Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 11. Modèles puniques

Texte intégral

6 types
68 exemplaires

TYPE

11A

11B

11C

11D

11E

11F

quantité

2

2

1

61

1

1

générations

2

1

1

3

1

1

forme inconnue

x

forme b2

x

x

x

forme b3

x

x

1Les visages des six types du groupe 11 portent tous la marque du style punique. On la retrouve dans la forme des yeux et du nez, ainsi que dans le modelé de la bouche. Le contour du profil, qui comporte des éléments expressifs, dérive aussi de modèles puniques.

2Mais conjointement à cette structure d’origine punique apparaissent des éléments grecs tels que le polos, la chevelure frontale, les tresses en perles, l’himation latéral et dans certains cas l’échancrure du vêtement. Ce groupe témoigne donc évidemment de l’éclectisme créateur des artisans de Sélinonte. Mais cette coexistence d’éléments stylistiques puniques et grecs est un cas unique dans la production des cités coloniales de Sicile.

3Les types 11A-11D forment un ensemble relativement homogène et sont sans doute sortis du même atelier. Les deux autres types, 11E et 11F, s’en distinguent par le modelé et l’exécution : ils sont probablement dus à d’autres artisans.

4Les six types sont vraisemblablement à peu près contemporains. La créativité éclectique qui s’y manifeste fait supposer que l’ensemble n’a pas été produit avant la fin du VIe siècle av. J.-C. Le modelé de l’échancrure du vêtement des types 11C-11F renforce cette hypothèse, car il est semblable à celui que l’on rencontre couramment sur les protomés du Ve siècle av. J.-C., fabriquées à l’aide de moules de statuettes.

TYPE 11A (PL. 44-45)

Quantité totale : 2 exemplaires
11A1 1 exemplaire
11A2 1 exemplaire
Réduction entre 11A1 et 11A2 : 15 %

11A1.1 (NI 740)

5hv 8,2/h 19,3/lhc 7,7/lbc 8,4

6Argile n° 8b. Concrétions grises et taches blanches ; restes d’engobe. Brisé de haut en bas à la droite du visage. Le relief des cheveux au-dessus de la tempe gauche est émoussé, ainsi que sur les tresses à gauche au niveau du menton. Les yeux comme les tresses sont incisés, et les narines creusées à l’outil. Quatre trous de suspension le long du bord gauche. Boucle d’oreille perforée, mais incomplètement. Large bande d’argile à la face arrière.

11A2.1

7hv 6,9/hc 14, lbc 9,5

8Argile n° 8b. Concrétions grises. Brisé de haut en bas à droite du nez ; manque la plus grande partie du polos. Le nez est légèrement endommagé. Trou de suspension à gauche au niveau de l’oreille.

Description

  • 1 L’exemplaire 11A1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 271, pl. 58, fig. 7.

9La protomé correspond à la forme b21.

10Le visage allongé est dominé par les yeux grands, rapprochés et horizontaux (l’œil droit de l’exemplaire 11A1.1 est légèrement oblique). Ils sont cernés de paupières nettes, la paupière supérieure étant plus large. Le nez, à l’arête étroite, s’élargit à partir des narines creusées. Les pommettes sont prononcées, et les lèvres courtes et charnues esquissent un sourire. La vue de profil met en évidence la verticalité du visage, ponctuée par le nez aquilin, proéminent, et le menton saillant.

11La chevelure frontale est stylisée en gouttières très allongées. Au-dessus est posé le diadème étroit, à l’arrière duquel continuent les gouttières, jusqu’au polos. Les oreilles, en forme de volute, sont ornées d’un disque. Le disque de la première génération est perforé mais incomplètement. Trois tresses retombent de part et d’autre du cou.

Commentaire

  • 2 BOARDMAN 1981, fig. 198 et fig. 110.

12Ce type illustre clairement le mélange éclectique d’éléments stylistiques grecs, siciliens et puniques. La parure des oreilles et les tresses latérales sont des caractères formels qui appartiennent au répertoire grec. Le traitement de la chevelure frontale en gouttières très allongées, qui se prolongent derrière le diadème jusqu’au polos, évoque d’emblée ce que l’on trouve déjà à l’Acropole d’Athènes sur l’hydrophore du Fronton de l’Olivier, ainsi que sur la koré de Lyon2 même si les coiffures grecques n’offrent pas l’équivalent exact de ces godrons cernés par une ligne en relief et isolés les uns des autres. Quant au polos c’est un couvre-chef très courant parmi les protomés siciliennes, qui doit être considéré comme un élément local.

  • 3 Cf. PARROT/CHEHAB/MOSCATI 1977, p. 176.
  • 4 Les mêmes caractères se retrouvent sur une protomé féminine en terre cuite du tophet de Motyé, cf. (...)
  • 5 I Fenici, p. 330 à gauche.

13Mais les traits du visage révèlent ici une autre tendance stylistique : les grands yeux horizontaux, le nez remarquablement accentué, la bouche petite et souriante ainsi que le profil expressif sont des éléments caractéristiques, qui trahissent une influence punique, intégrée à sa création par l’artisan de Sélinonte dans un esprit délibérément éclectique. Il suffit pour s’en convaincre de comparer notre type à une protomé punique de terre cuite de la nécropole de Dermesch à Carthage, où les trois caractères mentionnés sont modelés de façon très semblable. La forme du visage a la même structure en U avec le menton arrondi, et reproduit de face l’arc des lèvres souriantes3. Sur l’exemplaire de Carthage les éléments formels sont dans l’ensemble encore plus accentués qu’à Sélinonte ; et d’ailleurs les cheveux et le couvre-chef sont traités différemment. Mais l’influence exercée sur le type sélinontin par des modèles de ce genre est indéniable4. Une figure féminine en terre cuite d’Amathonte confirme d’ailleurs cette influence du style punique5. Elle possède les mêmes grands yeux horizontaux, très expressifs, le même modelé de la bouche, et, bien que représentée de trois quarts, la verticalité marquée du profil avec un nez très proéminent.

14Cette coexistence d’éléments grecs, siciliens et puniques fait supposer que ce type n’a pas été créé avant la fin du VIe siècle av. J.-C. Car il aura fallu sans doute un certain temps aux artisans de Sélinonte pour se détacher des modèles grecs et en les associant à d’autres élaborer ainsi une synthèse personnelle. La forme courte de la protomé, avec un fort élargissement vers le bas, montre également qu’elle n’appartient plus à l’époque de la forte influence des modèles ioniens, et qu’elle doit donc être datée de la fin du siècle.

15L’exemplaire 11 A1. 1 présente en outre un caractère insolite que nous n’avons observé sur aucune autre protomé. Il présente une épaisseur d’argile le long de la face postérieure. Cette particularité est due probablement au mode de présentation de la protomé en question. Comme pour quelques autres exemplaires de Sélinonte, quatre trous ont été percés le long du bord latéral. Dans le cas de 11A1.1, on a affaire à un exemplaire matériellement très lourd. Or si on complète le côté gauche de la partie arrière manquante avec une épaisseur d’argile semblable, il se formera au milieu de la protomé un espace creux, limité des deux côtés par les épaisseurs d’argile. Et une telle cavité serait apte à recevoir un pieu, auquel la lourde protomé était peut-être fixée à l’aide des quatre trous latéraux.

  • 6 K. PARLASCA, Aegyptische Bronzen, AM 1953, p. 128-131. Samos vol. 8, pl. 9, B133. Cette protomé à c (...)
  • 7 La forme en est analogue à celle des protomés corinthiennes à plastron ovale, cf. CROISSANT 1983, p (...)

16On connaît en Egypte des protomés munies d’une plaque semi-circulaire, dites protomés à collerette. Elles ont été utilisées notamment comme couronnements d’étendards6. Naturellement les protomés à collerette avaient une forme différente7 et étaient faites d’autres matériaux, mais on peut se demander malgré tout si ces protomés de Sélinonte n’étaient pas destinées, de la même manière, a être fixées sur un pieu et ainsi exposées dans le sanctuaire.

TYPE 11B (PL. 44-45)

Quantité totale : 1 exemplaire
1 fragment
11B1.1 1 exemplaire

11B1.1 (NI 738)

17hc 18,5/lhc 12,3/lc au milieu 17,6

18Argile n° 6. Concrétions gris foncé. Fragment recollé de trois morceaux comprenant les yeux, le nez, la chevelure frontale, une partie du polos et la partie supérieure de l’oreille droite. Narines creusées à l’outil. Deux trous de suspension au-dessus de l’oreille droite, placés l’un à côté de l’autre. Trou de suspension sur l’extrémité à gauche du polos.

11B1.2

19hc 10,6/lc 10,9

20Argile n° 5a. Concrétions grises. Fragment comprenant une partie du front et de la chevelure frontale, les trois quarts du sourcil gauche et une petite partie de l’œil gauche.

Description

21Aucun exemplaire n’est conservé entièrement ; la forme de la protomé est donc incertaine.

22Le type montre des yeux très grands, rapprochés et horizontaux (l’œil droit est légèrement oblique), encadrés de paupières nettes. Les paupières supérieures sont plus larges que les inférieures. Le nez, à l’arête élancée, s’élargit à partir des narines creusées et modelées de la même façon que sur le type 11 A.

  • 8 Le petit polos placé au milieu de la calotte crânienne est modelé comme celui de la protomé à colle (...)

23La chevelure frontale montre la même stylisation que 11A, mais elle forme une courbe plus arrondie, et les deux gouttières au milieu du front sont légèrement plus courtes que les autres. Au-dessus des cheveux est placé le polos, qui est assez petit par rapport au volume de la tête8. À droite, la partie supérieure de l’oreille, grande et ornementale, est conservée.

Commentaire

24Bien que ce type n’ait été conservé qu’à l’état fragmentaire, la forme des yeux, du nez et de la chevelure frontale témoigne de la même influence punique que 11A. Le fragment 11B1.1 mesure 18,5 cm. Ceci indique qu’il doit avoir appartenu à une protomé grandeur nature, dont les détails étaient très soigneusement travaillés. Ce type présente des trous de fixation latéraux comme 11A1.1, qui sont même redoublés au-dessus de l’oreille ; par contre, malgré sa hauteur, il ne présente pas à l’arrière l’épaississement d’argile qui facilitait sans doute l’exposition du type 11A1.1.

25L’exécution des détails est très semblable sur les deux types : il est donc possible que 11A et 11B soient dûs à un seul et même artisan.

TYPE 11C (PL. 46)

Quantité totale : 1 exemplaire 
11C1 1 exemplaire

11C1.1 (NI 751)

26hv 4,7/h 16,1/lh 5,8/lb 11,2

27Argile n° 6. Concrétions gris foncé et restes d’engobe. Traces de couleur rouge sur le diadème. Nez et extrémité droite du polos endommagés.

Description

28La protomé correspond à la forme b2.

29Le visage, plutôt allongé, mais rebondi, est dominé par les yeux grands, horizontaux, rapprochés et cernés de paupières nettes. L’iris est modelé d’une manière étrange, unique à Sélinonte : un disque en relief est placé entre les paupières fines. Ces disques donnent au visage une expression bizarre. Le nez est élancé, et bien qu’il soit endommagé, on voit que les narines sont modelées comme sur les types 11A et 11B. D’ailleurs les lèvres charnues sont également modelées de la même façon que sur ces deux types. Le profil se caractérise par une verticalité prononcée et l’espace naso-labial est tellement petit, que l’extrémité du nez et la lèvre supérieure se rejoignent. Le menton est large et lourd, mais fuyant et empâté en vue de profil.

30La chevelure frontale montre une stylisation semblable aux types précédents, mais au lieu d’être modelées par une ligne en relief les mèches sont compactes, comme des godrons allongés. Au-dessus des cheveux s’élève le diadème, derrière lequel des deux côtés les mèches continuent. La tête porte le polos haut. Trois tresses, structurées en grosses perles, retombent de part et d’autre du cou. Les oreilles, petites, sont ornées d’un disque, et le décolleté est indiqué en relief.

Commentaire

31Ce type se différencie des deux précédents par le traitement inhabituel des yeux, et par la structure de la chevelure frontale en forme de godrons et non de gouttières, mais il n’en appartient pas moins à la même tradition stylistique. Bien que 11C soit nettement plus petit que 11A, ces deux types présentent une structure de visage très semblable. Et tous les détails, les grands yeux, le nez et la bouche, les tresses de perles et la longue chevelure frontale sont traités de la même manière.

  • 9 PARROT/CHÉHAB/MOSCATI 1977, p. 174, fig. 182-183 : protomés masculines en terre cuite d’Utique et d (...)

32Mais les yeux de 11C présentent en outre un trait original, très frappant : les disques arrondis qui imitent la forme de l’iris. Or de telles représentations de l’iris se rencontrent dans la plastique de terre cuite punique9. Et 11C, nous l’avons dit, est le seul type de Sélinonte qui offre cette particularité : c’est donc un élément punique supplémentaire qui vient s’ajouter aux éléments déjà énumérés à propos de 11A.

33Un autre trait frappant est la chevelure latérale, assez volumineuse, qui rappelle les perruques égyptiennes. Mais comme nous le verrons dans le commentaire du type suivant 11D, 11C et 11D ne sont sans doute pas sans relation avec les modèles égyptiens.

TYPE 11D (PL. 46-47)

Quantité totale : 61 exemplaires
11D1 34 exemplaires
11D2 17 exemplaires
11D3 10 exemplaires
Réduction entre 11D1 et 11D2 : 13 %
11D2 et 11D3 : 18 %

11D1.1

34hv 4,3/h 17/lh 5,1/lbc 6,2

35Argile n° 7b. Concrétions gris-brun. Manquent les deux extrémités. Nez légèrement émoussé.

11D1.2 (NI 330)

36hv 4,3/h 17,4/lhc 4,7/lbc 10,5

37Argile n° 2. Concrétions gris-brun. Restes d’engobe. Manquent l’extrémité droite et l’extrémité gauche du polos. Trou de suspension sur le polos.

11D1.3

38hv 4,4

39Argile n° 7b. Concrétions grises. Manque la partie inférieure. Les paupières plastiques sont bien visibles.

11D2.1 (NI 10218)

40hv 3,9/h 14,5/lh 4,4/lb 11,6

41Argile n° 8b. Concrétions gris-brun et taches blanches.

11D3.1

42hv 3,2/h 10,5/lh 3,6/lb 9,7

43Argile n° 7b. Concrétions gris-brun et restes d’engobe.

Description

44Le type correspond à la forme b3.

45Le visage de la première génération montre une forme ovale assez trapue, qui s’allonge dès la deuxième génération. Les yeux sont très grands, légèrement obliques et encadrés de paupières nettes, qui restent ouvertes à l’angle interne. Le nez court s’élargit aux narines, la petite bouche charnue esquisse un sourire, et le menton large et rond répète la courbure des lèvres. Le profil est marqué par une forte verticalité, interrompue par la proéminence du nez, qui montre une dépression entre le plan du front et la racine. L’espace naso-labial est très petit, et l’extrémité du nez et la lèvre supérieure se rejoignent, comme déjà observé sur le type 11C.

46Les cheveux au-dessus du front sont stylisés de la même manière que sur le type précédent ; la tête est également ornée du diadème et du polos, et la structure des cheveux continue à l’arrière du diadème. La hauteur et la forme du polos varient légèrement entre les différents exemplaires, mais c’est un phénomène fréquent dans la plastique de terre cuite. Les oreilles ne sont pas modelées. Trois tresses, légèrement structurées en perles, retombent de chaque côté. Les épaules et les seins sont indiqués, de même que le décolleté.

Commentaire

  • 10 GABRICI 1927, p. 242, pl. 44, fig. 8, 8a.

47Au sanctuaire de la Malophoros ce type a été trouvé aussi sous forme de statuette assise10. La chevelure latérale de la statuette est très riche, semblable à celle du type précédent, 11C ; la chevelure surtout, qui retombe dans le dos de la statuette, est extraordinaire et fait penser à une perruque. Entre le polos et la chevelure dorsale on remarque une structure horizontale, modelée en relief.

  • 11 G. HÖLBL, Ägyptischer Einfluss in der griechischen Kleinkunst, OJh 54, 1983, p. 10, fig. 9a-b.

48Pour comprendre cette structure horizontale on peut sans doute se référer à un vase anthropomorphe de faïence trouvé à Kamiros, et représentant une femme à genoux qui porte un enfant sur le dos11. La tête aux cheveux volumineux, probablement coiffée d’une perruque, est couronnée d’une sorte de polos, utilisable comme bec verseur du vase. Ce polos est structuré par des lignes horizontales en relief, qui rappellent évidemment beaucoup la structure observée sur notre statuette.

  • 12 G. HÖLBL, l.c. n. précéd., p. 10-11.

49Ce type de la femme à genoux en faïence est attesté à Rhodes et à Samos dès le VIIe siècle av. J.-C. et il semble qu’il soit dérivé des vases égyptiens du Nouvel Empire (1580-1085 av. J.-C.) ; certaines faïences de la Basse Époque ont pu servir de modèles directs aux exemplaires de Rhodes12.

  • 13 GABRICI 1927, pl. 43, fig. 12.
  • 14 GABRICI 1927, pl. 41, fig. 8.

50Parmi les trouvailles du sanctuaire de la Malophoros, Gabrici ne donne aucune illustration d’un vase en faïence de ce genre, mais il publie deux figurines agenouillées en terre cuite. L’une est probablement une importation égyptienne13 ; l’autre, une figure masculine traitée en vase plastique14, s’il ne s’agit pas d’une importation samienne, pourrait être une création locale inspirée de modèles égyptiens.

51Les artisans de Sélinonte connaissaient donc des vases plastiques égyptiens en forme de figure à genoux. Il est probable que l’un d’eux connaissait même un exemplaire de la femme agenouillée avec un polos présentant cette curieuse structure horizontale : c’est celle-ci qu’il aurait imitée en créant la statuette assise dont la tête est semblable au type 11D.

52D’ailleurs cette statuette trahit aussi l’influence d’un modèle égyptien par le volume de la chevelure latérale et dorsale. Sur les protomés du type 11D la chevelure latérale est à vrai dire moins richement traitée, mais il n’y a là qu’une légère modification, à moins que seule la qualité des moules soit en cause. Le type précédent, 11C, offre en revanche une semblable richesse du volume de la chevelure latérale.

53Le type 11D est de toute façon étroitement apparenté au type 11C, et il est probable qu’ils sont l’œuvre d’un seul et même artisan. Mais on n’a trouvé dans le sanctuaire qu’un unique exemplaire de 11C, alors que 11D est représenté par 61 exemplaires de trois générations successives, et même sous forme de statuette assise.

54La différence entre les deux types tient surtout à la forme de la protomé, aux tresses moins volumineuses et aux yeux qui ne présentent pas l’iris particulier de 11C. À part ces détails, la structure et le modelé révèlent une forte concordance. Et l’on y constate la même coexistence éclectique des styles grec, punique et probablement égyptien.

TYPE 11E (PL. 47)

Quantité totale : 1 exemplaire
11E1 1 exemplaire

11E1.1

55hv 3,7/h 12,5/lh 4,3/lb 9,5

56Argile n° 7b+2. Concrétions gris-brun et restes d’engobe. Bords latéraux endommagés. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

57La protomé correspond à la forme b3.

58Le visage allongé est modelé d’une manière grossière, avec un menton large et une bouche charnue, dont la lèvre inférieure répète la ligne du menton. Les yeux, à peine reconnaissables, sont assez grands, horizontaux et sans paupières plastiques. Le nez court s’élargit aux narines.

59La chevelure frontale est stylisée de la même façon que sur les deux types précédents. Au-dessus des cheveux est posé le polos bas. Les petites oreilles, décollées et sommairement modelées, sont ornées d’un disque. L’himation retombe, ramené derrière les oreilles, sur les épaules, qui sont figurées plastiquement. Il est indiqué en relief, comme le décolleté.

Commentaire

60Le type n’est attesté que par un exemplaire unique de médiocre qualité. La structure du visage et le modelé des détails justifient toutefois son classement dans le groupe 11. Bien que de qualité plus modeste ce type paraît être une variation du type précédent.

TYPE 11F (PL. 47)

Quantité totale : 1 exemplaire
11F1 1 exemplaire

11F1.1 (NI 329)

61hv 5,5/h 15,4/lh 5,7/lb 13,2

62Argile n° 6. Concrétions gris foncé et taches brunes. Restes d’engobe. Nez, lèvres et bord supérieur du polos endommagés.

Description

63La protomé correspond à la forme b2.

64Le visage plein, légèrement allongé, est caractérisé par des yeux irréguliers et asymétriques. L’œil droit est plus grand que l’autre. Ils ne sont pas cernés de paupières, mais placés assez obliquement. Le nez est long et gros, et s’élargit aux narines. Les lèvres charnues sont fermées et n’esquissent aucun sourire. Le menton est rond et large et, en vue de profil, très saillant. Le nez aquilin montre une dépression entre le plan du front et la racine et donne au profil, avec le menton fort, une expression énergique.

65Les cheveux au-dessus du front sont stylisés en longues gouttières, qui s’étendent jusqu’aux bords latéraux. Le milieu du front est marqué par un espace entre deux gouttières. Au-dessus de la coiffe est posé le polos. Les oreilles sont traitées sommairement. On ne distingue pas clairement s’il s’agit de deux ou trois tresses, ou des plis de l’himation qui retombent, ramenés derrières les oreilles, de part et d’autre du cou. Le décolleté est indiqué en relief.

Commentaire

66Le type 11F se différencie par plusieurs détails des types 11A-11E. Mais ses affinités stylistiques justifient malgré tout son classement dans un groupe dont les types affichent des structures de visage à prédominance punique.

  • 15 I Fenici, p. 339. Les deux figures présentent le même modelé des yeux, et l’on y retrouve aussi, en (...)
  • 16 Voir ci-dessus, p. 184-185.

67Car le modelé inhabituel des yeux se rattache lui aussi à des modèles puniques : la comparaison avec deux figures féminines en terre cuite de Nora et Tharros15 suffit à le montrer. Les longues gouttières de la chevelure frontale montrent ici un modelé plus souple que celle de 11A-11E. Elles sont encore plus directement comparables que celles du type 11A à la coiffure de l’hydrophore du Fronton de l’Olivier et à celle de la koré de Lyon16. En vue de profil on est frappé par le nez aquilin du type 11F. Cette structure du nez constitue une exception non seulement dans le groupe 11, mais aussi dans l’ensemble du matériel de Sélinonte. Le type constitue un bon exemple du travail éclectique sélinontin.

Notes

1 L’exemplaire 11A1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 271, pl. 58, fig. 7.

2 BOARDMAN 1981, fig. 198 et fig. 110.

3 Cf. PARROT/CHEHAB/MOSCATI 1977, p. 176.

4 Les mêmes caractères se retrouvent sur une protomé féminine en terre cuite du tophet de Motyé, cf. Mozia vol. 1 (1964), A. CIASCA, Le terrecotte, pl. 52. Cette protomé y était associée à un exemplaire de notre type 12G, ce qui confirme l’existence de relations entre les deux cités et la possibilité d’influences réciproques.

5 I Fenici, p. 330 à gauche.

6 K. PARLASCA, Aegyptische Bronzen, AM 1953, p. 128-131. Samos vol. 8, pl. 9, B133. Cette protomé à collerette de Samos comme notre type 11A est coiffée d’un polos bas placé légèrement en arrière.

7 La forme en est analogue à celle des protomés corinthiennes à plastron ovale, cf. CROISSANT 1983, pl. 119, n° 180 et 183.

8 Le petit polos placé au milieu de la calotte crânienne est modelé comme celui de la protomé à collerette égyptienne Β133 de Samos : cf. ci-dessus, n. 6.

9 PARROT/CHÉHAB/MOSCATI 1977, p. 174, fig. 182-183 : protomés masculines en terre cuite d’Utique et de Carthage. Les deux protomés ont des disques arrondis sous les paupières, qui représentent l’iris. Une protomé féminine de Carthage a également des iris en forme de disque arrondis, ibid., p. 175, fig. 184. PICARD 1965-66, pl. 5, fig. 17, 19, pl. 7, fig. 25, 27-28.

10 GABRICI 1927, p. 242, pl. 44, fig. 8, 8a.

11 G. HÖLBL, Ägyptischer Einfluss in der griechischen Kleinkunst, OJh 54, 1983, p. 10, fig. 9a-b.

12 G. HÖLBL, l.c. n. précéd., p. 10-11.

13 GABRICI 1927, pl. 43, fig. 12.

14 GABRICI 1927, pl. 41, fig. 8.

15 I Fenici, p. 339. Les deux figures présentent le même modelé des yeux, et l’on y retrouve aussi, en vue de face, le grand nez et la forme plutôt grossière du visage.

16 Voir ci-dessus, p. 184-185.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540