Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 10. Modèles corinthiens

Texte intégral

  • 1 La protomé est fermée à la partie supérieure.

4 types, 4 variantes
48 exemplaires

TYPE

10A

10Aa

10Ab

10Ac

10Ad

10B

10C

10D

quantité

21

5

5

1

9

1

1

5

générations

2

2

1

1

1

1

1

2

forme inconnue

X

forme b2

X

X

X

X

X

X

forme b3

X1

1Le groupe 10 rassemble les types dont la structure de visage affiche une référence stylistique corinthienne. Avant de considérer les protomés elles-mêmes, il faut tenir compte ici d’une terre cuite, NI 28, qui, tout en se rattachant à la même série morphologique n’est sans doute pas une protomé : il s’agit très probablement d’une applique.

2En effet, au lieu de présenter la concavité caractéristique des protomés, la face arrière est pleine. Mais comme d’autre part cette surface est lisse, sans trace de fixation, son utilisation comme applique reste tout de même problématique. Le plus vraisemblable est que cet objet a été produit pour être utilisé comme applique, mais n’a jamais été collé sur un vase, et qu’il a été offert sous cette forme à la Malophoros. Comme il représente la seule pièce conservée de ce genre, que sa morphologie est semblable à celle des protomés et que du point de vue stylistique il se réfère sans aucun doute aux mêmes modèles corinthiens que le groupe 10, il nous a paru légitime de le présenter avec ce groupe, même si l’incertitude qui subsiste quant à sa fonction exacte ne permettait pas de l’intégrer à notre catalogue de types.

  • 2 Voir ci-après le commentaire du type 10A.

3Les quatre types présentés ensuite sont clairement des types de protomés, encore que 10B ait été réalisé à l’aide d’un moule de statuette. Au demeurant le type 10A ne dérive apparemment pas non plus d’une protomé corinthienne, mais se rattache plutôt à un modèle statuaire. En fait ces deux types peuvent être rapprochés des documents invoqués par Croissant dans son analyse des premiers types du groupe L, où il décrit l’influence de la plastique corinthienne sur les débuts de la plastique attique2.

  • 3 CROISSANT 1983, p. 295-296.

4Les deux derniers types, 10C et 10D, ont été fabriqués dans des moules encrassés, de sorte que les détails les plus fins du visage ne sont guère reconnaissables. On ne peut donc pas dire avec certitude s’ils se rattachent comme 10A et 10B à des modèles anciens, ou s’ils s’inspirent de types de protomés corinthiennes tardives. Ce qui est certain c’est qu’aucun type sélinontin ne comporte ni la « perruque à étages » ni le plastron ovale, qui sont typiques des protomés corinthiennes du dernier quart du VIe siècle av. J.-C3.

  • 4 Voir Chr. DEHL-VON KÄNEL, Die archaische Keramik aus dem Malophoros-Heiligtum in Selinunt (1995), p (...)

5Du point de vue chronologique, l’applique NI 28 constitue pour le début du groupe un précieux point de repère, car elle est directement comparable à celle d’une pyxide corinthienne trouvée au sanctuaire de la Malophoros. Or la décoration peinte de cette pyxide implique une date assez avancée dans le Corinthien Moyen, vers 580/570 av. J.-C.4. Cette applique, qui doit constituer une imitation locale de ce modèle corinthien ou d’un modèle proche, est sans doute légèrement plus récente.

  • 5 Par exemple les sphinx du Céramique et de Spata, datables vers 570-560 av. J.-C. : CROISSANT 1983, (...)
  • 6 Les plus anciennes imitations de types grecs de l’Est sont les types 1A, 1B, 1G et 2A, dont la créa (...)

6Les protomés de nos types 10A et 10B sont vraisemblablement parmi les plus anciennes de Sélinonte. Leur dépendance stylistique par rapport à des documents corinthiens ou inspirés du style corinthien5 datables de la première moitié du VIe siècle invite à en situer la création au plus tard vers le milieu du siècle. Si cette hypothèse est exacte, les deux types 10A et 10B seraient même antérieurs aux premières imitations de protomés ioniennes6. Il est d’ailleurs remarquable que ces deux types ne dérivent pas d’autres protomés, mais de créations appartenant à la plastique en ronde bosse, ce qui est d’ailleurs aussi le cas pour les imitations ioniennes 1A et 1B.

  • 7 GIULIANI 1979, p. 37-38 et 44.
  • 8 La datation des métopes dites du « Temple Y » dépendait en effet jusqu’ici de celle du temple C, el (...)

7Il est intéressant de noter que NI 28, 10A et 10B présentent par ailleurs certaines affinités structurelles avec les visages des métopes « primitives » en calcaire remployées dans la muraille de Sélinonte, et attribuées par convention à un hypothétique « Temple Y ». Les attaches de cette série de métopes, créations locales, avec la tradition péloponnésienne et sans doute précisément corinthienne ont été depuis longtemps reconnues7, mais leur datation restait fort controversée. Or il semble que le problème soit aujourd’hui résolu, grâce au rapprochement, dû à D. Mertens, de ces métopes avec une élévation dorique datable des environs de 560 av. J.-C8.

APPLIQUE NI 28 (PL. 41)

hv 2,7/hc 4,9/lh 3/lbc 4,8

8Argile n° 8a. Concrétions grises et restes d’engobe. Extrémité gauche recollée. Bord inférieur brisé. Oreille gauche endommagée. La face arrière est massive.

Description

9Le visage est rond, comme légèrement enflé. Le menton large paraît saillant en vue de profil. Le gros nez, dont l’extrémité s’arrondit, montre un fléchissement après la racine. Les yeux bien ouverts sont globuleux et cernés de paupières fines. La bouche esquisse un sourire, qui relève les commissures ouvertes et creuse les joues rondes.

10Les cheveux au-dessus du front sont stylisés en gouttières, derrière lesquelles est posé le diadème. Les cheveux retombant de part et d’autre sont modelés en rangs de perles et s’achèvent au niveau de la base du menton. Les oreilles sont petites et structurées en forme de volute.

Commentaire

  • 9 GABRICI 1927, p. 317-318, pl. 85-86. Chr. DEHL-VON KÄNEL, Die archaische Keramik aus dem Malophoros (...)
  • 10 WALLENSTEIN 1971, p. 59, pl. 12, fig. 1 (Londres), fig. 2 (Paris).

11Dans le sanctuaire de la Malophoros a été trouvé une pyxide corinthienne avec trois appliques en forme de têtes féminines9. Les mêmes appliques se retrouvent sur une pyxide du Louvre et sur une pyxide du British Museum ; le Musée de Manchester possède par ailleurs une applique semblable, isolée. Toutes ces appliques, y compris celle de Sélinonte, seraient selon Wallenstein issues du même moule10 : les variations minimes que l’on peut constater seraient dues à l’état du moule et aux reprises après moulage. S’il est difficile d’affirmer, au seul examen des photographies et sans comparaison directe, que toutes ces appliques sont effectivement issues du même moule, il est en tout cas certain que ces têtes sont très semblables et dérivent au moins d’un archétype commun. Et l’ensemble peut donc être considéré comme homogène, du point de vue stylistique aussi bien que chronologique.

  • 11 Comparer CROISSANT 1988, p. 113, fig. 39 et 42 (où se trouve heureusement reproduite une vue de pro (...)

12Notre document de Sélinonte, NI 28, conçu probablement comme une applique de pyxide ou au moins comme l’imitation de l’une d’entre elles, est de toute façon très proche, du point du vue stylistique, de celles que nous venons de mentionner. Toutefois l’argile, qui est locale, montre qu’il ne s’agit pas d’une importation corinthienne ; et d’ailleurs certains détails s’écartent du modèle corinthien. Le visage est légèrement plus rond, le menton surtout est moins large, moins anguleux et, même s’il reste saillant en vue de profil, présente un contour plus arrondi.11 L’espace naso-labial est plus court et le nez moins soigneusement modelé : on notera que la pointe du nez, au contour arrondi, se démarque de l’os nasal par une légère cassure. La chevelure latérale n’est pas traitée en perruque à étages, selon l’habitude corinthienne, mais structurée en rangées de perles. La chevelure frontale présente par contre comme sur les documents corinthiens une stylisation en gouttières. Mais le milieu du front n’est pas marqué par deux gouttières plus courtes.

  • 12 CROISSANT 1988, p. 91-115, part.p. 112.

13Malgré ces différences, la dépendance de NI 28 par rapport à un modèle corinthien, probablement fourni par la pyxide trouvée à Sélinonte, est évidente. Car le style corinthien s’exprime non seulement dans la décoration peinte des pyxides mais aussi dans le traitement plastique des têtes, comme Croissant l’a démontré en détail à propos de l’applique du Louvre12.

  • 13 C. SABBIONE, Intorno ad una serie di statuette arcaiche locresi, Klearchos 47-48, 1970, p. 129, fig (...)

14Une petite tête en terre cuite de Locres, sans doute aussi une applique, est très semblable, du point de vue du style, aux documents corinthiens que nous avons cités ; et elle offre avec NI 28 une ressemblance particulière. Mais il n’est pas possible, au seul examen de la photographie, de préciser s’il s’agit d’une pièce importée ou d’une imitation locale13.

TYPE 10A (PL. 4142)

  • 14 La hauteur du visage de 10A1 correspond plus ou moins à celle de 10Ab1. La hauteur du visage de 10A (...)

Quantité totale : 41 exemplaires14
10A1 9 exemplaires
10A2 12 exemplaires
10Aa1 1 exemplaire
10Aa2 4 exemplaires
10Ab1 5 exemplaires
10Ac1 1 exemplaire
10Ad1 9 exemplaires
Réduction entre 10A1et 10A2 : 21 %

10Aa1 et 10Aa2 : 19 %

10A1.1 (NI 10224)

15hv 6,8/ h 15/lh 6,5/lb 12

16Argile n° 7b. Concrétions gris-brun et grains de sable. Taches blanches. Restes d’engobe. Trou de suspension au milieu du polos.

10A2.1

17hv 5,4/h 12/lh 5,5/lb 9,2

18Argile n° 4. Concrétions gris foncé et grains de sable.

10Aal.l (NI 10204)

19hv 5,9/13, lhc 4,6/lbc 8,4

20Argile n° 2. Concrétions grises. Taches blanches. Manque la partie droite au niveau du visage.

10Aa2.1 (NI 10217)

21hv 4,7/h 11,8/lh 6,2/lbc 6,7

22Argile n° 8b. Concrétions grises et grains de sable. Taches blanches. Manque la partie droite avec les tresses. Trou de suspension sur le polos.

10Ab1.1 (NI 10211F)

23hv 6,6/h 14,2/lh 7,7/lb 9,4

24Argile n° 8a. Concrétions grises et grains de sable. Taches blanches.

10Ac1.1 (NI 756)

25hv 5,6/h 11,1/lh 5/lb 10

26Argile n° 8a. Concrétions gris brun. Taches brunes. Extrémité gauche et bord du diadème légèrement endommagés.

10Ad1.1

27hv 5,9/h 13,4/lhc 5,1/lbc 5,7

28Argile n° 5a. Concrétions brunes. Manquent l’extrémité droite et le côté droit du polos. Le nez, la joue droite, l’œil droit, la lèvre supérieure et le menton sont endommagés.

10Ad1.2

29hv 5,9/hc 9,6/lh 6,1/lbc 6,9

30Argile n° 3. Concrétions gris-brun et grains de sable. Manque la partie inférieure.

Description

31La protomé correspond à la forme b2, mais la variante 10Ab ne s’élargit que très légèrement vers le bas.

32Le visage est caractérisé par sa forme allongée et trapézoïdale. Les joues sont prononcées, le menton est rond, empâté et fuyant en vue de profil. Le nez est étroit et assez court. Les yeux sont grands et globuleux, horizontaux et sans encadrement plastique. Il y a quelques exemplaires où l’œil gauche est placé un peu plus haut que l’œil droit ; de même l’arcade sourcilière gauche est légèrement plus saillante et l’angle qu’elle forme avec la racine du nez est plus ouvert qu’à droite. La bouche esquisse un petit sourire, et les coins s’abaissent légèrement.

33La vue de profil met en évidence la longueur et la verticalité de la tête. Entre le front droit et le plan fuyant de la bouche et du menton émerge seulement le nez. Même l’oreille, avec un lobe particulièrement long, reproduit la longueur de la tête.

34Les cheveux au-dessus du front sont structurés en festons. Deux festons sont plus courts que les autres ; toutefois ils ne sont pas placés exactement au milieu du front, mais légèrement décalés vers la gauche. Cette particularité, qui n’est sans doute qu’une négligence, s’observe sur toutes les variantes, ce qui prouve que tous les exemplaires dérivent vraiment du même archétype.

35La tête est coiffée du polos ; deux lignes incisées en marquent le bord inférieur. L’exemplaire 10A 1.1 montre une particularité : le bord latéral du polos est plus court que le bord de la partie inférieure. Derrière les oreilles retombent deux tresses, structurées par des divisions horizontales.

36Variante 10Aa : il y a trois tresses de chaque côté.

37Variante 10Ab : il y a une seule tresse large de chaque côté ; c’est pourquoi la partie inférieure est moins élargie.

38Variante 10Ac : la tête est coiffée du diadème au lieu du polos ; derrière les oreilles le voile retombe et remplace les tresses.

  • 15 Ci-dessus, p. 44-45.

39Variante 10Ad : la variante 10Ad montre trois tresses des deux côtés comme la variante 10Aa. La hauteur des visages des variantes 10Aa et 10Ad se situe entre celle de 10A1 et 10A2. 10Ad est la seule variante où la structure du visage diffère des autres exemplaires. Le menton est plus anguleux et fortement saillant en vue de profil. Cette particularité lui donne une expression énergique, contrairement aux autres profils, dont le menton est plutôt fuyant. Tous les détails et les mesures de 10Aa et de 10Ad sont pourtant identiques. Malgré la différence de la structure du menton, le même archétype est donc probable, comme d’ailleurs aussi pour 10Ac. Et cela pose à nouveau la question des causes de ce genre de variations : nous avons vu plus haut comment on pouvait tenter de les expliquer15.

Commentaire

  • 16 CROISSANT 1983, p. 237-241, pl. 94-96.

40Pour trouver des parallèles au visage lourd et trapézoïdal de 10A, c’est encore en domaine corinthien que l’on devra chercher. Croissant a clairement démontré l’influence du style corinthien sur la plastique attique du premier tiers du VIe siècle, mettant par exemple en évidence la communauté de structure qui unit les visages des sphinx de Calydon, du Céramique et de Spata, ainsi que de la koré de Berlin16.

  • 17 CROISSANT 1988, p. 123, fig. 56.

41Or une comparaison du type 10A avec ces documents montre qu’il appartient à la même famille. La seule différence est qu’il a le menton moins saillant, mais la variante 10Ad, qui se caractérise par une légère modification de la structure du visage, présente en revanche un menton comparable. Et de toute façon même le profil de 10A, avec sa faible proéminence du menton, trouve un parallèle avec le sphinx de Corinthe17.

  • 18 Voir le commentaire des types 1A-1C, ci-dessus, p. 86-92.

42Il est d’ailleurs remarquable que ce ne soit pas seulement la structure du visage de 10A qui se conforme au modèle corinthien, mais que même des détails comme le polos, la structure des cheveux, l’accentuation médiane par deux godrons plus courts et les tresses latérales renvoient aux mêmes comparaisons. On peut donc supposer qu’ici comme pour les premiers types de notre groupe 1 c’est une création de la plastique en ronde bosse, plutôt qu’une protomé, qui a servi de modèle18.

  • 19 GIULIANI 1979, pl. 10, pl. 12, fig. 1 et pl. 16, fig. 2.
  • 20 Il n’y aurait pas là de difficulté chronologique, car la date des métopes est toujours discutée, ma (...)

43Mais il n’est pas moins intéressant de constater que le profil particulier de la variante 10Ad, marqué par le décrochement du nez et la forte saillie du menton, se retrouve aussi sur les visages des métopes en calcaire du « Temple Y » de Sélinonte. Ces éléments de structure sont notamment bien reconnaissables sur le visage d’Europe de la plaque Y 2, sur le sphinx de la plaque Y 3, et sur les trois déesses de la plaque Y 719. Il est d’ailleurs probable que cette première « école » de sculpture sélinontine se soit inspirée au moins partiellement, quant à la structure des visages, de modèles corinthiens20.

TYPE 10B (PL. 43)

Quantité totale : 1 exemplaire
10B1 1 exemplaire

10B1.1

44hv 4,8/h 12,4/lh 5,4/lb 9,8

45Argile n° 4. Concrétions grises et grains de sable. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

46La protomé correspond à la forme b3, mais les bords latéraux sont pliés en arrière, et la tête est fermée en haut, comme c’est la règle pour les statuettes. Le trou de suspension identifie pourtant l’exemplaire comme une protomé.

47Le visage allongé, presque rectangulaire, montre de profil une verticalité remarquable. Le menton est large et rond, le nez court et les yeux sont horizontaux. Ni le détail des yeux et de la bouche ni les oreilles ne sont reconnaissables à cause de l’état du moule, apparemment fort encrassé.

48Au-dessus du front haut les cheveux sont stylisés en godrons. Le milieu est marqué par deux godrons plus courts, séparés l’un de l’autre, mais eux-mêmes flanqués de deux godrons, qui dépassent en longueur tous les autres ; c’est une coiffure unique parmi les protomés de Sélinonte. La tête porte le diadème, et trois tresses, dont l’une est plus courte que les autres, retombent de part et d’autre du cou. Les épaules, les bras et les seins sont modelés en relief, ainsi que le décolleté.

Commentaire

  • 21 GABRICI 1927, p. 254-255, pl. 51, pl. 52, fig. 3.

49On a trouvé dans le sanctuaire une statuette presque entière ainsi que la partie supérieure d’un deuxième exemplaire du même type, dont le buste est identique à notre type 10B21 (Pl. 43). Non seulement le contour du visage, le modelé de la chevelure frontale et le couvre-chef sont traités de la même manière, mais on y retrouve le même prolongement du deuxième godron à partir du milieu.

50Sur la statuette, l’himation a été retroussé au-dessous du sein gauche et retenu par une agrafe. Contre le visage on distingue une troisième tresse, plus courte, qui se termine peu en-dessous du menton. Or, bien que le moule qui a servi à la fabrication de la protomé ait été très encrassé, on perçoit le long du côté droit du visage une ligne verticale en relief qui court jusqu’à l’échancrure du vêtement. Au-dessous du sein droit, il y a aussi une saillie plastique, assez indéfinissable. Ces deux traces plastiques sont évidemment les restes de la troisième tresse et de l’himation retroussé comme on le voit sur la statuette.

  • 22 GABRICI 1927, p. 255.

51D’ailleurs les dimensions des statuettes et de la protomé sont également comparables. Gabrici indique pour le fragment de statuette une hauteur de 15 cm22, et la hauteur de la protomé, qui se termine un peu plus haut que le fragment, est de 12,4 cm. Il est donc évident que le type 10B a été produit avec le même moule que les deux statuettes.

  • 23 CROISSANT 1983, pl. 94-95.

52Du point de vue du style, la structure du visage de la protomé comme des statuettes renvoie comme précédemment au domaine corinthien. La forme du visage allongée et trapézoïdale, les yeux horizontaux, le menton accusé et anguleux (mieux visible sur les statuettes) et la ligne de profil continue et verticale, sont comparable aux mêmes documents corinthiens ou corinthianisants que 10A23. La comparaison avec le sphinx du Céramique met en évidence un détail intéressant : les statuettes et le type 10B qui en dépend présentent près du visage, comme le sphinx du Céramique, la tresse raccourcie qui ne dépasse pas l’échancrure du vêtement. Ce détail n’est attesté par aucune autre protomé du sanctuaire de la Malophoros. Quant au milieu du front marqué par deux godrons plus courts et aux tresses latérales en perles que présente 10B, ce sont des traits que l’on retrouve aussi bien sur le sphinx du Céramique que sur celui de Spata, deux œuvres attiques évidemment influencées par le style corinthien.

TYPE 10C (PL. 43)

Quantité totale : 1 exemplaire
10C1 1 exemplaire

10C1.1

53hv 4,7/hc 8/lh 5,5/lbc 5,l

54Argile n° 1. Concrétions brunes et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Nez et polos endommagés. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

55Seule la tête de la protomé est conservée ; la forme est donc incertaine.

56Le visage affecte une forme allongée, légèrement trapézoïdale. Les yeux sont horizontaux, mais les détails ne sont plus reconnaissables. Le menton est large et rond. Le nez, à l’arête fléchie, s’arrondit au bout et se relève. La bouche est petite. Les détails les plus fins du visage ne sont plus lisibles à cause de la médiocre qualité de l’exemplaire, tiré d’un moule encrassé.

57Ainsi les oreilles, petites et ornées d’un disque, sont-elles à peine reconnaissables. Les cheveux au-dessus du front sont stylisés en godrons ou en rangs d’ondulations serrées. La tête porte le polos. Trois tresses, ramenées derrières les oreilles, retombent de chaque côté.

Commentaire

  • 24 Voir le commentaire de 10A et 10B, ainsi que CROISSANT 1988, p. 123, fig. 56 (profil du sphinx de C (...)

58La structure du visage et la continuité verticale du profil révèlent une forte composante corinthienne24. La morphologie du polos bas, en forme de calathos, correspond aussi aux modèles corinthiens. Le modelé de la chevelure frontale n’est pas lisible dans le détail ; mais par sa largeur et par la division verticale elle rappelle aussi les modèles corinthiens.

59La forme de la protomé n’est pas certaine, mais le bord droit latéral indique qu’elle s’élargissait vers le bas, comme pour le type suivant 10D, selon une forme courante en Sicile. Les tresses latérales, qui se substituent à la perruque à étages corinthienne, constituent d’ailleurs aussi un élément de caractère local.

Type 10D (PL. 43)

Quantité totale : 5 exemplaires
10D1 2 exemplaires
10D2 3 exemplaires
Réduction entre 10D1 et 10D2 : 9 %

10D1.1

60hv 4,4/h 10,2/lh 5,9/lb 9,6

61Argile n° 6. Concrétions gris foncé. Trou de suspension sur le polos.

10D2.1

62hv 4/h 8,7/lh 4,8/lb 8

63Argile n° 8b. Concrétions brunes. Nez endommagé. Trou de suspension sur le polos.

Description

64La protomé correspond à la forme b2.

65Tous les exemplaires sont fabriqués avec des moules fortement encrassés ; seule la silhouette du visage est donc reconnaissable. Le visage est trapézoïdal. Le profil est remarquable par sa verticalité : le front et la bouche se trouvent dans le même plan, d’où le nez et le menton semblent émerger.

66La structure des cheveux au-dessus du front n’est pas reconnaissable. La tête porte le polos, et trois tresses retombent de part et d’autre du cou.

Commentaire

67Les détails de la protomé ne sont guère reconnaissables du fait du mauvais état du moule. Il s’agit peut-être seulement d’une deuxième et d’une troisième génération du type précédent 10C. La réduction de 10C1 à 10D1 serait de 6 %. Si ces deux types ne sont pas identiques, ils sont en tout cas très proches. Et le commentaire stylistique de 10C vaut aussi pour 10D.

Notes

1 La protomé est fermée à la partie supérieure.

2 Voir ci-après le commentaire du type 10A.

3 CROISSANT 1983, p. 295-296.

4 Voir Chr. DEHL-VON KÄNEL, Die archaische Keramik aus dem Malophoros-Heiligtum in Selinunt (1995), p. 188. WALLENSTEIN 1971, p. 59.

5 Par exemple les sphinx du Céramique et de Spata, datables vers 570-560 av. J.-C. : CROISSANT 1983, p. 241.

6 Les plus anciennes imitations de types grecs de l’Est sont les types 1A, 1B, 1G et 2A, dont la création devrait se situer vers 540 av. J.-C. ou peu après.

7 GIULIANI 1979, p. 37-38 et 44.

8 La datation des métopes dites du « Temple Y » dépendait en effet jusqu’ici de celle du temple C, elle-même très discutée (voir ci-après, p. 193n. 2) : la liste des différentes datations a été dressée par GIULIANI 1979, p. 17-19. Voir maintenant MERTENS 1996, p. 25.

9 GABRICI 1927, p. 317-318, pl. 85-86. Chr. DEHL-VON KÄNEL, Die archaische Keramik aus dem Malophoros-Heiligtum in Selinunt (1995), p. 188ff., n. 1203, pl. 33.

10 WALLENSTEIN 1971, p. 59, pl. 12, fig. 1 (Londres), fig. 2 (Paris).

11 Comparer CROISSANT 1988, p. 113, fig. 39 et 42 (où se trouve heureusement reproduite une vue de profil).

12 CROISSANT 1988, p. 91-115, part.p. 112.

13 C. SABBIONE, Intorno ad una serie di statuette arcaiche locresi, Klearchos 47-48, 1970, p. 129, fig. 19, considère qu’il s’agit d’un type corinthien : sur les éléments corinthiens dans la plastique de Locres, voir p. 145-156.

14 La hauteur du visage de 10A1 correspond plus ou moins à celle de 10Ab1. La hauteur du visage de 10Aa1 correspond à celle de 10Ad1. Quelques têtes sans partie inférieure sont attribuées de manière hypothétique, en fonction de la hauteur du visage :
10A1 : 8 têtes (hv 6,6 - 6,4).
10A2 : 7 têtes (hv 5,7 - 5,2).
10Aa2 : 3 têtes (hv 4,5 - 3,9).

15 Ci-dessus, p. 44-45.

16 CROISSANT 1983, p. 237-241, pl. 94-96.

17 CROISSANT 1988, p. 123, fig. 56.

18 Voir le commentaire des types 1A-1C, ci-dessus, p. 86-92.

19 GIULIANI 1979, pl. 10, pl. 12, fig. 1 et pl. 16, fig. 2.

20 Il n’y aurait pas là de difficulté chronologique, car la date des métopes est toujours discutée, mais la contribution récente de Mertens, qui permettrait de dater le « temple Y » vers 560 av. J.-C., paraît décisive : MERTENS 1996, p. 25.

21 GABRICI 1927, p. 254-255, pl. 51, pl. 52, fig. 3.

22 GABRICI 1927, p. 255.

23 CROISSANT 1983, pl. 94-95.

24 Voir le commentaire de 10A et 10B, ainsi que CROISSANT 1988, p. 123, fig. 56 (profil du sphinx de Corinthe : la seule différence est que le bout du nez de la protomé sélinontine est plus arrondi). La structure du visage de 10C peut aussi être comparée aux types corinthiens postérieurs : CROISSANT 1983, groupe M, pl. 119-121. STILLWELL 1952, pl. 18, fig. XII,8 et fig. XII, 10, pl. 19, fig. XII,11-13. BIERS 1971, pl. 95.103-105. PAYNE 1940, pl. 96, fig. 115.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable