Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 12. Style sélinontin

Texte intégral

14 types, 8 variantes
189 exemplaires

TYPE

12A

12Aa

12Ab

12Ac

12B

12Ba

12C

12Ca

12D

12Da

12Db

quantité

54

3

3

4

10

2

64

7

1

1

1

générations

4

1

1

2

2

2

4

2

1

1

1

forme inconnue

x

x

x

forme b2

x

x

x

x

x

forme b3

x

x

TYPE

12E

12F

12G

12Ga

12H

12J

12K

12L

12M

12N

12Ô

quantité

1

4

3

1

2

2

20

3

1

1

1

générations

1

1

1

1

1

3

1

1

1

1

1

forme inconnue

x

x

x

x

x

x

x

x

forme a1

forme b2

x

x

forme a3

x

1Les types du groupe 12 présentent quant à la structure des visages une exceptionnelle homogénéité. Les caractéristiques en sont des joues aplaties, presque sans pommettes, des yeux effilés aux paupières souvent larges (analogues à celles du groupe 3) et une bouche droite, aux lèvres serrées, sans sourire ou avec un sourire à peine perceptible. La plupart des types et variantes portent le polos, mais la variante 12Ac est pourvue d’un diadème, les types 12G et 12H portent le voile, auquel s’ajoute le polos dans la variante 12Ga. Le type 12J n’a pas de couvre-chef, et celui du fragment 12N n’est pas connu.

2La première question qui se pose est naturellement de savoir si l’homogénéité du groupe 12 est due au fait que tous ces types sont sortis d’un même atelier ou si elle est plutôt la marque d’un style original, qui serait le style proprement sélinontin, et dans ce cas de comprendre comment il s’est développé. Il est remarquable en tout cas que ces types ne soient vraiment comparables à aucune des productions de la Grèce égéenne ni même de la Grèce d’Occident. Tout au plus quelques types montrent-ils des références ponctuelles à des modèles grecs de l’Est, mais jamais en ce qui concerne la structure du visage.

3Seul le visage large et arrondi de 12A (notamment l’exemplaire 12A1.2, avec son gros nez et ses yeux effilés aux larges paupières) montre une évidente parenté avec notre groupe 3. En tout cas les éléments que nous y avons considérés comme locaux se retrouvent sur cet exemplaire. Et l’exemplaire 12A1.1 n’est sans doute pas non plus sans relation avec le groupe 3. Mais la structure des types suivants, 12B, encore très proche de 12A, et 12C, qui en donne une version plus équilibrée, se caractérise par des formes plus concises et plus sobres, et la physionomie qui en résulte est si particulière que l’on ne peut guère la désigner que comme sélinontine. On constate cependant que le type 12A s’apparente du point de vue morphologique au type 4E, auquel il emprunte le traitement des cheveux, du diadème et du polos. Et il est également probable que le type 12B s’inspire, en ce qui concerne le modelé de la chevelure frontale et du polos, du type 13E. En revanche les types 12D et 12E, directement liés aux précédents par la structure du visage, introduisent une coiffure nouvelle, qui ne trouve d’équivalents qu’à Chypre. Mais les boucles d’oreille du type 12E se retrouvent, on le verra, sur le type 14G ainsi que, sous une forme plus fine, sur les types 4Ea et 5A.

4En dépit de ces « emprunts » ponctuels à d’autres types, le groupe 12, quant à la structure des visages, se distingue donc par un caractère local très affirmé, sans la moindre trace de l’éclectisme habituel. Les joues sont plates, le nez s’élargit aux ailes, les lèvres sont minces et les petits yeux sont encadrés de très larges paupières. Et les visages ont une expression réservée et même distante, qui ne ressemble à aucune autre. Malgré la grande diversité des courants stylistiques qui s’y manifestaient, il s’est apparemment formé à Sélinonte vers la fin du VIe siècle av. J.-C. un style original, qui s’est exprimé non seulement sous la forme de protomés mais aussi, nous le verrons, de statuettes. On notera que pour les protomés il s’agit surtout de grands exemplaires, dont une partie est de grandeur naturelle.

  • 1 G. DE MIRE/F. VILLARD, Sicile grecque (1955), pl. 96 (Héraclès et les Cercopes), pl. 98-99 (Persée (...)

5D’ailleurs il suffit de considérer les métopes du temple C1 pour s’apercevoir que nos types ne sont pas isolés à Sélinonte : les visages y sont construits de la même manière sobre et dépouillée que ceux du groupe 12, en particulier 12F-12J. Ils montrent le même modelé très plat des surfaces, les lèvres ne sont guère plus souriantes et l’expression est aussi distante. On ne relève de différences que dans les détails : la chevelure frontale est stylisée sur les métopes d’une autre manière, et les yeux sont plus grands et plus ouverts. Il n’empêche que ces visages durs, qui paraissent taillés dans le bois, révèlent avec le groupe 12 une directe parenté (Pl.64).

6En ce qui concerne les créateurs des types du groupe 12 on peut supposer que les types 12C et 12D et 12F-12J sont l’œuvre d’un seul et même artisan, du fait de la concordance de l’expression d’ensemble et des détails. Les types 12K-12N forment aussi une unité et leur fabrication peut également être attribuée à un seul artisan, mais différent du précédent.

  • 2 La datation des métopes du temple C de Sélinonte est controversée ; on a proposé des dates allant d (...)

7L’ensemble du groupe se situe chronologiquement à la fin du VIe et au début du Ve siècle av. J.-C2. Les essais faits pour la partie inférieure à partir de différents modèles, surtout pour les formes en buste comme le type 12A, de même que le modelé bombé de la partie inférieure du type 12H, indiquent que la date de leur création n’est pas antérieure à la fin du VIe siècle av. J.-C. Les paupières lourdes, ainsi que le faible abaissement de la masse capillaire devant l’oreille, visible sur quelques types, montrent que l’on est proche du style sévère.

8Les types 12F-12J permettent de suivre un développement chronologique interne. Les formes deviennent plus fermes, plus délicates et plus naturalistes. L’accent sur le réalisme est plus fort, la réalité est plus précisément reproduite, et les visages acquièrent une expression plus vive et plus humaine. Cette évolution vers le réalisme trouve son meilleur accomplissement dans le type 12J, qui illustre déjà le passage vers le style sévère. On trouvait aussi cette plasticité équilibrée sur le type 12N, mais il n’est conservé que de manière très fragmentaire. Les deux types 12K et 12L sont datables de la même période que les types 12G et 12J. 12K et 12L présentent aussi une évolution de formes concises et sobres vers un modelé plus plastique et plus réaliste.

  • 3 Mozia vol. 1 (1964), A. CIASCA, Le terrecotte, p. 56, p. 61.

9Le type 12G fournit une indication stratigraphique : l’un des exemplaires a été trouvé avec des protomés puniques, dans un petit dépôt du tophet de Motyé, dans une couche datée du Ve siècle av. J.-C3.

TYPE 12A (PL. 48-49)

Quantité totale : 64 exemplaires
12A1 5 exemplaires
12A2 34 exemplaires
12A3 11 exemplaires
12A4 4 exemplaires
12Aa1 3 exemplaires
12Ab1 3 exemplaires
12Ac1 3 exemplaires
12Ac2 1 exemplaire

Réduction entre 12A1 et 12A2 : 12 %
12A2 et 12A3 : 16 %
12A3 et 12A4 : 13 %
12Ac1 et 12Ac2 : 11 %

La hauteur du visage de 12Ab1 et de 12Ac1 correspond
à celle de 12A1.
La hauteur du visage de 12Aa1 et de 12Ac2 correspond
à celle de 12A2.

12A1.1

10hv 5,5/hc 10,1/lh 6,5/lbc 3

11Argile n°2. Concrétions grises et grains de sable. Brisé au-dessous du menton et des oreilles. Nez légèrement endommagé.

12A1.2

12hv 5,2/hc 7,9/lhc 7,5/lbc 5,7

13Argile n°7b. Concrétions brunes et grains de sable. Brisé au-dessous du menton et de l’oreille droite. Manque l’extrémité droite du polos.

12A2.1

14hv 4,6/h 10,6/lh 6,1/lbc 5,3

15Argile n°3. Concrétions grises et grains de sable. Manquent l’extrémité droite et un petit bout de l’extrémité gauche. Trou de suspension sur le polos.

12A3.1

16hv 4,1/h 8,5/lh 5,5/lbc 4,7

17Argile n°4. Concrétions grises et grains de sable. Manquent l’extrémité droite et une partie du polos. Le nez a reçu un léger choc. Cassure au-dessous du cou. Modelé de la chevelure frontale effacé par suite de l’état du moule.

12A3.2

18hv 4,1/h 9,1/lh 5,5/lbc 4,7

19Argile n°6. Concrétions brunâtres. Manquent l’extrémité droite en bas et l’extrémité gauche en haut. Chevelure frontale endommagée ; relief estompé par suite de l’état du moule.

12A4.1

20hv 3,6/hc 6,5/lh 4,3/lbc 3,2

21Argile n°2. Concrétions grises et grains de sable. Manque la partie inférieure. Moule encrassé.

12Aa1.1

22hv 4,6/h 13,4/lh 6,1/lbc 6,8

23Argile n°7a. Concrétions brunes et grains de sable. Manque le côté gauche jusqu’au niveau de l’oreille.

12Aa1.2

24hv 4,5/h 13,2/lh 6,1/lbc 4,5

25Argile n°8a. Concrétions gris-brun et restes d’engobe. Manquent les deux extrémités.

12Ab1.1 (NI 726)

26hv 5,4/h 12,8/lh 6,8/lb 12,6

27Argile n°2. Concrétions brunes et taches brunes. Restes d’engobe. Cassures sur le front, autour des yeux et au-dessus de l’oreille droite.

12Ac1.1

28hv 5,4/h 11,8/lh 6,2/lbc 3,9

29Argile n°7a. Concrétions brun clair et grains de sable. Manque la partie inférieure sauf l’extrémité droite. Bord du diadème endommagé. Trou de suspension au milieu des cheveux à la base du diadème.

12Ac2.1

30hv 4,9/hc 9,9/lh 5,4/lbc 7

31Argile n°2 et 7a. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe. Manque l’extrémité droite. Moule encrassé.

Description

  • 4 Deux exemplaires sont publiés par GABRICI 1927, p. 271, pl. 58, fig. 2 et 6.

3212A et sa variante 12Aa correspondent à la forme b24. Les deux variantes 12Ab et 12Ac correspondent à la forme b3.

33Les protomés du type 12A sont attribuables à deux séries de moules, qui proviennent du même archétype. La seule différence est que l’une de ces deux séries montre un visage un peu plus rond et plus large que l’autre. Par sa structure, qui s’élargit au niveau des pommettes, ce visage ressemble à ceux du groupe 3, particulièrement aux visages des types 3B, 3C et 3D, alors que l’autre série se distingue par des visages ovales, plus allongés. À part cela les deux séries sont identiques. La différence est particulièrement visible sur la première génération, mais dès la deuxième génération les visages tendent tous vers la forme allongée.

34Le nez droit s’élargit aux narines et les yeux effilés sont encadrés de paupières larges, indiquant le canal lacrymal. La bouche n’est pas plus large que la base du nez, et les coins en sont peu relevés. Le menton est large et lourd.

35Les cheveux au-dessus du front sont figurés par plusieurs rangs de perles, qui descendent légèrement devant les oreilles et continuent à l’arrière. Trois tresses, ramenées derrière les oreilles, retombent de part et d’autre du cou. Les oreilles sont rendues par deux lignes parallèles et ornées d’un disque. Au-dessus des cheveux sont posés le diadème et le polos. Le décolleté est indiqué en relief.

36Variante 12Aa : les visages correspondent à la série à visages allongés. Le polos est plus haut et la partie inférieure est aussi plus haute et plus étroite. Les seins sont modelés en relief, bien que 12Aa adopte la forme b2.

37Variante 12Ab : les trois exemplaires de cette variante montrent aussi des visages allongés. Au-dessus des cheveux est posé le polos, mais sans diadème. La protomé correspond à la forme b3, mais la partie inférieure n’est que légèrement courbée et ne comporte aucune indication des bras.

38Variante 12Ac : les visages sont allongés. Au-dessus des cheveux est posé seulement le diadème. La variante correspond à la forme b3, mais sans indication des bras.

Commentaire

39La création du type doit être mise en relation avec le type 4E, dont dérivent apparemment le traitement de la chevelure frontale, le diadème et le polos, ainsi que les tresses latérales et la forme du décolleté. La partie inférieure de 12A est pourtant beaucoup plus courte, mais elle a été rallongée dans la variante 12Aa ; les seins y sont représentés comme sur 4E, qui est travaillé en forme de buste. Mais les variantes 12Ab et 12Ac montrent que l’artisan, avec la partie inférieure en forme de buste, a tenté des expériences. Car en aucun cas la forme de la partie inférieure ne correspond exactement à celle du type 4E. La partie inférieure allongée que présente 12Aa, avec traitement plastique des seins et du décolleté, est morphologiquement la plus proche de 4E ; mais les bords latéraux tombent droits, sans indiquer la forme des épaules ni du haut des bras.

40Le fait d’avoir expérimenté différentes formes de la partie inférieure qui ne correspondent pas exactement au modèle 4E montre qu’il doit s’agir d’une production locale. Le traitement de la partie inférieure des variantes 12Ab et 12Ac, par une simple convexité sans indication du haut des bras ni des seins, se retrouvera dans le type 12H, en forme de buste et de grandeur naturelle.

41En revanche la structure du visage de 12A est sans aucun rapport avec le type 4E. Les joues sont plates, le nez s’élargit nettement au niveau des ailes, les lèvres sont minces et les yeux sont petits, cernés de très larges paupières, ce qui constitue, nous l’avons vu, la structure typique du groupe 12.

TYPE 12B (PL. 50)

  • 5 L’exemplaire 12Ba1.1 n’est pas complet.

Quantité totale : 12 exemplaires
12B1 1 exemplaire
12B2 9 exemplaires
12Ba1 1 exemplaire
12Ba2 1 exemplaire
Réduction entre 12B1 et 12B2 : 12 %
12Ba1 et 12Ba2 : 10 % environ5

12B1.1 (NI 749)

42hv 7,9/hc 11,2/lhc 8,1/lbc 5,4

43Argile n°7b. Concrétions gris-brun. Restes d’engobe. Recollé obliquement de deux fragments : le visage et la partie gauche du polos sont conservés.

12B2.1 (NI 12540)

44hv 6,6/15,5/lh 8,2/lbc 7,4

45Argile n°8a. Concrétions brun clair. Manquent les deux extrémités. Cassure entre cou et menton.

12B2.2

46hc 10,5/lhc 7,7

47Argile n°3. Concrétions grises et grains de sable. Fragment comprenant la moitié droite du visage, l’œil et la tempe gauche et la plus grande partie du polos haut.

12Ba1.1

48hvc 6,4/hc 9,2/lhc 1,8/lbc 2,7

49Argile n°4. Concrétions grises. Fragment comprenant la moitié droite du visage et une petite partie du polos.

12Ba2.1

50hv 5,8/h 13,6/lhc 2,4/lb 15,5

51Argile n°4. Concrétions grises et grains de sable. Manquent la partie gauche du polos et de la chevelure frontale et l’extrémité droite du polos. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

52Aucun exemplaire n’est conservé intégralement ; la forme est donc incertaine. La partie inférieure était fortement courbée. La variante 12Ba correspond à la forme b2.

53Le visage affecte une forme presque ronde. Il est caractérisé par un menton large et fort, des yeux horizontaux au globe proéminent, encadrés de paupières très fines, qui indiquent le canal lacrymal. Le nez s’élargit aux narines et en vue de profil prolonge sans accident le plan du front. Les lèvres sont bien serrées, mais la lèvre inférieure est charnue et saillante.

54La large masse de la chevelure frontale est ondulée en rangs étroits. Trois tresses, ramenées derrière les oreilles, qui sont petites et ornées d’un disque, retombent de part et d’autre du cou. Au-dessus de la coiffe s’élève le polos, dont la hauteur varie dans la deuxième génération entre 1,3 et 2,4 cm, peut-être pour compenser la réduction.

  • 6 Cf. aussi le commentaire des types 12D et 12E, ci-après, p. 200-201.

55Variante 12Ba : Le visage est de forme ovale et les yeux sont dépourvus d’encadrement plastique. Mais ces différences par rapport à 12B sont dues à l’encrassement du moule. Seule la chevelure frontale diffère réellement : elle est beaucoup plus étroite, traitée en fort relief avec des mèches incisées verticalement6.

Commentaire

56La structure du visage, caractérisé par des joues plates et une bouche à peine souriante, est semblable à celle du type précédent. Seuls les yeux sont traités différemment : leurs globes très proéminents, sont encadrés de très fines paupières.

57Comme 12A, ce type s’inspire pour certains détails d’un modèle fortement marqué par la tradition grecque. Si on le compare au type 13E du groupe suivant, on constate certaines analogies dans l’exécution des détails. Les deux types présentent une large chevelure frontale, divisée en ondulations serrées ; au-dessus s’élève un polos bas, légèrement déplacé en arrière sur le crâne. Un autre détail commun aux deux types sont les petites oreilles, modelées simplement et ornées d’un disque plastique. La structure du visage, par contre, n’a aucune ressemblance avec celle du type 13E.

58La partie inférieure fortement bombée, qui était probablement traitée comme dans la variante 12Ba, s’élargit sensiblement vers le bas et se distingue de la morphologie courante en domaine grec.

TYPE 12C (PL. 51-55)

Quantité totale : 71 exemplaires
et beaucoup de fragments non attribuables à
une génération
12C1 1 exemplaire
12C2 11 exemplaires
1C3 51 exemplaires
12C4 1 exemplaire
12Ca1 1 exemplaire
12Ca2 6 exemplaires
Réduction entre 12C1 et 12C2 : 19 %
12C2 et 12C3 : 14 %
12C3 et 12C4 : 20 %
12Ca1 et 12Ca2 : 17,5 %
La hauteur du visage de 12Ca1 correspond à
celle de 12C2.
La hauteur du visage de 12Ca2 correspond à
celle de 12C3.

12C1.1

59hv 10,6/hc 15/lhc 7,4/lbc 9,1

60Argile n°8a. Fragment de la partie droite du visage avec polos et voile latéral. Visage arraché, sauf la joue droite, le menton et la moitié droite de la bouche.

12C2.1 (NI 328)

61hv 8,5/h 21,7/lh 10,9/lb 16,5

62Argile n°4. Concrétions brunes. Extrémité droite endommagée. Fêlure sur le visage gauche. Trou de suspension au milieu des cheveux à la base du polos.

12C2.2 (NI 370)

63hv 7,9/hc 14/lh 10/lbc 10,5

64Argile n°8b. Concrétions gris foncé. Restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Boucle d’oreille à droite et nez légèrement endommagés. Trou de suspension au milieu du polos.

12C2.3

65hv 8,1/hc 15,8/lh 10,4/lbc 2,1

66Argile n°8b. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Manque la partie inférieure.

12C2.4

67hv 8,1/hc 13,1/lh 11,4/lbc 11,4

68Argile n°8b. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Polos endommagé. Trou de suspension à la limite des cheveux et du polos.

12C3.1

69hv 7,3/h 18,1/lh 9,7/lb 14,2

70Argile n°8a. Concrétions brunes grises et grains de sable. Restes d’engobe.

12C3.2 (NI 12566)

71hv 6,9/h 18/lhc 7,4/lbc 8,8

72Argile n°8a. Concrétions brunes. Manque toute la partie droite, mais le visage est conservé jusqu’à la tempe. Trou de suspension au milieu du polos.

12C3.3 (NI 12547)

73hc 10/lhc 8/lbc 7,4

74Argile n°8a. Concrétions grises. Restes d’engobe. Fragment du visage. Boucle d’oreille perforée en forme de rhombe.

12C4.1

75hv 5,8/hc 9,4

76Argile n°5a. Concrétions brunes et grains de sable. Fragment du visage. Nez et menton endommagés.

12Ca1.1 (NI 333)

77hv 8,3/hc 14,5/lhc 11, lbc 10,3

78Argile n°3. Pièce nettoyée. Restes d’engobe et traces de couleur rouge sur le voile latéral, sur le polos et derrière les cheveux. Manquent la partie inférieure et la partie droite, brisée à côté du visage. Trou de suspension au milieu du polos. Traces d’outil sur l’épiderme. L’oreille n’est pas traitée. Visage et cheveux moulés ; le reste fait à la main.

12Ca2.1

79hv 6,9/hc 13,8/lh 10,1 lbc 9,7

80Argile n°4. Concrétions gris-brun et grains de sable. Restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du polos.

12Ca2.2

81hv 6,7/hc 11,5/lhc 6,7/lbc 7,7

82Argile n°7b. Concrétions brunes et grains de sable. Fragment du visage avec la partie gauche du polos.

Description

  • 7 Un exemplaire est publié par GABRICI 1927, p. 279, pl. 65, fig. 2. Un autre exemplaire, probablemen (...)

83La protomé correspond à la forme b27.

84Un seul exemplaire, très fragmentaire, de la première génération est conservé. C’est une pièce très grosse et très lourde dont le visage est arraché. À la surface de ce fragment on ne voit pas de traces d’outil ou d’empreintes digitales, ce qui exclut que nous ayons affaire à l’archétype de la série 12C.

85De la deuxième génération subsistent 11 exemplaires, de la troisième génération 51. Les protomés de ces deux générations sont attribuables à deux séries différentes de moules, qui proviennent du même archétype ; ce phénomène a déjà été observé pour d’autres protomés, par exemple dans le groupe 1. La seule différence est que l’une de ces deux séries montre un visage un peu plus large et plus rond que l’autre.

86Le visage plutôt rond s’élargit au niveau des pommettes. Le menton rond et large correspond à la courbure des cheveux au-dessus du front, qui sont ondulés en huit ou neuf rangées étroites. Les yeux en amande sont encadrés de paupières larges, et comportent l’indication du canal lacrymal. Le nez assez large et court est retroussé en vue de profil et dégage l’espace naso-labial. Les lèvres aux commissures ouvertes esquissent un sourire.

  • 8 Comme le polos de la koré de Lyon : BOARDMAN 1981, fig. 110.

87La large masse des cheveux au-dessus du front descend légèrement devant les oreilles, traitées de manière assez naturaliste, et ornées d’un disque plastique. La tête est coiffée d’un polos bas, dont le bord inférieur est rendu en relief8. Le voile, ramené derrière les oreilles, retombe de part et d’autre du cou ; il est indiqué en relief, de même que le décolleté.

  • 9 Cette affirmation doit être relativisée, en ce sens que les exemplaires où le polos manque ont été (...)

88Variante 12Ca : de la première génération de cette variante il n’existe qu’un seul exemplaire9. La hauteur du visage de la variante correspond à la deuxième génération du type 12C, mais celle-ci se distingue par un polos plus haut. Le visage et les autres détails sont identiques à ceux de tous les exemplaires du type 12C.

89L’exemplaire 12Ca1.1 peut illustrer la méthode employée par les artisans pour créer une variante. Le visage et la chevelure frontale sont fabriqués avec un moule de la deuxième génération de 12C. Le diadème, le polos et le voile latéral sont modelés à la main, et à la place des oreilles on ne voit qu’une cavité. En revanche les exemplaires de la deuxième génération de la variante montrent des oreilles et même des boucles d’oreille en forme de disque. Il est donc probable que l’artisan a modelé les oreilles et les disques directement dans le moule qui sert pour la deuxième génération. Ainsi le moule d’où sont sortis les exemplaires de 12Ca2 a dû être fabriqué à l’aide de l’exemplaire 12Ca1.1.

Commentaire

90Le visage du type 12C présente la même structure qui caractérisait déjà les deux types précédents : modelé aplati des surfaces, petits yeux effilés, avec des paupières épaisses et une expression distante. Toutefois 12C donne une plus forte impression d’équilibre et d’harmonie que 12A et 12B. Et les détails de la chevelure frontale et des oreilles sont travaillés avec plus de soin.

91L’appartenance de ce type au groupe 12 n’est pas douteuse : la comparaison de son profil avec celui du type 12G suffirait à le confirmer. Mais la douceur des transitions entre les éléments du visage, et la ligne équilibrée du profil attestent que les artisans de ce groupe ont connu les modèles grecs de l’Est : leur influence, bien que sous une forme atténuée, s’est exercée en tout cas sur ce type 12C.

TYPE 12D (PL. 55)

Quantité totale : 3 exemplaires
12D1 1 exemplaire
12Da1 1 exemplaire
12Db1 1 exemplaire
La hauteur du visage de 12Da1 correspond à celle de 12D1

12D1.1

92hvc 7,5 hc 10,4/lhc 9,4/lbc 8,7

93Argile n°1. Concrétions gris foncé et restes d’engobe. Fragment recollé de deux morceaux, comprenant le visage, sans le polos ni l’oreille gauche. Chevelure frontale endommagée au-dessus de la tempe droite. Boucle d’oreille et probablement diadème et chevelure frontale faits à la main.

12Da1.1

94hc 7,5/lbc 9,7

95Argile n°8b. Concrétions brunes. Fragment recollé de deux morceaux, comprenant la moitié supérieure du visage avec l’extrémité droite du polos. Chevelure frontale et diadème probablement faits à la main. Le diadème se détache.

12Db1.1

96hv 8,3/hc 9,5/lc 7,8

97Argile n°8b. Concrétions gris-brun. Fragment comprenant le visage sans la tempe droite et sans la partie inférieure de la joue gauche. Chevelure frontale et diadème probablement faits à la main.

Description

98Aucun exemplaire n’est complet ; la forme de la protomé est donc incertaine.

99Le visage rond est dominé par les yeux épais, en amande, cernés de larges paupières, qui indiquent le canal lacrymal, et par le menton large. Le nez aux ailes débordantes fléchit en vue de profil par rapport à la bosse frontale pour se relever à l’extrémité. Les lèvres sont serrées, à peine souriantes.

100La chevelure frontale se compose de mèches en fort relief. Au-dessus de la coiffe s’élève le diadème et à l’arrière est posé le polos, dont le bord inférieur est indiqué en relief. Les oreilles aplaties sont structurées par deux renflements et ornées d’un disque. Un deuxième disque perforé et un anneau plastique sont attachés après moulage. L’anneau portait peut-être un pendentif en forme de bouton, comme sur l’exemplaire 12E1.1. L’anneau de 12D1.1 montre en tout cas au milieu une petite anse qui indique qu’un autre élément y était fixé.

101Variante 12Da : la masse de la chevelure frontale est moins large. Entre le diadème et le bord inférieur du polos les cheveux sont finement ondulés en relief. Les oreilles sont ornées d’un simple disque.

102Variante 12Db : la masse de la chevelure frontale est moins large et collée directement sur le diadème.

TYPE 12E (PL. 56)

Quantité totale : 1 exemplaire
12E1 1 exemplaire

12E1.1 (NI 731)

103hv 9,1/hc 18,2/lh 15/lbc (menton) 13,2

104Argile n°3. Concrétions grises et taches brunes. Restes d’engobe. Traces de couleur rouge sur le polos. Recollé de trois fragments. Manque la partie inférieure. Œil droit endommagé. Les boucles d’oreilles et probablement aussi la chevelure frontale sont faites à la main. Deux trous de suspension sur le bord latéral, au niveau du crâne.

Description

105L’exemplaire n’est pas entièrement conservé. Le bord latéral droit indique qu’il s’agit d’une protomé avec des côtés droits, correspondant à la forme b2.

106Le visage rond est fermement délimité en bas par le menton large et anguleux. Les yeux obliques et effilés sont cernés de paupières épaisses. Le nez s’élargit au niveau des ailes. Les lèvres saillantes mais serrées n’expriment aucun sourire. La vue de profil montre la forte proéminence du menton pointu.

107La chevelure frontale est traitée en haut-relief, avec des mèches incisées radialement. À l’arrière est posé le haut polos. Les oreilles ne sont modelées que très sommairement, mais elles sont ornées de boucles. Ces dernières se composent d’un disque avec un anneau ; un pendentif est attaché à l’anneau et indique probablement un bouton. Le voile retombe de part et d’autre du cou, indiqué en relief très plat.

Commentaire des types 12D et 12E

108Les deux types, quant au modelé du visage et à son expression, sont directement liés aux types précédents. On y retrouve un visage plat avec des transitions douces, des lèvres minces et serrées, et des yeux étroits aux lourdes et larges paupières.

  • 10 Cf. Samos 7, pl. 59, Nicosia C 609, pl. 68, fig. T241 et 2127, pl. 81, fig. T2041, fig. T2563.

109La stylisation de la chevelure frontale et la parure des oreilles sont remarquables. La première en tout cas n’est pas d’origine grecque : le traitement de la chevelure frontale à l’aide d’entailles verticales est en effet répandu dans la plastique en terre cuite de Chypre dès le début du VIe siècle av. J.-C. Mais ces coiffures chypriotes présentent une élaboration différente de celle de Sélinonte : une partie des cheveux est enroulée autour de la tête et disposée sur le reste des cheveux. Ce chignon est divisé par des entailles verticales et présente une forte courbure, semblable à celle du type 12D1.110.

  • 11 I Fenici, p. 364 : visage en terre cuite de Sulcis. P. PARIS, Le musée archéologique national de Ma (...)
  • 12 GABRICI 1927, pl. 44, fig. 4, 6, 8, pl. 49, fig. 1, 5, pl. 60, fig. 1-6, pl. 67, fig. 2, pl. 69, fi (...)

110La stylisation de la coiffure sur les deux variantes 12Da et 12Db et sur 12E est encore plus prononcée et pourrait être d’inspiration punique. Cette transformation de la coiffure chypriote (c’est-à-dire phénicienne de l’Est) plutôt volumineuse en une coiffure plate presque abstraite avec des mèches droites peut en effet être observée sur plusieurs terres cuites puniques11. Les coiffures des types 3D-3H ont comme élément de base la mèche verticale, mais encore divisée selon une structure plus fine. Ces coiffures aussi s’inspirent de modèles puniques. Et la même stylisation de la chevelure frontale peut être observée aussi sur plusieurs statuettes du sanctuaire de la Malophoros12, où elle finit par apparaître comme une particularité locale. On constate que dans la plastique en terre cuite de Sélinonte l’influence des modèles puniques se manifeste souvent par des détails, dans l’esprit d’une libre adaptation, sans qu’il y ait jamais imitation littérale.

  • 13 L’anneau à prolongement est identique sur le type 14G et se retrouve, sous une forme plus gracieuse (...)

111Le type 12E se distingue des autres types du groupe 12 par le modelé du menton, qui est anguleux et fortement proéminent en vue de profil. Les boucles d’oreilles du type 12E, et probablement aussi celles du type 12D, diffèrent du simple disque habituel des protomés. L’anneau montre un prolongement vertical13.

TYPE 12F (PL. 56)

Quantité totale : 4 exemplaires
12F1 4 exemplaires

12F1.1

112hv 9,6/hc 12,9/lh 13,4/lbc 11

113Argile n°7b. Concrétions brun clair et grains de sable. Reste d’engobe. Brisé au-dessous du menton et au niveau de l’oreille gauche. Menton et bord du polos à gauche endommagés. Trou de suspension sur le polos.

Description

114Aucun exemplaire n’est complet ; la forme de la protomé est donc incertaine.

115Le visage ovale est caractérisé par le menton lourd, les lèvres droites et ouvertes aux commissures et les yeux minces, encadrés de paupières larges, qui indiquent le canal lacrymal. Le nez, à la racine forte, prolonge sans accident le plan du front. Il est fortement relevé en vue de profil et dégage l’espace naso-labial.

116Au-dessus du front la coiffure se compose de rangs d’ondulations serrés. À l’arrière s’élève le polos. Les oreilles sont ornées d’un disque perforé, et le voile, indiqué en relief, retombe de part et d’autre du cou.

TYPE 12G (PL. 57)

Quantité totale : 4 exemplaires
12G1 3 exemplaires
12Ga1 1 exemplaire

12G1.1 (NI 339)

117hv 9,4/h 19,2/lh 9,9/lb 13,4

118Argile n°3. Concrétions grises et restes d’engobe. Recollé de trois morceaux. Traces de couleur rouge sur les lèvres et sur le menton à droite.

12Ga1.1

119hvc 8,7/hc 13,5/lhc front 10,5/lbc 5,5

120Argile n°6. Concrétions gris-brun. Restes d’engobe. Fragment comprenant le visage et une partie du polos.

Description

  • 14 L’exemplaire 12G1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 279, pl. 66, fig. 2. Un autre exemplaire du typ (...)

121La protomé correspond à la forme a214 La forme de la variante 12Ga est incertaine.

122Le visage ovale se caractérise par le menton lourd, les yeux effilés et encadrés de paupières nettes, qui indiquent le canal lacrymal. Le nez, élargi aux narines, prolonge sans accident le plan du front. Il fléchit de profil par rapport à la bosse frontale pour se relever à l’extrémité. La bouche, petite et bien serrée, est à peine plus large que les narines.

123La chevelure frontale est ondulée en rangs serrés et descend légèrement devant les oreilles, qui sont ornées d’un disque. Au-dessus des cheveux est posé le diadème. Le voile couvre le crâne et retombe de part et d’autre du cou.

124Variante 12Ga : la protomé porte le polos.

TYPE 12H (PL. 58-59)

Quantité totale : 2 exemplaires
12H1 2 exemplaires

12H1.1

125h 38

  • 15 Publiée par GABRICI 1927, p. 278-279, pl. 65, fig. 1, et FRONING 1990, p. 347, fig. 14-15. L’objet (...)

126Protomé complète15.

Description

127La protomé correspond à la forme a3.

128Le visage est plein et se caractérise par les yeux grands et horizontaux, encadrés de paupières plastiques, qui indiquent le canal lacrymal, le nez élargi aux narines et les lèvres droites et fermées, qui n’expriment aucun sourire. Le menton est rond, lourd et légèrement empâté. En vue de profil, le nez prolonge le plan du front en se relevant très légèrement.

129La chevelure frontale est constituée d’un large bandeau continu de fines ondulations serrées, et descend devant les oreilles. Trois tresses ondulées retombent de part et d’autre du cou et sur les épaules.

TYPE 12J (PL. 60)

Quantité totale : 2 exemplaires
12J1 2 exemplaires

12J1.11 (NI 335)

130hv 11,9/hc 20/lhc 12,5/lbc 6,2

131Argile n°2. Concrétions grises et restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton, de l’oreille gauche et du niveau de la tempe droite. Narines creusées à la main. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

  • 16 L’exemplaire 12J1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 266, pl. 53, fig. a-b.

132Aucun exemplaire n’est entièrement conservé ; la forme de la protomé est donc incertaine16.

133Le visage s’inscrit dans un ovale régulier, fermement délimité en bas par le menton lourd. Les yeux en amande sont cernés de paupières nettes, indiquant également le canal lacrymal. L’œil droit est plus oblique que l’œil gauche. Le nez court, avec des ailes détachées, s’arrondit à l’extrémité en vue de profil et dégage l’espace naso-labial. Les narines sont creusées après moulage. Les lèvres fermées présentent un tracé sinueux sans esquisser un vrai sourire. L’espace naso-labial est modelé de manière naturaliste.

134La coiffure frontale se compose de six ou sept rangs d’ondulations peu serrés, qui s’achèvent aux oreilles. Celles-ci sont ornées d’un disque plastique. Le voile couvre le crâne et retombait probablement des deux côtés.

Commentaire des types 12F-12J

135Les quatre types, que la structure des visages apparente étroitement aux autres types du groupe 12, constituent un ensemble à part, car ils ont été vraisemblablement créés par un seul et même artisan. Cela se déduit non seulement de l’allure générale des visages mais aussi des détails : les yeux, les lèvres, le menton et les oreilles concordent parfaitement et révèlent la même main. Seul le nez du type 12F montre une différence : l’extrémité n’en est pas arrondie comme celle des autres types, mais proéminente et pointue. Elle ressemble en fait au nez de l’exemplaire 12Dd1.1.

136Le type 12J offre la réalisation la plus équilibrée, et c’est lui qui occupe la dernière place du point de vue chronologique. Les yeux y sont plus grands, le canal lacrymal plus net, les ailes du nez sont fines avec des narines creusées, le passage entre le nez et les lèvres est traité en relief de manière naturaliste, les lèvres ont davantage de souplesse et les oreilles sont un peu plus grandes et plus détaillées. La chevelure frontale ne présente pas les ondulations serrées des trois types précédents, mais elle est structurée par des ondulations plus larges qui s’accordent à l’expression plus délicate du visage de 12J.

TYPE 12K (PL. 61-62)

Quantité totale : 20 exemplaires
12K1 1 exemplaire
12K2 17 exemplaires
12K1 2 exemplaires
Réduction entre 12K1 et 12K2 : 10 %
Réduction entre 12K2 et 12K3 : 8-11 %

12K1.1 (NI 398)

137hv 9,7/h 20,7/lh 11,8/lbc 12,8

138Argile n°8b. Concrétions brunes et restes d’engobe. Manque l’himation à droite au-dessous de l’oreille.

12K2.1

139hv 8,7/hc 16,4/lhc 7,3/lbc 2,4

140Argile n°5a. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe. Fragment comprenant le visage et une partie du polos. Les boucles d’oreille sont perforées. Moule encrassé.

12K3.1 (NI 286)

141hv 7,8/hc 15/lh 10/lbc 7,7

142Argile n°2. Concrétions brunes et restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton et de l’oreille gauche. Nez légèrement endommagé. Les oreilles sont rendues par un fin liseré en relief ; une partie du lobe est en retrait mais n’est pas perforée complètement. Le rang supérieur de godrons est retouché à la main. Trous de suspension au milieu et sur les extrémités du polos.

12K3.2

143hv 8,1/hc 13,5/lhc 9/lbc 5,8

144Argile n° 6. Concrétions gris-clair et grains de sable. Restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton et des oreilles. Manque l’extrémité droite du polos. Trou de suspension sur le polos. Les oreilles sont modelées par une fine ligne en relief ; le lobe est perforé.

Description

  • 17 L’exemplaire 12K1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 269, pl. 56, fig.4.

145La protomé correspond à la forme b217.

146Le visage s’inscrit dans un ovale allongé, avec un menton rond et lourd. Les yeux petits et effilés, cernés de paupières nettes, sont obliques et très distants l’un de l’autre. Le nez court, à l’arête forte, est légèrement relevé en vue de profil. La bouche charnue, ouverte aux commissures, présente un tracé sinueux.

147Les cheveux au-dessus du front se composent de trois rangs de grandes boucles en perles, dont le rang supérieur est allongé en forme de godrons. Au-dessus de la coiffe s’élève le polos, dont la hauteur varie un peu selon les exemplaires. Les oreilles sont grandes, modelées en volutes ornementales, et ornées d’un disque plus ou moins complètement perforé. Les oreilles de la troisième génération ne sont rendues que par une ligne en relief, et le lobe n’est que partiellement perforé. L’himation latéral est indiqué en relief, de même que le décolleté.

TYPE 12L (PL. 62-63)

Quantité totale : 3 exemplaires
15 fragments non attribuables à une génération.
12L1 3 exemplaires

12L1.1

148hv 10,3/hc 14,7/lhc 10,3/lbc 7,4

149Argile n°4. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Fragment comprenant le visage et la naissance du polos. Lobe perforé.

12L1.2

150hv 10,2/hc 16,5/lhc 15/lbc 5,7

151Argile n°1. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe. Fragment recollé de trois morceaux, comprenant le visage et la plus grande partie du polos. Trous de fixation sur les deux extrémités du polos. Boucle d’oreille perforée.

Description

152Aucun exemplaire n’est conservé entièrement ; la forme de la protomé est donc incertaine.

153La forme du visage et les détails sont semblables au type précédent. Il y a une différence dans le modelé du visage : la surface est plus plastique et, de ce fait, plus animée. Les yeux sont plus grands, plus ouverts et plus globuleux. Les cheveux au-dessus du front sont traités de la même manière que sur le type 12K, mais le bord inférieur du polos est indiqué en relief.

TYPE 12M (PL. 63)

Quantité totale : 1 exemplaire
1 fragment non attribuable à une génération.
12M1 1 exemplaire

12M1.1

154hc 10,3/lhc 13,8/lbc 4,2

155Argile n°4. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Fragment recollé de deux morceaux, comprenant la partie supérieure du visage avec le nez, les yeux, le front, la chevelure frontale et le polos. Traces de couleur rouge violacée sur le polos.

Description

156La forme de la protomé est incertaine à cause de son état fragmentaire.

157Les yeux effilés et cernés de paupières nettes, le nez court à l’arête forte et le modelé de la chevelure frontale, couronnée du polos, révèlent la même main que les types 12K et 12L. Même la hauteur du visage doit être à peu près identique.

TYPE 12N (PL. 63)

Quantité totale : 1 exemplaire
12N1 1 exemplaire

12N1.1

158hc 8,2/lc 10,9

159Argile n°3. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe. Fragment comprenant le nez, l’œil droit, la joue droite et une petite partie de la chevelure frontale, du diadème et de l’oreille droite. Narines creusées.

Description

160La forme de la protomé est incertaine.

161Le modelé de l’œil ressemble fortement à celui de 12L. Les cheveux se composent de rangs de boucles en perles comme sur 12K-12M ; et la hauteur du visage était sans doute à peu près la même. Le nez avec les narines creusées à l’outil est plus soigneusement modelé que sur les types précédents.

Commentaire des types 12K-12N

162Ces quatre types sont très probablement sortis du même atelier, et peut-être ont-ils été fabriqués par le même artisan. Mais la plupart des exemplaires ne sont conservés qu’à l’état de fragments ou tirés de moules encrassés. L’exemplaire le mieux conservé est 12K3.2, sur lequel certains détails ont été retouchés à la main après moulage. Bien que l’exécution soit différente, les formes concises et sobres du visage et son expression sévère montrent une évidente parenté avec les types 12F et 12G.

163Le type 12L montre un modelé du visage plus doux ; sa relation stylistique avec 12K peut être comparée à celle de 12G avec 12J. Bien que les types en question soient dus, probablement, à un autre artisan que l’ensemble 12F-12J, on peut constater une évolution formelle analogue, où l’on passe d’un modelé sévère et sobre à un modelé plus plastique et plus réaliste. Cette évolution peut probablement être interprétée aussi en termes de chronologie.

164Les deux types 12M et 12N ne nous sont parvenus qu’à l’état de fragments. Les détails reconnaissables montrent une nette ressemblance avec 12K et 12L, ce qui justifie leur attribution au même groupe.

TYPE 12Ô (PL. 63)

Quantité totale : 1 exemplaire
12Ô1 1 exemplaire

12Ô1.1

165hv 8,2/hc 15,7/lhc yeux 9,9/lbc menton 6,3

166Argile n°8a. Concrétions gris-brun et grains de sable. Fragment comprenant le visage et une petite partie du polos. Nez légèrement émoussé.

Description

167L’exemplaire n’est pas conservé entièrement ; la forme de la protomé est donc incertaine.

168Le visage, légèrement ovale, est délimité en bas par le menton large. Le plan facial intègre les joues et le menton par une transition presque insensible. Les yeux effilés et obliques sont encadrés de paupières larges. La bouche charnue n’exprime aucun sourire. Le nez, peu proéminent en vue de profil, s’arrondit au bout et s’élargit aux narines.

169La chevelure frontale se compose de plusieurs rangs de boucles en perles, qui s’achèvent aux oreilles. À l’arrière s’élève le polos, dont le bord inférieur est marqué en relief.

Commentaire

170Le type 12Ô affiche dans la structure du visage une certaine parenté avec les types précédents, en particulier avec 12F et 12G. Cette parenté de style est surtout évidente dans le modelé de la surface du visage, dans les petits yeux obliques, encadrés de larges paupières et dans la bouche étroite et fermée. Mais le bord des paupières et les lèvres y sont en fait encore plus larges.

171Le profil introduit toutefois une différence importante par rapport aux types 12F et 12G. Celui de 12Ô est nettement plus aplati : le nez et le menton ressortent à peine et le visage a moins de relief. La chevelure frontale, stylisée par des boucles en perles, descend en outre davantage devant les oreilles que sur les types 12F, 12G, 12J, 12K et 12L. Et les boucles en perles sont structurées beaucoup plus finement que celle des types 12K-12N.

172Malgré ces différences, ce type appartient bien aussi au groupe 12. Mais il a été probablement fabriqué par un autre artisan que ceux auquel on peut attribuer les ensembles 12F-12J et 12K-12N. Du point de vue chronologique, il se situe à la fin du groupe 12 et nous conduit déjà vers le style sévère.

Notes

1 G. DE MIRE/F. VILLARD, Sicile grecque (1955), pl. 96 (Héraclès et les Cercopes), pl. 98-99 (Persée décapitant la Gorgone en présence d’Athéna).

2 La datation des métopes du temple C de Sélinonte est controversée ; on a proposé des dates allant du VIIe siècle jusqu’à 490 av. J.-C. : voir GIULIANI 1979, p. 17-19. La date de 550 av. J.-C. s’appuie sur la datation des matériaux de remblai de la terrasse d’agrandissement du temple C. Les tessons corinthiens et ioniens de l’Est que l’on y a trouvés remontaient au plus tard, dans la mesure où ils étaient datables, au deuxième quart du VIe siècle av. J.-C. Il n’y avait pas de tessons attiques. La datation la plus basse, 520-510 environ av. J.-C. a été proposée en 1920 par Langlotz sur la base d’arguments stylistiques. Cette thèse fut adoptée surtout par les savants allemands, tandis que d’autres s’orientaient vers une solution moyenne, en situant les métopes vers 540/530 : voir ROLLEY 1994, p. 210-211. Sans que l’on doive nécessairement en tirer des conclusions chronologiques, le rapprochement de notre groupe 12 avec les métopes irait évidemment plutôt dans le sens d’une datation basse.

3 Mozia vol. 1 (1964), A. CIASCA, Le terrecotte, p. 56, p. 61.

4 Deux exemplaires sont publiés par GABRICI 1927, p. 271, pl. 58, fig. 2 et 6.

5 L’exemplaire 12Ba1.1 n’est pas complet.

6 Cf. aussi le commentaire des types 12D et 12E, ci-après, p. 200-201.

7 Un exemplaire est publié par GABRICI 1927, p. 279, pl. 65, fig. 2. Un autre exemplaire, probablement de la deuxième génération (h 21,4), se trouve dans une collection privée : La collezione archeologica del Banco di Sicilia (1992), p. 323, fig. B22.

8 Comme le polos de la koré de Lyon : BOARDMAN 1981, fig. 110.

9 Cette affirmation doit être relativisée, en ce sens que les exemplaires où le polos manque ont été attribués au type de base 12C ; mais ils pourraient aussi être attribués à la variante 12Ca.

10 Cf. Samos 7, pl. 59, Nicosia C 609, pl. 68, fig. T241 et 2127, pl. 81, fig. T2041, fig. T2563.

11 I Fenici, p. 364 : visage en terre cuite de Sulcis. P. PARIS, Le musée archéologique national de Madrid (1936), p. 89, pl. 34, fig. 2 : statuette féminine punique en terre cuite (Paris interprète la coiffure comme une imitation du klaft égyptien).

12 GABRICI 1927, pl. 44, fig. 4, 6, 8, pl. 49, fig. 1, 5, pl. 60, fig. 1-6, pl. 67, fig. 2, pl. 69, fig. 3.

13 L’anneau à prolongement est identique sur le type 14G et se retrouve, sous une forme plus gracieuse, sur les types 4Ea et 5A.

14 L’exemplaire 12G1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 279, pl. 66, fig. 2. Un autre exemplaire du type 12G a été trouvé au tophet de Motyé : Mozia vol. 1 (1964), A. CIASCA, Le terrecotte, p. 61-69, pl. 53. Il semble s’agir d’un exemplaire plus grand que 12G1.1, parce que la tête, avec le cou, correspond à une hauteur de 20 cm. Le même exemplaire est illustré : G. PUGLIESE CARRATELLI (éd.), Sikanie, Storia e civiltà della Sicilia greca (1986), p. 592, fig. 629 ; S. MOSCATI, Italia archeologica vol.1 (1973), fig. 88.

15 Publiée par GABRICI 1927, p. 278-279, pl. 65, fig. 1, et FRONING 1990, p. 347, fig. 14-15. L’objet n’ayant pu, pour des raisons pratiques, être sorti de la vitrine lors de ma mission à Palerme, j’avais dû alors renoncer à l’examiner en détail et à le photographier. C’est à H. Froning que je dois les deux photographies des pl. 58 et 59 (DAI Rom, neg. 31.2929 et 31.2930), et je l’en remercie bien vivement.

16 L’exemplaire 12J1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 266, pl. 53, fig. a-b.

17 L’exemplaire 12K1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 269, pl. 56, fig.4.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable