Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 7. Modèles ioniens

Texte intégral

8 types,
79 exemplaires

TYPE

7A

7B

7C

7D

7E

7F

7G

7H

quantité

4

7

27

3

26

5

2

5

générations

1

2

2

2

2

1

1

2

forme a1

x

x

x

x

x

x

forme a2

x?

x

1Les types du groupe 7, qui constituent quant à la structure du visage un ensemble très homogène, correspondent pour la plupart, du point de vue morphologique, au schéma ionien. Mais il n’est pas possible pour autant de les relier directement à des modèles grecs de l’Est.

2Cinq sur huit (7A-7E) portent le voile. Celui du type 7E est structuré par des plis verticaux en relief. Le type 7F présente aussi un himation latéral, mais la tête est coiffée d’un polos. Les deux types 7G et 7H portent également le voile sur la tête, mais de chaque côté tombent deux tresses (pour 7H et probablement aussi pour 7G). 7H, et probablement aussi 7G, sont modelés en forme de buste.

3La chronologie de ce groupe est problématique. Il est vraisemblable que les types 7A-7D, qui suivent la forme a2, et dont les visages sont plutôt allongés, se situent au début. Avec 7E et 7F se développe une tendance à l’éclectisme, et 7G et 7H appartiennent en tout cas sûrement à la fin de la série. Ce sont eux qui s’écartent le plus nettement du schéma grec de l’Est quant à la morphologie. Ils sont en forme de buste et leur structure de visage affiche, en outre, une composante stylistique que l’on peut identifier comme attique.

TYPE 7A (PL. 28)

Quantité totale : 4 exemplaires
7A1 4 exemplaires

7A1.1

4hv 6,8/h 14,6/lh 8,8/lb 12,6

5Argile n° 3. Concrétions brunes et restes d’engobe. Bord inférieur droit légèrement endommagé.

Description

6La protomé correspond à la forme a2.

7Le visage allongé est caractérisé par les pommettes saillantes, le nez long et fort, les yeux globuleux, le menton large et proéminent et la bouche aux commissures ouvertes, où la lèvre supérieure déborde l’inférieure.

8La chevelure frontale est à peine visible ; elle était probablement traitée en frange de petits festons. À l’arrière est posé le diadème. Le voile couvre la tête et retombe de part et d’autre du cou. Les oreilles, sommairement modelées, sont décollées.

TYPE 7B (PL. 28)

Quantité totale : 7 exemplaires
7B1 6 exemplaires
7B2 1 exemplaire
Réduction entre 7B1 et 7B2 : 18 %

7B1.1

9hv 5,8/h 11,5/lh 7,4/lb 8,2

10Argile n° 4. Concrétions brunes et restes d’engobe.

7B1.2

11hv 5,59/h 12,1/lh 7,6/lbc 3,8

12Argile n° 4. Concrétions gris-brun et restes d’engobe. Manque l’extrémité droite. Joue droite et menton endommagés.

7B2.1

13hv 4,8/hc 7,2/lhc 5,2/lbc 2„7

14Argile n° 6. Concrétions brunes et grains de sable. Visage conservé avec le côté gauche du diadème.

Description

15La protomé correspond à la forme a2.

16Le visage est caractérisé par des pommettes petites, un nez court et fort, des yeux globuleux, un menton large et saillant et une bouche charnue, dont la lèvre inférieure est plus courte que la lèvre supérieure, qui présente un tracé sinueux.

17La structure des cheveux au-dessus du front est à peine reconnaissable, mais il s’agit sûrement, là encore, d’une frange de petits festons. À l’arrière est posé le diadème, et le voile couvre la tête et retombe de part et d’autre du cou. Les oreilles sont travaillées sommairement et asymétriques ; la gauche est placée plus haut que la droite.

TYPE 7C (PL. 29)

Quantité totale : 27 exemplaires
7C1 25 exemplaires
7C2 2 exemplaires
Réduction entre 7C1 et 7C2 : 21-26 %

7C1.1

18hv 3,9/h 9/lh 5,2/lb 7

19Argile n° 6. Concrétions gris foncé. Trou de suspension au milieu du crâne.

7C1.2

20hv 4,2/h 9/lh 5,1/lbc 4,8

21Argile n° 6. Concrétions gris foncé. Manque l’extrémité droite jusqu’au niveau de l’oreille. Trou de suspension sur le crâne.

7C2.1

22hv 3,1/h 7,1/lh 3,8/lb 4,6

23Argile n° 8a. Concrétions gris foncé. Bord et tempe droite endommagés.

Description

24La protomé correspond à la forme a2.

25La réduction entre les deux générations est très grande, mais il s’agit bien du même type.

26Le visage allongé est caractérisé par les pommettes saillantes, le nez court et fort, les yeux globuleux, le menton large et saillant, la bouche charnue, aux commissures ouvertes. La lèvre supérieure présente un tracé sinueux, et elle est plus longue que la lèvre inférieure.

27Le bandeau de la coiffe et le diadème sont modelés au-dessus du front. Le voile couvre la tête et retombe de part et d’autre du cou. Les oreilles sont travaillées sommairement.

TYPE 7D (PL. 29)

Quantité totale : 3 exemplaires
7D1 1 exemplaire
7D2 2 exemplaires
Réduction entre 7D1 et 7D2 : 11 %

7D1.1

28hv 5,3/hc 6,7/lhc 5/lbc 2,5

29Argile n° 8b. Fragment du visage. Menton endommagé. Trou de suspension sur le crâne. Plastique très imprécise.

7D2.1

30hv 4,7/h 8,6/lhc 4,2/lbc 5,5

31Argile n° 8b. Concrétions brunes. Les côtés manquent partiellement. Plastique très imprécise.

Description

32La protomé correspond à la forme a2.

33Les trois exemplaires ont été fabriqués avec des moules encrassés. C’est pourquoi les traits ne sont pas bien nets.

34Le visage allongé montre des pommettes saillantes, un nez court et fort, un menton large et saillant et une petite bouche charnue, ouverte aux commissures. La lèvre inférieure est plus courte que la lèvre supérieure.

35Au-dessus du front seul le diadème est reconnaissable. Le voile couvre la tête et retombe de part et d’autre du cou.

TYPE 7E (PL. 29)

Quantité totale : 26 exemplaires
7E1 25 exemplaires
7E2 1 exemplaire
Réduction entre 7E1 et 7E2 : 16 %

7E1.1

36hv 5/h 13/lh 7,1/lb 10,4

37Argile n° 8b. Concrétions brunes. Trou de suspension au milieu du crâne.

7E2.1

38hv 4,2/hc 6,8/lh 5,5/lbc 6,3

39Argile n° 8b. Concrétions brunes et grains de sable. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

40La protomé correspond à la forme a2.

41Le visage est caractérisé par une forme triangulaire et anguleuse avec des pommettes saillantes, des yeux horizontaux et un nez court et charnu. La ligne du profil montre une légère dépression entre le plan du front et la racine du nez. La bouche est petite, la lèvre inférieure plus courte que la lèvre supérieure, et les commissures sont ouvertes.

42La tête est ornée du double diadème et couverte du voile, qui retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou. Le voile est structuré par trois plis verticaux, qui sont modelés en relief. Les oreilles ne sont indiquées que sommairement.

TYPE 7F (PL. 30)

Quantité totale : 5 exemplaires
7F1 5 exemplaires

7F1.1 (NI 10272)

43hv 5,1/h 13,2/lh 5,6/lbc 6,2

44Argile n° 8b. Concrétions grises et taches blanches. Manque la partie droite jusqu’au niveau de l’oreille. Au revers les empreintes digitales du modeleur sont reconnaissables.

7F1.2

45hv 5,3/hc 13,4/lh 6,3/lbc 8,2

46Argile n° 5a. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Traces de couleur rouge sur le diadème. Manque la partie inférieure.

Description

47La protomé correspond à la forme a2.

48Le visage, de forme triangulaire, est caractérisé par des pommettes saillantes, un menton rond et saillant et un nez court, qui se relève à son extrémité. Les yeux globuleux sont horizontaux. La bouche est petite, aux commissures ouvertes, et la lèvre inférieure est plus courte que la lèvre supérieure.

49La tête est ornée du double diadème, dont la partie inférieure forme un angle obtus au milieu du front. Les oreilles sont travaillées sommairement, décollées et placées extrêmement haut. Un polos haut couronne la tête ; de profil il est un peu incliné vers l’avant. Le voile, ramené derrière les oreilles, retombe de part et d’autre du cou ; il est indiqué en relief, comme le décolleté.

TYPE 7G (PL. 30)

Quantité totale : 2 exemplaires
7G1 2 exemplaires

7G1.1

50hv 4,3/hc 8,5/lh 5,7/lbc 5,4

51Argile n° 6. Concrétions brunes. Manque la partie inférieure. Trou de suspension sur le crâne.

Description

52Aucun exemplaire n’est conservé entièrement et la forme de la protomé n’est pas sûre. Peut-être était-elle en forme de buste : c’est ce que pourrait indiquer la ligne arquée de la partie droite de l’exemplaire 7G1.1.

53Le visage triangulaire est caractérisé par le menton large, le nez court et large, les yeux globuleux et horizontaux et la petite bouche charnue et souriante, dont la lèvre inférieure est plus courte que la lèvre supérieure.

54La tête est ornée du diadème et couverte du voile. La stylisation des cheveux au-dessus du front n’est pas reconnaissable. Les oreilles sont travaillées sommairement. La partie latérale est modelée en relief ; il est difficile de dire s’il s’agit du voile ou de la retombée des cheveux.

TYPE 7H (PL. 30)

Quantité totale : 5 exemplaires
7H1 2 exemplaires
7H2 3 exemplaires
Réduction entre 7H1 et 7H2 : 17 %

7H1.1 (NI 10676)

55hv 3,5/h 10,4/lh 3,7/lbc 9,l

56Argile n° 6. Concrétions grises. Manque l’extrémité droite. Nez légèrement émoussé. Menton endommagé. Trou de suspension sur le crâne.

7H2.1

57hv 2,9/h 9/lh 3,1/lbc 7,9

58Argile n° 3. Concrétions grises. Extrémité gauche endommagée. Cassure sur la tempe gauche et sur l’himation gauche. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

59La protomé correspond à la forme a3.

60Le visage gros et plutôt rond est caractérisé par le nez court avec un os nasal large, par les pommettes saillantes, le menton rond et la petite bouche charnue.

61La chevelure frontale est stylisée en gouttières. À l’arrière sont posés le diadème et le voile. Trois tresses, ramenées derrière les oreilles plates et sans structure, retombent de chaque côté. Les épaules, les bras et les seins sont modelés en relief, de même que le décolleté et les bords internes de l’himation. L’himation se trouve sous les tresses et recouvre les seins. C’est le seul type de Sélinonte où l’himation soit traité de cette façon.

Commentaire du groupe 7

62Les types du groupe 7 ont en commun la structure du visage, bien que les contours extérieurs diffèrent. Les visages allongés des types 7A-7C et les visages tendant plus nettement vers une forme triangulaire des types 7D-7H sont tous caractérisés, en vue de face, par des formes bien particulières : on est frappé par les petites joues bien marquées, le menton saillant, les yeux relativement grands et globuleux, l’os nasal large et fort, de même que par la petite bouche aux lèvres charnues et sinueuses. En vue de profil aussi, tous ces types sont d’emblée remarquables par le contour de l’ensemble nez-bouche-menton.

63Ces huit visages trahissent évidemment une inspiration commune, mais ils ne peuvent pas être rattachés à un modèle déterminé. Il est probable qu’ils se réfèrent, à l’origine, à des modèles grecs de l’Est, mais un caractère particulier en a fortement imprégné la structure et le modelé. Ce caractère reflète probablement une tradition d’atelier.

  • 1 Cf. ci-après, p. 162.

64Le type 7H présente certaines ressemblances avec le type 9B, où nous verrons qu’une composante attique est aisément perceptible ; il constitue donc une sorte de lien entre le groupe 7, orienté essentiellement vers la Grèce de l’Est et le groupe 9, où se manifeste une influence attique1.

  • 2 GABRICI 1927, pl. 46,1. AHRENS 1961-1963, p. 135, fig. 95.
  • 3 UHLENBROCK 1988, pl. 20, fig. b.
  • 4 UHLENBROCK 1988, pl. 20, fig. a, pl. 21, fig. a-d.
  • 5 Il s’agit du même phénomène de modifications locales parallèles à Géla et Sélinonte, que nous avons (...)

65Une tête de terre cuite en ronde bosse provenant du sanctuaire de la Malophoros, présente la même structure de visage que les types du groupe 72 (PL. 28). Cette tête montre, en outre, une parenté avec la koré-thymiatérion de Géla, dont le visage est semblable, avec ses petites joues bien dessinées, ses sourcils horizontaux et son os nasal fort3. Il faut souligner pourtant que le groupe 7 ne dépend pas des types de Géla : les protomés de Géla dont le style s’apparente à celui de la koré-thymiatérion sont en effet très différentes des protomés de Sélinonte4, notamment par la forme de la bouche, l’agencement des détails du couvre-chef et les contours extérieurs. Il est possible que les artisans de Géla et de Sélinonte aient été inspirés par un modèle semblable, mais ils ne l’ont adapté qu’en y apportant localement des modifications de différentes natures5.

Notes

1 Cf. ci-après, p. 162.

2 GABRICI 1927, pl. 46,1. AHRENS 1961-1963, p. 135, fig. 95.

3 UHLENBROCK 1988, pl. 20, fig. b.

4 UHLENBROCK 1988, pl. 20, fig. a, pl. 21, fig. a-d.

5 Il s’agit du même phénomène de modifications locales parallèles à Géla et Sélinonte, que nous avons déjà observé pour le type 2C : ci-dessus, p. 107-109.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540