Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 2. Modèles milésiens

Texte intégral

9 types
887 exemplaires

TYPE

2A

2B

2C

2D

2E

2F

2G

2H

2J

quantité

3

24

511

157

60

69

2

2

59

générations

1

2

6

3

3

2

1

2

2

forme inconnue

X

forme a1

X

X

forme a2

X

X

X

forme b2

X

X

forme c3

X

  • 1 CROISSANT 1983, p. 49-67, pl. 7-16.

1Ce groupe 2 comprend les types de protomés dont la structure du visage se conforme à un modèle milésien, ou du moins constitue la transposition sélinontine d’un modèle créé à Milet. L’attribution à ce groupe « milésien » repose sur des comparaisons avec les protomés milésiennes importées à Géla, ainsi qu’avec les adaptations géléennes de protomés milésiennes, sur la base des critères stylistiques retenus par Croissant, en particulier pour la constitution de son groupe Β1.

2Le visage, qui s’élargit très nettement à la hauteur des pommettes, présente une forme aplatie, et le passage des joues au menton est à peine perceptible. Les yeux minces sont disposés presque à l’horizontale. Le nez est court et large et présente, en vue de profil, une extrémité arrondie qui se soulève légèrement pour dégager l’espace naso-labial. La bouche, plutôt large, exprime un léger sourire et la lèvre supérieure déborde la lèvre inférieure aux commissures.

  • 2 CROISSANT 1983, p. 67

3Au sein de ce groupe, seul le type 2A peut être reconnu comme une imitation milésienne. S’il n’était pas façonné en argile locale, il pourrait même être considéré comme une importation, d’autant plus que trois exemplaires seulement de ce type ont été trouvés dans le sanctuaire de la Malophoros, alors que les autres types du groupe 2 étaient abondamment représentés, à l’exception de 2G et 2H qui constituent, nous le verrons, des exceptions. Et d’ailleurs le type 2A se place, du point de vue chronologique, au début du groupe 2. L’époque de son apparition, comme celle des deux imitations samiennes 1A et 1B, peut être située autour de 540 av. J.-C. d’après la couche la plus ancienne de Géla contenant des protomés d’importation. Croissant a daté de la période 550-540 av. J.-C., sur la base de caractéristiques stylistiques, son type B3, qui apparaît comme le modèle de 2A2. Si l’on admet comme vraisemblable un court décalage chronologique entre le type B3 de Croissant et le type sélinontin, on constate que les deux analyses conduisent pratiquement au même résultat.

4Le visage du type 2B correspond aussi très exactement à des modèles milésiens : cela suffirait à le définir comme une imitation. Toutefois la chevelure frontale en godrons n’a évidemment pas été empruntée à la plastique milésienne. Cela révèle déjà un comportement éclectique, que nous aurons bien d’autres occasions d’observer à Sélinonte. L’apparition de ce type doit donc être de peu postérieure à celle de 2A.

  • 3 UHLENBROCK 1988, pl. 37, fig. a.
  • 4 CROISSANT 1983, p. 49-57, pl. 7-9. UHLENBROCK 1988, p. 104-105, pl. 37b.
  • 5 UHLENBROCK 1988, p. 83.
  • 6 ORLANDINI 1966, p. 24. En dernier lieu, voir CROISSANT 1999, p. 431-432.

5Le type 2C est attesté dans le sanctuaire par 511 exemplaires, soit approximativement un cinquième de la quantité globale des protomés que l’on y a trouvées. Ce type si largement diffusé à Sélinonte constitue, comme à Géla le « Blank Eye Type »3, dont il est très proche du point de vue du style et de la chronologie, l’adaptation locale d’un type milésien, désigné comme Β1 par Croissant, et dont un exem-plaire importé a été trouvé à Géla, dans la couche 5 de Bitalemi, antérieure à 540 av. J.-C.4. Le modèle imité est commun au « Blank Eye Type » et au type 2C, mais dans les deux cités la transformation locale s’est opérée dans des conditions différentes. A Sélinonte il paraît vraisemblable que cette transformation ne soit intervenue qu’après l’imitation 2A et l’adaptation éclectique 2B : elle serait alors datable de la fin du troisième quart du VIe siècle av. J.-C. Mais une telle datation ne s’accorde guère avec celle qu’a proposée Uhlenbrock pour son « Blank Eye Type », situé, à vrai dire sans arguments très convaincants, dans la période 520-500 av. J.-C.5. Orlandini, au contraire, consi-dérait le « Blank Eye Type » comme une des premières créations locales de Géla et le datait peu après 540 av. J.-C.6, ce qui correspond en gros à ce que nous venons de supposer pour le type sélinontin.

6Le type 2D, pour la structure du visage et les yeux, suit encore de près les modèles milésiens. Et c’est surtout la morphologie (polos ouvert, bandeau de la coiffe incisé et forme de la protomé) qui lui donne un caractère local. Ce sont ces détails, qui relèvent d’une intervention originale de l’artisan sélinontin, et deviennent typiques de la production locale, ainsi que des traits comme l’ébauche du canal lacrymal à l’angle interne de l’œil et les commissures des lèvres légèrement inclinées vers le bas, qui invitent à situer l’apparition du type dans le dernier quart du VIe siècle av. J.-C.

7Avec les types 2E et 2F, la dépendance de la structure du visage par rapport aux modèles milésiens se fait moins précise, et les caractéristiques locales prennent le dessus. Elles sont sensibles surtout dans les grands yeux horizontaux, le nez s’élargissant vers le bas et le menton lourd. Le bord large des paupières de 2F constitue un trait sélinontin qui se retrouve sur la plupart des types des groupes 3 et 12, deux groupes dominés par des aspects locaux. L’apparition de ce type peut donc être raisonnablement située à la fin du VIe siècle av. J.-C.

8Le prototype ou le modèle des trois types 2G, 2H et 2J n’est pas une protomé milésienne, mais probablement une statue ou une statuette : c’est en tout cas ce que font supposer le polos et la chevelure frontale traitée en relief plastique. Malheureusement la partie inférieure de 2G manque, ce qui fait que la forme n’est pas connue. Il n’est donc pas exclu qu’il se soit agi, comme pour le type 2H, d’un buste. L’expression sereine de la bouche aux lèvres fermées, la chevelure frontale qui, sur le type 2G, s’abaisse légèrement devant l’oreille, le menton lourd et la forme en buste de 2H permettent de situer les trois types à la fin du VIe siècle av. J.-C.

9Contrairement au groupe 1, on a affaire ici à un groupe relativement homogène : cinq types sur neuf y suivent le schéma usuel du voile tiré sur la tête et de l’himation latéral. Deux toutefois, 2B et 2C, présentent une chevelure frontale à la place du bandeau de la coiffe, et un autre, 2D, n’a pas de voile sur la tête, mais un polos bas et ouvert. Seuls trois types, 2G, 2H et 2J, se différencient nettement : tous trois peuvent probablement être rapportés à des modèles de statuettes. Ils sont pourvus d’un polos. La morphologie du type 2G n’est pas sûre, car on ne possède que des fragments ; il était probablement semblable à 2H, en forme de buste avec tresses latérales. On notera toutefois que le type 2J, dont le visage est pratiquement identique à celui de 2H, présente la forme b2.

TYPE 2A (PL. 9)

Quantité totale : 3 exemplaires
2A1 3 exemplaires

2A1.1

10hv 4,5/h 8,4/lh 5,4/lb 5,2

11Argile n° 3. Concrétions grises foncées et grains de sable. Nez endommagé, de même que le voile, au milieu en haut et au-dessus de l’oreille gauche.

Description

12La protomé correspond à la forme a1 ; les côtés se resserrent légèrement au-dessus les oreilles.

13Le visage large et rond montre un plan facial comme aplati, qui intègre les joues presque sans transition. Seul le menton rond émerge, en vue frontale, sa courbure répondant à l’arc du bandeau de la coiffe, ce qui ne l’empêche pas de paraître plutôt fuyant de profil. La position des yeux est asymétrique : l’œil gauche est presque parfaitement horizontal, l’œil droit est oblique. Ils sont petits et minces, encadrés de fines paupières. La bouche, à demi souriante, est plutôt petite, et la lèvre supérieure déborde aux commissures.

14Les oreilles sont petites, structurées par deux lignes parallèles, et ornées d’un disque. Derrière le bandeau de la coiffe, souligné par une ligne gravée, un diadème orne le voile, qui retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou.

Commentaire

  • 7 CROISSANT 1983, pl. 13, n° 26, pl. 14, n° 23-25.
  • 8 CROISSANT 1983, pl. 13, n° 22.

15Le type présente une large concordance, pour la morphologie comme pour la structure du visage, avec le type que Croissant a appelé B3 et qu’il a attribué à un atelier de Milet7 On constate une légère différence dans la forme de la bouche : sur 2A, la lèvre inférieure est en net retrait par rapport à la lèvre supérieure, et, comme ce trait se retrouve sur d’autres types sélinontins, il est possible qu’il s’agisse d’une particularité locale. Mais l’asymétrie des yeux du type 2A se rencontre également sur le type B3 de Croissant. On observe parfois dans la série des protomés de telles asymétries, qui, si elles ne sont pas accidentelles, peuvent correspondre à une intention expressive. Une deuxième différence par rapport au type B3 réside dans le profil : le menton de la protomé sélinontine est moins prononcé ; mais c’est aussi le cas pour le type B2/c de Croissant8. En fin de compte ces différences sont donc minimes, et le type 2A peut être considéré comme l’exacte imitation d’un modèle milésien.

TYPE 2B (PL. 9)

Quantité totale : 24 exemplaires
2B1 13 exemplaires
2B2 11 exemplaires
Réduction entre 2B1 et 2B2 : 12 %

2B1.1

16hv 4,5/h 8,4/lh 5,4/lb 5,2

17Argile n° 6. Concrétions brunes et grains de sable. Nez endommagé. Trou de suspension au milieu du crâne.

2B2.1

18hv 4,5/h 8,4/lh 5,4/lb 5,2

19Argile n° 7b. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe.

Description

  • 9 Un exemplaire du type 2B est publié par GABRICI 1927, p. 217-218, pl. 40, fig. 1.

20La protomé correspond à la forme a1 ; les côtés se resserrent légèrement au-dessous des oreilles9.

21Le visage large est souligné par un menton fort, légèrement saillant en vue de profil. Au-dessus des sourcils horizontaux les yeux sont allongés et obliques. Ils sont encadrés de fines paupières, qui ne se rejoignent pas à l’angle interne. La bouche aux lèvres minces, aux commissures ouvertes, esquisse un demi-sourire qui creuse légèrement les joues.

22Le front est large et recouvert en haut par une frange en festons. La tête est ornée du diadème et du voile, qui couvre le crâne et retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou. Les oreilles, ornées d’un disque, sont modelées sommairement.

Commentaire

  • 10 CROISSANT 1983, pl. 9, n° 18.
  • 11 Une protomé semblable au type 2B a été trouvée à Morgantina : BELL 1981, pl. 11, fig. 42.
  • 12 BLINKENBERG 1931, pl. 118, fig. 2494, 2495, 2506. Clara Rhodos 3, p. 127, fig. 119. CROISSANT 1983, (...)
  • 13 Cf. CROISSANT 1983, groupe B, pl. 716 : seules exceptions, les coiffures frontales en relief des ty (...)

23Le type 2B présente des analogies dans la structure du visage avec les protomés que Croissant attribue à un atelier de Milet, en particulier avec son type B2/a10. Le visage de 2B paraît un peu plus anguleux, et la surface en est moins tendue et précise que sur ce type B2/a. Le visage sélinontin ne possède pas le même cohérence interne que son modèle grec de l’Est, et, comme c’est souvent le cas dans les imitations sélinontines et plus généralement siciliennes11, il paraît constitué d’éléments juxtaposés. L’agencement de la chevelure frontale en forme de godrons est bien attesté par d’autres protomés siciliennes. Et même si l’on connaît en Grèce de l’Est un traitement similaire de la chevelure frontale12, il est clair que ce n’est pas un trait milésien13.

  • 14 Voir à ce propos BELL 1981, p. 17 : « The local coroplasts retouched their molds ; one characterist (...)

24Bien que par la structure du visage le type 2B se réfère au style milésien il ne paraît pas possible de lui trouver un modèle direct. La structure capillaire frontale a été empruntée à d’autres modèles et le léger rétrécissement du voile au-dessous des oreilles peut être considérée comme un trait local14. Le type n’est donc pas, comme le précédent 2A, une imitation locale d’après modèle milésien, mais la création éclectique d’un artisan sélinontin.

TYPE 2C (PL. 9-10)

Quantité totale : 511 exemplaires
2C1 20 exemplaires
2C2 148 exemplaires
2C3 102 exemplaires
2C4 157 exemplaires
2C5 79 exemplaires
2C6 5 exemplaires
Réduction entre 2C1et 2C2 : 14%-18%
2C2 et 2C3 : 17%-19%
2C3 et 2C4 : 16%-18%
2C4 et 2C5 : 10%-21%
2C5 et 2C6 : 17 %-19 %

2C1.1

25hv 5,6/hc 13,1/lh 8,4/lbc 5,3

26Argile n° 8b. Concrétions brunes et restes d’engobe. Manque l’extrémité gauche de la partie inférieure. Trou de suspension sur le crâne.

2C2.1

27hv 4,6/h 10/lh 5,7/lb 7,8

28Argile n° 8b. Concrétions brunes et grains de sable.

2C3.1

29hv 3,8/h 8,8/lh 5,2/lb 6,4

30Argile n° 8a. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe.

2C4.1

31hv 3,2/h 8,6/lh 4,3/lb 6,1

32Argile n° 8b. Concrétions brunes. Trou sur le côté gauche du diadème, un autre sur le côté droit du voile, à cause d’un défaut de cuisson. Trou de suspension sur le crâne.

2C5.1

33hv 2,9/h 7,8/lh 3,9/lb 66,2

34Argile n° 1. Concrétions grises. Trou de suspension au milieu du crâne.

2C6.1

35hv 2,4/h 6,5/lh 3,5/lbc 3,7

36Argile n° 1. Concrétions brunes. Manque l’extrémité droite. Trou de suspension sur le crâne.

Description

37La protomé correspond à la forme a2.

38Le visage large et plutôt rond est organisé à partir d’un plan facial qui intègre les joues presque sans transition. Le nez court et large, dont l’extrémité s’arrondit en vue de profil, se redresse légèrement par rapport au plan du front. Les yeux sont petits mais bien ouverts et globuleux, encadrés de paupières très fines. Au-dessous des lèvres souriantes, aux commissures ouvertes, le menton à la fois saillant et empâté, assure une transition douce entre les joues et le cou.

39Les cheveux sont structurés en petits godrons, qui s’achèvent aux oreilles, modelées sommairement. La tête est ornée du diadème et couverte du voile, qui retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou.

Commentaire

40On a trouvé dans le sanctuaire 511 exemplaires du type 2C, qui se subdivisent en six générations. Ce type est donc doublement remarquable : d’abord par la quantité (ses exemplaires constituent à peu près le cinquième de la totalité des protomés du sanctuaire), ensuite par le nombre des générations représentées. Dans les publications de protomés de tels résultats sont sans parallèle.

  • 15 CROISSANT 1983, pl. 7, n° 13.

41Il suffit d’une comparaison avec le type B1/a15 de Croissant pour voir que le type 2C résulte de la transformation locale d’un modèle milésien. Mais le visage du type sélinontin n’a pas la même largeur au niveau des oreilles, la bouche est moins travaillée, les yeux sont plus écartés et, en vue de profil, la pointe du nez n’est pas relevée comme sur la protomé ioniene. Les oreilles aussi ne sont que sommairement façonnées, la chevelure frontale modelée en courts godrons, et le voile latéral présente l’élargissement vers le bas qui est caractéristique de Sélinonte.

  • 16 UHLENBROCK 1988, p. 38-43, p. 82-83, pl. 37.
  • 17 UHLENBROCK 1988, pl. 37, fig. a.

42Malgré toutes ces subtiles différences, la ressemblance de cette structure de visage avec celle de B1/a est incontestable. A Géla aussi on a des adaptations locales de modèles milésiens, ce qui n’est pas une surprise car sur ce site, à différence de Sélinonte, la fouille a livré, en stratigraphie, des protomés milésiennes importées16. Et l’influence du style milésien apparaît comme très répandue parmi les protomés de Géla. Le type ionien de l’Est désigné par Croissant comme B1/a a notamment été exporté à Géla, et le « Blank Eye Type » de Géla en constitue la transformation locale17. Or il présente la même forme de visage que le type 2C de Sélinonte. De plus, dans le modèle transformé de Géla les joues ne sont pas aussi larges que celles de la protomé milésienne qui définit le type B1/a de Croissant, alors que le nez présente le même os nasal robuste avec de petites ailes charnues que notre type 2C. Mais la vue de profil du type de Géla n’ayant pas été publiée, on ne peut que supposer à cet égard une concordance parfaite.

  • 18 UHLENBROCK 1988, pl. 38-39.

43Les deux types de Géla et de Sélinonte se différencient dans le modelé des yeux et de la région de la bouche et du menton. Les yeux ont presque la même forme mais à Sélinonte les paupières sont bordées par un fin liseré, qui manque sur le type de Géla. En revanche la bouche de celui-ci est plus finement et plus précisément modelée et le passage entre le nez et la lèvre supérieure est traité en relief. Le « Blank Eye Type » existe en plusieurs versions18, mais aucune ne présente le même modelé de la chevelure frontale que le type 2C de Sélinonte.

44Les deux types, le « Blank Eye Type » de Géla et notre 2C, se rattachent de toute façon au même type milésien, qui doit être le type B1/a de Croissant. Tous deux en constituent la transformation locale, en association avec des composantes qui sont indépendantes l’une de l’autre. Et bien que le « Blank Eye Type » de Géla ait été produit en différentes versions, le type sélinontin 2C ne dérive d’aucune d’entre elles, mais paraît se rattacher directement au type milésien B1/a. Ce résultat illustre de manière frappante comment, à partir des mêmes modèles grecs, se sont développées dans les ateliers coloniaux des adaptations locales distinctes, et sensiblement différentes, notamment en Sicile dans des cités pourtant très voisines.

Type 2D (PL. 10)

Quantité totale : 157 exemplaires
2D1 56 exemplaires
2D2 100 exemplaires
2D3 1 exemplaires
Réduction entre 2D1 et 2D2 : 15 %
2D2 et 2D3 : 20 %

2D1.1

45hv 4,4/h 10,9/lhc 5,4/lb 7,9

46Argile n° 8a. Concrétions gris-brun et grains de sable. Restes d’engobe. Manque l’extrémité gauche de la couronne. Nez et extrémité gauche de la partie inférieure endommagés. Bandeau de la coiffe orné de deux lignes, gravées après moulage.

2D2.1

47hv 3,8/h 9,2/lh 5,4/lb 6,9

48Argile n° 8b. Concrétions gris foncé. Nez légèrement endommagé.

2D2.2

49hv 3,7/h 9,7/lh 4,6/lb 6,7

50Argile n° 2. Concrétions grises. Trou de suspension au milieu du crâne. Moule encrassé.

2D3.1

51hv 3,1/h 7,5/lh 4,2/lb 5,5

52Argile n° 8b. Concrétions grises et grains de sable. Nez et bord de la couronne légèrement endommagés.

Description

53La protomé correspond à la forme b2.

54Le visage large intègre les joues rondes par une transition presque insensible. Le menton, large et rond, n’émerge presque pas du plan facial ; en vue de profil il est plutôt fuyant. Les yeux effilés, asymétriques comme ceux du type 2A, sont encadrés de paupières très fines, qui disparaissent quand le moule n’est pas tout à fait propre. Les lèvres, peu souriantes, ont des commissures ouvertes, qui retombent légèrement de profil. Le nez, fin et court, dont l’arête est accentuée, est relevé en vue de profil et dégage l’espace naso-labial.

55Le bandeau de la coiffe est structuré par deux lignes gravées ; il est accentué au milieu du front par un angle obtus. Derrière le bandeau s’élève le diadème. Le crâne n’est pas recouvert par le voile, comme d’ordinaire sur les protomés ioniennes, mais coiffé d’un polos bas, ouvert à l’arrière. Le voile, ramené derrière les oreilles, qui sont décorées d’un disque, retombe de part et d’autre du cou.

Commentaire

  • 19 CROISSANT 1983, p. 7-9, n° 11-16. Le type en question présente la même asymétrie que le type 2A dan (...)

56Ce type présente dans la structure du visage une composante milésienne. Une comparaison avec les types B1/a et B1/b de Croissant montre à cet égard une évidente parenté, ainsi que pour le modelé des yeux et de la bouche19.

57Malgré l’impression globale de ressemblance, on constate dans le détail de nombreuses différences. Les oreilles de 2D n’ont pas de volutes ornementales, mais sont modelées de façon simple et presque plate et, de plus, sont ornées d’un disque. Le bandeau de la coiffe et le diadème tombent presque droit vers les oreilles et n’affectent pas la forme bombée, qui est fréquente sur les protomés ioniennes. Le bandeau de la coiffe du type 2D forme au contraire un angle obtus au milieu du front, et il est orné de deux lignes gravées. La tête de la protomé sélinontine n’est pas couverte d’un voile mais porte un polos très bas, ouvert, comme de nombreuses protomés siciliennes : 2D se différencie donc nettement de l’image habituelle des protomés ioniennes qui, en général, correspondent à la forme a1. Le contour de la protomé se rétrécit en outre au niveau des oreilles, s’élargit nettement vers le bas, et correspond de ce fait à la forme b2, qui est fréquente en Sicile.

58Bien que la structure du visage se réfère à un schéma milésien, les différences de détail que nous avons relevées révèlent évidemment l’activité d’un artisan local. Ce type 2D doit être apparu à une époque où les artisans locaux ne se conforment plus strictement aux modèles grecs de l’Est, mais introduisent dans la conception et le modelé des idées personnelles, amorçant ainsi la création d’un style éclectique.

TYPE 2E (PL. 11)

Quantité totale : 60 exemplaires
2E1 25 exemplaires
2E2 34 exemplaires
2E3 1 exemplaires
Réduction entre 2E1et 2E2 : 18 %
2E2 et 2E3 : 15 %

2E1.1(NI 135)

59hv 6,7/h 15,7/lh 8,8/lb 10,4

60Argile n° 8b. Concrétions brunes. Restes d’engobe. Bord gauche endommagé au niveau de l’oreille.

2E1.2

61hv 6,8/hc 10,2/lh 8,4/lbc 8,3

62Argile n° 8b. Concrétions grises. Restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton. Nez légèrement émoussé. Trou de suspension au milieu du crâne.

2E2.1

63hv 5,5/h 12,5/lh 7,8/lb 8,2

64Argile n° 8b. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Bords légèrement endommagés. Trou de sus pension au milieu du crâne.

2E3.1

65hv 4,7/hc 6,9/lhc 5/lbc 4

66Argile n° 8b. Concrétions brunes et grains de sable. Fragment comprenant la moitié droite du visage avec une partie du voile.

Description

67La protomé correspond à la forme a2. Le voile se resserre légèrement au niveau des oreilles.

68Le visage est large, et le plan facial intègre les joues par une transition presque insensible. Le nez, court et élargi aux narines, arrondi en vue de profil, dégage l’espace naso-labial. Les yeux horizontaux sont cernés de paupières épaisses. Au-dessous des lèvres à peine souriantes émerge le menton rond et lourd. La rondeur du menton répond à la courbe du bandeau de la coiffe, qui dégage le milieu du front.

69Au-dessus du bandeau de la coiffe s’élève le diadème, souligné par une ligne gravée. Les oreilles sont grandes, structurées par deux lignes parallèles, et ornées d’un disque. Le voile couvre le crâne et, ramené derrière les oreilles, retombe de part et d’autre du cou.

Commentaire

  • 20 CROISSANT 1983, pl. 13, n° 26.

70Ce type présente lui aussi une certaine analogie, dans la structure du visage, avec les protomés du groupe Β de Croissant. En particulier, son type B3 concorde avec celui-ci, pour l’agencement du visage, aussi bien de face que de profil20. Mais le visage de la protomé sélinontine a un aspect plus arrondi et plus plein que les exemplaires de B3 ; le menton est en outre plus lourd et la verticalité du profil est plus marquée, spécialement dans la ligne du front et du nez. Et il est un autre point sur lequel 2E se distingue nettement des types milésiens : la forme du bord des paupières. Celui-ci est en effet très épais, et c’est une caractéristique que l’on retrouvera sur la plupart des types des groupes 3 et 12. Ces paupières épaisses constituent un caractère spécifique, apparemment local, des protomés de Sélinonte.

TYPE 2F (PL. 11-12)

Quantité totale : 69 exemplaires
2F1 27 exemplaires
2F2 42 exemplaires
Réduction entre 2F1et 2F2 : 11 %

2F1.1

71hv 3,8/hc 8,2/lh 5,6/lbc 4,2

72Argile n° 8b. Concrétions grises. Manque la partie inférieure. Nez et lèvres endommagés.

2F1.2

73hv 3,8/h 10,2/lh 5/lb 6,7

74Argile n° 8a. Concrétions brunes et restes d’engobe.

2F2.1

75hv 3,4/h 8,5/lh 4,5/lb 5,6

76Argile n° 4. Concrétions grises et restes d’engobe. Nez endommagé.

Description

  • 21 CROISSANT 1983, p. 7-9, n° 11-16. Le type en question présente la même asymétrie que le type 2A dan (...)

77La protomé correspond à la forme a2. Les côtés se resserrent au niveau des oreilles21.

78Le visage paraît rond, bien que la moitié inférieure soit triangulaire, parce que le plan facial s’élargit au niveau des oreilles et se rétrécit vers le menton. Les yeux globuleux et les sourcils sont horizontaux, comme les lèvres bien serrées mais ouvertes aux commissures ; cela donne au visage une expression très sérieuse.

Commentaire

  • 22 BELL 1981, pl. 8. fig. 33a.

79Le type, créé par un artisan local, dérive du type précédant 2E, qui était encore assez fortement influencé par le style ionien, et précisément milésien. Mais 2 F est encore plus loin de la source originelle, les détails, les yeux, la bouche, les oreilles et le bandeau de la coiffe, sont travaillés dans la manière locale, qu’on observe aussi sur d’autres sites siciliens, comme par exemple à Morgantina22. Mais sans doute cette manière « locale » dérive-t-elle en réalité d’une influence du style punique : nous verrons que c’est encore plus net pour le groupe 3.

TYPE 2G (PL. 12)

Quantité totale : 2 exemplaires
2G1 2 exemplaires

2G1.1

80hv 8,3/hc 12,1/lhc 6,5/lbc 6,9

81Argile n° 5a. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque la partie inférieure et une partie du côté gauche du visage.

Description

82Seule une partie de la tête est conservée, et l’on ne connaît pas la forme exacte de la protomé.

83Le visage plein, légèrement ovale, est caractérisé par des formes douces, qui montrent des transitions presque insensibles. Le nez est très court et dégage fortement l’espace naso-labial. Les yeux en amandes globuleuses ne sont pas encadrés de paupières plastiques, et les arcades sourcilières sont à peine indiquées en relief.

84La structure des cheveux au-dessus du front n’est pas identifiable, mais les cheveux s’abaissent légèrement devant l’oreille, qui est assez grande, modelée en forme de volute et ornée d’un disque plastique. Au-dessus des cheveux s’élèvent le diadème et le polos.

Commentaire

  • 23 Cf. ci-dessus, n. 1.

85Les formes délicates et les transitions douces confèrent au visage un rayonnement tranquille qui s’exprime pleinement surtout dans le profil, bien conservé. Le visage doux, arrondi, avec un remarquable élargissement au niveau des pommettes présente, là encore, une nette parenté de style avec le groupe Β de Croissant23. Le profil également confirme la présence de cette composante milésienne : un nez fin et court, à profil légèrement concave, dont l’extrémité est relevée et dégage l’espace naso-labial, ainsi qu’une région de la bouche et du menton modelée avec douceur, et presque verticale.

86Le type 2G n’a pas eu comme modèle une protomé milésienne mais probablement une statuette, ou peut-être un vase plastique. Cela ressort d’abord du fait que l’artisan n’a pas recouvert d’un voile la tête de 2G comme c’est l’habitude pour les protomés milésiennes mais qu’il l’a coiffée d’un polos.

  • 24 Cf. E. LANGLOTZ/M. HIRMER, Die Kunst der Westgriechen in Sizilien und Unteritalien (1963), pl. 39, (...)

87Un phénomène semblable a été constaté pour les type 1A et 1B. Ces deux types aussi dépendent de modèles en ronde bosse, pour le type 1A on connaît même la statuette. Il est probable que pour le type 2G il s’agit d’un fait parallèle, mais avec des traits du visage influencés par le style milésien, non par le style samien. Pour le type 2G on ne connaît pas le modèle précis, et il est difficile de trouver des exemplaires dont il a pu s’inspirer. Mais on peut tout de même rappeler les nombreuses statuettes assises en terre cuite, trouvées en Sicile et en Italie méridionale, qui montrent la même silhouette, la conception frontale et le visage marqué, d’allure encore archaïque, bien qu’elles datent de la période classique24.

  • 25 CROISSANT 1983, pl. 14-16, n° 24, 27-30.
  • 26 CROISSANT 1983, p. 60-64, pl. 14-15.
  • 27 CROISSANT 1983, p. 65.

88On constate aussi que les yeux du type 2G sont globuleux et façonnés sans encadrement plastique. Parmi les protomés du groupe Β de Croissant, seuls les type B4 et B525 montrent des yeux globuleux, et ils font figure d’exceptions ; mais ce modelé se retrouve sur des documents de la statuaire attribuables aux ateliers milésiens, comme la sirène de Copenhague et la tête de Kéramos26. Cela dit, la bouche de 2G est moins large que celles des protomés du groupe Β de Croissant. Seul son type B5 présente non seulement des yeux globuleux mais aussi une forme de bouche comparable à celle de 2G. Et il considère ce type B5 « ...comme la « vulgarisation », sans finesse excessive, de visages idéalisés comme ceux de la tête d’Ephèse... »27.

89Malgré ces comparaisons ponctuelles qui confirment l’existence d’une composante milésienne dans la structure et le modelé du visage de 2G, le type sélinontin ne trouve pas en milieu milésien de parallèle direct. Mais l’état fragmentaire du seul exemplaire conservé, qui ne permet pas de déterminer la forme exacte de la protomé, rend évidemment très aléatoire la recherche de l’éventuel modèle. Aussi la datation du type 2G pose-t-elle des problèmes difficiles, en l’absence d’une publication systématique des statuettes trouvées au sanctuaire de la Malophoros.

TYPE 2H (PL. 12-13)

Quantité totale : 2 exemplaires
2H1 1 exemplaire
2H2 1 exemplaire
Réduction entre 2H1 et 2H2 : 16 %

2H1.1 (NI 10200)

90hv 5,1/h 14,2/lh 5,9/lbc 6,2

91Argile n° 8a. Concrétions grises et grains de sable. Taches blanches. Restes d’engobe. Manquent les deux extrémités latérales.

2H2.1 (NI 737)

92hv 4,3/h 13,1/lhc 5,3/lbc 9,4

93Argile n° 3. Concrétions gris-brun. Taches brunes. Restes d’engobe. Manque l’extrémité droite et le bord gauche du polos. Trou de suspension au milieu du polos.

Description

94La protomé correspond à la forme b3.

95Le visage ovale est caractérisé par de grands yeux, encadrés de paupières fines, par un nez court et charnu à son extrémité et par des lèvres pleines, à peine souriantes. Le menton est rond et lourd, un peu empâté. En vue de profil, le nez dégage beaucoup l’espace naso-labial.

96Les oreilles, modelées sommairement, sont ornées d’un disque plastique. Les cheveux sont stylisés en godrons épais. La tête est couronnée d’un polos bas, et sur les épaules tombent trois tresses, structurées en rangs de perles. Les seins et le décolleté sont travaillés en relief.

97L’exemplaire de la deuxième génération montre une partie inférieure plus longue et un polos plus haut ; c’est sans doute pour l’artisan une manière de compenser la réduction.

Commentaire

98La structure du visage de 2H correspond largement à celle du type précédent, 2G. Ici aussi, c’est la référence milésienne qui détermine la structure du visage. On relève, toutefois, une différence dans la forme de la bouche, dont les lèvres sont un peu plus épaisses. En vue frontale le nez de 2H présente un élargissement des ailes. En vue de profil, par contre, il y a concordance. On peut supposer que les deux types, 2G et 2H, procèdent d’un modèle semblable, qui pouvait être une statuette.

TYPE 2J (PL. 13)

Quantité totale : 59 exemplaires
2J1 36 exemplaires
2J2 23 exemplaires
Réduction entre 2J1 et 2J2 : 18 %

2J1.1 (NI 10216)

99hv 5,4/h 11,8/lh 5,3/lbc 7,1

100Argile n° 3. Concrétions gris foncé et taches blanches. Restes d’engobe. Traces de couleur rouge sur le polos. Manque l’himation à gauche.

2J1.2 (NI 10215)

101hv 5,4/h 11,6/lh 6,7/lbc 6,2

102Argile n° 7b. Concrétions gris-brun et taches blanches. Brisé obliquement à gauche du visage.

2J2.1

103hv 4,5/h 11,1/lh 5,9/lbc 4,6

104Argile n° 8a. Concrétions grises. Manque la partie inférieure à gauche. Menton et polos à gauche légèrement endommagés. Trou de suspension sur le polos.

2J2.2

105hv 4,5/h 9,1/lhc 4,3/lbc 6,9

106Concrétions brunes et grains de sable. Taches blanches. Manque l’himation à gauche. Trou sur la joue gauche. Nez légèrement émoussé.

2J2.3

107hv 4,5/h 9,4/lh 5,8/lbc 2,3

108Argile n° 8a. Concrétions gris-brun. Manquent les trois quarts de la partie inférieure. Trou de suspension au milieu du diadème.

Description

  • 28 Un exemplaire est publié par GABRICI 1927, p.275, pl. 61, fig.1.

109La protomé correspond à la forme b228.

110Le visage allongé est dominé par le nez gros, aux narines débordantes. Les yeux effilés sont cernés de paupières fines. Les joues et le menton large montrent des formes pleines et légèrement enflées. Le nez prolonge sans accident le plan du front et dégage l’espace naso-labial.

111Il y a une série de protomés qui est travaillée d’une manière moins soigneuse. Le visage montre une forme plus ronde et plus enflée, et le polos est souvent plus bas. Il s’agit de 13 exemplaires de la première génération et de 15 exemplaires de la deuxième.

112La chevelure frontale est stylisée en godrons ; à l’arrière est posé le polos. Les oreilles, modelées en volute, sont ornées d’un disque. La partie inférieure n’est pas structurée.

Commentaire

113Les exemplaires de 2J qui sont soigneusement façonnés possèdent une grande analogie avec le type 2H. Le visage est certes un peu plus allongé que celui de 2H ; et au lieu des tresses perlées latérales on a ici un himation, en sorte que la morphologie du type en question ne correspond pas à la forme b3 mais à la forme b2.

114Mais malgré ces variations de détail on retrouve ici des visages presque identiques, avec la transition harmonieuse des joues au menton, avec le fin modelé des yeux, bien visible sur 2H1.1, et les lèvres sensuelles et légèrement souriantes. La ligne du profil aussi, bien équilibrée, est la même pour les deux types ; le menton des exemplaires de la série plus soignée (2J1.1) est légèrement plus fuyant, alors que celui de la série moins soignée (2J1.2) correspond exactement au type 2H. La structure de la chevelure frontale en godrons est aussi modelée de la même façon pour les deux types 2H et 2J. Seule l’oreille de 2H pénètre un peu plus haut dans la structure de la chevelure frontale.

115Il est donc très probable que 2J est l’œuvre du même artisan qui a produit 2H. Celui-ci n’est représenté que par deux exemplaires de hauteurs différentes. 2J, par contre, a été produit en masse : 59 exemplaires, de deux hauteurs différentes, ont été trouvés. Et la production en masse se traduit aussi par une qualité inégale. Une comparaison des deux exemplaires 2J1.1 et 2J1.2 met en évidence les différences, dues à la qualité des moules, dans la reproduction d’un même type.

116Les considérations stylistiques formulées pour les types 2G et 2H sont valables aussi pour le type 2J. Bien que 2J n’ait pas été modelé en forme de buste, il remonte au même modèle que 2H, modèle qui appartient probablement à la statuaire.

Notes

1 CROISSANT 1983, p. 49-67, pl. 7-16.

2 CROISSANT 1983, p. 67

3 UHLENBROCK 1988, pl. 37, fig. a.

4 CROISSANT 1983, p. 49-57, pl. 7-9. UHLENBROCK 1988, p. 104-105, pl. 37b.

5 UHLENBROCK 1988, p. 83.

6 ORLANDINI 1966, p. 24. En dernier lieu, voir CROISSANT 1999, p. 431-432.

7 CROISSANT 1983, pl. 13, n° 26, pl. 14, n° 23-25.

8 CROISSANT 1983, pl. 13, n° 22.

9 Un exemplaire du type 2B est publié par GABRICI 1927, p. 217-218, pl. 40, fig. 1.

10 CROISSANT 1983, pl. 9, n° 18.

11 Une protomé semblable au type 2B a été trouvée à Morgantina : BELL 1981, pl. 11, fig. 42.

12 BLINKENBERG 1931, pl. 118, fig. 2494, 2495, 2506. Clara Rhodos 3, p. 127, fig. 119. CROISSANT 1983, pl. 92, n° 143.

13 Cf. CROISSANT 1983, groupe B, pl. 716 : seules exceptions, les coiffures frontales en relief des types B4/b (qui doit être une adaptation thasienne : voir p. 61-62) et B5, pl. 14-16. Pour le problème de la coiffure, cf. aussi CROISSANT 1983, groupe K, p. 225-227.

14 Voir à ce propos BELL 1981, p. 17 : « The local coroplasts retouched their molds ; one characteristic change is the pulling of the veil inwards under the chin... »

15 CROISSANT 1983, pl. 7, n° 13.

16 UHLENBROCK 1988, p. 38-43, p. 82-83, pl. 37.

17 UHLENBROCK 1988, pl. 37, fig. a.

18 UHLENBROCK 1988, pl. 38-39.

19 CROISSANT 1983, p. 7-9, n° 11-16. Le type en question présente la même asymétrie que le type 2A dans le modelé des yeux.

20 CROISSANT 1983, pl. 13, n° 26.

21 CROISSANT 1983, p. 7-9, n° 11-16. Le type en question présente la même asymétrie que le type 2A dans le modelé des yeux.

22 BELL 1981, pl. 8. fig. 33a.

23 Cf. ci-dessus, n. 1.

24 Cf. E. LANGLOTZ/M. HIRMER, Die Kunst der Westgriechen in Sizilien und Unteritalien (1963), pl. 39, 51, 52, 65, 68.

25 CROISSANT 1983, pl. 14-16, n° 24, 27-30.

26 CROISSANT 1983, p. 60-64, pl. 14-15.

27 CROISSANT 1983, p. 65.

28 Un exemplaire est publié par GABRICI 1927, p.275, pl. 61, fig.1.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540