Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 4. Modèles ioniens

Texte intégral

6 types, 3 variantes
101 exemplaires

TYPE

4A

4B

4C

4D

4Da

4Db

4E

4Ea

4F

quantité

2

2

3

3

13

19

56

2

1

générations

2

1

1

2

2

3

2

1

1

forme inconnue

x

x

x

forme a2

x

x

x

x

forme b2

x

forme a3

x

x

  • 1 CROISSANT 1983, p 69-91 pl. 17-27.

1Dans ce groupe 4 sont classés les types qui par la structure du visage peuvent être rapprochés des documents réunis par Croissant dans son groupe C, et attribués par lui par hypothèse à des artisans de Chios1. Une partie de nos types sélinontins peuvent être directement comparés aux protomés de ce « groupe C », alors que d’autres présentent des ressemblances avec certaines des sculptures qui y sont rattachées. Une troisième partie du groupe 4 réunit les transpositions sélinontines de ces mêmes modèles.

2Ce qui caractérise aussi bien les documents du « groupe C » que les types de notre groupe 4, c’est d’abord un visage plein, légèrement ovale, aux pommettes accentuées avec un menton rond, légèrement empâté. Les yeux obliques sont à la fois globuleux et allongés et présentent dans le groupe C un canthus particulièrement effilé, trait qui ne se retrouve pas sur les types de Sélinonte. Mais la question reste ouverte de savoir si c’est à cause de la qualité des moules qu’il n’y est plus reconnaissable, ou s’il était seulement peint, ou réellement toujours absent.

3Contrairement à ce que nous avons observé pour les groupes 1 et 2, on ne trouve dans ce groupe 4 aucune imitation directe des modèles ioniens. Les deux types 4A et 4B, issus du même atelier, ont la tête couverte d’un voile, comme c’est la règle pour les protomés du groupe C, mais sur les deux types une chevelure frontale plastique, en forme de festons, s’échappe de dessous le voile. Le type 4C possède un voile conforme au type ionien, mais traité sur le front en plusieurs bandeaux.

4Les types 4D-4F sont très proches quant à la structure du visage, et peuvent être attribués à un seul et même artisan. Le type 4D et sa variante 4Db sont représentés avec le voile couvrant la tête. La forme de la protomé montre toutefois un fort élargissement vers le bas, comme c’est le cas sur de nombreuses protomés siciliennes. La chevelure frontale, modelée en mèches verticales incisées, qui s’échappe du voile, n’appartient pas au répertoire grec de l’Est. La variante 4Da est pourvue d’un polos. Le type 4E, dont le visage est très proche de 4D, s’en différencie nettement par la morphologie et le traitement des détails : il est en forme de buste et porte le polos, avec sur le front et les côtés une chevelure stylisée en rangs de petites perles. La variante 4Ea possède en outre une parure d’oreille en forme d’anneau avec pendentif. Le type 4F est encore plus éloigné du modèle originel : les caractères sélinontins y apparaissent déjà dans l’expression du visage, dont les traits offrent une sobriété et une précision que l’on retrouvera encore bien plus prononcées dans le groupe 12. Ce type, comme d’ailleurs le type 4E, a été sans doute produit avec un moule de statuette.

5Chronologiquement les deux types 4A et 4C peuvent être situés au début du groupe. Leur structure de visage peut en effet être directement rattachée à celle des exemplaires grecs de l’Est du groupe C de Croissant. Mais tous deux s’en distinguent déjà par le traitement du détail, et présentent des idées originales de l’artisan sélinontin. Le type 4B est une adaptation locale du type 4A.

  • 2 En dernier lieu voir ROLLEY 1994, p. 270271, fig. 276.

6Les trois types 4D, 4E et 4F sont très proches les uns des autres, même du point de vue chronologique. 4D est inspiré d’un modèle proche de la caryatide « ex-cnidienne » de Delphes2 4E reflète également une influence grecque de l’Est encore très perceptible, mais le polos, la structure des cheveux par rangs de boucles en perles et la morphologie, qui est celle de la protomé-buste invitent à situer son apparition à la fin du VIe siècle. Il en va de même pour le type 4F, qui présente les mêmes détails morphologiques et qui, sans doute comme le type 4E, a été produit à l’aide d’un moule de statuette. Les traits de ce visage ont en outre un caractère local plus marqué, ce qui les apparente quant à l’expression au groupe 12, où nous verrons s’exprimer un style sélinontin autonome.

TYPE 4A (PL. 19)

  • 3 Le visage de l’exemplaire de la deuxième génération n’est pas entièrement conservé.

Quantité totale : 2 exemplaires
4A1 1 exemplaire
4A2 1 exemplaire
Réduction entre 4A1 et 4A2 : env. 25 %3

4A1.1

7hv 9/hc 13,8/lhc 11,3/ lbc 10,9

8Argile n° 7a. Concrétions grises et grains de sable. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du crâne.

4A2.1

9hvc 6,4/hc 11,5/lhc 8,1/lbc 9,3

10Argile n° 7b. Concrétions brunes et grains de sable. Fragment de la partie droite du visage. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

11Aucune protomé n’est entièrement conservée ; la forme est donc incertaine.

12Le visage ovale est caractérisé par le menton étroit mais saillant, le nez assez court avec un os nasal fort, qui prolonge sans accident le plan du front, et des yeux et des sourcils horizontaux. La bouche, petite, aux commissures ouvertes, creuse les pommettes dans un sourire accentué.

13La tête porte voile et diadème, et les cheveux apparaissent au-dessus du front en petits festons, le milieu étant marqué par un espace entre deux festons. Le voile retombe derrière les oreilles, qui sont très sommairement modelées.

Commentaire

  • 4 CROISSANT 1983, pl. 24, n° 47.
  • 5 CROISSANT 1983, pl. 17-22.
  • 6 CROISSANT 1983, pl. 17 (caryatides « ex-cnidienne » et siphnienne de Delphes), pl. 18 (Niké de Délo (...)

14La structure du visage, de face comme de profil, correspond au type C2 de Croissant4. Mais il est clair que les proportions en sont moins équilibrées : les transitions y sont moins progressives, si bien que certains traits, notamment le menton, paraissent plus accentués ; mais cela vaut aussi pour les variantes C1/a et C1/b de Croissant5. La coiffure de 4A est plus simple que celle du type C2, mais la ressemblance d’ensemble reste évidente. D’ailleurs les documents de la grande statuaire auxquels Croissant compare ses protomés du groupe C montrent une stylisation des cheveux qui est semblable, mais d’une exécution sensiblement plus élaborée6.

  • 7 Cf. ci-dessus, p. 75-76.

15L’artisan sélinontin doit donc avoir eu connaissance des créations plastiques inspirées par le style des documents classés par Croissant dans son groupe C, et c’est d’après un modèle de ce genre qu’il a élaboré notre type 4A. Mais celui-ci a été conçu, très probablement, dans « l’atelier X », dont nous verrons qu’il a pratiqué les styles les plus divers7.

TYPE 4B (PL. 19-20)

Quantité totale : 2 exemplaires
4B1 2 exemplaires

4B1.1

16hv 7,4/hc 12,2/lh 12,8/lbc 5

17Argile n° 3. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du crâne.

4B1.2

18hv 7,5/hc 12,1/lhc 4,7/lbc 5,2

19Argile n° 8b. Concrétions brunes et grains de sable. Visage avec la partie droite du diadème et du voile.

Description

20Aucun exemplaire n’est entièrement conservé. La forme de la protomé est donc incertaine.

21Le type 4B est très voisin du type 4A. Le visage est plus large aux tempes et un peu plus rond, mais également caractérisé par des formes anguleuses. Le menton est moins saillant, et la lèvre supérieure déborde fortement la lèvre inférieure, ce qui donne au visage une expression particulière, presque caricaturale.

22Les détails sont traités de la même façon que sur 4A, à ceci près que le milieu du front n’est pas marqué par un espace entre deux festons de la chevelure. Le voile tombe derrière les oreilles, qui sont modelées sommairement, et décollées.

Commentaire

23Ce type est du point de vue stylistique directement lié au précédent. Les éléments constitutifs du visage y sont encore plus individualisés, surtout en vue de profil. En vue frontale on remarque que la courbure du diadème est moins prononcée que sur le type 4A, et que la bouche est plus petite.

24Ce type est donc plus éloigné du modèle originel que ne l’était 4A, mais tous deux ont été très probablement créés dans le même atelier. Il est probable que l’artisan a cherché ici délibérément à se démarquer du modèle. C’est pourquoi l’on peut admettre que l’apparition de 4B est postérieure à celle du type 4A.

TYPE 4C (PL. 20)

Quantité totale : 2 exemplaires
4B1 2 exemplaires

4C1.1

25hv 3,9/hc 6,8/lh 4,8/lbc 3,8

26Argile n° 8b. Concrétions brunes. Manque la partie inférieure.

4C1.2

27hv 4/h 9/lh 5,6/lbc 5,2

28Argile n° 3. Concrétions brunes et restes d’engobe. Manque l’extrémité gauche. Nez, menton, bord droit et extrémité droite endommagés.

Description

29La protomé correspond à la forme a2.

30Le visage ovale et allongé est caractérisé par des joues légèrement accentuées et par un menton rond et empâté. Les yeux sans paupières plastiques sont obliques, les lèvres aux commissures ouvertes montrent un demi-sourire calme.

31La tête est couverte du voile et de bandeaux superposés. Le voile retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou.

Commentaire

  • 8 CROISSANT 1983, pl. 17-27.
  • 9 CROISSANT 1983, pl. 27, n° 50, pl. 26, n° 49.
  • 10 Cf. le type 13K, influencé par des modèles de Locres. Certains types de Géla présentent aussi des b (...)

32La structure du visage est comparable à celle des protomés que Croissant classe dans son « groupe C »8. Le visage ovale, de forme allongée, trouve son équivalent dans le type C5/a alors qu’en vue de profil il est proche du type C49. La coiffe à bandeaux superposés ne se rencontre à Sélinonte que sur un seul autre type10. Le deuxième exemplaire de ce type 4C montre que des structures aussi fines se prêtent mal à la plastique d’argile. Des résidus de matériau restent dans les fines rainures des moules, faisant ainsi perdre leur netteté aux éléments de la structure.

33Bien que l’artisan sélinontin se soit apparemment référé à des modèles chiotes pour la structure du visage, il traite de façon personnelle l’exécution des détails. Cela vaut aussi bien pour le bandeau de la coiffe que pour la forme de la protomé, dont l’élargissement vers le bas est typique des productions siciliennes.

TYPE 4D (PL. 20-21)

Quantité totale : 35 exemplaires
4D1 2 exemplaires
4D2 1 exemplaire
4Dal 11 exemplaires
4Da2 2 exemplaires
4Db1 12 exemplaires
4Db2 1 exemplaire
4Db3 6 exemplaires
Réduction entre 4D1 et 4D2 : 11 %
4Dal et 4Da2 15 %
4Dbl et 4Db2 11 %
4Db2 et 4Db3 19 %

La hauteur du visage de la variante 4Da1 correspond à celle de 4D2, comme celle de la variante 4Da2 à celle de 4Dbl.

4D1.1

34hv 4,6/hc 9,7/lh 5,7/lbc 5,9

35Argile n° 1. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Nez légèrement endommagé. Trou de suspension sur le voile.

4D1.2 (NI 758)

36hv 4,3/h 12,7/lh 5,1/lbc 8,4

37Argile n° 8a. Concrétions grises et taches brunes. Pièce recollée de deux fragments. Manque le bord du voile sur le côté droit. Trou de suspension sur le voile.

4D2.1

38hv 4,1/hc 8,7/lh 5,6/lbc 6,4

39Argile n° 3. Concrétions grises. Manque la partie inférieure. Trou de suspension sur le voile.

4Dal.l

40hv 4,2/h 11,9/lh 5,9/lb 9,7

41Argile n° 5a. Concrétions grises et restes d’engobe. Nez et joue droite endommagés. Trou de suspension au milieu du polos.

4Da1.2

42hv 3,9/hc 7,7/lhc 5

43Argile n° 7b. Concrétions gris brun et restes d’engobe. Fragment comprenant le visage avec polos. Trou de suspension sur le polos.

4Da2.1 (NI 10169)

44hv 3,5/h 10,2/lh 4,2/lb 8,7

45Argile n° 7b. Concrétions brunes. Nez et côté droit endommagés. Trou de suspension sur le polos.

4Db1.1

46hv 3,6/h 10,9/lh 4,4/lb 10,4

47Argile n° 6. Concrétions grises et restes d’engobe. Trou de suspension sur le voile.

4Db2.1

48hv 3,2/h 8,9/lh 4,7/lb 8,5

49Argile n° 4. Concrétions brunes. Trou de suspension au milieu du voile.

4Db3.1

50hv 2,6/h 8/lh 3,6/lb 6,9

51Argile n° 8b. Concrétions gris-brun. Cassure sur le bord gauche du voile latéral, au niveau de l’œil. Trou de sus pension sur le voile.

Description

52La protomé correspond à la forme a2.

53Le visage s’inscrit dans un ovale large. Les traits du visage sont accentués avec des joues légèrement renflées, des yeux obliques, globuleux, sans paupières plastiques, et un menton large et lourd. Le nez, à la racine forte, prolonge sans accident le plan du front. Le bout du nez est arrondi avec des ailes à peine détachées. Les lèvres esquissent un sourire, qui courbe la bouche et fait saillir les pommettes.

54Les cheveux au-dessus du front sont traités en mèches incisées verticalement, en fort relief, et ils dessinent un triangle. Au-dessus des cheveux sont posés le diadème et le voile, qui couvre le crâne et retombe de part et d’autre du cou. Les oreilles, que l’on peut considérer comme cachées sous le voile, ne sont pas indiquées.

55Variante 4Da : la protomé porte le polos et correspond à la forme b2.

56Variante 4Db : le plan facial est plus enflé et il n’y a presque pas de transition entre les joues et le menton. Les cheveux au-dessus du front ne sont pas détaillés, et ils dessinent une courbe régulière, qui répond à la courbe du menton.

Commentaire

  • 11 LANGLOTZ 1975, pl. 15, fig. 3-4, p. 141, pl. 15, fig. 5.

57Le visage présente une structure semblable à celle de la caryatide « ex-cnidienne » de Delphes et de la tête en bronze de Berlin, provenant de Cythère, qui en est très proche du point de vue du style11. La caryatide « ex-cnidienne » correspond particulièrement bien à notre type, avec ses petites joues pleines au-dessous desquelles on devine la structure osseuse, avec ses yeux obliques et la petite cavité qui marque l’angle interne de l’œil, ainsi qu’avec son menton délicat.

  • 12 Cf. CROISSANT 1983, p. 72 et n. 1.
  • 13 CROISSANT 1983, p. 71-82, pl. 17-18.

58L’attribution stylistique de la caryatide de Delphes est incertaine, mais on s’accorde généralement à y voir une création ionienne de l’Est12. Croissant l’a mise en relation avec son groupe C, qu’il propose d’attribuer à des artisans de Chios13.

  • 14 La forme de la bouche correspond à celle de la koré Acr. 675 : CROISSANT 1983, pl. 24.
  • 15 Cf. les considérations relatives à 12D : ci-après p.200-201.

59La concordance du type 4D avec la caryatide « ex-cnidienne » n’est évidemment pas absolue. La bouche de la protomé est un peu plus large14 et la coiffure, en particulier, se différencie de celle de la caryatide. Ce genre de mèches incisées verticalement se rencontre à Sélinonte sur deux autres types de protomés, 12D et 12E, ainsi que sur diverses statuettes du sanctuaire de la Malophoros15.

60La variante 4Db présente une structure du visage encore plus lourde et moins différenciée que sur 4D ; mais cela peut tenir à sa dimension réduite et à la qualité des exemplaires. On constate, en général, que les générations réduites d’un même type perdent en qualité et en finesse et que les traits du visage ainsi que le modelé des détails apparaissent moins soignés à cause du surmoulage. Tel n’est pas le cas toutefois de divers exemplaires de la variante 4Da, dont le modelé est souvent très précis.

TYPE 4E (PL. 22-23)

Quantité totale : 58 exemplaires
4E1 23 exemplaires
4E2 33 exemplaires
4Eal 2 exemplaires
Réduction entre : 4E1 et 4E2 : 10 %

La hauteur du visage de 4E2 correspond à celle de 4Ea1.

4E1.1

61hv 4,7/h 14/lh 6,6/lb 12,4

62Argile n° 6. Concrétions gris-brun. Cassure à droite au-dessous de l’oreille. Petit trou à gauche sur les cheveux au-dessus du front. Tresses sans structure et oreille gauche non modelée à cause d’un défaut du moule. Trou de suspension sur le polos.

4E1.2

63hv 4,8/hc 9,2/lh 7,2/lbc 7,9

64Argile n° 3. Concrétions gris-brun. Manque la partie inférieure. Oreille gauche non représentée. Trou de suspension sur le polos.

4E1.3

65hv 4,8/hc 10/lh 5„8/lbc 6,8

66Argile n° 3. Concrétions gris-brun et grains de sable. Manque la partie inférieure. Structure des tresses et boucle d’oreille à droite très bien conservées. Trou de suspension sur le polos.

4E2.1 (NI 276)

67hv 4,3/h 14/lh 6,8/lb 13„8

68Argile n° 5b. Concrétions grises et restes d’engobe. Manquent les oreilles, mais la boucle d’oreille à droite est conservée. Trou de suspension sur le polos.

4Ea1.1

69hv 4,1/hc 7,9/lh 6,1/lbc 10,1

70Argile n° 8b. Concrétions brunes et grains de sable. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du polos.

4Eal.2

71hv 4,3/hc 10,1/lh 7,3/lbc 6,5

72Argile n° 6. Concrétions gris-brun et grains de sable. Restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension sur le polos.

Description

  • 16 Un exemplaire du type 4E est publié par GABRICI 1920, p. 76, fig. 10 et GABRICI 1927, p. 267, pl. 5 (...)

73La protomé correspond à la forme b316.

74Le visage s’inscrit dans un ovale régulier, fermement délimité en bas et sur les côtés par le menton, les pommettes et les tempes. Les yeux obliques, au globe très proéminent, sont encadrés de paupières plastiques. Le nez, à la racine forte, prolonge sans accident le plan du front. Il a des ailes minces, à peine détachées. Il y a des exemplaires dont le nez montre un léger fléchissement en vue de profil, et d’autres avec un nez plus petit et plus droit, sans fléchissement vers le bout du nez. On doit admettre, dans ce cas, qu’il y a eu plusieurs moules du même type, qui diffèrent légèrement dans les détails du modelé facial. La bouche esquisse un sourire détendu et donne au visage une expression de douceur.

75Les cheveux, au-dessus du front et de part et d’autre du cou, sont structurés en rangs de perles ; ils descendent légèrement devant les oreilles. Au-dessus de la chevelure frontale il y a un diadème et un polos assez haut. L’oreille gauche n’est jamais représentée sur le type 4E ; et même à droite elle est à peine reconnaissable, mais on voit la boucle d’oreille en forme de disque plastique. Il s’agit probablement d’un défaut des moules.

76Les épaules, les seins et même le décolleté du vêtement sont indiqués en relief.

77Variante 4Ea : la variante 4Ea ne se distingue que par l’existence des oreilles, qui sont grandes, modelées en forme de volutes et ornées de boucles d’oreille, en forme d’anneau avec un pendentif allongé, qui représente probablement un bouton, comme on en trouvera un sur le type 5A.

78Aucun exemplaire entier n’est conservé de cette variante. Malgré cela il semble qu’elle était en forme de buste, comme l’indique le fragment 4Ea1.1. Les contours latéraux sont fortement échancrés, et la partie gauche montre le début de l’épaule.

Commentaire

79La structure du visage est très semblable à celle du type précédent. Mais le modelé de 4E donne l’impression d’être plus tendu que sur 4D, la transition entre les joues et le menton est plus élaborée et les yeux sont encadrés par des paupières plastiques. L’organisation de la chevelure frontale diffère aussi de celle de 4D et le voile latéral est remplacé par des tresses qui tombent sur les épaules. En outre, le type 4E est en forme de buste. Malgré ces différences, les deux types procèdent de la même conception stylistique, déjà définie à propos de 4D. Ils sortent très probablement du même atelier et ont peut-être été créés par le même artisan.

  • 17 GABRICI 1927, p. 267, pl. 55, fig. 1, p. 268, pl. 55, fig. 8.
  • 18 GABRICI 1927, p. 266-267, pl. 54. Gabrici insiste sur la dépendance de la tête de statuette, pl. 55 (...)

80On retrouve la même structure de visage sur une tête de statuette et sur un sphinx assis en terre cuite, qui proviennent également du sanctuaire de la Malophoros17. On constate seulement des différences de détail : les cheveux du sphinx sont modelés de façon un peu plus grossière, et ils tombent derrière les épaules. Une tête de terre cuite, de grandeur presque naturelle, trouvée dans le sanctuaire18, présente d’ailleurs une structure de visage très semblable.

  • 19 Ci-dessus n. 12.
  • 20 GABRICI 1920, p. 75-76, fig. 11, GABRICI 1927, p. 268 : il renvoie pour la protomé pl. 55, fig. 4, (...)
  • 21 GABRICI 1920, fig. 11.

81Ce type 4E peut être comparé, comme 4D, pour la structure du visage à la tête de la caryatide ex-cnidienne de Delphes19. Mais la structure des cheveux, ici encore, se différencie de celle de la caryatide. Gabrici a comparé le visage de 4E aux visages de différentes statuettes également trouvées dans le sanctuaire de la Malophoros20. Dans le cas d’une statuette qui a été trouvée intacte21, il s’agit d’un type qui tient un objet dans sa main droite et qui, avec la main gauche, relève son chiton. Ce genre de statuette aussi nous renvoie à la Grèce de l’Est.

  • 22 Ci-dessus n. 20.
  • 23 Les comparaisons de photographies sont toujours problématiques, en particulier lorsque l’angle de p (...)

82Ni 4D, ni 4E ne peuvent être directement rapportés à un modèle précis. La structure du visage rappelle clairement la Grèce de l’Est, probablement Chios, comme Croissant l’a montré. Contrairement à ce que l’on peut supposer pour les trois premiers types du groupe, le créateur de ces deux types ne s’est pas inspiré d’une protomé mais d’une statue ou d’une statuette. Il est même probable qu’il a utilisé ou adapté la partie supérieure d’un moule de statuette, car la tête d’une statuette très semblable a été trouvée dans le sanctuaire de la Malophoros22. La structure du visage y montre des formes un peu plus lourdes et un visage moins ovale que celui du type 4E. Quant au reste, les deux têtes paraissent se conformer au même modèle23.

83Si l’on excepte le fait que 4E est en forme de buste, et à part quelques différences de détail, les deux types 4D et 4E sont presque identiques. On ne peut donc déterminer avec certitude lequel des deux types est antérieur ; la morphologie paraît indiquer que 4E serait plutôt postérieur à 4D. Mais si l’on se souvient que les types 1A et 1Β offrent, au début de la production sélinontine, deux exemples de protomés en forme de buste, on admettra qu’il ne s’agit là que d’une hypothèse.

TYPE 4F (PL. 23)

Quantité totale : 1 exemplaire
4F1 1 exemplaire

4F1.1 (NI 168)

84hv 4,7/hc 7,8/lh 6,5/lbc 4,3

85Argile n° 4. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque la partie inférieure. Trou de suspension au milieu de la couronne.

Description

86Seule la tête est conservée ; la forme de la protomé est donc incertaine, mais il est probable qu’elle était en forme de buste.

87Le visage s’inscrit dans un ovale régulier, fermement délimité en bas et sur les côtés par le menton, les pommettes et les tempes. Les yeux, très ouverts avec un globe très proéminent, sont encadrés de paupières plastiques, qui ne se rejoignent pas à l’angle interne. Le nez à la racine forte prolonge sans accident le plan du front. Il a des ailes minces, à peine détachées. La bouche est peu souriante, avec des lèvres aux commissures ouvertes.

  • 24 Il s’agit probablement d’un défaut du moule.

88Les cheveux au-dessus du front et le long du cou sont structurés en rangs de perles ; ils descendent légèrement devant les oreilles, qui ne sont que très sommairement modelées24 mais ornées d’un disque plastique. La protomé ne porte pas de voile mais une couronne basse.

Commentaire

89La structure du visage de 4F présente des similitudes frappantes avec le type précédent 4E. Mais la surface est modelée plus sobrement, si bien que les pommettes ne sont guère accentuées, le menton paraît moins lourd et la transition entre les joues et le menton n’est presque pas marquée. La masse frontale des cheveux est aussi plus réduite et le léger repli des cheveux devant l’oreille est moins volumineux que pour 4E. Malgré ces différences, les deux types sont stylistiquement très proches et ont été inspirés des mêmes modèles grecs de l’Est, vraisemblablement chiotes. Mais contrairement aux types 4D et 4E, le type 4F est relativement éloigné du modèle originel et déjà imprégné par la tradition locale sélinontine, qui se caractérise par des traits sobres et austères, comme nous le verrons plus loin avec le groupe 12.

  • 25 GABRICI 1927, pl. 55, fig. 3, p. 267. AHRENS 1961-63, p. 111-112, fig. 73. Dans l’Antikenmuseum de (...)

90On a trouvé dans le sanctuaire une statuette dont le visage d’après les photographies publiées est très proche de 4E, mais surtout semblable, et peut-être même identique, à celui de 4F25 (Pl. 22). Il s’agit, en l’occurrence, d’une koré à mantelet oblique, en vêtement transparent, qui relève son chiton de la main gauche et tenait probablement de la main droite tendue une phiale, qui n’est pas conservée. Malheureusement nous n’avons pu voir cette statuette. Si une comparaison directe au musée confirme que les visages de la statuette et de la protomé 4F sont identiques et si les mesures concordent, on peut présumer qu’ici encore le moule d’une statuette a été utilisé pour la fabrication d’une protomé.

Notes

1 CROISSANT 1983, p 69-91 pl. 17-27.

2 En dernier lieu voir ROLLEY 1994, p. 270271, fig. 276.

3 Le visage de l’exemplaire de la deuxième génération n’est pas entièrement conservé.

4 CROISSANT 1983, pl. 24, n° 47.

5 CROISSANT 1983, pl. 17-22.

6 CROISSANT 1983, pl. 17 (caryatides « ex-cnidienne » et siphnienne de Delphes), pl. 18 (Niké de Délos MN 21), pl. 24 (koré Acr. 675).

7 Cf. ci-dessus, p. 75-76.

8 CROISSANT 1983, pl. 17-27.

9 CROISSANT 1983, pl. 27, n° 50, pl. 26, n° 49.

10 Cf. le type 13K, influencé par des modèles de Locres. Certains types de Géla présentent aussi des bandeaux superposés : UHLENBROCK 1988, pl. 37 fig. a, pl. 38, fig. a et c.

11 LANGLOTZ 1975, pl. 15, fig. 3-4, p. 141, pl. 15, fig. 5.

12 Cf. CROISSANT 1983, p. 72 et n. 1.

13 CROISSANT 1983, p. 71-82, pl. 17-18.

14 La forme de la bouche correspond à celle de la koré Acr. 675 : CROISSANT 1983, pl. 24.

15 Cf. les considérations relatives à 12D : ci-après p.200-201.

16 Un exemplaire du type 4E est publié par GABRICI 1920, p. 76, fig. 10 et GABRICI 1927, p. 267, pl. 55, fig. 4.

17 GABRICI 1927, p. 267, pl. 55, fig. 1, p. 268, pl. 55, fig. 8.

18 GABRICI 1927, p. 266-267, pl. 54. Gabrici insiste sur la dépendance de la tête de statuette, pl. 55, fig. 1, par rapport à cette tête en terre cuite.

19 Ci-dessus n. 12.

20 GABRICI 1920, p. 75-76, fig. 11, GABRICI 1927, p. 268 : il renvoie pour la protomé pl. 55, fig. 4, à la tête de la statuette pl. 55, fig. 1.

21 GABRICI 1920, fig. 11.

22 Ci-dessus n. 20.

23 Les comparaisons de photographies sont toujours problématiques, en particulier lorsque l’angle de prise des deux images à comparer n’est pas exactement le même.

24 Il s’agit probablement d’un défaut du moule.

25 GABRICI 1927, pl. 55, fig. 3, p. 267. AHRENS 1961-63, p. 111-112, fig. 73. Dans l’Antikenmuseum de Bâle, se trouve aussi une protomé, n° LU 89, qui doit dériver du même archétype, ou au moins du même moule que notre type 4F : cf. Antike Kunstwerke aus der Sammlung Ludwig II. Terrakotten und Bronzen, ed. E. BERGER. Basel 1982, p. 27-28, n° 89. Grâce à l’information aimablement communiquée par M. Schmidt nous avons pu vérifier que la hauteur du visage est exactement la même que celle du type 4F.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable