Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 9. Modèles attiques

Texte intégral

7 types, 1 variante
120 exemplaires

TYPE

9A

9B

9C

9Ca

9D

9E

9F

9G

quantité

7

17

58

1

4

11

21

1

générations

2

2

4

1

1

2

2

1

forme a1

x

x

forme a2

x

x

x

x

x?

x

forme b3

x

  • 1 CROISSANT 1983, groupe L, p. 235-294, pl. 94-118 : on trouvera là une analyse détaillée des caractè (...)

1Le groupe 9 rassemble les types dont le style peut être rapproché de celui des protomés que Croissant réunit dans son groupe L, et qu’il attribue aux ateliers attiques, dans la mesure où elles ont été trouvées sur l’Acropole d’Athènes et sont faites en argile locale1. Ce groupe 9 revêt donc une importance particulière dans la documentation sélinontine car il illustre l’effacement progressif des traditions ioniennes de l’Est au profit de la tradition attique.

2Il faut souligner à cet égard les rapports particuliers qu’entretiennent les groupes 7 et 9. Tous les types du groupe 7 ont en commun une même structure de visage, avec des pommettes saillantes, une petite bouche et une faible distance naso-labiale. Mais les visages de 7E-7H, en particulier, présentent une forme légèrement triangulaire et correspondent, quant à la structure, au type 9B bien que celui-ci soit modelé de façon plus équilibrée et soignée. Les types du groupe 7 montrent, d’une part, l’évolution de la morphologie grecque de l’Est vers la protomé en forme de buste et illustrent, d’autre part, la modification de la structure du visage, qui passe de la forme allongée à une forme légèrement triangulaire sans modification du détail des traits.

3Ces deux groupes illustrent les passages successifs que permet d’observer la constitution d’un groupe à partir de critères stylistiques. Ils montrent aussi les relations mutuelles entre les différents ateliers et les différentes tendances stylistiques. Car il est bien évident qu’un style nouveau ne surgit pas du néant, mais se construit par rapport à ce qui existe.

4Ainsi les trois premiers types, 9A-9C, en même temps que la composante attique, présentent-ils encore une composante grecque de l’Est. Les visages des trois types 9D-9F sont déjà plus fortement marqués par des éléments attiques. Mais à la structure du visage, qui révèle cette nouvelle influence, viennent s’associer des détails provenant d’autres régions.

5Le dernier type, 9G, correspond quant à la structure du visage à un modèle attique, même si par certains détails, comme les deux lignes ciselées et le disque sur le polos, il témoigne de l’éclectisme des artisans sélinontins.

6Tous les types et variantes de ce groupe portent un polos plus ou moins haut. 9A et 9B montrent une coiffure frontale modelée en gouttières. C’est aussi le cas de 9F, mais les gouttières sont juxtaposées, sans être raccordées. Les autres types ont une chevelure frontale ondulée.

7Le type 9D se distingue non seulement par sa hauteur — 25,8 cm —, mais surtout par sa décoration inhabituelle : le bord inférieur du polos est orné de perles et les plis de l’himation latéral sont modelés en relief.

8Établir une chronologie est difficile. Il est probable que les deux types 9A et 9C sont les plus anciens du groupe car ils présentent une composante grecque de l’Est encore nette. Le type 9B appartient également à cette phase de transition du style ionien vers le style attique. Et comme il est façonné en forme de buste, il se situe probablement vers la fin du VIe siècle.

  • 2 UHLENBROCK 1988, p. 60.

99D paraît à peu près contemporain du « Zurich Type » de Géla, daté par Uhlenbrock vers 5252 Il montre avec évidence dans la structure du visage des éléments attiques ; mais l’artisan y a joint, dans une composition éclectique, des traits empruntés à d’autres modèles. Quant aux deux types 9E et 9F, ils devraient être contemporains de 9D ou légèrement postérieurs.

10Il est probable que le type 9G se situe en fin de série ; sans être une imitation exacte, il correspond clairement par sa structure de visage à un modèle attique.

11Dans ce groupe on constate, du point de vue de la datation, un renversement du principe appliqué pour les groupes précédents. Pour les groupes 1-8 qui, de façon plus ou moins nette, se rapportent à des modèles grecs de l’Est, on a admis que les imitations étaient antérieures, et que les types qui présentaient une conception plus libre de la part de l’artisan, et de ce fait plus personnelle, étaient postérieurs aux imitations. Pour le groupe 9, on est au contraire conduit à admettre que le type 9F, qui est le plus proche des modèles attiques doit être daté vers la fin, alors que les types à caractère ionisant se situent, du point de vue chronologique, au début du groupe.

12Ce renversement est dû au fait que les protomés ioniennes ont été les premières importées et imitées dans les colonies et ont d’abord servi de modèles : leurs imitations se situent donc au début de la production coloniale. Le même phénomène peut d’ailleurs être observé dans la céramique, où les importations grecques de l’Est précèdent les importations attiques.

13Mais ce qui complique l’analyse stylistique de nos types sélinontins, c’est qu’à ces deux orientations stylistiques majeures viennent se superposer d’autres influences, d’autres modèles, ainsi que des tendances locales de plus en plus affirmées. Cette pluralité d’inspiration, très générale à Sélinonte, augmente évidemment la difficulté d’une datation précise.

  • 3 Voir ci-dessus, p. 79-80.

14Pour une datation absolue du groupe 93, il faut en fait avoir recours à deux types du groupe 4. Car une séquence chronologique réunissant 4A et 4B aux types 9A et 9B peut être établie. Nous avons vu que 4A, directement inspiré de modèles chiotes, devait se situer peu avant 4B, qui représente une adaptation locale du même modèle. Or ce dernier montre un mélange des éléments structurels de 4A et 9B ; et il garde comme couvre-chef le voile traditionnel ionien, mais il n’est pas sûr qu’il conserve aussi, quant à la forme de la protomé, le schéma à bords droits habituel en Ionie. Quant à 9B, et sans doute aussi 9A, ils présentent non seulement le façonnage en forme de buste et le polos comme couvre-chef, mais encore leurs visages montrent une composante attique, qui vient se superposer à la structure grecque de l’Est. On peut donc admettre qu’ils sont de peu postérieurs à 4B.

  • 4 Voir ci-dessus, p. 75-76.

15Ainsi l’évolution formelle qui conduit de la conception ionienne de l’Est à une tradition locale atticisante peut-elle être illustrée par ces quatre types. Et il faut souligner que ce passage s’est apparemment produit dans un seul et même atelier. Mais il est difficile de dire dans quel laps de temps cette modification s’est accomplie. Car il ne faut pas oublier que l’idée d’un développement stylistique chronologiquement linéaire menant d’une inspiration ionienne à une inspiration attique reste une hypothèse dans le cas de Sélinonte, d’autant plus que ce développement paraît se produire non seulement dans des ateliers différents mais au sein d’un même atelier, celui que nous avons désigné comme l’« Atelier X »4.

TYPE 9A (PL. 33)

Quantité totale : 7 exemplaires
9A1 6 exemplaires
9A2 1 exemplaire
Réduction entre 9A1 et 9A2 : env. 33 %
Cette forte réduction oblige à se demander si
«9A2» ne représente pas en réalité une troisième
génération.

9A1.1

16hv 7,8/hc 11/lhc 8,6/lbc 9,9

17Argile n° 3. Concrétions gris-brun et grains de sable. Brisé au-dessous du menton. Manquent l’himation à droite et la partie médiane du polos.

9A2.1

18hvc 4,8/hc 6,8/lhc 4,4/lbc 4,8

19Argile n° 3. Concrétions brunes et grains de sable. Fragment comprenant les trois quarts du visage.

Description

20Aucun exemplaire n’est entièrement conservé ; la forme de la protomé est donc incertaine.

21Le visage ovale se caractérise par le menton large, les yeux grands et globuleux, sans paupières plastiques, la bouche charnue et souriante. Les pommettes sont légèrement accentuées. La vue de profil montre une forte proéminence du nez, avec une arête fléchie entre le plan du front et la racine du nez, dont l’extrémité arrondie se relève et dégage l’espace naso-labial.

22La chevelure frontale, stylisée en gouttières, forme un triangle. À l’arrière est posé le polos. Les oreilles sont modelées sommairement par une courbure, qui s’achève par le lobe. Trois lignes en fin relief sont visibles de part et d’autre du cou, qui indiquent probablement les tresses.

TYPE 9B (PL. 33-34)

Quantité totale : 17 exemplaires
9B1 4 exemplaires
9B2 9 exemplaires
9B3 4 exemplaires
Réduction entre 9B1 et 9B2 : 13 %
9B2 et 9B3 : 24 %

9B1.1

23hv 7,3/hc 10,8/lh 9,8/lbc oreilles 9,2

24Argile n° 8a. Concrétions grises et restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton et des oreilles. Bord supérieur du polos endommagé.

9B1.2 (NI 285)

25hv 7,4/hc 15,4/lh 9,1/lbc 10,8

26Argile n° 8b. Concrétions gris-brun. Partie inférieure brisée obliquement. Pièce recollée obliquement au-dessous du menton et de l’oreille gauche. Oreille gauche non représentée.

9B2.1 (NI 366)

27hv 6,3/h 16,5/lh 66,9/lb 15

28Argile n° 7b. Concrétions brunes et restes d’engobe. Trou de suspension au milieu du polos.

9B3.1 (NI 10237)

29hv 4,9/hc 7,2/lh 6,4/lbc oreilles 6,6

30Argile n° 6. Concrétions brunes et grains de sable. Brisé au-dessous du menton et des oreilles. Cassure sur le polos.

Description

31La protomé correspond à la forme b3.

32Le visage ovale est délimité en bas par le menton rond et saillant en vue de profil. Le nez court et droit s’élargit aux narines. Les globes oculaires sont légèrement proéminents, de même que les sourcils horizontaux. Les lèvres charnues, aux commissures ouvertes, esquissent un petit sourire et creusent les joues accentuées, aux pommettes saillantes.

  • 5 Le milieu de la coiffure frontale est accentué de la même manière sur le sphinx de Calydon, et auss (...)

33La chevelure frontale est stylisée en gouttières, qui décrivent la forme d’un triangle ; les deux gouttières du milieu sont séparées par une ligne incisée, et elles sont plus courtes que les autres5. En arrière des cheveux s’élève le polos. Trois tresses, ramenées derrière les oreilles, qui sont modelées sommairement, retombent sur les deux côtés. Les épaules et les seins sont indiqués en relief.

Commentaire des types 9A-9B

34Ces deux types sont stylistiquement très proches l’un de l’autre et doivent donc faire l’objet d’un commentaire commun. Si l’on regarde le traitement des détails sur 9A et 9B, on remarque que la chevelure frontale en gouttières avec accentuation médiane, le polos bas, légèrement incliné, les oreilles, l’espace naso-labial et probablement aussi les tresses latérales sont modelés de la même façon. Mais les visages, s’ils présentent des traits communs, ne sont pourtant pas identiques.

  • 6 Voir ci-dessus, p. 76.

35En fait on retrouve ici le même genre de dépendance stylistique que nous avons déjà observée entre les deux types 4A et 4B. Et l’on peut même affirmer que les quatre types sont issus du même atelier : il est probable que 4A et 9A doivent être attribués à un premier artisan, 4B et 9B à un second6.

36Le type 4A a pu être directement relié à un modèle précis du « groupe C » de Croissant. En revanche la parenté du type 9A avec les modèles attiques n’apparaît pas de prime abord, alors qu’elle est évidente pour le type 9B qui en est proche. C’est pourquoi il convient d’analyser d’abord 9B.

  • 7 GABRICI 1927, p. 277, pl. 63, fig. 1 (ici pl. 34).
  • 8 La statuette Β 427 du British Museum (RICHTER 1968, n° 204, fig. 645-646), provenant de Sicile (san (...)
  • 9 RICHTER 1968, fig. 275-279 et 509-511.
  • 10 CROISSANT 1983, p. 247, pl. 100, sur les yeux, voir p. 249 n.1.

37On a trouvé dans le sanctuaire de la Malophoros une statuette dont le modelé du visage, des cheveux et du polos présente une grande analogie avec 9B7. Cette statuette, vêtue d’un chiton, tient dans sa main droite un oiseau et relève son vêtement de la main gauche8. Or la comparaison du visage de 9B avec celui de la koré de Lyon, dont le torse est comme celui de la statuette de Sélinonte une adaptation du schéma milésien de la koré à la colombe9, révèle certains parallélismes. A part le modelé différent du nez de la koré qui présente une légère courbure entre le front et la racine du nez et le profil très vertical du front, les visages et la forme de la chevelure frontale avec accentuation du milieu du front concordent largement. Il est dommage que le bord de la paupière, sur la protomé, ait été seulement peint, de sorte que sa forme n’est plus reconnaissable. Il est donc impossible de savoir si 9B avait les mêmes yeux petits, écartés, horizontaux, au canthus pincé, que la koré de Lyon10.

  • 11 CROISSANT 1983, pl. 104-105.
  • 12 CROISSANT 1983, pl. 24, no 47.

38En vue de profil, 9B n’offre pas la lourdeur qui est propre aux exemplaires attiques11. Cela est dû à une ligne de profil moins verticale, sans rupture entre la racine du nez et le front, qui est légèrement fuyant. Le menton aussi a un modelé moins dur et saillant que sur la plupart des exemplaires attiques. À la différence de la vue frontale, la vue de profil reflète encore une conception ionienne12.

  • 13 CROISSANT 1992, p. 108-109. La statuette de Sélinonte citée plus haut fournit d’ailleurs un autre e (...)

39La protomé 9B est donc apparemment un exemple intéressant de fusion d’éléments chiotes et attiques dans la structure du visage. Cette synthèse éclectique de caractères chiotes et attiques a été exactement désignée par Croissant, à propos des protomés de Locres, comme attico-ionienne13.

  • 14 Voir aussi à ce propos le groupe 3 et ses relations stylistiques avec le groupe 2 : ci-dessus, p. 1 (...)

40A ce propos il faut mentionner aussi le groupe 7. Du point de vue de la morphologie comme de la structure des visages, il présente essentiellement des caractères ioniens de l’Est. Mais deux types, 7G et 7H, qui se trouvent chronologiquement en fin de groupe, s’écartent du schéma ionien quant à la morphologie. 7H, et sans doute aussi 7G, sont traités en forme de buste, et l’himation latéral est remplacé par deux tresses qui retombent sur les épaules. Le visage de 7H surtout présente une nette ressemblance avec le type 9B, mais la structure en est moins précise. Les deux gouttières médianes ne sont pas plus courtes que les autres, mais tout de même séparées par un espace intermédiaire. Attribué au groupe 7, ce type n’en affiche pas moins une certaine parenté avec 9B, de sorte qu’il pourrait être attribué aussi bien au groupe 7 qu’au groupe 9. Il constitue donc une sorte de trait d’union entre ces deux groupes. Mais on voit par cet exemple combien peut être mouvante la frontière entre deux types, voire entre deux groupes14 : il met en évidence de toute façon les incertitudes d’un classement dont nous ne nous dissimulons pas la valeur relative.

  • 15 Une protomé de Locres montre des traits semblables à ceux du type 9A : BARRA BAGNASCO 1988, p. 8081 (...)

41Quant au type 9A, s’il présente dans la construction du visage une composante attique, elle y est en tout cas nettement plus faible. Les mâchoires sont moins marquées et le menton est plus arrondi ; seul le nez est très saillant et pourrait être considéré comme attique. Le visage est plus aplati que celui du type 9B, dont les formes sont à la fois plus vivantes et plus concentrées15.

  • 16 Voir ci-dessus, p. 75-76.

42Notre « atelier X »16 permet donc d’observer les différentes formes qui se développaient en « métropole », en Grèce de l’Est et en Attique pendant une longue période. Il suffit de considérer côte-à-côte nos quatre types 4A, 4B, 9A et 9B pour faire apparaître ce développement avec évidence. Le créateur de 4A et 9A a modelé une structure de visage plutôt aplatie, à laquelle celui de 4B et 9B a donné un aspect plus dense. En fait, le visage de 4B donne l’impression d’être assez aplati, et les différentes parties du profil sont nettement délimitées entre elles. Le visage de 9B illustre une étape supplémentaire dans le développement de la forme. Il montre, en vue de face, une surface mouvementée mais donne aussi, de profil, une impression nettement plus équilibrée que les trois autres types. On constate en outre le passage du schéma ionien typique, avec la tête couverte du voile et l’himation latéral, à une protomé en forme de buste, avec polos et tresses latérales.

TYPE 9C (PL. 35-36)

Quantité totale : 58 exemplaires
9C1 22 exemplaires
9C2 27 exemplaires
9C3 7 exemplaires
9C4 1 exemplaire
9Cal 1 exemplaire
Réduction entre 9C1 et 9C2 : 15 %
Réduction entre 9C2 et 9C3 : 16 %
Réduction entre 9C3 et 9C4 : 15 %
La hauteur du visage de 9Ca1 correspond à
celle de 9C3.

9C1.1

43hv 8,2/hc 16,2/lhc 10,8/lbc 7

44Argile n° 8a. Concrétions gris-brun et grains de sable. Manque la partie inférieure et l’extrémité gauche du polos.

9C1.2

45hv 8,5/hc 12,8

46Argile n° 7a. Concrétions brunes. Manquent la partie inférieure et le polos. Boucle d’oreille perforée. Paupières plastiques bien visibles.

9C1.3 (NI 283)

47hv 7,8/h 16,5/lh 10,3/lb 16

48Argile n° 8a. Concrétions brunes et restes d’engobe. Extrémité gauche restaurée.

9C2.1

49hv 6,9/h 13,7/lh 7,5/lb 13,1

50Argile n° 8b. Concrétions gris-brun et grains de sable. Restes d’engobe. Trou de suspension sur le polos.

9C3.1

51hv 6/hc 10,9/lhc 6,7/lbc 5,3

52Argile n° 3. Concrétions grises. Manquent la partie inférieure et la partie latérale à droite du visage. Nez légèrement endommagé.

9C4.1

53hv 5,1/hc 7,1/lhc 5,8/lbc 3,8

54Argile n° 8a. Concrétions grises et grains de sable. Brisé au-dessous du menton et sur les deux côtés jusqu’au niveau des tempes.

9Cal.l

55hv 5,8/hc 10,1/lhc 8,4/lbc 5,3

56Argile n° 4. Concrétions grises et grains de sable. Brisé au-dessous du menton et au milieu des oreilles. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

  • 17 Le type est publié par GABRICI 1927, p. 275, pl. 61, fig. 2. Un exemplaire de ce type, acheté en 19 (...)

57La protomé correspond à la forme b217.

58Le visage s’inscrit dans un ovale plein, délimité en bas par le menton rond et saillant en vue de profil. Les yeux obliques, dont le globe est très proéminent, sont cernés de paupières plastiques. Le nez court s’élargit aux ailes et de profil se relève légèrement pour dégager l’espace naso-labial. La bouche exprime un sourire, qui creuse les pommettes.

59La chevelure frontale se compose de plusieurs rangs d’ondulations, à l’arrière desquelles s’élève le polos. Les oreilles, modelées en forme de volute, sont ornées du disque. Quatre exemplaires de la première génération présentent des disques perforés. Le voile retombe de part et d’autre du cou.

60Variante 9Ca : la hauteur du visage correspond à celle de la troisième génération. La seule différence de l’unique exemplaire de la variante 9Ca se manifeste dans la hauteur du polos, qui dépasse les dimensions de la troisième génération.

Commentaire

  • 18 PAYNE 1940, p. 103 (Jenkins), pl. 113, fig. 325. CROISSANT 1983, p. 351-352, pl. 138, no 232.

61Le type 9C montre certaines ressemblances avec une protomé du sanctuaire d’Héra Akraia à Pérachora18. Il ne s’agit pas toutefois d’une imitation du type de Pérachora car divers détails de la protomé sélinontine sont façonnés d’une autre manière. Une première différence réside dans le modelé de la chevelure frontale : sur la protomé sélinontine elle consiste en fines ondulations parallèles, alors qu’à Pérachora elle est constituée de trois rangées de boucles en perles, qui tombent sur les côtés derrière les oreilles, alors que 9C porte l’himation latéral. En outre le couvre-chef de 9C est plus haut, et peut être considéré comme un polos, alors que la protomé de Pérachora est ornée d’un diadème. La structure du visage, de face comme de profil, est très semblable sur les deux types, bien que l’expression du type sélinontin, surtout sur les exemplaires les plus grands et les mieux conservés, soit plus douce et détendue que celle de la protomé de Pérachora. Mais malgré ces différences, il est évident que les deux types affichent une même référence stylistique.

  • 19 Voir notamment CROISSANT 1983, pl. 110-111 (type L10 et koré Acr. 616), et pour la chevelure, pl. 1 (...)
  • 20 CROISSANT 1983, pl. 24, n° 47.

62Alors que Jenkins classait la protomé de Pérachora comme un type grec de l’Est, Croissant a proposé d’y voir l’imitation d’un modèle attique. Et il est certain que les petites joues bien marquées, le globe oculaire fortement proéminent et le tracé du profil de notre type sélinontin, comme d’ailleurs les ondulations de la chevelure frontale, trouvent eux-mêmes des parallèles en milieu attique19. Mais les lèvres charnues, sensuelles et l’expression détendue qui se manifeste surtout sur l’exemplaire 9C1.2 évoquent en revanche des modèles ioniens, en particulier le visage de la koré Acropole 675 et la protomé C2 que Croissant en a rapprochée20.

  • 21 CROISSANT 1992, p. 109.

63Comme à propos du type précédent 9B, on observe donc aussi dans le type 9C un amalgame d’éléments grecs de l’Est et attiques, et la désignation d’« attico-ionien », inspirée par les protomés locriennes21, paraît également lui convenir.

  • 22 UHLENBROCK 1988, p. 99-100, pl. 51, fig. a.

6458 exemplaires du type 9C, répartis en quatre générations différentes, ont été trouvés dans le sanctuaire de la Malophoros. Un exemplaire a été trouvé à Géla, et Uhlenbrock estime avec raison qu’il s’agit d’une pièce importée de Sélinonte22.

  • 23 J. WILLEITNER, Die Aktivitâten des Deutschen Archäologischen Instituts während der letzten Grabungs (...)
  • 24 Voir à ce propos le commentaire du type 13A, ci-après p. 209.
  • 25 Nous avons demandé à J. Willeitner de plus amples informations sur cette protomé de Carthage, mais (...)

65Un autre exemplaire du type a été trouvé à Carthage. Mais il avait été adapté au goût punique par plusieurs retouches de détail23. Les paupières sont pourvues d’entailles incisées, une rangée de mèches a été ajoutée à la chevelure frontale, le bord supérieur du polos est orné de perles plastiques et les oreilles ont une parure très finement incisée24. Il s’agit donc d’un témoignage fort intéressant : une protomé fabriquée dans une colonie grecque, importée à Carthage, puis agrémentée de quelques détails typiquement puniques25.

TYPE 9D (PL. 37, 38, 39)

Quantité totale : 2 exemplaires
2 fragments du polos
9D1 4 exemplaires

9D1.1 (NI 399)

66hv 9,2/h 25,8/lhc 9,8/lbc 16

67Argile n° 8a. Concrétions brunes et restes d’engobe. Manquent la partie droite du visage, ainsi que le bord droit du polos et un fragment au milieu de la partie inférieure. L’oreille gauche et les deux tresses à gauche sont légèrement émoussées.

9D1.2

68hv 9,3/hc 12,5/lhc 8,1/lbc 5

69Argile n° 4. Concrétions grises et restes d’engobe. Fragment comprenant la moitié droite du visage, avec l’intégralité du nez, de la bouche et du menton.

Description

  • 26 L’exemplaire 9D1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 249, pl. 48, fig. 1. Un fragment de ce type a ét (...)

70La protomé correspond à la forme b226.

71Le visage affecte la forme d’un ovale plein. Les pommettes sont accentuées, de même que le menton large et rond, énergiquement saillant en vue de profil. Le nez, à l’arête nette et aux ailes débordantes, prolonge sans accident le plan du front et rend par sa forte proéminence le profil expressif. Les yeux, globuleux et petits, sont cernés de paupières assez larges. Les lèvres charnues esquissent un sourire qui creuse les joues.

72La chevelure frontale se compose de trois rangs d’ondulations serrées, qui dégagent le milieu du front en forme de triangle. Au-dessus des cheveux est posé le polos haut avec de grosses perles qui ornent le bord inférieur. L’oreille est grande, modelée en forme de volute. Deux tresses formées de boucles en perles retombent de part et d’autre du cou, bordées par l’himation, soigneusement travaillé en relief avec un drapé en zig-zag. Même les plis verticaux qui descendent sous le polos au niveau de l’oreille sont indiqués.

Commentaire

73Le type 9D est l’un des plus grands et des plus soignés. Mais il comporte des traits exceptionnels à Sélinonte : les perles en relief qui ornent le bord inférieur du polos et les larges plis en zig-zag de l’himation latéral ; ces derniers ne sont attestés que dans un format plus réduit, par le type 1F.

  • 27 E. LANGLOTZ/M. HIRMER, Die Kunst der Westgriechen in Sizilien und Unteritalien (1963), p. 65-66, pl (...)
  • 28 UHLENBROCK 1988, pl. 14-15.

74Les perles et le traitement de la chevelure frontale se présentent de manière identique sur une protomé d’Agrigente, à laquelle probablement 9D a emprunté ces détails27. La production agrigentine de protomés a occupé une place importante. Et ces grands exemplaires agrigentins, travaillés avec soin, étaient probablement bien connus des coroplathes de l’époque : non seulement ils ont été exportés, mais ils ont dû également servir de modèles pour des variantes locales. Le « Zurich Type » de Géla28. doit être interprété de la même manière, car malgré de sensibles différences dans le détail, il répond à la même conception générale que 9D. À Sélinonte et à Géla le contour morphologique est semblable, les deux types sont ornés du polos et des perles (le « Zurich Type » possède en outre un décor de boutons de lotus sur le polos) et dans les deux cas, malgré une stylisation différente de la chevelure frontale, le milieu du front est dégagé vers le haut. La hauteur totale est semblable pour les deux exemplaires entiers (respectivement 31 et 25,8 cm) et ils entrent l’un et l’autre dans la catégorie des protomés de grand format.

  • 29 Voir aussi notre type 13A, importé d’Agrigente à Sélinonte.
  • 30 Voir aussi le type 1H. RIZZA 1965, p. 27.
  • 31 I Fenici 1988, p. 348 à dr., p. 349 à dr., p. 350.
  • 32 P. ORLANDINI P. GRIFFO, Agrigento (1970), fig. 55.
  • 33 I Fenici, p. 362, 367, 369.
  • 34 Lo stile severo, p. 265.

75Les ateliers de Sélinonte et de Géla ne sont pas les seuls à démontrer par ce genre d’adaptations la position importante de la plastique d’Agrigente29. Même au milieu du Ve siècle av. J.-C. une protomé trouvée à Ibiza constitue un cas semblable. Il s’agit d’une protomé en forme de buste qui remonte sans aucun doute à des modèles agrigentins, mais qui a été modifiée par l’adjonction de détails locaux, notamment le bord des paupières rendu par un fin relief plastique, selon un procédé courant en Sicile dans la production plastique indigène30. Les perles du bord inférieur du polos, sur l’exemplaire d’Ibiza, ont été modifiées selon un schéma typique : elles sont structurées par un cercle ponctué, détail que l’on peut observer sur de nombreuses terres cuites puniques31. Le collier, qui est modelé en simple anneau sur les exemplaires agrigentins, est enrichi sur celui d’Ibiza de nombreux pendentifs plastiques. La chevelure frontale montre, dans sa partie médiane, une structure bien connue à Agrigente, alors que les deux côtés présentent de petites boucles en spirale, d’un type souvent attesté dans l’artisanat punique32. Il est intéressant de noter qu’à Agrigente33 aussi on a trouvé un fragment de protomé dont la coiffure comporte ces petites boucles appréciées en milieu punique34. Une étude approfondie de la coroplathie agrigentine pourrait seule permettre d’analyser en détail et d’expliquer de telles interactions stylistiques.

  • 35 CROISSANT 1983, pl. 30.
  • 36 UHLENBROCK 1988, pl. 14-15.

76Au-delà de ces parallélismes avec la plastique agrigentine, il faut souligner qu’un agencement de la chevelure frontale semblable à celui de 9D, avec la ligne droite jusqu’à l’oreille et la parure de grosses perles, se retrouve sur la statue de Phrasikleia35. Mais les cheveux de la protomé sélinontine se rejoignent au milieu du front en formant un angle plus aigu et au-dessus des perles s’élève un haut polos, à la place des fleurs de lotus qui ornent la tête de la Phrasikleia. En revanche le « Zurich Type » de Géla36 conserve les fleurs de lotus, modelées plus simplement, au-dessus des perles.

  • 37 Koré Acr. 682 : CROISSANT 1983, p. 258-261, pl. 102 und 104.

77Il reste que pour la structure du visage 9D n’a que peu de traits communs avec les protomés agrigentines, dont la forme triangulaire, le nez effilé, les joues plates et les grands yeux en amande dérivent manifestement de modèles samiens. Et c’est bien plutôt avec la plastique attique qu’il présente des affinités, notamment par son profil accentué, avec un menton fort et un nez très proéminent. Une comparaison avec la koré Acr. 682 révèle, par exemple, une directe parenté, aussi bien de face que de profil, même si les détails de la coiffure et du couvre-chef sont traités différemment37.

  • 38 UHLENBROCK 1988, pl. 37, fig. b, « Milesian Type ».
  • 39 Deux interprétations différentes d’un même modèle à Géla et à Sélinonte ont déjà été relevées à pro (...)

78Cette référence ne vaut pas, en revanche, pour le « Zurich Type » de Géla : le visage présente, à la hauteur des pommettes, un fort élargissement, qui le rapproche des protomés de style milésien. Cela n’est pas surprenant, car nous avons vu à propos du groupe 2 quelle place prépondérante prenait la composante stylistique milésienne dans la coroplathie de Géla, où l’on a d’ailleurs trouvé des protomés importées de Milet38. L’artisan de Géla, pour la conception d’ensemble, a sans doute été influencé comme celui de Sélinonte par un modèle agrigentin ; mais pour la structure du visage ils ont tous deux suivi d’autres modèles39.

79Ce type 9D illustre donc clairement l’éclectisme inhérent à beaucoup de créations sélinontines. L’artisan connaissait certainement des figures attiques et s’en est inspiré pour la construction des visages. Mais pour le traitement de la chevelure et l’ornementation du polos avec des perles il s’est souvenu d’un modèle agrigentin. Pour l’himation latéral, avec ses plis en zig-zag soigneusement structurés, on ne connaît pas de modèle direct, à moins que l’artisan n’ait repris l’idée de notre type 1F. De même les deux tresses latérales et le polos plutôt haut ne renvoient ni à la protomé agrigentine, ni à Phrasikleia, ni à la koré 682. L’artisan sélinontin, par son inspiration éclectique, a su créer avec le type 9D une œuvre personnelle, à caractère local, que l’on ne saurait rattacher directement à aucune protomé, statue ou statuette, mais qui réunit en un seul type plusieurs éléments de provenances diverses.

TYPE 9E (PL. 38-39)

Quantité totale : 11 exemplaires
9E1 9 exemplaires
9E2 2 exemplaires
Réduction entre 9E1 et 9E2 : 20 %

9E1.1 (NI 284)

80hv 7,8/h 18,9/lh 11,2/lb 16,8

81Argile n° 8a. Concrétions gris-brun et restes d’engobe. Trou de suspension sur le polos.

9E1.2

82hv 7,2/hc 13,3/lh 10/lbc 9,8

83Argile n° 7b. Concrétions gris-brun. Brisé au-dessous du menton. Chevelure frontale légèrement émoussée. Oreille gauche et cheveux au-dessus de la tempe gauche retouchés à la main après moulage. Trou de suspension sur le polos.

9E2.1

84hv 6,3/hc 11,9/lhc 7,2/lbc 4,6

85Argile n° 4. Concrétions grisbrun. Fragment comprenant le visage sans la tempe gauche et sans la partie inférieure. Nez légèrement endommagé. Trou de suspension sur le polos.

Description

86La protomé correspond à la forme b2·

  • 40 « Blank Eye Type » : UHLENBROCK 1988, pl. 37-39.

87Le visage s’inscrit dans un ovale plein, délimité en bas par le menton large et rond. Le nez court, à l’arête forte, prolonge sans accident le plan du front. Les yeux obliques et asymétriques (l’œil droit est plus grand), sont formés d’un globe sans paupières plastiques. Comme sur le « Blank Eye Type » de Géla les globes sont en relief40. Les lèvres charnues esquissent un sourire, qui creuse les joues.

88La chevelure frontale est stylisée en cinq rangs d’ondulations écartées. À l’arrière est posé le polos en forme de kalathos, et l’himation retombe de part et d’autre du cou, détaillé en plis verticaux. Les oreilles sont modelées en forme de volute et ornées du disque.

Commentaire

89Ce type a été vraisemblablement créé par le même artisan ou dans le même atelier que le type 9D. La hauteur du visage est d’un quart plus petite et les détails sont moins soignés, mais les plis de l’himation, s’ils tombent plus simplement, sont également façonnés en relief plastique, et les oreilles sont en forme de volute, comme celles du type précédent. La coïncidence de tels détails suffit en tout cas à indiquer que les deux types sortent d’un même atelier.

  • 41 CROISSANT 1983, pl. 111-112.

90Quant à la structure du visage, on peut se rapporter à ce qui a été dit pour le type 9D. Ici encore la parenté avec les modèles attiques est très apparente. Le visage de 9E est plus allongé, moins plein que celui de 9D, ce qui le rapproche plutôt de documents comme les korés Acr. 616 et Acr. 67141. Mais le type 9E ne se rattache pas davantage à un modèle direct, protomé ou statue : l’artisan a créé un visage « attique », en y ajoutant des détails de son cru.

TYPE 9F (PL. 40)

Quantité totale : 21 exemplaires
9F1 3 exemplaires
9F2 18 exemplaires
Réduction entre 9F1 et 9F2 : 16 %

9F1.1

91hv 7„6/hc 12/lh 9

92Argile n° 8b. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du polos.

9F1.2 (NI 761)

93hv 7,6/h 17/lh 8,1/lb 15,6

94Argile n° 4. Concrétions gris-brun et taches brunes. Restes d’engobe. Recollé de deux fragments. Partie inférieure droite restaurée. Trou de suspension au milieu du polos.

9F2.1

95hv 6,4/h 15/lh 8

96Argile n° 8b. Concrétions gris-brun. Manque l’extrémité droite. Trous sur le diadème, dûs à un accident de cuisson.

Description

  • 42 L’exemplaire 9F1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 272, pl. 58, fig. 9.

97La protomé correspond à la forme b242.

98Le visage est légèrement ovale mais comme enflé, avec des pommettes accentuées et un menton rond, mais saillant en vue de profil. Les yeux sont grands et oblongs, avec un globe proéminent. Le nez court, à l’arête forte, se redresse par rapport au plan du front. La bouche aux lèvres saillantes exprime un sourire, qui creuse les joues et provoque une forte dépression entre les pommettes, le menton et les commissures des lèvres.

99Les cheveux sont stylisés au-dessus du front en gouttières séparées, simplement juxtaposées. L’himation, détaillé en trois plis verticaux, retombe de part et d’autre du cou. La tête porte le polos, dont le bord supérieur est marqué en relief sur quelques exemplaires. Les oreilles, indiquées par deux renflements, sont ornées du disque.

Commentaire

100Le visage du type 9F se caractérise par ses formes lourdes et solides, semblables à celles des deux types précédents 9D et 9E. Les trois types sont de toute façon très proches du point de vue du style, et sortent probablement d’un même atelier. 9F présente d’ailleurs pour les oreilles le même genre de modelé que les deux types précédents.

  • 43 Les types 11Α, 11B et 14J possèdent aussi des gouttières juxtaposées, mais elles sont toutefois net (...)
  • 44 UHLENBROCK 1988, pl. 52, fig. 52b. Seul un fragment du visage est conservé. Il semble néanmoins qu’ (...)
  • 45 BARRA BAGNASCO 1986, pl. 18, fig. 93.

101L’éclectisme déjà relevé dans la création de 9D et 9E se retrouve aussi sur le type 9F. Les traits du visage correspondent largement à ceux des deux types précédents, de même que le couvre-chef en forme de polos. La morphologie, en particulier pour les plis verticaux de l’himation, correspond exactement à celle de 9E. Par contre la chevelure frontale est modelée de façon très différente. Les gouttières courtes, en forme de godrons, nettement séparées et juxtaposées, se différencient nettement des ondulations des types 9D et 9E : sous cette forme, on ne les rencontre d’ailleurs sur aucun autre type sélinontin43. Contrairement aux gouttières serrées et attenantes, ce genre de coiffure est peu courant aussi bien à Sélinonte que dans les autres cités coloniales. Un seul exemplaire de Géla semble avoir aussi des gouttières indépendantes placées l’une à côté de l’autre44, ainsi qu’un type de Locres45, dont la structure de visage n’a toutefois rien de commun avec celle de 9F.

TYPE 9G (PL. 39)

Quantité totale : 1 exemplaire
9G1 1 exemplaire

9G1.1

102hv 9,3/hc 15/lhc 7,3/lbc 4,5

103Argile n° 4. Concrétions gris-brun. Restes d’engobe. Fragment comprenant l’ensemble du visage. Trou de suspension sur le disque du polos.

Description

104L’exemplaire n’est pas conservé entièrement ; la forme de la protomé est donc incertaine.

105La face est de forme allongée. Les yeux globuleux sont cernés de paupières plastiques à peine reconnaissables. Le nez mince, arrondi au bout, dégage l’espace naso-labial. Le menton est saillant en vue de profil ; celui-ci se signale par sa verticalité, seulement interrompue par le nez proéminent. La bouche est peu distincte, à cause du moule encrassé, mais elle était plutôt petite et légèrement étirée dans un sourire.

  • 46 Le polos orné d’un seul disque est attesté aussi par les protomés et les statuettes de Locres : BAR (...)

106La stylisation de la large masse de la chevelure frontale n’est plus visible que sur le côté gauche au-dessus de l’oreille. La coiffure se compose de plusieurs rangs d’ondulations écartées, qui dégagent le front en forme en triangle et descendent légèrement devant l’oreille. Au-dessus des cheveux est posé le polos, dont la base est ornée de deux fines lignes en relief et d’un disque plastique46.

Commentaire

107Le modelé du visage est plus lisse que celui du type 9D. Cela peut d’ailleurs dépendre de l’état du moule, moins frais ou moins propre. Malgré cette différence on constate entre 9D et 9G une parenté de style, qui tient à une commune référence aux modèles attiques.

  • 47 CROISSANT 1983, pl. 108-109, no 162 (L9).

108La comparaison avec une protomé de l’Acropole47 fait ressortir, quant à la structure du visage, une relation directe entre celle-ci et notre protomé. Les deux types se différencient toutefois par la coiffure et la forme du polos ; le nez de la protomé attique est aussi un peu plus accentué en vue de profil. Mais malgré ces petites différences, les deux visages sont presque identiques, tout particulièrement par la verticalité du profil et le modelé de la région de la bouche et du menton. Sans que l’on puisse parler d’imitation, l’artisan sélinontin s’est donc visiblement inspiré d’une structure de visage attique.

Notes

1 CROISSANT 1983, groupe L, p. 235-294, pl. 94-118 : on trouvera là une analyse détaillée des caractères spécifiques du style attique et des modalités de son développement qui peut servir de référence.

2 UHLENBROCK 1988, p. 60.

3 Voir ci-dessus, p. 79-80.

4 Voir ci-dessus, p. 75-76.

5 Le milieu de la coiffure frontale est accentué de la même manière sur le sphinx de Calydon, et aussi sur le sphinx de Spata : BOARDMAN 1981, fig. 120 et 227. Il s’agit là d’un trait corinthien, adopté en Attique, et que l’on retrouve aussi dans les coiffures a linguette de Locres et Métaponte : CROISSANT 1992, p. 104-105.

6 Voir ci-dessus, p. 76.

7 GABRICI 1927, p. 277, pl. 63, fig. 1 (ici pl. 34).

8 La statuette Β 427 du British Museum (RICHTER 1968, n° 204, fig. 645-646), provenant de Sicile (sans autre précision malheureusement), et doit être une adaptation plus tardive du même schéma, n’est d’ailleurs pas sans analogies, pour la structure du visage, avec notre type 9B.

9 RICHTER 1968, fig. 275-279 et 509-511.

10 CROISSANT 1983, p. 247, pl. 100, sur les yeux, voir p. 249 n.1.

11 CROISSANT 1983, pl. 104-105.

12 CROISSANT 1983, pl. 24, no 47.

13 CROISSANT 1992, p. 108-109. La statuette de Sélinonte citée plus haut fournit d’ailleurs un autre exemple de mélange d’éléments ioniens et attiques. Les traits du visage sont semblables à ceux de la protomé 9B, et elle porte un chiton ionien, qui fait d’elle d’une certaine façon un « parallèle sélinontin » de la koré de Lyon (voir CROISSANT 1983, p. 249-250) On peut donc constater en milieu colonial le même processus qu’en métropole, à savoir un amalgame d’éléments grecs de l’Est et d’éléments attiques dans une seule et même création. Des protomés et des statuettes de terre cuite dont les visages sont semblables à 9B ont du reste été trouvées dans d’autres colonies occidentales, et même sur un site punique : on songera par ex. à une tête d’Agrigente (BREITENSTEIN 1945, pl. 125, fig. 13), à une une protomé de Reggio Calabria (M. CRISTOFANI, Villa S. Giovanni, NSc 1968, p. 220, fig. 3), ou à une statuette de Carthage (PARROT/CHEHAB/MOSCATI 1977, p. 159, fig. 163).

14 Voir aussi à ce propos le groupe 3 et ses relations stylistiques avec le groupe 2 : ci-dessus, p. 120.

15 Une protomé de Locres montre des traits semblables à ceux du type 9A : BARRA BAGNASCO 1988, p. 8081, pl. 22, fig. 125. Mais le visage locrien est modelé de façon plus animée, le menton est plus saillant et le nez droit. La structure du visage correspond donc plus clairement à la tendance attique. La chevelure frontale est traitée en godrons et la hauteur du visage est de 8,6 cm, donc d’environ une génération plus grande que le type 9A. Bien que l’exemplaire de Locres soit unique, ce type est probablement aussi dérivé d’un modèle attique, mais sans rapport avec le type sélinontin.

16 Voir ci-dessus, p. 75-76.

17 Le type est publié par GABRICI 1927, p. 275, pl. 61, fig. 2. Un exemplaire de ce type, acheté en 1950 à Palerme, se trouve au Musée des Beaux-Arts de Budapest, Inv. 50485. Il proviendrait de Sélinonte.

18 PAYNE 1940, p. 103 (Jenkins), pl. 113, fig. 325. CROISSANT 1983, p. 351-352, pl. 138, no 232.

19 Voir notamment CROISSANT 1983, pl. 110-111 (type L10 et koré Acr. 616), et pour la chevelure, pl. 103 (sphinx de la stèle de New-York) et 105 (koré Acr. 671).

20 CROISSANT 1983, pl. 24, n° 47.

21 CROISSANT 1992, p. 109.

22 UHLENBROCK 1988, p. 99-100, pl. 51, fig. a.

23 J. WILLEITNER, Die Aktivitâten des Deutschen Archäologischen Instituts während der letzten Grabungssaison, Antike Welt 24, 1993, p. 290-291, p. 292, fig. 7.

24 Voir à ce propos le commentaire du type 13A, ci-après p. 209.

25 Nous avons demandé à J. Willeitner de plus amples informations sur cette protomé de Carthage, mais cette demande est malheureusement restée sans réponse.

26 L’exemplaire 9D1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 249, pl. 48, fig. 1. Un fragment de ce type a été trouvé à Mozia : V. TUSA, Lo scavo del 1971 : Il luogo di arsione Mozia vol. 8 (1973), p. 43, 45, 95, pl. 28, fig. 1B. Ce fragment a été trouvé dans le secteur M, strate 4, à proximité du puits n° 2, et il est daté de la première décennie du Ve siècle avant J.-C.

27 E. LANGLOTZ/M. HIRMER, Die Kunst der Westgriechen in Sizilien und Unteritalien (1963), p. 65-66, pl. 36-37.

28 UHLENBROCK 1988, pl. 14-15.

29 Voir aussi notre type 13A, importé d’Agrigente à Sélinonte.

30 Voir aussi le type 1H. RIZZA 1965, p. 27.

31 I Fenici 1988, p. 348 à dr., p. 349 à dr., p. 350.

32 P. ORLANDINI P. GRIFFO, Agrigento (1970), fig. 55.

33 I Fenici, p. 362, 367, 369.

34 Lo stile severo, p. 265.

35 CROISSANT 1983, pl. 30.

36 UHLENBROCK 1988, pl. 14-15.

37 Koré Acr. 682 : CROISSANT 1983, p. 258-261, pl. 102 und 104.

38 UHLENBROCK 1988, pl. 37, fig. b, « Milesian Type ».

39 Deux interprétations différentes d’un même modèle à Géla et à Sélinonte ont déjà été relevées à propos du type 2C : voir ci-dessus, p. 169.

40 « Blank Eye Type » : UHLENBROCK 1988, pl. 37-39.

41 CROISSANT 1983, pl. 111-112.

42 L’exemplaire 9F1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 272, pl. 58, fig. 9.

43 Les types 11Α, 11B et 14J possèdent aussi des gouttières juxtaposées, mais elles sont toutefois nettement plus étirées en longueur : voir ci-après, p. 184-186 et 239.

44 UHLENBROCK 1988, pl. 52, fig. 52b. Seul un fragment du visage est conservé. Il semble néanmoins qu’il s’agisse de ce genre de coiffure.

45 BARRA BAGNASCO 1986, pl. 18, fig. 93.

46 Le polos orné d’un seul disque est attesté aussi par les protomés et les statuettes de Locres : BARRA BAGNASCO 1986, pl. 8, fig. 37, pl. 11, fig. 48 et fig. 60 et pl. 22, fig. 124 ; Ε. LISSI, La collezione Scaglione a Locri, AttiMGrecia 1961, pl. 32, fig. 72, pl. 33, fig. 73.

47 CROISSANT 1983, pl. 108-109, no 162 (L9).

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable