Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 1. Modèles samiens

Texte intégral

  • 1 Une génération intermédiaire.
  • 2 Une génération intermédiaire.

10 types, 1 variante
360 exemplaires

TYPE

1A

1B

1C

1D

1E

1F

1G

1H

1J

1K

1Ka

quantité

7

88

54

2

2

2

7

160

22

12

4

générations

2

41

3

1

2

1

3

62

1

2

1

forme inconnue

x

forme a1

x

x

x

x

forme a2

x

x

x

x

forme c3

x

x

  • 3 CROISSANT 1983, p. 33-48, p. 181-189.

1Ce groupe comprend tous les types de protomés où la structure du visage se réfère principalement au style samien. Cette identification se fonde sur la comparaison avec des objets plastiques d’origine samienne, et sur les analyses stylistiques de Croissant, notamment celles qui concernent ses groupes A et H3.

2En dépit de cette référence commune, il ne s’agit pas d’un groupe homogène, que l’on pourrait attribuer à un seul atelier : les types présentent entre eux des différences parfois considérables. Mais il n’en est pas moins évident que tous ces artisans connaissaient des modèles samiens, reproduits en terre cuite, en bronze et en pierre, sous des formes diverses - statues, statuettes, vases plastiques ou protomés - et que c’est ceux-là qu’ils ont imités, plus ou moins exactement, ou transformés en y ajoutant des détails, pour en réaliser une adaptation sélinontine.

3Le style samien se caractérise par la forme trapézoïdale du visage, qui présente un fort élargissement à la hauteur des tempes et un net rétrécissement vers le bas. Les yeux sont petits, en forme d’amande et obliques, les sourcils sont relativement hauts, se relèvent vers les tempes et touchent parfois même la coiffure frontale ou le bandeau de la coiffe. La bouche est fine et esquisse un sourire tranquille. Le nez est caractérisé par des ailes charnues. Le profil s’incurve faiblement entre la racine et l’extrémité du nez ; la ligne du front se prolonge légèrement vers l’arrière et l’ensemble bouche/menton est aussi légèrement fuyant.

4Tous les types du groupe 1 se réfèrent à ce modèle samien, mais de manière plus ou moins directe. Et la nature de l’argile, évidemment locale, exclut ici, comme d’ailleurs dans tous les autres groupes, qu’il puisse s’agir d’importations. D’ailleurs on constate à l’intérieur du groupe une évolution qui va de l’imitation presque littérale du modèle à l’adaptation libre. Cette évolution de la dépendance vers l’autonomie créatrice de la part des artisans sélinontins correspond très vraisemblablement à l’ordre chronologique d’apparition des types.

5Les deux types 1A et 1B sont des copies exactes de modèles samiens, à tel point que si leurs exemplaires n’étaient pas faits de la même argile que toutes les autres protomés sélinontines on n’hésiterait guère à les tenir pour des importations. Mais il est notable que pour ces imitations fidèles les artisans n’aient pourtant pas pris pour modèles des protomés samiennes : l’artisan de 1A a utilisé la matrice d’une statuette et celui de 1B s’est inspiré d’une statuette ou peut-être d’un vase plastique. C’est probablement pour cette raison que les deux types comprennent la partie supérieure du buste, adoptant une forme qui autrement n’est pas attestée avant le Ve siècle. Ces deux types ne comportent d’ailleurs pas d’himation latéral ; sur le type 1A, la chevelure tombe dans le dos, sur le type 1B elle est modelée en parotides.

  • 4 Voir UHLENBROCK 1988, p. 38-40.

6Dans les sanctuaires de Bitalemi ont été trouvées des protomés importées, qui appartiennent à la couche la plus ancienne, antérieure à 540 av. J.-C.4 Les couches suivantes n’ont livré que des protomés de fabrication locale, qui comportent déjà des éléments originaux, et ne sont plus des imitations fidèles. Au sanctuaire de la Malophoros, au contraire, il n’y a aucune importation, ni d’Ionie, ni de Grèce propre, mais on y trouve deux types, 1A et 1B, qui reproduisent incontestablement des modèles samiens. Ces deux imitations correspondent probablement, du point de vue chronologique, aux importations ioniennes à Géla, ou furent produites peu après. Cela signifie qu’elles ont été fabriquées autour de 540 av. J.-C., comme le confirme d’ailleurs leur analyse stylistique.

7Le créateur du type 1C ne s’est pas non plus inspiré d’une protomé samienne, mais probablement d’une statuette ou d’un vase plastique. Le visage reproduit clairement la structure samienne, les détails renvoient à d’autres modèles ioniens de l’Est, et l’élargissement de la protomé vers le bas est une concession au goût local. Ce mélange d’éléments disparates laisse supposer que le type a été produit plus tard que les deux imitations exactes 1A et 1B. Comme elles, il est sans himation, avec des parotides, et pourtant le contour général correspond bien à celui d’une protomé.

8Les deux types 1D et 1E sont encore dans une étroite dépendance par rapport aux modèles samiens, mais n’en constituent plus l’imitation : il s’agit déjà d’adaptations locales. Et c’est encore plus vrai pour le type 1F, proche des deux précédents, mais dont les caractéristiques locales sont encore plus accentuées. Sur les types 1D et 1F, le bord intérieur de l’himation est orné d’un bourrelet plastique. Et l’himation de 1F présente, en outre, des plis en zigzag, rendus plastiquement, dont les protomés sélinontines n’offrent qu’un autre exemple, le type 9D. Enfin l’himation latéral de 1E conserve la trace de plis verticaux, qui étaient indiqués en couleur, mais sans relief.

  • 5 Sur le problème chronologique, voir le commentaire du type 1G, ci-après, p. 96-97.
  • 6 CROISSANT 1983, p. 188

9Le type 1G constitue en revanche l’imitation fidèle d’une protomé samienne. Bien qu’il se différencie de son modèle par de petits détails, on pourrait le considérer comme une importation si tous les exemplaires n’étaient fabriqués en argile locale. Il doit se situer chronologiquement dans la même période que les deux types en forme de buste, 1A et 1B, aux alentours de 540 av. J.-C5 Les types 1H et 1J peuvent être datés légèrement plus tard. Ils ne se différencient de leur modèle que par de faibles nuances et se situent par conséquent entre les imitations de la première période et les types déjà marqués par l’éclectisme local, c’est-à-dire contemporains de 1D et 1E, mais antérieurs à 1C et 1F. Les données relatives au type H1 de Croissant, dont on verra qu’il a dû servir de modèle au type sélinontin 1H, confirment également cette datation. Sur critères stylistiques, Croissant attribue à son type H1 la date approximative de 540 av. J.-C.6. La ressemblance évidente de notre type 1H avec celuici autorise à supposer que le type sélinontin a pu être créé peu après H1.

10Le type 1K est le dernier du groupe, également du point de vue chronologique. Son visage se conforme à la structure samienne ; et le voile couvre la tête à la manière ionienne, mais la chevelure dépasse de la coiffe, audessus du front, en ondulations schématiques qui paraissent adaptées de modèles statuaires. Dans la variante 1Ka le polos ouvert remplace le voile fermé, selon une forme qui s’est répandue très largement dans l’Occident colonial. Tous ces détails qui dénotent une recherche éclectique invitent à situer cette création dans le dernier quart du VIe siècle av. J.-C.

11Sept types sur dix portent le voile de tête qui est caractéristique des protomés samiennes. Les types 1Α, 1B et 1C n’ont pas de couvre-chef, mais la chevelure frontale y est rendue plastiquement. La raison en est sans doute qu’ils n’ont pas pris pour modèles des protomés, mais des statuettes ou des vases plastiques. Sur les deux types 1F et 1K une chevelure frontale apparaît au-dessous du voile. La coiffure en « gouttières » du type 1F est une structure courante à Sélinonte et plus généralement en Sicile : il s’agit d’une transposition plastique des « gouttières » peintes de la chevelure frontale, conservées sur le type 1E et bien connues par les protomés de Grèce de l’Est. La coiffure frontale du type 1K s’inspire de modèles statuaires ou de statuettes. La variante 1Ka est le seul type du groupe qui porte le polos.

TYPE 1A (PL. 1)

Quantité totale : 7 exemplaires
1A1 6 exemplaires
1A2 1 exemplaire
Réduction entre 1A1 et 1A2 : 15 %

1A1.1

12h v 4/h 10,4/lh 4,5/lb 8,2

13Argile n° 8b. Concrétions brunes. Bord inférieur modelé irrégulièrement. Moule encrassé.

1A2.1

14hv 3,4/hc 6/lh 4,9/lbc 3,7

15Argile n° 3. Concrétions brunes. Taches blanches. Manque la partie inférieure. Cassure horizontale et verticale au côté droit du visage. Nez endommagé. Moule encrassé. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

16La protomé correspond à la forme c3.

17Le visage présente une forme triangulaire avec des joues plates, un nez court, bien élargi au niveau des ailes du nez, et une bouche souriante. Les yeux sont en amande, encadrés de paupières fines. Le menton est large et rond. Les oreilles semblent assez petites, mais elles sont à peine reconnaissables à cause du moule encrassé.

18Les cheveux sont partagés au-dessus du milieu du front, peignés en arrière des oreilles et structurés par des lignes parallèles gravées. Derrière les deux bourrelets, la surface du crâne est lisse. Les cheveux tombent derrière les oreilles et les épaules.

19La partie inférieure est travaillée en forme de demi-buste. Le cou rond, les épaules et les bras modelés en relief, les seins vaguement indiqués et la bordure plastique du manteau, qui descend de l’épaule gauche sous le sein droit, rappellent la partie supérieure d’une statuette.

Commentaire

  • 7 GABRICI 1927, p. 212, pl. 38, fig. 8, 8a.

20Au sanctuaire de la Malophoros a été trouvée une statuette qui correspond à notre type 1A7. Et il est évident que l’artisan a utilisé ici la partie supérieure d’un moule de statuette.

  • 8 Samos 11, p. 150-153, pl. 5960. BUSCHOR 1934, p. 46, fig. 163.
  • 9 GABRICI 1927, pl. 38, fig. 2, 10a.
  • 10 GABRICI 1927, p. 212.

21Cette statuette représente un type bien connu de la petite plastique samienne. La coiffure - structurés horizontalement, les cheveux tombent derrière les oreilles sur les épaules et dans le dos-, comme la disposition du manteau - il glisse de l’épaule gauche sous le sein droit et tombe comme une draperie devant le corps -, correspondent au type de l’« ostionischer Manteljüngling »8. Le même type de drapé se retrouve sur les statuettes féminines et sur les vases plastiques trouvés à Sélinonte, mais les têtes portent des tresses verticales9. Dans le cas présent, on pourrait se demander si la statuette et les protomés du type 1A représentent un personnage masculin. Gabrici suppose, sans commentaire, qu’il s’agit d’une statuette féminine10 : c’est en effet probable, car les statuettes et les protomés féminines sont la règle dans le sanctuaire de la Malophoros. Mais il faut bien constater que la coiffure combinée avec cette manière de porter le manteau correspond à un type masculin.

  • 11 BUSCHOR 1934, fig. 33, 133, 164, 194, 196. BUSCHOR 1960, fig. 275, 305. H. KYRIELEIS, Zwei samische (...)
  • 12 Notamment celui dont le torse a été trouvé à l’Héraion de Samos en 1914, et dont la tête est au Mus (...)
  • 13 BUSCHOR 1934, p. 355, fig. 133 : Le visage de la petite tête en argile de l’Héraion de Samos corres (...)

22Ce n’est pas seulement le type même de la statuette qui correspond aux modèles grecs de l’Est, en particulier samiens, c’est aussi la structure du visage - commun à la statuette et à la protomé. Il suffit de le comparer à celui des statuettes samiennes11 et même des colosses de marbre12 pour retrouver la même forme légèrement triangulaire, avec un menton arrondi, un peu proéminent, une bouche au sourire calme, des yeux étroits et obliques et les mêmes transitions adoucies entre les yeux, les joues, les commissures des lèvres et le menton13.

23On constate dans le profil la même profondeur de visage. Sur 1A la ligne de la chevelure frontale est plus fortement arquée que celle du colosse samien, et la distance entre sourcils et cheveux s’en trouve rétrécie. La coiffure de la protomé est aussi modelée différemment, d’une manière qui est fréquente sur les figurines de Grèce de l’Est.

  • 14 J. BOEHLAU, A us jonischen und italischen Nekropolen (1898), pl. 14, n°.7, p. 19, p. 51. BUSCHOR 19 (...)
  • 15 BOEHLAU, o.c., p. 159.

24Une figurine de terre cuite, de type analogue et très proche quant à la structure du visage, a été trouvée à Samos, dans un remblai, à proximité des tombes à chambre de la nécropole samienne14. Là aussi il s’agit d’un « Manteljüngling » avec des bras pendants, appliqués le long du corps. La coiffure de cette figure debout est la même que celle de la statuette et de la protomé de Sélinonte ; son visage est seulement un peu plus allongé et la bouche esquisse à peine un sourire. Boehlau désignait déjà cette figure comme le type le plus « répandu » à Samos15.

  • 16 Pour le problème de la datation de ces statuettes cf. U. SINN, Ein Elfenbeinkopf aus dem Heraion vo (...)

25Le type 1A peut être daté à l’aide des statuettes semblables, de style samien, qui ont servi de modèles16. D’après ces modèles, nos protomés paraissent devoir être situées dans le troisième quart du VIe siècle av. J.-C. Il est surprenant pour cette période ancienne, comme nous l’avons vu, qu’une protomé soit en forme de buste, et produite à l’aide d’un moule de statuette.

TYPE 1B (PL. 1-2)

  • 17 Il existe une série de protomés du type 1B dont la mesure ne correspond ni à la deuxième ni à la tr (...)

Quantité totale : 88 exemplaires
1B1 5 exemplaires
1B2 23 exemplaires
1B2/3 43 exemplaires17

1B3 17 exemplaires
Réduction entre 1B1 et 1B2 : 17 %
1B2 et 1B3 : 8 %
1B2/3 et 1B3 : 16 %

1B1.1 (NI 125)

26hv 5,7/h/lh 8/lb 14,2

27Argile n° 7b. Concrétions grises, restes d’engobe blanc. Nez légèrement endommagé.

1B1.2

28hv 5,8/h 16,9/lh 7,7/lb 13,8

29Argile n° 8b. Concrétions brunes. Pièce brisée et recollée au milieu de haut en bas et sur les deux côtés du cou ; la moitié gauche du cou manque. Œil droit endommagé. Sur tout le vêtement traces de couleur rouge. Cheveux au-dessus du front gravés, narines creusées. Trou de suspension au milieu du crâne.

1B2.1

30hv 4,8/h 14/lh 6/lb 11,9

31Argile n° 8a. Concrétions grises, restes d’engobe blanc. Brisé au bord inférieur à droite. Moule médiocre, légèrement encrassé : le relief des cheveux et des paupières sont à peine reconnaissables. Trou de suspension au milieu du crâne.

1B2/3.1

32hv 4,4/h 12,6/lh 5,1/lb 11,4

33Argile n° 8a. Concrétions brunes, restes d’engobe blanc. Nez endommagé. Moule encrassé. L’oreille gauche n’est pas bien sortie du moule. Trou de suspension au milieu du crâne.

1B3.1 (NI 12539)

34hv 3,7/h 10,6/lh 5/lb 9

35Argile n° 8a. Concrétions brunes, restes d’engobe blanc. Moule encrassé.

Description

  • 18 L’exemplaire 1B1.1 (NI 125) est publié par GABRICI 1927, pl. 39, fig. 6. La tête d’un autre exempla (...)

36La protomé correspond à la forme c318.

37La forme du visage est triangulaire avec des joues plates, doucement modelées, un nez fin et court, bien que la racine en soit forte et que la courbe pleine du menton corresponde à la largeur des tempes. Les yeux étroits, en amande, dont le globe montre une surface plane, sont encadrés de paupières fines et nettes. La bouche aux lèvres assez épaisses est peu souriante. Les oreilles grandes et aplaties sont structurées par deux lignes parallèles.

38Les cheveux sont partagés au milieu du front, peignés en arrière autour des oreilles et divisés par des lignes radiales incisées. Derrière ces deux bourrelets la surface du crâne est plane. De chaque côté tombent deux larges parotides sur les épaules et les seins. Elles sont structurées horizontalement par des lignes incisées.

39La partie inférieure est modelée comme un demi-buste. Le cou est rond et les épaules et les bras sont bien indiqués. Le crâne des exemplaires de la troisième génération est fortement relevé, comme s’il portait diadème et voile. Sans doute l’artisan a-t-il voulu compenser la réduction.

Commentaire

40Comme le précédent, ce type est également remarquable par sa forme et sa coiffure. Contrairement aux protomés de Grèce de l’Est à bords droits avec himation, il s’agit ici aussi d’un type en forme de buste avec des parotides et une chevelure frontale structurée, sans coiffe.

  • 19 Cf. DUCAT 1966, pl. 10, fig. 6. HIGGINS 1967, p. 12, fig. F, p. 14, fig. D. MOLLARD-BESQUES 1954, p (...)
  • 20 Cf. AHRENS 1961-63, p. 109, fig. 71.
  • 21 Cf. GABRICI 1927, pl. 38, fig. 1, 4, 10.

41Le visage comme la chevelure sont attestés par les statuettes et les vases plastiques de Grèce de l’Est, bien plus que par les protomés de la même région19. Au sanctuaire de la Malophoros aussi on a trouvé plusieurs statuettes et vases plastiques, avec une chevelure identique20 ou similaire21, qui sont probablement aussi de production locale, façonnés d’après des modèles ioniens.

  • 22 GABRICI 1927, p. 218.
  • 23 K. LANGE/M.HIRMER, Àgypten. Architektur Plastik Malerei in drei Jahrtausenden (München 1967) 4, pl. (...)
  • 24 Aegyptisches Museum Berlin (1967), fig. 316, 552.

42Gabrici faisait dériver ce type de protomé des sarcophages égyptiens22, en raison sans doute des ressemblances qu’il constatait dans la forme du visage et de la comparaison que suggère la chevelure avec les perruques égyptiennes, dont les cheveux, peignés derrière les oreilles, contribuent à la formation d’une touffe volumineuse au niveau des tempes. Et il est en effet certain - la forme triangulaire du visage aux joues plates, au nez court et large, à la bouche charnue, à peine souriante, le montre avec évidence - que l’origine de cette structure stylistique doit être cherchée en Egypte23. Même la masse de cheveux bouffants, disposés radialement au niveau des tempes, se rencontre déjà au IIe millénaire av. J.-C. dans l’art égyptien24.

  • 25 CROISSANT 1983, pl. 1, type Al, pl. 3-4, type A3.
  • 26 CROISSANT 1983, pl. 6, Br.Mus. Β 207. Cf. aussi le kouros en bronze H. KYRIELEIS, Zwei samische Bro (...)
  • 27 Cf. aussi la tête très semblable de la statuette de Samos : E. DIEHL, Fragmente aus Samos, AA 1964, (...)

43Si l’on confronte 1B à la typologie de Croissant, on sera aussitôt frappé par la similitude des traits du visage avec ses types A1 et A325. Et ce rapprochement s’impose d’autant plus que Croissant lui-même compare son type A3 au vase plastique B207 du British Museum, qui correspond aussi, quant à la chevelure et au contour général, à notre type sélinontin26. La parenté du type 1B avec le style samien est de toute façon si frappante que l’on peut bien parler ici d’une imitation27, même si, dans ce cas comme dans le précédent, ce n’est pas une protomé samienne qui a servi de modèle, mais probablement une statuette ou peut-être un vase plastique. Ce qui est remarquable est la hauteur de la première génération du type 1B : 17 cm au total pour un visage de 5,7 cm de hauteur. Ces mesures dépassent celles d’une statuette et surtout d’un vase plastique. Malheureusement l’on ne se trouve pas ici comme pour le type 1A dans la confortable situation de connaître le modèle précis. Pour le type 1B, comme pour la plupart des types de Sélinonte, il faut se contenter de relever des similitudes avec d’autres créations de la coroplathie grecque, sans déterminer le modèle précis.

  • 28 CROISSANT 1983, p. 48.
  • 29 E. DIEHL, AA 1964, p. 514.
  • 30 Mozia vol. 5 (1969), M.G. GUZZO AMADASI, Catalogo delle Terrecotte, pl. 63, f ig. 1.
  • 31 Mozia vol. 5 (1969), M.G. GUZZO AMADASI, Catalogo delle Terrecotte, p. 59.

44Si on suit les conclusions de Croissant sur la date de son type A3, on peut situer aussi le type 1 Β vers 540 au plus tard28. Une tête de statuette samienne présentant une très grande analogie avec 1B a également été datée par Diehl entre 550 et 540 av. J.-C.29. Et dans le tophet de Motyé on a trouvé un exemplaire de 1B30 qui est sûrement une exportation sélinontine. La situation stratigraphique de cette protomé, qui n’a pas été précisément commentée par les fouilleurs, indique en tout cas une datation dans la deuxième moitié du VIe siècle av. J.-C.31.

  • 32 GABRICI 1927, p. 217.
  • 33 Cf. ci-dessus, p. 44.

45Pour la première génération de ce type on a manifestement utilisé deux moules, dont les modelés ne sont pas identiques. L’exemplaire 1B1.1 présente en effet dans la structure du visage une composante égyptienne plus marquée que l’exemplaire 1B1.2. Dans ce dernier, les joues sont un peu moins plates, le nez un peu moins effilé et un peu plus long et les lèvres un peu plus arquées. Ces légères nuances confèrent au visage une plus grande plasticité. Le cou aussi est plus long que celui de l’exemplaire 1B1.1 ; les tresses tombent plus souplement sur le haut du corps. C’est au nom de cette faible mais quand même visible différence que Gabrici avait distingué un type plus ancien, avec une influence égyptienne plus marquée, et un type plus récent32. Il faut, par ailleurs, souligner que les deux protomés sont de dimensions identiques, et peuvent donc être rapportées, très vraisemblablement, au même archétype. De cet archétype on a tiré deux matrices, dont l’une a des traits quelque peu modifiés33. Si sur la base de ces petites différences on devait conclure, comme le fait Gabrici, à un décalage temporel, celui-ci serait en tout cas minime.

46A la deuxième génération, les exemplaires sont tirés de moules plus ou moins encrassés ; le détail des traits du visage n’est plus aussi lisible que dans la première. Il semble toutefois que toutes les générations suivantes soient dérivées de la série du moule 1B1.2.

47Ce type, représenté par deux séries presque identiques (1B1.1 et 1B1.2), est intéressant pour le développement du style samien. D’une part cette protomé ancienne adopte une morphologie inhabituelle : l’artisan s’y est manifestement inspiré des statuettes ou des vases plastiques. D’autre part elle témoigne de l’intégration d’éléments égyptiens à la plastique grecque. Il s’agit probablement, en l’occurrence, de l’emprunt ponctuel par les artisans samiens d’un modèle égyptien de visage. Le type 1B serait donc une adaptation sélinontine de l’adaptation samienne du visage égyptien.

TYPE 1C (PL. 2)

  • 34 La formation d’une génération intermédiaire serait possible.

Quantité totale : 54 exemplaires
1C1 3 exemplaires
1C2 26 exemplaires
1C3 25 exemplaires
Réduction entre 1C1 et 1C2 : 18 %
1C2 et 1C3 : 12-21%34

1C1.1

48hv 5,1/hc 7,1/lh 5,6/lbc 4,8

49Argile n° 4. Concrétions brunes. Manque la partie inférieure. Nez et menton endommagés. Trou de suspension carré au milieu du crâne, sur le diadème.

1C2.1 (NI 10172)

50hv 4,2/h 11/lh 4,8/lb 6,4

51Argile n° 5b. Concrétions grises. Nez et bord supérieur endommagés. Trou de suspension sur le crâne.

1C3.1 (NI 11245)

52hv 3,7/h 9,2/lh 4,3/lb 5,7

53Argile n° 8b. Concrétions brunes et grains de sable. Traces de couleur rouge sur les tresses, sur le voile et, en forme de carré, sur le diadème.

Description

  • 35 Un exemplaire du type est publié par GABRICI 1927, p. 218, pl. 40, fig. 3.

54La protomé correspond à la forme a235.

55Le visage s’amenuise à partir des tempes vers le menton large, mais peu saillant. Les yeux obliques, assez écartés de la racine du nez, sont encadrés de paupières plastiques. Les lèvres larges et charnues expriment un sourire serein, qui creuse légèrement les joues.

  • 36 Des boucles d’oreille avec des rosettes en relief ou peintes sont fréquentes dans l’art grec : RICH (...)

56La chevelure frontale, séparée en son milieu, se compose de huit rangs d’ondulations écartées. La tête porte le diadème et à l’arrière est indiquée une petite partie du crâne. L’oreille est modelée en forme de volute et ornée d’un disque. Ce dernier montre l’indication, en relief, d’une rosette. C’est le seul type de Sélinonte qui comporte ce détail plastique sur les boucles d’oreille36. Deux tresses retombent de part et d’autre du cou.

Commentaire

  • 37 La structure du visage est comparable à celle des protomés que Croissant attribue à des ateliers sa (...)
  • 38 CROISSANT 1983, pl. 11-13.
  • 39 CROISSANT 1983, pl. 11, MN 5669 et pl. 12, Munich S.L. 94.
  • 40 CROISSANT 1983, pl. 84.
  • 41 CROISSANT 1983, pl. 17.
  • 42 BLINKENBERG 1931, pl. 118, fig. 2495, 2502, 2506.
  • 43 DUCAT 1966, pl. 8, fig. 3-4, pl. 10, fig. 1, pl. 11, fig. 7.

57La structure du visage et le détail des traits montrent une évidente parenté avec la plastique samienne37. Comme pour 1A et 1B, le visage est encadré par la chevelure, divisée de chaque côté en deux parotides, qui retombent sur les épaules. Mais le type 1C n’est pas attribuable au groupe 1 avec la même évidence que les deux types précédents. La structure du visage montre aussi certaines ressemblances avec des types milésiens38 et surtout la coiffure frontale avec la forme large et douce de ses ondulations est traitée d’une manière différente de 1A et 1Β et se retrouve aussi bien sur les statuettes milésiennes39 que sur la tête de l’Artémision d’Ephèse et sur le type J5 de Croissant40, mais avec une ondulation légèrement moins profonde et plus serrée. Aussi la coiffure de la caryatide siphnienne de Delphes41 montre un dispositif comparable mais ici l’ondulation est plus profonde. On rencontre aussi des coiffures semblables sur des protomés de Rhodes42 mais les ondulations y sont plus larges et, ne paraissent pas subdivisées horizontalement ; des moules encrassés pourraient en être la cause. Les protomés de Rhodes sont pourvues, en outre, d’un diadème plus haut et d’un voile tombant latéralement, selon l’usage grec de l’Est. Dans le type 1C, le voile est à peine esquissé derrière le petit diadème ; sur les protomés samiennes, par contre, ce même voile recouvre généralement la totalité de la partie postérieure de la tête. Quant au style, l’artisan s’est probablement inspiré, pour ce type, d’une statuette ou d’un vase plastique. Si l’on compare la protomé à des vases plastiques en forme de sirènes, on constate que les tresses des sirènes forment le contour latéral, comme c’est aussi le cas pour notre type43. Toutefois il faut ad-mettre que la chevelure frontale des sirènes est structurée de façon différente.

58Contrairement aux deux précédents, le type 1C constitue une création éclectique. La structure du visage dérive plutôt de modèles samiens. Mais le modèle de la chevelure frontale se retrouve sur différents modèles mais jamais d’une manière exactement identique. Les tresses latérales se retrouvent sur des statuettes et des vases plastiques de Grèce de l’Est et ces tresses forment en particulier sur les vases plastiques en forme de sirènes la partie latérale. Surtout la forme allongée du type 1C, avec le rétrécissement au niveau des oreilles ne correspond guère au schéma habituel en Grèce de l’Est, alors qu’elle est très fréquente en Sicile et peut y être considérée comme une composante locale. Ce type ne correspond pas au schéma habituel des protomés, phénomène que l’on a déjà constaté pour les deux types 1A et 1B. Mais à la différence de ce qui se passait pour ces derniers, la combinaison de différents éléments y manifeste une certaine tendance à l’éclectisme.

TYPE 1D (PL. 3)

Quantité totale : 2 exemplaires
1D1 2 exemplaires

1D1.1

59hv 5,4/hc 11,5/lh 7,3/lbc 2,6

60Argile n° 6. Concrétions brunes. Restes d’engobe. La partie inférieure est brisée obliquement au-dessous de l’oreille gauche et du menton. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

  • 44 L’exemplaire 1D1.1 est publié par GABRICI 1920, p. 73, fig. 7. Il a publié aussi un autre exemplair (...)

61La protomé correspond à la forme a244.

  • 45 Cf. BLINKENBERG 1931, p. 592, fig. 61 : cette protomé montre une bordure peinte (photographie : MOL (...)

62Le visage est triangulaire, avec des joues accentuées aux pommettes saillantes, un nez large au profil aquilin, des sourcils et des yeux placés horizontalement, qui correspondent aux lèvres à peine souriantes. Les oreilles, dont le modelé est plat et sans structure sont placées assez haut, à la hauteur des yeux. De même que les sourcils, le bandeau de la coiffe forme un cercle assez plat. Derrière le bandeau de la coiffe, un diadème est posé sur le voile dont les côtés internes sont ornés d’une bordure plastique45.

Commentaire

  • 46 Cf. par ex. Aegyptisches Museum Berlin (1967), fig. 900-909.

63Ce visage triangulaire, avec le bandeau plat de la coiffe, les yeux disposés horizontalement et les lèvres droites, à peine souriantes, est connu aussi bien par les masques des momies égyptiennes que par les statuettes d’oushebtis, qui constituent, comme les protomés, des objets d’art de petit format et sont produits en masse46.

  • 47 J. BOEHLAU, Aus jonischen und italischen Nekropolen (1898), p. 155-156.
  • 48 G. HÖLBL, Aegyptischer Einfluss in der griechischen Architektur, OeJh 55, 1984, p. 14.

64L’expression froide, impénétrable, du type 1D suggère d’en rechercher l’origine en milieu égyptien. Mais la question est de savoir si cette influence égyptienne n’est ici que le reflet de celle qui s’est exercée sur les ateliers de Samos ou bien si les artisans sélinontins ont été influencés directement par les importations égyptiennes qui furent également trouvées en Sicile. Boehlau a montré depuis longtemps que les artisans ioniens avaient subi des influences étrangères, notamment égyptiennes, mais que l’on trouve aussi des variations siciliennes sur modèles égyptiens47. Et l’étude récente de Hölbl confirme que l’influence de l’Egypte, tant sur l’architecture que sur les arts mineurs de la Sicile, ne doit pas être sous-estimée48.

  • 49 BUSCHOR 1934, fig. 190, 192, 198, 199 : statuette en bronze du cavalier de Samos. Il y a une nette (...)
  • 50 GABRICI 1920, p. 74, considère ce type de protomé comme directement dérivé de modèles grecs de l’Es (...)

65Une comparaison de la protomé 1D avec les visages attestés en Grèce de l’Est montre toutefois que cette forme triangulaire du visage, avec des tempes larges, des sourcils horizontaux, des yeux petits et écartés, et un menton étroit, renvoie à la plastique samienne49. Mais il est vrai que la structure du visage samien, comme on l’a déjà noté pour le type 1B, dépend directement de modèles égyptiens. Pour la production des protomés, qui représente une tradition grecque, il est donc plus vraisemblable de postuler une influence égyptienne indirecte sur le style de la colonie, exercée par des objets ioniens, en particulier samiens50.

66La bordure en relief, sur le côté interne du voile latéral, appelle un commentaire. On connaît de telles bordures sur des protomés grecques de l’Est, mais seulement peintes, sans relief. Cette exécution plastique des bordures de voile est probablement une caractéristique coloniale, car on trouve la même ornementation sur des protomés de Géla.

TYPE 1E (PL. 3)

Quantité totale : 2 exemplaires
1E1 1 exemplaire
1E2 1 exemplaire
Réduction entre 1E1 et 1E2 : 18 %

1E1.1 (NI 325)

67hv 6,7/hc 12,8/lh 9,5/lbc 2,3

68Argile n° 5b. Traces de couleur rouge sur le diadème, en forme de carrés, et sur l’himation, en forme de plis verticaux. La chevelure frontale en godrons est peinte en rouge. Traces de rouge sur les lèvres. Manque l’extrémité gauche. Diadème et sourcil droit endommagés. Les yeux sont gravés à la main après moulage. Les oreilles sont peut-être faites à la main. Trou de suspension sur le haut du crâne.

1E2.1

69hv 5,5/hc 8/lh 7/lbc 6,8

70Argile n° 5a. Concrétions brunes. Trace de couleur rouge sur le diadème, en forme de carrés. Manque la partie inférieure. Les yeux et les oreilles sont faits à la main. Trou de suspension sur le crâne.

Description

  • 51 L’exemplaire 1E1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 218-219, fig. 113. À l’époque de la publication (...)

71La protomé correspond à la forme a151.

72Le visage affecte une forme triangulaire, dominée par les yeux gravés à la main, qui sont très grands et horizontaux. Le nez court aux ailes minces, à peine détachées, est relevé et fortement proéminent en vue de profil. Les lèvres sont fermées et presque droites.

73Le front est bordé en arc de cercle par le bandeau de la coiffe, au-dessus duquel est posé le diadème. Le crâne est recouvert par le voile, qui, ramené derrière les oreilles, retombe de part et d’autre du cou. Les plis verticaux sont indiqués en couleur, de même que l’ornementation du diadème et le détail de la chevelure frontale. Les oreilles de la deuxième génération et peut-être même celles de la première sont modelées à la main ; elles sont grandes, très détachées, et la partie intérieure est en retrait. L’hélix et le petit cartilage rond sont indiqués.

Commentaire

  • 52 Cf. CROISSANT 1983, groupe A, pl. 1-6. BLINKENBERG 1931, p. 592, fig. 61 : protomé à chevelure fron (...)

74Quant à sa conception globale, ce type dérive apparemment de modèles samiens. Les bords extérieurs droits, le voile qui recouvre la tête, la chevelure frontale peinte en forme de gouttières correspondent au schéma grec de l’Est, et la forme triangulaire du visage renvoie particulièrement aux protomés samiennes52. Le modelé présente des particularités locales, surtout en ce qui concerne les grands yeux incisés, les oreilles écartées, l’extrémité du nez fortement proéminente et relevée ainsi que le traitement de surface, vraiment négligé, des deux exemplaires. Le type 1E peut donc être considéré comme l’adaptation locale d’un modèle d’origine samienne.

Type 1F (PL. 3)

Quantité totale : 2 exemplaires
1F1 2 exemplaires

1F1.1

75hv 4,3/h 9,6/lh 4,7/lbc 6,9

76Argile n° 3. Concrétions brunes. Taches blanches. Manque l’extrémité gauche.

Description

77La protomé correspond à la forme a2.

  • 53 Cf. BLINKENBERG 1931, p. 592, fig. 61. Cette protomé montre les mêmes détails que 1F, non pas en re (...)

78Large au niveau des tempes, le visage s’amenuise vers le menton et affecte une forme triangulaire. Le nez droit et très large et les yeux grands, formés d’un globe sans paupières plastiques, dominent la forme délicate du visage. Entre les oreilles, ornées d’un disque, le bandeau de la coiffe enserre le front, laissant apparaître les cheveux en forme de festons. Le voile, surmonté d’un diadème fortement relevé, retombe sur les deux cotés. Il est soigneusement travaillé, avec un drapé en zig-zag et une bordure plastique53.

Commentaire

79Une comparaison du type 1F avec le type 1D en fait ressortir la ressemblance, aussi bien quant à la structure que dans les détails. Mais la composante égyptienne est moins marquée ici que dans le type 1D, où l’expression du visage était caractéristique. 1F est plus proche du style ionien de l’Est et son expression est plus sereine que celle de 1D. L’élargissement du visage à la hauteur des tempes est modéré, les yeux sont légèrement obliques, les lèvres annoncent un sourire. La courbure du bandeau de la coiffe y est aussi plus prononcée et les oreilles, ornées d’un disque, ont une structure plastique.

  • 54 BUSCHOR 1934, fig. 198-199, fig. 36, 39.

80La forme du visage peut être comparée aux types de protomés que Croissant a identifiés comme samiens. On y retrouve la structure triangulaire, avec des tempes larges et un amincissement prononcé vers le bas, qui est courante dans la plastique samienne, et dont le cavalier en bronze de Samos ou une autre statuette en bronze, de même origine54, fournissent de clairs exemples. Les vues de profil sont également comparables, mais le nez de 1F est plus aplati, et moins expressif que celui du cavalier de l’Héraion.

  • 55 Cf. ci-dessus, n. 45, sur le type 1D. Clara Rhodos 4, pl. 4 : protomé avec plis obliques du voile r (...)

81Une différence par rapport à la plastique samienne est toutefois introduite par la structure de la chevelure frontale. La chevelure en forme de festons peints se rencontre sur les protomés de Grèce de l’Est, et c’est ce qui a été repris à Sélinonte par le type 1E. Mais on ne l’y trouve pas sous forme plastique, comme c’est le cas pour le type 1F. De même la bordure plastique au bord interne du voile et les plis en relief ne se rencontrent que rarement en Grèce de l’Est55. Les deux types 1D et 1F sont d’ailleurs les seuls à Sélinonte qui présentent une telle bordure interne. Il est donc probable que les deux types ont été fabriqués dans le même atelier.

82La structure de visage de 1F affiche clairement ses origines samiennes, mais on y relève aussi des détails de nature locale, habituels en Grèce de l’Est sous forme de décor peint, mais que les ateliers coloniaux rendent aussi en relief. La dimension des yeux est frappante : comparable par leur grandeur à ceux du type 1E, ils ne sont toutefois pas incisés, mais modelés plastiquement. Les autres détails tels que la chevelure frontale et les plis du voile, rendus sur le type précédent de façon graphique, sont également modelés, ici, sous forme plastique. La morphologie, qui comporte un fort élargissement vers le bas, est caractéristique des protomés siciliennes.

TYPE 1G (PL. 3-4)

Quantité totale : 7 exemplaires
1G1 3 exemplaires
1G2 3 exemplaires
1G2 1 exemplaire
Réduction entre 1G1 et 1G2 : 20 %
1G2 et 1G3 : 10 %

1G1.1

83hv 4,9/hc 9,6/lh 6,5/lbc 3,5

84Argile n° 6. Concrétions grises. Restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton. Trou de suspension au milieu du crâne.

1G1.2 (NI 757)

85hv 4,9/hc 9/lh 6,7/lbc 6,1

86Argile n° 8b. Concrétions brunes. Restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton.

1G2.1

87hv 33,9/h 8,9/lh 5,4/lb 5,8

88Argile n° 8a. Concrétions brunes. Restes de couleur rouge sur l’himation et le diadème.

1G3.1

89hv 3,5/h 7,7/lh 4,4/lb 4,5

90Argile n° 8b. Concrétions gris foncé. Nez endommagé. Moule très encrassé. Reste d’argile, étranger à l’objet, collé entre le diadème et le bandeau de la coiffe.

Description

91La protomé correspond à la forme a2, comme le montrent les deuxième et troisième générations ; les bords extérieurs se resserrent au niveau du visage.

92Le visage se caractérise par une forme triangulaire, avec des yeux minces, presque horizontaux et très rapprochés. Le nez assez long s’élargit aux narines, les lèvres souriantes répètent la ligne douce et ronde du menton. Le profil est aigu, avec un nez pointu et un menton un peu saillant. À côté du diadème, les oreilles sont dissimulées par le voile latéral.

Commentaire

  • 56 CROISSANT 1983, p. 41-42, pl. 5, n° 8-9 ; sur la date, voir p. 48.

93Le type 1G correspond, par la composition générale et la structure du visage, à des modèles grecs de l’Est, et en particulier samiens. Une comparaison avec la typologie de Croissant montre la surprenante ressemblance de 1G avec la protomé A4/c56. En vue de profil, on retrouve, en particulier, le même tracé long, presque droit, allant de la pointe du nez au diadème ainsi que le même profil entre bouche et menton.

  • 57 CROISSANT 1983, p. 35-40, pl. 1, 3 et 6.
  • 58 CROISSANT 1983, p. 41, pl. 5.

94Vue de face, la protomé sélinontine donne l’impression d’être plus étroite, car joues et menton y sont moins prononcés. De plus, le bandeau de la coiffe est plus aplati et les oreilles sont absentes. Mais cette impression d’étroitesse tient aussi à l’agencement de l’himation latéral : celui-ci, à la hauteur du visage, ne tombe pas verticalement, mais selon une courbe concave ; cela correspond, sous une forme atténuée, à ce que l’on peut observer sur le type A3 de Croissant, ou sur la tête de koré Berlin 1631, qu’après Langlotz il reconnaissait comme samienne57. Et une comparaison avec le cavalier en bronze de l’Héraion qu’il rapprochait de son type A458 suffirait à confirmer les attaches de la protomé sélinontine avec le style samien.

95Ce type sélinontin est une production locale, mais il imite le modèle samien qui a inspiré aussi le type A4/c de Croissant. Pour la chronologie on est tenté d’en conclure que le type 1G se situe dans la même période que les deux types 1A et 1B, autour de 540 av. J.-C., qui constituent aussi des imitations de modèles samiens. Considérant qu’on ne trouve dans le sanctuaire de la Malophoros que quatre imitations directes de modèles grecs, trois d’après des modèles samiens (1Α, 1B, 1G) et une d’après un modèle milésien (2A), cette conclusion ne semble pas trop hypothétique. Croissant, qui datait ses premiers types samiens, A1 t A5, par référence à Berlin 1631, traditionnellement datée vers 540, situait le type A4/c autour de 530-520 av. J.-C. Mais l’évidente parenté entre notre type 1G et A4/c indique seulement qu’ils dérivent du même modèle, et n’exclut pas que 1G, qui semble appartenir à la première phase de la production sélinontine, soit le plus ancien des deux : il pourrait avoir été créé avant 530, c’est-à-dire peu de temps après 1A et 1B. De toute façon l’absence de données stratigraphiques rend très hypothétique toute datation précise du matériel de Sélinonte.

TYPE 1H (PL. 4-6)

  • 59 Manifestement, de nombreux moules ont été utilisés pour ce type, ce qui explique d’une part que l’o (...)

Quantité totale : 160 exemplaires
1H1 7 exemplaires
1H2 7 exemplaires
1H3 25 exemplaires
1H3/4 107 exemplaires
1H4 11 exemplaires
1H5 3 exemplaires59
Réduction entre 1H1 et 1H2 : 23 %
1H2 et 1H3 : 14 %
1H3 et 1H3/4 : 7 %
1H3/4 et 1H4 : 11 %
1H4 et 1H5 : 6 %

1H1.1 (NI 11244)

96hv 8,1/hc 13,5/lh 13,6/lbc 4,3

97Argile n° 6. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton, de l’oreille gauche et au milieu de l’oreille droite. Bord gauche endommagé. Trou de suspension au milieu du crâne. Moule médiocre.

1H1.2 (NI 12543)

98hv 8,6/hc 14,1/lh 12,7/lbc 3,7

99Argile n° 7b. Concrétions grises. Restes d’engobe. Brisé au-dessous du menton, de l’oreille droite et au milieu de l’oreille gauche. Trou de suspension, inachevé, au milieu du crâne. Moule très encrassé.

1H2.1

100hv 6,2/h 13,5/lh 9/lbc 6,1

101Argile n° 5a. Concrétions grises et grains de sable. Restes d’engobe. Manque l’extrémité gauche. Nez endommagé.

1H2.2

102hv 6,7/h 15,2/lh 9/lb 10

103Argile n° 6. Concrétions brunes et grains de sable. Restes d’engobe.

1H3.1

104hv 5,6/h 12/lh 7,6/lbc 6

105Argile n° 4. Concrétions brunes et grains de sable. Manque l’extrémité droite.

1H3.2 (NI 11240)

106hv 5,7/h 13,6/lh 8,2/lb 9

107Argile n° 5a. Narine gauche endommagée. Cassure dans la partie inférieure. Couleur rouge sur l’himation, le diadème, le bandeau de la coiffe et les lèvres.

1H4.1

108hv 4,9/h 11,2/lh 6/lb 7

109Argile n° 7b. Concrétions brunes et sable. Restes d’engobe.

1H4.2

110hv 4,7/h 10,6/lh 5,9/lb 7

111Argile n° 1. Concrétions brunes et sable. Restes d’engobe. Nez heurté. Trou suspension au milieu du crâne.

1H5.1

112hv 4,5/h 9,9/lh 55,2/lb 6,2

113Argile n° 8b. Concrétions brunes et sable. Restes d’engobe.

Description

114A partir de la seconde génération il y a des exemplaires entièrement conservés, qui correspondent à la forme a1. On peut supposer que la première génération était également construite de cette façon.

  • 60 Cf. ci-dessus, p. 44.

115Les générations 1-4 sont attribuables à deux séries de moules différents, qui proviennent très probablement du même archétype. La seule différence est que l’une de ces deux séries montre un visage un peu plus allongé et plus maigre que l’autre. Mais il faut constater que les visages s’amaigrissent quand les moules ne sont pas bien nettoyés. S’il y a des restes d’argile dans les cavités des pommettes, du nez, du menton, etc., ces derniers deviennent plus minces et plus pointus. Peut-être est-ce seulement pour cette raison que les deux séries de protomés présentent ici des visages légèrement différents60.

116Le visage est triangulaire et s’amenuise au-dessous des pommettes. Les yeux effilés, encadrés de paupières fines, sont placés à peu près horizontalement avec des arcades sourcilières qui se développent sans rupture à partir de la racine du nez. Le nez, assez court et fin avec des ailes débordantes, fléchit légèrement de profil par rapport à la bosse frontale pour se relever à l’extrémité. Au-dessous la bouche aux lèvres minces, aux coins un peu relevés, paraît petite ; aussi le menton est étroit, mais saillant en vue de profil.

117Les grandes oreilles en forme de volutes sont ornées d’un disque, dont la partie intérieure est légèrement en retrait. Sur les tempes l’ample courbe du bandeau de la coiffe dégage le milieu du front. Au-dessus est posé le diadème ; le voile, travaillé en relief, tombe derrière les oreilles.

Commentaire

  • 61 CROISSANT 1983, p. 181186, pl. 67-72.

118Le type 1H a été créé sous l’influence de modèles ioniens, mais il s’agit d’une adaptation locale. Une comparaison avec le type H1 de Croissant61, dont celui-ci considère que la production doit avoir une relation avec les ateliers samiens, montre avec évidence que l’artisan sélinontin connaissait une protomé de ce type et que c’est elle qu’il avait prise pour modèle. Outre l’impression globale, qui tient à la structure du visage, il y a concordance de tous les détails : le modelé des boucles d’oreilles, où la partie médiane du disque est concave, ce qui est rare à Sélinonte ; les oreilles en forme de volutes, placées relativement haut ; les ailes charnues du nez, dont la pointe, en vue de profil, est légèrement relevée vers le haut ; les yeux étroits et la bouche plutôt petite.

119Malgré cette large concordance, il ne fait aucun doute que c’est ici un artisan local qui est à l’œuvre. On peut le voir à la manière dont sont traitées les transitions entre les parties du visage : moins arrondies et moins fluides, elles déterminent une expression quelque peu différente. Joues, menton et nez sont légèrement plus prononcés que ceux des modèles grecs, ce qui confère à l’épiderme une plus grande tension. La bouche est plus nettement étirée dans un sourire et le dessin des yeux est légèrement plus étroit.

120Une raison technique impose d’ailleurs l’idée d’une production locale. Le type 1H a été trouvé, dans le sanctuaire de la Malophoros, en 160 exemplaires, répartis en cinq générations, tous façonnés avec de l’argile locale. Mais pour fabriquer ces 160 exemplaires, on a visiblement utilisé de nombreux moules différents : de légères modifications dans le visage le prouvent, ainsi que diverses variations dans les mesures ; cela a d’ailleurs rendu extrêmement aléatoire le classement en générations. Quant à la hauteur du visage, il n’y a pas de véritable saut entre la troisième et la cinquième génération ; le passage de l’un à l’autre est si continu qu’il a fallu fixer de façon plus ou moins arbitraire les limites de ces générations.

  • 62 RIZZA 1960, p. 260, fig. 22, n° 14. La Sicilia antica vol. 1,3, 1980, p. 541, fig. 79. RIZZA 1965, (...)
  • 63 RIZZA 1960, p. 255. id. 1965, p. 25-29.

121Ce même type est attesté à Catane, dans un dépôt d’objets votifs, trouvé au-dessous de la Piazza S. Francesco62. Mais la hauteur du visage de la protomé de Catane n’est malheureusement pas indiquée dans la publication, qui ne fournit d’ailleurs aucune information sur le nombre d’exemplaires et les éventuelles générations du type63.

  • 64 RIZZA 1965, p. 27, pl. 15, fig. 2. Le type 14H de Sélinonte montre la même technique utilisée pour (...)

122Mais on a trouvé à Catane un autre type très semblable, qui se différencie toutefois par sa technique de fabrication. L’artisan local a gravé à la main, dans le moule, les yeux, les sourcils et le contour du bandeau de la coiffe, de façon que le tout soit reproduit en relief sur la protomé. Or il s’agit d’une technique familière aux populations indigènes de Sicile, dont l’existence est attestée à Catane depuis la plus haute antiquité jusqu’à l’époque classique64.

123La présence de ce même type 1H à Sélinonte et à Catane indique des relations entre les deux cités. Le grand nombre d’exemplaires trouvé à Sélinonte et le fait qu’à Catane le type était accompagné de son adaptation locale permet de supposer que le type 1H constitue une création sélinontine, qui, sous forme de moule ou par l’intermédiaire d’un exemplaire isolé, s’était transférée à Catane. Mais on pourrait aussi envisager l’hypothèse d’un artisan itinérant.

TYPE 1J (PL. 6)

Quantité totale : 22 exemplaires
1J1 22 exemplaires

1J1.1

124hv 3,9/h 7,8/lh 4,9/lb 5

125Argile n° 6. Concrétions grisbrun et grains de sable. Restes d’engobe. Traces de peinture noire sur le diadème et le voile.

Description

126La protomé correspond à la forme

127Le visage, qui est allongé, se caractérise pourtant par des formes rondes et enflées. Le nez, à la racine forte et large, a cependant des ailes minces. Les yeux obliques et étroits sont encadrés de paupières fines. Entre le gros nez et le menton large s’insère une bouche peu souriante aux lèvres minces et aux commissures ouvertes.

128Les oreilles sont ornées d’un disque, dont la partie centrale est en retrait comme sur le type 1H. Derrière le bandeau de la coiffe, un diadème orne le voile, qui retombe de part et d’autre du cou.

Commentaire

129Bien que la structure du visage de 1J soit d’apparence plus grossière que celle de 1H, on peut se demander s’il ne s’agit pas, en l’occurrence, de la plus petite génération du même type : la hauteur du visage est de 3,9 cm, et, en tant que sixième génération du type 1H, pourrait accuser une réduction de 13 %. Un indice en faveur de l’identité des deux types est fourni par les boucles d’oreilles, dont la partie centrale est en retrait. Ce détail est une rareté parmi les protomés de Sélinonte et, en dehors de 1H, ne se rencontre que sur quelques exemplaires du type 12K.

130Une exécution plus grossière a été observée aussi pour d’autres types qui comportent plusieurs générations ; cela peut provenir de la technique de moulage. Une comparaison de la première génération du type 1H avec la cinquième montre en tout cas une dégradation des traits, qui pourrait s’être encore aggravée dans une hypothétique sixième génération. Une incertitude subsiste donc quant à la nature de 1J- type dérivé du type 1H ou sixième génération de celui-ci-, mais il a paru plus prudent de le présenter séparément, comme un type autonome

TYPE 1K (PL. 7-8)

Quantité totale : 16 exemplaires
1K1 9 exemplaires
1K2 4 exemplaires
lKal 3 exemplaire
Réduction entre 1K1 et 1K2 : 20 %
La hauteur du visage de 1K2 correspond à celle de 1Ka1

1K1.1 (NI 337)

131hv 10/h 18,5/lh 11,6/lb 13,6

132Argile n° 8b. Concrétions brunes. Taches brunes. Recollé de deux fragments. Réparation visible au-dessus de la tempe gauche. Œil gauche effacé.

1K1.2

133hv 9,8/hc 12,1/lbc 4

134Argile n° 4. Concrétions brunes. Reste d’engobe. Brisé au-dessous du menton et des oreilles. Tempe droite endommagée.

1K2.1 (NI 11196)

135hv 8/hc 11,6/lh 9,7/lbc 5,3

136Argile n° 3. Concrétions grises et grains de sable. Reste d’engobe. Brisé au-dessous du menton et des oreilles. Nez endommagé.

1Ka1.1

137hv 8,1/hc 12,1/lhc 8,3/lbc 4,5

138Argile n° 8a. Concrétions gris-brun. Visage et moitié droite du polos conservés.

Description

  • 65 L’exemplaire NI 337 est publié par GABRICI 1920, p. 74, fig. 8, et GABRICI 1927, pl. 40, fig. 6. R. (...)

139La protomé correspond à la forme a1. Il est probable que la variante 1Ka correspond aussi à la forme a165 mais aucun exemplaire n’en est conservé avec la partie inférieure.

140Le visage est de forme triangulaire, avec des yeux étroits et allongés, encadrés de paupières fines, dont l’angle interne ouvert indique le canal lacrymal. Le nez est court et fin, le menton rond, de profil plutôt fuyant. Les lèvres sensuelles et souriantes donnent à ce visage une douceur exceptionnelle. Les oreilles, ornées d’un disque plastique, sont structurées par deux lignes parallèles. Le voile est décoré par un diadème étroit, sous lequel apparaissent les cheveux au-dessus du front en plusieurs lignes ondulées. Le voile latéral se détache légèrement en relief.

141Variante 1Ka : Le diadème, plus étroit, est surmonté d’un polos bas.

Commentaire

  • 66 GABRICI 1927, p. 217 : « di provenienza ionica ».
  • 67 BOARDMAN 1981, fig. 90. CROISSANT 1983, pl. 1.
  • 68 CROISSANT 1983, p. 35-36. Sur le style des korés samiennes, voir en dernier lieu H. KYRIELEIS, Eine (...)
  • 69 CROISSANT 1983, pl. 1, n° 2.

142Gabrici mentionne la protomé 1K1.1 (NI 337) comme étant un exemplaire ionien66. Il n’en est pas moins certain qu’aucun des 16 exemplaires conservés du type 1K ne peut avoir été importé, car les examens macroscopiques ont montré que toutes ces pièces étaient en argile locale. Néanmoins leur parenté stylistique avec des modèles ioniens est incontestable. Une comparaison du type avec la tête de koré Berlin 1631, provenant du temple d’Athéna à Milet, fait apparaître des correspondances précises dans la structure et l’expression du visage67. Or Croissant, reprenant une ancienne hypothèse de Langlotz, a montré de manière convaincante que la tête de Berlin, dont le style est complètement isolé à Milet, était très probablement l’oeuvre d’un sculpteur samien68. Entre la protomé de Sélinonte et une belle protomé de Samos69, la similitude des profils est d’ailleurs frappante Notre type 1K procéderait donc lui aussi d’un modèle samien.

  • 70 C’est d’ailleurs l’hypothèse que faisait Langlotz à propos de la tête de Berlin : E. LANGLOTZ, Stud (...)

143On notera sur l’exemplaire de la deuxième génération 1K2.1 un détail intéressant : la bouche est légèrement déportée vers la partie gauche du visage. Or une asymétrie semblable se retrouve sur la tête de Milet, à ceci près que la bouche y est déportée vers la droite. Dans la plastique les asymétries sont plus fréquentes lors du modelage des yeux, que dans celui de la bouche. Il est possible qu’elles aient été utilisées comme moyens d’expression formelle. Dans certains cas, elles peuvent aussi être liées aux conditions de présentation de l’œuvre70. Mais ce genre d’explication est évidemment à exclure pour une protomé, et dans la mesure où 1K ne saurait être une copie exacte de la tête de Milet la raison de cette asymétrie n’est pas aisée à comprendre.

  • 71 HIGGINS 1954, pl. 42, fig. 243 : protomé de Camiros. Le modelé des ondulations est très serré. BUSC (...)
  • 72 CROISSANT 1983, pl. 88-90.

144Malgré la forte ressemblance qui unit la tête de Milet et notre type 1K, il y a aussi des différences qu’il convient de relever. L’une concerne le modelé des yeux : sur la protomé ils comportent l’indication des canaux lacrymaux, ce qui n’est pas le cas de la tête de marbre. En outre, celle-ci n’a pas de chevelure frontale et les oreilles n’y sont pas visibles. De telles chevelures frontales à ondulations ne sont guère attestées par les protomés samiennes, mais on les rencontre sur les statuettes et les vases plastiques de Samos71. Toutefois le même type de chevelure frontale schématiquement ondulée se présente aussi sur les grandes protomés du type J5 de Croissant, et sur le fragment de columna caelata de l’Artémision d’Ephèse dont il les a rapprochées72, et il ne s’agit certainement pas d’un trait samien spécifique.

145L’artisan qui a créé le type 1K s’est donc sans aucun doute inspiré d’un modèle samien. Mais à côté de cette composante samienne fondamentale, on relève dans son œuvre les signes d’un éclectisme typique de nombreuses protomés de Sélinonte. Il emprunte des détails à d’autres régions, comme par exemple le schéma de la chevelure frontale et le polos qui remplace dans la variante 1Ka le voile habituel en Grèce de l’Est. Ce mélange d’éléments divers prouve une certaine indépendance de la part de l’artisan, qui ne se contente pas d’imiter mais sait aussi créer du nouveau. Et il faut de toute façon souligner la haute qualité artistique de ce type, qui se distingue de la masse des autres par ses dimensions comme par le soin apporté à sa fabrication.

Notes

1 Une génération intermédiaire.

2 Une génération intermédiaire.

3 CROISSANT 1983, p. 33-48, p. 181-189.

4 Voir UHLENBROCK 1988, p. 38-40.

5 Sur le problème chronologique, voir le commentaire du type 1G, ci-après, p. 96-97.

6 CROISSANT 1983, p. 188

7 GABRICI 1927, p. 212, pl. 38, fig. 8, 8a.

8 Samos 11, p. 150-153, pl. 5960. BUSCHOR 1934, p. 46, fig. 163.

9 GABRICI 1927, pl. 38, fig. 2, 10a.

10 GABRICI 1927, p. 212.

11 BUSCHOR 1934, fig. 33, 133, 164, 194, 196. BUSCHOR 1960, fig. 275, 305. H. KYRIELEIS, Zwei samische Bronze-Kuroi, AM 99, 1984, pl. 18.

12 Notamment celui dont le torse a été trouvé à l’Héraion de Samos en 1914, et dont la tête est au Musée d’Istanbul (inv. 1645) : Samos 11, pl. 32. Ce rapprochement montre très clairement l’importance des angles de prise de vue pour toute comparaison sur photographies. L’image de la tête du colosse reproduite pl. 32, à gauche, a été prise en contrebas ; de ce fait, le visage est plus arrondi et potelé. La tête, telle qu’elle est présentée, à partir d’un angle de prise de vue normal, sur la même planche à droite, correspond en revanche à la protomé sélinontine ; seule cette image fait apparaître nettement l’identité de structure des deux visages.

13 BUSCHOR 1934, p. 355, fig. 133 : Le visage de la petite tête en argile de l’Héraion de Samos correspond exactement au type 1A ; la date proposée, sur critères stylistiques, est le dernier quart du VIe siècle.

14 J. BOEHLAU, A us jonischen und italischen Nekropolen (1898), pl. 14, n°.7, p. 19, p. 51. BUSCHOR 1934, fig. 163.

15 BOEHLAU, o.c., p. 159.

16 Pour le problème de la datation de ces statuettes cf. U. SINN, Ein Elfenbeinkopf aus dem Heraion von Samos. Zur ostionischen Plastik im 3. Viertel des 6. Jahrhunderts, AM 97, 1982, p. 35-55. H. KYRIELEIS, Zwei samische Bronze-Kuroi, AM 99, 1984, p. 107.

17 Il existe une série de protomés du type 1B dont la mesure ne correspond ni à la deuxième ni à la troisième génération. La réduction de cette série, par rapport à la deuxième génération, s’élève seulement à 8,3 %, ce qui est très peu ; par rapport à la troisième génération, la réduction s’élève à 15,9 %, ce qui est normal. Mais si l’on ne tient pas compte de cette série, à titre de génération intermédiaire, il résulte un réduction de 22, % entre la deuxième et la troisième génération, ce qui n’est pas vraisemblable. C’est pourquoi on s’est décidé à introduire cette génération intermédiaire.

18 L’exemplaire 1B1.1 (NI 125) est publié par GABRICI 1927, pl. 39, fig. 6. La tête d’un autre exemplaire de 1B, que je n’ai pu retrouver au Musée, est illustrée par GABRICI 1920, p. 73, fig. 6.

19 Cf. DUCAT 1966, pl. 10, fig. 6. HIGGINS 1967, p. 12, fig. F, p. 14, fig. D. MOLLARD-BESQUES 1954, pl. 25, Β 200. Ε. DIEHL, AA 1964, p. 513, fig. 10. BUSCHOR 1934, fig. 33, figure médiane ; fig. 122, 196, 402, 403.

20 Cf. AHRENS 1961-63, p. 109, fig. 71.

21 Cf. GABRICI 1927, pl. 38, fig. 1, 4, 10.

22 GABRICI 1927, p. 218.

23 K. LANGE/M.HIRMER, Àgypten. Architektur Plastik Malerei in drei Jahrtausenden (München 1967) 4, pl. 54.

24 Aegyptisches Museum Berlin (1967), fig. 316, 552.

25 CROISSANT 1983, pl. 1, type Al, pl. 3-4, type A3.

26 CROISSANT 1983, pl. 6, Br.Mus. Β 207. Cf. aussi le kouros en bronze H. KYRIELEIS, Zwei samische Bronze-Kuroi, AM 99, 1984, pl. 17, fig. 1-4.

27 Cf. aussi la tête très semblable de la statuette de Samos : E. DIEHL, Fragmente aus Samos, AA 1964, p. 513, fig. 10.

28 CROISSANT 1983, p. 48.

29 E. DIEHL, AA 1964, p. 514.

30 Mozia vol. 5 (1969), M.G. GUZZO AMADASI, Catalogo delle Terrecotte, pl. 63, f ig. 1.

31 Mozia vol. 5 (1969), M.G. GUZZO AMADASI, Catalogo delle Terrecotte, p. 59.

32 GABRICI 1927, p. 217.

33 Cf. ci-dessus, p. 44.

34 La formation d’une génération intermédiaire serait possible.

35 Un exemplaire du type est publié par GABRICI 1927, p. 218, pl. 40, fig. 3.

36 Des boucles d’oreille avec des rosettes en relief ou peintes sont fréquentes dans l’art grec : RICHTER 1968, fig. 232-234. BOARDMAN 1981, fig. 153, 158, 159. BLINKENBERG 1931, pl. 116, fig. 2465.

37 La structure du visage est comparable à celle des protomés que Croissant attribue à des ateliers samiens, en particulier à son type A3 : CROISSANT 1983, pl. 3.

38 CROISSANT 1983, pl. 11-13.

39 CROISSANT 1983, pl. 11, MN 5669 et pl. 12, Munich S.L. 94.

40 CROISSANT 1983, pl. 84.

41 CROISSANT 1983, pl. 17.

42 BLINKENBERG 1931, pl. 118, fig. 2495, 2502, 2506.

43 DUCAT 1966, pl. 8, fig. 3-4, pl. 10, fig. 1, pl. 11, fig. 7.

44 L’exemplaire 1D1.1 est publié par GABRICI 1920, p. 73, fig. 7. Il a publié aussi un autre exemplaire du type 1D : GABRICI 1927, pl. 49, fig. 9, mais cet exemplaire ne se trouve plus au musée de Palerme. Gabrici affirme (p. 217) que l’on trouve aussi des exemplaires à polos, qui ne sont pourtant pas non plus présents au musée de Palerme.

45 Cf. BLINKENBERG 1931, p. 592, fig. 61 : cette protomé montre une bordure peinte (photographie : MOLLARD-BESQUES 1954, pl. 27, B220). Clara Rhodos 4, p. 141-142, 147, fig. 141 : protomé avec bordure plastique sur les côtés internes du voile ou chevelure plastique ? Jacopi interprète la structure comme une chevelure bouclée. GABRICI 1927, p. 217, considère la structure plastique de l’himation du type 1 D comme des tresses latérales. Des types avec bordures en relief de l’himation ont aussi été trouvés à Géla : UHLENBROCK 1988, pl. 9, pl. 26c, pl. 33a, pl. 43.

46 Cf. par ex. Aegyptisches Museum Berlin (1967), fig. 900-909.

47 J. BOEHLAU, Aus jonischen und italischen Nekropolen (1898), p. 155-156.

48 G. HÖLBL, Aegyptischer Einfluss in der griechischen Architektur, OeJh 55, 1984, p. 14.

49 BUSCHOR 1934, fig. 190, 192, 198, 199 : statuette en bronze du cavalier de Samos. Il y a une nette ressemblance dans la forme du visage et des yeux. La similitude du nez aquilin légèrement arqué en vue de profil est frappante ; le front de la statuette en bronze, par contre, est un peut plus fuyant vers l’arrière. BUSCHOR 1960, fig. 299-300 : on observe encore, sur un porteur d’offrande en bronze, le même profil au nez proéminent que celui du type 1D. BUSCHOR 1961, p. 88-89, fig. 353-354, 356 : statuette en bronze avec visage modelé à l’égyptienne ; la comparaison avec 1D révèle la même structure du visage avec le front bas et la ligne peu arquée du ban deau de la coiffe. Buschor date la statuette, sur la base de considérations stylistiques, vers 545 av. J.-C. Le visage de l’adolescent en bronze est également comparable : BUSCHOR 1960, fig. 36.

50 GABRICI 1920, p. 74, considère ce type de protomé comme directement dérivé de modèles grecs de l’Est, en particulier d’alabastres rhodiens. Sur le problème de l’influence égyptienne, cf. en dernier lieu : H. KYRIELEIS, Der grosse Kouros von Samos (Samos 10, 1996), p. 68-86.

51 L’exemplaire 1E1.1 est publié par GABRICI 1927, p. 218-219, fig. 113. À l’époque de la publication le contour brun des yeux et les pupilles brunes étaient encore conservés. Gabrici a interprété les lignes verticales peintes sur l’himation comme une chevelure latérale et non comme des plis.

52 Cf. CROISSANT 1983, groupe A, pl. 1-6. BLINKENBERG 1931, p. 592, fig. 61 : protomé à chevelure frontale peinte.

53 Cf. BLINKENBERG 1931, p. 592, fig. 61. Cette protomé montre les mêmes détails que 1F, non pas en relief, mais peints : cheveux en forme de festons et bordure du voile. Même protomé reproduite MOLLARDBESQUES 1954, pl. 27, B220.

54 BUSCHOR 1934, fig. 198-199, fig. 36, 39.

55 Cf. ci-dessus, n. 45, sur le type 1D. Clara Rhodos 4, pl. 4 : protomé avec plis obliques du voile rendus par la peinture et bord interne souligné par des plis en zigzag. CROISSANT 1983, pl. 26, n° 52 : protomé grecque de l’Est avec drapé plastique du voile.

56 CROISSANT 1983, p. 41-42, pl. 5, n° 8-9 ; sur la date, voir p. 48.

57 CROISSANT 1983, p. 35-40, pl. 1, 3 et 6.

58 CROISSANT 1983, p. 41, pl. 5.

59 Manifestement, de nombreux moules ont été utilisés pour ce type, ce qui explique d’une part que l’on constate de légères variantes dans le visage, d’autre part qu’à partir de la troisième génération le système des générations ne soit qu’à peine reconnaissable. La répartition entre générations était donc ici un peu arbitraire, et l’on n’a pu éviter la création d’une génération intermédiaire, 1H3/4, qui comprend les protomés dont la hauteur de visage est comprise entre celles des troisième et quatrième générations. Sur ce problème, voir ci-dessus, p. 44.

60 Cf. ci-dessus, p. 44.

61 CROISSANT 1983, p. 181186, pl. 67-72.

62 RIZZA 1960, p. 260, fig. 22, n° 14. La Sicilia antica vol. 1,3, 1980, p. 541, fig. 79. RIZZA 1965, pl. 15, fig. 1-2.

63 RIZZA 1960, p. 255. id. 1965, p. 25-29.

64 RIZZA 1965, p. 27, pl. 15, fig. 2. Le type 14H de Sélinonte montre la même technique utilisée pour le contour des yeux.

65 L’exemplaire NI 337 est publié par GABRICI 1920, p. 74, fig. 8, et GABRICI 1927, pl. 40, fig. 6. R.R. HOLLOWAY, Influences and styles in the late archaic and early classical Greek sculpture of Sicily and Magna Graecia (1975), fig. 74-75.

66 GABRICI 1927, p. 217 : « di provenienza ionica ».

67 BOARDMAN 1981, fig. 90. CROISSANT 1983, pl. 1.

68 CROISSANT 1983, p. 35-36. Sur le style des korés samiennes, voir en dernier lieu H. KYRIELEIS, Eine neue Kore des Cheramyes (Antike Plastik 24, 1995, p. 7-34), qui toutefois ne mentionne pas la tête de Berlin.

69 CROISSANT 1983, pl. 1, n° 2.

70 C’est d’ailleurs l’hypothèse que faisait Langlotz à propos de la tête de Berlin : E. LANGLOTZ, Studien zur nordostgriechischen Kunst (1975), p. 118-119, pl. 30, 3.

71 HIGGINS 1954, pl. 42, fig. 243 : protomé de Camiros. Le modelé des ondulations est très serré. BUSCHOR 1934, fig. 121, 122, 123, 132, 134, 135 : vases à parfum en forme de koré. Les ondulations sont plus serrées ou plus étirées.

72 CROISSANT 1983, pl. 88-90.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable