un collier du Ve siècle av. J.-C. avec six pendentifs en or, en forme de protomés féminines, qui présentent une fine structure de la chevelure frontale, semblable à celle du type 13K : E. DE JULIIS/D. LOIACONO, Taranto. Il Museo Archeologico, p. 314, fig. 369.

64 OLBRICH 1979, p. 48-49 : « Die meist oberflächliche Àhnlichkeit beruht wahrscheinlich auf einem ähnlichen Eklektizismus des bôotischen Terrakotta-Stils, der seine Elemente aus möglicherweise denselben Kunstzentren schôpfte, wie viele metapontinische Werke : aus Ionien und aus der Peloponnes ».

65 Voir ci-dessus, p. 75-76.

66 GABRICI 1927, p. 281-282, p. 285-286, pl. 68, fig. 1-6.

67 Lo stile severo, p. 271. Figures en terre cuite de Medma : NSc 1913, Suppl., Rosarno (Medma), Esplorazione di un grande deposito di terrecotte ieratiche, fig. 124-147. Sur l’influence du style locro-medméen sur certaines figures en terre cuite du sanctuaire de la Malophoros, voir FRONING 1990, p. 351-353.

68 NSc 1913, Suppl., p. 82, fig. 91 à droite.

69 Il y a deux types de Sélinonte, 14L et 14N, qui ont été trouvés dans le sanctuaire de la Malophoros sous les deux formes, protomé et buste.

70 GABRICI 1927, p. 287, pl. 69, fig. 5, 7, 8, p. 288, pl. 70, fig. 1-2, p. 288, pl. 71, fig. 6. FRONING 1990, p. 351, fig. 21-22, p. 352, fig. 23-24. Lo stile severo 1990, p. 274, fig. 109, p. 285-288, fig. 118-129.

71 GABRICI 1927, p. 277-278, pl. 64, fig. 1.

72 Cf. FRONING 1990, p. 351-353. Lo stile severo 1990, p. 286-287, fig. 119-122. Cf. aussi NSc 1913, Suppl., fig. 124-147.

73 Lo stile severo, p. 286-287.

74 Cf. NSc 1913, Suppl., fig. 125, 126, 137.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable